5 mars 2014

beaute Cette fois, c’est la bonne !, par Mélanie D maquillage

« Je ne me reconnais pas dans mon corps. Je me mens comme je me suis toujours menti. Je ne me rappelle pas m’être un jour bien sentie dans mon corps. J’ai toujours été potelée, ronde, en surpoids, puis obèse. C’est un fait. Pour moi, et pour tous ceux qui me connaissent je suis (très) ronde.

Aujourd’hui je ne me reconnais pas. Je sais que la beauté n’est pas une taille, mais ma santé est en jeu, je ne me voile pas la face : 1m67 / 109,2 kg / IMC 40, je suis en obésité morbide. Ca c’est dit.

J’ai perdu mon amour-propre. Non pas parce que je suis obèse et que je ne rentre plus dans des vêtements taille 48/50 (au moins). Mais parce que toutes ces années je les ai passées à me mentir, à faire semblant, et à regarder ailleurs. J’admire ces femmes voluptueuses et radieuses qui se sentent bien. J’ai essayé, sans succès…

Maigrir ? Ca aussi j’ai bien essayé. J’ai même fait quelques belles tentatives ! Mais toutes vouées à l’échec, car je n’ai jamais cherché à comprendre pourquoi.

Pourquoi je mangeais sans fin (ni faim)
Pourquoi je compensais en mangeant
Pourquoi je mangeais afin de me détester

Je n’ai que 24 ans, je ne connais pas grand chose à la vie, c’est vrai. Mais j’ai derrière moi plus de 20 ans de fort surpoids. Et je ne me connais pas, je ne m’aime pas. Je mets des barrières entre moi et les autres. Je suis pourtant bien entourée : famille, amis. Mais je me sens affreusement seule… 20 ans de moqueries et de blagues laissent leurs traces. Des marques profondes, il me faudra certainement du temps pour les guérir.

Cependant, aujourd’hui je veux changer. Parce que j’ai compris que mon histoire avec mon corps est surtout une histoire en lien avec ma tête, et mon coeur.

Parce que j’ai besoin de quelqu’un à qui parler et qui m’encadre dans cette aventure, je suis suivie par une diététicienne, avec qui je rééquilibre mon alimentation. Je ne veux pas de régime, et je ne cherche pas à faire les 65kg que je devrais idéalement peser. Je veux simplement mieux me sentir dans mon corps, et je veux commencer à vivre.

Je mange de tout, en quantité raisonnable, en fonction de mon métabolisme et de mes préférences : faire disparaître les frustrations, me faire plaisir, me réconcilier avec la nourriture. C’est un travail de très longue haleine, et ce sont certainement des mois difficiles qui m’attendent, avec des hauts, des bas. Mais je me donne toutes les chances d’avancer, et surtout, je m’ouvre à la communication avec mes proches, afin d’arrêter de mener ce combat seule.

Je renoue avec le sport qui m’a tant manqué, mais que j’étais incapable de pratiquer. Je me sens déjà un peu mieux. Je mettrai le temps qu’il faudra, je ne suis pas pressée. De toute manière, ce sera le combat de toute une vie.

Je veux me connaître, et m’aimer. Je veux vivre heureuse. Et j’ai la sensation que cette fois, c’est la bonne !

Signé : Mélanie D »

Recherches utilisées :

  • 100kg jai perdu en arettant de malimenter
  • nia long maquillage
  • mon maquillage est texte
  • mes seins sont remontés frugivore
  • jolies filles voluptueuses
  • je ne reconnais plus mon corps
  • je ne cherche pas a ressembler aux autres je suis fier de moi
  • je cours alors que je suis obèse
  • jai décidé de plus te mentire melanie
  • blog julie nantes ange mon homme ma cacahuete
  • 25kg perdre gynoide
  • 25 kg de trop je ne me reconnais pas sur les photos
  • suisje obligé daccepter la semaine dhospitalisation que mon diabétologue me conseille pour controle

Vous aimerez aussi :


Commentaires

122 Réponses sur Cette fois, c’est la bonne !, par Mélanie D
  1. #1 Clamavi le 5 mars 2014 à 9 h 08 min

    Je suis dans la même situation. J’ai réagi il y a 4 ans et j’ai perdu 20 kg en 2 ans. Génial n’est ce pas ? Sauf que j’ai tout repris parce que j’ai baissé ma garde et qu’en fait, les traumatismes que j’ai subis étant enfant sont indélébiles. A savoir que petite, je ne mangeais rien, mais que ma mère m’a forcée à manger, me donnait des desserts quand j’étais déjà bien remplie et que maintenant, je suis incapable de savoir quand j’ai faim, si j’ai faim, si je dois arrêter de manger. Et ça, je ne peux pas le supporter. Je ne peux pas supporter de savoir que je vais vivre jusqu’à la fin de ma vie en devant peser et réfléchir 3 fois par jour à ce que je mange. C’est insupportable. Il y a des jours où je préférerais me pendre.
    Peut-être que vos raisons sont différentes, car ce sera plus facile de tenir le bon bout jusqu’à la fin. Je l’espère. Moi, j’ai perdu espoir.

  2. #2 Béatrice le 5 mars 2014 à 9 h 11 min

    Mélanie, tu es courageuse et rien qu’avec ce bien précieux tu y arriveras.Ne baisses pas les bras, on a toutes nos complexes, qui nous gachent la vie, il faut arrêter de se comparer, et juste arriver à s’aimer comme tu le dis si bien.
    L’amour que tu te porteras te réchauffera toujours lui, il sera toujours là, personne ne te l’enlèvera c’est donc à celui là que tu peux donner ton âme. Bise, vas y fonce!

  3. #3 Hélène le 5 mars 2014 à 9 h 18 min

    Clamavi: tu as pensé à voir qqn comme le Dr Zermati ou un médecin qui travaille comme lui ? Ce que tu dis me fait penser à lui, peut-être pourrait-il t’aider.
    (je suis navrée si mon commentaire vient mal à propos ou si on t’a déjà dit ça 10 fois, ça part d’une bonne volonté).

  4. #4 melle lod le 5 mars 2014 à 9 h 20 min

    Ton histoire est très touchante… je te souhaite beaucoup de courage et j’espère que tu réussiras un jour à retrouver un corps que tu accepteras et dans lequel tu pourras enfin te sentir bien. jusque là, même si ça sera dur certains jours, tient bon, ne lâche pas :)

  5. #5 Mistiquette le 5 mars 2014 à 9 h 21 min

    Récit très touchant! J’espère que tu arriveras à trouver la paix intérieure et à réconcilier ton corps et ton âme!
    Belle journée et tout plein de bonnes choses pour toi

  6. #6 Mo le 5 mars 2014 à 9 h 23 min

    Chère Mélanie,

    Je commente peu les blogs que je visite toutefois j’ai eu envie de saluer ton courage de témoigner et surtout saluer cette volonté qui t’anime. On se sent parfois impuissante face à ce corps que l’on ne parvient pas à dompter, un corps qui ne semble n’en faire qu’à sa tête et que l’on rend responsable de tous nos maux. Jolie Mélanie, nulle besoin de te voir pour savoir que tu es belle, ta ténacité te rendra maîtresse de ta vie. Je suis passée par là, j’ai perdu 70 kilos grâce à une opération et le combat est permanent. Mais apprendre à se se soigner, à prendre soin de soi est la clé. Facile à dire, pas toujours simple à exécuter. Ecoute toi et lorsque cela devient plus difficile, comprend que c’est souvent bien plus le psychologique qui entrave que ce corps en lui-même.

    Pleins de courage et accroche toi, la vie est devant toi !
    Bises,

  7. #7 Manoushka le 5 mars 2014 à 9 h 24 min

    Bon courage ! Je t’admire pour la force de volonté dont tu fais / va devoir faire preuve.
    Avec tout mon soutient et ma tendresse,

    Manon

  8. #8 MélanieD le 5 mars 2014 à 9 h 28 min

    Clamavi: Des rechutes, malheureusement j’en ai déjà fait. Et plein ! Mais je pense que je n’avais pas la bonne approche. Maigrir trop vite sans comprendre pourquoi.
    Je sais que je devrais faire attention toute ma vie à ce que je mange. Mais je cuisine beaucoup, et je sais que l’on peut bien cuisiner et très bon, sans que ce soit gras. Mon vrai but, c’est de pouvoir me faire plaisir par la suite, en compensant par un peu plus de sport et peut être un repas plus « light » si besoin derrière. Mais de me faire plaisir. Je pense qu’il est primordial de ne plus être en conflit avec la nourriture…. Bref je m’égare. Ne baisse pas les bras !
    Béatrice melle lodMistiquette: Merci beaucoup ! C’est un peu impressionnant de voir mon texte là. Mais ça me booste. Très bonne journée, et encore merci à Hélène !

  9. #9 Pauline le 5 mars 2014 à 9 h 31 min

    Je me reconnais entièrement dans ce que tu dis ! Je suis entrain de faire les mêmes démarches que toi et si tu as besoin de soutient on est une petite communauté sur Instagram à ce soutenir poster des idées de repas ect … Mon pseudo c’est mon_joliecorps si tu as envie de venir partager :))

  10. #10 Eléa le 5 mars 2014 à 9 h 31 min

    Oser parler de ses blessures est un pas immense et précieux vers l’acceptation et donc vers la réconciliation avec ton corps.
    Ton récit est touchant mais surtout extrêmement courageux….Je suis certaine que tu réussiras ♥♥♥
    Que tout le bonheur du monde t’accompagne!

  11. #11 Anne du pays lointain le 5 mars 2014 à 9 h 40 min

    Je n’ai qu’une seule chose à dire : je suis impressionnée par autant de courage ! Dont tu fais preuve et dont tu feras encore preuve sans aucun doute :)
    Je te souhaite vraiment vraiment vraiment d’arriver à ton but, et de te sentir de mieux en mieux :)

  12. #12 Marie le 5 mars 2014 à 9 h 44 min

    Ouh étrangement dès qu’un témoignage se rapproche de ce que l’on vit, il touche beaucoup plus. Je ne dis pas que les autres témoignages publiés sur le blog ne m’ont pas fait réagir mais celui là me fait réfléchir, vraiment.

    A 24 ans, je peux déjà compter sur 10 ans de surpoids, qui comme le dit bien Mélanie laisse des traces. J’ai toujours eu des bons petits plats mijotés chez moi et le repas du soir était chez moi le repas familiale indispensable. Et puis l’adolescence est arrivée, une petite dépression très certainement que j’explique tant bien que mal par l’arrêt (médical) du sport combiné à une période au lycée catastrophique (tant au niveau scolaire que social). Tout ça pour dire que ma perception de la nourriture a changé. De quelqu’un qui APPRECIAIT manger je suis passée à quelqu’un qui mangeait par réconfort et donc en quantité mais surtout pas la même nourriture. Plus gras, plus enrobant, plus réconfortant. Je sais combien associer réconfort et nourriture peut paraître étrange pour certain mais c’est vraiment comme ça que je le perçois aujourd’hui.
    Aujourd’hui, je suis incapable de deviner les aliments qui composent un plat alors que 10 ans auparavant je pouvais le faire.
    Aujourd’hui, je dirai déjà que je m’en suis rendue compte et que c’est déjà un grand pas.
    Aujourd’hui, je reprends lentement goût à la cuisine.

    Finalement, fraîchement diplômée je me suis rendue compte qu’avant d’essayer quoi que ce soit pour perdre les kilos qui me complexe, il fallait « simplement » que je réapprenne à manger, à aimer les aliments. Ça va prendre du temps mais j’en suis persuadée, ça sera bien plus efficace que n’importe quel régime.

    Courage Mélanie, c’est un long projet que tu entames, mais je suis persuadée qu’il vaut le coup.

  13. #13 Lisa of Elsass le 5 mars 2014 à 9 h 47 min

    Salut Mélanie,
    Il y’a 3 ans j’ai voulu perdre 5 kg mais sans me priver de nourriture. Je n’ai pas fait de régime mais j’ai adopté la méthode du Dr Delabos, la Chrononutrition. Je me suis retrouvée à manger plus qu’avant, mais pas de tout ni à n’importe quelle heure, mon mari hallucinait lorsqu’il me voyait manger plus de viande que lui à midi. Bref, en 3/4 mois j’ai perdus non pas les 5 kg espérés mais 10 kg ! A 37 ans j’ai retrouvé le poids que j’avais à 20 ans.
    Et depuis je pratique ce mode de nutrition sauf lorsque je suis en vacance ou invitée : cela peut être sur des périodes de 2 à 3 semaines. Eh bien, après ces périodes, je reprend de 3 à 4 kg, mais je n’ai jamais repris les 10 kg.
    J’ai conseillé cette méthode à un collègue qui devait perdre 7 kg en 3 mois pour ne pas se voir refuser faire une insémination artificielle (les médecins ,des fois, je te jure …. ), elle l’a fait et ça a marché !
    Si ça t’intéresse il faut lire « mincir avec la chrononutrition », il est important de comprendre le fonctionnement de la méthode qui est somme toute très logique, facile à mettre en oeuvre et vraiment bonne pour la santé.
    Je prêche forcément pour ce mode de nutrition, depuis, mais je ne veux pas dire que le reste c’est nul !!
    Bon, concernant les régimes, je « pense » que certains sont nuls et dangereux, mais je l’ai pas dit, non, non …
    J’espère que tu trouvera ton équilibre.
    Lisa

  14. #14 marine le 5 mars 2014 à 9 h 48 min

    Bonjour à vous,
    Moi c’est Marine, j’ai 26 ans et il y a 2 ans et demi j’étais en obésité modéré. 1M56 / 93KG ça commence à peser lourd sur les jambes mais surtout dans la tête…. Quand on ne parvient plus à se tourner pour se laver le dos c’est qu’il y a quelque chose qui ne va plus. Je n’ai aucune volonté, j’ai tout perdu au fur et à mesure des années à force de régime, de privation, de frustration et d’échecs. J’ai fait un choix il y a 2 ans. Le choix de stopper ce processus qui allait finir par avoir ma peau. Certains diront que c’est un choix de paresseuse ou un énorme manque de force et de volonté mais aujourd’hui il est mon meilleur ami. Je ne regrette pas mon choix et si c’était à refaire je le referais 10000 fois. Je l’aime et grâce à lui j’ai retrouvé le moral, une vie normale, je m’assume, je m’aime. Grace à lui et son coup de pouce j’ai perdu 25 kg en 2 ans et aujourd’hui je n’ai plus ce poids énorme sur mes jambes et il a aussi disparu de ma tête.
    Aujourd’hui j’ai décidé de faire cette déclaration à mon anneau gastrique (que j’appelle NANO) car sans lui je serais toujours dans la tourmente. Je pense qu’il fait 50% du boulot et je complète les 50% restant donc merci à lui mais merci à moi, car je participe tous les jours à ma guérison, car OUI l’obésité est une maladie et fort heureusement il y a des solutions et des moyens extraordinaires de nos jours pour vaincre ce fléau.

    (Je tiens à préciser que je ne vomi pas, que je ne me tords pas de douleur dès que je mange, un anneau c’est aussi un suivi par des professionnels, un accompagnement afin d’éviter se genre de souci)

  15. #15 LaGrandeJulie le 5 mars 2014 à 9 h 50 min

    En effet c’est un beau récit mais surtout bravo.
    Bravo d’avoir trouver une nouvelle force pour t’ouvrir et essayer de trouver ton équilibre.
    Moi aussi je suis une ronde, moins ronde que toi mais tout de même.
    Pendant longtemps je me suis battu contre mes kilos et puis j’ai décidé de m’aimer comme je suis. J’ai mis trois ans pour m’accepter telle que je suis aujourd’hui et les blogs comme celui d’Hélène m’ont beaucoup aidé (Merci Hélène).
    Dans quelques jours je vais avoir trente an et mon corps supporte de moins en moins ce surpoids. J’ai plus le choix il faut que je maigrisse ou plutôt que je m’allège. Ce coup si je privilégie l’écoute de soit avec la méthode du dct Zernatti par exemple (je conseille d’ailleurs ce site très intéressant: http://www.gros.org/).
    Je te souhaites très sincèrement de réussir dans ce nouveau combat comme tu le dis, de t’apprécier et de t’aimer comme tu es et comme tu le seras dans quelques temps et ton corps t’en remerciera dans quelques années.
    Gros bibi de courage.
    Julie

  16. #16 MélanieD le 5 mars 2014 à 9 h 55 min

    Mo & Manoushka : Je ne vais pas pouvoir prendre le temps de répondre à chaque personne qui a eu la gentillesse de laisser un commentaire, mais merci mille fois !
    Mo : Qu’elle opération pour toi ? Tu as déjà du recul ? A vrai dire j’ai déjà pensé à l’opération. Je me suis de loin renseignée, avec des infos que j’ai pu glaner par ci et par là. Mais j’ai décidé que je ne voulais pas. Parce que dans ma tête, ce sera le même combat à mener après la supposée opération. Et mon but c’est de me rééquilibrer sur le long terme. Donc ce n’est pas la bonne solution pour moi je pense. Mais j’admire les personnes qui ont le courage de le faire…!

    Je viens de finir mes études, je suis de retour chez mes parents depuis 2 mois, et je suis à la recherche très active d’un emploi. Donc c’est là qu’il faut que je reprenne de bonnes habitudes. Avec eux, c’est plus facile. Il faudra simplement que j’arrive à transformer l’essai une fois que je serai de nouveau seule chez moi.

    Pauline : Courage à toi aussi. Je n’ai pas instagram mais je passerai voir sans problème !

  17. #17 MélanieD le 5 mars 2014 à 10 h 02 min

    Marie: Je me reconnais dans tes propos Marie ! Tu as raison, c’est très touchant de se sentir concernée. Beaucoup de courage à toi !!
    Lisa of Elsass: Le rééquilibrage alimentaire que je suis se rapproche de la chrononutrition. Je crois beaucoup à ce principe. Mais mon rééquilibrage est moins « catégorique » dans ce que tu dois manger. Le fromage, pour moi, ce n’est pas que le matin, c’est aussi le midi. (je ne pourrais PAS m’en passer). Je ne suis pas trop sucré aussi, donc pas besoin de la collation. Une amie à moi est en chrononutrition depuis 2 ans : et quels résultats !!! C’est un régime « plus facile ». Je suis d’accord avec toi !!
    marine: Comme je l’ai répondu à Mo juste au dessus, j’admire les personnes qui ont le courage de se faire opérer. Je veux essayer de me rééquilibrer sans. Mais je suis convaincue que l’anneau est un coup de pouce supplémentaire efficace, si utilisé à bon escient ! Bon courage !
    LaGrandeJulie: Je vais aller y jeter un oeil avec grand intérêt. Je te remercie !!

  18. #18 Morgane le 5 mars 2014 à 10 h 03 min

    Bonjour Mélanie,
    Je suis bouleversée car ce que tu dis est ce que je me dis continuellement…
    Même age, même taille, pas tout à fait le même poids (je pèse 100kg), mais néanmoins même combat!
    j’ai pourtant essayé! Amélioré mon alimentation, faire du sport et à la pesé suivante j’avais pris 500g certe ce n’est rien mais ca m’a cassé en 2!
    j’ai également suivis une diététicienne elle m’a ruiné et fait perdre confiance envers ces professionnel de santé! J’avais néanmoins perdu 6kg en 2 mois (et 350€ aussi au passage avec elle).
    Mangé équilibré c’est mon but mais quand le budget est limite, j’abandonne encore et toujours du coup spirale infernal (honte, culpabilité, pas envie de cuisiner et grignotage…)

    Tout est dans le mental et je te souhaite vraiment de tout mon coeur de réussir! tout comme je me le souhaite mais je craint d’avoir encore beaucoup de travail a faire sur moi même avant…

    Morgane

  19. #19 Emma le 5 mars 2014 à 10 h 10 min

    Waouh… Ca fait quelque chose de te lire moi qui évolue dans un milieu où les kilos sont une obsession (et entendre ces femmes dire qu’elles ont 3 kilos à perdre est affreux, parce que, à part l’ablation d’un membre ou d’un organe, je vois pas où elle pourrait perdre !). Courage ! C’est un dur combat parce que personne ne réagit de la même manière (il ya des gènes, des morphologies, etc.). Surtout, ne te mets pas en danger, j’en ai vu se brûler (et sombrer dans une espèce d’anorexie, orthorexie, etc.) et avoir des carences… Etre bien dans sa tête et dans son corps ! Je suis de tout coeur avec toi.

  20. #20 Once upon a past le 5 mars 2014 à 10 h 10 min

    Assez bouleversant ce témoignage.

  21. #21 Greka le 5 mars 2014 à 10 h 18 min

    Courage Mélanie, prends soin de toi, profites bien de ta jeunesse, fais ce que tu aimes et ce que tu dois, tout ira bien, affectueusement

  22. #22 Hélène le 5 mars 2014 à 10 h 29 min

    Morgane: je me permets d’intervenir parce que ce que tu dis, « tout est dans le mental », ne me semble pas forcément juste.
    Tenir à la force du poignet toute sa vie, c’est irréaliste (et épuisant).
    Moi je crois que tout est dans l’envie de prendre soin de soi et de se faire du bien, et que pour beaucoup, beaucoup de gens, c’est ça le plus difficile (pour mille raisons attachées aux histoires, aux enfances, aux vécus, aux souffrances…).

  23. #23 Agnès le 5 mars 2014 à 10 h 32 min

    Bonjour ma douce,
    Tu dis que « Je n’ai que 24 ans, je ne connais pas grand chose à la vie,… » peut être ne connais tu pas grand chose à la vie, mais il y a une chose que tu as apprise,c’est se connaitre soi-même. Dans cette confession, je ressens à quel point tu as fait du chemin dans la douleur qui est la tienne, et maintenant que tu regardes ta vie en toute réalité et honnêteté tu es sur le chemin de la réconciliation avec toi même. C’est le début de la guérison et de ton bonheur, j’en suis certaine.
    Amicalement.
    Agnès

  24. #24 MélanieD le 5 mars 2014 à 10 h 52 min

    Morgane: Morgane, je suis particulièrement touchée par ce que tu me dis. Peut être veux tu que l’on échange plus en détail pour que je te dise ce que je mange pour t’aider si tu en as besoin (je suis pourtant loin d’être donneuse de leçons !) Aujourd’hui je suis à 104,5 kg. 4,5 kg en 1 mois et demi. Je suis fière. Le chemin est long à faire encore pour me sentir bien, mais je me sens déjà mieux (et complètement reboostée ce matin, grâce à vous toutes).
    Je suis d’accord que le portefeuille subi les conséquence de mes choix, non pas pour le prix des séances chez ma diététicienne (30€ en suivi, 50€ en 1ère consultation) que je peux gérer, mais pour le prix des aliments. La question du mieux manger amène presque nécessairement une augmentation dans mon budget. Mais pour ma part, ça reste raisonnable, et surtout : réaliste !!
    Emma: Merci pour tes conseils ! Et si ce n’est pas indiscret, quel est ton milieu ? Greka: Merci !

  25. #25 sophie le 5 mars 2014 à 10 h 59 min

    Bonjour,
    je suis beaucoup le témoignage de personnes en surpoids, car j’ai pris 25kilos rapidement mais suite à un problème de santé (je suis en hypothyroidie) pas diagnostiquait par le generaliste qui m’a laissé prendre 2 fois 10 kilos en 2 fois un mois, alors que je suis végétarienne, et on ne peut pas dire que je mange beaucoup… :s
    mais voila le mal est fait, j’ai 25 kilos a perdre, et je dois les reperdre
    La prise de poids, quelque soit la facon dont on les a pris, est compliqué, on est une autre personne, on s’habille différemment, le regard des autres change, on est pareil interieurement, mais plus la meme extérieurement.
    Je souhaite bon courage, qui doivent perdre du poids.
    Il y a une video, sur youtube de l’association gros, faite par des médecins : endocrino, nutritionnistes, dieteticiens, que je trouve pas mal, sur le sujet, qui peut peut être interesser certains

  26. #26 MlleNarcisse le 5 mars 2014 à 11 h 10 min

    Ton témoignage est très touchant Mélanie, et je ne doute pas que de nombreuses lectrices d’Hélène se retrouveront dans ton témoignage.
    La démarche que tu as entrepris est un travail de longue haleine. Il te faudra beaucoup de courage pour le mener. Maigrir n est hélas pas qu une affaire de volonté, beaucoup d’autres facteurs rentrent en jeu. Et ensuite, stabiliser le poids obtenu reste la plus grande difficulté, ce qui est paradoxal quand on a fourni tant d’efforts pour perdre du poids.
    Je te souhaite de tout coeur d’y arriver. Pour ta santé d abord. Pour toi ensuite, pour être une jeune femme heureuse et épanouie. Le bonheur n est pas une IMC ni un poids sur une balance..mais ça n est pas simple d assumer son obésité dans notre société. .pas simple d aimer ce corps diffèrent des canons de beauté. ..pas simple d affronter les regards.
    Je suis plus âgée que toi, 41 ans, et pour 1,65 m, j’ai oscillé depuis 20 ans entre 54 kg et 99 kg. Ni vorace, ni boulimique. .juste bonne vivante..très gourmande…pas sportive. Mon corps n a jamais été mon ennemi (sauf pour grimper a la corde a noueds hein) et aujourd’hui, il est même plutôt a mon goût.
    A 79 kg aujourd’hui. .après 14 kg perdus en 2013 (regime et sport..pas de secret hélas), je me suis fixee comme objectif d arriver a 68 kg a la fin de l année. Juste pour avoir un IMC normale, parce qu’à ce poids..je ne serais pas mince. Soulager mes articulations..mon dos…pas rentrer dans un 38, parce que ça. .je m en fous dune force ;)
    J’ai certes un corps qui gardera toujours les marques du surpoids..mais c’est le mien, c est la vie qui a laissé ces marques aussi, comme les rides, les cicatrices. Je le bichonne, je le nourris, je m occupe de lui et quand je sors..je me dis que je suis une bombe atomique absolument irresistible, une bombe rondelette certes, mais une bombe quand même!
    Et tu sais quoi? Ben je plais bcq aux hommes. Avec mes seins qui dégringolent un peu..mes vergetures…ma cellulite..mon petit bidon… alors pas a tous hein…
    Et j’ai compris une chose en vieillissant..c est que j’ai plein d amour a donner..et qu’il y a quelqu’un dans mon entourage qui en a vraiment besoin..ça tombe bien…MOI!

  27. #27 Oror le 5 mars 2014 à 11 h 15 min

    Bon courage Mélanie pour ton combat, c’est un message très touchant. Je suis de tout cœur avec toi !

  28. #28 MélanieD le 5 mars 2014 à 11 h 33 min

    sophie: J’irai voir la vidéo ! Merci de ton message ! MlleNarcisse: Quel commentaire !! Soulager mon corps…c’est tout à fait ça. Bien sur que le regard extérieur me touche. Je mentirai si je disais le contraire. Mais c’est mon regard personnel qui m’affecte le plus. Je veux me sentir mieux. Parce que je suis sportive. J’aime ça. Me dépenser et me sentir bien après une bonne séance. mais je n’en suis plus capable. Donc je veux retrouver ces sensations (que je retrouve grâce à l’Aquabike 1x/sem et mon vélo elliptique). Doucement mais sûrement. Je veux faire du sport avec mes amis et m’amuser. Même si je garde à vie un corps un peu trop rond pour la normale, peu m’importe. Rester dans une taille qui commence par un 4 ne me gêne pas du tout. Je ne serai jamais mince, puisque je suis une fille voluptueuse ! Et ça me va. Je veux juste apprendre à m’aimer comme ça.
    Je me reconnais beaucoup dans ton dynamisme et ton enthousiasme. Si je peux avoir un parcours similaire au tien : je signe !

    Oror: Merci à toi. Si avec tous ces commentaires je ne trouve pas la motivations … Vous êtes toutes des lectrices formidables je trouve !

  29. #29 Vé. le 5 mars 2014 à 11 h 46 min

    … et c’est tout ce que l’on te souhaite, que cette fois soit la bonne !
    Tu es très courageuse d’avoir écrit ce message si personnel. Je t’envoie plein d’ondes positives pour que ce travail que tu as commencé soit mené à terme. Courage, tu vas y arriver ! :)

  30. #30 Madigane le 5 mars 2014 à 11 h 48 min

    Très chere Mélanie je suis de tout coeur avec toi ton histoire je l’ai vécue et je commence juste a m’en sortir tu as la volonté et ça c’est extraordinaire je te souhaite le bonheur par ce que tu le mérite et bon courage ne craque pas tes sur la bonne voie. La pluie ne tombe pas éternellement……
    Je t’embrasse et coucou a Hélène je ne poste plus mais je continue a suivre mbdf!!! GIRL POWER!!!!!

  31. #31 jade le 5 mars 2014 à 12 h 08 min

    Je trouve ça super chouette de partager des témoignages comme ça, Mélanie est très touchante mais surtout fait face à une malheureuse réalité. J’ai souvent eu à me rendre compte par les autres ou moi même que la nourriture est une histoire dans la tête et c’est difficile mais je pense qu’au moment ou elle l’a compris c’est la bonne comme elle le dit. En tout cas plein de courage, la volonté tu l’as, je te souhaite de réussir à te trouver, à trouver l’équilibre entre toi, ta tête, ton coeur et l’alimentation. Ton témoignage est tellement plein de sincérité qu’on a vraiment la sensation que cette fois est la bonne pour toi, tu arrives à transmettre le message au delà de toi c’est que tu ne te trompes pas.
    Bon courage et merci à Hélène pour le partage.

  32. #32 Mo le 5 mars 2014 à 12 h 15 min

    Re-bonjour Mélanie,

    J’ai lu ton commentaire et j’y réponds avec plaisir :)
    Je vais commencer par le début : je mesure 1 m 68 et pesais 120 kilos. J’étais passée par une multitude de régimes mais rien n’y faisait les kilos se réinstallaient et plus encore. Je reportais tous mes échecs sur ce surpoids que je rendais encore plus lourd qu’il ne pouvait être. J’ai profité d’un changement de région, d’un premier job décroché au sourire pour me dire que je devais intervenir sous peine de tout perdre de nouveau. J’ai pris rdv chez une diététicienne et je me suis battue pendant un an pour obtenir une opération (l’accès à ce type d’opération est contrôlé et le parcours est parfois pénible, le but étant de mesurer le degré d’investissement du futur patient dans sa métamorphose). A force de jouer des coudes, j’ai été opérée le 3 septembre 2008, un by-pass et cette opération a littéralement changé ma vie. Alors bien sur il y aura toujours ceux qui jugeront qu’il est moins courageux de se faire opérer que de tenter de maigrir en s’agglutinant à un rameur pendant 6 mois mais ces opérations existent et à ce titre chaque cas mérite d’être étudié et traité individuellement. Cette opération comme d’autres (anneau – sleeve) ne sont pas sans risque mais j’ai traversé la première année sur un tapis volant :o) Je bougeais, je mangeais forcément beaucoup moins. Je n’ai souffert d’aucune complication et ai perdu en 9 mois 70 kilos. Avec le recul, je ne regrette absolument pas mon choix, j’ai pris cette étape de ma vie comme une renaissance. Mon seul problème a été que la tête n’a pas suivi, alors oui je n’ai pas fini mon « travail » mais c’est mon histoire et encore une fois le by-pass a remplit sa mission et l’a remplit encore, il joue les garde-fou et me serre de rempart contre cette consommation addictive de la nourriture. Il n’y a pas de solution miracle, tout est une question de bon sens, des solutions existent. Tu as le droit au bonheur tout autant que tu as le droit de sortir de cette spirale du surpoids. peu importe le choix que tu feras pour en sortir, ce choix sera le tiens. On ne pense jamais assez à que l’on pourrait faire pour être heureux ou se faire plaisir et pourtant c’est essentiel.

    Tu as soulevé les foules ce matin ! :o) laisse toi porter par cette vague de soutien sincère et pleine d’énergie.
    grosses bises,

  33. #33 MlleNarcisse le 5 mars 2014 à 12 h 38 min

    Bah bien sûr que npus sommes des lectrices formidables!
    L obésité…. le surpoids.. .c est un état… .pas une tare!
    On peut être ronde et dynamique…jolie..petillante..rigolote..battante! !!!
    Surtout battante!
    Parce qu’il en faut du courage pour affronter les moqueties a l ecole..puis le regard des vendeuses dans les boutiques..des gens a la plage..dans la rue.
    Sers toi de cette force que tu as en toi pour ce combat que tu vas mener et tu verras..ça va te porter.. ;)
    Et n hésites pas a demander a Hélène de te communiquer mon mail..je serais ravie de t apporter un petit soutien de fille si tu le souhaites

  34. #34 Frivole, vous avez dit frivole? le 5 mars 2014 à 12 h 46 min

    Je te comprends et t’admire car je n’aurais plus le courage de faire ta démarche. Je suis en surpoids depuis que j’ai commencé les régimes yoyo à l’adolescence. Rien de morbide ni de sanitairement dramatique mais ces kilos en trop (20 selon la Faculté, 12 selon mon échelle de bien-être personnelle) mais suffisamment pour me pourrir la vie. Qu’est-ce qui fait que dans ma tête je ne sois pas capable de ne pas manger plus que de raison alors que j’ai mis trois mois à retrouver la ligne et cela depuis des décennies? Il me faudrait sans doute une bonne analyse pour trouver la réponse mais je n’ai pas le temps ni l’envie d’y dépenser mon salaire.
    Bref, ceci pour dire que je fais partie des paresseuses qui si elles y avaient droit, demanderaient un by-pass sans aucune hésitation et que je suis donc bouche bée d’admiration face à la longue route que tu as choisi d’emprunter. Bon courage et bonne chance à toi!

  35. #35 Caroline le 5 mars 2014 à 12 h 58 min

    Bon courage melanie!!

    Et fais toi confiance!!! ;-)

  36. #36 MélanieD le 5 mars 2014 à 13 h 19 min

    Mo : J’ai justement peur que ce soit la tête qui ne suive pas les changements de mon corps. C’est d’ailleurs pour ça (et aussi parce que je suis une trouillarde) que je prends le chemin long. Et quitte à ce que je n’ai plus ce droit à me faire opérer ensuite, tant pis. Si je dois mettre 5 ans, ou plus, je mettrai le temps qu’il faudra. Je suis, comme tu l’as été, dans une période charnière de ma vie. Fin des études, à l’orée d’un premier vrai poste (demain entretien, on croise bien les doigts) bientôt j’espère, et pour commencer cette nouvelle page de ma vie, j’ai besoin d’être heureuse enfin. Le by-pass m’effraie encore plus que l’anneau. Puisqu’il a ce caractère permanent. Et donc je suis vraiment impressionnée par les filles qui comme toi, vont jusqu’au bout d’un tel choix. Mais je suis d’accord, c’est un garde fou permanent.
    Quant à soulever les foules, je pense que beaucoup de filles sont comme moi. On se laisse souvent aller sans vraiment en se disant qu’on doit se prendre en main (que ce soit prendre du poids, ou en perdre, et que ce soit 1kg ou 20kg) pour se sentir mieux. Puis on a toujours quelqu’un qui a réussi son objectif (en lien ou non avec le corps). Et puis j’en avais marre de voir les autres. Aujourd’hui, c’est aussi mon tour. J’espère que d’autres filles prendront la même décision si c’était le déclic qui leur manquait pour se sentir bien dans leur peau.
    Bises à toi !

    MlleNarcisse : Les remarques, les non dits … peu à peu, j’ai perdu absolument toute confiance en moi. alors que d’apparence, je suis une jeune fille qui donne l’impression d’être très sûre d’elle. Bien au contraire. Et c’est une spirale, un cercle vicieux ! Je serai ravie de communiquer avec toi ! Et je crois qu’on a jamais trop de soutien. D’ailleurs, quand j’aurai une baisse de moral (ce qui n’est visiblement pas le cas aujourd’hui grâce à ces commentaires), je relierai cet article, et les commentaires

    Frivole, vous avez dit frivole? : en psycho, on dit souvent que le rapport à la nourriture c’est le rapport à la mère (car la mère nourricière). A savoir si c’est vrai …? La décision que j’ai prise est un investissement personnel mais aussi financier. Peut être que lorsque je gagnerai un salaire je prendrai la décision d’aller consulter, puisque je suis convaincue que ça m’aidera à aller mieux. Mais pour le moment ce n’est pas à l’ordre du jour. Ne te décourage pas surtout !

  37. #37 MélanieD le 5 mars 2014 à 13 h 20 min

    Caroline : Tu fais tout justement écho à mon commentaire au dessus !
    :-)

  38. #38 gaelle11 le 5 mars 2014 à 13 h 20 min

    témoignage très touchant, et qui montre qui tu es une personne forte et courageuse.
    Je me retrouve un peu la dedans,.A la mort de ma mère il y a 10 ans, je me suis un peu oubliée, n’ait pas pris le temps de faire le deuil et me suis plutôt occupée de celui de mon père (bon là je fais du 36 15 my life lol).
    Résultat, j’ai compensé dans la nourriture, je mangeais trop, et mal et j’ai commencé à plus m’aimer, à être agressive avec les gens qui m’entouraient et les autres, comme si j’en voulais à tout le monde de mon mal être (peut être aussi parce que tout le monde s’occupait du deuil de mon père et pas le miens et que beaucoup se reposaient sur mes épaules).
    Et je faisais moins de sport et un problème a la cheville est venue s’ajouter, donc énerver de faire de plus faire de sport, je me réfugiait encore une fois dans la nourriture et résultat, un peu plus de 10 kilos pris. En plus de ne rentrer dans rien, je ne me supportais plus, je supportait plus qu’on me touche (il n’y a que mon médecin qui me connait depuis toute petites qui me faisait les exams d’une gygy, que je n’ai toujours par revue depuis…mais bon c’est une autre histoire lol).
    Et le déclic est venue d’une mauvaise analyse de sang( trop de cholestérol, triglycérides, sucre…), mes problèmes d’intestins et colons qui augmentaient et le surpoids.J’ai donc suivie le rééquilibrage alimentaire du dr Cohen, suivie son programme, acheté ses bouquins,et réappris à me réapproprier mon corps à me remaquiller un peu plus, pour m’aimer et prendre soin de moi (merci Hélène).J’ai quasiment retrouvé mon poids de forme (presque mais j’y travaille), mais le plus important, c’est que je me sente mieux dans mon corps, j’arrive à être plus féminine.Et peut être que j’arriverais bientôt au fait qu’on me touche (c’est peut être la raison au faite que je sois toujours célibataire lol),.Je continue à manger équilibrée, mais je ne me prive pas, et le bouddhisme m’a peut être un peu aidé.
    Mais surtout ne laisse personne te dicter ta conduite, te détruire, car dis toi que tu es une belle personne, et personne ne dois se laisser rabaisser.
    Je te trouve très courageuse, et souhaite de tout coeur, que tu y arrive

  39. #39 dupond le 5 mars 2014 à 13 h 34 min

    MélanieD: j’ai oublié de te dire que le médecin nutritionniste, dont parle Hélène : le Dr Zermati est un des intervenants,
    et te donner le lien de la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=eAjaI99ywD8
    (je suis un peu distrète par moment :s)
    Bonne journée
    :)

  40. #40 Océane Yeu le 5 mars 2014 à 13 h 39 min

    Bonjour à tous,
    Mélanie, quel courage de te dévoiler ici, c’est vraiment admirable. Un peu comme toi j’ai toujours été ronde mais je pense avoir eu la chance de ne pas avoir subit trop de commentaires déplacés. J’ai toujours été bien dans mon corps même si bien sur, j’avais de temps en temps l’envie de ressembler aux jolies filles de la télé, du cinéma ou des magasines.
    Jusqu’au jour ou mon conjoint m’a demandé en mariage, et ou en me regardant sur les photos je me suis dit « Non c’est pas possible, je ne veux pas ressembler à ça sur les photos de mariage ! ». J’avais pris au moins 10kg en 2 ou 3 ans … merci le conjoint cuisto !
    Sauf que plus flemmarde que moi tu meurs. Régime ? Hors de question. Mais on m’a parlé de Weight Watcher, et on m’en a BIEN parlé. Parce que ça n’EST PAS un régime. C’est un réequilibrage alimentaire, presque exactement comme ce que tu fais avec ta diéteticienne. Mais comme j’avais eu une très mauvaise expérience avec une diététicienne par le passé, et comme je l’ai dit plus haut, je suis une flemmarde, et bien ça m’a semblé pas mal d’avoir un programme dispo sur le net. Résultat : -15kg en 3 mois, et au total -20kg en 5 mois. De belles photos de mariage et une nouvelle garde robe :)
    Aujourd’hui j’avoue que je fais beaucoup moins attention, mais cependant je n’ai pas eu d’effet Yo-yo, je suis stabilisé dans mon poid.
    Pour celle que ça intéresserait, la très jolie Youtubeuse Sananas2106 a fait intervenir sa soeur sur une de ses vidéos car cette dernière a perdu 40kg (je crois) en 8/10 mois. Elle parle très bien de ce qu’est le programme WW. Je me permet de mettre le lien (j’espère que ça n’est pas un problème) :
    http://www.youtube.com/watch?v=ZP-T5_V2b9w&list=PLtLpI4PaCVSB3RvcblNx9fuiZLf8qZTsA&index=14
    En tous cas, bravo et courage ! Je te souhaite de t’aimer et de vivre heureuse :)

  41. #41 Ella le 5 mars 2014 à 13 h 40 min

    Bravo pour ta volonté Mélanie. Au risque de dire une bêtise, si tu souhaites comprendre ce qui te pousse à manger, peut-être qu’en plus de voir une diététicienne, tu pourrais voir un psy… Je ne sais pas si tu y as déjà pensé, si tu as déjà essayé, ou si tu en vois déjà un, mais ça peut-être un bon complément pour t’aider à te sentir mieux. J’espère que je n’ai pas dit de bêtise… Bon courage et bonne continuation :)

  42. #42 Hélène le 5 mars 2014 à 13 h 43 min

    MélanieD: à mon tour je te donne un lien (celui de Zermati étant à mon avis une excellente référence, car il a une vision du poids très globale, corps et esprit, et n’est absolument pas dans l’esprit « régime ») : je ne sais pas si tu sais que Marlena a perdu presque 57 kilos en 4 ans.
    Elle a fait ça TRES en douceur, ayant fait jusque là tous les régimes de la terre et tous les yos-yos qui vont avec.
    Elle en parle sur son 2ème blog, je te linke ça, si ça peut aider (son approche très soft du truc est intelligente, je trouve) :
    http://simplymarlena.com/

  43. #43 MélanieD le 5 mars 2014 à 13 h 43 min

    gaelle11 : Quand on ne s’aime pas au point moi je ne m’aime pas, il est difficile (impossible?) de laisser quelqu’un vous approcher vraiment. Vous toucher n’en parlons même pas. Je vais m’appuyer sur toutes ces encouragements et toutes vos histoires ! C’est en commençant à lire quotidiennement MBDF que j’ai appris à prendre soin de moi aussi !

    dupond : Je vais regarder ça de plus près ! Merci à toi, et très bonne journée aussi.

  44. #44 Caroline le 5 mars 2014 à 13 h 44 min

    Quel courage Mélanie, bravo ! Comme tu le dis, il y aura certainement des hauts, puis des bas, puis de nouveau des hauts. Dis-toi que ça arrive à tout le monde. Tu verras que le sport, tu aimeras ça et tu pourras difficilement t’en passer une fois lancée. N’en fais pas trop au début, fais ce qui te plait. Et toute cette hygiène de vie (sans frustration surtout !) te fera certainement le plus grand bien au moral et c’est bien le principal. Bonne chance ! :)

  45. #45 MélanieD le 5 mars 2014 à 13 h 48 min

    Hélène : Avant de te lire je ne la connaissais pas, mais désormais, impossible de passer à côté. Je pense d’ailleurs qu’elle est une des raisons de ma motivation. Son parcours exemplaire me prouve que si elle l’a fait, je le peux aussi. Et j’aime beaucoup sa philosophie du « un changement à la fois ». C’est tout à fait ce à quoi j’aspire. Doucement, mais sûrement !
    Je pense que je vais commencer à bouquiner du Dr Z….
    ;-)

    Je suis ravie de trouver de supers conseils et des personnes qui prennent le temps de commenter sur leurs expériences ou simplement des encouragements. Ca fait très chaud au coeur, et je pense que tout le monde, quel que soit son objectif, apprécierait d’être soutenu. Surtout que je suis une inconnue…

  46. #46 Eve1975 le 5 mars 2014 à 14 h 28 min

    MélanieD:
    Coucou Mélanie!
    Comme les autres, je te souhaite plein de bonnes choses. Et je ne reviens pas que des gens puissent considérer l’anneau gastrique comme une solution de facilité!!! Déjà, il y a l’opération (moi, les anesthésies, ça me terrifie!), mais les suites, au début, ne sont pas super rigolotes. J’ai quelqu’un de mon entourage qui l’a fait il y a environ 15 ans (donc les suites d’opé ont peut-être changé). Ca lui a permis de retrouver un poids qui ne mettait plus sa santé en danger, et surtout, de le garder. Quoi que tu choisisses de faire, courage! Et pense à te chouchouter, ce blog est une mine de bons conseils, bons plans, astuces! POur reprendre contact avec son corps, les massages, je trouve ça bien aussi.
    Je me permets de t’embrasser, même si on ne se connaît pas.

  47. #47 sylvie;-) le 5 mars 2014 à 15 h 06 min

    ne pas se fixer un poids mais miser sur un travail sur soi me semble être une très bonne démarche; quand on sait que tous les régimes se finissent à plus ou moins long terme par un échec…en lisant ton témoignage je pensais justement à Zermati dont parle Hélène!
    je vais d’ailleurs de ce pas voir le témoignage de marlena…la motivation boostera peut-être mon anglais;-)
    et je te souhaite de retrouver l’harmonie avec toi moi , ce qui me semble être un but en soi dans la vie!

  48. #48 Ysée le 5 mars 2014 à 15 h 32 min

    Bonjour Mélanie,

    ton témoignage me touche beaucoup. Je suis moi-même vite complexée, quelle qu’en soit la raison, et souvent sans raison d’ailleurs. Le regard des autres est terrible, souvent il nous déprime encore plus que nos propres pensées. Parfois, quand je cours, je croise une femme en surpoids. Et, à chaque fois, je suis admirative des efforts fournis, tant d’un point de vue physique (c’est très dur de courir et plus encore quand on est en surpoids) que d’un point de vue mental (supporter le regard d’autrui qui se moque, peut-être de moi). Je salue toujours cette coureuse, et je lui souris, car elle est mon alter ego, une sportive elle aussi.

    La décision que tu as prise est très courageuse. Pense d’abord à toi, à ton bien-être, pas à des critères physiques pseudo-normés. Je t’encourage à aller voir du côté de Weight Watchers. Ma mère a perdu 15 kg il y a quelques années et elle ne les a jamais repris. Bien sûr, ensuite c’est une discipline de vie. Mais elle n’a jamais été affamée et a toujours trouvé une oreille attentive lors des réunions. Le soutien extérieur est primordial.

    Je me permets de t’embrasser et te souhaite beaucoup beaucoup de courage. Tiens-nous au courant du chemin parcouru, je suis certaine qu’il y aura toujours des lectrices prêtes à te soutenir !

  49. #49 Pixie le 5 mars 2014 à 15 h 54 min

    Courage pour ce changement à venir, étant passé par là je sais que c’est long et pas toujours facile, mais au bout du compte ça vaut le coup!
    J’ai développé depuis toute petite des troubles alimentaires: boulimie à l’âge de 5 ans, qui s’est transformée en anorexie à 14, donc un rapport très compliqué à la nourriture depuis toujours.
    Obèse dès mon plus jeune âge, j’ai été expédiée par mes parents chez un diététicien à 8 ans: l’horreur absolue, déjà parce qu’il était dans une clinique spécialisée remplie de gens en obésité morbide et qu’on me disait « Tu vois comment tu vas finir si tu ne fais pas d’efforts pour maigrir! ». J’ai écopé d’un régime très strict où il fallait tout peser, qui n’a fait qu’augmenter les crises de boulimie car je le vivais très mal et j’avais l’impression d’être punie parce que j’étais grosse et moche. Un échec total.

    Puis, à 14 ans je me dégoutais tellement et j’avais tellement honte de moi que j’ai décidé de me laisser mourir en cessant de m’alimenter, crise qui s’est finalement mutée en anorexie car en voyant les kilos disparaitre j’en ai conclus que la nourriture était sale, que c’était la cause de tous les problèmes et que manger revenait à se souiller.

    C’est donc pas très stable dans ma tête que j’ai été expédiée manu militari chez une nutritionniste formidable qui m’a appris à faire la paix avec mon assiette en dédramatisant à mort. Oui, on a besoin de manger pour vivre, mais on peut le faire correctement, en se faisant plaisir et sans être frustrée. Oui, on a le droit de faire des excès sans culpabiliser, bien se nourrir ce n’est pas avoir une nutrition exemplaire 365 jours/an, c’est savoir équilibrer ce dont son corps a besoin en lui donnant ni trop ni trop peu et sans se prendre la tête… Car sa philosophie était qu’il valait mieux se faire un peu plaisir tous les jours plutôt que de se frustrer du lundi au samedi pour craquer et se goinfrer le dimanche.

    Au lieu de m’obliger à ne manger que de la salade, elle m’a encouragée à faire les marchés, tester de nouveaux produits, tester plein de façons de les cuisiner pour trouver ce qui me faisait vraiment plaisir, au lieu de psychoter à tout peser au gramme près on a travaillé sur une sorte de nuancier contenant plein de photos de plats dosés à des portions différentes pour voir ce qui convenait à peu près à mes besoins…

    Au bout de 3 ans de travail j’ai fait la paix avec moi-même, j’ai une relation apaisée avec la nourriture et je n’ai plus de troubles alimentaires depuis 10 ans. Tout ça pour dire qu’au-delà d’une histoire de poids et de kilos, quand on a un soucis avec l’alimentation c’est la cause intérieure qu’il faut traiter, parce que tous les anneaux et by-pass du monde ne pourront que réguler la quantité de nourriture, et pas la qualité de ce qu’on ingurgite.
    Une amie à moi s’est fait poser un anneau mais sans faire de travail « en interne », résultat elle continue de manger n’importe quoi, sauf qu’elle le vomit derrière car elle n’a plus la place de le stocker et comme elle ne perd pas de poids, elle se le fait régulièrement resserrer pour avoir encore moins de place et vomir encore plus…

    Bref, je suis persuadée qu’il vaut bien mieux traiter le problème à la source, se réconcilier avec la nourriture et soi-même et qu’une fois qu’on va mieux dans sa tête, le corps suit, quitte à envisager un coup de pouce chirurgical en accompagnement.
    Oui, c’est long, ça peut prendre 3,4,5,6 ans, et alors? Pour se sentir bien sur toute une vie, ça vaut sacrément le coup!

  50. #50 Angel le 5 mars 2014 à 16 h 10 min

    Coucou Mélanie ton texte m’a donné la chair de poule! C’est vraiment touchant tu sais. On ne peut rester indifférente . On sent une souffrance dans tes écrits et c’est bien de l’écrire. Ça évacue . Mais ce qu’on retient avant tout, c’est cet espoir que tu portes! Tu sais que le combat sera long mais tu t’en fous, tu as envie d’essayer! Et ça c’est le principal! C’est très courageux de ta part et tu peux être fière de toi. Je te souhaite bon courage et suis de tout cœur avec toi. Donne nous des nouvelles si tu veux bien. Bravo!!! N’abandonne pas! Si tu as besoin de parler on est la! :-)
    Hélène, merci à toi pour ce partage! Tu es juste géniale!

  51. #51 Pauline G. (Nantes) le 5 mars 2014 à 16 h 24 min

    Bonjour,
    Je me reconnais dans ton témoignage, j’ai pendant des années souffert de ce corps, que je voyais déformé, je me sentais comme Elephant man. J’ai comme toi tout décortiqué pour comprendre mon hyperphagie, j’ai fait des régimes, tenu une courbe de poids, avec beaucoup de yoyo, de 60 à 110 kg, plusieurs fois. Puis lu Zermati. J’ai remis en question le rapport au corps de ma mère qui m’a dit quand j’étais petite « je couperais moi-même tout mon gras au couteau si ça pouvait donner un beau résultat ». Je détestais ce corps, j’ai mis ça sur le compte de mon viol étant enfant, et sur tous les trucs nuls de ma vie. Et puis j’ai commencé à prendre soin de moi, à aimer le maquillage, et surtout à trouver des vêtements que j’adore à ma taille, à la portée de ma bourse (MERCI Asos). Je n’avais pas de modèle féminin ronde ET jolie alors je l’ai inventé, parce qu’en fait je me trouve pas mal. Je ne mets que des robes courtes, cintrées et j’adore ça. A mon boulot (je suis barmaid) on me dit tous les jours que je suis belle, et l’anecdote marrante, c’est que c’est arrivé plusieurs fois qu’une fille mince me dise « où achètes tu tes robes ? Tu es belle, je voudrais le même corps que toi » et moi j’ai dit « sur Asos parce qu’à Zara y a pas ma taille » et elle me répondent « quoiiiii mais tu fais du combien ? » C’est quand même un comble qu’elles envient mon 46 alors qu’elles-même se sentent grosses dans leur 40. Moi qui étais un vilain petit canard mal dans sa peau et moqué, maintenant on peut bien se foutre de moi, je ne vaux pas moins que les autres sous prétexte que je suis plus grosse, j’en suis même très fière ; c’est d’ailleurs mon moteur quand je fais une rechute dans l’estime de mon corps, je me dis « sois fière de ce que tu es, tu fais partie de la majorité opprimée, discriminée, revendique le, lève le menton, tu es belle ». Et pour finir ce commentaire, j’ajoute une phrase que j’adore « ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux ». Cette société n’aime pas les rondes, mais encore faut il que les rondes aiment les rondes…
    Bisous à toutes.

  52. #52 Hélène le 5 mars 2014 à 16 h 34 min

    Je suis très touchée par tous vos partages les filles. C’est un très bel échange.

  53. #53 MlleNarcisse le 5 mars 2014 à 16 h 38 min

    Pauline G. (Nantes): Et pour finir ce commentaire, j’ajoute une phrase que j’adore « ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux ». Cette société n’aime pas les rondes, mais encore faut il que les rondes aiment les rondes…….TRES VRAI!

  54. #54 Malika le 5 mars 2014 à 16 h 44 min

    Mélanie,
    Je voudrais te dire à quel point tes paroles me parlent!!!
    En effet, ces mots j’aurais pu les dire et je les ai pensés.
    En 1995, j’ai été opéré de la thyroïde qu’on m’a retiré en totalité . A la suite de cela , mon métabolisme étant devenu très bas, je suis devenu obèse moi qui avait été mince toute ma vie.
    J’ai eu l’impression , comme tu l’expliques si bien, de vivre dans 1 corps qui n’était pas le mien et je peux dire que c’est 1 souffrance de tous les instants, et en effet on n’arrive pas à s’accepter telle que l’on est.
    Et cette douleur, tant qu’on n’est pas passé par l’obésité on ne peux mesurer à quel point elle est dévastatrice , on est comme dans une prison dans son propre corps.
    Il n’y a pas de solution miracle pour guérir de l’obésité , la 1ère des choses à faire est d’éliminer toutes causes hormonales à l’origine de ton obésité, pour cela il te faut voir un bon endocrinologue , je sais qu’il y a un très bon service de diabètologie, à l’hôpital de la salpetrière à Paris.
    D’autre part, il faut que tu fasses faire des analyses de ton sang par ton généraliste pour savoir si tu es ou non atteintes de diabète , quel est ton niveau de cholestérol dans le sang et faire faire une recherche de T4 et Tsh pour savoir si tu n’aurais pas 1 problème thyroiidien.
    Tout cela pour pour éliminer d’abord toutes causes de maladie générant une obésité.
    A cela s’ajoute le fait de savoir si c’est 1 obésité gynoïde ou androïde, c’est à dire une obésité plutôt localisée sur le ventre ou plutôt type culotte de cheval. En effet, celle dite gynoïde est sur le plan génétique plutôt une obésité féminine , qui est aussi dure à vivre sur le plan psychique mais qui n’est pas dangereuse pour la santé.
    Par contre l’obésité androïde plutôt localisée sur l’abdomen , est l’obésité la plus dangereuse car la graisse entoure les viscères et notamment le cœur, et entraîne diabète , complications cardiaques etc…
    Je te dis tout cela, qui doit te saouler, pour être concrète et te conduire vers la bonne solution de ton problème .
    En effet, l’obésité étant 1 maladie,il faut en déterminer les causes pour pouvoir la soigner efficacement .
    Pour ma part, ayant tendance aux sucreries, il s’est avéré que j’étais pré diabétique et quand fait il me fallait rééquilibrer mon alimentation en supprimer tout sucre rapide, qui élevait ma glycémie en entraînant une insulino-résistance , empêchant une sécrétion d’insuline par mon pancréas, du coup je n’ai droit qu’aux sucres lents ( tels que pâtes ou pain complet ou aux céréales etc..) et je dois faire du sport pour élever mon métabolisme.
    Donc , avant de s’en remettre à Zermati, qui sera efficace si ton obésité ne résulte que d’une boulimie, symptôme psychique qui consite à se remplir d’aliments pour combler un vide affectif, mais avant d’en arriver là il faut faire tous ces tests pour connaître les origines de ton obésité pour pouvoir la soigner.Si tu vas dans le service que je t’ai recommandé , ou alors à l’hôpital Bichât à Paris du docteur Fricker, c’est 1 chercheur du CNRS qui consulte comme nutritionniste.
    Mais je pense que le service de diabetologie de l’hôpital de la pitié Salpetrière est encore plus pointu, ils ont 1 équipe pluridisciplinaire cardiolologues, diabetologues, nutritionnistes, diététiciens, psys. Etc…..
    Je t’ai dis tout cela, car j’ai vécu tout ce que tu racontes dans ton article et je ne savais vers qui me tourner quand je me trouvais dans cette galère , et j’ai comme toi fait plusieurs régimes , des yoyos successifs , tout ça ne faisait q´augmenter mon engoisse et j’avais l’impression que mon problème était sans issue!!! Et que je n’en sortirais jamais!!!
    Ne pouvant te faire un cours de médecine, j’ai préféré répondre à ta souffrance en te donnant des pistes concrètes pour t’en sortir
    Dans ce service tu trouveras tous les médecins spécialistes des problèmes de l’obésité , qui rechercheront les causes de ton obésité et t’aiguilleront pour en venir à bout.
    Il ne faut pas perdre de vue que l’obésité est 1 maladie comme 1 autre, bien qu’elle soit rejetée et stigmatisée socialement, mais comme pour toute maladie, il faut en connaître les causes aussi bien biologiques que psychiques, et c’est qu’après avoir fait le bilan de ces causes, qu’on peut déterminer les moyens de la soigner.
    D’autre part, chaque être humain étant différent d’un point de vue génétique , chacun doit être examiner comme je viens de te l’indiquer, pour voir traiter sa propre maladie.
    Je sais que tout ce que j’ai raconter peut paraître du charabia mais il a pour but de t’aider à réellement à sortir de cette ornière dans laquelle je me suis trouvée comme toi des années durant, c’est 1 véritable cauchemar!! Il est le résultat de mon expérience personnelle et je me contente de t’indiquer l’évolution de mon parcours qui m’a permis de m’en sortir, l’obésité tout le monde s’en fout et il y a ceux qui font croire aux miracles pour se faire fric sur le dos de gens en souffrance .
    Moi je ne suis qu’une simple abonnée au blog d’Hélène , et ton article m’a tellement parlé au point que j’aurais pu l’écrire moi même , que je ne pouvais le laisser sans réponse .
    Te plaindre de ta souffrance, j’aurais pu le faire mais cela n’aurait pas suffit pour résoudre ton problème .
    Aussi cela m’a tellement touché , j’ai préféré te donner le mode d’emploi pour en sortir, en tout cas c’est celui que j’ai utilisé, je pense qu’il t’aidera à faire le tri dans toutes les solutions possibles , mais surtout à trouver la solution qui doit s’appliquer à toi et à personne d’autre. J’espère que tout cela t’apportera l’aide nécessaire …
    Je t’embrasse, bon courage et tiens bon!
    Bisous à Hélène

  55. #55 Didichoups le 5 mars 2014 à 17 h 02 min

    Mon Dieu. En lisant cet article, je me suis dit que j’aurais pu l’écrire. J’ai approximativement la même histoire. Le surpoids encore et toujours plus, et le déclic qui te fait dire « Comment j’ai pu en arriver là ». Et tu as beau chercher, à part te dire que tu dois arrêter de manger ou de culpabiliser après chaque boucher, tu ne sais pas trop quoi penser, quoi faire.
    Finalement, mon problème ce n’est pas la bouffe en elle même, mais la quantité. J’ai souvent faim, voire très faim…
    Mon médecin m’à dit que la meilleure solution pour moi maintenant, c’est l’anneau. Trop de poids à perdre signifie un découragement obligatoire et une repris de poids derrière.
    Mon RDV préalableest bientôt et j’espère que ça résoudra mes problème. Parce qu’à 22 ans avoir des problème de dos, de chevilles, et de souffle, ça me semble pas normal. À 30 je tombe en lambeau à ce rythme là ^^
    Bref, merci pour cet article Mélanie. On se sent moins seul.
    Et maintenant, je vais lire les autres commentaires
    À bientôt
    Ps : j’espère que cette fois ce sera la bonne pour toi, de tout mon cœur.

  56. #56 Frivole, vous avez dit frivole? le 5 mars 2014 à 17 h 48 min

    MélanieD: Sur ce sujet, je pourrais écrire un roman mais je le réserve à mon futur analyst. :D
    (Tiens-nous au courant si tu en as envie, surtout ;) )

  57. #57 Clamavi le 5 mars 2014 à 17 h 58 min

    Hélène:

    Salut Hélène, non jamais entendu parler, je vais me renseigner à son sujet, merci pour l’info !

  58. #58 Clamavi le 5 mars 2014 à 18 h 01 min

    MélanieD:

    Je pense que le terme « conflit » résume bien le problème ici, c’est une lutte incessante. Perso entre ma perte de poids et aujourd’hui, je suis devenue végétarienne et même malgré ce nouveau mode de vie (voulue pour des raisons éthiques, pas pour des raisons alimentaires, je précise), j’ai repris tout mes kilos. En même temps, quand on aime ce qu’on mange…

  59. #59 Hélène le 5 mars 2014 à 18 h 06 min

    Clamavi: je t’en prie, je suis contente que tu n’aies pas mal pris mon intervention ;-) (c’est toujours très agaçant les gens qui viennent vous dire « fais ci » ou fais ça » alors qu’on avait juste besoin de s’exprimer et de partager).

  60. #60 Christine le 5 mars 2014 à 18 h 30 min

    Très touchant ce texte, vraiment ! Et qu’est ce que ça me parle, surtout en ce moment …

  61. #61 sabinaphi le 5 mars 2014 à 18 h 53 min

    Bon alors, en lisant l’article, comme tout le monde, je me dis « génial Mélanie est sur la bonne voie car elle a compris qu’elle doit arrêter de se faire du mal et traiter son corps comme il le mérite ». Et puis, ensuite je lis les commentaires et là, je suis révoltée! Et voilà qu’on parle anneau, sleeve et autre by-pass: où est le respect de ce corps si longtemps maltraité là-dedans??? Depuis quand se faire couper 1/2 ou 3/4 d’estomac voire sa quasi totalité afin de raccorder l’œsophage à l’intestin est une façon de respecter son corps??? La mutilation comme réponse au surpoids, c’est ça l’idée révolutionnaire??? Je tiens à dire que je ne juge absolument personne car je suis bien placée pour comprendre l’attrait de ces solutions présentées comme miraculeuses pesant 117 kg pour 1,70, mais comment peut-on en arriver à cette extrémité alors qu’avec un bon régime et du sport tout le monde peut perdre du poids?? Je suis scandalisée par la pression de notre société envers les gros et la réponse des gros à vouloir rentrer dans cette norme car si on subit une opération, c’est bel et bien pour perdre énormément de poids et donc rentrer dans la « norme », pas juste 20kg ou 30kg pour se sentir mieux. Par ailleurs, si le recul existe pour l’anneau (on sait maintenant que cela ne marche pas à long terme), il n’existe pas encore pour la sleeve ou le by-pass (trop récent) mais les différents témoignages montrent que oui on maigrit énormément mais qu’au bout de 4 à 5 ans il y a reprise de poids car on sait que c’est de la tête que vient le problème de surpoids et ça aucun chirurgien n’a encore réussi à le gérer ou alors que diriez-vous d’une petite lobotomie???
    Perso, c’est après avoir sérieusement envisagée ces opérations et m’être bien renseignée dessus que j’ai décidé de dire NON!! Je n’ai jamais eu de problème pour perdre du poids (ni pour en reprendre d’ailleurs;-)) parce que j’ai fait n’importe quoi avec mon corps, je l’ai affamé, rempli jusqu’à en vomir, stressé, détesté, mais j’ai décidé de ne pas aller jusqu’à le mutiler. Il y a 4 mois, comme Mélanie, l’âge et les expériences aberrantes aidant, j’ai décidé de me faire du bien: nutritionniste, coach sportif, tapis de course à la maison, beaucoup de volonté et surtout l’idée que ça prendra le temps que ça prendra mais que c’est en arrêtant de me maltraiter (je ne ferai jamais 3 heures de sport par jour par exemple car ça aussi je considère qu’à mon niveau c’est de la maltraitance!) que je pourrai me réconcilier avec mon corps. L’autre jour, après une semaine d’efforts et pas de perte de poids, mon coach m’a dit ceci: « Le bonheur n’est pas dans le résultat, il est dans le chemin pour y parvenir. » Je sais qu’après tout cela: réapprendre à manger sainement, avoir une activité physique modérée et plaisant, craquer et gérer, re-craquer et re-gérer, je ne reprendrai pas le poids que j’ai perdu et peu importe si mon poids ne correspond pas à ce que la société et la médecine préconise, personne ne décidera à ma place de ce qui est bon pour moi!

  62. #62 Louison le 5 mars 2014 à 19 h 10 min

    Bonjour Mélanie,

    Je n’ai pas de probleme de poids mais j’ai trouvé ton topic très touchant, on sent que tu en as gros sur le coeur…
    Je trouve ça bien que tu en parles, ça va sûrement t’aider,
    tu te fais accompagner d’une diététicienne, c’est super, mais peut-être faudrait-il aussi être accompagné d’un psy ? pour parler, identifier justement le  » pourquoi ce besoin de te remplir » ? pourquoi tes émotions te font manger ? ce genre de choses…

    (je dis ça car Tu écris :
     » Pourquoi je mangeais sans fin (ni faim)
    Pourquoi je compensais en mangeant
    Pourquoi je mangeais afin de me détester »)

    Je trouve très bien que tu manges de tout, tu as bien compris que les régimes trop restrictifs sont dangereux et font reprendre les kilos perdus+ d’autres kilos (l’effet yoyo), car les kilos sont perdus trop rapidement avec un régime  » intégriste » et les frustrations dues aux privations font que la personne regrossit,
    tu as compris qu’en mangeant de tout mais en diminuant les quantités, tu maigriras moins vite que qqn qui fait le régime  » du con » mais ça sera acquis, tu regrossiras pas, et tu ne seras ni frustrée, ni carencée :-)

    bref, tu vas y arriver !!! tu es encore jeune :-) il te faut un déclic !! un déclic = voir la nourriture sous un autre angle…ne plu la voir comme une  » consolation », comme une  » compensation »…

    Tu ecris :
    « Je n’ai que 24 ans, je ne connais pas grand chose à la vie, c’est vrai. Mais j’ai derrière moi plus de 20 ans de fort surpoids. Et je ne me connais pas, je ne m’aime pas. Je mets des barrières entre moi et les autres. Je suis pourtant bien entourée : famille, amis. Mais je me sens affreusement seule… 20 ans de moqueries et de blagues laissent leurs traces. Des marques profondes, il me faudra certainement du temps pour les guérir. »

    Oui c’est certainement parce que tu ne t’aimes pas que tu te  » détruis »…
    tu es entourée mais tu te sens seule ? et oui la meilleure compagnie doit être la sienne, pas celle des autres…parce qu’au fond, on est toujours seul dans la vie, meme si on est aimé, soutenu, etc …alors mieux vaut faire en sorte de s’aimer, d’etre une bonne compagnie pour soi-même ;-) la meilleure qu »il soit, si possible…

    Je vais te dire un truc, les gens sont cons ! j’ai jamais compris que les gens se moquent des gens trop gros, trop petits, handicapés, etc …ceux qui font ça , le font certainement pour se rassurer eux-mêmes, bref, ce sont des pauvre gens, ça te permets de faire un tri au moins, hihi :-)

    Bref je pense que le psy ça peut etre bien, pour ton rapport à la bouffe, mais aussi pr te connaitre, t’aimer, balayer les moqueries, etc

    Bonne route ma belle,

    Louison 33 ans, qui espère que tu nous donneras de tes nouvelles ;-)

  63. #63 Karine83 le 5 mars 2014 à 19 h 10 min

    Quel touchant témoignage Mélanie D, quels touchants témoignages de toutes celles qui ont répondu…
    J’aurai pu en écrire certains tant je me sens proche de vos vécus…
    Ce combat permanent, ce mal être, le fait de se dire qu’on devra faire des efforts toute sa vie, et que si on se relâche on va sans doute repartir dans la spirale, bouuuhh…
    J’ai été pendant longtemps en surpoids , puis à la naissance de mon fils (et non pendant la grossesse allez comprendre) au fur et à mesure j’ai pris une bonne quinzaine de kilos supplémentaires et je me faisais horreur.
    J’ai réussi à perdre une bonne dizaine, puis me suis relâchée et patatra presque tout repris a 2kgs près…
    Août 2012 j’ai enfin accepté de me marier avec mon compagnon avec qui je suis depuis 15 ans, et là je me suis dit les photos etc, bref régime sec. Car déjà je le vivais mal d’être comme ca, immortaliser mon tas de gras et être le centre de la fête, inconcevable. J’ai perdu 8kilos en même pas 3 mois car mariage en octobre, j’étais contente…
    Jusqu’à ce que je me voie sur les photos…Toutes les larmes de mon corps sont sorties… Mon frère m’annonce qu’il se marie 6 mois après moi, en me demande d’être son témoin, rebellotte, les photos , en avril j’abordais fièrement -14 kilos, je me sentais à peu près bien. Je n’ai jamais voulu être mince (je n’y arriverai pas! ) mais me plaire un tant soit peu…
    Puis je me suis relachée sans me goinfrer, +5 … Début janvier j’ai rééquilibré de nouveau, j’en ai reperdu 4…
    C’est pas la balance qui est la pire, c’est mon image et se sentir engoncée dans son corps. Quand on se voit en photo, on se voit « brute », on se prend tout en pleine face… Pas plus tard que vendredi, une de mes copines m’a demandé de voir le dvd de mon mariage, elle me disait que j’étais magnifique, et plus elle me disait ca plus je pleurais…
    Pas simple tout ca. En tout cas ca fait du bien de lire les autres témoignages, on se sent moins seule, ça remonte le moral, et ca me rend plus forte et me donnera peut etre la force de continuer, pour enfin, j’espere, me sentir mieux.
    Pour tout ca, merci à toutes.
    Belle soirée!

  64. #64 cerise le 5 mars 2014 à 20 h 04 min

    j’ai 55 ans et comme tout le monde j’ai été bouleversée par ton témoignage, tu es trés jeune et tu as toute la vie devant toi pour être heureuse avec ou sans ces fichus kgs mais à mon avis tu es capable de quitter cette spirale (bouffe, image de soi, rebouffe),
    J’ai connu fut un temps ce besoin de manger comme tu dis si bien sans fin et sans faim avec en plus un grand sentiment de culpabilité ,ma famille a eu du mal à comprenre ce qui pouvait se passer dans ma tête à ce moment
    J’expliquerais celà pour ma part en disant que je comblais un grand vide,une grande détresse morale
    Si actuelement je suis assez mince(1m71 pour 57kg) je peux dire que j’ai toujours un probléme avec la nourriture( anorexie, boulimie…), c’est un long combat que nous menons, tu n’es pas toute seule jeune et jolie jeune fille, bon courage tiens nous au courant , je te souhaite beaucoup de bonheur

  65. #65 elise (number two) le 5 mars 2014 à 20 h 06 min

    merci et bravo Mélanie de t’être lancé dans ce témoignage !

    la solitude la honte l’addiction …. pfff mon Dieu le nombre de personnes qui sont confrontés à tout ça !

    on en peut dire : ayé je ne mange plus … comme les fumeurs qui voudraient s’arreter :
    impossible ! faut bien manger 3 fois par jour!!! quelle tentation de retomber dans ses mauvais plis !

    s’accepter comme ça ? ben voyons ! ça non plus on ne le veut pas ! on mérite tous un corps sain et leger (et je ne parle pas d’une stupide taille 38 irréaliste pour la majorité d’entre nous)

    et oui : ne plus regarder ailleurs : se recentrer sur sois , c’est difficile

    et pourtant le corps n’est qu’une « boite » qui nous contient nous : la vraie nous !
    cette idée est la même plus les personnes handicapés malades etc… l’important c’est l’intérieure de la boite!

    et dans ta boite Mélanie ça à l’air d’être super jolie !

    grosse bise et bon courage

  66. #66 Camomille le 5 mars 2014 à 20 h 17 min

    Bonjour Mélanie,

    Ton témoignage me touche énormément. Je ne suis pas du tout dans ta situation mais ma maman souffre de troubles alimentaires. Je l’ai toujours connue « malade », et l’ai toujours vue se faire vomir et… malheureuse, très malheureuse. Je fais une taille 36 et elle a peur de mon regard sur elle parce que selon elle « je n’ai pas de problème de poids donc je ne peux pas comprendre ». Mais ça reste ma maman et en toute objectivité je trouve que c’est une femme magnifique, c’est mon modèle!
    Je souhaiterais tellement qu’elle arrête avec tous ses régimes et qu’elle trouve la paix intérieure dont elle a besoin et surtout qu’elle se voit comme moi je la vois: BELLE. Elle est en plein divorce actuellement avec mon père qui lui a beaucoup reproché ses kilos en trop. Ça l’a détruite!
    J’espère tellement qu’elle s’en sorte un jour et qu’elle retrouve un homme qui l’aime pour ce qu’elle est. Je trouve ta démarche exemplaire du haut de tes 24 ans. C’est vrai on a toutes le droit au bonheur. Entoure toi des bonnes personnes et laisse tomber ceux qui ne sont pas capables de t’apprécier à ta juste valeur!
    Je t’envoie plein de bisous et du courage.

  67. #67 Xabina le 5 mars 2014 à 20 h 32 min

    Juste un petit mot d’encouragement car je ne suis pas concernée, et je n’ai aucun conseil à apporter.
    Les témoignages sont très touchants, et je souhaite à tous ceux qui sont dans une démarche de changement beaucoup de courage et de succès.

  68. #68 Joëlle Mahé le 5 mars 2014 à 20 h 55 min

    Je suis très très touchée par ton histoire ainsi que la façon extrêmement mature dont tu l’exprime.Ta détresse est immense mais ce combat tu va le gagner car ta vie en vaut la peine.J’étais la fille d’une femme boulimique et obèse ,mon enfance a été rythmée des crises de boulimie ou tout le placard y passait et des tentatives de régimes sans cesse inachevés et reprises de poids.Maman est décédée à 62 ans elle pesait 98 klg .Lorsque ma petite Inès s’est mise à 12 ans à peser 60 klg j’ai pris les choses en main et c’est pour elle et avec elle que je marche 10klm tous les dimanches .Nous avons supprimés le gras et le sucre avec tout de même de la souplesse et lundi dernier nous somme allées faire du shopping pour son anniversaire (13 ans)le 9 mars prochain.Inès fait maintenant 50klg pour 1m53 elle est pulpeuse et ravissante et tout lui va à sa grande surprise.Elle reporte sa gourmandise sur la confection de bijoux en pâte fimo qui représentent des gâteaux ou des bonbons.Elle a toujours été gourmande et maintenant elle est aussi heureuse .Tu n’es pas seule toi non plus ,je suis certaine que tu vas t’en sortir car déjà tu es capable de l’écrire.
    Bravo Hélène d’être la créatrice d’un blog au delà du superficiel ou cette communauté de filles et de garçons se retrouvent et se soutiennent sans se voir pour la plupart ,je trouve cela génial.Merci Bizzzz Joëlle

  69. #69 Mamchoum le 5 mars 2014 à 21 h 12 min

    Ton témoignage, je le trouve courageux et si je te connaissais j’aurais envie de t’aider et de te porter dans ta lutte. Je te souhaite beaucoup de courage et de ténacité car il t’en faudra c’est sûr mais ce qui va t’aider c’est l’envie de retrouver la vraie image qui est enfouie en toi. Un bisou d’encouragement.

  70. #70 Anonyme pour cette fois le 5 mars 2014 à 21 h 36 min

    Bonjour Mélanie,
    Je te souhaite sincèrement tout le courage du monde pour ce combat que tu as décidé de mené. Je crois que la dépendance à la nourriture, c’est 20 000x pire que la clope…
    Ma soeur est elle aussi obèse (d’où l’anonymat pour cette fois…), il est toujours très difficile d’aborder ce problème avec elle, je crois qu’elle en souffre vraiment.
    Pendant longtemps, sa manie de partager un plat, quelle que soit sa taille, en x portions égales correspondant au nombre de convive m’a énervée. Souvent, il y en avait beaucoup trop pour chacun. Son besoin de FINIR les plats m’agaçait (mais mon agacement n’est rien comparé aux autres membres de la fraterie…).
    Puis j’ai compris, en voyant un comportement exactement identique chez une autre femme obèse, que ce ne sont pas des défauts, ce sont des symptômes.
    J’essaye de me montrer plus clémente, parce que ce sont justement des symptômes, et que la faire culpabiliser dessus n’y changera rien (voire empirera les choses). J’essaye aussi de faire comprendre à ma famille qu’il faut y aller mollo. Mais c’est dur.

    Alors voilà, j’ai compris avec le temps que c’est un enfer, quand la bouffe n’est pas un plaisir mais une angoisse, et j’espère sincèrement que tu arriveras à ton but.
    Courage !

  71. #71 Plume le 5 mars 2014 à 21 h 38 min

    Merci.

  72. #72 Camille le 5 mars 2014 à 23 h 48 min

    Après avoir lu ton article, je me suis toute de suite reconnue dans ton témoignage : manger sans fin, sans faim, finir par se détester… toutes ces choses qui paraissent anodines mais qui laissent des traces sur le corps. Je ne me sens pas bien dans ma peau avec toute cette graisse, ce corps que je trouve disgracieux. C’est vrai que trouver quelqu’un comme soi est en quelque sorte réconfortant car on peut modifier ce mal-être et surtout s’entraider, se donner des conseils…
    J’avais comme toi aussi perdu du poids il y a quelques mois, mais j’ai tout repris et quelques kilos en plus en peu de temps… Cependant, en lisant ton témoignage, ça me donne la force de me réconcilier comme tu le dis avec la nourriture et même si cela te tente, on pourrait se soutenir ?
    Tu trouveras mon adresse email sur mon blog si ça te dit une entraide : http://sunny-spirit.blogspot.fr/
    Courage!

  73. #73 estelle le 6 mars 2014 à 1 h 15 min

    Très touchant ton témoignage.
    Le fait d’avoir eu « le déclic » , c’est bien.
    Je trouve qu’il est particulièrement difficile, dans la société actuelle de ne pas rencontrer de problème de poids..
    Tellement de tentations, des monticules de produits sucrés et gras qui trônent dans les supermarchés : c’est trop !
    Avant l’ère des grandes surfaces, les gens consommaient uniquement ce dont ils avaient besoin pour se nourrir, au marché ou chez les petits commerçants.
    Les industriels sont en grande partie responsables, ils veulent faire consommer plus et plus souvent.(aliments ou lessive !)
    Si l’on peut préparer ses plats soi même, ça vaut le coup, ça évite d’ingurgiter un biscuit à 72% de sucre …(le simple gâteau au yaourt a une teneur en sucre beaucoup plus raisonnable )
    Bonne continuation !

  74. #74 Litchiz le 6 mars 2014 à 3 h 50 min

    Chère Mélanie,

    Comme certaines d’entre nous, je me reconnais aussi beaucoup dans ton témoignage…
    Tu y dis quelque chose d’essentiel; on peut enchaîner les régimes et perdre du poids…mais on le reprendra toujours tant que l’on ne se sera pas questionné sur le « pourquoi » et entamer une démarche pour comprendre notre rapport – souvent très compliqué – à la nourriture; et malheureusement, cet aspect psychologique – primordial à mon sens – est souvent rapidement balayé lors des consultations médicales par exemple (ou peut-être ne suis-je tombée que sur des médecins qui n’avaient pas choisi l’option psychologie – et diplomatie – lors de leur cursus).
    Et puis, il y a le regard de l’autre aussi…et son jugement à peine culpabilisant.
    Evidemment, les personnes en surpoids restent devant la télé à se goinfrer de chips trempés dans du beurre de cacahuètes en buvant du coca 100%, et lorsqu’elles s’autorisent une sortie, c’est pour aller au Mc Do et tester les nouvelles recettes de Big Mac encore plus big et encore plus mac !
    Alors si j’ose dire que je ne suis pas allée au Mc Do depuis 20 ans et qu’en plus, je suis végétarienne…j’ai forcément un pète au casque pour les gens…ou je suis un alien. :)

    Il y a un mois et demi, j’ai aussi fait la démarche de consulter une diététicienne; je n’ai jamais supporté mon physique (d’ailleurs à ce propos, le make up a fait office de mini thérapie: je commence à tolérer mon visage…youpi!) mais le pire a été d’être essoufflée, de ressentir des douleurs, après une simple promenade. A même pas 30 ans, je ne peux pas accepter cette situation.
    J’ai la chance d’être tombée sur une diététicienne très à l’écoute, qui évite les frustrations, pour qui le chiffre affiché sur la balance ne passe pas avant l’état psychologique de sa patiente…et qui m’autorise des « vrais » yahourts (pas les allégés sans goût bourrés de sucre), le « vrai » chocolat (pas du noir sans sucre) et une « vraie » pâtisserie tous les week-ends ! Bref, en m’évitant la privation, elle m’empêche de focaliser sur certains aliments (biscuits, chocolat, sucre) et de (re)tomber dans la compulsion alimentaire.
    Ce n’est pas la fête tous les jours, mais je sens – et j’espère – que moi aussi, je tiens le bon bout.
    Cette fois c’est la bonne !

    Bon courage à toi, et à toutes celles qui se reconnaîtront !
    (et merci Hélène de publier un tel article !)

    P.S.: Mélanie, tu écris à la fin ‘ »je veux me connaître »; j’ai lu cet aprem que Van Gogh disait « il faut se perdre pour se trouver »…tu es sur le point de, j’en suis certaine !

    P.S.: veuillez m’excuser pour cette emballement, mais il est presque 4h du mat’, je ne réponds plus de rien !

  75. #75 Didichoups le 6 mars 2014 à 6 h 50 min

    sabinaphi: Tu dis « avec un bon régime et du sport, tout le monde peut perdre du poids ». Comme pour tout, je penses que mettre tout le monde dans un même panier est dangereux, car non, malheureusement, tout le monde ne peut pas. Je sais de quoi je parles.
    J’ai été suivie un an par diététicien, psychologue, coach sportif …etc d’une association spécialisée pour les jeune. Je n’ai perdu aucun kilo. Mon poids s’est juste stabilisé.
    J’ai également fait un régime de 3 mois sans sucre, sans gras. Pas de perte de poids, juste une horrible et constante envie de pleurer (mon corps ressentait le manque). J’ai fait plein d’autre chose aussi. Re diététicienne, suivi de l’alimentation, du sport un peu tous les soir… etc
    Alors je suis bien contente que pour toi, ça fonctionne, pas pour moi comme tu peux le lire.
    Puis on m’a parlé de l’anneau. J’avais envie de pleurer. « Je suis grosse à ce point là ? Mon dieu. »
    Je me suis dit « non, pas pour moi, me faire opérer, jamais. Les gens ont qu’à m’accepter. »
    Puis, peu de temps après, je me suis rendu compte que je reprenais du poids pour je ne sais quelle raison. Pas de changement de l’alimentation, ni des quantité, rien. Je ne comprend pas.
    Mes chevilles ont commencées à me faire mal constamment, mon dos très souvent, je suis plus essoufflée qu’à la normale…
    Puis la médecine du travail (pour mon récent nouveau boulot) puis mes chefs qui me disent que mon poids pourrait être un problème pour obtenir un CDI… (oui, monstrueux, je sais)
    « Bon ça commence à craindre là ! »
    Donc je commence à me renseigner sur l’anneau, des amis qui ont des personnes dans leur famille qui s’en sont fait poser m’en parle.
    Beaucoup me dise que ça leur a changer la vie.
    Je surfe sur des sites internet.
    Bon, pourquoi pas finalement. C’est un peu l’opération de la dernière chance… Et puis, tu parles de mutilation du corps. Au point où en est mon corps, un peu plus ou un peu moins….
    En sommes, je ne le fait pas spécialement pour le poids en soi, plus à cause des problèmes que ça engendres.
    Alors oui, on peut me traiter de feignasse, que je n’ai pas de volonté, je m’en fiche. J’essaie ce « remède miracle ».
    Par contre, si ça ne marche pas. Je penses qu’on ne pourra plus rien pour moi.

    Désolé, j’ai un peu, beaucoup digressé, et je ne parles que de moi. J’en suis navrée, mais ça fait du bien.
    Et j’espère que certaines personnes sont dans mon cas, et que ça pourra les aider à se sentir moins seule.
    Parce qu’au final, c’est aussi ça qui est dur, l’incompréhension des gens non concernés.
    Sur ce, je vous souhaite de passer une bonne journée.

  76. #76 jeanne le 6 mars 2014 à 7 h 17 min

    Courage melanie!!! Je sais de quoi je parle je suis en surpoids et j’ai essayé je ne sais combien de fois de maigrir! Samedi je retourne voir une autre diététicienne afin de perdre ses kilos en plus! Tout comme toi j’ai subit moquerie surtout au lycée et ces réflexions marquent a vie!
    Dans tous les cas gardes le cap, crois en toi! Et surtout patience

  77. #77 Hélène le 6 mars 2014 à 9 h 36 min

    Joëlle Mahé: cette communauté me touche beaucoup aussi, vous me touchez beaucoup, particulièrement à l’occasion de billet comme celui de Mélanie.

    Je vous conseille à toutes de regarder la vidéo mise en lien par dupond: je l’ai regardée entièrement hier soir (pas de panique, les interventions des médecins durent 1h, ensuite de sont des échanges avec la salle – très intéressants d’ailleurs), j’envisage même de l’isoler pour en faire un billet en soi, tant ces gens sont à mon avis la voie à suivre quand on a des problèmes de poids (en plus j’ai vu le Dr Zermati pendant quelques semaines, il y a des années, et je suis absolument convaincue par sa démarche et celle de ses confrères).

  78. #78 Géraldine le 6 mars 2014 à 10 h 49 min

    sabinaphi: « avec un bon régime et du sport tout le monde peut perdre du poids?? » si c’était vrai! si tout le monde pense comme ça, les personnes en surpoids ne sont alors que de grosses feignasses, à manger n’importe comment, et ne faisant aucun effort! hé bien, non ! malheureusement c’est un peu plus compliqué ;)
    Je mesure 1,78 et pèse 80 kilos; je suis donc un surpoids, et si cela semblera dérisoire à certaines qui ont beaucoup plus de poids à perdre que moi, je le ressens, avec notamment une prise au niveau du ventre. Suivie par un médecin, je fais du sport d’endurance très régulièrement, je mange presque parfaitement, au point que cela en devient une obsession… et tout ça pour maintenir mon poids… il faut s’accrocher car par contre, le moindre petit écart, là pas de problème je prends du poids!
    tout ça pour dire, que comme pour beaucoup de choses dans la vie, pas tout le monde dans le même panier…. pitié!
    belle journée

  79. #79 Mimosa le 6 mars 2014 à 10 h 57 min

    Ton texte est très touchant Mélanie, et tu as l’air très déterminée, avec quelque chose de serein et pas uniquement guerrier, dans ta détermination. Je pense que c’est d’ailleurs une des clés de la réussite : ne pas être seulement dans le combat mais accepter les choses, pour pouvoir les changer. Je ne suis pas sûre d’être claire ;-) mais je voulais dire qu’on sent en te lisant que tu portes en toi ce qui te fera réussir.

  80. #80 Hélène le 6 mars 2014 à 11 h 00 min

    Mimosa: c’est intéressant ce que tu dis à propos du côté guerrier et du combat. Merci pour ton commentaire.

  81. #81 Karine83 le 6 mars 2014 à 12 h 01 min

    sabinaphi:
    Malheureusement, ce que tu dis n’est pas vrai… Si ça pouvait… Tu auras noté que les filles qui sont passées par une opération de cette importance ne l’ont pas fait pour un diktat de minceur, mais pour arriver à se sentir mieux dans leur corps mais surtout dans leur tête et pas mal aussi pour leur santé. Et aussi quand on fait cette opération, on a un garde fou constant. Oui c’est sûr il « suffit  » de faire du sport et de manger équilibré… (pas pour toutes de toute façon)
    Ah sur le papier c’est sur, c’est l’évidence. Mais dès qu’on se relâche, pour toute raison que ce soit, si on a tendance à prendre, on reprend direct, avec tout ce que cela comporte (dédain de soi, perte de confiance en soi etc…)
    J’ai une de mes cousines qui s’est fait faire une sleeve. Je l’ai toujours connue forte, même plus que moi, combien de fois je l’ai vu pleurer parce qu’elle se sentait mal, combien d’ennuis de santé elle a eus, puis elle arrivait a rééquilibrer, ca durer ce que ca durait, avec les plaisirs que ca comporte quand on arrive à avoir le contrôle tout relatif sur son corps et sur sa nourriture, puis un coup dur (la pauvre en a eu des énormes dans sa vie) et papatra des efforts de mois, voir d’années foutues en l’air… Et ca recommençait, un cercle vicieux.
    Jusqu’au jour de son opération. Je peux te dire qu’elle en a bavé, parce que c’est pas évident quoi qu’on puisse en penser, on va pas se faire faire ca comme quand on va se faire épiler le maillot hein, les suites de l’opération sont lourdes, mais elle fait le bilan près d’un an après elle arrive enfin à garder sa ligne de conduite, et surtout ses problèmes de santé s’amenuisent. Elle a eu un autre coup dur y’a quelques mois, sa sleeve l’a « sauvée », car sinon encore une fois les efforts auraient été mis à néant.
    Alors oui on est d’accord pour plein de gens le mental peu suffire. Encore faut il l’avoir, ce mental et tenir sur le long terme…

    Didichoups:
    Quand on y arrive pas, quoi qu’on fasse, pendant des années, et que notre santé en dépend (parce que c’est bien de cela qu’on parle, de la santé) et le mal-être grandissant, il faut peut être penser à une autre éventualité.
    Non je ne fais pas l’apanage des opérations, je n’en ai pas eu moi même, mais autant on peut être en bonne santé quand on a du poids « en trop » autant quand on voit qu’on souffre de douleurs, ou de tout autre problème tous les jours, à cause de ce poids, on peut arriver à se faire aider médicalement. J’espère que tu trouveras ta solution, qu’elle quelle soit.

    Belle journée!

  82. #82 Marjo le 6 mars 2014 à 12 h 15 min

    Coucou les filles,
    Merci pour cette vidéo avec Zermati et d’autres spécialistes qui est très très intéressante et renverse beaucoup de clichés véhiculés par les régimes en vogue. Alors la solution ne serait pas dans la maîtrise de ce qu’on mange mais dans l’écoute de soi?
    Renversant, non?

  83. #83 sophie le 6 mars 2014 à 13 h 06 min

    Hélène: Bonjour,
    cela serait bien si tu pouvais le faire, on rentre dans la « période régime » tous les magazines vont sortir leur recette miracle pour perdre du poids.
    On a tous des histoires unique face au poids, et de prendre conscience que le régime ne sert qu a essayer de changer (momentanément, bien souvent) un fait : la prise de poids, mais ne « traite » pas la cause, il y a une raison: médicale, psychologique, entourage, ect…
    et qui l’on consulte, la façon dont le praticien prend en charge le « surpoids », est important car ne traiter que les kilos ne sert pas à grand chose et les régimes abiment, à la longue.
    Dans tous les cas, merci d’avoir mis en avant l’histoire de Mélanie
    Bonne journée

    (ps: sophie, dupont c’est la même chose, mais le nom dupont, apparait automatiquement, mais je ne pense pas toujours à le changer, je m’en excuse)

  84. #84 Damalalicorne le 6 mars 2014 à 13 h 10 min

    Mimosa: Ton commentaire sur le combat trouve un écho dans ce que j’ai vécu. C’est quand j’ai arrêté de me battre contre mes kilos en trop et que j’ai commencé à penser et agir en symbiose avec mon corps que j’ai perdu le poids que je voulais perdre, lentement mais sûrement, puis que j’ai stabilisé mon poids actuel depuis 3 ans, qui me convient parfaitement. Pour ma part, c’est la lecture d’un livre du Dr Cohen qui a été un déclic (je n’aurais jamais cru tant pleurer en lisant un tel livre…).
    Je souhaite beaucoup de courage à Mélanie et à toutes les personnes qui sont dans cette démarche de réconciliation avec leur corps et de perte de poids, car ce n’est facile ni de vouloir être « parfait », ni d’accepter de ne pas l’être.

  85. #85 marion182 le 6 mars 2014 à 13 h 18 min

    MélanieD: Bonjour Mélanie. Ton post m’a vraiment fait écho.
    J’ai toujours eu depuis que je suis petite des problèmes de poids, et j’ai l’impression que j’ai plus ou moins été au régime toute ma vie. Surveiller son poids à chaque instant, se demander si tel ou tel plat ne va pas me faire prendre 2 kg! Ces 3 dernières années, j’ai pris beaucoup de poids. Je suis arrivée bien plus haut que je ne pouvais m’imaginer. J’ai commencé à avoir des pb de dos, mal aux genoux…je ne voulais plus rencontrer de nouvelles personnes car je détestais mon corps et comment aller vers les gens quand on ne s’aime pas. Ca devenait invivable. Mon médecin m’a parlé de chirurgie gastrique pour lutter contre l’obésité. J’ai d’abord pensé que ca ne me concernait pas que je ne rentrais pas dans les « cases » pour ce type d’intervention. C’était vraiment loin de moi!!! Puis j’ai décidé de rencontrer un médecin spécialisé à l’hôpital, juste pour avoir des renseignements sur les différentes pratiques… Le médecin m’a dit que effectivement j’étais obèse (autant te dire que quand tu entends ca tu te prends un aller retour dans a tète). Il m’a expliqué les différentes procédures, a répondu à toutes mes questions. Il m’a expliqué que vu mes antécédents , mon parcours et mon poids, je pouvais bénéficier de ce type de chirurgie. Je suis ressortie de ce rendez-vous en étant loin de l’idée de me lancer dans ce type d’opération. J’ai mis un an avant de décider de rentrer dans le programme. Une année ou j’ai continuée de me renseigner, de rencontrer des gens qui avaient subis ces opérations. J’ai donc décidée de me faire opérer. Le parcours hospitalier pour se faire opérer est long: 1 ans minimum, parfois 2 (selon les cas), voir plus. Ce temps est nécessaire, car il va te permettre de te préparer à ce qui va arriver, car crois moi, c’est un grand changement dont il s’agit. A partir de mon entrée dans le programme j’ai mis un peu plus d’un an avant de me faire opérer. Cela fait aujourd’hui 6 mois que l’opération à eu lieu. Ca à été difficile, mais j’en suis très heureuse. La perte de poids et la stabilisation dans mon cas vont prendre 2 ans. Il y a encore des bas, surtout moralement, mais j’ai toute un équipe de médecin qui m’entoure et qui est disponibles en cas de besoin.
    Je ne dis pas que c’est LA solution, mais quand toute ta vie tu LUTTE avec ton poids et que malgré tout tu n’y arrives pas et que ta santé est en danger… tu envisages d’autres possibilités.
    J’ai 25 ans, et j’avais 24 ans quand je me suis faites opérer. Nos situations assez similaires m’ont fait penser que peut-être partager mon parcours avec toi pourrait t’aider, ou t’ouvrir de nouveaux horizons.
    J’espère que ton suivi diététicien t’apportera beaucoup et te permettra de te sentir mieux…et si tu veux discuter, eh bien n’hésite pas je serais ravie de te faire partager mon expérience.

  86. #86 sophie le 6 mars 2014 à 13 h 20 min

    ps : hier , dans le magazine de la santé, il y avait un sujet sur la chirurgie de l’obésité,(minutes 30.09) comment cela se passe, le suivit.
    On montre aussi que parfois, cela ne marche pas (il faut s’y préparer) et il y a l’interview d’une psychologue (à la 34.27 minutes ),qui montre à quoi il faut s’attendre quand on perd du poids, en gros ne pas oublier que nous sommes un tout, on ne peut pas dissocier le corps du cerveau.
    http://www.allodocteurs.fr/le-magazine-de-la-sante.asp

  87. #87 Hélène le 6 mars 2014 à 13 h 49 min

    Je vois ce que vous répondez à sabinaphi qui, la pauvre, est à la fois agressive et maladaroite (mauvais combo ;-), et j’ai envie de rajouter, comme le dit si bien Zermati : et surtout ma cocotte, tout le monde n’est pas programmé pour être mince. Pas plus que tout le monde n’est programmé pour être grand.

    Marjo: perso je ne trouve pas du tout ça renversant, juste d’une logique absolue, mais c’est vrai que j’ai découvert les travaux et la philosophie de ces gens il y a déjà un moment.

    sophie: ah oui « sophie » c’est quand même plus convivial que « dupond », comme pseudo ;-) (je te taquine ;-).
    Je vais faire un billet avec cette vidéo, les interventions sont précieuses (notamment celles de Lecerf et Zermati).

  88. #88 lixlie le 6 mars 2014 à 13 h 53 min

    Ben voilà, je viens de me prendre une claque dans la figure sans y être préparée.
    Merci pour ce récit
    1000 bisouilles
    PS : C’est un combat de tous les jours, merci de m’avoir ouvert les yeux sur les batailles que j’acceptais de perdre par paresse ;-)

  89. #89 Didichoups le 6 mars 2014 à 16 h 35 min

    Karine83: Merci beaucoup. Je n’ai rien d’autre à ajouter :’)

  90. #90 Carine le 6 mars 2014 à 18 h 12 min

    Bonjour Melanie,
    Je viens de lire ton temoignage et je suis tres emue.
    Je suis comme toi en surpoid et j ‘ai tellement honte de mon corps que je ne regarde plus que le visage dans le miroir.
    Je te souhaite de perdre du poid et de garder le moral.
    Bravo pour ton courage, pour avoir ecrit ce billet.
    Je t embrasse.

    Merci Helene pour tes conseils et pour cet espace d’expression. C’est la premiere fois que je laisse un commentaire sur un blog.

  91. #91 Hélène le 6 mars 2014 à 18 h 38 min

    Carine: merci à toi pour ton commentaire, tu es la bienvenue ;-)

  92. #92 Didichoups le 6 mars 2014 à 18 h 46 min

    dupond: Je viens de regarder la vidéo. Vraiment géniale. J’ai appris plein de chose et elle me redonne espoir.
    Je me dis aussi que y a quand même des médecin moins cons ^^
    MerciHélène d’avoir relayé le lien, je l’avais zappé ;)

  93. #93 MélanieD le 6 mars 2014 à 22 h 31 min

    Hélène : Je ne sais pas si c’est à chaque fois le cas, mais je suis infiniment touchée par toutes ces réponses. Alors je vais essayer de répondre à chacune ! (heureusement que je n’ai pas à le faire tous les jours, je ne pourrais pas! ;-) mais comme chacune de vous a pris le temps de partager un morceau de sa vie, ou de m’encourager, je veux vous remercier ou vous répondre!

    Eve1975 : Je t’embrasse également !!
    sylvie;-) : Marlena est formidable. Si tu es intéressée, elle a également une chaine parallèle ou elle vient de commencer une saga de vidéo chaque semaine pour se booster avec ses abonnées dans la perte de poids sans frustration ! C’est la preuve vivante que c’est possible !!
    Ysée: J’ai déjà entendu beaucoup de bien de la méthode WW. Peut être je m’y pencherai à l’occasion. Mon nouveau mode de vie me convient pour le moment. A moi de faire en sorte que ce rééquilibrage devienne permanent.
    Je suis cette coureuse en fort surpoids. Tellement que moi je n’ai plus le courage (depuis un moment) de courir dehors. J’ai la chance d’avoir quelques machines à la maison, c’est moins bien que dehors. Mais pour le moment, je fais avec ! je t’embrasse également !
    Pixie: Tu donnes une merveilleuse leçon de vie ! Je suis d’accord avec toi : le corps ne va pas sans la tête. J’ai une relation très fusionnelle avec la nourriture. J’adore cuisiner, et sans me vanter, je cuisine pas trop mal. Mais il faut que j’apprenne à l’apprécier à sa juste valeur : je peux me faire plaisir avec une tartiflette à l’occasion ! Mais, il faut que j’apprenne à ne pas me servir 3 fois. Je n’ai plus faim, je mange non pas par plaisir mais simplement pour manger. Manger mieux, c’est mon objectif. M’écouter aussi ! Courage à ton amie, l’anneau n’est pas un choix facile, et surtout, il faut l’accepter. Il ne fait pas tout !
    Angel: Je reviendrai dans quelques temps si je peux avec grand plaisir ! J’espère que d’autres lectrices auront à leur tour envie d’enrichir cette super rubrique sur des sujets divers et variés !
    Pauline G. (Nantes): Ton commentaire est stupéfiant. Je ne sais pas quoi te répondre, mais je t’assure que tout mon coeur est avec toi ! Merci d’être passée par là, tu viens de me décrocher un sacré sourire !
    Malika: J’apprécie tes conseils. Malheureusement je n’habite pas du tout Paris, du coup difficile de prévoir d’y passer. Je ne souffre pas de diabète pour le moment, et il semble que je sois en bonne santé malgré ce surpoids. Je vais essayer mon bonhomme de chemin, mais je penserai bien à tous ces conseils ! Merci à toi !
    Didichoups: Tiens moi au courant de ton rendez vous chez ton médecin ! Tu peux demander mes coordonnées à Hélène si tu le souhaites ! Cette fois ci c’est la bonne implique que je ne sois plus seule dans mon combat ! J’ai décidé de communiqué. Mais surtout pas de limiter ma vie à ce combat.
    sabinaphi: « Le bonheur n’est pas dans le résultat, il est dans le chemin pour y parvenir. » C’est la tout mon combat ! Je ne souhaite pas attendre d’être au poids qui me conviendra pour être heureuse. Je veux aussi trouver le bonheur en faisant mon sport et en allant mieux chaque jour ! J’ai comme toi, fait le choix de ne pas me faire opérer. Mais je comprends que certaines personnes en aient besoin. Je me dis que chacun a une manière de faire différente, et surtout une manière de se motiver différente. Mais ce sont des actes chirurgicaux majeurs qu’il ne faut en aucun cas prendre à la légère, je suis tout à fait d’accord !

  94. #94 MélanieD le 6 mars 2014 à 22 h 57 min

    Louison: merci pour ton super message! Un peu plus haut dans les (très nombreux) commentaires je disais que mon travail sur moi même ne serait jamais vraiment fini tant que je ne ferai pas une réelle introspection (= voir un psy). Parce que j’ai des blessures très profondes que je dois comprendre. Je suis assez mobile en ce moment et donc ce n’est pas encore le moment, mais dès que je serai posée, je vais envisager sérieusement de voir quelqu’un, pour me réconcilier avec moi même !
    Karine83: Je ne supporte pas mon image en photo depuis très longtemps, alors je comprends ta souffrance. J’espère que tu trouveras un équilibre qui te convienne.
    cerise elise (number two) Xabina Camomille: Merci beaucoup à vous toutes !!!
    Joëlle Mahé: Il faut que tu apprennes à ta petite à s’écouter et à être heureuse. Manger, ne surtout pas se priver, ni se frustrer. Mais pas de trop !
    Mamchoum: Merci à toi !! Je suis vraiment impressionnée que vous soyez autant à avoir pris votre plume (ou plutôt clavier !) et votre temps pour me laisser votre message.
    Plume: Un seul mot suffit pour me toucher, merci à toi !
    Camille: Je reviens vers toi très vite ! Courage.
    estelle: Et le comble vient aussi du fait que j’adore cuisiner, et que ma mère m’a appris à cuisiner bon et peu gras. Mais manger trop ça…..
    Litchiz: Alors toi aussi tu as trouvé la bonne professionnelle pour t’aider. C’est primordiale je pense. J’ai besoin de ce cadre qui me motive chaque mois. Comme de petits défis qui me poussent à faire un peu plus de sport un soir par exemple. Mais une personne qui me comprend et qui me guide, non pas une personne qui me gronde et m’interdit! Beaucoup de courage. N’hésite pas à entrer en contact avec moi si tu veux.
    Didichoups: Il y a une petite motivation professionnelle également pour couronner le tout. être jugé sur son physique pour des capacités de boulot, je trouve ça hallucinant. Mais soit disant, être gros, c’est être moins soigné et savoir moins prendre de soi ….
    jeanne: Courage, et dis toi que tu n’es pas seule.
    Mimosa: J’essaie de mettre toutes les chances de mon côté pour une fois. Parce que je suis une jeune fille très joyeuse qui en a marre de souffrir et de faire semblant. Non, je suis vraiment cette jeune fille joyeuse, et je veux simplement arrêter de mentir, de me mentir. Ton commentaire est très beau, et je t’en remercie.
    marion182: Merci de m’avoir fait partagé ton expérience. Pour le moment je n’envisage pas de me faire opérer, mais je garde ces précieux conseils, si jamais…
    lixlie: Il faut essayer d’arrêter le combat justement, et de trouver son équilibre. Je m’y mets à fond, parce que je veux me respecter, enfin !
    Carine: Beaucoup de courage à toi aussi, merci de m’avoir lue !

  95. #95 Hélène le 7 mars 2014 à 9 h 59 min

    MélanieD: merci à toi d’avoir pris le temps de répondre à tout le monde, c’est adorable et super touchant !

  96. #96 sophie le 7 mars 2014 à 10 h 27 min

    Tu te disais étonnée de recevoir le soutien d’inconnus, mais partager ton histoire a apporté beaucoup à des inconnus, merci à toi d’avoir partagé ton histoire

  97. #97 sophie le 7 mars 2014 à 10 h 32 min

    et un grand Merci à Hélène d’avoir post ton histoire :)
    Merci

  98. #98 Elodie le 7 mars 2014 à 20 h 53 min

    Coucou,

    Je te souhaite beaucoup de courage dans ce combat et de le vivre le plus sereinement possible.
    Crois en toi, fais-toi confiance. Il n’y a pas de raison que tu ne réussisses pas, ton discours sent l’optimisme à plein nez !
    La volonté est une des clés mais hélas le corps et la tête ne vont pas toujours dans le même sens, mais si tu es intimement persuadée que tu vas y arriver, alors tu y arriveras !
    Merci encore pour ton histoire et merci à Hélène de l’avoir publiée.
    Bon we !

  99. #99 altina le 7 mars 2014 à 23 h 57 min

    J ai 44 ans….1 er régime à 10 ans…je ne mange pas je m empiffre, la bouffe pour moi est un anti stress, une façon de calmer mes angoisses, enfance difficile….je suis hyper sucrée. J’ai fait tout les régimes même les plus farfelus.depuis mes 10 ans j ‘ ai du perdre 500 kgs.je mesure 1m68 pendant des années j’ai fait en sorte de ne pas depasser les 78 kgs, je perdais 10 kgs je les reprenais et un jour suite à un braquage et une fausse couche j ‘ ai perdu tout contrôle…un matin j’ai osé affronter la balance 103, 8 kgs…un cauchemar j’ai pleuré toute les larmes de mon corp j’avais 40 kgs à perdre pour moi c était insurmontable…mais j ‘ y suis arrivé après divers régimes et reprise de poids j ‘ arrive à 80 kgs, puis je lis le livre de zermati oui je peux maigrir en mangeant du chocolat, du fromage, des biscuits enfin bref je peux manger ce que je veux, le seul soucis c’est que je n’ai pas de sensation de satiété, donc j adapte sa méthode je mange tout ce que j aime sans dépasser 1250 calories par jour, je mange du chocolat tout les jours donc plus de craquage au bout de 3 semaines, 1 mois je tiens sur la longueur et j ‘ arrive a 65 kgs et une taille 38 en pantalon que du bonheur je me ruine en fringues tout me va.sa fait 2 ans que je peine à stabiliser plus ou moins ce poid à 5 ou 7 kgs près, car je n’ai toujours pas réglé le fond du problème la bouffe pour moi est une obsession j’aime trop manger, quand je Contrôle tout va bien mais quand je perds le Contrôle C’est la cata je peux avoir la bouche qui ne vide pas de la Journée, je ne veux plus perdre ma taille 38 donc je bataille en me disant certains jours que 40 c’est bien aussis et qu’il serait tant que j ‘ arrête de me torturer de la sorte…je commence à me renseigner sur l hypnose pour arrêter de fumer et je lis qu il peut y avoir de très bon résultat aussis sur le comportement alimentaire, à voir…
    Je te souhaite de tout coeur de perdre ton poids mais surtout de stabiliser ce poids et d être en paix avec la nourriture

  100. #100 MélanieD le 8 mars 2014 à 11 h 32 min

    Elodie: Merci pour ton message d’encouragement !
    altina: J’ai regardé la vidéo évoquée par Hélène et dupond. Je n’ai pas encore tout à fait fini, mais je trouve que les réflexions sont vraiment très intéressantes ! Du coup je pense que moi aussi je vais bouquiner ces fameux livres. Merci de m’avoir partagé ton histoire : comme quoi, c’est possible.

  101. #101 Louison le 9 mars 2014 à 2 h 06 min

    Oui merci Mélanie d’avoir pris la peine de nous répondre :-)
    J’ai regardé la moitié de la vidéo, par curiosité, elle est très bien !!

    J’ai pensé que la dépendance à qqch est assez répandue,
    certains sont dépendants à la cigarette,
    d’autres à l’alcool,
    d’autres aux jeux d’argent,
    d’autres à la drogue
    d’autres au sexe, au porno
    d’autres sont des acheteurs compulsifs,
    d’autres sont dépendants aux médicaments (anxiolytiques et compagnie)
    d’autres sont dépendants au sport
    d’autres sont des dépendants affectifs ?
    toutes ces angoisses, émotions compensées, calmées par un comportement, une dépendance à qqch,
    les émotions nous joue des tours, elles sont difficiles à  » canaliser »,
    On peut aussi ne pas avoir de dépendances mais être angoissé, anxieux…

    Bref, pas facile de gérer ses émotions !!

  102. #102 Mary Read le 9 mars 2014 à 9 h 09 min

    J’arrive après la bataille, mais je tenais à laisser un petit mot (enfin petit, petit, j’suis une incorrigible bavarde ;)).

    Je la fais courte : boulimique, régimes sur régimes, yoyo depuis l’adolescence… pour finir obèse à 28 ans. Bref, mon parcours n’est pas du tout original. Et ce n’est une découverte pour personne, les régimes font grossir.

    Et puis, j’ai décidé d’arrêter de m’abîmer et de prendre soin de moi. De chercher la santé plutôt que la perte de poids. Je ne dis pas qu’être gros, c’est être en mauvaise santé. La minceur n’est certainement pas une garantie de bonne santé. Mais avoir 20, 30, 40 kilos en plus, c’est quand même pas très pratique pour bouger, avoir de l’énergie et aider nos organes à fonctionner correctement.

    Arrêter de torturer mon corps passait inévitablement par l’alimentation. D’autant plus que j’ai fait une énorme découverte : la nourriture émotionnelle n’existe pas. Et pour une boulimique, je vous assure que c’est une sacrée découverte. Ce n’est pas une question de volonté, de mental, de motivation. Tout ça, c’est des conneries qui ne servent qu’à nous faire culpabiliser. Non, si le corps réclame à manger, que ce soit par faim ou par compulsion, c’est qu’il lui manque quelque chose. Des glucides et des nutriments, par exemple. Parce que ce qu’on lui donne ne comporte pas tous les éléments dont il a besoin. Il n’y a que l’abondance et la constance qui permettent d’éviter les compulsions.

    Moi, je suis devenue frugivore, mais je ne cherche pas du tout à faire de prosélytisme. C’est mon choix personnel et ça ne veut pas dire que c’est le meilleur. C’est le meilleur pour moi, simplement. Je me nourris essentiellement de fruits (en majorité) et de légumes, j’en mange beaucoup, vraiment beaucoup. Facilement dans les 3000 ou 3500 kcal par jour. Une très chouette personne m’a demandé « Si tu portes une valise de 20 kg, tu auras besoin de plus ou moins d’énergie que si tu ne la portais pas ? », et j’ai compris. J’ai compris qu’il fallait définitivement sortir du schéma de la restriction. Que oui, en étant grosse, j’avais besoin de manger plus que quelqu’un de mince. Sinon, mon corps ne peut pas fonctionner correctement, et fais du stock pour prévenir mon imprévisibilité. Je mange quasi peu ou pas de gras, pas parce que ça fait grossir, mais parce que c’est toxique pour mon corps et que ça le plombe. Je retrouve petit à petit une activité physique que je n’avais plus (mais vraiment, tout doucement, marcher, faire quelques squats, rien d’exceptionnel), là encore pas pour perdre du poids, mais pour retrouver de l’énergie, de l’endurance et de l’aisance dans mes mouvements, pour sentir mon corps.
    Et magie : plus aucune crise de boulimie, de l’énergie, de la bonne humeur, de l’envie de faire les choses. Et mon poids ? Ce n’est plus du tout ma préoccupation. Je fais confiance à mon corps, je lui donne les moyens de se réguler en lui donnant le moins de choses toxiques possibles et c’est tout. Après, c’est son job, je sais qu’il finira par se débarrasser de toute cette graisse qui l’embête. Je sais qu’il lui faudra du temps, il a besoin d’abord de me faire de nouveau confiance. Quand il sera certain que je ne risquerai plus de le priver, il se délestera de ses réserves. D’où cette histoire d’abondance et de constance. Et vu que j’ai fait n’importe quoi en 28 ans, je sais que ça ne se fera pas comme ça. Vous refaites facilement confiance à quelqu’un qui vous a trahi pendant de longues années, vous ? Je ne vise pas une perte de poids sur 5 mois mais sur 5 ans, comme un sportif qui se préparerait à un championnat. Je vise le long-terme. En fait, je ne vise pas une perte de poids, je vise la santé, l’énergie, le sourire. Je ne cherche pas à être mince, mais en bonne santé et bien dans mon corps. Et c’est bien plus important pour moi.

    Et tout ça n’a été possible parce que j’ai décidé de prendre soin de moi, d’être bienveillante envers moi-même. J’ai décidé que j’avais le droit de me faire du bien et d’être heureuse, malgré les kilos en trop, malgré mon image que j’ai toujours détestée. Tu ne te définis pas par un chiffre sur une balance, tu es une personnalité, des centres d’intérêt, des qualités, des défauts, des envies, des projets, plein de choses.

    Alors je ne te souhaite pas de perdre du poids, parce que c’est très secondaire, tout ça. Je te souhaite très sincèrement de t’aimer, d’avoir envie de prendre soin de toi, d’être bienveillante envers chaque centimètre carré de ton corps. Parce que ton corps, c’est toi, aussi. Même si tu as l’impression qu’il ne correspond pas à ce que tu es à l’intérieur (cette dissociation un peu dingue, je la connais bien). Et parce que toi aussi, dans toute ton entièreté, tu as le droit d’être heureuse et bien avec toi-même. Peu importe les kilos, les boutons ou les fourches dans les cheveux. Je te souhaite de t’aimer inconditionnellement. :)

    Je terminerai par la citation qui m’accompagne au quotidien depuis un an : « Il existe un curieux paradoxe : quand je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer. » (Carl Rogers)

  103. #103 Hélène le 9 mars 2014 à 12 h 00 min

    Mary Read: merci pour tout ton commentaire, vraiment vraiment.

  104. #104 Didichoups le 9 mars 2014 à 21 h 28 min

    MélanieD: Je le raconterais peut être ici. Je penses que ça peut aussi servir à d’autres. Mais si tu veux mon adresse mail, c’est sans problème, tu peux demander à Hélène ;)

  105. #105 MélanieD le 11 mars 2014 à 21 h 52 min

    Mary Read : Je trouve que tu as laissé un très joli commentaire.
    Tous les commentaires qui ont été laissés m’ont donné (encore) à réfléchir. Et en fait, je crois une des raisons pour lesquelles je n’aime pas mon corps, c’est qu’il m’empêche d’être qui je veux être, et ce que je veux faire. Je ne suis pas apte à faire de l’escalade, alors que j’adorerais ça ! Pour moi, certains sports me sont presque impossibles : la randonnée, c’est très limitée, alors que je suis fan, et j’ai plein d’autres exemples. Etre en surpoids c’est moi parce que ça exprime vraiment mon âme : moi mes rondeurs, ce n’est pas tant ça le souci. Le problème, c’est quand mon corps devient mon ennemi.

    Ton commentaire me fait beaucoup penser à la philosophie de Fruty Harmony (j’espère bien l’avoir écrit), qui est présente sur son blog et YT : jettes y un oeil à l’occasion !
    Merci pour ton passage !

  106. #106 Maud le 12 mars 2014 à 22 h 07 min

    J’arrive après la bataille parce que privée de connexion pendant une semaine. Je voulais juste dire à Mélanie D. que son histoire est très touchante et me parle particulièrement. Et à Hélène que c’est en partie grâce à elle et son blog que j’ai commencé un travail sur moi-même il y a de cela un an. L’acceptation de soi est un long travail pour certaines, au-delà du poids réel ou fantasmé. Je te soutiens de tout coeur dans cette démarche et ce chemin si souvent semé d’embûches…

    Mary Read: « Alors je ne te souhaite pas de perdre du poids, parce que c’est très secondaire, tout ça. Je te souhaite très sincèrement de t’aimer, d’avoir envie de prendre soin de toi, d’être bienveillante envers chaque centimètre carré de ton corps. Parce que ton corps, c’est toi, aussi. Même si tu as l’impression qu’il ne correspond pas à ce que tu es à l’intérieur (cette dissociation un peu dingue, je la connais bien). Et parce que toi aussi, dans toute ton entièreté, tu as le droit d’être heureuse et bien avec toi-même. Peu importe les kilos, les boutons ou les fourches dans les cheveux. Je te souhaite de t’aimer inconditionnellement. :) »
    Voilà, tout est si joliment dit mais si parfois si difficile à atteindre…

  107. #107 MélanieD le 15 mars 2014 à 15 h 53 min

    Maud : Même après la bataille je te remercie pour ton gentil message.

    Suite à tous ces commentaires, et les réflexions, j’essaie de savoir maintenant quand j’ai vraiment faim, ou pas. Et c’est pas toujours facile. J’espère que ça deviendra une évidence !

  108. #108 Didichoups le 17 mars 2014 à 19 h 10 min

    MélanieD: Bonjour Mélanie, Bonjour tout le monde.
    Me voici de retour de mon entretien préalable pour la pose d’un anneau…
    Autant dire que ce fut très bref. Poireautage 1h pour 5min de consultation (et 50 euros en moins = une palette Nars en moins ;P)
    Pendant ces 5 min, le chirurgien de l’obésité que j’ai rencontré, m’a expliqué les différentes interventions possibles ainsi que les risques. Il m’a expliqué que l’anneau était l’intervention qui conviendrait le mieux pour mon âge et aussi parce que c’est le moins risquée.
    Et là, il a dit le phrase qui m’a tuée ^^ : « ce qui est bien c’est que vous aurez encore 2 autres possibilités d’interventions pour le reste de votre vie, parce que l’obésité c’est à vie, c’est pas de votre faute, c’est une maladie. » malgré tout, ça fait plaisir à entendre quelqu’un qui ne juge pas ;)
    Bref, il m’a programmé l’intervention pour le 16 Mai.
    Avant ça, je dois (trouver une bonne mutuelle ^^), faire des analyses de sang, faire une échographie abdominale, rencontrer l’anesthésiste, un diététicien, un nutritionniste, un psychologue et je dois faire une gastroscopie (=parcours du combattant)
    Tous les résultats obtenus permettront de créer mon dossier qui sera envoyé à la sécu.
    Si je n’ai pas de réponse d’eux dans les 15 jours, c’est que mon dossier est accepté et qu’on peut me poser l’anneau.
    Voilà voilà pour mon petit témoignage.
    Certains ont-ils déjà sauté le pas ? Moi, j’ai malgré tout un peu peur de tout ça, mais je sens au fond de moi que je dois le faire ;)
    A bientôt tout le monde

  109. #109 Hélène le 17 mars 2014 à 19 h 23 min

    Didichoups: merci pour ton retour, qui me touche beaucoup (dit la fille à qui on n’a rien demandé, qui n’était pas l’auteure de l’article, etc…).
    A vrai dire je suis un peu bouleversée, j’ai d’une certaine façon « mal pour toi ». Parce que tu es là tous les jours dans les commentaires, qu’on se parle régulièrement, et que tu n’es donc pas pour moi une parfaite inconnue.
    Je sais que ma réaction n’est pas la plus positive ni « cheering up » qui soit et je m’en excuse vraiment ; mais ça me fait mal que tu doive vivre tout ça.
    Bon évidemment si ça change ta vie et que ça te rend heureuse (ce qui sera sûrement le cas), je réagirai différemment après coup ;-)

  110. #110 Didichoups le 17 mars 2014 à 19 h 51 min

    Hélène: Tu viens de me faire pleurer ^^ Merci quand même, ça me touche beaucoup malgré tout.
    Et oui, c’est plutôt dur de vivre tout ça. Mais je penses que c’est un mal pour un bien parce que l’obésité, au quotidien,est encore plus dur. Le regard des gens, avoir mal aux chevilles dès que je fais 3 pas, avoir mal au dos quand je fais ma vaisselle, avoir honte de respirer comme un phoque pendant 3000 ans après avoir couru 100 mètres… etc
    J’espère vraiment que l’intervention fonctionnera, mais en même temps je me dis que je vais quasi plus rien manger et peut être même que je vais devoir supprimer certains aliments. Et je crois que c’est surtout de perdre le plaisir de manger de bonnes choses qui risque le plus de me frustrer dans tout ça et donc d’être; pour moi, le plus difficile.
    Mais bon, normalement, je ne devrais plus avoir très faim après l’intervention, alors peut être que ça ira. ^^

  111. #111 Hélène le 17 mars 2014 à 19 h 54 min

    Didichoups: oh je suis navrée, je te prie de m’excuser !! Je suis désolée d’avoir bêtement posté mon commentaire et de t’avoir fait de la peine.
    Mais évidemment c’est pour un mieux, un très grand mieux même, et comme tu dis, ce que tu as vécu jusqu’ici n’était pas tellement cool non plus.
    (je m’excuse encore, je me sens tellement brutale, je suis super désolée !)

  112. #112 Didichoups le 17 mars 2014 à 20 h 08 min

    Hélène: Ah mais non, ça me fait plaisir au contraire ^^ (je pleure un peu trop facilement)
    Parce qu’en fait tu t’inquiète pour moi alors qu’on ne se « connait » que via ton blog. Je trouve ça hyper gentil et très touchant (d’où mes stupides larmes). Tu n’es pas brutale pour un sou. C’est moi qui vais devoir m’excuser maintenant :)

  113. #113 Hélène le 17 mars 2014 à 20 h 12 min

    Didichoups: ah ouf, ce sont des larmes d’émotion (pas du tout stupides), pas de chagrin. On va arrêter avec les excuses dans tous les sens sinon Mélanie va finir par nous trouver bizarres, mais je suis sincère et je te souhaite vraiment le meilleur quoi qu’il arrive.

  114. #114 Didichoups le 17 mars 2014 à 20 h 15 min

    Hélène: Merci beaucoup. Et je penses qu’au point où j’en suis, un peu plus ou un peu moins bizarre ne fera pas grande différence ;P

  115. #115 MélanieD le 25 mars 2014 à 23 h 48 min

    Didichoups : Je suis venue jeter un oeil (et le reprendre) pour voir, et en fait j’étais complètement passée à côté des derniers échanges ! Et pourtant, ils sont vraiment importants !
    J’espère que tu es contente pour ton opération. Si c’est ce que tu souhaites, j’espère vraiment que c’est la bonne pour toi!!!
    En tous les cas ce n’est pas avec une attitude comme « c’est pas de votre faute c’est une maladie » que les mentalités vont avancer. On a bien vu grâce aux millions (ok, maintenant ça se voit que je viens du sud) de commentaires que chacune avait une histoire bien particulière, et qu’on ne peut en aucun cas stigmatiser les gens au dessus de la « norme ». Bref, je vais pas relancer le débat toute seule.
    Je veux bien que tu me tiennes informée de comment ça se passe tout ça si tu veux bien. Non pas que l’opération m’intéresse (du moins pas pour le moment), mais je suis curieuse de connaître le processus. Il y a beaucoup de sujets sur beaucoup de forums, mais j’aimerai bien que tu me tiennes informée de ton histoire à toi.
    Puisque l’article est paru depuis un petit moment, je te donne (vite fait) de mes nouvelles : je suis toujours convaincue que j’ai la bonne démarche. Parce que je varie mon alimentation, que je mange un peu de tout, mais simplement mieux. Je revois mes quantités, je m’écoute… J’essaie de suivre tous les bons conseils qui m’ont été donnés ! Et je me sens bien.
    Hélène : Vu comme je suis, j’ai pas le luxe de trouver les gens bizarres…! Je suis un peu tarée dans mon genre. On l’a bien vu hein : j’ai beau essayer je ne rentre pas dans le moule, j’ai trop de formes !! :-)

  116. #116 Didichoups le 27 mars 2014 à 17 h 31 min

    MélanieD: Pas de problème, je te tiendrais au courant. Pour l’instant je peux juste te dire que je croule entre les RDV médicaux, et les mails à ma mutuelle :s.
    Je fais la première vraie grosse intervention Mardi prochain (1er Avril, la bonne blague ;P), une gastroscopie. C’est pas grand chose, on m’endort pour 15 min, on m’enfonce un tuyau dans le gosier (beurk), on le ressort (ouf !) et c’est fini. Mais malgré tout, je flippe un peu ^^
    Si cet examen s’avère normal, mon dossier doit normalement être accepté. Parce que oui, je suis grosse, mais en très bonne santé. Tous mes examens sont normaux. Comme quoi…
    Sinon, je suis très contente pour toi que tu te sentes bien. Mais te sens-tu mieux qu’avant ? parce que c’est quand même ça le plus important je penses, quand on entreprend un changement pareil ;)
    En tout cas, je suis de tout coeur avec toi :)

    A bientôt

    PS : moi non plus je ne suis jamais rentré dans le moule. Que ce soit physiquement ou mentalement ;)

  117. #117 MélanieD le 27 mars 2014 à 20 h 25 min

    Didichoups : Mieux qu’avant sans conteste. Je perds du poids petit à petit, mais surtout (le plus important pour moi) je suis de moins en moins essoufflée, je me sens (c’est infime pour le moment, mais pour moi ça compte) un peu plus dynamique (oserais-je dire tonique?). Je suis dans la bonne dynamique, je le sens, même si c’est compliqué à expliquer. Puis surtout, je ne suis pas du tout frustrée puisque je mange de tout (bon ok, j’évite les brownien quand même! du moins pour le moment, mais je me fais à fond plaisir de temps à autres!!) Pour une des choses les plus importantes c’est le fromage : j’en mange tous les midis. J’évite simplement d’en consommer le soir.
    bref, je me lance pas là dessus, sinon je suis intarissable !

    Je comprends que tu sois inquiète pour mardi. Ce n’est pas anodin ! C’est surtout la première étape d’une expérience importante pour la suite ! J’espère que tout va s’avérer normal alors ! Moi aussi j’ai la chance d’être en bonne santé (du moins je pense). Et la prochaine échéance du coup ?
    Bonne continuation, je suis aussi de tout coeur avec toi!!
    A très vite !

  118. #118 Didichoups le 27 mars 2014 à 20 h 44 min

    MélanieD: Si tout se passes bien, je me fais opérer le 16 Mai. Ça me laisse encore un peu de temps pour profiter des boissons gazeuses, après, je vais devoir arrêter :)

  119. #119 MélanieD le 2 avril 2014 à 20 h 50 min

    Alors je te souhaite bonne chance !!!
    et surtout, profites des boissons gazeuses si tu aimes ça !!! :) Je ne savais même pas d’ailleurs que ça n’était plus conseillé ensuite. En même temps, j’y connais vraiment rien

  120. #120 MélanieD le 18 mai 2014 à 13 h 55 min

    Didichoups: J’espère que ton opération s’est bien passée. Si tu passes par ici à l’occasion, donne moi de tes nouvelles !

  121. #121 Didichoups le 15 juin 2014 à 11 h 01 min

    MélanieD: Ouh la la ! Je suis à la bourre ^^
    Alors oui, mon opération s’est bien passée.
    Je ne m’attendais pas à ce que ce soit si douloureux au début (les cicatrices tout ça), mais je m’en suis bien remise.
    Pour le moment, je le vis bien, mais l’anneau n’est pas encore serré. Pourtant, je penses déjà mangé 2 fois moins qu’avant :)
    N’ayant pas de balance, je ne sais pas s’il y a eu quelques résultats pour le moment. J’attends mon prochain rdv chez le médecin pour avoir la surprise ^^
    Merci de prendre des nouvelles, j’espère que toi aussi tu tiens le coup et que tout va bien :)
    A bientôt

  122. #122 MélanieD le 5 juillet 2014 à 14 h 19 min

    Coucou!
    Je suis contente que ton opération se soit bien passée ! Physiquement, mais surtout psychologiquement : la balance, ça viendra après !!!
    J’espère que tu vas pouvoir aller mieux au fur et à mesure !!!!!!!

    Pour ma part, tout roule j’ai envie de dire. Je suis revenue lire mon article à deux ou trois reprises depuis mon dernier commentaire, et je suis ravie qu’il reste ici, même si clairement beaucoup de choses ont changé, et que je ne me reconnais plus dans les écrits. Ca va mieux dans ma tête, et du coup beaucoup mieux dans mon corps. Toujours pas de régime, mais des kilos de perdus. On verra la suite !

    N’hésites pas à me dire comment ça se passe pour toi de temps à autres!!!

Remonter en haut de la page