Votre éducation a-t-elle influencé votre manière de voir le maquillage ?

22 janvier 2016

education_maquillage

J’aime beaucoup cette question-Temptalia parce que je suis sûre qu’en effet ça peut jouer dans certains cas.

Perso je ferai exactement la même réponse que Christine : ma mère ne se maquillait pas (enfin elle le faisait jeune fille et très jeune femme, mais plus par la suite) mais elle n’a jamais eu de discours négatif sur le maquillage, à vrai dire je crois qu’elle s’en fichait.
La conséquence pour moi a juste été que ce n’est pas avec elle que j’ai appris à me maquiller, mais avec You Tube. Ca n’a rien influencé ni en positif ni en négatif ma ma vision du make up (ma non-vision plutôt, à cette époque ;-).

En revanche mon père avait un peu de mal à voir ses filles devenir des femmes, il est possible que mon accès tardif au rouge à lèvres rouge vif vienne de là ;-)

Et vous ?

123 commentaires Laisser un commentaire
Le maquillage

Vous aimerez aussi

123 commentaires

  • #1 Capucine le 22 janvier 2016 à 9 h 12 min

    Bonjour Hélène,

    Oui mon éducation a influencé ma manière de voir le maquillage comme elle influence au quotidien qui je suis.
    Sans faire de psychologie ni de sociologie de bas étage il est indéniable que notre éducation tout comme notre milieu social influence notre façon de voir ce qui nous entoure et donc le maquillage aussi !
    Ma mère non plus ne se maquille pas et je n’ai pas de sœur alors j’ai moi aussi appris via you tube et des blogs au premier rang desquels se place le votre.

    Belle journée à vous,

    Capucine

    Répondre
  • #2 FéeClochette le 22 janvier 2016 à 9 h 16 min

    Bonjour Hélène!
    Intéressante cette question. Je pense que voir ma mère prendre soin de sa peau et se maquiller consciencieusement chaque matin, et ma marraine aussi (sa soeur) et toutes les deux avec des belles peaux, a ancré en moi l’idée de prendre soin de son visage, mais en même temps je n’ai pas eu le droit de me maquiller étant ado, étant plutôt garçon manqué je m’en fichais aussi, je me contentais juste de nettoyer ma peau (gel le matin, lait et tonique le soir) et plus tard de mettre du mascara de temps en temps quand j’étais à la fac.
    Jusqu’à ce que je quitte le foyer familial pour étudier à l’étranger, et là ma coloc (franco-yougoslave avec une mère tout aussi portée sur les soins de la peau) m’a ‘forcée’ à mettre de la crème hydratante, et du coup après j’ai pris goût à ma maquiller et voilà, les heures passées à regarder ma mère et ma marraine m’ont été bien utiles alors :)
    De l’autre côté de ma famille, les femmes sont plutôt nature, soins de peau mais pas de maquillage avec des belles peaux, sans pour autant critiquer ou juger les femmes qui se maquillent, alors ça équilibre :)

    Répondre
  • #3 Nelly le 22 janvier 2016 à 9 h 19 min

    Pour ma part, ma mère n’a jamais été très maquillage non plus, elle s’en fichait pas mal de tout ces trucs. Mes grand-mères mettaient du parfum et du rouge à levres vif tous les jours! C’etait leur coquetterie. J’ai aussi servie de poupée à mes tantes qui elles pour la peine adoraient ça, quitte à en faire beaucoup beaucoup trop (années 80 oblige). ;-)
    Du coup depuis très jeune j’ai perçu le maquillage comme un jeu. C’était pour moi l’occasion d’avoir plein de facettes et de styles. Jouer à être une autre ou moi-même en mieux, façon Lisa Eldridge interprète les époques. J’adorais ça, je pouvais passer des heures à me « faire des têtes ».
    C’est plutôt mon entourage social/amical (au lycee et dans mes etudes) studieux, geek et à fond dans le naturel, qui m’a un temps fait perdre cette notion de jeu, l’assimilant à de la superficialité ou à de la mascarade. Genre on peut pas être coquette ET avoir un cerveau…Ah les clichés…
    Et puis j’en ai eu marre de ne pas m’amuser et de ce que les gens pouvaient penser et les blogs beauté sont apparus su le net et là, PAF, les vannes se sont ré ouvertes.
    Pour l’évolution 10 ans plus tard je suis plus soin que maquillage (âge oblige) mais ça ne m’empêche pas de m’amuser quand l’envie m’en prend!

    Répondre
  • #4 cecileca le 22 janvier 2016 à 9 h 21 min

    Je dis oui sans hésiter : d’abord ma mère se maquille très peu, juste du khol noir sur les yeux et un peu de mascara. Elle fait partie de ces femmes sublimes qu’un rien habille, qu’un rien illumine. Et magnifique avec juste ça. Ce qui fait que je me maquille peu aussi, juste les yeux… je n’ai pas de reflex teint etc… Mon père quant à lui a toujours dit que le vert et le bleu sur les yeux, ça le faisait penser aux filles de joies et ado il refusait que je porte ces deux couleurs. Maintenant, je continue à éviter le bleu et le vert, même si on est bien d’accord que ces deux couleurs peuvent être très belles

    Répondre
  • #5 Miche le 22 janvier 2016 à 9 h 22 min

    Bonjour,
    Ma mère utilisait de la poudre et du rouge à lèvres lorsqu’elle était jeune, elle m’incitait à me maquiller mais je n’ai jamais suivi ses conseils… trop de matière, trop de couleurs!!!
    J’ai appris à me maquiller en lisant les conseils des magazines et en échangeant avec mes amies.
    Mais, je n’aime pas utiliser la poudre et le rouge à lèvres… faut-il y voir un acte manqué? Il faudrait que j’en parle à mon psy!!

    Répondre
  • #6 Sand le 22 janvier 2016 à 9 h 23 min

    Bonjour à tous!
    C’est très intéressant comme question !
    Ma mère ne se maquillait pas du tout. Alors que moi, j’ai adoré assez tôt donc j’ai appris seule …. avec de magnifiques loupés!

    Pourquoi ais-je toujours aimé les
    yeux « chargés « ? Je ne sais pas.
    En revanche , pendant très longtemps, je n’ai mis que du nude sur mes ongles…. ben oui, le rouge, c’est limite vulgaire!
    Donc j’oscillais entre des ongles soigné mais nude (héritage des idées reçues de ma mere) et du make up type fdt /mascara/crayon noir (mes goûts. .. et découvertes perso )
    En revanche côté parfum, comme ma mère, j’adorais.

    Puis vers 38/40 ans: les blogs et YouTube .
    Là j’ai appris la diversité. . Et mine de rien plus de tolérance !

    J’ai 45 ans et je dois être la seule de ma famille à me maquiller vraiment et surtout à aimer.

    En revanche, j’ai des souvenirs de certains produits : des crayons Lancôme de ma tante, la poudre Gemey de ma grand-mère ….

    Bonne journée à tous :-)

    Répondre
  • #7 Au fil de Laure le 22 janvier 2016 à 9 h 23 min

    Bonjour Hélène!

    Question ô combien passionnante! Ma mère avait une sainte horreur du maquillage et je pèse mes mots car je pense que ce sentiment était très influencé par son éducation protestante rigoureuse.
    Du coup, je me suis longtemps demandé pourquoi je « chargeais » autant mes yeux : sans tomber dans une psychologie de comptoir, je crois que j’ai utilisé le maquillage pour me construire en opposition à elle. Je me souviens qu’elle n’hésitait pas à me demander si je partais travailler au bois quand je sortais de la salle de bains!

    Actuellement, je crois qu’elle a beaucoup évolué sur ce sujet et je la maquille parfois (très très légèrement) pour Noël. Je pense que ça lui plaît mais il faut bien sûr que ça reste très nude et naturel. Quand il la voit ainsi maquillée, c’est plutôt mon père qui fait une drôle de tête mais on a pris le parti de nous en foutre et ce petit moment de maquillage est un moment privilégié entre nous.

    Elle ne me fait plus aucune réflexion sur mon maquillage, même quand je porte un violent smoky. Privilège de l’âge et donc du fait qu’elle me voit enfin comme une femme ou réel revirement sur le fait que non une femme qui se maquille n’est pas pour autant une pute? Je n’en sais rien mais je savoure :-)

    Voilà ma petite réponse à cette question si sociologiquement passionnante!

    Je vous embrasse, Hélène, les filles et les garçons!

    Répondre
  • #8 Badgeekette le 22 janvier 2016 à 9 h 32 min

    Bonjour Hélène,
    alors pour ma part, j’ai toujours vu ma maman prendre soin d’elle, crèmes pour le corps, le visage, se coiffer, se faire les ongles (elle avait et a toujours de très beaux ongles bien soignés et toujours bien manucurés) et se maquiller (mais maintenant je lui ai offert des bons pinceaux et une base à paupières, elle m’a dit que ça lui avait changé la vie :) ) j’ai donc toujours eu une image très « femme » de ma maman et c’est une image que j’aime beaucoup, malgré mon frère et moi, ma mère a toujours bien pris soin d’elle. (et c’est toujours le cas à 59 ans)

    Depuis que je suis maman, je prends encore plus soin de moi, j’ai également toujours les ongles soignés, et le visage maquillé (plutôt nude mais quand même). j’ai envie que ma fille soit fière de moi autant que je le suis de ma propre maman.

    En plus maintenant c’est vraiment une passion que ma mère et moi avons en commun :) l’autre jour j’ai fait un tri (le fameux!) de mon maquillage et j’ai téléphoné à ma maman pour lui dire que j’avais un problème, j’ai 100 rouges à lèvres ! elle rigole et me dit que la pomme n’est pas tombée bien loin de l’arbre car elle-même en a dans les 60 :/ … reproduit-on toujours les schémas de nos parents ? (d’ailleurs j’ai également une armoire quasi pleine de produits back up, comme ma maman …. bizarre non ?)

    bon vendredi :)

    Répondre
  • #9 Hélène le 22 janvier 2016 à 9 h 34 min

    Ma mère ne se maquillait pas non plus mais contrairement à la tienne, elle nous a toujours expliqué que le maquillage abîmait la peau, avançait l’âge des rides et les multipliait. C’est ce qui explique mon arrivée tardive dans ce monde absolument fabuleux ;((

    Répondre
  • #10 Nanou S le 22 janvier 2016 à 9 h 35 min

    Bonjour Héléne,

    Oui, bien sûr : mon éducation a été plutôt stricte, mais comme dans les faits je me maquille au strict minimum (fond de teint léger, blush, mascara et gloss) je reste conforme ;)
    Ceci dit, alors que le rouge soutenu des ràl et des vernis à ongles était d’usage et à la mode du temps de nos mères, je suis un bémol en-dessous avec ma teinte corail fétiche ;)

    Répondre
  • #11 Vanessaz le 22 janvier 2016 à 9 h 40 min

    Bonjour, ma mère se maquillait peu, enfin juste du mascara et du brillant à lèvres. Je me souviens que dès l adolescence je fouillais en douce dans son trousse avec envie ! Je me suis réellement maquillée qu une fois majeure puisque pareil mon père détestait ça et avait du mal à me voir grandir !
    Maintenant que je suis maman d une ado de 13 ans et à la tête d’une jolie collection je suis sûre qu elle regarde mes innombrables palettes et rouges à lèvres en douce ! Je lui interdis la semaine au collège mais le we je l autorise à se mettre un peu de fard clair du mascara et un peu de blush très clair. Comme ça elle a le sentiment que je la considère un peu comme une grande et la semaine elle n en ressent pas l envie ce qui me va très bien ! Mais c est clair que vu que je suis addict mes deux filles savent déjà ce qu est un blush un mascara etc alors qu à leur âge je n en avais aucune idée !
    Bonne journée
    Vanessa

    Répondre
  • #12 Pâquerette le 22 janvier 2016 à 9 h 51 min

    Je me souviens de ma grand-mère maternelle qui tous les matins ouvrait son vanity dans son petit studio. J’étais assise derrière elle et l’observais, fascinée par son rituel quotidien, le ballet des pinceaux, poudres, fards, les cheveux attachés en arrière. Elle était toujours très concentrée, dans sa bulle face à son miroir. Elle n’était pas une femme très heureuse mais ce moment lui appartenait et lui faisait du bien, je crois.
    Je me souviens de ma mère, qui a toujours aimé se maquiller et dont le visage s’illumine dès qu’elle est parée, prête à briller socialement.
    Je me souviens enfin de ma grand-mère paternelle, une femme exceptionnelle de bonté et d’humanité, qui ne se maquillait quasiment pas mais dont le visage resplendissait de joie et de bienfaisance. Elle mettait du parfum au Chèvrefeuille de chez Yves Rocher.
    Je me rappelle aussi qu’adolescente, alors que j’allais à une soirée, ma mère m’a dit : « ben alors, tu ne te maquilles pas ? »
    Je suis sans doute un mélange de toutes ces influences. Je me suis maquillée très tardivement, un peu par obligation, sans réel plaisir. Je n’ai mis du rouge à lèvres qu’il y a deux ou ou trois ans.
    Aujourd’hui, j’ai un rapport plus spontané au maquillage et j’y trouve même un certain plaisir :)

    Répondre
  • #13 charlila le 22 janvier 2016 à 9 h 53 min

    Bonjour à tous!
    Cette question est hyper intéressante et ce n’est pas la première fois que j’y réfléchis… Selon moi, c’est plus une question de culture que d’éducation, même si évidemment les 2 sont étroitement liées. Je pense aussi à une histoire de génération peut-être…
    Mais avant tout, en ce qui me concerne, c’est vraiment une manière de maîtriser mon image, et de contrôler un maximum ce que je renvoie aux autres : c’est donc certainement mon caractère le principal moteur de mon addiction au maquillage…
    Je sens que cette question n’a pas fini de me trotter dans la tête!
    Bonne journée!

    Répondre
  • #14 Justine le 22 janvier 2016 à 9 h 58 min

    Bonjour Hélène!
    Moi aussi ma maman ne se maquillait pas, ma soeur non plus d’ailleurs. Adolescente c’est une amie qui a commencé a me parler de maquillage. J’ai commencé à mettre du mascara et du crayon noir (beaucoup trop d’ailleurs) avec elle. Puis j’ai petit à petit laissé le maquillage de côté. C’est alors que le monde des blogs beauté et youtube c’est ouvert à moi. C’est par toi que j’ai commencé d’ailleurs en chercher comment épiler les sourcils ! Alors merci à toi Hélène de m’avoir fait découvert ce monde! Maintenant je me maquille un peu plus : Mascara, fard à paupière, blush et FDT à l’occasion!

    Répondre
  • #15 Julibi le 22 janvier 2016 à 9 h 59 min

    Très bonne question Hélène !
    Je me souviens avoir appliqué du blush pour la première fois quand j’avais… 8 ans ? J’étais toujours fascinée par ma maman quand elle se maquillait, je l’observais religieusement et elle finissait toujours par me mettre un petit coup de blush sur le bout du nez, qu’on enlevait juste après… Puis est venu le temps ou ma grande sœur est partie en formation make-up artist… J’avais 17 ans ! Elle m’a tout appris et je suis tombée littéralement amoureuse du maquillage / soins… Youtube et les blogs m’ont fait découvrir des techniques toujours plus pointues, et me voici là, après une reconversion professionnelle, à réaliser que mon métier de coach en image et en prise de parole ne s’est pas forgé par hasard… Ma volonté à aider les femmes et les hommes à travers leur image est bien née de l’éducation que j’ai reçu !
    Merci Hélène je commence bien ma journée avec ces beaux souvenirs d’enfance :)
    Très belle journée,
    Juliette

    Répondre
  • #16 Stéphanie le 22 janvier 2016 à 10 h 06 min

    Bonjour à toutes.
    En ce qui me concerne mon éducation n’a pas du tout influencé mon maquillage. Ma mère ne se maquillait pas à part du rouge à lèvre rouge pour les grandes occasions !
    Mais je me suis vite passionnée pour les grandes marques (Dior, Chanel, Lancome…) à travers les magasines. Aujourd’hui je n’achète plus ces marques puisqu’on a tellement de choix !
    Je n’ai pas de fille, mais j’ai des nièces et j’espère pouvoir leur transmettre quelques petites choses :-)
    Bonne journée

    Répondre
  • #17 Anne le 22 janvier 2016 à 10 h 10 min

    C’est intéressant, en effet. Ma mère portait du rouge à lèvres pour sortir (elle le fait toujours d’ailleurs). J’y vois donc un truc très « femme », et donc je n’en porte jamais (j’en achète, mais ils restent dans le placard…).
    Moi, j’ai appris en regardant Helène ;-), j’ai donc 7 ou 8 palettes nude pour les yeux…

    Répondre
  • #18 Clara Poppins le 22 janvier 2016 à 10 h 15 min

    Bonjour,
    J’aime beaucoup cette question même si j’ai eu beaucoup de mal à y répondre.
    Les femmes de ma famille sont plutôt très attentives à leur apparence, maquillage, vêtements… Tout est toujours très étudié (on vient de Marseille, c’est notre côté Cagole :). Les hommes, quant à eux, apprécient les femmes qui prennent soin d’elles.
    Quant à moi, même si j’adore le maquillage, je n’arrive pas à le dissocier d’une « grande occasion ».
    Je suis peut être en perpétuelle crise d’adolescence :) (et je vis maintenant à Paris :p )
    Très bonne journée !

    Répondre
  • #19 adélie le 22 janvier 2016 à 10 h 18 min

    Bonjour tout le monde ! Moi j’ai eu deux voire trois éducations en terme de maquillage: ma grand-mère se pomponnait dés qu’elle quittait la maison et encore aujourd’hui, alors qu’elle n’est plus depuis très longtemps, je repense avec bonheur à son tiroir à maquillage et l’odeur de la poudre de riz m’émeut à chaque fois. Ma mère quant à elle ne s’est jamais maquillée, pas interessée par le sujet, je pense qu’en plus elle trouvait ça un peu « poupoule ». Elle m’a toujours interdit le moindre make up et d’une certaine manière, je lui ai obéis jusqu’à ce que ma fille soit elle-même adolescente et me fasse découvrir cet univers enchanté. Pour être honnête il m’a fallu un peu de temps pour l’accepter. Et même si aujourd’hui je me pomponne à mon tour je pense qu’une part de moi y voit encore quelque chose d’un peu futile. La faute à mon éducation :-) Finalement cette question m’a emmenée plus loin que je ne le pensais…

    Répondre
  • #20 Céline le 22 janvier 2016 à 10 h 18 min

    Ma mère n’a jamais pris particulièrement soin de sa peau et ne s’est jamais maquillée ou presque, je fais tout à fait le contraire :-) J’ai découvert le maquillage vers 12/13 ans, j’étais autorisée à, très légèrement, me maquiller le weekend et j’y ai pris goût !
    Quant aux soins, ma mère a une peau « robuste », peu réactive et de belle texture naturellement, la mienne est au contraire extrêmement sensible et réagit à la moindre agression (extérieure ou « psychologique »), du coup j’ai commencé à en prendre soin très tôt spontanément.
    Et quand je pense « beauté » dans mon histoire personnelle, il me revient à l’esprit : la crème au calendula et la poudre de riz d’une de mes grand-mère et l’eau de Cologne de la seconde, et je pense que ma sensibilité aux odeurs et mon attachement à certaines fragrances, en général et des cosmétiques en particulier, vient de là.

    Répondre
  • #21 Isa le 22 janvier 2016 à 10 h 19 min

    Bonjour

    Ma mère s’est toujours maquillée, mais uniquement le week end. Et ma grand mère, née en 1918, et agricultrice, aussi!! Bon c’était léger, (enfin pas toujours à la fin de vie pour ma grand mère!) fond de teint, blush, fard à paupière pour ma maman, et mascara.
    Par contre, pas de maquillage en semaine. Ma maman a toujours pris soin de sa peau, notamment à l’époque par les produits Yves Rocher, ou Avon, vente à domicile : lait, tonique, crème de jour et crème de nuit. Pour moi également à l’adolescence, même si je ne me maquillais pas, c’était lait, tonique et crème de jour. Donc c’était une routine familiale!
    Après savoir si ça influe sur notre façon de faire ensuite … je me maquille tous les jours, et ma soeur ne le fait jamais. ..

    Répondre
  • #22 fafa le 22 janvier 2016 à 10 h 20 min

    bonjour à toutes

    ma mère se mettait du rose aux lèvres et je la regardais admirative
    je me suis maquillée à 20 ans et encore je n’avais droit qu’au gloss en godet et du khôl bleu aux yeux
    moi j’ai appris dans les magazines à me maquiller puisque dans les années 85 il n’y avait pas internet (j’ai 51 ans) donc pas de you tube ou de « mon blog de fille » et l’on se maquillait au doigt
    belle journée

    Répondre
  • #23 Alexia le 22 janvier 2016 à 10 h 21 min

    Bonjour Hélène, ma mère s’est toujours maquillée. Elle adore quand je lui parle de nouveaux produits, quand je lui apporte ce qui ne m’est pas du tout destiné mais que j’ai quand même acheté.
    Lorsque j’ai voulu me maquiller à l’adolescence, elle m’a donné le meilleur des conseil : si tu veux te maquiller il faut que tu te démaquilles tous les soirs.
    Elle m’a montré les marques que je devais prendre (clinique, clarins, yves saint laurent…) et chaque été, on allait à Sephora où une vendeuse me maquillait et ma mère m’offrait le maquillage (à l’époque, avec un rendez-vous, une maquilleuse Sephora maquillait gratuitement).
    J’ai aussi beaucoup appris avec youtube et les blogs, mais le principal vient de ma mère.

    Répondre
  • #24 Faith le 22 janvier 2016 à 10 h 22 min

    Bonjour Hélène,

    Depuis toujours ma mère aime maquiller ses lèvres d’un rouge vif au quotidien. C’est son seul et unique maquillage (hormis grandes occasions où elle agrémente ses paupières d’un fard bleu, et qu’elle porte du fond de teint).

    Quand j’étais ado et même jusqu’à il y a 2 ans (j’ai bientôt 28 ans), elle m’a toujours interdit de porter des couleurs « marquées » sur les lèvres (elle me disait: ne porte pas du rouge ni du bordeaux, c’est réservé pour les dames comme moi, porte plutôt du rose naturel ça colle bien à la couleur de tes lèvres). Je me souviens avoir porté en cachette, avec la complicité de ma tante, du gloss fuschia pour aller au collège, que j’effaçais rapidement en rentrant à la maison.

    Mon premier vrai pas vers le maquillage a été le mascara, vers mes 18 ans, quand j’ai quitté la maison familiale pour venir étudier en France. Puis petit à petit, je t’ai découverte et Youtube avec. J’ai commencé à épaissir mes sourcils, utiliser un eyeliner, puis -enfin!- osé tester des rouges à lèvres. J’ai fini par apprendre à utiliser les palettes pour les yeux à force de regarder youtube.

    Ma relation avec le teint est un peu plus compliquée. Ma mère se mettait parfois du fond de teint dans les grandes occasions mais je n’en aimais pas ses raisons: elle disait que c’était pour paraître plus blanche (pour elle plus blanche = plus belle, même jusqu’à maintenant). Alors peut-être inconsciemment ai-je toujours rejeté le fait de porter du fond de teint, jusqu’à ce que je découvre qu’on peut en porter un de la même couleur que notre propre teint, et qu’il peut être quasi-imperceptible.

    Je ne sais pas ce qui a changé dans sa tête, si c’est le fait de voir que je maîtrise mon maquillage (encore récemment elle m’a dit: mais pourquoi tu mets du maquillage au fait? tu es toute aussi jolie sans), mais elle ne me fait plus de remarques lorsque je porte du rouge foncé ou du bordeaux. Elle m’a même dit une fois que cela m’allait bien.

    Je pense que j’ai fait évoluer sa propre perception du maquillage, elle-même ne pouvait imaginer que le maquillage pouvait être aussi sublimateur tout en restant discret, et elle l’a vu en oeuvre sur moi. Alors merci Hélène pour cette passion du maquillage que tu nous transmets, avec simplicité et professionnalisme!

    Répondre
  • #25 Pampam le 22 janvier 2016 à 10 h 24 min

    Bonjour Hélène,

    Tout comme les collègues je vais répondre d’un grand oui !
    Niveau soins et maquillage, on va dire que ce ne sont pas mes parents qui vont faire la fortune des industriels :)
    Ma mère se maquille peu… un coup de crayon sur les yeux et basta. Quant à mon père, il n’aime pas ça ou en tout cas pas sur ses filles et sa femme. Je me suis toujours entendu dire que c’était les filles de joie qui se fardaient… À cela s’ajoute l’argument que c’est de la publicité mensongère xD Bah oui faut bien comprendre qu’un homme doit se réveiller à côté de la même fille qu’il a rencontré la veille…
    J’en ris aujourd’hui mais cela a été difficile pour moi de m’y mettre du coup, mais avoir un copain dont la maman travaillait dans un cabinet de dermato… J’admets à demi mots que je ne m’autorise pas toutes les folies que le maquillage permet de réaliser mais je me fais quand même plaisir. En ce qui concerne ma peau, eh bien jusqu’à il y a quelques années c’était le désert de Gobi. Protection solaire minimale, pas de crème hydratante et j’en passe. Aujourd’hui j’ai tellement gagné en confort que je ne peux plus m’en passer.
    Ma petite victoire c’est d’avoir converti mes sœurs et ma mère (mon père est une indécrottable bourrique ah ah ah) qui désormais à chaque « rassemblement » me demandent les nouveautés, ce que je fais à ma peau pour qu’elle soit aussi jolie et surtout on se donne des conseils et on les met en pratique !!
    En tous les cas maintenant, je me laisse tenter par des produits grâce à toi et je n’ai jamais été déçue :)
    Donc un grand merci Hélène ;)
    Sur ce bonne journée à toutes !

    Répondre
  • #26 Marie-E. le 22 janvier 2016 à 10 h 28 min

    Coucou tout le monde,

    Je trouve cette question et les réponses fournies très intéressantes. Cela donne à réfléchir à son rapport au maquillage.

    Pour ma part, j’ai l’image toute petite d’avoir eu une maman très coquette, aux belles robes et au RAL rouge. Il y a d’ailleurs des photos compromettantes de moi, crapahutant en couche culotte dans notre tente de camping pour aller piquer un RAL en douce. Mon amour pour le maquillage était « meant to be » lol! Plus tard, elle a tout arrêté mais je pense que cela a plus été dû aux problèmes rencontrés dans sa vie qu’à une réelle envie d’arrêter de se chouchouter.

    J’ai reçu une éducation stricte -selon mes ami(e)s- mais je l’ai toujours trouvée juste et justifiée. Ma mère était contre le maquillage voyant, pétant quand j’étais jeune fille mais je n’en avais pas non plus envie. Maintenant que j’y réfléchis c’est elle qui m’a offert mon premier gloss, mon premier mascara transparent (puis marron), mon premier crayon eyeliner brun (il était hors de question que je finisse avec les yeux cerclés de khôl noir! ;P), puis ma première « vraie » palette de FAP dior quand j’avais 20 ans. Même si elle a toujours veillé au grain, elle n’a jamais frustré les petites envies que je pouvais avoir.

    Une chose cependant m’a marqué. Elle m’a toujours dit de faire attention à l’image que je renvois, à ce le maquillage, mes vêtements ou mon attitude ne me desserve pas. Notamment lors d’un entretient professionnel, d’un oral d’examen. Aujourd’hui encore j’y prête attention lorsque je me prépare pour un évènement important. Exit les looks extravagants, je privilégie un maquillage neutre, frais et élégant ;).

    Bise!

    Répondre
  • #27 Oliver Richie le 22 janvier 2016 à 10 h 35 min

    Salut Hélène ! Wow super sujet, je viens de passez 30min a lire tout les commentaire hyper intéressant merci. :) Moi en tant que garçon clairement l’éducation na rien à voir avec le fait que je maquille, ni positivement ni négativement vue que aujourd’hui c’est toujours pas rentrer dans les mœurs, ça commence à peine à émerger je pense qu’il faudra bien un demi siècle pour que ça commence a être accepter aha

    Répondre
  • #28 Ingrid de Normandie le 22 janvier 2016 à 10 h 36 min

    Bonjour Hélène , ma mère ne s’est jamais maquillée et encore maintenant elle a 58 ans toujours rien , même pas une crème de jour , elle a une crème anti-ride mais oublie toujours de la mettre , du coup n’ayant pas d’exemple à la maison je n’ai jamais été attiré par le maquillage pourtant j’avais des tantes et ma grand-mère qui se maquillaient. Il n’y a vraiment que depuis un an ou 2 que je me maquille (j’ai 38 ans bientôt 39 même) mais juste le teint et les yeux légèrement et je ne pourrai plus sortir sans mascara à présent.

    Répondre
  • #29 Solène le 22 janvier 2016 à 10 h 37 min

    En terme de makeup, ma mère est du style à garder un mascara ou un ràl pendant 10 et à ne les porter qu’une fois tous les 15 jours. A 15 ans, lors d’un échange scolaire de 3 mois en Allemagne, j’ai découvert les YouTubeuses beauté françaises. J’ai alors dévalisé le rayon Essence de DM et depuis, j’ai 19 ans et ma passion pour le makeup s’est démultipliée. J’ai donc tout appris par YouTube.
    Aujourd’hui, c’est moi qui essaye de convertir ma mère mais ce n’est pas facile !!!
    Bonne journée :)

    Répondre
  • #30 Amélie71 le 22 janvier 2016 à 10 h 50 min

    Bonjour!
    Alors….
    Ma mère s’est toujours maquillée et entretenue… Mais ça n’a jamais été elle qui m’a appris à me maquiller, car elle-même ne savait pas le faire correctement.
    En revanche, au Noël de mes 10ans, elle m’a offert mon 1er RàL et FàP (ton pêche /beige nude)…
    Je me souviens que ça m’avait choquée parce que j’étais très jeune. Mais j’ai aussi compris que le message derrière, c’était du genre « je ne te gronderai jamais pour du maquillage, tu feras ce que tu voudras ».
    Maintenant avec Youtube, et les articles parfois, je tente de lui ordonner(oui oui et ça marche!) de se changer un peu, choisir mieux ses couleurs pour le teint, à bien faire une manucure….
    Je suis devenue la mère de ma mère pour ce domaine parfois, et c’est drôle par moment.
    Par contre le rouge rouge, ça ne passe pas auprès de mes parents. J’ai associé ça au fait que c’est la couleur de la femme par excellence(et mes amis aiment quand j’en porte), et que je resterai toujours leur fille(alors que j’ai 26ans et quand je porte du violet ou rouge foncé, ça ne choque personne… Logique!).
    Voilà. Donc j’ai eu une éducation très tolérante et cool (et pas que pour le maquillage), et je ne remercierai jamais assez mes parents pour ça!
    Allez, assez causer….
    Je souhaite une bonne journée à tous :)

    Répondre
  • #31 Vicky le 22 janvier 2016 à 10 h 50 min

    Salut Hélène,

    Question très intéressante! Oui moi en effet, ma mère ne quitte jamais la maison sans mascara et 90% du temps du RAL. Du coup le mascara est aussi un indispensable pour moi. Mais malheureusement elle ne m’a pas freiné à mettre du fard à paupières bleu jusqu’au sourcils quand j’avais 14 ans hahaha. Bonne journée

    Vicky

    Répondre
  • #32 chtignole le 22 janvier 2016 à 10 h 51 min

    Très intéressante cette question.
    En ce qui me concerne la réponse est clairement oui. Mes 2 tentes maternelles sont très belles et très féminine je les aime de tout mon coeur mais avec aussi un soupçon de vulgarité. Depuis ma naissance j,ai été leur poupée. Habillage, déguisement… ma mère en revanche est beaucoup plus naturelle et les règles ont été strictes à la maison «le maquillage c’est que pour le déguisement, tu aura droit au vernis (transparent) et au maquillage (mascara brun et petit blush bourgeois je m’en souviens encore) Qu’à tes 16 ans et c’est moi qui te montrerai comment on fait!»
    Sur le coup je l’ai détestée comparé à mes tentes. Aujourd’hui j’aime toujours autant mes tentes mais je suis surtout fière d’être la fille de ma mère et si je peux me venter de quelques chose c’est d’avoir du goût, de l’élégance et de savoir m’étendre jolie sans en faire trop et c’est grâce à elle ! Il est certain que ce ne serait pas le cas si j’avais été élevée par mes tentes.
    Merci maman ;)

    Répondre
  • #33 justine le 22 janvier 2016 à 10 h 53 min

    Définitivement oui oui oui,

    maman était très coquette et sa mère l’était.
    je pense qu’ à nous 2 (ma mère et moi) nous avons une collection de maquillage à faire palir Séphora.
    et pourtant nous n’avons pas du tout la même carnation: maman est brune yeux verre avec une jolue peau dorée, moi je suis chatain claire , yeux bleu, peau abricot. je pourrais pas dire qu ‘elle m’a apprit à me maquiller, mais à coup sure elle m’adonné le gout de la coquetterie et surtout des fare à paupière parce que je ne pourrais jamais dissocier ma mère des fares irrisés dorée et kaki qu’elle porte toujours….

    Répondre
  • #34 Claratatouille le 22 janvier 2016 à 10 h 55 min

    Bonjour tout le monde! Question fascinante… C’est très intéressant de lire tous ces commentaires. Ma mère nous a toujours appris à ma soeur et à moi, à prendre soin de nous. Elle n’a pas hésité à dégainer les bandes de cire des mes premiers poils… Je pense qu’elle a toujours eu un rapport assez « sain » avec le maquillage, juste de quoi s’arranger et pas de quoi se cacher. Elle nous a autorisé à nous maquiller de façon progressive dès 13-14 ans. Un peu de fard à paupières dans des tons assez discrets (ah le marron glacé de bourjois), un peu de mascara. Bon très rapidement je me suis fait un plaisir de taper dans sa touche éclat et dans sa terra cotta! A son grand dam… Mon père quant à lui a toujours été fasciné par la féminité, c’est lui qui m’a offert mon 1er vernis à ongle. Mais nude attention parce que, je le cite  » le vernis de couleur, on s’imagine toujours des ongles crasseux en dessous ». Ça ne m’empêche d’en user et d’en abuser aujourd’hui.
    Ah oui et ma mère m’a refilé son obsession pour le vrai rouge sur les lèvres:  » mets un coup de rouge à lèvres, t’as l’air fatiguée… »
    Donc oui, je suis sûre que mon éducation a influencée mon rapport au maquillage: un véritable plaisir sans que ça soit une obsession, un amusement aussi.
    Très belle journée à toutes!

    Répondre
  • #35 Marinouchka le 22 janvier 2016 à 11 h 02 min

    Ce que j’ai piqué à ma mère, et ce bien avant de me maquiller, c’est le coiffage des sourcils. J’adorais la voir faire ça. J’ai du commencer à peigner mes sourcils vers l’âge de 6 ans ;-) Et même quand je ne me maquille pas, je peigne mes sourcils. C’est un geste qui me plaît, une sorte de madeleine de Proust. Maintenant que tu m’as fait découvrir le gel fixateur pour les sourcils (perso, j’utilise celui de Kiko et j’en suis très satisfaite), c’est le bonheur ;-)
    Concernant les soins de peau et le maquillage, comme beaucoup, je me suis formée sur internet. Et, au final, je me rends compte que COMME MA MERE ce que je préfère ce sont des yeux discrets et une couleur flash sur les lèvres.

    Répondre