Pas girlie

15 septembre 2021

(Photos Raphaël et Alina)

Je n’ai jamais aimé le style girlie et la vision traditionnelle de la féminité qui va souvent avec : les robes courtes (voire les robes tout court), les frous-frous, les talons, les trucs à fleurs ou à volants, les grands décolletés, les vêtements près du corps… tout ça n’est pas mon truc.
Je peux trouver ça joli sur d’autres quand c’est fait avec élégance et sobriété, mais pour moi je n’en ai généralement plus envie.

Je préfère la féminité moderne et qui ne correspond pas forcément aux codes conventionnels, n’exige pas de montrer beaucoup de son corps et de sa peau, ni de s’habiller pour séduire.

J’ai toujours été comme ça dans ma tête et dans mon ressenti, je le suis aujourd’hui de plus en plus dans ma façon de m’habiller : déjà, je ne me suis jamais habillée pour séduire (pour quoi faire seigneur ? Jamais compris le concept), et désormais je ne m’habille même plus pour avoir l’air féminine au sens ancien du terme.
Je m’habille parce que j’aime certains vêtements et que ça me fait plaisir de les porter, ma féminité intérieure me suffit (oui bon, et mes bijoux… de ce côté je reconnais avoir des goûts trèèès conventionnels ;-) (en fait mes vêtements ne sont pas girlie mais mes accessoires le sont – à part les chaussures).

Ça m’a frappée la semaine dernière quand tout le monde a préféré la robe à dentelles et fioritures avec les sandales « de fille », là où moi sans surprise je préférais la robe H&M toute simple avec les grosses Birkenstock.

Ma féminité ne dépend pas de ce que je porte, et je me sens autant féminine avec des vêtements quasi unisexes. Et même, le fait de m’y sentir si bien fait que je m’y sens plus féminine, profondément et non en surface.

En réalité, je pense que tout simplement, la féminité ne tient pas aux vêtements ou au look, c’est bien plus intrinsèque (comme l’élégance, en fait). Comment ça, j’enfonce une porte ouverte ? ;-))

Dites-moi ce que vous en pensez, ces questions m’intéressent beaucoup en ce moment !

Look noir :
Débardeur New Look
Pantalon Cos (similaire)
New Balance 530 (attention elles taillent petit, prenez ½ pointure en plus)
Sac Prada

Look kaki :
Débardeur River Island
Chemise Asos
Jean camouflage Asos (il est très vieux, je n’ai pas réussi à trouver d’équivalent)
Birkenstock Arizona kaki
Sac Marc Jacobs datant d’il y a mille ans

SHOPPEZ LE PAS GIRLIE

61 commentaires Laisser un commentaire
Lifestyle, Looks, Mode

Vous aimerez aussi

61 commentaires

  • #1 pumpkin_of_december le 15 septembre 2021 à 9 h 26 min

    Hello !
    En ce moment je me jette immédiatement sur les commentaires, que se passe-t-il ??? 🤣.
    En effet je n’ai jamais compris les injonctions vestimentaires parfois très archaïques qui sont faites aux femmes. Moi par exemple, je souffre d’une sciatique chronique, et avant mon déménagement, il me fallait aller bosser à pieds sur des chemins pas simples, donc j’étais tous les jours en baskets.
    Bien entendu, on me disait « trop sportswear » « trop gamine » « pas féminine car les femmes mettent des talons » et j’en passe.

    Il se trouve que désormais je suis obligée de prendre mon véhicule, donc il m’arrive, uniquement quand j’ai envie, de mettre une paire de talons car je ne vais pas marcher. Immédiatement j’ai été accueillie par un « alors ? Qui te plaît au boulot ?? ». Comme si mettre ces talons impliquait que je cherchais à séduire un collègue !

    J’ai décidé, à 32 ans, de mettre ce que j’aime et tant pis si on juge que ça ne me va pas ou que c’est trop/pas assez. Je cherche avant tout le confort, après des années d’adolescence et « d’adulescence » à vouloir être comme tout le monde, la meuf qui met des robes paillettes le 31 avec des talons qui font souffrir. Pour plaire à des gens qui n’en valaient certainement pas le coup.

    Répondre
  • #2 PascaleRachel le 15 septembre 2021 à 9 h 34 min

    Bonjour Hélène, comme toi j’ai toujours eu horreur des fioritures et autres jupes courtes talons etc…ce n’est pas moi, j’ai plutôt un style qui ressemble au tien. Petite déjà, les poupées m’agaçaient. Je suis beaucoup plus âgée que toi (64 ans). Ma féminité je la trouve dans le soin que je prends de moi: cheveux toujours propres et bien coiffés, ongles faits, petit maquillage…pour le reste c’est pantalon large, joli pull et converses. La féminité ressort quand on la ressent en soi, moi je me sens très femme en col roulé…j’ai inculqué cela à mes filles, pas besoin de montrer de la chair pour séduire, et puis encore quoi??? Et en effet elles sont très femmes chacune dans son style mais sans chichis. Voilà c’était ma petite contribution!!! Oh juste un petit ajout: j’ai des chevaux que je monte tous les jours: donc tenue d’équitation, bombe etc…et bien pour rester élégante, je mets des gants de cuir, du rouge à lèvres et hop! 😊

    Répondre
  • #3 Clémentine le 15 septembre 2021 à 10 h 11 min

    Bonjour à tous,

    Cela me fait penser à quelque chose que mon conjoint m’a dit l’autre jour (ça n’engage que lui mais j’ai très envie de croire que c’est vrai 😉), qu’il me trouvait toujours classe et stylée, que je porte une tenue « travaillée » ou un simple jean/tee-shirt, et qu’il adorait ça chez moi. Comme quoi…

    De la même manière, je trouve souvent hyper élégant et féminin certaines tenues toutes simples sur certaines femmes, ou ultra classe des tenues hyper extravagante sur d’autres alors que sur le papier j’aurai dit no way… Tout dépend de comment la personne se sent dans ses fringues, sur ce point je suis complètement d’accord avec toi.

    Et pour ce qui est des conventions, elles se rapportent de toute façon au regard de l’autre, et comme tu le dis, ce n’est pas pour l’autre qu’on s’habille.

    Bonne journée à tous,

    Clémentine

    PS: j’ai hâte de lire les commentaires!

    Répondre
  • #4 Vanessa le 15 septembre 2021 à 10 h 17 min

    Entièrement d’accord avec toi , je me disais récemment que je te trouvais tellement féminine . Et peut importe le vêtement. C’est en effet une histoire d’attitude profonde … et peut être de port de tête aussi ;-).

    Il n’y a pas une seule manière de ressentir la féminité , mais tout autant que nous sommes toutes des expressions du ( des) féminins …

    Répondre
  • #5 missdior le 15 septembre 2021 à 10 h 17 min

    A 66ans, je porte ce qui me plait « à moi » et non à qui que ce soit. Et si cela ne plait pas et bien tant pis !!!! le principal c’est moi ! ;)))

    Répondre
  • #6 Hélène le 15 septembre 2021 à 10 h 28 min

    pumpkin_of_december : et surtout, pourquoi plaire à des gens ?… en dehors d’un cercle très très très proche dont on peut apprécier les compliments, je ne comprends pas le concept.

    PascaleRachel : c’est intéressant ce que tu dis à la fin, où tu pointes que finalement l’élégance est sans doute plus importante qu’un look conventionnellement féminin.

    Vanessa : oui ça vient beaucoup de l’intérieur (et si ça ne vient pas, et qu’on n’est pas féminine parce qu’on n’a pas envie, ça n’a strictement aucune importance non plus ;-).

    missdior : un des grands avantages de l’âge, c’est qu’on en n’a plus rien à foutre de rien ;-))

    Répondre
  • #7 Squiban nathalie le 15 septembre 2021 à 10 h 31 min

    Bonjour, pour moi c’est pareil je préfère les vêtements simple sans chichis ni dentelle, je ne me sens pas à ma place dan ces vêtements hyper « féminins ». Et puis la féminité ne se résume pas à un vêtement. Et puis zut, porter des vêtements dans lesquels on se sent bien est bien plus féminin que de se retrouver coincer dans d’autres dictés par la mode. Par contre pour moi aussi les bijoux sont importants. Et pas de talons non plus 😉

    Répondre
  • #8 Nadia El le 15 septembre 2021 à 10 h 39 min

    Hélène,
    Pour ma part je porte des vêtements simples mais élégants, confortables et qui épousent mes mouvements… en bref ce sont mes vêtements qui me portent. Ce sont des basiques intemporels… je n’aime pas les frous-frous les vêtements « blingbling » ou flashy… j’aime passer inaperçue tout en étant élégante… Il m’arrive (mais c’est rare) de m’acheter une couleur osée de vêtement histoire de casser avec la routine.Pour ce qui est des chaussures que du confort :baskets, derbies (j’aime trop ca fait habillé et ca donne un style) ou sandales birkenstock pour l’été encore une fois confort et fluidité dans la marche. Je me fiche du quand dira-t-on… Mais je ne peux sortir sans mes bijoux ce sont eux qui m’habillent en quelque sorte… bijoux fins pas blingbling et de qualité, certains que je porte en permanence (la flemme de les retirer pour les remettre?). Les bijoux c’est comme mes seconds et indispensables vêtements! Sans eux on se sent comme nu pas toi Hélène? Et puis les sacs c’est essentiel! Pas qu’un non selon la tenue mais la plupart du temps j’en garde un presque une saison… Ton style Hélène me conviendrai complètement… Les vêtements dégagent une personnalité propre et puis si on suit la mode pour être tendance il n’y plus de personnalité… qu’en penses-tu Hélène?

    Répondre
  • #9 Gaelle R le 15 septembre 2021 à 10 h 48 min

    Bonjour Hélène,

    Quoi de plus agréable que de lire ton billet avant d’aller travailler cet après midi.

    j’ai toujours eu dû mal avec la fémininité pure, comme quoi il fallait absolument être en talon aiguille, jupe moulante, .D’ailleurs après mes années de danse, je ne peux que les talons carrés ou compensés, .Mais en ce moment au boulot on est obligé d’être plat ou en tennis, ce qui me ravit.

    Pour moi en plus de quelque accessoires discret (il n’y a rien de plus chic que la discrétion comme tu sais si bien le faire ), la fémininité vient plutôt de ce que dégage la personne, son attitude, .L’élégance et la discrétion joue beaucoup aussi,.

    je pense que la façon d’être, d’inter agir avec les autres joue beaucoup aussi. On peut être très féminine en jeans basquettes .Peut être que le fait de ce sentir jeune aussi joue beaucoup, être en accord avec soi même .Même si l’entourage me dit féminine comme il faut, j’avoue qu’en ce moment j’ai l’impression d’être en décalage avec les femmes de mon âge, car je fais beaucoup plus jeune (un collègue m’a dit l’autre jour que je faisais 35 alors que j’en ai un peu plus de 10 de plus hihi), parce ce que je m’habille comme j’en ai envie aussi et de la façon dont je me sens bien, c’est peut être ça le secret ? .

    Merci de ce billet fort intéressants

    je te souhaite une très bonne journée

    Répondre
  • #10 Hélène le 15 septembre 2021 à 10 h 50 min

    Squiban nathalie : uh oui les bijoux, quel bonheur ! ;-)

    Nadia El : je trouve aussi que si on se conforme entièrement à la mode sans l’adapter à soi du tout du tout, on y perd de la personnalité et c’est un peu dommage. Après si des gens sont heureux comme ça moi ça me va, tout ce qui compte c’est que les gens se sentent bien ;-)

    Gaelle R : « la féminité vient plutôt de ce que dégage la personne, son attitude » : c’est vrai, ça joue beaucoup.

    Répondre
  • #11 Manon le 15 septembre 2021 à 10 h 52 min

    Bonjour Hélène,

    Merci beaucoup pour cet article. J’ai eu des périodes fifilles parce que c’était ce que tout le monde faisait (J’ai 27 ans). Et puis je sentais cette pression de justement m’habiller pour plaire. Et puis je suis partie vivre en Allemagne et en Angleterre et ça à changer beaucoup de chose. Je ne sens plus de jugement et de regard. J’ai pris confiance en moi, je ne dis pas que la France est nulle, simplement que l’on attache plus d’importance à ce qui est féminin ou pas. Aujourd’hui je ne porte que ce qui me fait plaisir et je me demande comment j’ai pu mettre des talons pour aller en cours !!

    Répondre
  • #12 Wirette le 15 septembre 2021 à 10 h 55 min

    « et surtout, pourquoi plaire à des gens ? » Ah là là, ce genre de remarque me rend tellement envieuse! Je n’en suis pas là, malgré la 50aine qui approche. Mais j’y travaille!

    Pour le reste, je trouve que l’important, et le difficile, c’est l’accord entre soi et soi-même.

    Vers mes 35 ans, une amie très proche m’a dit qu’elle était heureuse pour moi, car je portais enfin des vêtements « qui me ressemblaient ». C’est un des plus beaux compliments qu’on m’ait fait.
    Cela dit, je ne sais absolument pas définir ces « vêtements qui me ressemblent » – mais je sais quand je porte des vêtements qui ne sont pas « les bons ». Il y a un déséquilibre, un truc qui ne va pas. Quand j’ai pris bcp de poids ces dernières années (médocs…), je n’arrivais plus à trouver cela. Ce n’était pas le seyant du vêtement, c’était… que ça « colle » avec moi. J’ai retrouvé récemment le plaisir de sentir que j’avais retrouvé mon harmonie interne, et c’était vraiment l’impression qu’un truc se remettait « à sa place ».

    Et c’est déjà pas évident d’avoir cet accord. Alors, si en plus il faut ajouter à cela le fait de se conformer à qqch d’aussi compliqué à définir, et d’aussi peu consensuel, que la féminité…. C’est à devenir dingue!
    Pour le coup, j’avoue aussi qu’avoir des amies lesbiennes m’a aidé. Leur rapport aux vêtements est un peu différent – et c’est très libérateur.

    Et pour terminer… Je ne trouve pas que vous n’êtes pas féminine dans votre manière de vous habiller. Vos vêtements sont « cash » et efficaces, mais vous avez toujours une silhouette très affirmée, qui vous met dans une tradition d’élégance que je ne sais pas nommer (je n’ai aucune culture dans la matière) mais qui est assez reconnaissable.

    Répondre
  • #13 Hélène le 15 septembre 2021 à 10 h 57 min

    Manon : ah mais oui dans ces pays c’est complètement différent (idem en Scandinavie), déjà personne ne te fixe dans la rue, ça ne se fait pas, et en général les gens s’en foutent pas mal de ton look, ce qui est extrêmement reposant.
    Rien que pour ça, en plus de mille autres choses, Londres c’est le bonheur ;-)
    La France est un pays latin et pas très moderne, beaucoup trop obsédé par l’apparence, et qui en plus se permet de juger – et de commenter, comble de la grossièreté ! – celle des autres.

    Wirette : c’est ça, être en accord avec soi-même, une des clés du bonheur (et je n’ai pas dit que je n’étais pas féminine, mais que je n’étais girlie, c’est assez différent ;-).

    Répondre
  • #14 Cécile le 15 septembre 2021 à 10 h 57 min

    Très bonne réflexion Helene, l’important à mon sens est de se sentir alignée, belle et surtout à l’aise dans ses vêtements. Ce sont ceux là qui nous mettent le plus en valeur. Et longue vie aux Birks!!!

    Répondre
  • #15 Hélène le 15 septembre 2021 à 10 h 59 min

    Cécile : voilà, en accord, alignée, droit dans ses bottes – ou ses birks ;-))

    Répondre
  • #16 Catherine le 15 septembre 2021 à 11 h 07 min

    Bonjour Hélène
    Ah mais que je suis d’accord !!! Avec le temps j’ai délaissé les oripeaux … certes, aidée par la mode qui a évolué vers des associations que je n’aurai jamais osé porter et qui sont devenues des uniformes ! Je porte des choses parfois girlie mais dorénavant elles sont associées à des éléments plus streetwear , ou masculins et je trouve ça tellement plus fun et moins coincé que le total look femme fatale ! Donc I totally agree ! Bonne journée

    Répondre
  • #17 Hélène le 15 septembre 2021 à 11 h 12 min

    Catherine : c’est vrai qu’on est aidés par la mode qui a beaucoup évolué.

    Répondre
  • #18 alexa le 15 septembre 2021 à 11 h 41 min

    Bonjour Hélène,

    Je suis bien d’accord avec toi, et comme tu l’ajoutes si bien: l’avantage de l’âge c’est qu’on en a plus rien à foutre….Je confirme et signe.
    Je constate tout de même que quand je mets une robe on me regarde différemment dans la rue, et je ne parle pas de robe moulante ou décolletée. Comme quoi, certains diktats résistent à tout..
    Moi, dans la rue je peux regarder une personne en robe/pantalon…peu importe c’est ce que la personne dégage et l’harmonie avec ses vêtements qui vont retenir mon attention!

    Répondre
  • #19 Estelle le 15 septembre 2021 à 11 h 55 min

    Bonjour Hélène,

    Premier commentaire que je laisse sur ton blog je crois. Mais ce sujet me tient particulièrement à cœur puisque je me suis rendue compte que je changeais doucement, mais sûrement de style. En fait moi je me sens féminine parce que je suis en accord avec mon genre, voilà tout. Que je sois en basket jean sweat ou en robe sandales (même si cette deuxième option n’arrive quasi jamais 😂), je suis féminine, point barre. D’ailleurs, je trouve ça génial que les codes commencent à changer, mais il y a encore du chemin. À l’instar de tes amis Raphaël et Théo, les hommes assument de porter du vernis et des « vêtements pour femmes ». Ils ne perdent pas pour autant leur virilité, au contraire, ils s’assument et ça les rend beaux. La mode c’est censé être un truc cool à la base, où notre personnalité peut s’exprimer, donc je n’ai pas envie de me prendre la tête.
    Mais je veux bien te croire quand tu dis que l’art de s’en fiche du regard des gens prend de l’importance avec l’âge. J’essaye déjà de le cultiver du haut de mes 28 ans !
    Merci pour ce joli message que tu véhicules et moi, j’adore ton style de façon générale 🙂

    Répondre
  • #20 Hélène le 15 septembre 2021 à 12 h 03 min

    alexa : sans aucun doute, quand on est « habillée en fille », comme je dis, les regards ne sont pas les mêmes et on s’en passerait volontiers.

    Estelle : merci beaucoup à toi pour ce premier commentaire !

    Répondre
  • #21 Valériane le 15 septembre 2021 à 12 h 05 min

    Et pourtant tu n’as pas du tout l’air « masculine » non plus (même si ça n’aurait évidemment pas été un problème). Comme quoi, la féminité, ce n’est pas que les fringues !
    Et si tu allais à un date, est-ce que tu réfléchirais tout de même à la façon de t’habiller, ou tu ferais comme tous les jours ? :)

    Répondre
  • #22 Hélène le 15 septembre 2021 à 12 h 18 min

    Valériane : ah non je ne suis pas masculine, mais je n’ai pas dit que je n’étais pas féminine, juste que je n’étais pas girlie ;-)
    Et tu t’en doutes, je m’habille absolument comme d’habitude, pour un date (voire même je suis capable d’en rajouter dans le « unisexe » pour voir si j’ai un mec évolué en face de moi ;-).

    Répondre
  • #23 Marie-Hélène le 15 septembre 2021 à 13 h 11 min

    Bonjour Hélène,

    Je m’habille de manière assez féminine parce que j’ai l’impression que cela avantage mon petit format d’avoir quelques centimètres de plus avec des talons et des habits ajustés. J’aimerais adopter des looks plus modernes, parce que cela correspond davantage à la tendance actuelle, mais avec des vêtements oversize ou des combat boots, j’ai juste l’air ridicule. Je crois que la seule chose qui importe est de pouvoir se regarder dans la miroir et d’être satisfaite de son image, que ce soit en jupe à fleur ou en pantalon cargo. Si l’on arrive à se plaire à soi-même nul doute que l’on ne sentira plus le besoin de plaire aux autres.

    Répondre
  • #24 Juliette le 15 septembre 2021 à 13 h 12 min

    Bonjour Hélène,
    Déjà merci de soulever cette question hyper intéressante!
    Je ne sais pas exactement si c’est ce que tu signifie mais j’ai l’impression qu’être féminine aujourd’hui c’est encore être dans un archétype de séduction, de dentelle, et puis même renvoyer l’image d’une certaine fragilité. Je suis enseignante et depuis le début de ma carrière il y a 5 ans j’ai l’impression que pour avoir une posture d’autorité il faut se masculiniser – porter des pantalons, des habits sans motifs, les cheveux attachés – alors même que ces aspects relèvent du goût et du ressenti personnel, et n’entache pas du tout la féminité, qui relève d’autre chose comme tu le dis. Fun fact, une année j’ai commencé à porter des robes et des vêtements un peu élaborés qui correspondent plus à l’idée de la féminité, et souvent les élèves se trompaient et m’appelaient « monsieur »…

    Répondre
  • #25 Hélène le 15 septembre 2021 à 13 h 21 min

    Marie-Hélène : ah mais complètement, je ne suis pas du tout contre les vêtements girlies, ça n’est juste pas mon style. Tu as parfaitement raison de dire que la seule et unique chose qui compte, c’est d’être content de ce qu’on voit dans le miroir ;-)
    Et tu soulèves un point très intéressant, auquel je n’avais pas pensé : « Si l’on arrive à se plaire à soi-même nul doute que l’on ne sentira plus le besoin de plaire aux autres » ; je me demande jusqu’où ça va, et si certaines personnes n’ont pas quand même besoin de plaire aux autres, même si elles se plaisent à elles-mêmes ?

    Juliette : « j’ai l’impression qu’être féminine aujourd’hui c’est encore être dans un archétype de séduction, de dentelle, et puis même renvoyer l’image d’une certaine fragilité » : je pense que tu as raison.
    Même si certaines femmes de pouvoir sont très féminines dans les codes anciens (la plupart des stars, à vrai dire ; ces femmes jouent à fond les codes de la féminité traditionnelle et sont pourtant loin d’être des petites choses fragiles – en revanche elles ont sans nul doute besoin de séduire), je pense que pour le commun des mortels c’est en effet vrai.

    Répondre
  • #26 Julie le 15 septembre 2021 à 13 h 22 min

    Bonjour Hélène,
    Je suis complètement d’accord avec vous. J’ai été longtemps (entre l’âge des premières séductions et la trentaine) bloquée dans ce carcans de la féminité « conventionnelle » ou il fait être bien apprêtée, avec des talons de 10 cm, du maquillage, du parfum et tout et tout. Au final au bureau quand je portais un jean (même moulant) 3 jours de suite, je me prenais des remarques sexistes… Bah oui j’avais habitué les collègues « à mieux! »
    Aujourd’hui c’est jean, blouse et sneakers, et si ça plaît pas, bah tant pis… Moi je me sens bien dans mes baskets, et les autres, ils pensent bien ce qu’ils veulent…

    Répondre
  • #27 Nina le 15 septembre 2021 à 14 h 08 min

    Ça fait du bien de lire cela ! Je suis pareille, je suis madame bijoux mais sur l’an facon de m’habiller je leretrouve en toi (sauf Birk 😅) ma tenue préférée est une parka un jean des baskets et je suis jamais aussi bien dans des vêtements que comme ça… ceci dit j’aime beaucoup les robes d’ete Longues mais ça s’arrete là.
    Cet été lors d’une fête familiale j’ai eu droit à une réflexion (j’étais en robe donc c’était exceptionnel) ah ça te va bien les robes ça change … bon j’avoue c’est vrai mais vraiment très rarement…

    Répondre
  • #28 Elsa le 15 septembre 2021 à 14 h 35 min

    Que l’allure soit girlie, féminine ou non, le vêtement est une arme de construction massive. L’essentiel est d’être bien avec soi, à l’équilibre, non ? Perso je n’aspire qu’à cela. Je suis comme vous Hélène, plutôt à la recherche de l’élégance parce qu’elle me fait du bien dans ce monde de brutes ;-)

    Répondre
  • #29 vanina le 15 septembre 2021 à 14 h 36 min

    Je ne suis pas du tout « girlie ».
    Je fais un métier de logistique dans un entrepôt, je manipule des colis, des palettes.
    Il faut mieux être en pantalon, tee shirt/ sweat car on se salit souvent et grosses chaussures bien solides ! L’hiver, comme ce n’est pas chauffé, c’est bonnet et doudoune supplémentaire !
    J’ai arrêté de porter des bijoux car j’ai abimé des bagues et des bracelets.

    En dehors du travail ? et bien je m’habille très simplement : déjà, je ne repasse jamais, ce qui exclu quelques vêtements ^^
    J’essaie principalement d’avoir des vêtements qui tombent bien, de couleur ( très peu de noir, marron etc .. ) de préférence et de bonne qualité. Jamais de short ou de jupes courtes, mais ca c’est une autre histoire…..

    Je trouve une femme élégante quand elle se sent bien dans ses vêtements (vêtements à la bonne taille ) et qu’elle assume sa tenue ( vive les hauts talons quand on sait marcher avec ;-) .

    Je ne cache pas mon admiration au femme que je trouve sublime avec leur blouse en soie, jupes et escarpins ! Tenue qui n’est pas pour moi, et n’en portant jamais, je ne me sens absolument pas moins feminine.

    Répondre
  • #30 Yakadi le 15 septembre 2021 à 14 h 37 min

    Helloooo,
    Voici un de mes billets préférés et qui m’aident beaucoup parce que cela exprime si bien ce que je ressens moi-même sans mettre des mots dessus et apparemment je ne suis pas la seule.
    Sinon, me sentir humaine me fait tellement plus de bien que me sentir féminine !
    Et j’espère que si j’étais un homme, j’oserais prendre du plaisir à poser mon rouge à lèvres et à porter plein de bijoux,.
    Vivement la fin des masques !!!!

    Répondre
  • #31 Valérie le 15 septembre 2021 à 14 h 55 min

    Bonjour Hélène,
    Cet article me parle. Je me sens féminine à l’intérieur. Je n’ai jamais eu besoin de colifichets pour ça. Cela fait 30 ans que je me chausse de doc’martens, pour moi, la meilleure des chaussures. Des baskets et des sandales confortables ou birkenstock l’été, j’ai besoin d’amortis !
    Le plus souvent je suis en jean, veste en jean, blazer, teeshirt, chemise blanche et cardigan de laine. Robe l’été, mais hyper simple et quand il fait très chaud. Mais j’ai toujours grande étole ou foulard, je trouve cela élégant et un sac. Rien d’original, mais c’est moi. J’ai 54 ans et après quelques années à me chercher, je me suis finalement rapidement trouvée et je me sens très bien comme ça. Je ne connais même pas les tendances modes ! Bonne journée !

    Répondre
  • #32 Belette le 15 septembre 2021 à 15 h 04 min

    Alors Hèle comme tu le sais je suis une fan absolue de robes, j’adore les paillettes (faut dire que dans ma profession, il n’y en a pas beaucoup et encore pire en ce moment….), j’adore souvent les vêtements voyants, colorés mais parce que je me retrouve dans tout ça !! Mais on n’est bien d’accord que la féminité n’a rien à voir avec les vêtements….

    Répondre
  • #33 Cristina le 15 septembre 2021 à 15 h 22 min

    Moi je te trouve très belle et bien féminine. Je pense que quand on se sent bien cela se voit de l’extérieur et cela vous rend belle/beau. D’accord aussi avec un précédent commentaire sur la mode qui a évolué pour le mieux, tant la mode que notre regard collectif. C’est de plus en plus accepté socialement de privilégier le confort et c’est un soulagement: si on peut bien sûr ignorer les commentaires sexistes, c’est beaucoup mieux de ne pas en entendre.

    Répondre
  • #34 Armelle le 15 septembre 2021 à 15 h 54 min

    Hello Hélène
    Très intéressant ce billet.
    Pour moi, la féminité n’est pas rattachée aux vêtements que l’on porte. C’est plus une attitude.
    J’ai fait des erreurs plus jeune de vouloir absolument porter un vêtement qui n’était pas adapté et sur lequel je tirais pour l’ajuster sans cesse ; au final ma journée était une catastrophe et j’étais heureuse le soir de pouvoir retrouver mon corps libre sans avoir les mouvements entravés à chaque instant.
    Maintenant, je sais ce que j’aime, ce qui me va et surtout ce que je déteste porter même si parfois je trouve certaines pièces vraiment belles sur les autres mais sur moi ça ne fonctionne pas alors je passe.
    Idem pour les chaussures. Après une fasciite plantaire en 2018 qui m’a fait hurler de douleur pendant 15 mois, ( guérie grâce à une injection de cortisone sous échographie) j’ai dû porter une botte de marche pas très glamour, pour immobiliser le pied, inutile de dire que si je m’étais focalisée sur la féminité; j’aurais fait une grosse déprime.
    Depuis , je ne peux porter que des sandales / chaussures comfort, des bottines un peu surélevées (4-5 cms max) et des Birkenstock ou autres sandales avec semelles préformées l’été. Adieu sandales fines. On m’a dit un jour “ tu as les mêmes sandales que ma grand-mère” en parlant des Birkenstock que je portais ce jour là. Et puis ? Développes, ça m’intéresse…

    Bref, Le comfort est essential, plus on se sent à l’aise dans un vêtement, moins on souffre dans des chaussures, plus on a confiance en nous et plus l’image que l’on dégage sera positive et peut être laissera-t-elle passer beaucoup notre féminité. :-))

    Bonne semaine

    Répondre
  • #35 Sarah le 15 septembre 2021 à 16 h 00 min

    Peut être parce que la féminité au sens où on l’entend généralement est une construction patriarcale stéréotypée, n’ayant in fine rien à voir avec le fait d’être une femme ?
    Le genre peut être une telle source d’oppression…

    Répondre
  • #36 Mathilde Drd le 15 septembre 2021 à 16 h 16 min

    J’ai parfois l’impression que notre féminité se situe aussi dans le regard des autres…
    J’essaie de pas y accorder d’importance mais c’est parfois difficile, je ne prend pas toujours assez de recul.
    Je porte moi aussi des vêtements que j’aime et qui me font plaisir. Je me sens ultra jolie et féminine avec certaines personnes, elles ont soient un mot ultra gentil parce qu’elles adorent un élément de ta tenue ou bien n’y font clairement pas attention et tu te sens totalement libre et à l’aise.
    Et il y en a d’autre avec ce regard « scanner » teinté de dédain qui te donne envie de filer dans un trou de souris. Je me dis « mais pourquoi j’ai mis ça ? je n’aurais jamais dû m’habiller comme ça… ». Je me martèle de ne pas y faire attention et d’assumer pleinement mon style (ou non style peut être justement ;)) mais je n’y arrive pas toujours.
    Je crois effectivement que tu as complétement raison : la féminité ne dépend pas de ce que l’on porte ! Elle ne devrait dépendre que de nous !
    Belle journée.

    Répondre
  • #37 Maxime le 15 septembre 2021 à 18 h 27 min

    Bonjour Hélène,
    D’abord laissez moi vous dire que j’aime votre style, qui contribue à vous donner une allure plus jeune, dynamique et moderne.
    Je suis complétement d’accord avec votre point de vue dans cet article. Ces codes sont d’autant moins signifiants qu’ils évoluent au fil du temps. Dans les années 50, les femmes n’avaient même pas le droit, la légalité, de porter des pantalons; cela semble évident aujourd’hui.
    J’aimerais ouvrir le débat si possible par une simple question. En allant de l’autre côté du spectre du genre, un homme est il moins masculin s’il porte une jupe ou du maquillage? ;) À vous de me répondre! Merci Hélène pour vos articles toujours intéressants et bien écrits.

    Répondre
  • #38 Hélène le 15 septembre 2021 à 18 h 52 min

    Julie : ce qui est ahurissant c’est que les collègues fassent des remarques (sexistes, en plus !). Foutu patriarcat…

    Nina : ah oui la positivité toxique des gens qui te disent « tu es tellement jolie en robe, tu devrais en porter plus souvent ». On ne leur a pas demandé leur avis hein.

    Elsa : oui l’élégance c’est magnifique et ça fait du bien !

    vanina : moi aussi je complimente les femmes qui portent de ravissantes choses girlies (pas plus tard que lundi, Alina dans une délicieuse robe blanche), sans me sentir aucunement en compétition avec elles sur le plan de la féminité ou de la beauté.

    Yakadi : Maxime : je pense que c’est plus difficile pour les hommes de s’approprier les codes traditionnellement féminins, la société est complètement arriérée et la plupart du temps pas du tout prête pour ça.
    Et puis ça n’est pas vraiment le sujet, puisque on parle ici de girlitude versus féminité, et non de masculinité ;-)

    Valérie : merci ;-)

    Belette : oui le goût du vêtement pour lui-même ne rejoint pas du tout forcément le besoin de se sentir féminine ou pas. On peut porter un truc juste parce qu’on le trouve joli, sans le rattacher à un ressenti féminin ou pas féminin.

    Cristina : je pense que cette pandémie a donné à tout le monde envie de prioriser le confort, ça fait plein de possibilités de fringues cool en plus ;-)

    Armelle : j’ai une fasciite plantaire aux deux pieds, je vois bien ce que tu veux dire, ça limite beaucoup ce qu’on peut porter.

    Sarah : « la féminité au sens où on l’entend généralement est une construction patriarcale stéréotypée » : et comment !

    Mathilde Drd : j’imagine que tu ne peux pas éviter ces gens au regard dédaigneux parce que ce sont des collègues ? Dans ce cas en effet c’est pas cool, mais si tu peux le faire, fuis-les sans aucun regret ;-)

    Répondre
  • #39 Fabi le 15 septembre 2021 à 21 h 10 min

    Bonsoir Hélène !
    Moi j’aime l’élégance des robes longues et fluides, les froufrous quand ils froufroutent discrètement, les faux culs et décolletés profonds, mais aussi la sobriété d’un pantalon droit et fluide, ou d’un jean et d’un pull bien coupé… En fonction de la manière de le porter. Pour moi ce qui fait la féminité n’est pas le vêtement, ou le bijou, ou le talon même… C’est intrinsèque, la féminité, on la perçoit dans la façon d’être, pour moi dans une forme d’élégance, de douceur, d’empathie et de force tout à la fois, mais elle est plurielle et sera différente pour chacune…La féminité est en nous, elle de l’ordre de l’être, pas d’un look, et pas pour quelqu’un d’autre (bien qu’on puisse l’exacerber pour un/une autre). Et du coup ce que pensent ou projettent les autres… Cela leur appartient mais moi, aujourd’hui, j’avoue, je m’en soucis de moins en moins… Du coup girly, pas girly… Disons que chaque féminité a son charme…

    Répondre
  • #40 ZAZA le 15 septembre 2021 à 21 h 11 min

    Bonsoir Hélène (et tou-te-s), ouh là vaste sujet! Ah mais non alors la féminité n’a rien à avoir avec ce qu’on porte. Et d’abord c’est quoi la féminité , ou la virilité d’ailleurs? A part juste le fait d’être une femme, un homme -ou d’ailleurs se sentir entre les 2. Non seulement une femme portant des vêtements très masculins (ou appartenant au vestiaire masculin) peut -être terriblement féminine (au sens où on l’entend habituellement, nous sommes d’accord c’est une vision d’abord sociétale) mais pourquoi et pour qui devrait-elle l’être davantage? Perso j’ai porté beaucoup de robes, jupes, un peu de décolletés,talons hauts mais juste parce que j’aimais les vêtements pour ce qu’ils étaient (le tissu, la coupe, …) et que ça me plaisait . Pas pour séduire , à part moi même. Les talons surtout me permettaient de gagner des centimètres et de l’assurance . Bon les talons je ne peux plus trop ..A contrario j’aime et j’ai porté/je porte des vêtements dits masculins voire trouvés au rayon homme et je n’y perds rien de mon identité. Et oui il y a toujours quelqu’un pour dire ‘c’est pas très féminin ça’…. Je m’en moquais hier, je m’en moque aujourdh’ui, je m’en moquerai demain .. Bonne soirée PS Tu es toujours élégante, robe ou pas robe :)

    Répondre
  • #41 Snorkette le 15 septembre 2021 à 21 h 12 min

    Bonjour Hélène,

    excellent article, qui pour pour moi tape d’autant plus juste que je me souviens très clairement avoir préféré la robe « girlie » dans l’article que tu évoques !

    Après une adolescence à avoir plébiscité les baggies, les hoodies, les skate shoes et compagnie (aaah, les années 2000), je cultive de plus en plus un style féminin au sens le plus conventionnel du terme… tout en attachant une grande importance à développer la part masculine de ma personnalité… tout en considérant que les catégories du féminin et du masculin sont purement artificielles. Vivement que ces catégories soient obsolètes !

    En tout cas, c’est particulièrement plaisant de lire ce genre de réflexion dans un blog… de fille ;)

    Très bonne soirée à toi

    Répondre
  • #42 Elc le 16 septembre 2021 à 0 h 38 min

    Bonjour Hélène
    Mon avis sur la question :
    On peut être féminine ou pas. On peut avoir envie de l’être ou pas.
    La féminité n’est pas une finalité en sois. Souvent la femme est associé à la féminité et on peut même dire qu’elle y est astreinte.
    Pourtant à mon sens ce n’est pas cela qui rend une personne « belle », en tout cas bien dans sa peau et à l’aise. Pour certains oui bien sûr. Certaines femmes ont envie de cela est elles se sentent bien comme ça pour d’autres non. Certaines femmes féminines sont magnifiques, certaines femmes plus masculines (puisqu’il faut catégoriser) le sont tout autant. Ce qui est important c’est de sentir bien et belles quelque soit le vêtement porté.
    Quoi qu’il en soit, la féminité ne s’obtient pas avec des vêtements mais avec une attitude. Une certaine élégance je dirais. Et une femme en jogging peut être tout aussi féminine qune femme en robe et talons.

    Répondre
  • #43 Alexandra le 16 septembre 2021 à 5 h 34 min

    Tout a fait d’accord avec ce qui est dit de la féminité.

    Et parfois les regards ou les propos déplacés ne viennent pas des hommes mais des femmes elles-mêmes !

    Je suis toujours sans talons et plus souvent en pantalon : j’aime le look anglais, la classe simple et moderne. Et oui, pourtant je fais un mètre 56… les talons me rendraient service parait-il …. ah bon? Non merci.
    Je veux du confort et de l’élégance. Une collègue ma dit un jour  » quand est-ce qu’on te voit habillée en fille » ….c’est révélateur d’une pensée très archaïque de ce à quoi doit ressembler une femme….tristesse.

    Répondre
  • #44 Hélène le 16 septembre 2021 à 9 h 57 min

    Fabi : la douceur et l’empathie associées à la féminité me semble un peu dater de 1950, mais chacun son truc hein ;-)

    ZAZA : en effet, pourquoi faudrait-il être féminine (en vrai on a la réponse : pour faire plaisir aux mecs arriérés) ?

    Snorkette : je ne suis pas sûre que porter des vêtements du vestiaire masculin veuille dire qu’on cultive la part masculine de sa personnalité, ni qu’il soit nécessaire de la cultiver plus ou moins que la part féminine, d’autant que les frontières et les différences sont parfois tellement subtiles qu’elles en sont insoupçonnables ;-)

    Elc : « La féminité n’est pas une finalité en soi » : merci merci pour ça, tu as tout résumé et tout compris !

    Alexandra : oui beaucoup de mecs sont encore dans un rapport très archaïque à tout ça, ça me fait bien marrer quand j’entends des gens (mal informés) dire qu’on n’a pas besoin du féminisme en France ; tu parles, il a encore de beaux jours devant lui !

    Répondre
  • #45 Julie de la sablonniere le 16 septembre 2021 à 11 h 28 min

    Tout à fait en accord avec toi ! La féminité ç est à l intérieur et pas via des vêtements. L important c est de se s habiller comme on aime et de se trouver belle , pleine de confiance en soi. Ceux et celle ( dans mon cas ceux) a qui ça ne plait pas car pas assez girly..et bien passez votre chemin 😊
    P.s.. tes photos sont superbes, j adore les looks! En plein moi!

    Répondre
  • #46 Julie le 16 septembre 2021 à 13 h 24 min

    Hélène :
    Et le pire c’est que même les femmes entretiennent cette mentalité en se jugeant les unes les autres : « oh, t’as vu Machine aujourd’hui elle a fait aucun effort… »

    Répondre
  • #47 Caroline le 16 septembre 2021 à 14 h 01 min

    Bonjour Hélène ,

    Je pense que l’essentiel est de se sentir bien dans ses vêtements , exit le fait de vouloir suivre la mode à tout prix , il vaut mieux être soi même et porter ce que l’on aime que de vouloir faire la belle dans des tenues qui ne correspondent pas et de toute façon ça se verra direct si on « n’est pas bien  » dedans .il faut être libre dedans et pouvoir faire tout ce que l’on souhaite. Voilà 😉

    Répondre
  • #48 Armelle le 16 septembre 2021 à 17 h 06 min

    Hélène : Je suis vraiment désolée pour toi. La fasciite plantaire, c’ est une véritable « cochonnerie », je ne regrette pas mon injection de cortisone sous écho + la botte ortho qui m’ont sauvé la vie. Ça fonctionne. J’espère que tu trouveras la solution qui te convient rapidement pour te sortir de cet enfer. Bon courage Hélène.

    Répondre
  • #49 fran le 17 septembre 2021 à 13 h 10 min

    Bonjour Hélène
    La féminité nous l’avons ou pas. Mais il m’a fallu quelques années pour le reconnaître à cause des codes conventionnels dans notre pays.
    Mon lieu de travail, ma hiérarchie, mes collègues et certains de mes amis ont durant des années défini pour moi ce que voulait dire être féminine et donc une femme.
    Je m’en suis rendu compte les deux dernières années de mon activité professionnelle, lorsque à cause de ma sclérose en plaques j’ai commencé à quitter mes talons pour des baskets. J’étais la même personne avec ma féminité mais non plus la femme perchée sur des talons.
    Il a fallu que je me réapproprie les vêtements pour me sentir bien pas chose facile car il fallait que je m’écarte des diktats dans lequel je me suis perdue durant des décennies.
    Et puis, à 59 ans j’ai adopté un style masculin/féminin qui me correspond et dans lequel je me sens tellement bien faisant ressortir encore plus certains comportements de ma personne qui passent aussi par la bienveillance, par l’estime de soi, par mon lâcher-prise et mon élégance que j’ai.
    Certes ma féminité n’est plus figée dans les codes conventionnels de la mode mais ce que je porte me fait plaisir à moi.

    Répondre
  • #50 Hélène le 17 septembre 2021 à 15 h 50 min

    Armelle : merci !

    fran : c’est un chemin intéressant, merci de nous l’avoir partagé !

    Répondre
  • #51 Neferet Darker le 17 septembre 2021 à 18 h 24 min

    Mes vêtements sont aussi considérés comme non-girlies. En ce moment, je porte des jeans noirs, des t-shirt de groupes de métal et des baskets de skate (et je ne parle même pas de mes tatouages à base de crânes et de monstres).
    Pour moi ma féminité s’exprime par mon maquillage, mes cheveux longs, mes bijoux, mon sac.
    C’est tellement triste de devoir se conformer à une idée et pas à ces envies. Parce qu’à force on finit par avoir une bande de clones et c’est ennuyeux à mourir

    Répondre
  • #52 Agnès le 17 septembre 2021 à 23 h 36 min

    Bonjour Hélène et les lectrices,

    Oui c’est un sujet super intéressant! Du coup depuis que j’ai lu cet article, je repense à cette distinction entre le féminin et le girly et à l’injonction dont le deuxième serait (ferait? désolée pour la syntaxe!) l’objet.

    Déjà, le curseur du girly est peut être placé différemment suivant les gens. Par exemple je ne trouve pas spécialement girly la robe avec dentelle que tu portais. Certes elle a plus de détails que l’autre, mais je ne pense pas que c’est un critère de ce genre qui fonde ma préférence.
    D’ailleurs chez Monop’ cet été j’ai acheté en trois exemplaires cette superbe robe longue et fluide, en coton et sans aucun détail (féminine et pas girly donc) . Je l’ai vue plusieurs fois sur d’autres femmes pendant les vacances, donc je l’évoque comme si elle était connue de tous ;-). J’adore la porter avec des baskets en ce moment.

    Pour moi le girly est associé à un certain « too much » qui a tendance à additionner les codes de la féminités. Ce qui n’a absolument rien de dérangeant quand c’est fait avec panache et que la personne est bien dedans. On tourne tous autour de cette idée dans les commentaires d’ailleurs: c’est quand on adhère à cette deuxième peau qu’est le vêtement que ces distinctions féminin/girly injustement associées à des jugements de valeurs deviennent complètement caducs.

    Ensuite, l’autre truc qui m’interroge c’est que contrairement à ce que d’autres lectrices et toi avez dit, je ne sens pas trop cette injonction à être girly sous peine d’être accusée de ne pas être féminine. J’ai l’impression qu’au contraire maintenant le « girly » devient synonyme de mauvais goût (ce qui est tout aussi incompréhensible que de l’ériger en injonction) et qu’il est de bon ton de casser un look trop féminin avec une pièce/des pièces plus sobres.
    Après j’ai peut-être un biais qui consiste à ne pas fréquenter (voire à ne même pas repérer dans mon champs de vision) les gens qui formulent ces injonctions, d’où mon « angélisme ».

    Et enfin je termine sur cette autre distinction se plaire/séduire l’autre. Elle ne fait pas trop sens pour moi. Quand je me sens séduisante, je le suis « de manière efficace ». Car si je plais à quelqu’un avec une tenue qui me plait à moi c’est que la vie est bien faite. Ceux à qui ça ne plait pas ne font pas partie de l’équation, ils n’existent pas vraiment.
    Après, ceux qui se fichent de ma tenue et m’apprécient pour le reste sont tout aussi bienvenues. J’ai entendu un jour que « séduire » venait du latin « se ducere » = conduire vers soi (désolée pour le moment maître Capello;-). C’est un peu flippant et va dans le sens de ton opposition à l’idée de t’habiller pour séduire.

    C’était long mais quand on s’y penche le débat ouvre sur plein d’autres débats passionnants!

    Répondre
  • #53 Hélène le 18 septembre 2021 à 11 h 03 min

    Neferet Darker : roh oui la bande de clones qu’est-ce que c’est chiant ! Le meilleur exemple c’est Instagram, tout le monde a la même tête et les mêmes fringues ! ;-)

    Agnès : j’ai dû mal m’exprimer, je ne ressens aucune injonction à être girlie, ni même à être féminine (parce que je suis entourée de gens évolués, j’imagine ;-). En revanche je suis tout à fait d’accord avec toi sur le jugement de ringardise qui peut parfois être associé au girlie.
    Quant à séduire je ne te rejoins aussi, je ne m’habille pas pour ça mais je ne me comporte pas pour ça non plus. Je ne l’ai jamais fait, je suis contre, je trouve ça pathétique (je suis désolée, je sais que c’est violent exprimé de cette façon, mais c’est ce que je ressens dans mes tripes depuis toujours).

    Répondre
  • #54 Nicole Romé-Manhe le 18 septembre 2021 à 11 h 39 min

    Bien d’accord Hélène. Pathétique, cette obsession de répondre à des canons de séduction. Une femme/un homme est séduisant(e)…lorsqu’on les perçoit comme en accord avec eux-mêmes. Une belle relation est d’abord et essentiellement la rencontre de deux âmes-soeurs, et sûrement pas une affaire de fringues ( ou l’on ne va pas bien loin! Sur un lit? 😂😉 ).
    Tous les goûts sont dans ma nature : petite robe courte un jour, jeans & vieux cashmere/tennis un autre… Je n’ai Jamais 😁 cherché à séduire – pas même mon amour de mari, épousé à 50 ans., il y a 10 ans cette année. Il faut être soi-même, tout simplement.
    « Something in the way she moves attracks me like no other lover 🎵🎵🎵😀… ». Cette sublime chand
    son des Beatles dit tout, non? 😀
    Oui à tout ce qui nous plaît et nous rend épanouis. C’est ce « je ne sais quoi » qui fait l’attrait et l’intérêt d’une belle personne. Et puis, dans mon cas personnel, sa richesse humaine et intellectuelle aussi. Sa curiosité, ses intérêts autres que narcissiques…
    Bises et pensées, 💚

    Répondre
  • #55 Hélène le 18 septembre 2021 à 11 h 46 min

    Nicole Romé-Manhe : « sa richesse humaine et intellectuelle aussi » : pas aussi, surtout ; c’est bien plus important que le reste. L’intelligence et la liberté d’esprit sont les choses les plus séduisantes.
    Ce qui n’empêche évidemment pas d’être joliment habillé si on en a envie, mais c’est tellement superficiel et minime dans la relation entre deux personnes.

    Répondre
  • #56 bridgeou le 18 septembre 2021 à 17 h 44 min

    Bonjour j’aime ces échanges. En ce moment je n’aime pas ce qui se vend, du coup je vais moins dans les magasins et je me désintéresse un peu de tout cela. Aujourd’hui petit tour en ville en attendant ma fille. Je fais un essayage. Bof et le vendeuse me dit ça se porte comme ça 150 euros l’ensemble pull et pantalon. Avec un pantalon qui m’arrive presque aux genoux tant c’est le style relâché … Franchement je ne m’y retrouve pas. J’aime que ce soit confortable et je suis sensible aux couleurs que je porte mais quelle galère pour trouver ce qui me convient et ça ne m’intéresse pas d’y passer ma vie.
    Je crois que je vais apprendre à me débrouiller avec mes fringues tenter des associations. J’ai juste un peu grossi c’est là le hic §
    Merci à vous toutes et à toi Helene

    Répondre
  • #57 Mie le 21 septembre 2021 à 11 h 27 min

    Bonjour Hélène!

    Ce qui est « girlie » est quand même globalement dévalorisé dans notre société, comme tout ce qui est rattaché aux trucs dits féminins. En tant que femme on reçoit les injonctions à rentrer dans les codes dits « féminins » mais dans le même temps ces sujets sont taxés de superficiels, vains, débiles et mal vus. Les filles qui rentrent dans ce moule passent pour des écervelées qui ne s’intéressent qu’au look, comme si c’était répréhensible et qu’on n’avait pas assez de cerveau pour s’intéresser en plus à des choses profondes à côté de ça.
    En parallèle les sujets rattachés à la « virilité » (comme le sport par ex) sont hyper valorisés dans la société. C’est tout un système de pensée qu’on a malheureusement tous plus ou moins intériorisé car on baigne dans cette société profondément sexiste. Etre une femme = on part perdante. Les lignes commencent à bouger mais c’est long… Comme toi et pas mal de tes lectrices je ne me suis jamais vraiment reconnue là dedans… Et être aligné avec ses valeurs ne nous rend que plus « attirant » peu importe le look. D’ailleurs ta force de caractère ressort beaucoup sur tes photos!

    Bonne journée

    Répondre
  • #58 Clémentine le 26 septembre 2021 à 15 h 42 min

    Bonjour Hélène,

    Cela fait un petit moment que je n’ai pas posté mais là, tu m’interpelles !! ^^ Comme toi, je n’ai jamais été très féminine selon les codes établis… Jupes et robes ne sont pas mon truc du tout, est-ce à cause de ma grand-mère maternelle qui me voulait en robe à fleur façon moche et hors du temps, comme une poupée de porcelaine d’époque, avec souliers vernis et autres accessoires typiques ? Aucune idée…mais dès que je rentrais chez moi, je me glissais de nouveau dans mes joggings à motifs de cartoons et mes jeans dénichés savamment par mes parents (bénis soient-ils). Devenue adolescente, je me cachais dans mes fringues alors le girly… Pendant des années, assommée par les comparaisons sympathiques avec mes cousines très talons hauts, make-up et froufrous, je passais pour la fille mal dans sa peau sous prétexte que je préférais le look jean tee-shirt et baskets (ou tongs) avec un zest de rouge à lèvres. Jusqu’à me poser moi-même des questions existentielles du type « mais qu’est-ce qui cloche chez moi ? Je n’accepte pas ma nature de femme ou quoi ? ». C’est joli sur certaines mais sur moi on dirait carnaval et le ressenti est pire encore… Et puis un jour, illumination : interview d’Amy Winehouse, pourtant connue pour ses micro robes 50’s, talons hauts de folie et choucroute délirante, le tout très girly sur scène, qui balance « I live definitly in my jeans ». Elle était encore de ce monde, je venais de tomber amoureuse de sa musique et j’aimais son style en général (grande gueule et atypique, une vraie personnalité) – je ne savais rien de ses problèmes d’addiction etc, moi quand j’aime un(e) artiste, je me fous de sa vie privée, j’aime ce qu’il/elle fait point barre. Quelques jours après, entretien d’embauche et la recruteuse me fait des remarques sur ma tenue, rappelant que pour ce job, il me faudra porter jupe et talons (pour être derrière un comptoir qui cachera la moitié de mon corps…dans le genre débile conventionnel, au secours!). Je lui ai répondu tout net que si pour être embauchée, il me fallait être habillée comme elle avec des fringues qui ne me vont pas du tout et soulignent au contraire mes défauts, on n’avait plus rien à se dire. Et je suis partie, mi-humiliée, mi-fière de moi. Des années ont passées et oui, je vis dans mes jeans, je n’aime pas les talons (de toute façon avec un genou qui se déboite à la moindre occasion, j’éviterais même si j’aimais ça), je suis fan du t-shirt et du sweet, je ne jure que par mes cheveux courts et le confort des baskets. Ma touche féminine ce résume à mes bijoux, mon léger make-up et ma façon d’être. Pas besoin de jupe ras-des-fesses pour être femme.

    Love yourself !

    Répondre
  • #59 Hélène le 26 septembre 2021 à 16 h 15 min

    bridgeou : oui c’est compliqué de s’habiller quand on n’aime pas la mode du moment, même si désormais on a un éventail de choix beaucoup plus large qu’autrefois.

    Mie : tu as absolument raison, et il y a encore du chemin à faire.

    Clémentine : c’est quand même fou que ses codes puisse arriver à faire douter certaines d’elles-même et de leur rapport à la féminité !

    Répondre
  • #60 Aurélie le 27 septembre 2021 à 14 h 18 min

    J’arrive après la guerre, mais merci pour cet article !
    Ca fait du bien de lire ça, plutôt que des phrases archaïques de type « Tu es une femme, tu dois t’habiller comme une femme… ».
    Seigneur, je me sens bien plus femme dans mon pull un peu sportswear, avec un jean, et une paire de sneakers, plutôt que dans une robe ou une jupe, dans lesquelles je ne me sentirais pas à l’aise et complètement gourde, avec cette vilaine impression de jouer un rôle !
    Quand je m’habille, j’ai envie de me sentir bien, et de me plaire à moi-même… S’habiller pour les autres, pour plaire aux autres… NON MERCI !

    Répondre
  • #61 Hélène le 28 septembre 2021 à 16 h 25 min

    Aurélie : je ne suis pas sûre qu’on lise encore très souvent ce genre de phrase archaïques à propos des femmes (ou alors je vis dans un univers parallèle préservé des cons ? ;-), en revanche c’est hélas encore beaucoup trop le cas pour ce qui concerne les hommes.

    Répondre
  • Laisser un commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *