Snob moi ?

4 avril 2006

snobPfff, je vois absolument ce qui vous fait dire ça ! ;-)

Ou alors on n’a pas la même idée du snobisme ; La définition traditionnelle est la suivante : il consiste à se procurer, avec de l’argent que l’on n’a pas, des biens ou des services dont on n’a pas besoin, pour épater des gens dont on n’a que faire.

Voici la mienne : vouloir le meilleur, et si possible pas le même que tout le monde. Pas pour frimer, mais parce qu’on le vaut bien et que la vie est courte.

D’ailleurs l’Homme, pourtant pas snob pour un sou, m’a lancé il y a peu cette phrase merveilleuse : « jamais je n’aurais cru, avant de te connaître, qu’être snob pouvait être une qualité ! »

Si ça c’est pas du compliment 24 carat, je rends mon tablier Marc Jacobs (non Marc ne fait pas de tabliers, c’est une image les filles).

Je m’en vais vous démontrer au moyen de 11 points irréfutables pourquoi le snobisme, c’est vachement bien (pourquoi 11 ? parce que 10 c’est trop facile, et le snobisme c’est aussi refuser la facilité ;-))

Etre snob permet de :

1 – ne donner rendez-vous aux copines que dans des bars d’hôtels chics, parce qu’on déteste le bruit / la fumée / les garçons de café odieux / les chaises dures / la déco moche.

2 – faire le plein de bouffe chez Monop plutôt que chez Franprix (aussi appelé deprimland) : on réduit sur autre chose, la vie est trop courte pour manger des trucs moyens.

3 – partir en vacance moins longtemps (plutôt crever que de faire du camping), mais mieux (genre Goa l’hiver).

4 – ne pas se ruiner en must-have fashion, ce qui évite d’avoir rigoureusement le même look que la voisine. En même temps l’argent économisé est immédiatement investi ailleurs, donc ne comptez pas trop sur le snobisme pour épargner (!) votre compte en banque.

5 – améliorer son français, la faute d’orthographe ou de grammaire étant absolument intolérable. Seule la faute de frappe est envisageable, mais n’en faites pas non plus une habitude.

6 – ne faire les boutiques qu’en semaine et s’épargner les crises de nerfs du samedi (quand j’avais des horaires de bureau je me débrouillais entre l’heure du déj et les nocturnes) ; ne rêvez pas, ça ne fait pas faire d’économies, j’en sais quelque chose.

7 – ne pas passer d’abominables et anti-glamour samedis soirs dans le RER, vu qu’on refuse de franchir le périph et qu’on l’a tellement crié sur les toits que les banlieusards ne nous invitent même plus (grâce au ciel, ils ont compris).

8 – manger ce qu’on veut, parce qu’on vit sa différence avec presque une petite pointe de fierté, malgré tout, et donc rentrer dans du 38, on s’en fout.

9 – recevoir de temps en temps des diamants pour son nanniv plutôt que des tonnes de hideuses bimbeloteries tous les ans : quand ça fait dix ans qu’on clame qu’on veut ça et rien d’autre, ça finit par marcher.

10 – ne plus jamais s’embêter à dépoussiérer les feuilles d’un ficus. Le ficus est vraiment naze et has been comme plante, avoir un caoutchouc à la place (les feuilles sont beaucoup moins chiantes à nettoyer, en plus).

11 – ne manger que le pain la bonne boulangerie. Qui est fermée le dimanche. Donc on est obligés d’aller bruncher dans un endroit agréable, sinon on meurt de faim.

Bon évidemment il faut pratiquer le bon snobisme, qui est une recherche de qualité.

Le mauvais rend à la fois odieux et ridicule, et vous coupe des autres. Or les autres, c’est cool ;-)

101 commentaires Laisser un commentaire
Le reste

Vous aimerez aussi

101 commentaires

  • #1 Esme le 4 avril 2006 à 10 h 02 min

    j’adore! le pire c’est que je me retrouve dans quelques (?) points!!! je mettrais en plus aimer la futilité! :-)) il parait que je suis futile et je ne m’en etais meme pas rendue compte! comble du snobisme non?

    Répondre
  • #2 Hélène le 4 avril 2006 à 10 h 13 min

    Ah non, désolée mais être futile c’est pas être snob, ce serait trop facile ;-)) Encore faut-il aimer les "bonnes" futilités ;-))

    Répondre
  • #3 Esme le 4 avril 2006 à 10 h 16 min

    désolée!

    Répondre
  • #4 Aline le 4 avril 2006 à 10 h 18 min

    Hélène, bonjour !

    J’adore ton blog que je lis assidument tous les jours. Je réagis juste pour le ficus. Tes deux plantes sont des ficus :Ficus benjamina (à petites feuilles) et élastica (caoutchou). Même famille !

    Sinon continue comme ça, j’aime beaucoup !

    Répondre
  • #5 deedee le 4 avril 2006 à 10 h 24 min

    Comment ça le caoutchouc est aussi un Ficus ?! Mais ou va t’on franchement ?! :)

    J’ai beaucoup aimé ta description dans laquelle je me reconnais…un peu, beaucoup !

    Répondre
  • #6 édith le 4 avril 2006 à 10 h 24 min

    et pratiquer l’humour second degré of course, sans une certaine fantaisie, le snob devient vraiment infréquentable ! d’ailleurs, c’est au contact d’une de mes amies absolument snob et merveilleuse que j’ai appris à apprécier cet indéfinissable petit quelque chose en plus, sans l’arrogance et la supériorité dont il est parfois tristement affublé.

    Répondre
  • #7 Hélène le 4 avril 2006 à 10 h 28 min

    Aline je te souhaite la bienvenue ! ;-) Merci beaucoup pour tes compliments, et pour l’info caoutchouc / ficus ;-)

    Deedee ton comm’ m’a bien fait rire ;-)

    C’est tout à fait ça édith, il faut de l’humour et du second degré pour un snobisme de qualité ;-)

    Répondre
  • #8 Poulpie le 4 avril 2006 à 10 h 30 min

    Salut!

    je suis d’accord avec tout sauf le point 3. Ben oui, je préfère partir plus longtemps même si c’est dans un 2 étoiles plutôt que 3! Si c’est pour profiter d’un hôtel, pas besoin de voyager!
    Quant aux magasins, j’y vais autant la semaine que le we mais je n’achète pas grand-chose, donc je dépense plus en essence qu’en achats….

    Répondre
  • #9 Valoo le 4 avril 2006 à 10 h 31 min

    Moi j’apprécie particulièrement l’image d’illustration… c’est exactement ça! le paon qui fait la roue…

    Répondre
  • #10 christèle le 4 avril 2006 à 10 h 32 min

    Je signe à fond ta Charte du Bon Snob !!
    J’approuve et je l’applique tous les jours … et me sens moins seule tiens !!

    Répondre
  • #11 Jennifer le 4 avril 2006 à 10 h 35 min

    Ma boulangerie est ouverte le dimanche et elle s’appelle Mulot, emménage à Saaint Germain, pas besoin de savoir si tu est snob ou pas, ici c’est culturel !
    Tu sais qu’un tablier Marc Jacobs me donnerait sans doute envie de cuisiner…

    Répondre
  • #12 Hélène le 4 avril 2006 à 10 h 37 min

    Ah oui je vois très bien Mulot, je suis tout à fait d’accord pour habiter à côté Jennifer ;-)

    Christèle je suis bien contente, c’est dommage de se sentir seule dans son – bon – snobsime ;-)

    Répondre
  • #13 Jeanne le 4 avril 2006 à 10 h 39 min

    Je vous donne rendez-vous dimanche pour un brunch très copieux dans un hôtel chic de Goa.
    Inutile d’apporter de la bouffe de chez Monoprix gourmet.
    En revanche, n’oubliez surtout pas votre ficus en caoutchouc.
    Le lendemain, on fera les boutiques. Pour acheter des diamants.

    Répondre
  • #14 Hélène le 4 avril 2006 à 10 h 42 min

    :-)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

    Répondre
  • #15 alice le 4 avril 2006 à 10 h 50 min

    Comment te remercier Hélène ;o)))

    jusqu’à aujourd’hui je me suis toujours sentie insultée d’être traitée de snob,

    dorénavant je le revendique haut et fort

    Répondre
  • #16 Olivia le 4 avril 2006 à 10 h 50 min

    Est ce que c’est assez snob de faire son pain soi même ??? (comme ça, on ne se pose même pas la question de savoir si la boulange est ouverte ou pas…)

    Répondre
  • #17 édith le 4 avril 2006 à 10 h 54 min

    certainement Olivia, à condition d’utiliser de la farine bio que l’on se fait expédier d’un moulin artisanal situé au cœur des Cévennes.

    Répondre
  • #18 Hélène le 4 avril 2006 à 11 h 01 min

    Ca dépend Olivia : si tu le fais toi-même juste parce que tu trouves ça amusant, c’est pas snob ; si c’est parce que c’est le seul moyen à ton avis d’avoir du pain mangeable, c’est snob ;-))

    Répondre
  • #19 coco le 4 avril 2006 à 11 h 03 min

    Ma chère, j’adore…

    En effet quoi de plus délicieux que de regarder le monde avec un imperceptible haussement des sourcils, un a-do-rable petit sourire au coin des lèvres ?

    Le brunch oui, mais à la campagne, my dear… et le shopping la semaine, alors que le commun des mortels est au travail mhmmmh …

    Allez, je force un tout petit peu le trait, mais de temps en temps, ça fait un bien fou
    Je dirai même : let’s be snob, darling ;o)

    Répondre
  • #20 Hélène le 4 avril 2006 à 11 h 08 min

    Bien vu coco le coup du haussement de sourcils ;-)))

    Répondre
  • #21 Le confit c’est pas gras ! le 4 avril 2006 à 11 h 32 min

    Du jambon à l’os fraîchement tranché plutôt que du jambon cuit sous vide : quel délicieux snobisme…

    Répondre
  • #22 Bébé Kassandra le 4 avril 2006 à 11 h 33 min

    vous me faite bien rire les filles ! ;-)
    Gros bisous.

    Répondre
  • #23 Le Chapô le 4 avril 2006 à 11 h 39 min

    Mais c’est d’un snobisme dépassé dont tu nous parles là !
    Le comble du snobisme, aujourd’hui, c’est de rester classe en mangeant des chips bon marché avec une bouteille de mauvais vin dans un camping des Sables d’Olones.
    Là c’est du défi !
    :-)

    Répondre
  • #24 Hélène le 4 avril 2006 à 11 h 43 min

    Quelle horreur !! Je préfère être dépassée, alors ;-))) (enfin pour les chips je suis super tendance, c’est la base de mon alimentation ;-)

    Répondre
  • #25 Jacqueline le 4 avril 2006 à 11 h 58 min

    ça alors ! Je n’en reviens pas… A part le ficus et les diamants, je me découvre un peu snob …
    Jusqu’à maintenant j’étais plutôt étiquetée "anticonformiste", comme quoi tout arrive !

    Hélène j’aimerais bien que tu précises ce que les snobs sont sensées aimer au niveau peinture, cinéma, gastronomie…..

    Est ce que c’est snob d’aimer Gustave Moreau et Matisse, les films de Zhang Yimou, le champagne rosé et danser la salsa ??

    Si c’est "has been" n’hésite pas à me le dire , je me ferai une raison ;-)))

    A plus

    Répondre
  • #26 Hélène le 4 avril 2006 à 12 h 05 min

    Je suis morte de rire Jacquline ! ;-)

    Mais tu as parfaitement raison, le snobisme rejoint parfois l’anticonformisme dans sa recherche d’originalité, de sortir de la banalité et du commun.

    Alors après c’est très personnel , mais pour moi le champagne rosé ça craint un peu, je trouve pas ça super classe ;-))

    Pour le reste je sais pas trop, culturellement je suis complètement nulle donc je peux pas me permettre de donner un avis péremptoire ;-)

    Répondre
  • #27 Marjorie le 4 avril 2006 à 12 h 08 min

    J’appellerais cela être "bourgeois" (voire simplement "de bon sens").

    Le truc qui ne va vraiment pas avec la Bourgoise Attitude: la vulgarité (fumer une cigarette avec un pied sur la chaise, être ultra maquillée, dire des mots comme "putain", parler en argot, se tenir penchée à table, griffer le plafond avec sa fourchette, trainer les pieds, se gratter le nez dans le rétro, remettre sa culotte en place par-dessus la jupette).

    Ca, c’est moche moche moche!

    Non?

    Répondre
  • #28 Nadia le 4 avril 2006 à 12 h 10 min

    Je suis tout à fait d’accord avec ton idée du snobisme! Donc, si je résume, être snob c’est aimer se faire du bien : bien manger, partir dans un endroit au soleil au bout du monde plutôt qd camping à Triffouilly-les-oies, aimer les diamants pour son anniv’ plutôt qu’une merdouille importable…ça ressemble à une vision intelligente de la vie, mais je suis la reine des snobs donc tout ça me plaît, évidemment!;-)

    Répondre
  • #29 Hélène le 4 avril 2006 à 12 h 15 min

    Oh ben moi je dis "putain" toutes les trois phrases, j’ai un langage épouvantablement ordurier, à l’oral ;-)
    Mais mon snobisme c’est de ne pas l’être à l’écrit ;-)

    Par contre griffer le plafond avec la fourchette, je vois pas bien ce que ça représente Marjorie ??

    Répondre
  • #30 Delph M le 4 avril 2006 à 12 h 37 min

    Et bien Hélène, devant cette description du snobisme, je n’aurais qu’une phrase:
    "Delph M être snob…, et s’assume sans aucun souci," et surtout elle M en rajouter des tas auprès des personnes qui lui font sentir que c’est pas très bien d’être comme ça…
    Mais qu’importe, ces personnes là n’ont rien compris et leurs petits visages et moues hautaines me font bien rire…
    Y’a pas de mal à se faire du bien… non???

    Répondre
  • #31 Hélène le 4 avril 2006 à 12 h 41 min

    Bravo Delph, tu as tout compris ! ;-)

    Répondre
  • #32 Valérie 48 le 4 avril 2006 à 12 h 49 min

    Mais voyonnnnnnnnnnnnnnnnns ! Ce n’est pas du snobisme, juste le plus élémentaire savoir vivre !

    Répondre
  • #33 m’dame le 4 avril 2006 à 12 h 58 min

    eh bien, je ne suis pas d’accord: il y a bien une manière snob de remettre sa culotte par dessous sa jupette ou son pantalon et de tremper ses gateau dans le thé…tout est une question de manière…;-))

    Répondre
  • #34 Hélène le 4 avril 2006 à 12 h 59 min

    Tu n’as pas tort m’dame, avec un peu de classe on arrive à tout ;-)

    Répondre
  • #35 Anne-So le 4 avril 2006 à 13 h 25 min

    J’adore ta définition du snobisme. Mais j’aurais pas appelé ça snobisme. Pour moi, ce que tu décris là, c’est simplement l’hédonisme. Faire du plaisir le but de l’existence sans que ce plaisir engendre des horreurs autour de soi. Mais je signe ta charte de la parfaite snob surt tous les points.

    Juste une chose, pour répondre au billet de marjorie : quand je fumais, j’adorais ça, fumer une cigartette avec un pied sur la chaise, les cheveux en désordre et l’air grognon de la fille incomprise torturée de l’intérieur tellement elle pense des trucs profonds que personne peut comprendre . Ca me faisait l’effet d’être une grande gigue nonchalante genre kate Moss. Je me trouvais démesurément classe quand je le faisais. Ca m’a trop fait rire en lisant que pour toi, c’était le comble de la vulgarité :) Remarque, à y réfléchir. C’est vrai que ça doit pas être top classe finalement…

    Répondre
  • #36 Le Chapô le 4 avril 2006 à 14 h 01 min

    Ce qui me gêne dans le snobisme (non pas celui que tu décris mais celui tel que je le ressens) c’est ce dénigriment sous-jacent et à peine dissimulé envers ceux qui ont choisi de trouver leur plaisir autrement.
    Pour moi, le snobisme n’est pas une question de savoir vivre mais plutôt une attitude envers les autres et un sentiment constant de supériorité qui doit certainement cacher un problème freudien :-)

    De mon coté, je prends autant de plaisir dans le raffinement que dans la bonne franquette et je me garderais bien de porter le moindre jugement sur la manière qu’on mes contemporains de vivre leurs vies si tant est que ce soit fait de le respect des valeurs de chacun.

    ( ou comment répondre avec un brin de sérieux et un zeste de lourdeur didactique à un billet léger et primesaultier ;-) )

    Répondre
  • #37 Hélène le 4 avril 2006 à 14 h 03 min

    Oui je suis bien d’accord le Chapô, ça c’est le mauvais snobisme ;-)

    Répondre
  • #38 Delphinoid le 4 avril 2006 à 14 h 08 min

    Je ne sais pas si je suis snob (dans quelque sens du terme qu’on l’emploie) mais on m’a souvent dit que j’avais des goûts de luxe hi hi…

    Ah siiii, un ami m’a dit un jour qu’on était à table à plusieurs que j’étais "a food snob"; les autres ont aquiescé et moi aussi… l’avait pas tort, d’ailleurs ce n’était pas une remarque désagréable de sa part mais plutôt un compliment, en tout cas je l’ai prise comme telle! :o))

    Répondre
  • #39 Mithra le 4 avril 2006 à 14 h 38 min

    alors la, j’aurais pu l’ecrire, cet article (pas aussi bien, hein) !

    Je prefere ne pas porter de bijoux plutot que de porter une pierre mediocre : mon diamant n’est pas enorme mais c’est un D Internally Flawless, le top du top. Il n’y a que moi qui le sais (et vous, maintenant), et pour le meme prix j’aurais eu une pierre de qualite moyenne 4 fois plus grosse mais voila, je suis snob comme ca.

    Je peux loger sans probleme dans des "hotels" a 3 euros sans eau chaude ni electricite si je suis au fin fond du Malawi, mais si je pars au ski, c’est hors vacances scolaires, dans une super station, a l’hotel, au pied des pistes. Idem pour le soleil l’hiver, c’est l’hotel de luxe les pieds dans l’eau avec transats et parasols sur la plage, pas le 2* avec la route qui passe devant, la serviette a meme le sable et le petit dej’ "international" ou deux croissants surgeles se battent en duel. Et les annees ou c’est trop juste financierement, eh bien tant pis, je reste chez moi.

    Mais le snobisme (tel que je le concois, celui qui n’est pas un defaut a mes yeux), c’est aussi beaucoup de petites choses de tous les jours : par exemple, pour le meme prix, dejeuner d’une tres bonne religieuse au chocolat dans un salon de the calme plutot que d’un croque-monsieur dans un troquet qui pue la clope…

    Répondre
  • #40 MissHello le 4 avril 2006 à 14 h 48 min

    C’est tout moi ! Ca fait vachement plaisir de savoir qu’on est pas seule dans ce cas. Oui, au Snobisme !

    Répondre
  • #41 Hélène le 4 avril 2006 à 14 h 48 min

    Hi hi, encore des copines de snobisme ;-))

    Répondre
  • #42 mercotte le 4 avril 2006 à 14 h 59 min

    T’as vraiment tout juste j’aime ton snobisme, et je le partage sur bp de points…..en plus je préfère manger 1 fois par an dans un trois étoiles et être scotchée par les réalisations du chef que 10 fois dans un resto médiocre où de toute façon c’est meilleur à la maison !!hihih c’est mon snobisme ciblé à moi !

    Répondre
  • #43 Hélène le 4 avril 2006 à 15 h 00 min

    Alors ça pour la qualité de la bouffe je suis hyper d’accord avec toi mercotte, le resto médiocre c’est pas possible !

    Répondre