La drague selon les cons

11 octobre 2006

Je sais, d’habitude je préfère ne pas écrire de grossièretés, mais j’ai eu beau chercher, je ne trouve pas d’autre mot.

Il y a quelques temps dans la rue un jeune mec en scooter, l’air ultra déplaisant et content de lui, m’aborde : « un p’tit café m’dame ? », avec un sourire graveleux (l’idée qu’on puisse associer une dame à la drague me semble curieuse, toutes les déviances sexuelles sont possibles manifestement).

Evidemment je ne réponds pas, je ne m’abaisse pas à parler à ces types (et quand on me siffle je ne me retourne jamais, je ne suis pas un chien).

Il réitère, sourire égrillard vissé à son casque « un p’tit café m’dame ? »

Excédée, je finis par me planter face à lui et lâcher : « non ».

Il s’enfuit alors courageusement à bord de sa pétrolette en lançant « eh, vache à lait ! ».

Charmant et de bon goût, comme toujours (celles qui me connaissent reconnaîtront de surcroît que l’insulte est mal choisie).

D’habitude le mec est à pied, et attend vaillamment que je l’ai dépassé pour lancer en regardant mes fesses : « ah bonjour mad’moiselle » (pas précisément prononcé avec l’accent du 16ème), suivi, inévitablement, parce que je ne réponds pas, d’un « sssssalope ! » rageur.

Ce type de comportement est une forme de violence faite aux femmes.

Parce que le type qui vous déshabille du regard en pleine rue, sourire satisfait aux lèvres et sûr de son droit, c’est odieux.

Le type qui s’arroge le droit de vous insulter parce que vous avez osé ne pas vous jeter à ses pieds, folle de joie qu’il ait daigné poser les yeux sur vous, c’est odieux.

Le type qui croit que dire bonjour à une paire de fesse est un compliment, c’est odieux.

Et je ne suis pas Cindy Crawford, loin (très très loin) de là.

Je n’ose pas imaginer ce que subissent les très belles filles, transformées de bon droit en objet par des hommes élevés dans le culte du mâle et le mépris – aussi fort que le désir et la peur – de la femme.

Merde. J’en ai ras-le-bol.

258 commentaires Laisser un commentaire
Femmes du monde

Vous aimerez aussi

258 commentaires

  • #1 Fauvette le 11 octobre 2006 à 10 h 07 min

    Trés bon billet et très bonne réaction ; mais il n’y a pas que les petits jeunots à l’accent faubourien qui méprisent les femmes…

  • #2 unefan le 11 octobre 2006 à 10 h 09 min

    ils ont un desequilibre hormonal je dirait mdr
    les hommes st les hommes … mon avis c’est q ils st tous un peu pareil … meme pensées mais pas meme reactions ..

    ;) j’les fusille du regard moi qd j’suis de bon poil … sinon je leur envoie qq bons noms d’oiseaux a mon tour lol

  • #3 pomme le 11 octobre 2006 à 10 h 12 min

    Moi aussi je me demande toujours comment les très jolies filles arrivent à supporter ça, elles doivent le subir toute la sainte journée…

    Et je ne peux pas m’empêcher de me demander pourquoi les hommes continuent à se comporter de la sorte… est-ce parce que parfois, ça marche ??? Je ne peux pas croire un truc pareil. Je me dis qu’ils se conduisent comme ça pour leur propre plaisir, pour se prouver des trucs, ça doit etre un beau marasme dans leur petit cerveau ;-)

    Ca continue à m’horripiler, mais je refuse de me laisser influencer par ça, ça serait capituler : je ne veux pas que ma façon de me vêtir ou me comporter soit dictée par l’impératif d’être neutre sexuellement. D’autant que c’est pas ça qui les arrêterait ;-)

    Bravo pour le coup de gueule Hélène, c’est vrai qu’y en a marre !

  • #4 Charisma le 11 octobre 2006 à 10 h 13 min

    C’est clair, ce sont des cons.

    Moi, une fois, le mec m’a appelé rayon de soleil dans sa nuit (j’ai apprécié l’effort, cela dit), pis quand j’ai dit non, il m’a traitée de pintade.

    J’étais morte de rire. Les cons.

  • #5 Charlotte le 11 octobre 2006 à 10 h 14 min

    Ca aurait aussi pû s’intituler "la drague selon les lâches"… Très courageux messieurs qui généralement abordent entourés de trois ou quatre de leurs clones, et effectivement, finissent pas balancer une insulte quand on refuse de leur répondre… Et j’ai parfois entendu bien pire que "salope" >_<

    C’est d’ailleurs marrant comme en trente secondes on passe de "charmante demoiselle" à "grosse moche"… Alors qu’à priori, on a pas été transfigurée hein, et qu’on fait toujours la même taille de jean.

    Le pire, c’est qu’on ne peut même pas se risquer à répondre quoi que ce soit après l’insulte…

  • #6 liloe le 11 octobre 2006 à 10 h 15 min

    Rien d’original à ta réflexion, hélas: c’est un constat courant. Mais que faire pour que cela cesse sans passer par les chiennes de garde (qui a mon avis font plus de mal que de bien à la cause féminine)?

  • #7 marie caroline le 11 octobre 2006 à 10 h 16 min

    Le pire, c’est au printemps, ils sont en rut !
    Mais une fois, j’ai eu droit au pompom : " bonjour, mademoiselle, ma femme et moi vous trouvons charmante et nous nous demandions si vous accepteriez de passer un moment agréable avec nous".
    Des malades ! En plus, ils étaient vieux et laids!

  • #8 miss Trop le 11 octobre 2006 à 10 h 17 min

    Mais surtout, surtout… s’ils continuent, c’est que ça marche, parfois……
    Moi c’est plutôt ça, qui me sidère….!

  • #9 Anne Cé le 11 octobre 2006 à 10 h 17 min

    Ah, ça ! C’est une plaie ! Et ça me révolte autant que toi !

    De mon côté je n’attire pas les "p’tits jeunes en scooter" mais plutôt les "vieux".

    Un jour où je lisais tranquillement, profitant du soleil dans un parc, un type dans la cinquantaine vient s’asseoir sur mon banc. (bon, il a le droit, les bancs sont publics !) Je lève la tête une seconde et replonge dans ma lecture. Il s’imagine sans doute que son charme ravageur m’a éblouie et se rapproche de moi pour entamer une conversation brillante "vous êtes une grande lectrice" "…" "vous lisez quoi ?" je lui montre la couverture. "c’est bien ?" "oui" "…" "…" "vous n’êtes pas très bavarde" "non" et il a quand même continué pendant 5 minutes avant de se décourager. Depuis, je n’ai jamais réessayé la lecture dans un jardin public. J’ai déménagé pour un appart avec balcon !

    Je pense que, comme pour les tartines qui tombent toujours côté confiture, il y a une loi de Murphy des dragueurs.
    "Tu ne se fera jamais draguer par un mec qui pourrait te plaire." "Si un dragueur s’intéresse à toi, jamais tu ne t’intéresseras à lui" "Plus tu as envie d’être tranquille, plus le dragueur s’intéressera à toi" "Si jamais un dragueur possède un physique un peu avenant, dès qu’il ouvrira la bouche, son haleine fétide te filera la gerbe, si ce n’est pas le cas, son baratin immonde te sera insupportable"… etc…

  • #10 Hélène le 11 octobre 2006 à 10 h 20 min

    Tu as raison Charlotte, "lâches" auraient été très adapté aussi…

    Marie caroline c’est ahurissant ton histoire ! Tu n’as pas éclaté de rire ?

  • #11 Caro Ronde et Jolie le 11 octobre 2006 à 10 h 20 min

    D’abord TU ES une très jolie fille. Ensuite, si tu veux parler des nanas genre top modèle ou vraiment canonissimes, je crains malheureusement qu’elle n’aient finalement moins à subir ce genre d’assaut que le reste de la gente féminine. Pour la simple et bonne raison que ces mecs là, comme tu l’as d’ailleurs si bien précisé, n’ont aucun courage. Et que la beauté foudroyante leur fout la trouille.

    Moi j’ai souvent l’impression ainsi que les mecs qui me font ce genre de gringue et à qui je ne réponds pas sont d’autant plus immondes après, sur le mode "dis donc trumeau, tu devrais être flattée que je te matte, alors que t’es quand même pas du premier choix".

    Enfin quoi qu’il en soit je suis à fond d’accord avec ton billet. Y’en a marre, merde. On n’est pas de la viande.

  • #12 marie caroline le 11 octobre 2006 à 10 h 21 min

    PRECISION :
    je n’aurais pas accepté même s’ils avaient été beaux et jeunes!

  • #13 marie caroline le 11 octobre 2006 à 10 h 22 min

    oups je n’avais pas lu ta réponse! non, je n’ai pas éclaté de rire, j’étais tellement médusée que j’ai dû répondre un truc genre "euh non merci"!

  • #14 sophielagirafe le 11 octobre 2006 à 10 h 24 min

    Mon dernier accrochage de ce type remonte à la semaine dernière avec deux jeunes de banlieue, portant de faux diamants dans les dents (du plus bel effet). On m’a dit quelque chose de très novateur… après les "bonjour mademoiselle, c’est ton jour de chance, je t’ai remarquée" et mon refus net et désagréable, les insultes d’usage ont fusé, et parmi elles ce petit bijou: "oh ma parole, mais t’es vraiment qu’une Sarkozy toi!".
    (trop énervée pour rire sur le coup, mais quand j’y repense… :-)

  • #15 Hélène le 11 octobre 2006 à 10 h 25 min

    Tu as raison Caro, la très grande beauté doit impressionner ces gros cons et leur couper la chique, et ce que tu dis du trumeau est très vrai aussi, c’est tout à fait ce que je ressens ;-)

    Ahhh sophielagirafe, en effet ce nouveau type d’insulte est à hurler de rire ! ;-))

  • #16 dumè le 11 octobre 2006 à 10 h 25 min

    percutant ton billet Hélène ce matin et très réaliste ;
    Anne-Cé, tu me feras tjrs mourir de rire ;
    j’aime beaucoup ta murphy’s persolaw sur les fragueurs !

  • #17 Dorothée le 11 octobre 2006 à 10 h 27 min

    je sais même si être belle ou pas change quelque chose. si un mec en arrive à siffler les filles, c’est qu’il a un gros problème!
    moi je répondrais volontiers "non connard, j’vois que du thé"!
    vulgaire oui mais au moins ça la lui coupe :)

  • #18 sev (ministresse des sports ) le 11 octobre 2006 à 10 h 27 min

    situation inverse…

    Venant de France et donc du pays de la drague facile des laches et des cons j’avais pris l’habitude de degainer la premiere et de siffler un mec qui se met torse-nu devant moi (un arbitre, un joueur, un ouvrier qui se change que sais-je….)

    bah arrivée en Norvege je me suis carément faite engueuler pas un mec pas content du tout. Genre "t’es gentille mais je suis pas un objet".
    Ca m’a calmé vite fait.

    Et moi qui hurle au MLF quand les mecs se permettent de mater les joueuses de volley parce que "si elles mettent des shorts aussi moulants c’est qu’elles le veulent bien" je me retrouve a baver en regardant un match de rugby masculin.

    D’un coté comme de l’autre c’est finallement minable et irespectueux.

  • #19 sorcierecamo le 11 octobre 2006 à 10 h 30 min

    ah ! merci merci merci d’avoir écrit ça !!!! depuis le temps que je veux pousser le même coup de gueule (un blog culinaire s’y prête peu). c’est infernal. Effectivement, je n’ose jamais répondre genre "pauvre con va te faire f***" ce qu’ils mériteraient la plupart du temps mais je le pense si fort… le pire c’est un jour un épicier (!) qui me trouvait à son goût finit par me le dire. Je lui réponds poliment non merci. Eh bien je me suis fait traitée de raciste !!!!!!! moi !!!!!! pire que salope je crois…

  • #20 clairette le 11 octobre 2006 à 10 h 35 min

    Tout à fait d’accord avec ce billet très juste; Ce que je relève comme toi, c’est que le commentaire a toujours lieu une fois la fille passée…bizarre…est-ce une forme de lacheté ou parle t’il à mon cul…
    Un jour j’étais avec une amie, et un type se pose à coté de nous. Il nous balance:" toi tes pieds sont vraiment pas terribles (à moi), je préfère ceux de ta copine. Par contre sa tête n’est pas super, je préfère la tienne."
    L’hallu…il se croyait en train de faire son shopping ou quoi???

  • #21 La méchante le 11 octobre 2006 à 10 h 37 min

    A chaque fois que je marche dans la rue et que ça craint un peu, que je me met à avoir peur et que j’accélère franchement ça me fait enrager, merde on peut pas se ballader tranquille ? Au XXIe siècle dans un pays libre et ben on flippe encore dans la rue, bravo messieurs, je ne sais pas si vous vous avez peur le soir seuls dans la rue mais moi c’est à chaque fois, et quelque soit le quartier.
    Le pire ayant été l’époque où ma soeur vivait rue saint denis, et où c’était systématique "bonjour mademoizelleeeeeeee" avec le sourire gras et l’air franchement pas rassurant.
    Tout ça me rappelle un petit dessin de reiser ou une femme qui se promenait seule dans la rue le soir avait le sentiment d’être un petit lapin au milieu de la forêt…

  • #22 Hélène le 11 octobre 2006 à 10 h 37 min

    Sois la bienvenue sorcierecamo ! Ah, le coup du racisme, un grand classique, tellement facile ! ;-)) A part rigoler il n’y a rien à faire… ou si on n’a pas peur de prendre une baffe, répondre "ben c’est surtout que j’aime pas les cons". Mais c’est toujours risqué…

    Et vous lui avez pourri la tête à ce petit con, ta copine et toi clairette, j’espère ?

    Eh oui la méchante, quand on dit qu’il n’y a pas de problème de situation de la femme en France, ça me fait doucement rigoler…

  • #23 La méchante le 11 octobre 2006 à 10 h 39 min

    Et pour en ajouter une bien bonne (parce que franchement des fois je me dis que ça tourne pas rond chez la plupart des mecs), ma soeur à eu droit à ce joliiiiii compliment l’autre jour : "ooooh les beaux nénés !!" accompagné bien sûr de ce regard si séduisant sensé la faire tomber raide dingue. Le monsieur avait la quarantaine, y a pas d’age pour être un p’tit con !

  • #24 La méchante le 11 octobre 2006 à 10 h 41 min

    PS : elle avait un T-shirt bien sûr…

  • #25 Fruit le 11 octobre 2006 à 10 h 43 min

    J’adooore ton titre, il veut tout dire ! J’en rencontre aussi de ces mecs là et ça me dégoûte et je me demande souvent aussi comment font les jolies filles habillées sexy…Sans doute sont-elles davantage hermétiques, moins sensibles à ce genre de comportement, enfin j’en sais rien. Et tu sais, sans aller jusqu’au con dans la rue dont tu parles, j’ai déjà eu ce pb au travail. Y’a tous ces mecs qui te matent le « derrière » quand tu marches devant -et qui font tout pour que tu marches devant ou que tu sortes la 1ere de l’ascenseur- et puis y’a ces mecs qui te regardent pas dans les yeux mais plutôt au niveau de ta poitrine… ça me donne envie de vomir. C’est excessif mais pas tant que ça en fin de compte. J’ai du modifier un peu ma garde robe pour le travail et je trouve ça terrible. Pour l’anecdote, je me souviens d’un entretien dans une boîte très sérieuse où le DG a passé son temps à me complimenter sur mon physique ce qui m’avait mise super mal à l’aise …pfff…y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant que la femme soit véritablement l’égale de l’homme dans notre société…

  • #26 clairette le 11 octobre 2006 à 10 h 43 min

    Heu, ben comme les autres filles…un peu muettes par la surprise..

  • #27 Esme le 11 octobre 2006 à 10 h 45 min

    euh je suis peut etre bizarre ouque sais je mais je n’ai jamais été interpellé dans la rue, ou siffler ou quoi d’autre!

    faut peut etre que je me pose des questions non?:-) et pourtant suis pas mannequin hein Caro! j’te jure! je dois faire peur avec mon regard si gentil et doux… :-))

  • #28 Hélène le 11 octobre 2006 à 10 h 46 min

    Oui hein, on finirait presque par porter une burka pour avoir la paix… (humour noirissime, évidemment).

    Clairette répondre ça fait du bien, au moins l’agressivité sort de toi au lieu de rester à te faire un ulcère à l’estomac ;-) Le mieux étant de se foutre ouvertement de la gueule du mec, sans l’insulter ni rien. Juste la stupéfaction hilare devant une telle connerie ;-)

  • #29 sev le 11 octobre 2006 à 10 h 49 min

    je suis pas d’accord avec Fruit.
    SI on peut etre egales.
    A condition d’etre aussi agressives et vulgaires

    mais est-ce vraiment cela qu’on veut?

    Moi je veux pas etre comme ces types la, je veux etre comme les autres, nos maris, nos copains, les normaux, les gentils, ceux qui respectent leur prochain.

    Le jour ou la societe me reconnaitra dans ma difference et ne m’obligera pas a porter des tailleurs pantalons pour montrer a mes collegues que moi aussi j’ai des couilles, on pourra vraiment considerer etre dans une societe egalitaire.

  • #30 Leslie le 11 octobre 2006 à 10 h 54 min

    Ton billet est criant de vérité Hélène malheureusement!Ça se passe encore trop souvent comme ça !
    Et encore, tu es à Paris mais moi qui ai passé mes années de lycées dans le centre ville de Marseille,je peux te dire que ça dépasse de loin tout ce que j’ai pu entendre dans la capitale:les "t’es bonne" lancés à une gamine de 15 ans et demi(moi!),les mecs qui t’insultent si tu réponds pas,qui t’insultent si tu réponds,un mec qui m’a mis la main aux fesses et qui,quand j’ai osé protester,m’a rétorqué que j’étais provocante et qui c’était pas bien car lui était malade(je précise que c’était l’hiver et que j’avais un grand manteau et dessous un tailleur pantalon) ,les vieux mecs sue les terrasses qui te balancent des trucs en arabe qu’il vaut mieux pas essayer de comprendre!

  • #31 Leslie le 11 octobre 2006 à 10 h 56 min

    Il est chiant ton anti spam Hélène! ; ))

  • #32 le 11 octobre 2006 à 11 h 01 min

    tout le monde se donne le mot sur le sujet aujourd’hui :)
    toutpourelles.over-blog.c…

    Pour me sortir de ces situations sans me faire insulter (et parce que je flippe !), je souris et je passe mon chemin sans plus tourner la tête et réagir. Ca désarmorce dans 99% des cas pour moi.
    Mais comme la méchante, je ne suis jamais tranquille… Toujours sur le qui-vive.

    Sev, je suis morte de rire à propos de ton histoire en Norvège !

  • #33 bene le 11 octobre 2006 à 11 h 08 min

    Parfois, j’aimerais me transformer en mec, d’un coup, pour pouvoir balancer ma main en pleine figure à ce genre d’emmerdeurs.
    Le pire, c’est qu’en général, je souris, je tempère (merci mais non merci monsieur), je remercie aux compliments bâtards, parce que j’ai trop peur, surtout quand ils sont plusieurs. Et je me déteste d’avoir peur et de m’écraser. Et je les déteste de provoquer chez moi ce genre de réaction !

  • #34 poupou le 11 octobre 2006 à 11 h 13 min

    Moi, les mecs qui sifflent, draguent, matent, pissent contre un arbre, etc…, je ne les vois pas, je ne les entends…donc, ils ne risquent pas beaucoup de me nuire.
    De toute façon, ceux qui abordent à la hussarde ne sont jamais intéressants. Les beaux, intelligents, riches, charismatiques, etc…, n’ont pas besoin de ce moyen-là pour attirer les filles, et ça ne leur viendrait même pas à l’idée d’essayer.

  • #35 Fruit le 11 octobre 2006 à 11 h 19 min

    Quand je dis que la femme est loin d’être l’égale de l’homme, je ne dis pas que c’est foutu, évidemment que non -et heureusement-…je me dis simplement qu’y a du boulot encore … que la femme est encore trop souvent vu comme un objet que ceux qui disent le contraire sont aveugles. Une femme qui ferait le quart de ce que se permet un mec serait taxé de vulgaire, de filles ordinaires. Mais, heureusement que les exceptions existent, oui heureusement.

  • #36 Hélène le 11 octobre 2006 à 11 h 22 min

    Tu sais bene, quand il n’y en a qu’un et en plein jour dans une rue passante, tu peux déjà te lâcher d’un regard méprisant, à part un "sssalope" tu ne risques rien (ce sont des lâches, comme ont dit les filles), et au moins tu auras fait quelque chose.

    Moi je ne réponds jamais, je ne regarde jamais ces mecs là, sauf de temps en temps, je les détaille des pieds à la tête avec mépris, puis je me détourne d’un air dégoûté.
    C’est toujours ça de sorti, et un peu d’ulcère en moins ;-)

  • #37 Fanchette le 11 octobre 2006 à 11 h 22 min

    Version province :
    Hier un monsieur (âgé, en jogging, voyez le genre) me laisse payer mon magazine devant lui à la maison de la presse (croyez que c’était pour mater mes fesses, j’avais pas pensé ?). "C’est normal, mademoiselle, c’est la galanterie…" – et là la chute de la mort qui tue : "Après tout les femmes sont aussi des êtres humains"
    VERIDIQUE

  • #38 Hélène le 11 octobre 2006 à 11 h 27 min

    Si tu es certaine qu’il ne faisait pas de l’humour piteux, ton monsieur, Fanchette, je crois que je vais venir dans ton coin insulter quelques types ;-))

  • #39 funambuline le 11 octobre 2006 à 11 h 27 min

    En job d’étudiante, pendant quelques temps, j’ai travaillé dans un kiosque, avec un gilet très couvrant très très moche, je me trouvais vraiment pas du tout, mais pas du tout à mon avantage(pour situer le décor). Et pourtant, tous les jours j’avais droit à de nombreux gros lourds. Des jeunes pas très fins, des pères de famille qui faisaient des allusions cul (avec leurs gosses juste à côté!!! beurk), des vieux libidineux. Le gros lourd n’a pas d’âge. Comme on travaille et qu’on est obligée d’écouter ce qu’ils veulent pour les servir et de rester polie pour ne pas se faire virer, c’est absolument fou la manière dont ils ont l’impression qu’ils plaisent!!! Ce doit être les mêmes qui dans la rue proposent puis insultent, mais là, ils restent et discutent, même si on ne dit pas un mot et qu’on regarde ailleurs ou qu’on fait semblant d’être très très occupée (difficile quand il n’y a pas d’autre client). On m’a proposé du café au mariage, en passant par le dîner, la nuit, etc… Et comme d’habitude, soit les filles n’écoutent pas et continue leur chemin, soit ils se font insulter, là, d’en avoir une "piégée" derrière sa caisse enregistreuse les rend encore plus lourds. J’ai même eu la trouille de me faire attendre "à la sortie", à force, certains connaissaient mes horaires. Bref, vraiment, vraiment pas marrant du tout, carément flippant. Depuis, les gros lourds de la rue, je ne les entends pas, ils s’évanouissent comme par magie dès qu’un propos de gros lourd sort de leur bouche!

  • #40 camille le 11 octobre 2006 à 11 h 28 min

    moi je leur fait toujours un grand sourire, comme ils ont pas l’habitude ça leur coupe le clapet et je peux partir en accélérant discrètement le pas !! lol

  • #41 funambuline le 11 octobre 2006 à 11 h 29 min

    Aïe les fautes, pardon!!!

    Et une question: ça a déjà marché pour l’une de vous? Je veux dire, de se faire draguer dans la rue par un homme charmant, d’aller boire ce fameux café en question, et de vivre quelque chose?

  • #42 Hélène le 11 octobre 2006 à 11 h 31 min

    Je crois que les mecs bien ne draguent pas dans la rue comme on chasse à l’ouverture de la saison, funambuline… ;-)

  • #43 Yanjiao le 11 octobre 2006 à 11 h 31 min

    Je suis moi aussi sidérée à chaque fois que je constate ce genre de comportement…

    ceci dit, il m’en est arrivée une bien bonne l’an dernier (mais je sais plus si je vous l’ai déjà racontée ou pas, désolée c’est le début de la fin pour ma mémoire)

    Je me baladais dans Toulouse et un ado derrière moi me lance quelque chose genre "bonjour jolie mademoiselle" – je me retourne (il parlait à mon dos, donc) et là, consterné, il me dit : "ooh, pardon madame"!!

    je précise : j’avais 23 ans!! ça m’a fait trop rire.

    Sinon, régulièrement, je me demande ce qui se passerait si – pour l’exemple – on adoptait la même attitude vis-à-vis des hommes qui se croient tout permis… les regarder avec insistance de bas en haut en émettant des commentaires à haute voix, avec les copines qui gloussent… j’aimerais bien voir leur tête.

    Ceci dit, le combat féministe (où est Jacqueline? ;-) c’est aussi un combat (ou au moins une vigilance) quotidienne, y compris vis à vis des hommes qui nous entourent et qui sans le vouloir tombent parfois dans des vilains clichés! Un ami m’a sorti y’a pas longtemps : "dis donc ta copine machine, elle a la cuisse légère" (parce qu’elle avait eu deux ou trois histoires en quelques mois) : réflexion qu’il n’a jamais eu pour ses copains qui collectionnent les aventures….. deux poids deux mesures, au boulot comme au quotidien.

  • #44 Fanchette le 11 octobre 2006 à 11 h 33 min

    Nan Hélène, je te jure que c’était pas de l’humour ! J’étais effarée… Je t’attends de pied ferme pour faire une descente punitive dans ce haut lieu de la culture locale ! Mais déjà, à la base, les types en jogging, je me méfie, c’est rarement très fin !

  • #45 Eva le 11 octobre 2006 à 11 h 35 min

    Tout à fait d’accord avec ton constat, il faudrait trouver une solution pour calmer ces gros lourdingues qui t’abordent dans la rue. Je ne comprends pas cette violence soudaine quand tu ne réponds pas à leurs avances. Il faut accepter que la fille n’accroche pas quand on tente ce genre de choses, non ?

    Sinon, ça m’a fait penser à un passage des "jolies choses" le livre de Despentes, où elle s’habillle bien sexy et raconte les réactions des mecs dans la rue. C’est à peine exagéré.

  • #46 Hélène le 11 octobre 2006 à 11 h 40 min

    Merci Madame Patate pour ce beau commentaire, et qui exprime exactement ce que je ressens.

    Je crois qu’en effet il ne s’agit pas de drague, mais de domination. Tout comme le viol n’est pas une question de désir sexuel, mais de pouvoir.

  • #47 angelina le 11 octobre 2006 à 11 h 44 min

    Il y a longtemps que j’ai compris que leur répondre était la dernière chose à faire.
    L’ignorance est la meilleure des défenses, attention, je n’ai pas dit la fuite!

  • #48 La Cuiller En Bois le 11 octobre 2006 à 11 h 50 min

    Ah … ou est-il le temps ou l’on me sifflait et où on matait mes fesses et mes seins ?
    Ah … ou est-il le temps ou j’étais jeune, belle et désirable ?

    Je rigole !

    Moi en principe j’émets une sorte de "pffff" en secouant légèrement la tête du style ‘oh mon pôv’ gars !" Je passe pour une bêcheuse qui ne sait pas ce qu’elle perd (mais je sais ce que je gagne hi hi hi) …

    Anne-Cé tu sauras que tous les cinquantenaires ne sont pas nécessairement VIEUX ! mdrrrr

    Bon, ceci dit .. JP vient de se commander un scooter du diable !
    Merde .. je croyais bien que c’était pour faire des économies, vu que je n’ai plus de voiture, que j’en ai marre du bus, qu’il va me prêter (pas donner faut pas rêver non plus) sa bagnole et lui, il se sacrifie et ira travailler en scoot !
    Si jamais je le surprends à s’essayer à siffler dans la salle de bain, je le trucide !

  • #49 La Cuiller En Bois le 11 octobre 2006 à 11 h 53 min

    Madame Patate, tu sais bien "toutes des putes sauf ma mère – et ma soeur"

    Non pas qu’elles soient mieux que les autres, mais si ma soeur se fait draguer c’est MOI que tu insultes !

  • #50 garance le 11 octobre 2006 à 11 h 53 min

    Attention, com’ qui sert à rien :
    Trop, trop, trop d’accord!!!

    Ah si quand même com’ qui sert à quelque chose :
    Bon anniv en retard génial Blog de Fille!! :-)

  • #51 Estelle de Tokyo le 11 octobre 2006 à 11 h 54 min

    He bien ca alors tu vois, c’est tres exactement une des raisons qui font que je prefere vivre au Japon qu’en France! Et chaque fois que je viens en France pour les vacances le choc face a ce genre de comportement est de plus en plus violent. C’est franchement incroyable de voir la difference chez les hommes (chez les femmes aussi d’ailleurs) d’un pays a l’autre… Ici, pour la plupart, ils n’osent meme pas vous regarder, au pire un jeune lancera un timide et discret "Kawai" ("Mignonne").

  • #52 Estelle de Tokyo le 11 octobre 2006 à 11 h 59 min

    —-> Madame Patate, tu sais bien "toutes des putes sauf ma mère – et ma soeur"
    Je suis assez d’accord avec La Cuillere en Bois, la plupart de ces types n’oseraient meme pas parler ainsi a leur mere ou leur soeur.
    Pourtant je pense que c’est un vrai probleme d’education, et aussi de l’image de la femme… on en revient toujours au meme point, c’est pas demain la veille que nous cesserons d’etre considere comme des objets. Et puis surtout, ces petits cons, ils sont plus ou moins obliges d’avoir cette attitude pour se la peter devant les copains: manquerai plus qu’ils deviennent polis et la ils passeraient pour des "bouffons"… Bref bon courage la France!

  • #53 Laure le 11 octobre 2006 à 11 h 59 min

    Alors moi les filles, je vais vous dire une chose: je ne me laisse pas emmerder.

    Déjà, j’habite Barbès. Oui, Barbès. Et franchement, ce quartier craint grave dans certaines ruelles… En plus, je suis une femme, et je suis blonde. Autant vous dire que dans le quartier, on me repère vite, trés trés vite.
    Alors de deux choses l’une: soit je flippe, je tremble dés que je sors de chez moi, soit je décide de marcher la tête haute, en leur montrant que je suis tout à fait à l’aise. J’ai choisis la seconde option.
    Parce que je ne VEUX pas être une victime.

    Alors que les choses soient claires: soit on me fiche la paix, soit ça fuse. Et je dois avouer que depuis que j’habite ce coin, et bien je peux aller n’importe où à n’importe quelle heure, je ne flippe absolument pas.

    Maintenant, quand un djeun me siffle et me dit "oh cousine! oh cousine, c’est où qu’t’habite? c’est trés charmant ton sourire et tes cheveux là. On va boire un verre? Nan? Eh salope là, tu vas me répondre ou quoi? C’est ça casses-toi grosse conne va". Et bien je me retourne, je m’arrête, je fais marche arrière, je le regarde bien en face et je lui dis " dis dont mon p’tit, c’est à moi que tu parles comme ça? tu crois vraiment que je vais te calculer en me parlant comme ça? Et d’abord, ton père il sait que t’es dans la rue à insutler les gens? t’as pas de devoirs à faire? Allez, sois gentil, laisse les grands tranquilles d’accord?" En général, ils sont tellement vexés qu’on leur réponde qu’ils tournent les talons en marmonnant. Et c’est plié.

    Maintenant, ils savent trés bien que je ne me laisse pas faire (parce que c’est tjrs les mêmes que je croise) et ils sont trés cool. Certains même, lorsqu’ils me voient passer le soir pour trouver une place et galérer à faire le tour du quartier, lorsqu’ils en voient une, se mette sur la place, me font signe pour que je vienne m’y mettre. D’autres me portent mes paquets quand je suis seule….

    Faut pas se laisser faire. Jamais. Et surtout, ne jamais devenir victime.

  • #54 Anne Cé le 11 octobre 2006 à 12 h 00 min

    Ahem, Gloria, j’y ai pensé en me relisant.
    C’est vrai que le mot "vieux" n’était pas très sympa pour les cinquantenaires, mais bon, c’était il y a déjà plusieurs années et le type aurait largement pu être mon père… et puis, il était moche et bedonnant, ç’eût été Gérard Lanvin, j’aurais certainement dit "dans la pleine force de l’âge", je l’avoue !!
    tu m’en veux pas trop ? ;o))

  • #55 Hélène le 11 octobre 2006 à 12 h 06 min

    Et voilà Laure, y’a pas de mystère : tu te fais respecter, et bien sûr ça marche. Bravo, il faut du courage au début, mais dieu que ça fait du bien ensuite !

  • #56 parigote le 11 octobre 2006 à 12 h 08 min

    Le plus "drole" c qd un blaireau – souvent moche en plus – vous drague vous et une amie en finissant par vous traiter de lesbiennes parce que vous n’êtes pas réceptives :-))
    Cela dit tout ça est très très énervant. Moi dans ces cas là je méprise mais bon c une agression, y’a pas à dire…
    Cela dit, on peut se demander quel est le rôle des parents et donc des mères pour que leur fils agissent comme cela depuis des siècles…en toute impunité…

    Sinon moi j’évite de traiter les mecs de cons because un con c un mot vulgaire qui désigne, à l’origine, le sexe de la femme. alors, c leur faire trop d’honneur de les traiter de cons non ???
    :-))

  • #57 Gaëlle le 11 octobre 2006 à 12 h 09 min

    J’ai une amie qui est sublimissime, du genre à faire se retourner les gens partout où elle passe.

    Si vous croyez que la grande beauté freine ce genre d’attitude, ben même pas: elle se ramasse autant minables "dragueurs" que moi (qui, zutalors,ne suis pas sublimissime).

    Comme disait Audiard, "les cons, çà ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait"…

  • #58 La Cuiller En Bois le 11 octobre 2006 à 12 h 10 min

    hi hi hi Anne-Cé !

    Tu sais depuis que MA PROPRE fille est arrivée un soir en disant "Maman y un vieux en voiture qui a percuté un vélo" et que j’ai eu le malheur de lui demander "Un vieux ? de quel âge ?" "Oh … 40 ans !" … alors que j’en avais 39 ! … ça calme !

    mdrrrr

  • #59 Petitelouise le 11 octobre 2006 à 12 h 15 min

    Bravo Hélène, ça m’arrive souvent aussi, surtout au printemps, et surtout dans certains quartiers comme disait je-ne-sais-plus-qui un peu plus haut (ça me désole, mais c’est bien vrai). Peut-être que c’est simplement que je fréquentais ce quartier au printemps, mais j’en doute…

    Et bravo Laure, dans le fond je sais bien que ce serait la meilleure solution, me retourner et répondre avec applomb, mais je n’ai jamais su quoi dire (surtout quand le gars a manifestement plus de 20 ans, et que par conséquent il n’y a aucune raison que sa mère sache ce qu’il fait dehors, et surtout quand il est 17h). Alors si tu as d’autres commentaires, j’essaierai de les adopter ! Ce qui est pas évident quand on est un peu timide. Mais j’aimerais tellement avoir quelque chose de mieux que le sourire dégoûté et gêné, et le pas qui accélère un peu (ou pas, mais rien que le fait d’avoir pensé à la vitesse à laquelle je marche me fout en rogne).

  • #60 dragon breton le 11 octobre 2006 à 12 h 17 min

    Oh comme je te comprends… la semaine dernière, un morveux, de 15 ans peut-être, m’a mis la main aux fesses (j’ai 33 ans) alors que je le dépassais, je me suis retournée furax vers la bande des quatre en leur demandant s’ils avaient besoin d’aide (j’étais tellement estomaquée que je n’ai rien trouvé de plus original à dire) et celui que je soupçonnais et que je regardais m’a répondu "mé c’est pas moi", donc je n’avais pas rêvé ! J’étais super énervée toute l’aprèm du coup, bon ok il y a pire comme traumatisme, comme celui d’être seule dans un wagon avec un exhibitionniste (oui ça m’est arrivé) ou avec un autre passager qui se contente de rigoler (ça m’est arrivé aussi). Et je précise que je ne suis pas du genre à porter des minijupes ou décolletés plongeant, de toute façon y a rien à voir…
    Enfin, tout ça pour dire que je ne comprends pas que certains hommes (gamins) s’imaginent que ce type de drague (ton exemple) fonctionne…

  • #61 Hélène le 11 octobre 2006 à 12 h 23 min

    Je ne suis pas sûre, dragon breton, qu’ils s’imaginent que ça fonctionne. Comme je le disais plus haut je crois que c’est plutôt une façon de montrer qu’ils ont le pouvoir et qu’ils te dominent, tout simplement.
    Ce qui est pire, dans un sens, mais pas tellement étonnant, hélas…

  • #62 Vivian le 11 octobre 2006 à 12 h 26 min

    Ton article (et celui de Corinne de toutpourelles) m’interpelle et me fait réfléchir Hélène !

    Je suis peu confrontée au problème du "vous-etes-charmante-mademoiselle-tu-baises?", mais par contre, je croise un grand nombre de "paternalistes lubriques"…

    Bon, dans tous les cas, on va soigner l’esprit de répartie !!!

  • #63 Gaëlle le 11 octobre 2006 à 12 h 40 min

    Dis donc dragon breton, je te trouve drôlement sympa: le type qui me met la main aux fesses se prend directement une tarte, après tout, s’il considère qu’il a le droit de toucher mes fesses, je considère que j’ai le droit de toucher sa joue…

    Sans rire, je pense que l’attitude de Laure est la meilleure et la plus saine: répondre (pas forcément de manière agressive mais de façon ferme) est pour moi le meilleur moyen de désamorcer la situation et de décourager ce genre d’emmerdeurs.
    Par contre,le type qui sent qu’il inspire de la peur ou de la faiblesse se sent tout-puissant et ne lâche pas.

    En général, j’essaie d’avoir une réaction proportionnelle à la situation: je souris au type qui me fait un compliment ou qui me dit bonjour dans la rue, je décline poliment les offres de p’tit café qui sont faites poliment mais si on m’insulte suite à ça on se fait remettre en place (pas avec les mêmes insultes, je refuse de m’abaisser au même niveau), de même que si on insiste lourdement.

    Pour l’instant ce système fonctionne, mais mon jules est persuadé qu’à force de répondre à ce genre d’individus je finirais par me faire, au choix, tabasser, violer, tuer, etc… (voui, c’est un grand optimiste).
    Mais Laure a vraiment raison: il ne faut jamais avoir peur, personne n’a le droit d’avoir un tel pouvoir sur quelqu’un.

  • #64 Princesse Audrey le 11 octobre 2006 à 12 h 44 min

    Bon, écoute, je dois réagir, et te soutenir : s’il y avait une loi à signer pour éliminer ce genre de comportement, je dégainerais mon BIC vitesse grand V. Je subis ça en permanence. Dès que je marche dans la rue, que je vais en cours, que je fais mon shopping ou même que je rentre des courses, chargée de mon cabas rose Champion, ça n’arrête pas. Les mecs relous, vulgaires, qui te parlent comme une pouffe, même quand tu n’es ni maquillée, ni apprêtée, ni vêtue sexy. J’en peux plus de subir ces allusions graveleuses, ces regards sans respects, cette drague qui te donne l’impression que tu es un corps sans conscience. C’est une agression, et qu’ils supposent ne serait-ce que deux secondes qu’on puisse trouver NORMAL qu’on soit réduites à nos fesses et un statut sexuel dégradant, c’est une véritable insulte. J’en peux plus de subir ça tous les jours, et de redouter de croiser des mecs, car on sait qu’on va y avoir droit, qu’on ne pourra pas échapper à leurs sous-entendus et à leur drague lourde et grossière. Ca vient de tous les mecs, les jeunes, les moins jeunes ( même les merdeux de seize ans, donc plus jeunes que moi !!! ), tous : on ne leur a jamais appris à respecter les femmes, ou ils sont frustrés, ou j’en sais rien. En tout cas, des fois, je voudrais être invisible, je retrouve l’état d’esprit de ma puberté, quand je portais des sweat XXL, pour planquer mon corps et mes formes, afin d’éviter les embêtements. Mais là, pour la première fois de ma vie, mon coprs me va, et le planquer, c’est hors de question. Pourtant, on ne peut pas dire que je sois vêtue de façon provocante. Et je ne sais meme pas comment riposter, hormis de balancer "frustré" ou "pauvre con"…

  • #65 Gaëlle le 11 octobre 2006 à 12 h 45 min

    Euh, je précise que "vous êtes jolie Mademoiselle" est un compliment (certes, pas d’une finesse extrême…)mais que "Wahouh, les nibards" (comme je l’ai lu plus haut)est une agression verbale particulièrement déplacée qui ne récolte ni sourire ni politesse mais un remntage de bretelles virulent.

  • #66 Laure le 11 octobre 2006 à 12 h 47 min

    Juste en réponse à Petitelouise: j’ai fait le choix, dans mon quartier, d’adopter une attitude brute de décoffrage, parce que si ces types sentent un minimum de peur, ils s’y engouffrent et ne te lachent plus.
    Il m’a fallut me prendre par la main au début, et aller contre mes appréhensions. Mais je n’avais pas le choix.
    Mon quartier, c’est pas le bronx, mais y’a des endroits, je peux vous dire que ça craint grave.
    Le truc c’est que je refuse d’être victime de ma peur de leur intimidations.

    Lorsque le gars est clairement alcoolisé ou un peu défoncé, je n’aurais pas la même attitude parce que je sais que ça peut vite dégénérer. Mais je me fais un point d’honneur à ne jamais me faire insulter, marcher dessus.

    Mon quartier est clairement masculin: les femmes sont à la maison, avec les enfants en bas âge, et les hommes sont dans la rue ou au café. Donc, quand j’arpente les rues, je fais vraiment grosse tâche. Mais c’est comme ça. Je ne vois pas pourquoi je devrais me sentir moins chez moi qu’eux.
    Et puis j’ai un chien, je le sors tard le soir, et si je commence à flipper de le sortir, j’ai plus de vie. C’est niet.

    Ce week-end par exemple, je galérais pour trouver une place. Au moment où j’en trouve une, un type me la pique, commence à vouloir s’y garer en me faisant un signe genre "eh oui, c’est comme ça, c’est la jungle ici, en plus t’es une poulette, tu diras rien, t’oseras pas". Et bien je peux vous dire que j’ai serré mon frein à main, je suis descendue de ma caisse, je suis allée le trouver et je lui ai clairement fait comprendre que non, c’est pas la jungle ici, qu’il y a des règles à respecter, que la place, je l’avais vu avant lui, et qu’elle me revient c’est comme ça et pas autrement, et que tant qu’il ne me la laissera pas, et bin moi, je resterais debout dessus, m’en fous, j’ai rien de précis à faire, j’ai tout mon temps. Il a fini par se barrer en râlant et en disant à mon fils "bin dis donc, elle est pas facile la maman…"

    Faut pas se laisser faire, c’est comme ça, y’a pas d’autre alternative.

  • #67 Hélène le 11 octobre 2006 à 12 h 49 min

    C’est une question de quartier Audrey, si comme Laure tu vis à Barbès, c’est moins facile que boulevard saint Germain, la population n’est pas la même et n’a pas été éduquée pareil…

    Il faut que tu apprennes (il faut qu’on apprennes TOUTES) à réagir et à ne pas avoir peur, à ne pas laisser ce pouvoir à l’autre.

    Tu nous fais un stage Laure ?

  • #68 iza manga le 11 octobre 2006 à 12 h 55 min

    Oui, les mecs lourds, c’est chiant. Je suis bien d’accord avec vous toutes (ou presque). Un enooooooorme avantage quand on quitte la France, c’est d’y echapper, car c’est apparemment tres typique des males hexagonaux, ce genre d’attitude, malheureusement. Et dire qu’on nous prend pour des romantiques dans le monde entier!
    (Enfin ailleurs on se fait mater aussi, mais beaucoup moins, voire jamais d’insultes directes, si on refuse poliment ou ignore le sale con).

    Et en boite le "tu danses cousine?" avec la main deja dans le dos, comme si on allait dire oui, alors qu’on est manifestement tres occupee a discuter/boire un verre avec 2 charmants jeunes hommes et habillee comme un sac (treillis et vieux t-shirt, expres car les boites c’est de + en + grave…) Ca vous est deja arrive??

    Le mieux, c’est de repondre en montrant son alliance (ou n’importe quelle bague a l’annulaire), en general, ca les calme, voire ils repartent l’air un peu degoutes, car ca doit nous vieillir d’un coup de nous savoir mariees (FYI, me suis mariee a 23 ans).

    Sinon, pour repondre a funambuline, oui, ca peut arriver les grandes histoires basees sur de la drague spontanee. Bon, pas dans la rue avec un inconnu non plus. Mais j’ai moi aussi travaille avec un grand gilet horrible (pas un kiosque, mais meme genre), et l’un de mes clients habituels (charmant, souriant, ecarlate quand il m’adressait la parole) a ete mon homme pendant un an et j’ai meme habite avec. Et ca partait juste d’un verre apres mon travail, comme quoi! ;)

  • #69 Laure le 11 octobre 2006 à 13 h 01 min

    Yep!

    Bon, c’est vrai qu’ensuite, c’est une question de personnalité. Quand tu es timide, peureuse des autres, il faut se faire violence plus qu’une autre qui aurait tendance à être forte en gueule. Moi, c’est mon cas.

    Je peux comprendre que certaines filles perdent leurs moyens, soient désoeuvrées.

    Ce que je veux dire c’est que personne, personne, n’a le droit d’insulter quelqu’un sur son physique ou un handicap quelconque. Je ne supporte pas ça.
    Et je pense que si je ne m’étais pas prise par la main pour tenir tête, j’aurais certainement fini pas quitter ce quartier. J’aurais perdu. Et il en est hors de question.

  • #70 Caro Ronde et Jolie le 11 octobre 2006 à 13 h 09 min

    Laure je suis à fond d’accord avec toi. Le problème aujourd’hui c’est qu’on a intégré jusqu’à l’outrance la notion de peur. Je le ressens très précisément dans les squares, où parfois une armée de gamins de 8 ou 10 ans parviennent à terroriser non seulement les petits mais leurs parents. Dans ces cas là j’adopte la même attitude que toi et en général ça marche. Après il faut voir la tête gênée des autres mamans qui n’ont évidemment pas esquissé le début d’un geste pour me soutenir…

    Ce n’est pas rendre service à ces gamins que de leur faire penser qu’ils peuvent agir en toute impunité.

  • #71 Aurélie le 11 octobre 2006 à 13 h 09 min

    Je vis souvent la même chose, et au final je me dis… comment un mec qui agit de la sorte peut imaginer me plaire (même sexuellement)? Y’a t il chez qq filles des idées de dire "oui" à ce genre de proposition… Pour qu’il persistent c’est qu’ils ont des réponses positives parfois… non?

  • #72 iza manga le 11 octobre 2006 à 13 h 12 min

    Je confirme les dires d’Estelle, le Japon, pour ca, c’est top, on peut se promener a n’importe quelle heure du jour et de la nuit en n’importe quelle tenue, il ne nous arrivera rien!!
    En meme temps, le statut des femmes ici est assez deplorable..
    Enfin, c’est vrai que c’est agreable ce sentiment permanent de securite, mais a la longue, ca peut devenir un peu flippant. Tout est lisse, rien ne depasse, c’est comme si on etait entoure de robots.

  • #73 Hélène le 11 octobre 2006 à 13 h 13 min

    Non Aurélie, c’est parce qu’ils ont appris qu’une femme, ça se traite comme un morceau de viande, c’est tout.
    Ils n’ont pas appris d’autres modes de relations avec l’autre sexe, je le crains.

    Je crois que j’adorerais le Japon pour cet aspect, iza manga et Estelle, ça doit être reposant !

  • #74 Maurine le 11 octobre 2006 à 13 h 13 min

    En général, je ne dis rien, surtout quand on m’interpelle dans mon dos…même si je suis la seule fille de la rue, qui me dit que ce n’est pas à moi qu’ils parlent…ca c’est que je leur réponds quand ils osent venir en face de moi…ils se trouvent bête bien souvent, je leur demande s’ils ont peur de me le dire en face.
    par contre, quand ils ont "le courage" de venir près de moi pour me parler, je leur réponds gentiment car au début, ils sont "courtois", et quand je décline, en général, fusent leurs plus beaux poèmes d’insultes…et je laisse tomber, la meilleure arme l’indifférence quand ca ne reste que des paroles…un geste c’est différent.
    j’évite de mettre en jupe car ca les attire encore plus…pourtant j’ai des genoux horribles!
    mais je les plains plus qu’autre chose, draguer c’est "normal" mais y a une façon de draguer quand même.et j’osent espérer que beaucoup de filles déclinent, car c’est vraiment la porte ouverte au non respect de la femme.

  • #75 Carine le 11 octobre 2006 à 13 h 19 min

    Bon il est vrai que je ne fais surement pas partie des jolies filles sans cesse importuner, c’est pour ça que lorsque j’ai le droit à un "Bonjour charmante demoiselle" je réponds "Bonjour" et je continue ma route avec un petit sourire au fond de ma tête. Ce n’est pas forcément le beau gosse qui me fera le plus plaisir. Une fois dans la rue, un sans domicile fixe bien aviné m’a dit "C’est vous la plus belle !" alors que j’avais mis ma nouvelle petite jupe, le bonheur !
    J’avoue ne pas supporter les gros lourds et les sifflements mais heureusement je crois que mes kilos en trop m’en préservent ;-) (faut bien qu’ils servent à quelque chose)…

  • #76 vert-olive le 11 octobre 2006 à 13 h 29 min

    Une mention spéciale à ces hommes qui accompagnée d’une nana jolie qui semble être la leur, vous envoie un sourire après vous avoir reluquée de la tête aux pieds..
    et une mention toute spéciale aux routiers, qui une fois que vous les avez dépassés sur l’autoroute, vous bombardent d’appels de phares, au cas où vous auriez envie de faire mille trucs dégueulasses dans une cabine de 1m2 sur une aire d’autoroute glauque (grrrr)….
    merci hélène pour ce billet
    et au risque de passer pour une vieille peau : je suis souvent atristée par toutes ces photos de femmes nus ou à moitié qui envahissent de plus en plus notre univers visuel…. perso ça me gène…. et je me demande à quel point ça amplifie le chimilibilik

  • #77 Petitelouise le 11 octobre 2006 à 13 h 30 min

    Merci Laure, j’avais bien compris ton commentaire, et j’adhère, je trouve super que tu aies "résisté" de cette façon. Comme tu as l’air d’avoir effectivement une grande gueule, je me demandais si à défaut d’un stage (héhéhé ;-)) tu ne pourrais pas me donner une idée de réponse plus ou moins humiliante à retourner à un gros lourd qui drague dans la rue… Moi j’aimerais beaucoup répondre, mais je manque tellement d’applomb que j’ai besoin d’apprendre par coeur ma réplique !
    Et là je ne parle pas de réponse à des gens qui habitent ton quartier et avec lesquels tu dois t’habituer à vivre (ce que tu as fais apparemment remarquablement), je parle de ceux que tu veux envoyer balader ! Alors Laure et les autres, une idée ?

  • #78 Hélène le 11 octobre 2006 à 13 h 36 min

    "ben regarde-toi dans une glace mon pote, et tu comprendras pourquoi j’ai pas envie de te répondre".

    Ca t’irait Petitelouise ce genre de truc ? ;-)

    vert-olive je suis comme toi, se servir de la nudité féminine pour vendre absolument tout, me choque.

    Carine les deux fois de ma vie où on m’a fait un vrai gentil compliment, j’ai souri et remercié, aussi ;-) (deux fois, en 36 ans, youpie).

    Maurine je trouve ça révoltant que tu sois obligée de ne pas porter de jupe pour avoir la paix, la société machistes a de beaux jours devant elle…

  • #79 Pitichat le 11 octobre 2006 à 13 h 40 min

    Effectivement, le pire c’est qu’à la longue ça doit marcher pour certains. (o_O)

    Une amie sortant de chez elle pour aller au lavomatique croise un type en bermuda rouge, t-shirt crado rentré dans le bermuda avec des chaussette et des sandales (le bon goût quand tu nous tiens…) et qui demande "Excusez moi madame, on baise ?"

    Ca me fait penser à cette merveilleuse chanson de Roland Giraud, Michèle Brousse & Maurice Risch "Dites, ça vous dirait… avec moi" du film Vive Les Femmes http://www.bide-et-musique.com/s...

    On notera la politesse du "Excusez moi madame" qui s’envole en fumé avec les deux mots suivants. Et Bien le pire c’est qu’en rentrant du lavomatique, le type en bermuda n’était plus là. Si ça se trouve, il en a trouvé une pour répondre oui. ?_?

    Il n’en reste pas moins que ce comportement est tout à fait odieux et il est bien facile d’insulter en se tirant sur une mobylette. Trop souvent, la réaction face à ce genre de situation reste la surprise.

    Il est vrais que nous autres les hommes, nous ne subissons pas ce genre de remarque. Peut-être serions nous trop disposer à répondre oui ? (je plaisante)

  • #80 Anne Cé le 11 octobre 2006 à 13 h 43 min

    Oh, c’est vrai ça, Vert-Olive, les routiers, quelle plaie !

    A l’époque où je venais d’avoir mon permis, encore jeune et naïve, le nombre de fois où je me suis pris un coup de speed… du genre… mais pourquoi il me fait des appels de phare celui-là ? c’est au moins la troisième fois ! j’ai (au choix) les feux arrière qui n’éclairent plus ? le pot d’échappement qui fume ? un pneu dégonflé ? le réservoir qui fuit ? le feu au cul* ?
    (* de la bagnole, comprenons-nous bien !)

  • #81 Gaëlle le 11 octobre 2006 à 13 h 43 min

    J’espère que tu ne le prendras pas mal Maurine, mais j’ai un peu de mal avec la distinction que tu fais entre une parole et un geste.

    Je ne crois pas que l’indifférence soit la meilleure arme contre la violence.Or,je ne fais pas de différence entre une violence physique et une violence verbale:je considère qu’une insulte injustifiée est violente, au même titre qu’un coup et mérite une réaction (mais je reconnais volontiers que je suis un poil soupe-au-lait).

  • #82 funambuline le 11 octobre 2006 à 13 h 44 min

    @iza manga: contente que ça marche de temps en temps, un peu de romantisme dans ce monde de gros lourds ça fait du bien!!!

  • #83 katoche le 11 octobre 2006 à 13 h 45 min

    vrai de vrai … de vrais bons gros cons !

    dernièrement je suis sortie prendre un verre avec 2 amies ; un "branluchon" a tenté une drague à 2 balles du style ("alors on sort son sac ?… ) "bonsoir, alors on ne se laisse pas aller à ce que je vois … elle aime bien faire la fête avec ses copines …" .
    ce pôv type faisait le poids d’un âne mort tant il était pénible! j’en ai eu rapidement marre ; comme je me sentais "en force" avec mes 2 comparses, je me suis retournée, je lui ai appuyé sur le pif en lui disant "tu vois mon lapin, quand je t’appuie sur le nez ça fait sortit du lait… alors retournes voir tes potes, ils t’attendent pour jouer à la marelle"

    ça va il n’était pas de plus virulent, il a tourné les talons et fichu la paix !

  • #84 kila le 11 octobre 2006 à 13 h 46 min

    Et bien soit je suis tellement moche et grosse que personne ne m’aborde, soit je suis tellement "pas là" quand je suis dans la rue que je ne vois pas et n’entends pas les remarques…

    Par contre, ma mére ayant tenu un bar durant 30 ans, et quand elle l’a vendu j’avais …30 ans, les remarques de machos, obsédés, frustrés (souvent ça!), dragueur en tout genre, je connais, j’ai pratiqué des milliers de fois. Parfois ça me faisait hurler, parfois ça me faisait rire, souvent j’ignorais… Dans tous les cas, ça ne m’a jamais mise en valeur, jamais flatté.
    J’ai souvent eu beaucoup de compassion voire de la pitié pour ces types, tellement seuls, tellement lourds, tellement si peu d’éducation… Parce qu’il faut bien se rendre compte qu’un type qui traîne dans un bar et/ou dans la rue plusieurs heures / jour est bien désoeuvré, bien seul…

    Peut-être aussi ce vécu qui fait que dans la rue je ne vois pas, je n’entends pas. (parce que NON, je ne suis pas grosse et moche, juste, Kila, ronde et jolie (merci Caro pour me prêter la formule)

    Kila

    PS : joyeux anniversaire en retard!! Moi aussi je veux bien rempiler pour 1 an de plus.

  • #85 Hélène le 11 octobre 2006 à 13 h 47 min

    Bravo katoche, c’est drôle et efficace ! ;-)

    Kila ronde et jolie, ça coule tout seul, j’aime beaucoup ;-)

  • #86 Esme le 11 octobre 2006 à 13 h 48 min

    la réponse que j’ai deja faite en boit, une des seules fois ou j’y suis allé, a un gars qui me demander comment fallait faire pour me plaire, j’ai repondu "pas etre lourd en le regardant dans les yeux!" apres dans la soiree des que je le croisait ilallait a l’autre bout de la salle!
    et personne n’ose mettre sa ain sur mon epaule sinon c’est le regard Doberman assuré! faut meme pas essayer!

  • #87 Hélène le 11 octobre 2006 à 13 h 50 min

    Oui oui Esme ! Regard Doberman, j’adore faire ça ! ;-)

  • #88 Petitelouise le 11 octobre 2006 à 13 h 50 min

    >"Ben regarde-toi dans une glace mon pote, et tu comprendras pourquoi j’ai pas envie de te répondre".
    Miam merci Hélène. Je vais m’organiser une soirée avec des copines (et des copains ma foi c’est vrai pourquoi pas), pour trouver d’autres idées en fonction du contexte. Et après j’apprends tout par coeur, histoire d’avoir plus de répartie. Et puis j’en fais un livre, je fais fortune, etc… ;-) Héhéhé !

  • #89 La Cuiller En Bois le 11 octobre 2006 à 13 h 51 min

    Et si on faisait comme eux ?

    J’ai, un fois, mis la main au cul d’un mec venait de poser la sienne sur le mien !

    "Et qu’est-ce tu fais ? ca va pas ?"

    "Comme toi … je fais juste comme toi ! T’as vu si c’est bandant "

    L’est parti comme un con !

    Mon rêve … leur attraper les parties et leur faisant mon plus beau sourire (et même en gémissant tiens !) avant d’éclater de rire .. Mais bon …

  • #90 Mr Y. le 11 octobre 2006 à 14 h 02 min

    Entant que lecteur régulier de ce blog, d’habitude relativement silencieux, je souhaite m’exprimer sur cette histoire qui m’interpelle car trop souvent entendue de la part de mes amies.

    Loin de moi l’idée de cautionner tout comportement déplacé ou agressif non-justifié envers une femme, mais je vais essayer de décrire les deux aspects de l’histoire qui t’es arrivée Hélène, avec un regard qui m’est propre.

    Il est pour ma part inadmissible d’insulter, de rabaisser (ou autre joyeusetés du même acabit, la liste est longue) une femme qui ne répond pas favorablement à nos avances. C’est « le jeu », et si on aborde une fille, on doit savoir que on a une chance sur x de se faire envoyer ballader, la règle est telle et il faut l’accepter, en lançant un petit « dommage…. » si la réponse n’est pas celle espérée. Se venger d’un refus par quelque moyen que ce soit dénote soit d’un égo aussi démesuré que le QI est faible, soit d’une manière d’avoir « le dernier mot » qui permet de garder sa « dignité » .

    Par contre, pour que cette règle soit valide, il faut que refus il y ait, et non indifférence… la nuance est grande entre un « non désolé, je suis déjà avec quelqu’un », qui ne souffre d’aucune contestation, et un silence froid accompagné d’une accélération du pas, qui est interprétée par un cinglant « tu ne vaux pas la peine que je te parle ». Là je ne me pose pas en défenseur de ces insulteurs, mais en humain qui trouve l’indifférence pire que le refus. Imagine, Hélène, que tu voies un homme à ton goût, tu vas vers lui, essaie de trouver quelque chose de plus ou moins (souvent moins que plus malheureusement..) original à dire pour briser la glace, et lui, sans un mot, t’ignore superbement et continue sa route…. quelle serait ta réaction ? N’aurais tu pas l’impression d’avoir été prise pour une moins que rien ? Et, réaction fortement humaine, n’aurais tu pas envie de lui lancer un « Hé j’te parle, sale con ! » ??

    Ainsi, même si je ne cautionne pas les abjects de la part d’une minorité, j’encourage les filles à lancer une réponse négative (bateau même, s’il le faut) de façon correcte (éviter le ton agressif) plutôt que d’ignorer la personne qui les a abordé…

    Quant aux hommes qui devant un refus correct et poli, trouvent le moyen de vous dire des insanités, ce sont des gros co***rds qui ne méritent que le mépris.

    Mr Y.

  • #91 Pitichat le 11 octobre 2006 à 14 h 03 min

    Hélène > Il faut noter que de plus en plus d’hommes nus sont utilisés pour vendre de tout. Quelques exemples:
    – un mec à poil dans une balançoire de papier toilette pour vendre la douceur des 5 épaisseurs souples de ???
    – à l’instar des parfums féminin, les hommes sont toujours au mieux en boxer et dans tous les cas tors nus
    – une excellente pub pour AIDS où on voyait un homme totalement nu avec une marque de bronzage sur son pénis (cet été, sortez couvert)
    Il doit y en avoir d’autre.

    Ce qui me choque le plus, ce n’est pas tant les pubs. Notez que de nos jours on est moins trache qu’en 1978. img.gkblogger.com/blog/im…

    Non ce que je trouve le plus dingue ce sont les couvertures de magasines porno sur les kiosques à hauteur d’yeux pour les enfants. On y voit des nanas totalement à poile avec une micro étoile de 5 pixels pour camoufler l’aréole de chaque sein. C’est n’importe quoi et complètement déplacé.

  • #92 Mr Y. le 11 octobre 2006 à 14 h 04 min

    PS: second paragraphe, mettre "pitoyable" avant manière…. ooooops oubli ^_^

  • #93 deedee le 11 octobre 2006 à 14 h 16 min

    Moi, ça m’échappe. Je ne vois pas ce que ce genre de personne attend.. En général, ça me rend folle et j’insulte moi même copieusement la personne… ça me défoule !

  • #94 annelise le 11 octobre 2006 à 14 h 16 min

    ouais, j’avais écrit là dessus aussi, pour recenser toutes les horreurs auxquelles j’avais régulièrement droit. Point besoin d’être un top model pour subir ça, même habillée ne jogging j’y ai droit d’ailleurs. Et ça devient de plus en plus vulgaire. On se sent salie quand on entend un type vous dire des trucs salaces écoeurants ou vous regarder avec l’oeil lubrique. Une fois j’ai aidé un aveugle à traverser la route, et il me sort "tu veux pas me s…?"….Alors maintenant qu’ils aillent se faire écraser, non mais.

  • #95 Vivian le 11 octobre 2006 à 14 h 20 min

    Mr Y. > Je trouve ton raisonnement valable si l’"abordage" se fait de manière correcte… Mais quelle est la conduite à tenir si on te dit "grosses loches" une fois que tu viens de passer ?

  • #96 (é(ile le 11 octobre 2006 à 14 h 20 min

    Moi chuis une nouille. Dès qu’apparait un "bjour mad’moizelle, z’êtes trop charmante" (99% des fois) ou le 1000 fois servi "vos parents sont des voleurs… etc etc…" je rigole. Je souris de toutes mes dents en rendant un "z’êtes charmants aussi jeune homme" ou "et vous un vilain flatteur !". Du coup, je touche du bois mais ça n’a jamais dégénéré, vu qu’en plus je continue à gambader comme si j’allais à un rendez-vous super hyper important :D
    Sinon si le garçon insiste "j’aimerais qu’on se revoit" ou autre je lui fait comprendre avec un ptit sourire de traviole et l’air faussement désolé que mon chéri qui est l’homme de ma vie que je ne tromperai jaaaaamais ne serait pas super d’accord avec l’idée…
    Puis quand je me retrouve devant un troululu qui a l’air menaçant (j’appelle pas ça un mec, encore moins un homme) alors là, je suis de la même trempe que Laure : on est des lionnes les filles. Non tu ne m’impressionne pas. Non, ne crois même pas que je vais avoir peur. Je passe et point. Et évite de me parler, c’est inutile. Tout ça en un regard même pas posé sur lui. Faites la tronche de la fille qui a raté les chaussures de ses rêves à – 80%, qui vient de se les faire piquer par une radasse (plus grande que toi, que tu peux même pas lui prendre des mains) c’est radical : tous les hommes ont peur de ce regard (et ils peuvent !)
    Par contre, jamais je ne regarde un troululu de manière méprisante ou hautaine, jamais je n’agresse. Je n’apporte pas d’eau au moulin des nazes, sinon après ils se surpassent !

  • #97 Eva au chocolat le 11 octobre 2006 à 14 h 21 min

    Oh ouiiiii, le gros lourd de base ! c’est marrant ça! Parce qu’alors, j’en ai croisé un paquet dans ma courte vie … Pas que je sois une beauté fatale, loin de là, mais j’ai une une nette tendance à attirer tous les barjots et gros boeufs de la création, moi.

    Je vous ferai pas une liste de tous ceux que j’ai croisés, mais je retiens une technique de drague qui fait encore hurler de rire l’amie qui était avec moi ce jour-là : nous étions en boîte, à Albi, une petite boîte tranquillou, familiale, bon esprit, et nous dansions toutes deux dans notre coin … Et là, un gars, pas méchant, mais pas fut’ fut’, me regarde un peu et vient me trouver en disant : "tu sais quoi? tu es très jolie… tu me fais vraiment penser à Jennifer PEREZ, la chanteuse…"
    Je reste un peu perplexe, et puis je comprends soudain : il faisait allusion à Jennifer LOPEZ, qui commençait à être un peu connue…
    Elle est pas phénoménale, cette sortie ?

    C’était pas méchant de sa part, mais vraiment trop trop drôle… Et puis le peu de conversation qui a suivi n’a fait que confirmer que nous n’étions VRAIMENT pas sur la même longueur d’onde !

    Ah oui ! et puis à 15 ans, j’ai balancé mon verre de Sprite à la figure d’une type qui s’amusait à nous filer des notes à mes copines et moi… J’ai encaissé les remarques, jusqu’à ce qu’il fasse une remarque très désobligeante à l’une de mes amies… Ca m’a pris d’un coup, je me suis levée et SPLASH ! Bon après on est parti presqu’ en courant, parce que j’assumais quand même moyen ma témérité !!!

    Sinon, pour répondre à Mr. Y, lorsque qu’un gars me demande, assez sûr de lui, si je veux pas aller prendre un café en sa compagnie ou un truc du genre, je lui fais mon pus beau sourire et lui dis que je vais en parler à mon mari (même si je ne suis effectivement mariée que depuis 2 mois) … En général, ça calme, et les types finissent par en rire aussi…

    PS : au fait, je ne ressemble PAS DU TOUT à Jennyfer LOPEZ, malheureusement…
    En plus d’avoir une piètre mémoire des noms, ce type avait sans doute des problèmes de vue…

  • #98 Eva au chocolat le 11 octobre 2006 à 14 h 24 min

    Au fait!
    J’ai rajouté "au chocolat" à mon prénom, car j’ai vu qu’une autre Eva (l’architecte) se baladait dans le coin, et je pensais que ce serait plus simple pour nous différencier…

  • #99 Moïra le 11 octobre 2006 à 14 h 25 min

    Mr Y : enfin un homme (à part Pitichat) qui fait un commentaire.
    Honnêment, répondre "non merci", ou "je suis prise", ou encore porter une alliance, ne suffit souvent pas. j’ai fait (d’autres aussi) le test suivant : répondre "non merci", ou ne rien répondre. le 1er mec qui m’avait posé la question, voyant que je lui avait parlé, a commencé à me suivre (quand tu rentres chez toi, c’est très flippant.). Le second m’a insultée. je ne sais pas encore ce qui est pire.
    Mais comme tu peux le voir dans mon précédent post (n°64) parfois, on a des bonnes surprises. cela dit, la majorité des remarques que l’on peut avoir ne sont pas agréables. De plus, un "vous êtes charmante mademoiselle", prononcé par un type à l’allure de pervers, qui se penche vers toi, et donc, envahit déjà ton espace perso, est plus flippant et plus "salissant" qu’un "t’es bonne, mademoiselle" dit d’un air vraiment admiratif, et de plus loin.
    Un pote à moi s’est rendu compte de l’horreur que cela pouvait être parfois, lorsque, au téléphone avec sa copine qui marchait dans la rue, il a carrément entendu la remarque que quelqu’un lui a faite.
    le soucis, surtout dans une grande ville, c’est qu’il y a des périodes (belle ou pas, bien fringuée ou pas etc.) où les hommes (et les ados) sont particulièrement entreprenants. Et quand tu te fais régulièrement interpeler (les jours de "chance", en été, 2 ou 3 fois dans la journée), que le type ait l’air dingue ou pas, ça te met en rogne. Enfin, dur de prendre un ton correct, et non agressif, quand tu viens de te sentir agressée verbalement. Parce que ce genre d’interpellation est très souvent vécu comme une agression par nous autres. Pour les raison évoquées ci-dessus. Et parce que oui, souvent, avant d’énerver, ça fait peur. Compte également en plus toutes les autres sollicitations qui n’ont rien à voir, mais du genre "t’as pas du feu" "t’as pas une clope" "t’as pas cent balles ?" , que les hommes vivent à la même proportion que les femmes. Tu comprendras que c’est lassant, dans le meilleur des cas, même sans être un(e) asocial(e) convaincu.

  • #100 Fanchette le 11 octobre 2006 à 14 h 28 min

    Ouha… On en apprend des choses ici : j’ai pas le temps de lire tous les coms… mais en piochant je tombe sur celui de Vert-Olive : c’est pour ça qu’ils font des appels de phare après qu’on les ai doublés les routiers ? Nan… Nan, c’est pas possible. Et d’abord comment voient-ils qu’on est une femme seule dans la Polo non décapotable sans toit ouvrant… Nan je ne peux pas le croire !!
    Si ?

  • #101 kila le 11 octobre 2006 à 14 h 46 min

    Et bien pour les appels de phares des routiers, j’ai longtemps cru que c’était de la drague, mais en fait je pense que c’est souvent pour signaler qu’on peut se rabattre… C’est parfois aussi de la drague, oui mais pas toujours.

  • #102 Vivian le 11 octobre 2006 à 14 h 55 min

    kila et fanchette > un appel de phare de routier peut vouloir dire que tu as la place de te rabattre après l’avoir doublé… ils utilisent ça surtout entre routiers lorsqu’ils ont des remorques et donc une mauvaise visibilité…

    Et pour le remercier, le routier doubleur fait cligno gauche – cligno droit….

    Mais parfois, le doute sur les intentions d’un routier n’est pas possible….

    C’était la minute routière !!!

  • #103 katoche le 11 octobre 2006 à 14 h 55 min

    Fanchette … si si certains routiers sont de"bites sur pattes" !!

    jadis je me suis posée la question comme Anne Cé … tiens ? qq chose qui cloche sur l’auto ? jusqu’au jour où un ami m ‘a clairement expliqué : "des fois que tu voudrais t’arrêter sur le bas côté pour lui faire une gâterie …" et le pire c’est que si tu es consentente, tu donnes qqes coups de frein (que voit le routier) , alors que tu freines pour regarder ds le rétro pour essayer de comprendre ce qui ne va pas .et non pas pour autre chose ….

    le routier en plus d’être sympa (dixit Max Meynier) , le routier est très malin Fanchette ! il est en hauteur dans sa cabine, et il a des rétros …

  • #104 Juliette (du Monde de Juliette) le 11 octobre 2006 à 14 h 56 min

    P’tain 108ème, j’ai encore une centraine de trains de retard mais Dieu qu’il est pertinent ton post et il me fait penser au dernier post de Corinne sur toutpourelles.over-blog.n… sur le "paternalisme lubrique", qui creuse le même sillon. Je pense que c’est le dernier domaine de véritable oppression des femmes occidentales, c’est avilissant, un vrai viol moral, et on ne peut rien faire contre ! En plus, moi je fais toujours une gueule de dix mètres quand je ne veux pas qu’on m’aborde et il m’est quand même arrivé la même chose que toi, sauf qu’au moment ou je lui ai planté un "non" au fond des yeux, il m’a frolé la jambe, a sauté en arrière et a fait "grrrr, salope" !!! C’était tellement ridicule que j’ai éclaté de rire… ce qui ne m’a pas empêché de me sentir salie par la suite. Et je ne te parle pas du mec qui s’est masturbé derrière moi à la bibliothèque de Beaubourg, de celui qui m’a touché la chate "en passant" devant moi à contre sens dans une allée (je l’aurais tué, lui s’est juste retourné en ricanant)… On a tous des histoires comme ça plein les tiroirs. Ce qui est tout de même rassurant, c’est que ce comportement correspond à un fange quand même minoritaire même si peu reluisante de la gent masculine car quand vous racontez ça à un mâle normalement constitué, il n’en revient pas, il a du mal à le croire, à la rigueur, s’il ne nous connaissait pas, il nous prendrait pour une mytho.

  • #105 Juliette (du Monde de Juliette) le 11 octobre 2006 à 14 h 59 min

    Fou ça, le temps de taper mon com et j’étais 110ème et non plus 108ème, le succès de ton blog m’épatera toujours Hélène… Juste un petit mot de plus car je me suis trompée dans l’adresse de Tout pour Elles : toutpourelles.over-blog.c… histoire d’en savoir plus sur les "paternalistes lubriques" et autres mecs lourds/cons.

  • #106 Maurine le 11 octobre 2006 à 15 h 05 min

    Gaelle => comme l’a dit Mr Y. ca les énerve ces types qu’on ne leur réponde pas, donc on pourrait dire que cette indifférence est une sorte de violence silencieuse.car je sais qu’en ne leur répondant pas, je vais être insultée.cette indifférence veut dire "t’es qu’une merde, je ne te réponds même pas".c’est violent quand même, même si c’est silencieux.
    de nos jours, je préfère répondre à une violence physique comme je l’ai fait dernièrement, au risque de me faire tabasser, plutôt que de répondre à une violence verbale tout en sachant qu’en ne leur répondant pas, ca les blesse quelque part. bien sur que j’aimerai leur répondre, mais en général ils sont en troupeau, ca pourrait vite dégénérer, se faire insulter devant ses potes, c’est la honte pour eux.
    plus jeune, je répondais, ca n’aboutissait à rien à part un lot d’insultes de tout côté, j’essayais de leur faire comprendre que ce n’est pas comme ca qu’on drague, mais avoir le QI d’une huitre, ca réduit pas mal la compréhension. je trouve les jeunes de plus en plus violents aujourdhui, donc je laisse tomber maintenant.

  • #107 La Belette le 11 octobre 2006 à 15 h 06 min

    Salut les Poulettes,

    Moi aussi, j’en ai des tonnes de histoires comme ça, j’ai grandi à Corbeil-Essonnes dans le neuf un, dur dur !

    J’ai aussi une anecdote qui va bien vous faire marrer: je suis partie finir mes études à Londres, et là, je peux vous dire que ce n’est pas DU TOUT la même mentalité, et que c’ets très apréciable d’ailleurs.

    Pour les besoins d’un film, dans le cadre d’un projet à 200 % pédagogique bien sûr, j’ai eu à jouer une "prostituée" qui devait allumer à mort les héros du film. Je me suis fait mon petit trip Actor Studio: j’ai dégoté tout ce qui avait de plus vulgos selon moi, prude petite française. Je me suis retrouvée dans les rues de London en total-look-salope (mini jupe en jean ras du possible, collant en dentelle, cuissardes talon aiguille vernies et blouson en lapin rouge vif, avec le make up assorti of course) flanquée d’une copine car j’étais persuadée que j’allais être violée sur le champ. Et bien figurez-vous que je n’ai eu AUCUNE remarque. Là-bas, je passais totalement incognito, j’en étais presque déçue, l’horreur !!!

    Comme quoi c’ets vraiment une histoire de culture, merci les latins-chauds-bouillants ! Je ne parle même pas des mecs qui m’abordent alors que mon copain est à côté, des fois rien ne les arrête…

    Allez, bonne fin de journée mad’moiselle, zyva quoi !

  • #108 Petitelouise le 11 octobre 2006 à 15 h 07 min

    Ah ah, je suis avec intérêt le grand débat sur les appels de phare des routiers ! Je me sentais un peu cruche comme Fanchette, je pensais un peu comme Kila, alors qu’en est-il ?

  • #109 vert-olive le 11 octobre 2006 à 15 h 11 min

    ouba, je m’excuse pour toutes les saloperies que j’ai pu hurler aux routiers par la fenètre de ma voiture alors…..
    bon, OK, mais dans le lot, z’allez quand même pas me dire qu’ils sont tous atteints de civisme aigue, non ?

    un jour une amie s’arrète à un feu en scooter. 2 types dans une voiture s’arrètent à sa hauteur et l’un des deux lui dit "tes parents sont des voleurs…"
    elle les regardent, leur sourit et leur dit "ils ont volé toutes les étoiles du ciel pour les mettre dans mes yeux, c’est ça ?"
    et bien ils sont partis rapido la queue entre les pattes !!!
    et je trouve ça très drole

  • #110 Fanchette le 11 octobre 2006 à 15 h 20 min

    Ah merci, Katoche, Vivian et les autres… Nous sommes un peu hors-sujet dans ce débat mais je vois que nous sommes nombreuses à nous interroger sur le comportement des routiers ! Donc si je fais la synthèse : les appels de phares, c’est pas clair, vaut quand même mieux se méfier.
    Hélène ton blog est une mine…
    PS : c’est joli cette histoire d’étoiles… c’est à la mode comme compliment à Paris ça ? Ben ici, jamais entendu : les Bretons manqueraient-ils de poésie ?

  • #111 Mouniou le 11 octobre 2006 à 15 h 21 min

    ça passe avec l’âge ; quoique….Il arrive que l’on soit encore suivie ou accostée sur un banc. Alors là, on se demande ce qu’ils veulent ? Votre sac, votre forutne…?

  • #112 Anne Cé le 11 octobre 2006 à 15 h 23 min

    Hin hin hin, j’adore vos petites anecdotes (celles qui se terminent bien) et particulièrement ce qui est arrivé à Tiloui !!! Certes ce n’est pas très gentil pour toi, que j’imagines comme un jeune homme charmant, mais c’est en quelque sorte une petite revanche… ;o))

  • #113 Ptitec0c0 le 11 octobre 2006 à 15 h 27 min

    Et c’est tellement vrai ce genre de commentaire!
    Je suis révoltée par ce genre d’individu. Y en a marre d’être traitée comme de la viande.

  • #114 titine le 11 octobre 2006 à 15 h 36 min

    Ah je suis d’accord à 100%! Imagines: une nana pas vraiment terrible mate le cul d’un mec et lui balances "hé m’sieur un ptit café?", suivi d’un "sssssalaud!" !! DU JAMAIS VU! Mais faudrait essayer juste une fois pour voir et écrire un post là-dessus. Moi, les mecs comme ça ne me donnent qu’une seule envie: leur foutre mon poing sur la gueule! (pardon pour la grossièreté) ;-)

  • #115 Elo le 11 octobre 2006 à 15 h 41 min

    Moi ca m’arrive de temos en temps de me faire siffler et tout ca. Les reponses varient selon de l eniveau de l’accroche masculine (c’est a dire de grossierte) et aussi selon mon humeur.
    Par contre quand j’avais 20 j’ai bosse un ete dans un hotel d’un grand groupe francais a londres. Tout le staff etait francais, moi aussi, sauf que personne ne le savait. Tous les cuisiniers et autres serveurs et meme chefs passaient derriere moi en commentant sur mon joli derriere (de danseuse). Ca allait du mignon a "on a un nouvel arrivage de viande ce soir". Ce jusqu’au jour ou je les ai casses un par un en francais (ca les a d’ailleurs bien surpris de penser que je pouvais etre moi aussi francaise !).
    Je crois que le pire malgre tout c’etait d’entendre les commentaire sur les autres serveuse, pas francaise et pas toutes jolies. La c’etait vraiemtn degueulasse.

    J’ai eu aussi un episode du vigile qui m’a appelle pour me dire qu’il mattait mon cul pendant tout son service avec la camera de surveillance qui etait derriere moi. Ca donne envie de continuer a bosser !

  • #116 Moïra le 11 octobre 2006 à 15 h 58 min

    M. Y, pr ta dernière remarque : ce n’est facile pour personne, de draguer, c’est clair. Mais je connais peu de mecs qui ont trouvé leur copine en cherchant dans la rue (l’inverse est vrai aussi)
    Maintenant, on ne demande pas son numéro à la dame, surtout si on ne la connait pas. On propose le sien. Mais après de 2 mn de conversation, et pas si ladite dame a l’air saoulée, et tente de se défiler.

  • #117 Shamilda le 11 octobre 2006 à 16 h 03 min

    Je découvre ce blog par hasard… Je viens y faire un tour avec un brin de reserve (les lieux pleins de filles ne sont en général pas ma tasse de thé) et je tombe sur ce petit billet qui fait plaisir à lire.

    Je pense qu’on est presque tout d’accord pour dire que ce genre de pratique sont lourdes aux possible…

    A savoir maintenant qui sont ceux qui pratiquent ce genre de comportement stupide, je me suis fait ma propre réponse.
    Après avoir vécu à Odéon (quartier chic et riche) je suis désormais à Porte de Vanve (beaucoup plus populaire) et c’est sans comparaison…
    J’étais bien plus tranquille dans les quartiers chics, je ne rêve plus que d’y retourner.
    Je me demande parfois s’ils sont conscient du mépris qu’ils inspirent, il faut croire que non.

    Bonne journée à toutes.

  • #118 rumeur le 11 octobre 2006 à 16 h 16 min

    Dans ces situations, j’ai deux solutions. Avec un très grand sourire, je dis : "Ad’chao, j’ai déjà qqu’un qui m’attend" ou "Eh petit, va jouer dans le mixer". Le risque avec la 2ème solution, c’est de prendre une baffe, ce qui est déjà arrivé à ma copine. Quoiqu’il arrive, je pense qu’il ne faut jamais laisser faire et se faire respecter car dans ce domaine, il y a encore du travail pour 100’000 ans!

  • #119 Parigote le 11 octobre 2006 à 16 h 19 min

    Merci Cuiller en Bois pour ta réponse… qui serait la mienne.
    Le truc, Mr Y, c qu’on ne devrait pas être entrain de réflêchir sur la bonne attitude à avoir face à ce type de comportements masculins parce qu’en réalité ils ne devraient pas exister, tout simplement. et dire à une femme, "tu baises ?" ou même un plus "gentil" "tu as de beaux yeux" ne me parait pas -encore une fois – être de la drague. Et vraiment, le fait que ces messieurs rentrent en contact avec moi sans me demander mon avis est vraiment une agression. En gros, c comme si je rentrais chez toi sans te connaître, sans frapper mais en étant persuadée que tu seras content !! à force c chiant.

  • #120 kat le 11 octobre 2006 à 16 h 24 min

    Ah oui !!
    les mecs lourds dans la rue !!
    J’habite Marseille depuis 6 ans et cette ville détient un pourcentage de mecs paumés et lourds au mètre carré impressionnant!
    Quand j’ai débarqué, je croyais que je n’allais pas pouvoir rester vivre ici tellement c’était insupportable ; maintenant c’est quand aucun mec louche ne m’adresse la parole que je suis surprise sinon c’est que tout est normal !! ça craint hein !!??
    Je pars m’acheter le dernier livre de Virginie Despentes "King Kong Théorie"
    un gros coup de gueule sur le formatage des femmes par les hommes et la société !!!
    ça promet….

  • #121 Gabbel le 11 octobre 2006 à 16 h 27 min

    Tu écris : "et je ne suis pas Cindy … " … personnellement, ronde je suis et ronde je veux le rester mais atteinte d’une maladie qui par moment me fait perdre du poids, j’ai atteint un moment la taille dite mannequin … je ne parlerai pas de mon état psychologique face à un corps que je ne reconnaissais plus mais : bon sang, oui ! Rien que pour tous les cons qui m’accostaient en rue, à l’arrêt du bus, au supermarché et j’en passe, rien que pour tous ces connards je suis heureuse de ne plus rentrer dans un 36 !!
    Aujourd’hui, ronde je suis … je suis moins emmerdée mais y’a toujours des cons comme celui qui m’a sorti y’a quelques temps "p’tain t’as d’beaux seins" … je signale que je marchais tout à fait normalement dans la rue, habillée d’un pantalon et d’un pull non décolleté et qu’il m’a fallu tout de même 5 minutes après être passée devant le mec pour me convaincre que oui j’avais bien entendu …
    Evidement, n’espérons même pas rendre la pareille en sortant un "Ouuuh le joli p’tit cul" on serait directement traitée de sa…

  • #122 Clochette chouette le 11 octobre 2006 à 16 h 27 min

    Ok snober c’est pas le top, la panacée, le mieux, très bien ça peut se comprendre.

    MAIS, quand tu es au téléphone avec quelqu’un et qu’un mec te demande une clope … tu donnes la priorité à qui ? surtout quand le mec en question te mate depuis le bout de la rue et t’insulte donc quand tu passes en parlant à ton téléphone (je me suis retenue de lui balancer que je revenais d’une visite à l’hôpital et que si j’avais envie de parler à quelqu’un ça n’était probablement pas à lui mais un de ses potes (oui ils étaient trois à glandouiller autour d’une voiture) lui a dit que si j’avais été sa soeur il aurait probablement pas apprécier que je réponde comme ça à un mec dans la rue … No comment)

    enfin c’est un exemple parmi tant d’autres …
    Pourtant j’ai le pas parisien, j’ai souvent des écouteurs ou mon téléphone… et malgré ça j’attire les gens qui cherchent leur chemin ou qui veulent des clopes (c’est comme ça j’ai des amis qui peuvent témoigner …) et je répond gentiment, toujours, sauf si vraiment je ne peux pas auquel cas je m’excuse.
    mais les gars qui imitent le bruit que je fais pour attirer mon chat quand je passe dans la rue (je sais c’est pas clair mais je pense que tout le monde comprendra) je ne peux pas j’ai envie de les écraser comme des petites merdouilles qu’ils sont (j’ai fait de la boxe française entre 15 et 18 ans tellement j’avais besoin de me défouler de ce genre de trucs).
    Pourtant un mec qui gentiment m’aborde dans un bar (ou un maître nageur dans une piscine … c’est arrivé oui oui parfaitement et un de mon âge en plus alors que bon en maillot et bonnet de bain je ne pense pas être à mon top séduction …) je ne le rembarre pas méchamment tout est question de nuances et de délicatesse (comme pour beaucoup de choses d’ailleurs)

    voila

  • #123 deejanee le 11 octobre 2006 à 17 h 05 min

    histoire à marseille: je marche tranquillement vers le metro et derrière moi un petit merdeux-boutonneux-degoulinant de gras et laa chevelure plaqué sur l’oeil (il pensait détenir un style avec son pantalon en plus dans ses converse!) me lance un "vous etes charmante mademoiselle, vous etes etudiante?"
    Moi: Merci , oui.
    LUI: (se sentant galvanisé parce que je lui réponds, il s’attendait à ce que je l’ignore) vous vous appelez comment, vous faites des etudes de quoi?
    Moi: c’est bon laisse tomber. (je me tais je continue ma route)
    Lui: ah je sais moi quellles études tu fais (et là je commence à entendre des bruits de succions + hmmmm etc) tu fais l’école de la suce!
    je me retourne sec et je lui demande ce qu’il dit?
    Lui: nan j’ai rien dit
    Moi: j’enlève mes lunettes (gucci), je les range dans leur étui et aprés dans mon sac, je sors un chouchou de ma poche et je m’attache les cheveux (faut dire que c’est des faux cheveux naturels que j’ai payé assez chers) je pose enfin mon sac et mon classeur par terre (précisons que cette préparation vise à desarçonner notre petit merdeux et que ça à l’air de marcher il commence à danser d’un pied sur l’autre) et les mains sur les hanches je lui demande de répéter s’il pense qu’il a des couilles dans son pantalon dégueu.
    Lui! rha lala moi je viens de paris, je sais pas ce que vous avez les filles du sud, c’est le soleil qui vous tape sur la tete bla bla! (j’entends plus rien parce que je viens de me rendre compte qu’il fait 2 fois mon poids et ma taille et que j’ai pris des risques inconsidérés)
    Moi: répétes quand m^me si tu as des couilles et ça evite qu’on parte sur des malentendus!
    Là un mec arrive (un grand noir ) et me demande si j’ai un problème avec ce type
    Moi:non non, c’est juste qu’à partir de maintenant ce jeune homme va marcher de l’autre coté du trottoir parce que je veux plus le voir sur MON trottoir!
    le petit merdeux: (marmonnant dans son décolleté) ouah elle est à tout le monde la rue, moi je veux pas de problème, de toute façons je vais au métro bla bla….
    Il se taille rapidemment et au métro je le vois mme pas,
    Bref tout ça les filles pour vous dire qu’il ne faut surtout pas faire celle qui entend pas les insultes parce que d’une part ça les exhorte à en rajouter et d’un autre coté ça te fait adopter l’attitude " de la victime" et c’est l’escalade./
    Toujours à Mars un groupe de 3 jeunes endroit sombre et pourri je suis la seule fille à 100 km à la ronde mais faut bien que je passe là pour aller dans mon quartier, un des mecs me sort: "vous etes charmante "et sans réponse il me balance "ah paraît qu’elles sont trop chaudes les noires"
    Moi je reponds du tic au tac: "oué c’est vrai demande à ta mère, tous les soirs elles se fait choper par les noirs du quartier!"
    Et là il aurait pu me trucider mais ses potes se sont moqués de lui (rho comme elles t’a calmé!) et du coup il était trop occupé à sauver la face auprés d’eux pour me faire quoi que e soit.
    Là aussi mon mec il pense qu’un de ces quatres je me faire attraper, violer, decouper, à cause de ma grande gueule et il n’en dort plus de la nuit. il veut m’accompagner meme pour aller aux toilettes ( à coté de la chambre!!)
    je pense qu’on arrivera petit à petit à inverser cette tendance ou du moins à calmer certains mecs
    Désolée c’est trop long mais j’avais envie de vous le faire partager!
    bienvenues! sur la planete mars!

  • #124 guppys le 11 octobre 2006 à 17 h 19 min

    Hé ben, elles sont pas tristes vos histoires !

    Moi j’ai la facheuse tendance à attirer les quadra / quinqua, et j’ai souvent droit à "une p’tite pipe mademoiselle ? Non ? Allez, et après je vous offre un café !" assorti du "ouais, ben t’es pas si bonne que ça, hé conasse !" quand je les dévisage d’un air bien dégouté.

    Ca, c’est le genre de truc qui me sappe la journée. Les vieux libidineux et content d’eux en plus de ça me font horreur.

    Y a aussi un truc qui me fout en rogne : je suis brune, et j’ai une copine blonde et une rousse. Quelque fois on se balade ensemble, et là on se paie des remarques à tous les coins de rue, bien fort exprès pour qu’on entende : "oh, quel choix ! Les rousses, ce sont des salopes au lit a ce qu’on dit… Huhuhu, elles donnent envie toutes les 3 ! laquelle tu prendrais toi ? etc etc" .
    Pourtant, on est loin d’être des bombasses !

    Je me fais aussi draguer par des jeunes, mais ce n’est pas aussi méchant. C’est plus de la drague gentille, des compliments. Je me fais souvent accoster par des black : "t’es charmante mademoiselle", et je répond sur le ton de la rigolade "vous n’êtes pas mal non plus, mais je suis déjà casée !". Du coup le mec rigole, et voila c’est terminé.

    Voila pour moi :-D !

  • #125 Clochette chouette le 11 octobre 2006 à 17 h 30 min

    ah ah je viens de trouver une chouette réplique au cas où au détour d’un comptoir un importun vous proposerez un verre : "pour toi ce sera quoi ? Un scotch pour te faire taire …"
    ok c’est pas du Audiard mais en termes de répartie ça pourra toujours servir…

  • #126 lilou17 le 11 octobre 2006 à 17 h 44 min

    Baboux,

    Méfie-toi, tu n’est pas encore sauvée à la quarantaine !

    J’ai dépassé depuis un bon bout de temps l’âge canonique et je me suis fait enquiquiner par deux jeunes cet été. Je n’ai pas eu peur car le reste de la bande (la mienne) était à proximité, je suis donc restée cool et puis ils n’étaient pas agressifs.

    Ah, Mouniou, je n’avais pas de sac ni de signes extérieurs de richesse ! Hihihi…

  • #127 Bungee le 11 octobre 2006 à 17 h 50 min

    Scène courante à 7h du matin, en attendant le tram :

    Ho madmoiselle ! T’as pas une clope ? Non ? T’as pas un euro ou deux ? Non plus ? Tu suces ?

    bleuarrgh.

    J’essaie en général de désamorcer toutes les situations par une réponse polie, un sourire, et une petite phrase pour faire comprendre que j’ai déjà quelqu’un. Ca m’est même déjà arrivé de boire un café avec un type sympa croisé dans les allées d’un centre commercial.

    L’insulte facile ça me hérisse, j’ai envie de vomir. Le pire, c’est de se sentir coupable/énervée/agressée alors qu’on passait jusque là une bonne journée. Se laisser pourrir la vie à cause d’une phrase de lourd.

    Et cette envie animale de frapper en hurlant, pour faire payer toutes les fois où t’as souri alors que tu voulais vomir à la gueule du type.

    J’ai lu aussi dans un commentaire un truc sur les filles au volley qui mettent des shorts moulants parce qu’elles le veulent bien : je fais du volley, on est montées en division supérieure, et nos chers dirigeants n’ont rien trouvé de mieux que de nous refourguer des tenues avec short moulant ! Sans nous consulter évidemment. Et devant notre refus hargneux, ils nous ont répondu que ça allait nous amener du public ! Mais c’est très chouette, montrer nos fesses pour avoir des supporters, c’est une bonne idée ! Et ça leur parait normal en plus !

    Heureusement qu’on n’est pas en division nationale, que les filles ne sont pas connes, on se rachète toutes le même short version NON moulante, puisque l’essentiel sur le terrain c’est d’avoir la même tenue.

    Je ne pensais pas être confrontée au sexisme et à la marchandisation du corps jusque dans mon sport uniquement féminin…

    Ouf ca fait du bien de lâcher un peu du lest… Je vous épargne le récit des joyeuses aventures que je vis avec les pervers pépères de mon boulot machiste et mysogyne :)

  • #128 Moïra le 11 octobre 2006 à 17 h 56 min

    M. Y : effectivement, personne ne va te reprocher d’essayer.
    Mais il faut que les garçons "bien" (comme : nos potes, nos copains, etc., et tout ceux qui sont polis et respecteux, comme tu sembles l’être) sachent, quand ils abordent une fille qui marche dans la rue, qu’il est effectivement peut être le dernier d’une suite de sollicitation pénibles. Et que ces sollicitations ne sont pas souhaitées.
    Cela dit, ça m’est arrivé aussi de m’excuser, après avoir répondu méchamment, auprès d’un gars tout penaud qui visiblement découvrait Paris, était tout content, et un peu trop entousiaste. Mais pas méchant. et là, je lui ai expliqué pourquoi j’étais agressive. c’est en dialoguant qu’on y arrive le mieux.

    Mais pour les circonstances des rencontres, la rue, ce n’est pas la fille à côté de toi au café, ni la fille en boîte, ni la fille dans la queue au ciné, au musée, à la boulangerie, en rade sur le quai du métro à cause d’une grève etc., où là, la situation se prête plus à échanger, entre personnes civilisées. Non ?

  • #129 sophie202 le 11 octobre 2006 à 18 h 09 min

    Ahh Hélène là tu touches juste tres tres juste…

    Perso je fait un 95 FF de taille de soutif autant dire que je suis un fantasme vivant… Et c’est pas une sinécure je vous assure!

    En plus j’ai les lèvres épaisses et c’est bien connu : gros seins + grosses lèvre = fille facile voire salope. Regardez les films c’est une équation toujours vérifiée.

    Comme je fais 1.76m et que j’ai naturellement le sourire aux lèvres ben on me remarque et je dois y avoir droit une fois sur 5 quand je sort. Ceci sans compter ceux qui se sentent personellement agressé par ma poitrine: bah oui exposer ainsi un tel fantasme (exposer est un bien grand mot je suis toujours sobrement habillée) c’est evidemment une atteinte personelle donc là c’est le "salope" direct!!

    Je ne compte plus les fois ou je me suis fait traiter de salope dans la rue parce que j’osais ne pas m’évanouir de bonheur à ce genre de proposition joliment tournée.
    Géréralement le "salope" et précédé d’un "faut pas avoir peur mademoiselle" et suivi d’un "c’est des vrais?"

    C’est évidemment une violence faite aux femmes, d’un autre coté comme le dit l’Homme qui vient de découvrir que ce genre de comportements existent, leur "salope" c’est parce qu’en ne se retournant pas on leur fait perdre la face seule solution tjs continuer à ne surtout surtout pas se retourner!!!

  • #130 pomme le 11 octobre 2006 à 18 h 54 min

    Lilo je suis scotchée par ton commentaire, je le trouve hyper juste, et plein d’une saine colère. Donc : bravo !!!

  • #131 lili le 11 octobre 2006 à 18 h 55 min

    La seule réponse à "salope", c’est "Ta geule, petite b i te!", bien fort et en agitant l’auriculaire.

    Evidemment, faut du cran. On a tendance à penser que le cornichon va vouloir prouver la taille de ses attributs et nous violer sur le champ. Il n’en est rien, aucun risque, le coup bas lui ratatine l’ego d’un seul coup et la grossièreté lui cisaille le romantisme qui lui restait.
    J’ai essayé aussi les insultes à scandaliser un légionnaire, sans crier et sur un ton indigné, c’est très efficace mais faut du vocabulaire dans le registre ordurier.

    J’ai eu droit à ça, une fois : "Madame, ça vous dirait de tirer un coup?
    J’ai répondu calmement "Non merci j’en sors".
    J’ai adoré la tête ahurie qu’il a faite…

    Ceci dit, il ya encore plus con comme sysème de drague : quand j’avais 19 ans, j’ai pris un coup de poing dans l’épaule un jour où j’ai refusé les avances d’un type. Ce pauvre nul s’est écrié, en plus: "Mais les Parisiennes, elles veulent jamais!"
    :-O
    J’ai arrêté de prendre le métro le soir pendant des siècles, du coup.

    Mais si on me fait des compliments appuyés, je dis merci d’une voix ferme avec un grand sourire et je continue mon chemin. Ce que je faisais pas quand j’avais 25 ans, là ça me mettait mal à l’aise.

    Et pour le coup de faire connaissance en abordant dans la rue, comme le sugère Mr Y, ça me fait bien rire. Qui a fait connaissance de ses amis de cette façon?
    ;o)

  • #132 Annie le 11 octobre 2006 à 18 h 59 min

    Ben les filles… moi, ça ne m’a jamais vraiment déplu de me faire draguer! A moins d’avoir affaire à un "gros lourdaud de con " et dans ce cas, on lance un regard méprisant et on passe son chemin, je trouve plutôt agréable d’être regardée, admirée et de faire comme si on ne s’en apercevait pas!!!
    Vous verrez, il arrivera un moment où vous serez de moins en moins draguées, sifflées, complimentées, puis viendra le temps où on ne vous regardera plus du tout… Ca signifiera que vous êtes devenue des mamies et même coquettes, même girlies dans votre tête, même rock and roll, vous serez considérées comme des mamies (et je choisis volontairement un qualificatif soft) et c’est votre fille, puis votre petite-fille qui se fera draguer quand elle marchera à côté de vous!
    Je ne nie pas que, dans certaines circonstances, il arrive qu’une femme se sente insultée par des regards, des mots, bien sûr. Mon propos avait pour but de dédramatiser le débat et je souligne que, jusqu’à y a pas si longtemps, je me suis toujours fait draguer, j’en ai toujours eu l’habitude, c’était normal, quoi! Eh bien c’est fini! Et ça ne me fait pas plaisir, voilà! Bises à toutes

  • #133 parigote le 11 octobre 2006 à 19 h 07 min

    Certes Annie, mais vous êtes la seule, sur 148 postes depuis ce matin (et donc une bonne centaine de femmes différentes) à penser que c agréable (rassurant ?) d’être draguée en pleine rue. Donc si la gente masculine pouvait s’abstenir quite à frustrer une femme sur 100, ça nous rendrait bien service :-)
    Et moi franchement, je n’ai jamais pensé, quand on me demande si "je suce", que cela signifie que je suis jolie… et je ne suis pas certaine que ça me manquera un jour d’ailleurs même si cela signifiera que je ne suis plus "bonne".

  • #134 annika panika le 11 octobre 2006 à 19 h 12 min

    En lisant ton post j’ai pensé à un petit film envoyé par Internet il y a quelque temps. Je l’ai retrouvé sur Dailymotion et je l’ai posté. Cela te feras peut-être rire!

  • #135 Dawnie le 11 octobre 2006 à 19 h 20 min

    Malheureusement, je n’ai droit qu’à ce genre de plans drague. Enfin, en ce qui me concerne, ce n’est pas à une paire de fesses que l’on dit bonjour mais à une paire de seins. Ce qui présente le désavantage d’avoir droit en plus au sourire salace de l’auteur sous mes yeux.

  • #136 Laurette le 11 octobre 2006 à 19 h 30 min

    Le pire que j’ai connu comme situation c’est le collegue (pourtant mignon et très marié) qui te reluque tous les jours en faisant des hum d’appréciation pendant des mois (déjà c’est lourd), mais qui un jour passe à l’attaque :
    Il rentre dans mon bureau, renverse ma bouteille d’eau et me dit :"ramasse là, tu seras en bonne position", c’est sorti tout seul, ça faisait des mois qu’il me genait par ses regards lubriques, je lui ai répondu du tac au tac : "Si tu l’as aussi grande que ta gueule, je ne la supporterais pas ".
    Ben au final c’est moi qui me suis faite mal voir dans le service !!
    Depuis j’ai changé de boite !!
    Par contre hier un sdf m’a dit "vous êtes joli", je lui ai répondu "merci".

  • #137 Nelly le 11 octobre 2006 à 19 h 33 min

    eh bien! beurk!
    ca m’est arrivé deux trois fois ds ma courte vie(et par des jeunes hommes a l’air bien ss tout rapports!! comme quoi :( ) et comme j’ignore assez facilement (il parait que je fais hautaine ms nuance je suis a l’ouest….) je ne me ss jamais fait insulter(surement l’apparence des bons garcons qui reprend le dessus, jy crois!). En revanche, personnelement ce st les filles, surtt les jeunes filles, qui me devisagent d’un air peu sympathique…voire tt a fait agressif! extremement desagreable…
    donc desormais je ne fais plus attention aux gens, blasée…

    ca me desespere ce que vs dites…

  • #138 Mr Y. le 11 octobre 2006 à 20 h 03 min

    Madame Patate : je sais que je ne peux pas me mettre dans la peau d’une femme qui subit ces assauts injurieux quotidiennement. Par contre je sais me mettre dans la peau d’un gars qui veut pas qu’on le prenne en moins de 0.5 secondes pour un gros lourd dès qu’il marche à côté d’une fille et dit "Exusez moi…" (en général, faut pas plus de temps pour être catégorisé gros lourd-vicelard-harceleur…) . Merci d’avoir compris ma démarche.

    Tu nous dit avoir peur, j’imagine en effet que comme bien souvent l’avantage physique (quand ce n’est pas du nombre..) n’est pas du côté féminin, la peur pour son intégrité physique est normale si le ton vient à s’envenimer. Mais ça me révolte. Je ne suis pas à la place d’une femme, mais peut être un jour aurai je des filles. Jamais je ne voudrais qu’elles rentrent chez elles la peur au ventre, jamais.

  • #139 Calpurnia le 11 octobre 2006 à 20 h 06 min

    Le temps passant, les regards égrillards se font plus rares… Mais alors c’est la totale agression quand on méprise : "pour qui elle se prend cette vieille (!)" "tu n’es pas contente d’avoir une occase ?"
    Le pire de ma vie : il y a 13 ans, bien dans ma peau et objectivement pas trop mal, partie faire des courses à Parly 2. Un type brun, luisant, chevalière (je déteste); grosse gourmette (je déteste), gros collier (je hais), trop beaux vêtements dont la chemise était bien ouverte sur un torse velu, qui me toise et avec un petit sourire me dit "1 500 F pour 2 heures à l’hôtel, ça TE va ?"
    Je n’ai pas répondu et passé mon chemin rouge de honte (oui c’est nous qui avons honte)
    Et lui me courant après en glapissant "regardez là cette salope ! 2 000 F ! 3 000 F !Combien elle croit qu’elle pourrait toucher ? toutes des garces ! Connasse ! Tu te prends pour qui ?".
    Il a fallu l’intervention de deux vigiles pour le calmer pendant que je fuyais vers ma voiture.
    Mais… Un bon souvenir.
    4 copines, 30 ans, pas trop les jetons, décidées à nous venger toutes. C’est fou la trombine du mec à qui 4 filles font un clin d’oeil aussi moche qu’ils savent le faire. C’est fou ce que ça accélère quand on dit "joli cul vous faites du tricycle ?" ou "c’est à vous ces beaux yeux là", et même tout simplement quand on est 4 à siffler. Le pire c’est de se mettre à le pister l’air de rien : ils ont les jetons…
    On devrait fonder un comité pourchasseur de connards, en bande de 10 environ, bave au lèvres genre nymphomanes en manque ! (enfin moi j’ai toujours rêvé de cela…)
    Merci Hélène pour ce post si juste. La femme sera l’égale de l’homme quand elle pourra se promener seule à n’importe quelle heure, sans que l’on dise en cas de viol "ELLE L’A BIEN CHERCHE" (sur le viol aussi il y a du boulot !)

  • #140 Hélène le 11 octobre 2006 à 21 h 39 min

    Petitec0c0, Shamilda, deejanee, Bungee, Clochette chouette, soyez les bienvenues parmi nous ! ;-)

    Je suis désolée, j’arrive trop tard pour répondre bien à chacune (et chacun) d’entre vous, alors que vos commentaires le méritent vraiment.

    Mr Y je regrette de te le dire aussi burutalement, mais tu es compltèement à côté de la plaque : je ne parle pas, et je ne crois pas une seconde qu’on puisse s’y tromper en lisant mon billet, du mec qui gentiment te fait un joli compliment respectueux, et ce n’est absolument pas pas de ça qu’il s’agit.

    Les filles ont raison, ce comportement dominant, agressif et « moralement violeur » comme dit Juliette, est parfaitement inadmissible.

    Lilo l’a très bien expliqué, en long en large et en travers (merci Lilo, vraiment). Si tu ne veux pas comprendre, je crains que ça ne parle pas tellemetnt en ta faveur.

    Quant au fait que beaucoup d’entre vous (en dehors des horreurs rapportées, qui me soulèvent le coeur) finissent par dire, pour se protéger, qu’elles ont déjà un mec, ça me révolte : ça veut dire qu’une femme appartient forcément à un homme, et que sinon on a le droit de la traiter comme une pute.

    On est pas si loin de la burka, finalement.

  • #141 Mathieu le 11 octobre 2006 à 21 h 43 min

    Wow, déjà, je suis impressionné par le nombre de commentaires !

    Si j’avais 160 commentaires chez moi, mon traffic mensuel serait achevé en une journée :)

    Les mecs sont cons, tu sais très chère. Et souvent, l’insulte est à la hauteur de la frustration.

    Un mec qui t’insulte copieusement avoue donc, sans le vouloir, qu’il te trouvait vraiment très très bien.

    Le prochain qui te dit juste "pfff", tu le rattrapes, tu le baffes, et tu dis qqchose du genre, "quoi, je suis pas assez belle pour une grosse insulte ?".

    Destabilisation garantie !

  • #142 Aurélie le 11 octobre 2006 à 21 h 49 min

    Je suis entièrement d’accord avec toi, certains "Hommes" ( je met entre guillemet parce que je ne sais qoui dire d’autre même si je trouve ça très mal adapté), certains Mâle ( c’est mieux) se croient tout permis. C’est une preuve de machisme par excellence. Bien des fois il m’est arrivée des situations équivalentes, quand j’avais moins de kilos en trop, mais une fois en particulier, je me suis retenue de ne pas giffler un Mâle. J’étais Gare de L’Est, j’allais rejoindre mon copain que je n’avais pas vu depuis 4 mois ( à l’époque j’étais avec un miliatire, tout le monde fais des erreurs…), c’était l’été alors j’avais mis une très jolie petite robe Parme à bretelle, toute mimi, sexy, mais pas provoc’, juste histoire que mon mec l’arrache avec les dents le moment venu… Bref, un mec m’accoste carrement et me dis " dis donc ma Belle, tu voudrais pas venir boire un verre histoire de faire mieux connaissance". Je lui ai répondu que Primo j’en avais pas envie et que deuzio, j’avais un train à prendre. Le mec, pas géné c’est mis à me hurler dessus en plein milieu de la gare en me disant " ouais, vous êtes vraiment toutes les mêmes, vous vous faites toujours des films, toujours l’impression qu’on veut vous draguer"etc,etc,etc. Rouge de colère mais aussi de honte parce que j’avais quand même un bon paquet de paires d’yeux qui me dévisageaient je me suis sauvée. Mais punaise, celui-ci, il a échappé de peu à la baffe du siècle, quelle arrogance, tout ça parce que j’avais osé décliner sa "super" invitation. Si nous on ce fait des films, alors eux, qu’est-ce que c’est, ils s’imaginent tous qu’on est désespérées au point d’accepter toutes les invitations des inconnus qui bien sûr, ne pense qu’à notre bien…

  • #143 Hélène le 11 octobre 2006 à 21 h 50 min

    Hélas non Mathieu, je ne crois pas que ça tienne à l’appréciation du physique, je le martèle encore un coup, c’est une question de rapport de force et d’affirmation d’une domination.

    La preuve, et j’aurais voulu éviter d’avoir à le dire parce que ça peut être mal interprété, les nordiques évolués ne font pas ça, ce comportement qui marque le mépris de la femme est beaucoup plus fréquent chez les sudistes machos et arriérés (oui arriérés, de ce point de vue en tout cas, il n’y a pas d’autre mot).

    Aurélie une preuve supplémentaire : je ne me suis jamais autant fait emmerder quand je descends vers Barbès (pas très loin de chez moi) que depuis que j’ai pris 20 kilos.

    Quant à ce qu’on porte, pour soi ou pour les gens qu’on aime, ça me sidère toujours que le beauf de base ne puisse pas envisager que c’est pas pour lui que j’ai choisi mes fringues le matin.

  • #144 mo le 11 octobre 2006 à 22 h 06 min

    lilo, madame patate: merci d’avoir si bien résumé tout ce que je pense, bien mieux que je ne l’aurais jamais fait…
    calpurnia, je ferai bien partie de la nuée vengeresse!!!
    ici ne allemagne, ça n’arrive jamais, et je n’y avais jamais vraiment fait attention, mais c’est vrai que c’est… serein…

  • #145 lazycéline le 11 octobre 2006 à 22 h 33 min

    Je n’ai pas lu tous les commentaires, donc je ne sais pas si quelqu’un en a parlé mais vous le prenez comment quand un mec vous dit simplement que vous êtes jolie? sans chercher à engager la conversation ni quoi que ce soit? c’est une vraie question hein, je ne sais vraiment pas quoi en penser…

  • #146 Mathieu le 11 octobre 2006 à 23 h 01 min

    Hélène >>> Moi tu sais bien, je m’en fous, je suis pédé. Et je maintiens que les mecs sont des primates mal évolués.

  • #147 Odile sans régime le 11 octobre 2006 à 23 h 35 min

    Comme je comprends ton agacement (pour le moins) !

    L’impression d’être considérée comme un bout de viande me frappe souvent. Alors j’avoue que j’ai parfois droit à des remarques sympathiques qui n’appellent pas de réponse particulière, si ce n’est un sourire, peut-être.

    Mais il faut bien avouer que ce genre de situation plutôt flatteuse n’est pas majoritaire. On n’aurait pas de quoi s’inquiéter ni s’offusquer si l’on était toujours traitées avec respect. Le fait est que, dans les situations que tu décris, l’insulte marque bien un tournant, et indique que quelque chose cloche plus que fortement …

    L’impression que ces messieurs malpolis (là encore, je pèse mes mots) nous considèrent comme des objets dont ils aimeraient pouvoir disposer à leur guise est assez frappante et terrifiante.

    Les insultes, la façon de parler grossièrement me semblent clairement indiquer ce que tu supposes en termes d’image de la femme … Et surtout, donc, l’ambivalence à l’égard de la femme, qui mêle mépris et désir, avec la peur derrière tout ça …

    Et puis, de la même façon que l’on dit que la violence physique témoigne une lacune dans la verbalisation, un manque d’arguments … les grossieretés ne traduisent-elles pas également une incapacité à réagir au refus, à l’attitude rejetante (et pour cause !) de la femme …

    Vaste question, à laquelle on aimerait toutefois avoir des réponses et des solutions …

  • #148 La Cuiller En Bois le 11 octobre 2006 à 23 h 58 min

    De plus …
    je ne suis pas certaine que si on leur disait :" ok viens mon chéri " ils passeraient aux actes ! Plus d’un serait bien embêté et nous traiterait de salope !

    Mais bon, je ne suis pas volontaire pour tester …. place aux jeunes hein ?

  • #149 Yanjiao le 12 octobre 2006 à 0 h 28 min

    Gloria, ton idée me fait trop rire!! la prochaine fois que ça m’arrive dans un endroit sûr (genre une rue en plein jour avec plein de monde) je lui réponds : "ok mon chéri, on baise, on va chez toi ou à l’hôtel? mais dépéchons-nous parce qu’après je vais au ciné avec une copine"… juste pour voir.

    Hihi il va me tarder le prochain relou, maintenant ;-)

    et sinon, la soirée filles à Toulouse, c’était bien aussi ;-)

  • #150 Carole le 12 octobre 2006 à 0 h 43 min

    Coucou !
    Billet très intéressant, c’est marrant de voir qu’on vit toutes la même chose. Je me rappelle d’une fois au collège, où on avait piscine (très mauvais souvenirs, rester debout de dos sur les plots de départ avec les gars qui mattent derrière), à la fin d’une séance où on avait le droit de jouer, un des mecs m’a mis son pied à la chatte, et assez brutalement. Ca m’a tellement choquée et blessée, j’y pense encore, ça doit faire 10 ans.
    Mais personne n’a parlé des films porno, où les femmes sont traitées comme des bouts de viande. Elles couchent sans discuter. Je pense que le fait que les mecs y aient accès facilement leur font croire qu’ils sont dans un film quand ils abordent les filles dans la rue… Ils confondent ce qu’ils ont vu et la vraie vie… Vous pensez pas ?

  • #151 Petitelouise le 12 octobre 2006 à 2 h 15 min

    Merci pour ton commentaire sur les sudistes machos et arriérés, je voulais en parler mais ne savais pas trop comment el faire sans être mal interprétée.

  • #152 mo le 12 octobre 2006 à 8 h 22 min

    si tu repasses par là: pour toi, donc, si une femme se fait violer, c’est qu’elle l’a bien cherché et donc c’est elle la coupable ?????? bienvenue u XIXè siècle… ou chez les talibans, c’est selon…
    je m’habille comme je veux, en jupe, et même courte, et ça n’a PAS à te permettre, à toi ou à qui que ce soit d’autre, de me considéré comme une salope. ou alors on s’habille tous en sacs à patates (et les mecs aussi, hein, égalité des sexes!)???

  • #153 Annie le 12 octobre 2006 à 8 h 59 min

    Parigote, bonjour! Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit! Il n’était pas question dans mon propos d’évoquer la drague grossière, les insultes …J’avais lu trop vite le post d’Hélène et très peu les autres coms. Alors, je crains que ce ne soit comme ça que ça se passe aujourd’hui, les mots orduriers, les allusions grossières,quel dommage… Il y a quelqu’un plus haut qui a dit : personne ne parle du gars qui vous dit seulement que vous êtes jolie. Voilà ce qui est agréable, c’est gentil comme drague, non? Et ça ne mérite pas de monter sur ses grands chevaux, juste un petit sourire en passant pour montrer qu’on apprécie, voilà!

  • #154 Lilo le 12 octobre 2006 à 9 h 24 min

    Mais justement, les 450 autres commentaires expliquent pourquoi même ça est une agression quand c’est le quinzième dans la journée.

  • #155 Katell le 12 octobre 2006 à 9 h 27 min

    Bon, j’arrive un peu après la bataille et je n’ai pas lu tous les autres commentaires. Je découvre aujourd’hui ton billet d’hier et je suis assez surprise de ne pas l’avoir lu hier. Cela voudrait-il dire que j’étais tellement concentrée sur mon boulot que je ne me suis pas laissée distraire. Là, je m’étonne moi-même.
    Mais là, j’étais obligée de réagir car j’avoue que ce genre de comportement a une forte tendance à m’agacer (et je suis polie).
    Cela me rappelle une petite tranche de vie. J’étais en train de me promener dans Paris avec une amie, on était sur un pont (je ne sais plus lequel) et on parlait en regardant le fleuve. Là, un mec arrive, nous aborde en nous proposant d’aller prendre un verre. On commence par l’ignorer mais ce monsieur insiste, on finit par lui répondre "non". Là, il lâche l’affaire et part en disant "pfou, vous êtes lesbiennes". J’ai halluciné, cet individu avait la prétention de penser que la seule raison pour laquelle, nous ne voulions pas prendre un verre avec lui était que l’on était lesbiennes.
    Je ne suis pas lesbienne mais je préfère passer un moment agréable avec un amie que de supporter un mec lourd. Bizarre, non ?!

  • #156 parigote le 12 octobre 2006 à 9 h 56 min

    En rentrant chez moi hier soir, j’ai lu le journal "le Monde", et je suis tombée – dans la rubrique "’sports" sur un article consacré à Laleh Seddigh, seule femme iranienne à participer à des compétitions mixtes en Iran, en l’occurence, des compétitions de vitesse automobile. Je commençais à me dire, que c’était formidable, que les pays arabes font (enfin) évoluer la condition de la femme dans certains pays (surtout l’Iran, c’est pas gagné).
    Helas, helas, en continuant ma lecture, il apparait que cette jeune femme – très douée, puisqu’elle est championne nationale depuis 2 ans en ayant détrôné donc des hommes du podium (sur lequel elle n’a pas le droit de monter, faut quand même pas déconner), vient de se voir interdire de continuer à participer à ces championnats.

    Raison : le gouvernement vient de pondre une circulaire interdisant les competitions mixtes….Et tout ça pour empêcher Laleh Seddigh d’engranger un troisième titre national.

    Et la petite phrase qui tue "Les femmes ne sont pas championnes dans ce sport, elles ne sont que participantes. Si elles respectaient d’avantage les règles de l’islam, elles n’auraient pas de tels problèmes." dixit Hossein Shahryari, vice président de la Fédération motocycliste et automobile de la République islamique d’Iran

    Lisez l’article ici http://www.lemonde.fr/web/articl... : c’est affligeant et révoltant

  • #157 Hélène le 12 octobre 2006 à 10 h 25 min

    La boucle est bouclée : les mecs qui m’emmerdent de cette façon dans la rue appartiennet pour 98% à la communauté musulmane. Il n’y a rien à ajouter.

  • #158 parigote le 12 octobre 2006 à 10 h 34 min

    Ouh là là Hélène, attention à ce genre de propos !! ça pourrait être interprêté comme du racisme primaire… En tout cas ce n’était certainement pas le sens de mon propos concernant mon post relatif à Laleh Seddigh et je ne pense pas en plus que ce soit l’apanage des musulmans de traiter les femmes dans la rue comme des "propriétés".

  • #159 Hélène le 12 octobre 2006 à 10 h 45 min

    Je suis désolée parigote mais le fait est que ceux qui vivent à Paris dans des conditions souvent merdiques, et ne sont sans doute pas éduqués, traitent les femmes d’une façon différente, tu ne peux pas le nier.
    Ca tient à en ensemble éducation / culture / conditions de vie.
    Evidemment un prof de fac algérien ne regardera pas mes fesses en me traitant de salope, évidemment… seulement dans mon quartier il n’y en a pas beaucoup, des profs de fac ;-)

  • #160 Miss Mag le 12 octobre 2006 à 10 h 52 min

    Salut,

    Je ne reviendrais pas sur tout ce que vous avez dit, je suis assez d’accord.

    J’habite dans le sud ouest et icic un hom qui voit une fille en jupe est comme un petit chien avec la queue qui frétille.

    Effectivement nous ne nous habillons pas pour nous faire draguer dans la rue, mais parceque sortir toute nue c pas évident, surtout l’hiver lol.

    Je voulais vous raconter ma petite anecdote sur ce sujet : Cet été j’ai testé les fêtes de Bayonne. A la base c bon enfant, les locaux ne sont pas des boeufs, ce sont les touristes qui viennent pour la beuverie. Le vendredi soir, à peine arrivée dans le centre, un groupe de mecs se met à chanter la chanson top la classe "Toucher la chatte à la voisine". Ils passent devant moi et il y en a un qui m’a mis la main au panier ! J’ai halluciné mais j’étais tellement scotchée que j’ai bloqué. Le lendemain, un autre c… bourré qui chante "Vive les gros nichons" (encore un tube) et qui me pelote (mes seins sont de taille normale je précise et je suis une fille au physique passe partout)! La ca a été la baffe directe. Réponse du mec : non mais salope faut pas venir aux fêtes de Bayonne si t’aime pas ça ! J’étais en t shirt et pantalon blancs, avec mon foulard rouge, donc anti sex au possible.

    Le lieu n’est pas le souci. J’estime que le respect doit etre là, à toute heure et dans tout lieu.

    Pour conclure oui j’ai déjà abordé et été abordée gentiment dans la rue, c agréable parfois, ne soyons hypocrites !

  • #161 Lilo le 12 octobre 2006 à 11 h 04 min

    Je vais aussi donner dans le racisme primaire, mais qui est plus une observation de ce qui m’arrive au quotidien tout de même. C’est catalogué comme du racisme tout simplement parce que cela donne le "mauvais rôle" à une population que n’est pas "blanche" ou "chrétienne". On arriverai en disant que c’est les blancs/français qui nous traitent comme des putes ou des salopes en majorité, personne ne dirai que l’on fait du racisme, au contraire, tout le monde soulignerai à quel point on ne fait pas de raccourcis trop rapide.
    Mais le fait est qu’effectivement, c’est en majorité des arabes et des noirs (de là à dire que ce sont des musulmans, je ne m’y risquerais pas à l’affirmer puisque ce n’est pas la seule religion, mais il y a tout de même de grandes chances) qui me font des remarques déplacées, (essayent) de me mettre la main aux fesses (attention je tords systématiquement tout ce qui s’approche de trop près de moi), me draguent lourdement et après me traitent, au choix, de salope ou de raciste quand je refuse.
    Après est-ce que c’est parce qu’il est monnaie courante de penser que les blanches c’est toutes des salopes, je n’en sais rien (vu que je ne me considère pas vraiment comme ayant l’air blanche), je pense que c’est tout simplement une question d’éducation. Un "blanc/français" qui sera élevé dans l’optique du "tu es le roi de la maison, la mère et ta soeur sont là pour te servir et t’obéir, il ne faut surtout pas que tu fasses quoi que ce soit", il se comportera exactement de la même façon irrespectueuse et arriérée.

  • #162 parigote le 12 octobre 2006 à 11 h 36 min

    Lilo : "On arriverai en disant que c’est les blancs/français qui nous traitent comme des putes ou des salopes en majorité, personne ne dirai que l’on fait du racisme, au contraire, tout le monde soulignerai à quel point on ne fait pas de raccourcis trop rapide".

    Ben si pour moi c un raccourci tout pareil…

  • #163 annelise le 12 octobre 2006 à 11 h 40 min

    Je suis d’accord sur le fait que majoritairement, ce sont des arabes et des noirs qui me tiennent les propos les plus déplacés, mais pas seulement. J’ai aussi subi des dragues immondes (subi, oui) de la part de trentenaires bien sapés et blancs. Cependant une histoire m’a marquée : pendant la coupe du monde, vers 4h du matin, nous prenions un dernier verre en terrasse, quand je vois une fille sortir du bar d’à côté en courant, un mec la suivant en l’insultant, parcequ’elle l’avait giflé après une tentative de pelotage. Il lui jette son verre dessus, elle riposte en le giflant de nouveau, et lui il l’insulte en lui tordant le bras et en la mettant à terre. Là dessus, je hurle pour qu’il arrête, (et mon homme inconscient se met à lui courir après…Naturellement ils étaient 15 à attendre plus loin, mais dieu merci mon homme a été assez rapide pour revenir sain et sauf, et le gars avait fui loin). MAIS un type du bar a osé venir nous dire que c’était normal aussi, elle l’avait rembarré alors qu’il la draguait, qu’elle avait pas à réagir mal. Donc c’est normal qu’il la frappe. Moi à 4h du mat, bcp de verres dans le nez, je lui ai hurlé dessus pour lui dire que ça ne justifiait aucunement de mettre une fille à genoux et de la frapper, et qu’on n’était plus au Moyen Age. Les deux types, agresseurs et barman étaient des arabes….et ça ne m’a pas aidé à avoir une image favorable de leur façon de considérer la femme. J’en ai pleuré de rage, qu’on puisse oser penser que frapper une fille soit justifiable.

  • #164 annelise le 12 octobre 2006 à 11 h 43 min

    Cependant pour modérer le débat, j’ai aussi de très bons camarades arabes, Tunisiens, Marocains, Algériens qui sont de parfaits gentlemen, et respectent la femme. Le problème vient plus de l’éducation, et de la culture dans laquelle on a été élevé.

  • #165 Pablo le 12 octobre 2006 à 11 h 48 min

    Il faut effectivement dénoncer, et s’opposer fermement à, ce genre d’agressions. Et je suis d’accord avec l’affirmation centrale d’Hélène :

    «Ce type de comportement est une forme de violence faite aux femmes.»

    C’est cette même société qui regarde avec indifférence -sinon amusement- ce genre de comportements (cette société qui se croit pourtant très avancée à cause du progrès technologique), celle qui admet sans trop d’alarme la "violence de genre" qui produit chaque année un nombre inacceptable de femmes assassinées par leurs compagnons ou leurs ex’s (80-90 tuées par an en France, 60-70 en Espagne, et je ne sais pas combien dans tous les autres pays dits avancés dans notre entourage). Une violence qui se produit -de façon silencieue, certes- dans _tous_ les milieux sociaux.

    [À ce sujet, je profite pour vous conseiller, si jamais vous ne l’avez pas encore vu, ce film troublant dirigé par une fille (Icíar Bollaín) : "Ne dis rien" ( cinema.aliceadsl.fr/fiche… et aussi akas.imdb.com/title/tt035… ) qui a gagné de nombreux prix depuis sa présentation au Festival de San Sebastián en septembre 2003]

  • #166 Hélène le 12 octobre 2006 à 11 h 48 min

    Je ne fais pas de racisme primaire (me prenez pas pour une idiote, vue la fréquentation de mon blog je suis pas folle, je vais pas faire des trusc pareils), je dis que MOI, personnellement, les mecs qui m’emmerdent dans la rue, ne sont ni bourges, ni blonds, ni propres sur eux, et manifestement éduqués à la médiévale.

    Mais Lilo a une fois de plus raison sur ce point : prenez un petit jeune homme de bonne famille, mettez-le dans un environnement pourri et éduquez le au machisme et au mépris de la femme esclave et objet, bien entendu le résutalt sera le même.

    Sauf que jusqu’ici, à Paris (puisque c’est ce que je connais et donc c’est ce dont je parle), les mecs éduqués de cette façon appartiennent majoritairement à une communauté qui n’est pas réputé pour son respect de la femme.

    Ce n’est pas du racisme primaire de le dire, juste de la lucidité (sans compter que c’set un peu facile d’attaquer au "raciste !" tout ce qui sort un peu du rang).

    Et annelise arrive pendant que je tape mon commentaire, résumant parfaitement ce que je veux dire (et que j’ai déjà dit) : l’éducation est pour beaucoup dans ce genre de comportements, la culture et la religion ne font heureusement pas tout.

  • #167 Moïra le 12 octobre 2006 à 12 h 28 min

    L’éducation, ou le manque d’éducation…en fait, ce n’est pas l’apannage d’une couche sociale ou d’un groupe religieux. Il y a ceux qui éduquent leurs enfants dans le respect de soi et des autres, et ceux qui ne le font pas. Effectivement, le fait d’avoir une situation stable et des conditions de vie correctes aident sans doute.
    Mais le dernier "con" à qui j’ai entendu dire "si une femme se fait violer, c’est qu’elle l’a cherché" (bien sûr, on cherche à se faire détruire physiquement et mentalement, c’est bien connu), était un catho bon teint élevé au bon air de Versailles. Le pb avec ce genre de type, c’est qu’il est bien plus habitué à la rhétorique et à l’utilisation d’arguments spécieux, et qu’il n’est pas plus possible de discuter avec qu’avec emmerdeur primaire. Mais ce genre de type tiendra toujours la porte à la dame, dira bonjour, merci, sans mettre les doigts dans le nez, et ne crachera ou n’injuriera pas les passantes. Au quotidien, on le remarque moins.

  • #168 Moïra le 12 octobre 2006 à 12 h 30 min

    Cf aussi, mais nous sommes hors sujet, les horreurs les plus ordurières proférées par MM les députés, les attaques personnelles contre Simone Veil, lors des débats sur la légalisation de l’avortement.

  • #169 Mr Y. le 12 octobre 2006 à 12 h 36 min

    Je me permet d’intervenir à nouveau, car là je sent que je n’arrive pas du tout à faier passer mon message, notamment au vu du commentaire d’Isma.

    1. Je ne cautionnerai jamais un minable qui aborde une fille en l’insultant, qui se venge physiquement ou verbalement car il a essuyé un refus, qui traite toute la gente féminine de salope-pute-chienne, j’en passe et des meilleures…. pour moi ils ne méritent aucun respect et JE LES EXECRE, quelle que soit leur couleur-religion- origine. (ayé, tout le monde a compris ..?)

    2. Au contraire, une personne qui se montre CORRECTE avec vous et vous aborde POLIMENT et AVEC RESPECT, cette personne là ne sait pas qu’elle est peut être la 12ème de la journée, et que les 11 avant ont été des connards, elle tente juste sa chance, et ce quel que soit l’endroit, parce qu’elle non plus n’a pas choisi de vous voir à cet endroit là à ce moment là (on a des exemples de connards la rue, dans des fêtes, à la plage, dans des boites, des bars, mais je crois qu’il faut pas aller ien loin pour trouver des exmples de gens respectueux dans les mêmes lieux). Si elle a le même traitement que les 11 avant, je ne trouve pas ça normal.

    J’applique cette règle dans ma vie en général : si on me respecte et on est correct, alors même si ça fait 12 fois qu’on me demande la même chose, je resterai poli. Mais à partir du moment ou la personne en face me parle mal, là c’est plutôt l’affrontement direct, verbalement ou physiquement si il le faut (je suis non violent, mais faut pas abuser..) ce qui, j’enconvient, est moins évident à faire quand on est une fille, par peur des représailles immédiates / différées.

    pffffffffffffff……..; j’ai l’impression de répéter la même chose dans mes 3 derniers commentaires……

  • #170 Mh le 12 octobre 2006 à 12 h 50 min

    Je suis totalement d’accord avec toi Hélène quand tu parles de violence.

    Mais je n’ai pas le souvenir d’avoir jamais été dans ce genre d’escalade. Quand quelqu’un me fait ce genre de proposition, je réponds "une autre fois peut-être" ou un truc de ce genre, ou je dis merci à un compliment et ça s’est toujours arrêté là.

    Mais je crains que les choses n’évoluent….

  • #171 Hélène le 12 octobre 2006 à 13 h 12 min

    Moïra ton commentaire est très intéressant, comme toujours. Et il évite la tentation réductrice, ce qui n’est jamais du luxe ;-) (je suis la première à avoir cette tentation, je sais ce que c’est).

    Mr Y on ne va peut-être pas y passer le mois, en effet tu ne veux pas comprendre ce dont il s’agit (foutez-nous la paix dans la rue une bonne fois pour toutes et tous autant que vous êtes, nous ne sommes pas de la viande sur pied), ce qui finalement apporte peut-être un éclairage sur l’osbtination des emmerdeurs de trottoirs ;-)

  • #172 Béné le 12 octobre 2006 à 13 h 12 min

    Venez habiter dans un pays musulman, on se fait moins emmerder! Et surtout pendant le ramadan pendant laquelle un musulman ne peut pas regarder les femmes puisque lui viendrait des pensées impures (ah bon?)… Là, c’est un peu fort quand même!

  • #173 annelise le 12 octobre 2006 à 13 h 58 min

    Pour en rajouter une couche, je me rends compte que ça s’aggrave de plus en plus, et que je me fais de plus en plus emm… par des petits cons de dix ans de moins que moi. Ce qui me fait penser que la démission des parents est de plus en plus évidente, et que l’éducation de base se perd. A savoir qu’une femme est un être humain, avec son libre arbitre, qui a même le droit de vote, si, si, vérifiez vous verrez.
    Je ne suis pas contre les approches polies, auxquelles je réponds poliment par "merci, mais ça ne m’intéresse pas". Mais qu’un gamin de 16 ans me barre le passage dans le métro pour me dire "viens passer la soirée chez moi, chérie,tu vas pas être déçue", alors que je ne me souviens pas l’avoir autorisé à me tutoyer, ça me met hors de moi.
    Qu’un type s’impose en marchant à côté de moi dans la rue, en m’apostrophant jusqu’à ce que je daigne dire un mot, c’est de l’agression. Si je l’ignore, il n’a pas à me suivre et à m’imposer sa présence indésirable. Pour moi, tout celà vient d’une perte de confiance, d’un complexe d’infériorité. Ce type d’homme supporte très mal l’avènement actuel de la femme, le fait qu’elle travaille, vote, parle ouvertement de sexe, s’assume seule, sans homme, et nous le font payer en tentant de nous rabaisser dans la rue, car notre liberté, notre droit à revendiquer nos choix, notre bien être et la possibilité de vivre sans eux, les effraient.

  • #174 Hélène le 12 octobre 2006 à 14 h 12 min

    Pas faux du tout ce que tu ajoutes annelise, et à prendre en compte aussi, sans aucun doute !

  • #175 Moïra le 12 octobre 2006 à 14 h 46 min

    Hélène > tu trouves mes post intéressants ? j’essaie de faire en sorte, mais je suis touchée par ta remarque…
    Sur ce sujet, je "spamme" un peu, mais toutes,tous aussi. je pense que le ras-le bol des filles se fait de plus en plus sentir, et c’est sympa enfin de pouvoir en parler "en public", grâce à ton blog notamment. On en parle beaucoup entre copines, et parfois avec les garçons de notre entourage, qui ne comprennent pas tous, toujours, à quel point ça peut nous marquer. En même temps, c’est vrai qu’on finit parfois par se monter le choux, mais c’est logique, à force. On se sent impuissantes face à ce genre de situation, souvent très mal vécues.
    En fait, je crois que la question que tout le monde se pose ici, c’est "pourquoi". Qu’est-ce qui fait que certains hommes se permettent d’atteindre à notre intégrité de cette manière ? Qu’est-ce qui fait qu’ils se sentent autorisés à un tel comportement ?
    C’est vrai que dans un monde où tout le monde serait beau et gentil, et n’aurait rien à faire, je suis sûre (M. Y, sit tu lis encore…) que ça ne gênerait personne, homme ou femme, de causer un brin avec des inconnus, qui seraient aimables, et polis.

    Pour moi, la 1ère des politesses (c’est un tort ? comme je suis timide, c’est peut être une lecture très perso ;-)) est la discrétion. Donc, ne pas faire intrusion dans l’espace intime (j’entends par là, la distance physique nécessaire à chacun pour se sentir en sécurité) de quelqu’un lorsque cette personne est inconnue. Et en quelque sorte, demander la permission. D’abord on garde ses distances, verbalement : le tutoiement sur un blog ou un forum, c’est une habitude prise par tous et un consensus, le tutoiement dans la rue, c’est un manque de respect, (pour toutes les langues qui ont un "vous" de politesse). Le tutoiement aussi force à un rapprochement intime pas forcément voulu.

  • #176 Isma le 12 octobre 2006 à 15 h 14 min

    Complètement d’accord avec ce que vous venez de répondre à M. Y … (et moïra, bravo, j’adhère totalement à ce que tu as écrit) : ce serait bien qu’il comprenne que 99% des filles N’ONT PAS ENVIE qu’on les aborde dans la rue… Franchement, si on a envie de rencontrer quelqu’un, qui serait suffisamment cinglée pour se dire "oh tiens, ce type me fait du gringue dans la rue, peut-être que je suis la première à qui il fait le coup et puis, on pourrait se marier, c’ets certainement l’homme de ma vie" ??? si on cherche un mec (peut etre qu’il va falloir bientot mettre un point de couleur sur notre front pour signifier qu’on a déjà un mec ???), on va ailleurs : bar, restaus, boites, internet (?)… Mais PAS DANS LA RUE ;-) ok M. Y ?
    j’ai une copine qui a rencontré son mari sur un quai de métro : très bien pour elle, mais perso, jamais je n’aurais entamé la conversation (et vu les mesages au-dessus, je crois qu’on est nombreuses dans ce cas-là…) donc voilà, désolée, si ça marche, c’est une fois sur 15787 (et encore, faut avoir le physique + la manière de faire), donc on se calme, on arrête de brancher n’importe qui n’importe où parce que les filles ne se promènent pas dans la rue pour faire des rencontres…
    punaise, j’aimerais vivre aux US (ou au Japon, cf ce que disaient certaines filles plus haut) pour avoir à éviter de faire ce genre de précision… Au lieu de ça, je m’expatrie en Italie… ça promet ;-)

  • #177 Miss Mag le 12 octobre 2006 à 15 h 24 min

    Je voulais juste dire à M. Ry que je trouve qu’on se déchaine beaucoup sur lui, alors qu’il ne fait qu’exprimer son avis. Pour une fois qu’un homme dit ce qu’il pense….

  • #178 parigote le 12 octobre 2006 à 15 h 44 min

    Merci Pablo…. ça fait vraiment plaisir de te lire.

  • #179 Mr Y. le 12 octobre 2006 à 16 h 06 min

    Evidemment que je pense que les filles sont souvent sollicitées, (très peu) de manière correcte et (99% des cas apparemment) de manière ignoble.

    Je maintient qu’avoir la même réaction face aux deux cas est injuste.

    Maintenant, effectivement, puisqu’on est à discuter des lieux propices / innapropriés… si je drague en club, combien de chances que la fille pense "arrête gros con, tu vois pas que je suis avec mes amis là !!", idem dans un bar, dans un parc c’est "putain, on peux pas être tranquille", sur le net c’est "encore un pervers !"… etc.. etc…

    Moralité, on drague où ?? (la réponse sera la bienvenue ..!!) Nous les hommes est on OBLIGES d’attendre un regard de vous avant de venir vous voir …?

    Je sais, les raccourcis sont faciles partout, mais laissez vous une chance de croire qu’il y a encore des hommes biens ici bas…. votre homme, il vous a abordé où ..?? Et s’il s’était dit "putain , je vais pas aller la déranger" ; vous en seriez où ..?

    CQFD…

  • #180 Moïra le 12 octobre 2006 à 16 h 18 min

    Pourquoi ne pas proposer à Hélène de faire un autre sujet sur : et vous votre chéri / chérie, vous l’avez rencontré où ? ça permettrai de donner des pistes à Mr Y, non ? ;-)) et de ne pas aprtir dans tous les sens.
    A moins, Hélène, que cela ne soit déjà fait, ou que tu ne trouves cela vraiment trop personnel…??

  • #181 Isma le 12 octobre 2006 à 16 h 19 min

    merci Pablo, c’est tellement agréable de lire des choses comme ça… Voilà, M. Y prenez-en de la graine ! ;-)

  • #182 Anne Cé le 12 octobre 2006 à 16 h 20 min

    je vois que le sujet fait parler !

    pour apporter peut-être quelques éléments de réponse à Monsieur Y, voici mes réflexions du jour :

    tu demandes "votre homme, il vous a abordé où ..??"
    figure-toi que mon homme ne m’a pas abordée, ni draguée.
    et en y réfléchissant, je ne suis JAMAIS sortie (ni même sympathisé) avec quelqu’un qui m’aurait "abordée" comme tu dis. Conclusion : avec moi (et sûrement avec bien d’autres filles) la "drague" ça ne marche pas.

    tu demandais aussi "on drague où ?" ma réponse sera "on NE drague PAS !!!"

    pour te donner quand même un peu d’espoir, tu peux prendre le temps de rencontrer des filles et de sympathiser avec dans plein d’endroits et de situations différentes. j’ai fait des rencontres (amoureuses ou non) dans les soirées étudiantes de mon école (époque faste maintenant révolue), dans une troupe de théâtre amateur, dans des fêtes entre amis avec les amis des amis des amis, dans une équipe (mixte) de volley, dans des associations… les possibilités sont infinies.

    allez, courage ! si tu arrives à intégrer ça, il y a un peu d’espoir que tu ne végètes pas tout seul comme un pauvre dragueur incompris… ;o)))

  • #183 Hélène le 12 octobre 2006 à 16 h 22 min

    Bon, Mr Y, je comprends que tu aies envie d’avoir le dernier mot (et à mon avis ça va avec le reste), mais il va quand même falloir accepter l’idée de passer un jour à autre chose que cette discussion stérile.

    Lilo, Moïra et Anne-Cé ont été parfaitement claires et explicites, je n’ai rien à ajouter qu’elles n’aient déjà dit. Tu n’as pas compris le sujet, point barre, viens plutôt sur les autres billets nous aider à trouver des cachemires de qualité ou une bonne voyante à Paris ;-)

    Pablo il n’y a bien sûr pas d’opprobre contre des mecs comme toi ;-)

  • #184 Mr Y. le 12 octobre 2006 à 16 h 41 min

    Avoir honte de mon chromosome Y à cause de certains connards ..?? Jamais de la vie.
    Dragueur incompris qui végète ? Merci d’éviter les attaques personnelles… ce que j’évite dans chacun de mes posts.

    Hélène : Désolé, mais je connais pas d’endroits ou l’on peut trouver les petits pulls cachemire… ç’eut été avec plaisir… quand à la voyance… appremment j’ai du mal à voir la réalité en face…. saloperie d’utopie va !! O_o

  • #185 Hélène le 12 octobre 2006 à 16 h 47 min

    Tu as un peu cherché ces attaques personnelles (et encore je me suis retenue avec une patience qui force ma propre admiration), le sujet est clos que nous allons enfin pouvoir parler d’autre chose, c’est pas trop tôt.

  • #186 Mr Y. le 12 octobre 2006 à 16 h 53 min

    PS: c’est pas le sujet qui a récolté le plus garnd nombre de commentaires depuis 1 an par hasard …??? (PS: sorry, j’ai oublié de souhaiter à monblogdefille un joyeux anniversaire… c’est fait maintenant..)

  • #187 sophie L.L le 12 octobre 2006 à 19 h 37 min

    Tant a été dit dans tous les commentaires, mais il m’est impossible de ne pas ajouter que chaque fois que j’ai été importunée, insultée ou agressée, et même deux fois sériueusement en danger, c’était par des gars dont les ancêtres étaient visiblement français depuis des générations et des générations et dont la famille allait à la messe sans doute depuis des lustres (euh, c’est pas pour dire mais par exemple les prêtres pédophiles ne sont guère musulmans !!)

  • #188 Beside le 12 octobre 2006 à 20 h 46 min

    Je n’ai jamais eu un seul problème avec les types qui me draguaient. Pourtant j’ai connu de tout, du plus distingué au plus lourdinguetumeurs.
    Et ce parce que je réponds quand on me dit bonjour, je souris et remercie quand on me complimente. Est-ce que cela m’engage à quoi que soit : aucunement, je n’ai jamais accepté d’invitation de la part de gens qui m’avaient abordée dans la rue. Simplement je suis polie, et on me le rend bien.
    Cela dit comme tu dis Hélène, c’est vrai que parfois certains regards craignent…. Ben eux je les zappe. Comme s’ils n’existaient pas.
    Tant que ce ne sont que des regards.

  • #189 Hélène le 12 octobre 2006 à 20 h 49 min

    Ah ben tu as du bol Beside, moi je n’ai que des regards déshabilleurs et des sourires graveleux… et je ne vois pas pourquoi je devrais répondre quand un inconnu à qui je n’ai rien demandé me parle sans raison valable dans la rue, ni pourquoi mon absence de réponse lui donnerait le droit de me traiter de salope. C’est tout.

    Sophie L.L on n’habite pas au même endroit, ça se confirme ;-)) Et un prêtre pédophile et un dragueur de rue, ça me semble un peu éloigné, quand même ;-) Etre attiré sexuellement par les enfants, ou avoir besoin de dominer et d’avilir les femmes, ça ne vient pas de la même névrose je pense (pour le peu que je connais).

  • #190 Lilo le 12 octobre 2006 à 22 h 05 min

    Mr Y, pour ta morale (faut il attendre forcément un signe), la réponse est OUI, OUI, OUI et encore OUI.
    On y arrive finalement! Fallait juste poser la question clairement!!
    Le chromosome Y, peut être pas, mais par contre tu peux avoir honte de celui qui te rend dur d’oreille (ou de l’oeil, rapport à ce que ce sont des posts … oui je sais je suis pas drôle). Pardon Hélène! Je n’ai pas put m’en empêcher. Mais là c’est bon j’arrête, promis.

    Sophie, je dois avouer que, comme toi, ceux qui, avec moi sont les plus insistants sont généralement les types propres sur eux et franco-français, qui insistent lourdement, et non agressivement. Ils demandent plusisuers fois même si je leur dit non, insistent et insistent, en devenant miéleux (avec le sempiternel, "mais c’est juste pour faire connaissance et devenir amis rien de plus", alors qu’ils commencent par te dire que tu es magnifique, et s’ils t’abordent c’est pas parce que tu respires l’amitié dans le soutien gorge hein!) et lourdeaux. Genre, parce que je suis poli je peux me permettre tout ce que je veux. Sauf que non, le ton et les mots sont peut être polis, mais la démarche est très très loin de l’être. C’est une violence qui est à mes yeux bien plus forte que n’importe quelle insulte, parqu’insidieuse et presque même acceptée par la société (les passants qui te regardent comme une pimbèche parce que tu finis par l’envoyer sur les roses en criant, style "ben pourquoi vous réagissez comme ça envers ce pauvre monsieur qui essaye juste d’être charmant?!", charmant mon oeil oui!).
    Je crois que c’est ceux que je déteste encore plus que les agressifs, parce que le gros con, qui t’aborde ou te lance une remarque déplacée, au pire il traitera ton derrière de salope quand tu seras vingt mètres plus loin (faudrait pas que tu puisses faire retour arrière et lui en coller une!), te dira "quoi? t’es raciste?" (ce à quoi tu répondras par un regard de mépris bien placé face à cette idiotie) avant de vite tourner les talons et lâcher l’affaire, mais il ne va pas s’imposer et essayer de t’attraper. Rah je déteste quand ils se permettent de tendre la bras vers moi comme s’ils avaient le droit de poser leurs sales pattes sur mon manteau (un manteau c’est sacré!!).

    Exemple dans la rue, il y a trois jours, je suis à l’arrêt de bus, l’ipod dans les oreilles. Un type se plante devant moi et me montre son poignet. "Vous avez l’heure s’il vous plait?" avec un sale sourire. Regard méprisant et moue de dégout de rigueur, je lui dit sèchement "je n’ai pas de montre" (oui je sais je suis une menteuse) en me détournant. Et voilà t’y pas qu’il suit mon mouvement et tend son bras vers moi pour m’empêcher de partir. Et là, comme dans alerte à malibu, au ralenti je vois ses doigts marrons (gros plan) dégueulasses s’approcher de mon manteau blanc. Ses gros doigts marrons, mon manteau… Je me recule avec une mine encore plus dégoutée, et là il me sort "je veux vous offrir un café au moins" (vous remarquerez le "je veux", même pas "est-ce que je peux vous offrir un café"). Interloquée, je le regarde dans les yeux (très moches) et lui dit froidement "et en quoi la façon dont je vous ai répondu pour l’heure et mon expression vous ont fait penser que je pourrai ne serait-ce qu’un instant répondre oui à ce genre de question?". Puis j’ai tourné les talons et je suis partie sans attendre sa réaction. Résultat, je me suis engouffrée dans le metro.
    Ce connard a tout de même réussit à gâcher ma soirée qui commençait, et à me faire prendre le metro pour l’éviter alors que je voulais rentrer tranquillement et agréablement en bus (je préfère le bus au metro, pour les raisons qui se comprennent). Alors je me dis que même si j’ai répondu, il a tout de même un peu gagné. Et ça me met en rogne!!

  • #191 Hélène le 13 octobre 2006 à 9 h 01 min

    Delphinoid j’ai lu tout ton commenatire avec un grand sourire aux lèvres : je ne me doutais pas que tu pouvais réagir comme ça (j’avais jamais pensé à la question à vrai dire) et je trouve ça génial ! Je vais prendre des cours avec toi, Laure et Lilo tiens ;-)

  • #192 sophie202 le 13 octobre 2006 à 11 h 11 min

    j’ai lu presque tout les comentaires… Et je rejoins les autres ceux qui se permette ce genre de reflexions sont de plus en plus jeunes.

    Il y a qqes mois pour rentrer chez moi je passais régulièrement devant un mome (10/12 ans) qui attendait qqn sur le trottoir. Et bien un jour le mome a attendu que je passe et m’a dit un truc du genre "joli derière!" J’étais soufflée et l’adulte qui à ce moment l’avais rejoins n’a rien dit voir a plutôt fait un clien d’oeil complice. J’ai pas pu m’empecher le sermon au mome sur le non respect de son attitude et à l’adulte sur l’exemple pitoyable… Mais je suis à peu près sure que ça n’a servi à rien. Petite remarque le mome il était blond.

    Ceci dit après avoir lu tout les comm j’en viens à me demander si je vais pas réagir quand on m’insulte, plutôt que de mépriser, ça semble parfois plus efficace et surtout plus libérateur ;-))

  • #193 Hélène le 13 octobre 2006 à 11 h 43 min

    Ouiiii sophie202, c’est libérateur et ça évite de se fabriquer un ulcère, c’est ça qui importe le plus ! ;-))

  • #194 MaMzEllE IrIs le 14 octobre 2006 à 9 h 59 min

    Je confirme c’est très pénible mais le pire c’est quand le charmant représentant de la gente masculine (c’est ironique bien sûr) est agée de moins de 25 ans et accompagnés de ces charmants copains. Des fois ils sont 5 ou 6. Perso, dans ce cas là, je trace en regardant doit devant moi.

  • #195 Clumsy le 14 octobre 2006 à 12 h 41 min

    avec un peu de retard (et sans avoir lu tous les commentaires)…
    originaire de province-province-province….. d’un village pas plus grand que celui d’asTerix sur la carte de Gaulle, hein, un village microscopique, et bien quand j’étais jeune et jolie, j’aimais bien venir sur Paris et me faire interpeller!
    C’est bête, mais je trouvais ça flatteur!
    Et puis entretemps j’ai découvert les pays types "nordiques"…
    Alors dans les pays nordiques, les gens ne se regardent pas… et ne se draguent pas…
    Enfin en journée et sobre! (la nuit, avec un taux d’alcool largement elevé, c’est différent!)…
    Je me souviens de cette sortie entre françaises en Allemagne, nous étions alors jeunes et jolies, et c’est avec beaucoup de pudeur que la première osa poser la question aux autres "est-ce que vous aussi, personne ne vous regarde, ne vous drague ici?", et là rougissantes nous avons toute osé avouer que non personne ne nous avait dragué depuis notre arrivée en Allemagne (séjour d’1 an)… et que ça manquait!
    Quelque part cette drague à 2 balles, c’est un peu flatteur! On existe, on est regardé, on est pas juste un machin bipède, on est une femme!
    Les femmes sont coquettes, s’ornent de couleurs, de bijoux, d’accessoires vaguement érotiques (grosse ceinture, bottes…..), et c’est bien pour être vues, non?!
    Et puis entretemps j’ai découvert le Maroc!
    Et là-bas, il n’y a pas 5secondes sans qu’un homme ne vous ait appelé sa gazelle et fait de nombreux compliments!

    Cette attitude n’est à mon avis pas une question d’éducation, mais de culture…
    Certe d’un certain sentiment de supériorité masculin qui leur fait croire qu’ils peuvent se le permettre!

    Mesdames, allez passer un séjour assez long dans un pays où personne ne vous dira que vous avez un joli cul ou de beaux yeux ou etc, etc, etc…. et bien au bout d’un moment on se comme inexistante, moche, et grosse…

    Grâce à cette drague à 2 balles, je me suis qand fait un nouvel ami!

    (mais je suis aussi consciente que lorsque c’est du domaine du récurrent et du très très quotidien, ça doit aussi taper sur le système à un moment donné!!!)

  • #196 Hélène le 14 octobre 2006 à 17 h 10 min

    Clumsy je je n’ai pas besoin qu’on me traite de salope dans la rue pour me sentir jolie. Je n’ai pas besoin qu’on me complimente pour ça, à vrai dire, je me trouve jolie toute seule, à la base ;-) Et en plus je crois qu’à la limite je préfère qu’on me trouve intelligente ;-)

    Ca vaut la peine de lire les commentaires, crois-moi, ça donne envie de vomir. Et tu reviendrais peut-être sur tes idées sur la question (ou pas d’ailleurs, c’est ton affaire, mais je crois que tu n’es pas tout à fait dans le sujet)…

  • #197 whakya le 14 octobre 2006 à 17 h 43 min

    Je suis très surprise de lire tout ça car pour nous, Québécoises, les Français sont le stéréotype même de la courtoisie et de la cour (avec les Italiens). Nous avons dans notre imaginaire le beau français cultivé et digne qui nous ferait découvrir les délices de l’amour à la française… Ah! un autre mythe qui s’effondre!!! Ma soeur, qui a vécu dans votre beau pays m’avait raconté des trucs du genre mais je me refusais d’y croire : »non, non, non, c’est impossible, les mecs te draguent en t’offrant du bon vin et du pain baguette! »
    Je suis heureuse que les gars d’ici, même à Montréal, sont plus respectueux envers les femmes. Généralement, ils se contentent d’un regard admiratif, avec parfois un peu de bave au coin de la bouche mais les commentaires déplaisants sont rares. Ça arrive parfois, mais ils sont généralement en voiture et passent vite leur chemin. C’est plutôt innofensif et fait pour épater les copains. La situation se gâte en boîte ou les gars pensent que si tu danses avec tes copines, c’est nécessairement parce que tu te cherches un mec pour la nuit et te foutent les paluches sur les hanches, ou, pire, sur le ventre… et, pour nous aussi, ça concerne les plus jeunes (18-20ans). Mais je pense que c’est rien comparé à ce qui se passe chez vous…
    Mais avez vous remarqué que les jeunes filles du même âge sont habillées comme des.. heuh… disons traînées ? Je ne sais pas pour la France mais ici, les jeunes sont HYPER-sexualisés (concours dans les boites pour les 14-18 de mime de fellations, danses lacives, concours de ‘wet t-shits et j’en passe!!!)
    Je crois que ces comportement sont directement liés avec le peu de respects que les jeunes gens ont envers les femmes.

  • #198 GreG le 15 octobre 2006 à 3 h 31 min

    Bonjour !

    Première fois que je commente … Et je ne lirais sans doute plus les (trop nombreux) commentaires par la suite, par fainéantise. Cependant, je voulais réagir, en disant que tous les mecs ne sont pas comme cela non plus. Moi par exemple, quand une femme est devant moi, j’évite de matter son cul avec une goutte de bave quoi … Maintenant je ne dis pas, quand c’est une fille qui a un string de 4 cm qui dépasse … Et je l’ai déjà même fait remarquer à une conne qui m’a bousculé une fois, sans s’excuser. Dans le Cora, près d’un café intérieur. J’ai bien élevé la voix pour qu’elle soit toute rouge par la suite … Je sais, c’est vilain … Mais ya des choses auxquels nous ne résistons pas :-D

    whakya > Ne pense pas que tous le monde est comme cela. C’est souvent la … *racaille* qui est comme cela ;-) Maintenant faut avouer que les tenus des femmes avec un décolleté par -2 avec les tétons qui pointent, spa malin non plus :-D

  • #199 Clementine le 15 octobre 2006 à 3 h 44 min

    L’avantage de vivre a New York ( ou a Londres) c’est que ce genre de comportement est assez eloigne des anglo-saxons..
    je ne sais pas si c’est typiquement francais mais je trouve ca assez deprimant. Imaginer que "mademoiselle vous etes charmante" n’est en fait que le pendant de "salope"..

  • #200 Laurent C. le 15 octobre 2006 à 12 h 41 min

    Je suis d’accord pour dire qu’on n’aborde pas les gens dans la rue :-)

  • #201 bellafro le 15 octobre 2006 à 14 h 18 min

    c’est tellement vrai tout çà! LOL
    c’est pour cela que j ‘ai opté pour le lecteur mp3 (bah oui j ‘ai pas acheté de Ipod….) et des ecouteurs bien ‘"couvrant" pour deambuler dans paris

  • #202 Hélène le 15 octobre 2006 à 14 h 43 min

    Merci d’être revenu lire ma réponse laurent C. ;-)

    bellafro sois la bienvenue parmi nous !

  • #203 Dine le 15 octobre 2006 à 14 h 55 min

    Ne pas parler aux gens et les ignorer, tracer son chemin plus vite pour ne pas se faire emmerder, c’est cent fois plus chiant à vivre que d’adresser la parole à quelqu’un et de lui répondre. Parfois, un simple sourire ca limite la rencontre à ça, et t’as pas à te coltiner un lourdeau qui te suit pendant trois heures. Le moral, du coup ne se voit pas taché d’un accès de colère ou de frustration et tout le monde y prend son compte. Maintenant c’est sûr que si tu dis, "moi je veux pas changer, ils ont qu’à pas venir me parler c’est eux qui sont dans leur tort", tu subiras ça toute ta vie. Les gens ne vont pas changer pour toi si tu ne fais pas d’effort. Tu vas pas prendre un part un chaque minot qui t’aborde dans la rue et lui faire sa leçon de morale personnelle, à moins que tu milites vraiment cela. Peut-être vaut-il mieux transformer la rencontre banale en un simple échange de respect. Déjà, peut-être que tu auras moins l’occasion de dire que ce sont tous des cons, et puis, la dernière impression, celle du "salope" de fin, le pire quoi en gros, tu ne le vivras plus.
    Moi depuis que je l’accepte, je me fais beaucoup moins emmerder dans la rue! Je pense aussi surtout que ce sont des choses que je retiens moins, parce qu’elles ne me touchent plus en négatif.
    Je suis consciente que ceci est mon opinion personnelle, et qu’à la vue des commentaires, elle n’est certainement pas partagée par tous. Je vous dis juste que je comprends très bien ce que tous ressentez parce qu’avant je vivais la même chose, mais en plus de ça, je vous donne une solution d’attitude qui fonctionne pour que ça change. Alors dire "j’ai envie de parler à personne, je ne ferai rien, je préfère rester dans ma merde" (bon, j’exagère hein), et se plaindre après que les choses soient exaspérantes et désespérantes….
    Essayez, au moins. Essayez.

  • #204 Hélène le 15 octobre 2006 à 15 h 03 min

    Je crois en effet Dine que ton opinion est super marginale sur ce sujet, et qu’en plus tu n’as pas entièrement compris de quoi je parlais (le besoin de domination de certains hommes sur les femmes à travers toute une palette d’attitude, dont l’abordage dans la rue).

    Et je ne suis pas certaine que faire la leçon, parce que c’est finalement ce que je ressens à la lecture de ton commentaire, soit une solution pour se faire entendre des autres.

  • #205 Priceless le 15 octobre 2006 à 15 h 09 min

    Pour ma part j’ai 19ans, j’habite en banlieue et j’ai souvent été confrontée a des connards mais jmen suis toujours bien sortie, Laure a raison faut vraiment pas se laisser faire sinon c’est le début de la fin. Faut pas se laisser faire mais éviter d’être agressive, répondre sans afficher la moindre once de flip et paraitre sure de soi, jpense que c’est la clé du respect.
    Pour moi ça a toujours fonctionné même dans les situations les plus critiques (ma meilleure amie + moi entourées par une dizaine de types beaucoup trop pressants en quelques secondes sur un quai de rer… j’ai pris la main de mon amie, leur ai simplement dit qu’on avait pas que ça a faire, qu’on rentrait chez nous allez salut, on s’est frayé un chemin entre eux et le probleme etait reglé… ils ont rien eu à ajouter).
    Juste une fois un mec m’a interpellée, j’ai continué mon chemin sans relever et il m’a dit "arrete toi tout de suite ou jte défonce" et j’avoue que pour le coup j’ai flippé et jme suis arretée. Je l’ai regardé bien en face avec un regard meurtrier et ai attendu qu’il me dise ce qu’il avait à dire et jpense que c’est à ce moment qu’il a compris qu’étant donné la manière dont notre relation venait de débuter il n’arriverait certainement pas à obtenir quoi que ce soit de plus que du mépris et s’est donc barré.

    Ca me choque que certaines filles/femmes se laissent submerger par la peur et se laissent humilier par tous ces connards qui pour la majorité du temps ne sont rien de plus que des grandes gueules et de veritables lâches. S’ils se permettent d’agir de cette maniere c’est justement parceque la plupart des femmes n’osent même pas rétorquer, et surtout parcequ’ils savent qu’on a pas assez de muscles pour leur envoyer nos poings en pleine face (ce que personnellement je ferais volontiers si j’en avais la possibilité mais mon statut de femelle m’a obligée à opter pour des méthodes moins radicales)
    Exemple : 31 décembre, dernier métro, mon autre meilleure amie et moi. Qui dit 31 décembre et dernier métro dit métro bondé, chaleur étouffante mais surtout promiscuité des corps indécente et par extension salopards qui en profitent. L’un d’eux a pensé pouvoir se permettre de passer ses bras autour de ma taille (rien que ça), je l’ai viré violemment et il a définitivement compris. En revanche j’ai vite vu que ma meilleure amie faisait une tête bizarre, super crispée, et elle m’a dit au bout de deux minutes "aide moi y’en a un qui me touche".. elle osait pas virer la main d’un type qui lui soulevait (j’insiste sur ce terme) carrément la fesse! J’ai du le faire pour elle, j’en ai profité pour insulter ce vieux dégueulasse et surtout pour faire une morale d’une heure à mon amie pour que plus jamais elle se laisse tripoter comme ça, parceque bordel c’est quand même incroyable qu’ils puissent imaginer avoir le droit de faire des trucs pareils et tout aussi incroyable que certaines filles n’osent même pas reagir lorsque ça leur arrive!!
    Que ce soit dans la rue, dans des bars ou en boite je refuse catégoriquement que qui que ce soit pose sa main sur moi ou sur une de mes amies (même si c’est sur l’épaule) parcequ’on ne se connait pas, tu ne me/la touches pas. J’avoue qu’il m’est même déja arrivé de devenir vraiment agressive à ce sujet parceque c’est qqchose que je supporte vraiment mais alors vraiment pas, c’est le comble pour moi.

    Juste pour le plaisir, mes anecdotes les plus croustillantes :

    J’avais 15ans, il était 6h du matin, il faisait froid, je portais un pantalon normal, un long manteau qui m’arrivait à la moitié des cuisses et une echarpe jusqu’au nez bref j’avais vraiment rien d’aguicheur. Je rentrais chez moi et un salopard d’environ 40ans qui faisait son jogging m’a abordée et m’a d’abord demandé si "j’avais du temps, là" ce à quoi j’ai répondu non et il m’a dit "même pour 400euros?"… J’ai eu peur d’autant plus que j’étais juste à coté de chez moi et qu’il ne me lachait toujours pas et lorsqu’il a abandonné et a commencé à rebrousser chemin ma peur s’est évanouie et je l’ai insulté de tous les noms. En rentrant chez moi j’ai eu envie de prendre ma chienne et de le rattraper pour qu’elle lui fasse sa fête, je tremblais de rage et j’ai mis plusieures heures à m’endormir.

    Il y a environ deux ans, un ptit jeune de, je sais pas, peut etre 14ans m’a arrêtée en pleine rue et m’a demandé de le branler… au début jcroyais que c’était une blague mais il a insisté donc je l’ai giflé et lui ai crié qu’il était répugnant et qu’il devrait avoir honte "enfoiré de futur pervers" (je cite)

    Cet été, je marchais tout à fait tranquillement avec mon mp3 dans les oreilles, il faisait chaud et j’étais en jupe. J’ai senti quelquechose arriver derriere moi et un espece de fou furieux a essayé de tirer sur ma jupe, comme dans les vidéos qu’on voit sur internet sauf que dommage, ma jupe a tenu bon. Je lui ai hurlé toutes les pires insultes que je connais alors qu’il partait en courant comme le gros connard qu’il était. En plus je me demande vraiment le but de la manoeuvre étant donné qu’il n’y avait ni caméra, ni potes à lui, ni même personne dans la rue.. après ce petit épisode je me suis dit que je mettrai plus de jupes de toute ma vie mais finalement je continue, tout en surveillant mes arrieres

  • #206 Hélène le 15 octobre 2006 à 15 h 27 min

    Priceless merci pour ce beau commentaire, je vois que tu fais partie des filles qui refusent d’avoir peur et d’être des victimes, bravo, mille fois bravo ! J’aimerais être comme toi, le coup de la gifle m’a particulièrement impressionnée ;-) Je te souhaite la bienvenue parmi nous !

  • #207 Dine le 15 octobre 2006 à 15 h 52 min

    Le besoin de domination des hommes par leur attitude de non-respect vis à vis des femmes lorsqu’ils se permettent de leur imposer un temps de parole s’estompe une fois le court dialogue entamé, chacun est à l’égal de l’autre.
    Mais je ne vais pas en rajouter une couche. Mon but n’est pas de faire la morale à qui que ce soit. Juste de donner une opinion et une vision de ces gens là différente, sans que cela soit une agression. J’aurais aimé faire avancer le dialogue en vous montrant que tiens, la première impression n’est pas la bonne et que le manque de respect est une question d’état d’esprit propre, que si on change sa façon négative de voir les choses, le problème se résoud. Maintenant, j’ai lu il est vrai des trucs bien salaces dans les commentaires qui sont innacceptables, mais ce genre de comportement je l’ai aussi vu par des groupes de femmes vraiment pas jolies à voir. Alors bon, je ne suis pas venue foutre mon grain de sel ici pour emmerder les gens et créer la rebellion.
    Si c’est ce que tu penses Helene, je m’en excuse, ce n’était pas mon intention.

  • #208 Hélène le 15 octobre 2006 à 16 h 14 min

    Oh oui je veux bien venir vivre au Québec Whakya, moi qui ne supporte plus les températures supérieures à 22, en plus ;-)

    Dine tout va bien, nous avons évité la rébellion, ce qui n’est pas toujours évident ;-)

  • #209 Whakya le 15 octobre 2006 à 16 h 22 min

    Houlalalalala! Je viens de lire le truc de la jupe de Priceless terrible !!! Ici, ce serait un cas d’atteinte à la pudeur. pffffff je peux pas croire que quelqu’un puisse faire ça!!!
    Je crois qu’être à votre place, je serais déjà en prison pour meurtre…
    Courage mes soeurs! Courage!

  • #210 Whakya le 15 octobre 2006 à 16 h 24 min

    LOL Hélène, je t’adopte volontier mais… prépare toi à des -30º l’hiver et…. 30º l’été !!!
    Mais on est telllllllllllement gentils au Québec, avec nos Indiens, nos tipis et nos veste à carreaux ;o)) Nah, paraît qu’on a meme des Zara maintenant, en plus des H&M qui ouvrent un peu partout !!!
    ((bon, j’arrête de monopoliser ton blog!!!))

  • #211 Hélène le 15 octobre 2006 à 16 h 35 min

    Je t’en prie Whakya, fais comme chez toi, tu es toujours la bienvenue ici tu sais ;-)

    Bon s’il y a 60 degrés d’écart entre l’été et l’hiver je crois que je vais pas venir, finalement, ça va pas me convenir du tout ;-) Mais je te remercie pour ta proposition d’adoption ! ;-))

  • #212 Whakya le 15 octobre 2006 à 16 h 51 min

    Je suis un peu déçue, ta chambre était toute prête déjà…

  • #213 Hélène le 15 octobre 2006 à 16 h 57 min

    ;-)))))

  • #214 Olivier le 16 octobre 2006 à 0 h 15 min

    Salut,
    et bien à voir le nombre et le contenu des commentaires la réalité semble assez affligeante :-(
    Sinon pour sortir du débat stérile drague dans la rue / pas drague dans la rue, je pense qu’à un moment il faut nommer les choses clairement pour ce qu’elles sont. Ce que certaines d’entres vous décrivent dans leur commentaires ne peut en aucun cas être qualifié de drague mais plutôt de harcèlement moral et sexuel. Et cela doit être condamné fermement à la fois par la morale et par la société. Le collègue lubrique, peloteur, le patron qui se croit encore du temps où le droit de cuissage existait devraient être plus souvent traînés devant la justice. Malheureusement en france c’est plus souvent la victime qui subit plutôt que le harceleur, pour qui la supposée provocation de la femme a valeur d’absolution. Pour ce qui est du cas des gens dans la rue, il semble que tous ne rentre pas dans la même catégorie :
    – il y a les pervers, et autres qui cherchent à assouvir une pulsion.
    – des machistes, des frustrés qui cherchent juste à humilier et à blesser pour ce que ça leur apporte de satisfaction personnelle.
    – des mâles qui cherchent à montrer qu’ils dominent le femme et que la rue est leur territoire. Et pour qui toute femme seule dans la rue est forcément célibataire, et est provocante si elle n’est pas vêtue de 15 couches de vêtements – sous entendu si on la drague/pelote/viole c’est parcequ’elle l’a bien cherché.
    – des dragueurs lourdingues qui ne veulent pas admettre que ça ne peut pas marcher à tous les coups.
    Les trois premières catégories sont bien évidemment condamnables, et devraient plus faire l’objets de sanctions. Mais pour la dernière catégorie je pense qu’à moins de vouloir poursuivre en justice tous les lourdingues de france – ça risque de faire beaucoup – on n’y peut pas grand chose malheureusement et ça existera toujours.
    Seulement le problème c’est qu’on est en france, pays latin, avec sa cohorte de bons gros machistes pas du tout près de changer de mentalité. Je trouve même que ça va plutôt dans le mauvais sens avec l’islamisation de certaines coins où les femmes ont peur de marcher dans la rue.
    Maintenant pour réagir face à cela on pourrait vouloir aller vers un système à l’américaine : condamner plus fermement le harcèlement (peines de prisons, lourdes amendes), dire que c’est au harceleur d’apporter les preuves de sa non culpabilité (et non au plaignant d’apporter les preuves), etc … Mais si c’est pour arriver aux mêmes résultats je trouverais cela assez flippant : par exemple dans certains états les profs refusent de recevoir une élève seule à seule après les cours pour éviter tout risque de procès, peu se risquent à draguer au travail. Des vies ont été brisées par de fausses accusations. Les hommes finissent par fuir les femmes, et celles-ci se retrouvent célibataires forcées par manque d’occasions de rencontres. La "drague" sur les campus n’a plus aucune forme de spontanéité – je ne parle même pas de romance. Certaines militantes féministes proposent par exemple aux nouveaux couples de procéder au remplissage d’un "contrat de couple" ou chacun couche par écrit ce qu’il accepte comme pratiques sexuelles et ce qu’il refuse : charmant :)
    Au final je trouve cela très dommage car c’est encore une fois quelques cons qui décridibilisent tous les autres et qui forcent à adopter des attitudes extrêmes. On en arrive à s’auto-censurer. Par exemple à une époque je prenais le métro tous les jours pour un certain trajet vers mon travail. Et assez régulièrement je croisais dans ma rame une jeune femme assez énigmatique – d’origine coréene je dirais – qui faisait exactement le même trajet que moi à la même heure. La coïcidence m’avait amusé : si ça se trouve on habitait le même quartier, et on travaillait dans le même. J’ai été pas mal tenté de venir l’accoster un matin, ça aurait pu donner quelque chose dans ce genre :
    moi : – bonjour mademoiselle, excusez moi de vous déranger, ce n’est pas dans mes habitudes, mais en fait c’est amusant nous faisons le même trajet, dans la même rame, assez souvent, et je vous ai tout de suite remarquée. Est-ce que cela vous dis de bavarder un peu autour d’un café avant d’aller travailler ?
    elle : OUI bien sûr ! (réponse idéale :)
    Mais bon finalement je ne l’ai pas fait, je me suis dit que le métro, comme la rue ce n’est pas idéal et que j’allais sans doute la déranger. En plus elle avait l’air assez fermée – mais qui ne l’est pas dans le métro tôt le matin ? Et puis je me suis déjà pris pas mal de rateaux à paris, car les parisiennes ne sont pas faciles – au moins ce blog explique pourquoi -, et dans des lieux supposés plus propices, donc finalement je me suis auto-censuré et je n’ai rien fait.
    Maintenant je ne prends plus cette ligne de métro, et je ne l’ai jamais revue bien sûr, mais je reste quand même avec un peu de regrets de ne pas avoir tenté le coup. Tout ça pour dire que je trouve un peu dommage de décreter que la rue, le métro, le bus devraient être non-dragueurs, parceque ça finit par décourager les hommes à force :) Et après comme les américaines vous allez vous plaindre d’être célibataires à 35 ans, gniark.

  • #215 Madame Patate le 16 octobre 2006 à 0 h 21 min

    Heu si Hélène veut pas de la chambre, moi je la prends hein, je rêve de vivre au Québec. Je finirais même de tricoter mon écharpe, pour la peine!!

  • #216 Kilis sex symbol le 16 octobre 2006 à 6 h 50 min

    Waouuuh c’est dingue Hélène !!!!

    Je me fais outrageusement draguer, mais le coup de l’insulte, ça ne m’est jamais arrivé.

    Probablement parce que je réponds systématiquement "pas le temps" (ce qui est vrai, en plus, vue la demande, je n’ai pas le temps de m’intéresser aux petits cons, non mais, j’ai des priorités dans la vie – tu as le numéro du sex-symbol du comptoir?)

    Si le mec insiste, je m’arrête consulter mon plan ;-)
    Ou alors je dis sêchement : dégage.
    (il y a un qui m’a poursuivie 5 minute pour me dire que c’était pas gentil lol. moi je trouve que je suis sipew mignonne à ce niveau :-D).

    Je suis vraiment choquée que la connerie humaine atteigne ce genre de sommet.

    Je crois que si jamais on m’insulte sur mon physique, ou me traiter de raciste, ou de sarko (ça c’est de l’insulte lettrée dites donc), je ferais mon sourire condescendant n°24 en hochant la tête (du genre celui qu’on a devant un cafard qu’on écrase). Ca vaut pas mieux qu’un cafard, ce genre de con, si?

  • #217 Hélène le 16 octobre 2006 à 10 h 05 min

    Elise-A je te souhaite la bienvenue parmi nous ! Ton histoire est édifiante, je ne sait pas si nerveuxement j’aurais supporté ça aussi longtemps sans me mettre à hurler sur le mec…

    Olivier je te remercie pour ton commentaire intelligent et réfléchi, ça fait plaisir. Sois le bienvenu ! ;-)

  • #218 atryu le 16 octobre 2006 à 15 h 32 min

    Je suis assez d’accord avec certaines des lectrices, je ne comprends pas pourquoi les mecs continuent de faire çà (pour info je suis un mec, mais je n’ai jamais sifflé une dame de la sorte). Est-ce que par miracle cela marcherait de temps en temps? ou alors dans leur rêves? ou alors pire, leur copains se vantent peut-être d’avoir "chopé" de la sorte, ce qui en faire un cercle vicieux? Franchement je m’étonne de ce comportement. Le pire c’est que c’est le même type d’individu qui va tenter de vous taxer une clope avec la même violence verbale, et la même sanction si vous lui refusez (je n’ai pas de clope, je ne fume pas), à savoir au choix: "raciste, salaud, menteur…"

    Quand au histoire, moi j’en ai une autre. Je me promène un soir dans les rues d’une ville de France, j’entends des bruits au bout de la rue et je vois une femme qui est suivi plus ou moins bien par un homme a priori ivre.
    Elle lui lance des "laisse moi connard" assez vigoureux et lui insiste et la suit un peu à distance.
    Je passe la demoiselle, qui a l’air passablement énervée, et je m’apprête à croiser le monsieur.
    Je lui lâche un gentil (avec le sourire) "je crois que cette demoiselle aimerait rester seule et que tu devrez arrêter de la suivre, çà va l’énerver", pas envie de l’énerver, il est bourré, nettement plus fort que moi, j’ai pas tellement envie d’avoir à me battre.
    Et là, la-dite demoiselle arrive et me lance "laisse mon copain tranquille!"
    J’étais sur le cul, et en plus, elle n’était pas bourrée, ce n’est pas des junkies, juste des jeunes, et lui était le seul bourré.

    Je vais à la terrasse d’un café un peu plus loin (mon objectif premier), je commande mon café et commence à lire.
    Un quart d’heure plus tard, les voilà qui repassent, lui toujours aussi bourré, elle toujours aussi énervée, mais apparement ils marchent ensemble.

    Je dois dire que çà m’a énervé cette histoire, parce que, comme vous le racontez si bien, dans 99.99% des cas quand une fille se fait suivre comme çà, c’est qu’elle ne le veut pas, et dans de nombreux cas (je pense surtout dans les grandes villes) il n’y a personne pour intervenir.
    Et là, alors que justement j’interviens, et si ça n’avait pas été moi ça aurait été quelqu’un d’autre, j’en suis sûr vu l’endroit et l’heure, c’est un faux cri d’alerte.

    Enfin bref, je suis un mec, et j’avoue ne pas trop savoir ce qu’il y a à faire pour tous ces comportements que vous décrivez ne cessent. Je pense que c’est très lié à l’éducation tout çà et au respect. Je ne vais pas mentir en disant que "non je ne regarde jamais les fesses des filles", mais c’est clair que je ne m’adresse qu’aux visages et à aucune autre partie de l’anatomie féminine.
    Je me souviendrai toujours de ce type dans la rue, qui non content de drager ma copine alors que nous étions ensemble et que notre comportement laissait peu de doutes quand à notre relation, avait toujours la tête baissé, le regard droit vers la poitrine, sans doute une nouvelle forme de strabisme, ou alors un problème au cou sans doute.

    Surtout ne changez pas vos habitudes vestimentaires pour quelques cons, ce serait un gâchis énorme que de vous voir vous formatter selon les désirs de ces cons. La personnalité d’une personne transparait à travers son comportement et son habillement, ce serait dommage que les femmes doivent renoncer à se faire plaisir en s’habillant comme bon elles le semblent tout çà à cause de ces irrespectueux.

    my two cents…

  • #219 Hélène le 16 octobre 2006 à 15 h 40 min

    Et toc ! Merci atryu, et bienvenue à toi !

  • #220 Chipolata le 16 octobre 2006 à 16 h 37 min

    Tiens, juste en passant, copier-coller d’un vieil article d’un ancien blog à moi… (mon dieu ce que je trouve ça mal écrit aujourd’hui, d’ailleurs)

    Aujourd’hui, jungle urbaine version lionne ! je me sens forte, belle, conquérante. Je souris le plus souvent aux hommes qui me sourient poliment, le regard des autres non accompagné d’incivilités me flatte. La proie devient prédatrice: j’ai à plusieurs reprises hurlé sur des mecs qui ne savaient pas se tenir ; ce genre là a peur des femmes qui se défendent. Rien de plus jouissif que de voir un pervers se tirer la queue entre les jambes parce que tu cries plus fort que lui. J’ai beau être un petit format niveau taille, mon coffre est impressionnant quand je veux vraiment donner de la voix.

    Je me baladais un soir dans les rues de mon ancienne ville. J’entends deux mecs discuter : « tu crois que c’est des vrais ? » en parlant de mes seins (je précise, je n’étais pas en décolleté !). J’hésite l’espace de deux secondes entre l’indifférence et l’envie de médire de la gent masculine en général mais je finis par me retourner et leur lancer avec un grand sourire « et ouais mon pote ! ». Sur le cul, les mecs ! j’avoue que j’étais assez fière de moi sur le coup… je n’ai rien contre les mecs qui matent, mais si on fait des réflexions, il faut s’attendre à un retour, non ?

    Une autre histoire m’est arrivée dans cette même ville. J’étais assise dans le tram, et j’entends dos à moi :

    – ….. et on va prendre un café

    – Non.

    – Bon tu me donnes juste ton numéro, alors !

    – Non.

    -Alors je te raccompagne chez toi…

    – Non.

    Je me lève pour descendre à l’arrêt suivant. Je vois une très jeune fille, qui a l’air terrifié. Un homme d’une cinquante d’années se tient debout juste devant elle, appuyé contre la paroi, ce qui empêche la jeune fille de bouger. Je la regarde, et je comprends que quelque chose ne va. Je lui fais des signes avec les mains, que faire pour l’aider ? elle me lance un regard suppliant…

    [chipolata]: …. Euh, ah, salut, comment ça va ? [avec la voix chevrotante, je suis sous le coup d’une sacrée émotion !]

    Elle : aaaah ! très bien et toi !! [encore moins naturelle que moi]

    J’embraye sur la suite, et lui propose de venir boire un café avec moi « ça fait longtemps ». Elle accepte évidemment avec plaisir ! le mec est un peu déboussolé, il ne comprend pas ce qui se passe (et ouais, la solidarité féminine, ça en dépasse certains).

    On descend du tram, je tente de la rassurer : « salut, je m’appelle [chipolata], t’en fais pas, je gère, t’affoles pas, il ne peut rien t’arriver ». L’homme est descendu derrière nous. Il interpelle la jeune fille (appelons-là Jen). Je me retourne, j’ai retrouvé toute mon assurance « vous n’avez pas compris monsieur ? mon amie ne veut pas vous parler. Laissez-nous maintenant ».

    Jen est vraiment très choquée. On entre dans un café « s’il nous suit, t’en fais pas on va dans un endroit public, tout va bien ». Ca ne rate pas, il entre derrière nous « on s’assied où les filles ? ».. Et là, je fais une démonstration de ma voix. Je hurle « ça suffit maintenant ! vous nous foutez la paix où j’appelle les flics ! » et le courageux qui affronte plus fort que lui s’en va tout penaud.

    Je raccompagne Jen à un bus, elle n’arrête pas de lui répéter que je lui ai sauvé la vie. Le mec lui avait dit avant que je n’entende la conversation des amabilités du genre : « on va allez chez toi, je vais te bouffer la chatte dans l’escalier ». En fin de compte, je pense qu’il aurait pu lui arriver de gros ennuis. Elle avait beau être ferme (j’entends encore ses « Non ») face à lui, elle manquait d’autorité. En tout cas elle est rentrée chez elle saine et sauve, et j’espère bien brieffée sur l’attitude à avoir dans ce genre de situation (rentrer dans un endroit public,etc).

    L’homme n’avait pas une carrure d’athlète, mais dépassait largement mon mètre soixante (et encore, je suis plus petite que ça ^^) et mes cinquante kilos. Je n’ai pas hésité un instant à intervenir alors que Jen m’avait raconté que trois jeunes hommes avaient vu sa détresse (il n’y a vraiment pas d’autre mot), l’avaient regardée d’un air compatissant (super !) et basta.

    J’hésiterais encore moins la prochaine fois.

    Je me sens femme, je me sens forte, j’aime séduire et être séduite, mais j’abhorre l’usage de la violence physique ou psychologique. J’ai l’impression de porter le drapeau de la féminité exaltée et bafouée ! Et même si je dois un jour me prendre un poing dans la figure, je préfère y laisser deux dents que de risquer qu’une jeune fille se fasse agresser sous mes yeux.

    Tout ça pour dire… halte à l’indifférence. Il y a des douleurs insupportables qui ne devraient pas exister. Et si on peut chacun dans la mesure de ses modestes moyens, contribuer à les arrêter, nous devons intervenir.

    Je parle aussi pour toi. Ne baisse pas les yeux la prochaine fois.

  • #221 Kilis sex symbol le 16 octobre 2006 à 18 h 11 min

    Il y a une réponse que j’avais faite à un "tu es charmante mademoiselle" qui avait scotché le lourd : "je saiiis" avec le sourire qui va bien :-D

    Ou alors "la basse flatterie ne vous mènera a rien" (ça c’est pour le mec qui tente de te draguer ET de t’enroler dans Hare Krishna, si si, ça se fait aussi, je trouve ça scandaleux qu’on les laisse faire ça en plein jour).

    Remarque, cette semaine j’ai trouvé pire que le dragueur lourd : le rabatteur lourd des coiffeurs de chateau d’eau.
    Alors là pour s’en débarrasser c’est die hard, je suis même pas sure que les solvants pour super glu fonctionneraient.
    D’habitude, je réponds. Là, je les ai ignorés (je ne te vois pas, je ne t’entends pas, tu n’existes pas, je vois même à travers toi – ça se travaille, le regard dans les yeux de la vendeuse derrière le mec).
    Ben ça marche pile poil. A part un qui a voulu me suivre jusqu’au passage brady.
    Si au moins ils servaient à porter des paquets pfffff.

    Je crois que c’est ça l’ennui. L’inutilité du gros lourd ;-)

  • #222 Hélène le 16 octobre 2006 à 18 h 58 min

    Oui bien sûr voir à travers quelqu’un est parfois efficace Kilis, c’est ce que je fais la plupart du temps, mais dans certains cas, comme celui rapporté par chipolata, ça ne suffit malheureusement pas.

    Comme toi chipolata j’ai tendance à être souvent en alerte dans le métro, par exemple quand je capte qu’il se passe un truc bizarre ou qu’une fille a la trouille pour une raison ou une autre. En revanche je n’ai jamais eu à faire ce que tu as fait, et que j’applaudis à deux mains et admire.

  • #223 kokoro le 17 octobre 2006 à 13 h 36 min

    "tombé" ici par le hasard des liens en cascade, je me permets d’intervenir malgré la quasi absence de commentaires "masculins". Je suis assez sidéré par toutes vos histoires, surtout celle de chipolata….
    Je voulais juste vous dire qu’il y a quelques années j’ai pris conscience du coté agressif du regard "masculin" genre maquignon. Je ne saurais dire comment exactement, c’est venu petit à petit. S’il m’arrive de regarder une jolie femme, j’évite de m’apesentir sur elle. Mais à fuir ainsi le "contact visuel", je me demande si je n’en devient pas anormal….
    Mais il est vrai qu’il n’est pas simple pour un quidam lambda d’aborder de façon originale une femme. Ce qui n’empêche pas de rester courtois en cas d’échec, après tout ça fait partie du "jeu".
    Je crois en fait que toutes ses attitudes sont dictées par un manque de confiance en soi et un manque de connaissances de l’autre. Et le poids des "traditions" pèse, la femme a été si longtemps dépendante de l’homme finacièrement et socialement. Les choses évolues même si s’est à petite vitesse. Je me trompe sans doute, mais j’avais l’impression que ce que j’ai lu ci-dessus était de plus en plus rare.
    Je ne sais pas si j’ai été clair dans ce commentaire, j’ai apprécié votre humour tout au long de ce billet.

    Petit PS, au sujet de la "solidarité féminine" évoquée par chipolata. J’ajouterai que dans ce genre de situation une "solidarité masculine" envers la femme devrait conduire les hommes autour à recadrer l’agresseur (car dans cet exemple il s’agit bien d’une agression (même si elle reste verbale) intolérable)

  • #224 Hanneton le 17 octobre 2006 à 14 h 02 min

    Il existe plusieurs parades pour refouler les importuns, celle que je préfère c’est de m’exprimer dans des termes encore plus crus que mon grossier interlocuteur, genre "si je veux me faire faire (ce que le type dit), j’ai un gentil mari chez moi qui me fait tout ce que je veux et que tu peux même pas imaginer" !
    Un jour où je promenais mon chien j’ai reçu une proposition de galipette de la part d’un autre promeneur de chien (genre : pendant que nos chiens s’amusent on pourrait peut-être..), et je lui ai répondu que chez moi dans ma petite maison j’avais tout ce qu’il me fallait sur ce plan-là, et le type a été vachement sympa, il m’a dit il a du pot, vot’ mari, à quoi j’ai répondu qu’on avait du pot tout les deux, et le type s’est éloigné en me disant : "au revoir, camarade" !
    Mais, ça se passait dans un bois, pas dans le métro parisien, et je crois que dans la nature il est plus facile d’être…naturel !
    D’ailleurs, dans 18 mois, je retourne définitivement à la campagne, Paris, même en banlieue, c’est rop inhumain !

  • #225 Hélène le 17 octobre 2006 à 18 h 28 min

    Je ne suis pas d’accord avec ta « parade » Hanneton, parce qu’elle sous entend que pour avoir la paix, la femme doit dire qu’elle appartient à un homme (« j’ai ce qu’il faut à la maison »).

    Or non, la femme doit avoir la paix toute seule. Je ne juge absolument pas ce que tu dis hein, mais je constate avec consternation qu’on en est encore là : se mettre sous la protection (symbolique ici) d’un homme. En presque 2007. En France. Pffffffffff.

    kokoro je pense que tu n’as pas lu tous les commentaires, sinon tu aurais lu qu’il n’y a pas de façon originale d’aborder une femme dans la rue, tout simplement parce qu’on n’aborde pas une femme dans la rue. Du tout. On lui fiche la paix.

  • #226 atryu le 17 octobre 2006 à 19 h 29 min

    @Hélène (225): je ne suis pas d’accord avec ton dernier commentaire, enfin surtout avec ses conséquences: on n’aurait plus le droit de parler à personne, nul part? On ne va pas devenir une société américaine, où si on dit à quelqu’un "sympa ton pull aujourd’hui" ou "tu as de nouvelles bottes?" on va se faire menacé d’être attaqué pour harcélement séxuel?

    Ce qui m’énerve le plus de notre société actuelle, c’est que personne ne parle à personne, et de plus en plus (enfin de moins en moins ;o). Du coup quand enfin y en a qui l’ouvre, on pense tout de suite que c’est de la drague. Moi je milite (doucement mais à ma façon) pour les phrases perdues, lancées au hasard pour faire plaisir, sans aucun sous-entendu.
    Pourquoi un compliment sur une tenue serait forcément un synonyme de "j’aimerai bien faire des choses avec vous…hum…"? Pourquoi on ne peut plus faire une gentillesse sans que forcement l’autre en face se méfie?

    J’ai l’impression qu’on stérilise notre société, qu’on cherche à isoler les individus.

    Attention, je comprends parfaitement les histoires que vous racontez ici, c’est inadmissibles, et je pense qu’il faudrait une loi pour reconnaître un tel comportement comme violence, car s’en est. Le harcélement moral et sexuel, çà commence bien avant tout acte physique, et je trouve qu’on tolère (j’entends les gens dans la rue, donc la société) beaucoup trop de ces comportements.
    Cependant je dis attention à ne pas renfermer les gens plus qu’ils ne le sont aujourd’hui, apprenons à devenir aimables, à tenir les portes aux gens (hommes ou femmes, je ne parle pas de galanterie, mais de politesse, tout simplement) laisser son siège dans le métro si on n’est pas fatigué, dire merci, surtout bonjour, sourire, ne pas suspecter les gens dès le premier regard.

    J’ai l’impression que plus on est nombreux à vivre au même endroit (grande ville) moi on vit ensemble…

  • #227 Hélène le 17 octobre 2006 à 19 h 37 min

    Ton commentaire est très intéressant atryu, ça fait avancr et réfléchir ! Je suis la première à parler aux gens dans la rue, à faire des compliments facilement, à dire des trucs gentils gratuitement… Quand un comportement va être « harcelant » ou violent (même verbalement), on le sent généralement assez vite et on peut faire le tri, mais je suis d’accord avec toi, ça n’empêche pas d’être attentif aux autres, même s’ils sont trop nombreux (la surpopulation rend dingue, c’set bien connu, et vivant à Paris, je peux le confirmer).

  • #228 Olivier le 17 octobre 2006 à 20 h 37 min

    Salut,
    merci pour l’accueil, Hélène ^_^

    Amusant, le taxage de clopes dont parle atryu, ça me rappelle un coup où je me suis fait draguer dans la rue – et oui parfois les filles s’y mettent, mais c’est rarissime. Je stationnais sur un parvis depuis un bon moment en regardant mon plan de paris. Donc une fille m’aborde et me dit "Vous auriez une cigarette ?" Enfin du moins, c’est ce que je comprends et je réponds plutôt machinalement (avec l’habitude de me faire taxer sans arrêt) "Ha non désolé". Elle paraît un peu surprise de la réponse, et repose la question : "Est-ce que je peux vous offrir une cigarette ?" Haaa, oups je me dit : la gaffe ! C’était l’inverse en fait, d’où son étonement. Et bon finalement, j’ai finit par répondre un peu gêné : "heuuu, non merci"

    @atryu : les lois existent déjà, c’est juste qu’elles sont encore trop peu appliquées et avec trop peu de fermeté. Parfois c’est même la volonté de les appliquer qui fait défaut. En tous cas je suis d’accord sur le fait qu’il ne faudrait pas s’américaniser à outrance.

  • #229 Kilis sex symbol le 17 octobre 2006 à 23 h 08 min

    Je rebondis sur le commentaire d’Atryu : je crois que de nos jours, la norme est tellement lisse que tout ce qui dépasse est dangereux.

    J’ai eu la surprise (doux euphémisme : j’ai failli en tomber de ma chaise) de découvrir que j’ai mis mal à l’aise un homme, pourtant nettement plus âgé que moi, à cause de mon enthousiasme débordant vis-à-vis de lui (qui est retombé depuis, c’est le genre de réflexion qui vous douche une Kilis).

    Motif : il s’est senti dragué, et ça ne lui a franchement déplu (version édulcorée, je pense).

    Depuis, je suis plongée dans des abîmes de perplexité. Je ne le draguais pas (je ne drague jamais, par principe. si c’est bien l’homme de ma vie, il se reconnaîtra tout seul. oui je crois au destin, et alors? ;-)). Et en admettant que je le drague effectivement, où est le problème? Je n’allais pas le violer sur place et en public, non plus.

    (Hélène témoignera que si j’ai des montées d’adrénaline visibles, j’évite de baver et de lancer des regards salaces :-D)

    Bref. Je suppose qu’il a du se sentir dans la position des filles draguées dans la rue : l’impression d’être une patisserie (la viande, je ne suis pas fan), que je lui manquais de respect, que je l’agressais. Alors que ce n’était pas du tout l’esprit : je crois que j’admirais cette homme presque autant qu’Hélène, ce qui n’est pas peu dire.

    Parfois, je crois qu’on juge un peu hativement des tentatives maladroites d’exprimer son admiration…

  • #230 atryu le 17 octobre 2006 à 23 h 20 min

    @Kilis: je suis bien d’accord, impossible quand on est un homme de faire le moindre compliment à une fille sans être automatiquement et inconsciement jugé.
    Combien de fois, pour avoir simplement adressé la parole à une fille sans aucune arrière pensée (et oui je suis un grand naïf moi aussi), je me suis fait jugé, alors au choix, j’ai eu droit aux réactions genre limite hostiles "casse toi t’as aucune chance" (aucune chance, mais enfin, je vous faisais juste un compliment, à quel moment avez-vous entendu, j’ai envie de vous?, anyway..) et aux réactions inverses genre ok je veux bien approfondir cette conversation autour d’un café (euh en fait c’était juste un compliment, on se calme…)
    Moi çà me pèse beaucoup de me savoir en permance juger sur des intentions qui ne sont pas (toujours, eh oui je drage quand même de temps en temps) les miennes, comme si toutes relations hommes femmes fortuites étaient forçément biaisées, et que seules rencontres dans un cadre autre que fortuit (professionnel ou une soirée entre amis) peuvent ammener à autre chose que la dualité oui/non pour la drague ce soir.

    dommage…

    @Olivier, moi aussi il paraîtrait que je me suis fait déjà dragué par une fille, mais çà doit être mon côté martien, çà m’est toujours passé au-dessus de la tête. Je me suis même retrouvé une fois à draguer une fille qui était en train de me draguer, elle en revenait pas que je n’ai rien vu. C’est mon côté martien. Au moins, de mon expérience, je n’ai jaimais trouvé çà lourd, contrairement, je pense, à ce que la drague version masculine peut donner (enfin à en voir tous les commentaires postés ici)

  • #231 Hanneton le 18 octobre 2006 à 18 h 58 min

    Non, Hélène, ma "parade" ne sous-entendait pas que pour avoir la paix la femme doit DIRE qu’elle APPARTIENT" (ça, c’est toi qui le dis) à un homme ; je ne sous-entendais rien en l’occurrence, je disais simplement à cet homme que j’étais seule maîtresse de mon choix – et c’est d’ailleurs tout aussi vrai face à mon mari- et si j’ai mentionné mon mari c’est juste que j’en ai un…et que c’est avec lui et aucun autre que je fais ce genre de choses. Je n’oblige personne à adopter cette attitude, mais en y réfléchissant je trouve dommage que le simple fait de mentionner un mari te fasse penser que c’est "se mettre sous la protection d’un homme" : or, je trouve, moi, que je me suis mise sous ma protection à moi, en me défendant avec les arguments de ce qui me semble important POUR MOI. Et au lieu de prendre un bazooka pour pilonner l’adversaire, j’ai préféré "parler" avec, ce que je n’aurais certainement pas fait lorsque j’étais plus jeune mais que je fais bcp plus maintenant, si je perçois que c’est possible. Le fait que j’aie un mari ne me protège que si j’ai la conscience aigüe que mon couple a une vraie valeur, et non pas parce que l’homme me protégerait physiquement le cas échéant…Dans l’adversité, quelle qu’elle soit, la psychologie, la conscience des choses et des gens, la réflexion sur le risque et le danger sont des données importantes. Plus on est droit à l’intérieur, plus on en impose à l’extérieur…Chacun a à l’intérieur de soi, quelque chose de très important et très intime qui mérite d’être défendu, et c’est à chacun de découvrir sa légitimité à défendre, sa légitimité à SE défendre…même devant de vils dragueurs…qu’il n’est pas obligatoire de passer par les armes ! Se défendre fait partie de la vie, ce n’est ni nouveau, ni étonnant, quand on sait qu’on finit tous les pieds devant. L’idée, c’est que tant qu’on est sur ses pieds, il arrive toujours un moment où l’on doit le dire suffisamment fort pour être respecté…sans pour autant forcément sortir un revolver, un flic ou un mari bâti comme une amoire à glace (ce qui n’est pas le cas du mien). Parfois, il y a autant d’intelligence à battre en retraite, et sans délai …

  • #232 Hélène le 18 octobre 2006 à 20 h 47 min

    Sur l’intelligence à battre en retraite dans certaines situtations je te rejoins tout à fait Hanneton.

    Ce que je voualis dire, et que j’ai sans doute fait avec maladresse, c’est que pour certains vils dragueurs, le seul moyen de respecter une femme est de savoir qu’elle « appartient » à un autre. Et que la tentation est forte (et on ne puet plus humaine) de se servir de ça pour se protéger.

    Par ailleurs j’aime beaucoup ta phrase « plus on est droit à l’intérieur, plus on en impose à l’extérieur ».

  • #233 Hanneton le 19 octobre 2006 à 10 h 40 min

    Tu ne t’es pas exprimée avec maladresse, Hélène, c’est très clair, au contraire. Mais, est-ce que, parce que je suis mariée, je devrais NE PAS le mentionner parce que c’est trop facile et que cela suffit à dissuader le potentiel agresseur de son agression ? Tu saisis certainement ce que l’argument a de spécieux…
    Selon moi, il est vain d’imaginer ce que pense le mec en face. Le seul pouvoir que j’ai est de gouverner mes pensées à moi, d’y mettre de l’ordre et, le cas échéant, d’en faire état avec sincérité.
    Beaucoup de femmes seules ont (parfois) un problème, y compris celles dont le maris n’est pas juste à côté d’elles. Ou bien le problème est grave et urgent et dans ce cas tous les coups sont permis pour se défendre, y compris mentir (au besoin en s’inventant un mari !), ou bien on peut discuter et on est donc ramené à la case précédente…
    Un proverbe dit : "comme son connaît ses saints on les honore", je suis tentée de dire : comme on connaît les cons on leur répond !
    Mais je ne crois pas qu’on gagne beaucoup de temps à imaginer un monde où les mecs n’agresseraient pas les filles. Il ne faut rien imaginer, il faut vivre, et la réalité des choses, si raboteuse soit-elle, est un bon terrain pour progresser à l’intérieur de soi, devenir plus fort, plus fiable et plus confiant.

  • #234 rené le 19 octobre 2006 à 10 h 44 min

    je suis un homme de 38 ans et je me suis mis a lire vos mécontentement sur certains hommes qui essaye de rencontrer l’ame soeur des la rue, je pense que vous étes un peu injuste, qu’est qui est mieux drager dans une boite de nuit ou il fait sombre , ou dans la rue là ou on peu voir son visage, un homme qui dit bonjour dans la rue n’ai pas forcément un obsédé

  • #235 Hélène le 19 octobre 2006 à 11 h 06 min

    rené tu n’as manifestement pas lu tous les commentaires, si tu crois que tu vas rencontrer l’âme soeur dans la rue. Et pourquoi vouloir absolument rencontrer l’âme soeur d’ailleurs ? Il n’y a pas que le couple dans la vie, il serait temps de sortir un peu des schémas traditionnels.

  • #236 rené le 19 octobre 2006 à 12 h 41 min

    bonjour hélène, c vrais je nest pas tout lu, mais le peu que j’ai lu ma un peu outré, tu dit " il n’y a pas que le couple dans la vie"??????????
    et de sortir du schéma traditionnels
    que veut tu dire part là???????

  • #237 Hélène le 19 octobre 2006 à 14 h 56 min

    rené c’est pas un chat ici, ni un Forum, donc le plan « on discute à deux pendant des heures sans s’occuper des autres », c’est pas possible ;-) Et c’est pas le sujet de ce billet, en plus ;-) Si tu veux absolument mon avis sur la vie en général (ce dont je doute), tu peux me joindre par mail.

  • #238 Ariane le 19 octobre 2006 à 19 h 20 min

    Bonjour,
    je voudrais réagir à l’intervention de chipolata (de lundi dernier, désolée je viens de découvrir ce blog) : bravo pour ton intervention !
    Une fois j’ai croisé deux grands garçons qui portaient un petit garçon qui visiblement n’avait pas l’air d’accord. Ils n’étaient pas en train d’embêter une jeune femme, mais je suppose que c’était le même genre de lâches qui voulaient prouver leur force (à deux grands contre un petit). Je venais dans l’autre sens, deux secondes pour ne pas comprendre ce qui se passe, sauf qu’un faible se fait embêter par deux connards. Que faire ? Rien, je me suis arrêtée, je les ai regardés fixement, l’air interloquée, du haut de mon 1m61. Mais vraiement fixement, j’espérais que mon regard leur disais, "non mais vous croyez quand même pas faire ça en toute impunité". Ils ont dû se sentir bêtes, ils ont laché le petit qui est reparti en courant, en pleurant, en tremblant. Et ils ne m’ont rien demandé…
    Un jour aussi j’ai répondu à un type qui me suivait en scooter sur le trottoir en me disant que j’étais très sexy (c’est vrai, en été parfois je met des robes) "vous savez que c’est dangereux de rouler en scooter sur un trottoir". Il m’a foutu la paix, mais bon il n’était pas vraiment méchant, mais mon copain après m’a dit que je prenais des risques à répondre ainsi… Pourtant je pense que si je ne suis pas agressive, pourquoi les autres seraient agressifs ? Chipolata a raison, ne jamais se laisser embêter, ni laisser un plus fort lâchement embêter un plus faible d’ailleurs…

    Bon, aller, je vais mettre ma panoplie de Calamity Jane, et trainer un peu en ville ce soir ;-)

  • #239 Hélène le 19 octobre 2006 à 20 h 44 min

    Merci beaucoup Ariane pour ton commentaire. Vraiment. Et sois la bienvenue parmi nous ! ;-)

  • #240 Lilou le 23 octobre 2006 à 18 h 03 min

    Ma technique à toute invitation de rendez-vous, échange de numéro, boire une verre est de jouer à con-con et demi et de répondre "bah pour quoi faire?" En général ça marche… le type ne sais pas quoi répondre et se barre vite fait!

  • #241 sof frankenstein le 23 octobre 2006 à 18 h 48 min

    Mon ami me disait au début quand je lui racontais combien c’était dur d’être abordée dans la rue tout le temps, de devoir regarder par terre, d’éviter les regards, éviter de sourire, que je n’avais qu’à leur rire au nez. Il ne se rendait pas compte, jusqu’au jour où on s’est retrouvés dans le marais lors d’une soirée, et là, hahaha ! Il a compris ce que ça faisait d’être considéré en toute impunité comme un jouet sexuel qu’on peut manipuler! Il n’a pas arrêté de se faire entreprendre, avec mains à l’appui. Je conseille à toutes les filles d’envoyer leur mec dans le marais pour qu’ils comprennent un peu. Ma technique qui marche et qui soulage : s’arrêter, se mettre en face du type et répéter bien fort dans la rue ce qu’il vient de vous lâcher. Par ex : un type vous croise et vous dit : "t’as de beaux sein" et vous vous arrêtez, vous le regardez et vous dites à haute voix, bien fort pour que tout le monde entende : "Pardon, j’ai mal compris, vous venez de me dire que j’ai de beaux seins?" Ca marche super bien, ils sont confits, c’est drôle, et surtout de le faire calmement régulièrement, ça défoule trop, car on n’est pas pris au dépourvu et agressée : on est prête à se défendre du tac au tac. Merci d’avoir lancé ce sujet inépuisable, les hommes ne se rendent pas compte. Et j’ai pas envie de me faire dicter ma façon de m’habiller et de vivre par ces complexés.

  • #242 Hélène le 23 octobre 2006 à 20 h 48 min

    Pas mal du tout Lilou ta réplique ;-))

    sof frankestein sois la bienvenue ! Je n’irai pas jusquà dire d’envoyer les mecs dans la marais pour eur apprendre la vie, ça me semble un peu réducteur, mais j’aime bien aussi ton type de réplique ;-)

  • #243 grenouillette le 30 octobre 2006 à 11 h 40 min

    à écouter d’urgence sur le thème de la "drague relou…

    Garçon- Le skoot

    (vous trouverez sur radio-blog)

  • #244 Anne Souééé le 10 décembre 2006 à 22 h 24 min

    ola ninas!!
    Perso, il m’est arrivé de me faire draguer par les plus jeunes comme les plus vieux… ( de 7 à 77 ans limite sur le lit de mort); du plus sympa au un peu plus agressif…et du très moche au plutôt très attirant ( c’est à celui que j’arrive pas à répondre tellement j’ai le coeur qui bat !!! faut gerer quand même )..Mais jusque là,c’est peu, ou pas, parti en cacahuète..parce que je pense que tout est dans l’art de gerer la chose..Sans ignorer, on peut répondre poliment "bonjour" tout en traçant (même si j’ai eu une fois un acharné qui a fait demi tour sur 50m pr me faire stoper ), "merci, c est gentil" ou encore "c’est sympa mais j’ai un cheri que j’aime beaucoup ou aujourd hui j’ai vraiment pas envie de parler…" et en étant souriante quoi…Jusqu’a present sauf grave mauvaise humeur ça marche…Puis faut savoir ce qu’on veut..Si personne nous regarde ou fait une remarque sympa, on déprime…et quand ça arrive, même si c’est hyper maladroit, on râle..Faut prendre ça pr ce que c’est, des tentatives d’approches de la gente féminine (pt etre sans classe !) et pas grand chose de plus..Et je suis sûre que meme si sur le coup ça énerve le ‘bonjour mademoiselle, un ptit café" ou quoi, après on se dit quand même qu’on doit pas être si mal alors ! Et on en rit doucement même si c’etait vraiment pas james dean enfin surtout parce que c’etait pas james dean….Un peu de simplicité et parois on peut aussi être amené à discuter sympathiquement et à repartir chacun de son côté..ça finit pas toujours en bataille d’insultes..Y a beaucoup de nanas aussi qui cherchent à attirer l’oeil par tous les moyens et qui, dès qu’on a le malheur de leur faire une petite reflexion, enchainnent comme des sauvages…A croire que c’est ce qu’elles cherchent…Shai pas, y a souvent un manque de simplicité quoi..de la part de tout le monde

  • #245 Hélène le 11 décembre 2006 à 8 h 50 min

    Anne Souééé sois la bienvenue. Je pense que si tu lis les commentaires au-dessus, tu verras assez vite que la plupart d’entre nous ne souhaite absolument pas qu’on lui parle dans la rue, et ne déprime pas si on ne lui fait pas de remarques ;-)

  • #246 margaux le 15 décembre 2006 à 17 h 33 min

    bonsoir
    je lis avec un peu de retard ce sujet très intéressant et j’aporte ma pierre à l’édifice
    je me fais parfois draguer dans la rue mais ca reste léger
    en revanche, je me fais klaxonner en permanence. que j’aille faire les courses, que j’en revienne, chargée comme un mulet, que je sois vétue d’un pantalon, d’une jupe ou de n’importe quoi, je me ramasse, en vingt minutes, une dizaine de coups de klaxon. et je ne supporte plus.
    Parfois je me dis "bon, c’est normal, t’as vu comment t’es habillée la" (un peu comme si je les excusais) mais non, je suis habillée normalement et je me fais klaxonner en permanence
    ca vous arrive à vous de vous faire klaxonner?

    nb : je précise que je ne suis ni jolie ni moche, je suis normale

  • #247 Hélène le 15 décembre 2006 à 19 h 23 min

    Tiens c’est biazrre margaux de se faire klaxonner mais pas draguer dans la rue ? Peut-être que tu as l’air sûre de toi, du coup le mecs ont peur, du coup ils restent courageusement à l’abri dans leur bagnole ? ;-)

    Et je t’en conjure, ne tombe jamais dans le truc « bon c’est normal, t’a vu comment tu es habillée ». C’est sur la même base que se posent les gens qui disent « elle s’est fait violer mais elle portait une minijupe ». L’horreur..

  • #248 margaux le 16 décembre 2006 à 23 h 31 min

    oui c’est sur. mais non. moi je ne subis pas la drague lourde dans la rue. au pire, quand je me fais draguer, ca me met de bone humeur, sans doute parce que c’est fait avec finesse. en revanche les klaxons… ca a commencé quand j’avais 18 ans, j’en ai 25 aujourd’hui et je fais mes bons 5 km par jour… alors forcément j’ai eu des milliers de coups de klaxon.
    Un jour je me suis demandé si je devais réagir. les regarder. les saluer? leur tirer la langue? mais je ne coure pas très vite avec mes talons hauts et je ne souhaite pa sparticulièrement me faire violer. alors je fais comme si je n’avais rien entendu
    en fait,comme je sais que je vais me faire klaxonner, je suis dans mon monde et parfois je les entends, souvent je n’y fais plus gaffe.
    jen ai parlé à des amis et visiblemen je suis la seule à être victime de cette agression…

    peux être que je suis d’une beauté foudroyante lol… et qu’effectivement ils préfèrent me témogner leur admiration prudemment protégés par leur voiture!!!!

    allez chiche la prochaine fois, au feu rouge, j’ouvre la voiture et je leur demande de traduire ca en français!!!

  • #249 Marioune le 3 janvier 2007 à 19 h 51 min

    Exactement!
    Les types qui m’ont foutu des mains aux fesses hier soir en boite sont des mufles…
    Les types qui m’ont foutu une main aux fesses dans le métro à l’heure de pointes sont des pervers…
    Les flics qui me proposent un café quand je viens porter plainte pour vol de portable sont des incompétents…
    Les types qui balancent un "t’es trop charmante, t’es trop la femme de ma vie" sont des imbéciles heureux…
    Pourquoi les hommes ne comprennent ils rien aux femmes? Question à traiter!
    A 18 ans, je trouve qu’il est bien triste de se rendre compte que c’est fichu d’avance.

  • #250 Hélène le 3 janvier 2007 à 20 h 02 min

    Mais non Marioune c’est pas fichu d’avance, simplement les mecs intelligents s’expriment moins bryamment que les gros lourds, moyennant quoi on ne voit plus que ces derniers (c’est comme pour tout, ceux qui font le plus de bruit ne sont pas forcément les plus nombreux).

    Margaux je ne pense pas que tu te fasses violer si tu répliques aux coups de klaxon, il y a trois jours j’ai encore traité de connard un mec qui me regardait passer avec concupiscence en me disant que j’était tout à fait son style, ça l’a juste fait marrer…

  • #251 rose le 11 février 2007 à 1 h 26 min

    j’ai dit à un type très grossier et drageur : dommage vous êtes beau!
    Il s’est excusé!

  • #252 Hélène le 11 février 2007 à 10 h 55 min

    Pas mal, rose ! ;-) Bienvenue à toi !

  • #253 David le 11 février 2007 à 11 h 33 min

    Coucou,

    Il a fallu que je remonte au tout début de ce fil pour découvrir ce dont il était vraiment question :-p (et il est long ce fil ^_^)

    En le remontant, donc, je suis tombé sur cette citation qui m’a interpellé

    "L’homme n’avait pas une carrure d’athlète, mais dépassait largement mon mètre soixante (et encore, je suis plus petite que ça ^^) et mes cinquante kilos. Je n’ai pas hésité un instant à intervenir alors que Jen m’avait raconté que trois jeunes hommes avaient vu sa détresse (il n’y a vraiment pas d’autre mot), l’avaient regardée d’un air compatissant (super !) et basta."

    Le problème, dans ces cas là, c’est comment réagir ? Tout en finesse et en subtilité, en faisant mine de reconnaître la jeune fille et la tirer d’affaire élégamment ? En procédant avec fermeté, prêt à user de violence ?

    C’est un peu bête à dire, mais quand on est rarement confronté à la violence, on ne souvent sait pas trop comment y réagir. : /

    Il y a là sans doute toute une éducation à faire, entre intervenir comme un preux chevalier et ne pas intervenir du tout, il y a de la marge qui laisse beaucoup de place à une intervention non-violente.

    Maintenant, il m’est déjà arrivé pour la part d’intervenir courtoisement mais fermement pour que de petites brutes laissent tranquille un petit qu’ils malmenaient. Un simple "Maintenant vous le laissez tranquille" suffit. C’est sans doute l’éducation familiale qui veut ça. :-)

    Pour parler de drague, puisque c’est le sujet, et qu’il a sacrément dévié depuis le billet d’humeur initial,

    Je me souviens d’une fille qui m’avait abordé parce qu’elle cherchait l’ENS Ulm pour y rencontrer quelques specimen (la pique du Mineur à l’égard des Normaliens :-p). Je l’avais gentiment accompagnée jusqu’aux locaux de l’école (je ne connais JAMAIS le nom des rues, généralement ça ne m’intéresse pas, je me satisfais de savoir comment m’y rendre). Au final, elle m’avait recontacté quelques jours plus tard, après avoir pris mon adresse. :-)

    Sinon, il m’est déjà arrivé de faire une rencontre agréable dans un aéroport, sur une intiative maladroite de ma part, et finalement nous avons pris un café sur son initiative à elle qui a rattrapé mon introduction lourdaute (sans doute quelque chose d’aussi transcendant que bonjour, vous aussi vous attendez l’avion ?), en attendant nos avions respectifs (c’est Ze inconvénient des aéroports, les destinations ne sont JAMAIS les mêmes, et avec ces fichus avions, il faut compter en centaines de kilomètres, argll).

    Par contre, je n’ai jamais essayé la drague dans la rue (je me fais draguer, c’est mieux :-p), il faut ‘attraper’ à la volée quelqu’un qui croise votre chemin et qui forcément ne va pas dans la même direction que vous, je préfère le naturel (aussi naturel qu’un hall d’aéroport ?) ;-)

    Et comme j’en suis à évoquer la drague dans la rue, mon frère s’était échiné à demander à des demoiselles dans Paris où trouver une maroquinerie pour acheter un porefeuille Lancel, à chaque fois qu’il entamait un "Excusez-moi…", les demoiselles traçaient en faisant mine de ne rien entendre.

    Du coup, il a pris sa grosse voix de gendarme "J’aimerais trouver une maroquinerie". Et là, c’est épatant, la demoiselle s’est retournée en s’excusant de ne pas avoir compris tout de suite que la demande s’adressait à elle, et surtout ravie de discuter avec un homme cherchant une maroquinerie. :-)

  • #254 La Cuiller En Bois le 11 février 2007 à 11 h 52 min

    David … tu ne te cantonnes qu’aux aéroports ?
    Pas aux gares TGV ?

    Je rigole … mais j’ai bien aimé le ton de ton intervention, qui mêle drague et lucidité.

    Ton frère "a payé" pour les malotrus. C’est souvent le cas.
    Et il n’est pas facile, à priori, de connaitre les bonnes intentions de l’interlocuteur, vu le nombre de fois ou l’on se fait échauder. Et honnêtement, on n’a pas envie systématiquement de s’arrêter pour vérifier …

    :-)

  • #255 Hélène le 11 février 2007 à 12 h 29 min

    J’aime beaucoup le coup de la maroquinerie ;-))
    C’est vrai que ça arrive souvent, de ne même pas s’arrêter pour un gentil garçon qui a vraiment besoin d’un renseignement ;-)
    Bienvenue à toi, David !

  • #256 David le 11 février 2007 à 13 h 19 min

    Merci :-)

    Pour le coup de la maroquinerie, mieux vaut ne pas avoir sa langue dans sa poche… sans l’avoir trop acerbe non plus ;-) Et puis, il n’a pas vraiment payé, il se demandait même si la demoiselle n’attendait pas en fin de compte qu’il l’invite à boire un verre ^_^

    Ca me fait penser à une petite blague (elle ne date pas d’hier, il paraît qu’elle vient de Montaigne, c’est tout dire ;-)

    Un timide entre dans un restaurant et commande des fruits de mer. Le serveur lui apporte son plateau de fruits de mer, ainsi qu’un bol où se rincer les doigts… Sauf que le bol n’a pas été rempli… Vous devinez la suite :-)

    Un peu plus tard, le serveur vient s’enquérir auprès du client timide si tout va bien, et s’aperçoit alors que le bol est vide… Stupéfait, il se demande si le client était tellement timide qu’il n’a pas osé demandé une carafe d’eau ;-)

  • #257 Angélique le 16 mai 2007 à 15 h 56 min

    Ouf, je me sen rassurée de voir que je ne suis pas la seul à subir ce genre de bêtises ni a m’en sentir offensé…

    C’est marrant (?!) car autour de moi, lorque j’interoge des filles a ce sujet, trés peu en ont l’air incomodé, au contraire, elles vont même le provoqués… Apparament elles sont contentes lorsque un gentil garçon parle a leurs seins, elles se sentent "flaté"….

    Je pense sincerement qu’il y a un probléme au niveau compréhension garçon/filles (même si je n’aime pas me l’avoué car ma colére me ferait dire "ce sont des cons un point c’est tout")… Car les filles qui on tendance à se découvrir un peu trop, avou, longtemps aprés, que c’était pour "plaire" au sex oposé. Mais bien sur, eux ne le prennent pas de la même façon…

    J’ai dailleur entamé plusieurs discusions avec certains qui, aprés avoir avoué que ca ne fesait pas forcement "plaisir" au "mademoiselle" de se faire regardé de haut en bas, n’arrivez pas admettre que celles qui se découvrent trop sont "inocentes": voici leurs réponses "oué mais yen a qui kiff bien qu’on les matent", "si, elles aiment ca"…. impossible de leurs expliqué…
    Et pourtant ! je pense que ca serait beaucoup mieux s’ils reagirait autrement face a se comportement, si les icones de la télé se rabillerais un peu plus, peutêtre que les filles en mal être aurait une possibilité de ressemblé à queke chose sans être perché sur leurs talons de chez le chinoi, leur jupe de jenyfer à ras des cuisses et leurs maquillage de barbie…

    Quoi qu’il arrive, on ne peut pas savoir si tels ou tel meuf veux qu’on la mate ou pas,on est bien d’accord et perso, j’aimerais bien pouvoir mettre une jupe ou un decolté tout en étant tranquille, sans sentir une paire d’yeux collé a mon cul ou un regard qui plonge sur mes seins …. (evidement je ne le fais pas car impossible d’être tranquille -_-)

    Il y a constaté qu’une sillouhaite est jolie, qu’ un visage est beau, mais il n’y a pas a se retourné, a plongé son regard et ne pas en décroché, pire, a siffler, interpelé… C’est tout simplement irespectueux et degoutant.

  • #258 Nanou le 2 décembre 2007 à 21 h 12 min

    Tout ça me rappelle des petites phrases qu’on m’a lancées dans la rue… Du genre :
    – "Ouaich mademoiselle tu connais MySpace ? Non pac’que moi j’ai un MySpace"… ok, cool, génial !!!
    – "Eh mais t’es retard ! J’t’ai attendu toute ma vie !"
    – "Eh j’partagerais bien mon Kebab avec toi" (ma préférée !)

    Mais bon, là au moins c’est des remarques rigolotes (enfin, à condition que je sois de bon poil). Débiles, mais drôles. Ca change des "Tes troooooooop charmante mad’moiselle", et du "Ssssalope" qui, effectivement, suit dans 98% des cas si on ne répond pas !

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.