12 mars 2014
beaute Lattitude intelligente et progressiste face au surpoids et à lobésité maquillage

La semaine dernière, sous le billet de Mélanie, Sophie a posté un lien vers cette vidéo. Je l’ai regardée en entier (ne paniquez pas devant la durée, les interventions des 5 participants durent 1h, après c’est une série de questions-réponses avec la salle – très intéressantes, d’ailleurs), et je me suis dit qu’il fallait la montrer au maximum de monde.

Parce que les médecins et thérapeutes qui interviennent ici, et qui appartiennent au GROS (Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids), ont une vision du surpoids et de la manière d’aider les patients, très différente de celle du monde de la nutrition et de la diététique en général.

(ils disent d’ailleurs que s’ils prenaient des étudiants diététiciens en stage avec eux, ceux-ci seraient ensuite recalés à leurs examens tant ce qu’on apprend traditionnellement de la nutrition est malheureusement éloigné de la philosophie du GROS).

J’avais découvert ça chez le Dr Zermati, que j’ai vu pendant quelques semaines il y a des années (comme je le racontais en 2006), et depuis je ne peux plus adhérer à un autre type de discours ou à une autre vision du poids, du corps et de l’alimentation.

Aussi je partage ici cette vidéo avec vous, que peut-être certaines d’entre vous ont regardé depuis le billet de Mélanie, et je remercie beaucoup Sophie pour le lien !

Le site du groupe de réflexion est ici en ligne ; j’aurais assez envie de vous suggérer, si vous choisissez de voir un nutritionniste, d’en voir un qui soit dans cette mouvance de pensée, la seule à mon avis qui tienne la route (dans l’immédiat et à long terme).

Si vous êtes en souffrance de poids, je vous suggère aussi de lire les bouquins de Zermati. Moi c’est ce qui m’a libérée pour toujours (mais vraiment) de l’angoisse des calories et des balances. Ca ne m’a pas libérée du rapport que j’ai avec moi-même (pour ça il faut un autre type de travail), mais plus JAMAIS, au resto (ou ailleurs), je n’ai dit ni pensé « ah non je ne peux pas prendre ça, ce n’est pas bien » (contrairement, hélas, à tant de filles).

Recherches utilisées :

  • blog de fille probleme de poids
  • comment etre bien dans sa peau avec mon surpoids
  • avis sur linecoaching
  • j\ai un gros surpoids que faire
  • le gros monblogdefille
  • les fasse des femme obese
  • linecoaching avis
  • mon surpoids est il la cause du dénigrement dzs gens envers moi?
  • monblogdefille lattitude poids
  • puis je relayer dukan avec lescalier nutritionnel
  • sortir du surpoid
  • sortir du surpoid blog
  • je sera marie apre ramadan et je voudri des recettes pour la genesse de ma peau
  • haricovert sante surpoid soin obese
  • blog fille surpoids
  • blog mode femme avec des rondeurs
  • blog obésité
  • blog personnes en surpoids
  • blog sur obesite
  • coatching obesite rennes

Vous aimerez aussi :


Commentaires

85 Réponses sur L’attitude intelligente et progressiste face au surpoids et à l’obésité
  1. #1 Lulucie le 12 mars 2014 à 9 h 34 min

    Coucou,
    Cette video est hyper interessante.
    Je fais un régime pour mon mariage et j’ai déjà perdu 11kg sur les 15 prévus … Bizarrement, je me sens moins bien dans mon corps et je suis plus stressée qu’avant à propos de mon poids …
    Je pense bien reprendre quelques kg après le jour J !
    Biz !

  2. #2 Rose le 12 mars 2014 à 9 h 43 min

    Bonjour Helene et bonjour à toutes.
    Un grand merci à toi hélène pour te faire le vecteur de tant de vérités sur l’alimentation totalement méconnues ! Etudiante en médecine, je sors d’un stage de nutrition, donc prise en charge des grand obèses (IMC supérieur à 40, alors que le chiffre optimal est entre 18 et 25 comme nous le savons). Et mon dieu que les idées reçues sur la bouffe ont la peau dure …
    Nous avions affaire à des femmes qui ont souvent beaucoup souffert (traumatismes dans l’enfance, deuil, maris violents … au secours …), et/ou ont fait plein de régimes, tous plus violents les uns que les autres.
    Exemples : « ça fait 3 ans que je fais le ramadan parce que j’arrive à me maintenir », « je mange tous les midis de la salade et du jambon avec un yaourt zeropourcent parce qu’il faut être régulière », « je préfère ne pas commencer à manger parce qu’une fois que j’ai commencé je n’arrive plus à m’arrêter, alors je commence à 18h ».
    Ce qui est fou, c’est qu’après 5 jours d’hospitalisation à manger 3 repas et un gouter avec entrée plat fromage dessert et chocolat, elles voient qu’elles ont perdu quelques kilos, et n’y croient pas. « ce n’est pas possible, moi je ne mange que de la salade chez moi ! »
    Tout est à reprendre de zero : l’écoute de son corps, l’interdiction de la restriction, le plaisir de faire la cuisine et de partager un repas, de sortir au restaurant, et bien souvent la psychothérapie pour comprendre pourquoi on a ainsi besoin de se réfugier, se protéger dans la nourriture.
    L’obésité est quelque chose de tellement personnel, plurifactoriel, et tant de choses sont à découvrir (les gênes, la flore intestinale …) qu’on ne doit surtout pas la résumer à dire à un enfant rond « arrête de manger macdo ». Et pourtant dieu sait qu’on l’entend cette phrase.
    J’espère avoir apporté un peu d’eau à ton moulin, notre moulin ! Ne nous privons pas, jamais ! laissons notre corps en paix régler les choses tout seul et essayons de vivre en paix avec nous même.
    (j’ai bien envie de rajouter : amen).

  3. #3 Hélène (une autre) le 12 mars 2014 à 9 h 44 min

    Merci beaucoup pour cet article Hélène!

    Ce qui est certain c’est que le (sur)poids n’est bien souvent pas une question de calories ingérées mais d’état psychique et psychologique. Je me souviens qu’adolescente j’étais obsédée par mon poids. Or moins je mangeais, plus je grossissais. Un jour j’ai carrément fondu en larmes au-dessus de mon assiette de haricots verts tout secs, sans rien dessus. Maman m’a alors pris entre 4 yeux et m’a dit qu’à partir de ce moment je devais accepter d’être un peu ronde (il faut dire que je n’ai même jamais été en surpoids) parce que c’était dans ma nature que je n’y pouvais rien, si ce n’est aggraver les choses en me rendant malheureuse. Et c’était exactement ça: petit à petit j’ai recommencé à manger sans me culpabiliser, j’ai retrouvé le plaisir de manger, j’ai retrouvé le sourire aussi et tout en mangeant plus, j’ai perdu du poids.

    Je crois qu’aujourd’hui il faudrait cesser de lutter contre l’obésité et essayer de faire en sorte que chaque individu se sente bien (dans sa peau, dans sa vie, dans son assiette) tout simplement: c’est à mon sens la seule façon de traiter la question à la racine.

    Sur ce, très belle journée!

  4. #4 Maï le 12 mars 2014 à 9 h 47 min

    Cette vidéo est vraiment bien, je l’ai regardée à l’occasion du billet de Mélanie, elle est juste pleine de bon sens.
    Approche pleine de bon sens et pourtant qui a du mal à faire son chemin…

    J’ai vu un reportage sur l’obésité il y a peu, dans un centre de « cure »… j’ai trouvé ça tellement lamentable ! Des légumes en bouillie dégueulasse pesés au milligramme près… ah ben c’est sur tout le monde maigrit avec ça ! Et la nana de dire qu’ils devaient apprendre à aimer ça pour cuisiner ce genre de chose chez eux…
    Et une nana qui a eu le malheur de ne perdre que 2 kg sur 2 semaines se faisait engueuler et menacer de devoir quitter la cure !
    Alors que comme dit dans la vidéo, stabiliser et ne pas prendre plus de poids c’est DEJA une victoire (et c’est déjà pas si simple) !

    J’ai vu aussi une pub à la télé d’une magazine qui se dit de « santé », avec en une évidemment tel régime formidable avec résultats visibles en 1 semaine, mais sérieusement raaaaaaah ça m’énerve tellement !

  5. #5 Cassandre le 12 mars 2014 à 10 h 15 min

    Bonjour Hélène!
    Je suis ton blog de puis déjà quelques temps, et ce post m’a particulièrement enjouée!
    Je suis diététicienne de métier, et me bat chaque jours contre cette dictature des régimes, les personnes qui viennent me consulter pour une perte de poids sont souvent (voir toujours) dans une demande de régime amincissant et beaucoup de professionnels de santé sont encore malheureusement dans cette démarche. Il est difficile mais pas infaisable de faire évoluer les consciences. Chose encore plus compliquée dans le domaine de la beauté et de la mode.
    Merci d’avoir apposé ta pierre à l’énorme chantier que nous entreprenons!

    Cassandre

  6. #6 nadia le 12 mars 2014 à 10 h 20 min

    bonjour,merci héléne pour cette vidéo trés intéréssante j’ai pas fini de la regarder .c’est vrai il y a tellement d’idée recu
    a 20 ans je faisai 54kilos et je me suis marie puis arrete de fumer et j’ai eu deux grosseses assez proches au final j’ai 13kilos de plus ,je fais 67kl et tout va bien je sais trés bien que je ne reviendrai pas a 54kg et j’en ai pas envie d’ailleurs
    j’étais trop mince je trouve maintenant.je suis une bonne vivante j’aime manger partager un bon repas ,les sucreries et le chocolat mais je ne suis pas une mangeuse émotionelle comme le dit le spy quand ca va pas j’ai pas faim.le tout c’est d’etre en bonne santé et d’etre bien dans ses pompes .
    encore merci pour cette vidéo que je finirais ce soir .
    bizes a tout le monde et bonne journée avec un beau soleil( pourvu que ca dure)

  7. #7 Elisabeth le 12 mars 2014 à 10 h 29 min

    Merci, merci, merci !!! Je ne suis pas en surpoids, mais ma nutritionniste suit les méthodes du Dr Zermati et m’a sauvé la vie, j’ai 20 ans je suis plutôt mince, j’ai eu des problèmes de « jeunesse », anorexie, boulimie, hyperphagie j’ai fait un travail psychologique qui est toujours en cours qui m’a beaucoup aidé mais il restait un problème, la peur de manger dans le sens où je n’avais plus de demi mesure entre ma faim, mes envies de me faire plaisir et l’aspect nutritif/sain pas forcément compatible avec les restaurants les envies, les steaks/pommes de terre a la graisse de canard, c’est un problème qui s’était rajouté a mes problèmes psychologiques, ma première nutritionniste m’avait fait un plan alimentaire tout fait, suivant les repas je dormais 1h après (trop mangé) ou je craquais sur tout (pas assez manger), je m’en sortais plus, je me noyais dans les recommandations a me forcer a unir mes assiettes ou au contraire a lorgner sur mes placards ! Un soir j’avais tellement faim, j’ai finis par manger une branche de céleri crues parce qu’il fallait que je mange mais pas quelque chose « d’interdit » ! Je me suis que ça clochait que j’allais droit dans le mur, que ça ne rimait à rien, mon esprit n’était pas satisfait (ni mon estomac d’ailleurs ce soir là), puis je me suis renseignée et j’ai trouvé les méthodes du Dr Zermati, une vraie révélation !! j’ai trouvée un nutritionniste formidable !!! Le plus dur : apprendre a s’écouter, mes parents m’ont toujours dit « finis tes assiettes », et les régimes ou l’anorexie qui vous glissent a l’oreilles « la faim n’existe pas, tu te purifie, la faim c’est le contrôle », cela fait de toi une femme forte » NOOOOOOOON ! La faim, MA faim, est un mécanisme formidable ! Je suis heureuse d’avoir un peu faim voire très faim et de manger ce qui me fait envie et stopper cette faim en mangeant du canard confit ! Je mange de tout, et je suis bien, une amie m’a dit que je n’avais jamais été aussi sereine en mangeant ! Je ne finis pas toujours mes assiettes ou alors je les remplie peu quitte a me resservir ! C’est ma petite aiguille personnelle comme le niveau d’essence de ma voiture, c’est du gaspillage de mettre plus d’essence que le reservoir ne peut, et je n’irais pas loin si je ne met jamais d’essence dedans (la panne sèche quoi!) ! Maintenant quand je bouge peu j’ai peu faim, et quand je fais beaucoup de sport j’ai très faim, et tout cela est logique, c’est un bonheur ! certes j’ai toujours de la nourriture un peu doudou quand je suis triste mais tout reste raisonnable et ca fait du bien ! Merci pour ce billet qui fait du bien, il faut dédramatiser la nourriture, le corps est fantastique a condition de l’écouter ! Un conseil, Jetez tous vos magasines féminins, d’autant plus que les sirènes des régimes arrivent a grand pas avec le beau temps !

  8. #8 Apolline de Madrid le 12 mars 2014 à 10 h 58 min

    Merci beaucoup à Sophie pour cette perle, et merci à Hélène pour l’avoir partagée (je ne l’avais pas vue dans les commentaires). Je ne fais pas partie des personnes ayant des problèmes de poids, mais je dois bien reconnaître que je suis beaucoup plus vulnérable que je ne voudrais à un discours ambiant sur l’alimentation et le rapport au corps, qui rend un peu zinzin pas mal d’entre nous. Etant enceinte en ce moment, les choses ne s’améliorent pas, parce que qu’est-ce qu’on peut nous bourrer le crâne pendant la grossesse avec des « 9 kilos pas un gramme de plus » ! Donc vraiment merci, cela me remet la tête à l’endroit.
    D’une manière générale, je suis de plus en plus en phase avec les approches médicales qui nous poussent à écouter notre corps, plutôt que des principes généraux qui peuvent être très destructeurs. D’ailleurs Hélène, je songe à écrire un texte dans cette esprit sur la grossesse et la naissance (quand je serai parvenue au terme de ma grossesse et que j’aurais vérifié ce que je pressens) ; est-ce que cela pourrait trouver sa place sur Mon Blog de fille ?

  9. #9 Le Cocon de Voune le 12 mars 2014 à 11 h 03 min

    MERCI de partager cette vidéo. J’adhère complètement à cette méthode. D’ailleurs je suis leur coaching en ligne (linecoaching) et ça a vraiment changé ma vie. Maintenant, dès que j’entends le mot « Regime », ça me hérisse les poils. Je n’ai pas encore fait la paix avec mon corps mais avec la nourriture il y a un net progrès! Il n’est pas facile de trouver ce genre de vidéo car les medias ne relaient pas cette approche, ils préfèrent tous les bons vieux régimes « crève la dalle» donc c’est vraiment super de partager.

  10. #10 40 and so what le 12 mars 2014 à 11 h 11 min

    Merci de transmettre ces valeurs, je crois que ça peut en effet contribuer à aider de nombreuses personnes en souffrance, tant le diktat de la minceur (voire maigreur) nous envahi !

  11. #11 batice71 le 12 mars 2014 à 11 h 13 min

    Merci pour ce lien ! je n’ai pas commenté la dernière fois car partie en vacances, ma connexion n’était pas top mais je réagis aujourd’hui. Avec mes 93 kg, on peut dire que je me sens concernée…
    Après 3 suivis chez des diététiciennes, je voyais bien que ce n’était pas ce qui me fallait. L’effet yoyo m’était fatal : 10kg de perdu, 15 de retrouvés après !
    Par le bouche à oreille, je suis allée voir une psychanalyste spécialisée et j’ai enfin trouvé ce qui me fallait. J’ai pu vider mon sac et je suis à présent une cure d’amaigrissement sans avoir à peser ou éliminer toutes graisses. C’est un travail sur soi positif et je réapprends à aimer mon corps. Rien n’est interdit : il faut juste couper tout en 4, c’est-à-dire, réduire les quantités! il faut même que je mange une pâtisserie le soir . Résultat : je ne me jette plus sur les paquets d’ourson en guimauve car je ne me sens pas frustrée ! Comme elle me l’a rappelée hier, je suis libre !
    Alors fini de compter les calories et de tout peser !

  12. #12 Hélène le 12 mars 2014 à 11 h 32 min

    Apolline de Madrid: bien sûr, envoie-moi un mail ;-)

    Merci à toutes pour vos commentaires ;-)

  13. #13 Géraldine le 12 mars 2014 à 11 h 47 min

    bonjour Hélène,
    Merci pour ce billet et je voudrais juste faire part de mon expérience avec le GROS. Il y a deux ans, la lecture des livres de Zermati (maigrir sans régime) et de Apfeldorfer (manger en paix) ont changé ma vie. Depuis, comme toi je ne me dis plus jamais « ah non, ça je ne mange pas, ça fait grossir » et pourtant tous mes kilos superflus ce sont envolés (je ne sais pas combien, j’ai jeté ma balance) et j’oscille désormais en fonction des saisons et de mon mode de vie entre le 38(lorsqu’il fait très chaud ou que ma vie professionnelle s’accélère), le 40(80% de l’année) et le 42(au cœur de l’hiver). J’ai des vêtements en 38, en 40 (la majorité) et en 42 et jamais, jamais, je ne me réjouis d’être au 38 et me désole d’être au 42. J’ai mis mon corps aux commandes et je lui fais confiance. Je n’ai jamais été aussi libre et libérée des diktats de la diététique. J’avais du cholestérol, je n’en ai plus; à force de me priver, je me dirigeais lentement vers le surpoids médical, mais tout ça c’est fini.
    Le plus curieux est l’agressivité que suscite mon attitude face à la nourriture et face à mon corps. Il y a ceux qui me reprochent avec beaucoup de véhémence ma désinvolture lorsque j’atteins le 42, et qui en viennent presque à m’arracher la cuillère de mousse au chocolat que je m’apprête à déguster, me promettant l’obésité morbide pour demain; ceux qui m’accusent rageusement de me « déglinguer » lorsque je refuse de manger le matin, le midi ou le soir parce que je n’ai pas faim, tout simplement. Tout cela ne m’empêche pas de continuer à « prêcher » pour une vie libérée des régimes et des interdits alimentaires.
    Mille fois merci aux médecins et nutritionnistes du G.R.O.S. et à toi Hélène, pour ton blog et pour avoir évoqué ce sujet.
    Géraldine

  14. #14 Hélène le 12 mars 2014 à 11 h 50 min

    Géraldine: ah ben c’est comme d’habitude hein, les gens pas libres n’aiment pas les gens libres, donc ils les font ch… ;-)
    Je suis ravie de lire ton expérience. Sans aucun doute les régimes font grossir à terme, mais ça bien des gens ont encore du mal à vouloir y croire.

  15. #15 Laura le 12 mars 2014 à 11 h 59 min

    je trouve cette vidéo très bien.
    à l’adolescence je suis passé de 40 kg à 70. Pourquoi parce que j’ai eu pris du poids à cause d’une puberté fulgurante mais surtout parce que je faisais beaucoup de danse classique et qu’on a de suite mis au régime à 15 ans avec moins de 1000 calories par jour (et près de 6h de danse par jour…)
    J’en ai beaucoup voulu à mes médecins. Ce n’est qu’à la fac, où je prenais mes repas seule et que personne ne surveiller mon alimentation que j’ai eu le déclic. ok je ne rentrais plus dans un 34 mais je restais féminine. à partir du moment où je n’ai plus culpabiliser quand je mangeais (et qu’on ne me faisais pas culpabiliser) ni par rapport à mon corps ; que je me sentais mieux. J’ai appris à aimer mon corps. Et petit à petit, sans rien faire j’ai mincis. Je mange ce que j’ai envie. je fais du sport. je me sens bien. et miraculeusement, un jour j’ai acheté un pantalon en 36 puis un autre etc. Beaucoup de personnes qui m’avaient connu avant me font remarquer que j’ai mincis. Je réponds inlassablement que ce n’est pas le poids qui nous fait sentir bien mais le fait de vivre normalement sans se soucier du nombre de calories qu’on va manger !!! certes j’ai perdu 4 tailles de pantalon mais je me sentais bien dans mon 42 avec mes formes pulpeuses !
    Je pense qu’on est arrivé dans cette situation à cause de notre société qui est devenue folle. Si je reprends du points et bien ce sera seulement une bonne excuse d’acheter de nouveaux vêtement !!! Le secret c’est de trouver ses points forts (jolies poitrines, jolies fesses et jolie visage) et arrêter de se poser des questions en mangeant. Manger c’est un plaisir, c’est un moment convivial !

  16. #16 krakette le 12 mars 2014 à 13 h 01 min

    Mon homme est allé voir une diététicienne, elle lui a suggéré de remplacer sa viennoise du petit déj par une barre protéinée … c’est tout. Je ne pense pas que cette viennoise lui coûte les 10-12kg qu’il a en trop, il est mal dans sa peau, dans ses fringues, dans le miroir et après 4 rdv, on lui propose des barres protéinées, qui pour moi ne sont pas de la nourriture, c’est pas ce que j’appelle apprendre à bien manger. Mais la pauvre dame ne sait pas quoi lui proposer car d’après elle il mange bien.
    Je pense qu’elle devrait se tenir informée des découvertes sur les mécanismes du surpoids et mettre à jour ses connaissances et sa méthode.
    Bouffonne.

  17. #17 Zabinou le 12 mars 2014 à 13 h 37 min

    Je viens de regarder cette vidéo avec énormément d’intérêt. J’en ai pleuré. Quand le Dr Kureta Vanoli a décrit le « voyage » de l’une de ses patientes. Ce voyage c’était le même que le mien, j’avais l’impression qu’elle parlait de moi. Et l’empathie de ces médecins, la manière dont ils parlent des gens en surpoids (le poids du corps et les nombreux poids qui pèsent sur moi et me poussent à manger) m’ont terriblement émue. Parce que ce regard bienveillant et intelligent, je ne l’ai jamais vu chez les diététiciennes et des endocrinologues qui m’ont suivie. On m’a tellement fait culpabiliser pour mes kilos, j’en ai tellement eu honte, que les mots de ces médecins ont déclenché mes larmes.
    Merci de m’avoir fait partager ces propos, ce discours qui fait du bien au cœur et par extension, au corps.

  18. #18 Ella le 12 mars 2014 à 13 h 43 min

    Merci Hélène pour cette vidéo. Je n’ai pas de problème de poids particulier, si ce n’est que comme beaucoup de femmes, j’essaie de faire attention, souvent je n’y arrive pas, je me restreins, je craque, je fais un peu de yoyo mais ces dernières années, j’ai pris qq kilos que je n’arrive pas à perdre. Ce midi j’étais justement en train de manger un repas « light » et cette vidéo m’a permis de me rendre compte que je n’y connaissais rien et que je faisais peut-être l’inverse de ce qu’il faudrait faire.

    Alors merci pour cette vidéo pleine de conseils et de bienveillance. Je crois qu’en alimentation, comme pour le reste, il faut s’autoriser (et peut-être réapprendre) à s’écouter soi-même, car nous sommes les mieux placés pour savoir ce dont nous avons besoin :)

  19. #19 Nelly le 12 mars 2014 à 14 h 12 min

    Que ça fait du bien d’entendre des paroles censées et pas des conneries du style « belle en maillot en mangeant 2 pois chiches et 1 haricot à l’eau pendant 10j » ;-)
    Malheureusement ces notions élémentaires de santé luttent âprement contre des systèmes de pensées complétement cons entretenus par le marketing et les profit qu’ils génèrent…
    Ca fait du bien d’entendre dire « vous n’êtes pas juste un corps vous etes une personne avec une histoire » (je fais des raccourcis hein mais sinon ça donnerait un pavé). Ca remet pas mal les pendules à l’heure.
    Excellente initiative de permettre la diffusion de ces notions! :-)

  20. #20 Audrey le 12 mars 2014 à 14 h 14 min

    Whaouh quel plaisir de voir cette vidéo sur un blog de beauté.
    Moi -même diététicienne, je travaille exactement selon la philosophie du GROS !
    Il y a en effet du boulot pour changer les mentalités mais ça commence par des posts comme celui là pour créer certains déclics et je vous en remercie :)

  21. #21 LaGrandeJulie le 12 mars 2014 à 14 h 22 min

    Hello Hélène, sans vouloir faire de la pub je connais un médecin très bien sur Rennes qui fait parti du GROS. Si besoin je peux transmettre l’information.

  22. #22 sophie le 12 mars 2014 à 14 h 25 min

    Bonjour,
    Merci Hélène, pour la diffusion de cette vidéo

  23. #23 Eloïse le 12 mars 2014 à 15 h 10 min

    Bonjour à toutes,
    je n’ai jamais écrit sur ton blog Hélène pourtant je te suis assidûment depuis quelques mois déjà!
    Mais là le sujet me touche de plein fouet et les commentaires d’autant plus.
    J’ai 23 ans et je fais du 46 depuis (oulalala belle lurette) le lycée je crois. Je ne me suis jamais vraiment inquiétée de mon poids et puis l’été 2010 une copine a commencé le régime Dukan et je me suis dit tiens pourquoi pas à 2 on va se soutenir et ça va être marrant. Je n’avais pas vraiment d’objectif de perte de poids juste l’idée de perdre quelques kilos superflus. Et puis finalement ça a plutôt bien fonctionner ce régime je suis passée du 46 au 40 que j’ai conservé pendant une année entière quasiment!!! Et puis un jour on en a marre de se priver! D’abord on rencontre un homme merveilleux qui nous fait découvrir des merveilles culinaires et puis on vit seule et le budget bouffe devient de plus en plus serré (et oui les protéines ça coûte cher ^^). Et puis voilà petit à petit on reprend du poids en se disant que c’est pas grave, on en perdra l’été prochain et au fur et à mesure on achète de nouveaux pantalons et voilà … aujourd’hui retour au 46 avec probablement des kilos qui n’étaient pas là auparavant!
    Je m’assume, j’aimerais pouvoir dire entièrement mais pas vraiment en fait. L’été arrive et mes complexes resurgissent. Pourtant je ne veux plus faire de régime, c’est vraiment pas pour moi!
    Alors merci! merci infiniment pour cette vidéo (que je n’avais pas remarqué dans le billet de Mélanie), merci pour cette découverte car je ne connaissais pas le groupe GROS. C’est peut-être pour moi l’occasion de me réconcilier avec mon corps !!!
    PS) j’ai un peu raconter ma life désolé ça intéresse assez peu je pense mais moi ça m’a fait un bien fou ;)
    Merci Hélène ;)

  24. #24 Hélène le 12 mars 2014 à 15 h 24 min

    Eloïse: ne t’excuse pas, c’est bien normal de partager ses expériences !

    Je suis très heureuse que cette vidéo et ce bille soient utiles à certaines d’entre vous. Merci pour vos commentaires, vraiment.

  25. #25 sylvie;-) le 12 mars 2014 à 16 h 11 min

    passionnant! j’ai tout regardé y compris les questions/réponses!
    écouter des personnes intelligentes est toujours un plaisir;
    personnellement je suis convaincue que la sélection de première année de médecine ne repose pas sur l’intelligence mais sur la capacité à mémoriser, d’où la catastrophe de certains médecins (ceux qui savent mémoriser et étaient intelligents avant restent intelligents;-)
    et qu’il doit être difficile de sortir du formatage quand on a fini ses études!
    comme le rappelle l’un des intervenants un médecin est un soignant; il m’a fallu de nombreuses années mais je n’accepterai plus d’être maltraitée par un médecin (que ce soit pour le poids ou tout autre problème)
    merci pour cet article Hélène ;-)

  26. #26 Anne-Gaëlle le 12 mars 2014 à 16 h 24 min

    Bonjour Hélène, bonjour à toutes,
    Depuis ma plus tendre enfance, je suis en surpoids. Ces kilos en trop sont des kilos « émotionnels »… J’en connais la raison, mais le plus difficile est de pouvoir en parler avec le principal intéressé : mon père. En effet, il se ferme comme une huitre dès que j’entame la discussion…
    Quoi qu’il en soit, après ma seconde grossesse, je me suis inscrite (pour la énième fois) chez Weight Watchers. Et actuellement, j’y retourne depuis bientôt 2 mois.
    Ce que j’aime avec cette méthode, c’est que ce n’est pas un régime, mais un rééquilibrage alimentaire. Aucun aliment, aucune sortie n’est interdit. On nous donne les clés pour apprendre à manger mieux, pour tordre le cou aux préjugés (et dieu sait qu’il sont nombreux !) et on insiste pour faire de vrais repas, en respectant les « atouts de la forme », soit : des légumes ET féculents à chaque repas, matières grasses (végétale de préférence), produits laitiers, eau et activité physique (quelle qu’elle soit) au quotidien.
    Parfois, j’ai envie de tout laisser tomber, mais finalement, lorsque je vais en réunion, je retrouve ma motivation et les autres adhérentes savent également m’encourager… J’y ai même trouvé une « copine de régime »…
    Bref, je ne me fixe pas d’objectif irréalisable non plus, je reste lucide, je ne veux pas faire un 36, mais juste un bon 42. Ma fourchette de poids a beau se situer entre 52 et 65 kilos, mon objectif final est de faire 70, voire 68 kilos. Pour le moment j’en suis loin, mais peu importe l’échéance « maillot de bain » qui commence à faire la une de tous les magazines, je préfère perdre lentement, mais acquérir de vraies bonnes habitudes, pour perdre mes kilos définitivement et inculquer de bonnes habitudes à ma fille également. Car si il y a 10 ans j’ai réussi à perdre 18 kilos, aujourd’hui, je les ai tous repris et même plus !

  27. #27 Elena le 12 mars 2014 à 16 h 27 min

    Je n’ai pas de problème de poids particulier mais cette vidéo est passionnante, merci beaucoup de l’avoir partagée !

  28. #28 Ninette le 12 mars 2014 à 16 h 54 min

    bonjour …
    Alors je n’ai pas de problème de surpoids ou d’obésité … loin de là ! Je suis ce qu’on appelle une maigre constitutionnelle … un sac d’os dans la bouche de beaucoup :( … 1.55m pour 40kg … et bien je vais regarder cette vidéo avec tout de même un grand intérêt ce soir lorsque mes enfants seront couchés car malheureusement la maigreur c’est pas forcément facile à vivre tous les jours … même si bien sur le regard des autres doit être extrêmement différent. Il subsiste tout de même le regard de soi envers soi … la » norme »… le bordel quoi !
    Tout ça pour dire qu’une autre approche des choses est toujours bonne à ouvrir l’esprit ;)

    Merci Hélène :)

  29. #29 MathouBe le 12 mars 2014 à 17 h 34 min

    Merci Hélène pour ce message.

    Je suis moi-même diététicienne et mon travail me permet de travailler exclusivement avec des patients obèses.
    Ce discours, c’est mon combat au quotidien envers toutes les idées reçues véhiculées pendant des années, elles-mêmes facteur favorisant la prise e poids…
    Je me sens moins seule mais malheureusement, notre profession souffre encore d’une image « d’ammaigrisseurs drastiques ».
    Les régimes, c’est comme la clope, il ne faudrait pas commencer.
    Mon expérience m’a appris qu’un partie de la prise de poids peut être imputée à des régimes restrictifs.

    Faisons sauter les restrictions alimentaires, mangeons avec nos estomac, satiété, et surtout plaisir ! Un individu rassasié tant sur le plan de la quantité mais aussi sur celui du plaisir aura un meilleur rapport avec son assiette et moins d’envies de grignoter.

    Si vous souhaitez perdre du poids, adressez vous à un professionnel. La prise en charge doit être personnalisée.

    Bonne continuation

  30. #30 Didichoups le 12 mars 2014 à 18 h 01 min

    J’avais regardé la vidéo quand tu avais posté le billet de Mélanie.
    Je l’ai trouvé passionnante. Elle m’a appris plein de truc, et m’a, en même temps, fait flipper avec le poids d’équilibre. « Et si moi j’avais un poids d’équilibre dans l’obésité ? »
    Je penses que si c’est le cas, il ne me reste qu’à essayé de m’accepter et d’attendre gentiment ma probable pose d’anneau gastrique.
    Ça me fait peur tout ça ^^
    En attendant, je penses que je vais lire les bouquins du docteur, ils ne peuvent que me faire du bien vu comme la vidéo m’a déjà fait relativisée.
    A bientôt
    PS : je fais la nique à tout ceux qui pense qu’un régime suffit pour maigrir ;)

  31. #31 Magali68 le 12 mars 2014 à 18 h 03 min

    Je suis bien dans ma peau et heureuse de vivre et je veux continuer à l’être !
    J’ai fait pour la 1ère fois de ma vie il y a 2 ans un régime avec une nutritionniste attention quelque chose de sérieux pas du Dukan et j’ai perdu 12 kilos mais au prix de quelle souffrance !
    J’avais tout le temps faim et même si j’avais des petits trucs pour combler cette faim c’était l’horreur, j’étais malheureuse …
    Aujourd’hui je mesure 1m78 pour un peu plus de 100 kilos je ne fais absolument plus rien, j’essaie de manger équilibré et quand j’ai envie d’une glace ou d’un gâteau ben je les mange !
    Au bureau j’ai une collègue qui est tout le temps en régime, elle ne mange presque rien, regarde tout ce qu’elle mange et est très mal dans sa peau, je la sais très malheureuse et de tout ça je n’en veux pas même si biensûr (je ne suis pas idiote) j’aurai besoin de maigrir pour ma santé.
    Bref tout ça pour dire qu’il faut se faire plaisir sans tomber dans l’excès mais c’est duuuuuuuur !

  32. #32 Hélène le 12 mars 2014 à 18 h 19 min

    Ninette: dès qu’on sort de la norme c’est compliqué, il n’y a aucun doute.

    Didichoups: Anne-Gaëlle: oui les régimes font grossir, à long terme.

    MathouBe: merci pour ce commentaire !

  33. #33 tara le 12 mars 2014 à 18 h 26 min

    Ah enfin des paroles de pro intelligentes et novatrices, que ça fait du bien.
    Pour ma part je suis mince mais je suis passée par les régimes et la reprise de poids, il est bien évident que quand on se prive son corps, ce dernier a de la mémoire et ensuite impossible de ne pas se jeter sur tout ce que l’on s’est interdit, c’est même une souffrance, faut voir ce qu’on fait subir à notre pauvre corps ! Quant à manger 5 fruits & légumes par jour c’est du grand n’importe quoi, ça ne m’a jamais réussi car d’une part je digère mal les légumes et si je fais un repas type light je me jette sur de la « vrai  » nourriture tant j’ai faim, arrêtons de dire que la pomme (exemple le plus répandu) coupe la faim ou bien un verre d’eau, si c’était si simple tout le monde serait mince.
    En résumé mangeons ce que nous aimons quand on en a envie et effectivement notre corps se régulera seul.
    Bon appétit à tous …… ^^

  34. #34 sophie le 12 mars 2014 à 19 h 49 min

    je voulais juste rajouter, quelque chose que je trouvais important. Parfois, la prise de poids peu être due à un problème de santé. Exemple, je suis en hypothyroidie, le médecin n’a rien fait pendant 2 ans , ma laissé en souffrance, car il n’a pas diagnostiquait la maladie, alors que j’avais tous les symptômes. Résultat : + 25 kilos.
    Je suis un cas classique de l’hypothyroidie !
    Je ne vais pas m’étendre , parce que ce n’est pas le sujet, mais n’hésitez pas à faire un bilan sanguin, si vous mangez peu, voir quasiment pas et pourtant vous prenez du poids. Des qu il y a une anomalie, il faut exiger ! une prise de sang ! parce que les médecins le font rarement d’eux même, malheureusement, et cela,de façon a savoir si cela n’est pas du à un problème de santé, plus on attend, plus les kilos peuvent s accumuler.
    Et demander un avis de spécialiste si les résultats sont anormaux, car en ce qui concerne cette maladie, les médecins tardent ou ne veulent pas traiter, même quand les résultats ne sont pas top, et laissent ainsi les personnes en souffrance.
    Il y a toujours une raison à la prise de poids, et c est cette raison qu’il faut trouver

  35. #35 sophie le 12 mars 2014 à 20 h 00 min

    donc non, pour revenir a ce que tu disais Tara, le corps ne se régule pas forcement tout seul

  36. #36 Themole le 12 mars 2014 à 20 h 12 min

    Bonjour,

    Je n’ai écouté que les trois premiers intervenants pour le moment et c’est intéressant. Merci.

    Je suis mince et la sensation de satiété arrive rapidement chez moi.

    Mes parents me forçaient à finir mon assiette alors que je n’avais plus faim quand j’étais enfant.

    Je restais ainsi une heure après eux à table, toute seule, pour finir. Ça me dégoûtait.

    Je suis allée passer des vacances chez un membre de ma famille qui ne me forçait pas à finir.

    Je m’en suis étonnée et elle m’a dit « tu as un petit estomac c’est tout! ».

    Elle se foutait totalement du fait que je mange peu (mais 5 fois par jour).
    Ça m’a complètement déculpabilisée.

    Je mange quand j’ai faim, ce dont j’ai envie et je ne me force jamais quand je n’ai plus faim.

    Je n’ai aucun problème de poids et je m’en trouve très chanceuse. Mon poids en suivant mes envies correspond à un poids qui me convient et qui est tout à fait « normal » si on se réfère à l’IMC.

    Ça me rappelle un vieux post que tu avais écrit qui disait « achetez le produit cher tout de suite »!

    Tu expliquais qu’on avait parfois très envie d’un produit de maquillage de luxe mais qu’estimant qu’il était cher on achetait d’abord des dupes sans être satisfaite.

    On finissait par se retrouver à avoir acheté le produit cher convoité + les dupes et Du coup à avoir payé plus cher.

    Si je transpose à la nourriture : si j’ai envie de chocolat, j’en mange. Je ne me dis pas je vais prendre un aliment sain plutôt parceque je vais me retrouver à avoir ingurgité une pomme + du chocolat alors que je n’ai jamais eu envie de la pomme!

    Mon conjoint à des problèmes de poids (de petits pbs) et ça me rend triste de le voir tester des restrictions alimentaires toujours nouvelles et sans effets :( je vais lui envoyer la vidéo.

  37. #37 Jade le 12 mars 2014 à 20 h 21 min

    Coucou Hélène
    Tout d’abord un petit mot pour te dire que j’adore ton blog et tes vidéos. Je les regarde toutes même celles qui ne me sont pas forcément destinées et je suis morte de rire dès que tu commences à ne plus arriver à respirer…
    Breeeefff
    Ton article me parle. Je suis diététicienne, effectivement en cours on ne nous parle pas du tout de la prise en charge telle que l’entend le GROS. J’ai connu Zermati un an après mon diplôme et mon dieu quelle révélation. Ça a changé ma vie et ma technique de prise en charge. D’autant plus que je suis spécialisée en cancérologie et donc je cherche plutôt à faire grossir mes patients donc je suis pas forcément attirée, à l’aise avec les prises en charge de perte de poids en général. Mais quand un ami / une connaissance me demande de lui faire un régime je dis NON et juste « écoute ton corps, mange quand tu as faim et arrête quand tu es rassasié » et surtout… quand on me fait une remarque parce que je mange un bon gros dessert genre un Banofee je réponds toujours « moi je suis une diet pour faire grossir pas pour faire maigrir :p »

    Bonne soirée Hélène

  38. #38 Jade le 12 mars 2014 à 20 h 37 min

    Je viens de lire les commentaires !
    Y’a plein de diets par ici ;) coucou à toutes !! Ça fait du bien d’entendre ENFIN un discours comme ça de ma part de diet. Je passe pour une folle furieuse auprès de mes anciennes camarades de classe diets qui sont en hôpital ou libéral Quand je dis que l’alimentation équilibrée est une forme de régime…

  39. #39 MélanieD le 12 mars 2014 à 20 h 47 min

    J’ai vu cette vidéo la semaine dernière, et je vais commencer à bouquiner ces fameux livres. Je suis ravie de trouver cette philosophie qui me semble en fait complètement logique. Peut être que j’avais simplement besoin que des personnes avec le titre de Dr évoquent tous ces éléments (stupidité suprême). Et je réagis à ce que Didichoups dit : si notre poids d’équilibre se situe dans l’obésité, on devrait s’y sentir bien à long terme ? Peut être que je dois en rester là pour toujours (petite musique dramatique), mais alors juste un tout petit peu moins obèse, juste de quoi pouvoir faire du sport tranquillement (et monter ces foutues MARCHES D’ESCALIER sans souffrir). Mais soit, pourquoi pas. Le temps me le dira !

    Très bel article, super vidéo. Je suis ravie que ton blog soit le tremplin d’un tel débat.
    Encore un grand merci à toi.

  40. #40 RemainReverie le 12 mars 2014 à 20 h 50 min

    Pour une fois que je regarde une vidéo avec des propos cohérents et qui n’attaquent pas la personne. Même si je n’ai aucun problème de poids, je comprends l’envie que certaines ont de maigrir mais je dénigre complètement l’idée du régime qui attaque la personne et son image qu’elle a d’elle même. Pour moi, mangeons bien mangeons heureux !

  41. #41 Hélène le 12 mars 2014 à 21 h 04 min

    sophie: tu fais bien de rappeler ce type de maladie et la nécessité de diagnostiquer, c’est important.

    Themole: le coup de la pomme et du chocolat, c’est exactement le discours de Zermati ;-)

    Jade: absolument, l’alimentation équilibrée est une forme de régime, puisqu’on est dans la restriction cognitive et on se nourrit avec son cerveau et non son corps.

    MélanieD: Didichoups: je ne suis pas médecin et je vais peut-être dire des conneries, mais quand on est « génétiquement programmé » pour être obèse (ce qui me semble tout de même très rare – corpulent pourquoi pas, obèse je ne suis pas sûre), il y a des signes : plusieurs membres de la famille dans le même cas, notamment.
    A vérifier tout de même auprès d’un toubib (intelligent, si on en trouve un ;-).

  42. #42 Didichoups le 12 mars 2014 à 21 h 18 min

    Hélène: il y a effectivement une part de génétique dans le poids (je travaille ds un service de genetique… le comble hein ;P), hormonologique aussi. Ça peut être lié à plein de truc en fait.
    Pour ma part, je sais que le surpoids est de famille, même si certain ont réussi à y remédier (drogué au sport, anorexie… etc), je pense que moi, je ne pourrais jamais être « dans la norme », j’ai des épaules larges et de gros os de base. Une carrure conséquente quoi ^^ je ne pourrais jamais atteindre les 50 kilos à mon avis. Ce n’est d’ailleurs pas mon but. Celui ci étant de me sentir mieux dans ce corp qui, malheureusement, est le mien…

  43. #43 Piouche le 13 mars 2014 à 0 h 18 min

    Bonjour à toutes !

    Quel heureux hasard que de voir cette vidéo aujourd’hui sur ton blog Hélène !
    Je me suis intéressée au discours de Mr Zermati après avoir visualisé un reportage en deux parties sur Youtube la semaine dernière (et que je vous recommande également vivement ! « Régimes les vérités qui dérangent »).
    Je suis une vraie épicurienne, la nourriture représente du plaisir pour moi mais également du réconfort en cas de stress ou de tristesse, un exutoire dans les moments de colère, un moyen d’être encore plus contente quand je suis déjà heureuse. Bref je mangeais tout le temps, sans faim et sans fin !
    Sauf que cette année avec un fort stress et pas mal d’angoisses à cause des mes études j’ai pris 5 kilos en 5 mois et j’ai réalisé que j’avais vraiment un souci dans mon rapport à la nourriture et que çà devenait évidemment un souci dans mon rapport avec mon corps. Depuis samedi j’ai donc commencé à appliquer ces conseils et à ma plus grande surprise j’ai déjà perdu pas mal de poids ! Bien sur j’en suis heureuse mais je suis encore plus heureuse de me dire que je suis peut-être entrain d’apprendre un autre mode de vie et de fonctionnement vis à vis de la nourriture. C’est un plaisir de manger ce que l’on veut juste en veillant à bel et bien avoir faim avant de le faire !
    Tout cela parait si simple et si évident mais quand on commence on réalise à quel point on se dit plusieurs fois par jour  » j’ai envie de manger ceci cela » et dans la seconde on a cette voix qui nous dit : « Mais tu as faim ? » et clairement la réponse est non.

    Un grand merci de ma part également Hélène d’avoir l’initiative de diffuser cette vidéo et de faire découvrir les discours des membres du GROS. J’espère que cela servira ou confortera de nombreuses autres personnes aussi.

    Bises à toutes =)

  44. #44 @LibreEleanor le 13 mars 2014 à 0 h 42 min

    Hélène ,
    J’ai regardé avec beaucoup d’intérêt la vidéo sur la conférence du G.R.O.S, je trouve qu’ils ont raison.
    Mais mon cas est particulier, je m’explique:
    En fait je suis devenu obèse à la suite d’une hyperthyroïdie , une maladie de Basedow, c’est à dire que la thyroide qui est une glande qui dirige tout le métabolisme du corps humain s’est mis à disjoncter et à fonctionner de manière trop rapide, ce qui a entraîné un déréglement de mon appétit , du jour au lendemain je me suis retrouvée avec 1 faim insatiable en permanence, et ça n’avait rien à voir avec mon psychisme , l’endocrinologue à tenter de freiner l’emballement par des médicaments.
    Mais cela n’a pas fonctionné, du coup on m’a opéré pour me retirer la totalité de la glande et ont substitué celle ci par des hormones de synthèse, et ils n’arrivent pas à l’équilibre au niveau dosage, bref au bout du compte je me retrouve avec métabolisme basal très bas.
    Or tu sais sans doute que le métabolisme basal correspond à l’énergie que ton organisme utilise pour assurer les fonctions de ses organes.
    Or comme chez moi il est très bas , même si je mange peu c’est toujours de trop parce mon métabolisme ne brûle pratiquement rien. Du coup comme on ne peut vivre sans manger, chaque fois que je mange, mon organisme stocke.
    Donc , pour revenir à la conférence j’aurais aimer trouvé une réponse sur comment augmenter son métabolisme .
    Il y a le sport, mais il faudrait que le pratique comme 1 sportif de compétition , or ça m’est impossible et en plus je ne suis pas une fanatique du sport.
    Je pense que je vais aller consulter l’endocrinologue que l’on voit dans la vidéo , peut être pourra t il m’aider?
    Mais sinon pour 1 personne qui a 1 obésité classique, je pense qu’ils ont raison parceque la nourriture a une connotation affective, c’est quand même l’un des échanges fondamentaux entre la mère et son enfant.
    D’autre part, l’acte de manger dépend du cerveau qui active des neurotransmetteurs pour signaler la faim comme la satiété .
    Et si ses signaux ne sont plus reconnues par la personne qui s’alimente , cela conduit à la consommation en excès de nourriture.
    Et pour les personnes qui se pensent en surpoids à en plus une culpabilité , qui finira par les faire manger des aliments pour calmer leur angoisse.
    La seule chose à laquelle j’ai dû mal croire en tant qu’obèse c’est qu’ on puisse s’accepter ( suite à 1 travail sur soi même) telle qu’on est et qu’on puisse être bien dans sa peau ainsi, ne serait ce que parcequ’on est embarrassé par son corps pour bouger.
    Je trouve qu’heureusement que ces gens existent, il est plus que temps qu’il soit dit haut et fort que les régimes ne sont qu’une escroquerie et que les médecins n’ont pas le courage de dire qu’en l’état actuel des connaissances médicales ils n’ont pas de solution.
    Et c’est la 1ère fois que je vois des gens issus du monde médical reconnaître que l’obésité est stimagtisée dans notre société et le pense vraiment .
    En plus , je les ai trouvé très sympa dans leur manière de s’exprimer et reconnaître qu’ il y avait encore des recherches à faire sur le sujet.
    Ils se considèrent comme de simples lanceurs d’alerte , une modestie qui les honore !! Et le courage d’exprimer tout haut ce que beaucoup de médecins préfèrent ignorer pour pouvoir se faire de l’argent sur le dos de leur patient.
    Tu trouveras certainement mes propos en contradiction avec mon dernier commentaire ou je recommandai une équipe de diabetologie à la pitié salpetrière à la personne qui témoignait de sa souffrance à propos de son obésité .
    En effet, l’obésité est non seulement 1 maladie mais à partir d’un certain poids, elle entraîne d’autres maladies graves comme le diabète et des maladies cardio-vasculaires.
    Comme je connaissais très bien l’équipe que je lui ai recommandée , et que cette équipe est pluridisciplinaire avec 1 psy, j’ai pensé qu’il était de mon devoir de lui communiquer cette adresse, de façon à ce qu’elle ne se retrouve pas seule livrée à elle même
    D’autre part, quand on parle d’obésité on oublie souvent de parler du diabète , maladie silencieuse comme l’hypertension artérielle , qui si elle n’est pas dépistée à temps peut avoir des conséquences dramatiques.
    Donc , je lui ai recommandée cette adresse pour qu’elle n’ait pas les graves effets secondaires de l’obésité , si j’avais eu connaissance de l’équipe du G.R.O.S je le lui en aurait parlé également .
    Voilà Hélène , vivement que la science fasse d’avantage de recherches sur le sujet et trouvent d’autres solutions que ces opérations très dangereuses sur lequel on n’a pour le moment aucun recul suffisant.
    Et puis il faudrait que les gouvernements arrêtent de céder aux lobbys de l’industrie alimentaire pour qu’on puisse consommer des aliments sains et normaux
    Bisous Hélène , à demain
    Eléonore

  45. #45 Hélène le 13 mars 2014 à 10 h 42 min

    Piouche: je vais chercher ces vidéos dont tu parles, ça m’intéresse.

  46. #46 Ninette le 13 mars 2014 à 13 h 41 min

    bonjour
    Et bien je confirme … j’ai regardé hier soir et j’ai particulièrement apprécié les propos de ce groupe de réflexion !
    Bien que non concernée par le surpoids comme je disais dans mon précédent commentaire et bien je me suis pourtant retrouvée d’une certaine manière dans le cheminement. J’ai entendu je ne sais combien de fois parler de mon IMC trop bas, de « mais t’es sure t’es pas anorexique? », de « tu devrais manger ceci ou cela » …. et j’en passe des plus grossières aux plus déplacées …
    Alors j’ai eu les mauvais réflexes à certaines périodes « pénibles » (pour réemployer le terme très approprié de l’un des intervenants) : je me suis mise à manger tout ce qu’il est « normalement » (au sens : en fonction de la norme imposée) déconseillé de manger … au point d’avoir vu mon cholestérol grimper d’un coup notamment et pour ne pas prendre un gramme … !
    Jusqu’au jour où je suis tombée enceinte et ai eu affaire à un gynéco génial qui, lorsque je lui faisais part de mes craintes de ne peut être pas réussir à « nourrir » assez mon bébé, m’a dit d’arrêter d’écouter mon cerveau et de n’écouter que mon corps ! De manger ce qui me faisait envie lorsque ça me faisait envie et que tout irait bien … tout simplement ! Cet homme a changé ma vision des choses et ma vie d’une certaine manière !
    Maintenant j’ai 2 magnifiques enfants en pleine santé qui faisaient un poids tout à fait respectable à la naissance (plus de 3kg chacun) et je me porte comme un charme dans mon corps sac d’os et j’emmerde les putains de bien pensants qui me trouve maigre ! :-P
    Fuck aux cons mdr

    Merci Hélène pour le partage de cette vidéo qui fait grand bien ! :)

  47. #47 MIMOSAS le 13 mars 2014 à 14 h 16 min

    Bonjour Hélène, j’ai 53 ans, suis en surpoid et ai perdu et repris au moins 100 kg au cours des 30 dernières années. Depuis environ deux ans , toute seule comme une grande j’ai décidé que je ne ferai plus de régime ! Que toute cette souffrance, ces frustrations et ce mal être je ne voulais plus les vivre. J’ai accepté le fait que je ne retrouverai plus le corps de mes 20 ans et quel soulagement ! je ne me refuse rien, aime cuisiner et si mon image n’est pas celle que je souhaiterais avoir, ma tête, elle est plus légère et mon humeur au beau fixe. Je suis ravie d’avoir pu voir cette conférence qui me conforte dans mes choix et vais me procurer les livres du Dr Zermati. J’ai dans mon entourage quelques personnes à qui je n’arrive pas à expliquer mon point de vue. Elles me perçoivent, je pense comme quelqu’un de peu de volonté et moi ça me désole de les voir souffrir ainsi, à s’affamer à coup de diète et régime très restrictif. Je vais donc leur proposer de regarder cette vidéo ! Je te remercie beaucoup et vais, de ce pas, promener ma bonne humeur sous le soleil.

  48. #48 sophie le 13 mars 2014 à 15 h 12 min

    @LibreEleanor: Bonjour, Eleonore, je tenais à dire que ton cas, est vraiment un cas particulier de l’hyperthyroidie.
    En général, dans un cas « classique » d’ hyperthyroidie , on est très actif, on a très faim et on perd du poids.
    Par contre en hypothyroidie, on est très fatigue, déprimé, on mange peu, et on prend du poids.
    Apres il y a le fait d’être en hyper, ou hypo avec traitement (sachant que trouver le bon dosage peut saverer complexe) et ensuite, le faite de réussir à réguler sa sasiété ; en hyper, cela peut prendre du temps.
    Je parle bien de cas « classique », je ne commente pas ce que tu écris et qui concerne ton cas, en particulier.
    je ne sais pas si tu connais le site vivre sans thyroide, c’est un site interessant, sur le sujet, qui organise des conferences,(je pense que le docteur zermati y a déjà participé), pour faire connaitre ce problème de santé, qui malheureusement, comme le problème de poids « simple »( je veux dire non lié à un problème de santé) est très mal pris en charge par les généralistes et certains endocrinologue.
    je mets 2 liens :
    https://www.forum-thyroide.net/index.html?https://www.forum-thyroide.net/phpBB/ftopic16632.html
    http://www.forum-thyroide.net/index.html?http://www.forum-thyroide.net/phpBB/ftopic35028.html
    Bonne journée
    Sophie

  49. #49 sophie le 13 mars 2014 à 15 h 22 min

    sophie:
    d ou la nécessité, pour revenir au sujet du poids,
    de faire un dépistage, en cas de symptomes : TSH, T3,T4
    sans ordonnace, (et donc non remboursé) vers les 20 euros pour la tsh, et moins de 50 pour le tout

  50. #50 Hélène le 13 mars 2014 à 16 h 51 min

    Ninette: merci à toi pour tes commentaires !

  51. #51 Ninette le 13 mars 2014 à 16 h 54 min

    ;-)

  52. #52 Juju d’orange le 13 mars 2014 à 18 h 41 min

    Bonjour à tous,

    J’ai regardé la vidéo en entier (en deux fois mais je l’ai trouvé tellement interessante que j’y suis restée accrochée!), je l’ai même partagée sur facebook! Leurs idées sont très intéressantes et à explorer je pense.

    Je ne suis pas vraiment concernée par l’obésité mais je voudrais quand meme faire partager mon expérience.
    Mon métier me fait me déplacer beaucoup (plusieurs fois par semaine et dans toute la france), et avec le budget repas que nous avons, j’ai tendance à toujours manger entrée-plat-déssert quand je vais au restaurant lors de mes déplacements. Sans en avoir conscience, lorsqu’on sait que le repas est payé par la boite, on a tendance à prendre plus pour profiter plus, quitte à en avoir mal au ventre en rentrant à l’hôtel.

    Lorsque je ne me déplace pas, il y a toujours quelqu’un pour amener à manger au boulot…
    J’ai commencé à grossir, et mes pantalons me serraient de plus en plus (je n’ai pas de balance chez moi car j’ai trouvé que c’etait le meilleur moyen pour ne pas faire d’obsession là dessus :).

    Et naturellement je me suis dit  » Et si je m’écoutait, et si c’etait pas grave si je ne finissait pas toujours mon assiette au restaurant? Et si je mangeais tout simplement ce que j’ai envie et quand j’ai plus faim je m’arrête! »

    Ca demande un peu de concentration car comme ils le disent dans la conférence, c’est difficile de s’arrêter quand on a plus faim si l’assiette est encore pleine, mais depuis que j’essaie de le faire, je n’ai plus de maux de ventre et je suis assez stable niveau poids!

    N’étant pas obèse, je comprends volontiers que mon témoignage n’aura pas forcément autant de valeur, mais je souhaitais quand meme réagir à cet article qui mine de rien m’a beaucoup touché.

  53. #53 Line le 13 mars 2014 à 19 h 12 min

    Coucou
    j’ai 20 ans, 52 kilos pour 168 cm. en apparence je suis ni trop maigre ni trop grosse. mais dans ma tête c’est la guerre aux défauts, la traque du gras, de la cellulite, de la peau qui pend. C’est obsessif. J’ai tout essayé pour calmer ma petite tête (car c’est bien uniquement dans ma petite tête ces problèmes) mais rien n’y fait et ça dure depuis que j’ai 12 ans… quand j’ai commencé à acheter des magazines. La culpabilité ressentie est sûrement bien plus mauvaise pour moi que la bière le vendredi soir, ou les frites de midi…
    merci pour le partage j’aime bien cette façon de voir et traiter les choses :)

  54. #54 EstherSSB le 13 mars 2014 à 19 h 14 min

    Bonjour Hélène,

    Merci beaucoup d’avoir partagé cette vidéo. Je l’ai vu en 3 fois et je viens de la terminer. J’ai fait énormément de recherches ces derniers mois sur l’alimentation et j’étais tombée sur le site du GROS mais je n’avais pas vu cette vidéo. Alors merci. Depuis que je travaille dans un laboratoire de recherche scientifique, je suis tombée de haut en me rendant compte à quel point les scientifiques savent peu de choses et à quel point les idées communément admises mais non démontrées ont la vie dur. C’est très bien expliqué dans cette vidéo. Le discours de GROS semble simple et tellement plein de bon sens.

    Cela m’a fait penser à une discussion que j’ai eu avec la vétérinaire l’autre jour (oui… tu vas voir où je veux en venir). Mon chat est en surpoids et du coup je lui donne 2 fois par jour une ration de croquettes bien précise. Mon ancien chat n’avait pas de surpoids et pourtant il avait des croquettes à volonté grâce à son distributeur de croquettes. Lorsque j’ai dit cela à ma vétérinaire elle m’a expliqué que les animaux réglaient leur nourriture tout seul et que si ils étaient un jour rationnés et bien ils perdaient la capacité de se réguler tout seuls. Elle m’expliquait que les animaux dans la nature n’ont pas de problèmes de poids. C’est clairement une condition due à la domestication. Pour nous c’est pareil (c’est parti, allons tous dans la nature en mode tarzan pour manger des bananes et ne plus être gros!! ^^), enfin… tu vois ce que je veux dire. En tout cas pour moi ça fait sens.

    Mon experience personnelle va aussi dans ce sens. J’ai 15-20kg de trop comme tu as pu le voir en me voyant en vrai (je suis médicalement « obèse » du haut de ma taille 42 et de mon IMC de 30,4) mais j’ai enfin arrêté de grossir depuis environ 3 ans lorsque j’ai décidé d’arrêter de faire des régimes. C’est certainement l’une des meilleurs décisions que j’ai prise de ma vie! Je me réjouie aujourd’hui ne pas avoir 10kg de plus qu’il y a 3 ans (ce qui aurait très certainement été le cas si j’avais continué sur ma lancée).

    J’espère que mon petit témoignage en aidera certaines.

    Bonne soirée!

    Esther

  55. #55 Hélène le 13 mars 2014 à 19 h 37 min

    Juju d’orange: ton témoignage a beaucoup de valeur, au contraire, parce qu’il parle d’un truc vraiment hyper important et pourtant assez difficile à mettre en oeuvre : s’arrêter quand on n’a plus faim, et ne pas finir son assiette.
    Ce truc là est capital, mais la majorité d’entre nous ayant été élevées à coups de « finis ton assiette », ça n’est pas facile.

    Line: les magazines féminins sont hyper mauvais pour l’estime de soi. Des études ont été faites, qui ont montré que la majorité des femmes se sentaient déprimées et moches après en avoir lu (perso ça fait longtemps que j’ai arrêté mais c’est parce que je trouve ça complètement con – question d’âge, à 20 ans j’adorais ça ;-).
    Jette-les, et envisage peut-être d’aller parler de tout à quelqu’un ?

    EstherSSB: yep, dans la nature les animaux n’ont pas de problème de poids, en effet, et c’est réellement à prendre en compte.
    Par ailleurs c’est fou comme 15-20 kilos semblent beaucoup quand on les porte (je suis dans le même cas que toi) et rien du tout quand on les voit (pas une seconde je n’ai pensé à ça en te voyant).
    Et dieu merci tu as arrêté les régimes ; comme tu dis, tu pèserais sûrement plus lourd aujourd’hui si tu avais continué (imagine, dans mon cas, c’est le résultat d’UN SEUL régime : heureusement que je n’ai jamais recommencé ;-).

  56. #56 Jade le 13 mars 2014 à 19 h 42 min

    On sait en tant que diets que 95% des personnes faisant un régime ou un rééquilibrage alimentaire, reprennent tous leurs kilos perdus voir plus dans les 3 ans qui suivent…

  57. #57 Hélène le 13 mars 2014 à 20 h 45 min

    Jade: tous leurs kilos, ou plus…

  58. #58 Lauvie le 13 mars 2014 à 21 h 33 min

    Bonjour Hélène et tout le monde,
    Tu m’étais déjà éminemment sympathique et ce poste en rajoute une très belle couche ! Je suis ravie de croiser des gens qui font confiance au GROS que j’ai découvert il y a quelques années !
    Suite à ma grossesse j’ai eu de nouvelles difficultés avec mon poids et je suis inscrite sur le site linecoaching depuis quelques mois. C’est le site créé par Zermati et Apfeldorfer, j’étais curieuse de voir ce que ça donnait et je dois dire que c’est assez intéressant !
    Je vais de ce pas regarder cette vidéo

  59. #59 Clamavi le 13 mars 2014 à 21 h 34 min

    Excellent, merci pour le lien, cette vidéo vient peut-être de me débloquer !

  60. #60 sophie le 13 mars 2014 à 21 h 45 min

    EstherSSB: c’est ce que dit aussi la vidéo, dont parle Piouche, très interessante :
    Régimes les vérités qui dérangent2 il n y a pas de problème de poids dans la nature http://www.youtube.com/watch?v=v8dQ1nVtgKo (à la 5 ème minute)

  61. #61 Laure83 le 13 mars 2014 à 22 h 05 min

    Jade: Je suis tout à fait d’accord avec toi sur les rééquilibrages alimentaires! Après plusieurs régimes, j’avais tenté ce que je croyais être la « méthode douce » du rééquilibrage…résultat : j’ai repris tous les kilos 1 an après. Depuis, j’ai décidé d’arrêter de manger avec mon cerveau (la formule est très bien trouvée Hélène!) et je m’en porte beaucoup mieux. En tout cas c’est rassurant de voir qu’il existe des professionnels comme toi Jade!
    Merci à Hélène d’avoir partagé cette vidéo et à tous vos témoignages.
    Bonne soirée (avec 1 carré de chocolat pour moi) ;-)

  62. #62 Nathalia le 13 mars 2014 à 23 h 16 min

    Je suis étonnée de constater que nous sommes autant à partager des soucis ( ou non ) de poids . Pour ma part , le deéclic est encore récent mais je me rends bien compte que tout est dans le mental et l’acceptation .Ma garde robe oscille du 40 au 46/48 , et je sais très bien que le 40 ce n’est plus moi . Ce matin , j’ai constaté très heureuse que je rentrai de nouveau dans mon jean que j’ai porté avec une chemise orangée coordonnée à mon vernis et mon rouge à lévres. Tellement too much me direz vous , et bien je me suis sentie belle juste pour acheter trois bricoles à côté . Je ne sors plus sans faire mon teint et j’ose beaucoup plus . Et bien mal gré des médicaments qui a priori me font prendre du poids , je me sens plus mince depuis que j’ai juste décidé d’étre mieux dans tête et d’arrêter d’essayer d’arrêter de manger . Je m’écoute enfin..
    Merci pour ce merveilleux partage

  63. #63 Somadeup le 14 mars 2014 à 7 h 54 min

    Je n’avais jamais entendu parler de cette mouvance et maintenant, je comprend mieux certaines de tes paroles Hélène (par rapport au fait que tu n’aime pas les fruits et que tu n’en mange pas etc). C’est en effet une vision très déculpabilisante et ça fait énormément de bien d’entendre de tels discours.

  64. #64 Hélène le 14 mars 2014 à 10 h 51 min

    Merci pour vos commentaires les filles, je suis vraiment contente d’avoir fait ce billet, vu vos réactions.

  65. #65 Isa le 14 mars 2014 à 11 h 20 min

    Laure83: Bonjour les filles,
    Tout d’abord merci à Hélène d’avoir partagé cette vidéo, et plus encore, d’avoir donné un écho au GROS. En effet, comme plusieurs filles j’ai pensé que perdre mes kilos en trop se ferait par un rééquilibrage alimentaire, méthode saine, etc. Sauf qu’au bout d’un mois, je me suis bien aperçue que cela devenait contraignant, cette obsession d’avoir toujours des légumes, des lipides, des glucides, des protéines. Rien de naturel.

    Depuis, j’ai découvert Zermati grâce à l’une des ses interviews sur YT, elle concernait son livre sur Dunkan. (d’ailleurs petite parenthèse, sur YT toujours, j’ai vu un discours de Dunkan lors d’une conférence qui débute par « acceptons-nous que l’espèce humaine devienne une espèce en surpoids » ou quelque chose de similaire. J’ai trouvé ceci d’une violence, d’une discrimination voire d’un eugénisme aussi consternant que dangereux.)

    Depuis j’ai acheté ses livres, et pris en compte ses conseils. Je dois dire qu’ils paraissent simples sur le papier, en revanche au quotidien les choses sont différentes. Je me suis aperçue, comme Hélène le soulignait, à quel point le finis ton assiette, mange à heure fixe, etc. étaient ancrés dans les esprits. Plus encore, j’ai pris conscience de comportements alimentaires de ma famille qui sont des non-sens (par exemple, l’obsession de manger du pain en plus à chaque repas, parce qu’il le faut le pain c’est la base).

    Bref, je me sens soulagée, bien que cela ne soit pas toujours aisé. J’ai perdu du poids tranquillement, mais à vrai dire je suis plus concentrée sur ma faim/ma satiété que mon poids, limite c’est devenu tout à fait secondaire, pour schématiser, je serais plus gênée d’avoir mangé lorsque je n’ai pas faim que d’avoir pris du poids, c’est un peu étrange mais j’imagine que c’est le début et qu’après on arrive à mieux se connaître, etc.

    Voilà tout ça pour dire que je suis d’accord avec vous, le « rééquilibrage alimentaire » est bien un régime et qui parfois touche de très jeunes filles (constaté sur YT). C’est pernicieux, et je souhaite à tout le monde d’avoir la chance de tomber un jour sur la voix intelligente, sensée, lucide et bienveillante du Dr Zermati.

    Bonne jorunée Hélène et à tous !

  66. #66 Hélène le 14 mars 2014 à 12 h 31 min

    Isa: merci pour ton commentaire ;-)

  67. #67 Gracie le 14 mars 2014 à 18 h 25 min

    LaGrandeJulie:

    Le médecin à Rennes m’intéresse beaucoup, vraiment beaucoup !

  68. #68 Camomille le 15 mars 2014 à 11 h 17 min

    Bonjour Hélène,

    Merci pour ta vidéo. Toute mon adolescence et mon enfance je me suis faite traitée d’anorexique. Ça m’a fait beaucoup de peine car je n’ai jamais été anorexique (juste mince) mais ma maman est boulimique donc c’est un sujet douloureux. Ma mère ne m’a jamais obligée à manger certains aliments plutôt que d’autres. Malgré cela j’ai mis beaucoup de temps à m’accepter à être bien dans mon corps. Mes copines s’habillaient en 38-40 alors moi je faisais comme elles. Sauf que je fais un 34-36. Résultat j’étais triste et mal habillée.
    Je me suis rendu compte de mon erreur le jour où ma mère m’a dit: « Pourquoi tu n’achètes pas des vêtements à ta taille? Tu serais plus jolie parce que là… c’est plus possible »

    J’ai aimé cette vidéo que j’ai trouvé drôle et déculpabilisante. Je rajouterai donc une dernière idée reçue si vous le voulez bien: « Ce n’est pas parce qu’on a des troubles alimentaires que nos enfants en auront ».

  69. #69 Isa le 15 mars 2014 à 11 h 29 min

    Salut Hélène,

    Merci pour cet article, même si un simple « merci » ne sera je pense pas suffisant pour m’avoir fait découvrir la précieuse philosophie du docteur Zermati.
    Je ne suis pas en surpoids, mais ai depuis quelques années un trouble du comportement alimentaire.

    Pour résumer assez rapidement la situation: j’ai eu une enfance géniale, où je ne me souciais pas du tout du nombre de calories que j’ingurgitais, et mon alimentation était toujours guidée par mon plaisir de manger, je n’ai aucun souvenir d’enfance où je me suis forcée à manger quelque chose qui ne me plaisait pas.
    Mes parents ont toujours veillé non pas à ce que je mange « équilibré », mais à ce que je mange de tout, pour justement que je puisse me faire une idée de ce qui me plait et ce qui ne me plait pas. Comme le dit le docteur Zermati, le gars qui arrive à se nourrir exclusivement de brownies et de pizzas pendant un mois mériterait une médaille, on est omnivores et ce n’est pas pour rien!
    Bref, j’arrivais à me réguler pour ainsi dire toute seule et tout allait très bien, j’avais un ou deux kilos de trop à l’adolescence, mais rien de bien préoccupant.
    L’année de mes 15 ans, je suis partie en voyage linguistique en Angleterre, et ai pris pas loin de 6 kilos en un mois, vu que je venais de passer un mois à grignotter H-24 de la « malbouffe » sans faim et que mon corps était clairement en mode « too much » . Sauf que plutôt que d’attendre simplement que tout rentre dans l’ordre une fois repris ma vie d’omnivore qui arrive à ne pas manger sans faim, je me suis laissée influencer par mes copines de l’époque et leurs réflexions sympas, qui m’ont fait me sentir hyper mal dans ma peau. J’ai commencé à tenter de contrôler mon alimentation mais n’y arrivais pas du tout (car pas programmée pour ça, donc), et continuais à prendre du poids, forcément.
    Faisant part de mon malaise à mes parents, on s’est dit qu’aller voir un nutritionniste pour « réapprendre » à manger. Sur les conseils d’une amie de ma mère, nous sommes allées voir le docteur C, qui avait « fait des miracles » sur la fille de ladite amie (qui soit dit en passant vient de se faire poser un anneau gastrique à 24 ans). Je me rappelle la scène comme si c’était hier, le fameux médecin commence l’entretien en me disant « bon, évalue-moi combien de calories tu manges par jour ». Je l’ai regardé avec des yeux écarquillés car je n’en avais aucune idée. Il a donc opté pour qu’on parte sur le régime à 1200 calories par jour, en visant une perte de poids 700g par semaine, me notant dans un coin que si la perte hebdomadaire était inférieure à ce seuil il était conseillé de faire une journée à 900 calories pour « booster » la perte de poids.
    Me voilà donc partie avec mes consignes, pleine de bonne volonté, mais évidemment le régime est très vite devenu très contraignant et je ne perdais pas de poids, pire, j’en reprenais car je n’arrivais plus du tout à me contrôler (et mangeait donc littéralement à volonté les fameux « légumes vapeur » autorisés sans fin). J’ai décrété que ce médecin était un charlatan et que je ne voulais plus aller le voir, « merde aux régimes » en somme.

    Quelques mois plus tard, je suis tombée dans une dépression sérieuse, à laquelle s’est ajoutée un épisode anorexique qui a duré pas loin de 3 ans. Pendant cette période, je me suis renfermée sur moi-même, et ne trouvais de repère que dans le contrôle drastique que je m’imposais sur mon alimentation. Je ne mangeais presque plus rien, mais ne ressentais pas la faim, ou du moins ne l’écoutais plus. Je m’arrêtais de manger parce mon assiette était vide (bien que très peu remplie). Et me suis totalement déréglée.

    Aujourd’hui je vais mieux, c’est un fait. Je ne pèse plus 40 kilos, j’arrive à aller au restaurant et à partir en vacances avec des amis, mais je n’ai pas un comportement normal face à la nourriture et ça me pèse. Le pire dans l’histoire, c’est que comme j’ai de nouveau un corps « normal », mon entourage pense que je suis guérie, mais ils ne voient que la face émergée de l’iceberg.
    Je vis un vrai calvaire quotidien, à continuer de compter tout ce que je mange. J’essaye de manger de tout, mais ne peux m’empêcher d’être en calcul permanent. Je n’arrive plus à écouter mes sensations alimentaires, ne reconnais que depuis peu la sensation de faim, mais n’arrive pas encore à distinguer le rassasiement et la satiété.

    J’ai commencé à lire le bouquin du docteur Zermati, et c’est une vraie révélation. Je pense vraiment qu’il va m’aider à me réconcilier avec mes sensations et à simplement vivre la vie normale d’une jeune femme de 23 ans.

    Donc grand merci Hélène pour cette découverte.

    Très bon weekend à toi et encore merci,
    Isa

  70. #70 Hélène le 15 mars 2014 à 13 h 49 min

    Camomille: merci pour cette dernière phrase, que je trouve très réconfortante (comme beaucoup de gens, je pensais que c’était un truc qui se transmettait quasi à tous les coups).

    Isa: je suis vraiment heureuse de lire que ça va t’aider, ça me fait super plaisir !

  71. #71 Camomille le 15 mars 2014 à 16 h 58 min

    Hélène: Je comprends tout à fait ce que tu veux dire par là. Mais je crois que c’est ce dont veulent parler les médecins dans la vidéo lorsqu’ils disent qu’il faut aider les personnes à comprendre pourquoi elles grossissent et non juste traiter la prise de poids. Ma mère pense être boulimique à cause d’un traumatisme subi dans l’enfance. Elle ne s’est jamais cachée devant nous et nous a toujours dit: »maman vomi parce qu’elle est malade mais toi tu n’es pas malade voilà pourquoi tu ne fais pas ça ».
    Je ne suis pas du tout en surpoids et me sens toujours mal à l’aise de poster un commentaire sur ces sujets-là. Pourtant je me sens tellement proche de toutes ces filles qui commentent et je les en remercie car ça m’aide à mieux comprendre les complexes de ma mère et son mal être. Je t’avoue être nulle en make up mais j’ai commencé à regarder tes vidéos parce que je trouve ça trop cool d’être bien dans ses baskets comme toi. Merci encore pour ton blog avec tes vidéos qui « durent mille ans » sur des trucs qui me fascinent (mais non je n’achèterai pas 15 vernis nude) et des trucs sérieux et émouvants (comme le post de mélanie D) qui nous aident toutes à être plus femmes.

  72. #72 Hélène le 15 mars 2014 à 18 h 11 min

    Camomille: effectivement s’il n’y a ni déni ni non-dit, ça doit faire une vraie différence.

  73. #73 jo_elle le 17 mars 2014 à 8 h 18 min

    pour moi les regimes ca ne fait pas plus grossir a la base que le sport; si un jour on commence l’un ou l’autre c’est pour la vie sinon le jour ou on arrete on grossi forcement. apres je suis completement d’accord avec l’alimentation, l’histoire du sandwich et de la pomme etc

  74. #74 Hélène le 17 mars 2014 à 10 h 10 min

    jo_elle: euh pour le sport ça dépend à quel niveau on en fait ;-)

  75. #75 Leopoldine le 17 mars 2014 à 10 h 38 min

    Une taille 42/44 affichée depuis des années! Ma grossesse a pas du tout laissé de kilos,je suis en bonne santé,plutot bien dans mon corps même s’il ne corresponds pas aux idéaux de cette société. Zéro régimes,je me suis stabilisée une fois que j’ai stoppé toute restriction,je mange a ma faim,j’ai redécouvert avec plaisir les bonnes choses sans culpabilité… Désormais,je bouge plus a 2kg près. Fini les changements de garde robe tout les deux mois because perte/prise de poids. Je suis passée du 38 au 48…
    Les régimes sont un cercle vicieux,infernal : une fois que tu commence,tu finis plus,tu regrossis,t’es frustré-e,ça te bouffe ta confiance en toi et ta vision de ton corps est totalement faussée…
    Hélène,je suis ravie de voir que tu ne soutient pas les régimes et cie,j’avais jamais vu ça avant chez les blogueuses ( beauté ou non )… :)

  76. #76 megly le 17 mars 2014 à 23 h 59 min

    Merci Hélène pour cette vidéo qui me conforte dans mes idées . j’ai eu pendant 44 ans « la chance » d’être mince, 54 kg pour 1m64 et arrivé à la prémenopause ,j’ai soudain pris du poids du au fait que depuis mon adolescence ,j’ai toujours souffert de troubles alimentaires (anorexie et puis boulimie bien après ) qui n’avaient pas de conséquence sur mon poids et la j’ai entamé une période fatidique de régime avec l’effet yo-yo puis il y a 2 ans je suis tombée gravement malade avec pendant un an un traitement lourd qui a entraîné une énorme prise de poids me rendant obèse j’avais vu avant psy , diététicienne… la maladie a eu un effet salvateur, c’est que l’ histoire du poids est devenu secondaire et depuis je mange quand j’ai faim et j’ai déjà perdu 10 kilos en 2 mois sans régime car j’ai décide de m’accepter et que le bonheur ne réside pas dans une taille 38 mais je trouve le monde de plus en plus cruel pour les jeunes femmes car le gros véhicule une image totalement négative dans tous les domaines et certains hommes tiennent des discours horribles à propos de leurs compagnes ,ne tolérant pas qu’ elles prennent un gramme , c ‘est à nous les femmes de se réveiller et de ne plus accepter ses diktats.Je te remercie avec tes blogs et ta chaine youtube de montrer que on peut prendre soin de soi sans pour cela être mince et contrairement à beaucoup de blogueuses et youtubeuses de ne pas inciter à faire des régimes.

  77. #77 Hélène le 18 mars 2014 à 9 h 55 min

    Leopoldine: megly: je suis étonnée de ce que vous dites à propos des blogueuses qui prônent les régimes, je ne savais pas (il faut dire que je ne lis pas de blogs, donc forcément je ne suis pas super au courant ;-).

  78. #78 sissi le 18 mars 2014 à 10 h 54 min

    megly: Je n’ai pas encore vu la vidéo mais j’ai lu plusieurs commentaires. A Megly : effectivement la société est impitoyable sur la question du poids, mais j’ai l’impression que ce sont surtout les femmes qui sont dures avec elles-mêmes et entre elles (et ce sont elles qui sont journalistes des magazines féminins). Les hommes sont plus bienveillants je trouve. Mon homme a bien accepté mes kilos supplémentaires d’après grossesses, il m’a aidé à accepter de ne plus faire une taille 38.

  79. #79 emily le 31 mars 2014 à 23 h 10 min

    Bonjour Hélène,

    Je vais régulièrement faire un tour sur ton blog, c’est d’ailleurs le seul blog beauté que je consulte, j’aime le ton de tes vidéos :-) et tu teste tellement de produits, y’en a toujours au moins un qui m’intéresse !
    Merci d’avoir publié ce lien, j’ai (presque) tout regardé et c’est très intéressant. J’ai pris 10kg en a peine 3 mois suite à un pb d’hypothyroïdie, ça va faire bientôt trois ans et j’ai pas réussi a revenir a mon poids de croisière depuis…
    Au début de ma maladie j’avais toujours faim, mais vraiment ! et je n’avais aucune sensation de satiété, je m’en suis rendue compte un jour où je mangeais a la pizzeria et après avoir dévoré une pizza toute entière j’avais encore assez faim pour en avaler une deuxième ! Même si j’ai toujours été gourmande j’ai toujours su m’arrêter. Ma thyroïde malade a complètement déréglé mon corps et encore aujourd’hui j’ai beaucoup de mal à l’accepter. Au quotidien je vis très bien, ma maladie est comme invisible, je ne subis plus les effets secondaires (fatigue, froid, dépression) … mais moi je la vois bien sur mon corps…
    Je vais surement me rapprocher du GROS. Merci pour ton aide !

  80. #80 Hélène le 31 mars 2014 à 23 h 24 min

    sissi: mais évidemment que les hommes s’en foutent complètement, tout comme on s’en fout qu’ils aient un peu de bide ou un début de calvitie, grâce au ciel !
    Qui peut être assez… peu confiante en elle-même / mal informée / rétrograde, pour penser qu’en 2014 les mecs ne veulent que des mannequins (dans ce cas les gars, essayez donc de vous trouver un charter pour la planète Mars).

    emily: merci à toi pour ton commentaire !

  81. #81 Nicole le 27 mai 2014 à 14 h 10 min

    Souvent je me dis que je perds beaucoup de temps sur internet et là mes deux heures ont été très enrichissantes !
    conférence passionnante et qui arrive à point nommé dans ma réflexion sur le poids ! Merci beaucoup….

  82. #82 Hélène le 27 mai 2014 à 14 h 13 min

    Nicole: je suis très heureuse que ça soit utile !

  83. #83 Emilie le 2 juin 2014 à 15 h 01 min

    Ayant été étudiante diététicienne avec un parcours personnel assez particulier (surpoids depuis ma plus tendre enfance, passage à l’adolescence par un poids totalement totalement « normal », troubles du comportement alimentaire… j’en passe et des meilleurs), je trouve cette vidéo plus qu’intéressante. Quand on voit déjà les noms des intervenants: Messieurs Lecerf et Apfeldorfer, on ne peut qu’écouter tout cela avec attention.
    Hélène mentionnait ses lectures du docteur Zermati, je vous encourage à lire ces deux messieurs également, très peu médiatisés en comparaison avec d’autres de leurs collègues tels que Cohen (ou pire encore… Dukan!).
    Ayant été des deux côtés du bureau (devant ceux des diététiciens et nutritionnistes en tant que patiente et derrière en tant qu’étudiante), je peux vous dire que c’est à peu près comme les psys: il existe autant de diet que d’êtres humains.
    Chacun a son parcours personnel et quant à la pratique, il n’existe aucune reglementation qui les obligerait à pratiquer de telle ou telle manière.
    Donc trouver un bon diététicien sera comme trouver un bon psy.
    Je précise que je ne prêche pas pour ma paroisse car je ne suis pas diététicienne ;) et malheureusement avoir son diplôme de diet ne signifie en aucun cas être apte à l’être. Les connaissances sont une chose, l’empathie en est une autre.
    Donc pour les filles qui liraient ces petites lignes et qui chercheraient à consulter, je ne peux que vous encourager à demander un maximum d’informations sur la façon de pratiquer. Quand vous prenez rdv au téléphone, n’hésitez surtout pas à demander comment se déroulent les rdv: pesée ou non (et oui tous les diététiciens ne pèsent pas forcément leurs patients), quel est le « programme » qui vous ai remis et comment est-il établi… il ne faut pas hésiter.
    Certains diététiciens sont complètement incapables d’imaginer une seule seconde tout ce par quoi on peut passer quand on a des problèmes de poids!
    Et l’un des aspects les plus délicats dans un entretien, c’est l’évaluation des prises alimentaires. C’est-à-dire que le/la diététicien(ne) doit d’abord calculer tout ce que vous mangez, pour ensuite savoir combien on peut enlever.
    sauf que quand vous tomber sur un maigrichon pour qui la moitié d’une tablette de chocolat représente déjà une quantité effroyable, autant vous dire qu’il/elle vous sous-estimer vos prises alimentaires plus ou moins consciemment. (car oui une tablette de chocolat quand on est aux mains du démon alimentation, je considère que c’est pas grand chose).
    Bref… Hélène a raison de dire qu’il est long de se décomplexer niveau nourriture. Bref, c’est en donnant du crédit à des personnes comme le professeur Lecerf et Monsieur Apfeldorfer et non pas à d’autres nutritionnistes hypermédiatisés que vous parviendrez sûrement à trouver des pistes qui vont réconcilieront avec l’alimentation.

  84. #84 Hélène le 2 juin 2014 à 15 h 54 min

    Emilie: merci pour ce commentaire !

  85. #85 La vérité sur la science / Où j’en suis niveau poids? « Se Sentir Belle le 19 juin 2014 à 13 h 21 min

    […] à aller voir ma vidéo concernant mon poids (machin) à lire l’article d’Hélène (chose) et à regarder la vidéo du GROS (bidule). Si vous voulez plus d’informations, […]

Remonter en haut de la page