23 juin 2010

beaute Le parfum, par Klochette maquillage

« C’était un samedi, au mois de juillet.
Le soleil avait passé la journée à faire cuire la ville, qui dégageait sur la fin de l’après-midi une odeur de sable, et de pneu surchauffé.
Le ciel commençait enfin à s’assombrir, et l’orage des soirs d’été s’annonçait.
Moi je marchais, à l’heure étouffante, en m’appliquant à ne pas penser, ou plutôt à ne penser qu’à des choses sans importance.
Cette robe était jolie, mais trop claire ; j’avais une lessive à étendre ; et le grand brun croisé il y a quelques minutes à côté de la fontaine était très beau.
Les fins de journée les plus réussies sont celles où l’oisiveté tient lieu de loi. Parce que rien n’est prévu, tout devient possible.
Une rencontre, une invitation à dîner, l’achat d’un nouveau bouquin  juste avant la fermeture de la librairie.  Et les premières pages, à la terrasse d’un café.
Un coca light, s’il vous plait ; avec une paille, des glaçons, et une rondelle de citron. Sourire du garçon, et le temps continue de s’enfuir.
C’était un jour comme ça. C’était le Café de la Place. C’était un coca light, et un recueil de nouvelles, Maupassant, « le verrou et autres contes grivois ».

L’ambiance a changé d’un coup, au moment où l’odeur d’écorce d’orange amère est venue me tirer des lignes imprimées où je m’abîmais. Une silhouette passée très vite, passée très près. Une ombre, pas même entrevue, mais une certitude, c’était toi.
Cinq euros balancés sur la table, gardez la monnaie. Maupassant remballé, la table qui valse, la mémé assise à côté qui braille.
Pardon madame, mais c’est une urgence.
Je me suis mise à courir, en cherchant dans l’air les atomes d’orange. Une rue en courant, virage à gauche sur les pavés disjoints.
On dirait une carte postale, de Corse ou de Toscane. Le soleil est là, entre les deux rangées d’immeubles, et les nuages gris essaient de le gommer.
A contre jour, je te vois remonter la rue, et je te suis.

J’ai ralenti la course, je marche presque tranquillement.
Je t’observe, je te hume.
Les effluves d’agrume  fouillent ma mémoire.
Je me souviens de toi, et de nos nuits à deux, et des matins au lit.
Je me rappelle les ballades dans Paris, les virées à moto, les départs imprévus.
Et puis ton parfum, ce parfum ensoleillé, qui faisait de ta peau une gourmandise.
Il y avait, au creux de ton épaule, une odeur de fleur d’anis, et moi, je m’en imprégnais, quand je t’embrassais là.

Je me rappelle comme j’aimais me précipiter dans la salle de bain dès que tu en sortais. Tu t’aspergeais de parfum, et quand tu posais la bouteille carrée, ça faisait un grand clac. Tu disais  que le verre du flacon contre l’émail du lavabo faisait le bruit d’un baiser, et tu sortais très vite.
Moi je prenais alors une douche à l’orange, qui avait l’odeur de ton odeur. A contre jour, je te vois remonter la rue, et je te suis.

Je me rappelle ton rire bruyant et tes yeux verts, tes cheveux bouclés et ta peau curieusement abricot. Je me souviens que tu m’expliquais des choses, et que tu n’écoutais rien.
Les journées étaient belles, et les nuits plus encore, quand elles sentaient le parfum pour homme.
J’aimais ton parfum, et je t’aimais toi.
A contre jour, je te vois remonter la rue, et je te suis.
Tu ne m’a pas vue, mais on dirait que tu fuis.

Je me souviens des matins où tu partais. A Londres, à Moscou, à Berlin, c’était le lundi. Quand tu n’étais pas là, c’est moi qui m’aspergeais dans la salle de bain, c’est moi qui m’inondais de ton odeur. J’attendais que tu reviennes pour te rendre ton parfum. Tu retrouvais tes arômes, je les goûtais chaque fois, pour que tu sois à nouveau mien.
Je me souviens du soir où tu n’es pas rentré, c’était un vendredi. Je me suis mise à attendre. Je me suis aspergée, tous les matins dans la salle de bain, de ton parfum à l’orange, et j’ai vidé le flacon.
Je me rappelle des journées vides, des nuits chargées seulement de l’odeur de la solitude. Je me souviens des gouttes salées qui tombaient de mes yeux.
A contre jour, je te vois remonter la rue, et je te suis.
Tu ne m’as pas vue, mais on dirait que tu t’enfuis.

Le soleil est bas maintenant, moribond déjà, et l’air se charge en électricité, le sol vomit sa chaleur.
Ton image est brouillée par les éthers urbains, mais je te sens, et je te suis.
Je me souviens de ton absence, de la souffrance animale, qui m’a rendue sauvage.
Alors la rage monte en moi, comme le magma dans les cratères volcaniques avant  l’éruption.
A contre jour, je vois que tu atteins le bout de la rue, et je te suis.

Je me remets à courir.
A contre jour, je vois que tu tournes, au bout de la rue, et je te poursuis.
Je me souviens que tu es parti sans dire au revoir, et que tu m’as blessée à mort.
J’ai envie de te hurler des mots, en pleine rue, alors je te poursuis.
Enfin je te rattrape, enfin je peux t’atteindre. Tu te retournes d’un coup et je me cogne à ton épaule.
Ton parfum m’envahit, je lève les yeux vers ton visage.
Et l’inconnu me demande : « tout va bien mademoiselle, vous ne vous êtes pas fait mal ? ». Et moi je dis non, à cet homme. Cet homme que je ne connais pas, qui porte ton parfum.

Signé : Klochette »

Recherches utilisées :

  • klochette

Vous aimerez aussi :


Commentaires

94 Réponses sur Le parfum, par Klochette
  1. #1 Nana le 23 juin 2010 à 9 h 27 min

    Tristement magnifique… Et tellement bien écrit…
    Merci pour ce récit…
    À toutes et tous, passez une belle journée

  2. #2 Pidou le 23 juin 2010 à 9 h 31 min

    Très beau texte Klochette ! On a l’impression de te suivre dans cette course aux souvenirs …
    Perso j’associe aussi les parfums aux personnes qui m’ont touchée (du coup il m’arrive d’adorer ou de detester une fragrance juste en fonction de qui qu’elle me rappelle).

  3. #3 Evelys le 23 juin 2010 à 9 h 35 min

    Superbe texte, l’écriture ta va bien clochette, très agréable à te lire même si il laisse un sentiment de tristesse…

  4. #4 titia17 le 23 juin 2010 à 9 h 36 min

    très bien écrit, il nous tarde d’arriver à la fin !

  5. #5 patounettechatte le 23 juin 2010 à 9 h 43 min

    Que de dire de plus, c’est un beau texte ! Partir sans donner d’explications, pourquoi ?….

  6. #6 Elodie le 23 juin 2010 à 9 h 43 min

    Magnifique texte et en même temps si triste !!! Bonne journée a toutes

  7. #7 Wooly le 23 juin 2010 à 9 h 45 min

    Très bien écrit et agréable à lire.. mais triste . Bonne journée

  8. #8 Peace_Tache le 23 juin 2010 à 9 h 45 min

    Très beau texte, qui ma fait penser à l’incipit de Bel-Ami, de Maupassant justement… =)

  9. #9 Anne de Lille le 23 juin 2010 à 9 h 51 min

    Un texte qui résonne très fort en moi ce matin… Bravo, c’est magnifique.
    Belle journée à toutes !

  10. #10 Hélène le 23 juin 2010 à 9 h 57 min

    titia17: bienvenue ;-)

  11. #11 Lilicat le 23 juin 2010 à 10 h 02 min

    Triste et beau récit
    Ecriture fine, sensuelle, sensible
    Merci Klochette.

    Oh ces fragrances qui nous laissent à tout jamais des griffures dans le coeur…

    Bonne journée à toutes

  12. #12 freshandfrench le 23 juin 2010 à 10 h 03 min

    Très belle écriture!!

  13. #13 Jelie le 23 juin 2010 à 10 h 04 min

    Dieu que c’est triste!
    Depuis que j’ai fini ton très beau texte, une boule s’est formée dans ma gorge et les larmes me sont montées aux yeux.

    C’est vrai que certain parfum sont ennivrants et font remonter les souvenirs en un instant. Il y a certaines odeurs que je n’oublierais jamais. Il suffit de les sentir passer sous son nez et la seconde d’après les souvenirs nous reviennent en pleine figure!

  14. #14 chaton le 23 juin 2010 à 10 h 09 min

    Comme c’est joliment écrit ! Comme c’est joliment triste…

  15. #15 florette le 23 juin 2010 à 10 h 10 min

    Trés beau et trés émouvant.
    J’associe aussi les parfums aux personnes et souvent dans la rue je me retourne sur des odeurs.
    Parfois des souvenirs triste parfois gaies surgissent avec les odeurs.
    Bonne journée a toutes (^_^)

  16. #16 Uty le 23 juin 2010 à 10 h 35 min

    Voilà, je suis émue pour la journée. :/

  17. #17 Looo le 23 juin 2010 à 10 h 38 min

    Bonjour à tous et toutes.
    Envie de laisser mon premier commentaire… :)
    Ton texte est terriblement poignant, j’en suis toute bouleversifiée.
    Merci pour ce beau moment.
    Bonne jounée à tutti ! ;)
    Looo

  18. #18 mllelili le 23 juin 2010 à 10 h 42 min

    Merci Klochette c’est bien écrit, on est entrainé dans cette course avec toi, et le texte est plein d’émotions j’ai beaucoup aimé…et les odeurs…en prendre une en plein ventre comme un coup de poing et être perturbée, c’est fou la façon dont la mémoire fonctionne…

  19. #19 nanie le 23 juin 2010 à 10 h 51 min

    Magnifique ! La mémoire olfactive est la plus forte. Tu écris bien , on vit la course avec toi.

  20. #20 Véro la Bisontine le 23 juin 2010 à 10 h 52 min

    Quel joli texte, et je me retrouve tout à fait dans cette sensibilité aux odeurs.
    Je me souviens que lors du départ (=rupture) d’un amoureux, j’avais, spontanément, enlevé les draps du lit conjugal, pour les mettre illico dans la machine à laver et les laver.

    Je souffrais tellement que je voulais « laver » toute odeur laissée par lui….

  21. #21 Camille le 23 juin 2010 à 10 h 55 min

    Très beau texte, vraiment très émouvant…

  22. #22 Atchoum le 23 juin 2010 à 11 h 10 min

    Très belle plume ! Je suis aussi très émue lorsque je sens le parfum de mon namoureux, par exemple dans le métro, je le cherche partout, alors qu’il n’a aucune raison d’être là !
    Bravo pour ce texte.
    Amicalement

  23. #23 Sandrinette le 23 juin 2010 à 11 h 30 min

    Waou, quel texte!
    Captivant, émouvant, triste mais tellement bien écrit et qui rappelle et fait remonter à la surface tellement de souvenirs qui nous permettent de nous construire et de continuer à avancer.
    Merci pour ce récit si bien écrit. ;-)

  24. #24 Pascale le 23 juin 2010 à 11 h 37 min

    Quand j’ai rencontré mon Chéri, il y a 12 ans (p*tain, 12 ans!!) il portait Chrome, d’Azzaro… J’adore… malheureusement pour moi, Chéri est fidèle en amour mais pas en parfum (heu, heureusement pour moi, à tout bien réfléchir!!) et il en change chaque fois qu’il termine un flacon. De temps en temps, juste pour me faire plaisir, il reprend un petit coup de Chrome.
    Et moi, chaque fois que je le sens, dans un magasin, dans une boutique (ou dans l’ascenseur de notre immeuble, le voisin du 1er le porte!) je repars 12 ans en arrière, un vendredi 13 février et je revis notre tout premier baiser…

  25. #25 La Kékounette le 23 juin 2010 à 11 h 37 min

    Bonjour Hélène, bonjour les filles,

    Un magnifique texte Klochette, un rythme palpitant, tellement d’émotions !

    J’espère que ce parfum ne te fait plus souffrir…

  26. #26 Athéna le 23 juin 2010 à 11 h 46 min

    Joli texte ! j’ai imaginé une ville dans les Alpes de Haute-Provence, avec du vent et des rues qui montent et quelqu’un qui court…

  27. #27 Insane le 23 juin 2010 à 11 h 55 min

    MAGNIFIQUE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Réellement je me suis sentie emportée par tes mots. J’ai essayé de ralentir la lecture pour ne pas – justement – la finir cette lecture ^^

  28. #28 Anne-So le 23 juin 2010 à 11 h 56 min

    d’accord avec les filles, une belle écriture qui nous tient en haleine jusqu’à la fin, et cette tristesse pesante que l’on ressent petit à petit…
    Tu devrais écrire des nouvelles!

    Je n’ai pas revu mon premier petit ami depuis des années… mais lorsque je sens son parfum sur quelqu’un, ça me fait toujours quelque chose ( alors que je n’ai plus du tout de sentiments pour lui). Les odeurs ont un pouvoir énormes sur nos sentiments et nos souvenirs (en tout cas chez moi :-))

  29. #29 MyMy le 23 juin 2010 à 11 h 57 min

    Ton texte est absolument sublime Klochette, tant dans le propos que dans son rythme narratif et dans sa poésie. Sans doute emprunte-t-il sa souffrance à ta biographie, mais, très honnêtement, je pense que tu pourrais vraiment « en faire quelque chose »…

  30. #30 Tanga le 23 juin 2010 à 12 h 06 min

    Quel plaisir de te lire! j’ai resenti le soleil, le parfum, la douleur… merci d’avoir partager cela avec nous.

  31. #31 Lilith le 23 juin 2010 à 12 h 06 min

    Un très beau texte qui fait écho à chacune d’entre nous. Les odeurs ont un réel pouvoir. Ca s’appelle une synesthésie. Moi par exemple, quand je sens le crottin de cheval, ça me fait un bien fou… souvenirs de longues années d’équitation. Ne rigolez pas !! Mais ça marche aussi pour les parfums ou les odeurs plus agréables : l’odeur des poupées neuves, la colle Cléopâtre, le monoï qui rappelle les vacances, le papier peint détrempé… chaque odeur me rappelle de bons ou de moins bons souvenirs, sentiments, impressions.
    Merci pour ta belle écriture.

  32. #32 Klochette le 23 juin 2010 à 12 h 12 min

    Merci les filles, c’est la première fois que je fais lire une de mes nouvelles (parce que c’est une nouvelle) à des gens que je ne connais pas. Ca fait un drôle d’impression, et je ne sais pas comment la décrire!

  33. #33 Tanga le 23 juin 2010 à 12 h 18 min

    Klochette: cela suppose-t-il que tu en as écrit d’autres? as-tu déjà songer à publier un recueil? si cela te tente, n’hésite pas, ton écriture est captivante.

  34. #34 Klochette le 23 juin 2010 à 12 h 20 min

    Tanga, oui j’en ai écrit plein d’autres, et j’ai déjà pensé à publier, mais je ne sais absolument pas comment m’y prendre, et du coup je ne me suis jamais lancée. Et puis il y a des tas de gens qui écrivent très très bien, alors je me dis que ça vaut peut être pas la peine.
    Merci beaucoup en tous cas de ton message

  35. #35 Tanga le 23 juin 2010 à 12 h 30 min

    Klochette: mmh je suis certaine que « ces tas de gens qui écrivent très très bien » se sont surement dit la même chose que toi avant de se lancer… ;-))
    Si tu décides de te lancer sache qu’il existe des sites spécialisés pour publier, un exemple parmi d’autres http://www.bestseller-consulting.com (attention je ne le recommande pas vu que je n’ai pas testé et il y en a plein d’autres) qui propose même un auto-éditage où tu contrôles tout (d’après les explications sur le site). Bonne continuation en tout cas et au plaisir de peut-être pouvoir te relire prochainement.

  36. #36 Charlotte des Plantes le 23 juin 2010 à 12 h 31 min

    Félicitations pour cette belle nouvelle !
    Une autre !!! Une autre !!!

  37. #37 Alice45 le 23 juin 2010 à 12 h 50 min

    Je plussoie: c’est TRES bien écrit. Un vrai régal que de te lire!
    Moi c’est à l’odeur des chaussons de pointes que je suis addict. Sentir leur odeur en caressant le satin c’est juste magique.

  38. #38 Sophie de Sao Paulo le 23 juin 2010 à 12 h 54 min

    Klochette,
    Merci pour ce superbe texte qui parle tellement bien des impressions ressenties grâce a l’olfaction. C’est vraiment difficile d’en parler mais la on se sent vraiment avec toi en train de courir dans cette rue, derrière cet homme.
    Juste une curiosité: quel est ce parfum crée autour de l’orange? Une création à toi ou tu t’es vraiment inspirée d’un souvenir de parfum spécial???
    En tous cas ma journée commence bien grâce à toi. Merci.
    Et merci à Hélène pour avoir sélectionner ce très beau texte.

  39. #39 Ryan le 23 juin 2010 à 12 h 57 min

    Le parfum en question ne serait-il pas Concentré d’Orange Verte par Hermès?

  40. #40 Lilialice le 23 juin 2010 à 13 h 01 min

    Très jolie écriture, et une histoire très touchante.

  41. #41 Jezebel le 23 juin 2010 à 13 h 07 min

    J’ai des frissons partout, c’est un texte magnifique, tant pour l’histoire et pour le niveau de l’écriture…

  42. #42 Klochette le 23 juin 2010 à 13 h 18 min

    Sophie de Sao Paulo, le parfum, c’est l’eau d’oranges vertes d’Hermès!!!

  43. #43 Cissouille le 23 juin 2010 à 13 h 21 min

    Je ne vais faire que répéter ce qu’ont dit les commentaires précédents, mais ça me fait plaisir de le faire : tu a une très belle plume, j’ai vraiment lu ton texte avec plaisir! C’est sensuel, émotionnel, j’aime le rythme que tu as donné à ton texte. Bravo, j’espère avoir le plaisir de te lire de nouveau!

  44. #44 Alpha le 23 juin 2010 à 13 h 22 min

    Oh, merci Klochette pour cette jolie promenade enchantée dans le monde des odeurs, et merci Hélène qui l’a publiée !

  45. #45 Marlene le 23 juin 2010 à 13 h 23 min

    Quand j’ai rencontré l’homme qui est devenu, depuis, mon mari, il portait Orange Amer d’Hermès… et ce texte m’a rappelé nos débuts…

  46. #46 kamillllou-la maitresse le 23 juin 2010 à 13 h 25 min

    qu’est ce que t’écris bien…

  47. #47 carine t le 23 juin 2010 à 13 h 35 min

    waou! merci pour ce texte magnifique et poignant…

  48. #48 Hikari le 23 juin 2010 à 13 h 39 min

    Tu as vraiment super bien écris ce texte et je trouve qu’il reflète bien tes sentiments ..

  49. #49 Cyrielle le 23 juin 2010 à 13 h 52 min

    Ton texte est vraiment magnifique, il m’a donné des frissons… En plus c’est tellement bien écrit!

  50. #50 Hélène le 23 juin 2010 à 13 h 56 min

    Looo, Ryan, Lilialice: soyez les bienvenus ;-)

  51. #51 L@ure le 23 juin 2010 à 14 h 20 min

    C’est très beau…

  52. #52 Marion le 23 juin 2010 à 14 h 34 min

    Je porte l’eau d’orange verte.
    Je savais que c’était celui-là.
    Très beau texte ; bravo.

  53. #53 Mayalala le 23 juin 2010 à 15 h 02 min

    Juste sublime

  54. #54 Vanessa le 23 juin 2010 à 15 h 15 min

    Très joli texte Klochette !
    C’était juste magnifique de te lire…

  55. #55 Anne de Lille le 23 juin 2010 à 15 h 21 min

    Klochette: J’ai lu il y a quelques jours sur un blog que j’aime beaucoup que l’auteur se lance dans un projet assez innovant : My Major company avec l’éditeur XO. C’est le même principe que « my major company » avec la musique : on vote et on investi de l’argent pour produire un artiste et ensuite on récupère ses investissements si l’artiste a du succès. Je pense pouvoir écrire sans trop me tromper que l’exemple le plus probant c’est le chanteur Grégoire (suis pas particulièrement fan, mais apparemment, beaucoup le sont!). Hé ben d’après ce que j’ai compris, ils ont lancé le même principe pour les bouquins… ici : http://www.mymajorcompanybooks.com/
    J’ai déjà un peu vu sur Twitter que certains trouvaient que c’était la Star Ac’ de l’édition… je n’ai pas encore réfléchi à ce que j’en pensais personnellement, mais en tout cas de prime abord je trouve que c’est un bon test grandeur nature pour répondre à la question « Est-ce que ce que j’écris plait »/ « Est-ce que les gens seraient prêts à payer pour lire ce que j’écris ».

    En tout cas, ayant adoré ce que tu as écrit aujourd’hui, je ne peux que t’encourager à te lancer, même juste « pour voir » ! (je ne connais absolument pas les conditions, cela dit, j’espère que je ne suis pas en train de donner un plan trop compliqué !)

  56. #56 Hélène le 23 juin 2010 à 15 h 37 min

    Vanessa: bienvenue à toi ;-)

  57. #57 Bloodychloe le 23 juin 2010 à 15 h 44 min

    Magnifique, très bien écrit ! Je l’ai lu d’une traite, emportée par ta plume (j’ai même fait taire mon chéri qui venait me parler) et j’aurais aimé en lire plus ! Tu as l’art d’écrire, c’est certain. As-tu un blog ?

  58. #58 Klochette le 23 juin 2010 à 15 h 51 min

    Anne de Lille, merci pour les infos!!!
    Bloodychloe, merci de tes compliments, non je n’ai pas de blog, je préfère lire ceux des autres!!!

  59. #59 Ryan le 23 juin 2010 à 16 h 08 min

    Merci Hélène.
    Oui je suis un garçon, je suis tombé sur ton blog en faisant des recherches sur les produits Avène. Depuis ce temps, j’aime le parcourir quand bien même je ne me maquille pas. On y trouve parfois des astuces intéressantes pour chouchouter sa peau même pour un garçon.
    Très bonne continuation.

  60. #60 henadi le 23 juin 2010 à 16 h 12 min

    lance toi n’hésite pas!!! c’était bon ce que t’as écris , pas de lenteur, tu nous tiens en haleine, tu as y as mis l’émotion qu’il fallait et les détails plus vrais que nature qui nous feraient presque croire qu’on y est!!j’ai aimé vraiment et pourtant je ne suis pas bon public en matière de lecture (à l’inverse du cinéma où je suis une éponge bon public :))

  61. #61 Parisienne le 23 juin 2010 à 16 h 48 min

    Je suis ce blog depuis un moment (avec grand plaisir), ce n’est pas dans mes habitudes de laisser des commentaires, je n’ose pas trop, mais ce texte est si beau, si bien écrit…

    Merci, et encore merci !

  62. #62 Little Parisienne le 23 juin 2010 à 17 h 03 min

    Un coup au coeur. Superbe.

  63. #63 Hélène le 23 juin 2010 à 17 h 16 min

    Parisienne: sois la bienvenue !

  64. #64 Ccile le 23 juin 2010 à 17 h 29 min

    C’est vraiment très beau…but so sad

  65. #65 Lilicat le 23 juin 2010 à 17 h 40 min

    Klochette : fonce! Tu as du talent comme tout ce « tas de gens qui écrivent très très bien »
    et qui comme toi craignaient de ne pas en avoir assez.
    J’espère que les infos données par les filles t’aideront! Tu peux aussi regarder les lignes éditoriales des maisons d’édition et voir si tu te sens en résonance (c’est ce qu’a fait un ami pour son premier roman, aujourd’hui publié chez Denoël)
    je pense au dilettante par exemple http://www.ledilettante.com
    Sinon ouvrir un blog et mettre tes nouvelles en ligne… Oui même si tu préfères lire les blogs des autres ;)

    En tous cas j’aime vraiment beaucoup, ta nouvelle m’a accompagnée toute la journée et j’ai envie de lire d’autres choses de toi.

    Aucune flagornerie, juste une émotion sincère.

    Bon vent dans tes voiles :)

    Amicalement

    Ps : Merci Hélène d’avoir permis à Klochette d’être lue

  66. #66 Klochette le 23 juin 2010 à 17 h 44 min

    Merci à tous et à toutes pour vos messages d’encouragement, merci vraiment.

  67. #67 mathildededijon le 23 juin 2010 à 18 h 25 min

    Snif…. super émouvant…..
    Tu ecris incroyablement bien
    et maintenant il me faut du chocolat…

  68. #68 MaO le 23 juin 2010 à 18 h 43 min

    J’ai parcouru vite fait les commentaires et j’ai lu que c’était une nouvelle, en tout cas c’est admirablement bien écrit et cela m’a beaucoup touchée, voilà.

    Merci klochette ;-)

  69. #69 HopHop le 23 juin 2010 à 19 h 45 min

    comme nana: tristement magnifique sont les 2 mots qui me sont venu à l’esprit!!

  70. #70 lilo2 le 23 juin 2010 à 19 h 51 min

    Très belles lignes. Merci pour ce texte.

  71. #71 Syd le 23 juin 2010 à 20 h 25 min

    Tu écris vraiment bien Klochette, c’est un très beau texte, merci de le faire partager

  72. #72 milimelaine le 23 juin 2010 à 21 h 05 min

    c’est magnifique, ça me rappelle des souvenirs, et j’en suis émue aux larmes.
    L’écriture est un don, don que tu possède indubitablement.

  73. #73 Cécilette le 23 juin 2010 à 21 h 15 min

    Superbe écrit, très bien écrit. J’ai adoré.

  74. #74 Sissi le 23 juin 2010 à 21 h 28 min

    Klochette, merci pour ce très beau texte, vraiment.
    Les odeurs ont ceci de particulier qu’elles rappellent des choses précisément, crûment, des sensations, des images. Et tes mots ont le même effet, on ressent ce que tu écris, on le vit, on le voit, on se rappelle…

  75. #75 Stéphanie (mais une autre) le 23 juin 2010 à 21 h 57 min

    Seigneur que c’est bien écrit, j’en ai des frissons. Si c’est purement de ton imagination c’est fantastique, si c’est retranscrit de ce que tu as vécu c’est purement époustouflant d’arriver à mettre de tels mots sur de telles choses. Bravo !!

  76. #76 estelle51 le 23 juin 2010 à 22 h 13 min

    salut!

    j’ai une question hyper importante:quand sortira la nouvelle collection de mac?j’suis impatiente!hélène si tu as mon message :reponds moi stp.

  77. #77 Orange givrée le 23 juin 2010 à 22 h 21 min

    Pfiou ! Quel texte…

  78. #78 brigittepasbardot le 23 juin 2010 à 22 h 43 min

    Klochette: Bravo pour ton texte, il est captivant et très émouvant et une fois lu, je me suis dit que cela pouvait-être une « vraie » nouvelle digne d’un receuil tellement il était bien écrit, alors tu vois, tu n’as qu’à te lancer!
    Cela m’a fait penser à « L’amour est très surestimé » de Brigitte Giraud qui receuille onze nouvelles sur la fin de l’amour. C’est à lire absolument, c’est sidérant de vérité!!
    Encore Bravo!

  79. #79 tlv le 24 juin 2010 à 12 h 00 min

    Comme tu ecris bien madame !!

  80. #80 Emma le 24 juin 2010 à 12 h 10 min

    Très beau texte, très émouvant, très gourmand et sensuel. Il y a du Süskind là-dedans, bravo !…
    Sinon, toutes ces évocations d’orange me donnent faim !! :-))

  81. #81 Maureen le 24 juin 2010 à 12 h 33 min

    Après un an et demi de lecture silencieuse je me lance enfin même si ce ne sera que pour répéter des phrases que d’autres ont déja dites.
    Quel talent ! J’ai été plongée dans ton texte, et je me sentais courir avec cette femme, j’ai éprouvé la même déception qu’elle lorsqu’elle a vu le visage de cet homme… Un texte sublime, vraiment.

  82. #82 Hélène le 24 juin 2010 à 12 h 34 min

    Maureen: sois la bienvenue ;-)

  83. #83 mokonacats le 24 juin 2010 à 13 h 35 min

    snif je pleure et j’ai le coeur tout serré… pfiouah que d’émotions ! ce texte est magnifique !

  84. #84 anouchka le 24 juin 2010 à 14 h 23 min

    merci :-)

  85. #85 Kelly le 24 juin 2010 à 14 h 49 min

    Ce texte est tout simplement magnifique! Très bien écrit, il nous plonge dans son histoire, à la fin j’ai même ressenti une certaine mélancholie…
    On a tous au moins un parfum qui nous rappelle une personne, ou un moment…

  86. #86 Cocotier le 24 juin 2010 à 14 h 52 min

    les gens que tu connais sont trop impliqués émotionnellement pour faire une critique constructive… Combien de fois tu aurais dû fuir cette odeur???!!!
    Mais le texte est magnifique si l’histoire l’est moins…
    En saluant le courage qui a dû être nécessaire pour sortir de ce marasme.
    (cocochou)

  87. #87 Klochette le 24 juin 2010 à 17 h 31 min

    Cocotier: t’es repérée!!!!

  88. #88 Hélo le 24 juin 2010 à 18 h 59 min

    Le texte est réellement prenant, je suis impressionnée par tant de réalisme dans l’écriture, ça m’a fait penser à un passage du Petit Eloge de la Rupture de Brina Svit. Il fait du bien ce livre…
    En tout cas bravo =)

  89. #89 mathildededijon le 24 juin 2010 à 19 h 15 min

     » L’amour est très surestimé  » commandé sur la fnac en esperant que ces nouvelles seront de la même qualité que la tienne.

  90. #90 Hélène le 24 juin 2010 à 19 h 44 min

    Hélo: sois la bienvenue ;-)

  91. #91 Hélo le 24 juin 2010 à 20 h 10 min

    Merci beaucoup =)

  92. #92 Féflor le 24 juin 2010 à 20 h 34 min

    Je n’ai pas lu tous les commentaires et je pense ne pas être la seule à le dire : je pense que l’on tient là un réel talent d’écriture … c’est émouvant, bien écrit, et puis surtout, on marche avec Klochette et tout cela sonne très juste. Bravo

  93. #93 brigittepasbardot le 25 juin 2010 à 8 h 11 min

    mathildededijon: Tu vas aimé c’est sûr et pour compenser toutes ces ruptures, j’avais aussi lu à l’époque « La minute où l’on tombe amoureux… » de Raphaël Delpard!! Car évidemment on préfére toujours le début d’une histoire que la fin!

  94. #94 SandailledeVersailles le 28 juin 2010 à 11 h 21 min

    Superbe texte, c’est magnifique tu m’as embarquée avec toi, l’espace d’un instant j’ai quitté mon bureau et n’ai plus entendu la sonnerie du téléphone …
    BRAVO !

Remonter en haut de la page