La migraine

24 février 2019

Partenariat rémunéré avec les laboratoires Novartis

Avant toute publication d’un commentaire, vous devez vous assurer que les propos tenus dans ce commentaire sont, de manière générale, respectueux et courtois et que ce commentaire :

– Ne constitue pas des éléments publicitaires ou promotionnels (promotion de médicaments, publicité pour un praticien…) directs ou indirects,
– Ne permet pas d’identifier de façon directe ou indirecte un professionnel de santé, un patient, un centre de soins, une entreprise pharmaceutique, par exemple en contenant des noms, coordonnées postales, électroniques ou téléphoniques,
– Ne vise pas à établir un diagnostic ou donner un conseil médical,
– Est en lien avec le sujet ou suffisamment compréhensible,
– N’est pas insultant, diffamatoire, raciste, homophobe, vulgaire,
– Ne porte pas atteinte à la dignité humaine,
– Ne porte pas atteinte aux lois et règlements en vigueur ou aux bonnes mœurs,
– Ne contient pas de liens vers des sites tiers ne respectant pas les dispositions des présentes règles.

Dans le cadre de la modération obligatoire des commentaires, le laboratoire Novartis pourrait être amené à traiter des informations comme votre nom, prénom et adresse mail. Plus d’infos ici.

G350134 – Février 2019

Pas de panique, je ne vais évidemment pas donner vos infos personnelles, ceci veut simplement dire qu’en cas de commentaire évoquant les labos ou un de leurs médicaments – que de toute façon je ne validerai pas donc la question ne se posera pas – ils pourraient me demander si vous êtes d’accord pour communiquer avec eux dans le cadre de leur programme de pharmaco-vigilance. Mais la loi oblige à écrire ça de cette façon précise, voilà pourquoi je le fais.

Je porte un pull Zara, le vernis de Sanaa en Pink Poise, et le rouge à lèvres je ne me souviens plus ;-).

186 commentaires Laisser un commentaire
Hors maquillage, Vidéos

Vous aimerez aussi

186 commentaires

  • #1 DELPLANQUE le 24 février 2019 à 9 h 28 min

    Merci pour votre vidéo !
    Je fais des crises de migraine depuis 15 ans environ. Personne dans ma famille n’en fait.
    Je travaille avec des jeunes enfants et c’est très compliqué de « faire avec ».
    Les crises se déclenchent souvent quand je manque de sommeil ou au contraire si le week end j’ai dormi plus que la semaine, si je suis stressée ou en cas de prise d’alcool (du coup je n’en bois plus).
    La douleur peut être très handicapante (vertiges, vomissements…) avec appel du médecin pour piqure.
    En dehors du traitement que ma prescrit mon médecin, quand c’est plus léger ce qui mest soulage c’est de prendre l’air ou mettre quelques gouttes de menthe poivree sur les tempes ou prendre une douche.
    Bon courage à toutes ! Et merci à Hélène d’avoir fait cette vidéo pour parler de cette maladie.

  • #2 Alexia le 24 février 2019 à 9 h 30 min

    Merci pour cette vidéo Hélène, je suis toujours intéressée par les retours d’expérience sur cette maladie. J’ai du mal à imaginer que certains migraineux ignorent qu’ils le sont, la douleur est tellement significative par rapport à une céphalée classique.

    J’ai des migraines avec auras depuis de nombreuses années : diminution soudaine de la vision (c’est ce qui m’alerte tout de suite sur la crise) pendant une trentaine de minutes (impossibilité de lire du texte correctement), montée progressive de la douleur jusqu’à son maximum, entrecoupée de nausées/vomissements et même fourmillements dans la bouche et les mains (que d’un côté). Durant 4 heures, je suis incapable de faire le moindre effort. Les symptômes sont très flippants pour les personnes qui ne connaissent pas, ça ressemble presque aux symptômes d’un AVC …

    En terme de fréquence, le max a été tous les mois avant les règles, c’était provoquée par ma pilule que j’ai arrêté depuis 2 ans. Désormais, j’en fais une tous les 4-5 mois et c’est exactement la migraine de tension/du stress, après avoir enchaîné de longues semaines intensives de travail ou d’effort physique (sport). J’ai aussi découvert que le changement de rythme pouvait provoquer des migraines : par exemple, après 4 semaines de vacances d’été avec un rythme d’activité plus doux, dès la reprise du travail je savais que j’allais avoir une migraine intense et ça n’a pas loupé.

    J’ai fais le choix de ne prendre aucun traitement spécifique, par contre j’ai découvert tout récemment le baume du tigre que j’applique pendant toute la durée de la crise, et j’ai senti que l’intensité était beaucoup moins forte que d’habitude (si ça peut en aider certain(e)s :)

  • #3 Easy92 le 24 février 2019 à 9 h 33 min

    Bonjour Hélène,

    Cette vidéo était très intéressante et informative pour les personnes qui ne souffrent pas de migraines.

    Pour ma part j’en ai depuis mes 6/7 ans (j’en ai 23 maintenant), et je me reconnais bien dans ce que tu dis. Étonnement, les médecins que j’ai consultés ont mis très longtemps à comprendre ce que j’avais (au départ, on m’a prescrit des lunettes de repos pensant que le problème venait de mes yeux), et je ne suis sous traitement que depuis mes 16 ans.

    Avec le temps, j’ai appris à encaisser la douleur des migraines (enfant et ado je vomissais systématiquement, maintenant j’ai de violentes nausées mais j’arrive tant bien que mal à me contrôler) mais il est vrai que certains facteurs restent très handicapants au quotidien. Je suis prof en maternelle, et en pleine crise, extrêmement sensible au bruit et à la lumière. Autant te dire qu’avec 28 enfants de 4 ans dans ma classe, c’est l’enfer sur terre quand une migraine arrive alors que je travaille.

    Et je partage totalement ton ressenti sur le « temps à migraine » ! À chaque fois que je suis avec des amis ou ma famille et que je leur dis que je vais avoir une migraine à cause du temps, ils me regardent comme une extraterrestre 😅 Pour ma part la chaleur provoque également des migraines, ainsi que les périodes où je lâche toute la pression. Typiquement, les premiers jours de vacances j’ai tout le temps des migraines parce que je relâche tout ce que je gardais en moi depuis X semaines.

    Bref, navrée pour ce très long commentaire mais ça fait du bien de parler de ça à quelqu’un qui comprend ce qu’on vit !

    Bonne journée :)

  • #4 Sophie le 24 février 2019 à 9 h 34 min

    Bonjour à toutes.
    Je suis rarement sujette aux migraines classiques mais bien plus souvent a des migraines ophtalmiques/ avec céphalées.
    Je ne sais pas si mon commentaire remplira les conditions pour être validé mais, personnellement, la prise d’un café serré me permet de complètement faire disparaître la migraine en 15/20 minutes et m’évite la prise de médoc’ avec des doses de cheval !
    Bon courage à toutes les migraineuses et bon dimanche.

  • #5 Naelm le 24 février 2019 à 9 h 34 min

    Bonjour Hélène… je viens de me lever avec une migraine et ton sujet tombe à pic! Merci pour cette vidéo que je vais partager avec mes collègues car ils ne comprennent pas ce qu’est de vivre une migraine au boulot… Je me reconnais complètement dans tes symptomes migraineux et ca fait chaud au coeur de voir qu’on est pas seule. Depuis plusieurs années j’en souffre mais maintenant je gère (silence dans le noir et couché, les parfums de bas de gamme m’hàdicap). J’ai vu un neurologue (3h de tests + scan de la tête) pour enfin conclure que c’est familial… voilà merci pour cette vidéo! Bon dimanche!

  • #6 sylvie canino le 24 février 2019 à 9 h 37 min

    Bonjour, je souffre de vrai migraine depuis 30 ans , c’est apparut avec mes premiere regles, et j’esperais que mes migraines partent avec la fin de mes régles mais la menaupose a rien changé, on sait apreçu que je fesait l’apné du sommeil on ma appareillé mais rien a changé, mes crises dure de 2 a 4 jours regulierement, on dirait que l’ont me prend a coup de marteau dans le crane ! je vit l’enfer, j’ai essayé des traitement de fond qui ont rien fait donc voila je vit avec et je subit tout comme toi gros bisou

  • #7 Aurelie le 24 février 2019 à 9 h 38 min

    Moi je suis migraineuse depuis mes 12 ans je crois donc 18 ans de migraine. C’est une horreur effectivement. Je me souviendrai toujours la première fois que mon père m’a vu comme ca le pauvre il ne savait pas quoi faire pour m’aider et malheureusement personne ne peut rien faire à part faire moins de bruit. Le bruit et surtout le stress car je suis une grande stressée de la vie sont des déclencheurs principaux ainsi que comme tu le dis la période avant le cycle menstruel. Je ne bois pas beaucoup d’eau en plus et je le sais et je n’arrive pas à me forcer à penser de m’hydtrater donc forcément les médocs moi je suis mal barrée faut toujours que j’en ai sur moi. Mon chef forcément qui ne sait pas ce que c’est croit qu’il y a des jours j’en fous pas une alors que c’est juste que j’ai du mal. D’ailleurs les migraines pour moi se déclenchent surtout au travail à cause comme je le disais du stress. Ma mère est migraineuse aussi donc je sais d’où ça vient par contre moi j’arrive pas à rester dans le noir couchée parce que sinon je suis fixée la dessus j’essaie quand je peux de m’occuper un peu l’esprit pas avec un truc ou faut réfléchir sinon c’est pire mais en tout cas faut que je pense à autre chose quand je le peux évidemment parce que oui les quelques violentes que j’ai eu ou j’avais la nausée en plus la malheureusement je ne peux pas faire quoi que ce soit . Faudrait que j’aille voir un neurologue parce que je ne me suis jamais penchée sur le facteur neurologique je me suis toujours dis et mon médecin aussi que c’était le stress. Merci pour ton sujet et même si ce n’est pas le meilleur dont je pouvais rêver ca nous fait un point commun. Bon courage les migraineux 😉

  • #8 Alisson le 24 février 2019 à 9 h 40 min

    Merci pour cette vidéo Hélène! Non seulement je souffre de migraines mais également de nevralgie d’arnorld ( chez moi les deux sont reliées ). Ce qui m’aide beaucoup au quotidien ce sont les huiles essentielles. Huile de menthe poivré que je masse sur les tempes et le baume du tigre que je masse aussi sur les tempes, les cervicales et même parfois le front et la tête. Sa fait un bien énorme. Avoir un coussin à mémoire de forme m’a aussi aidé. Pour l’été, j’évite au mieux les bains de soleil. Mais faire des brasses dans la piscine c’est ce qui m’aide à mieux supporter la chaleur et à ne pas finir la journée avec la migraine!
    A bientôt

  • #9 Lilybulle le 24 février 2019 à 9 h 47 min

    Bonjour Hélène,
    Je commente rarement tes articles malgré le fait que je te suis depuis de nombreuses années et que je ne rate aucune de tes vidéo… Je tenais te remercier car je viens de comprendre pourquoi mon fils de huit ans souffre de migraines depuis plusieurs mois. Il ne boit pas suffisamment d’eau. Tout simplement. Alors que sa pédiatre ne cesse de me faire aller chez son ophtalmologue. Je vais l’inviter à boire beaucoup plus et je te dirai si cela a eu des effets. Merci.

  • #10 Lise le 24 février 2019 à 9 h 47 min

    Concernée par le sujet je partage mes dernières solutions ( j’essaie d’eviter les médicaments) : bain de pied à la mer, douche froide dans le dos. Et ma sœur boit une boisson énergisante. Bon courage à tous les migraineux ☺️

  • #11 Sandrinette le 24 février 2019 à 9 h 50 min

    Bonjour Helene,

    Je crois que tu as bien abordé le sujet de la migraine, étant migraineuse, je suis déjà quelques conseilles que tu as évoqué:
    Bien s’hydrater, je ne mange presque plus de chocolat, par contre je n’ai pas encore arrêté l’alcool :) …
    Je me lève souvent avec un mal de nuque et je sais que la migraine va arriver, en changeant simplement de matelas, ça a réduit les crises, ce qui est déjà pas mal, car je suis malade comme ta soeur, donc a vomir et a vouloir s’arracher la tête .
    Ce qui est pas mal pour les personnes comme moi qui n’ont pas de mémoire, car j’oublie facilement mes crises de migraines, j’ai une appli, ou je note, ma crise, la date, le début, la fin, l’intensité, enfin tout ce qui peut aider, car lorsque mon medecin me demande quand j’ai eu ma derniere migraine, je peux lui répondre, car j’ai tout de répertorié, avant je ne pouvais pas lui repondre.
    Bon courage a tous les migraineux

  • #12 Christina le 24 février 2019 à 9 h 54 min

    Mon déclencheur « favori » de migraines : les odeurs !! Certains parfums, certaines odeurs nauséabondes (la transpiration âcre).
    Le manque de caféine le matin : pareil ! J’ai testé une fois en voyage (thé au petit déj’, quelle idée), bing, migraine.
    Je connais (un peu) les migraines de tension, mais surtout les migraines de décompression. Après une lourde semaine, professionnellement, bing, migraine le samedi matin.
    Il semblerait que la migraine soit « héréditaire » : merci papa, merci grand-papa (pas d’autre femme migraineuse dans ma famille, j’ai l’exclusivité) !
    Quant aux migraines « hormonales », elles me tombaient dessus 1-2 jours avant l’arrivée de mes règles. J’utilise l’imparfait puisque j’ai 49 ans et que la ménopause s’installe (ou est installée, il faut attendre 1 an pour être étiquetée, plus que 7 mois !!).

  • #13 Maguy le 24 février 2019 à 9 h 54 min

    Bonjour Hélène !

    Merci pour ta vidéo :)
    Je suis migraineuse mais j’ai la chance de ne pas en avoir trop souvent et d’avoir trouvé un traitement efficace pour moi. Ma mère a mis des années avant de trouver le médicament adéquat pour elle.
    Souvent chez moi c’est déclenché par les odeurs, la fatigue et quand je pleure beaucoup (déshydratation..?).
    Et j’utilise une application qui me permet de recenser les déclencheurs, ce que j’ai fait pour soulager, ce qui a été efficace ou non, combien de temps ça a duré etc. Et qui te créé des statistiques à chaque fois que tu enregistres une migraine. C’est très intéressant !

  • #14 Aurélia le 24 février 2019 à 9 h 55 min

    Bonjour Hélène,
    Je suis migraineuse avec aura. Et j’ai découvert que le fromage affiné pouvait me declencher ces migraines au bout de 20 ans! Du coup j’en ai beaucoup moins maintenant même si elles n’ont pas totalement disparues. L’abus de sucre ou de chocolat m’en déclenchent aussi mais ça fait longtemps que je l’avais remarqué.
    Et tout comme toi, c’est une affaire de famille…

  • #15 Jeromine le 24 février 2019 à 10 h 09 min

    Bonjour Hélène, je te suis depuis des années mais c’est la première fois que je commente, me sentant énormément concernée par ce sujet. Je suis migraineuse depuis la pré-adolescence (merci l’arrivée des hormones) et ça fait un bien fou d’entendre quelqu’un parler de l’handicap (social, professionel…) que cela peut être dans la vie. Je me suis tellement retrouvé dans ta vidéo en mode « hey moi aussi ! » (la douleur en se réveillant, la luminosité, la nausée, le stress de ne pas avoir de médicaments alors qu’on sent la pointe arriver… ). Ça me gâche régulièrement des séances de cinéma, des journées de vacances, des soirées entre amis que je n’avais pas vu depuis longtemps… Je suis chanceuse malgré tout et sais maintenant écouter mon corps et comment la minimiser. Je consomme évidemment beaucoup trop de médicaments (c’est devenu mon must have dans mon sac avec ma crème pour les mains). J’ai cependant trouver une parade grâce au baume du tigre à appliquer directement, pas 100% efficace mais ça m’a parfois sauver de me mettre une balle au boulot, et ça m’a parfois permis de ne pas prendre de comprimé si appliqué dès les premiers ressentis. Y’a quand même un point positif pour ma part à la migraine, c’est que quand elle est enfin partie j’ai l’impression de sortir d’une grotte et de savourer toutes les choses de la vie haha. Enfin jusqu’à la suivante…

    En tout cas, merci encore pour cette vidéo informative qui fait du bien !

  • #16 maryline le 24 février 2019 à 10 h 11 min

    Bonjour Hélène , je m’exprime pour la 1ère fois ! (il n’est jamais trop tard !!!). Votre sujet m’a (nous) a vivement intéressé. En effet mon mari est migraineux depuis plus de 25 ans. Il a été diagnostiqué …. et traité . Il a un traitement de fond et un médoc en cas de crise . Sa maladie a été découverte par une aura ophtalmique….Cette maladie a un impact sur tout son entourage (tel que vous le décrivez) : tant professionnel que familiale …RDV pro annulé , sortie familiale annulée …A ce jour il a moins de crise qu’avant . Il sait la « sentir » venir et agir en conséquence .
    Le stress ainsi que certaines odeurs (il ne va jamais dans les parfumeries , je ne peux pas mettre certain parfum …) .Il a réussi à diminuer son traitement de fond mais en aucun cas il ne peut l’arrêter . Il en a fait la triste expérience … nous avons des medocs partout (sur lui , dans la voiture , dans mon sac …) . Notre fils ainé a malheureusement « hérité » de ça … lui aussi est suivi, traité … .
    Je ne sais pas si mon commentaire peut apporter qq chose à la communauté mais il me semblait important d’y participer et de parler (avec son accord) de la migraine chez les hommes ! car elle existe et parfois (souvent même) porte à des jugements…..
    Merci Hélène d’avoir pris le temps de me lire . bon weekend ! Maryline

  • #17 Camille A le 24 février 2019 à 10 h 17 min

    Bonjour Hélène,

    J’ai 32 ans et je fais des migraines depuis mes 11 ans ! Ça a commencé à ma rentrée en 6e. Et pendant longtemps, à chaque rentrée ou période de stress je faisais une migraine avec aura, troubles du langage, nausées et bien entendu un mal de tête intense. Dans mon adolescence, j’ai été soignée par homéopathie. Mais à l’age adulte je refaisais une migraine intense une mois par mois !!
    J’ai consulté médecin, Osthéo ou autre médecine douce pour éradiquer cette maladie en vain jusqu’à mon traitement invisalign ! Pendant toute la durée de mon traitement, je n’ai fais aucune migraine. Le rêve !

    Lorsque je l’ai terminé, mon orthodontiste m’a donné une gouttière de contention pour la nuit seulement en haut, et j’ai refais une migraine le mois suivant. Je lui en ai parlé et lui ai demandé une gouttière de nuit pour le bas et je croise les doigts mais depuis, la migraine n’est pas revenue !

    Je savais que je faisais du bruxisme et mais maintenant je pense que c’est réellement cela qui déclenche mes migraines ! Alors qu’avant j’en pensais que c’était le stress.

    N’as tu pas vu une différence depuis que tu portes tes gouttières ?

    Bon courage à toi,
    Camille

  • #18 Vilain le 24 février 2019 à 10 h 18 min

    Merci pour cette vidéo qui malheureusement me parle beaucoup. Le plus compliqué à gérer pour moi ce sont les migraines qui surviennent dans les transports en commun. Pas de possibilité de s’allonger ou de s’isoler. Bref pour ce cas précis je n’ai pas trouvé de solution qui aide à atténuer ou tenir. Pour le reste la sophrologie et méditation de pleine conscience sont des pratiques qui personnellement parviennent à me soulager

  • #19 Pendora le 24 février 2019 à 10 h 24 min

    Bonjour, vidéo très intéressante, on se sent moins seule. Migraineuse également mais cela doit faire à peine 10ans que j’en ai conscience (j’en ai 37). Je me retrouve pas mal dans ce qui est dit dans la vidéo. Le syndrome prémenstruel je n’y coupe pas et je me tape facilement 2-3 jours de migraine, la migraine du matin je connais aussi car je suis une personne anxieuse et stressée, l’avion j’ai arrêté de regarder des films car c’était migraine avec vomissements assurée à l’atterrissage . Mais je note l’astuce de l’eau. Cela fait un peu moins d’un an que je me fais manipuler car il semblerait que j’ai des cervicales légèrement déplacées, cela pincerait l artère qui passe dans la nuque et limiterait l afflux de sang dans la tête ce qui pourrait expliquer les migraines (je parle au conditionnel car je ne suis pas médecin ). Ces séances ne m’ont pas arrêté les migraines, ni diminué les fréquences pour l’instant mais j’ai baissé en intensité ce qui est toujours ça de pris. J’essaie aussi de faire attention à ma position car je constate que j’ai souvent les épaules haussees et donc je suis souvent en tension. Je fais aussi de la moto ce qui n’aide pas pour les tensions de la nuque (j’ai souvent une crise après une balade ) mais qui me fait un bien fou au moral. Si d’autres ont leurs astuces je suis preneuse.

  • #20 Cécile le 24 février 2019 à 10 h 34 min

    Bonjour Hélène, et les autres migraineuses, quelques petites choses en plus qui m’ont caractérisée en tant que ex-migraineuse. Je dis ex, car ayant dépassé la ménopause, alléluia, je n’ai plus de migraine ou une ou deux fois par an. Je n’ai pas pu manger de chocolat pendant 35 ans, et je me gave de chocolat noir depuis quelques mois ( j’adorais ça et passais toujours pour l’ embêtante qui ne prend pas de dessert au chocolat ! ) J’ai eu extrêmement rarement, vers 15 ans, et ça m’a terrifiée, des migraines qui déformait ma vision des choses et personnes dans le métro parisien. Surtout, je rajoute un symptôme qui à l’époque était le plus déclenchant, l’absence de nourriture en attendant trop longtemps un repas. C’était migraine assurée et j’ai mis longtemps à m’en rendre compte. Dans ces cas là, ayez toujours dans votre sac un petit bout de sucre, ou autre qui va stopper le processus. Personnellement, j’avais trouvé Mon médicament sauveur, et je le prenais rapidement car, autre point important, il faut « Casser la douleur «  et prendre directement la dose maximale de votre médicament plutôt que d’y aller par étape. Je restais ensuite assise la tête dans mes mains , jamais allongée, position qui amplifiait la douleur grandement, et personnellement pas d’eau, qui ne me réussissait pas non plus. Alcool, comme toi proscrit. Il est, comme tu le disais, important de situer Vos facteurs déclenchants à vous, et de les contrer d’avance, parce qu’après, c’est foutu ! Bien sûr, les règles font aussi partis de ces facteurs. D’autre part, pour finir, j’ai une tendance dépressive, et ça m’a intéressé que tu en parles. Pour résumer, vous irez mieux avec le grand âge !! 🙄🙈 Bises a toutes et tous.

  • #21 Olivia le 24 février 2019 à 10 h 35 min

    Oh mon dieu, quelle super idée de vidéos! Merci Hélène!
    Je pense que tu l’aura compris, je suis migraineuse aussi depuis mon adolescence.
    Je me suis beaucoup retrouvée dans tes explications. Chez moi, mon père est migraineux également, donc en général quand je dis que j’ai la migraine, on comprend mon mal-être et on me laisse en paix.
    Chez moi, elles apparaissent par cycle : pendant des mois je ne vais pas avoir une seule migraine (alleluia), juste des petits maux de tête (auxquels on gère la douleur de mains de maître quand on a l’habitude d’avoir des migraines); puis durant une certaine période, elles vont apparaître de façon répétitive (genre une par semaine c’est une bonne moyenne). Je suis dans cette période là pour l’instant.
    Je n’avais jamais vrai fait attention à ça mais en y pensant, il est vrai que le fait de bien s’hydrater contribue à les éviter.
    Je n’ai jamais consulté de neurologue car mon médecin m’avait dit : tant que cela ne vous empêche pas de vivre normalement, il n’est pas nécessaire de consulter. Du coup, comme c’est cyclique, je fais avec.

  • #22 Maeva le 24 février 2019 à 10 h 38 min

    Bonjour Hélène!
    Merci pour cette vidéo qui tombe à pic puisque j’ai eu une crise hier!
    J’ai 24 ans et je souffre de migraines chroniques depuis 3ans..
    Pour moi la seule chose qui fonctionne c’est de me mettre au lit ou sur le canapé, dans une pièce complètement dans le noir et sans aucun bruit pour dormir ..
    Je ne savais pas cependant, que les migraines étaient reconnues comme une maladie. Merci pour cette information !

  • #23 Emeraude le 24 février 2019 à 10 h 40 min

    Bonjour tout le monde,

    je trouve ça très chouette que ce genre de partenariat puisse se faire sur Youtube. Ils ont eu une très bonne idée de te contacter, en plus tu as très bien traité le sujet et à mon avis tu donneras envie aux personnes concernées de partager leur expérience.

    J’ai eu un espèce d’entre-deux, un mélange de céphalées et de migraines suite à une longue période d’insomnies quotidiennes. C’est considéré médicalement comme des céphalées, mais ça avait toutes les caractéristiques des migraines… y compris dans la forme du traitement.
    Heureusement, en retrouvant le sommeil ça c’est bien estompé. Aujourd’hui j’en ai quand j’ai oublié de boire dans la journée, quand je ne dors pas assez ou qu’il y a trop de bruit/odeur forte dans mon entourage.

    Plein de bisous

  • #24 Yakadi le 24 février 2019 à 10 h 41 min

    Hello,
    Merci pour toutes ces précisions.
    Ma fille et ma mère sont migraineuses, j ai la chance de ne pas l’être mais tes explications m’ont aidée à comprendre.

    Ma mère disait souvent que, étrangement, elle n’avait que très rarement de migraines quand elle avait une autre douleur, et ma fille est soulagée quand je la fais sourire, mais par écrit car dans ces moments les sons lui font très mal.

    Sinon, ce que tu décris pour la migraine: être attentif aux symptômes et aux déclencheurs, je l éprouve pour une autre maladie chronique. Apprendre à se connaître est un grand pas…
    Bon dimanche à toi et à la team.

  • #25 Lu le 24 février 2019 à 10 h 41 min

    Coïncidence, je me réveille ce matin avec une jolie migraine de tension ! Le stress, les écrans, la fatigue visuelle et cervicale mais aussi le soleil (en été, un cachet par jour), le vent (je vis en plein mistral), les temps changeants, et je ne peux parle même pas de l’alcool. J’en deviens parfois irritable et agressif tellement c’est douloureux.

  • #26 Hélène le 24 février 2019 à 10 h 45 min

    Merci beaucoup pour vos commentaires : déjà ils sont absolument nickel en matière de réglementation (pas de noms de médicaments etc), c’est super parce que ça m’aurait embêtée de ne pas pouvoir les valider.
    Ensuite parce qu’en effet ça permet à tous ceux qui souffrent de cette maladie de se sentir moins seuls et de pouvoir partager, aussi avec une communauté qu’ils fréquentent habituellement pour d’autres raisons (beauté, maquillage…).

    Et je le répète : la migraine est une vraie maladie. Pas une maladie psychosomatique. Le stress seul n’est pas responsable, c’est un déclencheur. Si votre médecin persiste à ne vous parler que de stress (sous-entendu « c’est dans la tête »…), prenez un autre avis.

  • #27 milo le 24 février 2019 à 10 h 47 min

    Bonjour Hélène,
    Alors je confirme , je travaille en crèche et quand j’ai la migraine c’est l’horreur, les cris qui vrillent dans la tête ,se baisser. J’ai des migraines depuis que je suis en prémenopose , 5 ans à peu près. Le chocolat , le sucre, le manque de sommeil, de sauter un repas me file la migraine . J’ai tout essayé, les remèdes de grand mères, les anti migraineux (aucun ne marchent) le coca ou alors je bois la canette d’une traite , ça me fait vomir et ça va mieux. Mais surtout , avant j’attendais de vraiment avoir la migraine pour prendre quelque chose, maintenant dès que je la sens arrivée je prends un cachet. Ca commence du côté droit légèrement et c’est à ce moment là que je me shoot avant que ça ne passe du côté gauche où là c’est l’enfer.
    Bonne journée

  • #28 Marisa le 24 février 2019 à 10 h 47 min

    Bonjour Hélène.

    Moi aussi je suis migraineuse depuis 30 ans sans aura. Au début, les crises venaient une foix tous les trois puis jusqu a deux fois par semaine. Moi était le côté gauche qui tirait du visage jusqu a la tête. J avais l impression d avoir ma tête dans un étau et que ca pompait. Horrible. J étais si mal que je devais baisse tous les volets et mettre des l’unettes de soleil à l intérieur de la maison. Le moindre bruit, odeur de nourriture m importunaient. La seule chose que je devais faire pour atténuer un peu la douleur aller m allonger dans une pièce noire avec des coussins surélevée et des bouchons dans les oreilles bouchons. Courage à toutes celles qui traversent ça.

  • #29 Beckbeck le 24 février 2019 à 10 h 50 min

    Bonjour
    Sujette au migraine + migraine ophtalmique
    Éléments déclencheur : fatigue foule(Metro par exemple) chaleur stress règles. Souvent association de deux ou plus facteurs. Alcool. Mais aussi manger trop gras. Ou être en voiture longtemps sans conduire
    Remède de grand mère qui fonctionne chez moi : coca(ou café froid car chaud cela provoque des vomissement) huile essentielle (menthe poivrée si je peux pas rentrer chez moi. Chez mois lavande pour dormir). DORMIR dans le froid. Et en général ça passe en 4 à 10:00
    Bon courage pour trouver le moyen qui soulage

  • #30 GLWADYS MEMIN le 24 février 2019 à 10 h 52 min

    Bonjour Hélène, j’ai adoré ta vidéo. effectivement ça change de domaine, ;), mais ça reste néanmoins super intéressant! ça permet d’en apprendre davantage sur ses propres symptômes, et aussi de mieux comprendre ce que vivent les migraineux! merci pour cet article!

  • #31 jicky le 24 février 2019 à 10 h 52 min

    moi j’ai la totale côté migraine: avec aura (petits triangles qui brillent), ou sans aura, et ça peut très bien durer 5 jours… Et très peu de médocs efficaces
    Parfois impression de ne plus trouver mes mots. Souvent provoquée par des stimuli même en faible quantité (vin rouge, alcool…)

  • #32 libéllule le 24 février 2019 à 10 h 55 min

    bonjour Hélène, merci pour toutes vos vidéos intéressantes et celle là en particulier, je m’exprime pour la première fois, j’ai la même histoire : migraines infernales depuis l’adolescence sans aura, vie compliquée avec des enfants, une vie professionnelle que j’ai abandonnée un temps !! maintenant je suis senior et suivie par un neurologue, les migraines doivent en principe s’arrêter vers la ménopause, pour moi ça n’a pas été le cas ! j’ai un traitement de fond et des médicaments à prendre en cas de crise (le moins possible) et cela fonctionne plutôt bien , j’ai rarement une crise, peut être un peu plus en ce moment avec le froid je bois beaucoup, j’ai l’impression qu’en vieillissant les causes ont évoluées : maintenant, c’est surtout par rapport au froid : climatisation, vent du nord, cheveux mouillés, j’ai consulté aussi un ORL qui m’a dit que j’avais une sensibilité exacerbée dans les narines !!! et le fait est que j’ai mal dans la narine et les sinus qui sont magnifiques et tout à fait normaux par ailleurs !! bref, on arrive pas à me soigner plus, donc, je fais comme a dit Hélène très attention, j’aimerais que les laboratoires s’activent dans la recherche pour trouver des médicaments mieux que ce qui existe sur le marché ;
    je suis très attentive aux conseils d’Hélène pour tout ce qui est eau de toilette, puisque dans un contexte de migraineuse, j’utilise 24 faubourg et j’en mets très peu !! bon dimanche

  • #33 Mllepinceaux le 24 février 2019 à 11 h 03 min

    Bonjour Hélène,

    Pour ma part, j’ai été migraineuse à l’adolescence : cette fameuse migraine sans aura qui fait vomir. Ca arrivait en général au début des vacances scolaires, et je me souviens parfaitement de cette envie de me taper la tête contre les murs. Ca durait du réveil jusqu’environ 17h00. A l’époque, je ne pouvais pas sortir du lit lors des crises, je me souviens que ma mère me rapportait tout ce dont j’avais besoin dans ma chambre. J’en ai gardé une excellente capacité à m’endormir quand je décide de le faire. Après la puberté, les crises sont devenues beaucoup plus espacées voire absentes, et surtout elles ne m’handicapent plus. J’ai toujours ces maux de têtes latéraux (l’impression qu’on me presse le nerf optique comme une éponge) mais ils sont gérables facilement.

    Dernièrement, mes maux de têtes étaient devenus plus fréquents, je suis allée voir mon ophtalmo pour faire un point sur ma myopie. J’ai une myopie très légère (-0,25 / -0,5) mais investir dans des lunettes de repos a été salvateur.
    Mes verres sont aussi anti-lumière bleue, c’est aussi pas mal pour quand la lumière dehors est blanche (tu es la première à parler de cette lumière qui me gène tant au quotidien, quand je parle de lumière blanche autour de moi les gens ne comprennent pas :) ). Sinon, je porte des lunettes de soleil quasiment 365 jours par an. Les gens pensent que je fais la star un 23 décembre mais les lunettes de soleil me sont vraiment indispensables.

    Autre chose qui m’aide : lorsque je sens que la migraine arrive (mais avant qu’elle ne soit réellement déclenchée), j’essaye de sortir prendre l’air et j’arrête complètement toute activité pour laquelle je dois regarder de près (écran, lecture, tricot, cuisine…). Parfois, cela suffit à la faire passer (je suis convaincue que la pollution de l’air intérieur joue, et aussi le fait de pouvoir regarder au loin).

    Bon dimanche !

  • #34 Amandine le 24 février 2019 à 11 h 11 min

    Super cet article, il tombe à point nommé 🙄…
    Personnellement, je souffre de colopathie et de migraine. Je pensais cela sans lien jusqu’à ce qu’un médecin me parle d’intolérance alimentaire (je ne parle pas d’allergie et fais bien la nuance) donc ces 2 états peuvent être liés, l’intolérance étant là à bas bruit depuis des années et « usant » le système en général.
    Bref, ce qui me soulage : le froid, compresses, air, mains glacées posées sur les yeux : j’ai l’impression que le froid rentre dans ma tête par mes globes oculaires 🙃 … La menthe poivrée, me laver les cheveux (?!), une pharmacienne migraineuse m’avait conseillé de ne pas attendre pour traiter la crise, il faudrait selon elle « casser » la crise dès le début, le yoga : la respiration alternée peut m’aider, un très bon oreiller…
    C’est drôle que tu abordes ce sujet, ( si tant est que ce sujet soit drôle) lorsque je regarde tes vidéos je me dis souvent, Rohlala ces bouquets, ces bougies, le travail sur ordinateur… mais comment fait-elle ? Le tout pour moi est explosif…
    Merci de ton article et des commentaires de tes lectrices 🙂

  • #35 Hélène le 24 février 2019 à 11 h 13 min

    Amandine : en effet il faut casser la crise dès le début, après ça ne marche plus. Et c’est marrant que tu parles des bougies etc, parce que je les allume finalement assez rarement, et jamais trop longtemps (et même souvent ensuite j’ouvre les fenêtres ;-).

  • #36 Raulet Marie-hélène le 24 février 2019 à 11 h 22 min

    Bonjour Hélène,
    Je suis migraineuse depuis 35 ans et maintenant la maladie est devenue chronique (j’ai mal tous les jours de façon plus ou moins intense) je suis bien prise en charge et mon entourage comprend ma maladie et m’aide au quotidien. Je te remercie d’avoir parlé de ce sujet car la plupart du temps ceux qui ne le vivent pas ne comprennent pas non plus. J’ai 55 ans et la ménopause n’a rien changé je souffre toujours de cette maladie et je vis le mieux possible avec. Merci pour tes videos. Bises

  • #37 missdior le 24 février 2019 à 11 h 22 min

    Merci pour cette vidéo qui reconnait enfin que c’est une maladie et non une excuse de « tire au flanc ».
    J’étais migraineuse avant la ménopause et maintenant cela c’est beaucoup calmé.
    Par contre ma fille (32 ans) est migraineuse depuis qu’elle a 18 ans. Chez elle cela pulse sur les tempes aussi, les cervicales sont douloureuses au point qu’elle ne se passe plus de son oreiller à mémoire de forme. Une fois une crise était tellement violente qu’elle ce serait cogné la tête contre un mur. Mais on a trouvé une solution qui pourrait en aider plusieurs ; tremper vos pieds dans une bassine d’eau très chaude limite insupportable, cela va faire redescendre la pression sanguine. Autrement elle boit aussi du café quand une crise commence afin d’essayer d’éviter la prise de médicament.
    La période du printemps est compliqué pour elle avec les giboulées, les courants d’air de même pour le ciel voilé … L’été elle revit au delà de la lumière forte.
    Bon courage à toutes

  • #38 Jennifer le 24 février 2019 à 11 h 25 min

    J’attendais depuis longtemps que tu fasses une vidéo sur le sujet ! Et sincèrement merci ! Je suis migraineuse depuis plus de la moitié de la vie et c’est une souffrance au quotidien, c’est tellement appréciable que quelqu’un en parle et partage son expérience, on se sent un peu moins seule. Simplement merci Hélène 😊

  • #39 Alison le 24 février 2019 à 11 h 26 min

    Merci beaucoup pour cette vidéo ! Je suis migraineuse depuis l’adolescence. Au départ, je pensais que mes migraines étaient provoquées par mes hormones. Mais avec le temps, je me suis rendue compte que le stress en était peut-être la cause. Je dois quand même faire une IRM mercredi pour être sûre que le problème n’est pas neurologique. Ce n’est pas facile de vivre avec cette maladie, surtout au niveau professionnel. Il y a deux semaines, j’ai été appelée par ma supérieure car elle me reprochait d’être absente 2 jours par mois à cause de mes migraines… 😔

  • #40 ClémenceB le 24 février 2019 à 11 h 28 min

    Merci beaucoup Hélène pour cette vidéo ! Je suis moi aussi migraineuse, et sensible à la luminosité, à certaines odeurs trop fortes, au stress… avec des crises qui durent en effet 72 heures. Je suis sous traitement mais je cherche actuellement à me défaire un peu de tous ces médicaments. Je mets du baume du tigre sur les tempes et derrière les oreilles en début de chaque crise pour essayer de ralentir la prise médicamenteuse. Et, pour l’instant, ma révélation : je suis allée chez l’osteopathe pour lui faire part de mes migraines et depuis la consultation : zéro crise (mais je n’ai que 15 jours de recul !). Les lunettes de vue avec le filtre contre la lumière bleue m’aident aussi, mais légèrement.
    Hâte de lire les trucs et astuces dans tous les commentaires pour en apprendre davantage. Bon dimanche à toutes !

  • #41 BOSSARD Coralie le 24 février 2019 à 11 h 32 min

    Bonjour,
    Merci pour cette vidéo très informative.
    Je suis moi même atteinte de migraine avec aura depuis environ 10 ans(Et j’ai actuellement 20 ans). Ma mère l’est aussi mais elle ne m’en avait pas du tout parlé à l’époque donc au moment de la première crise c’est assez terrifiant, donc cette vidéo pourra peut être permettre à des personnes de mieux repérer la crise et de comprendre ce qui leur arrive.
    Personnellement au moment de l’aura ma vision est quasiment complètement obstruée, et j’ai des palpitations sur l’ensemble du coté droit de mon corps (Notamment bouche, main, jambe) et je ne suis pas capable d’aligner 2 mots correctement. Mais je ne suis pas particulièrement dérangée par les odeurs.

    Suite à une grosse crise d’aura m’ayant envoyée aux urgences, j’ai eu un rdv avec un neurologue. Il m’a prescrit une traitement de fond ainsi qu’un traitement de la crise. La fréquence de mes migraines n’étant pas très importante (3 à 4 dans l’année) je ne sais pas si le traitement de fond a fait effet mais le traitement de la crise n’ayant pas fonctionné pour moi, il m’a value des crises encore plus forte puisque je ne pouvais pas prendre mon traitement habituel qui diminuait force de la crise à cause des interactions médicamenteuses.

    Depuis ça, je suis devenue très « hypocondriaque » à ce sujet là, dès que je ressent une douleur ou un symptôme de la migraine avec aura je prend peur et je prend un antalgique. C’est assez handicapant dans la vie quotidienne de se dire que ça peut arriver à tout moment et mettre notre vie en pause pendant 2 à 3 jours.
    Je n’ai pas d’autres conseils à apporter à part ceux que tu as décrits dans la vidéo mais je lis les commentaires pour en trouver par ci par là.

    Bon courage à tout le monde,
    Coralie.

  • #42 Hélène le 24 février 2019 à 11 h 39 min

    Jennifer : je t’en prie, je suis tristement surprise de voir le nombre d’entre vous qui sont concernées, mais si ça aide de pouvoir échanger et partager, alors tant mieux, c’est pour ça que je l’ai fait !

  • #43 Carole le 24 février 2019 à 11 h 42 min

    Merci pour cette vidéo Hélène, la migraine est une réelle maladie, trop peu connue. Et comme tu le dis, une personne n’en souffrant ne peux pas comprendre, et confond avec un simple mal de tête. pour expliquer aux non migraineux quelle douleur cela peut être, je la compare à une douleur dentaire (le côté pulsatile)

    J’en souffre depuis l’âge de 14 ans et j’en ai 45 ans. Les médicaments très ciblés sur la migraine pour les crises m’ont bien aidé, car avant leur arrivée rien ne fonctionnait. Je travaillais en grands magasins, à côté de la … parfumerie ! Horreur ! Le combo lumière, bruit et odeur… J’étais blanc/gris. Il m’est arrivé de devoir quitter mon travail, car c’était totalement ingérable, plus les envies de vomir.
    J’ai connu des journées à devoir rester couchée dans le noir total, des allers et retours à vomir, ce qui amplifie la douleur en plus !
    Je ne mange plus de chocolat depuis longtemps, le fromage (de toute façon je n’aimais pas trop ça), et j’évite la charcuterie, vin blanc etc.
    J’ai également des névralgies d’arnold, un nerf situé à la base du crâne, si je commence à avoir une douleur cervicale, la migraine suit.
    Comme je l’ai vu plus haut dans des commentaires, un bon oreiller ça peut aider, je fais des exercices de cohérence cardiaque (il existe une application pour smartphone, et des vidéos youtube) ça aide à diminuer le stress, car effectivement les migraineux sont plus sujets à la dépression, la douleur ça fatigue et ça use moralement.
    Tout comme toi, je suis hyper sensible à la lumière, lunettes de soleil dès les premiers rayons, et casquettes ou chapeaux l’été, sinon l’impression que « ça me tombe sur la tête).
    Certains parfums me font fuir à l’autre bout de la pièce, le jour de ma première migraine, je portais Opium d’Yves St Laurent, quand je sens de loin une personne avec ce parfum je fuis loin très loin :D
    D’ailleurs je ne porte qu’un seul parfum, le même depuis 20 ans, car j’ai trop peur qu’un autre parfum me donne la migraine (c’est déjà arrivé).
    Je suis vraiment hyper sensible aux odeurs chimiques, et j’apprécie les marques qui ne mettent pas de parfum dans leur crèmes.
    En cas de crise, je prends mon traitement et un coca. La caféïne, a des effets positifs sur la migraine en cas de crise.
    Merci d’avoir parlé de cette maladie très handicapante, car je pense que nous sommes nombreuses à mal le vivre ou l’avoir mal vécu, notamment dans le regard des autres qui nous prennent pour des chochottes (oh l’autre avec son mal de tête…)

  • #44 EMMANUELLE DENIS le 24 février 2019 à 11 h 46 min

    Bonjour ! Au moment même où écris ce commentaire, j attends que mon médoc face effet…
    Cela fait maintenant 8 ans environ que j ai découvert le « calvaire » d être migraineuse…
    Ce qui était une crise par mois au début est devenu mon quotidien, je suis en invalidité et reconnue travailleuse handicapé, les gens ne comprennent pas, il faut le vivre…
    Je ne peux résumer en quelques lignes tout mon vécu, je me retrouve dans ce que vous avez dit dans la vidéo à bien des égards (le vide autour de soi, le mal être social, professionnel, dépendance aux médicaments par peur de la douleur,…).
    Je cherche toujours à trouver des solutions, à comprendre pourquoi du jour au lendemain ma vie a littéralement basculée, j ai tout essayé (acupuncture, neurologue, diététique, magnétisme, sophrologie, hypnose, reiki, kine, ostéopathe, gastroenterologue, dentiste, chiropracteur, posturologue, psychiatre,…) et garde espoir d enfin trouver et vivre à nouveau normalement sans médicament…
    Je tenais à témoigner car je vous suis depuis le début de mes migraines et voulais vous dire que votre blog m’a aidé à sortir d’une grosse dépression et je n avais pas eu l occasion sous les précédents articles d en faire part (au risque d être hors sujet)…
    Merci 😉

  • #45 Aurélie le 24 février 2019 à 11 h 47 min

    Merci Hélène pour cette vidéo !
    J’ai 38 ans et j’ai eu de fortes migraines quand j’étais plus jeune. Mon médecin avait identifié les migraines mais je n’ai jamais considéré ça comme une vraie maladie. J’ai toujours considéré que ces maux de tête étaient liés à mes tourments perso et donc d’origine presque uniquement psychique. Mais au fur et à mesure et avec le recul je nuancerai ma vision des choses.

    D’abord, je reconnais complètement le côté pulsatif, la détestation de la lumière, et être malade systématiquement dans mon cas. Tu as très bien décrit ce qu’est une migraine et le temps à migraine est tellement vrai… ça me soulage de voir que je ne suis pas la seule à avoir vécu ça. Du coup, je réalise que la migraine n’a pas uniquement une cause psychique.

    Depuis plusieurs années, je constate que je n’en ai plus. Parfois j’ai quelques débuts de migraine mais qui passent.
    Si je réfléchis un peu, il me semble que mes migraines sont passées grâce à plusieurs facteurs liés au style de vie : notamment le massage du cou et la zone occipitale (zone hyper tendue chez moi). Il me semble que l’arrêt de la pilule a contribué aussi à la diminution de mes migraines mais évidemment c’est très personnel et en plus je n’en suis pas certaine mais quand même…

    Voilà pour le retour d’expérience qui vaut ce qu’il vaut…
    Merci à toi !
    Bises

  • #46 Siham le 24 février 2019 à 11 h 55 min

    Bonjour,
    Le sujet est très intéressant d’autant plus quand on est directement concernée…
    Mes petits conseils issus de mon expérience de la migraine et qui rejoignent certains des conseils d’Hélène :
    – essayer de rester au frais en période de grosse chaleur en été. Les grandes chaleurs me déclenchent très facilement une crise.
    – en hiver, éviter de surchauffer son logement, ne pas chauffer la chambre à coucher. Sinon pour moi c’est ce que j’appelle « le casque » avec une impression d’oppression du crâne qui me provoque une migraine systématiquement.
    – essayer de repérer si la luminosité a une influence sur le surgissement d’une migraine. Moi j’ai repéré le genre de « soleil » qui me fait du mal et je l’évite.
    – à tenter : se masser la tempe douloureuse pendant un bon moment, le cas échéant avec un baume camphré.
    – pour les beauty addicts, éviter les parfumeries quand on sent que la crise est latente. Je dis toujours que ceux qui veulent se débarrasser de moi n’ont qu’à attendre une de mes crises et me jeter dans un Sephora. Entre les odeurs de parfum, les lumières et le bruit, le monde dans les allées, je pourrais mourir sans délai…
    En conclusion, je conseille d’être attentive aux conditions dans lesquelles les crises se déclenchent, la meilleure parade étant de les éviter.
    Migraineuses, prenez soin de vous !

  • #47 Hélène le 24 février 2019 à 11 h 56 min

    Aurélie : je le redis, la migraine est une vraie maladie chronique, pas un symptôme.

    Siham : « Je dis toujours que ceux qui veulent se débarrasser de moi n’ont qu’à attendre une de mes crises et me jeter dans un Sephora » : ;-)))

  • #48 wazaka le 24 février 2019 à 12 h 04 min

    Bonjour Hélène,

    Migraineuse depuis mes 15 ans (j’en ai 56) je crois que tu as bien fait le tour de la question :
    – l’hydratation est essentielle, j’ai toujours avec moi une bouteille ou une gourde d’eau,
    – la météo, j’habite dans une région à mistral (Avignon) et mistral= migraine, donc je regarde si du vent est annoncé avant de me coucher et si oui, je prends un comprimé en préventif
    – le café et le thé, pas d’alcool

    Mais comme j’ai vraiment beaucoup de migraines, 2/semaine, je sais que j’ai tendance à un peu trop consommer de médicaments.
    J’ai récemment fait une prise de sang pour savoir si j’étais ménopausée, alors oui je le suis mais hélas aucune différence sur les migraines et aucun symptôme de la ménopause.

    La marche au grand air me fait du bien, du coup je marche a minima 1 heure par jour avec mon chien car seule ce serait une contrainte.

    Merci de partager car la « migraine » a vraiment mauvaise réputation au travail et peut vraiment te « bousiller » ta vie sociale….

  • #49 Cathou47 le 24 février 2019 à 12 h 05 min

    Bonjour Hélène. J’ai commencé à avoir des migraines à l âge de 16 ans’ j en ai 47. Migraines dites accompagnées à savoir une aura visuelle se caractérisant par une altération majeure du champ visuel qui devient flou avec un espèce de rond au milieu des yeux. Puis ça évolue en mal de tête souvent à droite à se taper effectivement la tête contre les murs’ vomissements et incapacité à trouver une position confortable. Évidemment coincée au lit dans le noir. Ça a duré des années ce n était pas hormone dépendant. Puis au fur et à mesure des années ça a été moins violent et surtout moins fréquent, d autant que j’ai trouvé il y un moment maintenant un médicament que j appelle mon médicament miracle que je prends dès que j identifié l aura, qui la stoppe et empêche la suite de s installer. Je me sens chiffonnée je ne peux pas manger mais ça n à rien à voir avec avant. Chez ma meilleure amie c’est au début. Des règles et chez ma sœur c’est la luminosité. Chez moi c’est l anxiété. C était long mais pour une fois que je peux m étendre sur le sujet :)))

  • #50 Stella le 24 février 2019 à 12 h 12 min

    La migraine, c est l’enfer sur terre. Je le suis depuis l’age de 8 ans, et j’en ai 54….Enfant les médecins parlaient de crises de foie et ne savaient pas quoi faire de mon cas, adulte je suis tombée sur une généraliste migraineuse,donc le diagnostic à ete immédiat, et maintenant je suis suivie par une neurologue. Malgré la ménopause je subis toujours ces foutues migraines, j’ ai un traitement de fond et je suis consciente d’ abuser des médicaments, mais quand j’arrête d’en prendre, c est crise sur crise. J’ ai longtemps rejeté cette maladie, cherché du côté de traitement non médicamenteux, mais rien trouvé de probant. Un jour je me suis envoyé la tête dans la porte très violemment tellement j étais au bout du rouleau. J’ ai une question pour toi Hélène et toutes les migraineuses et tous les migraineux qui témoignent ici : ressentez vous une fatigue quasi permanente ? Lorsque je n’ai pas mal à la tête tout pourrait être formidable, mais je suis fatiguée, j’ai la sensation que c’est la punition de trop. Heureusement, j’ai une bonne dose d’humour; bon dimanche à tout le monde!

  • #51 Hélène le 24 février 2019 à 12 h 17 min

    Stella : j’ai la chance d’avoir un traitement de crise qui fonctionne hyper bien sur moi si je le prends dès le début.
    Donc je ne peux pas réellement dire que je vis avec des migraines, puisque je prends un cachet dès le premier symptôme et que ça marche.
    En plus mes crises ont beaucoup diminué depuis que je ne bois plus d’alcool, c’était sans doute le facteur le plus déclenchant dans mon cas.
    Mais je ne suis pas étonnée que tu sois fatiguée, la douleur constante ça use terriblement.

  • #52 Christine le 24 février 2019 à 12 h 24 min

    Merci Hélène de partager sur ces sujets “sérieux” . Pour ma part je connais la céphalée ( d’un seul côté de la tête) liée à un RGO dont je souffre depuis la naissance lui-même lié à un état anxieux. Donc ce n’est pas la même chose mais ma qualité de vie s’en trouve extrêmement amoindrie. ( et c’est un euphémisme!).
    J’applaudis donc à ce genre de vidéos et comme d’habitude t’entendre me redonne toujours du courage…. merci! Passe un bon dimanche

  • #53 SEBASTIEN le 24 février 2019 à 12 h 28 min

    Oh le nombre de commentaires qui se fait sentir moins seul quand on lit des expériences similaires à la nôtre.

    J’ai toujours vécu avec celle MALADIE qui a beaucoup inquiété mes parents quand j’étais tout petit et j’ai eu un gros pic de migraines entre 15 et 30 ans (1 à 2 par semaine pendant plusieurs heures à chaque fois) et j’ai appris à les « réguler » depuis 2/3 ans.

    Comme déjà dit plus haut, le porte de lunettes m’a aidé, fuir les fortes chaleurs estivales (ce qui coupe un peu les liens sociaux avec mes amis qui ne me prennent pas au sérieux…), essayer de casser la migraine dès le début sinon c’est direction ma chambre dans le noir total et coupé du bruit (avec ou sans vomissements), et puis c’est un vrai handicap professionnel quand il devient impossible de travailler en pleine crise…

    Merci pour la vidéo !

  • #54 Gladys le 24 février 2019 à 12 h 46 min

    Bonjour, merci pour cette vidéo dans laquelle je me suis reconnue car moi aussi migraineuse depuis l’adolescence. Quand je suis en crise, je m’enferme dans ma chambre dans le noir j’appelle ma mère qui vient heureusement gérer la maisonnée à ma place! Je ne supporte ni bruits ni luminosité, je n’arrive même pas à ouvrir les yeux et ça dure minimum 3 jrs. Après j’ai aussi des douleurs comme tu l’as décrit dans un endroit bien précis du crâne et là, ça peut durer 15jrs et chaque mouvement me provoque des douleurs insoutenables comme une décharge électrique. Je fais avec tous les jours et les jours ou je n’ai rien c’est un vrai bonheur. Courage à tous ceux et celles qui en souffrent, oui c’est une vrai maladie et je m’en f…. de ce qu’en pensent patrons et autres personnes trop bien pensantes!

  • #55 Amandine le 24 février 2019 à 12 h 48 min

    Merci Héléne de parler de cette maladie trop peu considérée et encore expliquée comme une « excuse ».
    Je suis migraineuse depuis que j’ai 12ans environ (j’en ai 23). A chaque fois que je me plaignais de mon mal de tête on me disait « prend un médicament et retourne faire ce que tu faisais ça va passer ». Non, les migraines ne passent pas. Même mon docteur me dit « c’est le stress, ça va passer ».
    Je suis une personne très anxieuse de base donc je sais maintenant qu’une partie de mes migraines sont dues à ça. Mais se réveiller (ou même sentir dans son sommeil) avec une migraine qui monte, ça fait mal…
    J’ai trouvé ma solution, qui me soulage maintenant, c’est une bouteille de coca ou de l’eau pétillante, même avec l’envie de vomir, ça fait passer ma migraine plus vite. Les petits macaron fraicheur au menthol ne sont pas mal non plus, à glisser dans le sac et à appliquer sur le front en cas de besoin.
    Merci encore pour cette vidéo, on se sent moins seuls ! :)

  • #56 Mapito le 24 février 2019 à 12 h 49 min

    Bonjour Hélène

    J’ai été ménopausée depuis mes 33 ans suite à une maladie. (autrement dit les médecins l’ont fait pour me sauver la vie). J’ai eu des migraines avant et après. Pour moi, je le sais ce n’est pas une question hormonale. C’est vrai je ne me suis jamais dit, ni mon entourage, ni mes médecins, ne m’ont dit que c’était une maladie. Mais je me reconnais tellement dans les 72h, dans l’envie de jeter ma tête contre les murs, quand je n’en peux plus. Le pire, c’est que même ne rien faire, être simplement allongée dans un lit est une souffrance. J’ai comme tout le monde identifier des déclencheurs. J’adore le chocolat, c’en est un. L’alcool aussi, je l’avais remarqué. Pour moi, le pain et tous les glutens, en sont aussi. Le stress aussi. Merci Hélène de dire que le sport n’est pas possible quand tu as une migraine. Tu as juste l’impression que tu vas mourir un peu plus vite… ;) C’est vrai qu’il faut penser à boire de l’eau tous les jours. Boire du café tous les jours. Merci merci de m’apprendre que c’est une maladie. Je vais mieux vivre mes crises, je pense et ne pas culpabiliser.
    Des bisous et force à toutes les migraineuses.

  • #57 Mariella le 24 février 2019 à 12 h 52 min

    Super vidéo, même si c’est moins spontané que d’habitude.
    Je suis migraineuse depuis l’adolescence environ 5 ans après le début de mes règles. Et je suis de la team migraine hormonale donc soit 1 jour avant les règles soit pendant. Bien sûr aggravé par le stress, le bruit, les odeurs (qui a elles seules peuvent me déclencher une crise) la lumière, la chaleur et le fait de bouger. J’ai fait deux fois une migraine avec aura visuel j’ai eu très peur ! C’est aussi familial de mère et frère !!! (Pour mes frères ça c’est arrête vers leurs 30 ans).
    Mes astuces :
    Arrêter le café (progressivement) et n’en prendre qu’en cas de crise! Pas facile mais très efficace !
    Prendre ma voiture / vélo / mes pieds pour aller travailler (les parfums du métro me rendent vraiment malade et c’est source de grande incompréhension)
    Faire du yoga tous les soirs en rentrant du travail pour me détendre et s’il le reste des tensions le soir au coucher je fais quelques mouvements de mâchoire (moi je serre les dents la nuit) ça m’a beaucoup aidé
    Toujours avoir mes lunettes de soleil même n’en plein hiver
    Et avoir toujours sur moi un stic de menthol et un spray d’eau pour venir poser sur les tempes (j’en mets la dose à mort limite ça pique) mais ça soulage sur le moment ça permet de rentrer chez soi ou trouver un endroit calme…
    et je confirme que boire beaucoup ça aide aussi
    S’habiller en mode oignon en hiver pour pouvoir se déshabiller en toute descence dans les lieux trop chauffés qui peuvent venir causer un début de migraine…
    plein de petits trucs !!! Hâte de lire les commentaires et les astuces des autres personnes.
    BON COURAGE À TOUTes et tous !!!

  • #58 Hélène le 24 février 2019 à 12 h 56 min

    Amandine : je suis scandalisée que des médecins disent « c’est le stress », juste parce qu’ils sont incapables de trouver une solution !

    Mapito : seigneur non il ne faut pas en plus culpabiliser, c’est déjà assez pénible comme ça !

    Mariella : ahhhh, je ne pourrai jamais arrêter le café au quotidien, j’aime trop ça (mais je comprends que le garder comme « médicament » soit une idée intéressante) ;-)

  • #59 Hélène le 24 février 2019 à 12 h 57 min

    J’essaye de suivre mais je réalise que j’ai oublié de répondre à une question : est-ce que j’ai remarqué une différence depuis que j’ai mes gouttières Invisalign ? Non aucune (en même temps tant mieux, je craignais plutôt que ça me provoque des crises).
    Mais je sais que le bruxisme peut causer des migraines chez certains, et que des gouttières de nuit peuvent en effet aider dans ce cas.

  • #60 Margaux le 24 février 2019 à 13 h 12 min

    Super thématique en effet. Je suis migraineuse depuis quelques années maintenant, à raison de 7 à 10 crises par an, et au début c’était très compliqué d’identifier les éléments déclencheurs. Ta vidéo va très certainement me mettre sur la piste d’autres facteurs.
    J’en ai eu une seule avec vomissement.. c’est très impressionnant, je n’arrivais pas à croire que c’était une migraine qui pouvait me mettre dans un état pareil !

    Dès que je comprends que je suis en train d’en faire une, je ferme directement les yeux et me repose 30min les bras croisés sur mon bureau avec des boules quies et une écharpe sur la tête et ça passe relativement vite. Mon travail (dans l’industrie Pharma..) me le permet et ma boss migraineuse elle aussi me comprend tout à fait ce qui est une chance (si j’ose dire..).
    J’estime que c’est important de l’assumer en publique (en faisant passer la crise directement au boulot donc..). Ça permet de mieux faire comprendre cette maladie et pourquoi je dois subitement m’arrêter de travailler, de cette façon les personnes ont toujours été très compréhensives.

    Je fais aussi des exercices de mâchoire car avec la douleur j’ai tendance à me crisper de plus en plus ce qui évidemment fait monter l’intensité de la crise.
    Du coup je n’ai jamais pris de traitement spécifique à la migraine et pour le moment je suis ravie de m’en sortir ainsi !

    Et dernier tips, au début c’est important de noter les dates des crises, le contexte, l’intensité de la douleur, la localisation.. ça permet de mieux comprendre et gérer par la suite sa maladie !

    Bon courage à la team migraine ;)

  • #61 N’AlexX MonsTer le 24 février 2019 à 13 h 26 min

    Très intéressant cette vidéo sur la migraine. Je suis maigraineux depuis quelques année la première fois que ça m’es arrivé je ne comprenais pas ce qui se passait. Souvent elles arrivent parce que je dors pas assez, la fatigue et le stress quoi. Migraines avec aura mon champ de vision périphérique est rétrécie et ça fait que la neige sur une télé. J’en parle pas souvent donc ça fait du bien de lire des commentaires et de partager avec d’autres personnes.

  • #62 Sarah le 24 février 2019 à 13 h 29 min

    Combien de fois ai je entendu des gens dire qu’ils avaient la migraine! Ça me rend dingue! Car comme vous l’avez dit la migraine n’est pas un mal de tête!
    Depuis l’adolescence je faisais des migraines avec aura en 2 temps dirais je. Le premier une vision totalement chamboulée. Lorsque je regardais droit devant mois au centre de ma vision une barre floue m’empechait de voir tous les éléments du décor. Ensuite survient la douleur lancinante.
    Lorsque j’ai été enceinte de ma première fille j ai fais une migraine d’un nouveau genre pour moi. Douleur d’abord et ensuite une espèce d’aphasie (absence de compréhension des mots, mots utilisés à la place d un autre, voire plus de mots du tout. Les migraines ont diminué par la suite. C est suite à l’accouchement de ma deuxième fille que j ai eu le plus peur. Une douleur dans l’oeil Insoutenable et une perte complète de la parole et de la compréhension. Si on m’avait parlé chinois c était pareil. Et au lieu de dire bonjour je bégayais et répondais tout sauf ce mot! Mes médecin ont cru à un AVC ou AIT. J’ai passé des scanners afin d’ecarté Le risque d’un caillot. (Même si après un AIT on ne l’aurait pas vu). Depuis 2 ans, je n’ai que mal à la tête. Et lorsque je sens les prémices d’une crise je vis dans l’angoisse et prends des cachets. Peut être que mon commentaire sera vain, mais peut être qu il pourra rassurer des personnes qui on été confrontées aux mêmes symptômes que moi.

  • #63 ptite le 24 février 2019 à 13 h 43 min

    Coucou Hélène et tous les migraineux

    Ah la migraine du week-end, la migraine de relâchement, la migraine de tension avec réveil nauséeux à 4h33 du matin (oui toujours la même heure, trop bizarre).
    Plus rarement, la migraine avec aura qui se déclenche en classe et m’alerte quand je vois mes élèves me regarder bizarrement car je deviens dyslexique ou que je ne trouve plus mes mots (à tel point que maintenant, systématiquement, je les préviens en début d’année pour éviter les « hé, je crois que la maitresse avait bu aujourd’hui, elle disait n’importe quoi »).

    Ca va faire 10 ans que je me cogne des crises avant mes règles, en période d’ovulation et à certaines périodes, quand mes cervicales sont trop nouées, déplacées et maintenant qu’on sait aussi que j’ai de l’arthrose précoce. Et punaise, pour l’expliquer, je le dis simplement « si quand j’ai une migraine, il y avait un flingue dans la pièce, je pourrai me tirer une balle ».
    Mais que ce soit mon mari, ma famille ou mes collègues, personne ne me juge (je crois). De toutes façons, mon visage se creuse, se crispe, devient livide, tout mon corps se recroqueville, on ne peut pas douter de ma sincérité.
    Le plus compliqué : pas possible de se mettre dans le noir au travail, d’arrêter de travailler si ça arrive ou de rentrer chez soi. Alors j’ai toujours mes médocs sur moi, toujours une ordonnance renouvelable dans mon sac et dès que je sens ce satané point au dessus de l’oeil, je dégaine. Pas le choix. Surtout que les néons de ma classe sont responsables en partie de certaines crises.

    J’ai testé d’en prendre moins, invivable. Il y a eu une période, après une chute, j’ai passé 2 mois à avoir 4-5 crises par semaine, jusqu’à mon rdv chez l’ostéopathe qui m’a remise d’aplomb. Cette période là, oui, j’étais à la limite de la dépression. Je regardai mon mari et je lui disais « je n’en peux plus de souffrir, la douleur est toujours là ».

    Oui c’est handicapant dans la vie quotidienne. Je me souviens de mes enfants plus petits à qui je disais « j’ai la migraine, je vais me coucher » et qui restaient adorables jusqu’à ce que ça aille mieux. J’ai toujours cru que j’avais de la chance jusqu’à ce que j’entende ma petite de 5 ans dire à ma mère « quand maman elle a la migraine, elle a une drôle de tête, on dirait qu’elle va mourir alors on reste le plus sage possible ». Et aujourd’hui, ils repèrent tout de suite une crise.

    Je n’ai pas d’autres trucs que ceux énoncés (menthe poivrée ; moins d’alcool et plus de vin blanc que j’adorais ; s’hydrater ; dormir au frais ; éviter la trop grosse luminosité ; oreiller à mémoire de forme) mais une chose que j’ai apprise à l’usage : je n’attends plus pour prendre mon médoc, je coupe la crise de suite. c’est pour moi, la seule façon de continuer à vivre ma vie le plus en paix possible.

  • #64 Laurence le 24 février 2019 à 13 h 50 min

    Bonjour Hélène,
    Merci d’avoir fait cette vidéo pour expliquer ce qu’est une migraine. Moi aussi ça fait plus de 30 ans que je souffre de cette maladie. L’âge aidant (j’aurais 50 ans cette année), ça fait quelques mois que mes migraines me laissent tranquille (au moins un aspect positif, mais il est de taille !). Toute ma famille a souffert de cette situation.
    Il y a quelques temps, je parlais avec un étudiant en pharmacie lui aussi migraineux. Il m’expliquait que d’après des recherches scientifiques, ils pensent que les migraineux sécrètent une substance (que les non migraineux ne sécrètent pas) qui provoque les douleurs. Et c’est la quantité de cette substance que le corps fabrique et le temps qu’il lui faut ensuite pour l’éliminer qui influencent la durée de la crise. Le but serait donc de trouver un moyen d’éviter ce processus chimique. J’espère qu’un jour ils trouveront le moyen de guérir cette maladie (il me semble qu’un nouveau médicament a été mis sur le marché en Suisse l’automne dernier, je ne sais pas si c’est déjà le cas en France).
    Mais, comme tu l’as bien expliqué dans la vidéo, il est important que les gens sachent qu’une migraine n’est pas un mal de tête (moi, un mal de tête, même violent, je peux continuer mes activités, une migraine, si je ne la stoppe pas à temps, je ne peux plus rien faire). C’est très handicapant.
    Je te souhaite de tout coeur d’avoir la chance de vivre une vie sans migraine…
    Bon dimanche !

  • #65 Jacob Céline le 24 février 2019 à 13 h 58 min

    Bonjour Hélène,

    Merci pour cette vidéo très intéressante.
    Je suis migraineuse depuis 23 ans et je n’ai que 29 ans…
    J’ai enfin trouvé pourquoi je faisais des crises de migraines ( cela a pris un peux de temps quad même)
    Le plus important est de trouvé la ou les causes des crises, de savoir écouter son corps et  » d’essayé  » d’éliminer les causes petit à petit.
    Il faut surtout garder le moral et ne pas perdre espoirs!
    Bonne journée

  • #66 Meliroze le 24 février 2019 à 13 h 59 min

    Bonjour Hélène, bonjour à tous et à toutes,
    Merci pour ce témoignage sur la migraine. Je vais le transmettre à ma meilleure amie qui souffre aussi de cette maladie.
    Pour ma part, je dors très difficilement et j’ai cru comprendre que toi aussi.
    Aussi, je me disais que ce serait chouette d’avoir ton témoignage sur cet autre sujet.
    En tout cas, je souhaite vous dire à quel point je compatis avec ceux qui souffrent de la migraine pour l’avoir observé. C’est vraiment handicapant et semble faire souffrir au-delà de l’imaginable.

  • #67 Aurelia le 24 février 2019 à 14 h 03 min

    Hello

    Et bien je viens de regarder ta video avec ma fameuse petite migraine du dimanche qui me tape l’oeil droit aujourd’hui. Chez moi, c’est pas le cafe qui joue, j’essaie de garder le meme rythme la semaine et le week end. Mais le « trop de sommeil ». Des que je dors trop, pam, migraine… helas c’est pas une science exacte puisque meme en mettant le reveil le week end, la migraine peut monter en journée aussi.
    Heureusement je suis pas trop atteinte la semaine, donc ça n’altere pas trop ma vie pro, une seule fois en 2 ans, j’ai du rentrer chez moi a cause de ça, mes migraines de semaine sont plus legeres, j’arrive a les endiguer en quelques heures et a bosser avec, même si c’est désagréable et que j’ai aussi la fameuse nausée de la migraine. Cependant ça gache quasi tous mes dimanches donc ma vie perso … allez, je vous laisse, je vais tenter de siester dans le noir et le silence :)
    Bonne journée

  • #68 Garin Emmanuelle le 24 février 2019 à 14 h 04 min

    Bonjour,
    Suite à ta vidéo sur les migraines (et je t’en remercie) , je voudrais donner mon témoignage.
    En fait, j’ai eu un premier malaise, pendant ma deuxième grossesse, il y a 17 ans, – problèmes visuel, je ne voyais que la moitié d’un visage – très impressionnant et j’ai eu très peur. J’ai appelé mon médecin qui m’a dit de me calmer et rappeler plus tard si ça continuait. Mais, ça n’a jamais recommencé durant quelques années…
    Puis j’ai du subir une ablation de la tyroide il y a 4 ans, et j’ai recommencé à avoir ces malaises, avec maux de tête à la fin de chaque malaise, c’était très angoissant, je ne savais pas d’où ça venait, j’en ai parlé à un médecin, mais ne voyait pas… Puis il se trouve que ma nièce à fait le même genre de malaise, j’ai commencé à me poser des questions, (en fait j’ai des migraineux dans la famille) mon fils également.
    J’ai donc compris que je faisais des migraines avec auras. Je n’avais jamais fait le rapprochement avec tout ça. Maintenant, j’en ai très peu par rapport aux mois suivant mon opération. J’ai remarqué que les crises venaient principalement pendant le syndrome premenstruel, en cas de fatigue et stress.
    Je n’ai pas vu de neurologue pour le moment, les crises sont assez rares. Après chaque crise, je mets plusieurs jours à me remettre. Mes maux de tête sont assez minims. Ce sont les crises qui sont handicapantes (je ne vois plus rien pendant environ 20 mns, etc…) Dorénavant, je fais attention à moi, avec une bonne hygiène de vie. Mais la peur est toujours là , je crains que ça me prenne n’importe où et n’importe quand.
    Voilà pour moi.
    Emmanuelle.

  • #69 Ciepla le 24 février 2019 à 14 h 10 min

    Merci Hélène. ..pour cette video ,je me suis reconnu jai fais ma 1ere crise de migraine le dimanche 17 juin 1990,et oui je vais avoir 50 ans ,je suis suivie par un neurologue car je suis à un stade où je prend des médicaments assez fort sans parler les foix ou je dois aller aux urgences. tout, ça car je suis qq de trop speed ,depuis l’âge de 20 ans lunettes pour reposer les yeux,couper les cheveux car le poids des cheveux long enlever les dents de sagesses et j en passe aucun traitement de fond marché sur moi car trop nerveuse. ..je fais des migraines accompagnées avec perte de la vue fourmillements dans les membres la langues un calvaire…je ressent exactement pareil je ne suis jamais détendu au niveau du crâne des cervicales. .par contre il y a une chose qui me permet de me detendre le crâne c’est le botox car tu ne peux plus forcer quand tu es crisper donc tu as cette sensation de détente et quand tu rentre le soir toute ta tête est comme détendu. …je pense qu aujourd’hui dans les grands centre de migraineux ils emplois cette méthode. Encore merci

  • #70 Violette.b le 24 février 2019 à 14 h 22 min

    Bonjour Hélène ,

    Petit apparté , ce que tu décris sur le matin fait penser aux névralgies d’Arnold ( j’en souffre et cela me réveille ) , ce qui n’empêche pas d’avoir aussi la maladie de la migraine .
    J’ai 55 ans , et j’ai été migraineuse à l’adolescence , je ne sais plus quand cela s’est arrêté ( grossesse à 35 ans peut être) …..remplacé par le SII ( intestin ) et Arnold donc …..c’est la fête du stress en somme.
    j’avais des migraines de SMP , de stress ,du dimanche avant le travail, de je ne sais quoi …. avec nausées sans vomissement , sensibilité accrue à la lumière et aux odeurs , je devais donc aller me coucher dans le noir et la solution était un médicament, du repos , des exercices de respiration pour gérer la douleur , j’ai toujours fait en sorte de ne pas tomber dans la spirale médicamenteuse et à l’époque il n’y avait pas de médicament spécial migraine ou cela débutait.
    Après j’ai eu des migraines ophtalmiques , une heure à ne voir que partiellement …..suivie ensuite par la déferlante de la migraine …. très très bizarre …..cela c’est reproduit une fois l’an passé ( après plus de 20 ans ) …..mais presque sans migraine derrière , j’ai pu rester au bureau.
    J’ai ensuite été diagnostiquée pour l’hypertension ,j’ai un traitement depuis 15 ans , c’est peut être là que cela a cessé .
    Dans les crises j’ai toujours préféré partir me coucher dans la mesure du possible plutôt que de me shooter inutilement pour rester debout
    Pour l’hérédité , j’ai vu ma mère migraineuse shootée à … dans les années 70 , j’ai su après qu’elle était extrêmement malheureuse et en réalité dépressive …. un jour les migraines l’ont quittée pour d’autres troubles.

  • #71 Maurine le 24 février 2019 à 14 h 36 min

    Je me reconnais tellement dans cette vidéo ! J’ai des migraines depuis l’âge de 12 ans… Et il est vrai que la migraine est très souvent sous-estimée par ceux qui n’en n’ont pas… De mon côté, le stress, la période pré-menstruelle mais aussi le trop plein de sommeil me donne la migraine. Lorsque je me lève un peu plus tard que d’habitude (le week-end), j’ai la migraine…
    J’ai pris un traitement de fond (prescrit par un neurologue) pendant 2 ans qui a tout de même réduit mes migraines de moitié…
    De mon côté, la serviette chaude sur le front est plus efficace car ça « relaxe » les nerfs.
    En tout cas, merci pour cette vidéo Hélène !

  • #72 Umi&co le 24 février 2019 à 14 h 56 min

    Merci beaucoup pour ce partage.
    J’ai 52 ans. Ma première migraine a été identifiée à l’âge de 14 ans : une migraine ophtalmique. Je me souviens de ma peur panique croyant perdre subitement la vue.
    Je souffrais de migraines très fréquentes avec ou sans auras : auras provoquant des troubles visuels et/ou du langage et plus rarement de l’écriture (bibiloque / bibithèque pour bibliothèque par exemple).
    Les éléments déclencheurs sont les mêmes que pour la plupart d’entre vous. En fait, c’est comme si le cerveau était hypersensible aux stimuli visuels, olfactifs, auditifs, tactiles aussi (le vent !) …
    La douleur n’est pas pour moi forcément pulsatile ou unilatérale. Elle peut être forte ou modérée. Et parfois, l’âge venant, il n’y a pas de douleur réelle, juste un prodrome et un malaise persistant.
    Les prodromes sont typiques. Toujours une sensation de faim, une grande faiblesse, des nausées, parfois trouble visuel, mal de ventre, vertiges, nez qui coule et yeux qui piquent.
    Outre les traitements médicamenteux, le repos dans le noir est dans mon cas indispensable sinon la crise ne cède pas et rebondit sans cesse.
    Ménopausée à 47 ans, mon corps s’est souvenu des crises cataméniales en les reproduisant pendant plus d’un an encore aux dates supposées. Puis, avec un traitement de fond, les crises se sont très nettement espacées et j’apprécie désormais cette nouvelle qualité de vie.

  • #73 Julie D le 24 février 2019 à 15 h 15 min

    Bonjour Hélène,
    Ça fait plaisir de voir une vidéo de ce genre.
    J’ai 24 ans et je souffre de migraine depuis déjà 11 ans. Ma maman et ma soeur sont également migraineuses. Mais pour elles cela s’est déclenché bien plus tard.
    Comme tu dis, les gens ont beaucoup de mal à comprendre que ça puisse être handicapant.
    Une simple sortie au cinéma peut se transformer en véritable enfer à cause de l’écran géant ( lumière ) et du son très fort.
    Pour mon cas, j’en suis à 1 à 2 migraines par semaine avec nausées et parfois vomissements ( que j’arrive à mieux contrôler maintenant ) et 1 très forte par mois. Étant caissière, quand une migraine se déclenche c’est insupportable avec tous les bip, les gens qui parlent et la lumière de l’écran, je dois quitter mon poste de travail.
    Bref à 24 ans, c’est pas génial car je ne peux pas profiter pleinement des sorties entre amis. Je connais bien ce fameux  » temps à migraine « , c’est une horreur. Pour ma part, pas d’alcool, rien que l’odeur d’une bouteille ouverte me ferait vomir.
    Je me couche dans le noir complet et chose que je viens de découvrir, l’ASMR me fait du bien et m’aide à me décontracter et à faire partir la migraine plus vite.

  • #74 vinatier Chantal le 24 février 2019 à 15 h 28 min

    Bonjours chère Hélène,
    Avec ou sans la migraine , j’en profite pour te dire que je t’adore .Merci de parler de cette maladie ,que seules les migraineux peuvent comprendre tout les ( tristes symptômes ) ,et bien étant ménopausée ,de temps en temps ,je m’en colle une sévère au petit matin jusqu’au soir avec vomissements bien sur . Depuis peux , au repas du soir j’évite de mangé : trop gras , trop salé , trop riche ,lourd ,et l’alcool ( le tabac ,je ne fume plus ) Reste le stress , mais bon , je ne veux rien prendre comme médoc pour aider au dodo . .Donc ,en conclusion ,si je mange plus léger le soir , ( ont dirait que j’ai un peu moins de migraines ….Mais c’est pas gagner . BISOUS

  • #75 Julieodz le 24 février 2019 à 15 h 42 min

    Merci mille fois Hélène pour cette vidéo pour parler de cet enfer que je vis depuis l’adolescence (je vais avoir 47 ans).

    En regardant ta vidéo, j’ai eu l’impression que tu parlais de moi : je connais TOUT ce que tu décris. La seule différence, c’est que pour moi la douleur (souvent intolérable) se situe sur le sommet du crâne (on pourrait y faire cuire un oeuf quand je suis en crise, il est bouillant !).

    Cette maladie m’handicape depuis plus de 30 ans, avec une mère et une grand-mère qui étaient aussi migraineuses (mais moins que moi) et qui ne l’ont plus été après la ménopause (je croise les doigts, plus que quelques années…).

    Mes crises peuvent durer entre 12h et 3 jours et sont difficiles à quantifier car je peux rester des semaines sans en avoir puis ensuite passer 3 mois à faire crise sur crise avec des répits de quelques jours. J’ai coutume de dire que j’ai mal à la tête la moitié de ma vie. Même après plus de 30 ans, je n’ai toujours pas trouvé de quoi les soulager, rien n’a jamais vraiment fait effet. Comme beaucoup, j’abuse aussi de médicament et les traitements anti-migraineux sont inefficaces sur moi. Je n’ai pas d’aura mais parfois du mal à trouver mes mots. Je ne sais pas vraiment ce qui provoque des crises, mais j’ai effectivement identifié certains déclencheurs : immanquablement la période prémenstruelle (j’ai d’ailleurs découvert il y a quelques années que ces migraines s’appelaient « cataméniales »), l’alcool, le stress, le manque de sommeil (pas de bol, je suis une très mauvaise dormeuse et je fais régulièrement des nuits quasi blanches), la décompression (les vacances, les week-ends) , ou à l’inverse les périodes de stress au boulot…

    Je n’ai jamais pris un seul jour de maladie pour mes migraines, j’ai appris à les gérer au boulot, pourtant je suis prof, ce n’est pas toujours très facile… Le pire c’est que quand j’ai une crise au boulot, le nerfs me tiennent et par contre c’est l’horreur absolue quand je rentre et que je relâche tout. Mon mari et mes enfants devinent facilement quand j’ai une crise, à mon humeur et à mes traits très marqués sur le visage et notamment les yeux.

    C’est vrai que ça pourrit vraiment la vie et devient épuisant et déprimant à la longue. J’ai souvent l’impression que la migraine me bouffe toute mon énergie. Ca m’handicape bien sûr au travail mais ça me gâche aussi souvent les vacances, les sorties, la vie de famille. J’ai souvenir d’une journée d’agonie à Disney avec mon mari et mes (grands) enfants il y a 3 ou 4 ans où j’ai vraiment été la rabat-joie de service qui ne pouvait pas faire la moitié des attractions et où j’ai passé une bonne partie de la journée à les attendre en rêvant de mon lit.

    Je lis tous les commentaires avec beaucoup d’intérêt et essaierai quelques pistes (le baume du tigre et la menthe poivrée notamment), j’ai déjà testé une bonne quantité des autres techniques (le café, le coca, le gant froid sur le front, …) sans grande efficacité durable.

    En tout cas merci encore d’avoir abordé ce sujet et lancé cette discussion qui, je suis sûre, nous aide à nous sentir moins seul(e)s et permet d’échanger.

  • #76 Suzy le 24 février 2019 à 15 h 51 min

    Bonjour Hélène. Merci pour cette vidéo qui permettra peut être à nos proches de mieux nous comprendre. Je suis malheureusement familialement concernée : ma grand mère, ma mère, mon fils… Curieusement ma sœur a échappé à la malédiction. J’ai 47 ans et 35 ans de migraine divisées en 3 grandes phases : de nombreuses années de migraine (2 crises semaine) avec vomissements puis de nombreuses années de crise sans vomissements. A mes 40 ans la colopathie et venue me pourrir la vie et j’ai tenté d’évincer les laitages de mon alimentation. Dans la même période j’ai arrêté toute contraception. Je ne sais pas lequel des 2 a joué sur mes migraines mais immédiatement je n’ai eu qu’une seule crise par mois au moment des règles. Heureusement car la colopathie est un mal tout aussi socialement invalidant que la migraine. J’ai pris tellement d’anti douleurs dans ma vie que je pense parfois m’être détraquée… Mais je reste vigilante au soleil, aux odeurs, a garder un sommeil régulier, et la grasse matinée reste interdite ! Pour les migraines en tout cas je vais mieux 😊

  • #77 Cathy le 24 février 2019 à 16 h 02 min

    Bonjour Hélène, j’ai 50 ans et suis une migraineuse, depuis l’enfance, diagnostiquée par un neurologue il y a… 3 mois ! Je me retrouve parfaitement dans ta vidéo. J’ai toujours été ultrasensible à la fatigue, aux bruits, aux odeurs. Le stress et le manque de sommeil sont pour moi catastrophiques. Et, comme le disent ma fille et une autre personne plus haut, je suis « une grande stressée de la vie »… A la vingtaine, j’ai passé une période particulièrement difficile, avec des migraines beaucoup plus fréquentes accompagnées de nausées et vomissements. J’ai bénéficié d’une accalmie certaine à la trentaine. Mais avec l’arrivée de la péri-ménopause, la situation s’est totalement dégradée. J’ai des migraines cataméniales systématiques, je me réveille aussi fréquemment la nuit ou très tôt le matin en raison des céphalées. Je cumule aussi céphalées de tension et migraines. J’ai toujours détesté les alcools : l’odeur d’alcool, en particulier celle du vin, m’a toujours été totalement insupportable : la nature est parfois bien faite. L’abus de nourriture trop sucrée ou trop grasse est un facteur déclenchent pour moi. J’ai remarqué que les migraines surviennent souvent après une période de fatigue, quand je commence à récupérer. Le problème est que la migraine est en elle-même épuisante. Il y a environ huit mois, je suis entrée dans un cercle vicieux : fatigue entraînant migraine, entraînant fatigue… La migraine était tellement handicapante que je me suis résolue à en parler avec mon médecin généraliste qui m’a adressé à un neurologue. J’ai eu beaucoup de mal a toléré les médicaments qui m’ont été prescrits en cas de crise : ils me faisaient vomir, alors que depuis longtemps je ne vomissais plus, je n’avais que des nausées. J’ai arrêté les médicaments et ai heureusement réussi à trouver une hygiène de vie qui commence à porter ses fruits, les migraines sont de moins en moins fréquentes : surtout bien dormir, marcher pendant la journée pour avoir une activité physique suffisante (fondamental), s’aérer le plus possible (ce qui me soulage le plus en cas de crise est d’ailleurs le grand air, froid de préférence, et non le fait de m’allonger qui démultiplie la nausée), manger léger le soir, et manger, de manière générale, le moins sucré possible. Le manque d’hydratation est aussi en effet un déclencheur. Je me suis convertie aux eaux gazeuses. Le manque de caféine peut également pour moi entraîner « un manque » et me conduire aux maux de tête. J’ai appris à limiter le café, pas plus de deux le matin, arrêt complet à partir de 13h00, ce qui permet de mieux dormir. Un aliment tout bête m’aide beaucoup : le pain, en particulier la baguette traditionnelle, miraculeux pour l’estomac retourné, avec de l’eau tiède additionnée d’un demi jus de citron vert (beaucoup mieux qu’un soda très connu pour ses vertus anti-nauséeuses). En écrivant, je me rends compte que tout est lié. En conclusion, la migraine est très, très gênante et m’a souvent empêché de travailler, d’autant que la migraine est accentuée par le travail sur écran (je suis myope, astigmate et presbyte). Pour la vie familiale, en ce qui me concerne, quand ma fille était petite, rien ne m’apaisait plus que lorsqu’elle somnolait sur mes genoux, sa tête appuyée sur ma poitrine ! Merci beaucoup Hélène pour cette vidéo.

  • #78 ramzi le 24 février 2019 à 16 h 12 min

    Après m’être cherché longtemps, je m’étais enfin trouvé dans la parfumerie de luxe.
    J’ai développé mes premières migraines alors que je commençais ma vie professionnelle.
    Aujourd’hui je dois me réorienter et mettre ma passion de côté.
    Difficile de nos jours de trouver un travail qui ne m’exposerait pas toute la journée aux néons, clims, musique, odeurs et aux écrans…
    Socialement, la migraine est souvent prise pour un mal de tête.
    Quand elle arrive, je voudrais qu’on m’assomme. Je dois m’enfermer dans le noir, sans bruit. Je me dope de caféine et de cachets.

  • #79 Nadia le 24 février 2019 à 16 h 13 min

    J’ai « vécu » la migraine aux côtés d’une amie atrocement migraineuse qui a franchi un cap en apprenant des exercices d’autohypnose qu’elle fait dès les 1ers symptomes et aussi en prévention avant un rv important par exemple. Elle a aussi découvert les lunettes roses aux USA, en vente libre pour une petite somme et dont l’usage est répendu dans ce pays et recommandè par les experts.

  • #80 Jannie Chartrand le 24 février 2019 à 16 h 14 min

    Bonjour Hélène,

    Je suis une fidèle de ton blog depuis le tout début ! Tes vidéos et ton humour me parlent , j’apprécie beaucoup.

    Je suis moi aussi une migraineuse depuis un bon 10ans . Merci d’informer les gens, qui malheureusement croient parfois que avoir la migraine c’est faire la comédie…

    Jamais d’alcool non plus et ça les gens ne le comprennent pas . Souvent je fais semblant de boire comme tout le monde juste pour être tranquille . C’est franchement lourd mais, jen peu plus d’expliquer à des orteils sourdes.

    J’ai essayé pas mal de traitements médicaux mais les effets secondaires sont assez intenses . Maintenant je prend un médicament lorsque survient une crisse seulement .

    Toute ma famille est migraineuse donc au moins je suis comprise au sein d’elle.

    Pour le boulot j’ai souvent prétexté autre chose genre une gastro pour ne pas subir l’attitude classique des non-migraineux ( pas informé ) face à la migraine.

    Ce qui maide beaucoup c’est de porter mes lunettes de soleil polarisé à l’extérieur. En tout temps et en toute saison. Elles me sauvent la vie très souvent .

    Merci encore !

    Jannie

  • #81 Lorelai le 24 février 2019 à 16 h 19 min

    Hello all,
    Des migraines, j’en ai eu pendant 5 ans. Avec aura, avec une phase aphasique (dans ma tête, tout était très clair mais le peu qui sortait de ma bouche ne l’etait pas obviously ) et des fourmillements de la tête aux pieds sur la moitié du corps…. l’aura, la perte de parole, les fourmillements pendant 1 heures, et 48h de douleurs après.
    La première fois, j’ai cru faire un AVC, les gens avec qui j’etais également => Samu ! Terrifiant.
    J’en ai fait jusqu’à 1 crise par semaine.
    J’ai eu les traitements adaptés en cas de crise, auxquels j’ai plutôt bien répondu.
    Et oui, moi aussi un café serré en début de crise permettait d’en diminuer la durée.
    Hasard ou pas, les crises ont cessé quand j’ai rencontré mon osteo actuelle. Elles ont disparu comme elles sont venues, lucky me, mais je ne saurais dire formellement pourquoi.
    Je n’ai jamais trouvé quel était l’élément déclencheur réel (mais la luminosité / lumière blanche me semble une judicieuse piste en effet).
    Je sais que je ne suis pas à l’abri d’un retour un jour mais je sais « sentir » les premiers signes.
    Cette vidéo est top, il est utile d’expliquer ce que c’est, ce que ce n’est pas (en l’occurence une excuse foireuse en effet).

    Bon dimanche.

  • #82 Perron le 24 février 2019 à 16 h 59 min

    Merci !!! Je te remercie beaucoup pour cette vidéo. Les migraines ont commencées à la fac (j’ai 28 ans aujoirdhui donc 10 ans de migraines), le diagnostic est vite tombé : migraineuse au stress. Malheureusement les traitements pour migraineux ne fonctionnent pas sur moi car ils accentuent les symptômes (nausées, sensibilité aux bruits et à la lumière) et comme tu le dis pour mes « amis » de l’époque (et parfois la famille) c’était une excuse et ces « amis » se sont éloignés (ça aide à faire du tri entre amis et connaissances). Après quelques années de tranquillité avec seulement 2/3 crises dans l’année tout recommence suite à un changement d’emploi, de ville et donc de vie. Pour la première fois j’ai été obligée de quitter mon travail pour me reposer dans le noir chez moi. Et j’avoue que le retour des migraines bah je ne le vis pas très bien du tout. Ce qui m’a sauvé c’est l’homéopathie mais je vis tellement mal le retour de la maladie (j’ai toujours du mal à dire que c’est une maladie car il y a pire dans la vie) que je repousse l’appel à l’homéopathe pour tout reprendre… Merci pour ta vidéo où pour une fois quelqu’un osé dire que oui c’est une maladie, que non ce n’est pas une excuse, que non on n’y peut rien, que ce n’est pas du cinéma et que oui on aimerai bien s’en passer ! Merci encore !

  • #83 Arwen le 24 février 2019 à 17 h 19 min

    C’est un bonheur que tu en parle, de ses migraines, chaque fois que j’avais mes règles automatiquement j’en avait pour 3 jours a avoir une discothèque dans la tête, tellement ça élançais. Ma mère en souffrait, le nombre de fois ou elle était enfermé dans sa chambre serviette froide sur les yeux dans le noir, je ne les comptes plus.
    Bizarrement, de mon côté la douce lavande m’aide beaucoup a les faire passé.
    Merci du fond du coeur pour se partage :)

  • #84 Jennifer le 24 février 2019 à 17 h 23 min

    Bonjour Hélène,
    Merci pour ce sujet, je suis migraineuse depuis l’adolecence et j’avoue que je ne m’etais jamais intéressée aux autres migraineux. Cela me rassure de constater que je ne suis pas la seule. Parfois, j’ai l’impression que ma famille pense que ce n’est que du cinéma (pourtant ils m’ont déjà tous vu vomir 😉).Mes crises sont très violentes ( d’ailleurs un jour, un urgentiste pensait que j’avais une méningite) , j’ai des vomissements , je mélange mes mots ou je ne les trouve plus, j’ai les larmes qui coule sans pouvoir les contrôler . J’ai mis des années à trouver un traitement qui me convienne, cela m’a grandement handicapé… une migraine le jour d’un partiel ou d’un concours rend l’exercice encore plus compliqué. Je ne sais toujours pas ce qui me les déclenche. Mais depuis que j’ai une pilule qui a stoppé mes règles, je fais moins de crises. Je pense que chez moi le facteur stress est également très important. Mon médecin n’a jamais trouvé nécessaire de m’envoyer chez le neurologue, ce qui interroge mon entourage, à chaque fois j’ai le droit à « tu as fait un IRM? Moi la voisine de mon arrière cousine avait les mêmes symptômes que toi, il s’est avéré qu’elle avait une tumeur et qu’elle est décédée 3 mois après! » bref la diplomatie des gens. Moi j’ai choisi de faire confiance à mon médecin, je pense que je n’ai pas besoin de plus.
    Enfin la migraine est un vaste sujet, il y aurait tellement à dire sur les handicaps qu’elle provoque…
    En tout cas, merci d’ouvrir le sujet

  • #85 Mathilde G le 24 février 2019 à 18 h 04 min

    Hello Hélène !

    Première fois que je commente, par timidité sûrement, mais là le sujet me parle beaucoup. L’histoire de ma vie comme tu dis !

    J’ai 23 ans et je suis migraineuse depuis mes 8-9 ans je dirais. Tout comme toi, ma mère est migraineuse, il y a donc un facteur génétique. Pour ma part j’ai été diagnostiquée migraineuse presque dès le début, et c’est vrai que c’est une maladie très contraignante. Je fais des migraines avec aura + troubles de la parole et sensoriels (fourmillements dans les doigts, dans la lèvre).

    Tout comme toi certains facteurs sont aggravants. La lumière est mon pire ennemi ! Un flash d’appareil photo ou un phare de voiture peut me donner la migraine… J’ai également constatée aussi le manque d’hydratation et le stress pendant la nuit. Toutefois je bois aussi du café et je n’étais pas au courant de ce facteur ci donc merci, je vais être plus vigilante dorénavant !

    Je pense que le plus important, quand on sait que l’on est migraineux, est d’informer sérieusement son entourage. En effet, comme une migraine peut arriver à tout moment, il est important que les personnes qui nous entourent soient au courant de ce que ça engendre. Par exemple, il y a quelques années j’etais en cours et une migraine puissante est survenue avec des troubles de la parole. Je me suis retrouvée incapable d’expliquer à mon professeur qu’il fallait que j’aille à l’infirmerie, que je rentre chez moi. C’est une de mes amies, au courant de mes migraines, qui a dû expliquer à ma place. Il est donc important que les gens soient informés de notre état afin qu’ils puissent comprendre et parfois même agir en conséquence. Surtout que certains types de migraines (comme les miennes avec aura etc.) peuvent être assez impressionnantes au premier abord !

    Quoi qu’il en soit merci pour cette vidéo extrêmement intéressante, importante et je dirais même nécessaire ! Je me suis vraiment retrouvée dans tes paroles et je me sens moins seule ahah.

    Gros bisous 😘

  • #86 Hélène le 24 février 2019 à 18 h 24 min

    Bon sang c’est terrible de voir le nombre de gens concernés ! Je vous remercie pour tous vos partages et vous souhaite plein de courage !

  • #87 herrero bonnefoy jessica le 24 février 2019 à 18 h 32 min

    Bonjour,
    Merci pour cette vidéo,je me suis reconnue, et pour une fois on parle de cette maladie, depuis 23 ans je souffre de migraine, ma grand mère était migraineuse, pour ma par la lumière blanche intense et le bruits,cet mes pires ennemis en plus je travaille dans un centre commercial, et parfois cet très dure,car sa m’empêche de faire de choses, comme aller dans des concerts, ou au théâtre, car je sais que le son va me déclencher une migraine, merci pour cette vidéo je me sen moins seule.
    merci
    Jessica HB

  • #88 Julie t le 24 février 2019 à 18 h 49 min

    Bonjour Hélène,
    Merci merci merci! Je souffre de migraine ophtalmique (avec aura), perte du langage et de la moitié de la vue, le monde est littéralement coupé en 2. La première fois que cela m’est arrivée, j’ai d’abord cru que je devenais aveugle, ou même à un AVC…
    Mon rêve, comme toi, travailler de chez moi car quand cela t’arrive en plein Open Space, c’est une très désagréable et gênante expérience…

  • #89 Eléonore le 24 février 2019 à 19 h 10 min

    Bonjour Hélène,

    Merci de sensibiliser vos abonnés à cette maladie si stigmatisée… Je suis migraineuse depuis mes 19-20 ans (j’en aujourd’hui 29) avec aura. Lors de ma première crise durant mes examens de fin de semestre à la fac de Droit, on a d’abord cru que je faisais un AVC (les symptômes étaient assez similaires, perte de sensation dans un bras, difficulté à m’exprimer, ce sont les flash lumineux qui ont orientés le diagnostic)

    Pour ma part l’identification des éléments déclencheurs principalement le stress, le manque de sommeil, le chocolat et le manque de caféine m’ont permis durant une assez longue période de limiter les crises. Depuis 1 an j’ai fait le choix de stopper toute hormonothérapie et ça été une délivrance, plus aucune migraine… je touche du bois et continue de soigner mon hygiène de vie.

    Courage à celles et ceux qui vivent fréquemment les crises de cette maladie vraiment handicapante et qui a tendance à nous enfermer.

    Belle soirée

  • #90 Julie le 24 février 2019 à 19 h 15 min

    Bonjour Hélène !
    Surprise en voyant le titre de ta vidéo – hier j’ai été sujette d’une crise horrible alors que j’avais prévu le week end romantique ! Grrr heureusement que le chéri comprends!
    Mais je me retrouve complètement dans ta description : impression de tête qui explose, le bruit et la lumière qui te gênent, le gant humide sur la tête pour nous apaiser … je sais que pour ma part le stress m’en provoque les migraines donc étant une nature stressée, je te dis pas combien de fois j’en ai par an! Mais la hier impossible de savoir pourquoi j’ai fait cette crise. J’aimerais tellement les comprendre pour pouvoir toutes les éviter !!!
    En tout cas merci pour cette vidéo, on en parle pas assez de cette maladie car oui c’est une maladie !!

  • #91 Hélène le 24 février 2019 à 19 h 57 min

    Je suis désolée Kojo-no-maï, je ne peux pas valider ton commentaire, il entre dans la case « visant à donner un conseil médical » (surtout à cause de la façon dont il est rédigé, pas à la 1ère personne mais en donnant des conseils) :-(

  • #92 Val’expat le 24 février 2019 à 20 h 06 min

    Bonjour Hélène,

    Je suis migraineuse depuis l’enfance. J’en ai souffert toute ma vie, j’ai 56ans.
    Manquer l’école puis le boulot parce que mettre le pied par terre était impossible, je connais.
    Des crises affreuses et passer ma vie á éviter les déclencheurs : la lumiére extérieure, le soleil, la réflection de la lumiére sur l’eau, la flamme des bougies, l’écran de l’ordinateur, les images trop colorées ou trop nombreuses. typiquement les pages pinterest ou le déroulement des images instragam, les mouvements que ce soit les miens ou des trucs qui bougent style films ou gamins qui courent ou les voitures dans la rue, les voyages en voiture, en train, en avion et même une fois un tour de pédalo (sérieux quoi, le pédalo est déclencheur, tu me l’aurais dit je t’aurais rigolé au nez), me tenir sur le pont Marie et regarder la Seine m’a filé une des plus belles crises de ma vie, les odeurs (étant passionnée de parfums, imagine.) la musique, le bruit en général, le vent, carburer á la caféine et prendre un tas de traitements qui ne servaient á rien, tout ça c’était ma vie.
    Il y a 6ans et demi, pour des raisons de ral le bol et de j’en peux plus de ma vie, j’ai tout plaqué en fanfare et je suis partie vivre au Brésil.
    Et lá catastrophe, la lumiére et le soleil comme jamais, les odeurs partout, le bruit tout le temps, les couleurs pétantes, l’océan sous ma fenêtre (bonheur absolu les jours sans crise, horreur les jours avec), les ventilateurs en permanence, la clim á fond les ballons partout que tu passes de 45° á 20° en une seconde, etc etc..
    Tout ça jusqu’á l’an passé.
    En mars l’an dernier j’ai décidé de perdre du poids et donc j’ai fait une rééducation alimentaire : Trés trés peu de glucides et j’ai arreté le café que j’ai remplacé par du maté qui contient aussi de la cafeine mais qui ne provoque pas de « manque » et qui ne joue pas sur les nerfs.
    Alors j’ai perdu 40kg mais surtout, pas une crise en un an. J’étais intolerante au lactose aussi et ça a disparu aussi.
    J’évite toujours le soleil autant que possible, mais ici c’est un peu (beaucoup) compliqué.
    Alors je ne fais pas l’apologie de ma façon de m’alimenter, chacun fait bien ce qu’il veut et ayant fait environ tout et n’imp pendant 55ans je serais mal placée pour juger qui que ce soit. Mais vraiment l’alimentation compte pour beaucoup dans un tas de maux et dans mon cas elle jouait un grand rôle dans le déclenchement des crises.
    Je fais toujours attention á ne pas m’exposer aux trucs qui fachent mais sans le stress de « ah crap on passe devant le boucher ça va sentir arrête de respirer » ou « ils ont peint le mur en blanc qui tape et c’est en plein soleil, il faut passer par l’autre rue » ou « arrete de bouger, enfant du démon, je vais te mordre et potentiellement vomir si tu continues de sauter en braillant partout ».
    Je vais te dire, ma vie est devenue vachement plus relax.

    Bisous Hélène, ma bouffée de France dans ce monde de tongs

  • #93 ML le 24 février 2019 à 20 h 41 min

    Coucou Hélène, je suis profondément heureuse de la vidéo de ce jour car ce sujet m’intéresse beaucoup. Je pense que je suis migraineuse et pourtant je n’ai que 19 ans. Ma mère a eu et a toujours des migraines très violentes (la fameuse scène du gant de toilette sur la tête dans la chambre lumière éteinte) et je pense que j’ai hérité ça. A vrai dire, je pense que cela fait deux trois ans que je souffre de migraines en pensant que j’avais des simples maux de têtes mais grâce à toi j’ai compris que je souffrais de vraies migraines. Je suis un peu moins sensible à la lumière que ma mère mais pour ma part, l’activité physique est vraiment déterminante (quand je me baisse ou que je marche vite pour chercher quelque chose je sens que la migraine me fait encore plus mal et que je suis obligée de m’arrêter). Personne jusqu’à maintenant ne m’a diagnostiqué des migraines parce que je pense que les gens minimisent la maladie et certains médecins m’envoyaient me faire voir en me disant que « je ne devais pas m’embêter avec des simples maux de tête » et me tendaient une boîte de doliprane. Alors oui, j’ai essayé mais les médicaments ne soulageaient pas la douleur. Ma meilleure amie elle aussi souffre de migraine et je me souviens qu’au lycée ça lui arrivait de louper deux jours de cours d’affilée parce qu’elle ne pouvait même pas se lever de son lit. En tous cas cela fait beaucoup de bien d’avoir quelqu’un qui ne minimise pas cette maladie et qui explique bien les choses. Merci Hélène ;-)

  • #94 Céline le 24 février 2019 à 21 h 24 min

    Bonjour Hélène,

    Enfin quelqu’un qui parle de ce sujet monstrueux.
    J’ai des migraines depuis 5/6 ans, j’ai fait plein de traitements, après j’ai arrêté et aucune amélioration en 6 ans, je devenais folle.
    Jusqu’au jour où j’ai été au restaurant et j’ai mangé un plateau de fruit de mer et verre de vin. Le lendemain, la plus grosse crise de migraine que je n’ai jamais eue (je voulais aller aux urgences pour dire).
    J’ai enfin commencé à faire un lien entre ce que j’ai mangé et ma crise : les SULFITES
    Conservateur présent presque partout dans les produits déjà prêt, la moutarde, le vin, abricots secs…
    Cela fait plus de 2 mois que je me suis interdit ces conservateurs (ce qui est très compliqué, merci la réglementation des allergènes) et ça va beaucoup beaucoup mieux (crises de douleur 8/10 sont passées à 2/10 et sont moins fréquentes)

    Je revis enfin.. évitez tous ces méchants sulfites les migraineux ;)

  • #95 dadou le 24 février 2019 à 21 h 48 min

    Merci pour ce témoignage! On devrait parler plus souvent de notre quotidien. Je suis migraineuse depuis plus de 15 ans et d une famille de migraineux. Quand on voit les options de soins s amenuiser au fur et à mesure que certains ne marche plus c est très angoissant. Et je ne parle même pas des supérieurs ou collègues qui ne comprennent pas et qui au mieux pensent que vous mentez pour ne pas venir travailler et au pire pour une folle car si le traitement agit vous êtes soulagé en 5mn. Ça rajoute un peu plus de stress. Bref, courage à tous les migraineux et encore merci pour ce partage.

  • #96 kojo-no-maï le 24 février 2019 à 21 h 50 min

    Ah mince. Je comprends. Si j’ai le temps je vais essayer de formuler ça autrement. (C’est évidemment du vécu pour tout)

  • #97 Emmanuelle le 24 février 2019 à 22 h 13 min

    Bonsoir Hélène,
    Sujet très intéressant, j’ai bientôt 56 ans et cela fait 44 ans que je souffre de migraine. Ma grand-mère l’etait, ma fille, mon frère, le sont. En pleine crise, tjrs localisée à droite (l’impression que mon œil droit va sortir de son orbite), le sang qui tape dans la tempe surtout quand je me baisse ou lorsque je me retourne dans mon lit… bref, des années ou pendant certaines périodes du mois, je suis handicapée par ces crises et que je ne sais tjrs pas comment espacer, réduire ou encore remédier à cela.
    Pendant des années on me disait que c’etait parce que je devais aller à la piscine avec le collège et que c’etait l’excuse pour ne pas y aller. Ensuite que c’etait hormonal (je suis tjrs réglée) donc j’ai encore des migraines. J’en avais, il me semble, un peu moins lorsque je courrais. Mais j’ai dû arrêter (blessure au genou). Voilà pour ma petite histoire. J’envie vraiment les gens qui ne connaissent pas ce fléau parce que les migraines sont tellement invalidantes. Bonne soirée.

  • #98 Hélène le 24 février 2019 à 22 h 37 min

    Val’expat : je sais que ça n’était pas le but, et ça ne m’empêche pas de compatir, mais j’ai bien apprécié ta manière de raconter très enlevée et j’ai souri à plusieurs reprises ;-)

    ML : merci à toi, je suis très contente que ça soit utile !!

    Céline : oh c’est très intéressant ; On pense toujours aux sulfites du vin blanc, pour la migraine, mais pas à ceux de la nourriture.

    kojo-no-maï : si tu veux et que ça te facilite la tâche je peux te l’envoyer par mail, je l’ai gardé.

    dadou : Emmanuelle : je suis vraiment contente que ça fasse du bien à tout le monde de pouvoir échanger là dessus !

  • #99 smagala le 24 février 2019 à 22 h 54 min

    Hélène, merci, merci pour cette vidéo, j’espère que les gens qui regarderons cette vidéo comprendront que la migraine est un véritable handicap. Moi j’ai des migraines plusieurs fois par mois et en effet souvent le weekend, d’ailleurs j’angoisse à l’approche du week-end. J’ai toujours mes lunettes de soleil sur moi le moindre rayon de soleil me donne la migraine, un ciel blanc également bref je demande toujours à mon opticien les verres les plus foncés possible pour mes lunettes de soleil. Au bureau j’ai fait supprimé le néon au dessus de ma tête. Quand j’ai une migraine ça peut durer 3 jours voir 4, si je vomis ça passe plus vite et je me sens mieux tout de suite. J’ai deux enfants alors pas facile à gérer quand’ils se mettent à crier ou faire du bruit quand toi tu n’aspires qu’à être dans le noir dans ton lit. Parfois c’est tellement insupportable que je ne peux pas aller travailler, mon médecin m’a déjà mis en arrêt de travail pour ça en indiquant migraine +++ sur l’arrêt de travail. Ma grand mère était migraineuse ma mère est migraineuse, j’espère que mes filles n’auront pas à subir ça. Donc pendant les crises dans le noir le silence douche froide, je masque toutes les sources de lumières, je ne supporte même pas la lumière d’un appareil en veille.

  • #100 Kojo-no-maï le 24 février 2019 à 23 h 01 min

    Voilà Hélène, et merci pour ta proposition. J’ai essayé de reformuler mon commentaire ; c’est difficile de parler de soi ainsi. ;-)) Si ça ne va toujours pas ne t’embête pas à me prévenir, ne valide juste pas, je ne m’en formaliserai évidemment pas.
    En tout vas je suis étonnée du nombre de témoignages ! Comme quoi nous sommes nombreux à être touchés. Je suis aussi de la team migraines (et fréquentes céphalées, sinon c’est pas marrant). Mais si les maux de tête persistent, j’ai la chance d’avoir réussi à beaucoup réduire la fréquence des migraines.

    Les migraines hormonales… La plaie ! Je me suis rendu compte qu’elles étaient encore augmentées quand je prenais une contraception. Je pouvais avoir une migraine carabinée tous les soirs pendants 5 jours. Mon médecin m’a expliqué que je réagissais mal aux oestrogènes contenues dans la plupart des pilules. Dans mon cas le fait de prendre uniquement de la progestérone a tout changé.

    Le reste du temps, mes migraines sont liées à mes yeux. J’ai toujours connu une recrudescence des migraines au printemps, quand la luminosité augmente, et je supporte mal les lumières rasantes, violentes, ou les écrans.
    Mon médecin m’a prescrit un bilan chez l’orthoptiste. Pour celles qui ne connaitraient pas, l’orthoptiste est une sorte de kiné pour les yeux. Les séances de rééducation oculaire ont d’emblée amélioré les choses. Longtemps j’ai fait des séances regroupées sur quelques semaines, mais un suivi régulier tout au long de l’année s’est avéré bien plus efficace, même si le printemps en particulier reste une période difficile à gérer pour moi. De plus l’orthoptiste m’a appris des exercices à faire seule pour soulager mes yeux, ce qui est très utile au quotidien.

    Je termine ce long laïus par quelques astuces qui m’aident :
    Je diminue la luminosité et je règle le contraste de mes écrans pour avoir une image plus douce. J’utilise également un filtre anti lumière bleue, qui adoucit lui aussi.
    Comme Hélène, je porte des lunettes de soleil. Personnellement j’en porte en permanence, même en hiver, même quand il pleut. Il faut vraiment qu’il fasse très sombre pour que je ne les aie pas sur le nez. Je les utilise même à l’intérieur de certains magasins dont les spots sont trop violents. Quand je vois les ring lights des youtubeuses, il est clair que ce métier n’est pas pour moi ! ;-)
    J’ai remarqué que c’est encore plus efficace avec une teinte bien filtrante (85% dans mon cas). Avec de bons verres la vision est très confortable même avec une teinte très foncée. Impossible désormais de m’en passer !

    Voilà. Il n’y a pas de remède miracle mais toutes ces solutions mises bout à bout m’ont permis de diminuer drastiquement le nombre de mes migraines. Je peux même parfois rester plusieurs semaines sans en faire. Alors si mon commentaire peut donner des pistes à quelqu’un, j’en serai heureuse.

    Je vous souhaite une belle semaine.

  • #101 Léa le 24 février 2019 à 23 h 18 min

    Hello!
    J’ai 21 ans, et pour mon plus lointain souvenir, j’ai toujours, mais toujours eu des migraines … Ma mère est aussi migraineuse .. (merci maman! )
    Je ne supporte pas la lumière ni les bruits pendant les crises. (Comme une grande partie des migraineux)
    J’ai cependant trouvé quelques astuces pour aider au confort.
    Pour ma part il faut que je dorme pour que ça passe, mais s’endormir avec une migraine pas facile… Un jour mon copain à fait une pression avec son doigt sur le crâne, entre les deux sourcils, dans le « creux ». Ca m’a totalement apaisé, et surtout m’a permis de m’endormir beaucoup plus vite! (En vérifiant il s’agit d’un point d’acupuncture).
    J’aime aussi mettre du froid sur mon front pendant une crise de migraine, ça « anesthésie » pas mal cette zone si on peut dire. Et ça me soulage assez pour m’assoupir.
    Malheureusement le corps s’adapatant a tout (traitement médicamenteux, froid etc…) plus rien n’y fait… C’est un jeu de hasard à chaque!
    Des qu’une crise se déclenche, je m’oblige à dormir et je croise les doigts pour ne pas la retrouver au réveil… (des migraines sont restées en place comme ça pendant plusieurs jours … Mon maximum ? Garder la même migraine pendant 9 jours !)
    Courage à tous…!

  • #102 Ariane le 24 février 2019 à 23 h 40 min

    Très intéressant comme sujet! Je fais des migraines depuis au moins 25 ans et dans mon cas, les neurologues s’entendent pour dire que c’est chronique et héréditaire (ma mère et un de mes frères en souffrent également, 3 des soeurs de ma mère aussi). En visionnant la vidéo, j’arrivais sans mal à dire qui de mon frère, ma mère ou moi était concerné par les choses que vous énonciez: manque d’hydratation, tensions, lumière, odeurs, le besoin de se retrouver seul dans le noir complet et dans le plus grand des silences…

    Dans mon cas, des tas de choses peuvent mener à une migraine: la névralgie d’Arnold (satané nerf trijumeaux!) changement brusque de température (chaud, froid, neige, vent, pluie… je vis au Québec, je suis gâtée!), le fameux SPM, la nourriture (tricky, parce qu’une chose aussi bête que manger un bout de fromage peut déclencher une migraine et la fois d’après, rien…), les odeurs, la lumière, le stress, le manque de sommeil, la tension… pour ne nommer que ça parce que je vais encore être là demain matin!

    Avec le temps, on apprend à déterminer ce qui peut déclencher une migraine et on essaie d’éviter ces situations-là, mais faut se le dire, on ne va pas arrêter de vivre à cause de ça! Donc sans oublier le traitement des migraines, le médicament pour aider à les prévenir et l’anti-inflammatoire pour aider le traitement lui-même, la solution radicale dans mon cas, c’est le sac de glace sous forme de gel. Ça reste froid longtemps et ça me fait un bien fou. Il ne faut juste pas oublier de l’envelopper dans une serviette, histoire que ça ne soit pas trop froid non plus! Le but n’est pas de se geler le cerveau… quoique des fois, ça ferait presque du bien! Et quand plus rien ne va: rendez-vous avec ma chiro!

    Je n’ai pas encore lu tous les commentaires, mais j’ai bien l’intention de le faire. Triste de voir que nous sommes si nombreux aux prises avec ce mal et j’espère qu’un jour la médecine fera un bond spectaculaire en avant et qu’ils arriveront à inventer un truc qui nous aidera significativement!

    Courage! ;)

  • #103 Ann le 24 février 2019 à 23 h 54 min

    Bonjour Hélène,
    Merci pour cette vidéo qui tombe à pic. En effet j’ai un début de migraine qui semble vouloir me gâcher ma fin de soirée. C’est incroyable le nombre de personnes concernées par ce sujet. On ne veut pas déranger les gens avec nos maux de tête qui pour moi arrivent de façon très irrégulière.
    J’ai même l’impression que depuis que j’ai une gouttière de nuit pour lutter contre le bruxisme elles sont plus rares, ce qui semble indiquer que je serai dans la catégorie des migraines déclenchées par le stress!!! As-tu vu de ton côté une différence depuis que tu as ton traitement invisalign?
    Je n’avais jamais pris en compte le côté héréditaire mais effectivement ma grand-mère passait des jours entiers dans le noir pendant les périodes les plus insupportables.
    Et cette lumière blanche, ce « temps à migraine » je pensais être la seule… Mon opticien me prenait pour une folle, ne comprenait pas de quoi je parlais. J’ai acheté des lunettes de soleil polarisantes (pas sur ses conseils) et ça me permet d’un peu mieux supporter cette forte luminosité invisible aux yeux des autres.
    Encore merci et bonne semaine à tous, bon courage aux migraineux (on sait qu’au final ça passe mais c’est toujours trop long).

  • #104 Krystel FERRY le 25 février 2019 à 2 h 02 min

    Lunette de soleil surtout si le ciel est gris et qu’il est sur le point neigé donc lunette de soleil quelque soit le temps dedans comme dehors. Je me suis fais faire des bouchons en silicone sur mesure chez optical Center pour 120€ mais grâce à eux le ciné les cours en salle de sport les repas au resto le cirque…. sont supportable sinon je met mes écouteur pour écouté ma musique et pas les bruits qui me tabasse la tête et j’entend moins mon💖 dans mon oreille droite bref vivre dans le noir seule dans ma chambre me conviens mais m’isole de tout parce que des fois je deviendrais brutale pour un son si je parle à quelqu’un qui fais mmmmmm je part sinon je le frapperais un enfer que personne autour de moi ne comprend ça rend fou la migraine surtout la ophtalmique 😨

  • #105 Karine_From98 le 25 février 2019 à 5 h 00 min

    Hello Hélène !
    C’est juste un petit mot de compassion pour tous les migraineux et -graineuses par ici. Moi je ne connais pas – ou disons presque pas car ta vidéo m’a rappelé un spectaculaire épisode de migraine avec aura quand j’étais ado, qui a affolé toute la famille sauf moi car en bonne ado, je me croyais immortelle de toutes manières ;0)
    Bref. Ce qui m’affole moi, c’est qu’il se trouve des gens pour se permettre de mettre en doute et symptôme et souffrance ! Ce manque d’empathie… T’es là, t’es en difficultés (pour le moins) et le gugusse en face te donne un bon coup de latte (verbalement parlant)… M’enfin !!!
    Merci pour cette vidéo éclairante en tout cas.
    Bonne journée Hélène ! <3<3<3

  • #106 lucie le 25 février 2019 à 6 h 20 min

    Je voudrais encourager tous ceux et celles qui souffrent de la migraine. Je sais ce que c’est réellement. J’ai une médecin formidable qui m’a aidée depuis 30 ans….avec un traitement de fond et les antidouleurs obligatoirement. Depuis toujours , mes enfants savaient que maman devait se reposer durant ces jours-là…les crises duraient 72 heures chaque fois. J’ai dû contourner les obstacles mais j’ai appris avec le temps que c’est moi seule qui sait comment je me sens et que je dois respecter mon corps un point c’est tout. Savoir prendre soin de soi , se mettre des limites et ne pas se comparer aux autres…c’est tres aidant. Connaître ses déclencheurs, se faire aider par des amis sans fausse pudeur est aussi tres soulageant.
    En avançant dans le temps , les migraines s’espacent et les douleurs sont beaucoup moins fortes. Je crois qu’on peux se soigner de plusieurs façons combinées, et l’une d’elles …c’est le blog d’Hélène!!

  • #107 Hélène le 25 février 2019 à 9 h 15 min

    Kojo-no-maï : merci beaucoup d’avoir pris le temps de le réécrire, je sais combien il est frustrant de devoir recommencer un long texte !

    Ann : non mes gouttières Invisalign n’ont rien changé, e tant mieux, j’avais peur au contraire que ça provoque des crises ;-)

    Mille mercis pour tous vos commentaires, ça fait mal de voir qu’autant de gens souffrent, mais c’est chouette de pouvoir partager.

  • #108 FéeClochette le 25 février 2019 à 9 h 25 min

    Bonjour Hélène,
    Merci pour ce partage!
    Je fais des migraines de tension (qui disparaissent par elles-mêmes quand l’objet de la tension et du stress se résout) et des migraines ophtalmiques surtout, mais rien de paralysant au quotidien comme ce que tu vis et que beaucoup vivent.
    Une de mes jeunes collègues souffre de migraines assez intenses et fortes depuis son adolescence, elle a essayé plusieurs méthodes mais n’a pas encore trouvé tous les facteurs déclencheurs et la pauvre, elle vit un enfer au moins une fois à deux fois par mois. Comme cela pourrait être hormonal, elle pensait que sa grossesse avec tous ces changements d’hormones l’aiderait mais c’était encore pire et en plus elle ne pouvait pas prendre le médicament qu’elle prend habituellement pour casser la migraine avant son développement complet quand les méthodes douces échouent. Maintenant elle espère qu’après l’accouchement cela ira mieux, je lui souhaite car avec un bébé je ne sais pas comment elle pourra faire en cas de crise, heureusement son conjoint est une perle. Et elle aussi elle a remarqué que le café l’aide énormément à diluer la douleur, voire à stopper une crise si elle en boit du très fort (ou du Coca) dès les premiers signaux.
    Au début j’avoue que je ne comprenais pas, car je n’ai pas du tout la même expérience qu’elle des migraines, mais on en a beaucoup parlé, et c’est vraiment frustrant comme maladie.
    Bon courage à toutes et tous en tout cas.

  • #109 Hélène le 25 février 2019 à 9 h 30 min

    FéeClochette : j’ai peur de m’être mal expliquée dans la vidéo, je ne vis rien de paralysant au quotidien parce que j’ai un traitement de la crise qui fonctionne hyper bien, et je ne laisse jamais une crise se développer.
    Ca n’a pas toujours été le cas car ces traitements n’existaient pas autrefois, mais ça fait très longtemps que je n’ai pas vécu ce que la plupart décrivent (3 jours à souffrir allongée dans le noir).
    Je décrivais plus la vie des migraineux en général (et plus celle de ma soeur que la mienne ;-), et les déclencheurs qui sont les miens mais que je peux dieu merci court circuiter.
    J’ai vraiment de la chance, je suis une migraineuse qui souffre très peu, en réalité (aussi parce que je ne fais pas partie des gens qui essayent d’éviter les médicaments car je refuse de souffrir si je peux l’éviter, et que j’en prends dès que je sens le plus petit symptôme).

  • #110 Clémence le 25 février 2019 à 9 h 59 min

    Coucou Héléne,
    Je me reconnais tellement dans tes propos, quand une migraine se présente je n’ai pas le choix que de me mettre dans noir et sans bruit.
    Et chez moi ça n’a aucun impact sur les périodes menstruelles, elles surviennent n’importe quand, pour le coup c’est assez embêtant.
    Alors merci pour cette vidéo.😊
    bonne journée à toi.
    Clémence

  • #111 FéeClochette le 25 février 2019 à 10 h 01 min

    Hélène : Si si Hélène tu as été claire par rapport à toi dans la vidéo, c’est moi qui me suis embrouillée entre ta sœur, tes exemples et toi (j’ai vu la video hier matin et ne réagis que ce matin). Comme toi, si je peux éviter avec un médicament d’avoir une crise que je sens venir, je le fais !

  • #112 Hélène le 25 février 2019 à 10 h 15 min

    Clémence : ça n’est pas toujours hormono-dépendant, à voir le nombre de commentaires disant que le ménopause n’a hélas rien changé.

    FéeClochette : ah ouf ;-)

  • #113 Elise Bogaërts le 25 février 2019 à 10 h 16 min

    Bonjour Hélène,
    Migraineuse avec aura depuis mon enfance ! Des moments très difficiles, vision complètement troublée, nausées, pertes de sensations de certains membres, troubles du langage et bien sur maux de tête énormes, j’ai du m’absenter des cours de nombreuses fois. Parfois j’étais tellement stressée à l’idée de faire une migraine lors d’événements importants que ça me gâchait complètement la vie. Aujourd’hui j’ai 23 ans, je suis toujours migraineuse mais j’ai beaucoup moins de crises dans l’année et de moins en moins fortes sans avoir fait grand chose de particulier si ce n’est d’essayer de les oublier et ça marche plutôt bien. Je vous souhaite bon courage à tous, merci de partager sur un sujet encore trop méconnu !

  • #114 Chris le 25 février 2019 à 11 h 44 min

    Bonjour Hélène,
    Je suis migraineuse sans aura, depuis mon enfance. J’ai un traitement de fond depuis quelques mois, cela me permets d’avoir moins de crises. Cela serait mentir que de dire que je vis bien la maladie, dans mon entourage, seul mon mari comprend. Les autres me font culpabiliser « c’est psychologique » pour eux, je devrais me forcer à faire telle activité quand la migraine me terasse. Quand une crises survient, j’ai parfois des vomissements, ce qui m’a obligé une fois à aller aux urgences, car je ne pouvais pas prendre de médicaments.
    Je sais ce qui me cause les crises : syndrome pré mensrtuel, trop ou pas assez de sommeil, la chaleur (l’été je vis cloîtrée) certains aliments, alcool (Je n’en bois plus du tout), bruits, odeurs, lumière, ayant une hypersensibilité sensorielle c’est parfois très compliqué à gérer.
    Courage à toutes et à tous

  • #115 Irena le 25 février 2019 à 11 h 48 min

    Affligée en regardant la vidéo d’Hélène, puis au fur et à mesure de la lecture de vos commentaires, je mesure « la chance » que j’ai de n’être affectée par la migraine que de rares fois dans l’année, dans des occasions bien précises comme un (gros, vraiment gros) excès de chocolat, ou l’absorption d’un verre de certains vins blancs contenant probablement trop de sulfites.

  • #116 coline le 25 février 2019 à 11 h 55 min

    Bonjour. Comme certaines plus haut, premier commentaire de ma part même si ça fait très longtemps que je te suis.
    Désolé si ce message est une répétition (j’avoue que je n’ai pas regardé tous les com précédents). Je suis migraineuses aussi depuis l’adolescence avec une augmentation importante de l’intensité des crises depuis environ 10 ans (vomissements, isolement pendant 2 à 3 jours, fourmillements sur la face, ….). Heureusement le traitement de crise est efficace mais seulement si je le prends en tout début.
    Ce qui m’a beaucoup aidé aussi est de faire un journal de mes migraines. C’est à dire que dès que j’ai une crise je note l’heure et le jour de début, dans quel état j’etais (fatigue, stress), ce que j’avais mangé ou bien si j’avais faim, moment de cycle , etc. Comme ça j’ai remarqué quelles conditions les favorisaient et je fais en sorte d’eviter qu’elles soient réunies. Pour moi c’est fatigue+faim=migraine

  • #117 Hocde le 25 février 2019 à 12 h 27 min

    Bonjour Hélène , jai 38ans et migraineuse depuis mes 14 ans . Les crises se declenchent lorsque je ne m’hydrate pas assez , je me force maintenant à boire 1,5l par jour . Lorsque je mange trop gras et trop de sucre, migraine assurée, donc je fais très attention à mon alimentation. La lumière trop forte, . Mes enfants sont « habitués « , mon mari le vit très mal , de me voir dans c’est état. Dans le noir sans un bruit. Le pire 1 semaine de crise J en pouvais plus . Une loque humaine , terne , jetais. Merci pour ce partage .

  • #118 Adèle le 25 février 2019 à 14 h 24 min

    Merci Hélène pour cette vidéo. Je suis migraineuse depuis mes 13-14 ans (j’en ai aujourd’hui 24) et l’une des choses les plus difficiles est la compréhension de l’entourage.
    Les proches ne comprennent pas toujours la douleur que cela représente, et finissent par s’habituer.

    Mes crises très fréquentes peuvent m’empêcher de faire quoi que ce soit, c’est une torture. Et malgré tout je me sens coupable quand je fais une pause car cela peut paraître « exagéré » pour les autres. Le moindre bruit m’agresse et quand je dois demander un peu de calme à mon entourage, c’est difficile car je passe pour intolérante : ils sont habitués à mes migraines et ne voient plus forcément ma douleur, mais uniquement les contraintes que ça leur impose.
    Pour éviter cela il faut s’armer de patience et ne pas hésiter à parler avec les autres, à leur rappeler qu’on n’a pas choisi d’avoir mal, etc.

    Les personnes qui n’en souffrent pas ne comprennent pas forcément le handicap que cela peut-être au quotidien, d’autant que ce n’est pas une maladie « grave ». J’espère que cette vidéo parlera aussi aux non-migraineux et aidera les personnes qui en souffrent sans le savoir, à mieux prévenir les crises !

    Personnellement pour arrêter une crise je prends une douche très très chaude avec massage du crâne. Ça fonctionne bien pour moi.

    Bonne journée !

  • #119 Alexandra le 25 février 2019 à 15 h 15 min

    Bonjour. J ai la migraine depuis mes 16 ans j en ai aujourd’hui 43.
    Depuis 4 ans , sur le conseil d’une amie, je suis allée consulter une microkinesitherapeute et cela m a fait énormément de bien.
    Avant je pouvais monter jusqu’à 5 ou 6 crises par mois et depuis mes séances de microkiné je peux passer plus d un mois sans crises.
    Ca a changé ma vie.
    Je souhaiter vraiment partager mon expérience avec vous. Peut-être que ça pourra également soulager d autres personnes.
    Mes crises se déclenchent par forte chaleur et manque d hydratation et également et le plus souvent en pleine nuit.
    Par contre je suis la seule dans ma famille à être migraineuse et justement personne ne comprend vraiment ce que j endure et combien la souffrance est énorme.
    Merci pour cette vidéo chère Hélène.

  • #120 Hélène le 25 février 2019 à 16 h 23 min

    Adèle : c’est vrai, le fait que la vie ne soit pas en jeu n’aide pas toujours les gens à être compréhensifs.

  • #121 Karynoublog le 25 février 2019 à 17 h 18 min

    Merci Hélène pour cette vidéo très intéressante. Tu expliques tellement bien ce que c’est. J’ai des migraines sans aura depuis l’âge de 18 ans. Et j’en ai 37. C est vraiment handicapant et mon corps n’est pas sensible aux médicaments dédiés. J’ai lors des crises des vomissements tellement fort que je termine aux urgences ou avec SOS médecin. Pourtant cette maladie n’est tellement pas reconnue comme tel. Tu as parlé des efforts qui augmentent la crise et vraiment merci. Parfois je me dis que c est moi. Idem j ai complètement arrêté l alcool… Je ne fumé pas mais j’évite le plus possible le tabac. Le ciel blanc carrément ! Le chapeau c est la vie sinon migraine assurée. Idem pour l’eau… Je me force à boire. Je me lève tôt le matin. Mon neurologue m’a interdit la grasse matinée… On doit avoir une très bonne hygiène de vie mais cela n’est pas suffisant. Le plus dure c est d avoir une crise et les enfants a gérer. Mais les enfants disent que je suis malade aux adultes qui ne comprennent pas quand je suis en crise. C est dure de devoir des gérer les repas etc mais au final je pense que c est eux qui le comprennent le mieux. (mise à part mon conjoint évidemment). Ta video est utile car il faut communiquer sur cette maladie c’est indispensable…. Le teletravail aussi m’aide à réduire mon nombre de crise mais les employeurs ne sont pas toujours conciliants…

  • #122 YACOUBI le 25 février 2019 à 18 h 40 min

    Bonsoir,
    Je suis totalement d’accord avec ce que vous avez dit . Je souffre régulièrement de migraine . Ce qui peut m’en déclancher une c’est aussi ne pas me reposer après un grand épuisement physique . C’est pourquoi il faut être à l’écoute de son corps et prendre le temps de se poser et se reposer quand on ressent le besoin .

  • #123 Ladyblogue le 25 février 2019 à 18 h 59 min

    Bonjour Hélène,

    Migraineuse comme toi depuis plus de 30 ans, j’ai regardé et écouté ta vidéo avec attention. Migraines de plusieurs jours, couchée dans le noir, vomissement, pleurer de douleur et d’épuisement, piqûres, morphine, hospitalisations et j’en passe… tout ce que tu décris m’est tellement familier.

    Je vis la migraine comme un réel handicap, comme un combat quotidien.

    Handicap professionnel car quand tu quittes le travail à cause d’une « migraine », les employeurs, collègues et clients pensent très souvent « rôôô un Doliprane et c’est bon ! ». La migraine n’est pas reconnue comme une « maladie » comme tu dis, mais trop souvent comme un « mal de tête ».

    Comment faire comprendre que pour toi, prendre un doliprane, c’est comme si tu ne prenais rien du tout ?

    Handicap professionnel aussi niveau financier. On n’en parle pas assez, on ne pense pas forcément à cela au premier abord, mais quand tu dois t’absenter 2-3 jours et ce parfois plusieurs fois par mois, ton salaire en prend une sacrée claque. (Délai de carence, toussa, tu n’es pas arrêté assez longtemps pour pouvoir toucher des indemnités). Une fois, ça va. Plusieurs fois dans le mois, tu le sens sur ta fiche de paie. Et plusieurs fois par mois sur une année, ça commence à faire.

    Handicap familial. Évidemment. J’ai deux enfants et j’ai eu des périodes où elles me voyaient plus souvent couchée dans mon lit que debout en pleine forme… Et là, je rebondis sur une phrase très juste que tu as dite dans ta vidéo « la migraine est une maladie, ce n’est pas de notre faute ». Oui, Hélène, tu as mille fois raisons. Mais même si je suis migraineuse depuis des années, et même si oui, je sais bien qu’on n’y peut rien, ces périodes-là te font tout de même culpabiliser à mort. « Ne faites pas de bruit, maman a mal à la tête… » Combien de fois ai-je entendu cette phrase…

    Si je peux avoir un conseil, un petit conseil de migraineuse, c’est de consulter un neurologue. Cela peut paraître con/évident comme conseil, mais trop de migraineux ne font pas le pas d’aller consulter un neurologue. C’est vrai que les migraines font tellement partie de notre vie, que l’on a tendance à se dire que c’est « comme ça » et qu’il n’y a au fond rien de spécial à faire. J’ai mis très très très (trop) longtemps à consulter un spécialiste.
    Avant, je voyais mon médecin généraliste : il me prescrivait des médocs, je les prenais, ça marchait, ça ne marchait pas et puis c’est tout. Pas vraiment de suivi. Voire aucun. Mais encore une fois, la migraine fait tellement partie de notre quotidien, que très souvent les migraineux ne voient même plus l’anormalité de la chose.
    Alors je ne vais pas mentir, un neurologue ne va pas changer votre vie du jour au lendemain.
    Mais il va prendre le temps, avec vous, d’essayer différents traitements (traitement de fond), et trouvé lequel vous ira le mieux. J’ai toujours aujourd’hui de sacrées migraines, mais j’ai un suivi personnalisé et en profondeur. La neurologue m’a également appris à beaucoup mieux gérer mes migraines. Et autre point : bordel, que cela fait du bien de discuter avec une personne qui « comprend » vos migraines ! (Oui, ça parait con).

    Un autre conseil que je peux donner, qui m’a beaucoup aidé aux débuts de mes rendez-vous avec ma neurologue (moins maintenant car aujourd’hui j’arrive mieux à gérer, à « casser » mes migraines), c’est de télécharger l’appli « MIGRAINE BUDDY ». Une appli faite pour les migraineux. Elle permet de mieux comprendre vos migraines et donc de mieux les appréhender, de mieux les gérer.

    Voilà. Merci Hélène pour cette vidéo qui, je l’espère, permettra de faire comprendre un peu plus cette « maladie ». De faire comprendre que « migraine » et « mal de tête » sont deux choses complètement différentes.

    Je t’embrasse,
    Delphine

    (Je n’ai JAMAIS JAMAIS laissé un message aussi long de ma vie ! Comme quoi, on a des trucs à dire sur les migraines ;-)

  • #124 Hélène le 25 février 2019 à 20 h 06 min

    Ladyblogue : j’ai dû modifier ton commentaire pour pouvoir le publier parce que tu citais précisément des médicaments… j’aurais dû le supprimer, si j’avais appliqué la réglementation à la lettre (je l’ai fait avec d’autres). C’est quand même pas compliqué de suivre les consignes ;-)

  • #125 Aurélie le 25 février 2019 à 22 h 39 min

    Hélène, merci milles fois pour ta vidéo ! On en parle que trop rarement !

    Je suis également migraineuse avec aura et avec des névralgies d’Arnold.. Le seul point positif de l’aura, c’est qu’on sait qu’elle arrive, qu’on a X minutes pour réagir et prendre ce qu’il faut.. Mon champ de vision est d’abord taché, je ne sais plus lire puis il se coupe en deux et je ne vois plus d’un côté, c’est très particulier. Ca m’arrive souvent en voiture, ce qui est plutôt dérangeant. Ensuite, la douleur s’installe et l’enfer commence. Dès que je ressens le moindre signe, je n’attends pas confirmation et saute sur mes médicaments. J’en ai sans doute pris sans raison mais dans le doute…
    Mon père et mon frère sont migraineux aussi. Mon frère a pratiquement systématiquement une migraine après ses entrainements ou matchs. Chez moi aussi, l’effort physique intense peut provoquer les migraines. Comme le stress (plutôt la tension dans la nuque), la lumière artificielle (les néons sont les champions) ou le soleil qui filtre à travers les arbres en roulant: l’enfer!
    Etrangement, lorsque j’ai une crise moins forte (sans vomissements), j’ai terriblement envie de chocolat.. Allez comprendre!
    J’ai consulté deux neurologues depuis qu’elles se sont déclenchées (à l’adolescence) et il s’agirait d’une cause génétique et neurologique, une histoire d’absorption du calcium dans le cerveau. J’ai eu un traitement de fond ainsi qu’un médicament à prendre en cas de crise. J’ai pris cela pendant 2-3 ans mais les effets secondaires étaient bcp trop lourds (céphalées, sensations de survoler, je ne sentais plus mes mains,la crise revenait le lendemain après l’avoir bloquée..) j’ai tout arrêté et ai accepté qu’elles puissent survenir n’importe quand. J’ai toujours une combinaison de deux médicaments « classiques » avec moi au cas où (par ailleurs, en cas de vomissements, les suppositoires font presque des miracles.. quand il faut, il faut!).

    Courage à tous les migraineux !

  • #126 Fa nam le 26 février 2019 à 0 h 18 min

    Bonjour et merci pour ce sujet traité. Ma sœur et moi même sommes migraineuses en plus d’être insomniaques.
    La luminosité, le bruit, l’envie de vomir et j’en passe …
    Je n’ai pas souhaité de traitement médicamenteux mais je m’écoute pour limiter les crises et ré adapter mon mode de vie donc Merci pour ces pistes

  • #127 Élise le 26 février 2019 à 1 h 14 min

    Ma mère était très migraineuse quand elle avait la quarantaine. Ses migraines duraient systématiquement 3 jours et elle avait la moitié du visage paralysé ainsi qu’une douleur épouvantable qui partait de la tête jusqu’au milieu du dos. Elle a fait des tas d’examens médicaux et les médecins penchaient pour un problème de nerf qui se coinçait dans le dos. On lui a donc prescrit des séances de kiné et d’ostéo. Rien ne la soulageait pendant les crises excepté le body pump (oui oui, ces cours de sport où on soulève des poids). Après de longues années de souffrance, elle en a parlé « par hasard » à son gynéco qui lui a dit que sa contraception était trop forte et qu’à son âge, en période de pré-ménopause, il lui fallait une pilule moins dosée. Ses migraines ont disparu… :-))

    Quant à moi, j’ai des migraines cataméniales depuis mes 18 ans, ce sont celles qui tombent pendant les règles. Je me suis bourrée d’anti-inflammatoires une semaine par mois pendant plus de 10 ans, puis un jour j’ai décidé que ça faisait un peu beaucoup… J’en ai parlé à mes médecins et ils m’ont dit que la solution pour éviter que cette chute d’hormones liée à l’arrêt de la pilule me cause des maux de tête abominables serait de prendre la pilule en continu. Je n’ai plus jamais eu de migraine :-))

    Donc oui, je rejoins ce que tu expliques, cela peut avoir des causes hormonales et je comprends que les hommes soient moins touchés par cette maladie. Je souhaite beaucoup de courage à tous ceux/toutes celles qui en souffrent, j’espère des astuces et des traitements adaptés pourront atténuer vos douleurs.

  • #128 claire le 26 février 2019 à 8 h 00 min

    Bonjour,
    J’ai était migraineuse avec auras pendant des années dans mon adolescence avec paralysie ça varié jambes, mains, un côté du visage donc incapacités à parler, j’ai eu un traitement qui ma assommée pendant des années. J’ai maintenant 28ans, la seule solution qui en est venu à bout c’est une consultation chez un ostéopathe, mais avant tout il faut apprendre à ce connaître me concernant c’était énormément lié à l’émotif et à la fatigue. J’espère que vous aurez la chance de trouvez quelques chose qui vous apaise apprenez à vous détendre.

  • #129 DELPHINE JORY le 26 février 2019 à 8 h 29 min

    Hélène :
    Han… Ben écoute je suis hyper surprise et désolée pour lecoup. J ai cité une famille, un type de médicament, pas du tout une marque.

  • #130 Hélène le 26 février 2019 à 9 h 17 min

    Élise : je prends aussi la pilule en continu depuis très longtemps, ça aide bien à éviter ces crises là.

  • #131 Elise le 26 février 2019 à 9 h 49 min

    Bonjour, je confirme que l’huile essentielle de menthe poivrée aide vraiment pour soulager les crises. Attention je ne dis pas que cela est suffisant pour enrayer une crise mais en attendant que les médicaments fassent effet, ça soulage. Je l’utilise pure directement sur le ou les points de douleurs (pour moi c’est sur le haut du front) et la nuque. Cela refroidit ces zones et le froid est antalgique. Moi j’en mets pas mal pour que l’effet soit fort mais chacun peut apprendre à la doser. Et sortir faire un tour, manger un peu, boîte du café… ça aide aussi. Bon courage à toutes et tous !

  • #132 Hélène le 26 février 2019 à 9 h 56 min

    Elise : ton commentaire me fait penser au fait qu’avoir faim peut aussi être un déclencheur, ça m’arrive parfois.

  • #133 Lelena le 26 février 2019 à 11 h 58 min

    Bonjour,
    j’espère que mon commentaire respecte les prérogatives demandées… je veux juste partager une expérience au cas où cela pourrait aider ou soulager certaines et certains.
    Mon mari souffre de migraines avec aura très fortes et très handicapantes.
    Il y a, comme vous le dites tous très bien, des éléments aggravants ou déclenchant les crises, personne ne sait très bien.
    Il y a eu les consultations et les examens pour vous dire qu’il n’y a rien à faire.
    Et puis, un jour en consultant un ostéopathe, ce dernier a constaté les tensions dans les cervicales dues aux heures passées derrière l’ordinateur, la sédentarité, les mauvaise postures, et les nerfs qui peuvent se coincer. Après la séance et les manipulations, il n’a plus faire de crises pendant des mois. Maintenant il y va régulièrement en entretien, mais pas plus d’une ou deux séances par an, en plus de faire des étirements. Et cela a considérablement réduit les crises, il n’en fait presque plus.
    Voilà, j’espère que cela pourra aider un peu.
    Belle journée à toutes et à tous et à Hélène en particulier.

  • #134 Lili le 26 février 2019 à 12 h 24 min

    Merci pour cette video!!! Je fais parti des migraineuses ca c etait énormément accentué avec la prise de la pillule moins depuis quelques années que j ai arrêter mais ca peut m arriver effectivement avec les cause que tu as cité et pour la lumiere je pensais que c etait a cause de mes yeux clair.. en tout cas merci ça fait plaisir de mettre un vrai mot sur tout ça!

  • #135 Isabelle mnc le 26 février 2019 à 13 h 17 min

    Bonjour Hélène

    Merci pour ta vidéo

    Avec les symptômes que tu décris je pense que j’y suis peut être sujette je vais donc en parler à mon médecin.. En effet très souvent j’ai des pulsations à gauche ou à droite du crâne très intense au point que je n’ai qu’une envie c’est de m’enfermer dans le noir avec un truc froid sur le front… Chose impossible quand on est au travail.. Je vais donc aller rendre une petite visite pour en parler avec mon médecin mais également ma tante qui est migraineuse elle pourra me donner des conseils !
    Encore merci de parler de sujet aussi important et qui nous concerne tous (j’ai 25 ans et ça fait plus de 2 ans que j’ai ces symptômes que j’attribuai à mon cycle ou à la fatigue…)
    Je te souhaite une excellente journée !

  • #136 Hélène le 26 février 2019 à 13 h 24 min

    Lelena : ton commentaire est très bien ;-)

    Lili : Isabelle mnc : je suis contente que ça soit utile !

  • #137 Cathe le 26 février 2019 à 20 h 01 min

    Bonjour Hélène
    Je te remercie pour cette vidéo .En lisant les commentaires je me sens moins seule face à cette maladie…
    Je me reconnais ds tous les cas que vous citez qui déclenchent la migraine…
    Même en hiver j ai mes lunettes de soleil…
    Je n aime pas et prends le moins possible de médicament Mais dès que je sens que la migraine arrive j en prend un très vite de peur qu elle ne s aggrave …j ai ce médicament ds ma voiture mon bureau a côté de mon lit …
    Belle soirée

  • #138 Marion le 26 février 2019 à 20 h 17 min

    Bonjour à tous et toutes ! Ou bonsoir plutôt…

    En ce qui me concerne j’ai hérité de la capacité migraineuse de maman (merci maman ♡) et tout comme elle j’ai remarqué que mes crises sont souvent induites par un changement de temps et notamment une baisse de pression atmosphérique (printemps, été et automne peuvent donc être un vrai calvaire avec leurs brusques changements de temps 😅) En revanche quand je sens que la migraine me guette, un bon café noir bien serré et une touche de fraîche (huile essentielle de menthe poivrée ou de lavande diluée dans une huile végétale ou encore un bâtonnet de menthol) sur les tempes, le front et la nuque font de vrais miracles ! 😊

  • #139 Laëtitia le 26 février 2019 à 20 h 36 min

    Bonjour,

    Cette vidéo m’a parlé. Je suis migraineuse depuis l’adolescence. Les crises ont empiré lorsque je prenais la pilule (depuis mes 15 ans). J’ai dû tout arrêter car les migraines étaient tellement fortes avec d’autres symptômes que c’était préférable.
    Depuis, les migraines se sont espacées mais j’en ai toujours. Elles sont liées à mes cycles, mes hormones, ma fatigue et mon stress. Les transports sont horribles: la voiture (en pleine campagne, je l’utilise tous les jours), le train, etc.
    J’ai le côté droit de la tête qui tape, « je sens mon coeur dans mon cerveau », je ne supporte plus la lumière et le bruit. La seule chose que je puisse faire c’est d’aller me coucher sous ma couette dans le noir et le silence absolus.
    Ce qui est étrange, c’est que parfois j’ai l’impression que manger permettrait de soulager cette migraine. Ce qui est totalement faux!
    Mon angoisse est que la migraine débute au travail. Parfois la crise peut durer plusieurs jours!
    Maintenant je commence à savoir quand ça commence…
    Je file terminer de lire tous les commentaires en espérant que le mien respecte le cadre donné et en vous souhaitant, à toutes et tous, vous les migraineux-euses, une belle continuation.

  • #140 Mirella le 26 février 2019 à 21 h 38 min

    Enfin on en parle merci !!!
    Migraineuse avec aura depuis plus de 10 ans, je confirme beaucoup de personnes ne comprennent pas ! Font passer ça pour de la fainéantise de ne pas vouloir aller travailler…
    A partir du moment où l’on ne l’a jamais vécu on ne peut pas comprendre.
    Les migraines avec aura font très peur les premières fois, j’ai cru faire un AVC j’ai eu la peur de ma vie, perte de la vision et de la parole, la moitié du visage qui dormait et le bras droit complètement engourdis, nausées, vomissement et j’en passe,… C’est l’horreur…
    Depuis quelques année on a adapté mon traitement contraceptif et ça va mieux (elles sont moins récurrentes) mais sont apparues les migraines ophtalmiques.
    Le traitement de crise me rend malade lui aussi, même s’il soulage certains symptômes, il en fait apparaitre d’autres.
    Ce n’est vraiment pas facile à vivre même si on arrive au bout d’un moment à comprendre son corps et à faire ce qu’il faut pour essayer de les éviter, reste toujours l’angoisse qu’une crise se déclenche quand il ne faut pas, et au moindre petit symptôme de déclenchement c’est la panique…

  • #141 Nathdu67 le 26 février 2019 à 21 h 41 min

    Bonjour, comme celà m’a fait plaisir de enfin me reconnaître et de ne pas me sentir seule dans cette galère. Je suis migraineuse depuis mes 40 ans et ne savait même pas ce qu’était un mal de tête avant. Mes douleurs sont au niveau du sourcils,milieu du Front derrière la tête et bien entendu que d’un seul côté. A ma 1ere migraine le médecin pensait à une nevralgie d’arlold qui il paraît est assez semblable. Lors de mes crises (Je me mets en PLS car je suis au bout de ma vie) vertiges, nausées et mon conjoint le signale que j’ai bêtement la bouche ouverte. Une forte luminosité peut tout comme toi me déclanche une crise, un repas trop riche du genre raclette le soir. La poche de glace est mon amie et il m’est arrivé de serrer un foulard comme une malade autour de ma tête pour me la compresser. Ce qui me soulage aussi est de me laver les cheveux et frictionner comme une folle mon cuir chevelu en soulevant la peau, ou en la pressant entre mes index comme si je presse un bouton pour bien la soulever. Il m’est arrivé d’être bouffi et enflé au niveau des yeux comme si j’avais pleuré pendant des heures. Je me fais une tisane de grande camomille bien degueulasse pour essayer de calmer ma crise. Les sons aigus ou sonneries de telephone sont insupportables et de bosser ainsi est vraiment très dur mais cela est rare car figure toi que la plupart des crises se passent les week-ends ou lorsque je suis en congés. Merci pour ton article qui était plus qu’intéressant

  • #142 Margot le 26 février 2019 à 22 h 40 min

    Je suis migraineuse depuis un choc émotionnel qui a eu lieu il y a 20 ans. Pour calmer mes crises de migraines qui affectent ma vue je n’ai pas encore trouvé mieux que prendre une douche me mettre dans une ambiance sombre des bruits de vagues .

  • #143 Flore le 27 février 2019 à 0 h 09 min

    Bonjour Hélène,
    Merci pour cette vidéo très intéressante ! Je fais moi-même des migraines avec aura mais de façon rare (une à deux fois par an).
    Perso je les sens venir car j’ai d’abord les flash lumineux, puis la vision qui se rétrécit (effet tunnel de James Bond garanti). Le mal de tête et l’impossibilité de faire quoi que ce soit arrive dans le quart d’heure qui suit généralement : je suis bonne pour aller m’allonger dans le noir et dormir quelques heures. Cela me fait passer le « gros » de la migraine et je me réveille épuisée… mais elle ne disparaît réellement que le lendemain apres une nuit de sommeil. La fatigue joue beaucoup pour ma part en tant que déclencheur.
    Par contre il m’arrive souvent d’avoir ce que je pensais être de simples maux de têtes, notamment quand je me sens déshydratée, mais ta vidéo me fait considérer la possibilité de petites migraines sans aura : j’ai cette sensation, quand ça m’arrive, de pression dans la tête quand je me penche en avant, que tu dis ne pas arriver avec les céphalés… je vais aller creuser cela !
    Merci !

  • #144 Caroline le 27 février 2019 à 7 h 35 min

    Bonjour Hélène, comme cette vidéo est « apaisante » pour moi qui suis migraineuse depuis mes 13 ans…personne dans mon entourage ne l’est et je passe toujours pour la « chiante » qui « peut pas parcequ’elle a mal à la tête » c’est si simple pour les autres qui ne savent pas combien cela peut rendre folle (Je me suis déjà taper la tête contre les murs et je termine à l’hôpital en service neuro sous oxygène car il m’arrive de prendre trop de médicaments pour tenter de me soulager) quand ça fait 3 jours et que tu sais plus quoi faire c’est l’enfer tu donnerais n’importe quoi pour que ça s’arrete (Même une heure)
    Bref, j’ai tout essayé, orthoptiste, micro kiné, médecine chinoise, acuponcture, traitement de fond en tous genre (5 différents au total) traitement de crise (qui me sauve au final) huiles essentielles, étude du sommeil, changement de pilules spéciales, stérilet, sport…(les gens : tu devrais aller courir ça te ferait du bien tu verras…heu comment dire je suis au fond de mon lit dans le noir pour l’instant alors vas t’en tu sens le parfum!!!)
    Au final quelque chose a vraiment changé depuis septembre dernier ! J’ai 34 ans et je me suis fait largué par mon ex durant l’ete…en septembre du coup je me suis dit tiens j’en profite pour arrêter ma contraception ! Et ben ça a tout changé ! Je ne prends plus aucune contraception depuis et mes migraines ont pratiquement disparues ! (Attention hein 3 coupes de champagne et salut c’est moiiii tu m’avais oublié ?!) mais je dois avouer que ça a tout changé ! Je prends toujours mon traitement de fond mais les médicaments de crise c’est plus que 1 fois tous les 2/3 mois (avant 2 fois par mois)
    Bon courage à toutes (je n’ai encore jamais rencontré « un » migraineux) et merci pour cette vidéo très intéressante ;)

  • #145 Hélène le 27 février 2019 à 8 h 23 min

    Merci pour vos commentaires, ce partage me fait plaisir (même si le sujet de fond n’est pas très fun ;-) !

    Et je réalise que j’ai beaucoup de chance, je réponds hyper bien au traitement de crise et je n’ai pas eu sans doute 10 ou 15 ans les symptômes terribles que vous décrivez (ma soeur oui, en revanche, c’est pour ça que je les connais bien malgré tout). En fait je suis une toute petite migraineuse, comparée à beaucoup d’entre vous !

  • #146 elise le 27 février 2019 à 8 h 44 min

    Hello Hélène, Merci pour ta vidéo, Super sujet. Je ne savais pas, a lire les commentaires qu’ il y a autant de gens qui souffrent de migraines .
    Pour ma part, mes migraines date vers mes 14-15 ans et J’ en ai plus de cinquante.
    Au début, riende trop grave, puis cela s’ est intensifié avec violente douleur sur le côté du front proche du sourcil. Puis a chaque migraine, 2 à 3 par semaine, ça commençait par trouble de la vue fourmillement sur la bouche et sur une main, douleur de migraine toujours plus intense et bruit et luminosité insupportable et problèmes d’ élocution, très flippant.
    Donc, je restais couché 3-4 h. de temps, a l’ abri de la lumière et vomissements 5-6 fois échelonné, la douleur commençait à diminué, je dormais un moment et ensuite ça allait un peu mieux,
    Bon, le lendemain l’ estomac dans les talons. J’ ai fait pleins d’ examens médicaux, IRM, Scanner, Ultrasons, electrocardiogramme, rien.
    Depuis plus de 10 ans, selon les conseils d’ un autre medecin, je traite ma migraine dès que je sents que ça va commencer. Toujours, selon mon médecin, je prends un traitements , me couche 5-10 minutes et ca passe , au cas je reprends une dose.
    Selon avis médical, une migraine traitée au premier signe est plus facile à soulager qu’ une fois trop installée.
    Merci pour ce sujet et bonnes pensées et bon courage à vous tous et toutes.

  • #147 Anne Laure le 27 février 2019 à 13 h 35 min

    Merci pour cette vidéo ! Je suis soulagée de voir que d’autres personnes vivent la même chose. J’ai 33 ans, je suis migraineuse depuis l’adolescence. C’est une douleur infernale et il faut faire attention au quotidien aux gestes que l’on fait : ne pas tourner la tête trop vite, ne pas regarder la télé quand les images sont trop lumineuses etc… En bonus, je souffre également de céphalées de tension (une barre dans le front) qui sont au moins aussi douloureuses que les migraines.
    J’ai été en abus médicamenteux pendant plusieurs années, j’avais soit une migraine soit une céphalée de tension tous les jours, je prenais donc des médicaments tous les jours ! Puis j’ai rencontré un médecin qui m’a parlé de cet abus et m’a proposé de faire un sevrage…Sevrage extrêmement douloureux pendant 3 à 4 semaines puis les migraines se sont espacées. J’en ai maintenant 1 tous les 10 jours en moyenne, cela reste beaucoup mais tellement mieux qu’avant !
    Bon courage à ceux et celles qui en souffrent

  • #148 Samia le 27 février 2019 à 14 h 11 min

    Je suis migraineuse. C’est horrible il suffit que je dorme trop où que je ne dorme pas assez ou même que je ne mange pas à heure régulière ajouter à cela les hormones puisque je fais des migraines avant les menstruations et parfois même après. Je monte les escaliers je souffre je me baisse je souffre même le fait de me tourner dans le lit j’ai mal. C’est vraiment très très handicapant au quotidien. Au travail cela peut même m’empêcher de me concentrer. Il n’y a qu’une seule chose qui me calme la douleur se sont les anti-inflammatoires. Le paracétamol n’y fait absolument rien.

  • #149 Aurore le 27 février 2019 à 14 h 42 min

    Bonjour Hélène,
    je suis migraineuse ophtalmique avec aura depuis que j’ai 17 ans (j’en ai 39)
    obligée de rester dans le noir avec des boules quies
    j’en ai eu une hier matin à cause des rayons du soleil alors que j’étais dans la maison! un comble
    (trop de luminosité d’un seul coup et je peux dire que ça déclenche une crise) ça plus le stress, la fatigue…
    j’ai un traitement à prendre lorsque je sens la crise arriver et les jours qui suivent j’ai très mal au crâne
    et rebelote ce matin une nouvelle crise mais là je l’ai senti à temps et j’ai pu prendre mon médicament avant que ça n’empire.
    J’ai lu que le baume du tigre blanc avait un effet apaisant, je pense le tester.
    En tout cas, merci pour cette vidéo et au vue des commentaires je me sens moins seule,
    car lorsqu’on dit qu’on est migraineuse les gens pensent qu’on invente des maux de tête et qu’on fait semblant!
    pour eux on prend un doli et hop ça passe.
    Alors que non un mal de crâne et une migraine ce n’est pas du tout la même chose.
    Mais bon aller faire comprendre ça aux gens qui savent tout sur tout… ;)
    Aurore

  • #150 Mira le 27 février 2019 à 15 h 00 min

    Hello !
    Les migraines , ma vie . J’ai 40 ans , j’en souffre depuis mes 16 ans , comme toi je suis issu d’une famille de migraineux . J’ai fais très longtemps des migraines très fortes avec vomissements, pendant minimum 2 jours … et plusieurs fois par mois . J’ai beaucoup souffert ; et puis un traitement meilleur qu’un autre , un suivi neurologique, une vie a apprendre à comprendre cette maladie et ma foi on fait avec.
    Je ne peux pas faire une activité assez intense trop longtemps ( même du shopping c’est intense pour moi !) si il y’a du monde , des néons , de la musique, je vais fatiguée très vite et déclencher une crise. Le temps comme tu le dis Hélène , la chaleur , le temps lourd c’est fatal . Si je fais quelque chose de fatiguant ,trajets assez long en voiture , être chez des gens plusieurs jours , sortir de mon train train en fait , je me garde du temps après pour récupérer ( je vais prendre l avion pour la première fois en avril pour L Égypte… j’angoisse a mort … ) L’alcool , j’en bois très peu , genre un apéro et rien à table ! Sinon ça loupe pas . Mes années les plus dures avec les migraines c’est lorsque j’étais vendeuse. C’était infernal. Maintenant je suis assistante maternelle depuis 15 ans , pas évident avec des petits , mais je gère mes crises maintenant, je sais comment faire , je les connais bien . Je n’ai plus les vomissements, ou alors si je n’ai pas pu stopper la crise assez tôt . En crise , je dois m allonger, rester dans le noir, sans odeurs , bruits , rien , ma position c’est semi assise avec mon bras replié sur le côté droit de ma tête et de ma tempe ! Quand on me voit comme ça c’est pas bon ! Surtout renseignez vous bien , on peut améliorer grandement le quotidien, comme le dis Hélène . Je termine avec une phrase que j’ai entendu une fois et que j’ai toujours en tête : la migraine ne tue pas mais elle gâche la vie … courage à tous ! Merci Hélène

  • #151 Caroline Martin le 28 février 2019 à 0 h 04 min

    Coucou ! Je suis migraineuse depuis plus de 10 maintenant, migraine avec aura. On peut avoir plusieurs sympthomes en même temps. Le voile devant les yeux plus les engourdissements de tout un côté parfois presque de la paralysie. L’incapacité à parler la perte de l’ouïe et encore tellelent de symptôme qui dure chez moi environs 40minutes puis la douleur arrive 4h 24h plus, ca dépend de la crise. Malheureusement aucin traitement n’a fonctionné pour moi, alors quand ça arrive chez moi une fois l’aura passé je prend un somnifère et généralement quand je me réveille je n’ai presque plus mal mais je suis vaseuse pendant plusieurs heures . Courage à vous tous et toutes.

  • #152 Capela16 le 28 février 2019 à 11 h 33 min

    Bonjour a tous et merci Hélène pour cette video.
    Je suis migraineuse depuis quelques années avec des crises de moins en moins fréquentes grâce à mon médecin qui m a écoutée ( c est effectivement hyper important de discuter avec des médecins pour essayer si c est possible de supprimer des déclencheurs ou au moins soulager des crises).
    Pour moi ce qui a fonctionné :
    – rdv gynéco pour adapter ma contraception (pas d interruption de pilule),
    – huile essentielle de menthe sur les temoes pour soulager un peu dès le début de la migraine
    – café qui agit sur la dilatation des vaisseaux sanguins et qui du coup diminue les sensations de pulsation
    – attention a l alimentation en periode de crise : gluten, produits laitiers, chocolat, piment…chacun est sensible différemment mais ce sont des favorisants de la migraine
    – seance ostéopathe ou acupuncteur ou kiné ou chiropracteur pour débloquer les tensions de la nuque ou du dos qui sont parfois l origine ou l aggravant des migraines
    J espere que cette petite compilation pourra aider. Dans tous les cas, il faut vraiment en parler a un médecinet ne pas rester seul avec sa douleur

  • #153 Lyli le 28 février 2019 à 12 h 19 min

    Bonjour Hélène, Merci pour cette vidéo très instructive. A la base je ne suis pas sujette aux migraines et je n’avais aucune idée de la douleur que cela occasionnait jusqu’au jour où j’ai eu ma première migraine !! C’est dans un supermarché qu’elle s’est déclenchée, à cause en réalité des lumières extrêmement blanches du magasin. Et là, j’ai compris la différence avec les maux de tête… sans compter les nausées qui l’ont accompagnée. le phénomène s’est reproduit un été alors que le ciel était nuageux mais la lumière du soleil très blanche une fois encore… le « temps à migraine » comme tu le décris si bien. Je porte systématiquement des lunettes de soleil maintenant, mais se n’est pas toujours suffisant. Je pense que ce sont les fameuses migraines dites ophtalmiques.. mais je n’en suis pas sure… En tous les cas je comprends mieux ce que traverse mon copain dès lors qu’il a une migraine. Il reste alors dans le noir et boit du café s’il n’a pas de médicament à porté. Un des éléments qui lui déclenche assurément une migraine est lorsqu’il boit du vin contenant des sulfites !! Et sinon ça se déclenche comme ça sans raison apparente…
    Merci pour ton partage Hélène et belle journée.

  • #154 Isa33 le 28 février 2019 à 15 h 26 min

    Bonjour Hélène.

    Je suis infirmière et je voulais « juste »te remercier de cette vidéo…

    Elle est vraiment » limpide », claire, précise, « optimiste », réaliste et très « accessible » afin d’éclaircir cette maladie peu connue.

    J’ai déjà conseillé à mes collègues, à mes étudiants de la visionner, et tous sont enchantés de ce petit « récap » très instructif…
    Encore bravo pour ton travail et ton investissement.

  • #155 jessica le 28 février 2019 à 17 h 03 min

    hello helene ,
    Déjà merci pour cette vidéo je me sent moins seul quand je voit tous ses commentaire et bien moi sa fait un peut plus de 10 ans que je suis migraineuse sans aura ( ouf car c’est déjà assez compliquer ) .

    les symptômes on commencer un soir par un mal de tête qui ne passer pas et j’ai du finir au urgence car impossible de dormir et de supporter la lumière et la on ma dit que je fessais une migraine et le début a commencer .

    Depuis je fait bien la différence entre un mal de tête et une migraine car pour les migraine en général j’ai mal derrière la tête et parfois coter droit de la tempe et dans se cas ses très dure a gérer car en plus je travailles en crèche avec les enfant donc le bruit , les pleures sa n’aide pas surtout quand j’ai une crise car souvent je ne supporte pas le bruit ni les odeurs et souvent j’ai envie de vomir , mes crise survienne souvent si j’ai pas assez dormis , si je reste trop de jours sans sortir et quand une odeur ne me convient pas ( style parfum trop fort ou odeur de tabac ) , en ce qui concerne les choses pour me soulager ( mise a part les médicaments car je le prend si vraiment sa passe pas avec mes système D ) moi je c’est que boire un cafe me soulage , appuyer sur la zone qui me fait mal en massant ou bien me mettre du baume du tigre ou de la menthe poivre soit la au j’ai mal ou dans un diffuseur d’huile essentiel . Voila j’espère en avoir aider certain ou certaine et courage a vous .

  • #156 Lissot anne-marie le 1 mars 2019 à 17 h 50 min

    Bonjour à tous,
    Je me reconnais dans ta description, Hélène, et aussi dans les commentaires avec comme tous ,quelques variantes personnelles. Ma mère racontait que lorsque je savais à peine parler je montrais mon front et je disais « maman bobo »… je pense que les enfants sont les grands oubliés de la migraine… on a longtemps parlé de mes crises de foie …
    Ma bonne étoile a fait que j’ai épousé un médecin qui a posé le bon diagnostic dès qu’il m’a connue mais à l’époque Il n’y avait pas de traitement spécifique : ma vie personnelle et professionnelle ( enseignante ) a été fortement impactée par cette maladie… mes proches reconnaissent , parfois avant moi, l’arrivée d’une migraine : ma voix change ainsi que mon visage ( mes yeux se brident paraît il ). Les médicaments spécifiques , qui marchent bien sur moi, ont changé ma vie… N’hésitez pas à consulter un spécialiste et/ ou un centre anti douleurs… la ménopause n’a rien changé mais la vieillesse oui : j’ai 68 ans et ça va de mieux en mieux 😄👍🏻 Car mes réseaux veineux durcissent et les veines ou artères ne battent plus comme chez les jeunes ! L’amélioration est donc mécanique ! C’est pas beau ça ? Vive le grand âge !👵🏻
    Amical salut solidaire à tous les migraineux 👋🏼

  • #157 Hélène le 2 mars 2019 à 11 h 30 min

    Isa33 : oh merci !

    Et encore merci à toutes pour tous vos partages, vraiment !

  • #158 Capucine le 2 mars 2019 à 11 h 49 min

    Merci beaucoup pour ce partage d’informations! Je suis une « petite » migraineuse (dix à quinze crises par an seulement) et les petits trucs que j’ai trouvés pour prévenir ou « casser » les crises rejoignent pas mal de choses déjà évoquées. Cela aide d’identifier les facteurs (dans mon cas, comme dans celui de beaucoup d’autres je pense, il s’agit d’un ensemble de facteurs : cycle menstruel (beaucoup moins de crises et crises moins intenses pendant ma grossesse et mon allaitement, par exemple ; impact de ma contraception sur mes migraines), digestion (si mon transit est perturbé, je développe une migraine… personne ne me croyait il y a dix ans mais je crois que les rapports sont mieux établis maintenant entre digestion et santé), moments de relâchement après une période de stress/travail intense (bim! une migraine presque à coup sûr!), influence du chocolat (j’arrive encore à en manger un peu), parfois du sucre (je repère certains desserts « riches » et « à migraine » à des kilomètres), parfois d’une météo orageuse. Ce qui m’aide : certains médicaments (à voir avec votre médecin), le café (alors qu’on me disait que trop de café cause la migraine, dans mon cas, cela active mon transit et peut diminuer les crises de migraine), pendre l’air au début de la crise si la luminosité le permet, et une pratique sportive un peu régulière (je n’ai jamais été sportive mais j’ai commencé à courir – lentement mais on s’en fiche – une à deux fois par semaine il y a quelques années et j’ai vu le nombre de crises s’espacer… je n’ai pas repris depuis ma grossesse – je devrais – et je vois malheureusement bien la différence… je pense que faire du sport régule les phénomènes de stress/décompression, ce qui m’aide. Par contre, la course n’est peut-être pas le sport le plus indiqué pour d’autres : les « sauts » provoqueraient/accentueraient la migraine. Moi, cela me convient, car cela me permet d’être dehors et d’éliminer du stress, tandis que le bruit de la piscine, par exemple, pourrait être un facteur de risque pour moi). Je conseillerais de ne pas minimiser (non, ce n’est pas un simple mal de tête qui part avec un seul comprimé, j’en ai régulièrement aussi et je vois bien la différence) et de consulter son médecin (mon ancien médecin me disait que c’était le stress et de me détendre – qu’est-ce qu’on peut faire avec ça?) tandis qu’un autre que j’ai croisé par la suite m’a donné de précieux conseils sur les anti-douleurs, la contraception, etc. et n’a pas minimisé le truc (si les crises augmentaient, je devrais voir un neurologue), ce qui aide bien psychologiquement aussi (cela peut être utile de noter la fréquence et la durée des crises ainsi que les déclencheurs supposés)! Mais j’ai de la chance : les crises ne sont pas encore si nombreuses que cela, pas d’aura (mais des nausées), mon mari comprend bien la situation et prend tout en charge à ce moment-là (j’aurais beaucoup de mal à m’occuper de mon bébé pendant une crise alors que la seule chose que je peux faire en plus de prendre mon traitement est de m’allonger dans le noir et d’essayer de dormir). En tout cas, merci beaucoup pour cet échange!

  • #159 Capucine le 2 mars 2019 à 11 h 52 min

    PS : la menthe m’aide parfois aussi, un peu (j’utilisais un stick avant, que je passais sur les temps ou la nuque) ou même en simple chewing-gum. Je crois que la lavande en aide d’autres.

  • #160 Capucine le 2 mars 2019 à 12 h 02 min

    PPS (désolée pour les ajouts) : j’oubliais le plus important pour moi : boire beaucoup d’eau. J’ai presque à coup sûr une migraine le lendemain d’un jour où je me suis peu hydratée. J’ai toujours ma gourde sur moi (je n’utilise plus que des grands sacs pour cette raison).

  • #161 Hélène le 2 mars 2019 à 13 h 29 min

    Capucine : c’est insupportable ces médecins qui disent « c’est le stress, détendez-vous et tout ira mieux ».

  • #162 Virginie R le 2 mars 2019 à 14 h 58 min

    Coucou Hélène, c’est bien d’avoir écrit et pensé à cet article. C’est vrai que c’est important d’en parler, de l’expliquer. Car c’est bien une maladie et on a tendance à les confondre avec d’autres maux ( céphalées, névralgies… ).
    J’ai des migraines aussi ( d’ailleurs j’en sors ), c’est de famille, avec ou sans auras. Au début je pensais que c’était un symptôme d’un autre problème de santé que j’ai, mais en fait non car j’ai aussi des céphalées et des névralgies qui sont des symptômes, mais la migraine est bien une maladie à part entière, que l’on peut avoir en parallèle d’une autre.
    C’est important de se faire suivre, et essayer de la soigner dès qu’on sent que ça commence.
    Pour les bougies, les odeurs je crains aussi, je porte souvent des parfums plutôt légers, et pour les bougies ou je les allume pas longtemps, ou je le les utilise qu’en déco, car je trouve parfois qu’elles parfument bien même sans être allumées ( et il y aussi les bougies avec les fausses flammes pour les lumières… ).
    J’ai remarqué que parfois l’odeur de lavande dans certaines huiles pour la peau ( par exemple ) m’apaisent un peu, mais attention ça reste léger, ça ne suffit pas pour soigner entièrement la crise, c’est comme un complément.
    Merci pour cet article :).

  • #163 Gaëlle NICOLAS le 3 mars 2019 à 8 h 12 min

    Merci mille fois pour cette vidéo, c’est appréciable de se sentir moins seule. Vous avez très bien expliqué les causes multiples de cette maladie, je me reconnais dans vos dires. Je souffre depuis mes 15 ans de migraines. Au début de mes crises, mes proches ne comprenaient pas jusqu’au jour où j’ai eu une crise en leur présence et là ils ont compris. Le premier médecin que j’ai vu à ce sujet m’avait dit que c’était psychologique et qu’avec un peu de bonne volonté je pouvais passer outre ! Un autre médecin m’a diagnostiqué migraineuse et m’a expliqué qu’il fallait être vigilante si les douleurs étaient toujours du même côté et trop fréquente car ça pouvait être les symptômes d’autre chose de plus grave. Pour moi, ca commence toujours de la même façon, petite douleur à la tempe, estomac barbouillé. Et en quelques minutes, douleur insupportable et vomissements incontrôlables. J’ai la mâchoire qui se bloque et je ne peux plus parler, j’ai des pertes d’équilibre. La douleur est parfois tellement forte que je m’écroule par terre. Je m’allonge dans le noir complet, il ne faut pas un seul bruit, pas un point de lumiere, le moindre mouvement est une torture, il me faut dormir, peu importe le moment de la journée où ça me prend. En cas de crise, j’ai l’impression que tout mon corps souffre et que je ne peu pas bouger. Je ne peux même pas boire un peu d’eau sans être prise de vomissements. Généralement la crise ne dure que quelques heures. Le lendemain je suis totalement épuisée et démoralisée, j’en pleure. Cette maladie est un réel handicap. J’ai toujours sur moi un petit roller d’huiles essentielles que j’utilise en cas de crise en plus d’un traitement en attendant que ce dernier agisse. Encore merci pour votre vidéo. Bon week-end à vous. Amicalement b

  • #164 Cecile le 4 mars 2019 à 12 h 55 min

    Bonjour Hélène,
    Merci pour cette vidéo.
    Je suis diagnostiquée migraineuse depuis une dizaine d’annees, je souffre donc de migraines chroniques invalidantes qui ne sont pas liées aux hormones ou à un problème neuro défini. Je suis la première dans ma famille!
    J’ai énormément souffert, physiquement et moralement, pendant des années. Il m’est arrivé d’avoir plus de 20 jours de crises dans le mois…
    Comme beaucoup de migraineux, je sais maintenant identifier certains déclencheurs : la luminosité, le chocolat, la bière, le vin blanc (le vin rouge ne me déclenche pas mais je fuis le blanc comme la peste), et même certains fromages. Effectivement, la modification de la prise de caféine est également déclenchante. J’ai aussi fumé pendant des années et lorsque j’ai arrêté à l’aide de substituts de nicotine, j’ai remarqué une belle diminution des migraines. Je suis passée à une petite dizaine de jours de crise par mois.
    Ensuite, un an après l’arret du tabac, j’ai également arrêté les substituts, j’avais d’ailleurs remarqué que les journées où je prenais plus de substituts que d’habitude, je déclenchais une crise. Avec l’arret des substituts, je suis passée aujourd’hui à une crise par mois. Pour moi, la cigarette (donc la nicotine?) était donc un déclencheur énorme, et je n’en avais pas conscience.
    Aujourd’hui, je suis enceinte et les traitements habituels de la migraine sont formellement interdits. En début de grossesse, j’ai déclenché une crise qui a duré 3 semaines, 3 semaines de douleurs, de vomissements, d’horreur. Je ne m’étais jamais sentie aussi démunie et handicapée, puisque je n’avais plus de béquille médicamenteuse pour soulager la douleur. Heureusement, les migraines sont passées au milieu du deuxième trimestre et j’arrive à contrôler leurs venues avec du café. Il me tarde d’accoucher pour pouvoir reprendre mes traitements.
    Au quotidien, lorsque les crises étaient à leurs apogées, ces foutues migraines ont déstabilisé ma vie privée et professionnelle plus d’une fois. Mon compagnon est souvent démuni quand il me voit en crise.
    La migraine est une grande injustice, parce qu’elle est invalidante, incapacitante et surtout invisible.
    Je suis bien heureuse de cette vidéo qui met donc un peu de lumière sur cette maladie.
    Merci encore,
    Cecile

  • #165 Gladys Sp le 4 mars 2019 à 16 h 11 min

    Bonjour Hélène,
    Merci pour cette vidéo, je suis migraineuse avec aura la 1ère fois que cela m’est arrivé je me suis dit ça y est je deviens aveugle, c’est impressionnant et hyper stressant. J’ai mis de loin mois à me diagnostiqué sachant que j’avais l’impression que mon médecin traitement et ophtalmo me prenait pour une folle.
    Contente de lire d’autres témoignages.
    Bon courage à tous les migraineux et merci bcp Hélène.

  • #166 ely.efi le 5 mars 2019 à 18 h 47 min

    Je viens de regarder ta vidéo, qui m’a beaucoup parlé car migraineuse
    Ayant aussi des invisalign depuis 6 mois, j’ai remarqué qu’elles me provoquaient aussi plus facilement une migraine, quand je les change
    et aussi, je dois les enlever pendant mes cries, car elles sont alors insupportables
    j’aurais aimé savoir si je suis la seule dans ce cas?!

  • #167 Hélène le 6 mars 2019 à 11 h 18 min

    ely.efi : si tu lis les commentaires tu verras que tu n’es pas la seule ; moi j’ai de la chance, je craignais que les gouttières provoquent des migraines, mais non, ouf !

  • #168 Choko le 6 mars 2019 à 21 h 31 min

    Bonjour Hélène,
    merci pour cette vidéo qui m’a beaucoup parlé car je suis migraineuse avec aura depuis mes 14 ans. Pour moi c’est apparition de l’aura environs 1h avant, et apparition de la douleur à la fin de l’aura. La première fois que ça m’est arrivé je n’ai pas fait le lien entre le trouble visuel et la douleur , ce n’est que quelques années plus tard lors d’une grosse crise que j’ai vraiment compris de quoi il s’agissait.
    Et comme plusieurs qui ont commenté cette vidéo, j’ai cru que je devenais aveugle ou que je faisais un AVC, et la douleur était insupportable (et dure effectivement 2 jours…).
    Lors de ma dernière grosse migraine, j’ai eu une aura « sonore » comme un acouphène continu pendant plusieurs heures.
    Heureusement, ça s’est beaucoup calmé depuis quelques années, je pense que l’adolescence et le trop plein d’hormones a été un facteur aggravant mon terrain. D’ailleurs ma mère est devenue migraineuse après un changement hormonal aussi.. Mais comme tu l’as très justement dit, si je saute mon café du matin le weekend je sais que la prochaine migraine n’est pas loin.
    Les facteurs déclenchant pour moi sont la lumière (le temps à migraine m’a beaucoup parlé), le manque de sommeil, la chaleur… La combinaison des 3 c’est la migraine assurée.
    Bon courage à tous, et merci Hélène pour cette vidéo!

  • #169 Hélène le 7 mars 2019 à 9 h 00 min

    Choko : merci à toi pour ce partage !

  • #170 Emilie le 10 mars 2019 à 15 h 36 min

    Merci pour cette vidéo Hélène ! Je me suis tout à fait reconnue dans tes propos. Je suis migraineuse depuis l’age de 16 ans (j’en ai 38 aujourd’hui) et ce qui a vraiment changé pour moi, c’est l’arrêt de ma pilule contraceptive. J’avais des crises au moins une fois par semaine mais depuis cet arrêt…c.est quasiment terminé. Cela pourra peut-être donner des piste à certaines lectrices :)

  • #171 Clément le 11 mars 2019 à 13 h 13 min

    Bonjour,
    Merci Hélène pour cette vidéo, car on parle peu de la migraine en tant que maladie. Personnellement, je suis migraineux avec aura, scintillements dans les yeux, perte d’une partie du champ de vision, troubles de la parole et de l’élocution (ce qui a été le plus inquiétant pour moi les premières fois …) depuis l’adolescence, soit bientôt 20 ans.
    J’ai cherché pendant longtemps les possibles facteurs déclenchants, et j’ai remarqué depuis quelques temps que la consommation d’aliments contenant un taux élevé d’histamine déclenchait une crise. Si ça peut aider certains d’entre vous.
    Bon courage à vous tous.tes !

  • #172 Théa le 12 mars 2019 à 4 h 33 min

    Merci Hélène pour cette vidéo ! Je pense qu’elle aidera plus d’une personne !

    Je souffre de migraine avec aura (hypersensibilité au bruit, à la lumière, parfois nausée, me pencher en avant c’est l’horreur) depuis mon adolescence. Je me souviens que tous les mardi la classe de chimie m’en provoquait une ! Mais je n’ai mis le doigt dessus qu’à mes 30 ans…

    J’ai toujours pensé que ce n’était qu’un mal de tête banal -parce que comme toi, je n’ai jamais de vraie céphalée- et que j’ai l’immense joie d’avoir dans 95% des cas mal des deux côtés !
    Par chance, mais ça a retardé le diagnostic, je ne fais qu’assez peu d’épisodes migraineux, notamment parce que j’ai appris à les éviter !

    Les éléments déclancheurs pour moi sont une lumière trop tamisée (le salon d’une amie m’en provoquait une à coup sûr) et le manque d’hydratation.

    J’arrive à les sentir arriver, j’ai une grosse fatigue d’un coup et ça commence à être douleureux, parfois retourner dans une pièce ou la luminosité est adapté suffit à limiter la casse… Certains soirs m’allonger dans le noir, en tentant de dormir, torturée par les bruits de l’extérieur (je pèse mes mots à chaque bruit ça pulse) et le seul traitement ! Et le matin généralement tout est ok !

    Bref j’espère que ça pourra aider certains à diagnostiquer leur mal et en parler au médecin !

  • #173 Hélène le 12 mars 2019 à 9 h 45 min

    Merci pour tous vos partages !

  • #174 Lalaina le 13 mars 2019 à 1 h 57 min

    Merci Hélène pour cette vidéo. Je souffre de migraines depuis mon adolescence. À vrai dire, j’ignorais complètement ce que c’était. J’avais des pertes d’attention, des maux de tête insupportables. Je devais manquer les cours. Je devais rester dans le noir complet et sans bruit pour que cela passe. Mais j’encaissais… Personne ne comprenait autour de moi… D’ailleurs je pense qu’ils ne comprennent toujours pas… ce qui est très difficile.
    Par chance j’ai un ami neuropsychologue qui m’a “forcé” à consulter… J’ai vu mon généraliste, un neurologue et après plusieurs examens on m’a annoncé que j’étais migraineuse. Je suis suivie par un neurologue et prends un traitement de crise. Par le passé je prenais en plus un traitement de fond. Je me tiens à disposition si besoin et avec plaisir pour échanger.
    Bien à toi

  • #175 Suzanne le 15 mars 2019 à 13 h 23 min

    Bonjour,
    C’est avec grand plaisir que je vous découvre par cette vidéo, et je tiens à vous dire un grand MERCI, car depuis mes 9 ans (j’en ai 23 maintenant), j’ai droit à des réflexions du style : « t’avais juste pas envie de te lever », « t’as trouvé le bon truc pour pas aller en cours », ou « faut juste te bouger »… Quand on se construit avec ça, la douleur des migraines et l’enfermement, ce n’est pas facile. Je vais partager cette vidéo avec l’espoir que certaines mentalités changent. Je me permets de partager mon parcours. On m’a dit à mes 9 ans que j’étais migraineuse, j’ai eu la chance d’avoir une école primaire avec un directeur qui me prenait au sérieux et me permettait de rester tranquille le temps qu’un de mes parents arrivent. Mes deux parents sont migraineux, c’est une chance pour moi (pas pour eux) car je suis comprise et prise au sérieux. Arrivée au collège, mes crises étaient encore gérables jusqu’en 4ème, ou j’étais plus absente que présente en cours. Certains de mes professeurs m’avaient déjà vu en crise et me soutenaient, j’ai même eu droit à des cours particuliers de rattrapage qu’eux même me donnaient. Le plus dur, c’était les réflexions des autres élèves. J’ai à cette période tester un bon nombre de traitements de fond, mais les effets secondaires étaient vraiment pas faciles à vivre ( prise de poid pour l’un, endormissement pour un autre, grosse perte de poid…) tout ça pour avoir encore toujours ces fichus migraines. Le plus dur, c’est quand les médecins commencent également à douter de ma sincérité. Bref, j’ai eu mon brevet, et direction le lycée. J’avais 30 mn de bus pour y aller, ce qui compliquait les choses. Et là, mon année de seconde à été un cauchemar. J’avais beaucoup de crises, j’avais énormément de pression venant de l’établissement, ma mère aussi. Ils ont menacé ma mère de l’entraîner en justice si je ne quittais pas l’établissement, car je n’avais pas encore 16 ans et que les certificats médicaux n’étaient pas suffisant pour eux. Donc école à la maison, rien ne s’arrangeait pour autant. Ensuite, j’ai eu la chance d’être sélectionnée pour intégrer une école d’esthétique (malgré mon dossier car j’étais quand même une bonne élève), mais l’internat ne m’a pas réussi, car aucun moyen de se retrouver seule dans le noir.
    Depuis, je galère. J’ai été en centre anti-douleur, où le neurologue m’a rigolé au nez quand je lui ai dis que cela m’handicapait. Je me suis retrouvée sans études, sans emploi et dans ma douleur.
    Je pense avoir tout tester, neurologue, l’hypnose, l’acupuncture, la sophrologie, un médecin venant d’inde ( qui coûtait teeeeellement cher!), je ne sais plus le nom mais les piqûres dans les oreilles, les psy, ostéopathes, j’ai été hospitalisée, et je pense d’autre choses dans mon parcours que je n’ai plus en tête.
    J’ai cette année terminé un service civique fait à pôle emploi, où ils ont été plus que compréhensifs, et maintenant je fais une formation que pôle emploi finance à distance de community manager. (avec l’espoir de pouvoir travailler de chez moi plus tard)

    J’ai juste deux questions, est-ce que certains de vous (les migraineux) avez eu la reconnaissance travailleur handicapé ? Et comment faites-vous pour travailler ?

    Encore merci de reconnaître la migraine comme étant une maladie, c’est rare et ça fait du bien de se sentir comprise !

  • #176 Unjour Unefille le 27 mars 2019 à 21 h 51 min

    Bonjour,

    Petit message de remerciement pour la video, parce que ca fait tellement de bien de ne pas se sentir seule l espace d un instant … la gestion de la conso de café …mais tellement ! Qui d autre peux comprendre qu une personne avec le meme probleme.
    Pour moi les crises surviennent de facon aleatoires, parfois rien durant 3 semaines et puis bam, 5 jours complets 😭. J ai un traitement mais effectivement j ai l impression que l effet rebon est bien present, et quand les crises se rapprochent je suis obligée de laisser « monter » et endurer la douleur sans medicament afin de pouvoir espacer les crises.
    Declencheurs pour moi : manque de café ( ou trop ), sommeil, stress, eventuellement alcool ( ne bois plus non plus ) the glacé d une grande marque pour ne pas cité, et …les olives noires ( sauf que j en suis dingue et desfois je pete un cable et en mange pleins…sachant pourtant ce qui m attend. Et bien sur…la clope ( naturellement je fume sinon c est pas drole). Durant mon accouchement (27hr a douiller avant peri )on m a dit : chapeau, vous etes hyper resistante a la douleur…non non les gars, j ai appris a endurer et gerer en silence ( c est bien la seule fois ou des annees de migraines furent utiles pour entrainement !!! ) Bises a vous tous et toutes, esperons qu un jour pas prochain quelqu un trouve un remede .

  • #177 Hélène le 28 mars 2019 à 9 h 19 min

    Je suis contente que ça vous fasse du bien de pouvoir partager à ce sujet, et en effet de vous sentir moins seules !

  • #178 Christiane Courte le 4 avril 2019 à 18 h 51 min

    Bonjour Hélène
    Merci pour cet article.
    J’ai été migraineuse pendant 12 ans. Avec des abus médicamenteux pour arriver en situation professionnelle a 4 migraineuse par mois de 3 jours pendant plusieurs mois en 2011. (au lit pendant la duree ) Obligation de faire un choix de vie par rapport au stress. J’ai cherché et réglé au fur et à mesure les facteurs déclencheurs. soulagement avec une poche réfrigérée sur la base de la nuque. J’ai maintenant 52 ans et je suis débarrassée de la migraine depuis 3 ans avec la premenopause. Plus que quelques céphalées ponctuellement.
    Les cervicales et tensions dans les trapèze ont aussi joué , les semelles de proprioception peuvent compenser.
    Je te souhaite d’être libérée au plus vite de ces migraines
    Bises
    Christiane

  • #179 Hélène le 4 avril 2019 à 19 h 20 min

    Christiane Courte : merci ;-)

  • #180 Menendez Léa le 1 mai 2019 à 15 h 40 min

    Bonjour Hélène,

    Merci pour cette vidéo intéressante et surtout qui fait du bien parce que j’entends souvent les gens dirent « je fais des migraines » mais quand on en fait vraiment des vraies, c’est presque agaçant …

    Je fais des migraines depuis que j’ai 7 ans et j’en ai 23 maintenant. Lorsque j’étais petite, j’ai eu une période qui a duré 3 ans où j’en faisais TOUS les vendredis soirs avec vomissements. J’ai ensuite déménagé et ça s’est calmé. C’était une période assez compliquée dans ma vie familiale et je pense que c’était très psychosomatique et ça déclenchait des migraines à répétition…
    Depuis quelques années, je dirais que j’en fait ~1 tous les deux mois. Les facteurs déclencheurs pour ma part sont le stress (bien évidemment), le vent (d’ailleurs j’essaie d’avoir toujours une écharpe qui me protège la nuque pour éviter le déclenchement d’une migraine), l’alcool (si je bois trop, le lendemain c’est un ENFER, du coup je ne bois plus). J’ai aussi remarqué que si j’ai congé et que je « loque » trop, ça va me déclencher un état général très désagréable et par la suite une migraine.
    Le seul remède que j’ai lors d’une crise c’est de la glace sur le front couchée dans le noir et dormir. La menthe poivrée soulage quelques instants sur les tempes, le problème c’est l’odeur (quand j’ai mal au crâne, je ne supporte pas cette odeur… l’ironie…) Malheureusement je suis quelqu’un qui ne va presque jamais chez le médecin parce que j’oublie… Et je n’ai jamais fait un réel diagnostic avec un traitement adapté (faudrait peut-être que je le fasse ahah).

    Voilà ma petite expérience avec cette fabuleuse maladie qu’est la migraine.

    Merci pour cette vidéo et les autres. Je te suis depuis mes 12 ans, première fois que je commente mais je suis toujours au rdv pour tes différentes vidéos.

    À bientôt. Big Up depuis la Suisse.
    Léa

  • #181 Hélène le 1 mai 2019 à 16 h 21 min

    Menendez Léa : je suis contente que ça soit utile.

  • #182 Sophie le 3 mai 2019 à 15 h 32 min

    Pas plus tard qu’hier soir, je me suis posée la question, est-ce que je préfère avoir la migraine ce week-end ou dans 3 semaines ? Je m’explique, pour moi l’arrêt d’une semaine durant ma prise de la pilule provoque chaque mois une migraine. Donc la question que je me suis posée était la suivante : sachant que je suis témoin d’un mariage début juin, mes règles tomberaient ce week-end là, donc j’ai voulu prendre ma pilule deux mois en continu, pour déplacer le problème. Alors, quand est-ce que je la continue ? Et ce choix s’est fait sur le moment où je « préférerais » avoir une migraine plutôt qu’à un autre moment. Je n’aime pas forcement faire ça, continuer ma pilule sans un arrêt. De un, je lis trop de choses contradictoires à ce sujet et de deux j’ai trop peu d’une grossesse, donc avoir mes règles me rassure… J’en ai déjà discuté avec des médecins ou gynécologues, malheureusement, ma pilule est la moins dosée, donc à part l’arrêter, il n’y a pas de solution et je ne suis malheureusement pas sûr que la migraine soit dû à la pilule ou à mon cycle menstruel.
    La seule solution pour moi, un demi litre d’eau, un gant de toilette trempé et mon lit dans le noir.

  • #183 DOYAT le 8 mai 2019 à 16 h 20 min

    Bjr, j’ai 59 ans et migraineuse depuis l’âge de 15 ans. Comme vous j’ai appris à vivre avec et surtout à l’éviter en supprimant alcool, aliments riches et autres plaisirs. Je suis sous traitement de crise mais surtout je voulais vous dire qu’avec l’âge et les règles en moins j’ai de moins en moins de crise de migraine, comme quoi même dans le mauvais (vieillir) il peut y avoir du bon 😊 vive la ménopause

  • #184 Hélène le 8 mai 2019 à 18 h 04 min

    Sophie : DOYAT : merci pour vos partages !

  • #185 Emeline le 12 mai 2019 à 12 h 28 min

    Je voulais dire merci pour cette vidéo, que j’aurais adoré voir il y a quinze ans quand mes migraines ont commencé. Je pense que ça va aider beaucoup de monde, notamment à comprendre que c’est une maladie et que ce n’est pas notre faute. Merci encore!

  • #186 Hélène le 12 mai 2019 à 12 h 39 min

    Emeline : je suis contente que ce soit utile !