Mon rêve, mon utopie, par Héléna

9 mai 2012

o-toi-lectrice

« Tout a commencé en terminale, cette année, mon rêve le plus cher étant de devenir infirmière, je passe le concours d’IFSI (institut de formation en soins infirmiers), 2000 candidats les uns plus motivés que les autres, un niveau assez important. Je commençais a perdre espoir, nous y sommes allées à 4 filles de ma classe, je suis celle qui a les meilleures note du groupe (un petit espoir secret d’y arriver du coup)…

Pendant toute l’attente des résultats, mon cœur étaient en palpitations, je ne voyais que par ce concours, et puis l’annonce des résultats : la liste blanche arrive sous mes yeux et je lis en face de mon nom « éliminée » je pense que c’est à ce moment bien précis que mon cœur c’est arrêté de battre, que mon esprit c’est effondrée, et que bien sûr mon espoir s’est envolé…. Mon rêve le plus cher… L’annonce des résultats avec mes notes cette foi ci… 19/40 : à un point, un maudit point, qui a tout basculé….

Alors oui vu comme ça vous allez me dire que c’est pas la fin du monde et que j’en rajoute, mais pour moi c’est exactement comme ça, je ne m’en remet pas, l’impression d’être nulle, que je finirai au chômage, et que ma vie sera éprouvante… que je n’arriverai jamais à rien…

Mais au delà de mes sentiments il y a ceux de ma famille, qui ont toujours mis un gros espoir en moi en disant qu’Héléna y arrivera sans doute, et sans problèmes, j’ai pu voir dans les yeux de chacun la déception même si leurs paroles étaient plutôt du genre « c’est pas grave ne t’inquiète pas, c’est le premier… ». De voir leurs incompréhension face à ce résultat, n’a fait qu’empirer les choses…

De puis ce jour maudit, je fais que pleurer en pensant que je ne pourrais jamais devenir infirmière… Que les autres ont de la chance et sont meilleurs que moi, et ils y arriveront sans doute, EUX….

Je ne voit plus les petits bonheurs de la vie, je passe mon temps à avoir les yeux rouges…

Je ne sais plus quoi faire…Comment m’en remettre…

Mon copain et moi cela fait 3 ans que nous sommes ensemble, et je n’ai jamais connu ça avant ; ma vie se résumait a un tissus de mensonges (en ce qui concerne les mecs), ils ne m’ont jamais prise au sérieux et se sont beaucoup amusée, mais lui il est différent, il a toujours été là pour moi quoi qu’il arrive, le seul à pouvoir arrêter mes crises d’angoisse… Il m’a promis d’être toujours près de moi. Pour moi ce n’était qu’une utopie, et quand j’ai eu les résultats de mon concours, je me suis dit c’est fini celui là il va me passer entre les doigts, jamais personnes ne veut vivre avec quelqu’un qui a raté sa vie… la preuve il vient de me demander en mariage…

Malgré que ce concours m’a tuée, mon homme ma ressuscitée, ce qu’il ma dit, ce qu’il a fait pour moi, vaut plus que tout les concours du monde… C’est lui qui m’a remontée à bloc pour l’année prochaine… Sans lui je ne sais pas ce que j’aurais pu faire et si je serais là à vous écrire ceci… J’écris juste ma vie (ce qui n’est pas du tout mon genre) pas pour que vous voyez à qu’elle point j’ai le meilleur homme du monde, mais juste pour que les filles et les hommes comme moi qui n’ont pas beaucoup d’estime pour soi, regardent autour d’eux parce que la vie vaut le coup d’être vécue, et que quelqu’un croit en vous ; je vous le promets.

Encore aujourd’hui je ne sais pas se que je ferai de ma vie, mais je peut vous dire que si je décide d’épouser cet homme je serai heureuse !!!

Signé : Héléna »

53 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

53 commentaires

  • #1 LaMaline le 9 mai 2012 à 9 h 33 min

    Bonjour Hélena et merci pour ton témoignage.
    J’ai vécu exactement la même chose que toi il y a quelques semaines. Les résultats d’un concours, j’ai échoué à une mauvaise réponse, UNE…même si je sais que je pourrai certainement le retenter l’année prochaine, je me dis que remettre tous les oeufs dans le même panier encore une fois alors que j’étais si proche de passer à l’étape suivante, c’est vraiment trop injuste…et je sais donc tout ce que tu ressens. Tu as la chance d’avoir qqn à tes côtés qui croit en toi et qui te prouve que tu vaux qqche…ce n’est pas mon cas…enfin, j’ai ma famille mais ce n’est pas la même chose…
    alors bon courage pour la suite et bonne continuation! et félicitations aussi ;)

  • #2 Anne-Sophie d’Aïnhoa le 9 mai 2012 à 9 h 34 min

    Ton témoignage est très touchant… Cela arrive de ne pas atteindre un objectif qui nous tient à coeur et l’important effectivement est d’être bien entouré dans ces moments-là. Mais si je peux me permettre de te donner un conseil : n’oublie jamais qu’on ne se résume pas à ce qu’on réussit ou ce qu’on rate, mais plutôt à ce qu’on est., à la valeur qu’on a. Et je crois que les échecs sont aussi nécessaires pour avancer dans la vie et grandir…

  • #3 mary ze le 9 mai 2012 à 9 h 36 min

    tu me fais penser à un tit bout de femme que je connais, apprécie & aime …
    elle a râté plusieurs fois le concours pour être chorégraphe (et pourtant elle est douée …) mais malgré tout, elle surmonte sa déception et crois moi je sais combien elle est blessée à chaque fois mais tous les ans elle le représente
    elle qui pensait tout râter alors que le nouvel homme de sa vie réussit tout ( il l’aime et est ttjours présent pr elle …. avec lui elle sait ce qu’est le Bonheur) ) cette année elle a réussi le concours ifsi à nice … c’est dur mais elle s’accroche !!!!
    on ne sait pas encore si elle sera reçue (je le souhaite de tout mon coeur) mais on est là pr elle et si dans quelques yeux elle lit la déception, dans la plupart des autres, elle y voit de l’admiration & de l’amour pour ce qu’elle est ; UNE JEUNE FEMME PLEINE DE QUALITES ET DE VALEURS
    comme toi elle a à ses côtés 1 Homme avec 1 grand H qui a changé sa vie
    je lui souhaite le meilleur et à toi aussi

  • #4 Lau’ le 9 mai 2012 à 9 h 41 min

    Qui n’a jamais eu de rêve ?.. Nous avons tous un jour ou l’autre eu un rêve, le plus secret soit-il. Nous avons hélas, tous connu des échecs. Mais à 18 ans, la vie est loin d’être finie, au contraire, elle commence ! Échouer à un concours, cela arrive, et je pense que bon nombre de personnes ont déjà vécu cette situation. Que penser des étudiants qui repassent deux, voire trois fois un concours de médecine ? ou d’entrée à science po ou une école de commerce ? Ces personnes là ont passé plusieurs années à s’acharner pour réaliser leur rêve, alors non, je ne conçois pas qu’une personne, dès son premier concours, lâche les bras. Il faut savoir se relever et persévérer. Des concours pour devenir infirmier(e), il y en a plein, il ne faut pas se contenter d’un seul IFSI, il faut en passer plusieurs. Et puis beaucoup ne le réussissent pas du premier coup, alors au lieu s’apitoyer sur son sort, il faut prendre le taureau par les cornes et le repasser !

  • #5 Aude le 9 mai 2012 à 10 h 17 min

    Coucou Hélena,
    On a un point point commun, celui de devenir infirmière. Je sais à quel point c’est stressant ce genre de concours, j’en ai fait 3 dans différents villes de France. Deux d’entre eux on été éliminatoire dès l’écrit (je suis nul en calcul mais bonne en thèse donc çà n’a pas suffit pour compenser). Au début j’étais super déçu parce que l’un d’entre eux était dans mon département. Le second était plus loin et le troisième à l’autre bout de la France. Et c’est justement ce dernier que j’ai réussi à valider l’écrit de justesse. Ensuite j’ai passer mon oral que j’ai passer haut la main et qui m’a permis d’être dans la fameuse liste d’admission de mon IFSI. J’étais une quiche pour l’écrit je savais que s’était mon point faible mais je me suis rattraper avec mon point fort : l’oral.
    J’ai donc dû dire au revoir à ma famille, à mes amis pour partir accomplir mon rêve à 12h de route de chez eux. J’en ai pleurer mais çà m’a rendu plus forte et indépendante. Heureusement que j’avais comme toi un homme à mes côtés qui m’a suivit et supporter. Car une fois les concours fait il faut s’accrocher.
    Alors ne perd pas espoir pour ton rêve. Un concour c’est un concour il ne suffit pas d’être la meilleur mais dans les meilleur parmi d’autre meilleurs. Il faut s’accrocher et être persévérante comme toute infirmière ^^
    Bon courage à toi et plein de bonheur

  • #6 Cécile de Brest le 9 mai 2012 à 10 h 32 min

    Pendant longtemps j’ai préparé des élèves aux concours IFSI. Il faut en passer plusieurs, la première fois est rarement la bonne !
    Ne te décourage pas !

  • #7 Anne-Gaëlle le 9 mai 2012 à 10 h 37 min

    Bonjour Héléna,

    Ne te dévolorises pas parce que tu as échoué à ton concours ! Mes parents travaillaient tous les 2 en milieu hospitalier, et moi, j’ai travaillé 2 ans au SAMU de ma région, en qualité de PARM (Permanencière – Aide à la Régulation Médicale). Je n’avais aucun diplôme, mais j’adorais mon métier, même s’il n’était pas toujours facile ! Entendre, gérer la détresse des autres… Bref, j’me suis pris des drames dans la figure à longueur de journées, de nuits, de week-end et de jours fériés…
    Mais au final, ces 2 années m’ont appris à RELATIVISER et PROFITER de chaque instants !
    Aussi, quand j’ai claqué la porte du SAMU, c’était parce que je ne voulais pas imposer le rythme de vie que j’avais connu dans mon enfance, à mon petit garçon alors âgé de 3 ans. J’ai voulu reprendre une vie « normale », mais sans diplôme, c’était pas facile !!!
    J’ai fais une formation, pour devenir assistante de direction. Ca n’a pas été facile de reprendre des études à 30 ans, mais j’avais le soutient de ma mère, alors je me suis accrochée et j’ai obtenu mon BTS. Avoir un Bac +2 à30 ans, c’est ma fierté ! Je n’ai pas le BAC, mais seulement un BTS…
    Alors tu vois, tu as encore toute la vie devant toi pour réaliser ton rêve !
    Et puis,personnellement, je pense qu’on apprend beaucoup de ses échecs, quels qu’ils soient…. C’est ce qui nous rend plus fort, et qui nous fait avancer avec encore plus de détermination dans la vie.
    Alors si tu rêves de devenir infirmière, bats toi, afin de ne jamais avoir de regrets !

    Bon courage à toi.

  • #8 Jennifer le 9 mai 2012 à 10 h 48 min

    D’autres ont exprimé mes pensées : ne peux-tu pas repasser ce fameux concours l’an prochain et faire une année préparatoire en attendant ?
    Un échec est toujours difficile à encaisser, mais on a rarement un concours du premier coup. Ça fait aussi partie de la vie de se relever.

  • #9 Efabie le 9 mai 2012 à 10 h 58 min

    Ton témoignage est touchant et me touche car il fait écho à des choses que j’ai vécues.
    J’ai récemment passé un concours très difficile que j’ai raté et je sais qu’un échec n’est jamais facile à vivre, surtout quand il est la seule issue pour nous ouvrir une voie professionnelle. Moi aussi j’ai la chance d’être entourée par un homme aimant qui m’a encouragée et soutenue.
    Maintenant, sans vouloir te donner de conseil (prends le comme un simple avis, peut-être une piste de réflexion): c’est bien d’être entourée par des gens qui croient en vous, mais je pense qu’il faut aussi travailler la confiance en soi! Pour ma part, passer ce concours était un défi personnel. Je le passais avant tout pour moi, pas pour ma famille ou mon entourage: j’avais quelque chose à me prouver à moi-même. Il faut vraiment une force intérieure (qui se travaille) car un concours est aussi une épreuve psychologique!
    Enfin, n’oublie pas qu’un concours reste un concours donc avec une part d’aléatoire. Il faut persévérer: le travail finira par payer!
    Bonne chance pour la suite.

  • #10 tatite le 9 mai 2012 à 10 h 59 min

    Mais tu es toute jeune miss ! Si tu savais le nombre de choses qu’on espere, qu’on rate mais aussi qu’on reussit apres la terminale ! Ca fait un peu ‘la vieille’ qui parle, (j’ai 26 ans) mais louper un concours une fois c’est la norme, j’ai envie de te dire.
    Si tu y crois tu y arriveras ! Ma petite soeur est infirmiere et ce n’est pas tous les jours facile, il faut avoir de la determination dès le debut ! et s’accrocher, avec ou sans homme, d’ailleurs, il faut trouver la force en soi (là ça fait Yoda ok :))
    Le probleme de l’ecole jusqu’a la terminale c’est qu’elle ne nous prepare pas à tant de stress et de deception…ce qui vient apres le bac est bien plus difficile qu’au lycee ! et pourtant, on finit par y arriver quand on veut. Crois en toi surtout !

  • #11 Volte le 9 mai 2012 à 11 h 15 min

    Je comprends ta déception, l’échec n’est jamais simple… Mais tu adoptes la bonne strategie : voir ce qu’il y a de positif à côté

  • #12 Claudia le 9 mai 2012 à 11 h 48 min

    Jeune Hélène, un concours n est pas un examen, donc pas de DÉCOURAGEMENT, si ta volonté est d être infirmière, tu RÉUSSIRAS ce concours une année ou l autre. Mon torsioNNaire préfère (c est à dire mon Fils) a échoue au concours de l École du Louvre, à fait un autre cursus, est archéologue de formation, ce métier ne « nourrissant pas son homme » est désormais en thèse de doctorat de religions anciennes, la aussi, c était pas IN THÉ POCKET ! Donc, Z Y VA, recommence, TOUT est possible, crois en toi.

  • #13 Julie43 le 9 mai 2012 à 12 h 36 min

    Bonjour Héléna,

    Ne te décourage pas pour un premier échec (car apparemment jusqu’ici tout se passait bien à l’école, et tu n’as peut être pas eu l’habitude de l’échec ?) On ne joue pas sa vie sur un concours.C’est constructif aussi de se heurter à une difficulté, ça apprend aussi que tout n’est pas gagné, qu’il faut perséverer…. et tu peux être sure que parmi ceux qui te sont passé devant cette année, beaucoup avaient échoué une première fois et n’en était pas à leur premier essai.

    Je comprends mal ta phrase au sujet de ton copain « quand j’ai eu les résultats de mon concours, je me suis dit c’est fini celui là il va me passer entre les doigts ». C’est ça qui aurait été un comble, qu’il décide de rester avec toi ou de te quitter en fonction des résultats du concours d’infirmier !! Ubuesque comme situation. L’amour et les résultats d’un concours c’est quand même deux choses différentes, tu en conviendras. Tu le quitterais, toi, si il ratait un concours ?
    Ta personne est bien plus qu’une somme de résultats scolaires, alors aime toi pour d’autres raisons que tes notes ;)

    Retente ce concours l’année prochaine, et dis toi que l’année que tu passes à le préparer une seconde fois n’est pas perdue, il va se passer plein de trucs enrichissant cette année, et peut être que ce sera l’occasion de t’endurcir un peu.
    Car ce genre d’épreuve dans la vie il faut en surmonter plusieurs, que ce soit concours, examen, épreuve d’embauche, concours interne…. t’es pas au bout ! C’est finalement peut être une chance pour toi d’avoir raté ce concours cette année.

    Et si c’est trop dur, si tu n’arrive pas à te remettre de cet échec, si, comme tu dis, tu n’arrives plus à voir les plaisirs de la vie et que tu en vois pas comment t’en remettre, c’est peut être que le problème dépasse le concours, et alors à ce moment là, je ne saurais trop de conseiller de demander de l’aide.

    Allez, courage, accroche toi !
    Je t’envoie plein de pensées positives !
    :)

  • #14 Nikita le 9 mai 2012 à 12 h 41 min

    Coucou Héléna!
    Alors moi j’ai raté 2 fois le concours de fac de médecine, 3 fois celui d’infirmière. Et j’ai compris que mon destin était ailleurs! Aujourd’hui je suis en master de Biologie et l’an prochain je serais en thèse en neuroendocrinologie! Quoi qu’il arrive il faut toujours regarder devant soi! Et je peux le dire: aujourd’hui je n’ai aucun regret!
    Voila! Si c’est ton destin de faire ce métier alors tu y arriveras!
    Bon courage et bonne chance!

  • #15 Carolyne le 9 mai 2012 à 13 h 26 min

    un échec est toujours dur à encaisser mais si c’est ton rêve donnes toi tous les moyens pour y arriver surtout avec un homme à tes côtés pour t’encourager.
    mes nièces (des jumelles) ont été dans le même cas que toi il y a 4 ans. la rentrée suivante elles étaient en prépa puis ont passé plusieurs concours qu’elles ont eu in the pocket, cette fois elles n’avaient que l’embarras du choix.
    Alors vas-y fonces

  • #16 Hélena le 9 mai 2012 à 13 h 38 min

    Merci beaucoup de vos commentaires aujourd’hui avec le recul je me rend compte que ce n’est pas grave et que l’année prochaine j’irai remontée a bloc!!! ^^ merci bcp pour tout vos encouragements et vos pensées positives sa me touche enormement!!!
    Je me rens compte aussi de la chance que j’ai d’avoir cet homme a mes cotés…
    Encore merci =)
    Héléna.

  • #17 Lise le 9 mai 2012 à 13 h 42 min

    Moi aussi je suis en terminale, et j’ai deux amies qui ont aussi passé le concours. Elles ne l’ont pas eu non plus! De toute façon ne te décourage pas, très peu l’obtienne directement après le bac. Ce que je ne comprend pas, c’est pourquoi tu ne fais pas un an de prépa (qui te prépare au concours). Pour te rassurer, sache que très peu sont admis directement après le bac (infirmière, assistante sociale..), c’est pour sa que ces prépas existent! Elles te préparent au concours , et la le taux de réussite peu varier selon les métiers. Sinon, 2e conseil passe le concours dans plusieurs villes !! Il ne faut pas le passer juste dans ta ville (imagine t’es a paris ou toulouse, c’est super chaud).
    Juste ne sois pas désespérer pour autant, mon amie, qui veut également devenir infirmière, va intégrer une prépa a toulouse l’année prochainen et je pense (j’espère!) qu’elle réussira finalement le concours .

  • #18 Pauline le 9 mai 2012 à 13 h 49 min

    Ah, la dure loi des concours… Ton témoignage me parle tout particulièrement car je sors de deux intenses années de prépa au concours d’orthophonie. En moyenne 1500 candidats pour 30 places, autant dire que la sélection est rude. J’ai essuyé près de 20 réponses négatives durant ces deux années. Et là, début avril, j’ai appris avec joie ma réussite à l’écrit d’une ville. J’accède à l’oral, où je devrais encore faire mes preuves. Il est indispensable de rebondir, j’ai hésité à arrêter après ma 1ère année de prépa et puis, avec le soutien de mes proches, j’ai persévéré. Et mes efforts paient aujourd’hui. Ne considère pas ce recalage comme un échec, mais sers toi en pour rebondir. Tu as maintenant une idée précise du contenu du concours, à toi de cibler tes révisions. Accorde toi une année de préparation, qui ne te seras que bénéfique, j’en sais quelque chose. Ma 1ère année de passation de concours m’a permis de gérer mon stress, d’avoir une idée bien précise du contenu des concours, de mûrir mon projet pro, d’acquérir des méthodes de révision plus efficaces. C’est le propre d’un concours de se battre, de défendre sa place en formation. Même dans le métier d’infirmière, que tu exerceras sûrement un jour, cette qualité de persévérance seras, je pense, très utile. Alors retente les concours l’année prochaine, ne lâche rien. Et profite du soutien de ton homme, indispensable dans cette période de ta vie. J’ai également un soutien moral inébranlable de mon amoureux et de ma famille, qui n’ont cessé de croire en moi. Sans cela j’aurais, je pense, abandonné dès la 1ère année. Bats toi pour réaliser ton rêve, ça vaut le coup…

  • #19 Popine le 9 mai 2012 à 14 h 08 min

    Et bien dis donc, je me revois 4 ans en arrière lorsque je passais les concours d’orthophonie. Un seul point commun à tous ces concours, un seul mot: ECHEC.

    Est-ce pour autant que j’ai baissé les bras ? Non ! Il faut du courage c’est vrai, mais si tu sens que c’est vraiment ce métier que tu veux faire, alors ne ferme pas les portes qui te sont ouvertes. Présente toi à plusieurs (même bcp) de concours, vise d’autres villes, même si tu penses ne pas pouvoir partir de chez toi.

    Je suis partie en Belgique réaliser mes études pour pouvoir ensuite réaliser mon rêve. Je suis en dernière année de master, je vais présenter mon mémoire et quand j’y repense, ces années sont passées très TRES vite !! Et ne crois pas que ça a été facile de partir: je laissais ma famille, mes amis, mais surtout mon copain. Un an que nous étions ensemble, je partais déjà loin de lui. Nous avons vécu 4 ans loin l’un de l’autre, mais la distance n’a pas été un frein dans notre couple.

    Je rentre dans un mois, nous allons enfin vivre ensemble, et je serai diplômée. 2 rêves au même moment, quoi demander de plus ? ^^

    Vraiment, vu ce que tu dis par rapport à ton couple, même si tu dois partir pour faire tes études, fais le. Tu risques de le regretter plus tard sinon.

    Courage ! et ne baisse pas les bras. Et juste une dernière chose: il n’y a qu’une seule personne qui peut croire en toi: toi ! N’écoute pas les autres, pense à ce que tu veux dans la vie, où tu veux aller, qui tu veux devenir, quels sont tes buts. Et au bout, ça sera une victoire personnelle.

    Bonne journée !
    Pauline

  • #20 Suzie le 9 mai 2012 à 14 h 33 min

    IDE moi même, je comprends ton désir d’exercer ce métier; tu ne peux pas baisser les bras maintenant, fais une année de préparation et repasse ce concours!
    Je connais quelqu’un qui comme toi l’a tenté, 3 fois déjà, elle va recommencer!
    Ta déception est normale, tu dois transformer ton échec en expérience…
    Courage!

    Suzie

  • #21 Petite fofolle le 9 mai 2012 à 14 h 45 min

    On n aime pas les gens pour ce qu ils FONTmais pour ce qu ils SONT Héléna….
    Ton ami, ton amour, t aime vraiment quoi qu il arrive…. C est beau tout ça!
    Profite ma belle, la vie sans amour (et Make up !) c est quoi au juste ?

  • #22 CaroS le 9 mai 2012 à 14 h 56 min

    Héléna,

    Comme beaucoup d’autres témoignages, je vais te dire de ne pas te décourager!! et je voudrais aussi te féliciter d’avoir choisi ce métier car c’est une réelle vocation! Je ne suis pas du tout dans cette branche mais j’admire cette profession qui demande une grande patience et une grande ouverture d’esprit. Tu as une chance énorme d’avoir une solide relation qui avec ta volonté t’amènera au succès!! COURAGE ET PERSISTE! Bravo!!

    Caroline

  • #23 LN… le 9 mai 2012 à 15 h 04 min

    Bonjour héléna,

    ce que tu écris m’a beaucoup touchée parce que j’ai eu l’impression de me retrouver dans ton histoire. ce n’est pas facile de se projeter en terminale pour après le bac et lorsqu’on a toujours réussi ou qu’on a rencontré aucune difficulté, la première est toujours lourde à accepter parce qu’on a pas l’habitude. De plus, ton concours t’a paru très important parce que pour toi c’était une utopie, et que le regard de ta famille compte beaucoup pour toi.
    je vais me permettre de te dire certaines choses, bien que nous ne connaissions pas, parce que c’est ce que j’aurai aimé entendre et que ça pourrait t’aider:

    -ta famille s’est simplement rendue compte que tu étais un être humain, et un être humain rencontre des obstacles. Comme c’est le premier pour toi, je pense que c’est plus de la surprise qu’ils ont éprouvé plutôt que de la déception

    -tu as vécu la dure loi des concours, et je comprends que cela puisse être douloureux. MAIS: le concours d’infirmière, tu peux le passer plusieurs fois et à plusieurs endroits différents pour augmenter tes chances. Si c’est vraiment le métier que tu souhaites exercer, fais preuve de ténacité, tu n’en seras que plus fière plus tard.

    -ne te définis pas uniquement à ce qui s’est passé. tu n’es pas qu’une jeune femme qui a manqué ce concours de peu. Plus tu resteras focaliser dessus, plus ça sera difficile de surmonter l’épreuve.

    -le fait que tu ne t’en remettes pas et que tu pleures beaucoup me fais penser que tu fais peut-être un BURN OUT. fais des recherches dessus ou demande à ton médecin. ne t’inquiète pas c’est bénin mais difficile à vivre et il faut du temps pour s’en remettre. je te déconseille de prendre des médicaments pour le soigner, mais plutôt d’en parler à un psychologue et de faire beaucoup de sport (tu comprendras en faisant des recherches).

    bon courage,

    LN…

  • #24 Pauline le 9 mai 2012 à 16 h 10 min

    Popine:
    Je m’appelle aussi Pauline, et je suis aussi passée par la case concours d’orthophonie! (cf mon commentaire juste au dessus) Bravo pour ta réussite en Belgique, moi j’espère intégrer une école à la rentrée :)

  • #25 LILI le 9 mai 2012 à 16 h 46 min

    ah sacré concours, c’est pas toujours facile! mais dit toi que cela n’est rien à coté des 3 an d’études d’infirmière, une fois le concours en poche tout n’est pas gagné…il y aura des hauts et des bas, donc ne t’inquiète pas. Tu vas réussir si c’est ton reve! le concours c’est rien, tu verra dans qq années.
    bon courage

  • #26 Hélène44 le 9 mai 2012 à 18 h 11 min

    Héléna, je comprends ta déception.. mais si tu le peux, profites des mois qui viennent pour faire une prépa qui t’aideras pour le passer l’année prochaine.
    J’étais secrétaire médicale, et j’ai fait cette prépa qui m’a bien aidée à obtenir le concours… à 28 ans ! Toi tu es toute jeune, et tu as toute la motivation nécessaire, alors ne perds pas espoir, le plus beau est devant toi.
    Et puis avoir un homme de cette envergure à tes côtés, ce n’est pas donné à tout le monde, tu as une chance incroyable ;-)
    Bon courage !

  • #27 sandra le 9 mai 2012 à 18 h 55 min

    Coucou Héléna, je me retrouve un peu dans ce que tu dis. L’année dernière j’ai raté médecine à une cinquantaine de places, et je n’ai pas tout de suite réalisé. Le contre coup est venu plus tard, étant donné que c’était ce que je voulais faire par dessus tout! Mais bon j’ai réussi à rebondir grâce au soutien de ma famille ce sont les seuls qui m’ont comprise (pas d’homme dans ma vie ;)), mes amis ne comprenaient pas ce que ça représentait pour moi. Je me suis réorientée, une année de plus n’aurait pas été soutenable, au risque de ne rien avoir une fois de plus! Je suis vraiment contente que toi aussi tu aies pu remonter la pente, et je te souhaite le plus heureux des mariages, et un concours ni un métier ne résument pas une vie, sûrement pas!

  • #28 lenalem le 9 mai 2012 à 19 h 16 min

    Coucou Helena,
    Si tu savais a quel point j’ai pu me sentir concerné par ton témoignage…
    Alors je vais te répondre comme j’aurai voulu pouvoir me répondre à cette époque là.
    (J’aimerai tellement avoir le don de pouvoir parler à mon MOI du passé pour la rassurer) je ne sais pas si c’est très clair.
    J’ai raté l’école du Louvre à 1 point, un malheureux point et j’avais l’impression que mon avenir s’effondrait et que je serais une nullarde à vie… Or je comprends aujourd’hui que sans cet échec je ne serai pas ce que je suis aujourd’hui. Je me suis démenée pour faire des supers stages, pour faire une école en marché de l’art, je suis partie sac à dos sonner aux portes de galeries aux USA pour faire des stages.
    Je me suis bougée et là j’ai un job que j’aime beaucoup dans le patrimoine de maison de luxe.
    Je fais des expos partout dans le monde. Et ma vie va surement encore changer.
    Les echecs te forment souvent plus que les réussites, tu verras :)
    La vie est longue, elle est belle et surtout tu es la chose la plus précieuse de ta vie.
    Même si je ne doute pas que ton compagnon est extraordinaire, mais n’oublie pas que c’est toi toute seule qui grandit et qui te forme. Tu es ta priorité… et si tu le veux tu réussiras, autrement que selon tes plans de départs mais tu réussiras…
    En fait la leçon est que dans la vie, y a pas de plans prédéfinis….
    Je t’embrasse très fort

  • #29 Belldandy le 9 mai 2012 à 19 h 23 min

    Bonjour Héléna !
    Déjà je suis bien contente de la fin de ton message, parce que j’avais le cœur lourd pour toi à te lire avec autant de chagrin face aux résultats de ce concours. Se savoir aimé(e) pour de vrai (par un ou une amoureuse, de bons amis ou n’importe), sans attentes ni conditions mais tel(le) qu’on est, c’est une vraie bénédiction qui permet d’avancer. :)
    Mais tu le dis, même si tu te sens un peu regonflée, cette histoire t’a sérieusement ébranlée dans tes certitudes, ta confiance et ta vision de l’avenir, ce qui est bien compréhensible.
    Alors j’ai juste envie de te dire qu’à mon avis PERSONNE n’avance en ligne droite dans la vie (ou ceux qui le croient n’ont peut-être pas avancé tant qu’ils le pensent ou que nous le supposons à les regarder de l’extérieur :)
    Moi j’ai l’impression que les revers (ce qu’on a tendance à appeler des échecs) sont des étapes primordiales pour arriver à bon port (même si le port en question n’est pas toujours celui qu’on aurait cru au début :)
    Juste après le bac, moi comme tous mes amis, mes connaissances, on s’est TOUS plantés à un moment (orientation, ne plus être aussi bon qu’avant face à d’autres etc…)
    On a TOUS connu le regard gentil mais incrédule de la famille (faut s’en débarrasser hein de ce poids de l’espoir très bienveillant qu’on met en nous, l’époque est quand même nettement plus dure et ça donne une impression de décevoir qui n’est pas juste… C’est long, mais il faut s’en débarrasser moi j’dis ! :)
    On a TOUS bifurqué, recommencé, douté, chuté, et pis tout à coup on a TOUS fini à notre place (celle qu’on avait décidé au début, ou une autre, ou celle à laquelle on avait renoncé).
    Bref, ce que je veux dire c’est : félicitations, tu viens de passer la première étape qui te mènera là où tu seras bien (par ténacité, revirement ou hasard, peu importe), c’est douloureux pour le moment, mais à 1 point déjà ce n’est pas se planter, c’est manquer de chance, tu n’as pas à te sentir nulle, au contraire, tu peux être fière de toi, et dis-toi bien que tu ne peux pas être ailleurs que sur un chemin, le tien. :)

    PS : J’aurais pas un peu un ton de gourou-shaman-karmique dans ce comm’ moi des fois dites-donc ? :)))

  • #30 Paloma le 9 mai 2012 à 19 h 46 min

    Ne t’inquietes pas tu ne va pas rater ta vie parce que tu as echouee a UN concours.Tu n’en a passe qu’un?dans quelle ville?Les resultats dependent aussi de la ou tu passe ton concours,dans une petite ville moins demandee tu aura surement plus de chance de l’avoir.Je comprend que tu sois tres decue d’avoir echouee mais tu peux le repasser et malheureusement ce ne sera surement pas le seul echec de ta vieJe te souhaite de tout coeur de retenter ce concours et de l’avoir pour devenir infirmeire comme tu le souhaite.Je te souhaite tout le bonheur du monde avec ton homme et tu va y arriver tu va l’avoir ce punaise de concours l’an prochain et dans 4 ans tu reviendras ecrire ici que ca y est tu est infirmiere!!!Courage

  • #31 LOUPIOTTE le 9 mai 2012 à 20 h 13 min

    Bonjour,

    A la quarantaine, je me suis remise aux études et j’ai passé 3 fois un concours, du découragement des doutes comme face à tout concoursj’en ai eu mais j’ai finalement eu le concours et je suis professeur des écoles. Il ne faut pas lacher le morceau, tout ce que tu as appris ne doit pas s’envoler , il faut conserver ses acquis et se présenter à nouveau. La persévérance et les efforts paient toujours et puis tu as déjà l’expérience de l’avoir passé une fois, c’est un stress en moins et une connaissance en plus ( le déroulement des épreuves, la gestion du temps etc… par rapport aux nouveaux candidats. Bonne continuation.

  • #32 Tábatha le 9 mai 2012 à 20 h 26 min

    Je vous souhaite Beaucoup de LUMIÉRE, COULEURS et BONNES choses .
    En vous lire, j’etais touché par votres mots.
    Je reconnu aussi la chance qu’on as a la vie, quand on retrouve notre âmesouer…
    (Pardon les fautes orthographe)
    Muitos beijos aqui do Brasil!

  • #33 Marina le 9 mai 2012 à 20 h 59 min

    Revise l’exam ou inscrit toi en prepa…Rien de bien grave

  • #34 Autumn le 9 mai 2012 à 21 h 13 min

    Votre honnêtee est touchant; et je crois que beaucoup des commentaires ont déjà adressée le cote pratique de votre métier et ce système de concours, alors je voulais juste dire (un peu mal parce que je ne suis pas française) les choses qui m’aide a regarder et penser « plus large et plus loin et plus bien » face aux choses difficiles, si jamais ça peut aider un peu.

    Je crois que les « échecs » et la « réussite » (les deux cotes du même médaille) sont mis en place pour une raison, et ça deviens claire au fur et au mesure (et parfois en éclair :)) »pourquoi » les choses se passent comme ils se passent. C’est un processus a vivre, et sers a connaître mieux soi-même (qui est souvent douloureux, ack! on le sait tous!) mais on en sortent plus éveillées.

    Les rêves nous conduisent, mais on connais pas forcement le chemin qu’ils vont prendre. Parfois il faut tenir bon, et essayer au maximum de rester ouverte d’esprit et d’avoir confiance que il y a tout ce qu’il faut dans nos vies pour pouvoir d’avancer entièrement, meme si on connaît pas forcement le comment, ni l’ou ni le quand! Si ce n’est pas en toute évidence, il suffit souvent juste de creuser un peu, et d’ouvrir grands les yeux. Quand ca ne vas pas, je trouve que d’apprécier les « petits (grands) choses » et un pas important pour pouvoir relativiser aussi, et de bien vivre les choses en générale.

    Ce n’est pas un petit chose, mais peut-etre vous auriez jamais su reelement de quoi votre homme et vous etaients faites, comme couple, si vous n’aviez pas a affronter vous-meme avec cette « echec. » C’est une chose profondement rassurant, j’imagine.

    Il y a un plus grand rêve- que vous pouvez peut-etre meme pas encore imaginer! -qui arrivera a etre réalisée grace a cette « échec ». D’y penser aide a rester sereine…. C’est aussi joyeux, quand on voit comment les choses se mettent en place, la vie est tres drole parfois! Je ne me permets pas de vous dire ce qu’il a le mieux a faire, mais je trouve que de permettre d’etre heureuse, aie confiance en vous-même, de suivre votre cœur, et vos rêves :):) aide beaucoup :):) Je vous souhaite une tres bonne continuation :)

  • #35 Malou le 9 mai 2012 à 21 h 19 min

    Hello !

    J’ai moi même passé par un échec lors de ma première année de droit : moi qui croyais tellement en mes capacités après le bac ! Ce fut un vrai choc surtout que je n’avais que 30 crédits sur 60. Résultat j’ai dû recommencer ma première année pour seulement la moitié du programme.
    Je n’avais pas la chance d’avoir quelqu’un auprès de moi à ce moment là alors j’ai dû puiser dans mes ressources et une formation militaire pendant l’été m’a montré que je pouvais arriver à quelque chose dans ma vie !
    Du coup j’ai mis les bouchés doubles et me suis fixé pour objectif de ne jamais plus aller en session de rattrapage ! Finalement cet échec m’a donné un coup de booste et j’ai brillamment réussi mon cursus universitaire et j’ai pu faire le Master 2 que je voulais (20 places pour 200 candidats).

    Prend cet échec comme un nouveau départ et avec l’amour de ton compagnon tu atteindra à coup sûr ton rêve, je n’en doute pas !

    Bon courage ! Tu vas y arriver et tu as toute la vie devant toi !

    Bonne soirée

  • #36 La Boule ( pseudo) le 9 mai 2012 à 21 h 30 min

    Chère Héléna, comme beaucoup je me suis reconnue dans ton histoire, l’homme en moins (je refuse d’exister par et pour eux, mais ça, c’est une autre histoire!!)
    Tu dis avoir lu de la deception dans le regard de ta famille, ce n’était probablement pas toi qui les décevait mais bien eux qui étaient déçus pour toi, et c’est différent. Il n’y a rien de pire qu’un concours: on a beau travailler beaucoup et régulièrement, ce n’est pas une certaine note qu’il faut viser mais bien être meilleur que les autres pour valider… chose que la famille ne comprend pas toujours et en face, nous , nous souffrons , les « tu as toujours tout validé » « tu travailles beaucoup ça va marcher, ne t’en fais pas » tombent à plat et en plus nous font penser tels Calimero que personne ne nous comprend et que ce monde est trop injuste…
    Courage, ne baisse pas les bras, il te faut multiplier les concours, c’est lourd, pénible mais comme pour tous les concours, il suffit qu’un sujet t’inspire plus qu’un autre et tu seras plus à l’aise pour gagner les points qui te placeront dans le peloton de tête.
    J’ai passé des concours, en ai raté un que j’ai travaillé …4 ans, j’étais dévastée …et au final je pense que la vie m’a rendu service, je n’étais pas faite pour la spécialité que je visais, je me serais détruite à petit feu si j’avais persevéré dans cette voie. Les choses n’arrivent parfois pas pour rien, si par malheur tu devais échouer encore, repenses y et surtout ne relie pas ta valeur humaine/professionnelle à un concours ; des pourris sans noms ont validé haut la main des concours prestigieux, ça n’a rien changé au fait qu’ils sont pourris…et des gens travailleurs, consciencieux, motivés, investis ont échoué à ces mêmes concours qu’ils méritaient de remporter. Ils ont rebondi et fait de leur vie un truc bien .
    Courage Héléna accroche toi , et surtout n’accorde pas au regard des autres sur toi même plus d’importance que le tien : tu n’es pas bien car un homme bien t’accompagne, tu es bien parce que tu es bien et il s’en rend compte l’heureux veinard du coup il en bénéficie! les accidents de la vie, les échecs sont là aussi pour nous faire avancer.

  • #37 didou le 9 mai 2012 à 21 h 52 min

    bonsoir,
    ce soir je suis sur mon mémoire (ou TFE pour travail de fin d’étude) pour l’IFSI. J’espère être diplômée le 13 juillet prochain. Vois-tu, je vais avoir 36 ans: attention, c’est pas vieux :D, et je prends soin de moi (je lis religieusement ce blog, et d’autre, quotidiennement) et des autres. Tout ça pour te dire que c’est une reconversion professionnelle me concernant, et que j’étais pas du tout dans ce milieu avant. Alors, je souhaite te donner un conseil: repasse le ce concours, tu peux le faire. Un échec n’est pas l’échec de sa vie. bosse un peu plus, instruit toi des faits d’actualités, etc …. et ça va le faire.
    Bon courage.

  • #38 tartinobeurre le 9 mai 2012 à 21 h 57 min

    Bonsoir Héléna!
    Je t’écris ce petit mot pour t’encourager… à persévérer!!! Je pense que plus tu avanceras dans la vie et plus tu te rendras compte que rien n’est acquis, et qu’il faut se battre, persévérer et tout donner avec sincérité pour arriver là où l’on souhaite!
    Étant infirmière depuis 2008, mon parcours est un peu le même que le tiens : 1er concours infirmier raté (tests psychotechniques… j’ai tout décalé dans les petites cases à noircir, donc tout faux!) pourtant j’étais bonne élève…. Pour mettre toutes les chances de mon côté, j’en ai passé plusieurs l’année d’après, en travaillant sur une année de fac d’histoire, qui m’a passionnée… mais qui me permettait surtout de ne pas tout arrêter un an!
    Concours réussis cette fois, mais dis toi que c’est là où le plus dur commence!! Les études pour être infirmière sont accessibles si l’on travaille correctement ses cours et sa pratique, mais c’est psychologiquement très dur, et c’est là où je te conseille de t’armer! Les miennes ont été géniales car j’y ai rencontré des personnes formidables mais le monde du paramédical n’est pas toujours le plus empathique comme on pourrait le croire… Aujourd’hui, j’adore mon travail, et je suis fière d’avoir parcouru ce chemin parfois semé d’embuches!
    Pour te remonter le moral, je te dirai que tu dois profiter de cet échec pour mûrir : à 18 ans, il n’est pas toujours évident d’avoir la maturité pour ce genre d’études. Une année de plus ne pourra t’être que favorable, crois-moi!!
    Je te souhaite plein de courage et de réussite!

  • #39 Mina le 9 mai 2012 à 23 h 26 min

    Je connais ce sentiment, ou du moins je m’en approche : je suis en PACES, résultats du 1er semestre, moi qui croyait au moins être dans le numérus clausus, non, il me manque 150 places. Alors là, bientôt le 2e concours, celui qui diras si je vais devenir médecin, pharmacienne, ou si je vais retaper, il est plus difficile mentalement, mais il faut travailler jusqu’au bout, rien n’est perdu, on ne peut que s’améliorer.

    Je te conseille d’ailleurs de t’inscrire en PACES, c’est une année qui prépare bien à l’IFSI, ainsi qu’à d’autres études pour devenir professionnels de santé ou travailler dans le paramédical.
    Evidemment, l’idéal étant de la passer dans une ville où il y a une bonne ambiance. Personnellement je suis à Poitiers et je m’y plais bien, les 2e années notamment nous aident beaucoup, la fac est agréable (c’est un nouveau bâtiment) et le doyen encourage les associations étudiantes.

    Ne perds pas espoir, il existe beaucoup de façon d’arriver à faire ce qu’on veut maintenant, d’autant que tu as choisi une voie où le chemin est défini et plus claire.

    Bon courage, et surtout, pense bien que ce qui compte, c’est le travail que tu fournis maintenant : c’est la base pour réussir, et tu ne peux que t’améliorer!!!

  • #40 Carine le 10 mai 2012 à 0 h 50 min

    Chere Héléna,
    avoir un rêve c’est déjà quelque chose d’énome. Savoir ce que l’on veut faire dans la vie, ce n’est pas donné a tout le monde, crois moi.
    Je ne peux que comprendre ta déception d’avoir échoué au concours d’entrée a l’IFSI. Mais sache qu’il faut toujours garder espoir. Tu peux faire la prépa au concours, et le repasser, ainsi que passer plusieurs concours de ta région (s’il y en a bien sur).
    Ca fait maintenant 4 ans que je suis infirmière, et c’etait pour moi une évidence. Alors je me retrouve beaucoup dans ta ferveur, ta volonté d’y arriver. Continue a rester ainsi, et je te souhaite de tout coeur de réussir, et de devenir une future professionnelle de santé.

  • #41 laory le 10 mai 2012 à 9 h 43 min

    Héléna, dis toi que si tu as échoué c’est que cette session n’etait pas pour toi…je sais ça va pas te consoler de suite mais ça peut aider…
    je suis infirmiere depuis 18 ans et comme toi j’ai echoue a mon premier concours!
    ça m’a permi de voir a quoi m’attendre pour l’annee suivante!
    resultat l’annee d’apres j’ai été reçu aux 3 écoles que j’avais convoité et c’est moi qui ai eu le plaisir de choisir mon école favorite!
    une petite année d’attente avec l’homme que tu semble chérir passionnement tu verra se n’est pas si long!
    de même ces 3 ans a l’ifsi qui seront evidement semés de doutes ,de peur (la vie veut ça) mais de si belles rencontres et de bouleversement de ton etre profond (dans le bon sens)
    ps: quand je me relis j’ai l’impression d’avoir fait l’ecole des bonnes soeurs et que je preche la bonne parole…non pas du tout l’ifsi est loin de tout ça!!!
    patiente Héléna si c’est vraiment ton destin une année que tu ne verra pas passer!
    courage!

  • #42 Aurélie le 10 mai 2012 à 9 h 49 min

    Ne perd surtout jamais espoir! Je suis passée par là aussi, j’avais passer plusieurs concours d’entrée en ifsi l’année derniere après une année de prépa les premiers resultats était toujours ce fameux  » éliminé » à côté de mon nom. 2 semaines sans vouloir voir personne à remettre en question tous! Puis est arrivé le dernier resultat d’une ville positif , l’oral réussi, je suis accepté dans cette école qui ne me disais pas vraiment au début. Finalement je suis à la fin de ma 1ere année et cette école , cette nouvelle ville je ne les échangerais pour rien!
    N’hésite pas à passer plusieurs concours surtout dans des petites villes il y a moins de monde au concours et après tu n’est pas anonyme dans un amphi avec 200 personnes autour pendant les cours!
    Même si pour le moment ce concours te semble impossible tu verra tout est posible dans la vie tu verra le  » admise » sur cette fichu fiche. :)

    Pleins de courage future esi :)

  • #43 MORTELECQ le 10 mai 2012 à 16 h 00 min

    Héléna,

    Je suis infirmière puéricultrice et j’ai 30 ans. Lorsque j’ai passe le concours pour rentrer à l ifsi en 2005, je venais de finir ma prepa. Évidemment cela m a beaucoup aidé.
    L’une de mes amies, n’a pas fait cette prepa et elle a passé le concours
    4 fois avant d’y arriver. Maintenant, elle est infirmière et travaille en radiothérapie.
    Elle en a bavé mais elle a fini par réussir.
    Sache que sur Paris il y a plus de places qu’en province et qu’en multipliant les concours tu augmentent tes chances.
    Je ne peux que te souhaiter bonne chance…

  • #44 Regardeleciel le 10 mai 2012 à 16 h 13 min

    Bonjour Héléna,

    Je suis IDE depuis presque 11 ans. Ne pense pas une seconde que parce qu’avoir échoué à ce concours est une preuve de ton incompétence ni même incapacité à être infirmière.
    Malheureusement, tu as subi la dure loi du concours et beaucoup d’entre nous on dû le retenter plusieurs fois pour l’obtenir.
    Si c’est ton rêve de devenir IDE, accroche toi ! Tu verras que de toute manière pour exercer ce métier la motivaton est en première ligne !!!
    Reprépare toi dès maintenant pour rester dans le rythme ! Je te souhaite beaucoup de reussite et tu verras que même si c’est un métier difficile parfois, il procure aussi de grandes joies !!!

  • #45 Héléna le 10 mai 2012 à 16 h 29 min

    Aller ,entre Héléna on se soutient!!:)

  • #46 misskikaw le 11 mai 2012 à 9 h 58 min

    P’tit post pour te dire que comme toi j’ai passé un concours que j’ai eu au bout de la 4ème fois
    à chaque échec j’étais effondrée car je voyais des gens autour de moi qui l’obtenait sans pour autant y avoir donné toutes leurs tripes (comme moi) mais je me suis accrochée car c’est vraiment ce que je voulais et je me suis jurée de l’obtenir un jour quoiqu’il arrive

    Pendant 4 ans je me suis stressée la vie et pourri l’existence, je ne vivais QUE concours et me suis coupée de tout, j’étais fin stressée MAIS malheureusement je n’avais PERSONNE pour me soutenir (alors que toit tu as ton copain), il a donc fallu que je me motive seule alors que moralement j’étais au plus mal

    Au jour d’aujourd’hui cela fait 5 ans que j’ai obtenu mon concours, je suis très contente MAIS quand je pense aux 4 années de préparation, je me rends compte que je me suis vraiment rendu malade « pour rien »,

    Alors keep cool, si c’est vraiment ce que tu veux accroches toi mais ne te stresse pas la vie pour autant

    biz

    http://misskikaw.blogspot.com

  • #47 Calystine le 11 mai 2012 à 12 h 56 min

    Ma sœur est infirmière et elle a passé plusieurs concours après avoir passé son BAC qu’elle a tous ratés.
    Elle savait qu’à l’APHP (assistance publique des hôpitaux de paris) il y a 2 sessions de concours l’un en septembre et l’autre en février. Pour le premier il y a beaucoup de monde et peu sont pris alors que pour le second non. Durant les six mois séparant les 2 concours elle a été à la fac et s’est préparée pour ce concours qu’elle a finalement obtenu.

    Je te souhaite bonne chance pour arriver à ton but :)

  • #48 Ambre le 12 mai 2012 à 2 h 03 min

    Coucou,
    Et bien c’est une infirmière fraichement diplômée qui te parle. J’ai fait trois ans de fac avant de passer les concours infirmiers, j’en ai loupé 2 et réussi le 3ème. Moi aussi j’ai pleuré, d’abord la déception de ne pas être retenue tout simplement, mais également car c’était des villes proches de mes amis, ma famille. Finalement j’ai eu une école à 1H30 de chez moi, les 3 années se sont biens passées, pas de rattrapages…mais au final, j’ai loupé mon diplôme. C’était la fin du monde pour moi, ca faisait trois ans que je bossais, un parcours fluide, 3 ans que je m’étais préparée à porter la blouse, tout ca finalisé par un échec. J’ai longtemps été en colère, j’ai beaucoup pleuré, j’en ai voulu à la terre entière, j’ai voulu tout laissé tomber, mais soutenue par tous mes proches, je me suis accrochée. J’ai du attendre 6 mois avant de pouvoir repasser le diplôme, 6 mois sans cours, sans stage. Du coup j’ai travaillé comme aide soignante, une expérience enrichissante et tellement plus utile que de rester à se morfondre. J’en ai bavé pour me remettre dans le bain, et puis au mois d’avril, j’ai pu voir mon nom sur la liste des admis. Ca fait maintenant 2 semaines que je suis infirmière, contente de mon parcours, mais avec de nouvelles peurs, de nouvelles difficultés à braver. Les échecs nous rendent plus forts quand on arrive à remonter la pente. J’espère que ce métier te plaira, même si tu ne vas pas en école tout de suite, persévères! Et puis parfois, ce n’est pas plus mal d’être un peu plus « vieille » pour pratiquer ce métier! Bon courage

  • #49 Babemoups le 13 mai 2012 à 20 h 59 min

    Coucou!

    J’ai passé le concours d’Aide Soignante cette année (et l’année dernière aussi) et pendant mon oral je me suis rendue compte que ce n’était plus du tout ce que je voulais faire de ma vie.. Que cela ne me correspondait plus. J’aurais pu me dire que j’ai perdu 2 ans de ma vie à préparer ce concours que je voulais tant, mais non je ne me suis pas rabattue sur moi même et j’ai essayé de trouver une autre solution.

    Pendant ces 10 derniers jours je me suis demandé ce que j’allais faire de ma vie, ce qui me passionnait, ce dont je voulais vraiment faire et je me suis orienter vers un Bac pro esthetique (rdv demain et après demain dans 2 écoles privés, souhaitez moi bonne chance! :D)

    Tout ça pour dire que même si ça ne marche pas, on trouve toujours une solution, la vie est faite de plusieurs routes différentes, il ne faut pas rester bloqué devant une seule porte :) Bon courage à toi en tout les cas!

  • #50 Nelloo le 14 mai 2012 à 21 h 56 min

    Tout d’abord je viens de lire tous les commentaires et je trouve les témoignages et les encouragements chacun très beaux et humains.

    Donc, Helena.
    Je me permets de mettre mon grain de sel dans ta vie car ton histoire m’a interpellé.
    Je souhaite devenir infirmière également.
    Je te raconte, j’ai passé un bac L à 18 ans car je me dirigeait plus vers la communication/pub ou l’orthophonie. Obtention du bac mais mega déception car refusée dans le BTS que je souhaitais. Échec. Même réaction que toi (je te passes tout le tintouin).
    Du coup sans avenir, sans idée, sans rien, j’ai fait comme tout le monde après le bac, je suis allée en fac. En Sciences du Lanage. Les cours étaient géniaux, j’ai eu mon année mais pendant ce temps, j’ai eu le déclic et j’ai su que je serais infirmière. Rien à voir avec mes envies de gamine mais de savoir ce qui me plaisait c’etais comme trouver le Graal.

    On en arrive là où je te file un petit tuyau.
    Déjà dis toi que cette année tu passes bac ET concours et que le destin à choisi pour toi, ça sera le bac cette fois. Entre nous c’est déjà pas mal, vaut mieux avoir le bac sans le concours plutôt que l’inverse.
    Ensuite ne pense surtout pas qu’on peut se moquer de toi où te casser du sucre sur le dos car tu as loupé ton concours. Certain cons s’en réjouissent pour le plaisir mais je te promets qu’au lycée les gens s’en fichent de tes échecs et s’en ficheront encore plus par la suite parce qu’ils grandiront. Certain doivent te trouver courageuse d’avoir tenté. Et puis regarde autour de toi le nombre de personnes qui échouent au code de la route, et c’est vraiment pas sorcier. On se plante tous à un moment ou à un autre.
    De plus tu n’a passé qu’un concours alors tu as minimisé tes chances. Certes je suis consciente que ça demande un budget donc il faut tourner ça en un entraînement. Tu as fait un entraînement qui te prépare pour de bon aux prochains, c’est tout.
    Voilà pour se qui est d’accuser le coup. Enveloppe la casse dans du coton.

    Je suppose que tu penses à une prepa IDE. Si tu en as la possibilité, tu devrais faire comme moi. Va à la Mission Locale de ta commune. Explique leur ton projet d’étude. Ce sont des gens qui t’ecoutent et qui font tout pour te trouver des solutions (contraire de Pôle Emploi). Demande à faire un stage SIFA. C’est un stage de « découverte » de 6 mois où tu es plongé dans l’univers d’une profession afin de te rendre compte si ça correspond à tes attentes. Oui je sais, infirmière c’est ton rêve donc tu n’as pas besoin de confirmation. Mais ce stage à plein d’avantages:
    – tu es payée. Certes 460€ par mois mais c’est déjà ça pour les inscriptions aux concours.
    – tu ne bosses jamais les week ends. Pour une jeune ça compte non?
    – tu baignes dans l’univers médical et paramédical. Plein de choses de deviennent familières et faciles à comprendre. Tu apprends beaucoup. Tu es dans la réalité.
    – c’est un énorme + si tu accèdes à l’oral car tu auras du vrai à raconter, un témoignage, une opinion. Ça fait une différence pour le jury si tu es allée sur le terrain, que tu es motivée et sincère. Ça les change de tous ceux qui sortent de prepa et qui recrachent leurs cours et qui se basent sur des bouquin et des forums internet.
    – et puis là, gros avantage de ce stage: un jour par semaine (8h), tu vas à « l’école » pour bosser des maths de base, de la culture générale et une quentitié astronomique de tests psychotechniques.
    Écoute, pour moi ça a marché. J’ai eu une super formatrice, une super expérience en maison de retraite (plus de place à la clinique mais je ne regrette pas), une opinion précise et claire sur le pourquoi du comment.
    J’ai passé 5 concours et à ma grande surprise j’ai obtenu tous les écrits. Alors que je te promets, je suis une nullité en mathématiques et je n’ai absolument pas bosser de mon côté, seulement les jours prévus à cet effet avec la formatrice.
    Je suis en plein dans les oraux et à chaque fois on parle de ça stage. J’ai de quoi dire. On me pose des questions et je suis sincère et spontanée lorsque je réponds car c’est du vécu.
    De plus, à part le bac je n’ai aucun diplôme. Mais grâce à ce SIFA, une super maison de retraite m’a prise comme aide-soignant jusqu’à la rentrée des classes (si concours j’ai) car d’après eux j’ai « beaucoup d’expérience ». De ce fait je gagne des sous dont je n’ai pas besoin pour l’instant et ça me fait de l’épargne pour un de ces quatres.

    Alors surtout ne te décourage pas! C’est peut être un mal pour un bien.
    Je suis sûre que tu auras tes prochains concours.
    Merde!

  • #51 Hélena le 17 mai 2012 à 8 h 25 min

    Merci beaucoup pour vos commentaires sa m’encourage enormement… Je viens d’avoir la reponse de ma prepa, et c’est bon je suis prise (que 3 jours par semaines) donc je vais pouvoir me trouver un petit boulot a mi temps a coté; je sais que cette année va etre difficile( mariage le 20 avril; concours fin mars)mais je tient bon et ne me laisse pas démoraliser… Heureusement que mon cher et tendre et a mes cotés; depuis que j’ai ecrit cet article, les choses vont mieux (c’est pas la grosse forme mais ça va…) Le bac approche et lui je le sent bien… Merci beaucoup a Neloo, ton histoire m’a fait du bien… J’éspère que tu auras ton oral… Merci encore…je vous tient au courant bien entendu… =)

  • #52 Mary Garcia le 11 juillet 2013 à 3 h 13 min

    Hello, Helena je fait mon réve quand j’ai eu 58 annés, en attendant tu peut allée au fac dans un metier que tu peut aussi aime ej psicology que serve bien aussi pour etre enfermier.
    Bon courage

  • #53 Gaëlle K le 27 juin 2017 à 20 h 49 min

    Coucou,
    C’est marrant de lire ton témoignage car c’est exactement ce que je suis entrain de vivre actuellement. J’ai appris il y a quelques jours, que j’avais raté mon concours IFSI pour la deuxième fois consécutive. Je me sens comme une moins que rien, j’ai horreur décevoir, j’aurai aimé rendre fier mes parents (et surtout moi même) mais également mon copain… qui lui aussi est merveilleux, ça ne fait peut-être pas 3 ans que nous sommes ensemble mais il m’aide également à remonter la pente et garder la tête haute. Je ne sais pas comment je ferai sans lui.
    ‘Fin bon bref, voilà j’ai eu envie de m’exprimer, et ça m’a fait plaisir de voir que je n’étais pas la seule désespérée et qu’il était possible de rebondir à tous moments.
    Des bisous!

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.