Une femme (im)parfaite, par Hécube

14 janvier 2009

« Avertissement : ce texte est à prendre au moins au vingtième degré de l’humour, l’auteure étant malheureusement consciente de son imperfection chronique.





LA FEMME (IM)PARFAITE

JE SUIS UNE FEMME PARFAITE.
Je suis mariée,
Je suis mère de famille,
J’ai des ami(e)s,
Je gagne ma vie,
Je consacre du temps à des activités de bénévolat,
Je participe à la vie politique locale,
Je me cultive (livres, expos, cinéma, théâtre, concerts…),
Je surveille les devoirs des enfants,
Je vais aux réunions de parents d’élève,
Je fais le taxi pour les activités extra-scolaires,
Je cuisine,
J’ai une maison impeccable,
Je fais les courses,
J’organise les vacances,
Je tiens les comptes,
Je fais du sport quatre fois par semaine,
Je suis toujours tirée à quatre épingles,
Ma manucure est toujours impeccable,
Je ne vous parle pas de ma pédicure,
En bref je suis une Bree puissance 10, mâtinée d’une pointe de dévouement à
la Lynette, arrosée d’un coulis de charme piquant façon Gabrielle, avec la pointe de naïveté de Susan et bien sûr un soupçon d’Eddie (je suis sexy aussi !!! qu’est-ce que vous croyez).
Je suis entourée professionnellement d’autres femmes parfaites,qui me renvoient l’image réconfortante, avouons-le sans prétention, de ma propre perfection.

La franchise me force à avouer un défaut (désolée de casser le mythe) : mon ego certainement surdimensionné se plaît dans cette image idéale, dans ce contrôle permanent de ma vie, de mon image, de mon entourage.

ET PUIS UN JOUR…

Je me retrouve dans ma voiture, accompagnée de ma grande copine « migraine » (celle qui me suit depuis des années à cause du manque de sommeil et du stress), avec l’oreillette du téléphone greffée à l’oreille (deux conversations en simultané, sinon c’est pas drôle !), un œil sur la montre (pourvu que je ne sois pas en retard à mon rendez-vous), l’autre dans le sac à main (où est ce foutu rouge à lèvres), je note mentalement que je ne dois pas oublier de passer chercher des fleurs pour ce soir, prendre le costume de Monsieur chez le teinturier, déposer les chèques à la banque etc…etc…etc…, rappeler la comptable, avant d’appeler la baby-sitter…

Bref, depuis 20 ans, je fais rentrer un agenda de 48heures dans 24 heures.
C’est simple, David Copperfield, à côté de moi, est un petit rigolo.

ET LÀ, DANS MA VOITURE, JE PETE UN PLOMB !
(pardon pour la vulgarité, franchement pas parfaite, je l’avoue.)

Pourquoi là, pas trois jours avant, pas trois ans après ? Mystère de la psychologie féminine…

Toujours est-il que mon mari, ce saint homme qui me supporte depuis 20 ans, se retrouve avec une épouse hystérique au téléphone, qui le prévient que pour le dîner de ce soir, il ira en jeans, sans fleurs et sans épouse. Et que je vais partiiiiiiiiiiiiiiiiiir m’exiler au fond de la Patagonie. Pourquoi la Patagonie, re-mystère ??????????

Ma mère, qui appelle à ce moment-là pour une idée de menu pour son dîner du lendemain, en prend aussi pour son grade, avant que je lui raccroche au nez (pour la première fois de ma vie en quarante ans) ! Elle n’a qu’à faire comme tout le monde : Picard !!!! Crotte à la fin !

Quand je me suis enfin calmée, je réfléchis. Oui, je suis une blonde qui réfléchit.

QUI M’A DEMANDÉ D’ETRE PARFAITE ?

Certainement pas mon mari, qui me demande depuis des années de m’accorder une grasse mat’ avec lui (Peux pas voyons ! Il faut que je file faire les courses, mon footing… J’ai rendez-vous chez la manucure, le coiffeur, le médecin, le comptable, l’avocat… (aucune mention inutile à rayer))

Certainement pas ma fille qui en a marre de sa mère parfaite qui lui donne des complexes (dixit la psy !) et qui l’assomme de recommandations (chambre rangée, devoirs faits, dents lavées…).

Certainement pas ma mère, qui se retrouve avec une tornade dans sa maison dès que je débarque, critiquant le désordre, la poussière, les chiens qui font ce qu’ils veulent, la femme de ménage qui ne sait pas faire le ménage… (pas de mention inutile là aussi).

Certainement pas mes ami(e)s, qui ont avoué, que même s’ils m’adorent, ils n’en peuvent plus de mon activité acharnée quand je suis en week-end ou en vacances avec eux, et aimeraient que j’arrête de passer mes vacances dans une frénésie de sport ou de visites culturelles, pour rester tranquillement avec eux au bord de la piscine.

Certainement pas mon professeur de golf, ce deuxième saint-homme qui supporte mes cris de désespoirs sur les parcours et mes colères homériques (d’où Hécube ah ! ah ! ah !), et qui me demande à longueur de parcours de LACHER PRISE !!!! Voilà, c’est dit :

JE DOIS M’AUTORISER À LACHER PRISE !

Et m’avouer que je ne suis pas parfaite, que je ne le serai jamais et que c’est ainsi que je vais m’affranchir de toute cette pression, de tout ce stress et devenir supportable.

Et depuis quelques semaines, j’ai une aide inattendue et très précieuse : c’est VOUS, les filles de Mon Blog de Fille. Vous êtes devenues mon oxygène, ma récréation. Grâce à vous, je m’autorise à prendre (j’aurais dit à perdre ! il y a encore quelques semaines) du temps pour venir vous rendre visite, discuter avec vous, comme ça, par plaisir, sans obligation aucune. A vos côtés, j’apprends à me donner du temps, c’est une sorte de jardin secret. Je suis sur le chemin de la guérison.

Merci à Hélène et à Vous !

Signé : Hécube »

173 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

173 commentaires

  • #1 Les Mules En Reptile le 14 janvier 2009 à 8 h 25 min

    Bonjour Hécube,

    Alors que je suis une rare commentatrice, je lis très souvent tes interventions, tu as beaucoup d’humour, et la, ça se confirme !

    (Tiens, voila une chose que tu as oubliée dans ton portrait de femme parfaite : ton humour !!!!)

    Bref, en tout les cas, ce texte est très joli, surtout la conclusion, inattendue et rassurante !
    Je pense que tu décris quelque chose que beaucoup de femmes vivent !
    Bon courage pour la suite ! ;-)

  • #2 Hécube le 14 janvier 2009 à 8 h 34 min

    @LesMulesEnRepile : Merci de ton indulgence!
    Quant à mon humour, je crois qu’avec mon autodérision, c’est ce qui me rend supportable.

    Je pense, en effet que beaucoup de femmes de ma génération se sentent investies de la mission de tout réussir parfaitement et se mettent une pression inimaginable…

    Merci de tes encouragements, bonne journée!

  • #3 Brourou le 14 janvier 2009 à 8 h 34 min

    Là tout de suite avant de partir travailler, tu m’as épuisée, Hécube. Mais tu m’as aussi beaucoup amusée. Merci pour ce texte et ton humour.
    En effet, souffle un peu, profite du plaisir, de la sérénité et de la générosité qui se dégagent de MBDF. En tout cas tu as l’air hyper motivée pour guérir.

  • #4 mimisunny le 14 janvier 2009 à 8 h 36 min

    MErci Hécube, pour ce très beau texte, qui m’a fait sourire, rire et presque fait pleurer. Ton texte me touche beaucoup et en touchera surement d’autres. Oui, j’ai les mêmes tendances que toi mais je vais mieux et je tente de profiter plus. A cause de cela, je suis passée à côté de trop de choses et aujourd’hui, je veux apprendre à vivre pour moi et pas dans le regard des autres.
    Merci aussi pour cette conclusion, je crois que là aussi d’autres te rejoindront.
    Belle journée!

  • #5 Hécube le 14 janvier 2009 à 8 h 38 min

    @Brourou : apparemment, j’épuise beaucoup de monde.:-))))) J’arrive même à épuiser (en tout bien tout honneur, hein!) les Go du club avec ma frénésie de sport et mon envie de profiter de toutes les activités.
    Mais, en effet j’essaie de me soigner!

  • #6 Hécube le 14 janvier 2009 à 8 h 41 min

    @mimisunny : ce besoin d’être toujours parfaire aux yeux des autres, cache certainement un grand manque de confiance en moi.
    Belle journée à toi aussi!

  • #7 sophie-alice le 14 janvier 2009 à 8 h 57 min

    Bonjour Hécube,
    ton récit m’a fait penser à un livre de Laurie Colwin, « Une épouse presque parfaite », et dont je recommande chaudement la lecture (toute l’oeuvre de Laurie Colwin est à recommander d’ailleurs). L’héroïne est atteinte de ce même syndrome de désir de perfection, de maîtrise. Un jour, un grain de sel vient faire dérailler la machine. Je l’ai trouvé vraiment bien ce bouquin, et m’a fait pas mal réfléchir sur ce désir de maîtriser tout, qui est, je le pense aussi, une façon de camoufler une angoisse.
    En tout cas, bon courage dans ton apprentissage du lâcher prise. Tiens-nous au courant!

    Bonne journée à toutes

  • #8 Cyrielle le 14 janvier 2009 à 8 h 58 min

    Juste un truc à dire: je t’admire! Tu a réussi à tout gérer, et maintenant, tu réussi à lacher prise (je reprend tes mots). En fait, tu es tout simplement parfaite dans ton imperfection! Après tout, il faut aussi profiter de la vie!

  • #9 Clémentine le 14 janvier 2009 à 9 h 01 min

    Hello Hécube !
    Texte absolument génial !!!!!
    Tu as beaucoup d’humour et d’autodérision et j’apprécie particulièrement les personnes qui ont ces qualités !
    La « femme parfait » du début me rappelle la moi-même d’ il y a quelques mois : je bossais dans la pub à Paris, je faisais du sport, avais des dîners presque chaque soir…
    Et puis mon homme a pété un plomb, a demandé sa mutation et là… ben j’habite à Lyon, je suis au chômage. Et du coup, j’apprends un peu à souffler, à aller au ciné, à la bibliothèque, j’ai ouvert un blog… Mais je me lève encore aux aurores et je culpabilise encore de vivre aux frais du contribuable !

  • #10 Hélène le 14 janvier 2009 à 9 h 02 min

    Moi la phrase qui me fait hurler de rire c’est « il ira en jeans, sans fleurs et sans épouse » : à chaque fois que je la relis, je rigole toute seule ;-))

  • #11 Stéphanie (mais une autre) le 14 janvier 2009 à 9 h 06 min

    C’est marrant mais au fil des commentaires que j’avais lu de toi je m’en doutais un peu (c’est pas méchant, j’ai eu la même comme mère, enfin jusqu’à ce qu’elle laisse tomber aussi ;-)) c’est bien de lâcher prise, et de se rendre compte que la pression en fait on se la met beaucoup soi-même je pense.
    Mais alors clairement la pression ne t’a pas fait perdre ton humour :-)))) La visualisation de la double conversation dans la voiture avec une main qui cherche le rouge à lèvre et l’autre qui regarde la montre… :-))))

  • #12 noisette le 14 janvier 2009 à 9 h 12 min

    oh ben dis donc, j’ai voulu « être » comme toi… mais ça n’a pas duré longtemps… j’en suis incapable!!! et je l’ai accepté au risque de péter un plomb sévère… aujourd’hui je suis même capable d’envoyer les enfants à l’école avec des chaussettes dépareillées parce que j’avais pas eu le temps de les classer, et que je m’étais levée à la bourre… oui oui, en exagérant un peu quand même.
    Super woman c’est pour la télé… c’est pas pour moi!!
    lâcher prise, un état d’esprit… bravo pour ce billet! (et je rajouterai que moi aussi j’ai déjà pensé à la Patagonie!!! on s’y retrouve un de ces quatre si tu veux :p)

  • #13 Deilema le 14 janvier 2009 à 9 h 24 min

    On envie toutes Bree… Mais Suzanne n’est-elle pas mille fois plus sympathique et attachante? ;))

  • #14 Olly le 14 janvier 2009 à 9 h 29 min

    Merci pour les rires matinaux! Je suis sûre que tu te ferais une fortune en donnant des conférences de déperfectionnement à de nombreuses femmes stressées.
    Soit dit en passant: suis-je la seule à trouver le magazine Elle insupportable à cause de cette image de femme parfaite qu’il renvoie (qui essaie les nouveaux sports à la mode tout en faisant des fiches cuisine diététique et dont le pull en cachemire ne fait jamais de boulette???). Vivent nos imperfections!

  • #15 Amazone le 14 janvier 2009 à 9 h 30 min

    au chomage depuis longtemps, j’échangerais bien ma vie avec toi. Attention! je ne te dis pas « arrête de te plaindre » loin de là! c’est vraiment normal de s’arrêter souffler quelques temps. d’ailleurs je te conseille vraiment l’argentine :) les gens sont gentils, accueillants, tu as le temps tout le temps…
    je suis juste en train de dire que je pense que certaines d’entre nous trouvent leur équilibre par phases. On veut être une working girl, qui est à l’écoute, les enfants (j’en ai pas), la cuisine, la manucure, les ongles faits… jusqu’au moment où tout le monde craque, on a besoin de calme, et de sérénité… enfin je pense comme ça.
    Bon courage, prends des vacances au soleil (argentine hihi) et envoie le monde dans lequel tu vis voir ailleurs, pour voir si tu n’y es pas.

  • #16 Lullaby77 le 14 janvier 2009 à 9 h 42 min

    Hécube, avant la fin de la première partie de ton texte je me sentais déjà épuisée, et je me disais « mon Dieu comment fait-elle? ».
    Je trouve ça bien que tu arrives à prendre du recul et à faire de l’humour même si lâcher prise ne doit pas être évident. En tout cas ce pétage de plomb a sûrement été salutaire, mieux vaut ça qu’un burn-out ou une crise cardiaque.

    Merci de nous avoir fait rire, et je te souhaite sincèrement bon vent dans ta quête du lâcher prise!!

  • #17 Satinette le 14 janvier 2009 à 9 h 42 min

    Superbe texte Hécube, j’adore ton humour!
    Tout pareil pour moi, une frénésie de vouloir tout contrôler, et depuis qqs mois l’impression de ne plus y arriver, alors je suis tout le temps de mauvais poil et je n’arrive (toujours) pas à profiter… Mais je vais y arriver moi aussi!
    Tu as l’air bien partie en tout cas, bon courage et bonne journée!!

  • #18 Ninon le 14 janvier 2009 à 9 h 45 min

    Ecoute, te lire m’a épuisée… Quelle tonicité… Mon Dieu… Bon, mais derrière tout ça, qu’y a-t-il? Je n’en sais rien car je ne te connais pas : mais avec cette folle énergie, tu dois pouvoir faire un truc formidable, pour toi, non? je suis sûre que oui !!! Continue, mais en faisant quelque chose qui te plait et qui t’emmène là où tu veux. Bravo pour cette pêche !

  • #19 Sunbeam le 14 janvier 2009 à 10 h 01 min

    Hécube, bravo ! Il n’est jamais trop tard pour décider qu’on est la personne la plus importante de sa vie ;-) Et si tu es plus heureuse en lâchant prise, cela rejaillira forcément sur ton entourage !

  • #20 Marine le 14 janvier 2009 à 10 h 09 min

    Bonjour Hécube!

    marrant, je me suis vraiment identifiée… car ton texte est vraiment bien écrit; drôle et imagé.
    je suis pourtant l’exact opposé de toi, j’essaie, avec les années, d’être un peu moins bordélique, à l’ouest, et à côté de la plaque… mais il y a encore beaucoup de boulot.
    En tous cas une perfect-girl avec ton humour ne doit pas être trop invivable…
    bonne chance pour ton boulot de déwonderwomanisation, j’imagine que ça ne doit pas être si évident ;-)

  • #21 Nicole le 14 janvier 2009 à 10 h 19 min

    Coucou Hécube,
    Je ne dirais pas que tu es une femme « parfaite », juste une femme « active » pour qui TOUT est une priorité… :-)))
    Je suis un peu comme toi, tu sais… mais j’ai appris à lacher prise sur pas mal de trucs. Pas tout le temps, mais par exemple, quand je vois que mes enfants s’amusent trop bien le soir, au calme etc, une fois de temps en temps je ne les « oblige » pas à ranger leur chambre avant le dodo. Oui, c’est dur, mais entre un dodo calme et reposant avec des jouets par terre et une dispute ou des haussement de ton à 20h30… mon choix est fait :-))
    De même pour une repas Picard! Pas de scrupules!!! J’adore cuisiner et je préfère le « fait-maison » au surgelé. Mais de temps en temps, j’ai pas envie, pas envie…. alors Mr PICARD nous fait une délicieuse lasagne!!! Et tout le monde est bien!

    Mais attention!! Tout ça, je n’ai malheureusement pas compris toute seule… de craquage en craquage, je suis allée consulter, et ma psy adorée m’a fait comprendre beaucoup de chose. Sans me dire « lache prise », elle m’a amenée à le faire par moi même, enfin, j’ai lache petit à petit, sans m’en rendre compte, jusqu’au jour où je me suis rendue compte que ça ne me rendais pas moins « femme », que mon mari ni mes enfants ni mes amis ne m’aimaient pas moins…

    Allez, lache un peu prise, tu veras, tout le monde ira bien!!! Bises!

  • #22 Fanchette le 14 janvier 2009 à 10 h 20 min

    Amazone : je crois comme toi à cette histoire de phases. Parce que ça me rassure de me dire que dans 10 ans, ma vie sera dans une autre phase donc différente de celle d’aujourd’hui.…
    Quant à Hécube : j’ai l’impression de faire plein de choses. A côté de toi je suis un mollusque en fait.

  • #23 Celine le 14 janvier 2009 à 10 h 24 min

    Salut Hécube!

    Tu décris à la perfection (haha!) cette mission impossible dont la femme moderne se croit incombé: exceller partout et tout le temps. Sinon quoi? On va brûler dans les enfers de la ménagère brouillonne? Je ne crois pas.
    En tous cas, j’aspire à tout ce que tu décris (surtout la manucure nickel… m’faudrait un tutorat!) sans arriver à tout faire. Je culpabilise (un peu), et puis passe à autre chose…
    C’est marrant mais les hommes me semblent moins obnubilés par cette idée de perfection (ou alors, ils se croient déjà parfaits et ne voient pas ce qu’ils pourraient faire de plus)… En même temps, je ne crois pas que les hommes considèrent la formule ménage-courses-gestion des enfants-bouffe comme étant digne de leur perfection! :)
    C’est peut-être eux qui ont raison???

  • #24 fabcentre le 14 janvier 2009 à 10 h 29 min

    Je me mets moi aussi dans la case des mollusques…
    où plutôt dans la case de ceux qui jouissent de la vie,
    car le bonheur et un instant, un moment partagé, un paysage, une odeur, un sourire.
    Je profite de tout comme si…. ça pouvait finir demain.
    Je ne veux pas de regrets pour ne pas avoir profiter du plaisir de vivre.
    Hécube, profites des gens qui t’entourent, ils attendent que tu te poses.

  • #25 Camille le 14 janvier 2009 à 10 h 33 min

    Je suis très touchée par ton texte. Je crois que je suis quasiment restée en apnée en le lisant !

    Je crois qu’au fond de nous on aimerait toutes être parfaites, comme l’est Bree en apparence… Mais au bout du compte elle ne l’est pas, elle ne fait que fausser les apparence, tout simplement parce qu’elle est humaine, tout comme toi, et qu’être parfaite et humaine c’est impossible. Tu dois réussir, comme tu le dis si bien, à lacher prise et à créer de nouveaux critères de « perfection » dont l’erreur fera partie.

  • #26 kip le 14 janvier 2009 à 10 h 34 min

    Joli texte et jolie conclusion!! je m’y retrouve un petit peu, comme beaucoup d’entre nous apparemment. Je suppose que c’est aussi un peu le fruit de notre époque, qui voudrait que les femmes soient toutes plus ou moins polyvalentes, (tant pis pour la cohérence) quitte à y laisser quelques plumes.
    C’est dur de lâcher prise mais c’est tellement bon aussi, et finalement c’est peut-être ça qu’on appelle la sagesse?
    bises

  • #27 lily le 14 janvier 2009 à 10 h 39 min

    GRR mon com a été mangé…m’énerve!!!

    Donc je reprends : j’ai fini de lire il y a deux jours « Je ne sais pas comment elle fait » d’Alison Pearson. Bon style et bonne histoire. Toutefois ce roman est vendu comme « d’un comique irrésistible » mais je n’ai jamais franchement ri. En fait je trouvais ça plutôt triste, presque « déprimant »; je pense que finalement j’ai ressenti ce qu’une femme qui tente perpétuellement de caser 48H en 24H peut elle-même ressentir…

    Courage Hécube, ce n’est pas facile de lâcher prise, mais ça va venir, avec le temps…Tu y prendras goût ;-) Ne serait-ce que par la reconnaissance de tes amis, ta fille, ton mari, ta mère (qui arrêtera de stresser – quand elle saura que tu vas venir – parce qu’il y a trois grains de poussière sur l’ampoule de la cuisine ;-) …)

    Quant à Susan j’ai du mal avec ce qu’elle véhicule : une mère qui passe son temps à raconter dans les détails sa vie amoureuse et sa vie sexuelle à sa gamine même pas ado (au début) et qui passe son temps à lui demander des conseils…C’est pas bon du tout pour l’équilibre de la fille, parole de psy :-) donc à force elle me hérisse!!!

  • #28 lily le 14 janvier 2009 à 10 h 42 min

    Quant à Bree elle n’est pas parfaite…Elle tient à sauver cette apparence de perfection à tout prix car elle se définit par ça. Mais au fond cette volonté d’une apparence idéale arrive à des extrêmes, comme à la fin de la dernière saison passée sur M6 (pas de spoiler sur la suite!) : elle préfère faire semblant d’être enceinte et virer sa fille (enceinte en vrai) dans un établissement où elle y est malheureuse comme les pierres, tout ça uniquement pour que « les autres » ne sachent pas ce qui se passe dans sa vie « parfaite »…

    Finalement Bree est aussi soumise au regard des autres que d’autres…C’est ça aussi qui empêche le lâcher prise : « mais qu’est ce qu’on va dire de moi »…

  • #29 Mamzelle M’ … aupin ! le 14 janvier 2009 à 10 h 44 min

    J’étais en apnée à te lire, fatiguée pour toi de la vie que tu te faisais mener !!

    Et puis je me suis dis que j’étais pas pour autant sortie du sable moi même, lacher prise et s’autoriser l’imperfection est un long chemin pavé de culpabilité ;-))

  • #30 Poulettedesîles le 14 janvier 2009 à 10 h 48 min

    Bonjour Hécube

    Merci pour ce témoignage vraiment HYPER réaliste. Ce qui me frappe le plus (et bcp de femmes sont comme toi, moi prem’s) c’est que même ce qui devrait passer pour des moments de loisirs sont en fait des obligations. Aller se faire manucurer devrait être un plaisir féminin tout simple et personnel. Mais cela devient une sorte de passage obligé pour atteindre la perfection (des ongles). De même que faire du sport ou aller au théâtre. Avoir une vie sociale n’est plus plaisant, c’est forcé.
    Parfois quand je rentre chez moi, je suis fatigué, je commande une pizza et je me pose devant un film avec mon ami. Il me dit : « oh!! ma chéri on est jeune, on devrait sortir le soir, diner dehors, etc…mais on est des pépés pantouflards!!! »
    Moi je dis que ça fait du bien de pantoufler des fois « QUAND ON EN A ENVIE » et zut!!!

  • #31 Hélène le 14 janvier 2009 à 10 h 50 min

    Poulettedesîles ce que tu dis à propos de l’instant de plaisir qui devient un truc obligé me semble très pertinent, bravo d’avoir soulevé ça !

  • #32 Poulettedesîles le 14 janvier 2009 à 10 h 56 min

    Je rajoute que ce qu’il manque àHécube pour lacher prise, c’est un petit « défaut » pourtant primordial à l’épanouissement personnel : un peu d’égoïsme!!!!

  • #33 Camille le 14 janvier 2009 à 10 h 59 min

    @Poulettedesîles : c’est très juste ce que tu dis, notamment sur l’égoïsme. C’est très facile de s’oublier et d’oublier ses propres envies et besoin quand on fait tout pour « les autres »

  • #34 Hélène le 14 janvier 2009 à 11 h 00 min

    Je suis hyper pour l’égoïsme, moi aussi ;-)
    http://www.monblogdefille.com/blog/20060529du-bon-usage-de-legoisme

  • #35 Miss Lili le 14 janvier 2009 à 11 h 00 min

    Ouf! Au bord du burn-out domestique, tu étais. Tu as bien fait de pèter un plomb dans ta voiture et de hurler sur ton mari, ta mère et d’envoyer tout ceci dans les verts paturages du diable.
    Surtout, continue, la vie est longue quand on s’emmerde :)

  • #36 Nicole le 14 janvier 2009 à 11 h 02 min

    Je suis d’accord pour l’égoisme!!!
    Prendre du temps pour soi, c’est difficile… mais quand on essaye, on y prend gout! :-)

  • #37 Hécube le 14 janvier 2009 à 11 h 06 min

    @SophieAlice : je note de lire ce livre.
    Sinon, dire que je suis angoissée est un euphémisme!!!! C’est simple, je me ronge de l’intérieur.
    Merci de tes encouragements. Bonne Journée à toi!

    @ Cyrielle : Je ne sais pas si je suis admirable, tout ça me paraissait normal. Je ne suis pas encore guérie, mais très sincèrement j’y travaille jour après jour…

    @ Clémentine : je ne te cache poas que l’envie de partir en Province nous taraude l’esprit. Nous allons essayer d’ici 5 ans de nous partager entre Paris et le Var. Le souci c’est que tu es dans un engrenage et que des gens dépendent de toi, de ton travail, et il est difficile de tout laisser tomber.
    En tout cas, bravo pour votre courage!!! Bonne continuation sur Lyon!!!

    @Stéphanie(mais une autre) : comme je l’ai déjà dit, je crois que c »est mon humour qui me rend supportable malgré cette frénésie d’activité.

    @Noisette : tu as bien eu raison de t’arrêter avant de tomber de le cercle infernal.

    @Deilema : entièrement d’accord! :-)))

    @ Olly : le plus drôle, c’est quand tu rencontres les rédactrices et les journalistes de ces magazines : elles sont tout sauf parfaites et loin du modèle de femme qu’elle veulent nous imposer.

    @Amazone: certaines de mes amies du temps du lycée ou de la fac envient ma vie car elle ne voient que le côté « paillettes » avec les grands dîners dans les palaces, les rencontres avec des gens connus etc… Elles ne comprennent pas que je puisse dire « Je suis crevée, je n’ai pas envie d’y aller ce soir » quand il s’agit d’un dîner dans un grand restaurant. Mais la vie n’est pas là. Je ne dis pas que je suis à plaindre, simplement, cela entraine beaucoup de contraintes.
    Rendez-vous en Patagonie à toi et Noisette!!!!!

    @ Lullaby77 : merci pour tes encouragements! En effet, cette vie m’a déjà apporté quelques soucis de santé. C’est une des raisons de cette prise de conscience.

    @Satinette : bizarrement, j’ai la réputation d’être « chiante » car je suis exigeante envers mes proches, mais je suis toujours souriante et de bonne humeur, quoiqu’il arrive.
    Courage à toi, nous allons y arriver!!!

    @Ninon : le problème, c’est que je déborde de projets et que j’ai l’impression qu’il me faudra plusieurs vie, d’où certainement cette frénésie d’activité…

    @Sunbeam : je vais y arriver et incontestablement, tout le monde en sera plus heureux!

    @Marine : je dois t’avouer que le chemin est long et que je fais de nombreuses rechutes mais maintenant que la prise de conscience est là, je pense qu’un bon bout de chemin est fait.

    @Nicole : comme toi, je lâche sur certaines choses, d’ailleurs sous l’impulsion de mon mari.
    Je ne tiens plus table ouverte, nous recevons beaucoup au restaurant et il m’oblige à prendre du temps pour moi.

    @fanchette : surtout ne change rien!

    @Céline : c’est certain que les hommes sont moins exigeants. d’ailleurs mon mari ne me demande pas cette perfection. C’est moi, toutte seule comme une grande, qui me mets dans cette situation.

    @fabcentre : Mon dieu! Que tu as raison!!!

  • #38 Zaphyra le 14 janvier 2009 à 11 h 06 min

    Quel texte!! J’ai l’impression d’être une grosse paresseuse à côté (et malgré cela j’ai l’impression de ne pas arrêter..!!)
    En tout cas je rejoins Poulettedesîles sur le côté forcé parfois du plaisir, être très pris, avoir vu la dernière expo tendance… Au final il n’y a aucune obligation, il faut faire les choses parce qu’elles nous font plaisir, et pas pour respecter une certaien perfection sociale… Et il faut bien dire qu’un petit plateau télé (saucisson et vin de rigueur!), et une bonne soirée séries, qu’est ce que ça fait du bien de temps en temps!!!!

  • #39 xochitl le 14 janvier 2009 à 11 h 17 min

    Bonjour,
    Merci beaucoup Hecube pour ce texte plein d’humour et de vérité. J’ai pris beaucoup de plaisir à sa lecture et plus ton texte me rassure ! En effet, j’ai toujours été très admirative des Working Girls et envier leur niveau d’excellence personnel, social, professionnel etc… mais sans jamais arriver à les égaler, ni même essayer car au final je suis une contemplative de la vie. Foncièrement je suis plutôt du genre à aller en Patagonie ou ailleurs pour barouder et regarder tranquillement les gens et la vie d’ailleurs. Pourtant je suis très sensible à ce modèle de la femme parfaite que nous renvoie notre société et j’ai parfois ce petit regret de ne pas être un Working Girl (alors que j’aurai certainement été malheureuse comme une pierre en femme d’affaire et pas douée pour téléphoner en conduisant tout en cherchant mon bâton de rouge dans mon sac).
    Je pense qu’il faudrait arriver à faire ce dont nous avons envie, ce qui nous fait réellement plaisir (en tenant compte bien sûr des obligations quotidiennes), sans chercher à « coller » à l’image de nous qu’attend la société ou notre en
    tourage. Bref être soi, si c’est possible…

  • #40 Poulettedesîles le 14 janvier 2009 à 11 h 17 min

    « @ Clémentine : je ne te cache pas que l’envie de partir en Province nous taraude l’esprit. Nous allons essayer d’ici 5 ans de nous partager entre Paris et le Var. Le souci c’est que tu es dans un engrenage et que des gens dépendent de toi, de ton travail, et il est difficile de tout laisser tomber. »

    Hécube pars!!!! N’hésite pas. Tu crois que les gens ont besoin de toi, qu’il dépendent de toi mais c’est faux. Ils sont dépendant parce que jusqu’à présent ils n’avait pas besoin de trouver des solutions à leurs problèmes vu que tu étais là pour ça!!!! Mais personne n’est irremplaçable (en tout cas pas dans le travail) et culpabiliser un employé qui veut partir c’est le meilleur moyen de l’en empêcher.

    Lorsque tu seras parti faire ta vie ailleurs, ceux qui ne pouvaient pas vivre sans toi et tes attentions vont tout simplement apprendre à le faire. Ce sera un peu dur au début mais, Hécube, c’est ton bonheur à toi qui compte (toi, tes enfants, ton mari). Alors égoïsme!!!!!!

    Et pose toi cette question qd tu fais quelque chose pour quelqu’un et tu verras très clair dans tout ça : « Est ce que dans une situation inversée, cette personne serait capable de faire ça pour moi? » Si la réponse est non, alors passe ton chemin!

  • #41 xochitl le 14 janvier 2009 à 11 h 20 min

    En tous les cas, bon courage Hécube ! Avec la volonté dont tu sembles être dotée et ton super sens de l’humour je suis certaine que tu arriveras à trouver ton équilibre. Bon décrochage…

  • #42 Hécube le 14 janvier 2009 à 11 h 42 min

    @Camille, Kip et Lilly : je crois que psychologiquement, tout est lié à l’enfance, à l’environnement culturel et à l’exemple que les parents ont donné. On se sent lié par un héritage que l’on doit assumer devant le regard des autres.

    @Mamzelle M’…aupin! : culpabilité!!! C’est un des mots qui régit ma vie. j’ai toujours peur ne pas avoir fait ce qu’il faut. je me remets en question en permanence. les gens pensent que je suis un buldozer, mais je doute en permanence.

    @Poulettedesîles : tu as raison sur ces obligations. D’ailleurs, cette année, je n’ai rien voulu faire pour les fêtes de fin d’année. marre de cette obligation de faire la fête sur commande!!!!!

    @Poulettedesîles, Hélène, Camille et Nicole : je sais que je dois être plus égoïste mais là, c’est un travail de longue haleine!!!!

    @Miss Lili : je suis d’accord avec toi! Je suis d’ailleurs toujours très surprise quand j’entends des gens dirent qu’ils s’ennuient.

    @Zaphyra : bien sûr qu’il ne faut pas faire les choses par obligation. Mon souci, c’est cette boulimie de savoir, de voir, de rencontrer. J’ai des crises d’angoisse quand je pense à toutes ces choses que je ne verrai jamais, faute de temps. En fait, je dois être complètement folle!!

    @Xochitl : je suis certainement comme ça, car dans ma famille toutes les femmes sont comme ça. Je ne me suis jamais senti le droit de les décevoir. je dirais même que j’ai été programmée pour ça. c’est triste à dire mais c’est la vérité.

    @Poulettedesîles : pour aller dans ton sens, il est vrai que depuis que j’invite moins, tout le groupe d’amis se voit moins car personne ne veut faire l’effort.
    Pareil pour les vacances : maintenant que j’ai décidé de ne plus tout organiser, personne ne prend le relais et tout le monde se plaint. Mais, tu sais quoi, j’arrive à m’en moquer. Quelle victoire pour moi!!!!
    Et pour la Province, nous y arriverons!

  • #43 Hécube le 14 janvier 2009 à 11 h 47 min

    @Xochitl : merci de tes encouragements! :-)))

  • #44 nina le 14 janvier 2009 à 11 h 58 min

    Arrives- tu à savoir où sont tes vrais désirs à toi dans tout ça? Prends le temps de te poser la question.
    Lâcher prise demande paradoxalement de faire de gros efforts car le naturel revient vite au galop. Il faut réviser autrement ses classiques assimilés depuis plus de 30 ans. Bravo de vouloir essayer de changer pour toi bien sûr mais surtout pour mari et enfants qui souffrent à leur manière de cette pression imposée. C’est la clé de ton nouveau et vrai bonheur. Bon courage et félicitation pour ta plume acerbe, moderne et drôle.

  • #45 coxynell le 14 janvier 2009 à 12 h 02 min

    Hécube, quel humour! Tu viens d’éclairer cette fin de matinée morose (quoique, il fait très beau aujourd’hui dans ma province ;-)) Mais je crois que ce qu’il te faut, ce n’est pas apprendre à lâcher prise, mais à te reposer, pour pouvoir repartir de plus belle! Sinon tu vas faire un burn out et tu ne pourras jamais voir toutes ces choses que tu as envie de voir ;-) Mais si ce que tu aimes c’est courir dans tous les sens, pourquoi arrêter?

    Pour parler de quelqu’un que je connais bien (moi, donc), j’ai du rester en total stand by pendant plus de 6 mois, malade et enfermée à la maison. Eh bien maintenant, mon plaisir retrouvé, c’est de bosser. D’arriver à la clinique 1 heure avant l’ouverture le matin et de n’en jamais partir avant d’avoir tout terminé et de m’être occupé comme il faut de tous mes patients, en prenant le temps nécessaire pour chacun… Tout le monde dans mon entourage me dit que je suis folle, qu’il faut que je me repose, mais je m’en fiche: bosser, c’est mon plaisir! Ce n’est pas ce qui m’a rendue malade la première fois de toute manière.

    Alors si ton plaisir c’est de ressembler à une tornade humaine, sois une tornade humaine! Mais seulement si c’est vraiment ce que tu veux, bien sûr ;-)

  • #46 Hécube le 14 janvier 2009 à 12 h 04 min

    @Nina : à force de me complimenter sur mon écriture, vous allez me donner des idées.:-)))
    Sinon, c’est là tout le problème. Je culpabilise quand je prends du temps pour moi et que j’essaie de penser à mes propres désirs. J’ai un besoin viscéral de faire plaisir aux autres mais je m’interdis ce même plaisir.

  • #47 nina le 14 janvier 2009 à 12 h 08 min

    y- a- t’il un papa dans l’histoire? :-)
    Si ça dérange on dit rien…

  • #48 Hécube le 14 janvier 2009 à 12 h 10 min

    @coxynell : il est clair que ma nature première est plutôt portée vers ce débordement d’activité. Toutefois, il est vrai aussi que je me rends malade (migraine, insomnie, colopathie…). Donc, actuellement j’essaie de me « désintoxiquer », mais j’ai des limites. le plus drôle (si je puis dire), c’est en vacances : je dors très peu et ne peux rester en place. Même à l’hotel ou au Club, je cours partout; J’ai crapahuté dix jours au Mexique avec une amie. Elle a cru mourir :-)))) mais c’est toujours une amie!

  • #49 Hécube le 14 janvier 2009 à 12 h 12 min

    @Nina : il y a un Papa, très présent même, car il est exceptionnel. Il a tout réussi, et il est certain que, même à mon âge, j’ai toujours peur de le décevoir.

  • #50 Amazone le 14 janvier 2009 à 12 h 16 min

    @ Hécube oulà, je ne te blâme pas, bien au contraire! juste que j’aimerais ta vie ne serais ce qu’une journée, pour me prouver que je peux faire des trucs de ma vie. Une histoire de phases tout ça. On ne doit pas avoir le même âge je pense. Pour ma défense, j’ai 24 ans, et envie d’être miss Parfaite. Mais je sais qu’un jour je serais comme toi. Disons je me donne 5 ans.

    A part ça, je pense qu’on devrait se décomplexer par rapport aux activités, aux choses qui nous procurent du plaisir. Il n’y a aucun mal à commander une pizza et passer la soirée couchée sur le divan à matter des films que l’on ait 20 ans ou 50 ans. Cet été j’ai du presque me justifier d’être allée faire une randonnée sur le Luberon alors que tous mes amis étaient en soirée à faire la fête.
    On se force à faire des choses parce qu’on est censé(e)s les faire. Des fois, ne pas les faire, ce n’est pas « mal ».
    Enfin, c’est assez dur de s’exprimer clairement.

    Je trouve que ce qui est bénéfique surtout dans nos vies curieusement c’est le – CHANGEMENT –

  • #51 nina le 14 janvier 2009 à 12 h 19 min

    et ben voilà on y est!
    si tu trouves que tu ne progresse pas assez dans tes nouvelles résolutions , n’hésite pas à te faire aider. Tu as les clés là, mets les dans la bonne serrure!

  • #52 xochitl le 14 janvier 2009 à 12 h 19 min

    Hécube, avec beaucoup de gentillesse et sans critique, je trouve intéressant de noter que tu dis que ton mari est « exceptionnel. Il a tout réussi ». Tu sembles vraiment guidée par ce désir d’excellence et de réussite. Pourquoi ? Trouver des éléments de réponse à cette question pourraient peut-être t’aider…
    Je comprends ce désir de réussite car moi aussi je suis souvent guidée par un désir de « perfection » tout à fait inaccessible… mais je lutte contre. Courage !!!

  • #53 nina le 14 janvier 2009 à 12 h 32 min

    @xochitl: je crois qu’il y a confusion, Hécube parlait de son papa pas de son mari.
    merci de cette interprétation, elle peut faire avancer les choses :)

  • #54 Qifen le 14 janvier 2009 à 12 h 33 min

    Bonjour Hécube,

    C’est peut-être une question indiscrète, et tu n’es pas obligée d’y répondre, mais…Tu consultes? Ou bien le déclic – sur l’existence de l’imperfection et sa gestion – est venu tout seul à toi? ^^

    Et puis sinon, je trouve que tu sais très bien parler de ce qui t’arrive de manière positive, sans en culpabiliser, en en parlant même avec humour.
    Perso, je sais que je suis totalement incapable d’avoir le recul suffisant pour parler de choses qui me touchent de manière aussi « légère », avec autant d’humour et d’ironie…mais je me soigne.

    Et puis ça n’a rien à voir, mais…Juste une question purement technique : comment fais-tu pour être une parfaite femme au foyer, tout en gardant une manucure parfaite? (le vernis, le seul moyen que je connaisse de le protéger, c’est le lave-vaisselle et la femme de ménage)
    Donc je m’interroge…Ca doit être la recette magique de la femme parfaite. :p

  • #55 Cécile de Brest le 14 janvier 2009 à 12 h 35 min

    Ah la la, Hécube !!
    Il y a quelques temps, j’étais comme toi : les enfants devaient être impeccabless, moi aussi cela va sans dire, la maison tenue parfaitement (je refusais de prendre une femme de ménage quand même, je suis capable de le faire), le repassage, je n’en parle pas, mes copies corrigées, les amis que nous recevions devaient manger du « fait maison », tu penses, sinon,de quoi j’ai l’air !!

    J’ai pris une femme de ménage parce que mon mari a insisté. J’ai quitté mon travail parce que mon mari a été muté.
    Aujourd’hui j’ai même quitté la métropole, mais mon histoire, vous la connaissez…
    Et je peux vousi dire que la vie ici est bien plus reposante. Je ne sais pas à quoi c’est dû puisque le climat est quand même rude mais on « se laisse vivre ». On est moins stressé, je ne culpabilise plus quand mes enfants passent la journée en slip, quand moi je passe la journée dans la piscine, quand je ne fais pas à manger « correctement ».

    Je ne sais pas ce qui a produit le déclic, mais en tout cas, ça fait du bien !

    ps : si tu t’installes en Patagonie, viens me faire un coucou, on ne sera pas si loin l’une de l’autre ;-))

  • #56 Clochette le 14 janvier 2009 à 12 h 37 min

    Je suis impressionnée Hécube. Comment as tu fait pour tenir aussi longtemps ?
    Moi il m’a fallu à peine quelques années de boulot agrémentées d’un peu de déstabilisation affctive pour découvrir le burn-out et l’importance de s’écouter.
    J’ai du me faire face, et sortir des roles-modèles auxquels nous nous conformons pour nous faire accepter et aimer (nos parents, l’école, les études, le boulot), réprimant mes gouts et mes désirs.
    J’avais peur de déplaire mais ce faisant je ne me plaisais pas. Et, bonne nouvelle, en commencant par s’aimer et prendre soin de soi, on le fait d’autant mieux avec les autres !

  • #57 xochitl le 14 janvier 2009 à 12 h 39 min

    Ah pardon, quand j’ai lu Papa, j’ai pensé au père des enfants dont Hécube a parlé plusieurs fois !

  • #58 laurettebis le 14 janvier 2009 à 13 h 23 min

    « Lacher prise » : c’est ce que j’essaie de faire aussi même si mon côté « Bree » est moins prononcé que toi Hécube !
    Sans aller jusqu’à dire que je cherche la perfection (pas forcément « sur moi », plus dans mon intérieur), j’ai du mal à m’octroyer du temps libre à ne rien faire (à profiter d’autres activités de détente) alors que j’ai une lessive à faire, une tarte à préparer etc etc…Mon Homme me dit toujours, lève le pied, il n’y a pas le feu, prends le temps…Et encore je n’ai pas d’enfants, je ne m’occupe que d’un foyer de 2 personnes !!!!

    Comme toi Hélène et son BDF (et toute la communeauté) me permettez de souffler et de passer de bons moments ;-)

    Merci Hécube de nous prouver qu’on ne peut pas être parfaites en toutes circonstances, merci pour ton humour aussi (je me suis attiré les regards étonnés de mes collègues !!)

  • #59 schtroumpfettre le 14 janvier 2009 à 13 h 40 min

    Je pense que cette recherche de perfection et cette sur-activité sont liées à un manque de confiance en toi, et surtout la peur du jugement….

    Prendre soin de soi et de sa vie doit être un plaisir pas une obligation….

    Qui t’en voudra si demain tes ongles ne sont pas vernis ???
    Qui t’en voudra si demain il y a 3 grains de poussière dans ton entrée ???

  • #60 Véro la Bisontine le 14 janvier 2009 à 14 h 23 min

    Alors là, je dis Bravo Hécube pour ce texte!
    Au delà du fonds que j’ai trouvé hyper intéressant, cela va sans dire, je te complimente aussi pour la forme!!

    Le lacher-prise…vaste sujet!
    N’ayant ni mari, ni enfants, on pourrait croire que les jeunes femmes actives comme moi, ont du temps pour elles.
    Ce qui est vrai, dans l’absolu.
    Ce qui n’est pas vrai, si on ne se l’accorde pas!

    J’ai longtemps, été dans l’obligation de faire (alors que rien ne m’obligait), je me mettais la pression toute seule en fait.
    certes au départ pour combler le vide du temps hors travail, mais ensuite, je me suis sentie prise dans un engrenage où je voulais absolument tout faire (et réussir), sans m’écouter vraiment…
    Depuis peu, comme quoi tout est possible, j’y arrive…
    J’ai d’ailleurs passé le dernier week end chez moi, tranquille, à écouter mes envies.
    Certes, il a fallu remplir le frigo, repasser, faire du ménage…mais je me suis surprise à ranger mon aspirateur hier soir (impensable il y a qque temps)….
    J’avais l’intention d’aller au ciné dimanche après-midi…eh bien, une fois l’heure arrivée, je n’avais pas le courage de sortir, alors je suis restée tranquille chez moi…
    Alors oui, le lacher prise n’est pas facile à mettre en place, mais quel bonheur ensuite…

    Je sais bien que c’est plus facile quand on a qu’à s’écouter soi- même, que personne dans votre foyer n’a d’attentes à votre égard….

    Et puis, autre idée : j’ai créé un blog, il y a qques mois, un peu pour « évacuer » des choses (futiles ou pas), et les partager…ça me fait un bien fou, c’est espace de liberté!!

    Alors, avec ton talent d’écriture, tu pourrais aussi en faire un, non??
    Et je plussoie ta conclusion, le blog d’Hélène m’a apporté beaucoup : des conseils, des échanges, de l’écoute, de la futilité, de la profondeur…
    Les expériences des unes et des autres sont très enrichissantes….

    En tout cas, encore bravo pour ton texte, et t’inquiète pour ce lacher-prise (qui, je te l’accorde est aussi conditionné par notre éducation et notre entourage)….ça va venir!! :)))

  • #61 Ratabouinouf le 14 janvier 2009 à 15 h 03 min

    Il tombe tres tres bien ton texte Hecube ! Merci pour ce moment de rigolade qui cache quand meme des vraies questions, importantes et indispensables :)

  • #62 Hécube le 14 janvier 2009 à 15 h 09 min

    @Amazone : A ton âge, j’avais les dents qui rayaient le parquet et en toute objectivité, j’ai atteint mes objectifs. Mais avec le recul, j’y ai laissé quelques plumes et fort heureusement j’ai un mari exceptionnel qui a réussi à me supporter. alors, une des clefs est là : il ne faut pas se tromper dans le casting, car sincèrement, ce dont je suis le plus fière maintenant, c’est la réussite de mon couple!

    @Qifen : non, je ne consulte pas. je n’en ai pas éprouvé le besoin. En fait, j’ai des amies avec lesquelles je peux discuter et je vous ai vous et Hélène, mine de rien, ce rendez-vous quotidien est mon arme secrète : je n’ai rien à y prouver.
    Pour les ongles : j’ai une manucure magicienne. Je fais des kilomètres pour elle! et puis, je suis aidée mais comme je passe derrière la femme de menage (à la grande exaspération de mon mari!), j’avoue que j’apprécie le travail de Chloé, pour ne pas la citer.

    @Cécile de Brest : franchement, ce que tu me dis ne m’étonne pas du tout. le syndrome de sous-préfètitude est souvent le cas de femmes comme nous : tout est contrôlé et tout le monde est au garde à vous.
    Pour lâcher du lest, il va vraiment falloir que je change de vie.

    @Laurettebis : essaie de prendre sur toi tant que tu n’as pas d’enfants parce qu’après c’est l’engrenage.

    @Schtroumfette : c’est certain! je manque totalement de confiance en moi. Les gens à qui je dis ça, ne me croit pas car je renvoie l’image d’une femme sûre d’elle. mais tout nst façade.

    @Véro la Bisontine : je ne pourrais pas tenir un blog par faute de temps, c’est un travail à plein temps mais l’écriture me fait de l’oeil depuis très longtemps.
    En fait, j’aimerai écrire, mais plutôt à quatre mains, du moins la première fois, pour prendre confiance.
    En tout cas je vais de ce pas voir ton blog

  • #63 nouche le 14 janvier 2009 à 15 h 40 min

    Merci pour cette bouffée d’oxygène, tellement vrai, mais si bien racontée. message reçue, lâchons prise avant que notre train de vie nous y oblige malgré nous!

  • #64 Gridou le 14 janvier 2009 à 16 h 15 min

    Oh, que ce texte est chouette ! Plein de positivisme je trouve, malgré la profonde réflexion de toi qu’il y a derrière… Bon, je suis au pause, j’avoue n’avoir lu aucun commentaire pour le moment, je vais p’tet répéter ce que d’autres t’auront déjà dit :D
    J’ai une amie ainsi : tout doit toujours être parfait. Toujour et tout, surtout elle et ceux qu’elle aime. Elle est géniale, je l’adore mais j’ai fini par difficilement supporter cette vague à la javel qui débarque chez moi où c’est souvent propre, parfois un peu cras, toujours châleureux. Ne voulant ni la blesser en la qualifiant de « positivement intrusive », ni laisser tomber l’affaire, je l’ai forcée à ne rien faire en venant chez moi. Au début, je sentais qu’elle avait difficile, elle bougeait sur sa chaise, toute à se demander ce qu’elle pourrait faire pour m’aider. Et puis un jour, elle est venue, s’est assise à côté de moi, a allumé une de mes cigarettes et puis a parlé, tout simplement. Je sentais son visage appaisé, comme si venir chez moi serait dorénavant son petit coin « je ne fais rien ». Nous sommes à quelques mois plus tard de ce seuvrage d’activités et elle m’en remercie, car maintenant elle lache prise sur d’autres choses et se sent tellement mieux !
    Positive comme tu sembles être, Hecube, je pense que tu as déjà fait les 3/4 du chemin sais-tu ?!

  • #65 Hécube le 14 janvier 2009 à 16 h 17 min

    @Ratabouinouf et nouche : merci à vous!

  • #66 Cagaroule le 14 janvier 2009 à 16 h 20 min

    La première partie de ton texte j’ai l’impression de l’avoir lu dans un souffle ! D’une traite, comme ton rythme. J’oscille entre le waouh, tout ça dans une journée et ça n’est pas une vie. (je me rends compte au passage que je ne suis pas hyper vaillante… :-) )

    Ton texte me fait penser à quelque chose que je dis souvent aux gens qui ne comprennent pas pourquoi j’aime vivre à Paris: pour moi ce n’est pas une contrainte de prendre le métro, de faire la queue,… (j’ai pas dit que j’aimais non plus!) mais je m’en accommode. Je pense vraiment que si on vit notre vie comme une contrainte, ben c’est qu’elle ne nous convient pas. Et ça se mesure dans les grands traits: ne pas aimer l’endroit où l’on vit, ou dans les détails: pourquoi s’infliger de faire des trucs qu’on n’aime pas ou dont on n’a pas envie ?
    ( Bon en même temps je suis la reine pour me faire coincer à faire des trucs que je n’aime pas; mais je lutte pour qu’il en soit autrement !!)

    Je me suis aussi promis de ne pas reproduire certaines choses que j’ai vu chez d’autres gens : genre à 25 ans refuser de se balader quand on reçoit des potes en week end pour faire du ménage !!!! Rester seule à récurer alors que tous tes amis passent du bon temps ensemble !!! Certes, ta maison est propre après…

    Bref tout ça pour dire qu’être parfaite / imparfaite, je crois que ça n’est pas le propos. Il faut être soi et s’écouter. Un proverbe que j’aime bien c’est « Les conseillers ne sont pas les payeurs ». Et c’est vrai : les gens sont très doués pour se décharger sur les autres, sans tenir compte de ce que l’on veut, nous trouver de nouvelles obligations, … Si tu ne t’écoutes pas, et ne suit pas tes envies, personne ne le fera…

    Tes enfants ne devraient pas te balancer le nombre de fois où ils ont mangé surgelé, par contre la fois où tu ne les a pas écouté parce que trop pressée, etc, ça, c’est moins certain. (ceci est une illustration de mon propos parce que ça marche aussi avec le nombre de fois où tu n’es pas allée courir pour te reposer au autre :-)) )

    Enfin, et je m’arrête là (je suis bavarde…): bon courage parce qu’il est très dur de ne pas toujours faire ce que les autres attendent de vous et qu’ils prennent comme acquis !

  • #67 Hécube le 14 janvier 2009 à 16 h 28 min

    @Gridou : il m’est arrivé le même genre d’aventure.
    Un jour je débarque chez une amie d’enfance, qui est aussi la marraine de ma fille, et qui n’a jamais été stressée par de la poussière ou du désordre. Je rentre chez elle, détecte, tel un chien renifleur de drogue, une odeur de cuisine et de graisse, fonce en pilote automatique vers SA cuisine, commence SA vaisselle, nettoie SON plan de travail et SA hotte aspirante, tout ça en devisant allègrement sur la politique intérieure française, dont (au passage) elle se moque royalement car son univers ce sont ses trois enfants, son mari et accessoirement l’organisation de ses prochaines vacances.
    Et là, tout d’un coup, elle me dit : « Mais qu’est-ce-que tu fais???????? » Et je me suis rendue compte que JE NE POUVAIS PAS prendre mon thé dans cet environnement non aseptisé.
    Je me suis fais peur et ça a participé à ma prise de conscience.

  • #68 Hécube le 14 janvier 2009 à 16 h 35 min

    @Caragoule : je n’ai pas l’impression que ma vie soit si trépignante car tout est organisé au millimètre. Rien n’ai laissé au hasard. Chaque pas est calculé, chaque instant est rentabilisé, c’est une discipline de tous les instants. Mon temps libre est pris sur mon temps de sommeil. Et c’est là qu’est le piège.

  • #69 Jube le 14 janvier 2009 à 16 h 48 min

    Hécube, j’ai été prise dans ta spirale en lisant ton texte. Tu m’as totalement aspiré avec toi, et ouf je reprends mon souffle.
    C’est tout à ton honneur de vouloir tout faire et surtout bien faire, mais comme l’ont dit certaines il faut peut être savoir être un peu plus égoïste. Cette envie de tout contrôler est une façade qui cache des choses que toi seule connait. En même temps je te donne des conseils mais je ne sais pas les suivre, je ne dirai pas que je suis totalement comme toi mais il y a des similitudes dans notre comportement et je dois également apprendre à penser à moi….ce qui n’est pas évident quand on n’en a pas l’habitude.
    Je te souhaite de garder cet humour qui t’es propre et dois t’aider à relativiser, je te souhaite d’arriver à lâcher prise sur certaines choses, je pense que tu ne t’en porteras que mieux et que tu apprecieras d’autant plus les moments pour toi, les moments de détente et les moments en famille.
    Que 2009 sois pour toi une année sereine et zen !

  • #70 jasmin le 14 janvier 2009 à 17 h 02 min

    Hécube, tu es même « parfaite » dans les réponses aux commentaires… quasi systématiques, en fait systématiques.

    Mon Dieu, mais comment fais-tu ?

    Je t’imagine et je me dis que ça doit être terrible en fait. Je ne veux pas être offensante là. Mais bon Dieu, il faut que tu laisses couler, que tu laisses pisser. Tu verras la vie sera encore plus belle après.

    J’écris ça et cela me fait penser à ces gens qui ont l’air si parfait et qui en fait sont malheureux. On ne voit jamais ça en apparence. Ils sont le couple parfait, la maison parfaite, les enfants parfaits. Mais la perfection n’existe pas. C’est de la poudre jetée aux yeux des autres. Une poudre qui rend terriblement malheureux ceux qui ont l’impression que leur vie n’est pas aussi belle, bien, parfait. C’est pas fait exprés. c’set comme ça.

    Là, j’ai juste envie de te serrer dans mes bras et de te dire que tu peux lâcher prise. Ça va te demander un courage incroyable mais tu verras, tu seras libérée après. Bref, laisse sortir l’imperfection c’est elle qui fait le vrai charme de quelqu’un.

  • #71 Marine le 14 janvier 2009 à 17 h 03 min

    Bon, Hécube: je n’aime pas donner des conseils, surtout qu’on ne se connait pas, mais je te fais part de ma façon de voir les choses:
    Je suis vraiment bordélique, je ne fais presque jamais le ménage (seulement quand je reçois du monde, heureusement je reçois une fois par semaine en moyenne ;-). Mon chéri refait toujours la vaisselle derrière moi car il dit que je la fais mal (vous y voyez une tactique de ma part pour ne pas la faire? vous avez bien raison ;-)… et depuis que j’ai un bébé, ça ne s’arrange pas particulièrement. Je laisse ses jouets trainer dans sa chambre, ça ne me dérange absolument pas, et si elle met les mains par terre, eh bien je me dis qu’elle n’en mourra pas. (je suis sûre que quelques unes seront choquées ;-). Une tâche sur un vêtement, je ne la vois même pas. En revanche je fais très attention à mon apparence, mais ça c’est un plaisir.
    En fait, je fais les choses qui me paraissent VITALES. Donc quand on réfléchit il y en a peu (je suis une glandeuse de première, je sais)
    J’ai l’impression de perdre mon temps avec les contraintes matérielles de toute sorte, donc je zappe. Je suis même prête à payer pour qu’on fasse les choses à ma place. Le critère est: est-ce que ça me libère de faire ça? si oui, je fonce. L’ordre et la netteté n’ont pour moi aucune intérêt, donc je n’y pense pas. (enfin je fais quand même le minimum, je ne vis pas dans la saleté! Mais ce n’est pas la même chose)
    Après, en terme de lâcher prise, j’ai mon lot de problèmes, mais plutôt au niveau relationnel, angoisses sur mon avenir, ma vie, etc… comme plein de filles je crois.
    Mais je passe un max de temps à me faire plaisir. Je suis assez égoîste, et je ne suis pas du genre à me sacrifier « inutilement ». Depuis que j’ai un bébé, eh bien je n’ai pas tant changé que ça. Dès qu’elle dort et que j’ai du temps pour moi (elle passe avant, quand même…), j’ai mon petit RDV avec moi-même, et j’adore ça! Ne rien faire, écrire sur mon blog, lire Elle, me faire les ongles, prendre un bain…et dormir.
    Le « matériel » ne changera pas notre vie, on se souviendra de quoi dans 20 ans? De la propreté impeccable de notre salon, où de la douceur de certains moments de « rien de spécial » ?. ça c’est une question que je me pose tout le temps (une vraie question de flemmarde, je vous l’accorde).
    Faut-il vous préciser que ma mère, une sorte de Bree-Hécube (;-) a passé mon enfance à me prendre la tête pour des « conneries matérielles » (selon moi) (mets pas tes pieds sur le canapé – attends je dois préparer le diner – mais ce coussin doit être sur l’autre coussin, pas dessous!), au lieu de prendre le temps de vivre, m’écouter, dialoguer…

  • #72 zabounette le 14 janvier 2009 à 17 h 08 min

    Bonjour Hécube
    J’étais comme toi,et quand j’ai craqué,c’était parce que je culpabilisais ( et que tous ceux qui te demandent de te calmer augmentent en fait cette culpabilisation)
    Et puis coup de théâtre:le psy me fait passer des tests et diagnostique une hyperactivité maousse.
    Bref,retour à ma vie speed d’avant,mais avec un « mot du docteur » qui fait que j’en profite bien et que tout le monde l’accepte!
    Et tout va bien!
    Merci pour ton post.
    zabounette

  • #73 Marine le 14 janvier 2009 à 17 h 11 min

    j’ajouterai une idée:
    Hécube, ça peut paraitre extrême, mais pourquoi tu n’essaierais pas ça:
    tu rentres du boulot, tout le monde est prêt à diner, et tu les regardes et tu dis: ce soir, c’est chips et pizza devant la télé!
    si le lendemain, tu te réveilles et tu vois que tu es toujours vivante, et pas en trop mauvais état psychologique… et bien ce sera peut etre un moyen de voir que rien n’aura été trop bouleversant finalement! (bon, après tu modéreras, hein, ce ne sera pas chips tous les soirs non plus, mais pourquoi pas un rituel d’une soirée par semaine sur le thème « on se demmerde, on prend ce qu’il y a dans le frigo » !)

  • #74 xochitl le 14 janvier 2009 à 17 h 12 min

    Ah, ah, ah ton récit de la visite chez ta copine ou tu t’es transformé en Mr Propre me fait bien rire… et me fait penser à ma mère. Elle fait toujours ça dès qu’elle arrive chez ses filles : ranger les jouets qui traînent, nettoyer le verre resté dans l’évier, bien tirer la couette des lits etc… Je trouve ça désespérant qu’elle préfère débarrasser la table plutôt que de rester à discuter avec nous !!!
    Alors Hécube, comme d’autres avant moi, je ne peux que te conseiller de lâcher prise, de réfléchir à tes priorités en fonction de ton bien-être et de faire tienne cette devise « après moi le déluge » !!!

  • #75 Kila le 14 janvier 2009 à 17 h 38 min

    Et bien tout comme Marine, c’est un peu tout l’inverse chez moi, je ne me mets jamais la pression, voire pas assez la pression, et du coup ben je ne fais les choses qu’à moitié, jamais vraiment réussies même si jamais vraiment râtées non plus.

    Et c’est assez handicapant à vrai dire. Contrairement à Marine, je ne le vis pas si bien. Car ce que je fais (ou pas) ce n’est jamais pour moi. Le courage je ne le trouve que pour les autres, si j’étais seule sur une île je me laisserais complètement aller, même pas dit que je me laverais!

    Tu veux savoir pourquoi??? Ben parce que ma mère est comme toi et que j’ai pris le contre-pied. Face à une mère « parfaite », qui ne s’arrête jamais, pour qui le matériel est essentiel, rien ne doit dépasser, on doit travailler dur (ha!! la valeur travail!!), gagner de l’argent, se lever tôt…. même lire pour elle est une perte de temps!! comment rivaliser, arriver à sa hauteur?
    Impossible!! Alors autant ne rien faire. Au moins je sais pourquoi j’ai droit à des reproches.

    Une anecdote qui s’est souvent reproduite lorsque j’étais jeune pour illustrer : je suis au salon, je lis un magasine, je me lève pour aller aux toilettes, je pose le livre sur la table, je reviens des toilettes, le livre est déjà rangé… Comme si mon activité n’avait aucune raison d’être.

    Aujourd’hui moi aussi j’essaie de me soigner ;-)

    Ton témoignage est donc très intéressant et me fait beaucoup réfléchir. Faudrait pas que je tombe dans l’excès inverse non plus.

  • #76 Véro la Bisontine le 14 janvier 2009 à 17 h 45 min

    @ Hécube : oh tu sais, mettre en place un blog n’est pas aussi « prenant » que ça…à condition de ne pas être aussi assidue qu’Hélène!! :)
    Au contraire, c’est aussi un moyen, à mon sens de « lâcher prise »…et de penser à toi quelques instants..;on y prend goût, et c’est un plaisir au départ personnel, qui peut en donner aux personnes qui passent par là….:)

    On m’a dit récemment que j’avais bien raison de le faire, que cela avait une vertu « thérapeutique »…
    Je plussoie…

    Et puis, ta plume est très agréable, ton sens de la dérision ne laisse pas indifférent…alors je ne peux que t’encourager…ou tu trouves autre chose, tu fais comme tu le sens!

    D’en parler est déjà un premier pas…tu es sur la bonne voie…;-)

  • #77 Hécube le 14 janvier 2009 à 17 h 54 min

    @Jube : merci de tes voeux! je vais essayer de penser un peu plus à moi! promis!

    @Jasmin : il me parait naturel de vous répondre à toutes qui prenez le temps de lire mon petit texte et surtout d’y répondre. Je ne peux pas faire autrement. (Heureusement, je tape vite)
    Comment je fais? Je ne sais pas, tout s’enchaîne.
    Mais, preuve de ma volonté de changement : aujourd’hui j’ai pris le temps de déjeuner avec une amie, de discuter avec elle (beaucoup de philosophie de vie, de politique et littérature, certes, mais c’est une fille très intelligente et j’aime échanger les points de vue avec elle).
    Sinon, je comprends ce que tu veux dire par « cette poudre jetée aux yeux des autres », mais ce n’est vraiment pas mon objectif, car moi, je ne me vois pas parfaite, d’où ce besoin permanent d’en faire toujours plus.

    @Marine : je suis entièrement d’accord avec toi sur les vraies priorités de la vie. Et pour moi, ma vie n’est pas un exemple. Seulement, ça arrive petit à petit, et tu mets la barre de plus en plus haute, tu ne t’autorises plus à faire moins.
    J’essaie tout de même de dialoguer avec ma fille, surtout qu’elle est, dans son genre, un peu particulière et qu’elle réclame beaucoup d’attention.

    @Zabounette : comme je l’ai déjà dit, la culpabilité tient une place prépondérante dans la vie de personne comme nous.

    @ Marine : le domaine de la « bouffe » est le premier sur lequel j’ai décidé de lâcher prise. Je ne culpabilise plus si c’est du Picard. En effet, personne n’est mort :-)))

    @ Xochitl : suite à de gros problèmes de santé, je m’était dit « Carpe Diem ». Mais Horace n’a pas réussi à me convaincre et je suis revenue à mes travers et à ce perfectionnisme encombrant.

  • #78 Hélène le 14 janvier 2009 à 17 h 58 min

    Chère, chère Hécube, puis-me me permettre de te rappeler un petit billet que j’avais écrit il y a quelques temps (en plus de celui sur l’égoïsme que je t’ordonne d’apprendre par coeur tout de suite ;-))) :
    http://www.monblogdefille.com/blog/20060218je-ne-te-demande-pas-detre-la-meilleure-je-te-demande-detre-unique

    A chaque fois que j’ai une tentation de perfection ou de truc de ce genre, je pense à cette prhase. Franchement, elle a changé ma façon de voir la vie.

  • #79 Cécile de Brest le 14 janvier 2009 à 18 h 00 min

    Oui, c’est ça, la culpabilité, c’est terrible !
    Je me revois assise à mon ordi ou à « ne rien faire » et tout à coup hop, je me lève parce que ce n’est pas possible que je laisse ma maison dans un état pareil !
    Ou alors, la culpabilité de laisser quelqu’un d’autre s’occuper des enfants parce qu’on part faire autre chose. Au début je ne pouvais pas.

    Courage, Hécube…

  • #80 Hécube le 14 janvier 2009 à 18 h 01 min

    @Kila : je souhaiterais dire que je ne suis pas un tyran :-))). Certes, tout doit être nickel mais travaillant, je ne peux pas être sur le dos de ma fille perpétuellement. Et la lecture est sacrée pour moi : donc je ne suis pas complètement perdue. Ouf!

    @ Véro la Bisontine : ton commentaire m’a donné à réfléchir. il faut que je trouve du temps pour écrire.

  • #81 Hécube le 14 janvier 2009 à 18 h 07 min

    @ Hélène : c’est bien ce que je dis, c’est grace à toi et tes conseils que je suis sur la voie de la rédemption. Encore merci!!!

    @Cécile de Brest : si tu savais l’écho qui résonne en moi à tes paroles!

  • #82 Breizh’ le 14 janvier 2009 à 18 h 10 min

    J’ai ri en te lisant mais je me suis aussi demandé ce qui te faisait tant courir…
    mais ce que j’ai aimé par dessus tout dans ton texte : oui ta famille, tes amis et tes proches t’aiment pour qui tu es et non pour la perfection que tu déploies!!!
    Et puis, juste pour partager une réflexion que l’on m’a faite un jour (je ne suis pas parfaite loin de là mais perfectionniste, pour me rassurer en fait…) donc : « comment veux-tu que l’on ait une chance de t’apprendre quelque chose, de partager notre expérience avec toi ou te t’aider si tu blindes tout et que tu parais tout maitriser et dominer…accepte de recevoir des autres… », je peux t’assurer que cela m’a calmée net et que j’ai accepté de lâcher prise : quel soulagement depuis!!!! :-)

  • #83 Cécile de Brest le 14 janvier 2009 à 18 h 27 min

    @ Hécube : ça s’impose de plus en plus une rencontre entre sous-préfètes, dans ce salon de thé parisien tout rose (et dont je ne me souviens plus le nom) ;-))

  • #84 Splatchounette le 14 janvier 2009 à 18 h 47 min

    olalala, j’ai pas pu m’empêcher de rire, désolée ^^ (mais pas sur la situation hein, juste sur la façon d’écrire qui est vraiment fraîche ;))

    bon soyons sérieuse, mais c’est quand même inquiétant de voir que de plus en plus de gens souffrent de ce syndrome….cette dictature du « pour être heureux, soyez épanoui dans votre travail, ayez 15 amis, une famille, une maison, un chien, un chat et mangez sainement ». On est assailli par ça, et sans s’en rendre compte, soit on culpabilise (comme dit par plusieurs personnes) soit on perfectionnise…beuh

    En contre-pied, y’aura bientôt la dictature du soyez vous-même.

    En tout cas, j’espère que ça ira de mieux en mieux pour toi, au niveau du lâcher-prise et tout….c’est déjà pas facile d’avoir une pression sur les épaules, mais quand on se la met soi-même :/

  • #85 noisette le 14 janvier 2009 à 18 h 55 min

    tiens regarde Hécube: aujourd’hui j’ai laissé mon fils à la garderie, car je devais amener ma fille chez l’ophtalmo pour vérifier ses nouveaux verres, aller chez l’opticien pour refaire mes lentilles, passer à la banque déposer 2 chèques, étendre deux machines, faire à manger, manger, donner à manger, aller à l’inspection académique pour régler deux trois trucs, passer à la pharmacie pour récupérer un vaccin…
    (tout ça sans me maquiller!! désolée hélène)
    hé bien j’ai pû tout faire, sans avoir le plus petit dans les « pattes »… et lui il s’est régalé!!!!! alors qu’il se serait bien embêté avec moi….
    avant j’aurai culpabilisé, aujourd’hui je suis heureuse :)

  • #86 Cécile de Brest le 14 janvier 2009 à 19 h 11 min

    @ noisette : pareil ! depuis que j’ai compris que je n’étais pas une mauvaise mère si je ne les avais pas avec moi 24/24, ça va mieux !

    L’autre jour, je parlais tâches ménagères avec une copine (oui, j’ai des conversations de haut vol) et elle m’a dit qu’elle trouvait que ma maison était bien tenue « malgré » mes deux petits bouts. Et je me suis redressée comme un pou sur l’oreille d’un cochon, fière comme tout.
    Et quelques jours plus tard, je me suis demandé à quoi ça rimait d’être fière de ça, à ce point…
    Franchement, je ne pense pas que cette copine refuse de me revoir si elle aprerçoit, un jour, 2 grains de sable et 3 gravillons dans mon salon…
    La pression, on se la met soi-même, c’est ce qui est terrible.

  • #87 Véro la Bisontine le 14 janvier 2009 à 19 h 25 min

    @ Cécile de Brest : « comme un pou sur l’oreille d’un cochon »!!, j’adore cette expression, je ne connaissais pas la fin de cette maxime : sur…..
    @ Hélène : pourrais tu mettre dans le lien de ton article sur l’égoïsme?
    J’ai lu ton billet de 2006 (je ne connaissais pas encore ton blog), sur le fait d’être soi même (et par la même occasion, unique…)
    Et je voudrais bien lire celui sur l’égoïsme, car de ce coté là, y a encore du boulot!! :)

  • #88 Véro la Bisontine le 14 janvier 2009 à 19 h 27 min

    @ Cécile de Brest : je plussoie, la pression que l’on se met toute seule, est souvent la plus pernitieuse, et celle contre laquelle, c’est le plus dur de se défendre finalement.
    Parce que cela nous appartient, et ce n’est pas évident de se détacher de nous mêmes!

  • #89 Marine le 14 janvier 2009 à 19 h 36 min

    @ noisette:
    c’est marrant, moi je laisse ma fille chez la nounou, mais pas pour faire 10 000 trucs, mais pour rester chez moi tranquille! quand j’ai une rtt, ou qq jours, je n’hésite pas à la laisser 4 ou 5h pour aller me balader, faire du shopping ou voir des copines.
    ça ne m’empêche pas d’être une jeune maman complètement folle de sa fille…!
    au début je me disais « est ce que c’est mal »? mais je ne me suis pas posée la question longtemps… puisqu’en revenant j’étais Heureuse et 100% dispo pour ma fille!

  • #90 Hélène le 14 janvier 2009 à 19 h 38 min

    Cette discussion me passionne, d’abord parce qu’elle est objectivement passionannte, et ensuite parce que je suis à l’opposé des perfectionnistes :

    Je me fous éperduement de bien tenir mon appart (d’ailleurs je ne le fais pas, c’est la femme de ménage qui s’en occupe, je ne sais même pas comment fonctionne l’aspirateur ni où est rangée l’eau de javel ;-))

    S’il y a de la poussière, je ne la vois pas parce que je suis myope, donc à quoi bon s’embêter à al retirer ? ;-)

    Bon si des gens vienent, je range un peu, histoire de pas complètement avoir honte, mais une maison impeccable, je ne sais pas ce que sais, ça ne m’est jamais arrivé ;-)

    Je ne vais voir aucune expo ou évènement culturel parce que ça me saoûle et que je déteste faire la queue avec la foule, je ne cuisine que quand j’en ai envie (= 2 fois par an), je sors sans aucun problème pas maquillée et moyennement bien habillée (de toute façon comme je suis myope je ne me rends pas compte si les gens me regardent ou pas, et s’ils me trouvent moche j’ai bien envie de dire que je les emm… ;-)

    Je ne vais jamais au cinéma, je déteste traverser Paris pour faire la queue sous la pluie puis passer 2 heures coincée avec des gens qui parlent pendant le film. Par contre la fille du DVD club d’à côté est une super copine ;-)

    Le seul truc d’aide aux autres que je fais, j’ai mis 10 ans à me décider à le faire parce que je voulais être sûre de le faire par vraie envie.

    Quand je vais me faire faire une manucure, je m’endors de bonheur sur mon tabouret. Le reste du temps je me coupe les ongles courts pour ne pas qu’ils me prennent le chou ;-))

    Je passe des soirées entières à bouquiner dans mon lit parce que j’adore ça, je suis capable de refuser des invitations pour ça.
    Et quand j’invite des gens à dîner, si ça ne tombe pas sur l’une des 2 fois de l’année où j’ai envie de cuisiner, je commande de la bouffe indienne au resto du coin ;-)
    Et si je cuisine, je fais une daube la veille : ça permet de passer la soirée avec ses invités, plutôt qu’en cuisine à bosser pendant que les autres discutent tranquillement en prenant l’apéro ;-)

    Mon bureau est un bordel noir mais je préfère passer des heures à ranger et re-ranger mon maquillage.

    Quand on me dit que je réussis ma vie professionnelle et personnelle, ça me rend super fière. Si on me dit que mon appart est bien tenu, je me demande ce que les gens ont dans la tête. Cela dit je dois avouer que ça ne m’est jamais arrivé ;-)))

    Et tout ça pourquoi? Sans doute parce que ma mère est comme ça aussi, et qu’elle a toujours jugé plus important de peindre (c’est son métier et sa passion depuis toujours) que de jouer les femmes d’intérieur.
    Plus important de nous transmettre son regard poétique sur la vie et son amour de la beauté et de l’esthétique, que de nous prendre le chou avec la couleur de nos chaussettes (vers 6 ans je ressemblais objectivement à une clodo parce que je choisissais moi-même mes fringues et que j’avais des goûts de chiottes, elle s’en foutait complètment et elle avait raison, aujourd’hui je sais m’habiller ;-).
    Plus important de m’emmener voir le coucher de soleil sur le golfe du Morbihan, l’été, quand j’avais 5 ans, que de passer une heure à ranger la cuisine après le dîner…

    Merci maman, je ne te l’ai jamais dit, j’espère que tu liras ce commentaire ;-)

  • #91 Hélène le 14 janvier 2009 à 19 h 41 min

    Et l’égoïsme, c’est là ;-)
    http://www.monblogdefille.com/blog/20060529du-bon-usage-de-legoisme

  • #92 Stéphanie (mais une autre) le 14 janvier 2009 à 19 h 45 min

    C’est très beau tout ce que tu dis Hélène, je suis sûre que ta maman sera très heureuse en lisant ça :-)
    J’y réfléchissais l’autre jour après le billet sur les trucs beautés, certes ma maman ne m’a pas appris de trucs là dedans, ni même à être très organisée, mais elle pouvait tout laisser là pour nous emmener voir un truc, nous ouvrir à quelque chose, elle faisait des km pour nous, et je pense que plus tard quand elle sera malheureusement partie je ne me souviendrai pas du bordel qu’il y avait à la maison mais de tout le reste. Parce qu’en fait, c’est ça, qui reste.

  • #93 Hécube le 14 janvier 2009 à 19 h 50 min

    @Breizh’ : de plus en plus je me pose cette question.
    Ce qui me fait courir c’est déjà une éducation et une culture. Chez nous, tout le monde travaille comme des bêtes. Puis, il y a les angoisses et la peur : peur du manque, peur de ne pas être assez aimée…

    @Cécile de Brest : chez Angelina! Ce serait avec plaisir!!!! Et il est clair que la pression je la mets moi-même.

    @Splatchounette : je suis ravie de t’avoir fait rire!!! Merci de tes encouragements et merci pour tes compliments sur mon écriture.

    @Noisette : je n’ai jamais eu de scrupules à laisser ma fille en garde. En fait, nous avons un tour de garde entre copines. Comme toutes mes amies travaillent beaucoup, on se confie les enfants le week-end ou pendant les vacances. Inconvénient : je me suis déjà retrouvée toute seule en vacances avec six enfants, mais quand c’est ton tour de les laisser, c’est chouette aussi.

  • #94 Hécube le 14 janvier 2009 à 19 h 59 min

    @Hélène : moi, ma maman, elle n’était pas beaucoup là car elle travaillait beaucoup. Elle n’avait même pas le temps de faire les boutiques et demandait à ce que la patronne de la boutique où elle se servait lui fasse une sélection ,lui livre les vêtements et repasse chercher ce qu’elle ne prenait pas.
    Même au milieu de la Méditerranée sur un voilier, le boulot la rattrapait. C’est dire!
    Je ne parle pas de mon père, c’est pire!!!!
    C’est simple quand je suis partie de chez moi, ce sont les chiens qui m’ont manqués. Mes parents n’étaient jamais là. Mais leur boulot les passionnait et ils étaient épanouis. C’est le principal.

  • #95 Miss Lili le 14 janvier 2009 à 20 h 08 min

    Et bien tu as eu une sacrée chance Hélène… Et si un jour, par mégarde, je devenais maman, j’espère bien avoir le même objectif!
    Malheureusement, j’ai été élevée par une mère malheureuse, qui rechignait sur le bordel de la maison sans avoir aucune énergie pour le ranger et donc…. éternellement insatisfaite.
    Il m’a fallu 7 psy et une bonne dépression pour commencer à apprendre à me foutre la paix.
    Bon, maintenant que j’ai appris, je déconstruis toutes les règles sociales et je fais le tri. J’ai l’air d’une extra-terrestre, je passe pour un monstre sans foi ni loi mais… ce truc hirsute, c’est moi :)

  • #96 mmarie le 14 janvier 2009 à 20 h 10 min

    Moi aussi je trouve cette discussion passionnante, enrichissante, émouvante et pleine d’échos dans des sens très divers. À vrai dire je me sens un cas, tiraillée entre perfectionnisme et laisser-aller, avec heureusement des côtés je-m’en-foutistes parfaitement assumés.
    En tout cas merci Hécube pour ce billet, et merci Hélène bien sûr.

  • #97 Hécube le 14 janvier 2009 à 20 h 12 min

    @mmarie : merci à toi!

  • #98 Kila le 14 janvier 2009 à 20 h 22 min

    Cette discussion est super intéressante, je me régale, ça me renvoie plein de trucs, ça me bouscule. Derrière la façon très légère avec laquelle, Hécube, tu présentes les choses, se cache tout un tas de réflexions hyper essentielles.

    Merci à toutes.

    Hécube, loin de moi l’idée que tu puisses être un tyran hein ;-)
    Si tu laisses ta fille lire tranquille, effectivement tout n’est pas perdu!

  • #99 Hélène le 14 janvier 2009 à 20 h 23 min

    Je suis hyper d’accord avec toi Kila : je trouve ce texte génial parce qu’Hécube, sous ses airs tous légers, y parle de choses extrêmement importantes.

  • #100 Carobine le 14 janvier 2009 à 20 h 25 min

    Oh my god, j’ai peur d’avoir « lu l’avenir »…et a parcourir les comm, je crois que j’ai moi aussi une prédisposition génétique…
    Et je repasse derrière la femme de ménage.

    J’ai eu quelques déclics, néanmoins :
    Un accident vasculaire à 21 ans qui m’a fait relativiser sur beaucoup de chose (et donné suffisament de maturité pour le faire).
    Et aussi dans mes rapports a mes copines : elles ne pouvaient pas s’empêcher de se comparer a moi, et ça les rendaient folles.

    Enfin tout ça pour dire que la vie, c’est se poser aussi. Et je me suis demandée ce que je fuyais a toujours courir.
    Je reste active, perfectionniste et passionnée par tout, mais j’ai aussi des soupapes.

  • #101 Carobine le 14 janvier 2009 à 20 h 27 min

    Hum…
    Il manque la moitié de mon com’, je crois avoir déconné…
    Merci bien sûr pour cet article ;-) Très beau, et qui a incité a la réfléxion…

  • #102 Hécube le 14 janvier 2009 à 20 h 41 min

    @Kila : la lecture, c’est toute ma vie… avec le sport. C’est une drogue. je dors très peu pour pouvoir lire. même à 2h00 du matin, en rentrant d’une soirée, je DOIs lire, impossible de dormir sinon.

    @Carobine : mes amies sont de vraies amies (le tri s’est fait avec les années et les circonstances) car elles sont très indulgentes avec moi et en effet, ne se sentent pas en compétition. Elles savent que je ne fais pas ça pour en mettre plein la vue mais que je suis maladivement perfectionniste.

  • #103 Martine le 14 janvier 2009 à 20 h 46 min

    Koa ???? Hécube, tu ne repasses pas les gants de toilette ???? (c’est pas dans ta liste!)
    Je suis un peu… beaucoup du genre d’Hécube. Résultat, je traîne un maudit psoriasis sur le visage depuis des années (chez moi Hélène, le maquillage n’est pas qu’une question de beauté, c’est d’abord une opération camouflage et une question de survie dans le regard des autres et de mon miroir…).
    J’ai pourtant réussi moi aussi un jour à en laisser : je parle du repassage. Quand j’ai eu mon fils, j’ai décidé qu’il allait falloir faire des choix et j’ai donc sacrifié le fer. Et bien je certifie à toutes celles qui pensent que c’est inimaginable (j’en connais des tonnes) que l’on vit très bien sans et que ça ne se voit pas, même si on n’adopte pas le style rasta. Le secret c’est de bien choisir les matières des fringues, mais c’est de plus en plus facile aujourd’hui. Je concède cependant qu’en même temps que le fer j’ai dû sacrifier la chemise blanche au col impeccable.

  • #104 Véro la Bisontine le 14 janvier 2009 à 20 h 53 min

    @ Hélène : merci pour le lien, je viens de lire ton texte….j’envie cette attitude que je qualifie de « positive attitude », même si cela n’est pas évident au premier abord.
    Je crois que mon éducation (comme pour beaucoup d’ailleurs) m’ a « forgé », quelque part obligé à ne pas décevoir, et à faire des choix qui contentaient mes parents plus que moi.
    Avec du recul, sur certains points, ils avaient raison.
    Mais sur d’autres, comme sur la capacité de s’affirmer, j’ai été longtemps étouffée, et classée dans la rubrique « ne nous déçois pas », sans pour autant qu’ils prêtent attention à mes propres désirs.

    Je me souviens même d’une parole de ma mère qui me disait : « n’attends pas des autres qu’ils soient aussi parfaits que toi! »

    Je suis toute émue de parler de ça, car ce texte d’Hécube, les commentaires qui en ont découlé, ton billet sur l’égoïsme, me laissent à penser que j’ai encore du chemin à parcourir.
    Pour apprendre à lacher-prise davantage, pour oser dire non…

    Mais j’avance.

    Grâce aux petits pas que je fais (bien que j’ai des grands pieds), aux « expériences » que je tente, au fait de tourner le dos aux personnes « toxiques »…et aussi aux bonnes choses que je trouve ici.

    Merci pour tout ça…:)

  • #105 Hécube le 14 janvier 2009 à 20 h 56 min

    @Carobine : ma vraie soupape, ça été le golf.
    C’est d’autant plus incroyable que je considérais ce jeu comme un passe temps pour oisifs paresseux. Et c’est tout le contraire!

  • #106 Hélène le 14 janvier 2009 à 20 h 58 min

    Véro merci à toi pour la gentillesse et la générosité dont tu fais toujours preuve ici, ça n’est pas donné à tout le monde et c’est drôlement important ;-)

  • #107 Hécube le 14 janvier 2009 à 21 h 01 min

    @Martine : je sius aidée dans mon intendance, sans cela ce serai impossible. Mais j’ai tendance à repasser derrière tout le monde, ce qui met mon mari en rogne.
    Toutefois,j’ai perdu la perle qui s’occupait du ménage et qui m’avait comprise (elle nettoyait les buses du jacuzzi à la brosse à dent!) et depuis j’épuise les femmes de menage sans retrouver une merveille.

  • #108 Hécube le 14 janvier 2009 à 21 h 04 min

    @Véro la Bisontine : les personnes toxiques…. Un jour, quand j’aurai assez de recul et d’humour sur cette expérience, je vous la ferai partager si Hélène veut bien car je crois que ça pourra rendre service à d’autres. mais pour l’instant, c’est trop « frais ».

  • #109 waffo le 14 janvier 2009 à 21 h 42 min

    Hécube, je suis époustouflée, je ne pensais pas que dans la vraie vie d’à coté de chez moi (ou presque) il y avait vraiment des femmes aussi actives ! c’est impressionnant d’avoir autant d’énergie !
    Après la lecture de ton texte, je suis super curieuse de voir ce que tu renvoies vraiment comme image. J’ai une vision d’un tourbillon qui ne s’arrête jamais, ça doit être facile pour personne, même pour toi :)
    J’ai certainement un rythme de vie beaucoup plus cool que toi. Le plus important pour moi c’est les relations. J’aime parler, découvrir les gens mais plus sur leur vie, leur aspiration, leur rapport avec leurs enfants ou leurs parents plutôt que de parler culture et politique (surtout politique… ^_^; ). Bon, ok je suis une grande bavarde, c’est un excuse mais c’est vrai que j’ai un peu tendance à tout lâcher pour être avec les gens (c’est pour ça que j’organise toujours des buffets froids quand ma famille vient à la maison pour qu’on ait le temps de discuter, que j’ai une cuisine ouverte pour ne pas être coupée des conversations…).
    Et maintenant que j’ai une petite, je pense que j’ai lâché encore certains contraintes (j’en ai d’autres en échange hein !). En fait c’est ça le plus dur, trouver le nb maximum de contraintes qui te semblent vraiment nécessaires (non, tout n’est pas obligatoire hécube ! dingue non ? :D ) pour pouvoir profiter du reste.
    Un truc tout con, me poser dans la chambre de ma fille et la regarder jouer. Je dit bien regarder, je ne joue pas avec elle, je la regarde se balader, faire des commentaires – encore incompréhensible vu qu’elle n’a que 17 mois. ça n’amène rien mais c’est des supers souvenirs :)

    J’espère que tu arriveras (mais tu es sur la bonne voie) à faire la part du nécessaire et du supplémentaire :)

  • #110 catialine le 14 janvier 2009 à 22 h 05 min

    Très joli texte, ou devrais je dire cri du coeur, Hécube… Il me touche, comme beaucoup de monde ici, parce qu’il me rappelle… moi-même. Et toutes ces années où j’ai voulu tout maîtriser pour compenser ce que je maîtrise le moins : ma propre estime de moi. Moi aussi j’ai beaucoup voulu prouver à mon père, je crois…
    J’ai « lâché prise » (enfin, je commence) en rencontrant mon amoureux, avec qui je passe des week-ends de glande intégrale-lecture-visionnage de dvd, et j’y ai trouvé la sérénité. Je te souhaite la même, enfin non, la tienne, l’unique :-)

  • #111 Véro la Bisontine le 14 janvier 2009 à 22 h 20 min

    @ Hélène : merci…je me trouve un peu bavarde par moment, ici comme ailleurs, c’est dans ma nature, mais je suis sincère : ton blog m’a apporté (et continue) beaucoup, comme pour plein d’autres filles de la communauté.
    Et l’image du salon de thé très cosy, où l’on peut passer pour échanger, déposer qque fois le « trop plein », avoir qques conseils en maquillage (ou autres), franchement, c’est super important pour moi.

    Tu m’as donné l’envie de me lancer dans l’aventure bloguesque, ce que je ne regrette absolument pas…j’y ai créé mon petit espace aussi, un salon de thé à ma façon!
    Et quelques filles de MBDF viennent y faire une petite visite (régulière ou pas, c’est pas l’important)…

    C’est pour cela que j’ai donné l’idée à Hécube de se lancer aussi, je la sens très sensible à l’écriture, à la lecture, et une petite création toute personnelle de ce type est très salvateur à mon goût.

    Pour moi, cela a été un élément qui me permet l’apprentissage du « lacher prise » quelques fois, sans que ce soit pour autant une « prise de tête » (j’ai vu cela dans d’autres blogs, cela ne me convient pas).

    Après, chacun fait comme il le sent, où comme il peut….:)

    Voilà, je me sens bien chez MBDF, et je suis sûre que je ne suis pas la seule!! :)

  • #112 Nicole le 14 janvier 2009 à 22 h 34 min

    @Hélène: ah bah voilà, c’est malin… je regarde ABBA à Wembley à la téloche, je viens faire un tour ici.. je lis ton commentaire et voilà que je chiale… ah bah merci bien!! :-))) J’espère sincèrement que ta maman lira ton com’.

  • #113 mariaondine le 14 janvier 2009 à 22 h 58 min

    Chère Hécube,
    Merci pour ton texte que je trouve très émouvant et qui suscite beaucoup de réflexion. C’est la première fois que je commente sur ce blog alors ça me fait un peu bizarre!
    Mais l’ambiance est si ouverte et chaleureuse que je me lance.
    En fait, c’est vrai que tu as l’air d’en faire trop, mais en même temps c’est une grande qualité d’avoir autant d’énergie, de curiosité et d’ouverture d’esprit. Je veux dire par là que tu peux sûrement lâcher prise, mais en même temps tu seras toujours toi même c’est à dire avec cette grande énergie. Je pense que c’est une question d’équilibre entre être soi même et ne pas forcer le trait. Par exemple si on est paresseuse, il ne faut pas chercher à être wonderwoman mais à faire le minimum vital. De mon côté je ne suis pas super douée avec les chiffres, j’ai appris à avoir un niveau tout à fait honorable mais je n’essaierai jamais d’être Einstein. De la même manière, il me semble qu’il faut savoir ne pas se fixer la barre trop haut (dans ton cas c’est la barre trop bas), c’est à dire y aller petit à petit, chercher à changer son regard sur soi-même et pas à (trop) se changer soi même.

    Je partage juste une expérience qui m’a vraiment remplie de joie cette année et qui va un peu dans ton sens. Traditionnellement je me fais plein de bonnes résolutions pour moi-même le premier janvier. Je faisais des listes énormes en plein de points (faire 10 min de méditation tous les matins, toujours me maquiller le matin, manger équilibré, faire du sport, lire x livres par semaines etc…) ((digression: Une fois j’avais lu dans un livre que quand on essaie de changer il vaut mieux se concentrer sur une seule chose afin de ne pas disperser ses efforts. Exemple: si on essaie d’arrêter de fumer, mieux vaut pas en même temps entammer un régime et chercher un nouveau boulot.))
    Et bien cette année: JE N’AI PRIS AUCUNE RESOLUTION LE 1er janvier !!!
    Et ça m’a vraiment libérée et j’en suis très heureuse.

    En fait, j’ai eu l’impression de me faire un grand cadeau à moi-même: le fait de m’accepter et de m’aimer telle que j’étais.

  • #114 Mlle Crapaud le 14 janvier 2009 à 23 h 33 min

    Cette discussion me parle beaucoup… j’ai lu les commentaires en diagonale, ‘jai beaucoup apprécié notamment le dernier d’Hélène, le long.
    Je fais plein de trucs, à mon échelle : je fais toujours en sorte d’être ultra sexy quand je vais voir mon copain, d’être à l’écoute de mes amis, de prendre le moins de place possible, je m’engage associativement et politiquement, je défends mes idées, je révise mes cours, j’accours quand quelqu’un va mal, j’écoute, eet en fait dans tout ça je me perds un peu. Il y a quelques mois, mon copain m’a demandé pourquoi diable je m’esquintais à vouloir être parfaite. Et, en effet, pourquoi ?
    Je crois que c’est parce que j’ai besoin de reconnaissance, qu’on soit fier de moi. « On », ce sont mes parents, qui ont toujours attaché de l’importance à la réussite scolaire (et un peu professionnelle, donc, aussi). Je ne me sentais pas à la hauteur d’eux, je culpabilisais, et je voulais pousser mes limites. Résultat, j’ai pas mal trébuché…
    Ce qui a changé maintenant, c’est que je ne veux plusêtre parfaite, m’excuser de ne pas être là toujours, etc. J’ai compris que mes parents aussi font des erreurs, et pas des moindres…
    Ce message m’a beaucoup touchée, bon courage à toi Hécube !!Et j’ai beaucoup apprécié les références à Desperate Housewives :)

  • #115 Cécile de Brest le 15 janvier 2009 à 2 h 00 min

    @ Hélène : je viens de relire ton comm et franchement, je t’envie. Pour l’histoire du ménage et de la façon dont tu tiens ton chez toi.
    J’aimerais avoir une femme de ménage ici, ça serait encore plus cool et bien je ne « peux » pas.
    Tout simplement parce que je me dis que je ne travaille pas et que je n’ai « que ça à faire ».
    Je me demande d’où me vient cette idée tordue. A quoi cela peut-il être dû ?
    Je ne pense pas que ce soit de ma mère, qui a arrêté de travailler avec l’arrivée de ma petite soeur, qui faisait le ménage (maman, pas ma soeur) et tout le reste mais sans jamais se plaindre ou que ça semble lui peser. Elle n’est pas spécialement maniaque non plus et je me souviens que pendant les vacances, elle laissait souvent tomber la vaisselle pour filer à la plage avec nous. Ou alors au contraire, c’est de là que ça vient, je veux faire « aussi bien ».
    Hum, ça me turlupine tout ça…

  • #116 Anouk le 15 janvier 2009 à 2 h 10 min

    C’est marrant Hélène ce que tu racontes sur ton côté femme d’intérieur très très enfoui au loin dans ton toi-même, on ne sait pas bien où mais c’est pas non plus comme si on cherchait (post 90). Je me reconnais tout à fait là dedans. Heureusement que j’ai des potes qui viennent boire et chanter et danser chez moi assez fréquemment pour que je range, genre le minimum syndical (voire un peu moins, m’en tape). Mais surtout je ne nettoie pas, à quoi ça sert, ils vont tout dégueulasser, et moi aussi, et ça c’est bon! :)

    Par contre, moi je ne tiens pas ça de ma maman. C’est d’ailleurs la seule pour laquelle je fais un vrai nettoyage et un vrai rangement avant sa venue. Mais ça ne l’empêche pas de faire des trucs genre: passer son doigt AU DESSUS de la barre du rideau de douche, venir me montrer son doigt légèrement noirci et me dire « c’est dégueulasse chez toi Minette! » Argh qu’est ce que ça m’énerve, je peux pas m’empêcher de lui dire « Ouch, si t’avais vu l’état de mon cocon il y a quelques heures… » (Mais je l’aime quand même comme une déglingo ma mamoun)

    Enfin, soit, je suis perfectionniste pour plein d’autres choses et donc je comprends un peu cette lutte derrière un truc qui court beaucoup plus vite que nous, c’est pénible. Ca m’a même rendu malade, atterrissage à l’hosto même à l’occasion. L’angoisse d’échouer, de ne pas être à la hauteur des attentes des autres, mais surtout des miennes.

    So Hécube (il m’intrigue ce pseudo), je trouve ça déjà énorme que t’aies pris conscience du truc, avec du recul. Et franchement, on a vu pire que MBDF comme remède ;)

  • #117 Marylène sud le 15 janvier 2009 à 9 h 04 min

    Cet texte fait écho en moi et m’a tenu éveillé une partie de la nuit……
    J’ai couru toute ma vie. Jeune épouse, jeune professionnelle, nous vivions à l’étranger dans différentes contrées, représentation, sourire, travail, enfant. En Métropole, travail, famille etc… Le rythme s’est considérablement accéléré avec l’arrivée d’un 3ème enfant né handicapé psycho-moteur, les nuits blanches, les interventions chirurgicales, les deux « grands », le TRAVAIL (je mettais un point d’honneur à m’absenter le moins possible, à travailler plus et plus). Toujours sourire, avoir le trait d’humour. Le stress était ma drogue, les kilos s’accumulaient …

    Et puis, petit à petit, j’ai perdu pied. J’étais littéralement épuisée. J’ai tout arrêté : le travail (retraite proportionnelle). Nous avons changé de région. Mon époux a aussi changé de profession.

    Au jour d’aujourd’hui, rien que de penser à cette longue très longue période m’angoisse. Mais pourquoi avoir agit de cette façon ??? l’éducation bien sûre. Toujours être sur tous les fronts!
    J’ai moins de moyens financiers, pas de femme de ménage. Nous voyageons beaucoup moins mais nous avons une qualité de vie que je n’échangerais pas.

    Mais…… je me surveille. Les vieux démons ne sont pas loin. J’aurais tendance à vouloir m’investir dans des associations (en lien avec mon ancien job), à m’imposer des contraintes familiales, à me mettre dans des situations qui me prennent beaucoup de mon temps. Alors…..le chiffon rouge s’agite et je bloque tout quitte à paraître très très égoïste mais c’est pour moi : VITAL.

  • #118 baboucha le 15 janvier 2009 à 11 h 26 min

    j’adore ce texte! bravo!
    et la discussion qui suit est passionnante aussi :-)
    Quand j’étais petite ma maman voulait être parfaite dans le côté « on vit sainement et bio » (vive les 70’s). Du coup, femme au foyer, elle cuisinait tout bio, végétarien, jamais un mars ou un bonbon à la maison. Mon père étant très très maniaque elle passait son temps à ranger, nettoyer, astiquer.
    Elle a pété les plombs, grosse dépression, tentative de suicide, coma.
    Ensuite ils ont déménagé, elle a repris des études, a quitté mon père, est parti pour un salaud, l’a quitté pour un autre salaud, et là ENFIN elle semble avoir trouvé son équilibre.
    Elle n’astique plus, et pour le repassage c’est elle qui m’a appris à repasser uniquemen les cols et hauts de chemise quand on les porte sous un pull (hihihi), et pour les draps elle les repasse directement sur le lit.

    Sinon c’est un peu un HS mais je plussoie à mort avec Lily au sujet de Suzan,
    elle me renvoie à trop de choses quand je la vois raconter sa vie à sa fille, lui demander des conseils… ça me hérisse le poil, je ne la supporte pas…
    Hélène y a t’il déja eu un témoignage de femme qui a vécu avec une maman « à charge » pendant des années?

  • #119 Hélène le 15 janvier 2009 à 12 h 10 min

    Véro la Bisontine c’est chouette ce que tu dis, merci ;-)

    Nicole tu pleures facilement, non ? ;-) (c’est pas négatif hein, je constate juste)

    mariaondine merci pour ce premier commentaire extrêmement sympa ! Je trouve très chouette et positif ce que tu dis à Hécube sur le fait qu’avoir autant d’énergie, c’est uen chance, et que ça fait partie d’elle et ne devarit pas être totalement modifié.
    Sois la bienvenue parmi nous !

    Mlle Crapaud c’es très important ce que tu dis, au sujet des erreurs que font les parents : je crois que celles des miens m’ont tellement pourri la vie, et je les leur ai reprochées avec une telle violence et une telle constance pendant des années, que ça m’a coupé du besoin de les satisfaire et d’obtenir leur approbation.
    Donc fnalement, vive les parents imparfaits ;-)

    Cécile de Brest faut réfléchir là-dessus, ça vaut le coup ;-) Perso je considère que faire le ménage est une perte de temps odieuse, j’ai mieux à faire de ma belle jeunesse que passer l’aspirateur ! ;-))
    (et quand je ne travaillais pas – j’ai eu un an de chômage / glande extrêmement agréable – ben j’avais déjà cette femme de ménage ;-)

    Anouk je suis scandalisée par le egns qui ont la grossièreté de venir afire des réflexion sur la maison dse autrs, fusent-ils leur mère.
    Jamais je n’irais dire un truc pareil à qui que ce soit, je trouve ça hyper mal élevé.
    Je crois que si j’avais une mère de ce genre, je laisserais mon appart hyper crade exprès pour l’énerver ;-))) (oui j’ai 16 ans dans ma tête)

    Marylène sud je ne suis pas sûre que ça soit l’éducation… perso, mon côté totalement galdouille et imparfait vient aussi, j’en suis sûre, du fait que je suis quand même vachement contente de moi au fond (même si j’essaye de pas trop le montrer parce que c’est pas politiquement correct ;-), avec beaucoup d’assurance, et que du coup je n’imagine pas une seconde qu’on puisse me rejeter ou ne pas m’aimer pour des raisons aussi futiles que l’était de mon appart ou mon rythme de vie.

    baboucha c’est dément cette idée de repasser les draps direct sur le lit !!!!!!!!!!!!!!!
    Et il n’y a pas eu de témoignage comme tu demandes (je suis pas sûre de complètement comprendre ce que tu veux dire par maman « à charge » ?)

  • #120 baboucha le 15 janvier 2009 à 12 h 34 min

    oui Hélène je ne suis pas très claire c’est certain…
    C’est un peu ce que veut dire Lily avec l’exemple de Suzan,
    une maman qui se repose trop sur sa fille,
    qui traverse une période difficile psychologiquement (euphémisme), et qui nécessite un soutien qui n’est pas de notre âge. Ou qui partage trop de choses personnelles et intimes avec sa fille, qui se sent du coup très mal à l’aise…
    Une sorte d’anti-Bree dont on parle dans ce post, qui ne maîtrise plus grand chose dans sa vie.
    C’est ce qui m’est arrivé, et même si je l’adore j’ai beaucoup de mal à être cool et gentille avec elle maintenant, c’est pourquoi j’aurais été intéressée pour lire et/ou partager des expériences de femmes qui ont eu ce problème avec leur mère.

  • #121 Hélène le 15 janvier 2009 à 12 h 42 min

    Ah OK, je vois ce que tu veux dire baboucha. Non il n’y a pas eu de témoignage de ce genre, si tu veux l’écrire, tu es la bienvenue ! (je suis sûre que tu trouveras des échos chez pas mal de filles)

  • #122 baboucha le 15 janvier 2009 à 12 h 50 min

    je vais y réfléchir, ça me plairait bien de partager cette expérience avec d’autres.
    Quand j’ai quelque chose qui tient la route je te l’envoie ;-)

  • #123 kro le 15 janvier 2009 à 12 h 52 min

    salut Hécube,
    j’adore tes com’s en général ils sont toujours plein d’humour… j’ai adoré ton texte, le style, le fond, tout, ce qui me fais me posé une question, ne suis je pas en train de me transformé en Mme van de kamp moi aussi… obésédé que tout soit fait correctement, travailler au max pour gagner beaucoup d’argent, prendre mes proches ( parents amis ) sous le bras, tout organiser ( vacances repas …) etre toujours là pour faire plaisir a tout le monde…. suis je une femme des années 50 dans le corps d’une miss de 23 ans?????????
    je vais renversé un de mes pots de fleurs en partant de la maison en acte de rebellion ( parce que bien sur tout est propre!!)!!!!

  • #124 Cagaroule le 15 janvier 2009 à 12 h 57 min

    @ Hécube : par rapport à ta réponse d’hier, je me pose des questions, comment gères-tu l’imprévu ? Ca génére beaucoup de stress non ? Et l’imprévu agréable, tu y fais face comment ? Ou est-ce que tout ce qui n’est pas réfléchi te créé des aversions ? (ce ne sont que des questions, pas du tout agressives, mais je n’arrive pas à enlever cette dimension à l’écrit…) :-)

    (le coup des buses à la brosse à dents je ne m’en remets pas…)

  • #125 Hélène le 15 janvier 2009 à 13 h 02 min

    baboucha quand tu veux ;-)

    kro ta dernière phrase me fait hurler de rire ;-)))))))))

    Cagaroule ça m’intéresse beaucoup, ces questions sur l’imprévu (agréable ou pas) : je le gère assez mal, du coup le sujet m’intéresse ;-)

  • #126 Anouk le 15 janvier 2009 à 13 h 03 min

    @ Hélène

    Le pire c’est que c’est pas du tout une maman chiante, elle est hyper cool, on a une relation vraiment géniale. Mais elle supporte difficilement ma craditude :D

  • #127 baboucha le 15 janvier 2009 à 13 h 14 min

    l’imprévu et la nouveauté sont d’excellents curseurs pour évaluer sa confiance en soi ;-)
    Pour moi trop souvent changement = moins bien = source de stress
    Pour mon chéri changement = mieux

    Il aimerait changer les meubles de place toutes les semaines, pour moi chaque bibelot a sa place pour 20 ans
    Il aimerait changer de boulot régulièrement, pas moi je suis fonctionnaire j’ai la sécurité de l’emploi
    Il aimerait vivre à l’étranger pas moi, j’aime bien cette ville j’y ai mes amis…

    On en parle souvent, j’ai eu un passé instable (trop déménagé, famille instable…), lui non, il a passé sa vie dans la même ville, sa famille est stable.

    La stabilité me rassure, elle l’effraie…
    C’est pour ça que je l’ai choisi, car si j’avais choisi un chéri comme moi on serait devenu un vieux couple encrouté et je passerai ma vie à astiquer les poignées de porte ;-)

    (Hélène: il est rock / pas moi ;-))

  • #128 baboucha le 15 janvier 2009 à 13 h 16 min

    PS: il aimerait changer de côté dans le lit de temps en temps, cette idée me parait totalement irréaliste car j’ai tout mon petit fatras de mon côté du lit.
    Je me suis donnée comme exercice de changer de côté une fois de temps en temps pour travailler le non-encroutage ;-)

  • #129 Hélène le 15 janvier 2009 à 13 h 24 min

    baboucha je suis exactement comme toi (et mon ex était comme ton chéri ;-) !

  • #130 laurettebis le 15 janvier 2009 à 13 h 27 min

    c’est super intéressant comme sujet l’imprévu et mon couple est tout-à-fait du modèle du tiens baboucha : pour moi, l’imprévu (agréable ou pas) est hyper difficile à gérer alors que c’est tout le contraire pour lui.
    j’essaie de « travailler » là dessus mais c’est pas évident !

    j’imagine que mon besoin de stabilité et ce stress face à l’imprévu vient peut-être de mon passé, une histoire familiale assez chargée et peu stable (voire carément pas stable du tout !)…

  • #131 baboucha le 15 janvier 2009 à 13 h 28 min

    Oups c’est ton ex à présent…
    ;-)

  • #132 baboucha le 15 janvier 2009 à 13 h 32 min

    laurettebis il faut que chacun trouve son compte au final,
    je fais des efforts de mon côté mais mon chéri aussi en fait…
    Il a trouvé un boulot « stable » (CDI), on a acheté un appart et on parle BB de temps en temps…
    Il a suffisamment de grande gueule pour me dire quand je l’étouffe trop, il me mets le nez dans le caca quand j’ai peur de l’imprévu…
    Le dialogue est fondamental si on ne veut pas aller au clash ou si on ne veut pas souffrir en silence de la différence.
    On peut aussi tourner ça à l’humour,
    grâce à lui j’ai pris conscience de cet aspect de ma personnalité (j’ai fait exprès de ne pas écrire « défaut » ou tare car tout est relatif, si je sortais avec un banquier chiant il me trouverait carrément follasse ;-), et j’en plaisante à mon propos (« ah non ce vase ne bougera pas d’un pouce les 10 prochaines années!!! »).

  • #133 baboucha le 15 janvier 2009 à 13 h 36 min

    Hélène ça fait des années que je lis ton blog, je poste un commentaire tous les 6 mois mais aujourd’hui je suis carrément scotchée ;-)

  • #134 Hélène le 15 janvier 2009 à 13 h 46 min

    laurettebis moi j’essaye plus de travailler là dessus : ça me fatigue, et puis finalememnt c’est pas si grave, de détester le changement ;-)

    baboucha ;-))

  • #135 Cécile de Brest le 15 janvier 2009 à 13 h 59 min

    Ah non, mais le changement, c’est hyper angoissant, je trouve !
    Moi j’aime bien mes petites habitudes.
    Alors vous imaginez, changer de ville (voire de continent, pourquoi lésiner) tous les 2 ans, je suis toute perturbée.

  • #136 laurettebis le 15 janvier 2009 à 14 h 00 min

    je ne dis pas que ne pas aimer le changement est grave, quand je vivais seule c’était pas un soucis car mes amis proches me connaissent bien et faisaient avec cet aspect de ma personnalité mais quand en couple, ce qui me gêne c’est çà peut être vite casse-pied pour l’autre !

    j’essaie de faire des efforts quand même et au final je m’aperçoîs que çà n’est pas si dramatique que çà et comme tu dis baboucha, lui aussi fait des efforts et chacun y trouve son compte ;-)) d’autant que nous aussi on s’amuse de nos différences ;-)

  • #137 Hélène le 15 janvier 2009 à 14 h 06 min

    Cécile de Brest en même temps si tu as choisi d’épouser un mec dont tu savais qu’il serait muté ailleurs tous les deux ans, c’est pas un hasard.
    Je crois profondément que la vie nous présente (ou qu’on va chercher nous-mêmes) les situations qu’on gère mal, pour que peu à peu, on apprenne à les gérer mieux.

    laurettebis c’est vrai que le couple pousse à évoluer, et ça c’est un truc positif.

  • #138 Titburette le 15 janvier 2009 à 14 h 13 min

    Je suis d’accord à 8000% avec la première partie de ton commentaire (pour Cécile de brest)… Je me suis toujours demandé pourquoi on se mettait toujours volontairement dans des situations périlleuses et je crois que la réponse se situe au plus profond de la nature humaine. On a toujours besoin de dépasser ses limites d’une façon ou d’une autre :-)

  • #139 Lullaby77 le 15 janvier 2009 à 14 h 13 min

    Hélène: « moi j’essaye plus de travailler là dessus : ça me fatigue, et puis finalement c’est pas si grave, de détester le changement ;-) »
    je veux bien t’épouser finalement!!! ;-)))))

  • #140 Cagaroule le 15 janvier 2009 à 14 h 20 min

    Perso l’imprévu ne me dérange sauf quand mon planning est surchargé et bouclé et qu’il faut tout repenser. Sinon le reste du temps ça m’est égal je trouve même que c’est un peu le sel de la vie !

    Cécile tu vois que tu es rock !! :-)))

  • #141 Cécile de Brest le 15 janvier 2009 à 14 h 22 min

    Oui, je suis peut-être maso (maso et sous-préfète, ça va virer malsain cette affaire).
    Tu as peut-être raison. En fait j’ai le goût du risque mais sans le savoir. Je suis une fille rock qui s’ignore (je crois que je confonds les posts).

    Le changement, j’ai toujours détesté. Mais c’est vrai que depuis quelques années maintenant, je l’envisage différemment. Avec plus de sérénité, je dirais. Et le dernier déménagement qu’il a fallu gérer en 1 mois finalement, c’était crevant mais « rigolo ».

  • #142 Hélène le 15 janvier 2009 à 14 h 33 min

    Mais non c’est pas maso Cécile, au contraire, c’est très sain : tu sais choisir les situations qui te feront évoluer, même si elles te font peur à la base, je trouve ça très chouette.
    Et tu vois, ça marche : arriver à trouver un déménagement rigolo, chapeau !!!!

    Lullaby ah ben c’est pas trop tôt, je començais à me vexer de sans arrêt te proposer le mariage, et que tu refuses toujours ;-)))

  • #143 Hécube le 15 janvier 2009 à 15 h 24 min

    @waffo : il est très difficile de savoir quelle image on renvoie aux autres.
    Toutefois, les gens me disent que je suis assez intimidante, et pour ceux qui me connaissent mieux que je suis impressionnante d’efficacité mais fatigante! Il est vrai que j’ai du mal à tenir en place.
    Un exemple: quand je rentre dans ma piscine c’est pour faire des longueurs, je ne peux pas rester sur le bord tranquillement. J’ai une amie qui m’avait invitée en thalasso, impossible de rester à faire les soins de détente : j’avais besoin de courir sur la plage, de faire de la voile…
    Mais comme toi, je suis tournée vers les autres et ai certainement une tendance à vouloir les entraîner dans mon « tourbillon ». Je déborde de projets, d’idées et, c’est vrai, pousse les personnes de mon entourage dans leurs retranchements afin qu’ils optimisent leurs facultés.

    @catialine : je travaille à trouver cette sérénité même si un dossier ou une lessive attendent.:-)))

    @mariaondine : très très bizarrement, je n’ai jamais pris de bonnes résolutions au début d’année.

    @Melle Crapaud : de toute façon, nous sommes complètement conditionnées par notre enfance et notre éducation. Il est clair qu’étant fille unique, peite-fille unique, j’avais déjà une grosse pression sur les épaules. mes parents ayant réussi à la force du poignet, je ne pouvais pas faire moins. Avec mon mari, nous essayons de ne pas mettre la pression sur notre fille, mais apparemment elle l’a déjà. Ses professeurs et les psychologues qui la suivent (pour sa précocité, je précise), nous ont clairement dit que nous étions des parents difficiles à assumer.

    @Cécile de Brest : si tu m’avais vu quand j’ai arrêté de travailler pour quelques temps. Je culpabilisais d’avoir une femme de menage et m’excusais presque auprès d’elle. J’essayais de l’aider, j’étais dans ses pattes, en gros je faisais le menage avant elle.
    Un jour elle m’a dit : « vous n’avez pas une amie à aller voir quand je viens, vous ne voulez pas sortir? Et puis, arrêtez de faire le menage, j’ai beau nettoyer tous les fonds de placards et tiroirs, trier toutes les denrées alimentaires, je ne trouve plus rien à faire et ça me gène… »

    @Anouk : c’est simple, je t’admire, moi je ne peux pas avoir ton détachement. une tache sur mon carrelage, j’en éprouve presque un malaise physique. C’est vraiment grave quand j’y pense.
    Quant à mon pseudo, je suis très portée sur l’Histoire Ancienne et plus particulièrement sur la Grèce Antique. Et je ne me lasse pas de l’oeuvre magistrale d’Homère.

    @Marylène Sud : ce que tu dis, tes angoisses, je sais ce que c’est.
    Là, je prends quelques minutes pour vous répondre, car mon mari vient de partir et aujourd’hui c’est off (soi-disant). Mais il ya cinq minutes, nous parlions du recrutement du personnel pour un nouveau projet, j’ai fait des vérifications sur un dossier avec le cabinet comptable et l’avocat, je dois rappeler le paysagiste (fontaine cassée par le gel), déposer les chèques de la société etc, etc, etc…. Et normalement, c’est repos parce que nous bossons tous les WE.
    J’envie ton changement de cap. Je me donne encore cinq ans pour passer le pas.

    @Baboucha : je dois encore avouer un défaut, j’ai un côté bio et Brigitte Bardot très prononcé. En ce moment, je casse les pieds de mon primeur pour qu’il me livre que les fruits et légumes qui viennent de régions peu éloignées. sinon, depuis très longtemps, j’utilise des produits bio.
    Avec les animaux, je suis infernale : une vraie mémé à son chienchien.

    @kro : je crains que tu ne sois atteinte du même syndrome! :-))) En effet, commence la rébellion!

    @Caragoule : tes questions ne me dérange pas.
    Tout d’abord, il faut que tu saches que le stress, je vis avec en permanence. C’est mon carburant et c’est aussi un bénéfice car c’est ce qui m’empêche de grossir malgré les tonnes de nourriture que j’ingurgite. Mon mari me dit que je suis « un ventre sur pattes » et les femmes qui m’entourent sont souvent très agacée par cette faculté. En même temps, je fais du sport et je mange en grande quantité mais assez équilibré.
    Pour l’imprévu, il est clair que si c’est une grosse galère qui arrive après une journée bien chargée, je peux partir en vrilles (mais dans mon coin). Puis je me pose et je gère : je me suis déjà vu gérer une très très grosse galère professionnelle, alors que je n’avais pas dormi depuis 72 heures, ni rien mangé depuis 24 heures, avec trois lignes téléphoniques en permanence entre la France, l’Italie et les Etats-Unis. J’ai réussi car j’ai un grand secret : je suis méthodique. Et puis, je n’ai pas le choix. C’est tout.
    Sinon, toute mon organisation vise à avoir le moins d’imprévu.
    Quant aux imprévus agréables… je te rassure, je les gère avec grand bonheur!!!!
    En revanche, j’aime le changement et je suis très rockn’roll de ce côté là. Plus que mon mari d’ailleurs. Je le tanne pour que nous étendions notre activité à l’étranger, il renacle.
    Il a des propositions pour Londres, Dubaï qu’il refuse en permanence.
    Je change souvent la décoration, engage des travaux alors que tout vient d’être fini, j’aime quand ça bouge. Je suis toujours partante pour les trucs un peu fous.
    Je suis perfectionniste, j’aime que tout soit nickel, quand je fais quelque chose je le fais toujours au mieux, mais j’adore le changement (que j’ai programmé bien sûr!).

  • #144 Hécube le 15 janvier 2009 à 15 h 34 min

    @Cécile de Brest : je suis la reine du déménagement. il faut dire que j’en ai vécu un certain nombre avec mes parents et grands parents. Donc je suis au point. Pour moi, c’est une occasion imparable de faire du tri vertical.

    @Caragoule, Laurettebis, Baboucha : les filles je vous remercie de m’avoir fait prendre conscience de ce paradoxe incroyable chez moi : je suis maladivement perfectionniste et organisée mais j’aime le changement. En même temps, je suis très sous-préfète mais je porte des santiags en python pour un Rv avec l’évêque du diocèse.

  • #145 Cagaroule le 15 janvier 2009 à 15 h 47 min

    Je cogite moi aussi pas mal grâce à cet échange ! :-) Donc merci à toi ! Et à vous toutes !

  • #146 Cagaroule le 15 janvier 2009 à 15 h 49 min

    (Tu as assumé les santiags ? Parce que moi j’ai fait Converse jeans tee shirt Bambi récemment pour un congrès très pro, et je ne faisais pas la fière… J’étais déjà la plus jeune alors là…
    A ma décharge je ne devais pas y aller mais pilule dure à avaler ! D’ailleurs je n’ai pas remis une seule fois mon jeans pour aller bosser !!!!! :-))) )

  • #147 baboucha le 15 janvier 2009 à 15 h 55 min

    Hécube je suis aussi paradoxale, mais presque le contraire de toi ;-)
    je ne suis pas très perfectionniste, pas maniaque, mon chéri fait le ménage mieux que moi, MAIS je déteste le changement…
    en revanche comme toi j’adore voyager… si j’ai mon petit pied à terre qui m’attend bien sagement comme une bouée au retour!

  • #148 Cécile de Brest le 15 janvier 2009 à 16 h 04 min

    Oui, mais à la base, ça ne vous perturbe pas de changer de maison ?
    Moi, j’ai l’impression de n’être nulle part chez moi et c’est assez désagréable comme sensation. Je suis dans ma maison depuis 5 mois, je vais essayer de changer parce que ça ne nous convient pas, mais vous voyez, ce que je veux dire, 6 mois ici, 6 moi là, dans des murs qui ne vous appartiennent pas et dont on ne peut pas faire ce que l’on veut, ce n’est pas évident.

    Sans parler du ménage à refaire à chaque fois que l’on quitte un logement et que l’on entre dans un autre ;-))

  • #149 Cagaroule le 15 janvier 2009 à 16 h 07 min

    Non ça ne me perturbe pas… Peut être parce que ma maison c’est chez mes parents qui ne changent pas de maison !!! :-)))

  • #150 Hélène le 15 janvier 2009 à 17 h 11 min

    Cécile perso je déteste donc déménager, et j’espère bien rester où je suis jusqu’à la fin de mes jours, si c’est possible ! ;-)

    baboucha décidément on est pareilles : pas du tout perfectionnistes, mais pas du tout portées sur le changement ;-) C’est marrant, une telle similitude sur des trucs aussi contradictoires !

  • #151 Hécube le 15 janvier 2009 à 17 h 19 min

    @Caragoule : Avec l’âge j’assume beaucoup mes « folies vestimentaires ». Ma seule limite : ne JAMAIS être vulgaire.
    Mon mari rigole beaucoup avec ça, mais lui aussi est très décalé par rapport à sa profession.
    En même temps, JE NE PEUX PAS sortir avec un sac et des chaussures dépareillés. Ou de la lingerie dissociée.

    @Cécile de Brest : j’adore changer, mais je détesterai ne pas être chez moi, au sens juridique du terme. J’ai un gros atavisme (certainement le côté breton terrien de mes origines), je ne peux pas louer quelque chose. A chaque changement, j’achète sinon, en effet, je ne peux pas m’approprier l’espace et faire la déco.
    Pour les travaux, on avait acheter une caravane et on campait sur le chantier. Impossible de louer un appart à côté. Je préfère des conditions précaires mais être chez moi. Même si c’est une cabane.
    Dans ton cas, j’imagine que tu ne peux pas faire autrement et je comprends ton mal être.

  • #152 globulita le 15 janvier 2009 à 17 h 45 min

    Eh, merci Hécube pour ce très chouette texte. Moi, je t’admire. Vraiment. Ces personnes qui s’investissent dans 3 millions d’activités sont pour moi des extra-terrestres et j’aimerais leur ressembler. Etre ambitieuse. En vouloir sur tous les fronts. Qui sont de bonnes professionnelles, des mères attentives, des copines disponibles et dynamiques, etc, etc. Et en plus, je viens de lire qu’en plus, tu es rock’n roll… Tss..

    Mariondine au commentaire 113 a écrit « Par exemple si on est paresseuse, il ne faut pas chercher à être wonderwoman mais à faire le minimum vital. » . Merci de soulever cette question car je pense qu’entre les « fainéantes » et les « hyper-actives », on n’a pas toutes le même capital d’énergie et que jamais, je ne serais comme Hécube, même si je le voulais…

    Moi marmotte léthargique. Enfin, je force un peu le trait mais je ne suis pas si loin de la réalité, par exemple j’ai besoin de beaucoup dormir. Donc, en général, le week-end, j’émerge vers midi, même si je ne me suis pas couchée très tard (un tour d’horloge de dodo, pas de problème!).

    J’essaie d’habiter le plus près possible de mon boulot pour me lever le plus tard possible et être très vite à la maison en fin de journée (ou au bistro ou dans les magasins).

    J’aime bien mon travail mais ce n’est pas ma passion (y’a qu’à voir ce que je suis en train de faire…). Et évidemment que je ne travaille pas à plein temps, 5 jours par semaine, c’est beaucoup trop. Et mon jour de congé, ce n’est pas pour m’occuper de ma famille nombreuse vu que je n’ai pas d’enfant, c’est pour avoir la même activité que mon chat…

    J’ai une vie sociale très satisfaisante, plein de potes et de vrais amis mais je suis une vraie quiche pour garder contact ou faire des cadeaux. Bon, je n’ai pas peur d’inviter des gens mais ce n’est pas dit que je ferais le ménage et la vaisselle le lendemain…

    Je ne me maquille pas le matin (15 minutes de sommeil, c’est sacré et même sans me maquiller, j’arrive en retard). Je m’habille comme un sac pour aller bosser, je prends le truc en dessus de la pile.

    Je pourrais illustrer ma paresse légendaire par 1000 exemples mais ce n’est pas le but. Hélène disait tout à fait assumer sa légereté d’être, je sais pas comment l’appeler, car pour elle, le plus important, c’est de profiter de la vie (je résume très mal, désolée) et de ne pas se forcer. Et à lire vos commentaires, j’ai l’impression qu’il en ressortait (en schématisant à mort désolée encore) que les hyperactives avaient un problème et ne savaient pas lâcher prise et que les « nonchalantes » avaient tout compris à la vie.

    Ce que je veux dire par mon commentaire, pas très clair je l’admet, c’est qu’on peut également ne pas assumer de ne pas être très énergique. Et culpabiliser très fort de procratiner plein de trucs. Je fais du sport. Un petit peu. Du bénévolat. Mais pas trop. Si par hasard, j’ai qqch tous les soirs une semaine, je me réjouis de ma prochaine soirée à la maison à rien faire (si! regarder Desperate Housewives). Je dois me forcer pour faire ces activités, ça m’embête d’y aller. Mais je le fais pour moi. Car une fois sur place, j’ai énormément de plaisir et après, je suis fière de moi.

    Si je me laisse complètement aller, je me sens pas bien, j’ai l’impression d’être molle et inutile, la vraie flaque d’appartement. Donc, pour mon équilibre, je dois me forcer à être un peu dynamique, à sortir, faire du sport, etc.

    Par contre, le changement, pas de problème! J’aime pas faire les cartons (= trier son bordel, pff…) mais j’aime bien investir un nouveau lieu, un nouveau quartier. Comme quoi, chacune sa croix…

  • #153 globulita le 15 janvier 2009 à 17 h 47 min

    Oups, je m’étais pas rendue compte de la longueur de ma tartine (je l’avais commencé en début d’a-m et vu que des fois, je dois faire semblant de travailler, j’ai écrit bout par bout, sans me rendre compte que c’était un peu indigeste)…. Sorry…

  • #154 Hélène le 15 janvier 2009 à 17 h 50 min

    Ne sois pas désolée globulita, je trouve ce que tu dis très intéressnt. Je te ressemble énormément et ce que tu dis sur le fait de ne pas se sentir super bien d’être aussi peu énergique, je le ressens aussi très facilement.

  • #155 Hélène le 15 janvier 2009 à 17 h 51 min

    Cela dit, pour le boulot j’étais comme toi tant que j’étais salariée. Depuis que je ne le suis plus, ma vie et mon rapprot au travail ont a complètement changé. Donc ça dépend vraiment de pour qui on bosse. Quand on bosse pour soi, ça change tout.

  • #156 Cécile de Brest le 15 janvier 2009 à 17 h 58 min

    @ Hécube : voilà, c’est exactement ça ! Il ne m’est pas pénible de changer de maison si la maison en question m’appartient, que je peux m’investir dans la déco ou éventuellement la rénovation.
    Le problème pour moi, c’est que les logements que nous occupons, nous devons les rendre exactement dans l’état où nous l’avons eu, sinon, gare !! Et du coup, c’est moyen bof parce que j’adore m’occuper de nous fabriquer un petit nid. Du coup, dans les conditions actuelles, je fais tant bien que mal ;-))

    Je plussoie à mort pour le sac et les chaussures assortis et bien sûr pour la lingerie, mais tu le savais déjà ;-)))

  • #157 Claire le 15 janvier 2009 à 22 h 37 min

    Ca me rappelle Britney Spears, les larmes aux yeux, disant que sa vie et son comportement etaient juges completement « incontrolables » alors qu’en fait, ses actes « bizarres » provenaient d’une vie beaucoup trop CONTROLEE, au contraire : il lui manquait de la spontaneite, de la legerete, de l’amusement…
    A vouloir etre parfaite et plaire aux autres en s’oubliant, on termine la boule a zero, attention !!!
    :-P
    Bises a toi et bon courage – mais tu es bien partie, je pense.

  • #158 lily le 15 janvier 2009 à 22 h 59 min

    Je découvre que la conversation est ininterrompue sur ce post :-) il faut dire que ça parle à la fois aux hyperactives et aux marmottes »flaque d’appartement »(pour reprendre l’expression plus haut)…et celles qui oscillent entre les deux, selon les jours..bref c’est très fédérateur ;-)

    Baboucha j’ai eu peur que tu aies mal pris mon com sur l’énervement que me suggérait Susan (dans DH) mais finalement je comprends que non et que peut-être nous aurons même droit à un texte de toi dans « à toi lectrice »…Alors je ne regrette pas mon petit hors-sujet ;-) Je n’ai pas connu la situation en tant que personne, en revanche j’ai une amie qui l’a vécu et vraiment il y a des séquelles des années après. J’aimerais lire ton témoignage car apparemment toi tu as connu ça « en direct »…

    Et de nouveau : courage Hécube :-)

  • #159 Hécube le 16 janvier 2009 à 12 h 25 min

    @Claire : heureusement que j’ai pris conscience de certaines choses. Mon mari n’apprécierait pas la boule à zéro… Moi non plus, d’ailleurs! :-))) et merci pour tes encouragements.

    @Lily : Merci!!!!

  • #160 Cagaroule le 16 janvier 2009 à 12 h 30 min

    Vulgaire avec Bambi ça allait j’ai pas pris trop de risques !! :-))

  • #161 Hécube le 16 janvier 2009 à 15 h 13 min

    @Caragoule : j’aurais bien aimer voir ça !!!! J’imagine la tête des gens. :-)))) tu verras, avec l’âge, tu prendras de l’assurance.

  • #162 jenny le 16 janvier 2009 à 19 h 42 min

    on est imparfaite mais c’est ce qui nous fait humaine!
    et pourtant la ce soir retrant d’une journée pourrie dans tous les sens possible et inimaginable j’aimerai etre parfaite!

  • #163 dola le 16 janvier 2009 à 20 h 58 min

    Je l’ai lu ce billet avec beaucoup d’intérêt sans avoir le temps d’y participer ( j’étais en déplacement une grosse partie de mercredi et le soir à une réunion d’anciens élèves dont je suis vice-présidente…).
    Il y a certains points dans lesquels je fais preuve d’un bon lâcher prise , bon en fait surtout ce qui concerne le ménage mais sinon je me retrouve dans ta description.

    depuis que j’ai les enfants surtout !
    Je fais souvent beaucoup de choses, je tiens à avoir des moments sympas avec mes enfants ( autres que bain-lit-école), à passer du temps avec mon mari, à avoir mes moments seule, voir mes amis , tout ça en plus des choses à faire mais moins drôles : rdv chez le médecin pour les enfants et moi, remplir les papier, organiser les vacances.
    Et j’ai du mal à me poser et j’ai le sentiment que mes journées sont trop courtes…J’ai un longue liste de livres à lire, d’endroits à voir etc.
    Si j’avais une fée sous la main je voudrais pouvoir lui demander de n’avoir besoin que de 3 heures par nuit pour être en forme.
    Je ne sais pas si je suis perfectionniste mais je ne veux renoncer à rien (plutôt mourir que du faire du Picard à mes invités, et puis pour Noel je fais des paniers gourmands à mes proches etc.. au lieu d’aller acheter des chocolats ..)
    En vacances j’ai des fourmis dans les jambes si mon homme « traîne » trop le matin alors qu’il y a tant de choses à voir et à faire….mais je me soigne, sinon je le stresse !

    Même au boulot, je peux avoir un côté irréprochable-employée du mois qui énerve les autres…Je suis plutôt organisée et comme tu dis ça joue pour gérer plein de choses en même temps.

    Une dernière chose ! je suis hyper impatiente et rien de me contrarie plus que du temps perdu, quand je me retrouve à attendre et que je n’ai ni livre , ni lecteur MP3, j’enrage..

    A côté de ça j’adore le changement, là ça fait 5 ans qu’on a acheté l’appart et j’ai des envie de changement, je refais les plans des pièces, change la disposition des meubles, change les couleurs des coussins ..prévoit de faire la salle de bain.
    J’adore déménager m’installer dans un lieu nouveau, étudiante j’ai beaucoup bougé, et je m’approprie très vite un lieu.
    ça me dépasse ( sans jugement hein ) qu’on puisse aller en vacances au même endroit toute sa vie.
    Je change de côté dans le lit aussi…

    Bref je fais une tartine mais grâce à vos expérience je me rends compte qu’il faut être vigilente si je ne veux me retrouver dans une spirale infernale !

  • #164 baboucha le 17 janvier 2009 à 12 h 10 min

    Lily je vais y penser à ce petit témoignage,
    ça me fera du bien de le dire, et surtout de lire d’autres expériences…

    En ce qui concerne Suzan mon chéri la déteste aussi et pourtant sa maman est une parfaite gentille mère au foyer… elle l’éneeeeeeeeeeerve ;-)))

  • #165 Hécube le 17 janvier 2009 à 15 h 02 min

    @jenny : il est en effet difficile de rester « humaine » quand on a besoin de tout contrôler. On devient même « inhumaine » avec soi-même, ce qui est le comble.
    Quant à être parfaite quand tu rentres de ta journée pourrie, et bien c’est de l’entraînement et de l’organisation. Par ailleurs, grâce à Hélène et à ses conseils, j’ai un maquillage encore tout à fait acceptable, même en rentrant de la fameuse journée pourrie.

    @Dola : l’organisation est vraiment le secret.
    Comme toi, pas de temps mort, j’anticipe tout en permanence, j’ai un livre en permanence sur moi pour les « temps morts obligés », sinon, je gère mes mails, mes appels téléphoniques pendant que je suis en voiture dans les embouteillages.
    Chaque déplacement est rentabilisé et je suis la reine de la liste afin de ne rien oublier.
    Comme toi, avec les autres, je suis toujours dans le souci de faire au mieux : des chocolats pour Noël, mais quelle horreur, voyons! Tous les ans, je cherche une idée originale pour montrer aux gens que j’ai vraiment pensé à eux, que j’ai pris le temps de me demander ce qui leur ferait plaisir. Dès que j’ai un indice dans une conversation, je note sur la fiche de mon palm, comme je note les prénoms des enfants, du mari, du chien. Chez tous nos fournisseurs, je connais les prénoms des hotesses d’accueil, des secrétaires et surtout des comptables!!!
    Alors, je sais que je ne me referai pas, mais en effet, j’essaie de lâcher sur certains points.

  • #166 Hélène le 17 janvier 2009 à 15 h 22 min

    Ben oui mais des gens aussi attentionnés aux autres que tu l’es, Hécube, c’est drôlement agréable !

  • #167 Hécube le 17 janvier 2009 à 16 h 06 min

    @Hélène : merci du fond du coeur…

  • #168 henadi le 19 janvier 2009 à 11 h 40 min

    Je ne me fais pas de souci pour ta « déwonderwomanisation » (terme repris mais si joli!), tu ne finiras pas la boule à zéro à la Britney…. Déjà parce que tu es fondamentalement POSITIVE!!! et puis en prenant conscience de cet aspect de toi même (avec lequel tu vivais pourtant depuis toujours et sur lequel même tu basais une bonne partie de ton identité) tu l’as fait avec humour et autodérision (j’ai bien ri au passage et je t’encourage très fort à écrire je suis sûre que ce serat trucculent à lire) ce qui montre que tu as fait le premier pas de lacher prise!
    Je ne me fais pas de souci non plus, parce que malgré tout ce rythme, ce stress et cette auto pression, tu es restée très humaine, attentive aux autres et affectueuse, j’en prends pour preuve un mari aimant, et des amis présents et aimants aussi. Ce serait pas le cas, ils auraient déjà tous fuit…en patagonie ;)
    En anecdote, je dirai que j’adorerai avoir le look blonde chic « page glacée » et dans mes « bonnes résolutions » 2009, j’ai pris celle d’être un peu plus chic avec constance, disons. Donc le 02 janvier rdv chez la manicuriste où je me fais poser des faux ongles (et puis soyons fou avec un peu de strass :) et fière comme « un pou sur le cou d’un cochon » ( les filles vous êtes toutes des mines d’or de bons mots), je rentre, mon mari très gentil me dit « c’est bien mais çà fait pétasse! » °_° glurps!!! :(((( le pire : à peine une semaine après, malgré une aide ménagère et un lave vaisselle, j’avais déjà écaillé les 2 pouces que j’ai donc dû refaire. Et au final, j’ai tenu 17 jours pour en casser un. Donc je renonce je vais me les faire enlever demain… Je vais rester blonde patachonne aux ongles courts et les listes doivent raccourcir et ne contenir que du VITAL!!!! Après tout c’est vrai , j’ai déjà suffisament à me coltiner pour réussir à pondre un petit monstre, amour de mes jours, pour m’ajouter un autre stress…non mais…
    En attendant bonne lutte avec ce qui au final ne seront plus que de mauvaises habitudes.

  • #169 Hécube le 19 janvier 2009 à 18 h 14 min

    @henadi : merci de tes compliments sur mon texte. D’ailleurs, tous vos compliments me poussent à me poser des questions. Devrais-je essayer de me lancer dans l’écriture? Quand je dis écriture, attention, je parle d’écriture légère, pas de littérature sérieuse. Qui sait? Dans quelques temps, entre deux projets de boulot?

    Pour les ongles, j’avoue que j’ai trouvé la perle. Mais la quête a été très longue et semée d’embûches (on dirait Lancelot à la poursuite du Graal!). Bref, depuis, je garde des ongles impeccables pendant trois semaines.

  • #170 Nathilou le 20 janvier 2009 à 15 h 35 min

    Hécube : au cas où … en cours une émission sur Europe 1 sur le thème. traitée de façon plutôt sympa. c’est maintenant et jusqu’à 16h.

  • #171 Nathilou le 20 janvier 2009 à 15 h 38 min

    PS le titre est trompeur … ça évoque l’organisation mais en fait avec la psy invitée c’est plutôt sur le thème de la pression qu’on se met nous-même.

  • #172 Hécube le 20 janvier 2009 à 17 h 16 min

    @Nathilou : merci du tuyau. J’écouterai l’émission sur le net ce soir, en rentrant du travail.

    Comme je pense que c’est un des derniers commentaires, j’en profite pour vous remercier toutes du fond du coeur de vos réactions chaleureuses, de vos conseils, des sujets de réflexion dont vous avez étoffés ce sujet et de vos compliments sur la forme. :-)))

    @Hélène : encore un grand merci d’avoir publié ce billet. Merci aussi de nous apporter cet espace d’échanges et de complicité.

  • #173 Hélène le 20 janvier 2009 à 17 h 43 min

    Je t’en prie Hécube, c’est toujours un plaisir ;-)

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.