Donner pour qu’on (si on) vous donne ?

18 décembre 2006

L’autre jour je suis allée à une soirée organisée par une association, dans le but de les soutenir avant tout. Et moi qui y allais pour donner (un peu de temps et de présence), j’ai reçu bien plus que je n’attendais.
A vrai dire je n’attendais rien, serait-ce le secret du partage ?
Non je ne vous fais pas un plan magie-de-Noël-Jésus-avec-nous, simplement j’avais un peu perdu de vue ces derniers temps ce que c’était de recevoir sans avoir rien demandé (ça m’apprendra à ne plus cuisiner et à ne plus passer mon temps sur le Forum de Marmiton), et ça m’a fait drôlement de bien.
Je crois dur comme fer que si on veut recevoir il faut commencer par donner. Je l’ai appris d’une grande amie, parce que ça n’était pas dans mon éducation de base.
Et j’ai découvert en pratiquant cette théorie sur des sujets particulièrement rétifs au don gratuit et désintéressé, qu’elle se vérifiait généralement.
Le truc étant évidemment de commencer par donner. De façon réellement désintéressée, et sans avoir la trouille de se faire avoir. Pas toujours facile. Question de période et d’état d’esprit, certainement. De confiance, évidemment. D’envie de prendre un (tout petit) risque, toujours.
Et ça fonctionne. C’est une base de relation humaines hyper satisfaisante, étonnante, parfois même exaltante.
C’est bon, j’ai fini ma minute Bisounours, on peut recommencer à se prendre le chou sur des sujets majeurs comme la crème de nuit ;-)

60 commentaires Laisser un commentaire
Psycho (de comptoir ?)

Vous aimerez aussi

60 commentaires

  • #1 Anne Cé le 18 décembre 2006 à 10 h 38 min

    et oui ! comme tu as raison !
    j’ai découvert cette grande leçon à plusieurs reprises. je me souviens encore de la "première fois" (ça fait 10 ans !!)
    en arrivant, pleine de bonnes intentions, un peu bien pensante, pour "donner un peu"… et finalement c’est toi qui repars en ayant reçu infiniment plus que la pauvre goutte d’eau que tu prétendais apporter… (reste ensuite à continuer d’apporter des gouttes d’eau)

  • #2 miss Trop le 18 décembre 2006 à 10 h 40 min

    Je suis persuadée que d’émettre des "ondes positives" amène des "ondes positives"… c’est un peu ce que tu dis là… si tu donnes (ton temps, ou ce que tu peux d’autre) sans arrière-pensée, tu révupères autant en échange…
    C’est avec ce genre de pensées que le monde individualiste et superficiel actuel restera humain… Mais pas si facile de s’accrocher à cette certitude dans notre monde actuel.

    Et donc cette crème de nuit ? ;)

  • #3 christelle le 18 décembre 2006 à 10 h 42 min

    Serais-je la première ?!!

    Salut hélène, ca fait un moment que je lis ton blog, j’aime beaucoup ton style et souvent, tu me fais bien rire !
    Bonne continuation et Joyeuses fêtes à tous !

  • #4 caro ronde et jolie le 18 décembre 2006 à 11 h 13 min

    Tout à fait d’accord avec toi Hélène. Et ça marche dans tous les domaines en plus.

  • #5 Vendredi13 le 18 décembre 2006 à 11 h 24 min

    bien d’accord avec toi et tres bien dit comme d’hab ;-)

  • #6 celia le 18 décembre 2006 à 11 h 24 min

    j’adore offrir par contre j’ai du mal à recevoir et à dire merci
    je me sens trop genée alors que pas du tout quand c’est moi qui offre….

    bizarre, non?

  • #7 Sidoniebis le 18 décembre 2006 à 11 h 24 min

    Ah, mais c’est pour ça que tu donnes tes agendas Cosmo et Biba! Non je rigole… (une lectrice qui lit régulièrement ce blog et qui se décide à sortir de l’ombre…). Bonne continuation à toi.

  • #8 funamubline le 18 décembre 2006 à 11 h 25 min

    plan magie-de-Noël-Jésus-avec-nous, minute Bisounours, se prendre le chou sur des sujets majeurs comme la crème de nuit

    Je suis morte de rire, toute seule, dans un couloir d’université: zéro crédibilité!
    Et je ne te remercie pas!!!

  • #9 Minicabe le 18 décembre 2006 à 11 h 28 min

    Je suis assez d’accord sur le fait qu’il faut avant tout donner.

    C’est comme pour les cadeaux, j’adore faire des cadeaux mais j’ai souvent du mal à les recevoir, je me sens gênée et ne sais pas trop comment réagir.

    Bref, une très bonne période pour parler de ça :-)

  • #10 Emma Bovary le 18 décembre 2006 à 11 h 30 min

    Une petite leçon à la Mr. Scrooge! Oui, c’est dans l’air du temps… Dickens serait content! Merci pour ce petit rappel sur la générosité humaine, Hélène!

  • #11 Hélène le 18 décembre 2006 à 11 h 35 min

    Sidoniebis sois la bienvenue ! ;-)

    Minicabe, celia, c’est vrai que c’est parfois plus facile de donner que de recevoir, c’est pour ça qu’il faut s’entraîner dès qu’on peut ;-)) Blague à part, c’est important pour la persone qui vous donne, ça vaut le coup de passer sur sa gêne éventuelle et de juste crier "merciiiii" en sautant partout ;-)

    funambuline tu surfes sur internet dans des couloirs de fac ?? Quel est ce nouveau mystère ?? ;-)

    Vendredi13, caro, merci les girls ;-)

    Christelle je te souhaite la bienvenue, je pense que c’est ton premier commentaire ? Puis-je te demander dans ce cas de personnaliser un tout petit peu ton pseudo afin que je te dinstingue plus facilement des autres Christelle ? Merci ;-)

    missTrop c’est exactement ça ! Envoyer des ondes positives les provoque aussi chez les autres !

    Anne Ca tu fais bien d’attirer mon attention sur l’importance de continuer d’apporter des gouttes d’eau ensuite ;-)

  • #12 fanchette le 18 décembre 2006 à 11 h 39 min

    Ouwa… la vache !! Toutes ces ondes positives d’un coup… on n’a pas l’habitude ! ;-)
    Comment faire comprendre à tous les Fâcheux du globe, que c’est pas hype de faire la gueule. Que c’est plus agréable pour soi et les autres d’être aimable, de penser à son prochain (ouha là, y’a Jésus qui me guette aussi !)…
    Merci pour la minute bisounours (tu devrai en faire une rubrique tiens ?!)

  • #13 Michèle Rader le 18 décembre 2006 à 11 h 48 min

    Bravo. On peut aussi donner sans recevoir, recevoir sans donner (surtout si on est blonde avec une forte poitrine :-D). Il ne faut pas calculer et y aller avec ce que l’on a de meilleur. Personnellement, j’ai des difficultés à donner de l’argent (personne n’est parfait :-D), mais de mon temps, de mon énergie (enfin pas maintenant car elle ne vaut que prout pour l’instant) et de mon optimisme j’en donne tout le temps. J’ai travaillé trois ans dans l’humanitaire dans des pays en conflit, dans le social (femmes maltraitées, requérants d’asile) et je fais régulièrement du bénévolat (moins maintenant cf plus haut vu que j’ai une énergie de mollusque grâce à mes bébés qui, eux, n’en manquent pas). J’en ai fait en hôpital, l’école des devoirs pour des enfants étrangers, et il y a quelques semaines: une journée à la cuisine pour les 10 ans d’hôpiclown. Je suis loin d’être une sainte (enfin si vous insistez ….) mais comme dit Hélène, donner ça rapporte. Il n’y a rien de plus ravigorant que de se sentir utile. Je veux croire que l’être "humain" a le droit à son appellation. C’est pas toujours facile.

  • #14 Mouniou le 18 décembre 2006 à 11 h 51 min

    Je suis bien daccord avec ton billet !
    Et avec ce que tu dis Miss Trop sur l’individualisme contemporain ; donner sans rien attendre, (ne serait-ce que de l’attention parfois), est une antidote bien nécéssaire actuellement.
    Par contre, c’est vrai il y a la peur de se faire avoir : je suis peut-être une affreuse, mais je ne donnne pratiquement jamais aux "clochards" qui me tendent la main dans la rue. Mais là, c’est peut-être un peu different…

    J’aime bien donner pour manifester mon affection, mais il me semble que je le fais moins. Ben zut !

    Ton article est trés satisfaisant, et remettra des pendules à l’heure.

  • #15 Michèle Rader le 18 décembre 2006 à 11 h 56 min

    Ah et j’oubliais: je donne aussi mon sang et je suis inscrite comme donneuse de moelle. Pour la moelle c’est une décision qu’il faut prendre en connaissance de cause car au cas où il y aurait une compatibilité avec un receveur il y a hospitalisation, mais pour le don de sang, n’hésitez pas, allez-y.

    Je suis bien une sainte finalement, faudra que je le dise à ma moitié. Je suis sûre qu’il aura à redire sur la question ;-D

  • #16 Luludéziles le 18 décembre 2006 à 12 h 44 min

    Voilà un bien joli billet! (enfin, je trouve les billets sur les poneys en string et les smoky eyes bien jolis aussi, ne te méprends-pas :D )
    D’accord avec Miss Trop, sur le fait que si on envoie des ondes (ou des trucs ou des machins, ondes ça fait un peu science fiction, paranormal, genre presque ça fait peur je trouve) positives, on en reçoit plein aussi.

    Bon il vient ce billet sur la crème de nuit oui ou quoi? ;) :D

  • #17 Hélène le 18 décembre 2006 à 12 h 49 min

    Ah ah, la crème de nuit est un leurre, j’ai aucun billet en réserve sur la crème de nuit, en réalité ;-))

    Mais j’ai d’autres trucs hein, vous en faites pas, c’est pas les idées qui manquent ;-)

  • #18 sandra le 18 décembre 2006 à 12 h 55 min

    C’est la course finale avant Noël … j’ai sorti mon traîneau virtuel pour faire le grand tour des blogs que je visite.

    Blogueuses, brodeuses, scrappeuses, cordon-bleu, philosophes, grandes lectrices et/ou humoristes, vous êtes toutes à votre façon talentueuses, orginales et drôles. Je ne vous laisse pas toujours de message mais ce coup-ci, je me rattrape :

    Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année !

    Sandra de Boulogne

  • #19 galibouette le 18 décembre 2006 à 13 h 13 min

    Bonjour Hélène

    Quel beau sujet en ce moment de fêtes où il est important de se rappeler quelques principes.
    Donner est si facile mais recevoir…
    Perso je suis assez généreuse mais c’est souvent à sens unique.
    Je n’envoie peut être pas assez d’ondes positives..

    Merci en tout cas, il est agréable de réfléchir de temps en temps ^^

  • #20 elmaya le 18 décembre 2006 à 13 h 55 min

    C’est si vrai… mais pas toujours facile !
    Donner, ça s’apprend… Ca demande un peu de confiance en soi, passer par dessus la crainte "on va croire que je demande quelque-chose en échange", tout bêtement. Après, il faut aussi apprendre à recevoir !

    Même quand on croit ne rien avoir à donner, il reste toujours un sourire à offrir…
    Je me rappelle une vieille dame que je croisais de temps à autre il y a bien des années, elle avait un si joli sourire… Son sourire illuminait ma fin de journée…
    C’est un peu grâce à elle que j’ai appris à sourire dans la rue, simplement parce que j’en avais envie, à des gens inconnus…Il ne faut pas hésiter non plus à offrir un compliment (s’il est sincère).

    Il y a une chanson qui résume très bien tout ça : c’est "savoir aimer"…

    Bon, fin de ma minute bisounours, faut que j’aille m’acheter du blush pour les fêtes! ;-)

  • #21 cornélie le 18 décembre 2006 à 14 h 39 min

    Ce que j’entendais à la maison quand j’étais enfant, c’était: Surtout ne jamais avoir à dire merci!

    Finalement, ça demande aussi de la générosité de savoir recevoir…

    Merci pour ce billet! :-)

  • #22 Hélène le 18 décembre 2006 à 15 h 01 min

    Roh oui je suis d’accord avec toi cornélie, savoir recevoir c’est accepter d’offrir le plaisir du don à celui qui donnne, aussi, et c’est pas toujours évident (perso j’aime pas recevoir un truc que quelqu’un que j’aime pas, par exmple ;-)).

  • #23 Nounsse le 18 décembre 2006 à 15 h 09 min

    Joli billet :-)

    Je suis assez pensive à la lecture du commentaire de Cornélie (n°21)…

    Pouvoir recevoir, c’est à mon avis accepter d’être bienveillant à l’égard de soi-même.

    Bon ben voilà, sur ces réflexions violonesques (avec des envolées de violons donc, oui j’invente des mots), c’est pas l’tout, mais je suis bien intéressée par un post sur les crèmes de nuit.

  • #24 pomme le 18 décembre 2006 à 15 h 13 min

    Moi aussi je trouve ça infiniment plus difficile de recevoir que de donner…

    Mais on s’éloigne du sujet ;-) Donner pour donner, c’est la seule façon de vivre, disait France Gall dans sa chanson. L’avait bien raison ;-)

    C’est important de ne pas se laisser décourager de donner. Pas toujours facile, mais très important.

  • #25 Lilo le 18 décembre 2006 à 15 h 14 min

    Personnellement, je trouve que donner, c’est bien plus facile que de recevoir.
    Quand je passe quelque part, je vois quelque chose qui me fait penser à quelqu’un, hop je le prends, pour raison particulière, ça me fait plaisir à moi de faire plaisir. De montrer que je pense aux gens.
    En fait, j’ai l’impression que pour moi, ma générosité n’est que de facade, et qu’au fond, c’est assez égoïste, je le fais pour me faire plaisir.
    De tomber juste, de voir la tête des gens, ça me fait extrêmement plaisir.
    C’est presque une drogue. J’ai besoin que les gens sioent contents et sachent que j’ai pensé à eux pour un truc, même aussi débile que de prendre leurs chocolats favoris au supermarché, comme ça, pour rien.

    Par contre, recevoir c’est une autre affaire.
    Je me sens tout de suite gênée, j’ose jamais trop rien dire, je ne sais pas comment réagir, même si intérieurement, j’éxulte de joie.
    Ca doit venir de mes origines.
    Au Japon (oui je sais "encore!"), on se fait des cadeaux pour tout et rien. Mais une chose très importante, ils ne doivent pas s’ouvrir devant le "donneur". On attend d’être seul, pour profiter de son cadeau pour soi. Et après seulement on dit merci, par lettre.
    C’est comme ça en particulier quand on va chez quelqu’un, on fait tjs un cadeau, mais il doit le garder et attendre que l’invité soit parti. Ben oui, si t’amène une boite de macarons Ladurée à ton hôte, c’est pas pour les manger à sa place non?
    Enfin bref, dans mon cerveau, la réception doit être emprunte de discrétion, je dirais presque de pudeur. J’aime ce côté secret, rien que moi (et la personne qui offre, puisque même si elle est pas là, elle sait ce qu’elle a offert).
    Je dois donc me faire violence pour ouvrir des cadeaux en public, mais je trouve toujours ça un peu indécent. Il y a quelque chose de privé à mon avis, entre le donneur et le receveur.
    Ne serait-ce que pour ne pas mettre mal à l’aise celui qui reçoit, ou même les autres qui ne donnent pas forcément autant (que cesoit parce qu’ils ne peuvent pas, ou ne veulent pas).
    Mais c’est pas vraiment le cas en France.

    Ca vaut aussi pour les oeuvres caritatives et les aides aux plus démunis.
    Je pense qu’il y a besoin d’anonymat, et de pudeur, dans les deux cas.
    Voilà.

  • #26 Hélène le 18 décembre 2006 à 15 h 35 min

    Je suis assez d’accord avec toi sur la pudeur Lilo, je trouve aussi embarrassant d’ouvrir plusieurs cadeaux en public, je préfère le faire seule avec le donneur, je crains souvent de mettre les autres mal à l’aise pour les raisons que tu as évoquées.

    Quant au caritatif, je ne suis vraiment pas du genre à clamer des slogans religieux (dieu m’en préserve, hi hi ;-)), mais le plan "ta main droite doit ignorer ce que donne ta main gauche", ça me convient assez ;-)

  • #27 anne k le 18 décembre 2006 à 16 h 20 min

    On a un peu trop tendance à confondre "gentil" avec "con" / "pigeon" / "imbécile heureux"…

  • #28 sucette à la menthe le 18 décembre 2006 à 16 h 36 min

    Très joli billet ettrès jolie citation de ta part : "ta main droite doit ignorer ce que donne ta main gauche"! A méditer….

    Totalement HS : il n’y a plus de lien vers le blog de deedee…et j’y accédais en passant par ton blog… une adresse?

  • #29 ombrelle le 18 décembre 2006 à 17 h 02 min

    coucou!!

    quel sujet!! c’est vrai qu il ya toujours la trouille de se faire avoir ….mais quand t’as depassé ca , c’est un vrai luxe de pouvoir partager ces moments….

    helene , on t’adore pour ton blog et le reste, alors continue!!!!

  • #30 lilouever le 18 décembre 2006 à 17 h 13 min

    J’aime beaucoup donner, surtout aux gens que j’aime et j’aime les voir heureux :).
    Recevoir, c’est la joie des petites filles pour ma part.

  • #31 laurevolume le 18 décembre 2006 à 17 h 27 min

    C’est une super démarche ! C’est génial de pouvoir rencontrer des gens avec qui on peut organiser des choses comme ça !!! Moi je fais des petits cadeaux à mes élèves en ce moment, c’est un vrai bonheur :)

  • #32 sophie202 le 18 décembre 2006 à 17 h 42 min

    Salut les filles,

    et bien là j’adhère aux propos et plutôt deux fois qu’une… Sauf que moi c’est plutôt le trop donner qui aparait dans mon éducation de base. Mais sincèrement la peur de se faire avoir ou entuber m’est assez étrangère, peut être n’ai je pas pris assez de claques, peut être suis je trop optimiste j’en sais rien.

    Mais toujours est il que je crois profondémment en la nature humaine, ma plus grande croyance (et seule) est là.
    Je suis sure qu’on peut tout à fait apprendre à donner sans tout ou trop donner. Ne pas se faire grignotter par les autres tout en restant profondemment généreux et altruiste c’est tout à fait possible et le tout, je le dis et je l’affirme ;-)), tout en préservant la part d’égoisme nécessaire à chacun d’entre nous.

    Voui voui j’y crois, d’ailleurs c’est pas une question de croyance et si je n’avais pas peur de paraitre péremptoire je dirais même que je le sais!
    En tout cas merci Hélène pour cet article, faire l’apologie de la gentillesse c’est pas si fashion en ce moment et c’est pas la première fois que tu t’y colle alors…

    Bises à toutes et à plus le filles

  • #33 joyeuseluronne le 18 décembre 2006 à 18 h 21 min

    Je suis 100% d’accord avec toi Hélène, par contre je ne trouve pas ça très cohérent le comportement qui consiste à aimer donner mais pas recevoir. C’est important aussi, de recevoir, parce que l’un ne marche qu’avec l’autre (on ne peut donner s’il n’y a pas quelqu’un pour recevoir). Savoir recevoir, c’est savoir reconnaitre et honorer la générosité des autres, c’est leur donner le plaisir… de donner. Moi aussi j’ai eu ce comportement de vouloir toujours déverser mes bienfaits sur les autres tout en cherchant à refuser la moindre faveur de leur part. Jusqu’au jour, où un évènement tout bête m’a remis les idées en place : j’étais dans la dèche pour des raisons très triviales (à l’étranger en Afrique, vol de carte bleue, plus de cash en attendant le remboursement de l’assurance et l’arrivée de la nouvelle carte), et un ami m’a tendu, le plus simplement du monde, un billet pour tenir le coup financièrement en attendant. J’ai rougi, minaudé, refusé ; il a insisté, un peu agacé ; j’ai continué mes simagrés. Alors que lui faisait cela sans chichi, juste comme ça, parce que c’est mon ami. Et là, il m’a asséné : "pourquoi tu refuses, tu m’emmerdes ! Tu ferais la même chose que moi non ? Alors pourquoi tu refuses, parce que je suis noir et que t’es blanche ??!!" (c’était en Afrique). Je me suis sentie très bête. Effectivement, c’était un peu brutal, ce qu’il disait, mais tellement vrai. Au fond, il avait raison. Je voulais être dans la position de la grande âme qui secoure les pauvres… mais je refusais à mon ami de m’exprimer sa solidarité. La question de nos origines respectives n’était pas l’essentiel mais avait amplifié ma gêne : sous prétexte que ce mec était Africain, donc à catégoriser dans les "pauvres", qui "reçoivent", eh ben j’avais encore plus de mal, inconsciemment, à me laisser secourir par lui, parce que quelque part dans ma tête le rôle du sauveur était le MIEN.
    Eh ben depuis, je donne et je reçois avec grand bonheur !

  • #34 Hélène le 18 décembre 2006 à 18 h 44 min

    Waow ! Magnifique commentaire joyeuseluronne, et qui résume si bien la réalité !

    C’est vraique donner peut aussi être une forme de pouvoir sur l’autre, et il faut savoir recevoir simplement pour le contrebalancer…

  • #35 Joyeuseluronne le 18 décembre 2006 à 18 h 56 min

    Merci Hélène :-)
    J’ai tapé mon commentaire à toute vitesse, du coup désolée pour les répétitions et la coquille : dans la réponse que le mec m’a fait il faut lire "tu aurais fait la même chose POUR moi," (et non pas ‘la même chose que moi")…

  • #36 Hélène le 18 décembre 2006 à 19 h 00 min

    Ne t’en fais pas pour les fautes de frappe joyeuseluronne, on en fait toutes ;-) Si je ne corrige pas chaque mot que j’écris, c’est absolument illisible ;-)

  • #37 sophie L.L le 18 décembre 2006 à 19 h 22 min

    J’aime beaucoup ce billet Hélène et les commentaires très intéressants et celui de Joyeuseluronne, vraiment très "généreux" justement ! en donnant cet exemple qui lui est arrivé…
    J’aime autant donner que recevoir.
    Tout me fait plaisir !
    Mais le plus beau cadeau qu’on m’a fait c’est quelqu’un qui m’a écrit une nuit "je vous envoie un rayon de lune" ! (oui je sais, je suis une incorrigible neu-neu !)

  • #38 Valériane le 18 décembre 2006 à 20 h 32 min

    J’aime beaucoup ce texte, Hélène!
    Il m’a fait penser immédiatement à un extrait des Propos sur l’éducation du philosophe Alain (en particulier la dernière prase " il faut donner d’abord" ) sur lequel j’avais travaillé en terminale , il y a humhum années et qui m’avait beaucoup touché. Il m’a guidé dans mon engagement personnel et professionnel.
    lisible ici par exemple:
    philia.online.fr/txt/alai…

    C’est vrai aussi ce que dit Joyeuseluronne, et en cette période de cadeaux à profusion c’est bon de rappeler qu’il faut aussi savoir reconnaître et accepter la générosité des autres, personne n’a le monopole!

  • #39 funamubline le 18 décembre 2006 à 20 h 50 min

    pour le petit mystère… ils ont installé le wi-fi sur tout le campus, c’est fabuleux, mais bref, quand j’allume mon ordi pour bosser, je fais un petit tour chez toi… et j’éclate de rire… c’est malin :-)

  • #40 Mouniou le 18 décembre 2006 à 20 h 50 min

    Les gens qui n’aimaient pas recevoir (cadeaux ou autre), dont je me souviens, appartenaient à la génération au-dessus de la mienne. Question d’éducation ?
    Dans une certaine classe soiale on se faisait un honneur de ne rien devoir à personne. C’est malin !
    Mais il y en a aujourd’hui peut-être aussi.

    La pudeur, comme en général se sont de trés proches qui me donnent, alors cela ne ma gène pas de déballer, si quelques autres aussi proches sont là.

    J’avoue que j’aime autant donner, que recevoir. Préparer un cadeau pour quelqu’un est un véritable délice pour moi. Mais lorsque je reçois quelque chose, je fais connaitre bien fort mon plaisir, plutôt deux fois qu’une. Dû à une habitude de mon éducatiuon… J’avais des parents si peu sures d’eux, qu’il fallait les rassurer plein de fois, que oui j’étais vraiement contente. C’était osbessionnel chez eux, et comme je le suis aussi…

    Mais dailleurs on ne donne pas assez, n’importe quand, des bricoles ; et de son temps !
    J’avoue que je dois être avare de mon temps. Mouuuhiiinnn… Il faut que je me révise sur ce point !

  • #41 oliviachanteuse le 18 décembre 2006 à 21 h 12 min

    Ca m’a fait réfléchir tout ça…il y a parfois des périodes où l’on ne donne plus car on a trop donné auparavant et les gens en face n’ont pas compris…Je ne suis peut-être pas très clair…désolée :(((

  • #42 Anne (Papilles) le 18 décembre 2006 à 21 h 53 min

    Moi je l’ai appris chez ma belle mère. Ce n’était pas dans mon éducation de base non plus et ça fait du ien d’évoluer ;)

  • #43 dola le 18 décembre 2006 à 21 h 55 min

    Je crois que donner c’est aussi savoir dire aux gens toute l’affection que l’on peut avoir pour eux. Ca a l’air simple mais pour moi pendant longtemps je n’osais pas dire même à mes amis les plus chers à quel point ils me manquaient et que j’avais hâte de les voir.
    J’avais l’impression de mettre à nu, de mettre en danger …Depuis j’ai changé et certaines relations sont devenues plus "vraies"

  • #44 Hélène le 18 décembre 2006 à 22 h 37 min

    C’est vrai dola, donner de l’affection ou de l’amour, c’est donner aussi, donc prendre un risque aussi, je crois.

    Anne papilles c’est une chance d’apprende de belles choses avec sa belle-famille ;-)

    Tu es tout à fait claire (pour moi en tout cas) oliviachanteuse, on a beau donenr sans attendre de retour particulier, si c’est complètement à sens unique, au bout d’un moment ça suffit ;-)

    Mouniou je trouve que chacun donne ce qu’il peut, personnellemnt je donne plus facilement du matériel que du temps ou de l’attention, c’est plus facile pour moi. J’essaie de travailler dessus, mais ça m’es emoins naturel ;-)

    Pas mal funambuline le coup du wi-fi sur le campus ;-)

    Valériane merci beaucoup pour ce lien ! Je me souviens que j’aimais beaucoup Amain, en terminale aussi, il y a 18 ans ;-)

    Sophie L.L cette phrase qu’on t’a écrite est ultra romantique et poétique !

  • #45 Corinne le 18 décembre 2006 à 22 h 38 min

    Parfois aussi lorsqu’on donne sans compter, les autres peuvent vous soupçonner d’en faire de trop. Les jaloux !!! :-)

  • #46 marion le 18 décembre 2006 à 22 h 49 min

    moi je dis vive les soirées bisounours, parcequ’un peu de simplicité, de fraîcheur, ça ne nuit jamais
    et vive la crème de nuit, parceque dans une autre mesure, on en a besoin aussi :o)))))

  • #47 Ln75 le 18 décembre 2006 à 23 h 11 min

    Hyper d’accord avec toi Hélène … en plus c’est gentil les bisounours…
    Rien a voir avec la choucroute mais je tourne le dos 5 minutes et tout change ici … ;-) tsss..
    Allez vais mettre ma crème moi !

  • #48 del4yo le 19 décembre 2006 à 0 h 10 min

    Je suis une cruchotte grelotte…j’adore faire de scadeaux et je bas des maisn en rosissant quand j’en recois, une vraie gosse.

    J’ai appris un truc tres chouette en vieillissant:
    ce que je donne a quelqu’un ( accueil, boulot, conseil) il le donnera a quelqu’un d’autre.
    ce qu’on m’a donne, je doit le faire suivre.

    Ca n’est pas une relation binaire donant donnant. Han c’est trop bon!

    C’est un tres joli post Helene, merci!

  • #49 Delphinoid le 19 décembre 2006 à 1 h 14 min

    Bon ben comme d’habitude j’arrive dans les derniers pour commenter. Que dire? Tout ce que tu écris et ce que disent les commentaires est tellement juste.

    J’aime beaucoup donner pour faire plaisir, j’aime aussi beaucoup recevoir (hu hu hu). Bref, spontanément, j’ai toujours tendance à le faire…

    Toutefois, je dirais que, dans certaines circonstances, si je donne et que je n’ai pas de retour, je ne donne plus. Aider quelqu’un, ça peut être donner de son temps, de son énergie, en plus d’un bien matériel.

    Et si ce n’est pas récompensé ou valorisé par la personne (euh parfois un simple merci suffit hein), alors je préfère donner ce temps et cette énergie à quelqu’un d’autre qui n’estimera pas que c’est un dû, que c’est normal…

  • #50 [ma][nu] le 19 décembre 2006 à 2 h 33 min

    Bon je te donne un commentaire. Et pas n’importe lequel, le 50ème !!
    Je n’attend rien en retour ;-)

  • #51 oliviachanteuse le 19 décembre 2006 à 9 h 19 min

    Oui c’est ça Hélène!!!
    Alors par la suite tu donnes,mais moins.En fait,en ce qui me concerne je suis devenue plus égoïste,je n’attends rien en retour seulement du respect…et ça…c’est pas toujours au rendez-vous hélas…

  • #52 Hélène le 19 décembre 2006 à 10 h 46 min

    Delphinoid je suis d’accord avec toi, j’attends une seule chose en retour, un remerciement, et que ça ne soit pas considéré comme un dû ;-)

  • #53 kabibi le 19 décembre 2006 à 11 h 02 min

    Ca me fait penser à ma famille d’accueil aux Etats-Unis, lors d’un sejour linguistique, quand j’avais 15 ans. Mon "pere" etait remplaçant du pasteur du coin. Il était pas mal impliqué dans les affaires de sa paroisse. Tous les vendredis soirs, il y a avait un truc du style cantine populaire.

    A ma grande surprise, on mangeait la bas, avec les "pauvres". On partageait donc au lieu de seulement donner. C’est fou ce que ça a pu me surprendre. Et ce que j’ai pu apprendre. Et changer mon point de vue sur la vie d’un coup. Et fait prendre conscience que les "pauvres", c’etait des gens comme nous, avec un peu moins de chance.
    Ca peut vous surprendre mais à 15 ans, on n’a pas forcément beaucoup réfléchi sur la vie, et de la ou je viens, on nous a plus habitués à donner qu’à recevoir. (ben oui, recevoir c’était forcément mendier un peu, selon là ou je viens)

    Enfin, j’ai rencontré des gens, leur ai servi à manger, j’ai discuté avec eux. Il y en avait même un qui savait ou etait la Reunion, et qui était allé à Madagascar. Il y avait un cadre, avec son bébé. Il y avait des vieilles dames sans ressources. Il yavait des jeunes au chomage, sans toit. De tout quoi.

    Bref, ce jour la, je me suis pris une claque bien méritée en pleine poire. L’effet s’était atténué avec le temps, la routine, le tourbillon parisien, que sais-je…
    Merci de me l’aboir plus ou moins redonnée.

  • #54 Hélène le 19 décembre 2006 à 11 h 06 min

    C’est une belle expérience kabibi, et je comprends qu’elle ait marqué tes 15 ans !

  • #55 Joëlle le 19 décembre 2006 à 16 h 11 min

    moi j’aime bien les bisounours :)

    Sinon ça ton post me rappelle une chanson que j’aime beaucoup:

    "donner pour donner,
    Tout donner
    C’est la seule façon d’aimer"

  • #56 Calpurnia le 19 décembre 2006 à 19 h 32 min

    Joëlle m’a coupé la chanson sous le clavier…
    Donner pour donner effectivement, et ne rien attendre en retour, c’est la vraie générosité. Et pour ceux qui n’ont pas d’argent, il y a le sourire et la gentillesse qui sont de merveilleux cadeaux.
    Je suis toujours à l’heure comme de coutume. Certains ne font pas de cadeaux, ils achètent les autres et une reconnaissance, et cela me fait toujours frémir. Nous en avons eu un bel exemple dans ma boîte hier : une personne qui harcèle tout le monde, a fait de forts jolis cadeaux à celles qu’elle enquiquine le plus. Quoi de mieux pour faire taire les rancoeurs ? et passer pour la générosité même ? Une seule des maltraitée à eu le courage de laisser sa magnifique étole sur le bureau de sa chef en lui précisant qu’elle préférait un sourire sincère tous les matins.

  • #57 Hélène le 19 décembre 2006 à 19 h 41 min

    En effet, courageuse ta collègue Calpurnia, je ne sais pas si j’aurais osé en faire autant…
    Acheter les autres, c’est un peu ce qu’on trouve de pire, dans la catégorie vilenies humaines.

  • #58 Calpurnia le 19 décembre 2006 à 20 h 40 min

    Hélène je dois avouer ici, que Dame Vénézia, ma chère collègue, et moi même, avons été ravies d’avoir échappé à l’étole de luxe.
    Car elle et moi n’aurions pas pris le cadeau c’est clair… Restait à présenter la chose (à moins d’assumer de l’étrangler avec…).
    D’un autre côté, nous avons découvert qu’elle n’a pas de pouvoir sur nous et aucun besoin de nous acheter. Ou peut-être tout simplement qu’on ne nous achète pas. Ca nous a fait plutôt plaisir, même si la nuit, on rêve, même pas secrètement qu’on lui exploser la tronche.(sans étole)
    La collègue qui a osé est la seule qui travaille pour "du futile". Elle peut perdre son job, elle s’en fout, et désormais elle fera ce qu’il faut… Mais il lui fallait effectivement du courage pour aller jeter l’étole sur la table de sa chef…

  • #59 Hélène le 19 décembre 2006 à 20 h 52 min

    Ben oui, en dehors d’avoir besoin de son boulot pour bouffer ou pas, refuser clairement un cadeau et le jeter à la gueule de celui qui le donne, c’est vachement difficile psychologiquement.

  • #60 colbien le 8 janvier 2007 à 12 h 47 min

    ben moi je sais ce que c’est de donner je n’ai fait que ca et je n’ai jamais rien eue en =retour meme pas de l’amour!!!aujourd’hui je suis toute seule et c’est moi qui aurait besoin d’aide et bien tout le monde s’est eloigner comme quoi il ne faut pas etre trop genereux ni trop gentil dans la vie car on n’a pas toujours de retour!!!!

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.