Le jour où j’ai su…, par Pititemouah

17 novembre 2010

o-toi-lectrice

« … que j’allais devenir médecin.

A vrai dire, il y en a eu plusieurs.

Il y a d’abord eu le jour où j’ai voulu devenir médecin. Ca m’avait toujours trotté dans la tête, mais je me destinais à une autre voie. Et puis un jour, paf ! la révélation, j’ai su que j’en serai capable, et que c’était ça que je voulais faire. J’ai accouché de ma vocation, après des mois d’incertitude. Et comme tout accouchement, ce fut douloureux, accompagné de larmes. Et puis un grand soulagement une fois la décision prise.
Moi qui croyais ne pas pouvoir supporter la mort, celle d’un être cher m’avait montré que je pouvais surmonter des obstacles inenvisageables jusqu’alors.
Et puis Il y a eu Lulu, une petite fille de 4 ans. Une élève de ma grand mère, qui avait arrêté l’école parce qu’elle a eu une leucémie. Ma grand mère a continué à la voir, l’a fait rire, l’a choyée, s’en ai occupée jusqu’au bout. Et quand cette petite fille, que je n’ai jamais vue, s’en est allée, je me suis dit que c’était ce que je voulais faire: m’occuper des gens, les soulager, les soigner, et même parfois les guérir.

Il y a ensuite eu le jour où j’ai su que ce serait possible. J’entends par là le jour où j’ai eu mon concours de fin de première année. Après deux ans de travail, une grosse déception, des centaines de pages noircies, des heures de rabâchage, des mois d’incertitudes, des litres de larmes, les deux pires semaines de ma vie avant les résultats, j’étais arrivée à l’un des jours les plus importants de ma vie. J’ai réussi à avancer jusqu’au panneau d’affichage, essayant de formuler de tête la lettre de supplication que j’allais faire au doyen pour avoir le droit de faire une troisième année. Et j’ai vu mon nom dans la liste.
Le seul fait de me remémorer ce moment fait battre mon coeur et me submerge encore de bonheur (enfin sur le moment, ça ne devait pas être flagrant puisque mon père, quand je l’ai rejoint sur le parking du CHU, a cru que c’était foutu…) Toujours est il que ce jour là, j’ai eu le feu vert pour devenir médecin.

Et pour finir, plus récemment, il y a eu le jour où j’ai réalisé que oui, dans quelques années, je vais être médecin. Pour de vrai. Et ce jour là, c’est un peu tous les jours en ce moment. J’oublie parfois que mes études, ces heures passées à mon bureau à m’user les yeux sur mes livres, frôlant l’entorse cérébrale, ont une autre finalité que les partiels et la note qui va avec. Et puis je retourne en stage ou en garde, je vois des gens, je leur parle, je les examine, je prends part aux soins, et je me rends compte que je vais avoir l’honneur de faire ça toute ma vie. Que je vais réaliser au moins un de mes rêves. Je vais être médecin.

Allez, maintenant au travail, plus qu’un mois avant les partiels….:-)

Pititemouah, apprentie docteur. »

38 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

38 commentaires

  • #1 Beauté Ratée le 17 novembre 2010 à 9 h 03 min

    Haaaa le concours de P1 ! Je suis passée par là aussi ! Après 2 ans de travail, mon classement au concours de me permettais pas de continuer en médecine, mais en sage-femme… J’ai évidemment accepté, même si au début ça me restait un peu en travers la gorge. Et maintenant je me rends compte que c’est ma place, j’étais faite pour être sage-femme ;-)

  • #2 Pich le 17 novembre 2010 à 9 h 17 min

    Aaah, la P1…Quand j’ai eu mon concours, c’était le jour où j’ai CRU que j’allais être médecin (non en fait j’y croyais depuis toujours, avec tous les médecins de la famille…).
    Finalement après des années à trimer encore plus qu’en P1 (aussi appelée « l’arbre qui cache la forêt »), j’ai arrêté en 6ème année pour devenir illustratrice…C’est bizarre la vie ^^
    Bon courage en tout cas!

  • #3 Pidou le 17 novembre 2010 à 9 h 42 min

    Bravo pour cette motivation et bon courage pour ces études qui sont très longues et éprouvantes … et tout cela pour aboutir à un métier si riche professionnellement et personnellement parlant.
    Tu sais déjà vers quelle spécialité tu veux t’orienter ?

  • #4 Atchoum29 le 17 novembre 2010 à 10 h 00 min

    Ca c’est de la vraie vocation ! Tu feras un très bon médecin je pense : tu aimes ce que tu vas faire / fais. Bon courage pour la suite ! :-)

  • #5 FH le 17 novembre 2010 à 10 h 16 min

    C’est beauu !!!
    Bonnes continuations pour ton futur métier !!

  • #6 misschic le 17 novembre 2010 à 10 h 48 min

    C’est toujours beau de voir une personne trouver sa vocation, tant de gens ne la trouvent jamais et pourtant, on en porte tous une au fond de soi qui ne demande qu’à s’épanouir, bravo pour avoir su où te menaient tes rails, tu feras un bon médecin, c’est certain. Bonne journée.

  • #7 LN2Montpels le 17 novembre 2010 à 11 h 44 min

    Bravo, félicitations, tu es sur la bonne voie! Nous les filles nous avons besoin de médecins femmes dans tous les domaines médicaux car elles nous comprennent peut-être mieux sur certaines angoisses (contrairement à certains médecins hommes qui ont quelques fois des jugements irrévérencieux), et pas seulement en gynéco – en gastroentérologie certaines patientes sont gênées de devoir montrer leurs fesses à un homme même si cette spécialité ne se réduit pas qu’à cela. Je sais que ces études sont très difficiles, on connait une jeune fille de 18 ans qui est en première année. Elle a des crises d’angoisse, elle appelle ses parents qui lui remontent le moral à fond. Une autre, qui en dehors des cours ne sortait pas de sa chambre (plateau repas servi par sa maman) pour ne pas perdre une minute de travail. Et cette dernière a réussi sa 1ère année sans redoubler, ce qui je crois est assez rare. Réaction en 2ème année : elle a fait la fête très souvent et était au rattrapage au mois de septembre. Mais je crois que ça s’est bien passé :-)
    Donc bravo les étudiantes en médecine, et soyez tenaces face aux vieux et jeunes machos de la profession!

  • #8 Laurence de Bxl le 17 novembre 2010 à 12 h 14 min

    Je confirme, en période de bloque, parfois on a du mal à se dire que toutes ces heures de travail ne visent pas » juste » à réussir un examen, que ce n’est pas une finalité en soi…

    Dans une matière un peu différente (le droit – ma vocation à moi c’était avocat), je me rappelle encore avec des frissons d’horreur de ces long(ue)s heures/jours/semaines/mois/années d’étude ! Un de mes professeurs avait dit que jamais, dans notre vie professionnelle, nous ne serions soumis à un stress aussi intense, et, après 10 ans de travail, je peux dire qu’il avait raison ! Bien sûr, la vie professionnelle est très stressante, mais jamais le stress n’est aussi long et soutenu que pendant des longs mois de blocus, et jamais une audience ou une réunion ne m’aura autant fait stresser qu’un oral !

    Alors courage, ne perd pas de vue ton objectif, et bravo pour cette belle vocation !

  • #9 Little Parisienne le 17 novembre 2010 à 12 h 18 min

    Toutes mes félicitations!!! Des études longues, éreintantes, éprouvantes, mais qui permettent d’exercer un métier tellement passionnant! Bravo, ça fait chaud au coeur de savoir que des personnes aussi enthousiastes et motivées que toi vont certainement s’efforcer offrir la meilleure relation praticien/patient possible. Même question que Pidou… Tu envisages une spécialité, ou tu souhaites devenir médecin généraliste? (peut être la plus dure des spécialités pour le coup ;-)))

  • #10 Hélène le 17 novembre 2010 à 12 h 24 min

    Laurence de Bxl: bienvenue à toi ;-)

  • #11 cailloute le 17 novembre 2010 à 12 h 49 min

    Ca me rassure de voir qu’il y ait des médecins pour qui leur métier représente encore une véritable passion.
    Il y en a tellement qui sont blasés et qui n’ont plus de considération pour leurs patients!

    Ravie que tu aies trouvé ta vocation Pititemouah. Moi même ayant trouvé la mienne, j’imagine mal la vie des gens qui n’ont pas trouvé la leur! Pour moi une vie sans dessin et sans art serait vide de sens et très ennuyeuse!

    Bonne continuation surtout! Je suis sûre que tu fera un très bon médecin!

  • #12 pwalinett le 17 novembre 2010 à 13 h 02 min

    c’est très beau de voir qu’il y a encore des gens passionnés, qui choisissent leur métier parce qu’il leur plait, et non pour l’argent qu’ils vont gagner.
    Bon courage, et merci!!

  • #13 Estelle le 17 novembre 2010 à 13 h 18 min

    En tant que fille de medecin, j’espere que tu ne te laisseras pas trop envahir par ton boulot (tres tres prenant) et que tu arrriveras a te liberer un peu de temps libre pour tes furturs enfants…

  • #14 Arthénice le 17 novembre 2010 à 14 h 22 min

    Un très joli texte, émouvant.
    Bonne continuation presque Docteur !

  • #15 CarineBdx le 17 novembre 2010 à 14 h 34 min

    Oh mon dieu, la P1 que de souvenirs!! Je crois que j’ai jamais autant bossé et angoissé de ma vie (et grossi aussi…).
    J’ai échoué en doublant et je suis finallement devenue ostéopathe. C’est ce que je voulais faire, aider et soulager les gens et j’adore mon métier!

    Et je suis contente de voir que tu as choisi ce métier « pour la bonne cause », j’entends pas mal de patients se plaindre du manque d’écoute dans le corps médical et je trouve ça regrettable.

    Dernière ligne droite, bon courage ;-)

  • #16 Babemoups le 17 novembre 2010 à 14 h 38 min

    Ton texte a m’a mis la pêche pour réussir mon concours en mars :D Merci car celle ci s’était un peu envolée…

  • #17 Une autre Hélène le 17 novembre 2010 à 14 h 41 min

    Bonjour les filles!
    Je ne pouvais pas lire ce bel article sans laisser un commentaire, car cette histoire est également mon histoire!
    Comme toi Ptitemouah je suis étudiante en médecine, et comme toi je vais avoir l’honneur d’être médecin.
    Aussi loin que je me rappelle j’ai toujours voulu être médecin, c’était comme une évidence… C’était en moi. J’ai grandi dans une famille de médecins, mes parents sont des passionnés, des amoureux de leur profession, mais surtout des amoureux de la vie et ils nous ont transmis, à mon frère et à moi, cet amour. La médecine comme héritage, héritage dont je suis fère. Et je suis très fière de mes parents, qui ont réussi à mener leur vie professionnelle et leur vie privée: ils nous ont beaucoup donné humainement, et ils continuent encore à nous donner énormément. Ce sont un peu les héros de ma vie.
    Comme beaucoup d’étudiants, j’ai redoublé ma 1ère année, j’ai fait énormément de sacrifices, mais je ne regrette rien! Je ne regrette en aucun cas ces heures passées à mon bureau au lieu de partager un moment avec mes amis, je ne regrette pas ces jours de fêtes passés à revoir pour la énième fois mes cours d’anatomie ou de biochimie. L’instant où j’ai vu mon nom sur cette fameuse liste restera à jamais gravé dans ma mémoire, tout comme les larmes de mes grands parents, l’amour dans le regard de Papa et Maman et la fierté dans les yeux de mon frère. Ils m’ont porté pendant ces 2 longues années, je ne pourrais jamais assez les remercier de m’avoir tant soutenu, consolé quand ça n’allait pas… bref d’avoir été là.
    Le 1er jour de mon 1er stage en tant qu’externe a été un grand moment: je faisais le grand saut! J’allais enfin cotoyer ces symptomes, la sémiologie que j’avais appris depuis 2 ans mais surtout j’allais parler, toucher, écouter et j’espère aider des hommes, des femmes tous aussi divers les uns que les autres, avec leur sourire, leur souffrance, leur passé. Ca peut paraître un peu nunuche, mais toutes ces personnes m’ont beaucoup appris et grâce à elles je deviens peut être un peu plus humaine à leur côtés. Et je crois que je peux affirmer que j’apprends mille fois plus sur le « terrain » , grâce à eux que dans mes livres.
    Comme toi Ptitemouah, je réalise que je vais avoir l’honneur d’être médecin, et que je suis en train de réaliser le rêve de la petite fille de 8 ans que j’étais.

    Mon commentaire est un petit peu long, mais ton article m’a tellement parlé.
    Bonne continuation chère Consoeur ;) et bon courage pour la suite .
    Merci Ptitemouah et merci Hélène!

    Bonne journée à vous toutes!

  • #18 pix-elle le 17 novembre 2010 à 14 h 54 min

    Pititemouah Une autre Hélène:
    Comme beaucoup, je me lance après quelque temps de lecture silencieuse
    Je suis également étudiante en médecine, ton texte a eu écho en moi. Pour tout dire, j’ai parfois du mal à me rappeler ce qui m’a poussé à vouloir devenir médecin. Et puis en lisant cet article, je me suis dit que c’était ça effectivement, c’était ce « ça » qui était toujours là quelque part dans un coin de ma tête mais que j’avais un peu oublié.
    Merci beaucoup pour ces quelques lignes qui redonnent du courage, et qui montrent qu’on peut avoir des études prenantes mais s’intéresser de très près à ce qui touche la beauté :-D
    Bonne journée

  • #19 Hélène le 17 novembre 2010 à 14 h 58 min

    pix-elle: bienvenue à toi !

  • #20 sandrine-la-bordelaise le 17 novembre 2010 à 16 h 22 min

    aah merci pour ce témoignage!! Ma meilleure amie que j’aime plus que tout est en 2eme année de médecine après des années de galère, seulement quand elle a un coup de blues et de doute, difficile de trouver les mots justes. Ces mots tu les as et je suis sûre que lire ton article lui donnera le courage de s’accrocher! Bonne chance à toi tu feras un excellent médecin j’en suis sûre :)

  • #21 pititemouah le 17 novembre 2010 à 16 h 39 min

    salut à toutes!

    merci beaucoup, ça me fait plaisir que ce texte vous parle…et ça me donne une bonne dose de courage pour bosser:)

    Une autre Hélène, pix-elle: vous me faites rougir, ça me touche que mon texte fasse écho à votre propre histoire….

    LN2Montpels: pour ma part, ce sont bien souvent des femmes qui ont été les plus odieuses avec moi…certaines sont encore plus macho que les hommes….elles en ont tellement bavé pendant leurs études qu’elles font payer aux suivantes…heureusement, c’est une minorité!

    Babemoups: courage!! ça vaut le coup, tu verras!

    Pidou: ahah, ma future spé, une grande question pour moi en ce moment…. je suis pas encore fixée, mais je m’oriente plus vers les urgences ou la réa….mais rien de bien sûr encore, il me reste 1 an et demi pour choisir…le seul élément sûr pour ma future carrière, c’est que je ferai de l’humanitaire, c’est non négociable:)

    Estelle: j’espère arriver à faire ce tour de magie oui….

    c’est marrant, personne ne m’a posé LA question qu’on me pose toujours quand je dis que je fais médecine: combien d’année il me reste ! (pour repondre à cette non question, au moins 4 et demie, mais plus probablement 5 et demie…)

  • #22 Une autre Hélène le 17 novembre 2010 à 17 h 16 min

    pititemouah: Tu as su trouver les mots justes, et c’était un plaisir de te lire!
    Je suis assez d’accord avec toi : ce sont souvent des femmes qui ont été le plus odieuses avec moi, ou avec mes amies. Elles sont peu nombreuses, heureusement!
    La plupart des médecins sont très pédagogues et nous apprennent bcp!
    Dans quelle ville étudies-tu?
    Bon courage pr l’ECN, j’espère que tu auras la spé et la ville que tu souhaites!
    Plus qu’un an et demi de dur labeur pr moi aussi ! Glooups !

    Babemoups: Tiens le coup! Tu verras ça en vaut la peine!!! Ce n’est qu’une année désagréable, mais elle vaut vraiment le coup! Bon courage Babemoups !!!!

  • #23 Cyrielle le 17 novembre 2010 à 18 h 03 min

    Félicitations pour ton concours! Et pour la suite! Je connais pas trop tout ça, vu que je suis plus une littéraire, mais j’ai des amies qui l’ont tenté, et même si c’étaient les meilleures élèves de la classe en collège et lycée, elles ne l’ont pas eu, donc j’arrive à me faire une idée de la difficulté à le réussir.
    Et bravo pour ta vocation, parce qu’aider les gens, c’est une des plus belles choses qu’on puisse faire dans la vie, et t’as l’air vraiment passionnée, c’est pour ça que ton texte est si plaisant à lire. :)

  • #24 Wooly le 17 novembre 2010 à 18 h 28 min

    Ma soeur vient de passer son internant et est donc interne, je l’ai vue s’user pendant 6 ans nuit et jour sur ses bouquins et je suis très fière d’elle ^^ Je te souhaite beaucoup de courage, et je trouve que tu as pris une décision formidable, car en plus d’avoir les neurones pour il faut surtout avoir envie de les aider les gens ^^ Bravo !

  • #25 LaPanthèreEnBlouseBlanche le 17 novembre 2010 à 19 h 33 min

    Hé ben Hélène y’a beaucoup d’apprentis médecin ou paramédicaux sur ton blog!

    pititemouah: étant interne depuis peu, je ne peux que t’encourager à persévérer dans cette belle vision de notre boulot! nous sommes des privilégiées (je mets au féminin parceque maintenant y’a plus de filles en médecine que de mecs) car 1)on fait un job qui nous passionne ce qui n’est pas donné à tt le monde et 2) et le principal, ce que les gens que l’on a la chance d’aider nous renvoient est un bonheur de chaque instant,
    même si il y a beaucoup de moment difficiles,
    je me répète mais c’est vraiment une chance inestimable de trouver ce pourquoi on existe sur terre, de se sentir à sa place

    Babemoups: si c’est vraiment ce que tu veux, garde la motiv! tu verras, malgré ce qu’on peux te dire, la P1 n’est pas l’année la plus difficile, la D4 l’est aussi mais différemment, mais tt ça est mille fois compensé parce ce que ce job t’apportera si tu le choisi pour de bonnes raisons!

    et surtout il ne faut pas oublier de construire SA vie aussi, on ne peux pas être un bon médecin en n’étant pas un humain équilibré et sociable!

  • #26 Mannick le 17 novembre 2010 à 19 h 39 min

    Un seul mot Pitite Mouah : toutes mes félicitations et mes encouragements, tu as choisi l’un des plus beaux métiers du monde !

    Ma nièce est en première année aussi et prépare ses partiels, du pain sur la planche dis donc :)

    Merci pour ce merveilleux témoignage, en espérant juste que pour que nos médecins soient encore plus « meilleurs » on leur en donnera les moyens !

  • #27 Mannick le 17 novembre 2010 à 19 h 42 min

    Mannick: OUPPS excuses-moi, toi tu n’es plus en première année, toutes mes excuses !
    Mais merci quand même de ce super et énergique témoignage !

  • #28 Hélène le 17 novembre 2010 à 19 h 47 min

    LaPanthèreEnBlouseBlanche: ben écoute, le « nous sommes des privilégiées », c’est pas ce à quoi j’aurais pensé spontanément, tant cette profession me semble difficile, et tellement admirable quand elle est bien pratiquée.

    Comme tout le monde j’ai eu affaire à bien des médecins dans ma vie, et le médecin à la fois compétent et humain est un perle absolue ;

    Au vu de tes commentaires ici et là, au fil des mois, je pense que tu es un bel être humain, condition sine qua non pour faire un bon médecin.

    Et ce commentaire se duplique évidemment pour pititemouah, dont le billet m’a énormément touchée.

  • #29 Joyce le 18 novembre 2010 à 1 h 16 min

    Bonsoir,
    Je m’identifie moi aussi, comme beaucoup ici apparemment, à ton histoire, étant passée par le concours de pharmacie… Et maintenant je prépare ma thèse d’exercice qui me permettra d’avoir le titre de docteur en pharmacie. C’est passé si vite ! Le concours n’était pas le plus dur par rapport aux autres années comme tu dis, mais sur le plan mental, je pense que ça surpasse tout ce qu’on peut imaginer. C’est une bataille avant tout contre soi, car il faut tenir jusqu’au bout. J’ai réussi du premier coup, comme toutes les autres années, parce que j’adorais viscéralement tout ce qui touche à la pharmacie et à la médecine.
    J’ai d’ailleurs eu l’opportunité d’être externe dans un hôpital, et j’étais avec les externes de médecine. J’ai adoré cet échange mutuel entre nous, et contrairement à ce que croient les médecins, les pharmaciens ne sont pas à l’ouest en physiopath ou en sémio (ce qui est logique car il faut quand même savoir ce qu’on traite…!).
    Bref, si je n’avais pas fait pharma, j’aurais sûrement fait médecine. Comme toi, c’est aussi l’environnement qui façonne nos choix. J’ai une famille de pharmaciens, donc…
    Je te souhaite une belle carrière, et essaye de pas rembarrer un pharmacien qui t’appelle pour une précision sur ton ordo ;)
    Bises

  • #30 pititemouah le 18 novembre 2010 à 13 h 00 min

    Joyce:
    j’essaierai même de bien écrire sur mes ordonnances;)

  • #31 Fenghuang le 18 novembre 2010 à 13 h 19 min

    aaah la P1….je suis en plein dedans!! qu’est ce que je fais sur le blog d’hélène alors?? bonne question!! bon je retourne à ma radioactivité alors…..xD

    sinon pour vous rassurer, entre les personnes qui atterrissement là sans trop savoir pourquoi ou comment, on trouve quand même beaucoup de passionnés sur les bancs de médecine!

  • #32 Joyce le 18 novembre 2010 à 16 h 19 min

    pititemouah: Il me semble que la sécu te subventionne même pour que tu t’achètes un ordi et un lecteur de carte vitale. Comme ça tu peux écrire une ordo lisible et en DCI !!!! Le rêve, quoi. :)
    Je te taquine, fais comme tu le sens. Y’a pas mal de médecins qui se trompent sur leurs ordos à cause de leur ordi. Ils cliquent sur le mauvais dosage, ou le médicament d’à côté etc. C’est source d’erreurs, et c’est aussi une question de préférence.
    D’ailleurs tu es en quelle année, si ce n’est pas indiscret ?

  • #33 Une autre Hélène le 18 novembre 2010 à 17 h 27 min

    Fenghuang: BON COURAGE Fenghuang !!
    Et une p’tite pause dans une journée de boulot c’est important !!! ;D

  • #34 pititemouah le 18 novembre 2010 à 18 h 04 min

    Joyce:
    arf, à l’hopital, à part aux urgences pour nous, c’est quasi exclusivement des prescriptions manuscrites…je vais être obligée de faire des efforts d’écritures pendant un moment:) mais c’est vrai que d »écrire les ordonnances, ça permet de reflechir sur chaque donnée inscrite, ça évite les erreurs de poso ou autre..
    je suis en D3, donc en 5ème année. plus qu’un an et demi avant l’internat (youhouuuuuu)

    Fenghuang: je suis totalement d’accord avec « l’autre hélène »:) Il faut se garder du temps pour soi, pour se détendre, penser à autre chose, sinon tu tiendras difficilement jusqu’au bout! c’est marathon, ne part pas en sprint dès le début!

    Une autre Hélène: j’étudie dans cette chèère fac de caen….(qui au classement des fac de médecine de france est souvent classée dans les dernières…..snif…), mais à côté de ça, j’ai la chance d’aller en stage dans des services qui sont bien souvent dans les meilleurs français….ça compense:)

  • #35 LaPanthèreEnBlouseBlanche le 18 novembre 2010 à 19 h 23 min

    Hélène: tu n’imagine pas à quel point ça me touche, vraiment

  • #36 Une autre Hélène le 20 novembre 2010 à 15 h 25 min

    pititemouah: Comme je te comprends (again !)
    J’étudie à Limoges, et c’est pas folichon non plus niveau classement… Mais on compense avec de bons services et de bons stages!!! Bonne continuation !!!
    Et je suis certaine que tu feras un excellent médecin, très humain!

  • #37 kamo le 20 novembre 2010 à 22 h 31 min

    Je suis très contente de lire vos témoignages : au vu de la morosité ambiante, vos enthousiasmes font plaisir à lire !

  • #38 Laura le 15 novembre 2011 à 15 h 28 min

    Ce n’est vraiment pas mon genre de commenter des articles sur des blogs, mais j’ai vraiment adoré le tien.
    Si je n’étais pas partie dans des études de droit et si j’avais eu la fibre scientifique, je me serais sans nul doute tournée vers la médecine. J’ai beaucoup de respect envers cette profession; mon père était médecin, bien qu’il rentrait tard le soir à la maison, la passion du métier se lisait dans son regard et je pense que c’est la plus belle des récompenses : exercer un métier qui nous passionne.

    Bon courage pour la suite de tes études.

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.