Vivre seule, une envie et un combat, par Miaou

26 mars 2008

tanjore_ecolieres.jpg« C’est arrivé vers 18 ans. Je me suis sentie pousser des ailes, j’ai eu envie de dîners romantiques sans mes frères dans les pattes, de sorties sans mon père attendant que je sois bien rentrée, de cuisine entre amis, de rêveries ininterrompues, bref, j’ai eu envie d’indépendance. D’un appartement.

Et puis je me suis rappelée à quel point j’ai toujours à la fois admiré et plaint ma mère qui vivait seule depuis des années. Et ces heures passées sur le perron de ma maison, fuyant les bruits d’escaliers qui craquent, et ma peur au ventre de croiser quelqu’un à chaque coin de porte. Dans la vie je suis pourtant courageuse, mais dans une maison je suis une trouillarde. J’ai toujours été une trouillarde, et je n’en démords pas. À cela s’est ajoutée la peur de la solitude, cette bonne vieille peur qui me laisse parfois immobile des heures sur mon canapé, à me demander ce que je peux bien faire avec moi-même.

Après maints essais, tantôt à vivre avec mon copain, tantôt à retourner chez Maman lorsqu’on s’est quitté (si, si, je l’ai fait !!), tantôt à habiter seule en fuyant la solitude avec des heures d’Internet toutes les nuits, je suis partie vivre ailleurs quelques mois, et j’ai fait de la colocation. Deux fois. La première fois était formidable, mais je savais que je ne pourrais pas vivre tout le temps comme ça, ça avait des airs de vacances. Et la deuxième fois s’est très mal passée. J’étouffais sous le poids de ma colocataire, et les moments où elle n’était pas là étaient une libération de l’esprit. Alors j’ai eu envie de retrouver mon studio, ma liberté, mes soirées entre amis. Car cette envie d’indépendance, au fond, elle ne m’a jamais quittée, mais je n’arrive pas à l’assumer.

Donc, vous avez deviné, en rentrant de ce lointain pays, j’ai couru… chez mon copain, oui, avec mon kit de survie. Et j’y suis restée quelques mois, comme un coq en pâte, laissant mon studio et toutes mes petites choses à l’abandon… Et puis comme il faut bien arrêter les conneries un jour, j’ai décidé de franchir à nouveau le seuil de chez moi. Oufh ! Un véritable capharnaüm : des valises posées partout, de la poussière, des objets qui traînent, et puis rien ni personne. Rien qui ne m’invitait à rentrer.

Alors une amie m’a prise par la main, et m’a emmenée m’acheter un radiateur, des petits coussins, des assiettes jolies, une télé, Internet, plein de choses pour me donner envie de rentrer chez moi, et d’y être bien.

Aujourd’hui mon appartement, je le trouve bien joli, et je m’y sens bien. Ou presque. J’ai toujours un peu peur. Et je me demande encore ce qu’on peut y faire seule. Alors je trouve des stratagèmes : faire tout ce que j’aimais faire lorsque mon épouvantail de colocataire sortait de la maison. Mais je suis un peu en mode survie, je ne profite pas pleinement. Et j’ai presque envie d’acheter un chat… Comme quoi, peut-être qu’elle ne me passera jamais complètement, cette peur de vivre seule.

Signé : Miaou »

182 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

182 commentaires

  • #1 cec jeune mariée le 26 mars 2008 à 9 h 26 min

    Ca passe, Miaou…

    Moi j’ai eu des « crises » de « mais ils font QUOI les autres gens d’eux-même » ??? Et pourtant j’ai toujours eu des apparts sympas, qui me plaisaient, et le même genre d’expérience de coloc que toi ;)

    Hi hi et moi aussi je suis retournée vivre chez mes parents, 2 fois (la dernière, à 29-30 ans quand-même, on m’appelait Tanguy…)

    Moi j’avoue que ca ne m’est en fait jamais passé, puisque je n’ai pu être sereine que lorsque l’Homme est entré dans ma vie et moi dans son appart ;)

    Mais j’ai une amie, qui avait les mêmes symptômes, et qui s’est totu d’un coup rendu compte que ca ne lui pesait plus du tout..

    Il y a de l’espoir ;)

  • #2 Hélène le 26 mars 2008 à 9 h 31 min

    J’ai été très intéressée par ton texte, Miaou, parce que j’adore vivre seule, et j’ai toujours adoré ça quand ça s’est trouvé comme ça.
    Sans doute parce que je viens d’une famille nombreuse et remuante, j’avais jamais la paix chez moi du coup je savoure comme une folle ma tranquillité d’aujourd’hui ;-)

  • #3 Molly le 26 mars 2008 à 9 h 31 min

    A vrai dire, je suis passée de « chez mes parents », a « avec mon chéri ». Mais j’aimerais pas trop me retrouver toute seule, déjà quand mon homme n’est pas la je ne me sens pas super a l’aise, encore ça va c’est un studio ca me rassure, parce que chez mes parents qd y a personne, je me sens toute petite dans la grande maison :(

  • #4 fanette le 26 mars 2008 à 9 h 33 min

    Comme c’est bizarre !!! Je ne suis pas du tout comme toi, et pourtant je comprends très bien tout ce que tu décris… Je vis seule mais je ne me sens pas seule.. Est-ce parce que c’est tout petit chez moi, ce qui m’incite à sortir? Et puis, c’est vrai (en y pensant) seule dans un grand appart… j’aurais peur peut-être… Mais tu n’as pas peur de la solitude « sociale », on dirait, juste peur de ton appart… on dirait plus une sorte d’agoraphobie… Non?

  • #5 laure le 26 mars 2008 à 9 h 35 min

    Un chat quand on a pour pseudo Miaou, ça me parait plutôt une bonne idée !

  • #6 sophie202 le 26 mars 2008 à 9 h 36 min

    Joli texte miaou et qui sonne très juste.

    Issue d’une famille de 5 personnes j’ai révé de solitude. Alors quand à 21 ans je suis partie, ce fut un soulagement sans mots, depuis petite j’ai vraiment besoin de moment seule. J’aime être seule et n’avoir strictement rien à faire. Partir en voyage de classe était pour moi à la limite du suportable, au bout de 3-4 jours des gens toujours avec moi ça me portait sur le système.

    Je n’arrive encore pas aujourd’hui à comprendre comment j’arrive à vivre au quotidien avec quelqu’un dans mon espace. Je m’enferme souvent seule, je préserve ma bulle dans les limite des compromis de la vie à deux et surtout j’envoie mon compagnon en we pour pouvoir être enfin seule dans notre appart ;-).

  • #7 leolu le 26 mars 2008 à 9 h 40 min

    j’ai habité seule dans un studio pendant presque 10 ans avant de rencontrer l’Homme.
    J’ai adoré vivre seule, être complètement indépendante, ne pas rentrer si j’en avais pas envie etc, peut-être parce que j’étais une fille unique très couvée par papa, maman.

    aujourd’hui, j’aime encore me retrouver seule quand l’Homme embarque les 2 petits en ballade, alors je me retouve avec moi même, dans le calme… même si ça ne dure jamais bien longtemps ;))

  • #8 sophie202 le 26 mars 2008 à 9 h 40 min

    ben voilà exactement comme Hélène, chez moi y’avait trop d’animation. Mais surtout en y réflechissant c’est aussi car j’aime être « maitre » chez moi et qu’on ne fiche la paix avec moi même. Aie aie aie on est autoritaire à tentdance égoiste ou on ne l’est pas hein…

  • #9 Keltia le 26 mars 2008 à 9 h 42 min

    Moi j’ai la hantise de vivre seule. Et j’admire celles et ceux qui parviennent, comme toi, se contenter de leur propre présence. Vivre avec quelqu’un, c’est comme une addiction pour moi, au point que je serais prête à avaler toutes mes frustrations de peur de me disputer avec mon copain et de me retrouver seule.

    Un chat, c’est sympa ;-) Moi j’ai pas pu résister :p et ça ajoute plein de vie dans un appart’.

  • #10 funambuline le 26 mars 2008 à 9 h 52 min

    Avec un pseudo pareil tu n’as pas de chat?

  • #11 Hélène le 26 mars 2008 à 9 h 55 min

    sophie202 je suis comme toi, indépendante, autoritaire et égoïste : dieu qu’on est bien seule, dans ce cas-là ;-)
    Me forcer à tre avec des gens tout le temps est la pire chose qu’on puisse me faire, je vis et travaille seule chez moi et pourtant il m’arrive encore de refuser des sorties parce que je n’ai pas mon compte de tranquillité ;-)

  • #12 Nadynette le 26 mars 2008 à 9 h 58 min

    Je comprends très bien ton texte parce que moi aussi j’ai peur d’être seule. J’ai dû m’y résoudre pourtant, puisque mon mari a dû partir pour l’armée (obligatoire pour tous les hommes en Suisse) durant trois mois, me laissant seule et inoccupée car au chômage entre mes études et mon premier job. Ajoutant à cela le fait nous vivions à l’époque dans un petit village très paumé dans lequel je ne connaissais personne… il n’en fallait pas plus pour me terroriser. Finalement, après avoir dormi des nuits avec la radio et la lumière, vivotant tout juste, je me suis dit qu’il fallait que ça cesse. Je me suis rendue compte que ma peur venait de ma grand-mère, qui avait très peur d’être seule, surtout la nuit, et qui m’avait communiqué ça (elle m’a élevée les premières années de ma vie). Maintenant, dès que je panique parce que je suis seule, je respire, j’essaie de penser à quelque chose d’agréable et ça va mieux. Mais je dois tout de même faire l’effort. J’imagine que c’est ça être vraiment adulte: faire des efforts :-)

  • #13 Cissou le 26 mars 2008 à 9 h 59 min

    Très chouette texte !
    moi aussi j’ai très vite voulu vivre seule. Quel bonheur ma cage à poule de cité U (alors que mes parents n’habitaient pas si loin que ça de la fac) !
    Après, entre la fin des études et mon installation dans mon vrai chez moi, quand j’ai eu mon travail, cela a été assez dur. J’étais très bien chez mes parents, qui en plus ne sont pas du genre à prendre la tête mais c’était plus pareil après les années de facs… à ce moment-là, j’avais du mal à comprendre les potes qui, une fois leur boulot stable trouvé, ne souhaitaientt pas pour autant quitté papa/maman. Ils avaient tous des super bagnoles, des supers fringues, claquaient leur pognon en sorties (c’est sûr que nourri blanchi sans frais, et sans loyer ni charges, on a vite de quoi se faire plaisir !).
    Mais moi, pour rien au monde j’aurais échangé, préférant galéré un peu à l’installation mais au moins, avoir mon chez moi !
    je me souviens, l’un des premiers plaisirs, quand j’ai été chez moi, ça été d’avoir plein de flacons de gel douche de chouette parfums différents et non plus le flacon famillial de 1l ;-)

    Après, est arrivé monsieur Chéri puis quelques mois après l’installation commune.
    C’est chouette aussi, c’est une autre vie mais il s’avère que mon mari, depuis toujours qu’on est ensemble, travaille en soirée 2 semaines par mois. Donc, j’ai encore régulièrement cette indépendance et au début, j’adorais ça, ces soirées pour moi !
    Mais j’avoue que maintenant, ces soirées sans lui et sans personne me pèsent par moment… Il y a quelques années, il y avait toujours une copine, des potes etc… en cas de coup de mou, mais maintenant, tout le monde est casé avec enfants et tout et tout… C’est plus difficile de débarquer chez les autres ou de sortir en semaine.
    Et puis on a déménagé plus loin de son boulot, alors on a beau faire, mais ça tracasse toujours un peu la route la nuit… mais revanche, ni maintenant dans notre nouvelle grande maison, ni avant j’ai eu peur, j’ai jamais habité non plus dans des coins isolés, avant ou maintenant.

    Mais c’est clair que bien souvent, pour moi c’est toujours un régal, de ne pas avoir de popotte à faire, de pouvoir aller faire les boutiques après le boulot et grignoter un morceau, ou alors trainer lamentablement en pyjama devant mes séries télé, prendre tu temps pour moi, avec mon bouquin, mon scrapbooking etc…

  • #14 Nadynette le 26 mars 2008 à 10 h 00 min

    Entre parenthèses Hélène, ton nouveau blog est très bien (et l’adresse du mien était fausse dans mon premier commentaire ;-)

  • #15 emmanuelle h le 26 mars 2008 à 10 h 05 min

    tout comme sophie202 et hélène, j’apprécie et la solitude et l’indépendance et vivre seule ne m’a jamais pesé.
    Mon mari est très souvent absent et en fait, j’apprécie énormément de pouvoir régenter ma vie et m’organiser comme j’aime…
    et je suis du genre moi aussi à refuser des sorties, voire à ne pas appeler – vive le mail – pour avoir la paix !!!

  • #16 Lullaby le 26 mars 2008 à 10 h 10 min

    Je suis très touchée, Miao, parce que je me reconnais complètement dans ce que tu dis. A tel point qu’après presque 7 ans de vie en solitaire dans une grande ville, j’ai fait une dépression carabinée (je ne savais pas pourquoi, mais la solitude s’est très vite avérée être la raison principale quand j’ai commencé à consulter) et je suis revenue vivre dans mon village d’enfance, parce que comme ça les soirs où j’ai besoin de voir du monde, ben mes parents sont pas loin et mes amis d’enfance non plus.
    Mais ça me fait encore peur, je me dis que si je ne rencontre pas mon Prince Charmant, le jour où il n’y aura plus les parents, ça sera le grand vide (les amis ont leur vie, on ne peut pas débarquer chez eux tout le temps), et je ne sais toujours pas comment appréhender ça.

    Maintenant ça a quand-même des avantages! Je mange ce que je veux, quand je veux, je fais ce que je veux, je m’enfile 5 épisodes de Gilmore Girls si ça m’amuse… Il y a du bien et du moche dans toute situation.

  • #17 funambuline le 26 mars 2008 à 10 h 10 min

    Pardon, je n’avais pas lu le commentaire de Laure.

    Sinon, je dois avouer avoir tout tenté, vivre seule plusieurs années, vivre avec un homme dans sa maison :-) , vivre en colocation, re-vivre chez mes parents après les avoir quitté (pas longtemps, ouf!). Et ben seule, j’aime, mais au bout de 5 ans, j’ai eu un peu peur de moi-même (j’ajoute que j’étais simultanément célibataire), quand quelqu’un déplaçait le sel, je me sentais perdue et je n’osais plus inviter des gens chez moi, c’était devenu mon antre où mes deux chats (pathétique la célibataire trentenaire avec deux chats, m’enfin bon) étaient les seuls à me côtoyer… et j’y passais de plus en plus de temps, seule, devant la télé, l’ordi, le nez dans un bouquin. Bref.

    Depuis l’année dernière j’ai re-choisi la colocation, j’aime ce mode de vie, vraiment, mais c’est vrai que j’ai aussi eu de mauvaises expériences, mais quand ça se passe bien c’est vraiment enrichissant. Je crois qu’une des clés est d’être indépendants, d’avoir des points communs mais des passions différentes, ce qui permet de partager sans se bouffer… l’idéal :-) (globulita, si tu me lis :-) ).

    Quant à vivre avec un homme, je dois avouer que j’ai toujours admiré le modèle Françoise Hardy-Jacques Dutronc: vivre proches mais pas ensemble. Avec zhom avons décidé de prendre notre temps et de ne le faire que quand on en aura vraiment vraiment vraiment très très envie et pas juste par facilité. On a aussi décidé d’avoir une chambre à coucher et une pièce télé bibliothèque avec un vrai lit, pour pouvoir dormir seuls et passer des soirées dans le même lieu mais en ayant la possibilité d’être seule (c’est vrai quoi, me couper les ongles des pieds devant une série débile, je préfère ne pas le partager avec celui que j’ai envie de séduire par mon glamour et ma culture :-) ). Bref.

    Mais miaou, un chat c’est vraiment chouette. Et vivre seule, c’est précieux et riche… si on prend le temps de s’occuper de soi, de son chez soi et de considérer ce temps-là comme privilégié.

  • #18 globulita le 26 mars 2008 à 10 h 11 min

    Hu, hu, alors, ça fait des années que je vis comme si j’étais en vacances vu que j’habite en colocation! ;-)

    J’aime beaucoup ce sujet car il concerne chacune d’entre nous. La peur de vivre seule et derrière, la peur de la solitude tout court.

    Fille unique, j’étais une enfant solitaire qui devait jouer toute seule par la force des choses. Heureusement, au début de l’adolescence, j’ai commencé les scouts et ce fut 10 ans de ma vie joyeux et communautaires et je me suis très bien accomodée de la vie en groupe.

    Je suis partie de chez ma mère pour m’installer avec mon copain de l’époque durant à peu près une année puis de multiples colocations à 4, à 3, à 2, que filles, qu’avec des mecs, je crois avoir testé un peu toutes les configurations. Quand mon ancienne colocataire m’a annoncé son prochain départ, j’ai envisagé de vivre seule (avec mon chat évidemment, c’est mort et triste un appart sans chat) mais en regardant le prix des locations, des charges à supporter toute seule, je me suis vite dit que ça valait le coup de continuer de partager mon appartement. Et le hasard a bien fait les choses.;-)

    Je n’ai pas peur de la solitude, j’aime bien être toute seule et j’ai vécu un peu moins d’une année seule dans un studio à Bruxelles. Sans chat. Bonne expérience mais si c’était à refaire, y’aurait mon chat dans mes bagages. Bref, tel n’est pas le sujet. C’est plutôt l’effet « vieille fille » de vivre seule qui me fait peur. On a facilement des habitudes, des rituels et de partager son logement permet de remettre en cause certains comportements figés et de faire preuve de souplesse. Bref, vivre en colocation me permet de rester « flexible », d’avoir un appartement qui vit quand je n’y suis pas et le triple de produits de beauté dans ma salle de bain! :-))

  • #19 leolu le 26 mars 2008 à 10 h 12 min

    emmanuelle h : moi aussi j’appréciait beaucoup les voyages professionnels de mon mari à une certaine époque ; en revanche, avec 2 enfants, je suis quand même bien contente qu’il soit là le soir pour m’aider… mais ceci est un autre débat :)

  • #20 globulita le 26 mars 2008 à 10 h 12 min

    Ben, funambuline, on a posté en même temps! ;-)

  • #21 Nicole le 26 mars 2008 à 10 h 13 min

    Joli texte, en effet!
    Je n’ai jamais vécu seule, je suis passée d’une maison à 5 à un studio avec mon chéri. J’ai toujours vécu « entourée », on est très famille et j’adore ça!
    Aujourd’hui on est 4 (avec mes 2 enfants) et je ne me vois pas du tout vivre seule… « peur »???

    Par contre, Miaou, j’ai un chat dont je dois me séparer car ma fille fait énormément d’allergies, si ça t’intéresse!

  • #22 laurence le 26 mars 2008 à 10 h 13 min

    Très joli texte, et très joli pseudo, miaou/chat, c’est un animal, qui aime bien qu’on le laisse tranquille …

    Je ne sais pas ce que c’est de vivre seule, je suis passée de la case papa-maman à la case l’homme, et cela depuis plus de 20 ans… la première qui rigole, je la tape !!! bref, depuis aussi longtemps dans la même situation, et étant à un âge où l’on se pose beaucoup de questions, je dois avouer que me retrouver seule, me fait super peur. En même temps c’est super attirant. Faire tout ce que je veux, sans avoir à tenir compte des autres, ça doit être grisant !

    Je travaille déjà toute seule toute la journée, et rentrer dans une maison vide le soir m’achèverait sans aucun doute.

  • #23 sosyl le 26 mars 2008 à 10 h 14 min

    Très joli texte.
    De mon côté, mêmes mariée, je n’en reste pas moins indépendante, ce qui étonne toujours nos amis. Il y a des semaines où nous avons juste une soirée en commun (parce qu’évidemment nos sorties ne coïncident jamais !). Samedi soir, nous sommes invités chez un de ses collègues que je n’apprécie pas, je n’ai pas envie de me forcer (de toute façon, je ne sais pas faire. Je sais, je suis égoïste, j’assume !!). Du coup, il culpabilise de me laisser seule, mais moi c’est le contraire, je le pousse à y aller !
    Le plus drôle, c’est quand nous rentrons chez nos parents (qui habitent pas à 2 pas les uns des autres), chacun dort chez ses parents respectifs ! Le pied ;-)

  • #24 Strange Lady le 26 mars 2008 à 10 h 16 min

    Je n’ai jamais vécue seule. Mais mon mari part souvent plusieurs semaines pour son boulot, et au contraire de toi, j’adore avoir les murs pour moi toute seule. Bon je suis une douce naïve, qui croit que tout le monde est gentil. Je n’ai pas peur d’être seule, je ne ferme jamais la porte (même si ca rend dingue ma famille), car je ne pense jamais à ce qui pourrait m’arriver de mal. J’ai une grande famille aussi, qui est souvent à la maison. Les we ont est toujours une bonne dizaine, la semaine, il y a les copines, les parents ou les enseignants de l’école, les gamins que l’on garde pour dépanner, Maman qui a un truc super urgent à me montrer… Et pour moi c’est l’inverse, j’adore être seule et dans le silence, et j’ai un mal fou à l’obtenir. Je rêve secrètement d’un anniversaire, où je ne verrais personne et pourrais me retrouver seule à seule avec moi-même toute une journée ….

  • #25 Miaou le 26 mars 2008 à 11 h 23 min

    Salut les filles!

    Wouhaouh, ça fait bizarre de voir ses pensées sur MBDF!

    Merci pour tous vos commentaires, je les ai tous lus, et ça donne envie de continuer, surtout cette phrase de funambuline: « Mais miaou, un chat c’est vraiment chouette. Et vivre seule, c’est précieux et riche… si on prend le temps de s’occuper de soi, de son chez soi et de considérer ce temps-là comme privilégié. »

    Alors, d’abord sur le surnom, je m’explique, j’ai adopté le surnom à peu près quand j’ai écris le texte. J’ai dû changer de surnom, pour une histoire… bref, et donc, non, je n’ai pas de chat, j’en ai juste envie. Mais j’hésite encore parce que je suis quand même beaucoup hors de chez moi, j’ai pas mal d’activités le soir, là je m’en vais trois semaines quelque part pour mes études, et j’ai peur de ne pas gérer. D’ailleurs, Nicole, pour ton chat, je crois que si j’en prends un j’ai envie de le prendre chaton, j’y ai beaucoup réfléchi, et je crois que si je ne m’entendais pas avec mon chat, j’aurais envie de lui mettre des coups de pieds aux fesses, comme dans les Trois Frères. Je ne suis pas d’un naturel généreux avec les animaux, sauf quand il y a un véritable truc entre nous. C’est pour ça que j’aimerais l’avoir quand son caractère n’est pas encore forgé. Mais il y a un site bien pour ce genre de choses, c’est: http://paris.kijiji.fr/f-Animaux-et-leurs-accessoires-Chats-W0QQCatIdZ249
    En tout cas vos commentaires m’ont donné encore plus envie d’en prendre un. C’est fou le nombre d’entre vous qui a un chat.

    Sinon, pour répondre à beaucoup d’entre vous, moi aussi je viens d’une famille nombreuse, où il y a toujours eu beaucoup beaucoup d’animation. Mais il se trouve que j’adorais ça. Mais comme je le dis, j’ai quand même eu envie que ça s’arrête. En fait, ça n’est pas l’envie qui me manque, mais je n’y arrive juste vraiment pas. Et lorsque je suis retournée chez ma mère quelques mois il y a quelques années, je craquais, je ne supportais pas de vivre avec si peu d’indépendance. D’ailleurs, je serais bien incapable de vivre à nouveau avec l’un de mes parents aujourd’hui.

    La coloc, j’ai adoré, mais j’avoue que ma tranquilité me manquait. C’est la que vous vous dîtes: « mais elle est folle? » Ben, sur ce coup là, j’avoue, je suis un peu pathos :-) Et d’ailleurs, certaines d’entre vous ont assimilé le fait d’être seules aux moments où leur mec/copain/mari/homme n’est pas là. Mais, si j’avais un endroit que je partage avec mon copain (que je n’ai plus d’ailleurs :-) je serais bien contente qu’il s’en aille de temps en temps, et ça ne me ferait pas peur, parce qu’il reviendrait. Allez comprendre.

    Je me suis aussi reconnue dans les commentaires de celles qui disent qu’elles s’occupent avec les copines, les amis, la famille. Moi aussi je fais ça, et moi aussi je redoute le jour où ils disent « non », et ça arrive bien souvent, et je me dis « un jour les gens en auront marre ». Mais pour l’instant ça va, et puis je suis sage :-) je reste quand même souvent chez moi. Et je m’occupe.

    Fanette, oui, c’est vrai, la peur de mon appart n’est pas très rationnelle. En plus c’est un petit studio. Et ceci dit, ça passe avec le temps. Un peu, mais pas complètement.

    En tout cas vos commentaires, pour celles qui vivent seules, sur le plaisir que ça leur apporte, me donnent envie de continuer. Parce que j’ai vraiment envie de vivre cette expérience. J’ai envie de connaître l’indépendance, parce que je sais que ça peut aussi m’apporter beaucoup dans une future vie amoureuse, et aussi dans ma vie tout court. Et parce que j’aodre penser, rêver, et que lorsque je suis seule en voiture, je peux faire des milliers de kilomètres sans m’ennuyer ni craindre ma solitude.

    Merci aussi à celles qui n’aiment pas vivre seules, de le partager. A celles aussi qui n’ont jamais vécu seules, et qui ne le voient pas du tout comme un problème, tout ça fait relativiser.

    Bon, il faut que je retourne à ma finance. Mais je repasserai bientôt, je me connais, je ne vais pas résister longtemps.

    Merci les filles!

  • #26 Nicole le 26 mars 2008 à 10 h 24 min

    Sosyl, tout comme toi!!!
    Malgré mari + 2 enfants, on reste hyper indépendants!
    On profite un max des vacances scolaires, par exemple, quand les enfants sont chez les grand parents dans le sud-ouest. Du coup, on fait nos soirées chacun de son côté, et on s’en garde 1 ou 2 pour nous deux.
    J’ai pas peur de la solitude, mais je ne pense pas pouvoir VIVRE seule.

  • #27 sophie202 le 26 mars 2008 à 10 h 26 min

    @sosyl moi qui aime être seule à rien faire il a fallu que je me dégotte un homme qui ne comprend absolument pas ça. Resultat il s’excuse pdt trois heures d’aller diner avec ses collègues. Mais non chéri mais vaz’y surtout surtout vaz’y… je suis bien assez égoiste pour te le dire si ça me génais le moins du monde… Et nous aussi on rentre parfois chez nos parens respectifs séparément y’a plein de gens qui comprennent pas. D’ailleurs je dois dire que comme j’ai mis 500 km entre ma famille (que j’aime) et moi, je mettrai bien la même distance avec mes beaux parents ;-)).

  • #28 Miaou le 26 mars 2008 à 11 h 32 min

    @Nicole: je t’ai répondu plus haut, mais Hélène peut nous mettre en contact mail si tu veux, comme ça on en discute tranquillement.

    @Cynthia283: c’est une très bonne question que tu poses. Et si je ne me reconnais pas du tout dans la fin de ton commentaire, c’est à dire que j’ai très peu de contacts Facebook, par exemple, que je ne cours pas après les gens, je n’ai pas envie de m’entourer de plein de gens que je ne connais pas vraiment, ou que je n’apprécie pas vraiment, et je suis souvent seule. J’ai quelques amis, et quelques bons copains/copines, et ça me suffit. En revanche, ta question m’intéresse parce que la vérité, c’est que je suis bien avec moi-même, mais au travers du regard des autres. Avec les années je prends confiance en moi, mais je ne suis pas encore autonome dans cette confiance. Et j’ai besoin de quelqu’un qui reflète les choses. J’ai besoin de partager ma vie, mes passions, mes idées, mes aventures, avec quelqu’un. Voilà. Mais je sais que plus ce besoin est nourri, d’une manière saine, et pas dans la dépendance, plus je prends confiance en moi, et moins j’en besoin.

    Bon, j’avais dit que je filais :-)

  • #29 leolu le 26 mars 2008 à 10 h 33 min

    nous aussi, on est super indépendants, de toute façon, je n’aurai pas supporté un mec tout le temps collé à mes basques, ce que j’ai pu voir pendant toute mon enfance avec des parents qui formaient un couple très fusionnel, beurrrrrrrk ;)

  • #30 funambuline le 26 mars 2008 à 10 h 35 min

    @ Sophie202: ça te permet quand même de le « traîner » à des rencontres… c’est pas mal :-)
    @ globulita: ben ouais, évidemment, fallait en plus qu’on poste en même temps, on est sauves, on est pas dans le même endroit :-)

  • #31 sosyl le 26 mars 2008 à 10 h 46 min

    @sophie202 : je porte le même prénom que toi, ça doit jouer ;-)
    Je pense que mon mari a appris à déculpabiliser, mais là c’est un samedi et normalement on les passe ensemble ! Mais j’ai une certaine force de persuasion, je vais y arriver :-))
    Bon on devrait se faire une soirée « filles-célibataires-qui-se-sont-débarassées-de-leur-mari-samedi » !!

  • #32 Coralie Marie le 26 mars 2008 à 10 h 50 min

    Ouh la la, mon appart est en travaux en ce moment, donc dans la journée mon père bricole à côté de moi, et le soir je suis de retour chez eux. Pourtant j’y vais quasi tous les WE, mais là je souffre un peu, ma tranquillité et mon indépendance me manquent !!
    J’adore vivre seule, je suis horrifiée par les gens qui passent direct de la case papa-maman à la case couple sans connaître cette expérience tellement libératrice ! Vive la liberté :-) Ma peur se serait plutôt de ne pas réussir à y renoncer pour vivre à deux et surtout à trois avec un éventuel bébé, parce qu’en couple des apparts séparés c’est gérable, mais une famille…

  • #33 marilecl le 26 mars 2008 à 10 h 52 min

    Tout comme beaucoup d’entre nous, je ne supporte pas la solitude.

    J’ai tout fait : studio, colocation ( au bout de quelques mois, je reve de reprendre un appart pour moi seule) , vivre en couple mais aujourd’hui me revoilà de nouveau dans mon appartement toute seule ! Et c’est drôle car justement j’y pense de plus en plus: et si je prenais un chat! Mais je voyage beaucoup , et ce serait trop galère pour le faire garder !

    Alors effectivement, y a tout ces petits moments super quand on vit seule ( les séries télé jusqu’au milieu de la nuit, les soirées  » je prends soin de moi » avec la musique à fond, les je m’avachis dans mon canap’ avec un bon bouquin pendant 6 heures, et je mange ce que je veux…) mais il y a aussi ces fameux jours, où tous les amis sont pris, que j’ai envie de voir du monde( j’habite loin de ma famille) et là….grosse déprime !!!
    Alors dans ces moments là je erre dans mon appart’ et je broye du noir … mais bon ca ne dure jamais très longtemps et heureusement !!

  • #34 Nicole le 26 mars 2008 à 10 h 56 min

    Ah, ça me rassure!!!!! Justement demain soir c’est ma soirée « copines »!!!
    Puis lui, il a ses répètes (il est musicien), ses concerts, ses débriefs etc…
    On a une super baby siiter aussi, ça aide! :-)

  • #35 sophie-marine le 26 mars 2008 à 11 h 11 min

    Bonjour à toutes!
    Je suis partie de chez mes parents à 18 ans pour faire mes études, ça fera bientôt 4 ans que je vis seule dans mon studio. J’adore, parce que je suis très indépendante. Mais cette année j’ai un peu bifurqué dans mes études, je vois moins souvent mes amis de la fac, et la solitude me pèse un peu…j’aurais aimé avoir un chat, mais c’est trop petit chez moi… alors dans les moments de légère déprime, je m’occupe ( déco, shopping…) et mon moral revient vite!

  • #36 Mlle Crapaud le 26 mars 2008 à 11 h 12 min

    Ton texte sonne très juste à mes oreilles. J’ai 19 ans et je vis dans une maison grande en banlieue, avec jardin, et grande famille (on est 5). J’aimerais vivre seule pour avoir ENFIN un peu d’indépendance. Ça surprend beaucoup les gens quand je leur dis « Non, je ne veux pas de colocataire, je veux être seule, totalement seule », mais je veux vivre sans limite pendant un temps de ma vie, au moins pour apprendre à me connaitre et à tester justement mes propres limites. Je n’ai pas envie de passer de chez mes parents à avec mon copain directement (pourtant, il est génial hein), j’ai très envie d’un temps seule.
    Mais j’en ai pas encore parlé à mes parents, donc bon. -_-

    Quant à prendre un chat… j’adore mon chat personnellement et j’adore quand il me réveille le matin. C’est juste un délice. Donc, n’hésite pas. Un poisson c’est drole aussi, mais ça ne caline pas.

  • #37 Nicole le 26 mars 2008 à 11 h 18 min

    Miaou!!! je renouvelle mon offre pour récupérer mon chat!!! Dis moi si ça te branche (il est super, c’est vraiment une question d’allergie pour ma fille)

  • #38 cynthia283 le 26 mars 2008 à 11 h 21 min

    Ton témoignage me remplie de curiosité. J’ai en effet du mal à te comprendre, et même si personne n’a abordé ( il me semble avoir lu tous les commentaires) ce sujet, je me demande si simplement tu es « bien avec toi même??? ». J’entend par la bien dans ton corps et bien dans ta tête. Heureuse de toi finalement. Enfin, je pousse peut être un peu, mais si j’avais une amie comme ça je lui poserais cette question en premier. Et puis si la réponse est oui, je crois que je serais juste interloquée…
    Perso, parfois si j’ai peur de la solitude c’est simplement quand j’imagine une séparation dans mon couple et du mal à visualiser cet avenir… En revanche, aujourd’hui où nous sommes 4 (on a 2 monstres), j’adore les soirée ou les stroumphs sont au lit et mon mari à son entrainement de hand. J’aime mes soirées paisibles et c’est encore mieux quand il n’y a vraiment personne. Ma compagnie me convient tout à fait, c’est ce que j’entend par être bien avec soi même….
    Un chat pourquoi pas, mais ça ne reste qu’une béquille finalement. Beaucoup de témoignages au-dessus, parle de cette même peur de la solitude, j’ai l’impression aussi que c’est un mauvais phénomène de société ou l’on vit entassé sans se connaitre et où l’on attend de nous d’avoir un max de connaissances. Les gens utilise leur portable, face book… on dirait que ça rassure et qu’on est dans la « plaque ».

  • #39 Delphinoid le 26 mars 2008 à 11 h 26 min

    Je trouve ton texte très intéressant Miaou.

    Même si j’aime vivre seule (je suis fille unique et je suis habituée à avoir mon indépendance hi hi), je comprends tout à fait qu’on puisse ne pas se sentir bien chez soi (j’ai mis 1 an à m’habituer à mon appartement parce que ce n’est pas mon appartement idéal mais l’appartement idéal pour mes finances hu hu).

    Effectivement, si tu te sens si seule, je te conseille de prendre un chat, histoire d’avoir une présence chez toi :)) Par contre, il faut trouver une bonne âme pour le garder quand tu pars en vacances ;o)

  • #40 sophie202 le 26 mars 2008 à 11 h 30 min

    ouaip fumambuline mais là c’était l’inverse je serais bien venue seule, mais toute la semaine séparés je me suis dit n’abusons pas et comme j’avais qd même envie de venir ben on est venu ensembles… Mais il est arrangeant il veut bien venir voir des copines que j’ai même jamais vu ;-).

    Bon sur ce on se remt ça qd tu veux ;-) et je pourrais même songer à laisser chéri à la maison ;-).

  • #41 laurettebis le 26 mars 2008 à 11 h 32 min

    A peine après avoir retrouvé un semblant de vie familiale auprès de mon oncle et ma tante,
    j’ai dû quitter ma famille pour poursuivre mes études et trouver un travail dans une autre région.
    J’avais très peur au début de me retrouver seule et de faire face à plein de choses que je n’avais pas l’habitude de gérer. J’avais 19 ans.
    Mais au fil du temps, je me suis construit un petit « nid » sympa que j’étais très heureuse de retrouver le soir après le boulot. Même, quand je rentrais voir ma famille, à la fin du
    weekend j’étais ravie de me retrouver seule dans mon petit chez moi, de faire ce que j’avais envie, de traîner…

    Bon j’ai aussi eu des coups de blues, des moments de solitude. Dans ces cas là, je sortais voir mes amis par ex. et çà passe super vite !

    Je pense que cette peur de vivre seule passera avec le temps Miaou…si tu te sens bien dans ton chez-toi, c’est déjà d’une grande aide…

  • #42 Mzelle Dee le 26 mars 2008 à 11 h 32 min

    Je n’aurais jamais pu vivre la colocation! j’ai adoré vivre seule, ne rendre de compte à personne, faire ce que je voulais, quand je le voulais comme je le voulais, avoir mon appart’ qui me ressemblait où j’étais bien, mener ma pte vie! Qd l’Homme est arrivé, on a d’abord habité chez moi, j’ai très mal vécue cette période. Une impression d’être envahie, partager chez moi a été très difficile. Depuis on a trouvé une maison, plus grande, et puis on a fait des concessions tous les deux, pour s’y sentir bien tous les deux..Il a sa pièce, il en fait ce qu’il veut, il me laisse plus ou moins faire ce que je veux dans les autres (mais j’ai mis de ses affaires aussi qd même ;-)) ). Et puis ça se passe bien pcq on a tous les deux nos moments de « solitude », on s’est trouvé un équilibre et on est bien ;)

  • #43 cynthia283 le 26 mars 2008 à 11 h 49 min

    Miaou, c’est superbe je trouve de pouvoir mettre des mots sur ta confiance en toi même à travers les autres. Le reconnaitre est il me semble déjà énorme dans ton acquisition d’autonomie. J’étais totalement à coté de la plaque et je trouve ça génial de lire ton commentaire, car ça m’ouvre l’esprit sur d’autres façons de vivre « les choses ». En tout cas, insister pour y arriver et éviter la dépendance et bien je dis bravo…

  • #44 globulita le 26 mars 2008 à 11 h 51 min

    J’y réfléchis depuis ce matin. Bien qu’adepte de la vie en colocation, je me dis que vivre seule (tout comme le célibat assumé d’ailleurs) est une expérience indispensable, à mon avis, à toute jeune femme. Je m’explique et vous qui avez passé de chez papa-maman à la vie en couple, n’y voyez pas l’ombre d’un jugement mais plutôt une constatation.

    Un couple a plus de chance de se séparer à terme que de vieillir ensemble. C’est un fait. Donc, se retrouver lâchée par son mari à 40 ans ou choisir de partir est statistiquement très probable (désolée pour les princesses qui croient encore à l’amour éternel). Et avoir habité seule et savoir être indépendante dans sa tête et d’un point de vue pratique me semble être un sacré acquis par rapport aux difficultés de la vie.

    Enfin, c’est mon point de vue et donc, Miaou, profite de ton expérience, c’est tout ça de gagner sur la vie!

    Et HS mémère à chats: avec un chat adulte, tu connais son caractère. Un chaton, c’est mignon mais c’est la surprise sur le comportement du félin.

  • #45 princessevarda le 26 mars 2008 à 12 h 00 min

    C’est étonnant, ton texte, Miaou… moi j’adore être et vivre seule.
    Enfin, j’adorais, parce que maintenant, j’ai des enfants et un amoureux alors la solitude c’est plus pour tout de suite…..mais je savoure les rares moments où la maison est vide.

  • #46 splatchounette le 26 mars 2008 à 12 h 01 min

    ah, moi aussi je détestait la solitude. En fait, je crois que ça vient de mon enfance. Mes frères étaient toujours « supers » et moi, j’étais le vilain petit canard pour mes parents. Et à l’école, vu que j’était la 1ere de la classe, on me mettait de côté (et on faisait même des concours de crachas sur moi, c’est dire). Et puis, il y a 2 ans,je suis partie vivre en Angleterre, sans la famille, sans les amis. J’ai vécu en coloque avec 9 personnes (oui, c’est énorme). Et du coup, j’ai apprécié la solitude. Mais parfois, j’ai quand même besoin de voir du monde….

    ça dépend des périodes quoi ;)

  • #47 Nicole le 26 mars 2008 à 12 h 03 min

    @Miaou: j’y ai mis une annonce…

    @ Hélène: tu peux me mettre en contact avec Miaou, stplé?

  • #48 Mariel le 26 mars 2008 à 12 h 21 min

    Bonjour,
    et coucou, il y a longtemps que je n’ai pas répondu.

    Ouh là la ! Je me sens « visée » par ton texte, Miaou….
    Je suis restée très longtemps chez mes parents (aînée de 5 enfants… mes frères et soeurs se sont mariés avant moi) si Bien qucar j’avais trouvé un travail à côté de chez eux (et on habitait à la campagne).
    Depuis toute petite, j’ai toujours été très solitaire.

    Après une période de chômage, j’ai trouvé du travail en ville (dans un autre département, et à 150 km). Et j’ai vécu seule (dans un studio situé dans une maison individuelle, avec jardin, avec la proprio qui habitait au rez-de-chaussée) seule… c’était « mon rêve », enfin je le croyais… car je passais mon temps à sortir de chez moi, à marcher en ville, je rentrais très tard du boulot, j’apportais même du travail à faire le soir ou le week-end (les rares week-end où je ne retournais pas chez mes parents) certainement pour « tuer le temps ».
    Je n’avais aucun(e) ami(e) et mes collègues n’habitaient pas dans la même ville que moi.
    Bien sûr, j’avais « copiné » avec la proprio et comme j’avais une voiture (pas elle) je lui faisais ses courses et l’emmenais parfois « à droite ou à gauche »….

    2 ans après, j’ai rencontré celui qui allait devenir mon mari ; j’ai habité en HLM (chez lui !) et lorsqu’il travaillait la nuit, ou les week-end j’étais assez mal à l’aise car j’entendais les bruits de pas, de portes, de musiques, des voisins…

    Maintenant on habite à la campagne, on a un grand jardin (et un chat) Mes 2 enfants sont à l’école et mon mari est absent toute la journée… parfois, je suis heureuse d’être seule ; parfois, cela « m’angoisse » un peu…(je continue, parfois -mais uniquement quand je suis seule- à rester immobile, les yeux dans le vague à penser et à faire des « plans sur la comète »… ou alors, au contraire, à faire les « 100 pas » si quelque chose m’inquiète ; pourtant, je ne m’ennuie pas ; j’ai toujours plein de choses à faire (mais il m’arrive encore de penser que je veux faire des choses pour « tuer le temps », pour « m’occuper »… Bizarre, non ?

    Pendant les vacances, je me sens plus « tranquille » car je sais que mes enfants sont à la maison. Mais en même temps, parfois, j’aimerais bien être « seule »….
    De même, quand mon mari est là, je suis contente, mais en même temps « je ne peux plus faire ce que je veux »
    Il me semble, que dans mon cas, je ne suis pas très « nette », psychologiquement…

  • #49 Galinette le 26 mars 2008 à 12 h 37 min

    AH et bien pour changer, moui aussi j’ai la hantise de vivre seule pourtant je suis bien chez moi et on me traite souvent d’ours car je ne sors plus beaucoup (l’âge sans doute!!). Mais j’ai adopté un chat et c’est fou ce qu’un petit animal apporte comme compagnie, je n’étais vraiment plus seule. Et puis un homme s’est inséré dans ma vie et malheureusement il était allergique aux poils de chat. Mais ne vous inquiétez pas c’est pas le chat qui est parti… Puis j’ai renconté quelqu’un qui adore les animaux et qui s’est fait à mon appart, à mon chat et à moi!!! Je pense que le tout c’est de trouver un équilibre.

  • #50 Nicole le 26 mars 2008 à 12 h 44 min

    Ouaaaahh!! tant mieux galinette!!! Moi, je ne me vois pas mettre ma fille dehors à cause de son allergie… elle n’a que 5 ans! :-))))

  • #51 Mouniou le 26 mars 2008 à 12 h 44 min

    Merci Miao pour ce texte.

    On pourrait dire que le sujet est relativement complexe ; et, qu’ il dépend aussi des âges et moments de la vie souvent, presque autant que de la personnalité.

    Pour ma part ( les années s’accumulent beaucoup maintenant ), j’ai vécu 17 ans seule. Chambres d’étudiante, appart.
    D’une nature indépendante, ces années furent agréables (très agréables), et, parfois, ou souvent (récemment), une vraie plaie.

    Mais, même si l’on vit seule, lorsque l’on a quelqu’un (un homme aimant) dans sa vie, l’on est jamais seule je trouve.

    Si l’on a plein d’amies à l’extérieur à voir pratiquement chaque jour, cela change aussi la donne.

    L’animal domestique c’est sympa, mais ça ne parle pas. Et si c’est un plaisir, il convient de mesurer le plaisir et les contraintes.

  • #52 princessevarda le 26 mars 2008 à 12 h 51 min

    @Nicole, j’ai 3 chats chez moi et on s’est aperçus que mon fils est allergique.
    Il prend de l' »aerius »(sirop sur prexcription médicale, super bon dixit mon fils) tous les jours et n’a plus aucun symptome.
    Tu as essayé?

  • #53 dola le 26 mars 2008 à 12 h 55 min

    J’ai expérimenté la colocation, vécu tôt en couple, et ai finalement peu vécu seule mais je garde un très bon souvenir des ces quelques mois.
    Pas pesant du tout, la sensation d’être tranquille et libre de mes mouvements. Comme Delphinoïd, je suis fille unique et chéris le calme et la tranquillité.
    Avec 1 mari et 2 enfants j’ai rarement l’appart’ pour moi seule et suis ravie quand ça arrive ! Je regrette même parfois le temps où mon mari bossait de nuit ou les WE et où j‘avais de long moments de solitude. Ceci dit, avec 2 enfants en bas âge, je suis contente de l’avoir à la maison.
    Et j’adorerais avoir un chat mais j’ai 2 allergiques à la maison….

  • #54 So lucette le 26 mars 2008 à 12 h 56 min

    Je suis moi aussi autoritaire à tendence égoiste, ce qui fait que j’aodre que tout le monde soit là pour commander ET que tout le monde soit parti pour savourer ma tranquilité. Vivre seule ne m’a jamais posé problème et pourtant je suis la plupart du temps très entourée.
    A lire ton texte, Miao, je me dis que la vie seule peut ne pas être marrante du tout, et je pense que je vais revoir mon jugement à l’égard de certaine personne de mon entourage qui est peutêtre simplement parlysée de peur à l’idée de vivre seule … merci

  • #55 emmanuelle h le 26 mars 2008 à 13 h 02 min

    eh salut copine !!!!!
    ça fait du bien de te lire !!
    comment ça t’es autoritaire ?? tu serais une aînée, voire une prof voire aussi une mère de famille nombreuse avec essentiellement des garçons ?????

  • #56 Cagaroule le 26 mars 2008 à 13 h 20 min

    Bonjour,

    Je rejoins Globulita: je pense que vivre seul(e), je dirais même apprendre à vivre seul(e), à un moment de sa vie est un mal nécessaire, et que plus tôt on le vit mieux c’est (dans sa vie d’adulte, pas pour les enfants, hein!).
    Bien sûr, au début cela fait tout drôle d’avoir ses propres factures à payer, son frigo à remplir, son budget à gérer, etc, mais avec le recul, on apprend beaucoup sur soi; rien de mieux que de se retrouver face à soi tous les soirs pour se connaître et « régler » certaines questions. Sans compter qu’à 18 ans, dans mon cas personnel, quelle fierté de faire tourner une mini maison seule, alors que certains ont leur sandwich fait par maman dans leur sac… (j’exagère un peu mais l’idée est là…)

    Je pense que la vie peut être dure, et que plus tôt on a appris qui l’on est, et comment gérer son quotidien seul, moins on est surpris en cas de problème. Retrouver un rythme expérimenté 20,30,40,… ans plus tôt me paraît plus doux que le découvrir abruptement « sur le tard ».

    Je précise, je n’émets pas de jugement de valeur, juste un retour d’expérience.

  • #57 Nicole le 26 mars 2008 à 13 h 24 min

    @princessevarda: on a essayé plein de trucs, je sais plus les noms… Elle a pris du Primalan pendant 5 mois, et s’est faite opérer il y a 15 jours (végétations + paracintèse), et l’ORL pense que ça peut être lié au chat.
    J’ai pas envie de la voir traitée « à vie », tu comprends…? :-(

  • #58 Seccotine le 26 mars 2008 à 13 h 37 min

    C’est marrant, en lisant le titre de cet article, je me suis dit : « tiens, ça parle de moi ». Et en fait non. :o)
    Ca commence pareil, mais au final c’est carrément l’inverse.
    Vous voyez le stéréotype de la vieille fille trentenaire-à-chat, qui ne supporte pas qu’on vienne mettre le souk dans sa petite vie bien rangée ? Ben c’est moi. :o)
    Et j’en profite un max.
    Pire que ça, j’ai même pas peur, ni honte, c’était mon objectif dans la vie, je suis vachement fière d’y être parvenue.
    Parce que là aussi, on peut parler de combat, ça a pas été facile !
    Entre 0 et 17 ans, les parents sur le dos en permanence, entre 17 et 22 ans, les potes de fac qui passent TOUS les soirs comme si mon appart était le dernier bistrot à la mode, de temps en temps un mec occasionnel qui se sent suffisamment en confiance pour poser ses valises (bon, pas d’un coup, les valises, en général ils se débrouillent pour éviter l’effet-ressort en posant d’abord la brosse à dents, puis un ou deux slips de rechange, une paire de chaussettes… jusqu’à ce que BOIIIING ! :o)

    Alors, sans rire, qu’est-ce qu’on peut faire toute seule dans un appart’/maison ?
    D’abord, régler le problème si tu te sens pas en sécurité : mettre la main sur le pourquoi et trouver la parade. Ca paraît idiot, mais moi dans ma baraque ouverte aux quatre vents, au début, le moindre bruit la nuit me faisait bondir. J’ai mis des volets, maintenant je me sens en sécurité, je dors comme un loir.

    Ensuite, faire la grasse mat, regarder la télé/surfer sur internet/bouquiner à l’envi, y compris à l’heure des repas, répondre « oui pas de problème j’y serai » ou « non ça me gonfle j’y serai pas » aux invitations au lieu de « attends, je demande son avis à machin », prendre la voiture pour aller faire un tour à tataouine parce que t’as subitement envie d’aller faire un tour à tataouine, prendre une journée de congé sauvage et aller faire un tour à la mer, dessiner, peindre, aller au ciné voir le même film pour la 4ème fois, faire des photos de ton chat affalé dans une flaque de soleil, changer les meubles de place, mettre la musique à fond et danser en ayant l’air d’une débile, mais on s’en fout ça défoule, traîner en pyjama jusqu’à 18 heures, bouquiner dans ton bain jusqu’à 20 heures et remettre un nouveau pyjama en sortant, rentrer du boulot à 21 heures parce que t’avais un truc à finir sans te prendre une engueulade, faire le ménage à 2 heures du mat parce qu’avant t’avais pas envie mais maintenant ça te prend, manger un truc infâme que tu viens de cuisiner, en rire et te sortir un bol de céréales (spéciale dédicace à mon grand-père qui ne supporte pas les écarts culinaires de ma grand-mère)… Bon, j’arrête là ?

  • #59 Z. le 26 mars 2008 à 13 h 48 min

    Bonjour à toutes :)

    Je me sens concernée parce ce sujet, parce que moi aussi je vais vivre seule … l’année prochaine, je « monte » à Paris faire mes études (si tout se passe bien). J’aurai donc 17

  • #60 Z. le 26 mars 2008 à 13 h 51 min

    (woups, je continue!)

    17 ans donc ! Hé oui, j’ai que 16 ans :) (ce qui ne m’enpêche pas d’apprécier MBDF)

    Bref, tout ça pour dire que j’en ai très, très envie et que j’attends ce moment avec beaucoup d’impatience. Pourtant j’ai une famille plutôt cool et pas nombreuse. Mais je crois que ma nature assez indépendante et solitaire y est pour beaucoup …

    Vivement l’année prochaine !

  • #61 funambulineq le 26 mars 2008 à 13 h 53 min

    Effectivement, comme globulita et caragoule (et après demi-journée de réflexion) je pense aussi que vivre seule c’est indispensable dans la vie d’une femme (et d’un homme, mais c’est pas le sujet!). Pour des tas de raisons avec beaucoup d’importance ou totalement futiles. Ce qui a été le plus important-utile-mûrissant-favorable dans mon cas, c’est que j’ai appris à être beaucoup plus tolérante envers mes besoins, mes goûts, mes envies. Je les assume sans rougir beaucoup plus facilement aujourd’hui, j’ai beaucoup moins peur du jugement des autres (bon, c’est aussi en prenant de l’âge, ok) parce que le pire jugement c’est celui que je portais sur moi-même. ça m’a décomplexée sur toute sorte de domaine.

    Et SURTOUT: maintenant je sais ce qui est super chiant chez moi mais que je ne changerai pas pour rien au monde, ce qui est chiant mais pas très important, ce qui est chouette, ce sur quoi je peux faire des efforts sans souffrir, … et ça aide dans toutes les situations de la vie: en couple, en coloc, au boulot, entre amis, … Si je n’avais pas vécu seule pendant cette (longue) période-là, je ne pense pas que je serai aussi tranquille et compatissante avec moi-même.

    C’était étrange, ma mère et moi avons vécu la même expérience à deux semaines prêt, elle et moi, vivions seule pour la première fois, de plus seule dans une ville en connaissant peu de monde. C’était passionnant parce que même avec 20 ans d’écart, on a vécu cette période de manière très similaire. Donc à 25 ou à 45 ça revenait au même, on apprenait des choses sur nous-même impossible à apprendre autrement que seule face à ton canapé, dans ton appart, avec ton assiette et ta soirée sans voir personne.

    Bref. C’est pas tous les jours facile, j’en conviens, mais c’est extrêmement profitable à soi-même, un cadeau que tu te fais! Profite!

  • #62 funambulineq le 26 mars 2008 à 13 h 54 min

    pardon pleins de fautes d’aurtografffe!

  • #63 Dorothée le 26 mars 2008 à 14 h 21 min

    Merci pour ce texte Miaou, qui me permet de toucher du doigt (mais pas pour autant de comprendre) cette peur de la solitude de certains….Moi je suis exactement à l’opposé, dès que j’ai pu me barre seule je l’ai toujours fait dès toute petite. Pas seulement parce que l’ambiance était pesante à la maison, surtout parce que c’était une façon de mieux me connaître, de mieux m’ouvrir. Quand il a été question que je repique ma seconde, j’ai mis les bouchées doubles parce qu’il n’était pas question un instant que je retarde d’un an mon envol.

    Je me souviendrai toujours de ce sentiment de sérénité le premier soir de mon installation seule à 17 ans, cette plénitude….Et quand quelqu’un vient me voir, je suis ravie, mais très rapidement ça me pèse. Les week-ends avec les copains, c’est limite pour encore mieux savourer ma solitude ensuite.

    Etre seule, c’est lancer ma machine et étendre mon linge, c’est lire, lire, et encore lire….c’est dormir, c’est sauter des repas (et donc la vaisselle aussi), c’est regarder un dvd dans mon lit, c’est partir quand je veux lécher les vitrines, c’est m’amuser pendant des heures avec mon maquillage, c’est réfléchir, me souvenir. Pour vivre avec quelqu’un il faudrait que je l’aime vraiment super fort, et surtout qu’il soit capable de respecter mes moments de silence et de solitude. Mais j’ai des copines comme ça, dès qu’elles sont célibataires ou qu’elles ne sortent pas un soir, il faut qu’elles se jettent sur leur téléphone. Moi c’est l’inverse: la perspective d’une soirée tranquille, je débranche tout :-) Pour que je fasse l’effort de sortir de ma solitude, il faut vraiment que j’aime beaucoup la personne que je vais voir (ou le programme qu’on a prévu de faire).

    Encore plus que de solitude, j’ai besoin que personne ne s’immisce dans mon intimité. Mon premier mec (que j’adorais pourtant), je l’ai largué après qu’en arrivant chez moi, il ait ouvert mon placard (!!!!) pour y accrocher son manteau. L’horreur absolue pour moi (alors qu’il n’y a rien de secret ou de honteux dans mon placard, mais je le ressens comme un viol)….

  • #64 Coralie Marie le 26 mars 2008 à 14 h 41 min

    Seccotine et Dorothée, ça me parle vraiment ce que vous dites :-)
    Ca me dépasse aussi de voir certaines personnes de mon entourage se faire « engueler » parce qu’elles travaillent trop, ou parce qu’elles voient trop leurs amis. C’est terrible de ne pas être libre de son emploi du temps ! Et je ne parle même pas de celles et ceux qui ne conçoivent plus de sortir seul-e…
    J’aime mes amis, passer des soirées avec eux, j’aime mes amants, mais ne jamais être seule, ça veut dire nécessairement ne jamais faire simplement ce dont on a envie, parce qu’à plusieurs, il y a forcément des concessions. Ca me rendrait dingue je crois :-)

  • #65 So lucette le 26 mars 2008 à 14 h 45 min

    @ emmanuelle h : coucou … tu me connais bien on dirait !!!

  • #66 Dorothée le 26 mars 2008 à 14 h 56 min

    Hihi Coralie Marie, moi dès qu’il y a quelqu’un chez moi et que ça me pèse, je me mets à découcher dans tous les sens. A Londres je me suis retrouvée dans une coloc trop « ambiance coloc » (pas moyen d’être tranquille), du coup je dormais tous les soirs chez des mecs pour être « juste deux » :-))))

  • #67 sophie202 le 26 mars 2008 à 14 h 57 min

    rohh lala Dorothé les we entre copains… argh je tiens moins de 48h. Une fois je suis même resté ds le chalet alors que tout le monde partait en ballade histoire d’avoir un peu d’air.

    Et effectivement pour pouvoir partager mon espace il a fallu que j’aime vraiment et que je tombe sur qqn de très respectueux, mais les 6 premiers mois ont été épiques, non de zeus ce qu’on s’est engueulé… Juste le temps qu’il compressen que sans vrais moments de solitude/tranquilité mon état de stress montait illico.

  • #68 Lène le 26 mars 2008 à 15 h 01 min

    Moi j’ai toujours adoré la solitude ! Je ne suis pas du tout comme toi. D’ailleurs ça me manque un peu souvent, maintenant que je vis avec mon mari et mon bébé. Des fois, quand j’en ai ma claque de ces deux êtres chers, je repense avec nostalgie à mon petit appart où je n’avais de comptes à rendre à personne, pas d’autres soucis que moi-même et où je vivais comme bon me semblait. Ca me fait du bien et après ça va mieux car je me rappelle aussi que des fois, il m’arrivait de me sentir seule.

  • #69 Jenesaispasmemaquiller le 26 mars 2008 à 15 h 08 min

    J’adore la solitude!
    …mais ça me force à acheter beaucoup de pots de Nutella :(

  • #70 mmarie le 26 mars 2008 à 15 h 10 min

    Merci Miaou, je réfléchis à tout ça depuis ce matin. À mon expérience, à comment elle a coïncidé – ou pas – avec mes désirs, au parti que j’en ai tiré.
    Beaucoup de colocation dans mon parcours: c’était « mon » appart, et les colocataires, un/e à la fois, se sont succédé pendant des années, avec plus ou moins de bonheur. Entre les coups, de brèves ou plus longues plages de vie en solo, que j’aimais beaucoup. Mais la vie avec quelqu’un, ami ou amour, même si on aime les suspens, parfois, est pleine d’enseignements, sur soi, sur l’autre (en particulier et dans l’absolu), ça ouvre des horizons (d’habitudes, de goûts…). L’effet d’émulation me plaît assez, voire m’est nécessaire, à moi grande paresseuse !
    Je fais partie moi aussi des autoritaires égoïstes. Vivre seule dans ce cas c’est top, on fait ce qu’on veut quand on veut, d’autres l’ont très bien dit, Dorothée notamment. Vivre pas seule ça permet d’exercer ses talents de despote (éclairé, ça va sans dire), ça donne des occasions d’avoir raison ;-)) ou tort et de relativiser.
    Maintenant, avec un amoureux et un enfant, cette merveille, la solitude n’est pas pour demain. Mais, comme princessevarda, « je savoure les rares moments où la maison est vide ».

  • #71 AuReLiTiLyenne le 26 mars 2008 à 15 h 11 min

    Le chat contre la peur de la solitude dans un appartement je n’y crois pas vraiment, c’est une présence, comme la télé, la radio ou internet, mais c’est tout, ça n’occupe pas et ça répond pas… Un chat parce qu’on aime les chats oui, mais pour combler un certain vide, nan…

    Vivre seule c’est très agréable quand on a un équilibre professionnel, social et familial, que tout ça est bien stable, mais je trouve les périodes « sans » ou « celles à problèmes » sont plus dures à supporter quand on sait qu’on va se retrouver entre ses quatre murs.

    Ton texte me parle beaucoup, je crois que cette peur est un peu normale, il faut du temps pour savoir savourer pleinement les bienfaits de la solitude :)

  • #72 poupoupinette le 26 mars 2008 à 15 h 26 min

    Franchement, je te déconseille le chat. On pense que c’est mieux qu’un chien parce qu’il n’y a pas à le sortir. Mais as-tu pensé aux quintaux de litière que tu devras acheter ? Le bon animal pas encombrant mais mignon, en ville, c’est plutôt, je pense, le cobaye, le lapin nain ou le chinchilla. Si moins d’encombrement requis, il y a les poissons, mais il n’y a pas de relation amicales à en attendre alors, évidemment.
    Je n’ai jamais connu la vraie indépendance. Sans parents. Sans petit ami. Et je le regrette. Profite de ton indépendance, c’est génial. L’indépendance, c’est bien, si l’appart est chouette, qu’on a pleins d’amis, un écran LCD et un abonnement internet :-) !

  • #73 Broutilles le 26 mars 2008 à 15 h 28 min

    J’adore être seule, vraiment… Mais c’est parce que je sais que je suis bien entourée !!! Une maison à moi toute seule, sans homme et sans enfants, quand ça m’arrive, c’est le pied ! Ce sont des journées/soirées à MON rythme, avec MON bruit…
    Je donne l’image de quelqu’un de très affable, très dans la relation sociale (c’est ce qu’on me dit), alors qu’en fait, je crois que je n’ai pas besoin des autres. Mais c’est sans doute aussi parce qu’en réalité, dans ma vie, les autres sont là… Juste, s’ils pouvaient parfois ne pas passer la porte de ma maison sans sonner, et s’ils pouvaient ne jamais m’inviter !!! J’aime l’idée que ma maison est toujours ouverte à tous et pourtant, j’adore quand mes pas résonnent dans le couloir parce qu’elle est vide… Ambivalence…

  • #74 Geraldine le 26 mars 2008 à 15 h 37 min

    Arrrrgh…!!

    Un détail mais l’expression « acheter un chat » est atroce.

    On achète pas un chat par pitié.
    On va l’adopter à la SPA, chez le véto, chez un particulier, chez la tante de la cousine de l’oncle du copain de son collègue…

    Mais on achète pas un chat !!

    On l’aime et on lui fait des bisous, ça oui !

  • #75 Seccotine le 26 mars 2008 à 15 h 41 min

    … ou des fois c’est lui qui vient vous adopter, aussi… sont vachement forts à ce jeu-là ! :o)

  • #76 globulita le 26 mars 2008 à 15 h 44 min

    @poupoupinette: Y’a rien de pire qu’un animal en cage, côté saleté et odeur et franchement, y’a aucun contact avec un lapin nain mais avec un chat, si. Et je sais de quoi je cause!

    @AurReLilyenne et Géraldine: tout à fait d’accord avec vous!

    Désolée, Hélène, je sais que si t’étais derrière ton ordi, tu nous modérais sur les chats! ;-)

  • #77 globulita le 26 mars 2008 à 15 h 47 min

    Ooooh, sorry, AuReLiTiLyenne, d’avoir mal écrit ton pseudo mais vu qu’il y a un lien, je ne peux pas faire copier-coller! ;-)

  • #78 AuReLiTiLyenne le 26 mars 2008 à 16 h 03 min

    Globulita tu es toute pardonnée, je sais qu’il est tordu et compliqué mon pseudo :)

  • #79 funambuline le 26 mars 2008 à 16 h 10 min

    Le chat est un investissement: en temps, en calins, en litère, en bouffe, en véto… Mais je suis d’accord avec les autres: on n’achète pas un chat… on se fait adopter par lui, chaton ou adulte, de toute façon c’est lui qui choisi. Par contre, effectivement, si c’est juste pour avoir une présence… la télé ça marche aussi, un chat c’est plus (car dépendance) et moins (car conversation très moyenne) que ça… M’enfin bon, j’aurais du mal à me passer de présence féline…
    Bon ça va là, les mèmères à chat, on se calme :-)

  • #80 emmanuelle h le 26 mars 2008 à 16 h 30 min

    rien à voir avec la choucroute, mais je tenais à te dire que j’adore la rubrique « au hasard », qui permet de relire des articles oubliés ..ou des débats houleux (cf. sélection du moment) ou des conseils etc etc
    c’est finalement aussi agréable que de farfouiller dans les archives; cette présentation nouvelle est vraiment beaucoup mieux !!

  • #81 Miaou le 26 mars 2008 à 17 h 42 min

    Rô, j’ai pas le temps de tout suivre, je dois vraiment réviser.

    En vrac:
    – merci pour vos commentaires, ça apporte plein plein de choses!
    – pour le chat, je ne suis pas encore décidée, et je n’ai de toutes façons pas l’intention de le prendre que pour ne pas être seule, j’adore aussi les chats. Je n’ai pas non plus envie de l’acheter, et loin de moi l’idée de pense que je vais le matter, sinon je prendrais un chien :-), j’aime l’indépendance et la fougue des chats.
    – entre celles qui aiment le solitude, et celles qui ne l’ont jamais vécu, je ne crois pas qu’on puisse tracer un trait et dire que celles qui ne l’ont jamais vécue, ou n’y arrivent pas soient forcément des filles super mal dans leur peau, qui ont perdu tout de leur substance. Moi je sais qu’au contraire, être avec des gens (et encore une fois, je dis bien, des gens biens, et pas des relations de dépendance), ça révèle une partie de moi-même.
    – et enfin, à l’indépendance, je dis oui oui oui, aux livres, à la télé, à internet, à l’écriture, aux danses dans le salon (j’adore!), à tout je dis oui. Mais parfois certaines choses sont au-dessus de nos forces, et ces choses là je savais mieux les faire lorsque, mon copain/ma famille partait de là où j’habitais et que j’avais le bonheur d’être libre, que maintenant, où je suis seule, et c’est plus une fatalité qu’un choix. Après je crois que je ne suis pas non plus malade, et que ça va me passer, et que, comme l’a souligné AuReLiTiLyenne, il y a aussi des périodes plus propices à ça que d’autres, et que clairement, je ne suis pas dans une période propice. Mais j’y crois et j’ai envie.
    – merci enfin aux commentaires de celles qui doivent se battre pour leur solitude, ça m’a fait beaucoup sourire!

  • #82 Cornélie le 26 mars 2008 à 16 h 50 min

    … et comment on fait quand on adore être seule et qu’on vit avec un mari bavard et trois enfants très vivants dans un petit appart ?

    On s’enferme dans avec un bon bouquin dans la salle de bain ! ;-)

    Heureusement, on a donné le chien!

  • #83 Miaou le 26 mars 2008 à 17 h 51 min

    @Deilema et Diripouf: vos commentaires me touchent, et me font penser qu’il n’y a vraiment pas de règle en la matière. J’ai souvent entendu dire, comme dans certains commentaires ici, qu’il faut habiter seule pour mieux se connaître, et mieux être dans sa vie de femme. Mais je crois qu’en fait ça dépend plus de la nature de chacun. J’au vu une psy pendant un moment (pas à ce sujet mais on en avait parlé), qui me disait que ce n’était pas en habitant seule que j’apprendrais à vivre seule, et qu’au contraire, je me renforcerais en vivant avec mon copain, et qu’ensuite, je serais plus à même de vivre seule, plus forte face à cela. Et j’avais trouvé ça très juste. Bon, là, la question ne se pose plus. Mais tout ça pour dire qu’il n’y a pas de vérité à mon avis en la matière.

  • #84 emmanuelle h le 26 mars 2008 à 16 h 58 min

    Cornélie….on attend le soir !! déjà, y a plus de silence….

    quant à ce goût d’indépendance, j’avoue avoir suggéré prudemment à mon mari que ce serait bien qu’on ait chacun une pièce pour soi, avec bibliothèque, ordinateur et éventuellement lit ( ma douce moitié ronfle super fort)

    ben, il n’en a pas voulu….

  • #85 Deilema le 26 mars 2008 à 17 h 07 min

    Je fais partie de celles qui sont parties directement de chez leurs parents à chez leur chéri…
    Mes parents habitant une ville universitaire, je n’ai pas eu besoin de partir pour faire mes études. Ou alors seulement quelques mois, pour des parties assez brève de mon cursus.
    Une fois mes études terminées, à 25 ans passés, je me suis installée chez mon chéri.
    On était ensemble depuis déjà 4 ans, je ne me voyais pas prendre un appart pour être tout le temps chez lui.
    Donc, je n’ai jamais vraiment habité « seule ».
    Pendant les quelques mois où j’ai été seule dans un appart, ce n’était pas vraiment le mien, je n’étais donc pas « chez moi ».
    Ensuite, je me suis installée « chez lui », donc toujours pas vraiment « chez moi »…
    Pourtant, je ne regrette rien.
    La solitude m’a toujours un peu pesé… je suis morte de trouille à l’idée d’être seule la nuit dans une maison ou un appart, dès que cela dépasse le studio (ben oui, dans un studio on voit tout de son lit, donc on a moins peur ;) )
    Lors des rares périodes pendant lesquelles j’ai habité seule, je restais rarement une journée complète sans aller faire un tour dehors.
    Et je mangeais toujours devant la télé, tellement cela me parait glauque de manger toute seule devant son assiette, moi qui n’avais connu que les repas familiaux à 5.
    Alors oui, j’apprécie les journées « tranquille » à la maison, sans chéri ni personne…
    j’apprécie aussi de ne pas être obligée de tout faire à deux.
    Mais rester seule plus d’une journée, ca me pèse… surtout quand il y a une nuit de solitude à passer.
    Bref, je n’ai jamais eu envie d’habiter seule…

  • #86 Même Pas Mal le 26 mars 2008 à 17 h 09 min

    Je fais partie des personnes contraintes à la vie seule… J’ai choisi de rompre, parce que rester avec l’Ex était pire que d’affronter la vie seule, mais cette vie en solitaire là est loin de me convenir… je suis très entourée par mes amis et mon chéri, mais pour autant, les toutes petites soirées passées en solitaire sont le martyr pour moi… Alors j’admire énormément toutes les personnes qui ont aujourd’hui apporté leur témoignage… « etre bien, seule » est quelque chose que j’envie plus que tout !

  • #87 Cagaroule le 26 mars 2008 à 17 h 18 min

    Je ne comprends pas que l’on ne se supporte pas seul(e). Il me semble que l’on est la seule personne avec qui on vit tous les jours, du premier au dernier, les autres sont des choix. Alors, autant l’accepter et s’accepter non? En fait, pour moi, si l’on n’est pas bien avec soi-même, je ne comprends pas qu’on puisse être bien avec d’autres sans perdre un bout de soi.
    C’est radical remarquez, je m’en rends bien compte…

  • #88 Hélène le 26 mars 2008 à 17 h 21 min

    So Lucette (55) la première phrase de ton commentaire m’a beaucoup fait rire ;-))

    emmanuelle h tu peux pas le forcer un peu, ton mari ? Si c’est important pour toi d’avoir une pièce à toi, pourquoi il se mettrait en travers de ton souhait ?

  • #89 emmanuelle h le 26 mars 2008 à 17 h 25 min

    hélène, je le forcerai quand on n’habitera plus un T4…si on habite un endroit plus grand, avec la possibilité d’avoir chacun sa pièce, ce qui n’exclut pas la chambre « conjugale » ( je déteste cette expression, ça fait XIX°siècle) évidemment, je crois qu’il y verra de lui-même des avantages…
    quand on pourra, on voudra…..–))

  • #90 Hélène le 26 mars 2008 à 17 h 27 min

    Ah évidemment si c’est une question de nombre de pièces disponibles, c’est autre chose ;-)

  • #91 emmanuelle h le 26 mars 2008 à 17 h 31 min

    la question de la superficie de l’endroit où l’on vit joue, c’est sûr…. j’ai déjà obtenu pour l’an prochain quand on sera des gens de l’est, ma pièce, mon bureau avec même un canapé lit….
    mais il n’empêche qu’il a du mal à comprendre cette aspiration, qu’il l’assimile au principe de faire chambre à part !
    cela étant, vu qu’il est absent la moitié de l’année ( une semaine sur deux quand même), le besoin d’indépendance n’est pas encore vital….je travaille en vue de la retraite, si tu vois ce que je veux dire !!!

  • #92 Hélène le 26 mars 2008 à 17 h 35 min

    Oui les mecs sont bien plus collants que nous, en couple, c’est un vrai problème…

  • #93 emmanuelle h le 26 mars 2008 à 17 h 36 min

    à qui le dis-tu !!!

  • #94 Diripouf le 26 mars 2008 à 17 h 43 min

    C’est rigolo, mais même si j’ai toujours aimé les moments où je vis seule chez « moi/nous » (style quand l’homme s’en va une semaine je fais pas la gueule, loin de là), j’ai toujours trouvé intéressant la vie à deux, bien plus que la vie toute seule…

    Je m’explique :)

    Quand on est toute seule, ben voui, on fait exactement ce qu’on veut quand on veut, on vit selon SES règles, on agit selon SES désirs… C’est agréable certes (et encore), mais y’a pas beaucoup de challenge, de compromis ! J’aime la vie à plusieurs car on s’adapte, on se frotte, on s’accomode, on se découvre, ça n’a pas le côté légèrement « sclérosant » de la vie toute seule… Of course, il faut que chacun respecte l’espace de l’autre, hein, et que chacun garde des moments « seul(e) », mais la cohabitation, la vie en couple ou en famille m’est toujours apparue comme riche et surtout, enrichissante.

    Bien évidemment, je ne dis pas qu’il faut absolument vivre à plusieurs, mais personnellement, je trouve ça beaucoup plus enrichissant que la vie toute seule…

  • #95 sophie202 le 26 mars 2008 à 17 h 56 min

    n’est ce pas quel es mecs sont collants… n’empeche vous me rassurez, je croyais que j’avais hérité d’un spécimen bizarre d’homme-pot-de-colle-autoritaire-qui-plus-est!!!. M’en fait il est normal… ahh j’en apprend tous les jours ici ;-).

  • #96 sophie202 le 26 mars 2008 à 17 h 58 min

    Miaou ton analyse de tous ces commentaires est véritablement très interressante…

  • #97 Diripouf le 26 mars 2008 à 17 h 59 min

    Eh oui, pas de règle en la matière – le principal c’est que la vie à plusieurs (ou seule) ne « cache » pas un problème avec soi-même, ou avec les autres :)

  • #98 Hélène le 26 mars 2008 à 18 h 02 min

    Ben oui sophie202, les mecs ça supporte pas d’être seul, il n’y a qu’à voir la vitesse à laquelle ils se remettent en couple après une rupture, alors que les filles mettent bien plus longtemps.

    Bref, je ne voulais pas détourner le sujet de Miaou, qui est hyper intéressant.
    Je pense en effet que ça n’est pas une tare de ne pas pouvoir vivre seule (pas plus que de ne pas pouvoir vivre avec les autres, en tout cas ;-), et qu’en plus ça dépend vachement des moments de la vie, sans aucun doute.

  • #99 Fanchette le 26 mars 2008 à 18 h 11 min

    Enfin, tout ça c’est une question de dosage.

    Bizarre ça m’agace un peu ce thème du jour (bien sûr, ne le prends pas pour toi Miaou, j’ai trouvé ton texte très bien écrit et il m’interroge… mais je n’arrive pas à m’y projeter, ni à répondre, ni à témoigner).
    Est-ce que ça toucherait un point sensible en moi ?
    ;-)
    Fanchette, solitaire très entourée. Peut-être bien autoritaire à tendance égoïste aussi…

  • #100 joyeuseluronne le 26 mars 2008 à 18 h 19 min

    Très beau texte Miaou, et je trouve aussi tes commentaires très justes. d’accord avec toi sur le fait qu’il n’y a pas de vérité en la matière : le bonheur des uns de fait pas celui des autres… L’important c’est de trouver le mode de vie dans lequel on se sent épanoui, mais les dogmatismes type « la recette pour être heureux c’est de vivre comme ça », pfff… Comme Hélène et comme d’autres (pas eu le courage de lire tous les coms) j’ai un besoin viscéral de solitude, il m’en faut une dose journalière minimale sinon Joyeuseluronne se tranforme en Odieuseronchonne. Depuis toute petite. Pendant ma scolarité je détestais cette obsession (ou du moins ce que je ressentais comme tel) de nos profs à imposer du « collectifs » : « travail de groupe » pour un oui ou pour un non, sports collectifs, amitiés organisées autour de « groupes » dans la cour de récré…
    Je suppose que les autres « solitaires » ont vécu ça aussi ??

  • #101 Hélène le 26 mars 2008 à 18 h 34 min

    Oh la la oui joyeuseluronne, j’ai une horreur absolue de tout ce qui ressemble à un groupe, depuis toujours… (mes parents n’ont jamais réussi à m’envoyer chez les scouts, hin hin ;-)

  • #102 Deilema le 26 mars 2008 à 18 h 42 min

    Joyeuseluronne : c’est intéressant ca…
    je fais partie de celles qui n’aiment pas la solitude, ou alors à « petites doses », comme des fenêtres ouvertes, des « bouffées d’air »
    et pourtant je DETESTE la collectivité obligatoire, les travaux de groupe m’exaspèrent, les sports collectifs sont les plus mauvais souvenirs de mes années scolaires (mon faible niveau en sport y étant peut être pour quelque chose)… et les voyages organisés me pèsent un peu à cause du côté « troupeau » permanent.
    Donc pas seule, mais pas en groupe non plus…

  • #103 Hélène le 26 mars 2008 à 18 h 45 min

    Il faut dire que le groupe c’est la pire contrainte qui existe, bien plus forte que d’être à 2 ou 3.

  • #104 Lyza le 26 mars 2008 à 19 h 45 min

    Bonjour ,

    C’est vraiment un beau texte Miaou, ou tu t’interroges sur ta peur de la solitude!! Bravo, tu te questionnes et tu nous questionnes!

    @ Helene: Juste pour te dire que ton bouqin (pas besoin de souffrir pour etre belle) etait en présentoire ce dimanche a la Bibliotheque Nationale du Quebec a Montreal :)

  • #105 maryline le 26 mars 2008 à 19 h 48 min

    un chat c’est bien mais ce n’est pas un bouche trou, c’est un animal sensible, si tu n’es jamais chez toi il risque de s’ennuyer et de faire des betises. Il faut donc bien réfléchir, et en tout cas s’en occuper quand tu es là et lui laisser des jouets.
    Et prendre un animal sur petites annonces, franchement je déconseille, il y a des trafics en tout genre et le proprio te dira peut être pas la vérité sur le chat. Il vaut mieux voir une association qui peut observer le caractère du chat et te dire s’il te convient (d’où l’idée de pas forcément prendre un chaton, dont on ne connait pas le caractère futur).
    Enfin voilà quelques suggestions chatières, les animaux c’est mon truc! Sinon moi je suis solitaire de nature et j’aime vivre seule. ça fait un an ou presque que je cohabite avec mon compagnon, ça se passe bien, parce que nous avons de l’espace et on peut s’isoler (chacun sa chambre ou rien!).

  • #106 magalie le 26 mars 2008 à 19 h 55 min

    moi je viens pas d’une famille nombreuse hélène mais j’ai tout autant besoin de mes moments de tranquilité . je vis encore chez ma mère et donc je savoure les soirs où je peux me retrouver seule. et pareil je peux décliner une invitation juste pour savourer mes moments de solitude. (c’est ce qui m’arrive souvent et ça devait être le cas du nouveau couple qui a congelé ses mômes, ils devaient avoir peur de l’effet « groupe » entrainé par la naissance de l’enfant..) . J’adore me retrouver seule, me caler devant la tv, faire ma popote, et me faire des soins . Je me dis même des fois qu’a l’inverse de Miaou je suis plutot agoraphobe (la peur du monde)vu comment je contourne les grandes places pour passer dans les petites rues dans ma ville.

  • #107 Hélène le 26 mars 2008 à 20 h 00 min

    Lyza sois la bienvenue, et merci beaucoup pour cette info, c’est super classe !

    maryline c’et chouette que tu aies réussi à avoir suffisamment d’espace pour avoir deux chambres, je trouve ça hyper important, être 24h/24 avec qqn ça me semble contre nature.

    magalie je vois qu’on a des opints communs, je ne m’étais jamais interrogée sur l’agoraphobie parce que je n’ai pas du tout une nature angoissée, mais c’est vrai que je suis capable de faire des détours qui me font perdre du temps rien que pour éviter les gens ;-)

  • #108 Cécile de Brest le 26 mars 2008 à 20 h 54 min

    Comme Fanchette (ça doit être nos gènes géographiques qui jouent ;-)) je n’arrive pas trop à me situer par rapport à la question…

    Je n’aime pas spécialement être toute seule, mais j’aime bien l’être aussi… Pas simple et pas si tranché comme avis.

    Je ne me vois pas vivre toute seule (ça tombe bien, je suis mariée) mais les périodes de solitude (même très courtes 2 heures suffisent) me font un bien fou. Histoire de décompresser, de faire le vide.

    Merci Miaou de me faire m’interroger sur cette question…

  • #109 Marine92 le 26 mars 2008 à 21 h 00 min

    Bonsoir les filles,
    j’arrive toujours après la bataille mais en lisant la plupart des commentaires, je m’aperçois que vous parlez de vie seule… seule (càd sans enfants). Donc en période de célibat pré-premier minot.
    Perso j’ai vécu seule avant que mon mari emménage chez moi il y a qq années. Je vivais bien le truc, à l’époque, vivre seule c’était la libération (me casser de chez mes parents où tout était conflit).
    Depuis presque deux ans, je vis seule…avec mon fils. Même si nous sommes deux occupants de l’appartement, je me considère seule. Parce que certes, un enfant ça occupe mais ce n’est pas avec lui que l’on partage nos sorties, nos conversations, angoisses, responsabilités d’adultes. Puis passés 20h30, y’a plus personne lol
    Je vis d’autant plus mal cette solitude que je bosse seule la journée, alors oui comme toi Miaou, parfois j’angoisse de rentrer chez moi.
    Le chat ne change rien, j’en ai un ;)
    Le pire c’est que je me demande combien de temps ça va durer même si je ne cherche pas une relation fusionnelle avec un mec, plutôt un chacun chez soi avec de bons moments ensemble.

  • #110 Agnès le 26 mars 2008 à 21 h 04 min

    C’est drôle, j’ai peiné à entrer dans le débat car je n’avais pas lu le contenu. Moi j’ai vécu 5 ans seule, heureuse d’avoir quitté mes parents et comprenant que jamais je ne renoncerais désormais à ma liberté. Quand mon mari(enfin, futur à l’époque), j’ai trouvé cela absolument naturel et jamais un instant depuis ces 10 ans nous n’avons étouffé ensemble. Et ça tombe bien, car c’est la seule personne avec qui je puisse cohabiter… Je te comprends Hélène car le groupe me pèse, même s’il est familial et j’apprécie toujours de m’isoler, d’être seule avec moi-même. Je ne me suis que très rarement ennuyée quand je vivais seule et c’était alors plutôt le résultat d’un contexte. Mais pour rien au monde j’irais dans un club de vacances si j’étais seule. Et pour moi non plus, pas de scouts ou de colos : je serais morte d’angoisse!

  • #111 Cécile de Brest le 26 mars 2008 à 21 h 05 min

    @ Marine92 : effectivement, la situation dont tu parles est bien particulière. Et je comprends tout à fait que tu te considères comme vivant seule puisque tu l’es. Pas en théorie, mais en pratique si je peux dire…
    Pour les fois où mon mari s’est absenté et où je me suis retrouvée seule avec mes deux loulous, je peux le dire: on est bien seule même entourée d’une meute d’enfants !!

  • #112 porteverte le 26 mars 2008 à 21 h 57 min

    Je m’aperçois que je n’ai jamais vécu seule : parents, famille nombreuse, puis coloc, puis mari déjà papa et vivant avec ses enfants, puis nouveaux enfants (les miens), divorce avec garde des enfants, nouveau mec et toujours les enfants … Il m’est arrivée d’être seule quelques jours, j’ai bien aimé, mais je ne peux pas vraiment en parler.

    J’adore le groupe, la collectivité, contrairement à certaines d’entre vous : je préfère mille fois un voyage scolaire avec des collègues sympas, même si c’est du boulot, à un week-end à deux couples, un dîner à 12 plutôt qu’à 6, je n’aime pas faire du shopping avec une ou deux copines, et j’aime la foule, quand ça bouge, quand ça parle fort. En fait je trouve ça confortable, la solitude au sein du groupe, le truc que tout le monde stigmatise à propos de l’anonymat des grandes villes, c’est un peu ce à quoi j’aspire parce que peut-être, ça me permet de ne pas m’impliquer.

    Je m’explique mal, là, mais bon, il est tard ;-)

  • #113 porteverte le 26 mars 2008 à 22 h 01 min

    Ah par contre, après avoir lu certains commentaires, je précise que c’est le groupe informel que j’aime (ou bien celui que j’organise) : pas de scoutisme, de sport co, de voyage organisé pour moi, ouh là non (ben oui, autoritaire et perso, quoi ;-)))

  • #114 Dorothée le 26 mars 2008 à 22 h 03 min

    Rhaaaaa les activités en groupe! :-))))))) On m’a inscrite dans une chorale, ben je préfère chanter seule (et mal) dans ma salle de bain, au moins je suis pas noyée dans la masse!(et je choisis mes dates de concert :-D)…
    Pour les travaux en groupe, dans mon école, c’était simple: on se réunissait une première fois pour faire un plan et partager le boulot, puis une deuxième fois pour mettre en commun et se répartir la présentation. Tout le reste (hors négos) est inutile et perte de temps. Ce qu’on peut résoudre en trente minutes seul prend en général une dizaine d’heures à 6. L’inefficacité, c’est une sacrée perte de temps (et le temps c’est sacré).

  • #115 poupoupinette le 26 mars 2008 à 22 h 04 min

    @Globulita : Je suis à 100% d’accord avec toi concernant les animaux en cage. J’ai horreur de ça. Les animaux ne sont pas des prisonniers. Alors, si on les aimes, on ouvre la cage. Mais là où je ne suis pas d’accord, c’est concernant les odeurs. Tout dépend de l’hygiène réservée à l’animal. Une litière, pour qu’elle ne sente pas, il faut la changer tout le temps. C’est pour ça que je dis à Miaou qu’elle va devoir en charrier 3 tonnes. La cage d’un animal, il faut aussi la laver régulièrement. Et si, un lapin nain, ça peut être hyper calin. J’en ai eu un, petite. Il me suivait comme un toutou. Pour Miaou qui vit beaucoup dehors et n’a pas trop de disponibilité, je pense qu’un cobaye, c’est moins d’entretien qu’un chat (mais autant d’amour à donner. Le cobaye est une bestiole qui adore les calins). Mais bon, après, c’est une question de feeling.

  • #116 poupoupinette le 26 mars 2008 à 22 h 15 min

    @Dorothée : Oui, la chorale, c’est contraignant. Il faut souvent se tanner pour y aller. Mais quel bonheur de voir que notre petite voix (de garage), si faiblasse toute seule (même si on se prend pour Edith Piaf sous la douche) devient, par la magie de la polyphonie à 4 pupitres, un bel ensemble qui ressemble à quelque chose. Ca me fait frémir rien que d’y penser, tiens. Quelqu’un sait-il comment je pourrais écouter des chorales philarmoniques (mais pas les choeurs de l’armée rouge, pitié !), donc avec ténor, alti, soprane et basse, en DVD ou autre ? Merci d’avance.

  • #117 Hélène le 26 mars 2008 à 22 h 34 min

    Ahhhh, moi j’ai une passion démentielle pour les choeurs de l’armée rouge poupoupinette !!!

    Cécile, Marine, ça m’interpelle très fort ce que vous dites, sur le fait d’être seule quand on est avec des enfants. Merci de l’avoir évoqué.

  • #118 Dorothée le 26 mars 2008 à 23 h 10 min

    Les Choeurs de l’Armée Rouge Hélène….:-)))))) j’aurais pu le deviner (et je suis hilare de le lire :-))))) Ils ne devraient pas rajouter quelques tambours, à ton avis? :-)))

  • #119 globulita le 26 mars 2008 à 23 h 12 min

    Oh, je suis contente d’être une solitaire qui vit en colocation et qui a adoré les scouts! En fait, chacune sa particularité, en fonction de son expérience de vie, de ses besoins et envies.

    @poupoupinette: moi non plus, j’ai jamais pu les animaux en cage. J’ai toujours eu des chats mais une fois, j’ai eu un lapin nain. Impossible de le laisser en cage alors il se promenait librement dans la maison. Vive les petites crottes un peu partout… Et le seul contact que j’avais avec l’animal, c’était l’amour qu’il portait à mes pantoufles nounours (je vous laisse imaginer, l’activité seksuelle des lapins n’est pas un mythe!).

    Sinon, oui, il faut être très présente avec un chat. Je sors beaucoup mais je suis aussi très casanière et je rentre tous les midis.

    Bon, allez, ma coloc n’est pas là, je peux continuer à regarder des clips d’ABBA en tout impunité mais chuuuuuuut….. ;-)

  • #120 Pirskila le 26 mars 2008 à 23 h 13 min

    J’arrive encore après la bataille moi…
    Je vais quand même raconter ma vie, allez! Quand j’ai déménagé en octobre dernier, que j’ai quitté mon papa, ma maman et mon chat, j’ai cru que ça allait être un peu dur (rapport au chat surtout, parce que mes parents, ils répondent au téléphone) et en fait je m’y suis habituée super vite!
    Evidemment ça ne me déplairait que le courant d’air qui vit avec moi soit là plus de 0 à 8 jours par mois mais j’ai bien organisé ma petite vie et je crois que j’aurais du mal à revenir en arrière. Et d’ailleurs, je crois que j’ai des relations encore meilleures avec mes parents maintenant. Parce qu’on se voit quand ça nous fait plaisir et pas par obligation.

  • #121 Pirskila le 26 mars 2008 à 23 h 15 min

    J’ajoute que la coloc… doux jésus quelle horreur! Je suis persuadée que dans mon cas, je ne peux vivre qu’avec mon bon ami. Parce qu’avec le bon ami, y a un quand même un peu d’amour qui permet de supporter tous les petits trucs pénibles. Avec une autre personne, je pense que j’aurais régulièrement des envies de meurtre!

  • #122 Hélène le 26 mars 2008 à 23 h 22 min

    Je suis exacetment comme toi Pirskila, à part un bon ami je n eme vois vivre avec personne !
    Et les parents c’est pareil, je les ai bien mieux supporté une fois que j’ai cessé de vivre avec eux ;-)

  • #123 Marine92 le 27 mars 2008 à 7 h 29 min

    La nuit porte conseil, je précise ma pensée d’hier soir: J’adore mon fils mais quand je dis être seule avec lui c’est seule dans ma condition d’adulte. Parce que bien sûr il est loin d’être inexistant le coquin ;)
    Bonne journée à toutes

  • #124 Cécile de Brest le 27 mars 2008 à 7 h 57 min

    Oh, Marine92, c’est bien dans ce sens que je l’avais compris ;-)))

  • #125 Stucklette le 27 mars 2008 à 9 h 50 min

    La solitude, je crois que ça s’apprend. On commence toujours notre vie très entourés, par des parents, des frères et soeurs et, d’un coup, généralement au moment des études, on se retrouve seul… C’est un truc un peu étrange et assez flippant. Cela dit, bien que les choses soient très certainement différentes selon les personnes, j’ai tendance à penser que c’est une nécessité, l’apprentissage de la solitude. Même à deux, on est toujours seul, même avec des enfants : le problème, c’est précisément que nous sommes des individus et que personne, jamais, ne peut se mettre à notre place. Alors assumer son individualité, son irréductible individualité, pour moi, c’est aussi devenir adulte : ne pas avoir peur toute seule, être capable de subvenir seule à ses propres besoins (pas seulement financièrement, surtout affectivement, psychologiquement)… C’est important, parce qu’ensuite, on n’est plus dépendant de personne et vivre en couple, quand l’autre a aussi appris la solitude, devient une équation équilibrée. Enfin, j’espère ;-) Mais j’y crois fort !

  • #126 Dieu est une femme le 27 mars 2008 à 9 h 55 min

    Exact!!! C’est tout à fait ça…

  • #127 Princesse Strudel le 27 mars 2008 à 11 h 14 min

    Ca fait treize ans que je vis seule. :+) Hormis une parenthèse de quelques mois avec l’Insupportable, à l’époque de nos amours. La coloc, parfois, ca me tente (cinq minutes). Et puis je change d’avis illico, j’aime ma solitude, j’aime surtout pouvoir faire ce que je veux quand je le veux. Et j’apprécie de ne pas subir les contraintes imposées par autrui (genre, le coloc’ sypa et sociable qui invite un pote à dîner le soir où tu n’aspires qu’à regarder peinard la télé en pyj’ dans le salon). Je pars seule en vacances, n’ai pas le réflexe d’appeler une copine quand je vais au ciné ou à la piscine, et profite des moments que je ne passe pas avec mon copain pour rester tranquille. Bref, une vraie petite ermite. Je me satisfais de ma propre compagnie, d’autant que j’adore lire, écrire, et que j’ai toujours mille et une choses à faire si vraiment, vraiment je m’ennuie.
    Revers de la médaille, quand j’ai un méga coup de cafard, je n’ai pas non plus le réflexe d’appeler quelqu’un: là, la solitude n’est plus choisie, mais subie, et bonjour la claque.
    Et puis, bon, être seule, c’est chouette, mais avoir quelqu’un avec qui partager les fous rires les grasses matinées, les soirées DVD et le dîner, hein, ce serait quand même bien.
    Le chat? J’y pense, mais ce serait plutôt un chien, pour moi. Un chien de poche à glisser dans le sac à main, dodu, au ventre tiède et au museau fureteur, aux yeux confiants… Oh oui! :+)
    Bises les filles

  • #128 Hélène le 27 mars 2008 à 11 h 19 min

    Stucklette je suis entièrement d’accord avec toi, tu exprimes très bien ce que je ressens.

    Princesse Strudel ça m’interpelle ce que tu dis à propos des vacances : où vas-tu, seule ?
    Et pour le coup de n’avoir pas le réflexe d’appeler qqn en cas de cafard, je suis comme toi : à force de vivre en « autarcie », je ne sais plus appeler au secours…

  • #129 funambuline le 27 mars 2008 à 11 h 27 min

    Effectivement, en cas de coup de cafard je n’appelle personne non plus, mais c’est volontaire, je n’ai envie de voir personne et envie que personne ne me voie avec ma tête noire et brillante (ben ouais, comme un cafard :-) ).

  • #130 globulita le 27 mars 2008 à 11 h 44 min

    Moi non plus, je n’appelle personne quand j’ai un coup de blues. Mais dès que ça va mieux, je sors de ma grotte et je dis à mon entourage que je viens de traverser un moment pas facile.

    Sinon, la colocation m’a toujours permise de m’isoler, je me suis jamais gênée de faire l’a-sociale même s’il y avait des invités. Par contre, cela m’a parfois sauvée d’une soirée de déprime. Genre je sors du boulot, j’en veux à la terre entière et mon programme consiste à pleurnicher sur moi-même en m’envoyant 300 gr. de chocolat et autant de fromage. Et voilà qu’à la maison, y’a des gens. Pendant 5 minutes, ok, je dois me forcer pour faire bonne figure mais au final, j’ai toujours passé une meilleure soirée que prévu et SURTOUT, je n’ai pas fait de compulsion alimentaire! ;-)

    @Stucklette et Princesse Strudel: je suis tellement d’accord avec vous deux!

    @Hélène: pour ma part, je suis déjà partie en vacances toute seule et j’ai toujours choisi des grandes villes car y’a plein de choses à faire en solo style musées, magasins (j’ai horreur de faire du shopping en groupe), spectacles etc. J’assume (à l’étranger, dans ma ville, je pense pas que j’oserais) à mort de manger toute seule dans un resto ou d’aller boire un verre. Je me sens un peu toute puissante dans ces situations-là du fait que j’ose et j’assume!

  • #131 Hélène le 27 mars 2008 à 12 h 02 min

    C’est intéerssant globulita ce que tu dis de ce sentiment de toute puissance à faire des choses seule, et ça fait envie.

  • #132 leolu le 27 mars 2008 à 12 h 09 min

    globulita et Hélène : ouais ça fait envie, si on est pas timide. moi, je suis morte de trouille à l’idée d’aller au café seule ;)
    le ciné, ça j’y arrive et le resto, c’est vraiment si j’ai pas le choix, en revanche, j’irai pas aux toilettes s’il faut traverser toute la salle ;))
    alors, en effet, je comprends aussi que ce soit un sentiment de puissance et je te dis bravo :)

  • #133 Dorothée le 27 mars 2008 à 12 h 23 min

    Globulita je suis hyper d’accord avec ce sentiment de puissance que tu exprimes, c’est tellement vrai! Faut dire que dans son bled, bouffer seule au restau, c’est être une nobod; à l’étranger, c’est montrer qu’on a des couilles (pardon Hélène pour cette réflexion pas du tout féministes ;-) )

    Il y a quelque temps, sur un coup de tête, je suis partie toute seule en Tunisie. Rejoindre un mec que je n’avais connu que pendant 48h (alors qu’un mec à Paris dans le même cas je ne ferais pas deux stations de RER:-D), mais c’était justement ça qui m’attirait….personne ne savait où j’étais (pas même la douane, j’ai menti sur mon hébergement of course)…En plus j’ai loupé mon avion de retour par étourderie, il n’y en avait pas d’autre avant une semaine, alors j’ai pris le bateau. J’étais la seule occidentale à bord….la seule fille seule en plus. Et puis je n’avais pas pris de cabine (trop cher). Le gag c’est qu’une fois arrivée à Marseille, en fait, j’avais oublié ma CB au port de Tunis, du coup je suis rentrée à Paris en stop, avec des Tunes qui vendaient des foulards sur les marchés en banlieue et qui ont fumé du shit sur tout le trajet. Tout l’inverse de mon éducation et de mes principes, d’un bout à l’autre. Eh bien pour moi qui n’ai pas de pire angoisse que l’insécurité matérielle, même à très court terme (à Paris si je perds ma CB pendant deux heures, je me sens mal, même si j’ai 200€ de cash), ben ça a été un fabuleux voyage initiatique, un formidable envol. Je pense que l’expérience ne se renouvellera jamais dans ces conditions de précarité démente, qui en ont pourtant fait le prix….

  • #134 Hélène le 27 mars 2008 à 12 h 25 min

    C’est incroyable cette expérience Dorothée !!

  • #135 funambuline le 27 mars 2008 à 12 h 30 min

    C’est marrant, seule au resto (à part en voyage) je l’ai fait pour la première fois cet hiver… en plus le soir de mon anniversaire, je ne voulais rien faire (ma faute) et mon zhom a été bloqué au travail plus longtemps que prévu… hé ben ça aurait pu être glauque, mais en fait, j’ai assumé à mort et j’étais vachement fière de moi!!! Je me suis offert un super plat, un super vin, un super dessert (j’ai quand même pas osé demandé une bougie, ça aurait été un peu trop pathos!!!). Et hop, homme est venu (mort de faim, héhé) partager le café avec moi. A refaire pour fêter des succès de moi toute seule :-)
    C’est comme la fierté que j’ai ressentie souvent quand, vivant et donc mangeant seule, je me faisais un vrai super plat vachement compliqué et long à cuisiner, et même si je le mangeais devant la télé, je me régalais!

    @ stucklette: je suis d’accord avec toi, la solitude s’apprend… et elle nous apprend aussi à être bien avec nous-même et donc indépendante… et donc c’est forcément mieux en couple après… à condition toutefois que l’autre ait aussi fait ce chemin-là, sinon tu peux te heurter à des incompréhensions sur le besoin d’être seule de temps à autre. Mais je suis fondamentalement persuadée que des couples d’indépendants-solitaires sont plus sains et durables que des couples de flippés-de-la-solitude-collés-l’un-à-l’autre-constemment (comment ça je caricature?)
    :-)

  • #136 funambuline le 27 mars 2008 à 12 h 32 min

    @ Hélène: tu veux te faire des vacances seule à Lausanne??? ;-) C’est une ville, à l’étranger et p’tet même qu’on te laissera aller toute seule au resto :-D

  • #137 Hélène le 27 mars 2008 à 12 h 34 min

    Et bien figure-toi qu’il est très possible que je passe quelques jours à Evian début mai pour m’aérer la tête funambuline, et bien sûr vous êtes sur ma « to do list » ;-))

  • #138 funambuline le 27 mars 2008 à 12 h 36 min

    Yahou, tu viendras donc nous voir en bâteau, si, si, j’t’assure :-)

  • #139 Dorothée le 27 mars 2008 à 12 h 41 min

    Oui, c’est ma grande fierté, d’avoir habité une semaine « chez l’habitant » là-bas à 25 ans, et encore, j’étais la seule fille, et mon « mec » hébergeait 3 copains en plus….et comme je capte super vite les langues, j’ai compris des discussions absolument lunaires à mon sujet (de la part de vieilles dames qui me faisaient de grands sourires en face). Et puis surtout mon bonhomme avait 20 ans de plus, c’était le sosie (en mieux) de Clooney et il était champion de plongée, on a fait de la plongée toute la semaine (j’étais sous l’eau d’ailleurs quand mon avion a décollé huhu…). Pis y’avait pas d’eau chaude à l’appart :-))))) Et les relations avec les touristes venus plonger étaient totalement différentes, puisque j’avais l’air d’une locale, du coup, pour eux :-)

    Et puis les traversées en bateau, en fait, j’étais heureuse, au fond de moi j’en rêvais depuis longtemps, de ces voyages à l’ancienne, de la corne de brume en sortant du port, du foulard agité en adieu, de la rencontre avec le capitaine (qui voulait me filer une cabine gratos, effrayé de me voir comme ça!), et de la baleine qui a émergé derrière notre sillage, des larmes qui s’estompent avec les miles marines (pas comme l’effet coup de massue d’un décollage d’avion et d’un atterrissage aussi sec)….c’est mon souvenir mythique, mon jardin secret, mon moment de bonheur royal, et, très personnellement, le synonyme d’un retour à la vie. Rien à voir avec le côté « coeur d’artichaut » qu’on pourrait imaginer vu de l’extérieur.
    (bon j’arrête d’y penser, sinon j’y retourne illico, il n’attend que ça que je revienne, mais c’est pas ça la vraie vie….je crois)

  • #140 globulita le 27 mars 2008 à 12 h 49 min

    @Hélène: la vue est plus jolie de notre côté du lac! :-)

  • #141 funambuline le 27 mars 2008 à 12 h 49 min

    Comme je te comprends Dorothée, de cette envie irreprescible de voyage « à l’ancienne » et de la fierté de l’avoir fait… mais j’essaie de ne pas y penser non plus, sinon bye bye :-)

  • #142 Dorothée le 27 mars 2008 à 12 h 52 min

    Funambuline: tu ne voudrais pas venir faire de la plongée avec moi? On prend le bateau à Marseille, et je m’engage à te ramener chez toi :-) (au moins ça m’obligerait à rentrer aussi ;-) )

  • #143 Hélène le 27 mars 2008 à 13 h 20 min

    C’est vrai ? On peut aller d’Evian à Lausanne en bateau ?? Rahhh, mais j’adore faire du bateau sur les lacs, quel pied !!

    Dorothé c’est magnifique ce que tu racontes, et pour avoir aussi fait de longues traversées en bateau, je comprends très bien ce ressenti.

  • #144 funambuline le 27 mars 2008 à 13 h 37 min

    Rhô oui dorothée, mais que si on va dans un endroit qu’on ne connait pas encore :-D
    Et de la plongée… ça me manque tellement, j’étais allée presque jusqu’au monitorat… et depuis 5 ans, plus un seul plouf… et du coup je doute de savoir encore entrer dans une combinaison, snif.
    Mais un de mes rêves actuel serait… le bâteau-stop… faut avoir un chouille d’expérience (ou juste savoir faire la cuisine) avoir ses bagages prêts et au minimum 6 semaines de libre… dans un port avec wi-fi et hop, on embarque…
    Bon évidemment, depuis Evian, le bâteau-stop c’est moins « sauvage » :-) Mais c’est un trajet de moins d’une heure, sublime!!! Me réjouis Hélène :-)

  • #145 Hélène le 27 mars 2008 à 13 h 51 min

    Moi aussi, l’amie avec laquelle je pars est en train de confirmer l’hôtel, quel pied bon sang, des VACANCES !!!!!
    Je vous fais un mail groupir, les suissesses ;-)

  • #146 funambuline le 27 mars 2008 à 14 h 00 min

    Je m’occuperai d’organiser une petite rencontre à Lausanne si ça te dit… MUP délocalisée ou simplement bouffe-papote… dans « l’appart de MBDF en suisse » :-)

  • #147 Véro la Bisontine le 27 mars 2008 à 15 h 59 min

    J’arrive après la bataille, et j’apporte mon a-propos sur le sujet!!
    En lisant les com, un peu en diagonale, d’accord…je m’aperçois que ce sont celles qui ne vivent pas seules qui apprécient le plus la solitude…
    En fait on apprécie ce que l’on a pas, c’est bien connu, et surtout on croit que l’herbe est plus verte ailleurs (encore un autre adage, t’as vu Hélène?)
    Moi qui vit seule, je vous le dis haut et fort : j’ai acheté un appartement, l’ai refait à neuf, l’ai décoré à mon goût, bref, un vrai petit nid douillet, tranquille, bien exposé, une vraie photo de magazine…
    Et puis??
    La solitude pèse toujours…certes, je ne m’attendais pas à faire des sauts périlleux de joie, tous les jours dans le salon!!
    Et même si le confort apaise la solitude, ce n’est pas tout….
    Au moins, les filles qui ont un amoureux, vous pouvez échanger (même que de temps en temps..)!!
    Savez vous ce que cela donne, le bruit de la fourchette dans une assiette quand vous mangez seule?
    Savez vous ce que c’est de rentrer tous les soirs du travail, et que personne n’est là?
    Evidemment il existe de bons côtés ( pour avoir vécu en amoureux, je le sais), du style être tranquille avec son thé, s’épiler, etc…
    Certes, il y a les copines (beaucoup moins dispo quand elles ont un mari et des gosses), et la famille…
    Je sais, c’est pas la grosse frite en ce moment pour moi, mais je vous assure que j’échangerais bien une vie amoureuse un peu étriquée, contre ma vie de solitude dans ma prison dorée..

  • #148 Hélène le 27 mars 2008 à 16 h 01 min

    Véro je comprends très bien ce que tu dis, la solitude n’est agréable que lorsqu’elle est choisie, en fait.
    Et moi aussi je trouve parfois que dîner seule face à mon PC, c’est moyen fun ;-)

  • #149 Véro la Bisontine le 27 mars 2008 à 16 h 35 min

    En fait, ce n’est pas la solitude dans le vie quotidienne qui est difficile à vivre (j’aime faire les boutiques seule, je vais au ciné seule, parfois en vacances, j’aime bien regarder des niaiseries à la télé, genre « Nouvelle star », ou un match de foot; bref je trouve un certain « plaisir » à être seule à certains moments), mais plutot c’est plutôt celle du coeur qui est difficile, car comme le disait Cali l’autre jour sur un plateau télé, il n’ya rien de mieux en se levant le matin que lorque l’on est amoureux (en vivant seule ou pas)…ça donne de l’energie pour la journée!!
    Bref, c’est de se sentir aimée qui fait se sentir moins seul
    Je sais Hélène, c’est un peu le « dos rond sous l’averse » en ce moment pour moi mais le printemps reviendra après l’averse, non??

  • #150 Marine92 le 27 mars 2008 à 17 h 13 min

    Véro j’adhère complètement à ton texte.
    Hier soir j’avais écrit à la fin de mon com
    c’est pas la solitude qui me tue c’est le manque d’amour ;)
    Mais j’ai pas osé (shame on me)

  • #151 Hélène le 27 mars 2008 à 17 h 27 min

    Tu avais raison Marine92, et n’hésite plus à écrire ce genre de chose ;-)

    Véro c’est très juste ce que tu dis ! Et bien sûr l’averse finit toujours par passer, je sors de la mienne qui a duré 6 bons mois ;-)

  • #152 Véro la Bisontine le 27 mars 2008 à 17 h 35 min

    @Marine92 : ose le dire!!
    Je me sentirai un peu moins seule de penser cela!!!
    A ta différence, je n’ai pas d’enfants, alors difficile de comparer…
    Il me semble qu’avoir un enfant a ses côtés peut apporter de bons moments, mais je comprends tout à fait que les échanges sont limités (dans le fonds, pas dans la fréquence..)
    C’est malgré tout un échange d’amour avec son enfant, et cela ne remplace pas un échange dans un contexte amoureux…
    On pourrait en écrire des pages et des pages sur le sujet, non??

  • #153 Marine92 le 27 mars 2008 à 20 h 52 min

    Oh oui Véro on pourrait disserter des heures ;) L’amour que j’ai pour mon fils ne ressemble en rien à celui que j’ai pour mes parents ou mon frère qui est encore différent de celui que j’ai pu avoir pour mon mari.
    Hélène merci de ton indulgence.
    Voilà mon p’tit loup est couché, ma journée de mère s’achève.
    J’aurais bien eu un peu de temps pour aimer ce soir :-/
    Bon hauts les coeurs, je m’en vais lire les articles du jour

  • #154 Dorothée le 28 mars 2008 à 5 h 28 min

    Oups! Funambuline, partante pour la bateau-stop, j’ai fait mes Glénans et je maîtrise à mort le recyclage de pain rassis et de pâté Hénaff :-) Pour la destination, je l’ai et elle correspond à tous les critères :-)

  • #155 funambuline le 28 mars 2008 à 12 h 16 min

    Arrête Dorothée, tu vas me faire craquer!!!

  • #156 Princesse Strudel le 28 mars 2008 à 12 h 30 min

    @ Hélène: je pars au petit bonheur. Je recherche des destinations où une femme seule n’aura pas trop de soucis à se déplacer ou à rester tranquille, en fuyant les endroits à la mode (Ibiza, Majorque, côte italienne dont raffolaient mes collègues allemands et autrichiens notamment). Je cherche aussi des destinations où je n’aurai pas plein de petits couples amoureux en train de se bisouiller sous mon nez, plein de familles ou plein de petits vieux revendicatifs. :+)
    Blague à part, je choisis des destinations culturelles, car 10 jours de plage en tête à tête avec moi-même, l’angoisse. Donc, les capitales. Mon dernier voyage a été en Russie: atterrissage à Moscou, qulques jours à parcourir la capitale au hasard de mon guide touristique, puis train de nuit pour Saint-Petersbourg et re-visites, retour à Moscou en train de nuit pour le vol vers Vienne. Idéalement avec de l’eau pas loin, j’aime bien faire plouf pendant mes vacances.
    Sinon: Croatie (qui devient hélas à la mode), Hongrie, République tchèque, Pologne, Allemagne… Plus exotique: Sénégal et Gambie (un peu moinsà l’aise car une femme seule là-bas passe moins inapercue), Egypte.

    Je comprends le sentiment de « toute puissance » qu’on peut éprouver. Pour moi c’est surtout la sensation réconfortante de ne dépendre que de soi-même, et pas de la copine qui peut (ou pas) partir avec moi, du pote qui va enquiquiner tout le monde avec ses exigences, etc. La possibilité de pouvoir pique-niquer sur la plage à midi et me faire un excellent restau le soir, de pouvoir dormir jusqu’à onze heures si ca me chante, et de bouquiner toute la nuit si ca me fait plaisir.
    Et puis, revers de la médaille, le fait de n’avoir personne avec qui partager son émotion devant un paysage magnifique, de franchir le pont des soupirs sans quelqu’un qui vous prenne par la main, de ne pas avoir une épaule amie le soir où vous rentrer à l’hôtel en boitant bas pour cause d’entorse imprévue (vous voilà donc en train de faire les yeux doux au chasseur de l’hôtel pour qu’il vous rapporte un bandage de la pharmacie du coin, « et des glacons s’il vous plait »).

    Comme j’ai eu très tôt l’habitude d’être indépendante, je ne considère pas comme quelque chose d’hors normes le fait de vadrouiller toute seule. C’est quand mes copines hurlent avec horreur « comment, toute seule? Moi? en vacances / au ciné/ au restau / à une expo… » que je m’apercois que je suis moins prisonnière qu’elles. :+)

    Plein de bises et bonne journée à toutes, Strudel

  • #157 funambuline le 28 mars 2008 à 13 h 00 min

    @ Princesse strudel: si tu n’as pas encore essayé les villes du Nord (j’y met aussi Amsterdam), pour y aller seule c’est un vrai bonheur!!! Dès que possible je me fais un week-end « en amoureuse avec moi-même » à Dam, j’en reviens toujours très heureuse :-)

  • #158 Véro la Bisontine le 28 mars 2008 à 14 h 14 min

    @ princesse Strudel : je comprends tout à fait ton point de vue…pour avoir connu les vacances à plusieurs et les vacances seule..
    Cela dépend aussi de l’humeur du moment, et de savoir de quoi on a envie sur le moment…et de la disponibilité et de l’envie des autres aussi!
    J’avais proposé à Hélène de mettre au point un échange d’appartement/maison entre filles de MBDF, histoire de pouvoir découvrir de nouveaux horizons à moindre coût, et avec un bon état d’esprit propre à notre communauté MBDF!!
    J’habite une ville de l’Est (Besançon), et même si ce n’est pas l’agitation propre au sud de la France durant l’été, ma région offre de belles perspectives pour autant!
    Bon, voilà, moi aussi je cherche des idées de vacances pour l’été..

  • #159 Cécile de Brest le 28 mars 2008 à 14 h 57 min

    Arrêtez de parler de vacances où je déprime…
    La première qui dit, oui, mais en congé parental, on est en vacances toute l’année (je l’ai déjà entendu), je l’insulte ;-)))

    Je rêve de vacances loin (ou pas loin d’ailleurs, mais hors de chez moi), à me lever quand je veux, à manger quand je veux, sans horaires à respecter. Snif, c’est pas demain la veille…

    Et encore,vous avez dela « chance », vous avez choisi votre chez vous. Moi, je suis en location dans une ville qui ne me plaît pas, dans un appart qui commence à me sortir par les yeux et que je n’ai pas pu arranger à mon goût (faire des frais quand on sait qu’on ne va rester « que » trois ans, on hésite…)

    Bon, j’arrête de me lamenter, joyeux week-end en perspective, petit coup de mou ;-))))))))))

  • #160 Cagaroule le 28 mars 2008 à 15 h 27 min

    @ Cécile:
    Si je peux me permettre, trois ans dans un appart où tu ne te sens pas bien, c’est long non? Sans faire de méga frais, tu peux peut être l’arranger à ton goût: mettre de jolis rideaux, tapis, etc. (bon là, je dois plaider mon ignorance, les tapis avec des enfants, je sais pas si c’est une bonne idée…)

    Quand je rêve de vacances loin et que c’est pas possible, je regarde les sites de voyagistes. Du coup, j’ai plein de projets irréalisables certes, mais ça me fait du bien!

    Ca peut pas être nul là où tu habites, ils ont du kaki dior! :-)))

  • #161 Cécile de Brest le 28 mars 2008 à 15 h 37 min

    @ Cagaroule : oui, tu peux te permettre, bien sûr !!

    Qand je dis que l’appart ne me plaît pas, c’est sa localisation dans la ville qui ne me convient pas (mais on n’a pas eu le choix).
    Les papiers aux murs ne sont pas top et le pire, c’est l’hooorrriiibbbllleee lino au sol.Rien que le voir me donne de l’urticaire!
    Sinon, c’est vrai, j’ai mis des rideaux et des tapis et ce sont mes meubles, mais bon, ça n’est pas la même chose qu’une maison qu’on a choisie…

    Heureusement qu’il y a le kaki Dior ;-)))))

  • #162 Cagaroule le 28 mars 2008 à 15 h 50 min

    On est passé par là aussi quand j’étais petite, logement de fonction oblige…
    Est-ce que tes enfants ont découvert que le lino ça glissait super bien et qu’il y avait moyen de bien s’amuser tout en faisant de méga traces au sol? Ma mère devenait folle (je la soupçonne d’avoir eu ce lino en horreur bien avant ça néanmoins…)

  • #163 Hélène le 28 mars 2008 à 16 h 05 min

    Je plussoie avec funambuline (on dit comme ça ?), les villes du Nord doivent être parfaites en solitaire, rah, ça me donne envie de retourner à Stockholm !!

  • #164 Princesse Strudel le 7 avril 2008 à 12 h 00 min

    Merci pour vos suggestions les filles, je commence à penser au « grand » Nord, pas loin de Paris. :+)
    La Scandinavie me fait de l’oeil également.

    Véro la Bisontine: j’adore ton idée d’une rubrique « échange d’appartement », je suis partante. Tiens, d’ailleurs, si tu veux te faire un WE à Paris pendant que je suis en vadrouille, tu peux prendre mon nid.

  • #165 Nicole le 20 avril 2008 à 0 h 59 min

    Juste pour vous donner des nouvelles de mon chat: je l’ai donné à une association ce midi. association qui s’occupe de re-placer les animaux dans des familles choisies à la loupe.
    La nana chez qui on est allés déposer le tigre (il fait 1 mètre de longueur pour 13kg) avait djà (sans déconner): 2 chiens, 5 chats + 4 chatons de 4 semaines, 3 lapins, 3 hamsters et 2 aquariums énooormes pleins de poissons de toute sortes. Je vous jure!!!! Tout ça dans Paris, dans un studio d’environ 30m² avec une terrasse de 10m².
    J’ai cru rêver!!!! mais elle avait l’air d’y tenir tellement à ses petites (et grosses) bêtes, que je me suis sentie tout de suite rassurée.

    Me voilà sans chat, maintenant…. soulagée pour les allergies de ma fille (on a 15 jours pour essayer de nettoyer l’appart à fond avant qu’elle ne rentre de vacances du sud-ouest) même si je sais que les poils de chats sont hyper tenaces et que ça va prendre des mois pour en effacer toute trace. mais déjà, avec l’aspi (j’ai horreur de l’aspi, mais c’est pour la bonne cause) tous les deux jours, ça devrait améliorer sensiblement la situation….

    Merci à toutes!

  • #166 Hélène le 20 avril 2008 à 2 h 03 min

    « 1 mètre de longueur pour 13kg ??? » Bon sag mais c’est un tyrannosaure ton truc Nicole, pas un chat !! ;-))

  • #167 Nicole le 20 avril 2008 à 10 h 31 min

    Et oui, Hélène… pour moi, ou on est girlie, ou on ne l’est pas… et ou on a un vrai chat, ou on n’en a pas.. ;-) Mais je te rassure, on ne savait absolument pas qu’il allait devenir comme ça quand on l’a eu à 6 semaines!

  • #168 funambuline le 20 avril 2008 à 12 h 54 min

    13 kilos??? t’est sûre que c’est un chat et pas un vrai tigre??? ou un puma ???

    Quand je pense qu’on fait « des misères » à Globule (la chatte chez qui on habite avec globulita) parce qu’elle doit perdre du poids (pour durer plus longtemps), 7 kg quand même! Mais 13???

  • #169 Hélène le 20 avril 2008 à 13 h 30 min

    Yep, Nicole bat marion et sa petite vache de seulement 9 kilos ;-))

  • #170 Nicole le 20 avril 2008 à 13 h 45 min

    Bah oui, funambulita, la « différence » c’est que Herbie n’est pas seulement « gros », il est très grand, donc, loin d’être « obèse », même si d’après le véto il pourrait perdre 1 ou 2 kg, mais il ne sera jamais un chat de 4 ou 5 kg…
    Dans sa nouvelle maison, donc, en plus des autres animaux, il y a une terrasse, donc il est possible qu’il fasse un peu de « sport » et maigrisse un peu (toute proportion gardée…)
    Je vous enverrais une photo à l’occasion.. ;-)

  • #171 Miaou le 28 avril 2008 à 17 h 31 min

    Salut à toutes!

    J’arrive après la bataille comme certaines disent souvent, donc peut-être que seule Hélène lira ça, et je n’ai pas posté depuis un moment, pour cause de voyage d’affaires (la classe!… si vous saviez :-), et de petite déprime post-relationnelle, mais me revoilà, j’ai relu tous vos commentaires cette après-midi, et j’avais envie de vous dire merci.

    D’abord parce que mon voyage de trois semaines, seule, a été d’une richesse extraordinaire, et que dans le taxi pour aller à l’aéroport avant de partir de Paris, je repensais à vos commentaires et au plaisir de se découvrir bien avec soi-même.

    Ensuite, merci à toutes d’avoir partagé autant de chose. Je sais, je sais, c’est l’esprit de MBDF qui veut ça, mais quand ça vient sur un texte qu’on a écrit et où on a mis un peu de ses tripes, on a envie de dire merci.

    Merci pour tous vos témoignages, si différents et enrichissant, qui aident à aller de l’avant sans s’alarmer. J’ai l’impression d’avoir plus envie de vivre seule ces derniers temps, et peut-être aussi parce que je m’en veux moins d’être comme ça.

    Et sinon, j’avais envie de faire quelques petits mercis persos:

    @Sophie202 et son indépendance égoiste que j’ai hâte de trouver :-)

    @Nadynette et ses angoisses qui me font penser aux miennes

    @Funambuline et Globulita pour leur humour, leurs précieux conseils et la tendresse qu’il y avait dans leurs commentaires

    @Nicole et Laurence pour leur besoin/amour des autres qui me rappelle moi

    @Coralie Marie, pour sa franchise, « je suis horrifiée par les gens qui passent direct de la case papa-maman à la case couple sans connaître cette expérience tellement libératrice ! Vive la liberté :-) » car au fond de moi, je pense un peu pareil (mais uniquement à propos de moi, je ne juge pas les autres personnes qui font ça)

    @Marilecl, qui a bien résumé la situation, et en qui je me reconnais

    @Melle crapaud, qui dit « mais je veux vivre sans limite pendant un temps de ma vie, au moins pour apprendre à me connaitre et à tester justement mes propres limites ». Moi aussi, et justement parfois j’ai peur de les avoir déjà trouvées et que le verdict soit: je ne sais pas vivre seule. Mais seulement parfois

    @Cynthia283, pour sa franchise, et ses secousses

    @Mariel qui n’est pas très nette psychologiquement (ça m’a fait beaucoup rire! et je me dis la même chose parfois :-)

    @So lucette, je suis touchée d’avoir pu t’apporter un regard différent sur certaines personnes de ton entourage

    @Seccotine, dont le commentaire m’a fait l’effet d’une grande valse

    @Funambuline, d’avoir partagé sur le fait que son jugement sur elle, sa connaissance et sa tolérance de soi ont évolué, et que c’est justement aussi ce que j’attends de mon expérience « vivre seule »

    @Mmarie et Diripouf, qui envisagent qu’on puisse justement grandir et apprendre plus lorsqu’on vit à deux ou à plusieurs, et je pense aussi que c’est vrai, c’est une autre expérience, on grandit sur d’autres choses

    @Broutilles qui m’a fait penser à la chanson de Linda Lemay « j’veux pas d’visite »

    @Deilema pour son touchant commentaire, et son point de vue différent

    @Marine92 qui m’a fait prendre conscience de la difficulté d’avoir un enfant lorsque la solitude nous pèse, et de la force de caractère que ça demande

    @Stucklette, pour la nécessité d’avoir appris à être seule pour mieux vivre en couple

    @Princesse Strudel et Globulita, parce que moi aussi j’aime les vacances seules (pas toujours), avec les restos et spectacles etc. en ma seule compagnie, ça me donne un sentiment de toute puissance, comme tu dis Globulita, et j’ai adoré le récit de tes vacances Princesse Strudel, avec tout ce que tu en tires, en bien comme en mal

    @Dorothée pour sa folle expérience qui rappelle celles qu’on a vécues

    @Véro la Bisontine, qui m’a beaucoup touchée

    @tous vos mercis, et toutes les réflexions, et pensées pour vous et votre entourage que ça a provoqué chez vous

    Ca fait un peu solennel mon commentaire, mais ça n’est pas vraiment le but. C’est juste que ça m’a beaucoup touchée de partager ça avec vous, j’ai trouvé que vous aviez été super respectueuse, que vous aviez vachement partagé par rapport à vous, et que vous m’aviez vraiment écoutée. Donc, je tenais à dire merci.

  • #172 Miaou le 28 avril 2008 à 17 h 32 min

    Ah, et Nicole, je suis contente pour ton chat!! Moi je crois que je vais attendre d’avoir une vie un peu moins folle avant de me faire adopter par un Miaou.

  • #173 Miaou le 28 avril 2008 à 17 h 34 min

    Rô, j’ai fait des fautes d’orthographe :-)

  • #174 Véro la Bisontine le 28 avril 2008 à 18 h 29 min

    Moi aussi Miaou, j’ai été touchée par tes propos, et contente de voir que le ciel a l’air d’être de nouveau bleu pour toi!!
    J’ai eu droit moi aussi à une déprime post-relationnelle (et pour tout dire, je suis encore dedans..), mais je me suis aperçue ce week end que j’ai passé seule, que je pouvais savourer de nouveau cette solitude…
    Tout simplement parce que je me suis occupée de moi (j’avais de l’energie pour, alors j’en ai profité!), et commençant à me connaître, je me suis dirigée vers des plaisirs simples, mais qui m’ont fait beaucoup de bien : j’ai acheté qques bricoles de déco pour mon appartement (j’ai viré tout ce que j’avais de rouge, couleur chaude de l’hiver à mon sens, et j’ai choisi des choses dans les tons turquoise et vert anis : housses de coussin, photophores, bougies, guirlandes lumineuses..)
    Il faut dire que le soleil de ce week end y était pour beaucoup!
    J’ai même voulu acheter une petite table de salon de jardin pour mon balcon, histoire de pouvoir manger, boire un thé ou même lire dehors, proche de la verdure et des chants d’oiseaux…pas de pot pour la table, j’ai pas trouvé la bonne dimension, ce sera pour une autre fois, un autre plaisir!!
    Et puis j’ai enchainé dimanche en endossant ma tenue de bricoleuse puisque j’ai décapé le carrelage de mon couloir (carreaux noir et blanc en diagonale façon années 50), j’ai gardé l’original (j’ai acheté l’appartement en avril 2007), car je le trouvais très chouette, mais un petit rajeunissement était à faire…
    Résultat, j’étais toute contente hier en fin de journée, de la nouvelle (tournure) de mon chez moi, cela m’a fait un bien fou (j’ai remisé la déco rouge au grenier, qui ressortira pour l’hiver 2008!)
    Alors, même si j’étais seule ce week end, j’ai fait des choses qui m’ont fait beaucoup de bien dans ma tête, et je sens, enfin je l’espère, que je suis sur le bon chemin!!
    A suivre…

  • #175 Miaou le 28 avril 2008 à 18 h 41 min

    Coucou Véro! T’inquiète moi aussi je suis encore dedans, c’est tout frais. Mais j’avais enfin envie d’écrire à nouveau ici.

    Ca fait très plaisir cette journée bricolage que tu décris. C’est tellement bon parfois de s’en remettre juste à ses mains pour se faire du bien (je sais ma phrase est bizarre, je parle du bricolage hein, du fait de laisser ses mains s’exprimer à la place de sa tête déprimée).

    Et puis son intérieur, c’est vrai que c’est agréable de s’en occuper. T’as l’air de bien t’y connaître dis-moi!

  • #176 Miaou le 28 avril 2008 à 18 h 48 min

    J’ai oublié le merci à Hélène d’avoir publié mon billet!!!

    Bon courage Véro :-)

  • #177 Hélène le 28 avril 2008 à 18 h 51 min

    Merci pour ce long commentaier de remerciements Miaou, c’est très délicat à toi d’avoir pris le temps de l’écrire.

    Ca fait plaisir de savoir que tu te sens mieux, tout comme Véro, je souhaite que ça continue dans cette voir pour l’une comme pour l’autre ;-)

  • #178 Véro la Bisontine le 28 avril 2008 à 18 h 55 min

    @ Miaou : ce qui est le plus bizarre, c’est que je n’avais pas du tout anticipé ce que j’allais faire de ce week end, cela a été totale impro, et finalement, mon cerveau (bien secoué ces derniers temps), m’a dirigé vers des activités moins bouillonantes intellectuellement, plus manuelles, et je le remercie pour ça!
    Comme quoi, il faut faire confiance à son moi intérieur, ou sa petite voix, cela nous emmène toujours vers le bon choix…
    Plein de courage à toi aussi Miaou, et plein de ciel bleu en perspective!
    :))))

  • #179 funambuline le 28 avril 2008 à 20 h 16 min

    @ Miaou: merci pour ta réponse qui m’a fait très plaisir!!!
    Et je me permets de te remercier de la part de globulita… qui est en vacances… en amoureux cette fois-ci :-)

  • #180 Mlle Crapaud le 28 avril 2008 à 20 h 21 min

    Oh, tu as répondu :-) Ca a dû te prendre du temps (et je suis heureuse que ton ordinateur n’ait pas planté en plein milieu ça m’arrive tellement souvent !) Merci beaucoup :-)

  • #181 Miaou le 29 avril 2008 à 1 h 12 min

    @Hélène, Funambuline et Mlle Crapaud: avec plaisir, j’avais très envie de vous répondre, avec tout le soin que vous avez mis à me répondre, et toute la richesse de cet échange! J’ai juste mis le temps… Et Mlle Crapaud, j’ai écris d’abord sur un doc word, pour éviter le plantage (une certaine expérience de ces choses là… même si maintenant j’ai un Mac et que je lui fais toute confiance!).

  • #182 Hélène le 29 avril 2008 à 1 h 19 min

    Bien vu Miaou, pour un long commentaire le doc Word est la voie de la sagesse ;-)

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.