Sale féministe ?, par Yanjiao

24 septembre 2008

tanjore_ecolieres.jpg« Lorsque j’ai créé mon entreprise, j’ai été démarchée par des commerciaux qui me demandaient : « pouvez-vous me passer le directeur ? ». D’ailleurs, la plupart des courriers importants sont toujours adressés à « Monsieur le Directeur »… bien que mon équipe soit 100% féminine !

Depuis que je suis mariée, on me colle d’office le nom de mon mari.

Lorsque je suis allée nous inscrire aux activités proposées par notre mairie, j’ai créé un dossier avec nos coordonnées. Dans ce dossier, il est indiqué que mon mari est « le chef de famille » : c’est automatique, lorsqu’un dossier concerne une famille, c’est le mari le chef. C’est comme ça. Même dans une grande ville moderne (avec une mairie de gauche…).

C’est d’ailleurs sans doute pour cette raison que quand l’animatrice d’une de mes activités est absente, on appelle mon mari pour le prévenir… Pour cela aussi que lorsque je vais renouveler mon inscription, la facture est rédigée au nom de mon mari.

Quant à ma banque, dès qu’elle a su que nous étions mariés, elle s’est empressée de faire disparaître mon nom de ses listings. Si je ne me présente pas comme Mme MONMARI, je n’existe pas et je n’ai pas accès à mes comptes.

Pourtant, la loi autorise les femmes à être chefs d’entreprise. Elle les autorise également à ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur mari, et même à faire ce qu’elles veulent de leurs sous ! Enfin, prendre le nom de son mari n’est qu’un usage, et pas une obligation (devant la loi, le seul nom qui compte est le nom de naissance).

Mais l’habitude est plus forte que la loi, plus forte que la volonté des femmes qui se battent pour que cela change.

Ça m’énerve, mais ça ne m’empêche pas de dormir, même si je passe mon temps à signaler partout le sexisme quand je le croise.

Par contre, ce qui me fait beaucoup de peine, c’est la réaction des personnes autour de moi.

Quand je signale à la jeune femme qui s’occupe de ma facture, que je trouve étonnant qu’elle soit rédigée au nom de mon mari et non au mien (alors que c’est moi qui suis devant elle en train de payer), elle soupire et téléphone à sa collègue : « j’ai un problème avec une féministe », sans oser dire que féministe = emmerdeuse.

Quand j’affirme à la dame (encore une femme !) qui s’occupe de mon inscription, que chez moi il n’y a pas de chef de famille et que j’aimerais qu’elle fasse remonter l’information pour que le système informatique soit modifié, elle soupire et me dit « si vous n’avez que ça à faire….. », comme si ma demande était idiote et inutile.

Quand je demande à ma banquière d’enlever la mention « épouse MONMARI » sur mon dossier, elle s’effare : « mais enfin, c’est toujours comme ça, on ne peut pas le changer ! », comme si une mauvaise habitude avait valeur de loi.

Mes copines et mon mari ne comprennent pas pourquoi c’est si important pour moi, pourquoi ça m’énerve à ce point.

Pourtant, je sais que je vaux autant qu’un homme. Je me sens chef de famille comme je suis capable d’être chef d’entreprise, je suis en mesure de gérer mon argent ou mes loisirs, et je ne souhaite pas changer de nom.

Est-ce que j’en demande trop ?

J’ai l’impression d’être une emmerdeuse et une capricieuse, parce que je souhaite être traitée comme une personne adulte à part entière.

Suis-je la seule à être révoltée par ces petits détails du quotidien ?

Y’a-t-il des moyens de faire évoluer ces habitudes sans passer pour une hystérique ?

Signé : Yanjiao »

615 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

615 commentaires

  • #1 Ingrid le 24 septembre 2008 à 8 h 22 min

    Je te comprends bien ! ça m’agace aussi les conventions du genre « Madame Pierre Dupont » qui non seulement font disparaitre le nom de l’épouse mais aussi son prénom. Mon mari a accepté que nous portions tous les deux nos deux noms. Comme ça, pas d’injustice, je porte le sien mais il porte le mien aussi. Notre fils a aussi les deux noms. Je pense que les choses vont changer petit à petit. Il ne faut pas oublier que les femmes en France n’ont le droit de vote que depuis 1944 et donc seulement 64 ans !

  • #2 Futila le 24 septembre 2008 à 8 h 35 min

    Non tu n’es pas une emmerdeuse ! Non tu n’en demandes pas trop ! C’est aussi pareil pour les fiches d’inscription scolaire : à la mention « responsable légal », nous avons rempli nos deux noms et signé tous les deux … pourtant les courriers d’école arrivent à Mr MONMARI. Quant à la banque c’est purement financier : si tu coules ta boîte ou si c’est la cas de ton mari, la banque se retourne contre le conjoint.
    Mais ce sont les petites torrents qui font les grandes rivières, donc si chacune continue à procéder comme toi, cela bougera peut-être un jour … Bon courage

  • #3 mimisunny le 24 septembre 2008 à 8 h 38 min

    Je te comprends parfaitement et ici en Belgique, on porte moins facilement le nom de son mari, heureusement… Je suis divorcée maintenant et ça m’a épargné pas mal de formalités. Pourtant, surtout dans les institutions et autres organismes officiels, on m’a regardée de travers lorsque j’ai signalé vouloir conserver mon nom de jeune fille. Je ne vois pas pourquoi au 21e siècle, la femme doit continuer à s’effacer au profit de son mari, une fois mariée….

    Je suis divorcée, comme je le disais, et j’assume aujourd’hui le rôle du père, de la mère, de celle qui rapporte de l’argent, paie les factures, tond la pelouse, caline, fait le ménage, etc…

    C’est pas facile tous les jours mais cela devrait être reconnu par la société dans son ensemble, surtout les organismes officiels qui ont carrément 3 guerres de retard… et demandent toujours l’autorisation du père pour me verser les allocations familiales (alors que mon fils est majoritairement chez moi)

    Bref, merci pour ce témoignage qui me fait penser que sans doute je ne suis pas toute seule à penser comme ça

    Belle journée à toutes

  • #4 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 8 h 42 min

    Hum…. j’avoue, j’ai été RAVIE de changer de nom quand je me suis mariée… 32 ans avec un nom, certes joli et plein de sens quand on comprend le patois du Béarn, mais qui ne rentre JAMAIS dans les cases parce que long et composé, et que tout le monde déforme, et bien ça te prépare à prendre avec joie le nom court de ton mari :)

    Mais je comprends tout à fait que, allons zau but, tout ca te gonfle. Tu as effectivement le droit de garder ton nom, et ge ne pas être Mme Nomdemonmari, c’est un choix qui est offert à chacune.

    Par contre peut-être que ta réaction est disproportionnée ? « je souhaite être traitée comme une personne adulte à part entière », ben c’est tout à fait le cas des femmes qui utilisent le nom de leur mari hein ;). Si tu dis ca à ton entourage, tu sous entends que ce n’est pas le cas, alors forcément tu risques de vexer les femmes qui utilisent le nom de leur mari, d’où peut-être le fait qu’elles réagissent mal ?

    Bien sûr tu peux faire changer ca, mais je pense qu’il est important de montrer aussi que tu mets les choses à leur juste place… Ce n’est qu’un détail : quelque soit le nom, la mention, tu es et reste une femme indépendante, adulte, chef d’entreprise. Mais c’est un détail auquel tu tiens, donc gentiment, et avec le sourire, en expliquant que tu y tiens beaucoup, tu ne laches pas l’affaire :) et les choses passent 3 fois mieux comme ca !

    Bon courage en tout cas :)

  • #5 silvilechat le 24 septembre 2008 à 8 h 42 min

    …peut-être que je me trompe, mais je crois savoir que dans un pays pas loin de la France, la Suisse les femmes n’ont le droit de voter que depuis 1975….c’est incroyable!!!! ….dans d’autres continents, dans d’autres pays, les femmes ont le droit de vote depuis plus d’un siècle. Des pays que le nôtre considère encore comme étants arriérés…je comprends bien ta révolte, et si l’on considère l’écart de salaires ou d’énergie à déployer pour qu’une femme obtienne un poste à responsabilité à la place d’un homme, il y a de quoi désespérer.
    Sans être fondamentalement féministe, car mon ennemi n’est pas l’homme en tant que tel je suis persuadée qu’un tas de choses doivent évoluer.

  • #6 Molly le 24 septembre 2008 à 8 h 43 min

    Ba moi ca me choque pas a vrai dire… Je sais pas trop pourquoi.. Je sais pas trop quoi dire ^^

  • #7 iibelle le 24 septembre 2008 à 8 h 43 min

    au collège de mes enfants les bulletins arrivaient Monsieur prénom nom. J’étais parent d’élève élue au conseil d’administration, je l’ai dit à la secrétaire, au principal adjoint, deux fois, au principal, faisant remarquer que je n’ouvrais pas un courrier adressé au nom de mon mari et qu’ils n’avaient jamais vu le père de mes enfants [ce n’est pas de sa faute il a des horaires d’enfer]. Sans aucun effet. Quand je l’ai redit en conseil d’administration car se posait le problème d’envoyer les bulletins au père divorcé qui n’avait pas la garde, le principal et le principal adjoint m’ont dit que j’aurais du leur en parler …… mais que probablement l’ordinateur ne voudrait pas car cela faisait trop de cararctères. Etant informaticienne j’ai signalé que l’on pouvait inscrire mr et mme au lieu de mr prénom pour un même résultat. J’ai quitté le collège sans que cela soit fait alors que mes trois enfants y ont fait leur scolarité.

    Le lycée le fait.

  • #8 silvilechat le 24 septembre 2008 à 8 h 46 min

    ….en réponse au comm 4, je ne suis pas de ton avis cec: je crois qu’il s’agit malheureusement de beaucoup plus que de détails…et que parfois le sourire ne suffit pas à étouffer un sentiment d’injustice, quand bien même très subjectif et personnel.

  • #9 Hécube le 24 septembre 2008 à 8 h 47 min

    Bonjour à toutes!

    Je m’aperçois que je n’ai jamais songé à ce genre de discriminations car je n’ai jamais rencontré tes problèmes. C’est même le contraire. Comme je m’occupe de l’administratif, de l’organisation des loisirs…, tout se retrouve à mon nom : les cartes grises et les assurances des voitures et motos, les factures des lignes téléphoniques, les abonnements divers et variés, même l’administratif concernant le collège de ma fille. Ce qui met mon mari devant des situations ubuesques, du genre, impossible de changer une option sur son abonnement SFR.
    Par ailleurs, ma famille étant très connue dans notre secteur, pendant au moins 10 ans, mon mari était appelé par mon nom de famille. C’était Monsieur MAFEMME Plutôt difficile à vivre pour lui.

    Ceci étant dit, ton indignation est tout à fait justifiée et je ne comprends pas la mauvaise volonté de tes interlocuteurs.

    @ Hélène, si ça ne t’ennuie pas, je préfère garder ce pseudo car il m’a apporté des moments forts sur ton blog et m’a permis de tisser des liens avec certaines de tes lectrices. Et puis il préserve mieux mon besoin de discrétion. Merci par avance.

  • #10 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 8 h 47 min

    Juste un petit truc après avoir lu le com de mimisuny : en fait quand on dit/écrit des choses comme « je ne vois pas pourquoi au 21e siècle, la femme doit continuer à s’effacer au profit de son mari, une fois mariée…. », il faut être consciente que le message que reçoivent vos interlocuteurs, c’est avant tout un jugement : ils pensent que vous pensez qu’une femme qui prend le nom de son mari s’efface à son profit.
    Alors forcément, ces personnes se sentent attaquées, pas du tout prêtes à vous aider, plutôt enclines à critiquer votre position…

    Je pense qu’il est vraiment important de penser à l’effet de son discours sur les gens : quand on parle de ses propres opinions, craintes, ne pas oublier que la personne qui les reçoit a aussi les siennes, et que le but n’est pas de les heurter !

  • #11 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 8 h 53 min

    @silvielechat :c’est du détail dans le sens ou cela n’enlève aucun droit, aucune valeur à la femme, il s’agit de quelque chose qu’il est facile de changer avec persuasion et un sourire. Je le sais car oui moi aussi voir M. et son prénom au lieu de MMe et le mien, ca me gonfle, et j’emmerde tout le monde pour que ça change car moi non plus je n’ouvre pas le courrier de mon mari :)
    Contrairement à ce que j’ai lu, pour la banque, rien à voir avec « c’est pour mieux se retourner contre ton conjoint si la société coule », parceque cela dépend du type de société et du type de contrat de mariage.

    Et je dis que c’est du détail car il y a toujours aujourd’hui des types de discrimination qui là enlèvent certains drits à la femme : les écarts de salaire, la non accession à certains postes, la discrimination à l’embauche liée à la peur que la femme jeune tombe enceinte, etc… !

  • #12 Lullaby77 le 24 septembre 2008 à 9 h 02 min

    Mon Dieu comme je te comprends! Ca doit être terriblement irritant, comme si les choses n’étaient pas déjà assez compliquées comme ça pour les femmes!
    Heureusement ici en Belgique, on garde par défaut son propre nom, qui est d’ailleurs le seul valable pour les soins de santé etc… On peut porter celui de son mari si on le souhaite mais on doit demander le changement à son administration.

  • #13 manon le 24 septembre 2008 à 9 h 03 min

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, même si je n’ai pas ce genre de problème… (on est célibataire ou on l’est pas, je suis très perspicace le matin…)
    Mais j’ai toujours trouvé pas normal que ma grand-mère ait le nom de mon grand-père, d’ailleurs ça lui a fait bizarre de retrouver son nom quand il est mort…
    Par contre pour la banque, je sais que sur le chéquier de mes parents il y a « MR Prénom Nom et/ou MME Prénomme Nom. »
    Comme ça tout le monde est content. Et ce n’est pas du féminisme. Enfin pas pour moi. C’est une évidence.

  • #14 double plus good le 24 septembre 2008 à 9 h 05 min

    Ben moi aussi ça me choque. Quand je me suis mariée, j’ai fait changer mon compte bancaire, alors à mon nom, en compte commun. Pas le choix, mon mari n’étant pas français, il n’avait pas le droit d’avoir un compte (en France) à son nom. Ça n’a pas loupé, maintenant tout mon courrier bancaire est au nom de Mr et Mme Monmari, même son prénom figure, et pas le mien comme si je n’existais plus, alors que ce compte au départ était à moi seule.
    Quand j’ai protesté, l’employée m’a dit que oui, oui, bien sur elle comprenait, je n’étais d’ailleurs pas la seule, mais bon, les ordinateurs, blablabla.

    Et aux Pays-Bas où je réside, notre compte commun est au nom de Mme moi (nom d’épouse, tiret nom de jeune fille, et prénoms) et/ou Mr Monmari (nom et prénom). Alors pourquoi les ordis néerlandais le peuvent et pas les français????

  • #15 Molly le 24 septembre 2008 à 9 h 05 min

    Ba moi j’avouerais que ce qui me dérange c’est plutôt les différences de salaires, la discrimination a l’embauche, comme dit Cec jeune mariée qui me gène.
    Un nom, ba c’est qu’un nom pour moi. Qu’aux yeux de la société ce soit mon futur mari le chef de famille je m’en contrefiche, ça ne m’empêche pas de savoir que je suis l’égale de mon copain.

  • #16 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 9 h 07 min

    Je te comprensd très bien. Un autre truc qui m’agace c’est les lettres adressées au couple : « M. & Mme Nomdumari Prénomdumarie ». Du coup dans mon boulot d’été je fais de la résistance douce : les courriers je les adresse avec les deux prénoms ou aucun prénom ^^

  • #17 Hécube le 24 septembre 2008 à 9 h 10 min

    Je ne comprends pas les soucis que vous rencontrez avec vos banques. Il suffit de demander à changer le libellé avec les deux noms, cela se fait au guichet sans aucun souci. Il y a une véritable mauvaise volonté de la part des employés auxquels vous avez affaire. Heureusement que les ordinateurs peuvent le faire. J’ai même le libellé du compte bancaire de ma copropriété avec trois noms différents plus la mention sur le carnet de chèque « deux signatures obligatoires ». C’est dire que c’est plutôt à rallonge et l’ordinateur n’y a vu aucun inconvénient.

  • #18 silvilechat le 24 septembre 2008 à 9 h 14 min

    … je crois que je suis d’accord avec la plupart d’entre vous: il y a des faits bien plus graves que le fait de se faire appeler Madame pierre du pont. Notamment les discriminations salariales, ou de reconnaissance par rapport à nos acquis qui ne devraient pas être liés à notre sexe. Mais je reste de l’avis que tout ça est lié…ce sont ces petits détails qui donnent la mesure d’un certain regard biaisé sur la femme. Je me trompe peut être, et c’est vrai que n’étant pas mariée je ne vis pas ce genre de situations mais je comprends la révolte de celles qui se sentent offensées par ce à prioris.

  • #19 Hécube le 24 septembre 2008 à 9 h 15 min

    @Melle Crapaud : concernant les courriers nous sommes soumis à une « étiquette » un peu vieillotte. J’avoue que je fais généralement comme toi pour les courriers que j’adresse à un couple, sauf pour des invitations très officielles où un titre, par exemple doit être mis. Je tiens à ces petites traditions, c’est peut être idiot mais j’y suis attachée. Cela fait partie de mon éducation.

  • #20 Chichou92 le 24 septembre 2008 à 9 h 16 min

    Ouhhh lala, le terrible sujet de discordes :))))))))))

    @Yanjiao : je te rejoins et comprends très bien ton mécontentement !! De mon côté, ce qui m’agace le plus, c’est la notion de « chef de famille »….c’est une notion, juridiquement parlant, qui n’existe plus. Je vous assure que je hurle (au sens propre) à chaque fois que sur des documents administratifs (et notamment scolaires) elle apparaît. Mais je suis quoi moi alors : la « bobonne » à son mari…

    Ton témoignage relance cet éternel débat sur la reconnaissance de la place de la femme dans notre société. Il y aurait tellement à dire et surtout à faire : mais tout ceci reste conviction personnelle !

  • #21 Mamzelle M’ … aupin ! le 24 septembre 2008 à 9 h 17 min

    Là moi je dis que ça a du bon d’avoir divorcé !! Si si, je suis représentante légale, je suis Mme MOI, … Bon ok, je suis extrémiste, mais c’est vrai que j’ai l’impression d’avoir plus de considération de l’Administration en étant solo.

    J’avoue que j’avais pris le nom de mon mari, aveuglée que j’étais par l’Amoûûûr … depuis que j’ai retrouvé mon nom à moi pour rien au monde je ne le rechangerai !

  • #22 Winnietigrou le 24 septembre 2008 à 9 h 17 min

    Bonjour à toutes,
    Etant célibataire, je n’ai pas affaire à ces questions de nom marital cependant… Quand un démarcheur téléphonique me contacte, il demande Mr Monnom, j’ai dû plusieurs fois faire rectifier des factures (enregistrées pour et par moi seule !) qui arrivaient pour Mr Monnom, et, fin du fin, pour acheter une voiture, un commercial ( un d’jeun !) m’a dit de choisir le véhicule et la couleur et qu’il verrait le reste avec mon mari….
    Inutile de dire qu’il n’a pas eu la vente et que le service réclamation a eu droit à un courrier incendiaire !!!!!!!!!!

    Je ne crois pas que ce sois une question de féminisme, mais plutôt une question de dignité et de respect de la valeur de la personne, homme ou femme d’ailleurs… Je suis toujours agacée d’entendre parler des mamans quand un petit de primaire a des soucis, comme si le père était gommé et que tous les enfants vivaient avec leur mère (ce qui témoigne surtout d’une méconnaissance de la réalité sociale d’ailleurs…), sans parler de la douleur que le gamin peut ressentir quand on fait référence à sa mère absente…

    Donc oui, Yanjiao, je comprends ton agacement fréquent face à des gens qui ne veulent pas évoluer et comprendre que le changement ne passe pas par de actions énormes, mais par des comportements quotidiens.
    Il ne faut pas lâcher l’affaire, même et surtout si on a affaire à des esprits chagrins !!!

  • #23 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 9 h 19 min

    Yanjiao, je te comprends et je te soutiens dans ton combat quotidien contre le sexisme déguisé.
    Ma bataille personnelle jusqu’il y a peu : le choix du nom de famille donné aux enfants. Ca me semblait insupportable que les enfants ne soient que ceux de Mr… quand on sait ce qu’une femme fait pour les avoir, ces fichus mômes!
    Heureusement, la Belgique a changé son fusil d’épaule et les gens peuvent donc choisir le nom de famille de leurs rejetons (et leur donner les deux) mais par défaut… c’est toujours celui du père.
    Je ne suis pas mariée mais je redoute un peu de perdre mon identité dans ce mariage. Je n’ai aucune envie de devenir Madame GouteurOfficiel. Je suis Miss Lili et j’ai épousé le Gouteur Officiel. Madame Gouteur Officiel, c’est ma belle-mère!

    Je crois que les femmes qui te reprochent d’être une emmerdeuse de féministe sont :
    1/ encore bien sous la coupe des hommes au point qu’elles ne voient même pas que ce genre de petits détails est révélateur d’une façon de penser archaique
    2/ très égoistes : si ca ne les dérange pas, qu’elles n’empêchent pas les autres de se sentir concernées!

    Tu n’es pas une emmerdeuse de féministe, tu es féministe et féministe n’est pas un gros mot. Ce n’est que la réponse logique a une situation d’oppression qui n’a duré que trop longtemps et qui, comme bien souvent, était basée sur du vent!

  • #24 Futila le 24 septembre 2008 à 9 h 20 min

    @ iibelle (7) : j’ai exactement le même problème … est-ce une manie des collèges de ne considérer que comme pouvant être masculins des élus parents d’élèves aux CA ?

  • #25 Chichou92 le 24 septembre 2008 à 9 h 21 min

    Miss Lili : j’applaudis des deux mains :))))))))))))))))

  • #26 La Cuiller en Bois le 24 septembre 2008 à 9 h 23 min

    Oui nous sommes dans une société ou longtemps l’homme était le chef de famille, de manière légale.
    La femme n’a pu le devenir que de manière assez récente (enfin remis dans l’échelle de la société). Dans les années 60, une femme devait avoir l’autorisation de son mari pour travailler, pour avoir un compte bancaire etc …

    Pour les dossiers personnels administratifs c’est le nom de naissance qui est conservé, suivi d’épouse X (sécu, pièces d’identité etc ..) C’est certain que lorsque la femme est mariée, malgré tout les courriers sont envoyés au nom d’épouse. Parfois pour une raison simple, le nom de jeune fille n’est pas forcément connu du facteur …

    Je porte le nom de mon mari depuis plus de 30 ans. Honnêtement cela ne me gêne pas plus que cela. Le seul « endroit » ou je mets systématiquement nos deux identités, quitte à rayer ou surcharger les documents, ce sont tous les papiers qui évoquent l’autorité parentale (donc des papiers scolaires principalement). Ce n’est pas une question de « c’est mon nom ou celui de mon mari » mais l’autorité parentale est conjointe et j’ai autant que mon mari la responsabilité légale de mes enfants, donc je l’applique. Après que ce soit sous mon nom d’épouse ou de jeune fille, peut importe pour moi, le principale c’est que ce soit MOI.

    Mais maintenant, avec le nombre croissant de parents divorcés, de familles recomposées, il y a de plus en plus souvent la place de mettre deux noms pour le responsable légal des enfants.

    Ceci dit, si la femme mariée veut conserver l’usage uniquement de son nom de jeune fille, cela devrait pouvoir se faire. Il faut absolument que toutes les sociétés revoyent leur système informatique (car c’est souvent là que la « contrainte » existe). Ce n’est pas techniquement impossible à faire, mais c’est giganstesque.
    Et dans la foulée, il faudra qu’ils prévoient aussi très vite la modification de leur système pour pouvoir intégrer les noms des enfants « nouvelle génération », c’est à dire ceux qui ont de manière légale le nom de leurs deux parents. Déjà il va y avoir un problème de cases… Entre M. X, Madame Y épouse X, et leurs enfants X-Y ou Y-X … on n’a pas fini de s’amuser !
    Et quand l’enfant X-Y épousera W-Z … on va aussi s’amuser pour le nom de leurs enfants …

  • #27 Futila le 24 septembre 2008 à 9 h 24 min

    @ Winnietigrou : la plupart des enseignants de maternelle quand l’heure de la sortie de classe arrive disent encore aux enfants que c’est bientôt  » l’heure des mamans  » !!

  • #28 Coraline le 24 septembre 2008 à 9 h 25 min

    Je ne suis pas mariée et donc ne connais pas tous ces petits « détails » que tu évoques Yanjiao…
    Sauf que je suis totalement d’accord avec toi, ce qui semble être pour certains des détails sont en fait ultra représentatifs des inégalités qui existent encore entre hommes et femmes. Et ça, ça me fait hurler !!

    Bon courage dans ta « lutte » ;-)

  • #29 Winnietigrou le 24 septembre 2008 à 9 h 26 min

    @iibelle et @futila : non, non, non, la majorité des établissements où j’ai travaillé font bien la différence, imprime les 2 noms des parents sur les bulletins, ne se trompent pas de genre pour les convocations des parents d’élèves et envoient 2 bulletins quand les parents sont séparés (ne pas le faire est d’ailleurs illégal… avsi aux chefs d’établissement qui ignorent la loi !)
    Cela dépend du travail de secrétariat, et l’ordinateur n’enregistre que ce qu’on lui donne, c’est donc bien l’humain qu’il faut convaincre !!

  • #30 Wunderschoen Tralala le 24 septembre 2008 à 9 h 26 min

    @ Silvilechat : pour la Suisse, c’était 1971. Pourtant, 37 ans plus tard, je me pose toujours des questions sur les mentalités quand j’entends des femmes avouer sans honte que c’est leur mari qui remplit leur bulletin (et dieu sait qu’on vote souvent en Suisse).
    Bon, je ne devrais pas être surprise, ma belle-famille ne comprend toujours pas qu’une femme ose garder son nom de jeune fille après le mariage, et alors que je n’ai que 30 ans, depuis mes 22 ans mes employeurs me demandent « et vous comptez avoir une famille ? »…

  • #31 silvilechat le 24 septembre 2008 à 9 h 28 min

    …merci pour l’info, magnifique tralala….!

  • #32 Futila le 24 septembre 2008 à 9 h 29 min

    Winnie tu as travaillé dans des établissements modèles !! Je n’ai JAMAIS reçu un document à nos deux noms et celui qu’on convoque aux CA n’est pas élu, c’est moi qui le suis !

  • #33 Coraline le 24 septembre 2008 à 9 h 30 min

    PS : Et bravo pour ce sujet qui réveille les neurones (et les consciences) de bon matin…

  • #34 Capucine le 24 septembre 2008 à 9 h 31 min

    Oui, je suis d’accord avec toi Yanjiao. Certaines coutumes ont quand même la vie dure : ce n’est absolument pas obligatoire de prendre le nom de son mari lorsque l’on se marie. Melle Truc peut tout à fait continuer à s’appeler Mme Truc une fois mariée : mais parlez en autour de vous, personne ne peut comprendre/admettre ça. Je trouve ça aberrant : le mariage est un ensemble de choses, mais ou est il marqué que dans le lot on doit perdre son idendité ? et au nom de quoi, de l’amouuurrr ? Une femme porte le même nom depuis 25 ans et du jour au lendemain elle s’appele autrement…!!!! Notre nom de famille vient de nos parents, il fait partie de nous, de nos racines, et un jour hop on doit s’appeler autrement, comme ça, parce que c’est comme ça, c’est tout. Et ce que j’adore encore plus, c’est lorsqu’on t’appele Mme Prénomdumari-Nomdumari. Comme ça d’un coup tu perds ton nom ET ton prénom : la oije !!!
    Comme si le mariage « éffaçait » une personne au profit de l’autre, alors que l’on est 2 dans un mariage, pourquoi enlever le nom de quelqu’un ??? Et bien sûr, ce n’est pas celui de l’homme qui est remplaçé…
    Je comprends que cela n’en choque pas certaines et qu’elles soient ravies de porter le même nom que leur mari mais quelque part ça me gène cette perte d’identité imposée et tout ce qui en découle…

  • #35 Futila le 24 septembre 2008 à 9 h 32 min

    @ Wunderschoen Tralala : dans le canton d’Appenzel ce fut bien plus tardif (fin des années 80 il me semble) et on a fait voter les hommes pour leur demander s’ils accordaient le droit de vote aux femmes … corrigez-moi si je me trompe

  • #36 Lullaby77 le 24 septembre 2008 à 9 h 34 min

    @ Winnietigrou: ah oui ça c’est terrible! J’ai récemment reçu un coup de fil chez moi, qqn qui demandait à parler à Monsieur Lullaby. J’ai répondu qu’il n’y a pas de Mr Lullaby, seulement Mademoiselle Lullaby et c’est moi. Et l’opérateur m’a répondu « ah je me suis trompé alors, excusez-moi » et a raccroché!!
    Ou bien quand mon nouveau fournisseur d’électricité ma demandé si je voulais pas en parler à mon mari avant de signer…
    Ou au bureau quand au téléphone on demande Monsieur le DG alors que c’est Madame (suffit de vérifier le prénom, c’est si difficile??)…

    Comme dit Silvilechat tout ça n’est pas le plus grave mais c’est très révélateur d’une certaine vision des choses dans la société!

  • #37 Breizh’ le 24 septembre 2008 à 9 h 40 min

    Bravo!! J’adore ton post : très bien écrit et engagé comme j’adore!!! :-)
    Je ne suis pas mariée mais je me bagarre de la même manière contre « Mademoiselle » et autre « nom de jeune fille » (« nom patronymique » bon sang!!!)…Lorsque je dis « Madame » on me demande mon nom d’épouse et quand, dans les magasins/banque/associations, j’explique qu’il n’y a pas de nom d’épouse alors tchac! je me retrouve avec du « mademoiselle »…paradoxalement seule l’administration française de m’impose pas de « mademoiselle » si je n’en veux pas (comme quoi…)…on me regarde de travers et j’ai beau expliquer que je trouve cela discriminatoire (depuis quand la manière dont on s’adresse à une femme dépend de son statut matrimonial???) et que quand on inventera dans la langue française un terme pour les hommes non mariés (mondamoiseau??!!!) alors « mademoiselle » me posera moins de problème (quoi que…) ben je suis taxée de féministe pénible (je reste polie)…
    De nos jours, pour beaucoup, célibataire=mademoiselle…même Ikéa (sensé être un représentant de la culture du nord) n’accepte pas célibataire=madame…
    Yanjiao continue à ne pas lâcher…un nom est porteur de beaucoup de choses et c’est une identité propre. Être féministe aujourd’hui, il parait que c’est un « combat » d’arrière garde (c’est ce que j’entends dire…), moi je dis que c’est une attitude et un positionnement tout à fait actuels et qu’il y a beaucoup à défendre…
    Dernière remarque : l’informatique a bon dos!!!! Un logiciel, ça se change et ça évolue non???

  • #38 Coraline le 24 septembre 2008 à 9 h 45 min

    Ces automatismes de pensées qu’ont même les femmes sont vraiment révélateurs :
    – Le nom de la femme s’effaçant par défaut au mariage et pire, la notion de « chef de famille »

    – L’idée que l’homme doit payer quand il sort avec une nana. « Quoi Coraline, tu ne te fais pas inviter systématiquement quand vous sortez au resto ? Pire parfois c’est toi qui paye ? »
    Bah oui je travaille et donc j’ai un salaire et donc je vois pas pourquoi je devrai me faire entretenir…
    Dans le même registre, une CB posée sur la table, le/la serveur(se) tend 90% des fois la machine à l’homme de la tablée !

    – La réflexion de mon chef un jour « Pas besoin de te prendre trop la tête avec le boulot, Coraline, un jour, tu t’arrêteras forcément de bosser un temps pour élever tes enfants »… euhhhh et si des enfants, j’en veux pas, j’ai le droit de me prendre la tête ?

    Dites les filles, on n’a pas fini de hurler ;-)

  • #39 Capucine le 24 septembre 2008 à 9 h 46 min

    Désolée pour le doublon, je voulais corriger qqchose et cela fait apparaître le commentaire une 2ème fois !!

    Je suis d’accord avec vous toutes : ce n’est pas très grave tout ça mais quand même révélateur de mentalités et d’idées reçues corriaces et très répandues donc d’autant plus difficiles à changer. Le problème c’est que nous ne sommes plus dans les années 50.
    Et que ce n’est pas être féministe (qui n’est pas un gros mot d’ailleurs) que de vouloir être payée à l’égale de son collègue masculin, ou d’être nommée chef de service puisqu’on a les mêmes compétences (voire plus) que le dit collègue…
    Pourquoi les hommes n’ont ils pas ce problème de reconnaissance, jamais ??? Qui commence par le fait qu’on ne les appele jamais Mme Truc ?

  • #40 Diripouf le 24 septembre 2008 à 9 h 48 min

    Coucou Yanjiao !

    Ton texte est chouette, parce que pendanr 25 ans, j’ai vu ma mère se battre pour qu’on l’appelle Mme MAMAN et non Mme PAPA… Elle n’avait pas pris le nom de mon père lors de son mariage (est-ce le cas pour toi ? Parce que si oui, c’est un peu normal que tout le monde t’appelle Mme MONMARI… ;-) et comme dans ton cas, la banque n’arrêtait pas de lui envoyer des chéquier à Mme PAPA…

    Jusqu’à ce qu’elle pète un câble un jour en recevant une CB au mauvais nom, et qu’elle y aille, toute rouge, pour leur hurler dessus qu’elle ne s’appelait PAS COMME CA, et qu’elle n’avait AUCUN papier à ce nom-là, et que donc cette carte n’était tout bonnement pas à elle…

    Ca les a calmés :D

  • #41 maylis le 24 septembre 2008 à 9 h 50 min

    Je suis tout à fait d’accord avec toi Yanjiao, mon copain est prévenu depuis longtemps que si un jour je l’épouse je garderai mon nom. Avec le poids historique que ça comporte, cette « perte d’identité » est plus que symbolique je trouve…
    Là où je vais être plus paradoxale, c’est que ça me choque moins que mon fils porte le nom de son père uniquement… j’ai hésité à ajouter le mien mais premièrement, je me suis dit que tout le monde l’oublierait, et deuxièmement, comme le signale La Cuiller en Bois, quel bordel pour ses enfants quand il épousera Mlle Nomdesonpère-nomdesamère!
    Et puis on est toutes fières de porter notre nom de naissance, et pourtant pour la plupart d’entre nous (je pense, puisque les traditions ont évolué assez récemment) c’est le nom de notre père uniquement, non?

  • #42 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 9 h 50 min

    La cuiller en bois :
    D’abord, félicitation pour la longévité du couple, ca fait rêver :)
    Je comprends bien ton point de vue en ce qui concerne vos enfants : votre autorité parentale est conjointe donc vos deux noms sont sur les papiers.
    Ce que je comprends moins, c’est pourquoi tu « laisses passer » le reste. N’as tu pas d’autorité conjointe sur votre compte commun? N’as-tu pas d’autorité conjointe sur l’argent qui paye vos factures?
    Je ne tiens pas à te remettre en question mais j’avoue un lien logique m’échappe :)

  • #43 Spike le 24 septembre 2008 à 9 h 51 min

    Cette histoire de « chef de famille » ça m’a toujours énervée aussi, même quand j’étais petite et qu’il fallait mettre sur les fiches: « qui est le chef de famille ». Et ma mère me disait toujours: « Tu coches que c’est ton père et moi les chefs de famille »!
    C’est entre autre ce qui ne me donne pas du tout envie de me marier, jamais: je me suis toujours dit que je garderais mon nom, puisqu’ici, lorsqu’on est mariée, on devient « la femme de »… même si on garde son nom de jeune fille.

  • #44 Ori le 24 septembre 2008 à 9 h 54 min

    Je te conseille d’aller voir le nouveau film d’Agnès Jaoui où Bacri tente de définir ce qu’est une féministe, c’est à mourir de rire!

  • #45 Ln75 le 24 septembre 2008 à 9 h 56 min

    Je comprends bien ton indignation.
    Quand je me suis mariée, j’ai très vite fait changer l’intitulé de notre compte joint parce qu’on me demandait sans arrêt ma carte d’identité (que je n’ai pas fait changer tout de suite) et ça marchait pas bien. Il fallait que je prouve que j’étais moi avec mon livret de famille (et pas une photocopie, ça vaut pas…).
    Je peux te dire que ça a été vite fait et que la banque n’a pas (pour une fois) fait de pbme.
    C’est toujours comme ça du coup, ça me plait bien.

    Sinon pareil que La cuillère en bois, le seul endroit ou j’insiste pour être aussi responsable que lui c’est pour les papiers concernant mes filles.
    Sinon comme nous avons fait l’un et l’autre la moitié des démarches administratives des fois c’est lui pour les courriers et les autres c’est moi. Ce qui nous permet de savoir qui vend ses fichiers le plus souvent …

    Quoiqu’il en soit, courage et tiens bon. Tu n’as pas à lacher le morceau sous prétexte que ça embête les gens et que c’est pas prévu dans les cases…
    Il faut qu’on les fasse changer ces cases de toute façon !

  • #46 Diripouf le 24 septembre 2008 à 9 h 58 min

    … ou alors vous pouvez faire comme nous et vous PACSer, pour dire zut au mariage et à ses coutumes d’un autre âge :D

    *part en courant sous les huées des femmes mariées*

  • #47 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 10 h 02 min

    Bonjour à toutes

    Que de réactions! merci beaucoup pour vos avis et merci à Hélène de soutenir ma cause ;-))

    Je suis désolée, je ne réponds pas individuellement, mais je vais essayer de ne rien oublier tout de même…

    – je suis assez étonnée que ce soit avant tout cette histoire de noms qui vous fasse rebondir, pour moi ce n’est qu’un élément parmi d’autres détails… je n’ai pas choisi de garder mon nom : dans la loi, une femme garde TOUJOURS son nom « de naissance » : c’est le seul valable (souvenez-vous, quand vous allez voter, ou sur les papiers administratifs…). Ajouter ou substituer le nom du mari est un usage, rien de plus.

    Dans le fond, prendre ou pas le nom du mari, ça me serait égal (je comprends très bien que des couples aient envie de porter le même nom, chacun ses choix!). Ce qui me gène c’est que c’est toujours le nom du mari qui prime, et que des couples qui souhaitent porter le nom de la femme (j’en connais) ne le puissent pas. Je vois beaucoup d’hommes (et de femmes) s’effarer quand je leur demande pourquoi ils ne prennent pas le nom de la femme… pourtant c’est exactement la même chose, non?

    et moi aussi, ça me fait bondir les « mademoiselle » ou « madame »… pourquoi la redoute, la salle de sport ou autre aurait besoin de savoir si je suis mariée? du coup je refuse de remplir la case, et si c’est obligatoire je mets monsieur (et je passe pour une cinglée… :)

    – Pour la question de savoir si c’est un détail ou pas : je suis bien consciente que ce sont des petits riens. Mais je crois que ça fait partie d’un machisme ambiant… par exemple (je dis ça à titre d’exemple et pas du tout pour agresser qui que ce soit hein ;-))) personne ne trouve bizarre qu’on guette les petits signes de racisme ordinaire. Pour moi c’est du même ordre. Donc je traque les détails, avec le sourire mais très fermement, parce que c’est ce qui est à ma portée.
    Pour le reste, en qualité de chef d’entreprise, je recrute des femmes, qui occupent des postes de responsabilité et sont payées comme les hommes. Et on essaie de s’organiser pour qu’aller chercher les enfants à l’école à quatre heures, ce soit possible le plus souvent possible. Et ça marche.

    – je note que partout les ordinateurs ont bon dos, quand il s’agit de ne faire aucun effort et de ne rien changer :-))))

    – Enfin, je précise que moi je suis bel et bien féministe, mais que l’homme n’est pas mon ennemi… comme les anti-racistes ne sont pas ennemis des Peaux-Blanches…

  • #48 ab’glam le 24 septembre 2008 à 10 h 06 min

    Le coup de la banque, ma mère subit la même chose et ça la met en rogne!!!

  • #49 Armalite le 24 septembre 2008 à 10 h 06 min

    Je suis 100% avec toi! Quand j’étais mariée, j’ai refusé de prendre le nom de mon mari. Scandale dans la belle-famille bretonne-catho-de-droite. Et comme je bosse dans l’édition et que mon nom apparaît souvent dans des livres, les AGESSA m’avaient automatiquement changé mon compte pour le mettre au nom de mon mari, résultat, j’ai plus ou moins été obligée de le coller derrière le mien dans les publications pour qu’on me reconnaisse. Aujourd’hui je suis divorcée depuis dix ans et ma carte de CPAM est toujours au nom de mon ex-mari, ce qui pose problème chaque fois que je vais chez un médecin ou à la pharmacie. Oh, et je ne vous parle même pas de la plus belle dispute que j’aie jamais eu avec mon ex-mari, un jour où je faisais remarquer que ça m’énervait qu’il soit automatiquement considéré comme chef de famille alors que je gagnais 20000F de l’époque chaque mois et que lui ne bossait pas (aucun travail n’était assez bien pour lui). Evidemment, je passe toujours pour une emmerdeuse avec ça, et si vous savez comme ça m’énerve!!!

  • #50 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 10 h 07 min

    Pour moi le nom de femme mariée, représente une famille.. je veux des enfants, et je veux leur donner un sentiment d’appartenance à une unité, que nous ayons, parents et enfants, le même nom. Mon mari m’a toujours dit que, si je le souhaitais, ce nom pouvait être le mien, que pour lui c’était parfait aussi… et il a même insisté, il adore mon nom ;)

    Peut-être que c’est pour ça que je n’arrive pas à comprendre tout ce que vous mettez comme émotion dans ce nom, ces appellations ? C’est un nom de famille. Dès que vous êtes d’accord avec votre partenaire, ben tout est parfait.

    La banque, l’école, l’administration… je les ai toujours emm…. pour qu’ils corrigent les fautes qu’ils ont toujours fait dans mon nom « de jeune fille » aux 15 lettres (et dans mon prénom, que beaucoup transforment en Céline). Si je n’avais pas pris le nom de mon mari, je les aurais encore emm… pour qu’ils ne me l’imposent pas d’office. DOnc oui, je comprends que l’on résiste !!

    Mais.. je n’y vois vraiment aucune « agression » envers la femme, aucun « effacage » de mon moi dans le couple.

    Juste des trucs administratifs à la con….

    et oui je suis « la femme de », comme mon mari est devenu « le mari de » ! je ne vois pas de sexisme là-dedans, j’avoue que si ça ne me plaisait pas, je ne me serais pas mariée…

    j’ai lu plus haut qu’il était égoïste de la part de ceux à qui ca ne posait pas de problème, de ne pas considérer que cela en pose à d’autres. C’est vrai ! Mais pensez vous vraiment qu’il est plus altruiste d’écrire que la femme s’efface, qu’elle est gommée, ou autres joyeuseté de ce genre quand elle ne partage pas votre opinion ?

    Je crois que sur ce sujet comme beaucoup il est important de penser que votre jugement peut affecter les autres… et donc, de modérer tout ca !

  • #51 Ad le 24 septembre 2008 à 10 h 09 min

    Moi, mon mari a accepté de prendre mon nom, et moi le sien : nous nous appelons tous les deux M. et Mme MONMARI-MONEPOUSE. Et pourquoi son nom à lui en premier? Pour des raisons d’euphonie, sinon ça devenait risible!!

  • #52 Breizh’ le 24 septembre 2008 à 10 h 11 min

    Yanjiao : j’aime beaucoup ta manière de voir les choses (tranchée mais pas totalitaire :-D) et en effet ça n’est pas qu’une histoire de nom. Disons que le nom est révélateur d’un état d’esprit (et le mademoiselle aussi!!!)
    Et c’est vrai qu’aujourd’hui être féministe est assimilé à être en guerre contre les hommes ou à ne pas les aimer : mais non!!!!! je fais juste la guerre aux c*ns!!
    Vous je ne sais pas mais moi, une vie sans homme ça serait comme…une tartine beurrée au beurre doux et pas au beurre salé (suis bretonne alors de fait…)…vous voyez ce que je veux dire? ;-p

  • #53 Futila le 24 septembre 2008 à 10 h 12 min

    Bon j’interviens pour la dernière fois, promis : la question de la mademoiselle et de la madame ne se pose pas de mon point de vue selon que l’on soit mariée ou pas mais selon que l’on soit « jouvencelle » (par comparaison à jouvenceau) ou pas. Bref, c’est pire que ça je trouve : davantage une question d’intimité que d’administratif marital. Les ado de 14 ans on les appelle « monsieur » que je sache, parfois jeune homme quand ils n’ont pas encore de moustache, mais c’est rare (d’ailleurs ils détestent le « jeune homme ») … on se rappelle tous une vieille « mademoiselle » ce que cela sous-entendait … c’est cela que je trouve choquant dans le « mademoiselle » d’autant que cela n’a pas d’équivalent au masculin. Qu’ne pensez-vous ?

  • #54 La Cuiller en Bois le 24 septembre 2008 à 10 h 12 min

    Miss Lili

    Merci pour tes félicitations :-)

    Je ne laisse rien « passer », rassures-toi. Je suis même assez « indépendante » !

    Je travaillais lorsque je me suis mariée.
    J’avais un compte bancaire, j’ai juste fait changer le nom de mon compte.
    C’est Mme Mon prénom Nom du mari.
    Dans la mesure ou cela ne me gêne pas hein …
    Nous avons un compte joint également (pour des raisons d’avantages à la banque vu que je suis fonctionnaire) dont je laisse l’usage à mon mari, il y a sa paye et il y fait ses dépenses.

    Nous avons partagés le réglement des factures selon nos revenus respectifs (j’ai toujours mon compte avec mon salaire dessus et mes dépenses).

    On fait le point vers le 20 pour équilibrer les factures susceptibles d’être en suspens.

    Ni l’un ni l’autre de demande à l’autre ce qu’il fait de ses sous, tant que les dépenses du foyer sont réglées. (entre nous quand on fait un cadeau, c’est vraiment un cadeau payé par l’un ou l’autre, pas par « le couple »).

    Donc en fait que je sois appelée Mme MonMari ou Mme MonNom ne me gêne pas dans la mesure ou mon MOI est respecté.

    La voiture est à mon nom (je la paye, je paie l’assurance, je m’en sers donc nous l’avons acheté à mon nom), JP a son scooter qu’il paye et entretient …

    Pour les factures (EDF, téléphone, eau etc ..) certaines sont à mon mon (toujours Mme Monmari mais mon prénom) et d’autres à celui de JP …

    Et en plus .. on est marié sous le régime de la séparation de biens … (j’ai trop souffert de voir ma mère se retrouver seule à 40 ans avec 4 enfants sur les bras et 23 cts sur un compte en banque, sans boulot). Donc on se mariait, mais si cela devait capoter, on aurait assez à faire à gérer nos émotions, les éventuels enfants … pas question de se battre pour des petites cuillers !

    J’espère que tu es rassurée Miss Lili … Pour moi, le port du nom n’est pas un inconvénient dans la mesure ou je suis respectée en tant que MOI.

    :-)

  • #55 Moi le 24 septembre 2008 à 10 h 15 min

    J’approuve et je me sens rassurée de lire ce texte, Yanjiao, ainsi que les commentaires qui témoignent que le sexisme est combattu au quotidien par d’autres femmes. Ca me fait du bien. Merci.

  • #56 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 10 h 17 min

    Merci Cuiller en bois. Au passage, je viens de ton blog, je le lisais assidument et je n’avais pas fait le rapprochement :) Je m’inspire… :)

  • #57 Nicole le 24 septembre 2008 à 10 h 19 min

    Coucou les filles,
    Tous les commentaires sont super intéressants…
    Je voulais plussoyer celles qui n’ouvrent pas les courrier au nom de Madame NOMDUMARI PRENOM DU MARI mais là, c’est le ponpon!!!
    Une fois j’ai eu un coup de fil de la banque, genre « vous n’avez pas reçu notre courrier? on l’a envoyé 2 fois! »… bah non… je veux bien que ce soit le nom de mon mari dessus, vu que je l’ai pris au mariage, mais le prénom en plus, ça faisait trop!
    Enfin bref…
    Pour le reste, la banque, tout est à mon nom… c’est même Mr et Mme Nicole NOM DU MARI!!!! :-)))

  • #58 nanie le 24 septembre 2008 à 10 h 20 min

    Les histoires de nom ça m’énerve ! Pour ne pas devenir madame Nomdumonsieur je vis depuis 24 ans en union libre avec le dit Monsieur . Du coup mes enfants etant nés avant 1995 j’ai été jusqu’à leur majorité leur seul responsable légal . Leur père aurait pu avoir l’autorité partagée en faisant une démarche au près du tribunal mais comme tout allait bien il n’a jamais vu l’utilité de cette demande. Dans l’annuaire il y a nos 2 noms et sur tous les papiers aussi . Le féminisme commmence par ce genre d’exigences je trouve.
    – Yanjiao féminisme ne veut pas dire que l’homme est ton ennemi ; l’égalité sous entend plutôt le respect de part et d’autre.

  • #59 Jo le 24 septembre 2008 à 10 h 22 min

    J’ai le même problème. Dernièrement, je viens de m’engueuler avec la sécu qui refuse de remettre mon nom de jeune fille (mon nom, quoi) sur ma future nouvelle carte vitale, alors qu’elle ne m’a pas demandé mon avis pour le supprimer, après mon mariage. On me demande donc de justifier que j’ai le droit de porter le nom qui est le mien depuis ma naissance.
    C’est incroyable.

    Là où j’ai eu gain de cause tout de même, c’est quand j’ai écrit aux impôts pour m’insurger contre le libellé M et MMe Monsieur Mari. Comme si seul le mari avait droit à une identité et que l’épouse n’était qu’une extension féminine de l’Homme. J’ai eu gain de cause. Notre déclaration d’impôts et tous les papiers relatifs aux impôts mentionnent désormais mon nom et mon prénom. Ouf ! J’ai retrouvé mon identité.

    Mais c’est vrai que le combat est épuisant et surréaliste de nos jours.

  • #60 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 10 h 25 min

    A propos du nom de famille des enfants, il est tout à fait possible de leur donner, sans distinction, Nom – madame — Nom – monsieur, dans l’ordre souhaité.
    L’enfant peut choisirà sa majorité de porter le « nom de jeune fille » de sa mère.
    Tout est dans le Code Civil sous le titre « nom » … :-) (y’a eu un changeemnt y’a quelques années, maintenant on ne parle plus de « nom patronymique » mais de « nom de famille », une femme mariée a tout à fait le droit et la légitimité de garder son nom de naissance, etc.) Tout cela est malheuerusement ignoré de la plupart des gens.
    Ignoré dans tous les sens : ils ne le savent pas et aussi ils y sont indifférents…
    Le nom, ce n’est pas important, n’empêche que mes parents sont en train de divorcer et tout à coup je ne signe plus avec un nom de famille mais avec le nom de mon père ^^
    Le souci ce n’est pas ceux qui acceptent consciemment de prendre le nom de leur mari (genre Cuiller en Bois ou Cec jeune mariée) … ce sont ceux qui méprisent la différence et considèrent mal les personnes choississant de ne pas prendre le nom de l’homme.
    Parce qu’un homme qui ne prend pas le nom de la femme, ce n’est rien que normal…

  • #61 Chichou92 le 24 septembre 2008 à 10 h 26 min

    @la cuiller en bois : chez moi, c’est la même organisation avec mon mari…chacun son compte et on a un compte commun pour les factures courantes. Je veux également mon indépendance financière, mon indépendance professionnelle. Mon père est décédé à 40 ans et ma maman ne travaillait pas (enfin si, elle s’occupait de nous :)) et s’est retrouvée sans le sous à 40 ans avec nous deux à sa charge.

    Je suis mariée, j’ai des enfants (d’ailleurs là, elles retournent toute la maison!!!) et je veux être considérée et reconnue autant que les hommes. Nous en faisons autant voir plus et nous gagnons moins …et ces petites « brimades » de la vie quotidienne me coutent beaucoup comme Yanjiao.

  • #62 Hélène le 24 septembre 2008 à 10 h 26 min

    Avant de lire tout le reste, je réagis à ton commentaire (5) silvilechat :

    « Sans être fondamentalement féministe, car mon ennemi n’est pas l’homme en tant que tel » :

    Etre féministe ne veux pas dire considérer l’homme comme un ennemi, mais vouloir que les femmes soient considérées et traitées à l’égal des hommes.

    Il ne faut pas faire des raccourcis pareil, c’est très mauvais pour la cause du féminisme et c’est ce qui fait qu’ensuite les féministes se font, encore aujourd’hui, traiter de « bonnes femmes hsytériques » (ce qui permet par ailleurs de ne pas accéder à leurs demandes, comme c’est pratique…)

  • #63 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 10 h 27 min

    Ah oui et à propos du féminisme;.. je suis aussi souvent révoltée de devoir souvent ajouter quand je dis « je suis féministe » que « je suis pour l’égalité hommes-femmes, pas pour la supériorité de la femme sur l’homme ».
    Le féminisme est entendu en opposition au machisme : le machisme voit la femme comme sa soumise ; le féminisme verrait donc l’homme comme son soumis ? …
    Défaut de langage. En fonction de mes interlocuteurs, je me déclare soit « féministe » soit « humaniste ». Et si l’autre m’emm*** encore avec de la sémantique, je lui demande de justifier son non-féminisme. (bon en général après on change de sujet..)

  • #64 Hélène le 24 septembre 2008 à 10 h 34 min

    Miss Lili (23) « Madame Gouteur Officiel, c’est ma belle-mère » : exactement ! Quand j’étais avec l’Homme et qu’il nous arrivait d’évoquer le mariage, j’ai toujours dit que jamais je ne changerais de nom, d’abord parce que je suis très attachée au mien, et ensuite parce que plutôt crever que m’appeler comme ma belle-mère ;-)))

    Mlle Crapaud j em’en sors généralement en disant qu’il me semble aussi logique d’être féministe que d’être anti-raciste, en général ça clôt la discussion ;-)

  • #65 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 10 h 34 min

    Oui, les filles, je suis bien d’accord avec vous pour la définition du féminisme… c’est pour ça que je compare avec l’anti-racisme, qui bizarrement ets plus politiquement correct que le féminisme…

  • #66 Fantomette le 24 septembre 2008 à 10 h 34 min

    L’autre jour, chez Surcouf, je vais demander à un vendeur des détails sur les batteries d’appareil photo, en sortant mon appareil de mon sac à main pour lui montrer le modèle.
    Il a sorti la batterie de l’appareil, a regardé le modèle et… s’est tourné vers mon copain pour LUI répondre à la question que MOI j’avais posée.
    Je n’ai pas eu le courage de lui faire la remarque.
    J’ai eu de la chance, j’ai été élevée par des parents non pas féministes, mais « égalitaires », j’ai les armes pour me défendre face au machisme ambiant car depuis toujours je sais que je ne vaudrai jamais ni plus ni moins qu’un homme et j’ai cette force, mais niveau sexisme ambiant, il y a tout ce qui touche à la maternité qui me fait bondir, ça ne fait que 3 ou 4 ans que les hommes ont droit à un congé paternité de… 11 jours…
    On s’étonne que dans les divorces, ce soit à 80% les mères qui ont la garde des enfants, mais depuis la naissance on considère qu’un enfant a plus besoin de sa mère que de son père, que la mère donne l’amour et l’éducation et que le père est tout juste bon à nourrir tout ce beau monde (congé naissance ridicule, salaire 20% supérieur), une femme qui s’absente de son bureau car son enfant est malade est improductive, un homme qui s’absente quand son enfant est malade, on a la larme à l’oeil « quel bon père »…
    On a encore du chemin à faire…

  • #67 Hélène le 24 septembre 2008 à 10 h 35 min

    Ahhhhhhhhh Yanjiao, on a dit la même chose en même temps !!!

  • #68 Futila le 24 septembre 2008 à 10 h 36 min

    Y’a pire Hélène : porter le nom de sa belle-mère et le nom et le prénom de sa belle-soeur. Compatissez, compatissez, double usurpation d’identité, c’est le pompon !

  • #69 Milky le 24 septembre 2008 à 10 h 37 min

    La solution : ne te marie pas, reste célibataire jusqu’à la fin de tes jours ; à défaut de mec dans les parages, les institution sont bien obligées de te prendre en compte, toi et toi seule.

  • #70 Hélène le 24 septembre 2008 à 10 h 37 min

    Wunderschoen Tralala sois la bienvenue !

  • #71 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 10 h 37 min

    Juste pour finir sur ces histoires de nom de famille, je précise que pour ma part ça m’est complètement égal, que mes enfants porteront le nom de leur père parce que ça lui fait plaisir (moi je m’en fous!!), que pour moi changer de nom ça ne me gènerait pas du tout.

    Mais les vieilles habitudes un peu poussiéreuses, il faut les secouer un peu!

    Récemment on a eu une discussion avec mon mari, qui comprend assez bien tout de même mes colères, qui accepte parfaitement que je ne change pas de nom (encore heureux) et qui me soutient en général. On parlait du nom des enfants éventuels, justement. Et il me dit « j’aimerais quand même avoir un garçon, pour qu’il puisse transmettre mon nom ».
    J’ai bondi !! j’espère bien que mon fils vivra à une époque où il pourra prendre le nom de sa femme! Mais mon homme qui est loin d’être un macho, n’avait même pas imaginé que ce soit possible….

    y’a encore du boulot!!

  • #72 Capucine le 24 septembre 2008 à 10 h 39 min

    @ cec jeune mariée : oui j’ai dit que la femme mariée s’éffaçait (sur le papier) au profit de son mari mais je suis désolée, je ne vois pas comment appeler ça autrement. La veille tu t’appelais X et le lendemain c’est devenu Y. Alors que ce n’est même pas une obligation, ce n’est qu’un usage. Mais suivi par une très très majorité de femmes, c’est dire si les traditions sont puissantes…Mais souvent les traditions les plus tenaces ne sont pas les meilleures pour les femmes…
    Le mariage ne se résume pas uniquement à porter le même nom, le partage peut se faire de mille autre façons, heureusement. Ceci dit je comprends parfaitement qu’une famille veuille avoir le même nom, les parents et les enfants.

  • #73 Lucile le 24 septembre 2008 à 10 h 40 min

    Oh merci pour ce texte Yanjiao!!

    Je suis féministe dans l’âme mais dans une famille de mecs ( 4 frères) et dans une société où les gens se convainquent que ça y est les féministes ont gagné leur combat et que leurs revendications sont juste pour faire chier le monde, pas facile de se faire entendre.
    En général ça fait marrer les gens quand je le dis, j’ai 20 ans hein et une grande partie des jeunes trouve que le féminisme est un combat dépassé. Mon mec est mm persuadé qu’être féministe c’est vouloir la supériorité de la femme sur l’homme. N’importe quoi.

    Quand je dis que je ne compte pas me marier, et encore moins prendre le nom de mon mari si jamais je le fais, on me regarde comme si j’étais débile. Ou alors j’ai droit à « ohh tu changeras d’avis quand tu auras rencontré le bon, tu n’as QUE 20 ans après tout ». Ben oui tout le monde le sait, pour toutes les femmes du monde c’est une vocation de se marier, et si on a jamais rêvé de passer une journée avec une « robe de princesse » à faire des mondanités on ne peut que finir par changer d’avis.
    Le pire c’est peut être pour le nom des enfants, j’ai été tellement heureuse quand en 2004 la loi a permis de donner le nom de son choix à ses enfants. Je me suis dit que mes enfants auraient forcément les 2 noms, dont le mien donc. Mais combien je vois de femmes dire  » oh ils n’ont que le nom de leur père, c’est normal pour moi, c’est traditionnel, et puis je veux me marier alors on aura TOUS le mm nom »!!! Des tas de femmes ne savent mm pas qu’on ne change pas officiellement de nom quand on se marie, et que si on veut le prendre c’est juste à titre d’usage. Et j’ai tellement souvent l’impression que c’est une fierté de prendre le nom de son mari, j’avoue que je ne comprends pas. Mais bon paraît-il que je suis extrémiste, j’ai fait rajouter le nom de ma mère sur ma carte d’identité!

    Quant à vouloir se battre contre l’usage du « mademoiselle » pour les femmes qui ne sont pas mariées, et ce mm si elles ne sont plus des jeunes filles, c’est carrément stupide pour les gens qui m’entourent. Et pourtant combien de fois j’ai entendu des gens parler d’une femme en utilisant le terme mademoiselle en sous entendant bien fort qu’elle ‘n’a jamais réussi à se marier, à se trouver un mec ». Ben oui tout le monde le sait si t’es pas mariée à 35 ans t’es une pauvre fille dont personne n’a voulu. ARGHHH

    Bref je m’énerve toute seule mais ça me fait vmt plaisir de voir que d’autres pensent comme moi.. au moins sur ces points là. Car il y a encore des tas de choses qui m’énervent quant au statut des femmes, notamment par rapport aux enfants mais paraît que je ne peux pas comprendre tant que j’ai pas d’enfants donc..

  • #74 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 10 h 41 min

    @ Hélène : ben voui, je crois qu’on est sur la même longueur d’ondes ;-))

    @ Fantomette : chez nous, c’est mon homme qui veut s’arrêter de bosser quand on aura des enfants. Je gagne plus que lui, je suis en début de carrière, ‘jai envie de continuer à m’éclater dans mon boulot… alors que lui, homme au foyer, ça le botte! donc prochain combat pour moi, ça sera le droit des hommes à s’occuper de leurs enfants tout en maintenant une activité professionnelle, même au ralenti!
    (oui, je milite aussi pour les droits des hommes ;-))

  • #75 Hélène le 24 septembre 2008 à 10 h 42 min

    maylis (41) je truove ton commentaire très fin et intelligent : moi non plus ça ne me choque aps que les enfants portent le nom du père, d’autant que c’est le seul moyen de dire qu’ils sont bien de lui (et c’est bien pour cette raison que ça se passe comme ça).

  • #76 Hélène le 24 septembre 2008 à 10 h 43 min

    Ori (44) bienvenue à toi ;-)

  • #77 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 10 h 47 min

    « je n’ai pas choisi de garder mon nom : dans la loi, une femme garde TOUJOURS son nom “de naissance” : c’est le seul valable (souvenez-vous, quand vous allez voter, ou sur les papiers administratifs…). Ajouter ou substituer le nom du mari est un usage, rien de plus. »

    Euh, ben non. Quand on se marie on peut choisir de prendre « officiellement » le nom de son mari (en gardant bien evidemment son nom de jeune fille pour les papiers style naissance etc, qui reste LE nom – mais le nom du mari devient nom d’usage) … ou pas. Auquel cas le nom du mari n’est ni nom d’usage, ni nom officiel, ni que dalle, LEGALEMENT.

    Maintenant le souci c’est que les administrations, banques et autres joyeusetes sont tellement habituees a ce que les femmes prennent le nom de leur mari qu’elles « switchent » bien souvent toutes seules.

    Donc si tu choisis de garder uniquement ton nom de jeune fille, tu es dans ton droit de refuser et de raler, si tu as « officiellement » accepte de prendre le nom de ton mari comme nom d’usage, ben c’est pas logique.

    Vala :) pour les technicalites cass-roupettes :D

  • #78 Hélène le 24 septembre 2008 à 10 h 49 min

    nanie (58) j’aime bien ton commentaire !

  • #79 Lullaby77 le 24 septembre 2008 à 10 h 50 min

    @ Fantomette: essaye un peu d’être prise au sérieux si tu vas seule chez un concessionnaire de grosses berlines de luxe… (ou même de petites citadines, tiens)

    @ Yanjiao: je crois qu’on réagit toutes beaucoup sur l’histoire du nom parce qu’elle s’incruste partout: sur ton chéquier, sur ta carte vitale et dans ton dossier médical (des trucs qui touchent vraiment à ton identité profonde en fait)… et qu’elle est sans doute symptômatique d’une certaine mentalité conservatrice.

  • #80 Capucine le 24 septembre 2008 à 10 h 50 min

    Oui c’est parfois paradoxal mais mes enfants portent le nom de leur père et ça ne me gène pas. Je porte celui de mon père et n’ai aucune envie d’en changer. et pourtant dieu sait si j’aime mon homme, mais j’aime aussi mon nom : ah, pas simple pour une femme !!!
    Mme Truc nous nous sommes connus, Mme truc je resterai.

    Mais encore une fois, c’est très personnel tout ça. Mais ce qui est pénible c’est l’uniformisation systématique des administrations et autres qui ne peuvent/veulent pas admettre que certaines choses doivent changer.

  • #81 mimisunny le 24 septembre 2008 à 10 h 51 min

    @ cec jeune mariée (com 10), merci d’avoir mis le doigt la dessus, je me suis mal exprimée, en effet. C’est sans doute mon histoire qui veut ça aussi mais je suis toujours pleine d’admiration pour les couples qui fonctionnent bien, tout en sachant que toutes les femmes mariées ne s’effacent pas au profit de leur mari, et heureusement :o)

  • #82 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 10 h 52 min

    Ah? Merci Ratabouinouf. Je ne savais pas!
    On ne m’a jamais demandé si je voulais prendre le nom de mon mari. ça se passe quand normalement??

    Par contre, il me semble que quelle que soit ta décision, tu garderas toute ta vie ton nom de naissance, en France, comme seul nom valable pour certaines choses « importantes » (vote, convocation devant les tribunaux, certificat de décès…). Je me trompe peut être. Si tu as des infos plus précises ça m’intéresse beaucoup…

  • #83 Clem le 24 septembre 2008 à 10 h 52 min

    Bonjour à toutes ! voilà un sujet qui me tient à coeur depuis que je suis toute petite… Je suis mariée, mais je suis toujours une Mademoiselle pour ma banque, car je n’ai pas pris le nom de mon mari et l’ordinateur refusait d’entrer le même nom dans les cases « nom de naissance » et « nom d’épouse » si la case Madame était cochée ! Et l’employée de me dire, « Ah mais je comprends tout à fait votre démarche, nous sommes au 21ème siècle, plus besoin de prendre le nom de son mari, mais bon c’est l’ordinateur qui décide, là je n’y peux rien »… ben voyons, ils ont bon dos les ordis ! moi je m’en fiche, je suis contente d’être restée une Mademoiselle dans certains cas pour mieux brouiller les pistes !
    Pour répondre à Céc jeune mariée, je comprends ton point de vue traditionnel, un nom = une famille, mais je le trouve un peu réducteur de nos jours où il y a tant de « familles recomposées » : mon frère et moi ne portons pas le même nom puisque nous n’avons pas le même père. Il y avait 2 noms sur la sonnette de notre maison, mais cela ne m’a jamais empêché de me sentir unie à lui par nos liens familiaux, que nous partagions le même nom ou pas !

  • #84 Hélène le 24 septembre 2008 à 10 h 54 min

    Lucile (73) sois la bienvenue !!

  • #85 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 10 h 55 min

    Eh voui Yanjiao, c’est pas quelque chose qui est souvent connu…

    Il me semble (mais je n’ai pas les details), qu’apres le mariage tu vas a la mairie avec les deux livrets de famille ? C’est a ce moment la qu’ils notent le nom de l’epoux pour te le coller comme « nom d’usage », et c’est a ce moment-la que tu peux refuser.

    Ceci dit, faut le savoir sur le coup, et apres, si c’est fait, ben t’es marron *soupir*….

  • #86 Lydie le 24 septembre 2008 à 10 h 56 min

    Chères vous toutes,

    Je suis en train de lire un des seuls ouvrages français traitant et décortiquant ce problème.
    (éducation des filles, langages, mauvaises habitudes, etc. qui nous amènent à ce type de problèmes de comportement vis-à-vis des femmes).
    C’est très intéressant et ça donne quelques petites astuces pour se faire écouter sans passer pour une hystérique, justement.(!)
    « Non, c’est non! », de Irene Zeilinger aux éditions Zones.
    C’est le seul que j’ai trouvé et il est très bien.

    Bon courage à toutes!
    Des bises
    Lydie.

  • #87 Molly le 24 septembre 2008 à 10 h 59 min

    Moi ce qui m’a choquée ces derniers jours c’est quand je suis allé manger un kebap avec un copain, c’était la deuxième fois que j’y allais. La première fois, le vendeur a demandé au copain avec lequel j’étais ce qu’il voulait, puis il est passé a l’homme derrière moi sans me demander. Je me suis dit qu’il ne m’avait pas vu, mais quand j’y suis retournée ce weekend end, rebelotte, pas moyen de commander, mon ami a du le faire pour moi. Bon je ne suis pas du genre a faire un scandale, donc je n’ai rien dit mais je n’en pense pas moins. Ils sont pas prets de me revoir eux.

  • #88 Hélène le 24 septembre 2008 à 10 h 59 min

    Lydie sois la bienvenue !

  • #89 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 11 h 00 min

    @Lucile et Capucine : alors finalement, est-ce que le combat féministe aujourd’hui dans certains domaines, et qui est à la portée de tous, ce n’est pas plutôt de travailler à l’éducation ?
    Par exemple pour le nom, que les jeunes filles sachent (et ca devrait être enseigné à l’école…) qu’elles ont le choix ! Que quand on publie les bancs à la mairie, il y ai obligatoirement une information sur le pourquoi des contrats de mariage ! Dans beaucoup de domaines, il y a égalité, ou du moins est-elle possible, mais beaucoup ne le savent même pas. Manque de communication ? Certainement. Mais peut-être aussi un manque d’intérêt ? j’en connais beaucoup qui s’en foutent, tout simplement….

    et merci pour ton comm additionnel Mimisunny :)

  • #90 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 11 h 02 min

    Ratabouinouf et Yanjio : le nom d’épouse est juste un nom d’usage : légalement, l’administration française nous reconnait avec notre nom de naissance (nom de jeune fille). On peut choisir de prender comme nom d’usage n’importe quoi, quasiment comme un pseudonyme (avec des nuances quand même) : aux yeux de la Loi, on nous connait avec le nom de naissance, qui ne peut en aucun cas etre supprimé par le nom d’épouse ou autre, …

    Pour choisir en fait c’est comme pour pas mal de choses : si tu ne le sais pas tu ne peux pas le faire. D’office, tu prends le nom de ton époux (grrr!) mais tu peux faire légalement la démarche de ne pas le faire. Le nom d’époux c’est ce qui s’applique quand aucune décision ne s’est faite savoir.
    Je crois que c’est pareil pour le régime du mariage : si on ne décide pas de se marier sous le régime de la séparation, c’est celui de la communauté des biens qui s’applique, non ?

  • #91 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 11 h 02 min

    @ Ratabouinouf : ah ben moi je suis jamais retournée à la Mairie après le jour du mariage… tous mes papiers sont toujours à mon nom, je n’ai fait aucune démarche… je vais regarder ce qu’il y a écrit sur notre livret de famille en rentrant!

    Ceci dit, je ne pense pas que le livret de famille soit envoyé à ma banque…c’est moi qui ait dit que j’étais mariée et c’est eux qui ont décidé tous seuls de changer mon nom!!

  • #92 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 11 h 04 min

    Rhhhhhhooooooo Mlle Crapaud, merci. Si je découvre ce soir qu’en fait on m’a changé mon nom sans même me demander mon avis, je crois que je vais faire sauter la mairie!!

  • #93 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 11 h 04 min

    @Clem : pour le nom « unique », je pense aux enfants d’abord… Mon frère est le papa du petit dernier, mais sa famille se compose de 3 enfants. Et ce n’est pas évident pour eux… le dernier né souffre et ne comprend pas pourquoi il n’a pas le même nom que son frère et sa soeur. Les deux ainés ne sont pas super à l’aise de ne pas porter le même nom que leur mère qui a choisi de prende le nom de mon frère après s’être mariée (et si elle ne l’avait pas fait, j’imagine pas la tête du petit dernier de ne pas avoir le même nom que ses frères et soeurs ET sa mère !!).

    Alors non ce n’est pas une vision traditionaliste des choses, c’est juste un confort que je souhaite apporter à mes enfants.

    Bon et si ca se trouve, à 18 ans ils décideront de prendre mon nom de jeune fille, et je serai bien avancée ;)

  • #94 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 11 h 04 min

    Cecjeunemariee : TOUS les combats commencent par l’education, demande a n’importe quel activiste Greenpeace ;-)

  • #95 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 11 h 06 min

    @Yanjiao : moi j’ai emm… tout le monde la semaine suivant mon mariage pour qu’ils changent mon nom, au bureau, la banque, les impôts…

    Et partout j’ai du envoyer copie de mon livret de famille pour justifier que j’avais choisi le nom de mon mari, et je trouve ça bien normal !

  • #96 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 11 h 07 min

    « Le nom d’époux c’est ce qui s’applique quand aucune décision ne s’est faite savoir. »
    C’est exactement ca…

    Cecjeunemariee: je n’ai jamais porte le meme nom que ma mere, ca ne m’a pas traumatisee plus que ca… Ca depend des enfants je pense :)

  • #97 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 11 h 08 min

    Yanjio : ils ne te demandent pas ton avis au sens propre … parce que tu es supposée connaitre ces dispositions …

  • #98 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 11 h 08 min

    @ Cec jeune mariée : oui je suis d’accord avec toi, je trouve très normal de devoir faire les démarches POUR changer de nom. ça m’énerve de faire des démarches CONTRE changer de nom, dans la mesure où je l’ai jamais souhaité ni demandé…

  • #99 Cagaroule le 24 septembre 2008 à 11 h 09 min

    Pas le temps de tout lire, mais pour les noms de femmes mariées, prendre le nom de son mari est un usage. Absolument pas une obligation, aux yeux de la loi on nait bidule et on reste bidule toute sa vie. C’est pour ça que l’on met Bidule ép. Truc sur les papiers. Même si les trois quarts des gens pensent que c’est obligatoire.

    En cas de divorce, on peut perdre Truc, mais pas Bidule. (d’ailleurs si je me marie un jour, rien que parce que j’ai une confiance absolue en Bidule et que je sais que ma trucitute sera peut être pas éternelle…) je pense que j’accolerais les deux noms.

    Une de mes amies a qualifié le mariage civil de sa soeur comme « jour où elle changeait de nom » (parce que ladite soeur voyait ça comme ça, hein) et alors autant, chacun fait ce qu’il veut mais là j’ai trouvé ça hyper réducteur comme définition du mariage…

    Bref pour quelqu’un qui n’a pas le temps… j’arrête! :-))

  • #100 Lytanie le 24 septembre 2008 à 11 h 11 min

    Je trouve cette discussion très intéressante et instructive étant moi aussi « féministe » mais surtout « égalitaire ».
    Une des moyens que j’ai trouvé a été de garder mes deux noms depuis que je suis mariée,
    l’un après l’autre. Je n’ai pas changé de nom sur mes comptes en banque, j’ai simplement fait rajouter le nom d’épouse MONMARI sur ma carte d’identité seulement pour avoir une preuve que l’on est bien marié…. Et c’est fou le nombre de personnes que me demandent des explications sur ce choix, comment vont s’appeler nos enfants est ce que je vais changer d’avis…. à chaque fois cela m’étonne, pourquoi vouloir effacer son nom propre, celui de son enfance, de ses parents? Pour moi les 2 sont aussi importants l’un que l’autre chacun portant son histoire, je ne peux pas choisir!

  • #101 ValérieCG le 24 septembre 2008 à 11 h 13 min

    Pour répondre à cec, jeune mariée.

    En fait on interroge juste les coutumes. On ne se permet pas, je pense, de juger les cas particuliers. Comme d’autres l’ont évoqué, le passage de la « fille de » à « la femme de » est visible à travers le changement de nom, le père qui emmène sa fille au mari à l’église etc.
    ca ne veut pas dire qu’il ne faut pas le faire ; le féminisme n’a pas à être dogmatique ; juste on s’interroge. Et on se plaint à juste titre qu’aller contre cette tradition soit si difficile.

    de la même facon, je réagis au propos de silvilechat. Les féministes ne haissent pas les hommes ;) ; ca serait aussi logique de dire que les militants antiracistes noirs haissent les blancs, ou les homos militants, les hétéros. Onse bat contre un système, parfois très injuste pour les hommes aussi ; pas contre ceux qui en font partie. Je préfère 100 fois un homme féministe/antisexiste qu’une femme sexiste et machiste.

    Yanjiao : pour les solutions à proposer, il n’y en a malheureusement pas.
    Tu dois faire plus d’efforts pour ne pas t’énerver qu’un homme car tu passeras pour hystérique en effet.
    Il est très difficile d’expliquer en quoi ces détails n’en sont pas car ce serait très long de le faire. beaucoup de gens n’ont pas conscience que ces petits détails font partie d’un tout.

    Merci beaucoup pour ce sujet ; comme tu l’auras compris, je suis féministe. Evidemment.

  • #102 Sylvie8600 le 24 septembre 2008 à 11 h 13 min

    Je ne suis pas mariée avec mon copain donc la question du changement de nom ne se pose pas pour le moment, mais je sais que je n’arriverais pas à renoncer au mien… Par contre la question du nom des enfants, on y pense et là, j’ai été un peu choquée de découvrir mon homme si rétrograde: pour lui, il est évident qu’ils porteront SON nom! Je n’ai pas forcément d’idée encore précise sur le sujet mais ça m’a heurtée que ce soit si « évident » pour lui, sans consultation… Débat à suivre…

    Petite anecdote: il a un nom très simple, j’ai un nom avec 3 consonnes qui se suivent à sonorité germanique. Depuis qu’on habite à Zürich, c’est MON nom qui est le plus pratique et nos voisins l’appellent donc Mr Macopine. Il en sourit mais ça lui a fait drôle la 1ère fois… Peut-être une façon de faire évoluer les choses? ;-)

  • #103 Capucine le 24 septembre 2008 à 11 h 14 min

    @ cec jeune mariée : entièrement d’accord avec toi, l’information n’est peut être pas assez passée tout simplement. Jamais appris ça à l’école, par contre en histoire j’avais appris qu’une fille pouvait se marier à 15 ans (18 maintenant). Il y a donc information, mais choisie !!

    Mais il est aussi possible que certaines s’en foutent comme tu dis, mais là je trouve juste que c’est dommage…et pas seulement pour elles.

  • #104 Deilema le 24 septembre 2008 à 11 h 15 min

    Dans mes bras Yanijao !!!!!!!!

    Je me suis mariée il y a un an, et je n’ai pas pris le nom de mon époux comme nom d’usage.
    En fait, dans mon boulot, j’ai conservé mon nom de jeune fille, je n’ai fait savoir à aucune administration ou banque que je m’étais mariée (à part les impôts, qui se sont mis automatiquement à m’appeler Madame NomduZhom d’ailleurs), et je n’ai pas changé mes papiers.
    Du coup, tous mes courriers m’arrivent encore à Melle Deilema NomdeDeilema.

    Il m’arrive d’utiliser le NomduZhom, mais accolé au mien, dans ma vie personnelle.
    Je suis donc également Madame Deilema NomduZhom NomdeDeilema.
    Et je milite activement pour que, au moins à l’état civil, nos enfants soient inscrits sous ce double nom.

    Je me souviendrai toujours du jour où j’ai reçu mon premier courrier adressé à Madame PrénomduZhom NomduZhom, courrier qui provenait de… mon propre père !!! (et en plus je suis sure que ça lui a fait tout drôle de l’écrire mais qu’il l’a fait pour me faire plaisir).

    Enfin, quant à la notion de « chef de famille », rien que l’idée me fait dresser les cheveux sur la tête !!!

  • #105 alice45 le 24 septembre 2008 à 11 h 19 min

    Tu n’es pas la seule rassures-toi. Ce qui m’insupporte c’est que le mot « féministe » soit perçu par beaucoup comme une maladie, voire une tare à soigner alors que le mot « anti-raciste » a une valeur hautement positive. Je remplace d’ailleurs le terme de « féminisme » par « anti-machisme » quand j’ai à faire avec des gens que le féminisme rebute. Et je prends souvent des exemples concernant les Noirs ou les Juifs.
    Je me bats contre le Madame ou Mademoiselle aussi. D’autant plus que « Mademoiselle » est illégal en France. Il s’agit d’une tradition. Pas d’une loi. Et plein d’autre chose: les salaires, les conditions de travail, la violence bien présente même chez nous.
    D’ailleurs tant que la femme sera Mme Monmari, que l’on trouvera la qualité de chef de famille au mari et que son satut d’état civil (Mme ou Mlle) dépendra encore de son mari il y aura toujours une idée, même inconsciente, que la femme appartient à son mari (elle a son nom, il est le chef..;), cela poussera certains hommes à penser qu’ils ont tous les droits sur leur femme-propriété.

  • #106 Fantomette le 24 septembre 2008 à 11 h 19 min

    Sur le nom de famille, mes frères et soeurs et moi portons les noms de nos deux parents, pour des raisons phonétiques, mon nom c’est papa-maman (enfin… sur mes papiers, c’est « nom : papa / nom d’usage : papa-maman »), et pour les frangins suivants qui ont pas le même père, c’est « nom : maman–papa » (oui, avec la nouvelle loi c’est deux tirets pour pas confondre avec un « vrai » nom composé, les deux noms des deux parents, c’est pas comme si c’était un « vrai » nom…)
    Avec mon copain, la question des noms est posée, nos enfants auront nos deux noms, je sais pas encore lequel je vais transmettre de mon père ou ma mère, mes deux parents se fichent royalement que je transmette leur nom ou celui de l’autre.
    Mon copain s’est fait à l’idée que nous n’aurons pas tous le même nom, j’ai 7 frères et soeurs, trois fratries, trois noms de famille différents, ce n’est pas ça qui fait l’unité de la famille, ça fait notre identité, ce qui est propre à chacun (sinon, pourquoi ne pas carrément tous avoir le même prénom et un n° derrière ?) on a tous des prénoms et des noms différents, mais on est UNE famille, mes frères et soeurs qui portent le même nom que moi ne sont pas plus mes frères et soeurs que ceux qui ne portent pas le même nom.
    C’est difficile à expliquer mais j’ai un rapport très fort à mon nom de famille, et je suis consciente que je ne pourrai le transmettre dans son intégralité, la moitié sonne espagnol, l’autre moitié sonne breton, mon copain est polonais avec un nom quasi imprononçable, je pense que nos gamins lutteront autant que leurs parents avec leur nom tarabiscoté à l’école !

  • #107 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 11 h 21 min

    @Capucine : charge à nous de continuer à faire passer le message et que nos enfants/neveux, nièces, etc… ne s’en foutent pas !

    Moi j’ai un papa.. féministe (au sens premier, égalité homme/femme), qui m’a toujours poussée à faire tout ce que je voulais et à me souvenir que j’étais l’égale de n’importe quel homme. Que j’avais le choix, qu’être femme au foyer si c’est ce dont j’avais envie, c’était parfait, mais que ce n’était qu’une des voies ! Qu’il fallait que je sache ce qu’était un contrat de mariage pour décider si j’en voulais un ou pas, etc…

    Et je continue à rappeler ces évidences à mes neveux et nièces, à reprendre mes neveux quand j’entends « ben oui c’est les gonzesses qui vont mettre la table pourquoi ? » (ramènes tes fesses de mec je vais t’apprendre à repasser, tiens ;) ) même s’ils me trouvent un peu casse-pied, mais je crois que le message passe et que c’est ca aussi être féministe :)

  • #108 Clem le 24 septembre 2008 à 11 h 21 min

    Lucile, comme je me retrouve dans ton commentaire ! J’en ai eu des remarques « Ah mais tu ne t’es pas mariée en robe blanche, tu as loupé l’occasion de réaliser ton rêve de petite fille ! », gné ???
    Cec, cette notion de comfort, ou d’inconfort, par rapport au nom « unique » pour une famille découle justement, selon moi, directement de la vision traditionnaliste d’une société qui ne s’ajuste toujours pas à ce genre d’évolution des moeurs (divorce, remarriage, conservation du nom de naissance, enfants qui portent le nom de leur mère, etc…). Mais l’éducation peut combattre ces préjugés, comme tu l’as noté.

  • #109 kinkag le 24 septembre 2008 à 11 h 23 min

    Bonjour à toutes,

    Tellement d’accord avec vous Yanjiao, et toutes celles dans la même mouvance…, et sans aucune agressivité envers celles qui ne le sont pas 8-).

    Pour moi aussi, lutte quotidienne depuis si longtemps : après mon divorce, j’ai fait trente douze mille photocopies de la réglementation (une dizaine de pages) concernant le nom (pour que les enfants puissent porter le double nom père-mère), que j’ai conscieusement fourni aux établissements scolaires et autres institutions,pour les inscriptions, tous les ans, pour les trois. Cela servait aussi pour que ME soient adressés les courriers. Et je n’avais JAMAIS porté le nom de l’ex !

    REmariage, RE-combat… et même, un petit moment, avec Cielmonremari, pourtant totalement féministe (je ne détaille pas, vous pouvez me croire :-} ) : lui disait « mais c’est pas grave, c’est rien qu’une tradition, qu’est ce que cela peut bien te faire, et puis moi j’aime bien l’idée que tu t’appelles comme moi » ; je n’ai pu le convaincre du malaise qui était le mien à l’idée de ne plus porter MON nom, qu’en lui disant : et à toi, quel effet cela te ferait-il de t’appeler Monsieur Kinkag ? ben HORRIFIE qu’il était, le gars…

    Quand je remplis des papiers où existe la rubrique « nom de jeune fille », je ne remplis pas…
    Si le ou la bureautière insiste, je lui demande où est la rubrique « nom de jeune homme ». Soupirs et levage d’yeux au ciel, mais je ne lâche pas l’affaire.

  • #110 Cathy le 24 septembre 2008 à 11 h 23 min

    Les choses changent
    dans l’école de mes enfants il y a 10 ans tout était à singer par le chef de famille -( ie le père)
    les papiers ont été modifiés
    Mon banquier n’a rien dit quand j’ai demandé de mettre mes 2 noms sur mon chéquier et ma CB – le mien puis celui de mon mari (dans cet ordre-là j’y tenais)
    Au travail j’ai gardé mon nom de jeune fille , j’y tiens
    Je ne m’énerve pas mais je précise toujours mes 2 noms et je trouve que çà passe de mieux en mieux

  • #111 Coralie Marie le 24 septembre 2008 à 11 h 23 min

    Merci Yanjiao, je me sens moins seule aujourd’hui ! Je trouve vraiment triste qu’en 2008, on en soit encore à devoir dire « je suis féministe mais pas contre les hommes » et à supporter des « ces histoires de nom c’est un détail ».
    Oui, en prenant le nom de son mari, la femme s’efface, elle perd son identité aux yeux des gens. C’est quand même se voiler la face de penser qu’on ne devient pas largement plus « Mme femme de » que lui « M. mari de ».Changer de nom professionnellement me semble une aberration. Pourquoi en 2008, mes collaborateurs devraient-ils savoir ce que je fais de ma vie privée ?
    Une comparaison que j’aime bien, quand une entreprise en rachète une autre, elle lui donne son nom, quand elles s’associent, ce sont les deux noms !
    Et parler de confort à l’heure où tant de familles sont recomposées, j’ai du mal à suivre. Donner des noms composés à ses enfants permet justement de garder un lien entre demi-frères et soeurs.

    Je suis persuadée que ce n’est pas un détail, et je le suis d’autant plus quand je vois beaucoup de mes amies en phase « mariage » perdre pas à pas leur volonté de s’affirmer, pour se plier aux traditions machistes…

  • #112 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 11 h 24 min

    Juste pour re-préciser une fois de plus : “féministe” = “égalitaire”, pour rebondir sur la remarque de Lytanie, (00)
    ;-))

    je pense que c’est un souci qui dépasse les femmes mariées (j’ai pas l’impression que ce soit beaucoup plus pénible pour moi depuis que je suis mariée, j’étais déjà très intraitable avant!!)… les femmes célibataires qu’on appelle Mademoiselle à 35 ans, sont-elles sensées être des demies-femmes? les mères qui ne sont pas mariées, que nom choisir pour leurs enfants? les femmes qui travaillent mais à qui on ne reconnait pas la capacité d’être chef…

    d’ailleurs, si vous avez des blogs ou sites à recommander sur le sujet, je suis preneuse!

    moi j’ai découvert « Olympe et le plafond de verre » y’a pas longtemps, je trouve ça intéressant : http://blog.plafonddeverre.fr/

  • #113 porteverte le 24 septembre 2008 à 11 h 25 min

    Bien d’accord, il faut lutter, même si ce n’est qu’une histoire de nom (dont en fait on se fout un peu), parce que derrière il y a des symboles.

    Quand j’ai divorcé, sachant que j’allais assumer seule mes enfants, j’ai voulu garder le nom de mon ex parce que c’était celui de mes enfants, et que pour eux c’était plus facile ; en plus ça m’a évité plein de démarches fastidieuses, bref ça m’arrangeait. Du coup aujourd’hui, lors des sondages et démarchages par téléphone, mon mec actuel se voit appeler Monsieur NOM de ma FEMME (et ça nous amuse beaucoup ;-)

    Lorsqu’on lui demande s’il est le chef de famille, il répond toujours par une longue diatribe sur le fait que chez nous, il n’y a pas de chef.

    Mais je dois reconnaître que ma situation actuelle est un peu particulière ; nous vivons ensemble mais nous sommes séparés sur tous les plans administratifs : comptes-chèques, cartes grises, adresses officielles et déclarations d’impôts, et la seule formule que je revendique, c’est celle de l’union LIBRE, même si parfois ça nous coûte un peu plus cher.

    Cet état de fait est aussi la conséquence d’une période de ma vie où c’était tout le contraire ; quand elle s’est terminée, je me suis promis de ne plus jamais tomber dans ces pièges, et j’ai eu la chance de rencontrer quelqu’un pour qui c’était aussi important.

    Alors, c’est vrai, parfois on est un peu caricatural : quand nos collègues demandent à mon mec si ce ne serait pas bientôt mon tour de faire un gâteau pour la pause (parce qu’ils n’osent pas me le demander à moi), il répond qu’il n’y a pas de problème, qu’il le fera la semaine prochaine – et quand la voiture est en panne, j’aime bien aller seule chez le garagiste qui est un vieux macho, juste pour le fun, et le plaisir de lui répondre quand il me demande si mon mari saurait par hasard de quand date la dernière révision, qu’il n’y a pas de raison qu’il le sache, puisque c’est ma voiture.

    N’empêche que comme ça, et sans faire de grand discours théorique, petit à petit, mes enfants aussi ont pris ce pli, et je ne les entends jamais faire de réflexions sexistes ;-)

    Je m’arrête là, c’est mon cheval de bataille en ce moment, je pourrai continuer des heures ;-)

    Une dernière pour la route : dans mon lycée où les trois quarts des élèves sont des filles, les deux tiers des délégués sont … des garçons (et c’est pas faute de les engueuler, vous pouvez me croire !)

  • #114 Deilema le 24 septembre 2008 à 11 h 29 min

    Tiens, sur le « Madame », « Mademoiselle »…
    En fait, il semble qu’à l’origine, la formule respectueuse est d’appeler les femmes « Madame », « Mademoiselle » étant une forme « familière » pour les jeunes filles (ou toutes les actrices, sans distinction), un peu comme « jeune homme ».
    Bon, ça ne vaut que dans la « vraie vie », pas sur les papiers officiels, je suppose que les impôts n’envoient pas des courriers à en-tête « Mademoiselle » aux actrices mariées…

    Donc, si on n’est pas mariée, demander à se faire appeler « Madame », c’est uniquement demander à être respectée ;))))

    Voilà, c’était la minute « Nadine de Rotschild » ;)))))))))))

  • #115 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 11 h 29 min

    @Coralie Marie, je ne me suis jamais effacée, et n’ai jamais perdu mon identité aux yeux des gens… Mon identité, c’est ma personnalité, pas mon nom !

    Je suis féministe, et je ressens tes propos comme un jugement sur mon choix, ce que je n’aime pas.

    Si tes amies « perdent leur volonté », peut-être qu’en fait il s’agit pour elles de replacer leur priorités ? Un couple ce sont des concessions, peut-être qu’elles en font par exemple sur le nom, mais que leur mari en font sur autre chose qui était beaucoup plus important pour elles ?

    Désolée mais je toruve totu cela très réducteur :)

  • #116 Hélène le 24 septembre 2008 à 11 h 29 min

    « Une comparaison que j’aime bien, quand une entreprise en rachète une autre, elle lui donne son nom, quand elles s’associent, ce sont les deux noms ! »
    Très bonne comparaison, Coralie Marie !!

  • #117 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 11 h 30 min

    @ porteverte : « ce n’est qu’une histoire de nom (dont en fait on se fout un peu), mais derrière il y a des symboles » : c’est exactement ça!! merci.

    @ cec jeune mariée : tu parles de « féministe (au sens premier, égalité homme/femme) », mais je ne connais pas d’autres sens??? ;-)))

  • #118 Fantomette le 24 septembre 2008 à 11 h 31 min

    Sur le « mademoiselle », ma mère s’est mariée à 45 ans alors qu’elle avait 6 enfants, elle se faisait appeler « mademoiselle » au bureau de vote par exemple, je me revois aller voter avec elle, ça la rendait dingue…
    Mais elle a dit à aucune administration qu’elle s’est mariée pour ne pas se coltiner le nom de son mec (et à personne d’ailleurs, on était 10 à la mairie, trois semaines plus tard, la famille recevait un faire part « Ils eurent beaucoup d’enfants… Et ils se marièrent ! », j’avais adoré) et quand quelqu’un appelle chez elle en demandant à parler à Mme NomDeSonMec, elle répond que c’est une erreur, que personne ne porte ce nom ici (moi pareil, avec le nom de mon copain, d’ailleurs, la ligne est à son nom), ceux à qui j’ai envie de parler savent comment je m’appelle, ainsi que ma banque et mon employeur, le reste c’est de la prospection généralement…

  • #119 Hélène le 24 septembre 2008 à 11 h 32 min

    Hi, moi ausis j’adore le commentaire de porteverte !

  • #120 Deilema le 24 septembre 2008 à 11 h 33 min

    Exactement ! Et si j’ai des enfants, ils seront notre oeuvre commune, donc il sera normal que nous les signiions tous les deux ;))))))))

  • #121 Hélène le 24 septembre 2008 à 11 h 33 min

    Fantomette ça me rappelle, quand j’étais avec l’HOmme donc, des fois des gens téléphonaient et me disaient « vous êtes Mme NOM DE L’HOMME ? », je répondais non, et je raccorchais, sans même demander qui c’était ;-)

  • #122 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 11 h 34 min

    @Yanjiao : euh, parfois, je me demande… quand je vois des femmes me dire « ah non hein tu vas pas remplir le lave-vaisselle ? » au bureau, que je demande « pourquoi ?? » et qu’on me réponds « ben il FAUT que ce soit un homme qui le fasse, il faut LUTTER » quand chacun le fait très régulièrement ici, homme femme confondus, j’ai des doutes :)

  • #123 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 11 h 35 min

    Cec jeune mariée : je pense – en tout cas c’est mon cas – qu’une différence est faite entre les femmes qui choisissent de porter le nom de leur mari pour des raisons qui leur sont propers (comme toi par exemple) et les femmes qui ne prennent pas lapeine de réfléchir sur cette question et donc « subissent » les décisions prises par d’autres (en l’occurrence l’administration qui met par défaut le nom du mari). Autant les premières, aucun souci, autant les secondes, à mes yeux, sont un peu discutables dans leur volonté de s’imposer. On s’impose quand on choisit (et on choisit ce que l’on veut !), mais quand on ne fait rien, c’est de la soumission.

  • #124 Breizh’ le 24 septembre 2008 à 11 h 35 min

    Je me régale de tous vos commentaires, c’est si enrichissant!!!
    Mais je vous en prie…on a un « nom de naissance » ou un « nom patronymique » pas un « nom de jeune fille »!!!!
    J’ai presque 37 ans et quand on me demande mon nom de jeune fille ça me fait grimper au rideaux!!!!
    Je sais que je peux paraitre pointilleuse mais, pour moi, l’utilisation que l’on fait des mots y met le sens et je ne peux m’empêcher de penser que les appellations « usitées » (nom de jeune fille, nom d’épouse, chef de famille, etc…) ancrent certains comportements et habitudes aussi fort que des actes et des remarques sexistes/discriminatoires/…Elles maintiennent la différence.

  • #125 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 11 h 35 min

    Cec jeune mariee (faut dire, ton pseudo aide pas – roooooooooooooh je rigole !!), je pense que meme si, pour toi, la symbolique du nom n’a pas l’air primordiale, dans nos societes occidentales, le nom de famille c’est quelque chose de fort pour une majorite des gens, quand meme, d’ou le debat ;)

  • #126 Cagaroule le 24 septembre 2008 à 11 h 38 min

    @ Céc jeune mariée: tout dépend de ce que l’on inclut dans la personnalité; pour moi, le nom c’est un peu la partie visible aux yeux de tous de l’iceberg. Pour toi, nom. (ah ah ah!) [ceci est un mauvais jeu de mots]
    Encore une fois, on fait chacun à sa façon, non ? (je vous l’ai pas refaite, ça faisait ressassé… :-)))

  • #127 Hélène le 24 septembre 2008 à 11 h 39 min

    Yep, je plussoie avec Ratabouinouf ;-)

  • #128 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 11 h 39 min

    @ Breizh’ : ah ben nom patronymique c’est pa sterrible non plus, hein, si tu vas par là!!

    @ cec jeune mariée : tous les excès sont toujours débiles, quel que soit le sujet. De là à dire que tous les féministes sont extrémistes, il y a hélas un pas trop facile à franchir (je ne dis pas ça pour toi :-)). Je crois qu’on ne peut pas se fonder sur quelques mauvais exemples pour discréditer une cause.

  • #129 Ysoriane le 24 septembre 2008 à 11 h 40 min

    Je suis entièrement d’accord avec toi Yanjiao ! tu n’en demandes certainement pas trop et tu n’es pas la seule ! Fort heureusement, cette tendance à imposer le nom de l’époux est nettement moins présente en Belgique mais je travaille au quotidien avec des collègues Français et…certaines collègues Françaises me regardent encore un peu de travers lorsque qu’elles apprennent que le nom que je porte est toujours le mien, pas celui de mon mari. C’est pas lui qui bosse à ma place, c’est pas lui qui assume les responsabilités inhérentes à mon boulot, il n’a rien à voir avec mon boulot!
    Et je ne parle pas des collègues qui changent de nom à tout bout de champ : pour l’une d’entre elles, j’en suis au 3ème changement !
    Moi aussi ça m’agace grave cette manie de devoir choisir sur tous les formulaires entre Mme et Melle. De quoi je me mêle! Mais alors là, j’avais encore jamais pensé à mettre Monsieur mais ça m’a bien fait rire et dans le fond, je trouve l’idée tentante!!

  • #130 Fantomette le 24 septembre 2008 à 11 h 40 min

    Hélène : L’autre jour, un coup de fil
    « Bonjour, Mme Nomdelhomme ?
    -Non, vous devez faire erreur
    -Ha, pardon, désolée »
    Deux minutes plus tard
    « Bonjour, Mme Nomdelhomme ?
    -Toujours pas
    -Bon, désolée, il y a un problème sur votre numéro, au revoir »
    Un problème sur leur logiciel, oui, la femme qui habite chez M. Nomdelhomme c’est pas Mme Nomdelhomme, nomého, ça nous fichera la paix, un commercial de moins pour nous appeler soir et week-end !

  • #131 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 11 h 42 min

    Ratabouinouf, au piquet pour cette blague si facile :) Pfff en plus le mariage c’était déjà y’a plus d’un an, mais la dictateuse veut pas qu’on change de pseudo ;)

    C’est fort pour moi aussi le nom, c’est bien pour ça que j’ai CHOISI :) je mets plein plein de choses derrière ce choix !

    Ce que je n’aime pas trop, c’est que l’on condamne celles pour qui ca n’est pas important et qui n’y pensent même pas et prennent le nom de leur mari.

    Je suis persuadée aussi que la plupart des administrations, etc, font des erreurs parcequ’ils s’en foutent et pas pour opprimer la femme, et qu’à ce titre, on doit leur demander réparation au même titre que n’importe quelle erreur, certes avec plus de volonté d’y arriver de notre côté quand on investit cela de notions féministes, mais tenir le/la fonctionnaire/employé en face pour coupable d’un acte de machisme, c’est trop :)

  • #132 Hélène le 24 septembre 2008 à 11 h 45 min

    cec jeune mariée pour toi je ferai une exception, change donc ce pseudo qui prête à confusion ;-))

  • #133 Breizh’ le 24 septembre 2008 à 11 h 46 min

    Yanjiao, je préfère « nom de naissance » mais il y a dans patronymique une notion de lignée familiale qui me touche (mais ça c’est autre chose)… :-)

  • #134 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 11 h 47 min

    @ cec jeune mariée : personnellement, quand la fonctionnaire est une dame qui m’affirme hyper sérieusement que c’est mon mari le chef de famille, je ne la soupçonne pas de sexisme : je SAIS qu’elle est sexiste.

    Après, je pense qu’elle n’en est pas consciente, que ce n’est pas de sa faute, que ce n’est pas une agression contre moi-même… n’empêche que je SAIS aussi qu’elle a tort, et qu’il faut lui parler (gentimment mais fermement) pour qu’elle entende un autre son de cloche.

    je vois aucune raison de laisser passer ce genre de remarque.

    Une fois de plus, si l’administration se permettait des erreurs connotées racistes, tout le monde hurlerait (avec raison). Opprimer la moitié de la population du monde, ce n’est pas normal, c’est grave, c’est ce qui se passe aujourd’hui, et il faut lutter contre, toujours et partout.

  • #135 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 11 h 47 min

    naaaa Hélène, je garde, j’espère bien rester une jeune mariée très longtemps ;)

  • #136 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 11 h 48 min

    Yanjiao : bon là, je pense que le bon outil de communication avec l’administration, c’est la massue :))

  • #137 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 11 h 50 min

    Je suis assez d’accord avec toi sur certains point cec jeunemariee, dont celui de l’aggressivite de certaines feministes.

    Moi par exemple, c’est moi qui cuisine a la maison. Tout le temps. Pourquoi ? Parce que j’aime beaucoup cuisiner, et qu’il deteste ca.

    C’est lui qui fait menage/vaisselle. Pourquoi ? Parce que ca le derange pas, et que moi ca me gave.

    Ben 80% du temps, quand les gens qui me connaissent assez pour savoir que je suis feministe sur les bords mais pas assez pour connaitre la repartition des taches viennent manger a la maison, ils poussent des cris d’orfraie quand ils me voient aux fourneaux « Haaaaaaaaan mais c’est toi qui cuisine ? Pas lui ? »

    Reponse de l’homme, provocateur : « Ben non ca me gave :D  »

    Suit l’explication…… Mais le premier reflexe c’est Ho la la, une feministe ne devrait pas faire a manger O_o

    C’est un peu la meme chose pour la « femme au foyer » : on peut etre feministe et femme au foyer, non ? Si c’est un choix, je vois pas ou est le probleme, mon homme m’a souvent dit qu’il aimerait bien etre homme au foyer…

  • #138 Hélène le 24 septembre 2008 à 11 h 50 min

    Merci Ratabouinouf, de rappeler ces subtilités, c’est impotrant.

  • #139 Marine92 le 24 septembre 2008 à 11 h 51 min

    et moi qui suis divorcée depuis 2 ans et me suignale partout avec mon nom de jeune fille, le directeur de l’école m’a remis un courrier hier soir
    M et Mme Chéridavant

    Font chier, le chéridavant il habite à 900 bornes ils l’ont jamais vu et il lui adresse le courrier à son nom et pas au mien. ca m’a énervée grave!

    donc je te comprends ;)

  • #140 silvilechat le 24 septembre 2008 à 11 h 52 min

    par rapport au comm 41 (désolée, je suis un peu en retard) il existent des pays où les enfants portent les deux noms, celui du père et de la mère, et cela ne pose aucun problème…bien au contraire: pour établir une filiation par le biais du nom, il n’y a rien de tel semble t’ il puisqu’il faut un père et une mère pour naître…. Pour ma part, ma fille porte mon nom , avec l’accord et l’envie de son père, ce qui n’empêche personne de douter de sa filiation. Nous ne sommes pas mariées. et ce n’est certainement pas ce fait qui va induire auprès de ma fille ou qui que ce soit d’autre l’idée qu’elle ne soit pas la fille de son père…et si c’est le cas, eh ben le problème à mon avis se situe ailleurs. Les moeurs changent, et j’en suis assez heureuse en vue de certains petits détails qui ont la vie dure…

  • #141 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 11 h 53 min

    Ce que je trouve effarant, c’est de s’en foutre à la base. Réfléchir et se dire « dans le fond, je m’en contrebalance, ils m’apellent comme ils veulent, je sais qui je suis », est une démarche très différente de « je réfléchis même pas et je fais parce qu’on me le dit ».
    Quant à la volonté d’opprimer la femme, elle n’est pas mise en cause, c’est le résultat qui l’est. Je veux dire que bien sur, la préméditation de l’acte l’aggrave. Mais même par accident, la conséquence, c’est qu’on reste, encore et toujours des « annexes » de notre conjoint tout ca parce qu’on l’aime.
    Si on se marie aujourd’hui par symbole et pas par nécéssité sociale, je trouve illogique de nier, par la suite, les effets de ce symbolisme. Et le mariage-symbole a, encore aujourd’hui, sur le patronyme des effets réels qui eux sont aussi symboliques.

  • #142 Cissou le 24 septembre 2008 à 11 h 54 min

    Je suis d’accord avec cec jeune mariée, il faut pas exagérer, porter le nom de son mari, c’est pas pour autant qu’on s’efface ou que l’on perd son identité.
    D’ailleurs, étant donné que ce n’est qu’un nom d’usage, notre nom reste celui de naissance, celui inscrit sur l’acte de naissance, et il reste inscrit sur les papiers d’identité etc…

    Après, par définition, un nom d’usage, reste un nom d’usage.
    Le problème, c’est que nombreux sont ceux et surtout celles qui n’ont pas encore compris qu’un nom d’épouse n’est qu’un usage (et là, Yanjiao, tu le souligne très bien, l’administration n’arrange pas avec ses us et coutumes).
    Dans mon boulot, j’ai gardé mon nom de jeune fille pour des raisons pratiques, dans la vie « civile » pour pas mal de trucs j’utilise le nom de mon mari, mais surtout pour des raisons pratiques (genre pour qu’indifféremment l’un ou l’autre de nous deux aille chercher les colis de l’autre) et je ne suis pas schizo pour autant !

    Et je ne m’efface pas, avant d’être Cissou X épouse Y, je suis avant tout Cissou tout court !

    En revanche, je suis également perplexe sur le fait de distinguer les femmes selon leur état marital. Il serait temps que cela change ce genre de truc.

  • #143 Deilema le 24 septembre 2008 à 11 h 54 min

    Les girls, j’ai l’impression que nombre d’entre nous sont tombées sur des perles rares question partage des tâches, égalité homme/femme, transmission du nom, possibilité d’être homme au foyer, absence de chef de famille etc… (en même temps, c’est surement pour ça qu’on les a choisis ;))))

    Mais il semble que beaucoup de mecs sont encore dans l’ancien schéma…
    Une amie célibataire, et néanmoins propriétaire de son appartement, d’une chouette voiture, avec une bonne situation professionnelle, me racontait il y a peu que certains hommes se sentaient diminués de ne pas être « utiles » à son quotidien.
    Genre « Mais tu as besoin d’un homme pour quoi? tu as déjà ton appart et ta voiture !!!! »

  • #144 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 11 h 55 min

    Voilà Ratabouinouf, tu as mis le doigt dessus, et je combat le sexisme « dans tous les sen », donc ces excès là aussi ;)

    L’anecdote la plus drôle que j’ai, récente : j’ai une collègue (25 ans) qui est dans ce genre là, vraiment à l’excès sur tout (elle refuse de la faire cuisine, par principe, et va au resto si son mec ne cuisine pas…) et qui m’a avoué (bon je crois sans le faire exprès) qu’elle était hyper fière, « maintenant » elle rentrait dans du 40… J’ai ouvert des grands yeux quand j’ai compris qu’elle faisait en fait du 41 mais qu’elle trouvait qu’une femme ne devait pas avoir de grands pieds !

    J’ai essayé de lui parler des chinoises et de leur pieds bandés, de lui montrer qu’elle se mutilait pour répondre à des standards machos et que c’était juste exactement ce que combattait le féminisme… J’ai même pas réussi =( Elle considère que non justement, c’est à fond féministe, elle est maitre de son corps… Heeeeeeeelp !!!

  • #145 Fantomette le 24 septembre 2008 à 11 h 57 min

    Ratabouinouf : oui, sur ce point, parfois ça me travaille, je passe ma vie dans ma cuisine, dans notre future maison la pièce la plus importante pour moi c’est ma cuisine, j’adore cuisiner, je ramène des trucs au bureau toutes les semaines (voire plus, macarons pomme-noisette lundi et tarte pommes-mirabelles sur pâte sablée aux noisettes aujourd’hui) (oui, je suis monomaniaque des noisettes), des fois je trouve qu’il prend trop goût à se faire servir, et je me demande si je devrais pas me forcer à le laisser faire…
    Mais bon, en fait je cuisine mieux que lui et j’adore ça, et généralement c’est lui qui remplit/vide le lave-vaisselle et débarrasse la table, et moi aussi j’ai mes trucs que je refuse de faire : les paires de chaussettes, depuis que je ne vis plus chez ma mère je porte des chaussettes dépareillées, je déteste faire les paires, mais depuis que je vis avec lui, je reporte des paires « pareillées » !
    Ma mère était féministe et mère au foyer de famille nombreuse, elle aime passionnément s’occuper de sa famille, de sa maison, c’était un choix, ça n’a jamais été subi, ou soumis à la volonté du père de ses enfants, c’est comme prendre le nom de son mari, tant que c’est un choix, rien à redire !

  • #146 Bliss le 24 septembre 2008 à 11 h 57 min

    Eh ben voilà, j’aurais pu faire le même billet !!!!
    Tout pareil : je ne lache rien, je n’arrête pas au quotidien pour garder mon nom malgré le système qui me pousse à abandonner par lassitude.
    Madame « Monmari »… c’est sa mère, ma belle mère ! pas moi !

    Hier encore, une comptable :

     » ah mais vous n’êtes pas mariés ?  »
    Si !
     » Alors je mets vos deux nom collés ?  »
    Non !
     » mais c’est pas possible c’est obligatoire pour l’ URSSAF  »
    J’ai halluciné … :/

    Donc : je ne suis pas hystérique, j’adore mon mari qui se trouve être le type la plus adorable de la planète, mais je suis moi et pas un sous produit dérivé !

    Les filles faut faire bouger les choses ! ;)

  • #147 Lucile le 24 septembre 2008 à 11 h 57 min

    Clem ça fait plaisir de ne pas être la seule pour le mariage! (mais ils sont tous persuadés que je fais juste ma rebelle – en plus je viens d’une famille très catho traditionaliste alors ne pas vouloir se marier à l’Eglise c’est déjà grave mais ne pas vouloir se marier du tt je te raconte pas.. )

    Cec jeune mariée, tu as raison, je crois qu’il faudrait faire un travail d’information sur les droits des femmes mm quand il s’agit au premier abord de ‘détails’. Mais j’avoue que ça me hérisse encore plus quand les remarques que je me prends viennent de femmes, c’est un peu décourageant.. Parce que les inégalités homme-femme il y en a un paquet mais combien sont entretenues par les femmes? On peut pas obliger les femmes à être carriéristes ou à refuser d’être femme au foyer c’est sur, mais ça me fait quand mm un pincement au coeur quand je vois des nanas qui ont fait des études ou qui ont un « bon » boulot et qui laissent tout tomber pour suivre leur mec et faire des gosses.. En soi c’est pas forcément choquant, c’est personnel, mais quand c’est tout le temps les femmes qui se sacrifient, ça énerve.. C’est tellement ancré dans notre société que mm les femmes ont intégré le « machisme’.

  • #148 Karine d’Angleterre le 24 septembre 2008 à 11 h 58 min

    J’adore ce debat ! Je viens d’ailleurs d’avoir le meme avec mes copines ce week-end. En fait, je suis en plein dans la problematique car je me suis mariee il y a 2 mois et je reflechis donc a ce que je vais faire de mon nom. Mon idee, c’est de faire comme l’une de vous (desolee, j’ai oublie qui), c’est-a-dire, coller les 2 noms, pour moi, pour lui et pour nos futurs enfants si il y a lieu. Mais pour l’instant, je reste avec mon nom, et je laisse ca murir (zhom a dit OK mais suis pas sure que ca suive dans la pratique !). Et il est hors de question que j’aille rapporter a ma banque que je me suis mariee, en quoi ca les regarde ??? Donc pour l’instant, zero probleme puisque tout est a nos 2 noms.
    Pour Silvilechat, ton conjoint peut tres bien ouvrir un compte a son nom quelque soit sa nationalite, quand il y a des sous, les banques disent jamais non !
    Pour Coraline, 100% d’accord pour le coup de payer le restau. Chez nous, on fait toujours ca a partir du compte commun mais je prends un malin plaisir a degainer ma carte bleue plus rapidement que lui pour montrer aux serveurs que non, les femmes du XXIeme siecle n’ont pas besoin d’etre entretenues, merci pour elles !

  • #149 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 12 h 03 min

    Y’a aussi des filles qui ont un sacré problème niveau sexisme.
    Genre la nana qui considère HONTEUX que son mec ne lui offre pas de parfum, ne paie pas toujours au restau, ne l’invite pas davantage.
    Elles se sentent affirmées parce qu’elles sont très chieuses en général (à faire des crises pour un rien du genre « tu me déposes ce matin ? » alors qu’elle a sa propre voiture, son propre permis, sa propre indépendance merde quoi, je connais une demoiselle comme ça..).
    Mais à mon avis elles sont nuisiblesà l’image de la femme et du féminisme en général.
    Personnellement, je suis tellement dans la vision « nous sommes tous des êtres humains » et non dans une séparation hommes/femmes que je suis souvent étonnée voire choquée de certains comportements et remarques.
    Et surtout elles viennent surtout de la part de femmes.
    « Quoi, tu ne veux pas que ton homme te gâte ? »
    Je veux bien qu’il em fasse lpaisir s’il en a envie, pas qu’il m’offre des trucs parce qu’il en a le « devoir », alors que j’ai mes propres sous …
    « Quoi, tu payes au restaurant?  »
    Bah, oui. Et je t’emm***.
    « Ah tu ne veux pas te marier ? Et ton copain il en pense quoi ? »
    Il en pense ce qu’il veut, il faut être deux puor ça que je sache…

    Les mecs en général, ceux de mon entourage du moins, sont hyper ouverts là-dessus : puor la plupart ils adorent faire la cuisine et considèrent normal de faire le ménage et les courses.
    Ca bloque aussi du coté féminin, le féminisme qui n’avance pas…

  • #150 porteverte le 24 septembre 2008 à 12 h 04 min

    @ cec, et aux autres : je ne condamne pas celles qui s’en fichent du nom, je dis simplement, du haut de mon expérience : faites gaffe, les filles !

    Ce dont on se fout à certaines périodes de sa vie parce que c’est plus cool, plus « flex », qu’on ne veut pas faire sa bêcheuse, qu’on se croit, soi et ses proches, pff, bien au-dessus de tout ça, risque un jour de vous rattraper

    Tranquilles, oui, mais … vigilantes ;-)

  • #151 dola le 24 septembre 2008 à 12 h 05 min

    Je n’ai pas rencontré ces problèmes administratifs, pour la garderie , la cantine etc les noms des responsables sont légaux sont demandés et on me demande de choisir à quel nom sont éditées les factures ( donc moi, vu que je suis le responsable administratif de la maison).
    Pour les compte un à notre nom chacun et un commun.
    Pour moi c’est vrai c’est un détail mais quand une de mes copine se marie je lui demande toujours si elle va garder son nom ou pas pour respecter son choix .

    J’ai pris le nom de mon mari pour des raisons qui ne sont pas sur le débat du féminisme mais pour des raisons d’histoire personnelles familiale qui sont hors propos et dont j’estime ne pas avoir à me justifier.
    Je n’ai absolument pas l’impression de m’être effacée en faisant ça et je trouve ça très réducteur qu’on le pense.
    Que certaines préfèrent ne pas prendre le nom de leur mari je le comprends et autant que je ne pense pas qu’elles sont de sales féministes je n’ai pas envie qu’elles me traitent de créature sans personnalité, effacées ou je ne sais quoi.
    Pour moi c’est de l’intolérance pure et simple comme si le fonctionnement d’un couple ne pouvait dépendre que de ça.

    Vous me direz que c’est symbolique et j’ai bien envie de répondre que les choses ont l’importance qu’on leur accorde.
    Chacun son cheval de bataille il y a des sujets où je suis hyper réactive et je rencontre en face de l’incompréhension ou de l’agacement..

    Je suis très indépendante de nature et j’aime bien faire des choses sans lui, avoir ma vie, mes copines et inversement. Et si j’ai envie de faire un truc je ne lui demande son avis que si ça concerne les enfants ou la famille sinon nous sommes 2 personnes autonomes. Il n’aime pas quand je mets de vernis rouge, ben c’est son problème si j’ai envie d’en mettre, je le fais. Et c’est pas lui qui guide le choix de mes fringues (dieu merci sinon j’aurais dans mon armoire les mêmes couleurs qu’ Hélène ?)))))
    Chez nous les enfants savent très bien que s’ils sont malades c’est un coup Maman un coup Papa qui reste à la maison en fonction de la charge de travail et mon mari a eu beaucoup de difficultés à faire accepter ça à son boulot (et pourquoi c’est pas votre femme qui reste à la maison, euh ben parce qu’elle a un travail aussi !! ).
    Et j’essaie aussi d’éduquer mes enfants avec ces idées avec d’autres valeurs et de lutter contre le sexisme mais aussi l’homophobie, et le racisme…

  • #152 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 12 h 06 min

    Ah ben c’est sur que pas mal de mecs sont défrisés devant une femme indépendante (en fait aussi indépendante qu’un homme indépendant) et surtout, ils doivent inventer une autre « utilité » à leur relation avec elle…
    Et je pense effectivement qu’ils ont du boulot à faire et que ca doit être complètement déboussolant pour ceux parmis eux qui sont sans imagination aucune et qui veulent bêtement « avoir une femme et faire deux enfants, un garçon et puis une fille » parce que c’est comme ça, pas par choix.
    Etre face à une femme indépendante (donc … adulte, simplement), c’est se mettre face aussi à sa responsabilité ou à son refus de responsabilité. Inventer un autre couple, inventer une autre façon de fonctionner, c’est tout un travail et on est mis en face de son désir réel et de ses capacités.

    Au rayon « je me promène au pays des cons », le Gouteur Officiel a une énorme famille qui a pas moins d’amis. Il arrive donc d’être invité aux soirées copains des cousins. Au cour d’une fameuse soirée copain, j’ai fait la rencontre d’un specimen que je pensais éradiqué.
    Le type, plutot beau et plutot bien installé dans la vie, qui ne me connait ni d’Eve ni d’Adam, s’est permis une remarque sur mes seins. Tout de suite, d’entrée de jeu. Je l’ai remis vertement à sa place. Et il a insisté. Là où les bras m’en sont tombés (parce qu’il en faut plus pour faire tomber mon sac Prada, d’ordinaire) c’est qu’il a été SOUTENU par… le cousin du Gouteur et… des filles! « Mais enfin, Lili, c’est tellement drole de te parler de tes seins, après tout c’est sa façon de faire connaissance, franchement, tu manque d’humour, à moi aussi il l’a dit et sincèrement, j’ai jamais tilté ». Je l’ai revu une ou deux fois, il n’a JAMAIS compris ce que je lui voulais. Je me suis pas privée pourtant de faire un cours sur le sexisme à l’assemblée… qui n’y a perçu que Pouic. Maintenant je suis « la copine pas sympa du Gouteur Officiel, celle qui a des gros seins et qui veut pas qu’on le lui dise… ».

  • #153 Hélène le 24 septembre 2008 à 12 h 06 min

    Mlle Crapaud bien sûr, et ça n’est pas nouveau hélas : les femmes sont les premiers propagateurs du machisme…

  • #154 Lucile le 24 septembre 2008 à 12 h 06 min

    Ah trop fort vos histoires de payer le resto! On essaye de faire à tour de rôle aussi. Mais bon c’est tjs à mon homme qu’ils donnent l’addition c’est un peu lourd.
    Mais pour mes 18ans mes parents m’avaient offert un dîner avec des amis dans une grande boîte de la capitale, donc on commande, et là première surprise : le serveur donne aux filles des menus sans les prix et aux garçons des menus avec les prix. Vu que c’est moi qui devais payer déjà c’est super pratique. Bref je récupère un menu avec les prix, on commande et quand je demande l’addition le serveur avait l’air hyper choqué que j’envisage de payer quoi que ce soit vu qu’il y avait des mecs. Alors quand je lui ai dit qu’en plus je payais pour tout le monde il s’en est pas remis le pauvre lol!!

    Pour les taches ménagères l’homme repasse parce que je suis bien incapable de me servir d’un fer à repasser, moi je m’occupe du lave linge et le reste c’est à tour de rôle! Et je suis bien contente d’être tombée sur un mec chez qui les taches sont vraiment partagées entre son père et sa mère et qui sait se prendre en main, parce que quand je vois mon père qui s’est tiré de la maison et qui va faire repasser ses chemises par sa moman je trouve ça vmt pathétique! ( le mm père qui un jour m’a engueulée parce que je savais pas me servir du lave linge de ma mère- hum en mm temps moi j’habitais pas à la maison et lui si!! – et qui aurait jamais songé à demander à mon frère qui habitait encore à la maison et du coup savait s’en servir ).

  • #155 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 12 h 08 min

    @ Cissou : je crois que personne n’a dit que prendre le nom de son mari c’était s’effacer ou perdre son identité, à partir du moment où c’est un choix.

    Ce qu’on dit, c’est que le fait que la tradition / les habitudes / le machisme de la société nous impose une manière de vivre qui ne nous convient pas. Changer de nom malgré soi, alors qu’on ne le souhaite pas et qu’on le fait savoir, c’est s’effacer et perdre son identité.

    je crois que plusieurs lectrices ont été très claire sur le fait que nous respectons les femmes et les hommes qui font le choix de porter le même nom :-))

    Même chose pour les femmes au foyer : à partir du moment où c’est un choix, c’est magnifique, et ça n’a rien d’incompatible avec le féminisme! Quand tu t’arrêtes de bosser parce que ta boite ne comprends pas que tu aies besoin de finir à 16h / que ton mari idem / que tu n’as pas le choix, là c’est de l’asservissement…

    Sinon, moi aussi je cuisine tout le temps ;-))

  • #156 Albahaca le 24 septembre 2008 à 12 h 10 min

    Dans le pays où je vis TOUT le monde a 2 noms : papa+maman (depuis quelques années on peut choisir l’ordre) et les garde toute sa vie en l’état, changement impossible.
    Sur les papiers administratifs, JAMAIS il n’est fait mention du statut marital. Les familles recomposées ,pas de problème, puisque les enfants auront tous au moins un nom en commun.
    Je précise que ce pays (mon pays puisque j’y paie mes impôts) est encore parfois considéré comme « machiste » par certain « bien-pensants » français, chose qui me met en rage. Bien sûr, il y a des cons, comme partout, des femmes qui doivent se battre dans certains milieux professionnels, des licenciements un peu suspects (mais la justice est là !) Je trouve qu’à bien des égards, la France évolue peu ces derniers temps….
    Ah, et puis dans ce pays « de machos »(sic), les homosexuels peuvent se marier et adopter…..

  • #157 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 12 h 11 min

    @Lucile : j’ai longtemps pensé que ma mère s’était « sacrifiée », elle qui a suivi son mari en afrique, et nous a « juste » élevés.

    En réaction, j’ai fait un bac+5 en finance et « mené carrière ». Aujourd’hui je vis aux Pays-Bas, ou mon mari et moi avions de tenter l’expérience ; j’ai trouvé un job intéressant la première, c’est lui qui a suivi. Ça aurait été l’inverse, pas de problème, le choix était commun.

    J’ai compris depuis peu que ma mère avait eu une chance énorme : la liberté de choisir la vie qu’elle voulait mener…
    Vu notre situation financière, je ne pourrai pas m’arrêter de travailler quand j’aurai des enfants. Je ne sais pas si j’en aurai envie ou pas, je sais juste que je n’en aurai pas la possibilité, et pour moi c’est triste.

    Une femme qui fait de supers études, une belle carrière, et qui suis son mari ou arrête de bosser pour élever ses enfants, ne se « gache » pas, ne se sacrifie pas, elle fait un choix qui est celui qui correspond à ses envies… et le féminisme pour moi, c’est que justmeent, chacune ai la possibilité de choisir, pas de juger les choix que font les femmes :)

  • #158 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 12 h 12 min

    Pour l’histoier du restau et qui qui paye c’est le bon vieux refrain de la galanterie …

  • #159 Fantomette le 24 septembre 2008 à 12 h 14 min

    Sue la question de « qui paye », je ne crois pas que ça soit une question homme-femme, c’est plus « celui qui a les sous », mon copain a un salaire de base qui représente le double du mien, plus pas mal de primes et d’heures supplémentaires, bref, quand je gagne mes 1200€ il est souvent à 3000€ ou plus, du coup je tiens à payer des choses aussi, je fais quasiment toutes les courses par exemple (j’ai des horaires plus cools, et c’est moi qui cuisine).
    Quand on va au restau, c’est lui qui paye (sauf quand j’ai eu mon chèque de solde de tout compte, là c’est moi qui invitais ;-)), et le remboursement du crédit, c’est 33% pour moi, le reste pour lui, quand la copro nous sort des charges de 600€, j’ai pas les moyens, il paye.
    Je me dis jamais que c’est anti-féministe de le laisser sortir la carte bleue, il a plus d’argent que moi, des parents plus aisés aussi qui lui signent régulièrement des chèques et sur qui on a pu compter quand la cuisinière et la machine à laver ont pété le même mois.
    Nos dépenses persos, c’est chacun pour sa pomme, mais les dépenses « communes », c’est en majorité lui, je ne me sens pas entretenue, je vais pas me saigner aux quatre veines et me priver de tout un tas de trucs pour le principe de payer moi-même si il peut le faire sans faire couler son budget, mais je veux participer « symboliquement » pour le principe (enfin, la quasi totalité de la bouffe, c’est pas si symbolique, c’est un ogre…)

  • #160 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 12 h 15 min

    Cec jeune mariee : ben c’est juste une conne, alors :D

  • #161 Cissou le 24 septembre 2008 à 12 h 16 min

    Mlle crapaud, je suis totalement d’accord avec toi et je suis souvent effarée par certaines filles que je rencontre !
    Entre celle qui trouve qu’un homme qui participe beaucoup aux taches ménagères c’est pas bien parce que ça empèche de bien définir la place de chacun dans le couple (déjà, le concept qu’on ait chacun une place et/ou un role bien précis dans le couple c’est déjà flou pour moi) ; celle à qui il tarde d’être fiancée, entre autre pour enfin avoir une bagouze digne de ce nom (sans commentaire) ; celle qui dit que ce n’est pas à une femme de présenter une émission de foot ; etc…

    une autre anecdote affligeante me viens à l’esprit, qui est arrivée quand nous étions en pleine formalités de prêt immo. Il s’avère que mon salaire de base est supérieur à celui de mon mari mais, avec les primes d’équipe et d’incommodité qu’il touche, au final, le salaire net de mon mari et plus élevé que le mien. Et bien quand LA conseillère qui s’occupait de notre dossier a vu ça, elle n’a pu s’empécher de sortir un truc du genre « ouf monsieur, l’honneur est sauf ! », sur le ton de la plaisanterie mais bon, ça veut bien dire ce que cela veut dire !

  • #162 Lucile le 24 septembre 2008 à 12 h 17 min

    Je suis d’accord ac toi sur le principe Cec, que c’est un choix etc mais tant que l’énooorme majorité de gens qui suivent leur conjoint sera constituée de femmes, j’aurai du mal à l’accepter et à penser que c’est vmt un choix. Parce que à mon sens ça prouve bien que les femmes ont intériorisé le fait que en tant que nana c’est à elles de s’occuper des enfants en priorité, ça prouve bien que en général les hommes ont un meilleur salaire parce que quand c’est le contraire la femme lache rarement son boulot pour suivre son mec… Enfin pour moi il y a plein de choses derrière et c’est ça qui me gène. Après j’ai pas à juger une femme qui a fait ce choix là c’est clair, mais quand tu regardes les « statistiques » ça me gène bcp. Bon le fait que mon père ait largué ma mère au bout de 22 ans de mariage alors qu’elle est femme au foyer depuis plus de 15 ans et qu’elle se retrouve dans une merde sans nom n’est sûrement pas étranger à mon point de vue. Et j’avoue que j’ai du mal à ne pas me dire, quand je vois certaines femmes à responsabilités tout lacher pour leurs enfants ou leur mari, que ça aide pas à la cause du féminisme.. J’arrive pas à ne pas y penser, et pourtant c’est clair qu’on ne va de toute façon pas imposer à tout le monde d’être féministe à fond etc..

  • #163 @nna le 24 septembre 2008 à 12 h 18 min

    Je te comprends : c’est un peu comme si on « disparaissait »…

    Par contre, en qualité de chef de famille monoparentale, j’ai toutes les peines du monde à faire admettre à des tas de gens que Monsieur ne décidera pas si on s’abonne au bouquet satellite ou si on veut investir dans la défiscalisation … parce qu’il n’a que 13 ans !

    Napoléon a beau être mort depuis longtemps, on vit encore dans son héritage …

  • #164 Delphine de Brest le 24 septembre 2008 à 12 h 19 min

    Bon je l’avoue , je n’ai pas tout lu (déjà 148 post à 12h)
    Je te comprends complètement!!! Je me suis mariée il y a 2 ans et j’ai pris le nom de mon mari tout en gardant le mien parce que de toute façon je serai toujours une « mon nomde jeune fille ». Même si je m’entends très bien avec ma belle famille qu’elle est super sympa, je serai toujours un « rajout » chez eux!!!!
    Mon mari et moi travaillons dans un magasin .Je m’y suis « incrustée » voilà 4 ans maintenant! Nous avons suivi à quelques années d’intervalles la même formation, dans la même école….donc nous savons faire la même chose !
    Et bien quand certains clients viennent, ils veulent voir Monsieur. Ils ne me disent même pas bonjour, parfois c’est comme si j’étais transparente, je suis prise pour la vendeuse et on veut voir le patron..Sauf que je suis la femme du patron et on a le même métier ! ¨Parfois lorsque je dis que je peux leur faire la réparation de suite, on me répond qu’il m’a bien formée en me parlant de mon mari….Et non moi aussi j’exerce tel métier et non ce n’est pas réservé aux hommes!!!
    Ca me met en pétard parfois (mon mari trouve d’ailleurs que je n’ai pas à m’exciter autant pour ça) et je trouve ça particulièrement frustrant !!

  • #165 Breizh’ le 24 septembre 2008 à 12 h 19 min

    @ Deilema : même sans avoir une chouette voiture et une très bonne situation (juste un appart, une voiture et un boulot stable « moyen »), ce genre de réflexion existe encore et qu’est ce que j’ai pu entendre « t’as besoin de personne » ou « qu’est ce qu’un homme pourrait t’apporter de plus »…oui oui, bienvenue en 2008!!!!!
    je file, j’ai la cuisine à faire !! ;-p

  • #166 Fantomette le 24 septembre 2008 à 12 h 20 min

    Ratabouinouf : précise que tu parles du comm 144, on dirait que tu parles du comm 157, j’ai eu une seconde d’effroi !!!

  • #167 Hélène le 24 septembre 2008 à 12 h 21 min

    Yep Ratabouinouf, vu comme les commentaires vont vite, précise, quand tu dis ce genre de truc, sinon ça fait peur ;-))

  • #168 Lucile le 24 septembre 2008 à 12 h 21 min

    Et je veux juste rajouter que mm moi parfois je pense me prendre un peu trop la tête avec le féminisme et tout ça. Dans le sens où maintenant il me paraît super important de réussir hyper bien mes études, parce que j’ai tjs l’impression qu’en tant que femme les gens attendent moins de moi que si j’étais un mec. Du genre mon oncle qui m’a sorti un jour que c’est pas grave si je me plante, je pourrais tjs trouver un mec pour m’entretenir…
    Du coup tous les choix que je fais dépendent de ça et j’espère ne pas me retrouver à faire des choix juste en fonction de ça parce que c’est clair que ça peut virer au ridicule aussi, mais c’est vrai qu’au fond de moi je pense tjs que j’ai plus de choses à prouver que si j’étais un mec, et j’ai envie de les prouver..

  • #169 silvilechat le 24 septembre 2008 à 12 h 21 min

    lucile je suis tout à fait de ton avis: entre ce que l’on choisit librement en toute connaissance de cause et ce que l’on fait par habitude, par « normalité » il y a une frontière beaucoup trop mince encore, à mon avis. Mais je suis également de l’avis que pour nos mères c’était encore plus difficile que pour les femmes plus jeunes.

  • #170 Karine d’Angleterre le 24 septembre 2008 à 12 h 22 min

    Tout a fait Fantomette, chacun selon ses moyens est la facon la plus logique de gerer…. sauf que beaucoup d’hommes et de femmes continuent a penser que l’homme doit payer… juste parce que c’est un homme ! Franchement, je vois pas pourquoi !

  • #171 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 12 h 23 min

    @Lucile : je gagne 3 fois plus que mon mari, c’est la vie, et je suis donc assez décomplexée sur le sujet, lui aussi, ça tombe bien :). Pas d’histoire familiale traumatisante non plus, donc je suis décontract sur le sujet, c’est clair.

    Mais tu sais, pour les stats, je me suis toujours posée la question comme pour la politique : est-ce vraiment un hasard, ou un effet du machisme, s’il y a moins de femmes en politique ?
    Je crois que là, mon coté sexiste ressort, et que j’aime à me dire qu’une femme est peut-être prête à moins de concessions qu’un homme pour réussir en politique (ok, j’ai une sale vision de la politique ;) )
    J’ai vu pas mal de collègues masculins s’abaisser à des choses auxquelles je me refuse pour accéder à un poste plus haut que le leur…

    Donc, tout n’est pas tout noir, tout blanc, comme d’hab :))

  • #172 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 12 h 25 min

    Les filles, je vous félicite pas, il est midi et demie et j’ai RIEN foutu au bureau ce matin, on va encore dire les femmes savent pas bosser et passent leur temps à papoter ;-)))

  • #173 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 12 h 29 min

    Oups, pardon pour la confusion les filles ! Ca commente trop vite, j’aurais du preciser :) Il est evident que je parlais de la pseudo-feministe aux grands pieds du comm 144 ;)

  • #174 Fantomette le 24 septembre 2008 à 12 h 30 min

    @Lucile : pour expliquer à mon mec les difficultés qu’on a, je donne souvent l’exemple du mec qui vit en banlieue mal fâmée avec un nom de famille à consonance étrangère et une peau bien bronzée : il pourra être patron, DRH, homme politique, mais il devra cravacher plus que les autres et faire ses preuves 20 fois plus que les autres, pour les femmes c’est pareil, tu peux tout faire, mais ça te demande tellement plus de boulot, pour être crédible.
    Et s’il y a moins de femmes, de gens issus de l’immigrations aux postes à hautes responsabilités, c’est aussi que de savoir que tu devras bosser plus que les autres, toujours devoir te justifier, parfois, ça décourage et tu abandonnes avant d’essayer.
    C’est l’image la plus parlante que j’aie trouvé pour expliquer la situation aux hommes qui comprennent pas !!

  • #175 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 12 h 30 min

    hihihi Ratabouinouf tu me fais mourir de rire !!!

  • #176 funambuline le 24 septembre 2008 à 12 h 36 min

    Merci pour ton texte Yanjiao.

    Ce qui m’atterre un peu c’est de constater qu’autant de femmes (je crois n’avoir pas lu de commentaires masculins, pardon si je les ai zappés) ont une sorte de définition « multiple » du mot « féminisme ». En fait, je crois que ça vient à la base du fait que le « vrai » terme devrait être quelque chose comme « égalitariste des sexes », mais ça ne fonctionne pas du tout. Le mot « féminisme » est, parce qu’il a été, connoté politiquement, forcément… mais normalement, à un moment ou à un autre de notre vie on (tous, femmes ET hommes) devrait avoir l’explication qui nous permette par la suite d’utiliser le mot « féminisme » en toute connaissance de cause, c’est-à-dire dans la bataille pour l’égalité de droits entre hommes et femmes et pas dans une référence à un mouvement politique ou à un moment historique.
    Je me rends compte qu’en fait, l’école ne nous a pas appris cette différence (apparemment).
    Je me demande où j’ai appris cette différence, en l’occurrence je crois savoir que c’est de ma mère, « égalitaristes des sexes » dès qu’elle peut, à travers son attitude, à travers ses amis et amies. Grâce à mon père aussi d’ailleurs, pour qui toute revendication d’égalité était également à revendiquer de la part de celui « qui est plus égal que l’autre », en l’occurrence l’homme.
    J’ai eu la chance de grandir avec ces exemples. Donc pas de questionnement ni de méfiance face au mot « féminisme ». Mais je trouve déplorable que si ça n’avait pas été le cas, j’aurais peut-être dû attendre des études universitaires lors desquelles (enfin !) la question du genre est abordée. Et sinon, on fait comment ?

  • #177 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 12 h 37 min

    Moi je crois que la fois ou j’ai le plus aime mon homme c’est quand je lui ai demande « Mais ca te derange vraiment pas de gagner deux fois moins que moi ? » et il m’a regarde completement heberlue et m’a dit « Hein ? Mais pourquoi ca me derangerait ? »

    Huhuhu…

  • #178 Hélène le 24 septembre 2008 à 12 h 40 min

    Tu as choisi un modèle particulièrment fin et intelligent, Ratabouinouf, il faut dire ;-)

  • #179 Delphinoid le 24 septembre 2008 à 12 h 42 min

    Ouh la la! Pour une fois que j’avais l’impression d’être dans les temps, je vois déjà qu’il y a moult commentaires hi hi hi!

    Merci Yanjiao pour ce texte et à toutes pour ce débat éclairé et enrichissant, auquel je n’ai plus rien à ajouter étant donné que je me retrouve déjà beaucoup dans vos commentaires hu hu

  • #180 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 12 h 44 min

    Un modele fin et intelligent, certes, mais conferencier :D

    [BREF – desolee de partir en HS…]

    C’est bien interessant tous ces comm ! Le conversation est passionante :)

  • #181 silvilechat le 24 septembre 2008 à 12 h 44 min

    @funambuline: http://fr.wikipedia.org/wiki/Féminisme…je ne me suis pas creusée la tête j’en conviens…je crois que chaque mouvement s’inscrit dans l’histoire et de par ce même fait il est confronté à des prises de positions politiques..

  • #182 Hélène le 24 septembre 2008 à 12 h 45 min

    Oui j’adore cette discussion, qu’est-ce que c’est revigorant bon sang !!
    (mais conférencier ;-)))))))))))))))))

  • #183 Coralie Marie le 24 septembre 2008 à 12 h 49 min

    Je trouve ça quand même un peu facile de dire « ce n’est qu’un choix » alors que d’une part, la loi est sexiste (un homme peut porter deux noms, mais pas juste le nom de sa femme), et d’autre part, c’est quand même hautement symbolique et ô combien lié avec la notion de chef de famille.
    Bien sûr, le couple ne se joue pas là-dessus, mais quand même, pour quelque chose qui marque le commencement de quelque chose, je ne trouve pas ça anodin.
    Et quand je vois autour de moi les filles qui choisissent de porter le nom de leur mari, ce sont quand même celles qui font le plus de concessions et qui sont le moins indépendantes.

    Je n’ai pas le sentiment d’être une féministe extrémiste comme on dit, mais pour le coup je trouve incompatible d’être féministe et femme au foyer dans la plupart des cas. L’indépendance financière est quand même la base de ce qu’une femme doit se garantir pour être libre, ne serait-ce qu’être libre de partir. Et puis montrer à ses enfants que la vie de maman, c’est s’occuper des autres, désolée mais ce n’est pas franchement féministe.

    J’ai bien conscience qu’on a toutes des sujets auxquels on est plus ou moins sensibles, ce sont les miens !

  • #184 Pablo le 24 septembre 2008 à 12 h 51 min

    Bonjour, je ne sais pas comment ça s’est passé en Espagne, qui a toujours été malgré tout un pays très machiste, mais ici les femmes n’ont jamais changé de nom (les hommes non plus !) en se mariant. On utilise toujours deux noms (après le prénom, donc), le premier est normalement le premier du père et le deuxième, le premier de la mère : mais depuis quelques années, les parents décident l’ordre des noms sous lesquels ils inscrivent leurs enfants, et en tout cas on peut changer soi-même cet ordre quand on atteint la majorité (ou plus tard). Le terme « mademoiselle » (« señorita ») est depuis longtemps, heureusement, réservé aux très jeunes filles. Il reste encore, bien sûr, beaucoup d’obstacles et de problèmes à résoudre avant d’atteindre une vraie égalité, mais au moins cette foutue histoire de noms (en France et dans bien d’autres pays), qui m’a toujours parue aberrante, n’existe pas… : au moins en ça on peut servir d’exemple et montrer que c’est possible… Bon courage à toutes et joyeux automne (ou printemps, selon la latitude) à tout le monde ! :-)

  • #185 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 12 h 54 min

    « Je n’ai pas le sentiment d’être une féministe extrémiste comme on dit, mais pour le coup je trouve incompatible d’être féministe et femme au foyer dans la plupart des cas. L’indépendance financière est quand même la base de ce qu’une femme doit se garantir pour être libre, ne serait-ce qu’être libre de partir. »

    Ah ben non non non…

    Le but c’est d’assumer.

    Si tu decides que tu veux te consacrer a tes enfants, par exemple, ou a tes activites, ben il faut que la decision soit compatible avec un train de vie (rentes, ou salaire eleve de l’autre partenaire). Et si tu veux te barrer et que tu n’as pas de revenus, ben t’assumes ! :D

    Moi si mon homme s’arrete de bosser lorsqu’on aura des enfants (ce qui est pas idiot vu mon salaire de ministre), ben ca voudra dire qu’il a confiance en moi pour ne pas le laisser tomber comme une vieille chaussette en cas de separation. Et si je le fais quand meme, ben de 1 il assume, c’etait son choix aussi (et assumer c’est important), et de 2 il existe des lois qui donnent des pensions alimentaires, ce genre de trucs, meme pour les couples non maries.

    C’est une question de confiance en l’autre, et donc d’amour a mon avis.

    Ca veut dire « je te fais assez confiance pour penser que tu vas pas me poignarder dans le dos », pas « je suis dependante de toi ».

  • #186 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 12 h 54 min

    Coralie Marie : ton point de vue est peut-êter lié à ton histoire persnonelle aussi…
    Ceci dit j’ai à l’esprit une histoire assez horrible qui est arrivée à une amie de ma mère. Son mari voulait des enfants, plein d’enfants, et elle aussi, donc parfait ils s’entendaient sur cep oint. Elle avait un diplome de pharmacienne, elle n’a pas exercé puor s’occuper des… six enfants faits en sept ans…
    Puis il a rencontré une jeunette et a quitté sa madame pour une mademoiselle…
    Et elle s’est retrouvée dans une sacrée merde.

    On peut être femme au foyer mais vouloir l’égalité des sexes… Ceci dit, pour moi aussi le féminisme passe aussi par un emploi puor la femme, pour son indépendance.

    La loi est sexiste, mais la loi évolue, elle est à l’image d’une société d’une certaine manière. Et ceux qui votent la loi, au Parlement, sont très majoritairement des hommes. CQFD. (désolée je suis un poil cynique) (désolée je sais que tu n’aimes pas les poils Hélène)

  • #187 manon le 24 septembre 2008 à 12 h 54 min

    @ futila (un vieux commentaire d’il y a au moins 10 min…) ;-) : à la sortie de l’école maternelle, je dis aux enfants « c’est l’heure des papas, des mamans, des nounous et de prendre le car » Comme ça pas de jaloux !

  • #188 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 12 h 55 min

    J’aime beaucoup ton commentaire Ratabouinouf, j’ai voulu exprimer la même idée mais craignant de m’embrouiller j’ai rebroussé chemin. Merci :)

  • #189 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 12 h 57 min

    Coralie Marie, ca te choquerait moins si c’est un papa qui montre à ses enfants que la vie d’un homme c’est s’occuper des autres ?

    On s’occupe des autres parce qu’on en a envie….

    Je m’occupe énormément de mon mari, j’adore faire plein de choses pour lui, pour assurer son confort tous les jours.

    J’ai une chance folle : il a le même souci, au quotidien. Chacun rend la vie de l’autre plus douce, plus facile. Par contre quand j’aurai des enfants, je leur apprendrai bien que c’est un choix, et pas une obligation parce que je suis une maman, une épouse…

    Je suis féministe, et à ce titre, je ne sais pas si j’aurais pu vivre avec quelqu’un qui prendrait mes gestes pour acquis parce que je suis une femme, et qui n’aurait pas le souci d’en faire autant pour moi…

    J’ai acquis mon indépendance. Si demain je décide d’être mère au foyer, je ne la perds pas pour autant : j’ai fait des études, je suis débrouillarde, je pourrai toujours retrouver un job si je le souhaite, en france, à l’étranger, sans problème.

    Je suis féministe, et j’adorerais être mère au foyer :)

  • #190 manon le 24 septembre 2008 à 12 h 58 min

    j’ai oublié il y a aussi la garderie ! ;-)

  • #191 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 13 h 01 min

    Bien… Excusez, avec le décalage horaire, je me lève tout juste, alors, je n’ai peut-être pas encore les idées bien claires…

    J’ai pris le nom de mon mari et jen suis fière. J’aime qu’on m’appelle Mme prénom et nom de mon mari. Je suis folle ? Ben non. Enfin, je ne crois pas. Et pourtant, je suis moi. Mais avoir « l’identité » de mon mari (ce n’est pas le terme juste mais c’est tout ce que j’ai trouvé) fait aussi partie de moi. Ce n’est pas pour ça que je ne suis plus moi…

    Sur les papiers officiels, c’est surtout son nom à lui et alors ?? Pour les impôts par contre, ce sont nos deux noms.

    Enfin, bref, je ne vois pas trop où est le problème, finalement.

     » Même dans une grande ville moderne (avec une mairie de gauche…) » : là, par contre, je ne vois pas le rapport, et c’est un raccourci qui me choque. Mais je sais que ce n’est pas le sujet.

    Excusez, les filles, mais j’ai l’impression d’un débat stérile. Les choses sont comme ça depuis toujours, je ne dis pas que c’est bien, mais ça ne nous empêche pas, nous, les femmes, d’être reconnues et d’exister…
    Je suis désolée de ne pas être dans le ton. Hélène, tu peux supprimer mon comm si tu veux.

  • #192 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 13 h 02 min

    Cec (189), t’as pas une « chance folle », tu l’as choisi, ton homme :) Et tu l’as choisi aussi parce qu’il avait cette consideration pour l’autre – et donc pour toi. Non ?

  • #193 Albahaca le 24 septembre 2008 à 13 h 02 min

    Et paf, sud=machiste….qu’est-ce que je disais…(com156)….???

  • #194 Pablo le 24 septembre 2008 à 13 h 03 min

    (Oups, j’avais pas vu que plus haut (comm. 156) Albahaca avait posté un commentaire dans le même sens que moi, mais c’est parce qu’elle ne précisait pas son pay de résidence…!)

  • #195 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 13 h 04 min

    ratabouinouf : j’ai une chance folle, de l’avoir rencontré :)) et donc d’avoir pu le choisir, lui !

  • #196 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 13 h 05 min

    Cecile, tu aimes qu’on t’appelle Mme Robert Truc ??? Ouhla, a ce stade la pour moi c’est super strange, un prenom masculin ? O_O

  • #197 silvilechat le 24 septembre 2008 à 13 h 05 min

    @ cec:J’ai acquis mon indépendance. Si demain je décide d’être mère au foyer, je ne la perds pas pour autant : j’ai fait des études, je suis débrouillarde, je pourrai toujours retrouver un job si je le souhaite, en france, à l’étranger, sans problème.

    je suis assez de ton avis si ce n’est par rapport à la phrase que j’ai reprise. Tu penses qu’une femme qui a arrêté de travailler (études ou pas…) pour se consacrer à sa famille et qui d’un coup d’un seul après de longues années pour x raison se retrouve à devoir chercher un emploi n’y parviens pas parce qu’elle n’est pas débrouillarde? d’autre part, pour certaines femmes partir à l’étranger (pension alimentaire, accords de visite octroyée au père…) n’est pas aussi simple. Pouvoir toujours retrouver un emploi, je te le souhaitre, mais à mon avis il faut aussi être consciente que cela n’est pas pareil pour tout le monde (homme ou femme du reste: de nos jours à partir de 50 ans on est ors du marché du travail, ou presque…imagine toi une femme de 52 ans qui se voit obligé de faire face à une séparation, sans plus toucher de pension puisque l’enfant qu’ellle a elevé est majeur…)

  • #198 Coralie Marie le 24 septembre 2008 à 13 h 07 min

    Lié à mon histoire personnelle, oui si on parle du fait d’avoir été élevée par une féministe (mais moins que moi). Sinon mes parents viennent de fêter leurs 40 ans de mariage, ils ont toujours travaillé, et ma mère gagnait légèrement plus que mon père.

    L’amour et la confiance sont deux choses merveilleuses, mais il me semble un peu naïf de compter là-dessus quand il s’agit d’avoir de quoi nourrir ses enfants. Evidemment on a fait des études, on est intelligentes… Mais le marché du travail est cruel et regarde rarement d’un très bon oeil les mères au foyer qui se reconvertissent.
    C’est aussi pour ça que même si dans l’absolu, je suis également contre les hommes au foyer, puisque c’est l’idée de dépendance qui me révulse, je sais aussi que concrètement ça ne représentera pas la même chose pour un homme, il sera bien vu pour lui d’avoir consacré du temps à ses enfants !

  • #199 Fantomette le 24 septembre 2008 à 13 h 07 min

    Coralie Marie : pour parler de ce que je connais, à savoir ma mère niveau femme au foyer…
    Déjà, son mec est musicien, donc niveau finance, on peut pas décemment dire que ce soit lui qui fasse vivre la famille… Sinon, son « indépendance financière », pour elle, c’est pas d’avoir plein de sous pour elle et de pouvoir assumer ses désirs, elle est pas très shopping, a les mêmes jeans depuis des années, ne se maquille pas,… Bref, ses « besoins » perso sont niveau coût, quasi inexistants.
    Son indépendance, c’est dans ses engagements auxquels elle n’a jamais renoncés : elle est engagée dans diverses associations depuis plus de 20 ans, a régulièrement des congrès à l’autre bout de la France, mère au foyer, pour elle, c’est être là pour ses enfants, pas être soumise au bon vouloir de ses enfants, elle n’a jamais culpabilisé de nous laisser à la garderie, à nos grands-parents,…
    Pour elle c’était plus féministe de rester auprès de ses enfants et de leur transmettre ses valeurs qu’aller bosser 8h/jour pour un patron qui paierait n’importe quel homme 20% plus cher pour le même travail…
    L’indépendance morale est au moins aussi importante que l’indépendance financière, il me semble, et pour elle ça n’a jamais été un problème d’avoir peu d’argent.

  • #200 Virginie – Québec le 24 septembre 2008 à 13 h 09 min

    Bonjour a vous toutes,

    Je n’ai pas tout lu, il est seulement 7h du matin chez moi, mais je suis surprise. Surprise que vous devez tant vous battre. Au Québec, presque plus personne prend le nom de son mari et rien n’est envoyé automatiquement au mari. Ma mère a gardé son nom de jeune fille et mon frere et moi portons les deux noms de famille celui de papa et de maman. En ce moment, je travaille dans une grande organisation et jamais je me suis fait tasser parce que j’étais une fille, mais je dois dire que dans la belle Province les salaires sont égales dans presque tous les domaines pour les femmes et les hommes, le grand virage de l’équité salariale est sur sa fin, maintenant tout est semblable. Pour ce qui est des entrevue, des emplois, pour avoir déjà postulé en france, je vois très bien la différence. Au Québec, l’âge, le satut social, le sexe et les photos sont interdites sur les CV pour ne pas causer de préjudices. Mon père travaille dans le milieu syndicale et pour lui, le monde de l’emploi est maintenant égal à égal pour les emploi.
    Au québec, les papiers gouvernementaux sont envoyés à qui en a fait la demande, le sexe, l’âge ou quoi que se soit n’est pas pris en compte.

    Il faut dire que la révolution féministe a suivi celle des américains, mais avec le caractère que les Québécois ont, plus personne ne bouge. Nous sommes plutot entrain de vivre le retour du balancier, les femmes prennent tellement de place sur le marché du travail que les hommes se tassent et s’effacent de plus en plus. Un mal pour un bien??? je ne suis pas certaine.

    Bonne Journée, vu que la mienne ne fait que commencer

  • #201 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 13 h 10 min

    Cecile de Brest, je ne suis pas d’accord avec l’argument qui dit que c’est stérile parce que c’est comme ça depuis tout le temps.
    C’est comme ca depuis longtemps, c’est vrai. Et ca fait longtemps que c’est n’importe quoi. Et ca devient de plus en plus n’importe quoi à mesure que les inégalités sociales s’amenuisent. Et parce que ca va en s’amenuisant, on ne lutte pas pour « rien » ou pour un truc qui « changera jamais ». C’est faux et archi-faux.

    Par contre, quand tu dis que ca ne nous empêche pas d’être reconnue et d’exister… Si tu entends par là que nous sommes conscientes de notre propre valeurs et qu’entre femmes, nous existons autant que les autres, c’est vrai. Par contre, le combat des féministes, c’est pas juste d’exister et d’être reconnue mais d’être reconnues EGALES des hommes en droit. Ce qui n’est pas encore le cas partout vu que, faut-il le rappeler, on ne demande pas à un mari s’il veut prendre le nom de sa femme, on paye encore de façon inéquitable les femmes et les hommes à compétences égales, la pauvreté touche ENCORE plus de femmes que d’hommes, etc.

    Donc… Que ce débat, tu n’aies pas envie d’y participer, je le conçois et c’est bien ton droit de le plus strict. Mais le déclarer stérile, c’est autre chose…

  • #202 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 13 h 11 min

    Coralie marie : ah ben oui, c’est clair que le marche du travail est bien cruel la-dessus, mais c’est un autre debat ! Ceci dit, les esprits changent, et les entreprises se rendent de plus en plus compte que les femmes au foyer reconverties sont mega multi-taches :D et qu’elles ont un sens des priorites, de l’organisation et de l’efficacite assez redoutable, donc pas tout noir…

    Il me semble juste que le feminisme c’est etre libre de ses choix, et de prendre les mesures pour realiser ce qu’on a envie de vivre, que ce soit aller sur la lune ou elever ses enfants a la maison. Et surtout, surtout…… assumer derriere !

  • #203 Fantomette le 24 septembre 2008 à 13 h 12 min

    Bref, je me suis emmêlé les pinceaux, mais elle n’est dépendante de personne, et pas de son mec qui a des revenus aussi ridicules que les siens…

  • #204 silvilechat le 24 septembre 2008 à 13 h 13 min

    …du même avis que miss lili: le racisme, l’homophobie, le non droit donné aux femmes par rapport à leur corps, l’interdiction de vote pour certaines a aussi existé pendant très longtemps…dans le passé nous aurions pu dire » ca a toujours été comme ça… »…et alors? pourquoi cela ne devrait pas changer ou du moins donner la possibilité de se poser des questions ?

  • #205 Lucile le 24 septembre 2008 à 13 h 13 min

    Cécile de Brest moi l’histoire du nom du mari je vois ça comme si on considérait que les femmes n’existent que par leur mari.. Je crois que ce qui me choque le plus c’est les annonces de décès où on dit « mme nomdesonmari prénomdesonmari  » est décédée. Je le perçois comme si on réduisait la femme à l’homme qu’elle a épousée.. et ça me dérange.

    Après c’est sûr c’est peut être pas le principal mais cette histoire de nom qui existe depuis tjs comme tu dis c’est le symbole de l’inégalité entre hommes et femmes, inégalité qui existe depuis tjs aussi et heureusement que ce n’est pas une raison pour ne pas faire changer les choses..

  • #206 Fantomette le 24 septembre 2008 à 13 h 13 min

    Bah voilà, le temps de me relire et de me compléter, paf, plein de commentaires postés entre temps…

  • #207 Pablo le 24 septembre 2008 à 13 h 13 min

    Albahaca, je ne vois pas trop qui a fait cette identification dont tu parles, « sud=machisme » ? C’est vrai qu’il y a tellement de commentaires que c’est facile de s’y perdre…

  • #208 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 13 h 14 min

    @ Ratabouinouf (96) : non, ce n’est pas exactement ce que je voulais dire… J’aime bien que ce soit inscrit sur le courrier, c’est comme une reconnaissance officielle de notre union.
    Je vais sûrement en faire bondir une énorme majorité, ça doit être très « vieux jeu » ce que je dis…
    Mais je le ressens comme ça. Et j’espère qu’on ne me mettra pas au pilori, sur ce blog si ouvert …

    En ce qui concerne le même nom que la belle-mère, comme évoqué plus haut, par un heureux hasard de la vie, je ne porte pas le même nom qu’elle, si ça avait été le cas, je ne serais peut-être pas si catégorique ;-)))))))))

  • #209 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 13 h 16 min

    @ Cécile de Brest : ben personne ici ne parle de pilori ou quoi, donc pas de stress :-)

    mais je suis assez d’accord avec Miss Lili : si le débat ne te concerne pas, j’en suis heureuse pour toi. Mais n »essaie pas de convaincre des nanas qui souffrent d’une situation, que ce n’est pas grave… ;-)

  • #210 Hélène le 24 septembre 2008 à 13 h 16 min

    Tu as bien le droit d’être vieux jeu Cécile de Berst… le problème c’est que tu vas éduquer tes fils avec des idées de ce genre, et ça n’aide pas la société à avancer…

  • #211 Lucile le 24 septembre 2008 à 13 h 17 min

    Coralie marie je partage ton avis sur les femmes au foyer. Et je ne trouve pas non plus qu’être homme au foyer soit une très bonne idée donc c’est pas juste une question de féminisme mais plus d’indépendance. Et certes l’indépendance c’est pas que le fric mais n’empêche que quand t’as 45 ans et que t’as été au foyer pendant très très longtemps ben je te souhaite bon courage pour retrouver du boulot. Et quand t’as plus d’enfant à charge pas de pension, une prestation compensatoire certes mais ça va pas forcément très loin et comme mnt ce n’est plus un versement mensuel et à vie comme avant c’est bien la merde.
    Donc entre indépendance et indépendance financière ya qu’un pas je trouve..

  • #212 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 13 h 19 min

    Bon, ben, c’est bien ce que je disais, mon avis semble étrange et j’ai l’impression de ne pas être comprise…
    Je n’ai pas dit que c’était comme ça depuis longtemps et que du coup, il fallait laisser tomber (ou alors je me suis mal exprimée). Ce que j’ai voulu dire, c’est que ça n’a pas empêché les femmes d’occuper des postes importants, d’être reconnues à leur juste valeur par le monde entier (hommes+femmes).

    Voilà, j’ai l’impression très nette de ne pas avoir le droit d’avoir mon avis différent du vôtre, sous peine d’être considérée comme une fille qui « aime » le machisme. Et honnêtement, ça me peine un peu…

  • #213 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 13 h 19 min

    Aujourd’hui beaucoup de mamans (et quelques papas) choisissent plutôt de réduire leur temps de travail, d’adapter leurs horaires… ça peut être une alternative, une nouvelle manière d’être femme ou homme au foyer… concilier les deux, ça doit être possible non?

  • #214 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 13 h 21 min

    Nan, c’est pas ca Cecile de Brest, c’est juste que le fait que TOI, tu l’acceptes ne rend pas le probleme (i.e. que le nom du mari soit presque impose a toute femme mariee) moins important.

  • #215 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 13 h 21 min

    @ Cécile de Brest : je trouve que personne ne t’a jeté la pierre, nous avons simplement un avis différent du tien!!! tout le monde ne peut pas partager ton point de vue.

    après, tu dis que « ça n’a pas empêché les femmes d’occuper des postes importants, d’être reconnues à leur juste valeur par le monde entier », ben moi je dis le contraire. Combien de femmes chef d’entreprises, présidentes de la république, sénatrices, maires de grandes villes, présidentes de conseils d’administration…? il me semble qu’on est assez loin de la reconnaissance des compétences des femmes…

  • #216 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 13 h 22 min

    Je n’ai pas l’intention d’éduquer mon fils en lui présentant les choses de cette façon.
    Et d’abord, des idées de quel genre ? Que la femme doit prendre le nom de son mari et que le courrier lui sera adressé à lui seul ? La belle affaire !
    A partir du moment où il y a respect mutuel dans le couple…
    Bon, j’ai l’impression très nette que je m’égare et que je monte en pression, n’empêche que …

  • #217 porteverte le 24 septembre 2008 à 13 h 22 min

    @ Ratabouinouf (185) : en théorie, c’est vrai, et c’est comme ça que ça devrait se passer.

    En vrai quand le conjoint qui a cessé de travailler se retrouve seul (avec ou sans enfants) et doit dépendre d’une pension alimentaire de l’autre, alors que déjà il est dans une situation psychologique un peu fragile (en règle générale), c’est un poids supplémentaire avec lequel il faut composer pour avancer, et ce n’est pas si facile que ça.

    Et quel que soit le choix qu’on a fait 10 ans plus tôt, la force de l’amour qu’on a pu éprouver, ou l’intelligence dont on a su faire preuve lorsqu’on analysait les choses de l’extérieur…

    Je n’ai jamais été dans cette situation, ayant toujours assuré mes arrières professionnels, et je m’en félicite, tout le reste était déjà bien assez difficile à gérer.

    Alors je sais bien que ça fait conseil de grand-mère, mais moi aussi je frémis toujours quand quelqu’un(e) me dit qu’il ou elle va s’arrêter de travailler pour suivre son conjoint, ou parce qu’il ou elle gagne beaucoup moins.

  • #218 silvilechat le 24 septembre 2008 à 13 h 22 min

    @cécile: si tu lis les bio des différentes femmes qui ont marqué l’histoire (que ce soit au niveau politique, culturel ou autre…) tu te rendras compte à quel point elles ont dû se battre pour être reconnues. Des écrivains femmes qui prennent des noms d’hommes, des politiciennes qui se sont battues pour des causes souvent peu vendeuses pour des hommes,il y en a beaucoup.

  • #219 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 13 h 23 min

    Cecile de Brest > Ah mais si tu es heureuse, tant mieux :) Et si recevoir un courrier au nom de Mme NomdeTonMari te rappelle ce jour fabuleux où tu avais la robe de tes rêves et où tu as dit oui à cet être fabuleux, tant mieux aussi :).
    Mais le débat n’est pas stérile… parce que sous le souvenir de ce beau jour, sous la reconnaissance publique de ton union (qui m’a l’air plus que réussie) avec ton mari, il est bien clair que Cecile de Brest n’est reconnue QUE par le fait que Cecile de Brest a épousé Son Mari. Et je trouve ca dommage, personnellement que Cecile de Brest, heureuse épouse de Son Mari, ne soit plus Cécile de Brest.
    Mais encore une fois, si ca ne te choque pas dans ta vie quotidienne, tu as bien de la chance : ca t’évite des coups de sang qui sont très mauvais pour la digestion :)

  • #220 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 13 h 25 min

    « Et d’abord, des idées de quel genre ? Que la femme doit prendre le nom de son mari et que le courrier lui sera adressé à lui seul ? La belle affaire ! »

    Ben oui, la belle affaire !! Les idees a faire passer c’est que la femme peut choisir (ou pas) de prendre le nom de son mari (ou pas). Deja que le mec peut pas en faire autant, c’est pas terrible, alors si en plus on apprend aux petits garcons que leurs epouses auront leurs noms a eux, un point c’est tout euuuuuuuuuuuh…

  • #221 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 13 h 29 min

    @ Miss Lili : c’est vrai que je digère bien, merci ;-))))))))))))
    Ce que je veux dire, c’est que le nom de mon mari fait aussi partie de moi. Hummm, comment expliquer ???
    Tes actes font partie de ton identité.Tes études, la voie que tu choisis, les personnes que tu fréquentes ou celles à qui tu t’unies.
    Je n’existe pas seulement QUE parce que je suis la femme de mon mari et heureusement parce que ce serait bien réducteur, mais je suis cela aussi. Et si cette reconnaissance passe par le fait qu’il faille prendre son nom, soit !

  • #222 Breizh’ le 24 septembre 2008 à 13 h 29 min

    J’aime bien ce qu’écrit Virginie du Québec…parce qu’en fait, on en vient à créer deux « clans » mais l’important c’est l’être humain avant tout quelque soit son « genre ». C’est juste (enfin « juste »…) une question de respect des valeurs de chacun(e) et de ne pas chercher à l’imposer aux autres…
    Je suis féministe mais cela ne veut pas dire que les autres ont tort ou sont vieux jeu…Là ou j’ai plus de mal c’est lorsqu’une catégorie se veut dominante (quel qu’elle soit…) et cherche à imposer son point de vue comme étant le seul valable, en rabaissant ceux(celles) qui pensent différemment…Pendant longtemps cela a été les hommes mais peut être que demain cela sera les femmes et ça ne sera pas mieux…
    Du respect et un peu de mesure et ça se passera plus en douceur, non?? :-)

  • #223 Fantomette le 24 septembre 2008 à 13 h 29 min

    Yanjiao : si il y avait des métiers qui permettaient de déposer ses enfants à l’école et de les y récupérer sans devoir passer ta journée à cavaler et avoir l’oeil sur la montre, sûrement, mais je trouve que c’est difficile, il faudrait un temps partiel où tu ne ferais pas le matin ou l’après-midi, mais où tu pourrais commencer à 10h et finir à 16h, et je crois qu’aucune boîte ne pourra mettre ça en place, bosser de 8h à 13h, ça fait temps partiel, mais faire 10h-16h, ça fait fainéant, et c’est pas prêt de changer…

  • #224 silvilechat le 24 septembre 2008 à 13 h 31 min

    cécile: Et si cette reconnaissance passe par le fait qu’il faille prendre son nom, soit !…et tu ne te demandes pas pourquoi ce n’est pas aussi à l’homme de pouvoir prendre le nom de sa femme? le romantisme ou la possibilité de être romantique doit être égale pour l’un et l’autre non?

  • #225 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 13 h 32 min

    @ Ratabouinouf : je ne dis pas que la femme DOIT prendre le nom de son mari. Elle a le choix et c’est tant mieux. Et ce n’est pas ce que j’ai l’intention de dire à mon fils, ni à ma fille, d’ailleurs.

    Quand Yanjiao dit que personne ne m’attaque, ben excusez, mais moi je le ressens comme ça. On est en train de me prouver par A+B que mes idées sont rétrogrades et que ce n’est pas comme ça que le monde sera meilleur (toutes proportions gardées).
    Je suis désolée de vous donner cette image de moi, J’espère que celles qui me connaissent un peu ne me voient pas comme ça :-(((((((((((((((((((((((((((

  • #226 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 13 h 34 min

    @ Breizh’ : ben voilà, tu dis tout ça tellement mieux que moi ! Mais ça doit être dû à tes gênes géographiques ;-))))

  • #227 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 13 h 34 min

    @ Fantomette : ben écoute, ma collègue dépose les enfants à 8h30, est au bureau à 9h15, fait une mini pause déjeuner, s’arrête à 16h, et finit de boucler ses horaires avec du travail en soirée ou en week end, selon les besoins… pour l’instant ça marche, même s’il a bien sûr des périodes où elle doit courir, jongler, faire garder les enfants… mais je crois que quand on a envie, on peut essayer de chercher des solutions, même si elles sont bancales.

    @ Cécile de Brest : as-tu lu les commentaires? je fais un copié collé d’un de mes précédents messages :

    je crois que personne n’a dit que prendre le nom de son mari c’était s’effacer ou perdre son identité, à partir du moment où c’est un choix.

    Ce qu’on dit, c’est que le fait que la tradition / les habitudes / le machisme de la société nous impose une manière de vivre qui ne nous convient pas. Changer de nom malgré soi, alors qu’on ne le souhaite pas et qu’on le fait savoir, c’est s’effacer et perdre son identité.

    je crois que plusieurs lectrices ont été très claire sur le fait que nous respectons les femmes et les hommes qui font le choix de porter le même nom :-))

    donc voilà; on respecte ton choix de porter le nom de ton mari et d’aimer ça! mais respecter ne veut pas toujours dire approuver!

  • #228 missbirdy le 24 septembre 2008 à 13 h 35 min

    Bravo pour ce grand coup de Gueu*** si réaliste et pourtant si dramatique

    nous n’existons que si nous sommes mariées c’est dingue ça, en 2008
    mais que fait le MLF ??? ;-)
    quand je dois aller soit chez le garagiste, soit pour tout autre devis, je dois tjs me faire accompagner d’un « mâle » pour ne pas me faire avoir ou entendre les réflexions du genre
    qu’est-ce qu’elle veut la petite dame?

    grrrrr ça m’énerve

  • #229 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 13 h 36 min

    Cécile, no soucy, pas de « réduction hâtive » :)

    Comme je l’ai écris plus haut, moi j’ai emmerdé tout le monde pour que mon nom change, partout, et qu’on m’appelle Madame, et j’adore !

    C’est rétrograde ? Euh, peut-être… Mais encore une fois je pense que le débat féministe n’est pas vraiment là ;)

  • #230 Hélène le 24 septembre 2008 à 13 h 38 min

    Ben moi je pense que si, le débat féministe est AUSSI là, même si pas seulement. Hélas, il est partout, en fait.

  • #231 Ségolène le 24 septembre 2008 à 13 h 39 min

    Ici, en Allemagne, les femmes qui décident de prendre le nom de leur mari perdent le leur. Sur les papiers d’identité de mes copines allemandes qui ont pris le nom du mari, il n’est pas écrit née: NOMDEJEUNEFILLE et épouse: NOMDUMARI mais simplement nom: NOMDUMARI.

    Quand je me suis mariée, j’ai pris le nom de mon mari, mes papiers d’identité français mentionnent donc les deux noms mais ici, mon nom de jeune fille a complètement disparu. Vivant entre deux pays, n’avant pas de papier d’identité allemands, cela m’était un peu égal.

    Et puis, je me suis séparée et j’ai été confronté à une situation très désagréable, càd que je ne pouvais pas reprendre mon nom de jeune fille avant que le divorce ´ne soit prononcé, puisque j’y avais « renoncé » en choisissant de porter le nom de mon mari. Une fois le divorce prononcé, il m’a fallu encore 3 mois pour retrouver mon nom. Qu’est-ce que j’étais heureuse de le retrouver, simplement parce que le nom de mon mari n’avait plus du tout la même symbolique, il représentait une union qui n’existait plus.

  • #232 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 13 h 39 min

    @Yanjiao : j’insiste ! même si ce n’est pas un choix, mais qu’une femme prend le nom de son mari juste parce qu’elle n’y a pas réfléchi, qu’elle s’en fout… ben non, elle ne s’efface pas non plus et ne perds pas son identité !

    Bon par contre là je vais m’effacer vite fait pour aller chez le dentiste, je vous lirai avec impatience au retour ;)

  • #233 Zephyr75 le 24 septembre 2008 à 13 h 40 min

    Oulala !! Que de commentaires !!!!
    Merci Yanjiao pour ce texte revigorant !!!

    Je tombe quand même des nues : je pensais sincèrement qu’aujourd’hui la majorité des femmes mariées gardaient leur nom, et qu’évidemment elles le gardaient pour les papiers administratifs … Je ne pensais vraiment pas qu’aujourd’hui encore, on parlait de chef de famille (!!), qu’on imposait UN seul nom pour certaines administrations etc…

    Eh ben dis, le Code napoléon version 1804 a encore de beaux jours devant lui malgré les réformes successives ….

    En tout cas, je suis heureuse d’avoir fait le choix du Pacs et non du mariage !!

    Je vois assez mal par ailleurs comment ces questions pourraient constituer des détails : comme cela a déjà été dit, c’est un ensemble d’éléments qui aujourd’hui encore font de la France un pays où sévit le sexisme : salaires inférieurs en MOYENNE de 20 % pour les femmes (à poste et compétence égales), écrasante majorité de femmes dans les temps partiels subis, minorité ridicule de femmes députés, de femmes dans la composition des CA des plus grandes entreprises françaises …. etc …. etc….

    Alors oui, il faut le dire et le redire : le féminisme est plus que jamais d’actualité, c’est une question de justice, et il est bien évident que dans ce combat pour la justice, les hommes ne sont pas nos ennemis, au contraire !!

    Quand à celles qui sont persuadées que tout aujourd’hui est une question de choix personnels et pas du tout de pesanteur sociale, je pense qu’elles feraient bien d’aller jeter un coup d’oeil dans les statistiques de l’INSEE : ça remet les idées en place d’une manière indiscutable !

  • #234 Hélène le 24 septembre 2008 à 13 h 41 min

    Zephyr75 merci de repréciser tout ça !

  • #235 Virginie – Québec le 24 septembre 2008 à 13 h 43 min

    Peu importe le domaine, je crois que homme, femme ou enfants devraient toujours avoir la liberté de choisir. Je suis consciente qu’il y a des lois, qu’il faut fonctionner avec les règles dites et non dites. Je laisse les autres penser se qu’ils veulent, je ne leur impose jamais mes idées, par contre ils vont les savoir, j’ai une grande gueule.

    J’ai le choix de prendre le nom de mon futur mari ou pas. Et meme si je suis féministe je risque de le prendre, tout dépendant de son nom, vu que je connais pas encore l’homme de ma vie. Porter deux noms de famille celui de papa et de maman, c’est trop long a ecrire. J’ai l’air d’une paresseuse, mais je viens d’une génération où nous porter presque tous les deux noms et mes enfants ne s’appelleront certainement pas. Machin-Chose Maman-Papa-Mère-Père. Tout cette conversation n’est que le melange des valeurs, des croyances, de l’éducation que l’ont a eu.

    Mais je crois surtout que dans ce monde là, tout le monde doit etre libre de faire ses propres choix.

  • #236 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 13 h 45 min

    Bien, je propose qu’on évite de se créper le chignon, c’est hyper long à faire un chignon, on a pas que ça à faire non plus.

    Les ANTI nomdumari déclarent donc respecter le choix des femmes et des hommes qui prennent le même nom, sans leur jeter la pierre ni les traiter de machistes.

    Les POUR nomdumari déclarent respecter le choix des femmes et des hommes qui souhaitent garder leur nom de naissance, sans affirmer que c’est un détail sans importance.

    Tout le monde déclare que les hommes et les femmes doivent être libre de choisir la formule qui leur convient, nom du mari, ou nom de la femme, ou les deux noms, ou nom du chien, sans que personne d’autre ne puisse décider à leur place.

    à …………………………….. le …………………………………..

    Signature :
    ………………………………………………………………..

  • #237 Hélène le 24 septembre 2008 à 13 h 46 min

    Bravo Yanjiao ;-)

  • #238 silvilechat le 24 septembre 2008 à 13 h 46 min

    ….voilà qui est très bien dit!!! merci yanjiao!!

  • #239 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 13 h 47 min

    @ cec jeune mariée

    je refais un copié collé :

    « Changer de nom malgré soi, alors qu’on ne le souhaite pas et qu’on le fait savoir, c’est s’effacer et perdre son identité. »

    Je réclame juste la LIBERTE de garder mon nom, l’EGALITE avec les hommes (si je peux avoir la fraternité en plus je suis preneuse, luvrez-m’en douze caisses, merci :-)))))

    ça ne me semble pas opposé à ce que tu dis et je n’en changerais pas un mot.

  • #240 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 13 h 49 min

    Je tiens à préciser (parce que je me sens visée par certains commentaires, mais il est vrai que je suis parano ET susceptible ;-))))) ) que je ne trouve pas normal que les femmes et les hommes n’aient pas le même salaire à poste égal. Que je ne trouve pas normal qu’il y ait moins de femmes que d’hommes dans les postes à responsabilités.

    Et même si ça s’inscrit dans la même ligne que le fait de changer de nom ou pas quand on se marie, je trouve ces faits bien plus graves.

    Pour rebondir à ce que disait porteverte plus haut : abandonner son poste pour suivre son mari te semble dangeureux… Oui, mais quelle est la solution ? Je ne suis pas sûre que « dissoudre » une famille soit la meilleure solution non plus… Et je sais de quoi je parle, ça m’arrive tous les deux ans ;-))

  • #241 Fanchette le 24 septembre 2008 à 13 h 49 min

    Pas le temps de tout lire, mais archi d’acc avec toi.
    Y’avait un blog avant (dont je ne sais plus le nom) où la fille recensait tous les détails quotidiens de ce genre : c’était effarant. Mais elle a arrêté, elle avait fait l’expérience pendant 1 an. Bref si par hasard elle lit Hélène, je lui tire mon chapeau.
    Quant à mettre Madame en « chef de foyer » sur la déclaration commune des impôts, c’est impossible m’a expliqué une copine (peut-être quelqu’un l’a déjà dit plus haut, désolé si je répète…)

  • #242 veronica le 24 septembre 2008 à 13 h 49 min

    voila pourquoi je suis et resterai (encore longtemps malheureusement) une feministe convaincue que la « lutte » ne fait que commencer parce qu’a en juger le comportement humain et je ne parle que de la France, on a encore nous les femmes beaucoup de chemin pour avoir les memes droits, aussi futiles soient-ils pour certains ou certaines….
    Il ne faut pas se demander que fait le mlf mais que font les femmes ??? quand on voit le nombre de filles qui pensent que c’est la loi en France qui veut que des que tu es mariee tu ne deviens plus que Madame MARI ( le pire c’est le courrier style MME NOM DU MARI et PRENOM DU MARI ) un peu comme le nom de naissance ou que fait le chef de famille entendu l’homme…cela me rend folle de rage et on a bien envie de retourner bruler quelques soutifs dans la rue….
    Cela peut faire sourire mais quand on voit que les usages dans certains pays font que des hommes (des pedophiles pour moi) peuvent se marier avec des gamines de 8-10 ans on se dit que mince quand pourra-t-on enfin se dire que dans le monde les femmes sont enfin reconnus comme des etres humains a part entiere…..

  • #243 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 13 h 50 min

    Cecile de Brest > Bien sur que nous existons autrement que par notre nom de famille ( que ce soit celui de notre naissance ou de notre mari, d’ailleurs), par nos opinions, nos études, nos choix, nos votes, notre consommation etc. Ce qu’il y a, c’est que dans ma petite tête butée, si on m’apelle Madame Gouteur Officiel quand on téléphone pour vendre des services à thé, c’est comme si Madame Lili Miaouw n’existait pas et n’avait aucune importance. Ce qui compte, c’est mon mariage. Alors que ce qui compte, c’est si je vais ou non acheter ce fabuleux service à thé. Quand je reçois un courrier adressé à Madame Lili Miaouw, je l’ouvre. Si je le reçois adressé à Madame Gouteur Officiel, c’est comme si… je ne sais pas bien l’exprimer, j’ai l’impression que c’est à mon mariage qu’on parle.
    Enfin, je suis pas mariée, mais c’est comme ca que je me le représente.
    Si je reçois du courrier adressé à Madame Gouteur Officiel, je perds de l’importance au profit de mon union. Mais je suiiiiiiiis un êeeeeeetre humaaaaaain zut à la fin :)

  • #244 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 13 h 50 min

    Non mais c’est dément qu’on en arrive entre fille civilisées à se disputer pour un truc aussi basique non???

    bon, je dois m’absenter un peu, j’espère qu’on va revenir à des échanges plus constructifs!

    l’aménagement du travail pour les hommes ET les femmes, les moyens de lutter efficacement au quotidien, les idées de saines lectures, les anecdotes… ya de quoi dire!!

    à vous les studios.

  • #245 Tournesol le 24 septembre 2008 à 13 h 51 min

    Bonjour à toutes,

    Je prends le train en marche…

    Pour ma part voilà comment je fonctionne en tant que personne dans ma vie actuelle avec mon amoureux…

    Non mariée, je ne me suis jamais posée la question de porter le nom ou pas de mon futur conjoint, si un jour nous décidions de nous marier !!! Je suis une femme simple qui a pour devise, de prendre les problèmes à bras le corps lorsqu’ils arrivent, s’ils arrivent et surtout pas avant. Cela m’évite de virer dans toutes sortes d’état et de me compliquer l’existence.

    Féminine, Pragmatique, Indépendante et Rationnelle, dans la vie à deux, il y des matières où « j’assure » et d’autres où je ne m’essaie même pas. Donc, je compose avec ce que m’a donné la vie avec l’aide de Jules..

    Tous les deux nous fonctionnons comme une « entreprise », les postes ont été distribués en fonction des « compétences et aptitudes » de chacun ET des ajustements peuvent être faits en cours d’année sans heurts, sans cris, dans la discussion. Est-ce que cela marche, oui très bien merci ! Est-ce qu’il nous arrive de nous prendre la tête, oui comme tout le monde.
    Est-ce qu’il lui arrive d’avoir des sursauts de machisme et autres caractéristiques du même tonneau, oui, oui.. Je lui laisse sont quart d’heure de gloire et de répliques, j’attends que la pression retombe et on rediscute : je ne cherche pas à le faire changer d’avis mais que l’on partage une discusion.

    Comment ferons nous si un jour nous avons des enfants ? Là aussi, chaque chose en son temps.

    Pour conclure, je dirais que dans la « mesure du possible », nous essayons de garder notre sens de l’humour, de prendre de la distance quand l’exige certaines situations et d’Avancer ensemble, dans la même direction.

    Quant aux autres aspects de ma vie, même s’il m’est très souvent arrivé de me trouver en compagnie de messieurs pas toujours au fait des réalités de la vie… Leurs commentaires peuvent me surprendre, me rassurer mais me faire sortir de mes gongs, non ! Chacun son combat, le mien est ailleurs à tort ou à raison.
    Cela étant, je comprends les demandes légitimes des unes et des autres, leurs luttes au quotidien et j’espère de tout coeur, qu’elles trouveront la paix, une situation convient à tout le monde.

    PS : Une de mes proches se plaignait du comportement machiste de son mari avec elle et leur petit garçon, à son médecin. Réponse de celui-ci : ces hommes sont élévées par des femmes…

  • #246 Hélène le 24 septembre 2008 à 13 h 52 min

    Bien sûr Tournesol, les homme sont élevés par des femmes, ce sont les femmes qui fabriquent des machos.

  • #247 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 13 h 54 min

    pardon, j’aurais du mettre plein de :-)))))) à mon précédent poste, là on dirait une adjudante chef!!!

    :-))))

    je suis bien contente de discuter de tout ça avec vous les filles, ça fait du bien

  • #248 alice45 le 24 septembre 2008 à 13 h 54 min

    Je ne peux que ploussoyer Miss Lili et Lucile. Dire que ça a été toujours comme ça veut dire que la guerre qui a abolit l’esclavage n’aurait pas du avoir lieu. Il y a avait bien des esclaves depuis la nuit des temps (il y en a toujours d’ailleurs mais si je m’embarque là-dedans je vais me faire jeter par Hélène pour avoir rempli tout son espace web diospo :o) alors pourquoi se battre pour changer. C’est valable pour bien d’autres sujets.
    Je suis féministe et mon copain et moi partageons les tâches ménagères. Pour autant, je ne refuse pas de laver la tasse qu’il a utilisée quand je me mets à la vaisselle et lui non plus. Nous aimons cuisiner tous les 2 et nous ne comptons pas combien de fois j’ai fait la vaisselle ou nettoyer les chiottes. On n’est pas des marchands de tapis. En revanche, hors de question que je fasse tout tout le temps.
    Je n’ai pas envie de me marier pour tous ses casse-têtes. De toute façon, je garderai toujours mon nom. Je marque mes affaires, pas mon mari. J’en attends de même de lui et d’ailleurs cela lui paraît normal. Je remarque aussi dans la plaupart des cas (je n’ai pas TOUS les cas) que les femmes qui changent de nom sont les plus « soumises » et font des concessions bien plus importantes que leur mari. Un petit exemple: le mari sort tous les week end avec ses potes tandis que la femme ne sort pas car IL n’aime pas qu’elle sorte seule.
    Je crois qui si beaucoup ne voit pas de mal à changer de nom c’est parce que c’est totalement intégré dans notre sociéte. Choix pour quelques-unes sans doute mais choix influencé par la société pour beaucoup!

    Pour les petites anecdotes, je n’aime pas qu’on m’appelle Mademoiselle. Lorsque un homme me dit « Bonjour Mademoiselle! » je lui réponds: « Bonjour Mondemoiseau! ». Effet garanti. Ils se sentent presque agressés. Pourquoi ça si nous, nous ne devons pas nous offusquer du » Mademoiselle »? Demoiseau existe bel et bien. Utilisons -le!
    Pour celle qui veulent du « Madame », 2 circulaires vous donnent le droit de le réclamer. On ne peut pas vous le refuser. Mais il faut se battre.

    Pour finir sur les zhoms et les fâaames au restau, il se trouve que j’apprécie beaucoup le vin. Je ne suis pas grande connaisseuse mais entre mon copain et moi, y a pas photo. Et bien devinez vers qui le serveur s’approche pour « faire rincette » et accepter ou non le vin? Zhom bien sûr. Il s’amuse à dire qu’il n’y connait rien et que heureusement, je suis là pour lui assurer un vin de choix. Il n’y a eu qu’UNE seule fois, en vacances en Autriche, où le serveur a demandé qui voulait goûter.

  • #249 silvilechat le 24 septembre 2008 à 13 h 57 min

    alice45, je ne vais pas me remettre de s’y tôt de ton mondemoiseau! …c’est « con » comme un lacet mais c’est tellement juste!

  • #250 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 13 h 57 min

    Je crois qu’au final, Cecile, ce qui derange les « revendicatrices » parmi nous, c’est que ce soit possible (pour pas dire obligatoire et force ;) pour une femme de prendre le nom de son mari, mais pas pour un homme de prendre le nom de sa femme…

    Ca s’appelle un double standard en anglais, et c’est le MAL :D

  • #251 porteverte le 24 septembre 2008 à 13 h 57 min

    @ Cecile de Brest : oui, je sais Cécile, j’ai pensé à toi en écrivant ça, parce que je me souvenais bien de ton dilemne ;-)

    Je n’ai pas de solutions pour tous les cas, et le tien est un peu compliqué (je connais assez bien la situation des femmes de militaires), je voulais juste signaler à Ratabouinouf que le fait de croire qu’on sera plus malin que les autres le jour où on se séparera (si …quand …, nous sommes bien d’accord que ce n’est pas une fatalité) ne protège en rien des réalités du terrain le moment venu ;-)

    Mais en même temps, tout le monde ne divorce pas, heureusement, et puis, ce n’est que mon avis (que je ne partage avec moi-même que depuis mes 35 ans, et je n’ai pas la science infuse !)

  • #252 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 13 h 57 min

    @ Miss Lili: oui, je comprends to exemple, mais je ne le ressens pas du tout comme toi !
    Si je reçois du courrier à mon nom à moi (à savoir mon nom de naissance), je l’ouvre, si c’est du courrier marqué Mme nom et prénom demonmari, j’ouvre aussi : chouette encore pour moi (j’ai des joies simples !!).
    Ce que je veux dire, c’est que ces 2 noms, c’est moi !

  • #253 Hélène le 24 septembre 2008 à 13 h 59 min

    Alors il y a un truc marrant avec le Madame ou Mademoiselle : moi je préfère qu’on m’appelle Mademoiselle.

    Et vous savez pourquoi ?

    Parce que dans mon esprit, Madame ça veut dire qu’on appartient à un homme, alors que Mademoiselle ça veut dire qu’on tient debout toute seule…

    (mais si ça se trouve j’ai tout faux ;-)))

  • #254 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 14 h 02 min

    Ah, tiens, c’est marrant, Hélène ! J’ai une toute autre vision!
    Pour moi, mademoiselle, c’est quelqu’un qui n’est pas encore adulte, un peu jeunette.
    Et madame, c’est la femme qui s’assume, qui n’a besoin de personne !

    Comme quoi ! En tout cas, il ne me viendrait pas à l’idée d’appeler mademoiselle une vieille dame de 90 ans qui a toujours été célibataire …

  • #255 Ninon le 24 septembre 2008 à 14 h 02 min

    Waou , que de comm !! C’est le sujet qui touche !! Je suis tout à fait d’accord, absolument d’accord, et j’ajoute qu’il y a dans la vie mille et une petites traces insupportables de machisme, des regards, des sourires, que j’ai du mal à supporter. C’est souvent inconscient, ça remonte du plus profond de l’éducation, j’en suis convaincue. Vu tout ce qui a été dit, je ne sais qu’ajouter, car mes idées sont contradictoires, je ne sais parfois pas que penser, moi qui ait fait des études, travaillé, et suivi mon mari dans plusieurs pays, donc une « carrière » (si on peut appeler ça comme ça) coupée en petits morceaux… En tout cas, le débat est passionnant.

  • #256 Hélène le 24 septembre 2008 à 14 h 03 min

    Pourtant Coco Chanel a tenu à ce qu’on l’appelle Mademoiselle jusqu’à la fin de sa vie, jsutement parce qu’elle tenait debout toute seule ;-)

  • #257 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 14 h 03 min

    Je suis un peu comme toi Helene, mais c’est vrai que ce serait bien d’avoir un truc generique comme pour les Monsieur, quoi… :(

  • #258 silvilechat le 24 septembre 2008 à 14 h 04 min

    …cécile: mais ce n’est pas parce que la vieille dame de 90 ans ne s’est pas mariée (célibataire) qu’elle ne s’est pas assummée dans sa vie…

  • #259 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 14 h 04 min

    Cecile de Brest > Je comprends mieux =) Et en effet, tu devrais me donner un cours de joie simple (ma joie simple la plus simple étant la ruine en maquillage…).
    Hélène> Moi, j’aime le mademoiselle parce que j’ai peur de mon âge et je me dis que si on me donne du mademoiselle, c’est que j’ai juste l’air d’une ado qu’on imagine pas mariée!

  • #260 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 14 h 04 min

    Alors que pour moi, tu vois, Madame = vraie femme, Mademoiselle = en cours de finition… ça m’énerve toujours de voir une nana qui bosse, qui est indépendante, qui vit sa vie, et qu’on appelle mademoiselle comme si seul le mariage consacrait la femme…

    (je devais pas être partie là?? :-))

  • #261 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 14 h 05 min

    … ce qui existe d’ailleurs en GB !! Toujours dans la frousse du faux pas social, ils ont invente le Ms. (prononcer « Mizzz »), a mi chemin entre le Miss (Miss) et Mrs. (« Missiz »). Ben c’est bien pratique, et tout le monde s’y est mis.

  • #262 Hélène le 24 septembre 2008 à 14 h 06 min

    Vouais, il nous faudrait un truc comme ça en français ;-)

  • #263 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 14 h 07 min

    Madamelle par exemple ? Ou Mademame ?

    Hihihihi

  • #264 silvilechat le 24 septembre 2008 à 14 h 07 min

    madamelle?

  • #265 silvilechat le 24 septembre 2008 à 14 h 08 min

    ou madalame

  • #266 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 14 h 08 min

    Hahahahaha, les memes idees ridicules silvilechat :D

  • #267 alice45 le 24 septembre 2008 à 14 h 08 min

    Hélène, en effet, c’est uen autre façon de voir les choses :-)
    Pour ma part, je le vois comme Cécile de Brest. C’est l’adulte qui s’assume. Sinon on devrait aussi utiliser Demoiseau pour les hommes. Je l’utilise d’ailleurs.
    Mais ça, chacune sa préférence. ce qui me hérisse c’est que je dois me battre pour avoir droit à un statut dont j’ai droit.

  • #268 silvilechat le 24 septembre 2008 à 14 h 10 min

    …oui, moi je suis plus lente, j’ai un clavier en carton…demoiseau est très poétique je trouve…aujourd’hui aussi, en attendant mon mari, j’aurai rit un peu…

  • #269 isavoyage le 24 septembre 2008 à 14 h 14 min

    Génial, c’est un sujet passionnant et vos comm’ sont super intéressants.
    Moi, j’en ai assez qu’on m’appelle Mademoiselle malgré mes 38 ans, marre de ne pas être Madame parce que je n’ai pas d’enfants, ne suis pas mariée ou que j’ai l’air jeune. Je ne veux pas avoir à donner cet élément personnel de ma vie (suis-je mariée ou pas). Parce que ça ne regarde que moi et que les hommes eux, n’ont pas à se justifier. Il ne viendrait à l’esprit de personne d’appeler « jeune homme » un homme de 38 ans, fut-il d’allure primesautière.
    Et tous les gens qui me disent « tu verras quand tu auras des enfants » ! Qui dit ça à un homme ? Je m’éloigne un peu du sujet mais je trouve que cette histoire de gamins c’est aussi du machisme.
    Parce qu’être une FEMME, une « Madame » ne devrait rien avoir à voir avec avoir un mari et/ou des enfants mais a tout à voir avec un staut d’adulte autonome. Point. Comme Monsieur.

  • #270 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 14 h 15 min

    @ Silviechat : « …cécile: mais ce n’est pas parce que la vieille dame de 90 ans ne s’est pas mariée (célibataire) qu’elle ne s’est pas assummée dans sa vie… »

    Je n’ai jamais dit ça ! Au contraire ! C’est bien pour ça que je n’appellerais pas « mademoiselle » une vieille dame célibataire puisque justement, elle s’est assumée toute sa vie !

    Il m’arrive souvent qu’on m’appelle mademoiselle. C’est sûrement parce que je fais très jeune, faudra que je vous donne le nom de mon anti-rides un de ces jours ;-))
    Et bien, ça m’énerve !!! Et pas parce que je suis mariée, mais parce que à 31 ans (à quelques heures près) je ne me considère plus comme une mademoiselle. c’est bon quand on a 20 ans, 21 ans, mais à un moment, faut arrêter !

    Enfin, bien sûr, moi, je le vois comme ça, mais je comprends que certaines préfèrent se faire appeler mademoiselle .

  • #271 Ninon le 24 septembre 2008 à 14 h 16 min

    Intéressant, cette approche de Mademoiselle ! Moi, j’aime bien qu’on m’appelle Mademoiselle, parce que ça me rajeunit. ça doit être affreusement anti féministe, mais j’aime bien….

  • #272 funambuline le 24 septembre 2008 à 14 h 16 min

    Ah, Cécile (270) enfin tu reviens aux choses véritablement importantes… alors, cet anti-rides ? :-)))))

  • #273 Hélène le 24 septembre 2008 à 14 h 17 min

    Ne profitez pas de ce que Yanjiao est partie pour dévier vers des sujets futiles les filles ;-)

  • #274 Ninon le 24 septembre 2008 à 14 h 17 min

    @Cécile de Brest : oh, non, moi je ne veux pas arrêter… je veux bien qu’on croit que j’ai 20 ans…. :)))

  • #275 funambuline le 24 septembre 2008 à 14 h 18 min

    Pour le « madame » et « mademoiselle ». En Suisse, depuis 3 ou 4 ans (je ne sais plus exactement), officiellement, le « mademoiselle » n’existe plus. On est de sexe féminin ou masculin. Plus rien d’autre. Même pour les mineurs.

  • #276 funambuline le 24 septembre 2008 à 14 h 19 min

    Pardon, j’insiste, j’ai bien dit « officiellement », ça ne veut pas dire que c’est déjà dans les moeurs, hein !

  • #277 Cagaroule le 24 septembre 2008 à 14 h 19 min

    @ Cécile de Brest: (je me permets de l’écrire parce que j’espère que tu sais qu’il n’y a aucun jugement, esprit négatif ou quoi que ce soit d’autre derrière) peut être que c’est plus facile pour toi d’accepter que l’on t’appelle Madame Prénomdetonmari Nomdetonmari parce que tes décisions et ta vie sont fortement conditionnées (j’ai pas trouvé autre chose, c’est l’idée qui est à retenir) par ce qu’il est (et son travail notamment) et que c’est une façon de montrer qu’il ne te dit pas Cécile de Brest, tu vas devenir guyannaise, et pop tu déménages mais que c’est un choix que vous avez fait tous les deux. Et que tu l’assumes.

  • #278 Hélène le 24 septembre 2008 à 14 h 19 min

    Vive la Suisse, moi je dis.

  • #279 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 14 h 22 min

    … et le Royaume Uni !!!!!!!!!

    Eh oh !!

  • #280 Hélène le 24 septembre 2008 à 14 h 23 min

    Oui oui, pardon ;-)))

  • #281 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 14 h 24 min

    C’est clair, vive la Suisse!
    même si ce qu’on a lu plus haut sur le vote des femmes c’est un peu inquiétant. Il semble quand même y avoir un fort décalage entre les mentalités et la législation.

  • #282 Ninon le 24 septembre 2008 à 14 h 24 min

    @ Cagaroule : J’adore : et pop tu déménages…
    Je ne sais pas pour Cécile de Brest, mais je pense que pour des raisons mystérieuses chacun a un feeling différent, par exemple moi porter le nom de mon mari me rend malade, et il n’y a aucune rationalisation là dedans, je suis féministe après, en y repensant, si je puis dire, mais à la seule idée qu’on me dise Madame Nomdemonmari, mon ventre se tord. C’est irrationnel. Je suis moi, avec mon nom depuis toujours, et moi, c’est mon nom, point barre. Mais ce n’est pas réfléchi.

  • #283 Ninon le 24 septembre 2008 à 14 h 27 min

    Hm, ça fait peut-être un peu sévère, alors j’y vais du Smiley :))))

  • #284 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 14 h 31 min

    @ Cagaroule : ne t’inquiète pas, je ne le prends pas mal du tout (et puis, je te connais un peu, c’est dingue comme on prend mieux les choses quand elle viennent de personnes qu’on a déjà vues – mais je vous aime toutes, hein, les filles !!)

    Ce que tu dis est très vrai et tu énonces très bien une chose à laquelle je n’aurais pas forcément pensé. C’est vrai que ma propre carrière a été mise entre parenthèses (voir les archives d’Hélène !!) « à cause » de mon mari.
    Mais c’est un choix commun.
    Quand il a fallu prendre la décision de venir en Guyane, il m’a appelé pour m’en parler, il est rentré et on en a longuement discuté, la décision a été prise à deux.
    S’il était rentré en disant « hop, femme, fais les valises, on décolle », j’aurais dit stop (et d’ailleurs, ça ne risquait pas d’arriver, si c’était le cas, ce ne serait pas avec lui que je serais mariée).

    Enfin, voilà, tout ça pour dire que tu résumes très bien la situation, Cagaroule ! Et désolée de raconter ma vie ;-(

  • #285 camille strass le 24 septembre 2008 à 14 h 31 min

    Allez, un eexplication historique qui cofirme ce qui a été dit plus haut :

    « madame » est une appellation de politesse. Dans mes recherches de thèse (histoire sociale du XVIIe siècle), je trouve des « demoiselles » mariées et mères de familles, comme je trouve des « madame » de 5 ans (uneprincesse, par exemple).

    Jusqu’au XIXe siècle, les femmes portaient leur nom patronymique, celui de leur père (mais pas toujours : il arrivait de manière assez courante que des hommes prennent le nom de leur femme… et il n’y avait pas de formalités administratives ! hé oui, l’ancien régime, de ce point de vue, c’était mieux). On restait donc demoiselle ou dame nomdupapa.

    Napoléon (le XIXe siècle, siècle du machisme en général) a mis fin à cela.

    voilà ;-)

  • #286 Hélène le 24 septembre 2008 à 14 h 33 min

    camille strass merci beauocup pour ces explications, c’est super intéressant !

    Cécile ne t’excuse pas de raconter ta vie, elle donne un éclairage important à ce que tu dis plus haut, ça compte.

  • #287 C-nine le 24 septembre 2008 à 14 h 35 min

    Dans mes bras !!!
    Enfin un vrai sujet de femme qui me parle
    ;-)

    Comme toi je me prends systématiquement la tête avec l’administration, les impôts, ma banque (pourtant j’ai une banquière…), la crèche de notre fils, certaines collègues, des ami(e)s qui ne comprennent pas mon choix de ne pas me faire appeler « Mademoiselle » à 37 ans parce que justement nous avons décidés de ne pas nous marier au contraire…
    Se faire appeler Madame ou Mademoiselle est un droit également et entendre cette question « Madame ou mademoiselle ? » qui pour moi signifie juste « vielle fille ou maquée ? » par la plus part mexaspère… J’ai toujours envie de répondre « qu’est-ce que ça peut te foutre ? T’es de la police ? » On ne poserait jamais cette question à un homme « monsieur ou puceau ? »… Grrrrrrrrr
    Ce n’est pas si facile de faire appliquer la loi je ..
    Heureusement depuis qqs temps les enfants peuvent porter le nom de famille de chacun de leur parent avec 2 tirets au milieu pour bien faire la différence avec les noms composés. Mais 9 fois sur 10 mon nom, que j’ai choisi de mettre à la fin, tombe comme par hasard…
    Zen…
    La vie est un éternel combat mine de rien, à croire que rien n’est jamais acquis et qu’en tant que femme nous aurons toujours besoin de lutter pour nos droits, sans avoir pour autant envie de militer au MLF
    Quoique parfois je me demande si justement ce n’est pas ce qu’il faudrait faire, mais la motivation me …
    Je vous embrasse.
    Courage !

    Celine

  • #288 ValérieCG le 24 septembre 2008 à 14 h 37 min

    Hélène ; dans les deux sens, madame et Mademoiselle « posent un problèmes ». mademoiselle = tu appartiens à tous. madame = à ton mari…

    j’avsi même dit en plaisantant, lors d’une ses discussions féministes ou on coupe les cheveux en douze (o bonheur), que le nom de jeune fille/nom du mari était un problème insoluble. Dans un cas on garde le nom du père, dans l’autre, celui du mari. Bref on reste objets et pas sujets.

    Pour funanbiline et la définition du féminisme. je crois qu’il n’y a rien d’atterant la dedans. Si je demande au metting du parti socialiste, une seule définition du mot socialisme, ca risque de finir en lutte armée :). L’égalitarisme proné dans le féminisme peut être obtenu, selon les courants féministes, de multiples facons.

    Pour cécile ; en fait on part du fait que le sexisme forme un tout. Donc oui bien sur c’est plus grave d’être violée (je prends un exemple extreme, je sais que tu n’as pas comparé les choses) que d’être appelé mademoiselle, ou par le nom du mari.
    mais on considère que toutes ces choses là fonctionnent ensemble.
    Avoir le nom du mari c’est ne pas avoir d’identité propre, être relégué au rang d’un enfant, d’un incapable au sens juridique du terme. Ca ne veut pas dire que toi tu es ainsi (ou qui que ce soit d’ailleurs !). pas plus que ca veut dire que ton mari le pense. Simplement symboliquement c’est le cas.
    Pour le choix dont tu parles. Là je demanderais si l’individu est encore libre de faire ses propres choix face à des conditionnements forts et anciens. Il est d’usage que les femmes suivent les hommes et pas l’inverse. (et evidemment je ne t’accuse en rien, pas plus que ton mari) ; je fais une observation générale sur l’usage du mot « choix » :)

    Le féminisme devient, je trouve, difficile à expliquer et mettre en place. enfin je réinterprète sans doute l’histoire à ma sauce. Avant l’inégalité était ultra visible ; on a pas le droit de vote. ca on travaille sur des choses qui semblent plus petites, de l’ordre de la coutume et nom de la loi donc sur lesquelles il est difficile d’avoir un impact.

    (désolée de faire aussi long à chaque fois)

  • #289 ValérieCG le 24 septembre 2008 à 14 h 38 min

    (dieu que je suis dogmatique… trop de militantisme nuit à la communication :) ).

  • #290 Hélène le 24 septembre 2008 à 14 h 40 min

    ValérieCG ne t’excuse pas, ce que tu dis est hyper intéressant.

    Et pour madame ou mademoiselle, effectivement, tu as raison (tout autant que pour le nom : on porte toujours la marque d’un homme sur soi, au final).

  • #291 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 14 h 45 min

    Ben on est dans des societes patriarcales les filles hein, c’est «  » » » » »logique » » » » » » (notez ici les 10 guillemets). Dans d’autres cultures, la filiation (et donc le nom) est matriarcale, et ca a une influence enorme sur l’organisation de la vie :)

  • #292 Hélène le 24 septembre 2008 à 14 h 46 min

    Bien sûr c’est logique. Mais c’est nul ;-)))

  • #293 Deilema le 24 septembre 2008 à 14 h 48 min

    C’est nul mais ça a changé, puisque maintenant on peut ne transmettre à ses enfants que le nom de leur mère, si on a envie.

  • #294 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 14 h 49 min

    Il est certain que ma génération (à peu près 30 ans) est « sacrifiée » à moins d’etre dans mon cas ( et c’est pas plus facile) on porte effectivement le nom d’un homme parce que « c’est comme ca » et que nos mères n’avaient pas le choix.
    Mais pour la génération à venir… Le choix sera plus grand, bien que nous en fassions toujours un : on a le choix de laisser le choix…

  • #295 Breizh’ le 24 septembre 2008 à 14 h 49 min

    Heu…Les enfants ne portent pas toujours le nom du père!!! Lorsqu’une femme (non mariée) met un enfant au monde, il porte comme nom de naissance celui de la mère s’il/elle n’a pas été reconnu par son père avant ou juste à la naissance et si le père reconnait cet enfant par la suite, cela ne veut pas dire que le nom de l’enfant change…vous me suivez???
    Alors il y a aujourd’hui des femmes et des hommes qui ont comme nom de naissance celui de leur mère…
    Aujourd’hui je suis « Madame le nom de mon père » mais, après tout, si je le souhaitais je pourrai être « Madame le nom de ma mère » : il suffit d’en faire la demande auprès d’un juge…
    Une chose est sûre : je n’appartiens à personne si ce n’est à moi même et le nom que je porte n’y change rien, même si cela ne m’arrêtera jamais de continuer à me bagarrer pour être respectée dans mes choix (de nom, de civilité, de vie, d’orientation sexuelle, etc…)
    M’enfin!! c’est moi qui décide!! ;-p

  • #296 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 14 h 50 min

    Ouaip… Ceci dit, meme si nous ca nous parait rigolo et anecdotique, dans les societes matriarcales les mecs en ont ras la casquette aussi de n’etre « que » fils de ou mari de…

    (OK, en chiffre c’est probablement 1/1000eme de la population « patriarcale »).

    Le souci au niveau des noms composes, c’est bien joli mais au bout d’un moment il faut forcement faire un choix, sinon a la 4eme generation on a euuuh… plein de noms :D

    mais c’est vrai qu’on devrait pouvoir choisir, nom du mari ou pas (pour une epouse), nom de la femme ou pas (pour un epoux), nom du pere ou de la mere (pour les enfants) etc.

  • #297 double plus good le 24 septembre 2008 à 14 h 50 min

    Et moi je rajoute vive les Pays-Bas, vu que:

    – Quand on se marie, l’homme peut prendre le nom de sa femme (c’est même très à la mode en ce moment)

    – Quand j’ai eu mon premier enfant, on nous a laissé choisir son père et moi, quelle nom de famille il aurait. Seule obligation, le choix est le même pour tous les enfants, pas question d’avoir une fille Mamère et un fils Monpère par exemple.

    – Dans certaines petites annonces pour un emploi, il est précisé qu’à compétences égales, la préférence sera donnée à une femme.

    – Aux élections, on ne vote pas pour un parti mais pour une liste de gens (regroupés par partis), donc on peut très bien choisir le n05 par exemple, parcequ’ elle est une femme.

    Par contre le plafond de verre existe ici aussi, et les hommes peuvent plus difficilement demander un temps partiel quand ils veulent consacrer du temps à leurs enfants. Il y a encore du boulot ici aussi.

  • #298 Hélène le 24 septembre 2008 à 14 h 53 min

    double plus good c’est super intéressant ce que tu racontes !

  • #299 Sylvie8600 le 24 septembre 2008 à 14 h 55 min

    Perso, ça ne me dérange pas qu’on me donne du « mademoiselle », mais c’est parce que le plus souvent, ce sont des vieux messieurs charmants qui tournent cela comme un compliment désuet, genre « vous avez l’air jeune et fraiche » et du haut de mes 28 printemps, ça me fait rudement plaisir!

    La 1ère fois que la vendeuse d’une boutique m’a sortie un « madame », j’ai pris un petit coup de vieux… En fait, plus que le statut « mariée/ célibataire », je vois ça comme « jeune fille/ femme adulte ». C’est marrant comme chacune interprète différement ces mots-là…

  • #300 Ninon le 24 septembre 2008 à 14 h 56 min

    Super l’explication de CamilleStrass. A retenir.

  • #301 Hélène le 24 septembre 2008 à 14 h 57 min

    Ninon tu as gagné, en faisant le 300ème commentaire, une pochette Diamants et saucisson (me demandez pas pourquoi, ça vient de me prendre brutalement). Je t’envoie un mail ;-)

  • #302 Anmryn le 24 septembre 2008 à 14 h 59 min

    Je suis pour l’abrogation de la distinction mademoiselle/madame. Les gens n’ont pas à connaître ce détail de ma vie privée, et je refuse qu’ils se permettent de me traiter de haut en me donnant du « Mademoiselle ».

    Une pétition circule sur le site des Chiennes de garde : http://www.chiennesdegarde.org/article.php3?id_article=437

    L’appellation anglophone est parfaite, je regrette qu’on ne puisse pas inventer notre « Ms. » à nous… Les Québécois ont-ils proposé quelque chose à ce sujet ? Ils sont souvent très inventifs, c’est eux qui ont lancé « auteure », qu’on trouve maintenant un peu partout.

    La volonté de Coco Chanel de se faire appeler « Mademoiselle » me semble correspondre à une autre époque. Et puis elle devait être une des rares femmes de son âge à réclamer ce titre ouvertement : ce qui avant guerre pouvait encore paraître provocateur mais qui, à présent, ne choquerait plus personne.

    Mes parents ne m’ont pas spécialement transmis d’idées féministes, je n’ai aucun souvenir de discussions à ce sujet à la maison. Peut-être que ma mère était avant-gardiste en n’établissant aucune distinction entre ses filles et son fils, mais ça me semblait normal. Du coup, l’égalité hommes/femmes me semblait aller de soi.

    C’est en devenant adulte que j’ai été confrontée à nombre de garçons, apparemment très ouverts d’esprit, gauchistes, anti-racistes, anti-cléricaux, révolutionnaires etc. qui m’affirmaient sans rire que pour eux, quoi qu’il advienne, une femme était globalement moins intelligente qu’un homme. A chaque fois j’ai été tellement surprise et déçue ! Je n’ai aucune idée d’où ils ont pu pêcher ça…

    Y’a encore énormément à faire pour la parité. Peut-être faudrait-il censurer les bouquins sur Mars et Vénus ? Vouer aux gémonies tous ceux qui mentionnent que les femmes ont un cerveau plus petit (ce qui, je vous le rappelle, était tirée d’une vieille étude complètement fausse) ? Condamner les publicitaires sexistes ?

    Bien sûr, y’a beaucoup à faire. Nous pouvons nous concentrer sur les grandes batailles : égalité des salaires, des droits… Mais nous sommes tellement nombreuses que je crois que nous pouvons aussi nous permettre de lutter sur tous les fronts, refuser d’être des mesdemoiselles si ça ne nous plaît pas, porter notre nom de naissance si on le souhaite jusqu’à la mort, etc. etc. Parce qu’à mes yeux, tout ça contribue à créer une société dans laquelle les petits garçons finissent par être persuadés que, puisqu’ils ont plus de droits et de reconnaissance, ils sont supérieurs aux petites filles.

  • #303 Lullaby77 le 24 septembre 2008 à 15 h 00 min

    @ Hélène: je suis pour le mademoiselle aussi en ce qui me concerne et pour la même raison!

    @ double plus good: est-ce vraiment une bonne chose qu’on fasse de la discrimination positive pour les femmes? J’imagine que c’est nécessaire d’une certaine manière à l’heure actuelle, mais ça ne fait que confirmer que l’égalité n’existe pas encore. J’ai coutume de dire qu’on sera à égalité dans l’entreprise quand il y aura autant de femmes incompétentes que d’hommes incompétents dans les comités de direction ;-)

  • #304 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 15 h 00 min

    Je trouve très bien le fait qu’on puisse donner à la fois le nom du père et de la mère assemblés par 2 traits d’union à un enfant.
    Mais c’est quand même un peu compliqué (pour l’enfant, je trouve). Je vois ça dans le milieu scolaire où parfois les enfants ont un prénom composé + le nom du père + le nom de la mère (ou inversement, je ne sais pas).
    Comme dirait Maman de Brest, le pauvre, la récré sera finie, il n’aura pas encore écrit son nom.

    Bon,ce que je dis n’apporte rien, je vous l’accorde, mais je trouve que c’est un peu compliqué pour l’enfant. Au début au moins…

  • #305 Cissou le 24 septembre 2008 à 15 h 01 min

    Oui, il faut également tenir compte de la société et de ses habitudes, c’est fondamental !

    Par exemple, en Islande, le fait d’utiliser le nom du mari n’existe pas pour une femme pour l bonne raison qu’en fait il n’y a pas de nom de famille comme nous en avons un nous dans nos sociétés (je dis nos sociétés pour englober les pays qu’il me semble avoir vu passer dans les commentaires : Belgique, Suisse, Canada etc…)

    Et comme il faut bien distinguer les gens les uns des autres car même si ils ne sont pas nombreux, il n’y a pas autant de prénoms que d’Islandais ;-), ils utilisent le patronyme mais dans le vrai sens du terme.
    En fait, le « nom de famille » est composé du prénom du père avec en suffixe -son si c’est un garçon (car son=fils de), -dottir si c’est une fille (car dottir=fille de).
    Et donc, si on prends pas exemple une famille avec 2 enfants, 1 fils et 1 fille, aucune des 4 personnes n’aura le même « nom de famille » !

    Alors certes, le dilemne du nom d’épouse ne se pose pas, on serait tenté de dire que c’est positif mais bon, pour le coup, la mère n’a vraiment là aucune chance de transmettre son nom dans la filiation !
    Et comme tu l’as dit Hélène, on s’en remet toujours à une homme, qu’il soit le mari ou le père !

  • #306 Hélène le 24 septembre 2008 à 15 h 02 min

    Pour répondre à Lullaby :
    Je crois que c’est Françoise Guiroud qui disait que la vraie égalité serait atteinte le jour où on élirait une femme incompétente à la Présidence de la République.

    J’aime beaucoup ;-)

  • #307 maylis le 24 septembre 2008 à 15 h 02 min

    Pour ce que dit double plus good sur le nom de famille des enfants, c’est la même chose en France maintenant, en tout cas pour les couples non mariés (que ce soit pacs ou union libre), lorsque les parents reconnaissent leur premier enfant ils choisissent le nom de famille qu’il portera (et que tous les suivants porteront) entre père, mère, père-mère ou mère-père.
    Pour les couples mariés je suis pas sûre, puisque le père n’a pas besoin de faire la démarche de reconnaître l’enfant dans ce cas, c’est automatique.

  • #308 Deilema le 24 septembre 2008 à 15 h 05 min

    c’est pareil pour les couples mariés en fait maylis
    quand on déclare le 1er enfant, on choisit le nom qu’il portera, ainsi que ses futurs frères et soeurs (il faut que tous portent le même)

  • #309 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 15 h 05 min

    @ Anmryn : aaaah les publicités sexistes!! 300 commentaires et on a pas encore parlé des pubs misogynes!! boudioudiou

    @ Hélène : super, en plus on gagne des cadeaux surprise!!!

  • #310 Anmryn le 24 septembre 2008 à 15 h 05 min

    Ma doué le pavé !

    Pour la question du nom de famille, la question se pose tellement peu pour moi en termes de transmission d’un patrimoine ou d’un matrimoine que mes enfants porteront le nom qui nous semblera le plus joli, à mon compagnon et à moi. ^o^ (j’ai l’impression d’être une grosse naïve en disant ça… j’espère que ça sera aussi simple que je le dis !)

  • #311 maylis le 24 septembre 2008 à 15 h 06 min

    Ah ok Deilema, merci :)

  • #312 helolie le 24 septembre 2008 à 15 h 06 min

    Bonjour,
    Débat passionnant aujourd’hui ! J’ai beaucoup appris avec les exemples étrangers : merci, merci !
    Dans le texte de Yanjiao, c’est la question du nom qui a beaucoup été commentée. Moi, ce qui me frappe, c’est plutôt « pouvez-vous me passer le directeur ? ». C’est pas gagné !
    Allez, comme dirait Lullaby 77, autant d’hommes incompétents que de femmes incompétentes, dans les comités de direction, à la tête des grands services hospitaliers, des facs, des grands labos, des conseils d’administration voire… des clubs sportifs !

  • #313 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 15 h 06 min

    je plussoie DOuble Plus Good (c’est drôle, on dirait une répétition là ;) )

    Visiblement les femmes sont beaucoup moins bloquées en terme de carrière qu’en france, mais j’ai remarqué que quand une femme décide de ne pas passer à temps partiel après un enfant, pas mal de néerlandais ne réagissent pas super bien !

    et j’avoue que quand ma cousine m’a raconté comment ont lui a répété des dizaines de fois (et des hommes à chaque fois) que mais naaaaaaaaaaaaaan elle n’avait pas besoin de péridurale parce que être une femme, c’était donner naissance dans la douleur, je me suis sentie militante à mort tout d’un coup…

  • #314 camille strass le 24 septembre 2008 à 15 h 09 min

    Eh ben moi ça me choque aussi de lire ça « Dans certaines petites annonces pour un emploi, il est précisé qu’à compétences égales, la préférence sera donnée à une femme. ».

    C’est un peu comme dire « je vote Obama parce qu’il est noir ». OK. « je vote MacCAin parce qu’il est blanc », ça vous choque ? moi, les deux me choquent.

    Ben voilà, préférer une femme parce qu’elle est femme… bah euh, comment dire… c’est bien mais heu…

  • #315 Deilema le 24 septembre 2008 à 15 h 09 min

    « donner naissance dans la douleur »
    et pis quoi encore !!!!!!!
    ils font quoi dans la douleur les hommes, au juste ?

  • #316 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 15 h 09 min

    La vaisselle!
    Ok, je sors.

  • #317 Hélène le 24 septembre 2008 à 15 h 10 min

    camille strass je suis d’accord avec toi, d’une manière générale la discrimination positive reste de la discrimination.

  • #318 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 15 h 10 min

    @ helolie : le pire, c’est les courriers avec juste comme entête : Messieurs.

    Genre, les gens qui comptent sont forcément des hommes….

    Je l’avais fait remarquer en riant une fois à une caisse de retraite, lors d’un coup de fil : j’avais simplement indiqué que je les trouvais vraiment ringards, avec de l’humour bien sûr. Mon interlocutrice n’avait sans doute jamais fait attention et a acquiescé… et maintenant les courriers commencent par Madame, Monsieur.

    c’est idiot mais ça m’a fait plaisir…

  • #319 cess le 24 septembre 2008 à 15 h 12 min

    Je suis toute émue, c’est la 1ère fois que je commente ;-)
    Je n’ai eu à me battre qu’avec ma banque… Je n’ai pas passé plus de 30 ans avec un nom (mon identité) pour en changer pour celui d’un autre. Et si je change d’autre, je devrai encore changer de nom?… Je ne remplis que la case « nom de naissance » sur tous les papiers… et comme Hélène je coche « mademoiselle »… je n’appartiens à personne et tiens debout seule…
    Il nous faudrait un « Ms » en France. Il me semble d’ailleurs qu’une pétition en ce sens avait circulé il y a 1 an ou 2.

  • #320 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 15 h 13 min

    Avec la discrimination positive, on retombe dans les excès qui permettent de dire « les féministes sont ennemies des hommes » ou non égalitaristes etc… moi aussi je préfère éviter!

  • #321 Hélène le 24 septembre 2008 à 15 h 13 min

    cess sois la bienvenue ;-)

  • #322 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 15 h 13 min

    A la fac, plus je continuais dans les années, moins nous étions nombreux (ne vous inquiétez pas, je n’ai pas fait bac+22, seulement + 5 ;-))
    Et plus il y avait de garçons…
    Pour une raison bien simple, l’horloge biologique (je déteste cette expression) est bien réelle. Faire des études et avoir ensuite un poste à responsabilités est plus difficile pour une femme puisque c’est elle qui porte l’enfant. Et qui « tout naturellement » ne reprend pas le travail après son congé de maternité. Pour tout un tas de raison et notamment celle du mode de garde.

    Qaund les pouvoirs publics auront compris qu’ils ont tout à gagner à ouvrir des crèches et à augmenter le nombre de places, on aura fait un progrès considérable.
    Combien de femmes ont arrêté de travailler pour ces raisons ? Ce n’est pas normal !
    On ne devrait pas avoir à choisir entre la carrière ou la famille… Et c’est pourtant ce qu’on nous oblige à faire la plupart du temps …

  • #323 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 15 h 14 min

    :) j’ai déjà « oublié » de remettre un rapport à mon patron, hyper macho… Quand il m’a demandé ou ca en était, je lui ai dit que je ne savais pas de quoi il parlait, vu que le mail commencait par « messieurs » j’avais pas osé lire vu que ca m’était pas destiné :))

    Bon, ca n’a pas fait avancer la mentalité dudit patron (pour qui, à la tare d’être une femme, je venais d’ajouter celle d’être une emmerdeuse), mais ca m’a fait un bien fou !

  • #324 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 15 h 14 min

    La discrimination positive reste de la discrimination mais je pense que c’est une transition parfois nécessaire.
    Genre les quotas dans les entreprises, ou des trucs comme ça.
    Ca permet que les gens s’habituent à la différence (mon Dieu c’est horrible d’écrire ça « habituons-nous aux handicapés, aux noirs, et aux gens qui ont un accent bizarre »).
    Mais je vois la discrimination positive uniquement comme un transition, pas comme un état permanent.
    Ce serait tellement mieux si naturelleemnt les moeurs évoluaient… seulement parfois, il faut aider un peu..;

  • #325 Cagaroule le 24 septembre 2008 à 15 h 15 min

    @ Ninon: je suis poéte à mes heures perdues ! :-))

    @ Cécile: ça aurait été dommage de priver MBDF d’une envoyée spéciale à l’autre bout du monde ! :-)))

    [HS sur la discrimination positive: j’avais étudié ce sujet au moment où Sarko alors ministre de je ne sais plus quoi parlait de légifèrer dessus; et tous les gens qui ont travaillé sur ces questions, aux vues notamment de ce qui se passaient aux USA, disaient que ce n’était pas une bonne idée parce que l’effet pervers du système, et qui a l’air assez répandu, c’est quand même de te retrouver avec quelqu’un de pas compètent mais qui convient à la législation de la discrimination positive]

  • #326 Gaelle le 24 septembre 2008 à 15 h 16 min

    Une petite histoire pour un premier commentaire. Je me suis mariee au Etats-Unis et la-bas, en tout cas dans l’Etat de NY, on peut garder son nom, le donner a son epoux ou bien accoler les deux noms dans n’importe quel ordre. On peut aussi creer un nom de famille tout neuf a partir des deux noms preexistants par ex. Sarah Palin epouse Joseph Bidden ce qui donne Mme et M. Padden ou bien Bilin ou Palinden, etc!

  • #327 Hélène le 24 septembre 2008 à 15 h 17 min

    Je comprends ce que tu veux dire Mlle Crapaud, ça a du sens.

    Cécile de Brest c’est indéniable que les hommes et les femmse ne sont pas égaux devant la parentalité, et qu’ on ne facilite pas les choses aux femmes.

    Gaelle c’est génial cette histoire de création de nom !! Et sois la bienvenue ;-)

  • #328 helolie le 24 septembre 2008 à 15 h 17 min

    mmm… la discrimination positive, sujet épineux.
    Je travaille dans un endroit où je suis la seule femme. On m’a demandé de participer à un recrutement. Il n’y a que d’excellents candidats. A compétence égale, je vais pousser pour que ce soit une femme !
    Sur le principe, je suis d’accord que la discrimination positive est de la discrimination. En pratique, je pense qu’un coup de pouce ne peut pas nuire…

  • #329 Clem le 24 septembre 2008 à 15 h 18 min

    Je cite Cissou sur la tradition islandaise: « Alors certes, le dilemne du nom d’épouse ne se pose pas, on serait tenté de dire que c’est positif mais bon, pour le coup, la mère n’a vraiment là aucune chance de transmettre son nom dans la filiation ! Et comme tu l’as dit Hélène, on s’en remet toujours à une homme, qu’il soit le mari ou le père ! »
    C’est tout à fait faux ! une femme islandaise peut transmettre son nom à ses enfants si elle le désire (et les enfants peuvent prendre son nom à leur majorité s’ils le veulent). On peut très bien s’appeler Mamansdottir ou Mamansson en Islande, et les enfants ne doivent pas tous s’appeler pareil au sein d’une fratrie (on peut donner le nom de la mère à la fille et celui du père au fils). En plus, en Islande cela n’a pas beaucoup de valeur car tout le monde t’appelle par ton prénom, voisin, prof, médecin, etc. et il est extrêmement rare qu’on appelle les gens Madame ou Monsieur+nom de famille, on dira plus volontiers Prénom+Nom de famille. Et quand les gens t’interpellent dans la rue, ça donne « hé toi là-bas », pas Mademoiselle ou Madame.
    Le fait que les enfants prennent le nom du père à la naissance me dérange moins que le changement (facultatif, mais traditionnel) de nom de la femme lors du mariage: ce n’est pas uniquement les filles mais tous les bébés qui ont toujours pris le nom de leur père. L’inégalité ne se révèle qu’au moment du mariage, où la femme passe symboliquement de l’autorité de son père à celle de son mari en changeant de nom, ce qui est de plus marqué par le passage de Mademoiselle à Madame, alors que l’homme n’a pas à changer d’identité. Et rien que pour ça oui, le combat continue, non mais !

  • #330 Fantomette le 24 septembre 2008 à 15 h 19 min

    Décidément, je suis partie déjeuner, à peine rattrapé mon retard de commentaires, je rafraichis et 20 autres sont apparus…
    Cécile de Brest, sur les noms de famille, c’est pas compliqué, j’ai un nom de famille long puisque papa+maman (et nom maternel breton en « Le … »), ça prend quatre secondes de plus à écrire, il faut juste en début d’année faire un point de quelques secondes avec chaque enseignant qui invariablement demandera « et je peux dire juste « nom de papa » ? », réponse « non », et hop !

  • #331 Hélène le 24 septembre 2008 à 15 h 20 min

    « Le fait que les enfants prennent le nom du père à la naissance me dérange moins que le changement (facultatif, mais traditionnel) de nom de la femme lors du mariage: ce n’est pas uniquement les filles mais tous les bébés qui ont toujours pris le nom de leur père. L’inégalité ne se révèle qu’au moment du mariage, où la femme passe symboliquement de l’autorité de son père à celle de son mari en changeant de nom, ce qui est de plus marqué par le passage de Mademoiselle à Madame, alors que l’homme n’a pas à changer d’identité. Et rien que pour ça oui, le combat continue, non mais ! »

    Très bien vu, Clem.

  • #332 Deilema le 24 septembre 2008 à 15 h 20 min

    @ Gaelle : C’est excellent cette histoire de créer un nouveau nom !
    C’est tout à fait ce que je voudrais faire !
    D’ailleurs nos copains ont commencé, ils nous appellent tous « les Zholema »
    et moi ça me plait bien :)))))

  • #333 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 15 h 20 min

    Oui, Fantomette, je pensais à ça surtout pour les petits enfants ;-)

  • #334 Cissou le 24 septembre 2008 à 15 h 21 min

    Anmryn, je suis tout-à-fait d’accord avec toi, le fait de définir une femme selon son statut marital me choque.

    Et même, au-delà de cela, du nom d’usage, du terme madame/mademoiselle, il y a aussi encore énormément de travail encore sur la considération des femmes célibataires à partir d’un certain âge, et surtout quand elles ont dépassé l’age d’avoir des enfants, et surtout les femmes qui n’ont jamais été mariées ou qui n’ont pas fait connaitre de relation suivie, celles-ci décrochent le pompon malheureusement.

    Hier encore, au cours d’une discution entre collègue, une fille a encore plaisanté sur une « vieille fille » (le terme qu’elle a bien sûr utilisé) qu’elle avait rencontré pendant ses vacances, la caricaturant à l’extrème, l’imaginant avec ses chats etc…
    D’abord, ne pas faire état de sa vie intime ne veut pas dire que l’on en a pas et puis quand bien même !
    L’idée qu’une femme, si elle n’est pas en couple, a forcément raté quelque chose, voire est limite neuneue est quand même très très tenace.

  • #335 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 15 h 22 min

    @ Hélène : je trouve qu’on aide pas beaucoup les hommes pour la parentalité!

    les femmes sont poussées à s’arrêter, les hommes au contraire sont dissuadés…

  • #336 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 15 h 23 min

    Gaelle : c’est génial cette histoire de nom « fabriqué » !!! :-)

  • #337 coxynell le 24 septembre 2008 à 15 h 24 min

    Coucou les filles!

    Désolée, je n’ai pas le temps de lire tous les comms tout de suite (et je vois que le sujet a inspiré tout le monde!!), mais je voulais juste te dire que je suis totalement d’accord avec toi, et qu’il faut absolument que tu persistes pour faire changer les choses! Sauf que je suis encore plus emmerdeuse (ironie oeuf corse!) donc j’ai refusé de me marier, tout simplement. Et j’insiste pour que les gens m’appellent Docteur, après tout mon titre je l’ai mérité!! Surtout, au boulot je prends assez mal qu’on me demande  » Et il arrive quand le docteur, mademoiselle?? » aaaaargh! Je pourrais les étrangler, ces machos!

    Pour résumer: allez les filles, on y arrivera à l’égalité pour de vrai (un jour)!!

  • #338 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 15 h 24 min

    Le congé de paternité est quand même un « grand » pas ! Mais pas suffisant bien sûr …

  • #339 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 15 h 27 min

    @ Cécile de Brest : je parle de la vie professionnelle au long court, pas juste de la naissance :-))

    mais c’est vrai que c’est un progrès indéniable et appréciable.

  • #340 Hélène le 24 septembre 2008 à 15 h 29 min

    C’est sûr Yanjiao, on ne pousse pas du tout les mecs à la parentalité, hélas…

  • #341 Fantomette le 24 septembre 2008 à 15 h 33 min

    Sur la paternité, le congé paternel serait un réel progrès si il durait la même durée que pour la femme… Ou au moins une « vraie » durée, je crois que c’est au Danemark que les hommes ont 2 mois et ne sont pas accusés de démotivation s’ils « osent » prendre leur congé.
    La législation en France sur le congé paternel, c’est 11 jours (+ souvent 3 jours de la part de l’entreprise), et pour en bénéficier, l’heureux papa doit avertir son employeur par recommandé 4 semaines avant le début du congé souhaité, si sa femme a le culot d’accoucher en avance, son employeur a tout à fait le droit de lui refuser de prendre son congé en avance…
    Bon, moi je bosse dans une PME assez ouverte, et un collègue jeune papa nous a appelé le matin de l’accouchement pour nous dire « à dans deux semaines, mon bébé est né ! » sans que ça ne pose problème, je suppose qu’il y a d’autres employeurs conciliants, mais bon, à la base, le coup du recommandé et des 4 semaines, c’est un peu limite…
    Tant qu’on considèrera qu’un enfant a plus besoin de sa mère, forcément, ce seront encore les femmes qui arrêteront de bosser, les hommes les mieux payés, etc…

  • #342 Karine d’Angleterre le 24 septembre 2008 à 15 h 36 min

    J’aime bien ce melange des 2 noms Gaelle ! En Angleterre, cette tradition n’existe pas mais pourrait etre mise en place vu que tu peux choisir le nom que tu veux porter des (avec un accent grave !) tes 18 ans et en changer tous les 15 jours si ca te chante ! Il suffit juste d’aller le declarer a l’etat civil. J’ai un copain qui a comme ca change de nom 3 fois (bon, lui c’etait pas juste pour le fun, c’est une histoire un peu douloureuse). Donc si j’ai envie de m’appeler Karine D’Angleterre pour de vrai, je devrais pouvoir le faire (enfin pas sur que les francais acceptent par contre !)…

  • #343 Mithra le 24 septembre 2008 à 15 h 36 min

    Pfouuu j’arrive pas a suivre les commentaires, ca defile trop vite aujourd’hui ! Pardon si je redis ce qui a deja ete dit, j’ai lu les comms en diagonale…

    Je rejoins Dola sur le fait que les choses ont l’importance qu’on leur donne : moi je me contrefous de mon nom de famille, ca n’a aucune signification pour moi (j’ai du aller verifier dans mon sac ce qui etait ecrit sur mon chequier, je n’avais jamais fait attention, et c’est Mme Prenomdumari Nomdumari). J’ai pris le nom de Monsieur Mithra par commodite, lui aussi s’en fichait. Il arrive aussi qu’on l’appelle lui par mon nom « de jeune fille » sous lequel on me connait ou nous habitons, et ca ne lui fait ni chaud ni froid…

    En revanche d’autres situations me font bondir (interieurement le plus souvent, je n’ai pas la fibre militante et encore moins proselyte, je garde en general mes sentiments de desapprobation pour moi).

    Je bondis, disais-je, quand par exemple j’entend une fille dire qu’elle ne conduit pas (ou que pour les petits trajets, ou que de jour, ou que quand il n’y a personne) et que c’est plutot Monsieur qui conduit. Pour moi c’est bien pire question dependance que de se faire appeler Mme Nomdumari, et c’est ce qui fait qu’une fois un gugusse me regarde monter dans ma voiture (grosse cylindree) et me dit d’un air stupefait « c’est a VOUS la voiture ??? »…
    Ca m’est aussi arrive de nombreuses fois, au boulot, qu’on s’adresse a un stagiaire de mon equipe en me prenant pour la secretaire (et je ne parle pas que des mecs pour faire la confusion, ca m’est arrive avec des femmes aussi) : j’etais souvent la seule femme d’equipes de plusieurs dizaine de gars, et c’etait moi le chef en plus…
    Autre exemple : en ce moment je ne travaille pas. Y’a pas de boulot dans ma branche la ou j’habite pour le moment et j’ai la chance financierement de ne pas devoir faire n’importe quoi pour manger puisque Monsieur Mithra gagne assez pour faire tourner la baraque. Mais quand il a monte sa boite il y a quelques annees, il ne s’est pas paye pendant pres d’un an et c’est moi qui bossais et assurais les charges financieres. Je ne vois pas en quoi ca fait de moi (ou de lui) une demi-personne. L’argent n’a jamais ete un enjeu entre nous, tant qu’il y en a assez pour nous faire vivre comme on a envie de vivre, peu importe qui le gagne. Et on s’est mis a l’abri autant que possible en cas de coup dur qui arriverait a l’un ou a l’autre. C’est pas parcequ’on ne bosse pas qu’on est forcement une ecervelee genre « no future » ou une pauvre chose qui mendie son argent de poche toutes les semaines, assez de ces cliches !

    Bref, tout ca pour dire qu’on est toujours ou l’emmerdeuse ou la femme soumise de quelqu’un et qu’on fait sans doute toutes et tous des jugements un peu hatifs sur les autres en fonction de notre histoire et de ce qui est important (ou pas) pour nous…

  • #344 funambuline le 24 septembre 2008 à 15 h 38 min

    Double plus good (297) oui, sur les listes de vote, j’adore, c’est pareil en Suisse, ce qui veut dire que systématiquement, je prends les listes de gauche (ben quoi, on se refait pas, mais ça change rien au schmilblik en fait) et je « me fais une liste » à moi avec les no des femmes des 3 listes. Et hop, emballé pesé, depuis que je fais ça, j’en ai parlé à plein de copines et copains, en temps d’élection, et beaucoup (à ce qu’ils disent) font pareil.

    Mais en fait, c’est vrai, c’est de la discrimination positive. Et pourtant Dieue :-) sait que je ne suis pas pour ! Argh complexité, quand tu nous tiens… En fait, j’aime bien la formule (obligatoire aussi en Suisse pour toutes les entreprises ayant un tant soit peu à faire avec l’Etat) : « les candidatures féminines seront encouragées » (bon, après on ne sait pas trop comment l’encouragement amène au poste). Par contre l’idée de choisir plutôt une femme, de couleur, handicapée, de plus de 50 ans, plutôt qu’un jeune homme blanc valide, alors que c’est lui qui a le meilleur CV je la déteste aussi.

  • #345 Anmryn le 24 septembre 2008 à 15 h 39 min

    @Cess : la pétition pour abroger le Madame/Mademoiselle :
    http://www.chiennesdegarde.org/article.php3?id_article=437

  • #346 Fantomette le 24 septembre 2008 à 15 h 40 min

    Niveau emploi, je travaille dans l’accueil, il y a encore quelques mois j’étais dans une société de prestataires de services, énormément de clients refusaient un homme à leur accueil, c’est bien connu, c’est un boulot de gonzesses…

  • #347 Yanjiao le 24 septembre 2008 à 15 h 43 min

    Merci encore les filles pour ce débat très intéressant! ça ouvre plein de pistes de réflexion…

    Je dois vous quitter, le boulot m’appelle… je sens que je vais avoir de la lecture en rentrant ce soir!!

    Merci à toutes et veuillez m’excuser de m’éclipser en cours de route ;-)

  • #348 silvilechat le 24 septembre 2008 à 15 h 43 min

    mithra: …je suis heureuse pour toi que ta vie t’épargne . Très sincèrement je pense qu’un grand nombre de femmes ont dû se confronter à des situations qui malgré elles, les ont amenées à prendre conscience d’une dépendance vis-à-vis de leur mari, ou même concubin, bien trop tard.

  • #349 funambuline le 24 septembre 2008 à 15 h 44 min

    @ coxynel: mais pourquoi « docteur » et pas « doctoresse ». J’ai fait du secrétariat dans un hôpital, et c’est une grosse bagarre entre celles qui insistent pour qu’on les appelle « docteur », celles qui veulent « doctoresse », celles pour qui c’est égal. C’est aussi dû (encore une fois je vis en Suisse…) à notre proximité avec l’allemand ou l’épouse du Docteur et Mme la Dr. Du coup les Dresses se sentaient lésées… je n’ai jamais bien réussi à savoir qu’elle était l’attitude la plus « convaincante » au niveau de l’égalité des sexes. Le fait de vouloir féminiser ou non ?
    (hein, Hélène l’auteure, tu en penses quoi ?)

    Le plus «  » » drôle «  » » c’est le première fois où a été nommée unE Professeur (E?) la question du E finale et de dire Mme le Professeur ou Mme lA Professeure a donné lieu à des discussions interminables qui ont fini par aboutir à : que choisit-elle ? Bon ben ok, ce sera ça. Et chacune choisira ce qu’elle préfère.

  • #350 Cissou le 24 septembre 2008 à 15 h 48 min

    Oh ça oui Fantomette, comme nombreux(ses) sont ceux et celles qui n’accepteraient un homme en tant que nounou ou sage-femme.

    En revanche, une fois une copine m’a dit qu’elle préférait toujours un médecin (et donc à fortiori un gynéco) homme car cela l’a mettait plus en confiance en terme de sérieux et compétence ! Les bras m’en sont tombés !

  • #351 Hélène le 24 septembre 2008 à 15 h 49 min

    Voilàààà Cissou, c’est bien ce que je disais, les femmes sont les premiers machos…

  • #352 Stéphanie de la ligne 12 le 24 septembre 2008 à 15 h 50 min

    Je me suis arrêtée au com 178…
    Je gagne 2,5 fois le salaire de zhom, pas de problème, il s’en fiche ! Alors évidemment, on coupe les dépenses ménagères en 3, 2 parts pour moi, une part pour lui…

    Du coup, je dois avoir bien intégré le machisme ambiant parce que je regrette souvent que ça ne soit pas l’inverse. Pouquoi ? parce que du coup je ne pourrai pas m’arrêter de travailler pour m’occuper de mes futurs petiots et j’envie pas mal mes amies qui ont eu ce choix. J’avoue qu’être celle qui fait bouillir la marmite alors que leur père pourra aller les chercher à l’école, les caliner, rester à la maison alors qu’ils sont malades… ne me tente pas vraiment. Faut dire que malgré mon beau diplome d’ingé, je suis pas vraiment tentée par « faire carrière ». Mon idéal serait plutôt de réduire mes dépenses au minimum pour passer ma vie à vivre plutôt qu’à travailler…

    Comme quoi il faut de tout pour faire un monde !

  • #353 Clem le 24 septembre 2008 à 15 h 51 min

    Merci Hélène ! mais je précise que nos futurs potentiels arrêtez de m’emmerder avec ça on en fera quand on en voudra enfants porteront nos deux noms, parce comme l’a dit une commentatrice, on signera nos chefs-d’oeuvres tous les deux. Dans l’idée je n’aime pas les noms composés, mais je trouve cela tellement injuste de ne donner que le nom du père ou de la mère que je préfère un nom à rallonge et pis si j’en accouche zut, je l’aurais bien mérité ! Cependant cela créera des difficultés, car dans le pays de mon mari on accole les deux noms sans fioritures, alors qu’en France il y aura les 2 tirets entre nos deux noms, je sens qu’on va être emmerdés pour les passeports…

  • #354 Ninon le 24 septembre 2008 à 15 h 53 min

    @ Hélène : merci, merci, merci !!!

    @ Mithra : Oh, là, tu parles de conduite et ça me touche, c’est dingue !!! Il m’arrive un truc terrible : j’ai conduit pendant 7 ans dans un pays, comment dire, un peu – « cool » on va dire, sur la conduite, sans me poser aucune question, avec un suivi relatif du code (je n’en suis pas fière, hein, mais quand personne ne suit les règles, c’est hyper dur de les suivre , et en plus je conduisais quand même super prudemment par rapport aux critères locaux), et depuis que je suis revenue en Europe j’ai peur de ma voiture !!! J’ai pris l’habitude de faire un peu n’importe quoi et hélas, c’est dur à perdre. Total je suis terrorisée à l’idée de conduire, j’ai oublié les règles, l’autre fois j’ai pris un couloir de bus en sens interdit ET J’AI FAIT LA FEMME DEPASSEE PAR LES EVENEMENTS AVEC DES PETITS SIGNES D’EXCUSES AUX CHAUFFEURS DE BUS MDR EN FACE DE MOI, donc j’ai conduit super mal, un premier poncif, j’ai utilisé le machisme pour m’excuser, et j’ai profané toutes les règles. C’est horrible. Depuis, je me demande ce qui m’arrive et je n’ose plus conduire. Or, je pense la même chose que toi des femmes qui laissent leur mari conduire, au point parfois de m’obliger à conduire alors que je préfère dormir. Je me déteste. Est-ce qu’on peut être féministe et détester les voitures????

  • #355 Mithra le 24 septembre 2008 à 15 h 54 min

    @silvilechat : oui, la vie m’epargne fort heureusement jusqu’a present. Mais je suis aussi une adepte du « aide-toi et le ciel t’aidera ».
    Fille de divorces ayant epouse un fils de divorces, il se trouve que mon mari et moi sommes on ne peut mieux places pour connaitre les consequences que peuvent engendrer sur une famille des choix mal evalues quelques annees plus tot. Ce que je voulais dire ca n’est pas « carpe diem les filles, on s’en fout d’ou vient le fric du moment qu’il y en a « . C’est : on peut ne pas bosser et le concevoir comme un choix de couple, momentane ou pas, et assurer ses arrieres (sous pour la retraite, deces) quand meme. Donc il ne faut pas faire de jugement hatif « fille qui ne bosse pas = pauvre fille entretenue qui va se reveiller douloureusement le jour ou son mari va claquer ou foutre le camp ».

  • #356 Deilema le 24 septembre 2008 à 15 h 56 min

    Ninon : lutter contre le machisme ne veut pas dire ne pas tirer avantage du fait d’être une femme ;))))
    moi aussi il m’arrive de regarder les policiers avec des grands yeux implorants et de leur faire « je suis désolée, m’sieur l’agent, je le ferai plus c’est promis »… et qu’ils me laissent repartir tranquillement.

  • #357 Fantomette le 24 septembre 2008 à 15 h 56 min

    Oui, sur les sage-femmes hommes, une amie m’avait dit « oui mais un homme il peut pas savoir ce que c’est »…
    Tu demandes à ton oncologue d’avoir eu un cancer avant d’estimer qu’il sera capable de te guérir du tien ? « Oui mais c’est pas pareil » qu’elle disait…
    Ha, si c’est pas pareil…
    Oui, les femmes sont les premières à laisser faire…
    Chez moi, 6 filles 2 garçons dans la fratrie, les hommes sont minoritaires et l’Homme qui a grandi avec un frère et sa mère comme seule femme du foyer, du coup, adepte de la provocation gratuite, il adore quand on est de passage chez mes parents dire à une de mes soeurs « Femme, apporte-moi un verre d’eau » parce qu’il sait que dans les 4 secondes il va se faire allumer, par les filles… Et leur papa !

  • #358 Tournesol le 24 septembre 2008 à 15 h 57 min

    @Yanjiao :

    J’espère que je ne t’ai pas heurté par la description de ma manière de vivre. N’y vois là surtout, aucune attaque personnelle, ni même jugement, interprétation et encore moins, une solution pour bien faire… J’en suis pas là et je ne serai jamais, jamais là !
    Et puis, en terme de lutte, j’appartiens à une minorité ethnique, sociale, visible où je dois sans cesse donner ma nationalité, préciser ma religion, le pays d’où je viens, etc. Puis… expliquer les raisons de ma présence en France !

    @ Hélène : excuses-moi pour le hors sujet.

  • #359 Hélène le 24 septembre 2008 à 15 h 57 min

    « Est-ce qu’on peut être féministe et détester les voitures???? » : ;-)))))))))))))))))))))))))))

  • #360 silvilechat le 24 septembre 2008 à 15 h 57 min

    …oh, alors loin de moi de croire que tu es une pauvre fille. Pourvu que tout continue comme ça pour vous et dommage que ce ne soit pas le cas pour la grande majorité des femmes…

  • #361 Fantomette le 24 septembre 2008 à 15 h 59 min

    Mithra : oui, si on suit ce fonctionnement on ne fait pas d’enfants non plus parce qu’on peut perdre son boulot, ne plus avoir de quoi le nourrir, il peut tomber gravement malade, ou que sais-je, il faut aussi savoir prendre des décisions semi-réfléchies (là, maintenant, c’est une bonne idée, dans 5 ans, on verre où on en est).

  • #362 Sylvie8600 le 24 septembre 2008 à 16 h 01 min

    Pour la discrimination positive, je suis pas sûre que ce soit un bien pour les femmes: les vrais imbéciles, ceux qui ne les voulaient pas avant aux postes à responsabilités ou sur leur liste électorale trouveront toujours le moyen de les dénigrer, genre « si elle est là, c’est juste pour les quotas ». Résultat, ça portera également préjudice à celles qui auraient réussi même sans quota puisque ce petit doute incidieux persistera toujours « et elle, elle a été prise pour ses compétences ou pour les quotas? »… Vaut-il mieux PEU de femmes dont on reconnaisse pleinement les compétences ou PLUS de femmes qu’on ne reconnait pas comme légitimes?

    En fait ce qui me fait surtout hurler, c’est qu’on soit obligés d’en arriver à des choses pareilles parce que les mentalités n’évoluent pas assez vite… Et ça marche pour les handicapés et les gens de couleur aussi!

  • #363 Fantomette le 24 septembre 2008 à 16 h 02 min

    @Tournesol : j’ai une collègue qui a la peau mate, on voit qu’elle n’est pas 100% blanche, mais son métissage ne permet pas de « deviner » si son gène bronzé est latino, africain,… Quand on lui demande quelle est son origine, elle répond toujours « Lille », et refuse d’en dire plus…

  • #364 Ninon le 24 septembre 2008 à 16 h 06 min

    @ Hélène :)))

    @ Deilema : Ah, ouf. On est deux, au moins.

  • #365 funambuline le 24 septembre 2008 à 16 h 07 min

    Ben quoi, on bronze à Lille, non ? :-)

  • #366 silvilechat le 24 septembre 2008 à 16 h 08 min

    …ben oui, même les policier ont des clichés à résoudre…pas tous: je me suis faite coller ce matin, mais je n’ai pas pensé à faire les yeux…la prochaine fois!

  • #367 Fantomette le 24 septembre 2008 à 16 h 10 min

    @funambuline : oui, pis le soleil Lillois fait crêper les cheveux…
    En fait elle a un grand-parent sur 4 (je sais pas lequel) qui est noir, mais vu qu’elle ça fait des génération qu’elle vit ici, elle refuse d’en dire plus, et je trouve ça bien…

  • #368 Deilema le 24 septembre 2008 à 16 h 12 min

    silvilechat : c’est là où les leçons d’Hélène sur la pose du mascara et du blush démontrent tout leur intérêt ;)))))))

  • #369 Hélène le 24 septembre 2008 à 16 h 14 min

    ts ts ts, c’est pas du tout pour ça que je vous encourage à bien poser le blush ou le mascara, ‘ttention ! ;-)

  • #370 Mithra le 24 septembre 2008 à 16 h 14 min

    @Ninon : faut pas rester comme ca :-))
    Inscris-toi a l’auto-ecole pres de chez toi pour quelques heures de conduite, histoire de reprendre confiance !

  • #371 silvilechat le 24 septembre 2008 à 16 h 16 min

    …ben voilà!!! je crois que j’avais oublié de mettre le soutien-gorge et même la culotte, toute nue je suis sortie ce matin!!

  • #372 funambuline le 24 septembre 2008 à 16 h 18 min

    ça frise l’attentat à la pudeur !!! :-)

  • #373 SuzanneS le 24 septembre 2008 à 16 h 18 min

    Merci de cet article.

    Mariée depuis 15 ans, je n’ai jamais changé de nom.
    Les divers commentaires que l’on me fait à ce sujet, je les vis comme des humiliations. Un absolu manque de respect.

    Plus généralement, je travaille dans un environnement particulièrement machiste (finance) et en la matière, je pourrais écrire un vrai bétisier qu’il serait très drôle de basculer au masculin :
    * Monsieur, pourquoi n’avez vous pas pris le nom de votre épouse ? C’est un nom ridicule ?
    * Vous avez trois enfants, pourquoi travaillez vous, Monsieur ? Vous seriez peinard à la maison ! (sic)
    * Vous pourriez vous permettre de prendre un temps partiel, avec ce que votre épouse doit gagner !
    * Vous avez une nouvelle montre, ça a dû coûter cher à votre femme.

    Et comme ça à l’infini…

  • #374 Flannie le 24 septembre 2008 à 16 h 19 min

    Ninon, je confirme: on peut être féministe et détester les voitures ;-)

  • #375 Flannie le 24 septembre 2008 à 16 h 19 min

    C’est peut-être bien une des raisons pour lesquelles nous sommes amies, non ? ;-p

  • #376 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 16 h 20 min

    Le fait de conduire !
    Pour le moemnt je n’ai pas mon permis parce que financièrement je ne peux pas me le payer (en plus avec le divorce de mes parents y’a davantage de trusc qui tombent à ma charge donc ça repousse le moment de l’inscription …), et ça m’enrage.
    Surtout quand une nana me dit « boh c’est pas grave tu as ton copain non ? »
    bah, justement : NON. (enfin, si, j’ai mno copain, mais c’est pas une raison).
    C’est comme l’autre jour … je disais à une copine « je me trouve moche » elle m’a répondu « oui mais tu as un amoureux donc c’est pas grave ». Si si cest grave, je ne evux pas me voir ou m’aimer juste à travers le miroir de quelqu’un d’autre. Grrr.

  • #377 Hélène le 24 septembre 2008 à 16 h 20 min

    SuzanneS sois la bienvenue ;-)

    Ah mon dieu Mlle Crapaud, le coup du « c’est pas grave que tu te trouves moche, tu as un copain », ça me laisse coite de stupéfaction !!!

  • #378 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 16 h 21 min

    Je gagne pas des masses et j’ai pas un métier « à pognon » mais il n’empêche que si on fait des enfants, le Gouteur Officiel et moi (et c’est pas gagné :)), il a très envie de rester père au foyer et moi de retourner à mes chers détenus. J’ai déjà peur de ce qu’on va prendre sur la tronche comme remarques, surtout que je me doute qu’elles viendront d’où on ne les attend pas…

  • #379 Fantomette le 24 septembre 2008 à 16 h 24 min

    Mlle Crapaud, oui, avoir le permis/voiture du mec ça suffit pas, en m’installant chez l’Homme j’ai quitté mon studio au pied du métro en plein Paris pour un appart en lointaine banlieue à 35mn de marche du RER (et avec un service de bus tellement nul que ça mérite à peine d’être mentionné), donc je pouvais pas sortir le soir sans lui, par exemple parce que pas moyen de marcher 35mn toute seule dans la nuit pour rentrer chez moi, je pouvais rien faire le dimanche,…
    Quel soulagement quand j’ai eu mon permis et ma voiture… Depuis je ne fais pas plus de choses sans lui, mais si je veux, je peux, et rien que d’avoir dans la poche le ticket pour la liberté, ça fait un bien fou.

  • #380 funambuline le 24 septembre 2008 à 16 h 26 min

    @ miss lili: ma soeur et M. masoeur ont trouvé un chouette arrangement ou les deux travaillent à temps partiel, ce qui leur permet au deux d’avancer dans leurs carrières ET d’être « au foyer ».

  • #381 Mlle Crapaud le 24 septembre 2008 à 16 h 28 min

    Hélène : Ca m’a aussi un peu rendue muette sur le coup, je n’ai pas su quoi répondre, j’ai souri d’un air confus et puis voilà…

    Fantomette : oui c’est ce fameux « ticket pour la liberté » que je vise ! Parce que mon chéri, je l’aime bien mais d’1 je ne veux pas le priver de sa propre liberté en lui demandant de se coller à mon emploi du temps et de 2 je ne veux pas dépendre de qui que ce soit.

  • #382 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 16 h 29 min

    Je n’ai pas envie, pour l’instant, d’être au foyer. Mais je suis ravie qu’il en ai envie et que les futurs Bébés Miaouw-Officiel soient élevés par leur père… mais je sens bien qu’on va se prendre plus d’une bourrasque sexiste et débile.

  • #383 La Cuiller en Bois le 24 septembre 2008 à 16 h 39 min

    Je rentre et je n’ai pas tout lu ce qui a été écrit depuis 12 h30 que j’ai laché mon écran d’ordi …

    Je travaille dans une administration ou je suis amenée à ouvrir des dossiers pour diverses personnes allant du bébé à peine né à la triaïeule centenaire.
    Mon logiciel (merci l’Etat) ne connait que deux situations : Monsieur ou Madame
    Donc pour les hommes pas de problème ;-)
    Pour la gente féminine, on met Madame dès que la personne est mariée ou a été mariée.
    Pour les enfants on change évidemment ! mdrrr
    Et pour les « demoiselles » d’un certain âge, on met Madame, par respect.

    Par que quand même Mademoiselle c’est : non mariée et Madame : mariée.
    La maturité de la personne n’entre pas en ligne de compte.
    Enfin dans mon esprit LOL

    Côté dégaignage de CB au resto, c’est celui qui est le moins gêné financièrement au moment ou l’on sort qui dégaine.
    Enfin presque…
    Parce que régulièrement je me venge d’un coup que JP m’a fait il y a 15 ans environ …
    Un jour de Fête des Mères, il m’invite (enfin nous 5) au resto.
    Apéro, menu sympa, vin fin, café etc …
    Et au moment de la note, il dit d’un ton le plus naturel du monde « Zut, tu peux payer, j’ai oublié ma CB »
    Ah ah ah ….
    J’ai payé …
    Mais souvent, avant de partir au resto je lui dis « au fait … je ne prends pas de CB » mdrrr
    C’est de l’anecdotique en fait, mais ca fait plaisir de temps en temps.

    J’ai une profession dont le nom est au masculin (y compris sur ma feuille de paye et mon arrêté de nomination) et occupée à 95 % par des femmes. Beaucoup de mes collègues mettent un « e » à la fin. Pas moi. En fait je m’en fous et j’aime bien au masculin, je trouve plus joli (enfin joli n’est peut-être pas le mot exact). Mais je comprends que certaines y tiennent.

    Je pense au vu de pas mal de ocmmentaires que chacune avons une approche différente de la bataille féministe au quotidien. Nous n’allons pas avoir la même perception des situations. Ce qui est choquant pour les unes est sans importance pour les autres.
    Ne nous laissons pas envahir par ces querelles d’appréciation.
    Défendons surtout le fait que chacune puisse s’exprimer et s’épanouir suivant ses envies et besoins.

    A mes filles, souvent je leur ai dit « fais comme bon te semble, même si ce n’est pas ce que je ferais. le principal c’est de garder ton indépendance et de pouvoir te regarder le matin dans la glace »

    Bon je vais poursuivre ma lecture ….

  • #384 Deilema le 24 septembre 2008 à 16 h 42 min

    Aha La Cuiller en Bois, je suis tout pareil que toi, je ne veux pas qu’on m’appelle par la version féminisée du nom de mon métier (pourtant très usitée, la moitié des membres de la profession étant des femmes )… tout simplement parce que… c’est moche !!!
    (alors qu’auteure, pour Hélène par exemple, ça me semble une évidence et ça ne heurte pas mes tympans ;)))))

  • #385 dola le 24 septembre 2008 à 16 h 43 min

    Personnellement je n’aime pas conduire mais je déteste encore plus l’idée de dépendre de quelqu’un pour me véhiculer.
    Entre 2 maux, il faut choisir le moindre…

  • #386 mah-yu le 24 septembre 2008 à 16 h 56 min

    beaucoup de choses ont été dites dans ce débat qui fait plaisir à lire, car le sujet me tient vraiment à coeur, je déteste quand il dégénère.
    je ne sais pas trop quoi ajouter car ce que j’aurais pu dire a déjà été brillamment débattu…

    du coup je rebondis un peu au pif, par exemple sur l’histoire du nom. Pour nous ils ‘agit vraiment d’un « nom de famille » puisque j’étais Mlle Machin Truc (sauf que je n’utilisais que Truc)et qu’en épousant M. Bidule j’ai fondé la famille « Bidule Truc », nom d’usage pour mon mari, moi-même et nos enfants (ça aurait du être leur nom de naissance, mais la mairie a refusé, au motif qu’on ne pouvait pas couper mon nom de naissance, du coup il aurait fallu les appeler Bidule Machin Truc, et j’ai pas voulu leur infliger ça!). ça ne me dérange pas que les enfants portent le nom de leur père,historiquement c’est une compensation au fait qu’il n’y a pas de preuve physique de filiation (quoique dans mon cas personnel, il suffit de les regarder, mais bon, c’est une autre histoire), mais je refuse d’inscrire mon mec comme « chef de famille », et à chaque fois qu’il faut remplir ce type de cases, je renseigne: « M. ert Mme Bidule Truc ». (pour « Madame ou Mademoiselle », perso, j’ignore la distinction, qui m’agace, et si on me demande -c’est arrivé tout récemment, avec mon sac de couches sous le bras…- je réponds « c’est pareil »).

    d’autre part, pour ce qui concerne les inégalités dans le monde du travail, la maternité fausse tout pour les femmes (y compris, et c’est terriblement injuste, pour celles qui ont choisi de ne pas faire d’enfants), qui pâtissent d’une réalité immuable (enfin, j’espère) à savoir que les hommes n’ont pas d’utérus. une part du travail de parentalité est donc impossible à déléguer au partenaire masculin, même en allongeant le congé paternité (ce qui ne serait pas du luxe, et croyez_moi, je sais de quoi je parle).

    Pendant tout ou partie de sa grossesse, et surtout les premières semaines de maternage, une femme n’est plus « bonne à rien » sur le marché du travail, c’est véridique, ça ne sert à rien de se voiler la face, faire un bébé c’est pas comme pondre un oeuf (et encore, qui sait ce qui se passe à l’intérieur d’une poule). Mais ce n’est pas une raison pour accepter la façon dont cela se traduit dans les mentalités.

    Un congé maternité, cela peut représenter un temps très court, parfois moins que des vacances à l’étranger ou une jambe cassée aux sports d’hiver, mais cela marque tout notre sexe (et j’insiste: même celles qui ne veulent pas se reproduire) de cette suspicion de « non compétitivité », de non-engagement dans le travail.

    Corollaire de cela, on trouve naturel que des femmes refusent de sacrifier certaines choses à leur carrière, on peut même y voir, comme je l’ai lu ici, une explication au fait qu’elles ne soient pas plus nombreuses dans les métiers qui réclament beaucoup de sacrifices, comme la politique, et on lit partout que pour favoriser la parité, il faut créer des places en crèche.

    Je suis pour qu’on crée des places en crèche, hein, mais franchement, je trouve ça profondément anormal que leur déficit soit un frein pour les carrières DES FEMMES. Chez nous, si les circonstances de la vie s’y prêtaient, ce serait certainement mon homme qui choisirait de rester avec les enfants.

    Mais soyons honnêtes avec nous-mêmes, surtout celles d’entre nous qui ont des enfantd (en particulier des garçons) à élever: nous avons du mal à nous défaire de certains stéréotypes, et nous les transmettons, malgré nos convictions et nos efforts.

    Quand ma mère est partie travailler à l’étranger, loin, avec possibilité de retour à peu près tous les 3 mois, mon frère avait 9 ans. La première personne qui m’a dit qu’elle trouvait ça un « hard » est une amie dont le père, militaire, s’absentait jusqu’à 8 mois par an, depuis sa plus tendre enfance. Quand je lui ai fait remarquer le parallèle, en lui demandant si ça la choquait moins de la part d’un homme, elle a dit non…nooon…. et puis elle est restée comme ça quelques secondes, la bouche ouverte, le regard dans le vague, comme si elle prenait tout à coup conscience des limites de ses convictions féministes.

    Il ne suffit pas de vouloir l’égalité, ni même de se battre contre les manifestations de discrimination. C’est parfois en soi-même qu’il faut faire le travail d’éducation.

    arg j’ai encore écrit deux tonnes, pardon, j’arrête.

  • #387 Lyly le 24 septembre 2008 à 16 h 57 min

    Je ne sais plus dans quel commentaire quelqu’un a dit « l’homme ne peut pas prendre le nom de son épouse ».
    C’était peut être le cas avant mais plus maintenant.
    A présent l’homme peut utiliser le nom de son épouse, à titre de nom d’usage, tout comme son épouse peut utiliser le nom de son mari à titre d’usage.
    C’est juste que personne (à ma connaissance) ne le fait.
    J’étais ravie lorsque j’ai appris ça !

  • #388 mah-yu le 24 septembre 2008 à 16 h 58 min

    (un PEU « hard », oeuf corse… si en plus je commence à écrire un mot sur deux, ça va pas le faire)

  • #389 Ninon le 24 septembre 2008 à 16 h 59 min

    @ Flannie : Trois !!! On est trois !!! hé hé…

  • #390 Ninon le 24 septembre 2008 à 17 h 01 min

    @ Dola : Ma solution transitoire, c’est le bus !!! (ou le métro).
    Mais je compte bien lâcher prochainement le tigre qui est en moi, et surveiller les sens interdits.

  • #391 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 17 h 02 min

    Il est passionant ton comm Mah-yu :)

  • #392 helolie le 24 septembre 2008 à 17 h 05 min

    @ Mah-yu

    « Il ne suffit pas de vouloir l’égalité, ni même de se battre contre les manifestations de discrimination. C’est parfois en soi-même qu’il faut faire le travail d’éducation. »

    Tellement vrai ! Et il faut beaucoup de vigilance, en permanence…

  • #393 Fantomette le 24 septembre 2008 à 17 h 06 min

    Mah-yu : au sujet des garçons, longtemps mon frère est resté fils unique (jusqu’à ses 14 ans, en fait), et il nous servait de tête à coiffer/maquiller, car il avait les cheveux long et était pas bien nerveux (= tolérait de se faire tirer les cheveux, peinturlurer et déguiser pendant des heures par ses soeurs sans broncher), on en a entendu des vertes et des pas mûres que le sujet, des « vous allez le rendre homo » et autres, donc même quand tu fais gaffe à éviter certains écueils, c’est les autres qui enfoncent bien le clou…

  • #394 Fantomette le 24 septembre 2008 à 17 h 07 min

    fils unique = seul garçon

  • #395 Lyly le 24 septembre 2008 à 17 h 09 min

    Ah oui j’oubliais, je trouve cette discussion super passionnante, pas facile, autour de soi de faire évoluer les mentalités.
    Le terme féministe me gêne un peu, je pense que « pour l’égalité femme/homme » est ce qui correspond le mieux à l’idée du débat.
    Petit exemple concernant mon commentaire précédent :

    Le mari peut s’appeler MonsieurMARI tout seul ou MonsieurMARI + époux-de-MADAME
    tout comme
    L’épouse peut s’appeler MadameMADAME sans rien ou MadameMADAME + épouse-de-MARI.

  • #396 Albahaca le 24 septembre 2008 à 17 h 10 min

    Aïe, aïe, aïe, la féminisation des noms de profession et autres….encore quand ça ne change pas la prononciation, pourquoi pas, effectivement « auteure »ça passe puisque l’article ne change pas, mais ces changements d’articles, ces râjouts bizarres, ça me choque beaucoup…Je trouve qu’il y a des choses autrement plus symboliques ou concrètes sur lesquelles lutter au quotidien. Quand j’ai vu pour la première fois écrit : députée, cheffe, écrivaine, j’ai juste trouvé ça ridicule et même un peu vexant. Pourquoi pas « la jugesse », « le sage-homme » pendant qu’on y est ?!?

  • #397 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 17 h 14 min

    @ Albahaca : je suis tout à fait d’accord avec toi. Toucher à une langue sous prétexte d’égalité homme-femme, ça me gêne.
    Tous ces néologismes me font sursauter et je ne suis pas sûre qu’en plus, ils servent à grand-chose…

  • #398 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 17 h 16 min

    « Pourquoi pas “la jugesse”, “le sage-homme” pendant qu’on y est ?!? »

    Euh, ben pourquoi pas ? je t’ecoute…

  • #399 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 17 h 17 min

    En meme temps on touche bien a la langue pour rajouter des mots anglais ou des neologismes passes dans le langage courant alors hein… La cause feministe est-elle moins digne ?

    Tant que ca donne pas des trucs hautement ridicules (comme portier / portiere !), je vois pas ou est le souci !

  • #400 Lyly le 24 septembre 2008 à 17 h 20 min

    Une chose me choque aussi, lorsque certaines personnes disent « ah mais pour une femme c’est suffisant comme emploi »…. ah parce que pour une femme ça va mais pour un homme ça n’aurait pas été suffisant ??? où-qu’elle-est l’égalité dans ce mode de pensée ?

  • #401 Sans Zoey le 24 septembre 2008 à 17 h 21 min

    A la question Madame ou Mademoiselle, j’ai longtemps répondu « décidez vous même i vous voyez la différence » mais, plus sérieusement, je garde une irritation suprême depuis plus de 20 ans (pas rancunière, non, j’ai de la mémoire, c’est tout!) quand, à l’ANPE, avisant une affichette « stages de formation, femmes seules prioritaires », j’ai bêtement (??) demandé des informations. Divorcée, non, veuve, non, mère céibataire, non plus…J’ai fini par m’agacer et lancer « si la question est: un mec ‘m’a-t-il larguée d’une façon ou d’une autre?c’est non. Je suis célibataire et femme, la dernière fois que j’ai regardé, donc femme seule… » Ben non.. (et j’ajoute que je ne vois pas en quoi un homme seul devrait être moins bien loti qu’une femme seule..) Bref..-lueur d’espoir dans le regard..-« Cela aurait-il changé depuis? Quelqu’un sait?

  • #402 La Cuiller en Bois le 24 septembre 2008 à 17 h 21 min

    pour la juge, cela existe déjà … la juge. tout simplement (jugesse quelle horreur : opinion personnelle et non militante mdrr).

    Pour le sage-homme je ne sais pas …
    j’aime bien l’idée d’un mâle qui arrive en disant « bonjour, je suis sage-femme »
    Après tout moi je me présente avec ma profession au masculin… cela ne me choque pas.

    qu’en disent les hommes concernés ?

  • #403 Deilema le 24 septembre 2008 à 17 h 23 min

    euh je crois qu’à la place de « sage homme » on dit « maïeuticien »…
    mais du coup plus personne sait ce que c’est ;))))))))

  • #404 double plus good le 24 septembre 2008 à 17 h 24 min

    Désolée, je suis partie après mon dernier commentaire, je reviens seulement maintenant.

    Je vois que certaines ont réagi au sujet de la discrimination positive, mais je pense que dans un pays comme les Pays-Bas, c’est un mal nécéssaire. Il y a 40 ans, les femmes ne travaillaient pas ici, elles restaient à la maison pour élever leurs enfants, point.
    Ma belle-mère a commencé a retravailler quand sa dernière fille est allée au collège, et encore, 12 heures par semaine.
    Ce n’est plus le cas maintenant mais on continue, comme le dit cec jeune mariée, à trouver normal qu’une femme se mette à mi-temps quand elle a des enfants, alors qu’on attend moins cette attitude de la part des papas. J’ai des amis qui le font, mais qui ont eu plus de mal à l’obtenir que leur compagne.

    Pour la péridurale c’est vrai qu’ici c’est tabou, mais là c’est le côté protestant qui ressort à mon avis. Et puis la situation médicale est un vrai cauchemar, mais ceci est un autre sujet.

    Maintenant pour ce qui est du choix du nom, j’ai beaucoup aimé l’idée qu’on nous demande ce qu’on voulait pour notre bébé à l’hôpital, ce n’était pas d’office le nom du père, et démarches à effectuer si on voulait qu’il aie mon nom. Ce n’est pas grand-chose, mais pour le coup ça donne un vrai sentiment d’égalité.

  • #405 La Cuiller en Bois le 24 septembre 2008 à 17 h 25 min

    Heu .. c’est qui qui a trouvé le masculin de sage-femme ?

    des mecs ?

    mdrrr

  • #406 Lyly le 24 septembre 2008 à 17 h 26 min

    J’ai déjà entendu sage-homme, mais où ça ??

  • #407 glop le 24 septembre 2008 à 17 h 31 min

    Euh 400 com’?????
    Whaouh!
    Hélas pas le temps de lire avant le 396 alors je peux juste dire, Albahaca, que j’ai été suivie par UN sage-femme…. Et que c’était très drôle d’entendre les gens s’empêtrer dans les appellations : « le sage-femme », « l’homme sage-femme », « le sage-homme »…. Qui faisait grossir comme un bouton au milieu de la figure que la « sexuation » d’un métier est intenable – et n’aidait certainement pas ce praticien à être à l’aise dans un environnement par ailleurs très féminin. La sexuation devrait intervenir dans un second temps, pas faire intrinsèquement partie du terme qui désigne le métier. C’est beau, « écrivaine »….
    A moins que l’on ne considère que le terme est inamovible et désigne un métier et non un masculin ou un féminin – ce qui est injouable pour « sage-femme ». Donc dire « une écrivain ». Mais alors pourquoi varier selon les métiers? On ne dit pas « une enseignant »…

  • #408 Mithra le 24 septembre 2008 à 17 h 31 min

    En fait « sage-femme » veut dire « qui a la connaissance des femmes » et n’a rien a voir avec le sexe de la personne… j’ai l’air de ramener ma science mais je l’ai appris tres recemment de la bouche d’un des rares practiciens homme rencontre par hasard !

  • #409 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 17 h 35 min

    Une langue correspond à des logiques éthymologiques. Elle a une histoire ( au sens histoire des mots s’entend).
    Quand des néologismes passent dans la langue parce qu’ils font partie du quotidien, ça ne me choque pas, les mots anglais (ou de n’importe quelle autre langue d’ailleurs) en font partie, mais il faut savoir que l’anglais emprunte plus de mots au français que l’inverse.
    Les langues s’enrichissent souvent au contact les unes des autres.
    Mais qu’on « invente » des mots pour servir telle ou telle cause (et quelle que soit cette cause, je n’en vise aucune en particulier), ça me gêne… Je trouve cela arbitraire et non découlant d’une logique d’usage…

  • #410 glop le 24 septembre 2008 à 17 h 35 min

    Taboue, la péridurale?? Alors ça c’est le genre de choses qui me tue, cette idée que les femmes doivent souffrir pour enfanter… Si les pays-basiens ;) ressentaient ne serait-ce qu’un tiers de la douleur d’un accouchement, la péridurale serait en accès libre, à volonté, au chevet de chaque parturiente!

  • #411 Véro la Bisontine le 24 septembre 2008 à 17 h 37 min

    Alors là les filles vous m’épatez!!
    Quand je suis venue ce matin, j’ai lu le texte de Yanjiao, et je me suis dit…j’ai du boulot, je reviendrai en fin d’après-midi..je lirai les commentaires…

    Ben là, avec plus de 400 com, j’avoue que je suis époustouflée!

    Je me doutais bien que le sujet déchainerait les passions…mais à ce point!!

    Il faut croire que l’histoire d’Yanjiao a fait « caisse de résonance » en vous, et que le combat est loin d’être fini!!

  • #412 glop le 24 septembre 2008 à 17 h 38 min

    Mithra c’est super intéressant ce que tu dis, je suis ravie de l’apprendre, ça change complètement ma perspective. Okay pour « le sage-femme », alors !

  • #413 coxynell le 24 septembre 2008 à 17 h 40 min

    funambuline (349! déjà!) > en fait je préfère docteur à doctoresse, c’est ma façon d’affirmer que je suis une femme qui fait un boulot qui était auparavant réservé aux hommes, et que je le fais aussi bien qu’eux ;-) Et j’aime bien le fait que ce soit un terme asexué, utilisé aussi bien pour les hommes que les femmes; car lorsque je travaille, je ne suis ni homme ni femme, je suis docteur…

    Bon, je ne sais pas si c’est bien clair :/ Mais de toute façon doctoresse, je trouve ça moche ;-) (et en fait je suis vétérinaire, et ça ne me choque pas quand on dit « la véto » ou « la vétérinaire » puisque le terme n’est pas sexué lui rajouter « la » devant me convient)

  • #414 double plus good le 24 septembre 2008 à 17 h 44 min

    Glop je dois dire que les hopitaux où on t’impose la péridurale en France, ça me gêne aussi.
    Moi j’ai eu de la chance, j’ai eu une bonne préparation à l’accouchement par le yoga, et j’ai eu deux accouchements ultra-rapides et pas si douloureux que ce que je craignais en fait.

    Là aussi on devrait laisser le choix aux femmes je pense, en leur expliquant les avantages et les risques (car il y en a, il ne faut pas l’oublier) d’une péridurale.

  • #415 Ninon le 24 septembre 2008 à 17 h 44 min

    @ Cécile de Brest : Pendant longtemps j’ai pensé à peu près ça. Mais si l’on observe l’histoire des langues, on se rend compte qu’elles évoluent de façon parfois arbitraire et aberrante. Le seul truc que je connaisse bien, c’est l’accord du participe passé, que nous devons à des grammairiens du XVIème siècle, et qui est calqué sur l’italien, alors que rien, rien, RIEN ne les y obligeait en français, comme ils ont trouvé très beau d’accorder le participe passé avec avoir si le complément d’objet est avant le verbe, c’est un plaisir intellectuel, total tous les enfants de France ont cette règle arbitraire à apprendre, avec sa justification (intellectuelle, mais les enfants s’en moquent). Tu me feras remarquer que ça n’a pas de rapport, mais pour moi si, car ce sont deux arbitraires que l’usage ne justifie pas. Donc, on n’est pas obligé de dire jugesse, grâce au ciel, je trouve ça horrible, mais pourquoi pas, ça nous choque, mais peut-être que ça paraîtrait tout à fait normal dans 50 ans. Enfin jugesse n’est peut-être pas le meilleur exemple :))))
    Qui envoie un cadeau à Hélène si elle fait 500 comm???

  • #416 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 17 h 45 min

    Cecile, une langue a aussi un avenir… Il y a une anglisation, il y aura aussi une feminisation ! Continue-t’on a parler de negre ? Non, la cause anti-raciste a montre que ce mot avait une connotation raciste, et l’usage a change.

    Tu es decidement un peu fermee sur la question hein !!

  • #417 Albahaca le 24 septembre 2008 à 17 h 46 min

    @Ratabouinouf, c’est surtout une question de langue : ça m’écorche les oreilles et la vue (mais ça n’engage que moi ! :-)) et puis je trouve certains excés trop poussés : « députée », je m’en remet pas, personnellement. Ce qui m’embête surtout c’est le côté « forcé », qui ne correspond pas à l’evolution naturelle, alors que pour l’anglais, personne ne vient vous dire : vous devez utiliser des mots anglais sinon vous êtes un plouc. Rapport à : si vous ne féminisez pas vous êtes donc machiste. Ce qui se fait au nom du « politiquement correct » m’enerve un peu, parfois. :-)

  • #418 Fantomette le 24 septembre 2008 à 17 h 46 min

    @Douple plus good : la péridurale, c’est comme prendre le nom de son mari, ça doit pas être systématique, imposé ou interdit, on le permet pour celles qui veulent, et on l’impose pas à celles qui veulent pas !!!

  • #419 Ninon le 24 septembre 2008 à 17 h 47 min

    @ Mithra : Je ne sais pas pour l’école de conduite… j’ai encore du mal avec les feux rouges (non je blague). Pourquoi pas?

  • #420 double plus good le 24 septembre 2008 à 17 h 47 min

    Coxynell, j’ai entendu une femme à la radio expliquer que lorsqu’elle disait qu’elle était directrice, tout le monde répondait ah oui, d’une école?
    Alors qu’en fait elle était PDG……

  • #421 coxynell le 24 septembre 2008 à 17 h 50 min

    double plus good (420, j’ai refait mon retard, yipee!) > alors que si elle avait dit « pédégère », tout le monde aurait compris ;-))))

    C’est vrai qu’il y a encore des progrès à faire, et ce sera dur de trouver un consensus puisqu’entre femmes, on n’est déjà pas d’accord, alors si on demande leur avis aux hommes, on ne s’en sortira jamais!!!

  • #422 siamoise cramoisie le 24 septembre 2008 à 17 h 50 min

    Alors là je suis bluffée…
    Tant de réactions! Que je n’ai pas pris encore le temps de lire.
    Voici ma réaction. Je suis amusée par l’actualité commune de MBDF et de mon petit vélo intérieur ;-)
    Une idée m’est venue, lorsque j’étais dans le métro. J’ai vu un journal dont un des articles parlait de « fauteuil » unique pour « trois femmes de gauche ». J’ai vite zappé, et songeais à une phrase dite il y a un bout par une grande dame (journaliste, ou femme politique ? ‘sais plus):
    Nous aurons gagné la véritable égalité quand les femmes auront le droit d’être aussi nulles que les hommes.
    C’est pas gagné, hein?

  • #423 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 17 h 51 min

    Ben que ca t’ecorche la langue ca te regarde (je dis ca sans animosite ;), perso deputee je trouve que c’est un des plus chouette ! Comme quoi… Que tout le monde n’utilise pas ces mots OK (chacun fait ce qu’il veut avec ses cheveux), mais qu’ils soient dans le dico c’est normal et justifie, a mon gout.

  • #424 glop le 24 septembre 2008 à 17 h 51 min

    double plus good je suis bien sûr complètement d’accord avec toi, la péridurale est un choix. Ce qui me choque, vraiment, c’est le fait de ne pas soulager la douleur si le moyen existe, comme s’il fallait souffrir pour être « une vraie mère ». Dans les hôpitaux français, autre cas d’effarement pour moi, ce qui est imposé très souvent c’est l’épisiotomie. J’ai galéré pour trouver une clinique où l’on m’a promis de ne pas en faire sauf nécessité expresse!

    Je rejoins Coxynel sur « l’asexuation » des noms de métiers, ça paraît être le compromis idéal…. Mais ça me semble logique de mettre la devant si on est une femme.

  • #425 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 17 h 52 min

    @ Ninon: oui, d’accord avec ce que tu dis (je regrette que mes profs de linguistique ne m’aient jamais parlé de cette histoire d’origine de la règle du participe ! Merci de me l’apprendre ;-))).

    Le fait est que je suis hyper puriste en ce qui concerne la langue française. Un tas de modifications me choque (comme le fait que la liaison soit devenue possible pour les handicapés par exemple).
    Du coup, je trouve que modifier le genre d’un mot ou lui inventer un féminin parce que des femmes aussi exercent le métier (ou inversement si c’est un homme) c’est abuser.

    En même temps, une langue ne vit que si elle évolue… Mais pas trop, sinon, je vais perdre mon latin ;-)))))))))))

  • #426 double plus good le 24 septembre 2008 à 17 h 52 min

    @ Fantomette, ben oui, peut-être que mon commentaire n’était pas clair, mais c’est mon point de vue aussi, à la personne concernée de choisir. Mais en connaissance de cause.

    Une de mes amies m’a un jour expliqué que si elle avait été mieux informée, elle n’aurait pas accepté qu’on programme son accouchement, car comme le corps n’était pas encore prêt, les contractions n’étaient pas assez fortes, et ça c’est conclu par une césarienne….

  • #427 margaux le 24 septembre 2008 à 17 h 54 min

    bon, je reviens au sujet avec une énième anecdote qui date de moins d’un an
    un couple motard décide de vendre les deux motos (de madame et monsieur) pour en acheter une seule
    un acheteur potentiel arrive et demande à essayer la moto de madame, un classique 600 bandit, assez nerveux il faut le dire
    l’acheteur l’essaye et a dit à mon ami motard « et votre femme le conduit????? il est nerveux quand même!!!! »
    quand ce couple d’amis m’a raconté l’anecdote j’ai sauté au plafond
    un homme qui conduit une moto nerveuse, c’est juste un homme normal
    une femme qui conduit une moto nerveuse, c’est pas sensé exister. ca peut à la limite conduire un petit solex, une vespa, mais une moto diantre, et une moto nerveuse, incroyable!!!

    personne n’avait percu le machisme sous jacent dans cette anecdote, je ne sais pas si j’ai l’esprit tordu, mais j’ai eu mal pour ma copine. Car oui c’est une femme, oui en plus elle est maman, et oui elle conduit une moto et elle la conduit très bien même…

    pour ma part, on dit souvent de moi que j’ai une conduite d’homme. ca veut tout dire. Il y a la conduite de l’homme, et puis… il y a celle de la femme… et moi visiblement je ne conduits pas comme une femme (faut dire que c’est mon chéri fan de rallye et de Sébastien Loebe qui m’a appris à conduire, j’ai donc une conduite un peu sportive)

    ce machisme à deux balles, il m’exaspère. Surtout que j’ai le « malheur » d’exercer une profession purement féminine, alors les préjugés sexistes, j’en entends toute la journée…

  • #428 siamoise cramoisie le 24 septembre 2008 à 17 h 54 min

    @Nino (415) , euh, conseilleuse payeuse, non?
    ;-))

  • #429 glop le 24 septembre 2008 à 17 h 57 min

    Oh j’ai trouvé un truc que vous allez adorer! Dans un des blogs de Libé, « Ma pom-pom way of life » :

    « Si l’on peut compter jusqu’à 56 fraternités sur le campus de Penn State, les sororités sont en revanche bien moins visibles. Et pour cause : un logement abritant plus de 7 femmes seules est considéré comme étant un bordel selon la loi pennsylvanienne. Cela en dit long sur le statut de la femme dans cette contrée puritaine (rappelons que la Prohibition a commencé en Pennsylvanie). D’ailleurs le terme sorostitute (fusion de sorority et prostitute) est fréquemment employé »

    Argh!!

  • #430 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 17 h 58 min

    @ Ratabouinouf : je te le dis franchement, je suis un peu blessée par ce que tu me dis. Je ne pense pas être fermée outre mesure.
    Une langue a ses logiques et comme je disais plus haut, il faut qu’elle évolue pour vivre. Mais pas dans n’importe quel sens ni sous n’importe quel prétexte !

    J’ai croisé dans ma carrière (pourtant pas très longue) tant de jeunes qui ne maîtrisaient pas leur langue maternelle que ça me fait peur.
    Il faut un certain respect des règles si on veut s’en sortir.
    Alors faire évoluer une langue, oui, mais pas sous n’importe comment. Pas pour tout ou pour rien !

  • #431 Fantomette le 24 septembre 2008 à 17 h 58 min

    Double plus good : Si, si, c’était très clair, c’était juste pour rebondir sur un commentaire plus haut qui disait la même chose sur prendre le nom de son mari ou non.
    D’autant plus que je suis d’accord avec toi, je ne me rappelle plus où est-ce que j’ai lu « il ne faut pas confondre douleur et souffrance » en parlant de l’accouchement, même si je ne pense pas qu’il faille souffrir pour être une bonne mère et que le « tu enfanteras dans la douleur » n’est pas une fatalité, mais une jeune maman m’a dit que le fait d’avoir eu un bon suivi de grossesse lui a permis justement d’appréhender la douleur, d’en comprendre le sens et de l’accepter sans lutter contre et de l’accompagner, elle a eu très mal mais n’a pas ressenti le besoin d’avoir une péri.
    Ce qui ne veut pas dire que les femmes qui souhaitent en avoir une n’ont pas réussi leur accouchement, etc. Et c’est un véritable progrès que d’y avoir accès.

  • #432 Seccotine le 24 septembre 2008 à 17 h 58 min

    @ double plus good (420), c’est pour ça que ma chef est directeur général et pas directrice… On s’est posé la question à peine dix secondes au moment de commander les cartes de visite, et c’est apparu comme une évidence. Directrice, c’est pour les écoles.

    Bon, sinon, c’est abusé, les filles, j’ai rien foutu aujourd’hui, avec vos bêtises.

  • #433 Fantomette le 24 septembre 2008 à 18 h 00 min

    Bon, allez, je vous laisse, je file, j’ai une soirée chargée, je repasse lire les centaines de futurs commentaires demain…

  • #434 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 18 h 06 min

    Ben oui mais bon, Cecile, lire que feminiser les noms des professions autrefois reservees aux hommes c’est cause feministe c’est changer la sacro-sainte langue pour « tout ou n’importe quoi », c’est vraiment limite… « Toucher a une langue sous le pretexte d’egalite homme-femme » : hein ???? Quoi de mieux comme pretexte ??

    Quant a te choquer, ben je sais pas quoi dire, je vais pas faire semblant de m’excuser puisque ce serait pas sincere. Je voulais pas te blesser, mais je trouve qu’il faudrait que tu fasses un peu attention a la maniere dont tu presentes les choses, parce que la c’est assez vieux-jeu, comme tu le dis toi-meme.

  • #435 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 18 h 07 min

    Ouhla, y’a un « cause feministe » en trop dans mon comm :D

  • #436 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 18 h 12 min

    @ Ratabouinouf : excuse-moi si la façon dont je présente les choses te choque !
    On ne va pas se crêper le chignon, on n’est pas chez nous, après tout.

    Il n’empêche que si je dois faire attention à la façon dont je présente les choses, je peux te retourner le compliment !! En toute amitié bien sûr.

    Oui, je suis peut-être vieux jeu, mais c’est mon droit, je pense.
    Je ne vais pas m’interdire de penser ce que je pense parce que ce n’est pas l’avis de la majorité.
    Je ne veux pas paraître agressive alors excusez-moi si mes propos sont perçus comme tels.

  • #437 Deilema le 24 septembre 2008 à 18 h 13 min

    toujours sur la féminisation des noms… sur ma carte pro, alors que je n’ai fait aucune demande en ce sens (au contraire, puisque comme je l’ai dit un peu plus haut, je trouve que la version féminisée de mon boulot est hyper moche), c’est la version féminisée qui figure.
    je suppose donc qu’ils la mettent par défaut pour toutes les femmes qui exercent ledit boulot.
    même si j’aurai aimé choisir, je trouve que c’est une initiative intéressante :))

  • #438 Stéphanie de la ligne 12 le 24 septembre 2008 à 18 h 15 min

    @ Ratabouinouf : sans animosité aucune… J’ai été traitée de vieux-jeu toute ma vie par ma soeur (le terme exacte c’est « ringarde »). Ben oui, je suis vieux-jeu. Et alors ? Tous les goûts sont dans la nature, non ? C’est pas parce que je suis pas « in », que je pense pas comme tout le monde, que j’ai pas le droit de penser ce que je veux ! Non ?

    @cecile de Brest : dans mes bras ma soeur ringarde !

  • #439 Stéphanie de la ligne 12 le 24 septembre 2008 à 18 h 16 min

    Bon, on a eu la même idée ma soeur de ringardise !

  • #440 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 18 h 17 min

    Ah mais j’ai jamais dit que vous ayez pas le droit de penser ce que vous voulez voyons !! Des retrogrades, il en faut hein, sinon on saurait pas qui taper :D

    C’est juste que ben voila, faut assumer d’etre retrograde… et ce ne sont pas eux qui font avancer la societe, a priori :P

  • #441 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 18 h 18 min

    @ Stéphanie de la ligne 12 : un pt’tit jus de goyave ?? C’est un peu ringard, non ;-))))
    (je plaisante, bien sûr, c’est du 36 ème degré)

  • #442 Stéphanie de la ligne 12 le 24 septembre 2008 à 18 h 19 min

    Et à ce sujet, je me suis bien trop longtemps forcée à faire et à penser comme les autres : que c’est in de fumer, de boire, de faire appart séparé avec l’hom…
    Maintenant que j’ai grandi, dieu merci, je vis très simplement ma vie de ringarde et tout va bien !

  • #443 funambuline le 24 septembre 2008 à 18 h 19 min

    Dites, vous vous souvenez du record de coms ?

  • #444 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 18 h 21 min

    Alors, je serai celle qui freine la société, c’est mon destin !
    Et il n’en restera qu’un (une ou deux en l’occurence ;-)))) -excusez mes références cinématographiques craignos ;-))))))

  • #445 Stéphanie de la ligne 12 le 24 septembre 2008 à 18 h 21 min

    Merci pour le jus de goyave Cécile, ça me tente bien !

    Et j’assume très bien d’être rétrograde ! Quant aux avancées de la société, pour ma part je me passerait bien de certaines… Mais le débat n’est pas là !

  • #446 Cagaroule le 24 septembre 2008 à 18 h 24 min

    Moi aussi sur ma carte pro c’est au féminin, je viens de vérifier. Faut dire, ça change pas la prononciation mais c’est moins joli… Ah, que de notions subjectives!!

  • #447 coxynell le 24 septembre 2008 à 18 h 26 min

    Je me rappelle le temps lointain de ma classe de terminale, quand mon prof de latin nous avait tous sciés, nous les pauvres élèves (on n’était que 10 en plus, où va le monde je vous le demande??) en nous disant qu’en latin, automobile se disait curro mechanico.

    Vous vous rendez compte que c’est le seul mot de latin dont je me souviens?

    Donc oui, même les langues mortes évoluent, alors il faut bien que les langues vivantes s’y mettent aussi ;-)

  • #448 annika panika le 24 septembre 2008 à 18 h 26 min

    Clairement un sujet qui passionne! Moi ce qui m’agace au plus haut point c’est quand on m’appelle Madame Bob MONMARI . J’en ai assez d’être la femme de .., la fille de…. et la mère de…. Je moi! Grrr

  • #449 Orev33 le 24 septembre 2008 à 18 h 27 min

    Dans mes bras Yanjiao : ton témoignage fait chaud au coeur et sache que tu est loin d’être la seule à être révoltée par ces choses que certains veulent qualifier de petites afin qu’elles perdurent. Je passe pour l’emmerdeuse de service et je m’en tape. Féministe et fière de l’être.
    Je ne me sens pas obligée de boire et de fumer pour me sentir libre. Je souhaite juste être considérée comme un être à part entière à qui l’on doit le respect quel que soit son genre. Un individidu avec des droits et des devoirs identiques quel que soit son genre. Avec une volonté propre. C’est tout. Pour moi, c’est ça être féministe et je ne vos pas en quoi je devrais en être gênée ou en avoir honte surtout que « y a encore du boulot! ».

  • #450 Orev33 le 24 septembre 2008 à 18 h 28 min

    Désolée pour les fautes. C’est la gastro. Elle commence à attaquer mon cerveau « tu es » et non « tu est ».

  • #451 SuzanneS le 24 septembre 2008 à 18 h 31 min

    Tant qu’on parle de vocabulaire…

    Entendu sur France Info le mois dernier « Crêpage de chignon au gouvernement ». Il s’agissait, je crois de R Dati et C Lagarde.

    Pour des ministres hommes, on aurait sans doute parlé de « lutte de pouvoir ».

    Donc, « les femmes entre elles se crêpent le chignon ». Ben oui, puisque quand deux hommes ou un homme et une femme s’engu…. on n’utilise pas cette expression.

  • #452 Hélène le 24 septembre 2008 à 18 h 34 min

    Perso je trouve normal qu’une langue évolue, et si c’est pour le mieux-être de la moitié de la population et une plus grande égalité, et ben tant pis si les termes sont moches, il y a des priorités.

  • #453 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 18 h 36 min

    Question profession, j’en fais une bien « pour les filles ». Je sors donc d’une école… « d’assistante sociale ». Veridique! Pas « d’assistants sociaux » voire « d’assistanat social », non, non. D’assistante sociale.

  • #454 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 18 h 37 min

    Mais évoluer selon l’usage, ca veut bien dire ce que ca veut dire non?
    S’il y a plus de députées, d’auteures, de professeures, c’est normal qu’on finisse par le dire, où je comprends rien au français?

  • #455 Ninon le 24 septembre 2008 à 18 h 38 min

    @miss Lili : Mais c’est fou ! Il n’y a pas d’hommes dans la profession? ce n’est pas possible !!!

  • #456 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 18 h 39 min

    @ Miss Lili : dans la prépa où je bossais, on disait « assistant de service social  » ;-))))))))

  • #457 Ratabouinouf le 24 septembre 2008 à 18 h 40 min

    « Mais évoluer selon l’usage, ca veut bien dire ce que ca veut dire non? »

    Ben si…

  • #458 Hélène le 24 septembre 2008 à 18 h 40 min

    C’est fou comme cette discussion est passionnante, depuis ce matin je pète le feu, merci Yanjiao !!!

  • #459 coxynell le 24 septembre 2008 à 18 h 43 min

    Bon, alors il faut que je demande qu’on m’appelle « docteure » ou « doctoresse »??? J’avoue que le premier choix me déplaît moins :s

    En tout cas ça devrait faire plaisir aux assistantes de la clinique où je bosse, déjà elles adorent quand les gens demandent à voir « le docteur avec les blouses à fleurs » car oui, j’assume, je suis fashion victim jusque dans le boulot!!! (et les gens ne disent jamais autre chose que « le docteur », même avec « blouses à fleurs » juste derrière!)

  • #460 mah-yu le 24 septembre 2008 à 18 h 43 min

    hihi moi je trouve ça rigolo que ce soit Cécile « de » Brest et Stéphanie « de  » la ligne douze qui se revendiquent vieux jeu et rétrogrades….et Ratabouinouf c’est Robespierrouf en fait?

  • #461 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 18 h 44 min

    @ mah-yu : trop bien trouvé ! Je me marre toute seule ;-)))))))

  • #462 Hélène le 24 septembre 2008 à 18 h 45 min

    Bien vu Mah-Yu ;-)

  • #463 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 18 h 49 min

    Ben nan, y a pas de mecs dans la profession :) Pis avec ce genre d’imbécillités, on risque pas d’en attirer, pourtant on en a bien besoin!

  • #464 Hélène le 24 septembre 2008 à 18 h 52 min

    D’une manière générale il y a assez peu de mecs dans les jobs de « service aux autres », d’assistance.
    D’abord c’est pas leur truc, pis en plus c’est pas valorisant, d’après eux…

  • #465 double plus good le 24 septembre 2008 à 18 h 53 min

    @fumanbuline: Aaaaarggghhh, le record de com’ sur marmiton, et la cuite virtuelle, je m’en souviens…..
    Moi aussi je dois être vieux jeu je n’y vais plus dans la marmite, ou si peu, le changement m’a tuée….

  • #466 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 18 h 53 min

    Comment ça, pas de mecs dans la profession d’assistante social ???
    En tout cas, j’en avais dans les classes dont je m’occupais qui passaient le concours !

  • #467 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 18 h 57 min

    Bon, j’ai mal smylé, y en a des mecs. Plein, enfin moins que des nanas, mais y en a et vu que les rôles des genres changent, à mon avis, il y en aura de plus en plus.
    Mais le fait qu’il n’y ait « que des nanas » c’est historique : l’assistanat social est l’enfant des… Bonnes Oeuvres des dames de la Haute qui allaient visiter leurs pauvres le dimanche avec les galettes qu’elles avaient confectionnées le samedi!

    Le monde est en marche les filles, les hommes vont devoir bouger encore un peu plus qu’ils ne le font déjà, c’est comme ça!

  • #468 funambuline le 24 septembre 2008 à 19 h 01 min

    Pour l’hôpital, j’ai du écrire de nombreux textes (théoriques) où l’on parlait de la profession en général et on disait « docteurs » mais « infirmières » et « diététiciennes », quand j’ai apporté des corrections à cet état de fait (celle que je remplaçait était une « vieille » secrétaire dans la boîte depuis 40 ans qui suivait ses habitudes… je me suis dit que c’était le bon moment pour évoluer…) et bien l’on m’a dit que non : « dans le domaine médical on fait comme ça ». Point barre. Sans discussion. ça me faisait hurler à chaque texte !!!

  • #469 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 19 h 07 min

    @ funambuline : dans le cas que tu décris, que tu veuilles changer les choses ne me choque pas puisque les mots existent.
    C’est si tu en avais inventé de nouveaux…
    Mais bon, je crois que tout le monde a bien saisi mon point de vue ;-)))))))))))))))))

  • #470 Ninon le 24 septembre 2008 à 19 h 10 min

    Non mais je voulais dire : comment les nomme-t-on?

  • #471 Ninon le 24 septembre 2008 à 19 h 10 min

    Je parle à Miss Lili…

  • #472 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 19 h 14 min

    ben un assistant social, une assistante sociale et des assistants sociaux. Mais même dans l’école, j’avais des profs qui ne s’y faisaient pas. Et je l’entends encore régulièrement. C’est te dire comme le sexisme existe encore : si on assiste socialement, on est forcément une femme.

  • #473 Anne Cé le 24 septembre 2008 à 19 h 26 min

    Yanjiao, oh quand même, tu as au moins une copine qui est d’accord avec toi ! ;o)))))
    Cette discussion a été passionnante !

    Lyly (395) tu as écrit « Le mari peut s’appeler MonsieurMARI tout seul ou MonsieurMARI + époux-de-MADAME tout comme L’épouse peut s’appeler MadameMADAME sans rien ou MadameMADAME + épouse-de-MARI. »
    C’est tout à fait vrai.
    Sauf que l’épouse peut s’appeler Madame épouse-de-MARI alors que le mari ne peut pas s’appeler Monsieur époux-de-MADAME tout court. Donc ce n’est pas tout à fait équitable !

  • #474 cec jeune mariée le 24 septembre 2008 à 19 h 32 min

    pffffffffffffffffff voualà, je vais me faire couper les cheveux et boire 2 bières, et vous rajoutez plus de 200 com’ !!!

    Ben là je m’avoue vaincue, je peux pas tout rattraper…

    Allez hop, m’en vais préparer le diner pour mon petit mari qui a eu une dure journée :)

    me jettez pas de caillou hein, c’est juste un peu de provoc ;)

  • #475 dola le 24 septembre 2008 à 19 h 36 min

    Ce post me fait beaucoup réfléchir au féminisme et à notre façon à toutes d’envisager les choses.
    D’autres post et des flots de commentaires me reviennent en mémoire.
    On peut croire au féminisme et
    – ne pas voir le mal à s’épiler intégralement le maillot pour son homme alors que d’autres se sentent réduitent à un objet sexuel
    – offrir des poupées Barbie sans voir le mal alors que d’autres trouvent que c’est véhiculer une image de femme potiche à de jeunes esprit en formation
    – ne pas voir d’inconvénient à porter le nom de son mari alors que d’autre trouvent révoltant cette pratique
    – ne rien trouver de choquant à l’idée de rester femme au foyer pendant 15 ans alors que d’autres tiennent farouchement à leur indépendance financière et ne veulent jamais au grand jamais avoir le sentiment d’être dépendantes
    – n’avoir qu’un seul compte pour le couple alors d’autres préfèrerais crever plutôt que de voir leur paie tomber sur un compte joint et ceci indépendament des revenus du couple
    – et se contreficher que le nom de leur profession soit féminisé alors que d’autre souhaitent que la langue évolue fafin de faire évoluer aussi les mentalités.
    – et détester l’idée de discrimination positive alors que d’autre pensent qu’elle est nécessaire
    …..
    (Ces pensées sont des raccourcis parfois un peu rapides mais que personne ne se sente visée, j’essaie seulement d’illustrer mon propos)

    Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup d’entre nous ici qui soient d’accord sur tous les points, pourtant on veut toutes la même chose non ?

    Alors je me dis que s’il faut se battre sur tout les fronts , est-il vraiment nécessaire que nous soyons toutes sur toutes les fronts ?
    je ne sais pas, peut-être oui car l’union fait la force mais peut-être aussi que ces différences nous enrichissent (tout comme le débat d’aujourd’hui ) et qu’elles évitent une pensée monolithique …

  • #476 Cagaroule le 24 septembre 2008 à 19 h 36 min

    Les filles décidement c’est la journée, le téléphone vient de sonner; on vient de m’appeler Madame « Gentil Coloc »… :-)) Et le gars a raccroché avant que je dise autre chose que non…

  • #477 Hélène le 24 septembre 2008 à 19 h 39 min

    dola je ne sais pas quoi dire… je suis impressionnée par ton intuition des choses et ta finesse…

    Cagaroule courage, un petit verre de chardonnay pour te remonter ? ;-) (oui je bois du chardonnay comme les américains, ça va, ça fait pas de moi une traîtresse à la vituculture française ! ;-)))

  • #478 Hélène le 24 septembre 2008 à 19 h 40 min

    PS : je me sens un peu visée, quand même, dola ;-)

  • #479 funambuline le 24 septembre 2008 à 19 h 41 min

    J’aime beaucoup ton com dola !

  • #480 Hélène le 24 septembre 2008 à 19 h 44 min

    Donc je me sens visée par toi aussi, funambuline ?

  • #481 dola le 24 septembre 2008 à 19 h 48 min

    oh je crois que tout le monde ou personne peut se sentir concerné :-)))
    Et toi forcément vu que c’est grâce à toi ( et ce n’est pas rien ) que tous ces sujet sont évoqués et débattus
    Et pour ma part je me rends compte que je suis pas intraitable sur beaucoup de choses et je me demande si du coup par moment je ne serais pas un peu naive en ayant trop confiance en la nature humaine et à voir tout ce qu’on déjà et perdre de vue ce qui reste à faire parce que je ne suis pas concernée dans mon quotidien..

  • #482 Diripouf le 24 septembre 2008 à 19 h 48 min

    Pourquoi visée ? C’est plutôt bien vu comme comm :) et tellement vrai…

  • #483 Véro la Bisontine le 24 septembre 2008 à 19 h 48 min

    J’ai lu les commentaires un peu en diagonale, en fait…
    Et j’arrive sur le dernier, celui de dola, que je partage complètement….
    Cela ne me surprend guère…je la connais un peu, et je retrouve dans ses propos une façon de voir les choses tout en nuance, et à mon sens plein de douceur…
    Alors pour moi, le féminisme, c’est d’abord ça : marquer notre « différence » par la douceur..dans un monde un peu brutal qui nous malmène (autant les hommes que les femmes)….
    N’y voyez aucune pensée rétrograde ou d’un autre temps…mais même si je comprends les avis de la plupart d’entre vous, pour moi, le combat se situe un peu « ailleurs »…
    Je plaide pour une société où chacun a sa place (oui, c’est facile et certainement illusoire), ou chacun puisse affirmer ses choix, ses origines, ses ambitions…
    Et surtout, pour un peu plus de douceur…à tout niveau….et vous verrez, ça ira beaucoup mieux…:))

  • #484 camille strass le 24 septembre 2008 à 19 h 53 min

    bah moi j’aime bien le fait de m’appeler Madame Le Professeur… alors que je suis une demoiselle ;-)

    ayant commencé ma « carrière » sous mon nom de jeune fille, même mariée je continuerai avec ce nom là et chéri est tout à fait d’accord… ma soeur a fait pareil (elle c’est mme l’ingénieur).

    franchement, faut pas voir le mal partout hein ;-)

  • #485 Albahaca le 24 septembre 2008 à 19 h 56 min

    Excusez-moi de revenir si tard j’avais LA patronne dans le dos, hi, hi !
    @Ratabouinouf : pas de problème, c’est un débat habituel, c’est normal qu’on (pas toi et moi,hein, j’veux dire les gens en général) aie des visions différentes, c’est ce qui rend intéressant ce genre de débat. :-))

    @Cécile de Brest: ton com 425, je plussoie !!!! (c’est comme ça qu’on dit ?) :-)

    Et en général, je me sens plus atteinte dans ma dignité de femme quand je vois qu’une ministre fait les gros titres parcequ’elle-est-enceinte-et-on-sait-pas-qui-c’est-le-père (non mais vraiment, au 21e siècle en Europe !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!) que quand je vois écrit LE docteur Madame Bidule. C’est pour ça que je disais que cette histoire de féminisation ça ne fait pas avancer le shmilblick, et je trouve presque ça contre-productif : au lieu de s’attaquer aux vrais problèmes… A mon avis. :-)

  • #486 Turquoise le 24 septembre 2008 à 19 h 59 min

    Juste pour vous dire que je viens de dévorer TOUS les commentaires et que je vous trouve passionnantes, fines, intelligentes et bourrées d’humour .
    J’ai pris le nom de Cher-et-tendre à mon mariage il y a 37 étés, et je dois dire que ce mariage, c’était un peu de la provoc à une époque – post 68 – où se marier passait pour très ringard … en fait, en devenant Mme Cher-et-tendre, je suis passée sans regret du nom d’une famille avec laquelle je ne m’entendais pas à celui d’une famille adorable – un changement clanique, en quelque sorte …
    Pour ce qui est de la répartition des dépenses, je suis incapable de dire comment ça se passe ; chacun a son compte séparé et nous avons un compte joint, et celui qui peut paie telle ou telle facture, voilà tout .
    Je crois que j’ai beaucoup de chance, car ces questions de répartition des tâches ménagères ne se posent pas, c’est celui qui a le temps au moment qui va faire le repassage ou passer l’aspi . Pareil pour l’éducation de notre fils, ça s’est fait d’un commun accord – et le résultat est qu’il se débrouille parfaitement et n’a rien d’un macho .
    En revanche, en ce qui concerne le regard des autres, quelle lourdeur ! quand je travaillais pendant les vacances et que c’était mon mari qui promenait le bébé au parc, que de regards apitoyés ou sceptiques quant à ses qualités de nounou !
    Mais en vous lisant, je pense que nous sommes sur la bonne voie …

  • #487 coxynell le 24 septembre 2008 à 20 h 00 min

    dola > voilà! Tu as réussi à faire une somme de presque 500 commentaires en un seul, chapeau bas…

    Sur ce bonne soirée à toutes, je m’en vais faire la popote pour mon chéri qui va bientôt rentrer du boulot (ne vous méprenez pas, c’est juste parce qu’aujourd’hui il est allé bosser à ma place, d’habitude on fait ça ensemble, et en se disputant copieusement sur la façon de procéder!!)

  • #488 kisumarac le 24 septembre 2008 à 20 h 04 min

    Oulà…que de commentaires !

    Je n’ai lu que les 100 premiers et les 10 derniers, mais bon, je me permets de vous faire partager mon point de vue.
    J’aime bien le commentaire de Dola, dans le sens ou on peut vouloir l’égalité homme/femme tous en ayant des comportements qui pourraient paraître pour certains en adéquation avec ça.

    Par exemple, je deteste quand dans les magazines de jouets, on voit les dinettes pour les filles, et les consoles pour les garçons. Mais ce n’est pas pour cela que je m’interdirais d’offrir une Barbie à une petite fille, car ça ne me parait pas « mal ». Par contre, je suis horrifiée par les fers à repasser et aspirateurs miniatures « pour faire comme maman » ! Là, fille ou garçon, c’est la responsabilité des parents d’apprendre à l’un comme à l’autre de mettre la table, aider à faire la cuisine, ou repasser.

    Concernant le nom de famille, j’ai pris celui de mon mari, mais sur mes papiers, je n’ai toujorus aps changé de nom, et je ne changerai jamais ma signature. J’auria voulu accoler nos deux noms, mais ça ne sonnait pas bien du tout. Je suis contente de le porter, car c’est un nom basque assez rare, et en le prononçant, plusieurs personnes m’ont demandés « ha, vous êtes de Pau, vous ». Ca permet d’engager la conversation !
    Par contre, je serai embêtée de recevoir du courier au nom de « Mme MONMARI Sonprénom ». Ca ne m’est jamais arrivé, car à la banque on peut choisir comment se faire appeler. De totue façon, il y a nos deux noms sur la boîte aux lettres.

    Ce qui m’agace parfois, c’est que l’on m’appelle Mlle MONMARI, car je fais plus jeune que mon âge, et donc, le fait que je sois mariée n’arrive pas au cerveau des gens. Là, pour le coup, j’ai l’impression qu’on nie mon identité. D’ailleurs, c’est le « Mademoiselle », qui me gêne, en fait. C’et vrai qu’il faudrait le supprimer, mais en remplaçant Madame par autre chose, car je trouve ce mot terriblement connoté.

    Bref, c’est un peu décousu tout ça….en tout cas, merci pour cette reflexion !!

  • #489 Hélène le 24 septembre 2008 à 20 h 18 min

    Turquoise dis donc, quelle chance !

  • #490 funambuline le 24 septembre 2008 à 20 h 21 min

    Je n’avais pas vu ton com en commentant Hélène, mais effectivement, je crois que tu peux particulièrement te sentir visée dans les phrases : « Alors je me dis que s’il faut se battre sur tout les fronts , est-il vraiment nécessaire que nous soyons toutes sur toutes les fronts ?
    je ne sais pas, peut-être oui car l’union fait la force mais peut-être aussi que ces différences nous enrichissent (tout comme le débat d’aujourd’hui ) et qu’elles évitent une pensée monolithique …  »
    En tout cas par ma lecture de cette phrase…

    Le nom, je m’en fous. Complétement. Les noms de professions ça me hérisse. Va comprendre Charles. Mais dans les choses qui me hérissent, celles auxquelles je suis sensibles, je tente de réagir, comme je peux, du haut de mes menus moyens… Et tu fais pareil il me semble. Dès que tu peux, tu réagis, tu agis en tentant d’être le plus consciente possible et d’agir le plus en accord possible avec tes idées. Et par l’espace que tu ouvres ici, tu participes aussi à l’ouverture d’esprit. Je suis contente que (pour l’exemple d’aujourd’hui) Cécile de Brest ait pu s’exprimer comme d’autres. D’accord ou pas d’accord, c’est en exprimant nos différentes sensibilités autour d’un même sujet qu’on peut être plus tolérants… et peut-être ainsi avancer… d’abord nous-même (et c’est déjà quelque chose) et puis peut-être aussi, à travers les exemples des autres, faire avancer les choses autour de nous…

    Donc oui, je crois que tu peux te sentir concernée :-)

  • #491 Hélène le 24 septembre 2008 à 20 h 22 min

    Visée, pas concernée.

  • #492 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 20 h 24 min

    Me faire appeler Mademoiselle nomdemonmari, ça m’est déjà arrivé et ça ne m’a pas fait plaisir : on me prenait pour sa fille…

  • #493 Turquoise le 24 septembre 2008 à 20 h 26 min

    J’en ai bien conscience ! on peut dire aussi « quel homme !  » et je vous jure qu’il est vraiment comme ça – le contraire du prince charmant gnan-gnan , un homme responsable, intelligent, drôle, et avec juste assez de défauts pour que ce soit vivable …
    Personne encore n’a évoqué la phrase de Beauvoir : « on ne naît pas femme, on le devient  » .
    Je ne sais pas vraiment ce que j’en pense ; il est vrai que je ne la trouve pas très sympathique, Simone … et vous ?

  • #494 funambuline le 24 septembre 2008 à 20 h 27 min

    @ Hélène: si tu le prends négativement (je voulais dire une partie du commentaire de dola) ?!? Je ne vois pas où.

    Bon c’est pas tout ça les filles, mais elle gagne quoi celle du comm 500 ???

  • #495 Miss Lili le 24 septembre 2008 à 20 h 34 min

    Simone, je n’en ai pas lu assez pour savoir si elle m’est sympathique. Pour ce qui est de devenir femme, c’est comme de devenir adulte, je trouve que c’est complètement vrai.

  • #496 Cécile de Brest le 24 septembre 2008 à 20 h 45 min

    Je plussoie avc Simone, même si je ne la connais pas assez, moi non plus…

  • #497 Mei le 24 septembre 2008 à 20 h 50 min

    Un petit post pour participer et faire arriver ce billet jusqu’au 500ème commentaires :)
    ( Je sais tout cela n’avance en rien la réflexion profonde du billet de la journée )

    Alors le 500ème com… ? Ce sera qui ?

  • #498 Ninon le 24 septembre 2008 à 20 h 52 min

    Ah, en général, je trouve SImone de Beauvoir terrible, et pas si cohérente. Son roman « L’invitée  » m’a toujours dérangé : il s’agit d’un couple moderne, libéré des contingences bourgeoises : quand une jeune femme s’immisce entre eux, l’héroïne reste zen, acharnée (dirait-on) à se prouver qu’elle n’est pas bourgeoise, même quand son amant couche avec la jeune femme, et qu’ils vienent la main dans la main l’annocer à l’héroïne, tout contents d’être si peu bourgeois, mais elle est dévorée par la jalousie et finit par assassiner ladite jeune femme… Une histoire d’amour et de jalousie que je comprends, mais qui prouve qu’on n’éradique pas si facilement que ça l’amour « bourgeois », et qui prouve le contraire de ce qu’elle veut prouver (il est vrai que j’ai lu ce livre il y a très longtemps ; je le relirais peut-être différemment).

  • #499 Ninon le 24 septembre 2008 à 20 h 52 min

    Par terrible, je veux dire qu’elle a des idées très dures et très tranchées.

  • #500 Turquoise le 24 septembre 2008 à 20 h 53 min

    Je trouve sa théorie intéressante, j’ai bien aimé ses « mémoires d’une jeune fille rangée  » et la suite, mais en tant que personne, elle ne m’est pas sympathique car elle abusait de son prestige de prof pour séduire ses élèves mineures et les refiler ensuite à Sartre, grand amateur de jeunes filles . Ca, ça me dégoûte profondément , ce côté manipulateur …

  • #501 Turquoise le 24 septembre 2008 à 20 h 59 min

    Ninon, j’ai relu justement « l’invitée  » il y a peu, et je partage entièrement ton analyse ; d’ailleurs, c’est la version romancée de ce qu’elle vivait à l’époque …
    Je trouve que des femmes comme Françoise Giroud ou Simone Weil ont joué un rôle bien plus important pour la cause des femmes !

  • #502 Mouniou le 24 septembre 2008 à 21 h 09 min

    SUPER SUPER !!!!!!!!

    Je trouve que le principal est d’être soi-même ; (mais c’est peut-être long à apprendre)

    Très anciennement, face peut-être à une forme très larvée, et sous jacente, alors, de machisme, je déclarais à mon conjoint : Pourquoi la grammaire met le masculin, pour dire par ex:( humain) ; « un » humain, « un » animal, un écrivain ça alors ! Bon, notre grammaire est généralement masculine ; pourquoi pas de neutre !
    Pleine de mon sujet, je savais que j’avais raison, mon conjoint trouvait que j’étais folle, hystérique, je faisais même de la « confusion mentale » (qui est le nom d’une maladie).
    Une dispute géante, pour ce sujet.

    Une autre chose : les noms en Espagne s’ajoutent, ce qui fait des noms qui n’en finissent plus, avec i….

    Altro encora : Je savais que le nom de : Mademoiselle, restait, et honorait une grande comédienne, une grande Dame.

    Vous êtes bien chouettes les girls !!!!!

  • #503 Lorelai le 24 septembre 2008 à 21 h 13 min

    Pfiouuuuuuuuu, z’êtes en forme !

    Ce que ça m’évoque à priori : bah que chacune voit midi à sa porte !

    Pour ma part, mariée, nos deux noms accolés, sans que ça ne me pose de souci car j’ai toujours considéré être un prénom avant un nom de famille (ce qui fait que le truc un poil scolaire de mettre le nom de famille avant le prénom m’agace au plus haut point !), parce que quand j’étais petite, le côté tribu avec mes frères en nous appellant « les 3 blablanomdefamille », ça me soulait. Et comme les deux zouaves étaient un peu agités -je m’en sortais bien aussi notez !- l’amalgame était facile.

    Je vis bien avec, mon mari aussi… côté banque etc… bah tout le monde me connait sous les deux noms, mais l’un ayant une « orthographe » plus compliquée, les raccourcis sont faciles…

    Pour les sous, chacun son compte, chacun paie en fonction de ce qu’il peut, ce qu’il a et ce qui lui fait plaisir. Casual en somme, mais on a en effet la chance de pouvoir faire ça sans se faire des noeuds au cerveau et au cerveau du banquier en passant….

    Je suis plutôt tendance féministe, mais la discrimination positive, je n’y arrive pas !
    J’ai la chance de travailler dans un grand groupe où la discrimination n’est vraiment mais alors vraiment pas criante, quelle qu’elle soit.

    Du coup, je suis sans doute loin de certaines réalités (mais j’en ai conscience, hein!) …. mais mais mais, car il y a un mais ! Le truc qui me gonfle au delà de tout, c’est le sentiment que la société accepte encore très mal qu’une femme fasse le choix de ne pas avoir d’enfant ! J’ai une petite trentaine, et la question « vous n’avez pas encore d’enfant » revient très souvent. Et bah non, j’en ai pas, et pour le moment j’en veux pas. Et je ne suis pas sûre du tout d’en vouloir un jour. Et je passe pour une cruella qui n’aime personne et qui est d’un égoisme à crever ! Alors que je suis si sensible que je parviens à m’émouvoir devant la beauté d’un foie gras ou d’une tranche de saucisson (mais non je blague, aussi devant ma nièce de 6 semaines !!!)….

    Speaking of which (du saucisson, pas de ma nièce), je m’en retourne à ma cuisine, parce que c’est pas tout ça, mais je crève la dalle !

  • #504 Lorelai le 24 septembre 2008 à 21 h 14 min

    C’est long et un poil HS, sorry !

  • #505 Turquoise le 24 septembre 2008 à 21 h 17 min

    Toujours très intéresant, ces discussions sur le sexe des mots ! impossible en anglais, dommage, ils ne savent pas ce qu’ils perdent …mais ils ont à leur actif le génial Ms, comme vous l’avez remarqué …
    C’est Prévert, je crois, qui disait : « pourquoi dit-on LA virilité ? « 

  • #506 glop le 24 septembre 2008 à 21 h 18 min

    J’ai quand même l’impression qu’une petite vogue anti-Beauvoir sévit depuis quelques temps, par exemple cette histoire de « refiler des filles à Sartre », est-ce que la réalité n’est pas un peu plus complexe? Qu’en disent les jeunes filles en question? J’aime bien Beauvoir sans l’idolâtrer, mais je trouve que sa pensée est un peu galvaudée, qu’on la connaît surtout de loin…
    N’est-ce pas aussi une manière de la critiquer pour ce qu’elle était (et pas ce qu’elle a écrit) à savoir une femme qui n’a jamais obéit aux us et coutumes de son temps et de sa société?
    L’invitée: est-ce que justement il ne s’agit pas de faire une analyse de moeurs qui n’efface pas l’ambiguïté ni les paradoxes de la réalité?« 
    Le débat autour de la photo en couv du Nouvel Obs était intéressant pour la perspective qui nous occupe, d’ailleurs – avec en principal argument que si ç’avait été un homme, même beau, on n’aurait jamais mis ses fesses en couv pour l’hommager….

  • #507 Turquoise le 24 septembre 2008 à 21 h 24 min

    Lorelai : c’est quand même incroyable qu’à notre époque une femme ne puisse toujours pas dire tranquillement que, non merci, elle ne veut pas d’enfant, sans provoquer un tollé !
    Il faut dire qu’actuellement l’enfant est tellement survalorisé à tous points de vue qu’il y a un vrai terrorisme contre celles qui n’ éprouvent pas le besoin de procréer . Quand on voit le comportement de certains marmots hyper-gâtés, c’est pourtant plutôt dissuasif !

  • #508 Stéphanie (mais une autre) le 24 septembre 2008 à 21 h 25 min

    C’est Turquoise qui a gagné le 500 :-)

    Simone de Beauvoir je l’aime bien, un coté touchant, Weil je la respecte profondément mais en ce moment elle fatigue je trouve, elle semble ne plus suivre le fil de ses idées ce que je trouve très dommage.

    Bon qu’est-ce qu’il reste à dire quand on arrive après 501 (et plus entre temps) commentaires ? :-)
    Comme mes copines belges, j’apprécie blablabla
    Comme d’autres copines mon copain s’en fout (et se demande pourquoi je m’en fais)
    Comme d’autres… Ah oui non là c’est peut-être que moi mais je me ferais couper un bras plutôt que de renoncer à mon nom :-))
    Ma belle-grand-mère est super attachée au nom… coté homme ! Elle déteste son ex-mari mais elle a gardé son nom. Moi je préférerais mourir dans une fosse aux serpents plutôt que de garder un lien pareil avec un type qui a fait ce qu’il lui a fait. Brèfle, donc, elle y tient, et elle nous parlait mariage avec l’homme en me disant qu’elle trouvait ça joli Stéphanie Machin. J’ai bondi en disant que chez moi c’était BIDULE et rien d’autre nonmaisçavapasheiiiiiin ? (on est du nord ou on ne l’est pas ;-))
    Elle était donc toute perturbée et elle m’a demandé si je voulais bien prendre Bidule-Machin au moins, je lui ai dit oui, si il prend Machin-Bidule, elle était horrifiée :-)))) (depuis on se taquine entre nous avec ça, elle sait ce que je pense et moi aussi, et elle ne m’en veut même pas !)

    Chez nous Madame Maman s’appelle Madame Bon-Papa et madame ma soeur est Madame Notrepapa et si je change de nom un jour ce sera pour devenir madame Papa-Maman et rien d’autre.
    Je tiens à dire, quand on dit qu’on passe d’une appartenance à une autre, j’aime porter le nom de mon père, j’ai 50% de ses chromosomes et même si il n’était pas mon père biologique il aurait 50% (à la louche hein) de mon éducation. Mon père est une partie de moi, comme le sont ma mère ma soeur et mon frère. Mon homme même si je l’aime passionnément, non, mais c’est parce que chez nous on accorde énormément d’importance aux liens du sang.

    L’homme est prévenu, pour nos enfants soit ils s’appelleront par nos deux noms, soit je les déclare de père inconnu et ils porteront le nom de mon père, non mais ! :-) (Je trouve superbe la comparaison avec l’oeuvre qu’on signe à deux !)

  • #509 Stéphanie (mais une autre) le 24 septembre 2008 à 21 h 26 min

    Mais c’est quoi cette tartine ? Oulala, je ferais mieux d’aller étudier moi, demain on fait du vin :-)) (entre la cosméto et le pinard tu veux pas venir suivre des cours avec moi Hélène ? ;-))

  • #510 Turquoise le 24 septembre 2008 à 21 h 32 min

    Glop : tu es sûrement trop jeune pour te souvenir des (charmantes ) fesses de Polnareff, affichées partout et qui avaient mis en émoi tous les milieux coincés dans les années 70 au point que l’affiche a été interdite !
    Pour le fait de servir d’entremetteuse à Sartre, je l’ai appris avec consternation il y a une dizaine d’années en lisant sa correspondance, ce ne sont pas des ragots – sinon je ne les aurais pas mentionnés, tu penses bien ! et j’ai lu aussi un petit livre pathétique écrit par une de ses anciennes élèves, « Mémoires d’une jeune fille dérangée « , dans lequel elle exprime sa déception et son chagrin d’avoir été manipulée par une prof qu’elle admirait … du coup, ça m’a vraiment écoeurée !

  • #511 Lorelai le 24 septembre 2008 à 21 h 35 min

    Bah oui c’est incroyable mais vrai ! Entre les gens qui te regardent d’un oeil « bizarre », ceux qui te font « oui oui je comprends que tu ne souhaites pas assumer cette responsabilité » (bah c’est pas une question de responsabilité, c’est une question de merci mais non merci), ceux qui te disent « bah pourquoi tu t’es mariée alors ? » (bah parce que mon mari me plait bien, le bougre), et ceux qui trouvent que c’est limite criminel pour nos retraites, je trouve pas les gens super friendly à l’égard des femmes qui ne procréent pas dès la nuit de noce (ou de pacs, ou la nuit en général)….

    Et ça me sidère encore !

  • #512 Turquoise le 24 septembre 2008 à 21 h 37 min

    500 com ! ah, Stéphanie, j’ai gagné … le droit d’aller me coucher ! avec les neurones tout fumants et le plaisir d’avoir lu plus de 500 interventions intéressantes . Bonne nuit à toutes !

  • #513 Fred de Suède le 24 septembre 2008 à 22 h 17 min

    Je ne trouve pas que tu en veuilles trop Yanjiao. Bien sûr il y a des choses plus « graves » mais ce que tu décris ce sont des symptomes du fait que nous vivons dans une société ou le masculin est la norme. Et je trouve qu’aucune discussion n’est trop petite pour rappeler que nous les femmes nous existons, travaillons, avons des responsabilités diverses et variées et que nous devons être reconnues comme telles pas comme accessoire de Monsieur machin. Bien sûr si on la ramène à tous le scoups on est une emmerdeuse et il faut choisir ses batailles mais soulever le problème de temps à autres cela fait avancer le schmilblick non? Mais c’est fou le nombre de personnes qui se sentent provoquées par cela…

    Mais j’ai du bol d’habiter lá où j’habite et où l’on prend le nom de famille qu’on veut (NB en France on ne dit plus patronymique ;-) les féministes un point!). En l’occurence le jour où l’on se mariera ce sera le mien qui est déjà le nom de notre petit garcon.

  • #514 Véro la Bisontine le 24 septembre 2008 à 22 h 44 min

    @ Fred de Suède : être accessoire de Monsieur Machin ne s’inscrit pas forcément dans le fait de porter le même nom…
    Si je devais me marier un jour…hummmmmmm j’en suis loin, mais bref passons….cela ne me dérangerais pas de porter son nom….et que l’on m’appelle Madame Machin…
    Pourquoi ne suis-je pas autant attachée à mon propre nom de famille, je ne saurais l’expliquer…peut être simplement parce que je ne me sens pas assi « affiliée » à mon père que ça…que ma famille paternelle ne m’inspire qu’un peu de respect, et pas d’affection débordante, sans doute….
    J’aurais sans doute du mal de m’habituer, après tant d’années à porter mon propre nom, mais ça s’arrête là….
    Et pourtant, je suis de celles qui ont souvent en tête le long parcours (parfois difficile) qu’on fait les femmes pour obtenir ce qu’elles ont aujourd’hui…droit de vote, IVG, etc…
    Et qu’au delà du féminisme, c’est « l’humanisme » qui me tient bien plus à coeur…

  • #515 waffo le 24 septembre 2008 à 22 h 45 min

    Ouah 513 commentaires ! désolée, je vais me permettre de répondre directement à Yanijao sans tout lire parce que sinon je vais y passer la nuit !!!
    ça me fait plaisir de voir quelqu’un qui pense comme moi (et à priori comme beaucoup d’autres vu le nombre de commentaires ;p). Je me suis mariée il y a 5 ans et ça fait 5 ans que je me bat pour faire comprendre que je n’ai pas changé de nom de famille. Pour simplifier les choses, je n’ai pas prévenu certains organismes pour qui ça ne change rien ! La pillule a été dure à faire passer à mon mari mais il faut dire qu’il n’a pas eu trop le choix ! Et notre fille porte nos deux noms (2ème pillule à faire passer mais je suis très coriace ;).
    Ce qui m’a halluciné c’est à l’hôpital quand j’ai accouché, j’ai été obligé de m’enregistrer sous le nom de mon mari pour une sombre histoire de banque du sang et de risques de de confusion (alors que si je n’avais pas été mariée, y’avait pas de risques de confusion ? mais bien sûr…).
    Je bosse dans l’informatique et je vois bien quand on mettre certaines applications, tout est fait dans le cadre de madame prend le nom de monsieur (sur mon projet actuel, je ne sais pas combien de fois j’ai évoqué mon « cas », je crois que je les saoule mais je vais y arriver). Après on s’étonne qu’on nous répondre que c’est pas possible de mettre les 2 noms (alors que c’est possible quand on n’est pas marié…).
    Enfin, moi, ça me dérange pas de passer pour un emmerdeuse et j’ai bien l’intention de passer ça à ma fille dans son éducation ! Par contre hormis les petites disputes sur le choix des noms avec mon mari, nous nous partageons les taches ménagères et l’éducation de notre fille sans problème (pareil je ne lui laisse pas le choix, sinon il se laisserait vivre). ça me fait mourir de rire (un peu jaune quand même ) quand je dis que mon mari garde la petite (elle a 1 an) et que j’ai des collègues qui me demandent s’il s’en sort tout seul (oui merci, il a pas 2 mains gauches…). En plus comme mon mari a beaucoup plus de vacances et des jours « enfants malades » ben c’est lui qui s’y colle quand la petite est malade (ou la nourrice).
    Mais je précise que je peux tout à fait comprendre que certaines (la plupart) choisissent de prendre le nom de leur mari a condition qu’elles le fassent de leur plein choix (et pas genre « ben c’est la tradition non ? » aaaargh ! )
    Bon j’arrête, ce sujet est passionnant, heureusement que j’ai pas accès au site depuis le boulot :)

  • #516 glop le 24 septembre 2008 à 22 h 46 min

    Pour Polnareff, j’étais trop jeune en effet mais j’ai vu les photos… Mais c’est si différent! Rien à voir….
    Pour le reste, je ne sais pas, je déteste l’idée d’une telle manipulation mais y a-t-il vraiment une victime, un grand manipulateur, une entremetteuse? On pourrait dire aussi : une ambitieuse, un homme à femme, une amoureuse. Ou une déçue, un lâche, une délaissée. Je pense que le trio formé par les jeunettes « ramenées » par Beauvoir, cette dernière et Sartre n’étaient pas si clairs que ça, et qu’écrire plus tard qu’on a été une victime naïve n’est pas la preuve qu’on l’a été vraiment.
    Bref, concernant Beauvoir on en reste souvent sur ce genre de choses (anecdotiques, de mon point de vue), et sur une théorie très générale.

  • #517 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 0 h 00 min

    La vache!! plus de 500 comm, vous êtes incroyables…

    là, je suis VRAIMENT trop fatiguée, mais demain je rattrape tout!!!

    bises à toutes

  • #518 ChiChi le 25 septembre 2008 à 0 h 27 min

    Et bien quel sujet passionnant! Les commentaires sont très intéressants comme toujours… Tout a été dit, je crois, alors juste pour la forme, la petite citation du jour (tadadaaaa…)
    « La femme qui aspire a être l’égale de l’homme manque singulièrement d’ambition »
    Et toc!
    Bonne nuit :)

  • #519 ChiChi le 25 septembre 2008 à 0 h 28 min

    (Désolée mais je ne sais pas qui en est l’auteure, même si je suis à peu prés sure que c’est une femme;) )

  • #520 mah-yu le 25 septembre 2008 à 1 h 04 min

    @Chichi: G.E.T.A: il semblerait que l’auteur de cette phrase quelque peu sexiste soit Dominique Quessada (dans « le nombril des femmes »), à savoir, un homme.

  • #521 -Kristal- le 25 septembre 2008 à 4 h 45 min

    Bonjour à toutes!

    Je ne poste pas beaucoup de commentaires, mais je voulais vous dire comment je vis ma vie de femme mariée et de maman. Personnellement, je suis contente de porter le nom de mon mari, et pourtant pour des raisons administratives, j’ai toujours mon nom de JF à la banque, j’ai hâte de pouvoir le changer. Je travaille à mi-temps, ce qui veut dire que je ne suis pas indépendante financièrement. Je suis contente quand mon mari m’aide à porter ma valise, me tient la porte, me laisse passer devant, certaines pourraient se dire qu’il me prend pour une petite chose fragile, moi j’aime bien… Je ne conduis pas parce que je n’ai pas mon permis. Donc, c’est mon mari qui conduit, mais on n’a pas de voiture. On roule en vélo… ;-)))) Je m’occupe de mes enfants, je fais le ménage, la cuisine, la lessive parce que je reste plus à la maison que mon mari, mais il m’aide quand il le peut. J’aimerais que ma fille joue à la poupée, mais elle préfère les voitures! ;-)))
    Aye!! Je dénote un peu, peut-être? ;-)

  • #522 flute le 25 septembre 2008 à 5 h 30 min

    Ben tout doucement c a nous de faire changer les choses.
    Deja en gardant son prenom lorsqu’on se marie et en ne communiquant pas le nom de son mari aux differentes organismes.
    Biensur il y aura qq courriers officiels (administratif ou banques) qui risquent de changer leur entete mais la plupart des autres (commercial, amis, etc) ca depends surtout des infos qu’on leur donne.
    Moi je ne comprends pas l’interet de changer de nom, avec 1 le fait qu’on perde une part de son identite, 2 le fait que l’on soit injoignable (introuvable) par nos anciens amis qui ne connaissent pas le nouveau nom, 3 le risque de faire des tas de changements de paperasse plusieurs fois dans sa vie (mariage, divorce..) avec tous les soucis que cela comporte..
    Bref toujours pas compris l’interet de nos jours de persister dans cette voie.
    Moi j’ai garde mon nom..

  • #523 Hélène le 25 septembre 2008 à 6 h 08 min

    C’est Prévert, je crois, qui disait : “pourquoi dit-on LA virilité ? “ : Turquoise (505) : génial !!!!

    « L’homme est prévenu, pour nos enfants soit ils s’appelleront par nos deux noms, soit je les déclare de père inconnu » : Stéphanie (510) je t’adore ;-))))

    Lorelai (511) tu as lu ce billet, je suppose ?
    http://www.monblogdefille.com/blog/20060724des-enfants-pas-pour-moi-merci

    Véro la Bisontine (514) ce que tu dis me pousse à réfléchir à la raison qui fait que je suis si attachée à mon nom de famille, et clairement, si je détestais mon père ou un truc de ce genre, je n’y serais sans doute pas autant attachée.
    Donc tu as raison, ça compte.

  • #524 dola le 25 septembre 2008 à 6 h 59 min

    je rejoins Véro aussi à propos du nom de du père et de ce qu’il peut représenter ou non.

  • #525 Les Mules En Reptile le 25 septembre 2008 à 8 h 18 min

    J’ai lu une bonne partie des commentaires hier, mais je continuerai ce soir.
    C’est incroyable ce que c’est intéressant, je te comprends si bien Hélène lorsque tu dis que ce débat t’a filé la pêche !!!!
    En plus, c’est super important de voir qu’un tel sujet génère autant de commentaires !!

  • #526 Lorelaï le 25 septembre 2008 à 9 h 32 min

    @ Hélène : et bien non, je ne l’avais point lu, preuve qu’il me reste encore des tonnes de prose « facholandienne » (c’est comme ça qu’on dit ??? je tâche de m’approprier les codes !) ô combien pertinente à lire !
    Bah tout est dit, c’est tout à fait çà !
    Je suis très très contente quand mes proches amies ou membres de ma famille s’épanouissent dans la maternité, mais je passe mon tour ! Et comme ton Zom, Mossieur Lorelaï est raccord.

    Mazette, qu’est ce que je me retrouve dans ton billet ! Je me sens moins seule !

  • #527 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 9 h 46 min

    Bon, ça y est j’ai rattrapé mon retard!

    j’ai aussi vérifié sur mon livret de famille, pour cette histoire de changement de nom qui se ferait « d’office » si on ne précise rien.

    Voilà ce qu’il y a écrit sur mon livret :

    Le mariage est sans effet sur le nom des epoux, qui continuent d’avoir chacun pour seul nom officiel celui qui résulte de leur acte de naissance. Toutefois, chacun des époux peut utiliser dans la vie courante, s’il le désire, le nom de son conjoint, en l’ajoutant à son propre nom ou même, pour la femme, en le substituant au sien.

    (« pour la femme », grrr).

    J’ai tout bien regardé, il n’y a rien dans les papiers du mariage où j’ai du indiquer si je voulais changer de nom ou pas. Donc je pense qu’il y a aucune incidence sur mon nom, suite à mon mariage.

    C’est, il me semble, Ratabouinouf qui avait une information différente… peut-être que la loi a changé depuis ton mariage?? (ça serait déjà un signe de progrès encourageant!)

    Deux anecdotes pour finir :

    – hier au cours de tennis, le prof dit « allez on change de coéquipier », puis nous regarde et dit : ah non, il n’y a presque que des filles, donc, on change de coéquipière! ». Le seul homme n’a pas bronché, et moi ça m’a fait super plaisir… je trouve qu’adapter la langue à la situation qu’on vit, même si ça bouscule les règles de grammaire, c’est chouette :-))

    – les 3 Helvètes m’ont envoyé un courrier : comme j’avais pas coché ni madame, ni mademoiselle, ils m’appellent juste MONNOM. Sans rien devant. « Chère MONNOM, vous avez gagné…. ». Trop drôle!!

    Merci encore à vous toutes pour tous les sujets passionnants que vous avez abordés, ça m’a donné plein d’idées pour souligner au quotidien les petits absurdités qu’on rencontre…

    bises à toutes, je file apprendre à me faire le teint :-))

  • #528 Cagaroule le 25 septembre 2008 à 10 h 10 min

    @ Hélène: je me suis vengée sur le martini blanc… :-))))

  • #529 Laetitia le 25 septembre 2008 à 10 h 23 min

    Je suis tout à fait d’accord avec cet article…bien évidemment ce n’est pas grave, il y a pire dans la vie etc etc, mais les vieilles habitudes ont la vie dure, et cela m’énerve assez souvent!!
    Petits exemples:
    J’ai acheté un scooter dont JE suis là seule à me servir, mais avec l’argent commun. La carte grise devait donc logiquement être aux 2 noms.
    Et bien la carte grise indique M. et Mme. prénommasculin MONMARI
    Pourquoi donc? Mystère…

    Idem avec le compte bancaire…j’ai subitement perdu mon prénom (je précise, j’ai pris le nom de mon mari, mais je n’ai jamais demandé à adopter son prénom!!!)

    Ca a eu comme conséquence, avec l’URSAFF. J’ai rempli le formulaire sous mon nom à moi, mais j’ai envoyé un RIB de la banque sus-citée …bingo, l’URSAFF m’écrit donc toujours à Monsieur prénommasculin MONMARI. Alors que ce dernier n’a jamais ouvert ni été concerné par un seul papier de l’URSAFF.

    aaarrrggghhhh!! je lui en parle souvent et il trouve ca rigolo, mais pour moi c’est particulièrement rageant. A l’heure de la promotion et mise en avant de « l’égalité » homme/femme, un tel archaisme est vraiment à déplorer…

  • #530 Sylvie8600 le 25 septembre 2008 à 10 h 39 min

    Yianjao, ton anecdote du cours de tennis me rappelle une règle de grammaire qui m’a toujours fait hurler: au pluriel, pour désigner un groupe mixte, c’est toujours le masculin qui prime, quelque soit le rapport masculin/ féminin: 100 hommes seront « ils », 100 femmes seront « elles » mais 1 homme et 99 femmes seront « ils », c’est la règle…

  • #531 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 10 h 49 min

    Ah ben au tennis on a fait un putsch sur la grammaire, alors :-))))

  • #532 siamoise cramoisie le 25 septembre 2008 à 10 h 54 min

    Je partage tellement l’avis de Turquoise sur La de Beauvoir. Abus et perversion + nouveau discours sur la féminité, ça sonne tellement mal.
    Et puis j’ai lu il y a si longtemps… que je ne me souviens que de l’affirmation qu’elle faisait, et qui me révolte absolument: la femme est « tellement » faite pour souffrir :-(((

    De quoi enfoncer encore quelques générations de petites soeurs.
    Merci Simone.

  • #533 Hélène le 25 septembre 2008 à 11 h 00 min

    Lorelaï (526) ça me fait plaisir ;-)

    Yanjiao -(527) il est super, ton prof de tennis !

    Cagaroule (528) tu as bien fait, ça n’est pas mauvais non plus ;-))

  • #534 Ratabouinouf le 25 septembre 2008 à 11 h 05 min

    Yanjiao, aaaaaaaaaaaaaaaaaaargh je ne suis pas mariee !!!!!! *prend un coup de chaud et part boire un verre d’eau*
    Jamais de la vie cette institution deb…. euh, oups, pardon, c’est pas le propos :D Bref : je suis PACSee.

    Ce n’est pas inscrit dans le livret de famille, le fait que ton nom d’usage change… C’est juste que comme le disait quelqu’un plus haut, quand tu te maries, ca, c’est inscrit sur le livret de famille, et automatiquement, a part si tu fais une demande contraire, le nom du mari est utilise en nom d’usage.

  • #535 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 11 h 08 min

    @Ratabouinouf : oups désolée :-))))))))))))))))))))

    quand tu dis « automatiquement, a part si tu fais une demande contraire, le nom du mari est utilise en nom d’usage » : utilisé par qui? parce que comme mes papiers n’ont pas changé, que je ne dis à personne que je suis mariée (pour la banque, une erreur de débutante quand on a ouvert le compte commun), je vois pas qui va utiliser le nom de mon mari?

    aaaah les mystères de l’administration……

  • #536 alice45 le 25 septembre 2008 à 12 h 03 min

    Sylvie8600, ça me choque aussi cette histoire du masculin qui l’emporte d’autant plus que cela est assez récent. Les 1ers écrits en langue française remontent à la fin des années 800 (870 je crois, il faudrait que je vérifie, j’ai fait des recherches à ce sujet) et le masculin l’emporte seulement depuis le 17eme siècle. C’est le grammerien Vaugelard qui l’a instauré sous prétexte que le masculin est plus noble que le féminin. Si lui tout seul a pu faire ça (ok, l’époque était différente, combien de personnes savaient lire, hommes et femmes confondu-es mais encore plus femmes à cette époque?) pourquoi ne pourrions-nous pas le changer? Le propre d’une langue vivante c’est d’évoluer avec son temps. On ne parle pas français aujourd’hui comme on le parlais au Moyen-Age ou même au début du 20eme. De nouveaux mots, de nouvelles formules apparraissent et le dictionnaire est réactualisé. Pourquoi la recherche de l’égalité homme-femme ne pourrait pas donner lieu à un changement dans la langue. Je n’ai pas lu tous les coms depuis hier mais j’ai retenu un com disant qu’on ne pouvait pas changer la langue pour n’importe quoi ni n’importe quel pretexte. Je ne sais plus qui a écrit ça mais je trouve ça choquant. L’égalité homme-femme c’est donc n’importe quoi? Ca ne vaut pas la peine? C’est sûr qu’on est pas prêt-es d’avancer avec de tel discours.

    Pour ma part je fais attention de toujours tout mettre au masculin et au féminin et pour la question du « Ils » lorsqu’il y a 99 femmes et 1 homme, j’emploie « Els » dans tous les cas où il y a au moins un sujet de chaque genre.. J’ai vu d’ailleurs que je ne suis pas la seule à l’utiliser. Ca me fait plaisir. Ce n’est pas encore dans le dico et il faudra attendre longtemps avant que cela y soit mais je ne désespère pas. D’autant plus que d’après vos com je vois que beaucoup partagent un sentiment d’injustice. C’est à nous à faire évoluer les choses. Je crois que le plus dur c’est d’avoir conscience que oui, nous pouvons faire changer et évoluer les choses.

  • #537 Albahaca le 25 septembre 2008 à 12 h 31 min

    Alice45, La langue évoluera naturellement lorsque la société aura évolué. Personne n’a dit que que l’égalté hommes-femmes c’était n’importe quoi.
    Je trouve juste dommage d’en faire un objet de lutte alors qu’on laisse allègrement les petites filles jouer avec des barbies, les journalistes faire des bons mots sexistes sur les femmes politiques, les entretiens s’embauche tourner autour de la situation familiale présente ou future, les femmes se faire opérer les seins à tour de bras… Alors oui, dans la grammaire le masculin, pour l’instant, l’emporte, la belle affaire ! Un texte mis systématiquement au masculin et au féminin c’est affreusement fatiguant à lire, quant à « Els » ………………………….j’en reste sans voix.

  • #538 Hélène le 25 septembre 2008 à 12 h 34 min

    Tu te trompes Albahaca, ce n’est pas parce que les grands combats sont importants, que les petits sont négligeables.

    C’est avec des idées comme ça qu’on lâche sur plein de petits trucs, sans pour autant faire avancer les grands…

  • #539 Stéphanie (mais une autre) le 25 septembre 2008 à 12 h 38 min

    Ah ben Hélène le dit mieux que moi.
    On est pas obligée de choisir non plus, dans ta liste j’aurais préféré trouvé « des femmes battues humiliées et violées » plutôt « qu’opérées des seins » par exemple (il y en a qui font ça pour elles seules, si si).
    On peut toujours faire des olympiades de la douleur, ou on peut décider de faire ce qu’on peut au niveau ou l’on peut.
    Et annoncer aux gamins que « le masculin l’emporte toujours » les profs avaient beau rajouter « en grammaire seulement » ça reste un problème. Mais chacun ses chevaux de bataille.

  • #540 Hélène le 25 septembre 2008 à 12 h 39 min

    « On peut toujours faire des olympiades de la douleur, ou on peut décider de faire ce qu’on peut au niveau ou l’on peut. »

    Vachement bien dit, Stéphanie.

  • #541 Mlle Crapaud le 25 septembre 2008 à 12 h 50 min

    Pour ce qui est de la langue, je comprends votre point de vue, mais il faut vior à ne pas trahir la langue (c’est une amoureuse de la langue qui parle). Ce qui est marrant c’est qu’en allemand par exemple au pluriel c’est « Die », comme pour le féminin, et que sauf dans certains cas, ça se ressemble beaucoup. Et en Allemagne en ce moment y’a beaucoup de femmes « émancipées » qui allient carrière et vie familiale (bon, elles choisissent souvent carrière, ce qui fait un taux de fécondité un peu trop faible mais bon!). Y a-t-il un rapport ?
    Raymon Aron disait qu’apprendre une langue c’était apprender une nouvelle manière de voir les choses. J’aime beaucoup cette phrase parce que rien que les proverbes, les figures imagées d’une langue, ça traduit l’esprit du peuple qui la parle. Par exemple ce n’est pas étonannt que les pays anglophones soient si « libéraux » vu la langue très souple et libre.
    Bon en même temps, ‘ya sans doute aucun rapport, mais en tant qu’amoureuse de la langue (je me répète), je me dis souvent qu’une langue reflète une manière de penser.
    En l’occurrence, la grammaire française reflète la manière masculine de penser au XVIIème siècle…

  • #542 alice45 le 25 septembre 2008 à 12 h 50 min

    Albahaca, je suis persuadée que ces « petites choses » n’en sont pas. Et oui, le masculin l’emporte, c’est un problème parce que cela formate une façon de penser. C’est justement en faisant évoluer ces petites choses que les mentalités évolueront et que les « grandes choses » seront combattues plus efficacement. Toutes ces « petites choses » apparement sans importance sont pourtant à la base su sexisme. C’est la partie cachée si je puis dire de l’iceberg mais qui mène invariablement aux graves violences.
    Hélène le dit très bien, on laisse passer plein de petits trucs (et les petits ruisseuax font les grandes rivières) sans solutionner les grands.

  • #543 Albahaca le 25 septembre 2008 à 13 h 06 min

    Stéphanie (mais une autre) : les femmes battues et voilées, ça me semble bien entendu évident. Evident.
    Je ne voulais pas faire une liste exhaustive et ordonnée des choses qui me choquent, juste donner des exemples en vrac.
    Se faire opérer pour soi ?? une auto-mutilation : ça fait partie de la violence pour répondre à quels critères ? Ceux des hommes, d’une marque de poupées ?
    (Je ne parle pas de reconstruction suite à accident ou maladie, on est bien d’accord)
    Et pour la langue, c’est pas qu’il s’agisse d’un combat « négligeable », je pense qu’on se trompe d’objectif. C’est comme si on se mettait à recouvrir les femmes nues sur des tableaux dans les musées ou les statues : ah ben oui, c’est dégradant comme image…..
    Les excès ça me fait peur. Toujours.

  • #544 Sylvie8600 le 25 septembre 2008 à 13 h 16 min

    Alice45, merci pour l’éclairage historique. Petit HS: j’adore tous ces commentaires hyper informatifs que les filles laissent, quelque soit le sujet (histoire, littérature, législation, habitudes des autres pays, avis de dermatos ou pharmaciennes, etc). On se cultive vachement et comme ça vient de plein de lectrices différentes, on se sent plongées dans un puit de culture générale ;-)

  • #545 Albahaca le 25 septembre 2008 à 13 h 19 min

    Exactement, Mlle Crapaud (Grenouille) !
    Je ne dis pas que la langue ne doit pas, jamais, évoluer dans ce sens, je dis que ça viendra tout(e) seul(e) peu à peu et que la forcer, là maintenant, et surtout sous entendre que qui (lui ou elle) ne le fait pas est forcément, rétrograde ou machiste, ça ne fait pas avancer la cause. Pour moi c’est mettre la charrue avant les boeufs (les vaches). ;-)))))

  • #546 Eléonore le 25 septembre 2008 à 13 h 22 min

    535 commentaires, j’avoue ne pas avoir tout lu, même si le sujet m’interpelle… toutes mes excuses donc si ce que je vais ajouter a déjà été dit !

    Le distinguo mademoiselle/madame, en plus d’être à mon avis beaucoup plus qu’un détail (tout comme le féminin des noms de métiers, grades et autres fonctions, il me semble que ces usages sont symptomatiques d’une société qui peine à mettre les hommes et les femmes véritablement à égalité – ces questions ne sont pas uniquement linguistiques, mais symboliques), est contraire à la loi, et ce depuis 1967 (hé oui, mesdames !). Les deux circulaires ministérielles de référence : circulaire FP 900 du 22 septembre 1967 et la circulaire 74-129 du 28 mars 1974.
    Voir également la Réponse ministérielle N°5128 du 3 mars 1983 JO sénat du 14 avril 1983, page 572 – Femmes : modification d’état civil (http://www.c-e-r-f.org/nomappellation), dont je permets de copier-coller ici des extraits :
    « l’existence des deux termes différents pour désigner les femmes mariées et celles qui ne le sont pas constitue une discrimination à l’égard des femmes puisqu’une telle différenciation n’existe pas pour les hommes. Elle semble indiquer que le mariage confère à la femme une valeur différente alors que la valeur de l’homme n’est pas affectée par cet acte juridique et social. Il me semble important de préciser que ces termes constituent un usage qu’aucun texte ne codifie. (…)
    Aucun texte ne prévoit non plus que le mariage emporte changement de nom des époux. Les papiers officiels ne doivent donc pas comporter d’autre nom que le nom légal. L’apposition des mentions épouse, divorcée ou veuve, suivie du nom du conjoint est donc contraire à la loi. (…) Il est important que les femmes connaissent ce type d’information tant auprès des organismes qui pour différentes raisons doivent prendre en considération l’état civil des citoyens, qu’auprès des femmes elles-mêmes qui devant l’ignorance et la mauvaise foi, en viennent parfois à douter de leur bon droit.  »

    Si ce sujet, comme Yanjiao et beaucoup d’autres (heureusement, j’ai envie de dire !), vous touche (vous exaspère, vous irrite, vous fait hurler…), je vous conseille fortement ce petit livre, intéressant, clair et intelligent de Laurence Waki aux éditions Max Milo : «Madame ou mademoiselle ? », ainsi que le site suivant : . http://romy.tetue.net/spip.php?article105#nb1

    Par ailleurs, je suis 100% d’accord avec Yanjiao : je regrette que « féministe » soit généralement prononcé avec une moue de mépris, voire puisse parfois s’apparenter à une insulte (je ne crois effectivement pas non plus que l’on reprocherait à qui que ce soit d’être vigileant aux discriminations racistes, xénophobes ou antisémites…)

  • #547 Hélène le 25 septembre 2008 à 13 h 31 min

    Eléonore merci mille fois pour ce commentaire plein d’infos indispensables !

  • #548 Sylvie8600 le 25 septembre 2008 à 13 h 44 min

    Ooooh j’imagine la tête de la prochaine personne qui me demandera « madame ou mademoiselle? » et à qui je vais m’empresser de répondre « En vertu de la circulaire de 1967, votre question est totalement illégale! », hihihi. Ca risque de lui en boucher un coin! :-))))))

  • #549 Hélène le 25 septembre 2008 à 13 h 45 min

    ;-)))))))))))

  • #550 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 13 h 54 min

    Excellent!!! Merci Eléonore!
    Je vais me l’imprimer tout de suite sur plein de petits papiers! ma banquière va adorer mon prochain passage, je le sens!!! :-))

  • #551 dola le 25 septembre 2008 à 14 h 16 min

    @ Eléonore : c’est super intéressant je ne savais pas tout ça ,cela veut donc dire que la loi évolue parfois plus vite que les mentalités .

    je me souviens d’avoir lu un livre pêché au rayon SF ( c’est à peu près un de seuls que je fréquente) sur une société inversée par rapport la notre ( les femmes ont « pris le pouvoir » et ont inversé la vapeur ) et notamment dans le langage c’est écrit avec un elles quand on parle d’un groupe mixte ou même avec un seul homme.

    Eh bien les premiers temps de la lecture l’esprit est tellement habitué/formaté par la grammaire que je comprenais mal certains passage (de traves donc) et puis au fil des chapitres on prend une nouvelle habitude une fois déconditionnée la lecture est plus aisée.
    , j’avais trouvé ce bouquin très intéressant (il est chez moi mais je regarderais ce soir pour mettre les titre et les références).

  • #552 Hélène le 25 septembre 2008 à 14 h 18 min

    Ce n’est pas, par hasard, « les hommes protégés », de Robert Merle, dola ?

  • #553 Eléonore le 25 septembre 2008 à 14 h 23 min

    My pleasure (Yanjiao, mes salutations à madame ta banquière) :-)

  • #554 Anne Cé le 25 septembre 2008 à 14 h 27 min

    Ratabouinouf, je ne comprends pas ton comm n°535.

    je suis mariée moi aussi et je ne porte pas le nom de mon mari.
    on nous a donné un livret de famille au moment du mariage, mais nulle part il n’a été question du nom que j’allais porter. lorsque nous avons eu un enfant, on a choisi son nom à elle, mais il n’a jamais été question de moi !

    quant à moi, je n’ai rencontré aucun problème avec l’administration, tous les documents officiels qui me concernent sont établis à mon nom. de toute façon, je n’ai signalé nulle part que j’étais mariée, je ne vois pas comment ils pourraient le deviner !!
    et pour les impôts, lorsque nous avons fait notre déclaration commune, nous avons pu signaler que nous souhaitons recevoir des courriers portant nos deux noms. (alors pour une fois, bravo les impôts !)

    bref, tout ça pour dire que quand tu écris : »quand tu te maries, ca, c’est inscrit sur le livret de famille, et automatiquement, a part si tu fais une demande contraire, le nom du mari est utilise en nom d’usage. » tu te trompes !
    je viens de le vérifier sur notre livret de famille.

    d’ailleurs, sur ma page, sont mentionnés les noms de mes parents, et bien figurez vous que ma mère y est désignée par son nom de naissance et non par son nom d’usage !!! ;o))))))

  • #555 Anne Cé le 25 septembre 2008 à 14 h 33 min

    en fait, de mon expérience personnelle, j’ai trouvé l’administration plus ouverte sur ce sujet que certaines de mes copines !
    je n’ai jamais eu à me battre avec eux pour conserver mon nom, par contre mes copines m’adressent du courrier à Mme MONMARI ou me font remarquer sur mon répondeur de portable que j’ai changé de nom maintenant que je suis mariée !
    ça, ça me hérisse !

  • #556 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 14 h 36 min

    @ Hélène, j’ai pensé aussi à ce livre, mais il ne me semble pas qu’il soit écrit avec « le féminim qui l’emporte »…

  • #557 alice45 le 25 septembre 2008 à 14 h 37 min

    Pour le Madame ou Mademoiselle, même en invoquant les circulaires, il faut se battre. J’en sais quelque chose, j’ai écrit à la Sécu, circulaire à l’appui, pour réclamer un « Madame » en en-tête de mes courriers. Rien à faire. Laurence Waki montre bien la difficulté dans son livre, très bien fait et qui j’espère fera évoluer les choses.

  • #558 Ratabouinouf le 25 septembre 2008 à 14 h 37 min

    Ben euh je me trompe peut-etre, n’empeche que c’est le cas de 99% des femmes mariees qui ne font pas de demande specifique ! A partir du moment ou ton mariage est inscrit sur le livret de famille, et sauf demande contraire, ton nom d’usage devient celui de ton mari.

    Maintenant, pour ton cas a toi ben t’as probablement de la chance !

  • #559 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 14 h 39 min

    @ Anne Cé : aaaah toi aussi tu as vérifié ton livret de famille?! J’ai eu une grosse angoisse hier, Ratabounouf avait l’air très sûre d’elle… mais comme toi je ne comprends pas!!

    Ratabouinouf, au rapport ;-))))

  • #560 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 14 h 40 min

    (oups, pardon, pas assez rapide)

    encore une fois, je ne vois pas de quoi tu parles… parce que pour moi ça ne se passe pas comme ça. Personne ne connait le nom de mon mari (sauf si je le précise volontairement).

  • #561 Cécile de Brest le 25 septembre 2008 à 14 h 53 min

    Pareil pour moi… Sur le livret de famille, il est précisé que les deux époux gardent leur nom « d’origine ».

    D’ailleurs j’ai fait refaire ma carte d’identité qui arrivait à expiration juste après mon mariage.
    Le nom qui apparaît est mon nom de naissance et je pouvais, si je voulais, faire apparaître « épouse X », mais ce n’est pas obligatoire et surtout, ce n’est pas mon nom « officiel », même si c’est celui dont je me sers couramment.

  • #562 Hélène le 25 septembre 2008 à 14 h 53 min

    Yanjiao tu as raison, pour le bouquin, c’est pas celui-là.

  • #563 Albahaca le 25 septembre 2008 à 14 h 56 min

    Je viens de vérifier la copie du livret de famille de mon arrière grand-mère (mariée en 1906), sa mère apparaît bien sous son nom de naissance et pas comme SONMARI née NOMDENAISSANCE ni comme NOMDENAISSANCE épouse SONMARI…pareil pour mon arrère grand-père.

  • #564 dola le 25 septembre 2008 à 14 h 56 min

    @ je suis sûre que ce n’est pas Robert Merle mais là j’ai un trou de mémoire et plus je cherche moins je trouve …grrr

  • #565 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 15 h 01 min

    Hiiiiiiii je viens d’utiliser les infos d’Eléonore, j’suis bien contente!

    J’ai fait une demande d’adhésion à un machin d’entrepreneurs et entrepreneuses, soit disant « innovants ». Pouf, une case « madame ou mademoiselle? ». J’ai fait un courrier au responsable en disant que c’était illégal et en plus très ringard, j’attend de voir ce qu’il va me répondre!!

    (je l’ai fait gentimment et j’ai mis des smileys, hein, je l’ai pas menacé d’un procès)

    ahhhh ça donne des arguments, c’est cool :-))

  • #566 Moi le 25 septembre 2008 à 15 h 04 min

    Albahaca : Je ne pense pas que de vouloir faire évoluer la langue de manière plus égalitaire soit comparable à la censure artistique… je t’avoue ne pas voir le rapport.
    Et je ne trouve pas non plus que cette volonté d’évolution de la langue (et c le propre d’une langue que d’évoluer selon l’usage ou la volonté politique*) soit excessif. A moins que tu ne parlais de voiler les représentation de femmes dans les musées… je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdue ;)

    Par ailleurs, rien n’interdit d’agir sur plusieurs thèmes à la fois, le langage, les inégalités salariales, le sexisme en général, le racisme, l’homophobie, la lutte contre la pauvreté, l’écologie… Bien entendu, il est impossible de faire des actions tout le temps, chaque fois, mais les choix sont personnels et je trouve assez irritant de m’entendre dire « y a plus important »… qui mieux que moi peux choisir ce qui mérite d’être défendu ou combattu à mes yeux ?
    On milite avec ce qu’on est aussi et personne ne devrait distribuer de bons points parce que personne n’a la vérité suprême sur l’ordre des priorités.

    *Dans le cas de la généralisation du français au lieu de tous les patois régionaux, par exemple et pour faire court (très court)

  • #567 Albahaca le 25 septembre 2008 à 15 h 27 min

    @moi : je parlais de vêtir les femmes nues sur les tableaux ou habiller les statues : je crois que ça ne viendrait à l’idée de personne.
    Et si, je considère que la langue c’est complètement artistique, c’est le seul art pouvant être pratiqué de tous : j’apprécie aussi bien un beau texte qu’une blague populaire avec un jeu de mot rigolo ingénieux, j’adore comparer les accents, les expressions locales. C’est pour cette raison aussi que j’opte pour une évolution naturelle. Je ne distribue pas de bons points ;-)
    Mais peut-être, et je te remercie de l’avoir fait apparaître, que ces différentes visions sur l’ordre des priorités dépend d’un autre débat : le rapport personnel que chacun a avec la langue…et là effectivement c’est un tout autre débat !!!
    (Si ça trouve on est en plein malentendu les filles !)

  • #568 Fantomette le 25 septembre 2008 à 15 h 28 min

    Je viens de lire avec plaisir les 135 commentaires depuis mon départ hier soir, Eleonore, merci mille fois pour ces liens, je signe chez le notaire dans un mois, je vais lui réclamer un tonitruant « madame » sur l’acte de propriété !

  • #569 Soeur Anne le 25 septembre 2008 à 15 h 57 min

    Pendant 6 ans, mes enfants ont eu une nounou.
    Pendant 6 ans, j’ai déclaré à la CAF et à l’URSSAF pour elle
    pendant 6 ans, j’ai réclamé pour que l' »employeur » noté sur les courriers soit MOI et non pas
    « M MONMARI
    SARL ENTREPRISEDEMONMARI »
    Pendant 6 ans ils n’ont rien fait… Et en plus, on est en séparation de biens pour qu’il n’y ait pas de confusion entre moi et l’entreprise dudit mari !! J’vous jure

    là, je viens d’embaucher une femme de ménage.
    Sous mon nom :Mme Soeur Anne MONNOM-MONMARI
    J’attends le premier courrier avec circonspection…

    Les impôts eux, envoient la douloureuse au nom de M MONMARI et Mme MONNOM…
    ..Y’en a bien un qui paiera…

  • #570 Mlle Crapaud le 25 septembre 2008 à 16 h 00 min

    Entendu tout à l’heure au bureau…
    Une femme à une autre : « mon chéri je l’ai dragué en lui faisant à manger il a craqué :-) »
    L’autre lui répond : « bah sa mère, elle faisait pas à manger ?? »

    … et son père il a des marmottes à la place des mains ou bien ?

  • #571 Ratabouinouf le 25 septembre 2008 à 16 h 02 min

    Mais le nom de votre mari il est bien marque sur le livret de famille non ? Dans sa case a lui… Ben voila !

  • #572 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 16 h 08 min

    @ Mlle Crapaud : « des marmottes à la place des mains », je vais pas m’en remettre

    @ Ratabouinouf : ben mon livret de famille je le montre à personne hein! j’ai du le chercher pour vérifier, je savais même pas où je l’avais foutu, pas sorti depuis le mariage!

  • #573 Hélène le 25 septembre 2008 à 16 h 35 min

    Et quand on est célibataire, on a un livret de famille ou pas ? Parce que moi j’en ai pas, ou alors je l’ai perdu ;-)) (nom de nom, tout ça est ultra compliqué, j’ai l’impression d’être dans la 4ème dimension !)

  • #574 fab le 25 septembre 2008 à 16 h 38 min

    On a un livret de famille quand on se marie, non ?

  • #575 Deilema le 25 septembre 2008 à 16 h 39 min

    oui, ou à la naissance du premier enfant si on est pas marié…

    ce n’est donc pas étonnant que tu n’en aies pas Hélène ;)

  • #576 Hélène le 25 septembre 2008 à 16 h 41 min

    Ouf, je crois que ça m’aurait traumatisée d’en avoir un, l’idée de « famille » me fait tellement horreur ;-))

  • #577 Soeur Anne le 25 septembre 2008 à 16 h 41 min

    Mlle Crapaud, ce dialogue, je vais pas m’en remettre…

  • #578 Vivian le 25 septembre 2008 à 16 h 46 min

    Hélène, un début de réponse à ta question … (made in service-public.fr)

    Le livret de famille est établi et remis automatiquement par l’officier d’état civil :

    *aux époux, lors de la célébration du mariage,
    *aux parents, ou à celui d’entre eux à l’égard duquel la filiation est établie, lors de la déclaration de naissance du premier enfant,
    *à l’adoptant, lors de la transcription sur les registres de l’état civil du jugement d’adoption d’un enfant par une personne seule.

    Il s’agit donc bien d’un livret de famille et non d’un livret de mariage ;-)

    Chouette article que cet article-là !
    Et chouettes commentaires, aussi !

  • #579 Vivian le 25 septembre 2008 à 16 h 46 min

    Trop tard !
    GRNX !

  • #580 Hélène le 25 septembre 2008 à 16 h 47 min

    Merci Vivian !

  • #581 fab le 25 septembre 2008 à 16 h 47 min

    Et juste pour un commentaire qui n’apporte rien: je lis toutes vos remarques depuis hier et me pose énormément de questions ! Ca fait du bien, donc merci !

    Féministe dans l’âme, je ne me suis absolument pas posée de question au moment du mariage. J’ai naturellement pris le nom de mon mari, comme une preuve d’amour (alors que lui ne demandait rien bizarrement…). Je me rends compte aujourd’hui que je n’ai pas forcément réfléchi ! :-) Je ne le regrette pas, mais j’aurais dû me poser la question …

    Merci d’avoir lancé ce débat Yanjiao… Et comme certaines, il me semble important de se battre tous les jours pour de petites choses qui, même si elles apparaissent insignifiantes pour certains, n’en sont pas moins essentielles pour l’avenir, notre avenir…

    Pour finir, un mot d’un de mes chefs il y a quelques temps : « Des bonnes femmes en CoDir… Ca me fait ch**… Du coup, je les vire »
    Comme ça, ça a le mérite d’être clair, non ?

  • #582 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 16 h 54 min

    @ Fab : je le redis, je n’ai vraiment rien contre les femmes qui portent le nom de leur mari, hein :-)))

    pour ton chef, beau spécimen……. ma pauvre!

  • #583 fab le 25 septembre 2008 à 16 h 58 min

    @ Yanjiao : Non, non, je ne l’avais pas pris comme ça !! :-)))

    Mais franchement, je me rends compte que moi qui me bat contre les traditions idiotes, et les actions faites sans réflexion, je me retrouve dans cette situation !!! A défaut d’être agréable, ça a le mérite de me faire réfléchir !!!!

    Quant à mon chef… Le seul truc qui me rassure, c’est que toutes personnes présentes ce jour là (uniquement des hommes pour celles qui ont suivi !! ) racontent maintenant cette anecdote en le traitant de blaireau !!!

  • #584 Yanjiao le 25 septembre 2008 à 17 h 01 min

    @ Fab : mais personne n’a réagit sur le coup? c’est quand même dément!!

  • #585 Flo le 25 septembre 2008 à 17 h 03 min

    Je ne suis pas mariée et j’ai pourtant eu mon compte de gens qui voulaient m’appeler Mme Nomdemonchéri : soit des gens qui le connaissaient et ne me connaissaient que comme sa conjointe, ou des gens qui connaissaient le nom de mes enfants = nom du papa, avant que la loi d’accollement des deux noms ne passe (maintenant ils s’appelent Nomdepapa-Nomdemaman et sand oute moia ussi bientôt je suppose pour les écoles). Dans ces cas-là je ne me vexe pas.

    Ma banque… avec notre compte commun « Mr Chéri ou Mle Moi-même » ils savent en général à qui ils ont affaire, sauf quand le logiciel fait sauter la 2e ligne et que nous devenons « Mr Chéri ou « .
    Lorsqu’on a fait un emprunt immobilier ils ont automatiquement mis Mr en emprunteur principal et moi en co-emprunteur… mais ils ont corrigé fissa quand je leur ai fait remarquer que le gros du financement venait de moi, ainsi que la caution du prêt. On va pas vexer une bonne cliente pas vrai ?
    En revanche ils n’ont toujours pas réalisé qu’avec 3 enfants ils y a bien peu de chances que je sois encore demoiselle. Pfff….

    Et comme je gère toute la paperasse c’est un peu Mr Chéri qui s’est senti disparaitre quand il a réalisé qu’il n’avait aucun justificatif de domicile… Du coup je l’ai autorisé à prendre l’EDF à son nom ;-)

    Mais c’est vrai que quand j’essaie d’expliquer que NON le mariage ne fait pas changer de nom… personne ne me croit.

  • #586 Flo le 25 septembre 2008 à 17 h 07 min

    J’oubliais : j’ai une fois envoyé sur les roses un enquêteur qui voulait des infos sur le chef de famille, en lui signalant que la notion est totalement illégale depuis longtemps. Depuis dès que le mot apparait dans un questionnaire je dis que je refuse de répondre quand c’est formulé comme ça. Si tout le monde en faisait autant, les boites d’enquête finiraient bien par changer leur conception du monde.

  • #587 Moi le 25 septembre 2008 à 17 h 16 min

    Albahaca : je vais avoir l’air de pinailler, mais en fait non, parce que pour moi, la féminisation des mots, par exemple, c’est la visibilisation des femmes dans le langage, donc c’est important :)
    Donc par essence, l’évolution d’une langue ne peut être naturelle, puisqu’une langue est un outil de communication culturel… donc on peut agir dessus. D’ailleurs, on agit dessus sans même s’en rendre compte. Et je n’ai aucun scrupule ni aucun complexe à « travailler » la langue au corps (oui, l’image est audacieuse) pour la faire évoluer de manière tout à fait consciente.
    C’est ça aussi, la créativité artistique ;p

  • #588 Hélène le 25 septembre 2008 à 17 h 21 min

    … d’autant qu’une langue n’est pas un art mais un outil de communication, il ne faut pas tout confondre ;-)

  • #589 Coralie Marie le 25 septembre 2008 à 17 h 49 min

    Je crois qu’aujourd’hui « chef de famille » désigne la personne qui gagne le plus d’argent. Bon ça sent la grosse feinte pour pouvoir coller quand même le nom du mec (surtout quand à côté on demande qui est la maîtresse de maison…), et moi aussi je râle chaque fois que je vois la question dans un questionnaire, mais bon pour celles qui sont en couple et qui gagnent plus que leur compagnon, c’est bon à savoir :-)

  • #590 Cécile de Brest le 25 septembre 2008 à 18 h 09 min

    Je trouve ça un peu choquant, cette histoire du chef de famille qui est celui qui gagne le plus de sous…
    Pour moi (mais j’ai peut-être tort), il n’y a pas UN chef de famille, mais deux, à partir du moment où on est parents…

  • #591 Clem le 25 septembre 2008 à 18 h 26 min

    Alors pour celles qui adorent les petits détails intéressants (et même pas trop hors-sujet en plus)… En islandais, il y a trois genres : masculin, féminin, neutre. Pour le pluriel c’est simple: * des sujets uniquement masculins sont remplacés par un pronom personnel masculin
    * des sujets féminins uniquement sont remplacés par le pronom personnel féminin
    * des sujets féminins et masculins sont remplacés par le pronom personnel NEUTRE
    Ben moi je trouve ça beau :) par contre je ne sais pas de quand ça date, si la grammaire de l’islandais est égalitaire depuis le début de son écriture (an mille en gros) ou si ça a été introduit après.
    Anyway, fin de la minute culturelle !
    Et merci à la commentatrice pour ces circulaires édifiantes !

  • #592 dola le 25 septembre 2008 à 18 h 31 min

    suite de mon comm 551 avec les références : me voilà chez moi , il s’agit de Chroniques du Pays des mères d’Elisabeth Vonarburg
    j’ai trouvé une fiche de ce livre pour les curieuses : http://www.noosfere.org/heberg/auteurstf3/infolivre.asp?site=58&numlivre=4212

  • #593 garancette le 25 septembre 2008 à 18 h 45 min

    ce message me parle complètement, même si je ne suis pas concernée directement.
    Ma mère a dû faire face à ce genre de choses quand on était enfants avec mon frère.
    Elle n’a jamais épousé mon père et nous a élevés seule, les gens du centre aéré et des cours de danse du soir l’appelaient ostentiblement avec le nom de mon père (notre nom) genre « bonsoir madame Nomdemonpere », elle les a corrigé plein de fois, rien à faire…
    et à plus de 50 ans, elle reçoit des courriers à mademoiselle…, car effectivement elle n’a jamais été mariée.

    Et sinon l’histoire du chef de famille ça me fait rire jaune… dans de nombreux formulaires il faut le remplir (profession du chef de famille par exemple) et bien je mets toujours la mienne et je me fait un plaisir de souligner que c’est moi le chef de famille, en effet l’appart où l’on habite est à moi et c’est moi qui paye pour la majorité des besoins du couple, ça fait bien rire mon copain, mais plein de fois ça a mis super mal à l’aise les gens qui remplaçaient les formulaires.

    autre expression juridique rageante, mais elle me fait trop rire c’est « en bon père de famille », ce qui veut dire que l’on apporte un soutien matériel et moral. Par exemple, ma mère, toujours mère seule etc a reçu chez elle une jeune fille pendant un an et dans le contrat qui la lie avec l’association il est écrit qu’elle s’engage à s’occuper d’elle « en bon père de famille »
    fou rire assurés…

  • #594 Hélène le 25 septembre 2008 à 19 h 00 min

    garancette sois la bienvenue ;-)

    L’expression « en bon père de famille » est en effet assez démente, d’autant plus qu’elle est utilisée dans toutes sortes de situations qui ne mettent pas forcément la famille en jeu : ainsi dans certains contrats de bail, le locataire s’engage à occuper les lieux « en bon père de famille », ce qui sous entend qu’il ne va pas cracher sur le tapis (ce que bien sûr un homme pas père de famille s’empressera de faire, comme chacun sait ;-))).

    1804 n’est vraiment pas loin de nous, hélas !

  • #595 Deilema le 25 septembre 2008 à 19 h 15 min

    Ah oui, habiter en « bon père de famille »… mais aussi « gérer en bon père de famille », « cultiver en bon père de famille », « apporter tous les soins et la diligence d’un bon père de famille »…
    Ca n’a rien à voir avec le féminisme, mais moi ce qui me fait toujours mourir de rire dans les baux, c’est la clause qui dit que le locataire doit habiter « bourgeoisement » les lieux…
    J’imagine toujours une armée de sous-préfètes habitant l’appartement ;))))))

  • #596 lor le 25 septembre 2008 à 21 h 17 min

    salut, vite fait en passant : il n’y évidemment aucune obligation « par défaut » de porter le nom du mari quand on se marie et aucune démarche expresse à effectuer si on veut garder son nom. Je m’étonne très fortement de cette affirmation (juridiquement erronée) dont je n’avais jamais entendu parler. Quand je me suis mariée, personne ne m’a forcé à m’appeler autrement, ni la banque, ni les administrations ni personne. Je ne l’ai signalé à aucun organisme (c’est intime le mariage de toute façon, non ?) à part la banque à l’occasion d’une question patrimoniale (ben oui ça a qq effets juridiques le mariage) qui a juste changé mademoiselle pour madame et point. Je précise d’ailleurs que dans l’administration où je travaille, il n’a jamais été question de changement de nom présupposé de la part des ressources humaines (pour l’adresse mail pro par exemple, ou les cartes de visite), comme quoi il n’y a pas des préjugés partout…
    Changer de nom, à mon sens, est complètement inconcevable, avec la même portée identitaire que si je ne m’appelais plus Laure. Vous vous imaginez changer de prénom du jour au lendemain ???!

  • #597 La Cuiller en Bois le 25 septembre 2008 à 22 h 14 min

    Sur les livrets de famille vous avez deux pages, l’une concernant l’époux, l’autre l’épouse et au dessus l’indication de la date du mariage
    Les individus soient nommés sous leur nom de naissance (leur seul nom en fait).
    Les livrets de famille sont des « extraits » d’actes d’état civil (acte de mariage puis actes de naissance des enfants, actes de décès ..) et ceux-ci sont établis sous le nom de naissance. Les variations d’état civil sont portés en mentions marginales (mariage, divorce, pacs, dècès et autres mentions légales) afin de connaitre précisément la situation de la personne, mais on ne raye pas son nom d’origine ! On ne fait que suivre son parcours.

  • #598 waffo le 25 septembre 2008 à 23 h 01 min

    Je tiens à rappeler que dans le cas où une femme prend le nom de son mari (ou les deux noms) qu’il s’agit toujours d’un nom d’usage et qu’il est tout à fait possible d’en changer ! Si ça vous prend de vouloir reprendre votre nom de naissance rien ne vous en empêche !
    Et effectivement, si vous ne prévenez personne, il n’y pas de raison qu’on vous appelle Mme NOMMARI :) (et les impots, c’est top, ils ont prévu une petite case à cocher pour avoir les 2 noms, enfin un truc de bien !).
    Par contre c’est pas mal de faire refaire sa carte d’identité pour avoir bien le MME mais bien MONNOMAMOI histoire qu’on croit pas que vous ayez oublié de changé de carte (c’est un peu ce qu’il m’arrive, faut que je m’en occupe avec leur « nouvelle » règlementation sur la tronche de cake qu’on doit faire sur les photos d’identité, ça me déprime…)

  • #599 speedy80 le 26 septembre 2008 à 9 h 39 min

    pfiouuuuu, incroyable, j’en reviens pas, j’ai tout lu!
    sacré débat en tout cas :)

    pour le moment, avec M. Speedy, c’est ni mariage ni enfants. on verra plus tard! mais après bientôt 8 ans qu’on est ensemble (et 5 ans de vie commune), les gens croient qu’on a fait le pas. et il m’arrive de recevoir des courriers du genre: Mme ou Mlle (je déteste!!!) Speedy NomdefamilledeM.Speedy
    le vétérinaire par exemple, le service des automobiles aussi (j’habite en Suisse). sur le moment je rigole mais après je suis du genre bien furax =) j’empoigne mon téléphone pour leur dire ce que j’en pense, non mais!

    sinon, le jour où on se marie (si ça se fait une fois!) ben je prendrais le nom de famille de M. Speedy. histoire de bien couper les ponts avec ma famille de tarés. je vois plus mes parents depuis plus d’une année, je respire, ça fait un bien fou! je vois ma sœur et mon frère, on s’entend bien les 3 et c’est très bien comme ça. d’ailleurs, ils seraient invités au mariage que mes géniteurs non. les histoires de famille c’est jamais facile à gérer. et changer de nom, faire partie d’une autre fratrie, dans ma situation ce serait l’idéal.
    mais là je suis un peu hors contexte, rapport à tous les commentaires que j’ai lus! sauf une ou deux filles dans la même situation :)

    question répartition des tâches ménagères, on s’entend très bien M. Speedy et moi! lui s’occupe des sols (aspi, eau et poussière) et de la cuisine. et moi de la salle-de-bain et la déco! il y a aussi le linge à mettre dans la machine, là c’est lui qui s’en occupe. moi c’est impossible de retenir ce qu’il faut mettre ensemble ou non… dans le doute je fais 40° et absta! le repassage on a laissé tomber depuis plus de 3 ans, marre de se coincer à l’intérieur pour ça. on a acheté des cintres pour faire sécher tout joli les chemises et t-shirts. et on évite certaines matières lors de nos achats :)

    pour la Suisse, au premier novembre on sera reconnu comme couple concubin. c’est après 5 ans de vie commune, et c’est que le début de la loi mais c’est déjà trèèèès bien! au moins pour les impôts ça ne change rien. car oui, chez nous, un couple marié paie plus d’impôts qu’un couple concubin. dingue non??!?

    enfin voilà, j’écris pas souvent de commentaires par ici mais je viens souvent vous lire :)
    merci à Yanjiao pour le thème et le débat suscité dans les commentaires!

  • #600 Albahaca le 26 septembre 2008 à 10 h 43 min

    Doux Jésus !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (587, 588)
    Y a t-il un linguiste ou un sémiologue dans l’avion pour sauver Willy ?????
    Non parceque c’est génial d’échanger des avis personnels différents dans le respect, (j’ai beaucoup appécié, franchement, sauf une seule remarque blessante) mais si on utilise des arguments contraires à des faits ou théories scientifiques avérées, ça n’est plus un débat.:-))

  • #601 Soeur Anne le 26 septembre 2008 à 10 h 54 min

    Quand même, j’ai l’impression d’être une néandderthalienne.

    pour Barbe-Bleue et moi, un seul compte commun !! On ne compte jamais qui paye quoi, puisque ce sont NOS sous. Mais oui, c’était mon compte perso avant, et ça m’a fait rager au maximum de me trouver en deuxième quand je l’ai transformé en compte commun.

    Géré par moi, qui m’occupe des impôts, des papiers et qui suis titulaire de la voiture, propiétaire principal de la maison etc..

    Quand à l’alimentation dudit compte, bah, ça dépend des années pour le plus gros contributeur.

  • #602 Moi le 26 septembre 2008 à 13 h 05 min

    Albahaca : UnE linguiste ou unE sémiologue serait pê plus facile à trouver sur ce blog… :)
    Tu as bien précisé que « pour toi, la langue est un art » (je ne cite pas, je retranscris de mémoire), je ne suis pas d’accord avec cette position, mais pour ce qui est de l’évolution de la langue, ça ne change pas tellement le débat, finalement

  • #603 Cécile de Brest le 26 septembre 2008 à 13 h 27 min

    @ Soeur Anne : t’inquiète pas , on est 2 femmes préhistoriques alors, parce que chez nous aussi, c’est compte commun. Et je n’imagine même pas faire autrement ;-))

  • #604 Albahaca le 26 septembre 2008 à 13 h 27 min

    Tu as raison, Moi : c’est ma position (avec des tas de conditions et considérations, on est d’accord. Et je ne parlais pas d’un bullerin de météo,:-)) et il y a beaucoup d’autres positions, visions, courants théoriques etc.tout aussi défendables.
    Mais sur l’évolutuon des langues, avec tout mon respect, c’est juste complètement faux ce que tu dis : « Par essence l’évolution de la langue ne peut pas être naturelle » , alors explique moi l’évolution des langues indo européennes…
    Je veux dire, tant qu’on est sur des visions personnelles, émotionnelles, comme ton sentiment de visibilité des femmes au travers de la langue, pas de problème, mais de grâce 4+3 ça fait pas 2, ça nous fait plaisir ou pas mais c’est comme ça.:-))

  • #605 Moi le 26 septembre 2008 à 14 h 06 min

    Albahaca : Ah, c’est le vieux débat ‘ »nature et culture/Inné et acquis » et je pense que tu as une vision beaucoup moins « structuraliste » que la mienne :)
    Donc, je ne vais pas t’expliquer l’évolution des langues indo-européennes, j’en serais bien incapable et tu as l’air de t’y connaître, on dirait bien une question piège ;)
    Je vais me contenter de développer un peu mon post : en gros, si on ne parle pas de la faculté à acquérir le langage, mais bien de la manère dont une langue évolue de manière collective, sachant la somme d’interaction entre les individu-e-s, les groupes sociaux, tous traversés par des histoires, des vécus et des savoirs (individuels et collectifs), l’évolution est forcément culturelle puisqu’à ce stade, le langage en transformation est un signifiant porteur de signifié, un outil de communication, donc, du « matériel culturel »… Telle est ma position ;)
    Cette question du langage comme « culturel » ou « naturel » est un vieuuuuux débat linguistique, pas une évidence.

    Et en passant, la question de la visibilité des femmes n’est pas QUE émotionnelle, c’est aussi politique, merci de ne pas réduire ma position à une simple question de sensibilité ou de sentiment.

    Mais cela dit, nous avions pas mal dévié du sujet initial. Donc je m’arrêterai probablement ici et je redis à Yanjiao qu’elle n’est pas toute seule ;)

  • #606 Albahaca le 26 septembre 2008 à 14 h 35 min

    @ Moi: Bien vu :-) je suis trop libre pour adhérer complètement au structuralisme ! Et le Relativisme Lingüistique fait toujours débat, effectivement. La langue n’est pas qu’une vue de l’esprit donc oui, si on en parle il faut aussi prendre en compte ses réalités. Toutes ses réalités. C’était bien une question pìège ! :-))
    Tu as raison ,c’est aussi politique, mais j’espère que personne n’a songé à faire des amalgames politiques au court de cette passionnante discussion.
    Je m’arrête aussi et te remercie pour tes précisions : je comprends mieux ta position, sans la partager :-)

  • #607 Moi le 26 septembre 2008 à 15 h 52 min

    Albahaca : Je trouve que les questions pièges manquent d’honnêteté et transforment les débats en lutte de pouvoir. Je trouve ça très vilain. Soit on avance à découvert et on discute, soit on piège le dialogue et ce n’est plus un débat, mais un combat. Dommage.

    (je me permets de l’ajouter parce que je trouve que ce genre de précision n’est jamais hors sujet là où il y a débat, quelle que soit la thématique)

  • #608 Hélène le 26 septembre 2008 à 16 h 01 min

    Et moi je me permets d’ajouter que si vous continuez à enculer les mouches en posant des questions piègse, ça va chauffer.
    Voilààààà ;-)

  • #609 Albahaca le 26 septembre 2008 à 16 h 44 min

    Désolée, j’avais crû voir un smiley.
    Désolée aussi Hélène, t’as raison quand ça tourne à l’en….de mouches vaut mieux arrêter.

  • #610 Poison Ivy le 15 octobre 2008 à 13 h 49 min

    J’avoue ne pas avoir lu tous les commentaires !

    Et je comprends entièrement l’exaspération de Yianjiao !

    Ou du moins… je la comprenais… Je me suis calmée avec ça désormais… sans doute parce qu’il m’arrive plus fréquemment d’entendre Mr MaFemme ces derniers temps que Mme MonMari…

    Rien à faire, les Gynécos n’utilisent que le nom de jeune fille… et c’est pareil pour tout ce qui est lié à la maternité (et paternité… ça, c’est moi qui rajoute par souci de parité…), que ce soient les médecins, échographes, généticiens ou psys !!!

    Du coup, je m’accomode beaucoup mieux des Madame MonMari et mon mari s’accomode de porter mon nom !!!

    et finalement, c’est sans doute ça la parité ;-)

  • #611 LATAPIE le 4 novembre 2011 à 21 h 29 min

    silvilechat:
    Je viens de lire avec stupeur la phrase de cette personne qui visiblement n’est qu’une PAUVRE DEBILE :
    « ..sans être une féministe, car mon ennemi n’est pas l’homme en tant que tel… »
    Drôle de conception du féminisme, qui en réalité n’est que la lutte pour la JUSTICE, pour que les femmes aient enfin leur place normale dans ce monde et ne subissent plus la diminution, l’humiliation et la souffrance dues aux discriminations et à la ségrégation.

  • #612 Belldandy le 5 novembre 2011 à 9 h 20 min

    Punaise ! Il est 9h03, je me suis réveillée vers 6h… Je viens de m’enfiler tous les com’ avec passion et grand grand intérêt ! Cette discussion était vraiment géniale ! :)
    Ce qui m’a frappée le plus, c’est la lutte entre l’individu, ses choix et son bien-être intimes et le collectif, ses convictions et ses principes pour un bien-être général. Certaines ont très bien exprimé la différence et l’harmonie possibles entre ces deux pôles (ce que je fais de ma vie selon ce qui me convient tout en considérant comme primordial l’idée que chacun puisse faire un choix différent), d’autres ont divisé ces notions en deux « clans »… Du coup ça fait réfléchir de manière fondamentale je trouve… :)
    Je ne suis peut-être pas très claire (n’ai pas eu tous mes cafés, toute captivée que j’étais :))
    En tout cas, merci à toutes celles qui ont commenté, il y avait beaucoup d’intelligence et de subtilité dans ce que vous avez dit, ça fait un bien fou ! :)

    LATAPIE: Je ne te cache pas que je suis choquée par la violence de ton commentaire, je suis d’accord avec ta vision du féminisme, mais insulter les autres ne me semble pas la meilleure façon de faire passer des idées vois-tu.

  • #613 Hélène le 5 novembre 2011 à 10 h 21 min

    LATAPIE: Belldandy a raison, ce n’est pas la peine d’insulter les gens pour s’exprimer.

  • #614 Apolonia le 27 mai 2012 à 18 h 48 min

    Je ne sais pas si c’est le bon endroit mais je voudrais vous faire partager mon indignation quant au slogan choisi par Sephora pour la fête des mères: « Les mamans aiment dépenser l’argent (des autres) » Depuis ce matin, je n’ai pas décolérée. Je ne pense pas que cela va me réconcilier avec cette fête , je refuse d’être assimilée à un être vénal parce que maman ou plus généralement femme!
    C’est peut être du vingt-cinquième degré mais ça montre que les clichés les plus éculés ont la vie dure.

  • #615 Hélène le 27 mai 2012 à 18 h 57 min

    Apolonia: c’est tout à fait le bon endroit, et je suis bien d’accord avec toi sur les clichés éculés.

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.