Y’a une étiquette qui me gratte !!!

5 janvier 2006

étiquetteVous gardez les étiquettes de vos fringues vous ? Pas celle avec le prix bien sûr, celle avec la composition (100 % cachemire, donc) et l’entretien (laver avec les orteils d’une vierge tibétaine, les soirs de pleine lune, au son du cor au fond des bois).

Moi je peux pas, ça me gratte à mort (je vous rappelle que mon épiderme est d’une sensibilité à toute épreuve, l’Homme m’appelle la princesse au petit pois, c’est pas pour rien – oui j’en suis fière, comment vous avez deviné ??).

Je coupe la coupable à peine sortie de la boutique, du coup il reste un petit bout qui rebique et qui gratte encore plus.

Si la couture n’est pas trop féroce, je tente de la découdre, carrément. Ca marche pas à tous les coups, il m’est arrivé de trouer des fringues avec cette méthode, j’étais ravie.

Je signale à toutes fins utiles qu’H&M, toujours en avance d’un demi-siècle sur son temps, fait depuis récemment (je sais c’est pas français, c’est fait exprès figurez-vous) des étiquettes dans un coton doux qui gratte pas. Moi je dis bravo, parce que vu la longueur du truc (c’est écrit en 47 langues, dont l’hébreu, le turc, le cochinchinois supérieur et le moldave ancien), ça peut gratter très loin ces machins diaboliques.

Le sommet de l’inconfort est atteint par l’étiquette de string (en 47 langues toujours, des fois que les moldavettes portent des ficelles pour ramasser les topinambours au milieu des vampires), laquelle est plus grande que le string lui-même, évidemment.

Si on la coupe pas elle dépasse du pantalon, c’est hyper chic, si on la coupe ça gratte à un endroit hyper chic aussi. Je suis pas contre me gratter les fesses dans la rue de temps en temps, mais faut pas que ça devienne une habitude, ça gâche le plaisir.

J’aimerais que tout s’entretienne pareil (donc en machine à 40°), et qu’on nous foute la paix avec ces étiquettes machiavéliques.

Ou alors on pourrait les vendre séparément, ce serait super snob, je suis sûre que les bobos adoreraient (mon dieu, je tiens un concept terrible et générateur de milliers d’euros en brevets, qu’est-ce que j’attends ??).

Et vous, z’en faites quoi de ces machins du diable ??

52 commentaires Laisser un commentaire
Mode

Vous aimerez aussi

52 commentaires

  • #1 Esme le 5 janvier 2006 à 11 h 03 min

    MDR!!!

    "fait depuis récemment" c’est pas francais? ben je le dis pourtant moi….:-/

    bon concernant les dites diaboliques, je les massacre aussi vite qu’elles entrent chez moi! je lave tout pareil c’est pas bien dur chez moi vu que tt est noir c’est à 40 maxi avec de la lessive speciale! sinon Etam a aussi des etiquette en coton mais pas sur tout, le mieux que j’ai toruvé toujours chez Etam (je sais que tu ‘naime pas ) c’est un transfert a l’interieur des maillots en blanc sur le noir ca se voit, comme c’est direct sur le tissu tu coupes rien, ca se voit pas c’est l’ideal je trouve!

    Concernant les etiquettes sur les sous vetement je sais pas trop a quoi ca sert etant donné que ta taille tu la connais, et le lavage ben tu sais aussi depuis le temps!

  • #2 kabibi le 5 janvier 2006 à 11 h 06 min

    Ca me fait bien rigoler…
    Je dois etre aussi sensible que toi : moi, des que ces creations du diable me touchent un peu, ca me fait des plaques rouges comme de l’urticaire.
    Ben oui, je fais un dermographisme : des qu’on m’effleure, ca gonfle et ca rougit: je peux aussi pretendre au titre de princesse au petit pois ? Mon medecin me dit qu’il faut que je destresse et que je fasse du sport… :D

    Alors donc, revenons a nos moutons : ces machins infames. Alors, perso, je les arrache violemment, et je fais des trous a mes t-shirt, en general au niveau des hanches (celles du cou ne me genent aps trop) … :(
    Des fois, je fais un effort, et je le coupe avec un ciseau a ongles, maisca ne marche pas top.

    J’attends la solution miracle.

  • #3 elmaya le 5 janvier 2006 à 11 h 51 min

    Ben, comme toi… Je souffre, je coupe ou je découds (et je troue)…

    Le pire, ce sont les étiquettes cousues au fil nylon : c’est l’enfer, et si tu essaie de découdre, il reste toujours un micro-fragment de nylon invisible et impossible à localiser… mais qui donne l’impression d’avoir un oursin en haut du dos (ou ailleurs, pour les strings ;-) ).

    Mais moi, ce qui me démange le plus, c’est de me trouver derrière une femme dont l’étiquette dépasse dans la rue… Ca arrive rarement aux hommes, vous n’avez pas remarqué ?

  • #4 Le confit c’est pas gras ! le 5 janvier 2006 à 11 h 56 min

    Je vote pour la vente séparée : le vêtement, tout doux et tout beau d’un côté. De l’autre, l’étiquette de prix ET les conseils de lavage et tout (sauf que je vais les perdre et que je vais bousiller mes t-shirts).
    En attendant, je découpe, ça démange et c’est un bon prétexte pour demander à mon homme de me gratter le dos.

  • #5 Valérie le 5 janvier 2006 à 13 h 25 min

    Bon moi j’ai une peau de crocodile, et c’est ma fille la princesse au petit pois ! Les plus grandes étiquettes rencontrées pour l’instant sont celles de Nike et Adidas. Elles font office de ceinture !
    Mais une fois de plus tu m’as fait rire, et c’est bon entre midi et une heure trente !

  • #6 Mithra le 5 janvier 2006 à 14 h 50 min

    moi je dois avoir du vieux cuir d’elephant sur le dos, les etiquettes me genent rarement – et quand elles me genent, je ne m’en souviens qu’une fois habillee. Donc je me dis "faudra que je coupe cette etiquette! " mais comme j’oublie, je ne le fais pas. Et ca repart pour un tour la fois d’apres. Une des rares fois ou je l’ai fait, j’ai coupe le tissu du pull en meme temps, j’etais ravie…
    Par contre je coupe systematiquement les grandes etiquettes blanches en quadruple epaisseur au niveau de la hanche (une specialite Zara si je ne m’abuse). Sur certaines d’entre elles il y a meme un petit pointille expres pour decouper proprement, pour les handicapees des travaux manuels comme moi.
    Parceque j’ai pas franchement besoin qu’on me dise en polonais que le chiffon de soie brode de sequins ca ne va pas a 90 (nan, c’est vraiiii ?)…

  • #7 Hélène le 5 janvier 2006 à 14 h 58 min

    Voui voui, c’est Zara, les machins avec les pointillés ! ;-))
    Ca m’étonne qu’une fille comme toi, à la peau si sensible pour le maquillage, ait du cuir d’éléphant sur le dos, Mitra ;-)

  • #8 mary le 5 janvier 2006 à 15 h 25 min

    Pppff! ce matin, j’ai voulu répondre à ton dernier sujet, bien moins "futile" : j’avais fait un long commentaire et , à la fin : paf ! envolé dans le néant internetaire, suite à une mauvaise manipulation !
    Pas eu le courage de recommencer…Mais il va de soi que je vous rejoignais.

    Je viens de faire un commentaire ici et : paf ! rebelote !
    Cette fois, je ne baisse pas les bras : je recommence !

    Je suis morte de rire en lisant ton sujet, Hélène !
    C’est trop bien écrit et c’est trop moi! Eh oui, moi aussi, je vais partie de la famille des petits pois ( la branche belge, of course !).

    Je me pose souvant la question : mais à quoi ça sert une étiquette?
    Parce que les conseils sont généralement les mêmes, sauf de rares fois ! Et, évidemment, les vêtements auxquels je tiens le plus, font partie de ces rares fois !
    Comme j’ai coupé l’étiquette en l’ayant lue d’une manière jemenfoutiste, je me retrouve, devant la machine à laver, avec une grosse angoisse dans le ventre et une envie de m’injurier pour avoir été aussi jemenfoutiste !!

    Une autre chose, dans la même gamme : les baleines des soutifs !
    Etant plus proche de Pamela Anderson que de Jane Birkin,(au niveau mammaire), je me dois d’acheter mes porteurs de témoins de ma féminité, munis de baleines.

    C’est un devoir moral, oui! oui! Lorsque je l’enfile, je me dis que c’est pour mon bien, que j’en serai récompensée un jour ( ah bon?). Mais, à force de sentir ces bouts de fer me rentrer sous les aisselles, au point de passer mon temps à y chipoter pour les replacer, je craaaque !

    J’empoigne alors ma plus belle paire de ciseaux au bout bien pointu et je scrupte l’objet de ma torture, afin de trouver le meilleur endroit pour le disséquer et d’en extraire, avec un sourire carnassier, les coupables !!

    Je réenfile mon soutif, avec un long soupir de satisfaction et un gros doute dans la tête..Que va devenir ma zolie poitrine sans ses béquilles?

    Bah ! de toute façon, j’ai passé l’âge de faire de la corde à sauter et du foot avec les garçons du quartier !
    Et, lorsque je commence mes 50 longueurs dans la piscine, je me dis que c’est pour la bonne cause !

    Etiquettes ou baleines : même combat pour moi !

  • #9 Hélène le 5 janvier 2006 à 15 h 38 min

    Ahhh, les baleines de soutif, tu as raison mary ! Moi qui n’ai pas la poitrine de Pamela Anderson, j’ai quand même pas mal de soutifs à armature, et évidemment l’armature me rentre dans la chair violemment !

    Pour le coup du commentaire qui saute, Delphinoid a eu le même problème, peut-être qu’il est prudent, quand on en fait des un peu longs, de faire un copier-coller salvateur ?

  • #10 nadia le 5 janvier 2006 à 16 h 40 min

    Je vote pour l’étiquette en soie et cachemire 32 fils pour éliminer les gratouillis et rendre envisageable l’idée qu’elle puisse être apparente!…

  • #11 lili le 5 janvier 2006 à 17 h 55 min

    Vous devriez mettre la main dans une bouquinerie sur cette sublimité : Gemma Bovery, par Posy Simmonds, Denoel 2000 (ou Johnathan Cape 1999 en VO).

    C’est une Emma Bovary moitié texte moitié dessin, trop bien vu, elle découpe les étiquettes de ses témoins de la féminité (hu hu, je vais le garder, çui-là).

    ça m’avait saisie quand je l’ai lu, je découpe toujours les étiquettes de témoins et je me croyais seule (quelle mégalo).

    Je coupe les étiquettes mais j’addddoooore garder les conseils de lavage, je suis une folle scrupuleuse.

    Il y a l’étiquette franche qui avoue dès le premier coup d’oeil: "je suis raide et méchante, je griffe et je vais te pourrir le dos-la nuque-le flanc, bien fait."

    L’étiquette sournoise, qui la joue molle et tendre, mais qui n’est qu’une horreur à déclenchement tardif.
    Elle gratte quand on ne peut plus rien faire contre, vu qu’on est loin de sa base, dans le métro, au volant, en rendez-vous, dans des coins où il est hors de question de se déshabiller et de toutes façons on n’a pas prévu les ciseaux à ongle.

    Messieurs les fabricants d’étiquettes ( je soupçonne des mecs,sur ce coup, pas vou?), changez de tissu pour vos prospectus multilangues, siouplizz.

    Parce que franchement, pourquoi?

  • #12 Laurette le 5 janvier 2006 à 18 h 00 min

    Moi perso c’est comme Mary, j’ai un problème de baleine de soutif qui me rentre sous le bras, sinon les étiquettes ça va, et encore comme Mary j’ai voulu répondre à l’article sur les filles en Chine, et hop disparu mon commentaire, mais comme tu m’as déjà rassurée une fois Hélène je me suis dis qu’il était parti au fin fond de la toile, et que peut-être (ça serait rigolo) il atterrira chez quelqu’un qui ne pigera rien :-)

  • #13 elmaya le 5 janvier 2006 à 18 h 05 min

    Hélène, je te préviens, je vais passer à l’Adoration Totale si tu es toi aussi une fan de Gemma Bovery !!! Les autres, vous avez compris, dénichez-le d’urgence !

    A part ça, je suis d’accord : ça ne peut être que des mecs qui conçoivent les étiquettes de string. Ca me rappelle d’ailleurs un Columbo où le lieutenant savait que la nana avait été schkouikée par son amant parce qu’elle avait l’étiquette du string du mauvais côté… (gauche ou droite, je ne sais plus). Un fin connaisseur, celui-là !

    Au fait, HS total : Hélène, t’as pas regardé la 3 hier ?

  • #14 natouchka le 5 janvier 2006 à 18 h 07 min

    Vous pourriez vous demander ce que je viens faire ici alors que mon 1er critère pour m’habiller c’est le confort (mais jamais en jogging même pour "gratter" dans mon jardin), puis la forme et la couleur…La mode ? m’en moque ;-)
    Alors si une étiquette me gratte, au choix :"tout compte fait, c’est moche" ou bien "oui, pas mal mais zou l’étiquette" mais moi, ma brave dame, j’ai un découvite (et ouf, pas encore besoin de lunette avec ces fichus miniminimini points)

  • #15 elmaya le 5 janvier 2006 à 18 h 08 min

    Flûte, me suis complètement emmêlé le clavier sur ce coup : l’Adoration, elle est pour lili, là.

    Mais bon, Hélène n’en est pas loin non plus ! ;-)

  • #16 Cerise le 5 janvier 2006 à 18 h 28 min

    J’ai eu une copine qui achetait un petit article (genre foulard) chez un grand couturier, découpait trés soigneusement l’étiquette.. .pour la recoudre sur son manteau!

    Et ça me rappelle une petite histoire drôle : C’est une petite fille qui conseille à sa grand-mère, celle-ci prétextant perdre la mémoire quand il s’agit de donner son âge : "ben, tu fais comme moi, tu regardes l’étiquette sur ta culotte."

    Comme quoi, les étiquettes, c’est parfois plus utile qu’on pourrait le penser
    ;-)))

    Bizzzzzzzzzz

  • #17 Hélène le 5 janvier 2006 à 19 h 10 min

    Super mignonne ton histoire Cerise ! ;-))

    Natouchka bienvenue chez les filles, et tu as raison, c’est ça qu’il me faut, un découvite, c’est super pratique et ça ne risque pas de niquer la fringue quand on enlève la saloperie gratteuse.

    Elmaya je connais pas Gemma Bovary, donc ton adoration va bien à la personne qui la mérite ;-)))

    Laurette je suis désolée, il semble que ça bugue pas mal, chez mabulle… il faut sauvegarder le commentaire avant de poster, des fois que ça saute…

  • #18 lili le 5 janvier 2006 à 19 h 57 min

    Elmaya, je te permets de m’adorer, merci, c’est excellent pour l’ego, te retiens pas, même après m’avoir prise pour Hélène.

    On peut fonder une société d’adoration mutuelle et de propagande anti-étiquette chez les mecs?

    Pour les commentaires envolés, avez-vous essayé la bête fonction page précédente, en vente libre sur un tas de navigateur internet?

    Depuis que mon hotmail de daube m’a planté sur je ne sais quel message, et que le forum où je dis des conneries à mes moments perdus (pas de nom, svp, je suis ici incognito, vous pensez bien) m’a bouffé un texte, je me suis aperçue que ça marchait vachement bien.

  • #19 Hélène le 5 janvier 2006 à 20 h 01 min

    Une fois de plus Lili nous sauve de la déroute internetesque. Trop forte, et merci !

  • #20 Delphinoid le 5 janvier 2006 à 21 h 14 min

    Je dois avoir une peau de rhinocéros!!! Les étiquettes me dérangent rarement, enfin ça m’arrive quand elles sont hyper longues mais j’avoue que je ne les coupe jamais parce que quand je sens qu’elles me gênent c’est déjà trop tard :oP comme sur mon bas de bikini par exemple, j’ai une étiquette vicieuse qui s’est à moitié décousue! Je n’arrive pas à me décider: dois-je recoudre le coin décousu, ou dois-je défaire le coin encore cousu??? Humm…

    Par contre, j’ai bien rigolé en vous imaginant vous tortiller avec vos étiquettes gratouillantes :oD (je sais, chuis pas charitable, mais ça m’arrive à chaque fois que je mets mon bikini justement, cela dit, c’est pas très souvent!)…

    Pour les commentaires, j’utilise aussi la fonction "précédent" mais il arrive que le blog d’Hélène ne me permette même pas de déposer mon commentaire en me renvoyant directement à la page d’administrateur… pourtant je ne veux pas être calife à la place du calife!!!

  • #21 Hélène le 5 janvier 2006 à 22 h 04 min

    Ca m’amuse beaucoup de t’imaginer hésitante devant ton étiquette de bikini Delphine, moi j’aurais viré la chose depuis longtemps ! ;-)

    Et pour la peau de rhino, rassure-tu, ça saute pas aux yeux ;-)

  • #22 Mélo le 5 janvier 2006 à 22 h 41 min

    C’est malin, à me parler d’étiquettes gratouillantes, ça me démange de partout!

    Je tiens à me joindre à ce joyeux groupe de protestataires en rajoutant que parfois, non contentes de gratter, les étiquettes font aussi des bosses disgracieuses. Je m’adresse ici tout particulièrement à monsieur Kookaï qui met des étiquettes de 4 mètres de long (en 47 langues comme il se doit) au niveau des hanches, sur ses pulls tout fins. Pffffff, aucun sens pratique!

  • #23 Hélène le 5 janvier 2006 à 22 h 59 min

    Ah, exactement Mélo, tu viens de soulever le deuxième effet pas du tout kiss cool de ces saloperies d’étiquettes ! Ca fait des bourrages papier sous les fringues, je suis contre.

    Mais dis donc , t’étais pas censée être sans internet la semiane toi ? J’ai raté un épisode, j’en suis sûre ! ;-)

  • #24 Esme le 6 janvier 2006 à 8 h 32 min

    En bref, les étiquettes ca ne sert a rien!
    – ca pique
    – ca gratte
    – ca sort
    – ca fait des paquets
    – mais ca nous fait rigoler….

  • #25 Ln75 le 6 janvier 2006 à 9 h 08 min

    En plus les étiquettes, quand elles ne grattent pas (… presque jamais en fait… là je suis bien d’accord …) rebiquent !

  • #26 elmaya le 6 janvier 2006 à 9 h 52 min

    Lili, va falloir y penser, rien que pour le moral ce serait drôlement bien ! :-)

    A part ça, je suis pliée de rire devant mon clavier, entre les étiquettes à demi-décousues et celles qui rebiquent !

    Comme dit Esme, on aura encore bien rigolé sur ce coup !

  • #27 LaCuillerEnBois le 6 janvier 2006 à 11 h 13 min

    C’est malin !

    Ca matin, j’ai mis un soutif neuf et depuis ça me gratte de partout !!! C’est bien la première fois !

    Sinon pour la mega-étiquette des string … dans cette époque de recession, d’inflation, d’économie, de retour à la nature …. si on la récupère, on lui colle un élastique … on obtient un deuxième string gratos !!!! On garde le beau pour quand on va pieutez chez les copines ou un nouvel amant, et le second pour tous les jours ou notre jules tellement habitué qu’il voit même pas si on a un pot de chambre sur la tête ! Et puis, en plus, ca peut lui faire de la lecture ! et même … s’instruire pour pouvoir le coller à la corvée de lessive ensuite !

  • #28 Nathalie 75 le 6 janvier 2006 à 11 h 14 min

    Ah oui le supplice de l’étiquette ….
    C’est l’horreur
    Une de mes dernières acquitions m’a fait halluciné : un tee-shirt nike avec une étiquette d’au moins 12 cm !!!
    Moi je découds avec un petit ciseau très pointu ou un découd-vite ( petit instrument pointu et tranchand)
    Sur mes vétements de sport ( non pas tapé hélène ) je découds les étiquettes intérieures et je m’en sers à l’extérieur quand il y a des petits accros.
    [email protected]

  • #29 Hélène le 6 janvier 2006 à 11 h 15 min

    Remarquable Gloria ! Je suis morte de rire ! ;-)))

  • #30 Ln75 le 6 janvier 2006 à 11 h 28 min

    Moi aussi et mon collègue doute fortement que je bosse, vu comme je me marre, c’est complètement impossible !!!

  • #31 elmaya-aussi-enroulée-dans-sa-polaire-devant-l’ordi! le 6 janvier 2006 à 11 h 31 min

    Mdr, Gloria ! Ca me rappelle cette image :

    urv.aurelien.free.fr/humo…

    Tu nous inventes l’étape suivante !

    (Va peut-être falloir que vous fassiez un copié-collé du lien dans votre barre de navigation…)

  • #32 elmaya le 6 janvier 2006 à 11 h 33 min

    Qu’on se le dise : je ne suis PAS enroulée dans ma polaire (j’ai juste un masque hydratant en papier sur la figure; une autre forme d’étiquetage ? ); ça m’énerve, ça reparaît à chaque fois!

    Et finalement, le lien marche.

  • #33 Esme le 6 janvier 2006 à 11 h 34 min

    Mais tu as le droit d’etre enroulé dans ta polaire si tu le veux et surtout si tu te sens bien!

  • #34 Hélène le 6 janvier 2006 à 11 h 40 min

    Ben oui quoi, y’a pas de complexe à avoir d’être saucissonnée dans une polaire, elmaya, on t’aime quand même ;-))))
    Et en effet ton lien marche, et il est très bien !

  • #35 elmaya le 6 janvier 2006 à 12 h 11 min

    C’est gentil, les filles ! mdr
    Mais là, avec le sèche-linge en route, il fait bien assez chaud dans la maison !

  • #36 deedee le 6 janvier 2006 à 12 h 27 min

    Enormissime !

    J’aurais pu moi aussi publier à tel coup de gueule contre ces petits bouts de tissus qui me gâchent la vie à moi aussi !!! C’est intolérable, et après, quand on les coupe, on ne sait plus à quel saint se vouer pour le passage en machine et je crains à chaque fois d’âbimer mes beauc pulls (déjà que quand yen a une, CF le pull de loulou, j’arrive à ruiner la fringue…)

    Bref, moi, je coupe, mais j’ai le même problème que toi: ça gratte encore plus. Je vois pas de solutions, ça me déprime tiens !

  • #37 celinette le 6 janvier 2006 à 12 h 53 min

    Moi aussi je dois avoir l’option peau de mamouth dans le dos, parce que la phobie des étiquettes; connait pas! Sauf bien sur, ces pourritures de rouleaux de papyrus que nos amis de zara mettent sur les cotés de leurs vetements, pile e l’endroit ou la peau est fine!!!
    Et en ce qui concerne les sous vetement je remercie princesse tam-tam avec leur nouvelles etiquettes toutes petites, douces et discretes.

  • #38 Esme le 6 janvier 2006 à 13 h 33 min

    oui chez princesse tam tam elle sont en tissu et cousu avec les memes fils que ceux des coutures donc pas de nylon qui gratouille, ni d’ailleurs de baleine qui veulent reprendre le large!

  • #39 Tiloui le 6 janvier 2006 à 20 h 46 min

    Hé alors hein si j’avais pas d’étiquettes moi, je pleurerai devant le sac à linge sale.
    Je suis le roi pour deviner s’il y a de l’acrylique dans un pull, mais franchement, heureusement que Nividic ne coupe pas les siennes, je ne voudrais pas passer mes soirées à palper ses pulls et ses twin-sets.
    Et pis tout laver à la main par défaut de preuve, merci bien.
    En tout cas je connaissais le coup des gens qui décousent les boutons chez les grands couturiers pour les placer sur leurs manteaux, mais pas les étiquettes!

  • #40 Hélène le 6 janvier 2006 à 20 h 51 min

    Juste ciel !!! Tiloui, te voilà enfin on my blog ! Mon week end va en être illuminé ! ;-)

    Reviens souvent hein ! ;-))

  • #41 marion le 6 janvier 2006 à 21 h 41 min

    ouarf oaurf ouarf !!!
    Que ça fait du bien de te retrouver ;o)
    Pour le coup, les étiquettes me déragent rarement, sauf les prospectus (comme tout le monde) … et je me souviens d’ailleurs d’une Hélène et d’une Mithra qui m’ont fait une remarque discrète genre (ta robe en laine est ravissante, mais on voit l’étiquette en transparence) :o)
    Pour les strings je vous bas à plate couture les filles : j’en ai un Simone Pérèle … qui a une étiquette devant !!!! On pourrait croire que c’est pas con comme idée au départ, mais finalement ça rebique constamment et ça gratte le bidon (et c’est pas plus glamour que l’étiquette au dos) …

  • #42 Hélène le 6 janvier 2006 à 21 h 53 min

    Et encore, toi tu n’as pas la tondeuse bikini conseillée par Esme, parce que là pour le coup, l’étiquette devant c’est pas envisageable ;-))))

  • #43 marion le 7 janvier 2006 à 15 h 08 min

    :o)))))))))))))))))))))))))))))))))

  • #44 Crazy le 8 janvier 2006 à 14 h 46 min

    Ah tiens ça me fait plaisir qu’il n’y pas que moi qui peste contre ces foutues étiquettes! Encore pas plus tard qu’hier j’ai fait l’acquisition d’un new jean’s et évidemment dans le dos ça gratte… La cause: le plus souvent c’est cousu avec du fil nylon, parfois très épais et quand un petit bout de ce fil dépasse de la fameuse étiquette (qui pour moi n’est pas tjs la seule coupable, mais bien le fil) c’est l’horreur!
    Etant tombé sur ton blog par hasard à la recherche de trucs de fille, je suis super bien tombée, je le trouve excellent!!! Bonne continuation! @+

  • #45 Hélène le 8 janvier 2006 à 16 h 07 min

    Merci Crazy pour tes compliements, et bienvenue chez les filles ! ;-)
    Je pense que tu as raison, c’est sans doute plus le fil que l’étiquette elle-même, qui gratte autant que ça… donc ça se confirme, couper ne sert à rien, il faut découdre !

  • #46 Didi le 18 février 2006 à 1 h 01 min

    Très chère Hélène,
    Au mieux j’y pense avant d’enfiler the pull, au pire, je l’arrache & ma collec’ est pleine de pulls-tshirts-etc troués en haut…
    Comme je suis du genre Bree Van de Kemp, je m’accorde cette petite grungitude déplacée, pour cause d’eczéma si je garde les étiquettes en question.
    Je te suis à 200% : Beurk les étiquettes !!
    PS : Accessoirement, quand elles sont belles, je les garde pour mon bricolage.

  • #47 Laurenn le 30 septembre 2006 à 22 h 09 min

    -> Hélène : J’étais explosée de rire en lisant ce post dans lequel, je me reconnais tout à fait… Je m/t’explique : un jour, j’ai fiat une réaction dans le cou, grattage +/- intense et résultat, excéma & Cie, bref RDV illico chez la dermato…
    Son verdict : l’étiquette du pull……!!!!!!!!!!
    Et donc, depuis, je coupe toutes les étiquettes un peu longues qui pourraient me gêner ! Ma mère a été surprise de ne pas trouver ces étiquettes sur mes vêtements lorsque je suis de passage chez eux et que je fais une lessive, mais, c’est facile, en général, tout se lave de la même façon (je t’expliquerai en détail une autre fois !) !

    Bon courage et à mort les étiquettes qui grattent !

    N’empêche, ton idée de "snob" devrait recevoir ses lettres de noblesses : qu’attends-tu pour en faire une déclaration à l’INPI (institut National de la Propriété Industrielle -> Brevet..) ??

  • #48 Hélène le 1 octobre 2006 à 12 h 18 min

    Ah Laurenn je suis comme toi, j’ai la peau du dos sensibilisée pour cause de port d’étiquettes pendant des années, maintenant même quand je les enlève ça continue à gratter, elles ont eu ma peau ;-)

  • #49 Myrtille le 28 mars 2007 à 15 h 12 min

    Ben moi j’ai investi dans un découseur (oui ça existe et ça s’apelle vraiment comme ça …) c’est un "ustencil" de couturière très pratique. Cela ressemble à une minuscule fouche à 2 dents, une pointue et l’autre arrondie, et entre les deux ça coupe … C’est pas clair, hein ? RDV au rayon mercerie de n’importe quelle boutique vous verrez … vous ne pourrez plus vous en passer.
    Sinon, y’a GapBody qui sérigraphie directement à l’intérieur des vêtement comme ça et bien ça gratte plus et en plus au bout d’un moment ça disparait carrément ! Voilà …

  • #50 Hélène le 28 mars 2007 à 16 h 59 min

    Oui oui aMyrtille, je vois très bien ce que tu veux dire, moi j’appelle ça un découd-vite ;-)

  • #51 missdior le 8 septembre 2014 à 10 h 25 min

    Je suis morte de rire !!!!!

  • #52 Jacquie le 5 juillet 2017 à 8 h 30 min

    Benneton est le pire – juré ! – le fil nylon est impossible à TOUT enlever, il reste toujours un tout petit bout qui GRRRRATTTTE !

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.