Une année hors du temps, par MaO

1 avril 2009

« Une douleur qui s’installe, au niveau du nerf sciatique, les résultats d’un scanner et le monde qui s’écroule soudain sous mes pieds : « Mademoiselle vous avez un cancer ». Un lymphome plus précisément.

Voilà, j’ai trente ans et des (grosses) poussières, j’ai toujours essayé de manger sainement, voire bio, de faire attention aux parabens et à l’huile hydrogénée, aucun antécédent familial, une santé de fer (jusqu’à présent) mais ça m’est tombé dessus quand même. Comme quoi.

J’ai à peine le temps de me faire à cette idée qu’il faut que je prévienne mes proches. Première leçon : surtout leur apprendre la nouvelle en douceur. Très vite je me rends compte que c’est sur moi que retombe le poids de leurs doutes et de leurs peurs. Et le plus souvent c’est à moi de leur remonter le moral. Un comble !

Le bon coté de ce cancer c’est qu’il se guérit. Merci docteur, c’est grâce à cette bonne nouvelle que je n’ai jamais perdu le moral, ni le sourire. Mais à quel prix !

Et je ne te parle même pas du trou de la Sécu : le petit fossé là, à gauche, c’est moi qui l’ai creusé.

J’ai donc eu droit à de la chimiothérapie. Les « cures » comme ils disent. Au début tu vas encore bien, c’est assez sympa. Tu ne bosses pas, tu pètes le feu, t’en profites pour faire les boutiques en pleine semaine quand il n’y a personne et pour voir des potes. La perte des cheveux n’est rien. Au contraire, je n’ai jamais été aussi bien coiffée qu’avec ma perruque : plus de batailles avec le lisseur tous les matins, déjà c’est énorme. Les sourcils c’est plus délicat, heureusement avec un bon pinceau biseauté et le brun de MAC on s’en sort très bien. Et pour le reste, plus besoin de s’épiler, c’est quand même génial.

Mais au bout de quelques mois, c’est le retour de bâton de l’Effet Secondaire. Le fameux. Celui qui donne des nausées et des diarrhées. J’ai perdu 12 kilos et je n’ai jamais passé autant de temps aux toilettes de ma vie. Et puis la fatigue, une fatigue considérable. À ne plus pouvoir se lever du canapé. À tel point qu’on doit parfois chercher bien au fond de soi des raisons de se battre, parce que cela semble alors si facile de se laisser couler.

J’ai eu de la chance ; mes parents, mon amoureux, mes amis, mes collègues de boulot, ils ont tous été là tout le temps. Je n’ai perdu personne en route, au contraire, ils m’ont tous entourée, soutenue et aidée.

Aujourd’hui, après un an vécu hors du temps, au rythme des hauts et des bas causés par les effets secondaires des chimios, c’est terminé. Enfin !

[Je n’ai pas écrit ce texte pour me faire plaindre, mais parce que je sais bien que malheureusement nous avons tous autour de nous quelqu’un de touché par la maladie, je veux juste vous dire qu’on n’en est pas moins toujours du coté des vivants, qu’on peut s’en sortir et qu’il ne faut jamais baisser les bras et continuer le plus possible de vivre normalement.]

Signé : MaO »

87 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

87 commentaires

  • #1 Gallïane le 1 avril 2009 à 8 h 34 min

    Heureuse d’apprendre la bonne nouvelle, je pensais à toi il n’y a pas longtemps et je me demandais justement où tu en étais !

  • #2 iibelle le 1 avril 2009 à 8 h 36 min

    rhoo tu me rappelle des choses : déjà l’année hors du temps et puis aussi les proches qu’il faut soutenir. moi c’était en 99, j’avais 36 ans, un cancer du sein, opération – rayons – chimios.

    aujourd’hui j’en parle, même si j’obtiens le plus souvent un silence gêné et au moins une fois cela a servi : la mère d’un ami de mes fils a dit qu’elle y était allée plus facilement en sachant que j’en étais sortie.

  • #3 coxynell le 1 avril 2009 à 8 h 40 min

    Ce texte, j’aurais pu l’écrire aussi… Sauf que pour moi, c’était cancer du sein à 31 ans, et que je n’ai pas perdu 12 kg… je les ai pris!

    Bon retour dans la vie normale, tu vas voir, on oublie très vite ;-)

  • #4 Chantal le 1 avril 2009 à 8 h 59 min

    MaO, ça fait du bien de lire ton témoignage et de savoir qu’en se battant, à force de volonté, d’amour autour de soi et aussi des progrès dans le domaine, on peut s’en sortir aussi bien que toi; je te souhaite de tout cœur que ce ne soient bientôt que de mauvais souvenirs lointains et de poursuivre ton beau chemin de vie, toujours aussi bien accompagnée: je t’embrasse ;))))

  • #5 Fanchette le 1 avril 2009 à 9 h 08 min

    MaO je suis très touchée de lire ton histoire et heureuse de savoir que tout va bien maintenant pour toi.
    Je pense à une amie qui lutte actuellement et ça me rassure de te lire. Merci.

  • #6 Clémentine le 1 avril 2009 à 9 h 19 min

    Bravo et félicitations pour ton courage et ta guérison Mao !

    Je t’avoue que la première partie du récit de ta « cure » m’a fait sourire ! Tu dois être une nana sacrément costaude pour prendre aussi bien le fait de perdre tes cheveux !!!

  • #7 Titburette le 1 avril 2009 à 9 h 20 min

    Ton texte est très beau, touchant, plein d’espoir mais réaliste et je crois que c’est le plus important… Ravie de lire que tes proches ont fini par réussir à t’apporter tout le soutien dont tu avais besoin!

  • #8 Mélanie le 1 avril 2009 à 9 h 21 min

    Merci pour ce texte sobre et efficace.

  • #9 Nicole le 1 avril 2009 à 9 h 24 min

    Ah, MaO!! Ravie de te savoir sortie d’affaire!!! Tu as eu raison de croire en toi et en ta guérison, ça a payé!!!
    Je te souhaite une bonne continuation et une vie heureuse!

  • #10 FraiseDesBois le 1 avril 2009 à 9 h 29 min

    Merci de ce joli témoignage, une amie en sors(27ans crabe du sein) et elle aussi à choisi de garder fortement espoir et de voir le bon coté des choses. Elle s’amuse avec les perruques, profite (quand la faitigue n’est pas trop présente) du temps libre pour faire des choses que la vie active ne permet pas toujours. Résultat chimio moins longue que prévu et elle ne perdra pas son sein. Comme quoi le mental doit beaucoup jouer pour la rémission.

    Encore merci pour ce joli texte sans patos

  • #11 Molly le 1 avril 2009 à 9 h 32 min

    Je suis contente que tu ailles mieux, c’est rassurant de savoir que des gens s’en sortent.

  • #12 Nat75 le 1 avril 2009 à 9 h 33 min

    Bravo pour ce texte plein d’espoir ….
    Je trouve que les personnes atteintes de cancer jeunes osent un peu plus en parler qu’avant c’est une impression de ma part ou bien y en a t il de plus en plus ?
    Beaucoup de courage pour toutes celles qui luttent et bonne journée à toutes

  • #13 Svetlana le 1 avril 2009 à 9 h 36 min

    Pareil, je ne retiens de ce texte que l’espoir : on peut s’en sortir. Et la manière dont tu en parles à l’air tellement saine… :) Contente que tu soies guérie, et merci de le faire partager…

  • #14 Aude Nectar le 1 avril 2009 à 9 h 49 min

    Le soutien des proches doit être très précieux dans ces moments difficiles.
    Heureuse que tu ailles mieux, quel courage !

    Quelle épreuve..

  • #15 Spike le 1 avril 2009 à 9 h 50 min

    Il n’y pas de règle pour avoir un cancer: tu peux avoir une hygiène de vie parfaite, éviter tous les parabens que tu veux, les huiles hydrogénées, la clope et l’alcool… ça tombe sur n’importe qui, ça tue n’importe qui aussi. Finalement, à quoi bon faire gaffe à tout puisqu’au final, on l’aura tous notre petit cancer…
    J’ai une vision très désabusée de cette maladie en fait… depuis que j’ai dû vivre avec et perdre un être cher trop tôt. Parce que parfois, la volonté et l’amour des autres ne suffisent pas à surmonter cette maladie qui touche n’importe qui à tout âge, peu importe cette fameuse hygiène de vie.
    Bravo à toi de t’en être sortie… j’admire profondément les gens qui ont le courage de ne pas baisser les bras. Je sais à quel point les chimios sont dures.

  • #16 porteverte le 1 avril 2009 à 9 h 55 min

    En plein dedans, MaO : tout le début de ton texte, je suis en train de le vivre ; pour la suite, je ne sais pas encore. A priori pas de chimio, mais une surveillance tellement serrée que tu passes par tous les états du flip dans les intervalles entre les examens et les résultats.

    J’aime beaucoup ce que tu dis du soutien qu’on doit finalement apporter soi-même aux proches ; tes enfants, si tu en as, doivent être encore petits ; les miens sont grands et ils questionnent : pas toujours facile de les rassurer ;-)

    Moi, la première choses que je me suis dite, c’est ; « déjà mon tour ? », la deuxième, c’est : « merde, ils ont encore besoin de moi » et les suivantes : « Saurais-je choisir le moment pour tirer ma révérence ? Et serai-je alors assez forte pour le faire ? »

  • #17 blondie le 1 avril 2009 à 10 h 04 min

    Bonjour,
    Je lis ton blog depuis peu de temps (la passion du maquillage et de mac en particulier je présume…). Bravo pour ton courage, pour cette prise de recul phénomenale, pour cette simplicité avec laquelle tu racontes quelque chose de grave. Tu donnes de l’espoir aux personnes qui sont en plein dedans, alors chapeau!
    A bientot
    Blondie

  • #18 Hélène le 1 avril 2009 à 10 h 35 min

    blondie sois la bienvenue, mais ce n’est pas moi qui ai écrit ce texte, c’est MaO ;-) Le mercredi, c’est vous qui écrivez.

    porteverte je t’envoie plein d’ondes de courage et d’anti-angoisse, de tout mon coeur.

    En ce moment il y a une pub de la ligue de la lutte contre le cancer dans les abribus de Paris, il y a juste une phrase : « bientôt on vous dira : ne vous inquiétez pas, c’est un cancer ».
    Croisons les doigt pour que la recherche aille toujours plus vite.

  • #19 patounettechatte le 1 avril 2009 à 10 h 41 min

    Bonjour,

    Cela fait du bien de lire ton témoignage, oui.

  • #20 Gene le 1 avril 2009 à 10 h 54 min

    Cela me ramène 3, presque 4 ans en arrière. Une sensation bizarre, des petites lampes d’alarme qui clignotent « attention, ton corps ne va pas bien »… mais on continue à avancer jusqu’au jour où le couperet tombe : tumeur à la tête.

    Moi, la forteresse, le mur porteur de la famille, me voilà fissurée, ébréchée mais pas encore écroulée, les fondations sont solides !

    20 heures sur le billard, ça laisse des traces. A vie, je pense.

    Une récidive plus loin, je suis encore là. J’ai appris à vivre différemment, c’est-à-dire, au ralenti. Et aussi, sans goût ni odorat. Et avec 20 kg de plus. Et en ramenant les banalités à ce qu’elles valent vraiment. Et puis tant pis, JE VIS !

  • #21 pal le 1 avril 2009 à 10 h 54 min

    Je suis passée par là aussi il y a quelques années. Pas de chimio, mais de la radiothérapie qui m’a bien bousillé l’intérieur (ménopause précoce etc…), et deux ans plus tard, récidive, avec une opération lourde avec des conséquences assez invalidantes au quotidien.

    J’adhère totalement à ce que tu dis : j’ai vraiment eu l’impression de vivre un moment hors du temps, à côté de la vie, d’être immobile et perdue dans le vide, alors que les autres continuaient à avancer et à vivre autour de moi.

    Et porter le poids de la douleur et de l’angoisse des proches, c’est effectivement très lourd, à tel point que je n’en ai pas parlé à ma mère la 1ère fois : elle-même sortait d’un cancer, et j’ai eu peur qu’elle ne le supporte pas.
    Mais avec le recul, je pense que j’ai eu tort.
    En réalité, la 1ère fois, j’ai totalement refusé et occulté ce qui m’arrivait : je l’ai caché à beaucoup de gens, et surtout à moi même, j’ai nié la maldie et ses conséquences, j’ai voulu faire comme si de rien n’était. Et je l’ai finalement très mal vécu, à tel point que je ne me suis jamais sentie guérie, même si tous les médecins me disaient que c’était terminé, et qu’il y avait un risque quasi nul de récidive.. Tu parles…

    La 2ème fois, j’ai décidé d’affronter la bête au grand jour, face à face. Et paradoxalement, j’ai vécu ça de manière beaucoup plus sereine : j’ai accepté d’être malade, j’ai accepté les conséquences, et aujourd’hui, j’ai assumé et tourné la page.

    Cette mésaventure a révélé en moi une force que j’ignorais totalement, et j’en suis très fière : j’y ai gagné une assurance qui me faisait souvent défaut avant, parce que si j’ai réussi à me sortir de ça, je peux me sortir d’à peu près tout.

    J’apprécie vraiment tous les jours, le fait d’être toujours vivante, et j’essaie de profiter au maximum des gens que j’aime.

    La maladie a aussi renforcé mon couple. Mon mari a été extraordinaire, et je pense que le lien qui nous unit est indefectible (je sais, ça fait un peu eau de rose, mais c’est la vérité).

    Voila, j’ai été un peu longue, mais je veux dire à MaO qu’elle peut et qu’elle doit être fière d’elle, et aux autres que, oui, ça peut arriver à n’importe qui et à n’importe quel âge, mais qu’on s’en sort, pas toujours hélas, mais quand même de plus en plus souvent, et que cette cochonnerie peut aussi avoir, malgré tout, des conséquences positives.

  • #22 Super Marion Bros le 1 avril 2009 à 10 h 55 min

    C’est super que tu t’en sois sortie, avec de la chance, de la force d’âme et un bon entourage, il y a donc de l’espoir!
    Une amie proche vient de sortir d’un cancer du sein, 31 ans et deux petites filles, elle vivait au Japon et a dû rentrer en France pour être « au calme ». J’ai du mal à imaginer ce que l’on vit lorsqu’on est malade à ce point. J’imagine qu’on en sort peut-être plus « relaxé » par rapport à sa vie.
    Bonne continuation!

  • #23 louison le 1 avril 2009 à 10 h 58 min

    je suis concernée familialement et professionnellement par le sujet. dans à peine 50 ans une personne sur deux sera susceptible d’avoir un cancer. je ne dis pas mourir d’un cancer mais le porter. L’issue sera sans aucun doute de plus en plus heureuse, mais c’est pour dire qu’on ne sera sûrement pas épargné.
    et il faut penser à faire des bilans sanguins régulièrements, cela permet de dépister pleins de choses.

    et malgré tout, conserver une hygiène de vie correcte ca permet quand même d’éviter certaines maladies qui tuent tout autant comme celles qui sont cardiovasculaires.

    Désolée c’est un peu didactique mais je tenais à le dire.

  • #24 SONIA le 1 avril 2009 à 10 h 58 min

    Aaaahhh Mao… Comme ton blog m’a aidée dans les moments où j’étais down.
    Que ça m’a fait du bien de ne pas me sentir seule, et surtout de se dire : mais oui évidemment que je vais m’en sortir !
    Ce sentiment par rapport aux proches, oui je connais bien ;)
    La fatigue tout ça…
    Mais on est des ouinneuses non ?
    Enormes baisers glossés sur ta face !

  • #25 Lullaby Septante-Sept le 1 avril 2009 à 11 h 03 min

    Bravo pour ton courage MaO, et j’espère que tout ira bien pour toi.
    Je suis touchée de près aussi en ce moment, ma petite maman qui a toujours eu une vie hyper saine a une tumeur qui arrive « sans facteurs aggravants connus » à des gens qui ont fait tout ce qu’il fallait pour rester en bonne santé – et malheureusement c’est incurable.
    La maladie est injuste, et hélas ça n’arrive pas qu’aux autres, c’est ce que je me dis beaucoup en ce moment.
    Ca fait toucher de près l’importance de chaque jour, de chaque moment, et comme tu l’as dit, tant qu’on est malade on est encore vivant, il faut prendre un jour à la fois et ne pas baisser les bras même si c’est hyper difficile.

    Je te souhaite une belle vie et que ce cauchemar ne recommence jamais :-)

  • #26 Armalite le 1 avril 2009 à 11 h 05 min

    Cette maladie, c’est ma terreur n°2 après l’Alzheimer. Une de mes amies les plus proches en est morte l’an dernier après s’être longtemps et courageusement battue. J’espère que la recherche progressera très vite, et je souhaite plein de bonnes choses à celles qui s’en sont sorties.

  • #27 Véro la Bisontine le 1 avril 2009 à 11 h 25 min

    Alors là, moi je suis épatée!
    Par le témoignage de Mao, et de toutes celles qui sont passées par là.
    Il me semble que si cela m’arrivait, je serais tellement anéantie moralement, et angoissée, que je baisserais les bras…
    Je suis admirative que les personnes malades aient autant de courage…
    Parce que le soutien des proches, c’est important, mais il me semble que l’on est quand même sacrément seule avec sa maladie, dans ces moments là….

    Peut être que des forces insoupçonnées se révelent, dans de telles circonstances??

  • #28 porteverte le 1 avril 2009 à 11 h 36 min

    Merci, Hélène, dont le blog est devenu un de mes petits rayons de soleil quand l’angoisse est un peu trop lourde ;-)

  • #29 Vanbidibulle le 1 avril 2009 à 11 h 59 min

    MaO bravo pour ton courage, je te souhaite que tout cela ne soit plus qu’un vieux souvenir…
    Ma mère a également eu un lymphome il y a presque 2 ans, quand j’ai compris ce qu’elle avait (elle ne le disait qu’à demi-mots) mon petit monde s’est écroulé brutalement.
    Puis j’ai compris qu’elle allait s’en sortir et qu’il fallait l’aider pour que le mental suive durant la radiothérapie. Aujourd’hui elle va mieux heureusement.
    J’espère que la recherche avancera très vite…

  • #30 Jube le 1 avril 2009 à 12 h 16 min

    MaO je suis épatée par ton courage et par la façon dont tu nous relates ton histoire.
    Tu es une fille forte, ça fait énormément de bien de lire un texte aussi simple mais empreint d’une réalité crue. Je pense que tu donnes espoir à beaucoup de filles ici que l’on soit ou non concernées par cette maladie, alors un grand merci pour ça.
    Je te souhaite le meilleur pour la suite et une immense pensée à tout ceux et toutes celles qui doivent surmonter une telle épreuve.

  • #31 Lullaby Septante-Sept le 1 avril 2009 à 12 h 17 min

    Véro la Bisontine, je crois définitivement que dans ce cas on a des forces insoupçonnées qui se révèlent, parce qu’on est dans la danse et qu’il faut danser, pas le choix.

  • #32 sagattine le 1 avril 2009 à 12 h 26 min

    Je n’écrirai pas ce commentaire pour te plaindre, simplement pour saluer ton courage. Et espérer que les personnes touchées s’en sortiront.

  • #33 MaO le 1 avril 2009 à 12 h 30 min

    Gallïane: c’est fini de chez fini! Je suis en rémission complète comme ils disent et je reprends le boulot demain matin.

    Iibelle: Le cancer du sein frappe de plus en plus jeune hélas. Heureusement, maintenant on en guéri plus souvent.

    Coxynell: oui, on oublie très vite, heureusement!

    Chantal: merci. Et je pense aussi que la volonté et le moral joue énormément.

    Fanchette: de rien

    Clémentine: Vu le temps passé à les domestiquer tous les matins perdre mes cheveux n’a jamais été un souci. Au contraire, je rêve qu’ils repoussent bien raides et dociles… hélas, c’est mal parti ;-)

    Titburette et Nicole: merci

    Fraise des bois: ta copine à raison de profiter, finalement c’est précieux d’avoir du temps pour soi et pour se faire chouchouter et se faire plaisir (c’est le moment où jamais d’ailleurs)

    Molly, merci

    Nat75: j’ai aussi l’impression qu’il y en a de plus en plus

    Svetlana: j’ai effectivement voulu faire partager le message qu’on pouvait s’en sortir

    Aude Nectar: la présence des proches est importante. Surtout qu’on n’est pas vraiment au mieux de notre forme parfois et ça fait du bien d’avoir des amis qui sont là pour nous changer les idées.

    Spike: oui c’est dur. Mais j’ai souvent eu l’impression que c’était encore plus dur pour mes proches que pour moi.

    Porteverte: c’est bien le problème, c’est qu’on passe son temps à rassurer les proches. Les préparer au pire doit être très difficile.

    Blondie: Merci

    Hélène: oui croisons les doigts. Surtout que de plus plus de cancers (pris à temps) se soignent

    Patounettechatte: merci

    Gene. C’est vrai qu’on sent que ça va pas et qu’on retarde le moment fatidique de consulter un médecin. C’est vrai aussi qu’onvoit les choses autrement après. (j’ai eu la chance de ne pas passer sur le billard)

    Pal: je suis complètement d’accord avec toi. Et c’est vrai qu’il en ressort des choses positives.

    Super Marion Bros: je m’en suis sortie aussi grâce à un médecin formidable, qui n’a pas hésité à me changer de traitement lorsqu’il a vu que le premier n’était pas suffisant.

    Louison: c’est vrai que le nombre de cancer augmente et qu’une bonne hygiène de vie permet d’éviter pas mal de soucis.

    SONIA: oui, on est des sacrées ouineuses

    Lullaby: j’avoue que j’ai terriblement peur qu’un de mes proches ne tombe malade comme moi je l’ai été

    Armalyte: c’est vrai que les traitements sont très lourds mais on s’en sort de plus en plus. Espérons qu’il en soit de même un jour pour la maladie d’Alzheimer.

    Véro la Bisontine: Je te rassure, lorsque le verdict est tombé j’ai été anéantie. Et plus d’une fois alors que les traitements me laissaient dans un état de faiblesse inimaginable j’ai bien failli baisser les bras. Mais je crois qu’on a au fond de nous quelque chose qui nous pousse malgré tout à nous en sortir.

  • #34 Athéna le 1 avril 2009 à 12 h 35 min

    MaO, tu racontes ton histoire avec beaucoup de simplicité et de dignité, c’est très touchant de nous faire partager cette période de ta vie.
    Lullaby, Coxynell et PorteVerte, j’espère que nous saurons vous remonter le moral. mille pensées pour vous

  • #35 MaO le 1 avril 2009 à 12 h 35 min

    Vanbidibulle: j’espère aussi

    Sagattine et Jube: il n’y a pas beaucoup de courage là dedans, comme le dit si bien Lullaby dans le commentaire suivant: « on est dans la danse et il faut danser »

  • #36 Chantal le 1 avril 2009 à 12 h 37 min

    @porteverte: beaucoup de courage, de force, et d’ondes d’optimisme à toi (bats-toi, pour toi et pour tes « grands », ils ont encore besoin de toi, tu sais….;) je ne te connais pas beaucoup mais je sais par tes posts que tu as beaucoup d’humour, on doit avoir le même âge ou pas loin, et si tu veux, demande mon mail à Hélène, si ça peut alléger ton quotidien, je veux bien t’envoyer des coucous et autres clins d’oeil pour que cette saleté d’angoisse ne soit pas trop lourde;))) bises

  • #37 porteverte le 1 avril 2009 à 12 h 43 min

    @ Chantal : merci beaucoup ! Pour l’instant, pas de drame en vue, prochaine échéance, dans 3 mois ; en attendant, je vais revivre une vie normale, rebosser, et je pense que ça va bien m’aider ;-)

  • #38 porteverte le 1 avril 2009 à 12 h 44 min

    Mais chuuuut, je ne veux pas polluer le billet de MaO, je voulais juste lui dire qu’il a retenti particulièrement chez moi ;-)

  • #39 alice45 le 1 avril 2009 à 12 h 50 min

    Très beau témoignage, très émouvant.
    Le soutien des proches est tellement important! Pourtant, j’en connais qui se sont guéri-es tout-es seul-es.
    Quant au bio et autres, perso je n’y crois pas du tout. Tellement d’exemples qui montrent que ça peut toucher n’importe qui n’importe quand.
    Je suis heureuse de voir que tu vas bien.

  • #40 Miss Mag le 1 avril 2009 à 12 h 50 min

    Lymphome de Hodgkin à 24 ans. En rémission depuis 3 ans ! Je me suis parfaitement reconnue dans ton texte. Cela fait du bien de voir qu’on est pas seule, car nos proches, aussi fort nous aiment-ils, ne peuvent pas appréhender les choses de la même manière.
    Tu verras comme on oublie vite, une fois revenues à la « vie normale ».

  • #41 Lullaby Septante-Sept le 1 avril 2009 à 13 h 14 min

    @ athéna: pour moi en tous cas, être ici tous les jours et garder une part de futilité dans ma vie avec plein de gens sympas, ça fait énormément déjà! Et on a bien besoin de se changer les idées 5 minutes de temps en temps pour tenir le coup dans la durée…

  • #42 Diripouf le 1 avril 2009 à 13 h 16 min

    Merci a toi d’en parler ici MaO, ca montre en effet que ca peut se « finir » bien, et que cela touche vraiment plein, plein de monde…

    Il me semble que malheureusement en France, l’accompagnement des personnes malades n’est pas vraiment une priorite (si je me trompe, desolee – je connais pas trop le systeme francais)

    Ici en GB, il existe des assos super dynamiques et importantes qui contactent directement les gens des le diagnostic, et offrent une palette de trucs dementiels, du conseil sur comment en parler a ses enfants, du consil medical aussi d’anciens malades, mais aussi des infos pratique, du soutien moral et (ben voui, c’est la vie) des infirmieres benevoles pour d’eventuels soins palliatifs a domicile.

    Le plus important a mon sens, c’est que generalement ca cree des reseaux absolument geniaux, qui continuent bien au-dela de la maladie… Style quand je vois une « McMillan Cancer Support Night » dans un pub, j’y vais vite fait parce que c’est generalement la teuf jusqu’a pas d’heure, et on ne cherche meme pas vraiment a savoir qui est malade, qui ne l’est plus, qui est de la famille etc etc – ce sont juste des gens qui ont eu le malheur de faire un bout de chemin dans / a cote de la maladie, et qui veulent celebrer la vie, ensemble, devant une biere :)

    Et ca, c’est tellement, tellement chouette… MaO, un gros bisou, tu m’as tout l’air du genre de fille a celebrer la vie devant une biere aujourd’hui, apres tous ces remous !

  • #43 Hélène le 1 avril 2009 à 13 h 19 min

    Diripouf ce que tu racontes est dément, j’aime de plus en plus ce pays ;-)

  • #44 stell le 1 avril 2009 à 13 h 26 min

    Mao tu es es une sacrée bonne femme et on le dit peu mais la guérison se joue aussi au moral, tu as de la chance d’avoir un entourage qui soit resté car trop souvent encore les gens abandonnent leurs amis, on ne peux pas leur jeter la pierre.Je salue ton courage vraiment.

  • #45 princessevarda le 1 avril 2009 à 13 h 33 min

    Je suis heureuse, MaO de savoir que tu t’en sors.
    Bravo pour ton courage.

  • #46 Pimousse le 1 avril 2009 à 13 h 39 min

    Je trouve que tu en parles d’une manière très positive, au contraire, tu ne te plains pas du tout. Je trouve que tu as eu un sacré courage pour garder ton moral. Bravo !
    Ca me touche aussi car un de mes amis vient de découvrir son lymphome et comme tu le racontes, je trouve qu’il a du beaucoup remonter le moral de sa famille et de sa petite copine et ça n’était pas du tout l’inverse.

  • #47 MaO le 1 avril 2009 à 13 h 46 min

    @Porteverte: tu pollues rien du tout! Ca fait tellement de bien de pouvoir parler!

    @Alice45. Ca rassure de se dire je mange bio je crains rien. Mais c’est vrai que cette maladie peut toucher tout le monde

    Miss Mag: oui on oublie vite! et c’est tant mieux

    @Diripouf: il existe en france aussi des structures pour accompagner les malades. Au sein du milieu médical déjà (psy, assistantes sociales etc…) et il existe aussi des associations. Mais rien à voir avec ce que tu décris. Et c’est bien dommage parce qu’effectivement je n’aurai pas hésité à lever le coude en leur compagnie.
    En France c’est plutôt des réunions de malades qui décrivent leurs petites misères et en sortant tu n’as qu’une envie, te jeter sous le premier camion venu!

    @Stell: oui je mesure ma chance. Mais c’est vrai que ça n’a pas du être évident pour eux non plus de me voir diminuée et surtout dépérir jour après jour et je comprends ceux qui s’éloignent parce que ça demande un certain courage.

    @Princesse: merci!

  • #48 Vanessa le 1 avril 2009 à 13 h 47 min

    J’aime les déclarations d’espoir le matin en sortant du lit (je suis pas une flemmarde j’ai 5h de décalage). Quelle force, quelle courage… on devrait en prendre exemple.

  • #49 MissBrownie le 1 avril 2009 à 13 h 50 min

    MaO, je suis contente d’apprendre que tu as vaincu la maladie !

    Ce crabe est une sale bête qui peut se loger à tout pleins d’endroits différents dans le corps et qui parfois gagne la bataille.
    J’ai appris qu’avec les cancers du sein ou une leucémie, même quand on croit la maladie vaincue parfois elle revient plus forte, en détruisant tout …

    Jamais tu ne t’ais plains sur ton blog et je trouve ça admirable !

  • #50 Ode le 1 avril 2009 à 13 h 59 min

    MaO… Chapeau bas !!! je suis admirative…

    Depuis 1 an je milite pour le vaccin contre le papillomavirus responsable du cancer du col de l’utérus… Traité à temps (ça a été le cas pour moi cette année), il se soigne… Mais pris trop tard…
    Alors je profite de ce témoignage pour rappeler l’importance d’un frottis régulier !!! Et pour les jeunes filles concernées (de 14 à 21 ans) faites le vaccin ! Vous, mamans de jeunes filles, pensez à protéger vos filles !!
    Ma mère a eu ce cancer, je l’ai moi-même eu en stade 1 (donc peu sévère), cela nécessite quand même une intervention chirurgicale avec anesthésie générale (pas anodin quand même…).
    Alors pour qu’effectivement le cancer ne devienne « qu’un cancer » comme les pubs en ce moment, il faut se battre et prévenir !!!

    Voilà, petite (grande…) parenthèse un peu pragamatique, mais c’est tellement important.

    Et bon courage à toutes celles qui se battent, insi qu’à leur entourage, c’est avec des témoignages comme le tien MaO qu’on reprend indéniablement des forces !!!

  • #51 Aliçou le 1 avril 2009 à 14 h 13 min

    Il y a un autre cancers qu’il ne faut pas oublier les filles!
    Celui là, il se fait dépister tous les ans par son(sa) gynéco à l’aide d’un frottis : celui du col de l’utérus.
    Et plus on le prend à temps, plus on s’en sors bien!
    Le mien a été dépisté en 2004, au stade pré-cancéreux causé par un virus (ça faisait seulement 2 ans que je n’avais pas fait de frottis), j’ai eu droit à la fameuse conisation (on t’enlève le « morceau » malade). C’est pas un moment agréable mais quand on a que 24 ans et pas encore d’enfants çà rassure de savoir que notre fertilité ne sera pas remise en cause. Maintenant, je ne loupe pas un seul rdv chez ma gynéco et j’avoue que j’y vais avec la peur que çà recommence.
    Alors tout çà pour dire qu’il existe depuis peu un vaccin contre les principaux virus responsable de ce cancer. Il est destiné aux filles n’ayant pas encore eu de rapport sexuel ou depuis moins d’un an. Si vous en connaissez surtout conseillez leur de le faire, celà leur évitera bien des problèmes.
    Et à celles qui pensent que la gynéco n’est là que pour faire une ordonnance pour la pillule et que c’est pas la peine d’aller la voir puisque le médecin traitant peut bien la faire cette ordonnance, ben s’il vous plait, allez faire des frottis annuels, cela n’arrive pas qu’aux autres ni qu’aux vieilles!

    Et désolée d’être si moralisatrice, mais tous les cancers sont de tels saloperies pas facilement dépistables que quand on peut en éviter certains pourquoi s’en priver?

  • #52 Aliçou le 1 avril 2009 à 14 h 17 min

    Héhé Ode, tu as été + rapide que moi à rédiger ton com’
    C’était stade 4 pour moi (sur 5 stades)
    ;)

  • #53 annaquine le 1 avril 2009 à 14 h 20 min

    Merci MaO pour ce magnifique billet.

    2003 une année entière passée avec ma mère dans les couloirs de l’hôpital St Louis : cancer du sein, récidive. Orgueilleuse, elle avait choisi de n’en parler à personne.

    Perruque, pleurs, incessants voyages en ambulance à l’hôpital St Louis, des heures d’attente dans les couloirs, des semaines passées à l’hôpital, la chimio, la radio, les petites interventions, le retour à la maison avec les soins à domicile, les courses, la toilette, le ménage (…) J’ai mis ma vie professionnelle et ma vie privée en pause.

    Parce qu’elle n’avait jamais été vraiment malade auparavant, révoltée contre la maladie, le sort, la fatigue, elle se déchargeait sur la seule personne présente : sa fille.

    Loin de moi de lui en vouloir. Je veux également dire par là que les malades ne sont pas forcément TOUS dignes et courageux et qu’ ils ont DROIT de l’être !

    Cette année n’a pas été facile pour elle et pour moi, mais elle a été enrichissante.

    Aujourd’hui, maman, 73 ans passés, galope dans tout Paris avec ses amis, restaurants, cours, théâtre, fêtes : il faut littéralement prendre rendez-vous avec elle pour la voir !

  • #54 Armalite le 1 avril 2009 à 16 h 09 min

    A toutes celles qui sont concernées directement ou indirectement par cette maladie, je me permets de conseiller la lecture de la bédé « Cancer in the city » (traduit en français) où l’auteure, qui est notamment illustratrice dans le Glamour américain, raconte son propre parcours avec beaucoup d’humour et de franchise – les hauts aussi bien que les bas. Je l’ai trouvé très… vivifiant.

  • #55 MaO le 1 avril 2009 à 16 h 18 min

    @Vanessa: merci (force surement, courage je suis pas sure ;-)

    @Miss Brownie: on est jamais guéri effectivement (on est « en rémission »). Les médecins s’attendent toujours à ce qu’ils reviennent. Et je rale souvent mais me plains rarement, donc encore moins sur mon blog ;-)

    @Ode et Aliçou: le vaccin est très controversé. Par contre il faut faire des frottis régulièrement. Surtout que le cancer de l’utérus se soigne très bien (avec une petite intervention mais sans chimio- la chimio c’est terrible)

    @Annaquine: ta maman a traversé un rude passage! Ça doit être très dure d’y faire face toute seule (je parle pour toi), c’est toi qui a été drolement courageuse de t’occuper d’elle. Je l’aurai bien gardé pour moi aussi et le dire au moins de gens possible mais je n’ai pas pu le cacher, ça se voyait trop que j’étais malade : j’ai perdu plus de 10kg, j’avais une mine épouvantable, certains jours je tenais à peine debout, les gens à qui je n’ai rien dit se doutait de quelque chose.

  • #56 LilydeStrasbourg le 1 avril 2009 à 16 h 39 min

    Une belle preuve de courage. Je te comprends aisement, j’ai eu cette maladie à mes 17 ans (j’en ai bientôt 29 maintenant!). Elle s’apelle aussi la maladie de Hodgkin. En plus de la chimio, j’ai eu le droit d’être surriaridiés dans l’hopital le plus connu de France: EPINAL!
    Du coup, maintenant probème cardiaque ! Mais ce n’est pas grave, l’aventure d’un cancer guéri est une belle aventure, riche en rencontres, en émotions, en cadeaux oui oui à 17 ans on peut tout demander à ses parents quand on est malade !!!! Tout cela pour te dire que je t’ai lu, j’ai eu l’impression de faire un bond en arrière dans le temps mais je vois ca avec nostalgie……..

  • #57 Anouchka91 le 1 avril 2009 à 17 h 03 min

    Merci MaO pour ce témoignage. Et courage à toutes celles (et ceux) qui ont à affronter le vilain crabe ou toute autre saloperie de maladie grave.

  • #58 tilly le 1 avril 2009 à 17 h 12 min

    Magnifique, MaO ! Et quelle belle épitaphe pour cette foutue année que tu as passée.
    Bon maintenant faut retourner bosser ;)

  • #59 Véro la Bisontine le 1 avril 2009 à 17 h 17 min

    @ Lullaby Septante sept : j’adore ton expression au sujet des forces insoupçonnées, et de la danse parce qu’il faut danser….:))
    Je m’en souviendrai.

  • #60 schtroumpfette le 1 avril 2009 à 17 h 24 min

    Mao : bravo pour ton courage et ta force, profites bien de la vie mlaintenant !

    Armalite : Al zheimer n’est pas une fatalité, on vit avec, quel que soit notre age( 27a et un dérivé d’alzhiemer au nom barbare) ! Il en existe de toutes sortes avec des traitements différents…

    A toutes les autres atteintes du crabe ou autre, gardez le courage et la force de vivre, car la vie se vaut d’etre vécue

  • #61 Hélène le 1 avril 2009 à 17 h 28 min

    tilly sois la bienvenue ;-)

  • #62 Turquoise le 1 avril 2009 à 17 h 45 min

    MaO, merci pour ton texte magnifique ! ma meilleure amie est rescapée d’un cancer du sein ; ablation, chimio … tu la verrais cinq ans après :elle est superbe, dynamique, ses cheveux sont encore plus épais qu’avant et elle croque dans la vie à belles dents .

    J’en profite pour vous signaler un autre cancer qu’on peut dépister précocement et soigner à 100% : c’est le cancer du côlon . Ca vaut la peine de faire les examens !

    Bises aussi à Lullaby et Porteverte, dont je ne connais que les beaux yeux…

  • #63 porteverte le 1 avril 2009 à 18 h 53 min

    @ Turquoise : merci à toi (c’est lui qu’on m’a enlevé, le crabe du côlon ;-)

  • #64 Deilema le 1 avril 2009 à 19 h 00 min

    Le crabe, c’est un sujet qui me touche…
    Il y en a eu tellement autour de moi…
    Des gens qui s’en sortent, qui luttent avec un courage, qui continuent de bosser, voire même qui ne disent rien à personne et qui donnent encore de leur temps pour leurs amis en détresse…
    Et puis, malheureusement, des gens qui y restent… et c’est pour ceux là que j’ai une pensée toute particulière aujourd’hui, et c’est pour eux aussi qu’il faut que la recherche continue de progresser.

    Je n’ai pas envie de vous plomber le moral à toutes… et les statistiques montrent que, notamment pour un lymphome, les taux de guérison sont extrêmement élevés…
    Mais voilà, le 1% qui y reste, je le connaissais, et plusieurs années après je trouve toujours ça aussi terrible de partir à 30 ans :(((

  • #65 Hécube le 1 avril 2009 à 19 h 17 min

    MaO bonsoir!
    Ton texte me prend à la gorge car il me renvoit à des moments terribles, à des moments où je me suis dit que je ne verrai pas ma fille grandir, que je ne serrai pas là pour les moments importants de sa vie.

    Et pourtant, il fallait faire semblant pour ne opas inquiéter la famille proche, tout en supportant la fatigue, l’amaigrissment, les suées nocturnes

  • #66 Hécube le 1 avril 2009 à 19 h 20 min

    désolé, c’est parti tout seul… je continue :
    Et pourtant, il fallait faire semblant pour ne pas inquiéter la famille proche, tout en supportant la fatigue, l’amaigrissment, les suées nocturnes, les ponctions, les interrogations des médecins qui annoncent un lymphome hodgkinien mais ne trouvent rien aux ponctions.

    En fait, il s’agissait d’une maladie infectieuse rare, dont le traitement fut assez pénible mais rien à côté du cancer.

    Donc je dis bravo à ton courage, à ton optimisme!!!!!

  • #67 Marie-Ève from Quebec le 1 avril 2009 à 19 h 27 min

    WOW qu elle belle histoire de courage
    bravo ma belle et contante que tu sois en remision complete
    Icit aussi au Quebec il y a bcp d assosiation qui prend soin des gens attein de cancer
    ici a Sherbooke il y a la Maison Aube Lumiere

  • #68 waffo le 1 avril 2009 à 20 h 13 min

    ton billet rassure vraiment face à cette sale maladie ! Qu’on peut s’en sortir (ça je m’en doutais quand même) mais surtout que ça peut même avoir un impact positif sur sa vie après, je trouve ça génial. Ta force de caractère force l’admiration !!!
    Et pour toutes celles qui sont en train de se battre, plein d’ondes positives pour vous aider à en sortir !

  • #69 Athénaïs le 1 avril 2009 à 20 h 15 min

    Bonjour,
    Cela fait quelques temps que je lis ce blog et jamais je n’avais osé déposer un commentaire mais après lu ce texte. On sait toutes que tu n’es pas un cas à part mais cela touche quand même de voir à quel point la maladie est dure à assumer. En tout cas, bon rétablissement et bonne continuation à Hélène ;).
    Bisous les filles

  • #70 Daydreamer le 1 avril 2009 à 21 h 00 min

    j’avais entrepris de lire tout ton blog récemment, pas de curiosité malsaine, mais envie de savoir comment avait commencé ta « liaison » avec Dr House :) … et je suis contente de voir la conclusion…

    bises

  • #71 MaO le 1 avril 2009 à 21 h 47 min

    LilydeStrasbourg: moi c’était pas un Hodgkin et je n’ai pas eu droit à la radiothérapie. Juste aux chimios et bouquet final à l’injection d’un produit radioactif dans mes veines, mais non, je ne brille pas dans le noir ;-)

    Anouchka91; Tilly, Turquoise, schtroumpfette : merci et je plussois

    Deilema: oui, c’est terrible de partir jeune à cause de cette saloperie.

    Hécube: oui, on droit prendre beaucoup sur soi pour ne pas inquiéter l’entourage. Et c’est pas toujours facile.

    Marie-Ève from Quebec : je n’ai pas trop cherché d’association. J’avais besoin de fréquenter des gens bien portant qui me changeaient les idées et qui m’évitaient de trop m’apitoyer sur mon sort

    Waffo: merci

    Athénaïs: ce n’est pas la maladie qui est le plus dure à assumer. Ce sont les conséquences des traitements. On perd l’appétit et l’énergie on se retrouve épuisé, vidé, on a mal, on est vraiment une loque quoi.

    Day: ah c’était toi les 200 pages vues ;-)

  • #72 milimelaine le 1 avril 2009 à 22 h 55 min

    Comme je suis d’accord avec toi Mao!
    Ma maman vient d’apprendre qu’elle a un cancer du sein, dont l’annonce, pourtant faîte dans un centre spécialise dans des conditions ignobles ; en passant les détails, en gros comme si elle avait eu une gastro a rotavirus.
    J’ai bien sûr été boulversee a l’annonce du résultat de la biopsie, mais elle ne l’a pas vu car je l’ai appris par téléphone.
    Ma soeur et moi la rassurons au quotidien et la faisons rire. Elle a le moral, et nous vaincrons cette maladie ensembles, en positivant et en restant les mêmes : perso je suis une râleuse professionelle, il n’est pas question que ça change.
    Enfin merci a toi d’avoir rédige ce texte encourageant et dédramatisant.
    Je suis persuadée que cet état d’esprit est indispensable a une meilleure guérison.

  • #73 milimelaine le 1 avril 2009 à 22 h 58 min

    désole, c’est limite incomprehensible, mais je poste d’un portable et c’est un peu complique pour moi lq c’est trop long!!

  • #74 Theophée le 1 avril 2009 à 23 h 00 min

    Merci

  • #75 Louloutte le 1 avril 2009 à 23 h 32 min

    Belle leçon de courage Mao, je te souhaite une longue et belle vie.
    J’espère que la recherche va encore progresser et guérir un jour tous les cancers, c’est tellement dur de voir des jeunes nous quitter à cause de cette maladie, ce n’est pas dans l’ordre des choses.
    Tous ces témoignages sont vraiment émouvants. Je retiens un mot : Espoir !

  • #76 isabastille qui voulait changer de pseudo le 1 avril 2009 à 23 h 59 min

    Merci pour ce texte!

  • #77 nouche le 2 avril 2009 à 0 h 18 min

    C’est bien d’en parler, on en connait hélas de trop et une fois de plus on s’apperçoit que cela n’arrive pas qu’aux autres!
    J’ai une amie qui au bout d’un an de traitement me disait qu’il était aussi difficile de sortir de la maladie que d’y entrer…
    Comprendre: qu’il faut je pense continuer à soutenir et encourager ses amies dans ces moments là, toujours être là.

    Enfin, je suis toujours bluffée, par la force et la pêche morale de mes amies qui comme toi,comme d’autresse battent contre cette saloperie de cancer.
    Merci pour ton témoignage. Douces et affectueuses pensées pour celles qui sont encore en plein combat,combat qui demande courage et patience.

  • #78 laurettebis le 2 avril 2009 à 10 h 21 min

    J’arrive après la bataille mais merci pour ce message d’espoir MaO…

  • #79 ptiteloute2010 le 2 avril 2009 à 11 h 44 min

    Bravo pour ton courage et ta détermination.

    En revanche je souhaiterai vous faire partager mon expérience.

    Mon amoureux à eu un cancer du mediastin (espace entre les deux poumons) il y a maintenant 6 mois. Il a été diagnostiqué suite à un malaise fait le samedi soir chez nous. Le dimanche matin on apprenait aux urgences que c’était une tumeur et le dimanche après-midi que c’était une tumeur maligne très grosse.

    Le mercredi il commençait la chimio. Et c’est là où pour nous et surtout pour lui la chimio n’a pas du tout été vécue pareille :
    – grandes cures de 5 jours de chimio en continu à l’hôpital donc perfusion pendant 5 jours (jours et nuits sur la même veine – pas de cathéter)
    – cures espacées de 2 semaines avec une « petite chimio » une fois pas semaine (le mardi)
    – 4 grandes cures en tout, le dernière cure a eu lieu la semaine de noël

    Et bien je peux vous dire qu’il n’y a jamais eu de « au début tu vas bien, tu pètes le feu ». Il sortait de ses cures totalement épuisé, son corps ne répondait plus. Plus de force, il restait sur le canapé toute la journée et ne pouvais plus bouger. Les moindres gestes du quotidien étaient une épreuve (se doucher, manger, se baisser …), il était tout le temps en anémie. Ajouté à cela les nausées et les vomissements ainsi que les douleurs articulaires.
    Lorsque qu’il reprenait un peu de force il avait les petites chimio qui le cassaient à nouveau. A la fin des 2 semaines de « repos » il commençait à se sentir mieux mais il savait qu’il repartait en cure le lundi.

    Nous avons eu de la chance, la chimio a bien fait son effet et a tué toutes les cellules cancéreuses. Il a donc pu se faire opéré au mois de janvier à Paris pour enlever la tumeur.

    Donc pour nous le cauchemar n’a duré « que 4 mois ». Aujourd’hui il a repris le travail depuis plus d’un mois et tout va bien. Il surprend tout le monde par son courage, sa détermination et sa force mentale.

    Désolé d’avoir été un peu longue.

  • #80 Hélène le 2 avril 2009 à 12 h 34 min

    Marie-Ève from Quebec, Athénaïs, Daydreamer, Theophée, ptiteloute2010, soyez les bienvenues !

  • #81 MaO le 2 avril 2009 à 14 h 52 min

    milimelaine: pleins d’ondes positives à ta maman. Un bon état d’esprit et un entourage présent fait énormément je pense.

    nouche: ça touche tout le monde, sans distinction hélas

    Theophée, Isabastille et Laurettebis : de rien

    ptiteloute2010: En fait, on m’a changé de traitement en cours de route. Autant le premier je ne le supportais pas trop mal que le deuxième je l’ai vécu exactement comme ton amoureux. Pendant 4 mois aussi. Et c’est pas drôle.

  • #82 tif le 2 avril 2009 à 15 h 19 min

    Je trouve ton teint magnifique, et en effet -l’ayant testé par le passé- je suppose que tu n’as pas eu le plaisir de constater de grands changements. Par contre, je me permets une suggestion…le botox à force, fait paraître les sourcils un peu diaboliques, comme si l’espace qui les sépare grandissait de plus en plus et ça donne une impression figée pas très naturelle ni jolie. …C’est mon avis. Bonne journée

  • #83 LilydeStrasbourg le 2 avril 2009 à 15 h 34 min

    tif : C’est quoi le rapport ?

  • #84 Hélène le 2 avril 2009 à 15 h 37 min

    tif tu t’es trompée de billet, peux-tu reposter ton commentaire ici :
    http://www.monblogdefille.com/blog/20090402mon-peeling
    Merci ;-)

  • #85 Matj le 2 avril 2009 à 21 h 43 min

    Merci pour ton témoignage, j’ai trouvé une certaine sérénité dans tes propos….une plénitude, enfin, je ne saurais pas vraiment expliquer…bref, j’admire le courage et la ténacité dont tu as fait preuve, et je suis heureuse de te savoir sortie de ce cauchemar…je suis peinée de voir combien cette terrible maladie frappe des personnes aussi jeunes, c’est impensable….Merci..

  • #86 julie le 3 avril 2009 à 19 h 53 min

    je suis heureuse de lire ces nouvelles.

    pour le reste je rejoins Spike, d’ailleurs c’est tellement brouillon dans ma tête que je n’aurais pas su le dire comme ça. j’ai perdu une amie il y a 2 mois, elle aussi jeune et avec une bonne hygiène de vie au début on se dit que c’est incroyable et après que c’est dégueulasse!

    enfin ça n’enlève rien au fait que, comme je le disais, je suis heureuse de te lire ainsi, et que ça soit derrière toi!

  • #87 MaO le 5 avril 2009 à 12 h 22 min

    Matj: j’ai écris ce texte après avoir appris que j’étais guérie. D’où la sérénité je pense.

    Julie: Oui c’est dégueulasse. Pareil, un ami à moi est mort à 20 ans d’une rupture d’anévrisme, alors qu’il avait une vie relativement saine (bon il fumait et buvait quelques bière mais comme pas mal de monde à cet âge). 20 ans quoi.

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.