L’amour sans genre, par Diripouf

4 février 2009

« Je ne sais pas trop par où commencer, me concentrer sur mon histoire perso ou sur mes grandes idées abstraites sur la vie l’amour tout ça ? Bon, c’est un peu tout lié donc je vais vous faire un medley :)

Donc le début du début, c’est que je suis bisexuelle.

Etonnamment, je l’ai toujours su. J’avais plus d’attirance pour les filles vers la pré-adolescence / l’adolescence, mais avec le recul je pense que c’est davantage le côté rassurant de découvrir l’amour sous la même apparence que la sienne… Ensuite, j’ai vécu des histoires très belles avec des hommes et des femmes, et aujourd’hui j’ai un doudou (homme) à la maison que je ne laisserais s’échapper pour rien au monde :)

Bien sûr, ce n’est pas pour rien que je pense avoir trouvé la bonne personne en… un homme. J’ai appris à reconnaître ce qui m’attirait dans les deux sexes (qui sont quand même bien différents, on est d’accord !), et même si au niveau désir / être amoureux / vivre une belle histoire, je suis attirée par les deux sexes, je pense pouvoir dire que sur le long terme, je me vois plus « en couple » avec un homme, pour un tas de raisons complexes qui n’intéressent que moi :)

J’ai parfois l’impression d’être un OVNI car je pense sincèrement qu’on est tous un peu bisexuels. Pour moi, l’amour ne se définit pas par défaut. D’ailleurs, si je fais un sondage 100% honnêteté dans la salle, je suis quasiment persuadée que la plupart d’entre nous ont déjà ressenti de l’amour pour quelqu’un du même sexe… non ? Sans forcément passer à l’acte, sans forcément se l’avouer, sans forcément y attacher des désirs sexuels. Parfois parce qu’on ne se l’autorise pas soi-même (c’est quand même sacrément déstabilisant… pour preuve le nombre de suicides de jeunes qui se découvrent une orientation sexuelle « pas comme les autres ») et parfois parce qu’on pense que les autres ne nous y autoriseront pas.

Je ressens de l’attraction pour des personnalités, des charismes ou des timidités, des intelligences, des générosités, des manières de sourire et des regards… et tout cela n’est ni féminin ni masculin. Kinsey a un jour dessiné une Echelle d’orientation sexuelle et il expliqua qu’à la base, l’humain est bisexuel. Ensuite, les gens varient et font des choix, parfois inconscient et parfois conscients, et deviennent parfois « exclusivement » homosexuel ou hétérosexuel. N’empêche que les frontières sont floues et qu’il est important de dépasser la conception du « straight or gay ».

D’ailleurs, l’ennemi se cache parfois où on ne l’attend pas ! La grande blague des homos envers les bis c’est « Bi now, gay later ». En gros, la bisexualité ne serait qu’une espèce de sas d’entrée de l’homosexualité. Je n’aime pas cette façon de voir, et elle est heureusement de plus en plus minoritaire. De leur côté, les hétéros sont plus compréhensifs, mais c’est souvent parce que cela réveille en eux le fantasme (on ne peut plus banal) du truc à 3…. *soupir* Parfois cependant, les bis sont vus comme des menaces énormes car ils jouent sur tous les tableaux, on est vus comme des prédateurs sexuels de première classe, imprévisibles et assoiffés de chair fraîche :D

Ma famille n’en sait rien, tout simplement parce que je n’ai jamais pensé nécessaire de leur en parler. C’est une forme de pudeur, je ne leur ai jamais beaucoup parlé de ma vie amoureuse de toutes façons. Ma maman s’en doute fortement, et je ne nierai bien évidemment pas si elle me posait la question. Beaucoup de mes ami(e)s proches n’en savent rien non plus, à part bien sûr ceux qui me connaissaient pendant les moments où je sortais avec des filles. Une fois de plus, pour moi c’est un non-sujet, presque un non-débat. Je m’insurgerai toujours dès que l’homophobie ressort au détour d’une conversation, et je ne mentirai jamais si l’on me demande si j’aime aussi les filles.

Bon, ce O toi lectrice est bien décousu, je m’en excuse par avance et j’espère que cela vous aura fait réfléchir quelques secondes sur la bisexualité :)

Signé : Diripouf »

205 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

205 commentaires

  • #1 PrincesseTorchon le 4 février 2009 à 8 h 59 min

    Je ne peux qu’approuver ! et applaudir ta franchise sur le sujet. Personnellement je ne suis jamais passée à l’acte avec une autre femme mais je suis persuadée comme toi qu’à des niveaux différents (selon notre histoire, notre passé, notre culture) nous sommes tous bisexuels.

  • #2 Titburette le 4 février 2009 à 9 h 09 min

    Coucou! Je trouve ton texte très chouette!!! Et aussi très vrai….

  • #3 mimou le 4 février 2009 à 9 h 25 min

    L’essentiel pour moi est d’être bien dans sa peau, après, garçon, fille, ou les deux, qu’importe!
    ton texte n’est pas si décousu que ça, il est vrai c’est tout

  • #4 Coralie Marie le 4 février 2009 à 9 h 26 min

    Je crois aussi qu’on est tous plus ou moins bisexuels, et rien ne m’énerve plus que les hommes (bizarrement, quasiment toujours des hommes) qui affirment que jamais, au grand jamais ils n’éprouveront d’attirance pour un autre homme. Qui peut le savoir ?? Evidemment qu’on peut tous un jour ou un autre, craquer pour quelqu’un du même sexe !

    C’est devenu assez naturel pour moi de ne plus penser en terme d’hétéro ou homo, chacun a sa sexualité, avec plein de nuances autres que le sexe de la personne en face (certaines aiment les blacks, d’autres les mecs de plus de 1m90, c’est vrai, chez les gens il y a des fils conducteurs autres que le fait que ce soit des hommes !).

    J’ai un ami bisexuel, et j’ai été super choquée de voir que quand j’en ai parlé à une fille hétéro et un mec homo, les deux se sont montrés dubitatifs, avec comme tu le dis Diripouf l’idée du « bi now, gay later ». Pourquoi est-ce que ce ne serait pas possible d’aimer les deux ??? Ca me dépasse !

  • #5 Lullaby77 le 4 février 2009 à 9 h 28 min

    Et bien Diripouf je trouve ça vachement intéressant!

    Je ne suis jamais tombée amoureuse d’une autre fille, je crois pas avoir jamais vraiment été attirée par une fille, en tous cas certainement pas de la même manière que par les hommes. Mais je me suis déjà demandé: et si un jour je trouvais tout ce que je recherche chez l’autre dans une femme plutôt que dans un homme? Enfin, si mon « âme soeur » avait un corps de femme? Est-ce que le grand amour a une orientation sexuelle? Je trouve que ce sont des questions intéressantes.

    Bon je crois pas que ça m’arrivera, y a des choses que j’aime chez les hommes et qui me manqueraient trop :) Mais parfois je me dis en rigolant qu’avec une fille, ça serait plus facile de se comprendre à certains niveaux :)

    En tous cas c’est courageux d’affronter le tabou et d’en parler ici :)

  • #6 lilipouch … le 4 février 2009 à 9 h 32 min

    sujet super interressant,
    je suis assez d’accord avec ce que tu dis,
    j’ai pas le temps de dévellopper mais je reviendrais ds la journée!

  • #7 Véro la Bisontine le 4 février 2009 à 9 h 38 min

    Très touchant ton texte…

    Hétéro jusqu’au bout des ongles, je n’ai jamais ressenti d’attirance (physique) pour une fille.

    Ce qui ne m’empêche pas d’avoir de réels sentiments pour des filles (dans ce cas là, on se situe dans l’amitié profonde et réelle).
    Même si ces filles me manquent, que mon coeur fait boom quand je les vois, je ne me vois à aucun moments dans leurs bras…

    C’est ce que m’avait dit un ami homo, il y a qques années, quand on était ado…:
    Lui : tu te vois dans les bras d’une fille?
    Moi : nan, pas du tout
    Lui : ben moi non plus…

    J’ai compris que l’on avait le même ressenti à ce sujet, cela m’a aidé à mieux le comprendre….

    Après, être amoureux, ça peut se situer dans un registre platonique… pas forcément besoin de passer à l’acte pour aimer qqu’un…(fille ou garçon).
    C’est mon avis…

  • #8 Diripouf le 4 février 2009 à 9 h 42 min

    C’es tres vrai ce que tu dis Vero, la sexualite fait partie prenante d’un sentiment amoureux, c’est peut-etre la plus importante difference entre une amitie « tres profonde » et un amour.

    Et l’attirance purement physique est tres irationnelle et generalement peu controlable (huhu). Mais cela demande aussi beaucoup de recul sur soi-meme et d’honnetete de se poser la question tranquillement de savoir si, comme tu dis, on « se voit » dans les bras de quelqu’un du meme sexe.

  • #9 Diripouf le 4 février 2009 à 9 h 44 min

    Ce que tu dis sur les hommes, Coralie Marie, est tres vrai : dans les societes occidentales qui ont base pas mal de l’imaginaire sexuel collectif sur les fantasmes masculins, la bisexualite ou meme l’homosexualite feminine (qui est forcement dans le registre des deux femmes aux cheveux longs et rouge a levres qui se frottent les seins sous la douche, et pas du tout les deux butch aux cheveux rases qui portent des Converse) est bien mieux percue que la masculine, qui elle remet en question la virilite de l’homme.

  • #10 Diripouf le 4 février 2009 à 9 h 45 min

    Roooooh, j’ai oublie de vous dire bonjour a toutes :))

    (et pardon Helene pour le triple commentaire des le debut, oups !! je commence mal…)

  • #11 Hélène le 4 février 2009 à 9 h 50 min

    Tout va bien ma poulette, c’est ton billet, tu fais autant de triples commentaires que tu veux ;-)

    « si mon “âme soeur” avait un corps de femme ? » : Lullaby je crois que tu poses la question essentielle, effectivement, et je me suis souvent demandé ça aussi… sauf qu’à ma grande déception (parce que j’imagine bêtement que vivre avec une fille c’est plus facile, arlors qu’en fait pas du tout), je ne suis pas du tout attirée par les filles.

    J’ai lu dans un roman, récemment, une phrase qui a tilté parce que c’est ce que je ressens : « je n’éprouve aucun désir de maniuler des organes dont je suis aussi détenttrice » ;-)
    Ca paraît cru et pas glampour, dit comme ça, mais c’est vraiment ce que je ressens : pour moi une fille c’est pas du tout intéressant, du point de vue sexuel, parce que c’est pareil que moi, je crois que j’aurais l’impression d’être face à un miroir.

    Je crois que j’ai fondamentalement besoin de la différence masculine (qui m’attire physiquement, par ailleurs), mêem si vivre avec un mec, c’est objectivement un challenge ;-)

  • #12 sylvine le 4 février 2009 à 10 h 04 min

    très juste ton texte…
    j’ai toujours fini dans les bras d’un homme… mais je pense depuis toujours qu’on tombe amoureux d’une personne et pas d’un sexe…

  • #13 Lullaby77 le 4 février 2009 à 10 h 05 min

    Oui Hélène c’est tout à fait ça, parfois j’imagine bêtement que vivre avec une autre femme serait plus facile! Mais ça n’a rien à voir avec une attirance réelle. Et de toute façon ça doit pas être différent de vivre avec une homme, vivre ensemble ça nécessite toujours des compromis!
    :-)

  • #14 Coralie Marie le 4 février 2009 à 10 h 06 min

    Ce qui me semblerait difficile personnellement, c’est d’être face à un corps auquel je peux me comparer ! Je trouverais ça difficile d’être avec une femme qui a moins de bourrelets que moi, alors que le poids d’un homme m’indiffère :-) (je suis probablement horriblement narcissique !) Mais malgré tout, même si j’aime fondamentalement les hommes et que j’aime faire l’amour avec eux, je me dis que, qui sait, un jour, une fille, peut-être !!

    A propos de « et si mon âme soeur avait un corps de femme ? », une de mes copines avait rencontré un mec sur internet, sur un forum de jeux où son pseudo à elle laissait supposer qu’elle était un mec. Ils s’entendaient incroyablement bien, mais elle n’osait pas lui dire la vérité. Du coup, lui était prêt à devenir gay !!! Finalement ils se sont rencontrés et forment un couple hétéro, mais comme quoi, leur amour était tel qu’il aurait préféré aimer un homme que le perdre !

  • #15 Miaou le 4 février 2009 à 10 h 08 min

    Moi j’aime beaucoup ton texte, et je trouve que le sujet n’est pas si simple…

    Commençons par les hommes et le fait qu’on ne puisse pas parler de leur éventuelle bisexualité. Je suis d’accord que les hommes devraient plus assumer leur féminité, on a tous en nous une part féminine et une part masculine, et parfois on a honte de ça, ce serait bien d’apprendre à dépasser ça. Jusque là très bien. Mais vous en connaissez beaucoup des femmes contentes de vivre des ébats torrides avec des hommes et de savoir qu’ils ont pu à un autre moment être pénétrés par des hommes? J’ai envie de dire non. Je ne crois pas que ça plaise aux femmes, et mes amis bisexuels me disent d’ailleurs que lorsqu’ils ont une « femme », ils lui cachent le fait que cela leur arrive d’avoir un « homme ». Donc oui, ça touche leur côté viril, et même si c’est bien de faire parfois tomber le masque trop viril des hommes, je pense que eux comme nous, avons besoin de cette virilité… (Je ne veux pas dire que les homosexuels ne sont pas virils, c’est un autre sujet) Donc c’est normal que la bisexualité ne soit pas un sujet simple pour les hommes.

    Ensuite, pour tout ce que tu écris… Moi je n’ai jamais réussi à avoir de réponses là-dessus. J’ai déjà ressenti de l’attirance pour une fille, mais je ne me suis jamais imaginée avec une fille, et je n’en ai jamais eu envie. Est-ce que c’est tout le tsatsoin de la société sur ces sujets, est-ce que ce sont des barrières culturelles,est-ce que c’est moi, qui m’empêchent d’avoir ces envies (c’est pas que j’ai envie d’avoir envie, parce que je pense vraiment que c’est auprès d’un homme que j’ai envie de construire ma vie, donc j’essaie juste de répondre à des questions philosophiques quand je me demande ça :-). Ou est-ce tout simplement que je suis hétérosexuelle, et que ça existe?

    Après tout, si ça n’est pas sous forme naturelle mais culturelle que nous choisissons d’être hétéro/bi/homo, c’est quand même important le facteur culturel.

    Donc, peut-être à l’état naturel sommes nous tous d’une même sexualité, mais la société nous a rendus différents de ce point de vue là, pourquoi ne pas juste respecter ces différences?

  • #16 Diripouf le 4 février 2009 à 10 h 09 min

    Haha, detrompez-vous les filles ! Les femmes sont – on l’aura compris – plus complexes (oserais-je dire plus chiantes ? huhu) que les hommes sur bien des points…

    Et au niveau de toucher des organes qu’on a deja, je dois dire que ce n’est en rien plus facile – pour donner un peu de credit a ces messieurs, il est plus facile de faire plaisir a un homme qu’a une femme, et c’est pas parce qu’on en est une que la tache est rendue plus simple…

    (c’etait pas clair, ca, je le sens !)

  • #17 Miaou le 4 février 2009 à 10 h 10 min

    PS: Hélène j’adore ton commentaire! Et je me retrouve complètement dedans.

  • #18 Diripouf le 4 février 2009 à 10 h 12 min

    Alors par contre Miaou, je t’arrete tout de suite quand tu ecris

    « Mais vous en connaissez beaucoup des femmes contentes de vivre des ébats torrides avec des hommes et de savoir qu’ils ont pu à un autre moment être pénétrés par des hommes? J’ai envie de dire non. »

    Euh… oui. Plein. Dont moi, par exemple :D

  • #19 Linde le 4 février 2009 à 10 h 17 min

    Je partage tout à fait ton avis! J’aime beaucoup ton texte.

    Je crois aussi qu’on est tous plus ou moins bisexuel, ou que cette possibilité existe pour chacun de nous. L’amour n’a pas de sexe!
    Perso, je n’ai jamais ressenti d’attirance physique pour une fille, mais je peux m’imaginer tomber amoureuse d’une. Et ça ne me défriserait pas. Et j’imagine qu’avec l’amour viendrait une forme de désir physique. Et ça ne me défriserait pas plus, je pense.
    Par contre, bizarrement, tous mes « coups de coeur » ont toujours exclusivement concerné des hommes, je ne suis jamais tombée amoureuse d’une fille. Quelque part, ça me déçoit un peu ^^;; (bizarre, moi? ^^;)

  • #20 Miaou le 4 février 2009 à 10 h 17 min

    Ben, je ne dis pas qu’il n’y en a pas, je ne dis pas non plus que moi je ne serais pas contente (je ne suis jamais sortie avec quelqu’un de bi), je dis juste que la majorité des femmes ne me semble pas ouverte à ça… Et c’est ce qui ressort de mes conversations avec les hommes qui vivent cette situation. Ceci dit, ils ne leur en parlent pas, donc on ne connaît pas la réaction. Peut-être qu’on est des gros has been et qu’on serait surpris de la réponse…

  • #21 double plus good le 4 février 2009 à 10 h 19 min

    @ Miaou: Ben… moi mon chéri est bi et ca ne me pose pas problème…. comme Diripouf.
    Je suis en revanche une hétéro convaincue, j’ai souvent été draguée par des femmes, ça ne m’a jamais attiré (sexuellement j’entends, j’ai des amies homo avec qui je m’entends bien).
    Et tant qu’on ne drague pas mon mec sous mon nez, les préférences sexuelles des gens ne sont pas ma préoccupation principale je dois dire…

  • #22 Miaou le 4 février 2009 à 10 h 21 min

    Et mon commentaire est peut-être un peu rude (je sais pas). Mais c’est pas du tout ce que je veux. J’ai bien aimé lire ton texte, j’aime bien le fait que tu parles de frontière floue. Et ça m’interpelle.

    Mais je veux juste débattre un peu, parce que je pense que c’est un sujet compliqué qui n’a pas de réponses, si ce n’est des réponses subjectives.

  • #23 Linde le 4 février 2009 à 10 h 22 min

    @Miaou (15) et Diripouf (18) : nonobstant ma timidité naturelle, je me vois dans l’obligation de plussoyer Diripouf… *rougit mais assume*

  • #24 double plus good le 4 février 2009 à 10 h 22 min

    Diripouf j’oubliais, bravo d’avoir le courage de venir témoigner ici, même si ce n’est pas une surprise, je crois que tu as déjà évoqué la question à d’autres moments.
    Et H.S., t’en es où de ton tatouage?

  • #25 kamo le 4 février 2009 à 10 h 23 min

    Bonjour,
    Que voila un sujet délicat … mais ô combien intéressant.
    Merci Diripouf de l’avoir abordé.
    Et, une fois de plus, merci à MBDF d’ouvrir ses colonnes à de tels sujets, en effet, je ne vois pas avec qui dans mon entourage j’aurais pu aborder ce thème de la bisexualité !

  • #26 Hélène le 4 février 2009 à 10 h 24 min

    Lorsque Diripuf m’a envoyé ce texte, je lui ai dit « tu veux prendre un autre pseudo pour ce texte précis? D’autres filles l’ont fait avant toi, tu as tout à fait le droit de ne pas avoir envie d’être étiquetée bisexuelle sur mon blog ».
    Ben rien du tout, elle s’en fichait complètment ;-)
    Moi je dis, bravo petite, tu es une sacrée personne.

  • #27 Diripouf le 4 février 2009 à 10 h 25 min

    Miaou, je pense que ce que tu dis est base sur des intuitions, probablement assez fausses (je dis ca sans mechancete aucune) ;) qui montrent que l’on connait bien mal les femmes, ce qui les degoute ou pas, etc.

  • #28 Coralie Marie le 4 février 2009 à 10 h 26 min

    Par rapport à la phrase de Miaou, il y a moi aussi :-) J’adorerais ça au contraire, et le semblant de pénétration que j’ai pu aborder avec certains de mes amants révèle toujours quelque d’inédit et de très excitant dans leur sexualité !
    Mais c’est possible qu’une majorité de femmes soit effrayée par cela !

  • #29 Hélène le 4 février 2009 à 10 h 26 min

    Boh moi ça m’est jamais arrivée (de coucher avec un mec qui avait couché avec des mecs ;-), mais je crois que je m’en foutrais total ;-)

  • #30 Breizh’ le 4 février 2009 à 10 h 26 min

    Diripouf, c’est la première fois que « j’entends » quelqu’un s’exprimer sur ce sujet d’une manière aussi posée, tranquille et non polémique ou justificative. Ce que tu écris est juste, tout simplement…beau, tendre et affirmé. Merci à toi d’en parler avec autant de simplicité.
    En ce qui me concerne, sans que je sache comment ou pourquoi, je me suis toujours dit que l’amour était une question de personne et non de « genre ». Jusqu’à présent je suis tombée amoureuse d’hommes mais si je rencontre un jour une femme dont je tombe amoureuse, ben…et alors???? Et quand les discussions entre amis arrivent sur ce sujet, c’est impressionnant de voir la « passion » que cela génère dans les échanges…
    Pas eu le temps de lire les com’s mais je crois que ce soir je vais adorer prendre ce temps là.
    Belle journée!!!

  • #31 Camille le 4 février 2009 à 10 h 26 min

    C’est un sujet important, je trouve. Merci de partager ça avec nous Diripouf.

    Pour ma part, je crois que lorsqu’il s’agit d’Amour, le fait qu’un homme ou une femme en soit l’objet ne fait aucune différence. On parle d’un sentiment qu’on ressent au plus profond de nous même et qu’à un certain point, le sexe ne compte plus.
    En revanche, lorsque l’on parle d’attirance physique, je trouve ça différent (par rapport à ce dont je parle au-dessus, rien d’autre) dans le sens ou le corps nous attire autant que l’être.

    Je suis désolée, ce n’est pas super clair, j’ai un peu de mal à m’exprimer. En gros, j’essaye de dire que, pour moi, n’importe qui peut être amoureux de n’importe quel sexe, mais que la bisexualité c’est une attirance physique pour les deux sexes.

  • #32 Miaou le 4 février 2009 à 10 h 28 min

    @Double plus good et Diripouf: okay, il faut que j’y réfléchisse autrement alors, j’ai sûrement une fausse image de ce que veulent les femmes…

  • #33 Lullaby77 le 4 février 2009 à 10 h 29 min

    @ miaou: bof, c’est sans doute très personnel, perso l’idée d’être avec un homme qui a été avec des hommes ne me fait ni plus ni moins d’effet que de savoir qu’il a été avec d’autres femmes. La seule chose que ça pourrait m’inspirer, c’est de la jalousie envers d’autres hommes en plus des autres femmes si j’ai l’impression qu’il les regarde de trop près ;-) (mais en général quand j’ai confiance je suis pas jalouse donc c’est pas grave)

  • #34 Diripouf le 4 février 2009 à 10 h 29 min

    Ah mais c’est rigolo parce que je m’en fiche completement, d’etre etiquetee bisexuelle, et les lesbiennes qui me traitent de traitre a la cause parce que je vis en couple avec un homme me font faire pipi par terre de rire :D (bon, ok, c’est rare, mais ca arrive)

    Mon tatouage va bien, il est tout fini :)

    Miaou, ne prend pas mal mon commentaire precedent hein, attention ;) Je voulais simplement dire que l’on ne connait pas si bien que ca ce qui fait fremir de plaisir les femmes, et je pense que le nombre de femmes qui sont emoustillees par l’idee d’un homme bi n’est pas negligeable (moi par exemple, si mon homme etait degoutee par la proximite physique avec un autre homme, je ne sais pas si je le vivrais tres bien…)

  • #35 Camille le 4 février 2009 à 10 h 29 min

    @Linde (19) : c’est exactement ce que j’essaye de dire dans mon commentaire mais j’ai eu un peu de mal :s

  • #36 Miaou le 4 février 2009 à 10 h 31 min

    @Diripouf: et je viens de voir ton nouveau commentaire: oui je pense que je connais bien mal les femmes, c’est sûrement pour ça que j’ai souvent l’impression d’être à part (mais en fait non).

    @Coralie Marie: ben moi aussi je me dirais ça, que ça enrichit les choses, mais je pensais pas que les femmes en général étaient d’accord…

  • #37 Ad le 4 février 2009 à 10 h 32 min

    Quelle question intéressante tu poses là Diripouf ! C’est vrai qu’on a l’habitude de débattre sur l’homosexualité mais sur la bissexualité, pas tant que ça finalement !
    Je ne suis jamais sortie avec une fille, et j’adore faire l’amour avec les hommes ; et pourtant, le nombre de fois où j’ai fait des rêves très très torrides avec une fille ! Pour le coup, la dimension « amoureuse » est totalement absente : c’est une pulsion purement sexuelle. J’ai déjà été fascinée par une fille de mon entourage que je savais homo : quelqu’un de très glamour, très mystérieux, très féminin, une sorte d’icône… Elle était pour moi l’inaccessible. Je ne l’aimais pas, je la désirais parce qu’elle était belle et fuyante.
    Etrange ! Je casse un peu l’idée que vous avez développée selon laquelle la sexualité est intimement liée à l’amour, je suis désolée. Je ne m’explique pas moi-même ma perception des choses : tout ce que je sais c’est qu’il n’y a nulle tendresse dans ces quelques moments de vie et d’attirance pour le même sexe, mais un désir puissant de jouir de quelque chose d’inconnu, de difficile à atteindre et de précieux, comme une sorte de bijou…

  • #38 Linde le 4 février 2009 à 10 h 38 min

    @ Ad : c’est très intéressant ce que tu écris! Et joliment dit…
    Et je suis tout à fait d’accord sur le fait que la sexualité n’est pas forcément liée à l’amour. En ce qui me concerne, je peux éventuellement m’imaginer coucher avec un homme sans amour, mais parce que je le désire intensément, mais pas avec une fille : je crois tout simplement que c’est parce que la pulsion d’origine envers les personnes de mon propre sexe n’est pas assez forte. Je peux désirer spontanément un homme inconnu, ça ne m’est jamais arrivé avec une fille…d’où la nécessité de l’amour, en ce qui me concerne, pour sauter le pas ^___^

  • #39 Hélène le 4 février 2009 à 10 h 39 min

    Ad je suis contente que tu fasses ce commentaire parce que j’allais justement dire que pour moi la sexualité et l’amour ne sont pas nécessairement liés.
    Je pense qu’on peut être attiré puissamment par qqn du même sexe, sans pour autant avoir forcément envie de faire sa vie avec ;-)

  • #40 Hélène le 4 février 2009 à 10 h 40 min

    Hihi Linde, c’est rigolo, on dit exactement l’inverse l’une de l’autre ;-)) Comme quoi tout ça est vaste, compliqué et très personnel ;-)

  • #41 Diripouf le 4 février 2009 à 10 h 42 min

    Ad, c’est effectivement interessant ce que tu dis – pour moi aussi, le desir sexuel peut exister independamment de l’amour (mais c’est encore un autre debat !) et il m’arrive donc d’etre tres attiree par des femmes, sexuellement parlant.

    C’est aussi pour cela que je sais que je suis davantage « sexuellement » bisexuelle que « amoureusement » bisexuelle – j’ai appris a comprendre que profondement, une personnalite masculine me convient davantage pour plein de raisons, mais j’aurais du mal a me passer du corps des femmes.

  • #42 Fanchette le 4 février 2009 à 10 h 42 min

    Diripouf : on n’en attendait pas moins de toi. Tout cela a déjà effleuré lors de précédents commentaires et c’est intéressant de suivre le fil de ta pensée.
    Et les commentaires d’aujourd’hui me semblent diablement intéressants…

    Concernant l’exemple de Miaou : le jour où ça m’est arrivé (de me rendre compte qu’il avait eu des expériences homo) ça m’a pas mal troublé… Je dois dire qu’au lit il était tout à fait formidable (malheureusement il était beaucoup moins remarquable en dehors du lit, dommage) : ceci a-t-il un rapport avec cela ? Cela dénote-t-il d’une certaine ouverture (d’esprit j’entends ;-)) d’une certaine curiosité et au final d’une sexualité parfaitement assumée et épanouie. Je dirais oui.
    Mais je n’ai jamais rencontré la fille qui me donne envie… Comme Linde ça me déçoit presque tient.

    @ Hélène 11 : on s’aime et on vit chacun chez soi, comme ça le problème est réglé. Même si ça n’a pas duré mais c’est pour moi le schéma idéal ? Bon là n’est pas l’objet du début du jour.

  • #43 princessevarda le 4 février 2009 à 10 h 42 min

    Je ne suis jamais (encore) tombée amoureuse d’une fille et je ne crois pas que j’aimerais vivre avec une de mes semblables.
    En revanche, je suis passée à l’acte…. et j’ai adoré.
    Ni plus ni moins qu’avec un homme, c’était juste différent, et je recommencerai sans hésiter, à la condition expresse que ça ne mette pas mon couple en péril.
    Je rejoins assez Ad du coup, quand elle dit que la sexualité n’est pas toujours intimement liée à l’amour.
    Le sexe pour le sexe, ça a beaucoup de bon aussi, et ça peut être tendre comme torride.

    Je suis assez décousue, moi aussi, du coup…

  • #44 Miaou le 4 février 2009 à 10 h 47 min

    Non non Dirpouf, je ne le prends pas du tout mal, au contraire!

  • #45 Diripouf le 4 février 2009 à 10 h 50 min

    C’est passionant de vous lire, toutes !

    Bizaremment, je pensais (comme quoi, moi aussi j’ai des a priori) que la plupart d’entre vous allait se sentir concernees par le cote « sentiment amoureux », tout en n’ayant jamais ressenti de desir physique – je suis contente de voir que ce n’est pas le cas, pour Varda par exemple.

    Mais il ne faut pas etre decues, les filles ! L’important c’est d’etre ouvert d’esprit sur ces questions-la, apres, si ca ne se presente pas, c’est la vie, les gens purement heteros ca existe hein :D

  • #46 Linde le 4 février 2009 à 10 h 50 min

    @Hélène : hmmm, je ne dirais pas qu’on dit exactement l’inverse… je conçois complètement qu’on puisse être très attiré par quelqu’un du même sexe sans vouloir faire sa vie avec ^__^, c’est juste que, en ce qui me concerne, je n’ai encore jamais eu d’attirance assez marquée pour une fille pour passer à l’acte sans autre « gratification » que la pure satisfaction sexuelle, ou alors ce serait juste une expérience pour dire « je l’ai fait », et je ne trouve pas ça forcément très honnête par rapport à la partenaire ^__^ Ça pourrait tout à fait changer avec la rencontre appropriée! Je sais que certaines personnes savent retourner vos hormones comme une crêpe ^__^ En somme tout est affaire de goûts, d’ajustements personnels, tout dépend des fines variations du désir entre individus, on en revient toujours à ça.

  • #47 Hélène le 4 février 2009 à 10 h 52 min

    En fait Linde tout mon discours est purement théorique, donc forcément faussé, vu que je n’ai jamais été attirée par une fille, ni n’en suis tombée amoureuse… donc je parle un peu dans le vide, parce que j’ai envie de participer à cette discussion que je trouve hyper intéressante ;-)))

  • #48 Linde le 4 février 2009 à 10 h 53 min

    @Hélène : en fait, moi aussi… #^_____^#

  • #49 Hélène le 4 février 2009 à 10 h 53 min

    ;-)))))))

  • #50 Poulettedesîles le 4 février 2009 à 10 h 54 min

    Bonjour Diripouf
    J’ai beaucoup aimé ton texte. S’assumer ainsi n’est pas évident pour tout le monde. Je n’ai jamais été attiré par les filles (physiquement ou sexuellement) mais malgré tout cet état de fait chez les autres me semble totalement naturel. Après tout ce n’est pas plus étrange d’être bi que d’être homo ou hétéro. C’est même plutôt pratique je trouve : on a deux fois plus de choix.
    Cependant si mon ami était bi, je crois que ça me gênerait un peu mais pas sur le principe en lui même. Je m’explique : en tant que sa petite amie forcément j’en viens à me comparer aux précédentes. J’essaye de « faire mieux » (j’y peut rien c’est comme ça même quand j’essaie de m’en empêcher; j’espère ne pas être la seule :)). Mais si la précédente était un précédent…comment rivaliser. Impossible !!!!
    Je plaisante à moitié puisque je suis persuadée qu’une fois dans ses bras, mes accès de grosse jalouse finirait surement par s’estomper ;p…
    En tout cas merci pour ce témoignage qui fait réfléchir chacun sur sa façon de voir les choses. Ceux qui se croyait extrêmement ouvert d’esprit peuvent découvrir ainsi qu’ils ont encore des barrières dans la tête. Des récits comme le tien tendent à les faire tomber. Bravo !!!

  • #51 Diripouf le 4 février 2009 à 10 h 55 min

    « Je sais que certaines personnes savent retourner vos hormones comme une crêpe »

    Huhuhuhuhu !! C’est une bien jolie expression !

  • #52 Hélène le 4 février 2009 à 10 h 59 min

    Poulettedesîles je crois que justement, je me sentirais bien moins jalouse d’un homme que d’une femme, par rapport à un amoureux : pas la peine d’essayer de rivaliser, puisque justement ça n’a rien à voir ;-)

  • #53 double plus good le 4 février 2009 à 11 h 01 min

    @ Poulettedesiles: tu peux considerer ça de l’autre côté: tu peux completer sans rivaliser….

  • #54 Titburette le 4 février 2009 à 11 h 04 min

    Je crois aussi que je préférerai que mon homme hypothétique ait pour ex un homme ou me quitte pour un homme… Ca peut paraître dingue mais je crois qu’au fond de moi je me dirai que je n’y suis pour rien et je n’aurai pas envie de me comparer ou de rivaliser tout simplement parce qu’il y a trop peu de similitudes! C’est sûrement un peu facile et ça dénote probablement un grave manque de confiance en soi mais c’est comme ça!

  • #55 Linde le 4 février 2009 à 11 h 06 min

    @Titburette : je pense exactement la même chose! ^___^

  • #56 Cagaroule le 4 février 2009 à 11 h 08 min

    Ma première réflexion à la lecture a été « Tiens Diripouf a trouvé un clavier avec accent !  » :-))
    Ensuite je me suis dit que tu étais décidément une personne pleine de ressources, entre le tatouage, le sauvetage, ton article aujourd’hui, etc ; je ne sais pas pourquoi mais le fait que tu n’aies pas souhaité changer de pseudo ne m’étonne pas du tout ! (bizarre de « connaitre » les gens par clavier…)

    (bon je lis ce qui a été écrit pendant que j’écrivais et je reviens ! )

  • #57 Absynte le 4 février 2009 à 11 h 08 min

    Ton texte m’a beaucoup touchée, J’ai 31 ans, je suis mariée (il va sans dire avec un homme) mais avant lui ma plus belle histoire était avec un fille, avec qui je suis restée plus de 5 ans.

    En fait je ne me désigne (et considère) ni comme Hétéro ni comme Homo ni comme Bi. J’ai toujours pensé que lorsqu’on aimait une personne on aimait pas un homme ou une femme mais une personne, et de la même manière je n’ai jamais été capable de sexué (je ne trouve pas de mot approprié) mes désirs, je désir une personne pour des choses qui ne sont pas liée a son sexe mais a sa peau, son odeur, ses mains ou ses fesses, un milliers de détails, que je ne connais pas tous et que je ne sais pas et ne veux pas contrôler…

    Merci d’en avoir parlé, finalement je me sens moins « seule » et « étrange ».

  • #58 Poulettedesîles le 4 février 2009 à 11 h 09 min

    Je vois ce que tu veux dire Hélène. Mais dans ma petite tête de Poulette jalouse, la comparaison se fait forcément. Non pas sur le physique (bah oui forcément cot cot) mais plutôt sur les plaisirs et autres petits bonheur que je serai susceptible d’apporter de par ma nature de fille. Il y aurait alors d’autres plaisir que je ne pourrais jamais offrir faute de « bonne configuration ». Dans mon désir (légitime j’espère) de vouloir combler l’autre et lui apporter tout ce qu’il pourrait aimer avoir, le fait qu’il puisse être attiré par des hommes me poserait peut être problème (je dit bien peut être parce que ça ne m’est jamais arrivé).
    Tout ça c’est dans ma tête bien sûr. Si j’étais réellement dans cette situation je m’en accomoderait peut être tout simplement pour ne pas perdre l’autre. Qui sait? L’amour fait accepter tout un tas de chose qu’on imagine pas ;)

  • #59 Miaou le 4 février 2009 à 11 h 10 min

    Wah, j’étais vraiment à côté de la plaque! Je suis restée bloquée à l’époque Dirty Dancing.

    En tout cas je trouve ça vraiment bien les discussions auxquelles ton texte mène Diripouf.

    Mais vous trouvez qu’il y a les mêmes à l’extérieur (= en dehors de MBDF :-) ? JE veux dire, est-ce que c’est si simple de parler de tout ça dans la vraie vie?

  • #60 porteverte le 4 février 2009 à 11 h 11 min

    C’est marrant mais moi qui ai toute mon adolescence souffert de ne pas être un garçon, je ne suis pas du tout intéressée par les filles : j’ai peu de copines et plein de copains, dans les soirées en couple les conversations des gonzesses me gavent, je trouve les hommes, même vilains, souvent attirants, alors que même la plus jolie fille, je la regarde à peine ; à vrai dire, c’est ici que j’ai les conversations les plus « féminines » ;-)

    Est-ce à dire que si j’avais été un homme, j’aurais été homo ?

  • #61 Diripouf le 4 février 2009 à 11 h 11 min

    « Tiens Diripouf a trouvé un clavier avec accent ! ” Huhu :) A la maison j’en ai, au bureau non.

    Je suis contente que tu aies pu t’exprimer sur le sujet Absynte, cela fait partie de toi tout comme cela fait partie de moi, et meme si le cote « revendicatif gratuit a tout va » me gonfle un peu, c’est important aussi de pouvoir dire posement qui on est.

    C’est gentil ce que tu dis Cagaroule, je ne sais pas si je suis pleine de ressources mais j’essaye d’etre le plus honnete envers moi-meme possible, ce qui n’est pas forcement tres confortable tous les jours non plus ;)

  • #62 Miaou le 4 février 2009 à 11 h 12 min

    @Absynthe: je trouve ton commentaire, et ta manière de conclure super intéressants.

  • #63 Diripouf le 4 février 2009 à 11 h 16 min

    Miaou, non ce n’est pas toujours simple d’en parler dans la vraie vie.

    J’ai meme une tres bonne amie qui ne sait pas que je suis bi. Pourquoi ? Parce que je la connais assez pour savoir que, meme si elle est assez intelligente pour ne pas me juger (encore heureux, sinon ce serait pas mon amie !!), elle ne comprendrait pas forcement, et se sentirait en danger dans son role d’amie (de peur que je la drague, ou Dieu sait quoi).

    Je n’en parle pas de premier abord. Si on me demande, je le dis, bien evidemment. Je m’emporte tres facilement des que des commentaires sont un peu homophobes, a tel point que plein de gens savent, a un certain niveau, que ce sujet me touche (et etant donne qu’il connaissent mon copain, ils font vite la connexion).

  • #64 double plus good le 4 février 2009 à 11 h 21 min

    @Miaou: dans la vraie vie, je fuis aussi bien ceux qui clament que « les pédés sont tous des malades » que ceux qui me disent que « tant que t’as pas essayé, tu peux pas dire que t’aimes pas les femmes », c’est du n’importe quoi….
    Donc ils existent, mais je n’ai pas envie de les fréquenter, surtout que certains sont dangereux.Quand je me suis installée aux Pays-Bas avec mon homme, j’ai rencontré à une fête un jeune garçon très déprimé, car il avait décidé de « révéler » à ses parents qu’il aimait les hommes.
    Ça s’est très mal passé avec son père et une semaine après, ce garçon s’est suicidé. Il avait 19 ans. Depuis je ne supporte plus les intolérants.

  • #65 Fanchette le 4 février 2009 à 11 h 24 min

    Miaou 59 : en dehors de MBDF ça dépend des gens que tu fréquentes. Mais avec les gens ouverts d’esprit c’est toujours possible à aborder. Ça a été l’objet d’une de nos conversations du réveillon du nouvel an avec mes 2 meilleurs copains : « On ne choisit pas de qui on tombe amoureux » . L’un était d’accord avec moi (théoriquement du moins, car dans la réalité il avait du mal à se voir sortir avec un homme) ; l’autre totalement opposé, impossible à imaginer pour lui. Même tomber amoureux d’une femme plus âgé est pour lui inconcevable !!
    Bref on était archi pas d’accord. Mais on a pu en parler sainement, en s’écoutant les uns les autres.
    Enfin, les amis c’est comme les amoureux : faut les choisir ouvert d’esprit.

  • #66 Aubépine le 4 février 2009 à 11 h 25 min

    Personnellement, je ne pense pas que nous soyons tous bi à la base. Parce que, et cela a été dit plus haut, l’amour et la sexualité sont deux choses qui peuvent différer.
    J’ai aimé des filles. Fortement. Je les aies appelées (et continue à en appeler une ainsi !) « Mon coeur », « mon amour », « ma chérie » . Et elles l’étaient. Je les aimais du plus profond de mon coeur, et leur présence était une joie.
    Mais sexuellement, c’était le calme plat. Ah oui, elles étaient jolies ! Mais de pulsion dans le bas ventre, que nenni. Elles étaient mes amours du coeur.

    Cela, je le sais depuis toute petite (du moins depuis le moment ou j’ai eu une conscience sexuelle). Je ne suis pas bi. Je ne l’ai jamais été.Il me faut, sexuellement, du plat ou je ne suis que courbe, du solide ou je suis douce. (au fond, le premier commentaire d’Hélène est tout à fait ce que j’aurai pu écrire)
    La sexualité des autres, quelle qu’elle soit, je l’accepte (pour aller plus loin, je m’en tape un peu. S’ils sont entrés dans mon coeur, ce ne sont pas leurs préférences qui vont y changer quoi que ce soit).
    Mais quelque part, du coup, je n’aimerai pas que d’une préférence on fasse une revendication. Je crois sincèrement qu’on a le droit d’être bi, homo ou hetero. Mais je n’ai pas envie que l’on m’assène : A la base on est tous bi. Ou tous hétéro. Ou tous homo.

    A la base, personne n’en sait rien *ceci étant dit avec un sourire, comme tout le reste de mon commentaire*

  • #67 elisabeth73200 le 4 février 2009 à 11 h 28 min

    bonjour moi j ai essai avec une femme et puits en faite je lui et dit qui fallait qu’ont arrête la ses une experiance bien mai la je suis avec un doudou qui et très gentil et très adorable donc experiance de femme je ne reconmenserai pas dessoler mais je suis pas très fan de sa mais je ne insulte pas les femme qui sort avec d autre femme j ai des amie bi donc cela ne me dérange pas

  • #68 Absynte le 4 février 2009 à 11 h 28 min

    Je confirme que ce n’est pas facile d’en parler, c’est d’autant plus dur que les hommes fantasment (chouette un plant a plusieurs en perspective!) et les femmes ont « peur » effectivement comme le dit Diripouf probablement par peur de l’ambigüité propre à toutes relations un peu intense, même amicale (ou ça c’est qu’avec moi?).

    Après moi je préfère en parler tout de suite, pour que les choses soient claires, mais ça fait une sorte de tri… Et l’une des conclusion c’est que je n’ai pas des masses d’amis filles…. mais au moins je sais qu’il n’existe pas ce genre de barrières entre celles qui restent et moi!

  • #69 Diripouf le 4 février 2009 à 11 h 32 min

    C’est tres vrai ce que tu dis Aubepine, je crois juste que tu parles davantage d’attirance sexuelle – dans ce que tu dis, moi je vois bien la bisexualite, mais juste sans desir physique ;) Je sais pas si c’est tres clair…

    Mais par contre tu es tout a fait dans le juste quand tu dis qu’a la base on est « rien du tout » – ce que je voulais exprimer, c’est qu’il est ridicule de partir d’un postulat d’heterosexualite.

  • #70 Miaou le 4 février 2009 à 11 h 36 min

    Je suis d’accord avec vous les filles, c’est bien de choisir ses amis en fonction de leur tolérance. Mais parfois ya juste des incompréhensions, et comme tu dis Fanchette, du moment qu’on peut en parler calmement, c’est chouette.

    Mais moi, ce que je ressens le plus fort, c’est ce que tu dis Diripouf, au sujet d’une de tes meilleures amies: « elle ne comprendrait pas forcement, et se sentirait en danger dans son role d’amie (de peur que je la drague, ou Dieu sait quoi) ». J’entends souvent que l’amitié entre fille et garçon n’existe pas puisque l’éventualité d’un rapport sexuel ou d’une attirance existe. Moi je suis pas d’accord, vu que j’ai beaucoup d’amis garçons (même si, oui c’est vrai, l’éventualité d’une attirance sexuelle existe, c’est pas pour ça que ça se réalise). Mais du coup, je me dis que si on ajoute à cette croyance le fait qu’on puisse être attiré par les deux sexes, plus personne ne voudra être ami avec personne :-)

    Je souris un peu, mais c’est sérieux.

  • #71 Poulettedesîles le 4 février 2009 à 11 h 42 min

    @Diripouf : ce postulat d’hétérosexualité, exprimé par beaucoup, vient surement du fait que l’on pense que dans la nature seuls les deux sexes réunis peuvent donner la vie et que de ce fait, faisant nous même partie du règne animal, il serait contre nature de s’accoupler dans un autre agencement que homme+femme (la raison d’être d’un individu dans la nature étant de perpétuer l’espèce).
    Or, beaucoup de gens ne savent pas que même à l’état sauvage, la bisexualité existe et chez pas mal d’animaux d’ailleurs, notamment les primates. Le but n’étant pas alors de procréer mais de rechercher du plaisir tout simplement (mon exemple est basé sur le côté attirance sexuelle et non sur une question de sentiments).
    Cette forme de relation n’est donc pas si « contre nature » que certains voudrais le faire croire. En tout cas moi je trouve ça tout a fait normal.

  • #72 Miaou le 4 février 2009 à 11 h 47 min

    @Diripouf: « Mais par contre tu es tout a fait dans le juste quand tu dis qu’a la base on est “rien du tout” – ce que je voulais exprimer, c’est qu’il est ridicule de partir d’un postulat d’heterosexualite. » Complètement d’accord, c’est ça que j’aurais voulu exprimer dès le départ…

  • #73 Diripouf le 4 février 2009 à 11 h 47 min

    Poulette des iles: AMEN !! Etant biologiste de formation, j’applaudis des deux mains ton commentaire :)

    Miaou, disons que c’est plus par respect pour elle en fait. Je ne m’empeche absolument pas d’avoir des amities avec des garcons ou des filles, mais dans certains cas, il vaut mieux ne pas tout dire, de peur de perdre une certaine spontaneite. Ceci dit, c’est pas dit que je ne lui dise pas un jour – et le debat d’aujourd’hui me fait me poser la question !

  • #74 Hélène le 4 février 2009 à 11 h 51 min

    Poulettedesîles (58) dans ce cas là les sex toys sont pas fait pour rien ;-)

    Miaou (59) oui je trouve ça facile de parler de ça en vrai avec les gens, maintenant l’occasion ne se présente pas forcément toutes les 5 minutes, mais je n’ai pas de gêne par rapport à ça.

    Aubépine (66) merci pour ton commentaire, qui me parle énormément.

    Diripouf (70) je comprends pas comment on peut être bisexuel sans désir physique : dans bisexuel, il y a sexuel, donc si c’est pas sexuel, c’est pas non plus bisexuel (uhhh, suis-je claire ?? ;-)

  • #75 Miaou le 4 février 2009 à 11 h 54 min

    @Poulettedesîles: c’est ce que je dis aux has been aux oeillères qui me disent que l’homosexualité n’est pas naturelle (heureusement ils sont pas tant que ça).

  • #76 Poulettedesîles le 4 février 2009 à 11 h 59 min

    @ Hélène : mdr huhuhu!!!! j’y avais pas pensé à ça. Et bien tu viens de résoudre mon problème existentiel non existant (puisque mon copain est hétéro). Je garde quand même l’idée sous le coude des fois que j’en change (de copain) :)

  • #77 Aubépine le 4 février 2009 à 12 h 11 min

    En fait, Diripouf, je parle en effet d’attirance sexuelle. Parce que pour moi « l’homo », « l’hétéro » ou la « bi » sexualité sont des choix, des attirances sexuelles (si on en vient au sens premier de ce mot)
    Donc c’est vrai que je reste perplexe (en restant dans ce que je viens de raconter juste avant) quand tu me dis que tu vois de la bisexualité sans désir physique (donc sans attirance sexuelle :) ). J’espère que je suis claire aussi, c’est assez délicat de parler de ce sujet là, surtout quand on est pas face aux personnes (L’écrit reste toujours très délicat. On ne peut saisir les intonations, les sourires, les interrogations qui passent par la voix).

    En fait, pour moi il y a deux choses. Les sentiments, et la sexualité.
    J’aime mes amies. Je pense que je les aime autant que mon Evidence. D’une manière un peu différente, certes, mais avec autant de profondeur, et d’intensité. Par contre, je n’ai aucune envie de faire l’amour avec elles, elles ne m’inspirent aucun désir physique, et ne m’en ont jamais inspiré aucun (alors que mon Evidence …. *blush* )
    Donc si pour toi être bi c’est éprouver un amour profond pour quelqu’un, quel que soit son sexe, alors je suis bi selon cette définition. Mais pour moi, selon ma définition, j’Aime, tout simplement.

    *Hélène, ce n’est que justice que mes paroles te parlent. Les tiennes m’ont déjà bien souvent parlé :)

  • #78 Poulettedesîles le 4 février 2009 à 12 h 16 min

    C’est choupi comme tout cette expression : mon Evidence

  • #79 Galune le 4 février 2009 à 12 h 43 min

    Diripouf, je suis solidaire.
    La personne que j’aime est un homme. Notre relation se construit, comme notre sexualité, avec nos sentiments, sur mesure, en perpétuelle évolution, comme nos envies et la vie.
    Comme beaucoup de couple, nous oscillons au gré des moments. Je suis parfois plus masculine, il est parfois tout empreint de virilité, on s’imbrique, se complete, s’invente, chacun portant plusieurs nuances en lui même. J’aime à penser que si cette personne avait été une femme, je l’aurais aimé aussi.
    J’espere bien que l’amour ne se restreint pas au sexe…

  • #80 anne k le 4 février 2009 à 12 h 49 min

    Merci Diripouf pour ce texte très intéressant. Ce côté « bi, c’est une façon de pas assumer d’être homo » m’a toujours agacée et chez les hétéros et chez les gays, comme si effectivement, ça représentait une menace, comme si la personne qui se « déclare » bi ne choisissait pas son camp.

    Comme l’a dit chépuki plus haut, le côté « miroir » avec une personne du même sexe ne me correspond pas, mais encore une fois par le biais de la bisexualité on revient à ce qui ressort souvent dans cette rubrique: combien il est parfois difficile d’être juste sereinement soi-même.

    Pas facile de ne pas se laisser culpabiliser par le regard des autres et le côté normatif de la société c.f. je veux pas d’enfants et pourtant je suis avec un mec / je suis pas maquée à 40 ans / j’ai 6 enfants par choix / je suis homo et je veux des enfants ou encore la réplique culte d’Hélène : »Non, je suis pas enceinte, je suis juste grosse » etc.

    Souvent, je me rends compte que les textes du mercredi et les échanges qui s’en suivent me donnent une piqûre de rappel : just be yourself, quoi qu’il t’en coûte !

  • #81 Marie / chroniqueblonde le 4 février 2009 à 12 h 57 min

    Cette analyse est super intéressante, ça donne à réfléchir sur les couples en général mais sur soi également. Bref, belle analyse perso ^^

  • #82 Diripouf le 4 février 2009 à 12 h 59 min

    Oui, il est difficile de separer les attirances amoureuses des attirances sexuelles… Mais pour moi, un amour et une amitie sont quand meme differentes, or des fois quand j’entends (ou que je lis) des gens parler de certains ami(e)s qu’ils ont, je me dis que c’est tout simplement de l’amour asexue…

    (On est dans un debat tres legerement different, la, mais c’est pas grave, c’est passionant :)

    Ce que j’essaye de dire, c’est que par exemple ma premiere histoire d’amour, c’etait avec une fille, et pourtant, on n’a jamais fait l’amour selon les criteres classiques (bon, on etait jeunes, aussi). Cependant, les sentiments que j’eprouvais pour elle etaient bel et bien du domaine amoureux. Les amities, meme fortes, que j’ai aujourd’hui avec des filles sont bel et bien, elles, des amities.

  • #83 luminelle le 4 février 2009 à 13 h 20 min

    C’est la première fois que je lis un texte qui me rassure autant !! Merci Diripouf !!

    Moi j’ai toujours eu l’impression que dans notre société il n’y avait que deux catégories : les homos et les hétéros, la bisexualité représentais un espèce de palier, où l’on se trouve en stand by, en attente de faire son choix entre l’un ou l’autre. Pour moi l’hétéro-sexualité ou l’homo-séxualité c’était une histoire de séxualité, mon désir allait pour les garçons, j’étais donc hétéro.
    Je ne rêvais que des garçons, je ne m’imaginais qu’avec eux, je ne fantasmais que sur eux, je ne désirais qu’eux. Le corps d’une femme ne m’avait jamais attiré, je ne le trouvais tout simplement pas intéressant, car identique au mien.
    Mais à 22 ans, j’ai rencontrée une fille que j’ai aimée au premier regard.
    Elle était lesbienne, moi non, mais ce que je ressentais pour elle était bien plus fort que ça. J’ai décidé d’arrêter de me poser des questions et je me suis lancée.

    Rien n’était simple, tout était ambigus. A commencer par les sentiments que j’éprouvais pour elle : je l’aimais mais je ne m’imaginais pas passer ma vie avec elle, et je ne cessais hélas de le lui dire. Je trouvais nos ébats étranges, il lui manquait quelque chose, et c’est vrai que les choses ne sont pas forcément plus simple quand le corps que l’on touche et le même que le sien … Mais ce qui me gênait le plus, c’était cette impression de ne pas être honnête, même si je ne cachais pas notre histoire à mes amis ou que les choses avaient toujours été claires entre elle et moi, je trouvais ça étrange d’être avec quelqu’un tout en sachant qu’il y avait une date de péremption à notre histoire.
    Mais je l’aimais toujours autant, même peut être plus encore, car il n’y avait aucune logique à mes sentiments. C’était là, c’est tout !
    Ça a duré environ 2 ans, avec beaucoup de pauses et de prises de têtes, mais notre histoire était toujours aussi fusionnelle. Mais il a fallu se résigner, ça ne nous menait nulle part, et c’était clair que les choses n’étaient pas faites pour moi …
    Je l’aime toujours autant, car c’est Elle que j’aime, sa personnalité, son regard et son sourire, sa peau et son odeur, elle en entier, et elle n’a pas changé, mais il y a parfois des choses avec lesquelles on a du mal.
    Quand on me demandait si j’avais quelqu’un (que ce soit la famille ou les collègues de travail) je ne savais jamais quoi répondre et ça me gênais de cacher une personne qui comptait autant pour moi, mais je ne savais jamais comment aborder le sujet.
    Les gens adorent mettre des étiquettes, c’est rassurant de pouvoir qualifier les choses et les personnes, mais moi je déteste ça et j’avais toujours l’impression de devoir me justifier pour qu’on ne me mette dans aucune catégorie (tout le monde n’est pas aussi compréhensif que sur monblogdefille !!).
    Aujourd’hui je ne pense pas que je retenterais l’expérience avec une fille, les choses sont beaucoup trop compliquées pour moi, mais jamais je ne regretterais ces 2 années passées avec elle.

  • #84 Diripouf le 4 février 2009 à 13 h 25 min

    Elle me touche beaucoup ton histoire luminelle, merci de l’avoir racontee ici. Elle n’est pas sans le rappeler une des miennes ;) Il est parfois tres dur de definir ce que l’on vit avec quelqu’un, de repondre a certaines questions, surtout quand on a du mal a se definir soi-meme.

    J’espere en tout cas que tu as garde des bonnes relations avec elle, moi je me suis definitivement fachee avec une de celles qui a le plus compte dans ma vie, et c’est un de mes grands regrets.

  • #85 Linde le 4 février 2009 à 13 h 45 min

    @Luminelle : ton histoire est très touchante, merci de l’avoir partagée avec nous…

  • #86 SONIA le 4 février 2009 à 13 h 59 min

    Rhoooo qu’il est beau ce billet…
    Plein de pudeur et joliment écrit. C’est pour le ton de cette rubrique que j’aime particulièrement la catégorie « ô toi lectrice ». Juste au moment où je fais moi-même mon coming-out « foufounesque » de comment j’me suis retrouvée momentanément bissessouelle ya 15 ans…
    Cela-dit, aujourd’hui je ne ressens plus d’attirance pour les femmes ;) Mais je ne regrette rien !
    Merci Hélène de nous faire partager de doux moments comme celui-ci.

  • #87 Julie le 4 février 2009 à 14 h 04 min

    coucou les filles,

    Pas le temps de lire tout le monde, mais Bravo Diripouf, ton texte respire l'[honnetete et la simplicite de ces choses de la vie que la societe et ses diktats si confortables ne font que compliquer.
    Je ne sais pas si on peut affirmer que tout le monde est bisexuel, cependant je suis d’accord sur le fait qu’il y a pour tous des formes d’amour approchantes….
    Je viens de relire ma phrase et c’est pas tres clair, ce que je veux dire c’est qu’on peut avoir un amour qui s’approche au niveau du ressenti autant pour un homme que pour une femme, et j’etendrais meme ca aux animaux…..(pas sur le plan SEXUEL, juste sur le plan de l’amour, pourquoi doit on lier amour et sexe? mais je m’egare).
    Pour dire les choses simplement, j’aime mon homme d’un amour profond, serieux et sur du long terme, et j’eprouve le meme amour serieux profond et sur du long terme pour ma meilleure amie ou encore mon chien…. je n’ai cependant aucun « desir » pour les deux derniers….
    Et j’hesite pas a le dire a ma meilleure amie (que je laime damour) ou a mon chien (ca lui fait une belle patte!!!) !!!! Avec ma meilleure amie on se le dit toujours depuis 10 ans, cependant rien n’a jamais ete sexuel……
    Je ne cache pas que si j’etais celibataire, je me laisserais surement tenter par une experience homo, pour voir…I once kissed a girl and liked it….AHAHAHAHAH
    Sujet tres tres interessant sur lequel on pourrait passer des heures!!!!!
    Merci encore Diripouf

  • #88 Dorothée le 4 février 2009 à 14 h 11 min

    Pour moi tout simplement,la différence entre l’amour et l’amitié n’est pas une différence de nature,mais de degré,mais mon côté catho doit y être pour quelque chose:-)
    Je crois que j’aime beaucoup plus les filles que les hommes,en revanche sexuellement il n’y a pas photo pour moi.N’empêche que c’est quand même vachement plus doux d’embrasser une fille,c’est un truc de dingue!

  • #89 orientale16 le 4 février 2009 à 14 h 29 min

    bonjour les filles :o)
    merci pour ces témoignages sympathiques et parfois drôles !
    en effet je pense que chacun(e) a sa complexité et que ses attirances sexuelles et sentimentales ne rentrent pas nécessairement dans des cases et définitions. A ce sujet d’ailleurs, l’échelle de Kinsey n’est sans doute pas d’un grand secours mais elle permet de situer grosso modo les tendances des uns et des autres.
    La grille de Klein me semble un peu plus intéressante > http://www.psychomedia.qc.ca/tests/klein
    Pour ma part, je me considère comme bisexuelle à prédominance homosexuelle, je suis attirée sexuellement par les deux (mais plus les hommes que les femmes) mais sentimentalement émotionnellement ce sont les femmes qui ont ma préférence.
    Bonne continuation à toutes !

  • #90 The Célinette en mode Geekette le 4 février 2009 à 14 h 33 min

    Très intéressant partage. C’est la première fois que je vois le sujet aussi simplement traité (dans le bon sens du terme).

    J’ai toujours eu dans les choix de mes compagnons un critère atypique. Je fuis les hommes qui sont homophobes. C’est pour moi (outre un signe d’intolérance) un signe de personne qui ne s’acceptent pas complètement et qui souvent n’est pas si sûre que ça de ses choix ;)

  • #91 Jube le 4 février 2009 à 14 h 53 min

    Diripouf je te félicite pour ce texte, pour avoir eu le courage de t’exprimer ici « à visage découvert » sur un sujet très personnel et délicat comme celui-là et surtout pour avoir su trouver des phrases justes et simples.
    J’aime beaucoup ce que tu as écrit (je cite) : « Je ressens de l’attraction pour des personnalités, des charismes ou des timidités, des intelligences, des générosités, des manières de sourire et des regards… et tout cela n’est ni féminin ni masculin. » Je trouve que cette phrase résume à merveille les rapports humains qu’ils soient homos, bis ou hétéros ou simplement amicaux. Bien que n’ayant jamais eu d’expérience avec des filles je trouve très vrai que l’on puisse ressentir une forte attraction pour une personne du même sexe sans pour autant avoir de désir sexuel. La frontière entre les sentiments amicaux ou amoureux est parfois infime.
    D’une manière générale je n’aime pas ranger les gens dans des cases, on n’est pas ci ou ça, les choses ne sont pas figées et des événements de la vie peuvent faire que l’on se surprenne soi même à ressentir une attirance (pas forcément sexuelle) pour une personne du même sexe alors même qu’on pensait que ça n’arriverait jamais. Je ne parle pas en connaissance de cause mais je sais que les certitudes que l’on a peuvent vite voler en éclat !
    Comme pour tout l’important est d’être en accord avec soi-même et de se sentir bien dans ce que l’on est.
    Merci d’avoir partagé ça avec nous et pour la réflexion que ça nous apporte.

  • #92 Syd le 4 février 2009 à 14 h 57 min

    Oui c’est intéressant comme question, le fait de se demander, est-ce qu’on est tous bisexuels ? Moi j’ai tendance à penser que non, naïvement parce que ça ferait beaucoup de personnes qui auraient à cacher une attirance pour le même sexe. Parce ce sujet est quand même souvent évoqué, et que c’est assez fréquent que quelqu’un pose la question. Ca ferait tant de monde qui n’oserait pas se révéler !

    Sinon je comprends bien ta démarche de n’en parler que si on te le demande, quoi de plus naturel ? Si on en parlait plus que d’un autre sujet, ça en ferait quelque chose d' »anormal »…

  • #93 Diripouf le 4 février 2009 à 15 h 07 min

    Visage decouvert c’est beaucoup dire Jube ;) Mais merci pour ton commentaire, et plus globalement merci a toutes celles que mon texte amene a la reflexion, c’est exactement ce que je voulais, oeuf corse :)

  • #94 orev33 le 4 février 2009 à 15 h 11 min

    Et bien moi je dis bravo et chacun ses goûts!

  • #95 Hélène le 4 février 2009 à 15 h 12 min

    Poulettedesîles (76) c’est pas parce qu’on est un mec hétéro qu’on ne peut pas être émoustilé par l’idée de jouer avec un sex toy, il ne faut pas cloisonner les choses comme ça ;-)
    La sodomie pour un homme n’est pas toujours exclusivemnt vécue dans une dimension homosexuelle.

    Aubépine (77) je plussoie une fois de plus (et quelle expressiopn somptueuse, « mon Evidence »… !)

    Galune (79) ce que tu dis me fait prendre totalement conscience d’un truc : mon ex était un homme, je l’ai aimé, l’aurais-je autant aimé s’il avait été une femme ? Clairement, non, pas du tout (je l’aurais sans doute même pas regardé.
    Donc je dois être indécrottablement hétérosexuelle ;-))

    Diripouf (82) mais l’amitié EST de l’amour asexué. Evidemment ;-) (pour moi hein)

    luminelle (83) sois la bienvenue !

    SONIA (86) moi aussi j’aime beaucoup cette rubrique !

    orientale16 (89) bienvenue à toi !

  • #96 dola le 4 février 2009 à 15 h 17 min

    Sur l’aspect de pur désir sexuel, je rejoindrais Hélène et d ‘autres, je suis profondément et irrémédiablement attirée par les hommes, leur peau, leur barbe de trois jours qui pimente les baisers etc.

    En revanche pour mes sentiments, ce que j’éprouve pour meilleur ami , c’est clairement de l’amour asexué ( c’est vraiment très fort et inconditionnel, mon mari l’accepte facilement car mon meilleure ami est homo donc pas dangereux à ces yeux …).

    C’est un des hommes de ma vie, je l’aime et lui dit, quand il est loin et qu’il me manque je lui dit aussi…Nous avons eu vrai coup de foudre réciproque tous les deux !

  • #97 Diripouf le 4 février 2009 à 15 h 18 min

    Ah ben pour moi, non… Je ne « demande » pas la meme chose a mes amours qu’a mes amis… Pour moi la preuve, c’est que je ne pourrais pas etre amie avec les gens que j’ai aimes. Si je n’etais pas en couple avec mon mec, je le supporterais pas comme ami – du tout !

    C’est drole ca… comme chacun vit les choses differremment :)

  • #98 Hélène le 4 février 2009 à 15 h 19 min

    Moi aussi quand j’aime vraiment des amies, je leur dis « je t’aime », pas « je t’aime bien », mais pour moi ça n’a rien à voir avec la sexualité, c’est juste de l’amour, comme celui que je porte à ma soeur, par exemple.
    Je n’avais jamais pensé à rapprocher ça de l’amour que je peux porter à un homme, qui lui est assujetti au désir, donc rien à voir.

  • #99 Hélène le 4 février 2009 à 15 h 21 min

    Ben oui mais Diripouf tu biaises le truc, puisque justement tu parles de 2 tyupes d’amour très différent : l’un est sexué, l’autre non, donc forcément tu ne le vis pas de la même façon et tu ne demande pas la même chose à la personne conernée (sans compter que tu vis avec ton mec, pas avec tes amis ;-)

    L’intimité apportée par la sexualité (et la vie commune) provoque des demandes et des attentes qu’on ne retrouve pas autrement, forcément.

  • #100 Diripouf le 4 février 2009 à 15 h 26 min

    Ah mais moi aussi je dis « je t’aime » a mes ami(e)s (enfin, rarement mais ca m’arrive), mais ce n’est tout de meme pas le meme sentiment. Pour moi le sentiment amoureux est beaucoup plus complexe que une amitie forte + du sexuel, il fait rentrer en compte quelque chose d’autre, qui est malheureusement assez indefinissable…

    Ca n’a rien a voir avec vivre avec quelqu’un, je pense. Ca, c’est le quotidien, le longue duree, c’est encore different. Quand je dis que j’ai aime de toute mon ame une fille pendant 1 an et des poussieres, que c’etait mega reciproque, et qu’on a jamais ni couche ni vecu ensemble… ben c’est vrai. Et ca n’avait rien a voir avec une amitie (je te jure :P )

    Je l’aurais jamais eue en amie, cette fille, d’ailleurs…

  • #101 Hécube le 4 février 2009 à 15 h 27 min

    Diripouf : merci pour ce texte qui nous éclaire sur un sujet de société encore très tabou. La bisexualité dérange, en effet plus que l’homosexualité, qui elle, est rentrée, suite à un long combat, dans la conception d’une certaine « normalité ».

    Les gens ressentent souvent un malaise, non devant une bisexualité affichée, mais plus, je crois, devant la liberté qui est prise avec notre culture, qu ne l’oublions pas, « fait peser 2000 ans de judéo-christianisme sur nos épaules ».

    N’oublions pas que dans les cultures antiques, hédonistes, la bisexualité était « normale » et même institutionnalisée.

  • #102 Hélène le 4 février 2009 à 15 h 34 min

    OK Diripouf, je crois que je comprends, ou plutôt c’est justement parce que je ne l’ai pas vécu, que je mélangeais ça avec l’amitié.

  • #103 Diripouf le 4 février 2009 à 15 h 35 min

    Je pense surtout que chacune a sa propre maniere de vivre les choses, et que ma facon de les voir, ou de mettre des mots dessus, n’est valable que pour moi-meme, et pas forcement generalisable ;)

  • #104 Hélène le 4 février 2009 à 15 h 44 min

    De mon côté je me demande si tu ne mets pas de la sexualité là où il n’y en a pas : si tu couches avec une fille, OK tu es homosexuelle (dans ton cas, bisexuelle, vu que tu couches aussi avec des mecs).

    Mais si juste tu l’adores mais que tu as pas envie de coucher avec, ben il n’y a pas de sexualité, donc on est complètemetn dans un autre registre et le mot « bisexualité » n’a plus rien à faire ici.

    Ne nous ferais-tu pas une petite fixette sur le « tout sexuel » ? ;-) Freud serait-il ton grand père ? ;-)

  • #105 Cagaroule le 4 février 2009 à 15 h 46 min

    Bon j’ai dû m’absenter plus longtemps que prévu… Du coup difficile de raccrocher ! :-))

    Etre honnête avec soi même c’est très bien. Combien de gens s’enferment dans ce qu’ils ne sont pas (alors pour coller à l’actu du jour c’est hétéro alors qu’on préfère les gens de son sexe; mais ça peut être ingénieur alors qu’on adorerait peintre, on peut prendre des milliers d’exemples !) pour ne pas remettre en cause leur schéma, dans mon travail on dirait leurs « grilles de lecture », ne pas déranger, parce que ça ne se fait pas, ou je ne sais pas quoi d’autre. Du coup, c’est hyper rafraichissant et rassurant de voir des gens droits et honnêtes. Mais ça doit demander beaucoup de travail intérieur !! Et de s’accepter véritablement, avec ses forces et ses faiblesses…

  • #106 Diripouf le 4 février 2009 à 15 h 55 min

    Pour etre tres honnete, je ne saurai pas vraiment dire si la raison pour laquelle mon histoire d’amour « asexuee » (enfin, si on laisse de cote les bisous et autres papouilles adolescentes) etait asexuee a cause de l’age ou a cause d’autre chose.

    … donc effectivement, je ne suis pas persuadee a 100% que l’on puisse completement separer le sentiment amoureux du desir physique. La raison qui me fait un peu penser cela, c’est que les histoires d’amour platoniques, j’en ai deja vues (bon, pas longtemps, et pas tres stable, ok), et aussi que il me semble que mon amour pour mon doudou, par exemple, peut se passer (temporairement) de relations physiques.

    La seule chose que je sais, c’est que pour moi une amitie tres forte reste differente du sentiment amoureux – mais c’est peut-etre pas le cas pour tout le monde, on est d’accord la-dessus.

  • #107 Hélène le 4 février 2009 à 16 h 06 min

    Voui mais dans le sentiment amoureux, il y a forcément du désir physique, sinon justement, c’est de l’amitié ;-)
    Non ?

  • #108 orientale16 le 4 février 2009 à 16 h 13 min

    ben apparemment il y a des gens qui sont dans le sentiment amoureux mais pas dans le désir physique, c’est l’amour platonique, non ?
    j’ai vécu ado une histoire d’amour passionnelle avec une fille, et nous n’avions pas de désir physique ni l’une ni l’autre.
    C’est quelques années après que j’ai eu du désir pour une fille et j’ai découvert ma part homosexuelle.
    Bon sans doute ça ne compte pas vu que j’étais ado et elle aussi

  • #109 Diripouf le 4 février 2009 à 16 h 17 min

    C’est ce que je pensais aussi orientale, mais je suis en train de me poser des mechantes questions la :D Strictement parlant, il est vrai que meme pour l’histoire que j’evoque et qui etait « asexuee », ben en fait elle ne l’etait pas completement, deja, et ensuite c’etait plus du a l’age qu’autre chose.

    Et j’ai du mal a trouver des exemples probants d’amour platoniques en fait (damned !)

  • #110 Hélène le 4 février 2009 à 16 h 25 min

    Ben voilà, perso je ne vois pas l’intérêt de faire une catégorie « amour platonique » : pour moi c’est de l’amour tout court, comme celui qu’on peut porter à sa famille, par exemple.

    Regardez l’amour d’un parent pour son enfant : il n’y en a pas de plus fort au monde, et ça n’est pas sexuel (en tout cas pas chez les gens normaux ;-))))

    Donc si vraiment on veut faire des cases, les miennes seraient : amitié, amour, sentiment amoureux.

  • #111 Papillon le 4 février 2009 à 16 h 32 min

    Hello!
    Diripouf, j’ai lu ton texte avec beaucoup d’intérêt. Et Hélène, depuis ce matin que, cachée dans les bois, je lis les commentaires, je me pose exactement la même question que toi: Peut-il y avoir un sentiment amoureux sans désir physique?
    A une époque, je pensais que l’amitié était de l’amour dont la dimension « désir physique » avait été transformée en autre chose (par quoi, pourquoi, je ne sais pas). Du coup, je pensais que l’amour platonique était une forme d’amitié en ceci que le désir physique (brut de fonderie) avait été raffiné (dans le sens transformé) et s’exprimait autrement. Décidément, je me fais des noeuds au cerveau, là. C’est vraiment très intéressant et je suis ravie de vous lire. :)

  • #112 orientale16 le 4 février 2009 à 16 h 35 min

    bon donc hélène dans tes 3 catégories, la seule qui admet le désir physique c’est la 3 (le sentiment amoureux) jusque là je pense que tout le monde est d’accord
    pourtant il y a des amitiés amoureuses ! pffff on va jamais y arriver

    diripouf l’amour platonique ça existe sans doute chez certaines personnes, j’en suis sûre, mais bon ça fait vraiment « amour courtois » donc d’un autre temps, mais ça doit exister.

    comme cases je propose :
    – attirance sexuelle pure (sans affect)
    – attirance sexuelle émotionnelle
    – sentiment amoureux
    – amitié
    – amour

    mais bon sachant qu’amitié et amour peuvent être liés… moi je ne les séparerais pas forcément

  • #113 Hotnspicy le 4 février 2009 à 16 h 35 min

    Dans ma période Rock’n’roll, j’ai eu une relation avec une fille…

    Tout est parti du désir physique, je l’ai trouvée extrêmement belle, féminine etc. A l’opposé de ce que j’étais à l’époque… Je ne suis pas tombée amoureuse d’elle. A mon avis, c’est bien trop compliqué d’aimer une femme, les hommes sont beaucoup plus limpides à mon avis.
    Je ne me considère pas comme étant bi-sexuelle mais je reconnais que je peux avoir du désir pour un homme comme pour une femme.

    Mon avis (même si on me le demande pas) sur l’amour platonique : ça m’a toujours paru un truc de frustrés ce concept… ;)

  • #114 orientale16 le 4 février 2009 à 16 h 36 min

    finalement l’amour platonique serait une espèce d’amour mystique

  • #115 orientale16 le 4 février 2009 à 16 h 39 min

    Hotnspicy, tu dis que tu étais attirée physiquement par cette fille mais pas amoureuse.
    C’était donc purement sexuel, sans affect ni émotion ?

  • #116 Hotnspicy le 4 février 2009 à 16 h 40 min

    orientale16, oui, en transcendant, transformant les choses pour trouver le plaisir ailleurs que dans les relations charnelles…

  • #117 Hotnspicy le 4 février 2009 à 16 h 42 min

    orientale : si une émotion dingue mais pas d’amour… Pas d’atomes crochus, pas de longues conversations passionnées, pas de manques en son absence… Rien de ce qui est essentiel à l’Amour…

  • #118 Papillon le 4 février 2009 à 16 h 48 min

    @Hotnspicy: quelle différence fais-tu entre « pouvoir avoir du désir sexuel pour un homme comme pour une femme » et « être bisexuelle »?

  • #119 Diripouf le 4 février 2009 à 16 h 52 min

    Ah ! Papillon… C’est la grande question !

    Personnellement je me sais bisexuelle car je suis physiquement attiree par les deux sexes. J’ai vecu l’amour avec les deux, mais il me semble que je suis plus compatible avec les hommes. Maintenant, ca ne m’empechera peut-etre pas dans 10 ans de vivre une histoire d’amour avec une femme – est-ce que ca fait de moi une bisexuelle et non bi-amoureuse ? Mmmh.

  • #120 Coralie Marie le 4 février 2009 à 16 h 55 min

    Ce qui pourrait distinguer une amitié d’un amour platonique (à cause de l’âge, de la non-réciprocité, ou du non-aveu), c’est la place qu’occupe la personne dans nos pensées. Si on pense à elle en entendant une chanson, si quand qqch nous arrive, on pense systématiquement à comment on lui raconterait, si on lit tel auteur parce qu’on sait qu’il ou elle l’aime et qu’on est curieux… Bon, en même temps, tout ça n’empêche pas le désir physique, même s’il est inassouvi :-/
    C’est tellement fluctuant les sentiments aussi !!

  • #121 Hélène le 4 février 2009 à 16 h 56 min

    Ahhh, je suis paumée avec tes catégories, orientale 16 ! ;-)) « attirance sexuelle émotionnelle », je vois pas du tout ce que ça veut dire ? ;-)

    Coralie Marie tu es géniale ! Je crois que tu as mis le doigt sur un truc important pour distinguer l’amour platonique de l’amitié, effectivement !

  • #122 Hotnspicy le 4 février 2009 à 16 h 57 min

    Bonne question Papillon…

    En fait, ça a été ma seule relation homosexuelle, je ne pense pas avoir assez de vécu en ce domaine pour me définir comme telle.

    A vrai dire, sans refouler quoi que ce soit, je ne me suis jamais posée la question: ce qui dans ce cas précis est une réponse en soi, non ?

  • #123 Hotnspicy le 4 février 2009 à 17 h 00 min

    @ Hélène et Coralie-Marie : l’amour platonique ça serait de ne pas consommer simplement ?

  • #124 orientale16 le 4 février 2009 à 17 h 03 min

    désolée Hélène lol
    attirance sexuelle pure, c’est avoir envie de baiser (sans prendre en compte son partenaire)
    attirance sexuelle émotionnelle, c’est la même chose mais c’est plus fort (on a envie de posséder son partenaire)
    enfin c’est succinct et pas très approfondi mais en gros c’est ça ;o)
    est ce qu’il y en a une qui me comprend ou bien ?

  • #125 Diripouf le 4 février 2009 à 17 h 03 min

    Han, je suis degoutee de devoir commencer a bosser un peu quand meme (ahem), c’est passionant ce qui se dit la ! Et je suis d’accord avec Helene, la place que quelqu’un occupe dans nos pensees compte enormement. C’est peut-etre pour ca que pour moi le sentiment amoureux est aussi beaucoup plus puissant que l’amitie, parce que meme sans la dimension sexuelle, la place qu’occupe l’etre aime (ouhla, c’est beau !) est infiniment plus grande que celle d’un(e) ami(e), meme extremement proche…

  • #126 Papillon le 4 février 2009 à 17 h 04 min

    Ouip Hotnspicy, le fait de ne t’être jamais posé la question ressemble bien à une réponse :)

  • #127 Fanchette le 4 février 2009 à 17 h 07 min

    Corali-MArie : si tout ça (On pense à elle en entendant une chanson, si quand qqch nous arrive, on pense systématiquement à comment on lui raconterait, si on lit tel auteur parce qu’on sait qu’il ou elle l’aime) : ça veut dire quoi au final ? Qu’on vit un amour platonique ou une puissante amitié ?
    Je m’y perds…
    Mais vous me faites rire ;-)
    Ah l’amûr…

  • #128 Papillon le 4 février 2009 à 17 h 11 min

    Orientale16, ce que je comprends moi c’est que l’attirance sexuelle pure, c’est de l’envie de faire l’amour et que l’attirance sexuelle émotionnelle, c’est du désir sexuel pour l’autre. Du coup, le sentiment amoureux serait l' »addition » d’amour et de désir sexuel pour l’autre.
    Mais zalors, si l’amour est décorrélé du désir sexuel, pourquoi parle t’on d’amour platonique et pas d’amour tout court? Et qu’est-ce qui distinguerait un amour platonique de l’amour d’une mère pour ses enfants ou d’une fille pour sa soeur??

  • #129 louise le 4 février 2009 à 17 h 13 min

    Waouh, quel joli texte, quel lieu de débats plein de respect et d’ouverture !
    Merçi Helene de nous permettre de recevoir autant, merçi Diripouf de partager tout cela avec nous !
    Je me suis toujours considérée comme hétéro, mais avec un pourquoi pas avec une fille un jour si ça se présente ? Et tout cela me conforte dans ce sens, ça pourra m’arriver ou pas, mais ne sera rien de bizarre ou d’anormal… si un jour on a le désir et l’envie d’une fille, tant mieux, si non, très bien aussi !

  • #130 Turquoise le 4 février 2009 à 17 h 17 min

    Miaou ( comm 75 ) parlait joliment des  » has been à oeillères  » à propos des homophobes … hélas, je puis vous assurer que ce n’est pas une question d’âge : cette homophobie ouverte et assumée est la règle chez les ados, notamment en banlieue ; vous ne pouvez pas imaginer le mépris et même la haine auxquels sont soumis ceux qui sont soupçonnés d’homosexualité en lycée professionnel . Il y aurait un énorme travail d’éducation à faire …
    Quant aux has been, je ne peux pas en parler : je ne les fréquente pas !

  • #131 Coralie Marie le 4 février 2009 à 17 h 17 min

    Bah pour moi, c’est de l’amour ! Il y a tout le côté « pincement au coeur », « papillons dans le ventre » qu’il n’y a pas avec l’amitié ou l’amour familial. Mais c’est une forme de désir… Donc à part l’absence de « consommation », oui c’est aussi sexuel que ce qu’on classe généralement dans les relations amoureuses !

  • #132 Fanchette le 4 février 2009 à 17 h 21 min

    Au fait Hélène, c’est marrant ce truc à droite là : « Ma peau carbure à ça ».
    Ça fait longtemps que c’est là ? Je remarque juste maintenant…
    Merci Coralie-Marie ;-)

  • #133 Hélène le 4 février 2009 à 17 h 27 min

    Non Fanchette, je viens de le mettre, je suis hyper contente de mon idée ;-)

    Sinon je crois que je suis totalement larguée par les subtilités évoquées par les unes et les autres, je m’en sors plus ;-)))

  • #134 garancette le 4 février 2009 à 17 h 31 min

    C’est intéressant l’option les derniers commentaires ajoutés dans la colonne de droite, ça m’a permis de lire les longs échanges qu’il y a eu aussi après le récit de Gaëlle.
    J’ai une copine qui est aujourd’hui mariée et qui a une petite fille mais qui a vécu très longtemps avec une fille.
    Ce qui est assez marrant c’est que son mari et ses parents sont assez conservateurs, mais elle n’a aucun complexes à dire « mon ex, elle… »
    En ce qui me concerne, je crois que n’ai pas de côté bi, même à la crèche j’étais déjà amoureuse d’un garçon :)

  • #135 camillehamelin le 4 février 2009 à 17 h 35 min

    C’est marrant comme idée le coup de « ma peau carbure à … »

    Pour ce qui est de l’art subtil de découper les sentiments en quatre, je suis pour la simplicité et dire qu’on peut distinguer 3 sortes d’amours comme Hélène: amour, sentiment amoureux et amitié.

    Mais comme dans la vie c’est toujours beaucoup plus compliqué que dans la théorie et que finalement rien ne rentre dans des cases, on trouve une multitude de cas qui rentrent à moitié dans une case, à moitié dans une autre… D’où les problèmes d’amours platoniques, inaccomplies, amitiés profondes et ambigües.

  • #136 Cécile de Brest le 4 février 2009 à 17 h 38 min

    Moi j’ai du mal à suive, même si je trouve cette conversation intéressante.
    L’amour c’est quand il y a du sexe (sauf que non, genre avec mes enfants, mes parents, mes soeurs…)
    L’amitié, comment on la définit par rapport à l’amour ? Parce que l’amitié c’est une forme d’amour, non ?

    Quant au fait d’être attirée par des garçons ou des filles, je sais que ce n’est pas moi, mais je trouve ça drôlement courageux de la part de Diripouf d’en parler…

  • #137 Cécile de Brest le 4 février 2009 à 17 h 39 min

    ps : Hélène, c’est quoi le tube A-Derma ?

  • #138 Hélène le 4 février 2009 à 17 h 42 min

    Epithéliale, Cécile, un truc pour les peaus agressées ;-)

    Sinon je trouve aussi que l’amitié est une forme d’amour, oeuf corse ;-)

  • #139 dola le 4 février 2009 à 17 h 43 min

    Je suis moi aussi un peu perdue dans les définitions.

    l’amour que j’ai pour mes enfants est très différent de celui que j’éprouve pour celui que je nomme mon meilleur ami (même si c’est plus que ça).

    Pour mes enfants, c’est inconditionnel mais aussi « charnel », au sens où j’aime bien les tenir contre moi, sentir l’odeur de leur shampoing , de leurs cheveux ou du lait quand ils sont bb.
    Et quand ils ont mal ou qu’ils saignent cela me fend le coeur. Et au bout de 15 jours sans eux, j’ai envie qu’ils soient auprès de moi ( j’imagine que ça passe ensuite , quand ils sont plus grands:-)))

    Pour l’homme dont je parle, j’aime sa présence ,son parfum aussi, son sourire, être contre lui aussi, c’est donc en quelque sorte physique mais sans désir d’ordre sexuel, et surtout je n’ai pas de secret pour lui comme si je n’avais pas besoin de me protéger. Et je pourrais parfaitement envisager de vivre avec lui

    Pour mes ami(e)s, j’ai une profonde affection , toujours du plaisir à les voir et revoir, à parler mais pas cette sentation de manque quand ils sont trop loin, trop longtemps. Et pour la plupart d’entre eux, je ne pourrais pas faire ma vie avec eux et les envisager comme compagnon de chaque instant ( indépendemment de leur sexe)

  • #140 Hélène le 4 février 2009 à 17 h 48 min

    Je crois que tu as mis le doigt sur ce qui fait la différence entre l’amour (même sans sexe ou sentiment amoureux) et l’amitié, dola : le manque.

  • #141 Diripouf le 4 février 2009 à 17 h 52 min

    Voui, je suis d’accord : le manque est une notion importante dans l’amour, alors que dans l’amitie, moins… (pour moi, l’amour « du sang », familial, est encore different…)

  • #142 Yin&Yang le 4 février 2009 à 18 h 04 min

    Hello, les girls, ça fait une éternité que je n’ai pas commenté mais je suis là àvous lire tous les jours…
    Merci Diripouf d’avoir amené ce début et les questions qui en découle c’est super intéressant d’avoir le sentiment de chacune (pour une fois je trouve dommage qu’il n’y ait pas plus de garçon sur MBDF!!! ;-)

    Moi je ferais bien plus simple.
    Il y a d’un coté l’Amour qui peu regrouper toute les formes d’amour pour son mec, sa soeur, sa famille, ses amis, son chien, son hamster et tous ce qui vous chante, tiens même les gloss pour Sonia ;-)
    Et de l’autre le sexe, le désir, l’envie.

    Parfois les 2 se rejoignent et parfois non.

    En ce qui concerne les homos, gay, bisexuel etc… pour moi c’est justement un caractère SEXUEL, c’est donc un sujet que je n’aborderais pas avec n’importe qui car la sexualité des gens et ben ça les regarde. Comme si tu préfére les sex toys, les trucs hard, telle ou telle position, le corps finalement c’est aussi une préference sexuel.

    Donc sexe et amour, bien dans des cases différentes pour moi.

    Ensuite, on peut mixer les 2… un nombre infini de possibiltés.

    Je suis à coté de la plaque ou bien!!?

  • #143 dola le 4 février 2009 à 18 h 05 min

    C’est sûr que l’amour filial est très complexe et peut-être plus souvent que d’autres avec des relations amour-haine très ambivalentes…

    J’avoue que le mot amour platonique a une connotation (enfin pour moi) ennuyeux et/ou frustrant , du coup comme si c’était un amour qui à long terme amenait de la souffrance ou comme si on cherchait à s’élever au delà du charnel ( quitte à forcer les choses ..). raah je sens que c’est très confus.

  • #144 Hélène le 4 février 2009 à 18 h 05 min

    Pour moi tu n’es pas du tout à côté de la plaque, Yin&Yang, j’aime beaucoup ta façon de voir les choses !

  • #145 camillehamelin le 4 février 2009 à 18 h 07 min

    Yin&Yang: c’est très intéressant comme analyse! Je n’avais jamais vu les choses comme cela mais c’est très vrai je trouve.

  • #146 orientale16 le 4 février 2009 à 18 h 07 min

    vos ami(e)s ne vous manquent jamais alors ? ;o)
    en fait tout est une question de degré, ce que disait quelqu’une plus haut il me semble.

  • #147 dola le 4 février 2009 à 18 h 15 min

    @ orientale 16 : aucun des mes amis ne me manquent comme lui et ça m’arrive de lui envoyer un mail dans la journée pour lui dire…

  • #148 Cécile de Brest le 4 février 2009 à 18 h 15 min

    @ Yin&Yang : ah ben voilà, comme ça, je comprends tout !

  • #149 Yin&Yang le 4 février 2009 à 18 h 19 min

    Ravie d’avoir pu t’aider Cécile, maintenant reste à voir si Diripouf valide ma conception des choses.

  • #150 Turquoise le 4 février 2009 à 18 h 24 min

    Yin et Yang : je trouve ton analyse limpide ! et je plussoie quant au fait d’aborder le sujet de la sexualité avec prudence, c’est tellement personnel …

  • #151 Mahault le 4 février 2009 à 18 h 29 min

    Ben moi aussi chuis bisexuelle (une qui couche avec des femmes et des hommes, et qui tombe amoureuse des deux), et j’en fais pas un plat…

  • #152 Turquoise le 4 février 2009 à 18 h 30 min

    … et une petite citation ( j’ai oublié l’auteur ) : « l’amour platonique est l’amour qui se situe au-dessus du cou  » …

  • #153 cha le 4 février 2009 à 18 h 37 min

    je trouve la manière dont tu abordes le sujet interressante, d’autant plus que les bis sont souvent mal perçus que ce soit par les gays ou les hétéros ; je n’aime moi non plus pas utilisés ces mots mais moi ce serait plus parce que je pense qu’il est difficile de se définir et qu’en soit, si on se définit c’est pour que d’autres puissent nous mettre dans une catégorie, une « communauté » même si je reconnais qu’elle existe. je suis tjr autant dépassé par les intolérances des homos, alors que moi même j’ai eu des relations amoureuses avec des filles…
    bref, en gros, c’est bien d’en parler, et j’aime comme tu l’as fait

  • #154 Splatchounette le 4 février 2009 à 18 h 45 min

    hmmmmmmm….mais si on ne consomme plus, c’est de l’amour platonique ?

    certains couples restent des années ensemble, s’aiment (avec un grand A)mais n’ont plus de désir….pourtant, leur couple va très bien…’fin, le peu que j’ai survolé, j’ai surtout vu des exemples de gens qui n’ont jamais couché ensemble, mais que dire de ceux qui n’ont plus de désir et qui pourtant s’aiment et ne pourraient pas vivre l’un sans l’autre ? (j’ai des exemples dans mon entourage)

    en tout cas, je crois qu’on ne peut pas définir l’indéfinissable, les sentiments, le désir….comment les mettre dans des cases ?

    Quand j’étais au collège,une légende grecque m’avaient marquée (2 même, qui sont liés si on veut)celle d’Eros et Psyché. ça disait en substance que si tu es en accord avec l’autre physiquement (peu importe qu’il y ait du sexe ou pas)et aussi mentalement, alors c’est l’amour parfait. Donc le non-désir sexuel quand il est partagé est aussi une forme de sexualité…enfin, je m’égare je crois :D

  • #155 mmarie le 4 février 2009 à 18 h 46 min

    Ah c’est passionnant ! et sincère ! et émouvant !
    merci Diripouf pour ce billet, et toutes pour tout le reste et la suite, j’en suis au commentaire 100, je continue tout à l’heure.

    Juste au passage pour les Bruxelloises : « Écris que tu m’embrasses », de Virginie Thirion, au Théâtre Varia jusqu’à samedi, l’histoire d’un homme qui, pour échapper à la guerre, se fait passer pour sa cousine, correspond avec un soldat au front, et l’amour : voilà. En plein dedans ;-)

    je vous laisse mais je reviens ;-))

  • #156 Hélène le 4 février 2009 à 18 h 58 min

    Splatchounette on en parlait justement par mail avc Diripouf, comment qualifier les couples qui s’aiment depuis longtemps et ne couchent plus ensemble ? C’est quand même de l’amour, effectivement (enfin je suppose).

  • #157 Diripouf le 4 février 2009 à 19 h 35 min

    Ying&Yang (149) rooooh je n’ai rien à valider voyons ;)

    Je suis assez d’accord avec ton analyse, qui donc, si je comprends bien, inclus aussi les couples qui s’aiment sans forcément passer par du sexe. Effectivement on en a discuté avec Hélène, et c’est théoriquement possible… même si ça paraît délicat sur le long terme, puisque (au moins dans la majorité des cas), le corps répond à des besoins un peu animaux aussi, et le non-sexe sur toute une vie, par exemple, c’est difficilement envisageable (me semble-t-il).

    Mais c’est clair que le désir sexuel sans amour est beaucoup plus courant (et facile à gérer) que l’amour sans désir sexuel. D’ailleurs, comme me le faisait remarquer Hélène, l’absence de désir sexuel est généralement acquise avec le temps, c’est rare que quand on aime quelqu’un(e) on ait pas envie de lui sauter dessus non-stop les 6 premiers mois ;)

  • #158 olivia le 4 février 2009 à 19 h 39 min

    …très intéressant ton témoignage. Tu as l’air d’être assez en paix avec toi-même malgré ça je ne comprends pas pourquoi tu es si aggressive parfois…

  • #159 Diripouf le 4 février 2009 à 19 h 49 min

    Olivia – oui, je suis (relativement) en paix avec moi-même, enfin autant que faire se peut, mais ça ne m’empêche pas d’avoir mon (sale) caractère, ma grande gueule, mon côté extrémiste parfois… mes défauts quoi :) Désolée si je parais parfois aggressive…

  • #160 Hélène le 4 février 2009 à 19 h 53 min

    olivia ton commentaire est tout à fait déplacé, si tu as des comptes à régler, tu peux me demander le mail de Diripouf et voir ça en privé.

  • #161 Clémy le 4 février 2009 à 20 h 01 min

    Waah, je viens de lire tous vos commentaires et ce sujet m’a passionné. Étant plutôt jeune et sans beaucoup d’expériences, je reconnais avoir eu plein de préjugés à propos de la bisexualité. J’ai enfin pris conscience que ce sujet qui paraît « tabou » n’a aucune raison de l’être et qu’on ne devrait même pas se différencier comme cela. Ce que chacune d’entre vous à aborder m’a éclairé, et me fait beaucoup réfléchir sur l’avenir. Merci beaucoup Diripouf pour ton témoignage, et merci à Hélène pour cette rubrique, qui, tous les mercredis, m’aiguille un peu plus dans tous ces domaines de la vie :).

  • #162 Hélène le 4 février 2009 à 20 h 03 min

    Oh ben merci à toi pour ce chouette commentaire, Clémy ;-)

  • #163 Papillon le 4 février 2009 à 20 h 08 min

    Yin&Yang(149), j’aime beaucoup ta façon de voir les choses. Elle me dénoue qquns des noeuds que je me suis fait au cerveau :)

  • #164 c-lin le 4 février 2009 à 20 h 12 min

    comme je dis souvent ….
    lorsque l’on est amoureux ,on ne dit pas : » j’aime hétéro , homo ou bi » … on dit « j’aime » tout simplement et « JE T ‘ AIME » tout court
    Du moment que l’on arrive à être en accord avec soi même et être honnête avec son compagnon ou compagne du moment ou de vie …. VIVE L ‘ AMOUR quoi !!!!!!

  • #165 clo le 4 février 2009 à 20 h 32 min

    J’ai été pendant un temps (pardon à tous) une has been aux oeillères qui disait « tant que t’as pas essayé tu peux pas savoir », je crois que ça me rassurait… parce que j’ai toujours su qu’un corps de femme m’exciterait bien plus que celui d’un homme. et pourtant, c’est essentiellement avec des hommes que j’ai des relations.
    je crois donc que je rentre dans la catégorie des bisexuelles… mais en fait je le savais depuis plus de 10 ans! le débat courtois que j’ai pu lire dans les commentaires me ravit, la question du choix sexuel étant encore malheureusement souvent envisagé comme une lutte.
    merci à vous les filles d’être ce que vous êtes et de l’exprimer aussi bien!

  • #166 camillehamelin le 4 février 2009 à 22 h 04 min

    petit HS: oh il y a quelques nouvelles fonctionnalités … cool comme idée!

  • #167 sagattine le 4 février 2009 à 22 h 30 min

    Bonsoir à toutes!

    J’ai l’impression que j’arrive après la bataille, mais je tenais quand même à ajouter mon ptit commentaire à moi!
    Tout d’abord, c’est vraiment un très beau texte Diripouf, qui a le mérite de faire réfléchir sur un sujet qu’on aborde peu et qui est plein de préjugés (« chouette un trip à trois avec deux nanas » pour certains ou « un homo qui s’ignore » pour les autres).

    J’ai l’impression quand même que ça dépend beaucoup du vécu (enfin en tout cas pour moi) : j’ai toujours été attirée par les garçons depuis mon plus jeune âge mais je pense que c’est lié à mon père (là Freud se réjouirait!) et pas parce que j’ai une nature hétérosexuelle. De même je suis intéressée par les filles dans le but (très mauvais pour moi) de me comparer : je les scrute pour me demander en quoi elles sont mieux mais sans être du tout attirée par elles…
    Avec un autre passé j’aurai peut-être été différente…

    Bref, l’amour et même l’attirance sont très compliquées, je ne sais même pas si on peut les catégoriser, entre l’amour qui peut être amoureux, filial, amical, le désir sexuel, ce fameux amour platonique (que perso je n’ai jamais ressenti… je suis d’accord pour le sexe sans amour mais pas pour l’amour sans sexe!)…. Ca fait beaucoup et je me sens un peu perdue…

  • #168 waffo le 4 février 2009 à 22 h 39 min

    comme sagattine j’ai un peu l’impression d’arriver après la bataille (ouin, je veux pouvoir lire MBDF depuis le boulot :( ) mais je tiens à te remercier Diripouf d’avoir lancer ce sujet et permit de lire vos débats passionnants ! Je ne me suis jamais trop posée de questions ayant toujours été attiré par des hommes mais en étant vraiment vraiment honnête, je dois avouée que je me suis des fois posés des questions (et si…) mais que j’ai vite balayé de ma tête. Peut être parce qu’en fait il n’y avait pas vraiment de questions ou peut être si, et je ne voulais pas savoir la réponse !!

    Je n’ai pas spécialement de problèmes par rapport au choix personnel de chacun (un homme, une femme, un blanc, une noire, un p’tit rond ou un grand con – à quoi que le grand con, ça me dérange :p ). Mais j’ai l’impression (n’hésite surtout pas à me reprendre si je me trompe !!!) que les personnes qui sont bisexuelles seraient plus facilement dans 2 relations différentes en même temps plutôt que sur le fait qu’elle puisse être indifféremment avec un homme ou avec une femme (mais en ayant qu’une relation à la fois) ?
    (Argh peut être suis-je une has been aux œillères pour penser ça !). Je ne sais pas si je suis claire, ça fait 10 min que je réécris ma phrase :(

  • #169 Diripouf le 4 février 2009 à 23 h 06 min

    Waffo, le fait d’être bisexuel(le) ne rend pas polygame :D C’est d’ailleurs souvent une peur (infondée…) des gens par rapport aux bis, en qui ils voient des gens qui « mangent à tous les râteliers ».

    Clémy, ton commentaire fait en effet chaud au coeur !

    Clo, jolis les tattoos ;)

    Et puisque la journée touche à sa fin, un grand merci à toutes pour ces échanges plein d’ouverture d’esprit, et aussi pour la dérive passionnante (mais qui effectivement fait des noeuds au cerveau, j’adore cette expression !) sur les liens entre amour et désir sexuel, et les différences amour / amitié, ça m’a fait me poser plein de questions intéressantes !

    Bonne nuit les filles :)

  • #170 lululy le 4 février 2009 à 23 h 12 min

    Bonsoir!
    Un grand merci à Diripouf pour son texte qui me parle et qui intéresse tant de personnes!
    La confusion des sentiments… J’aime l’idée que rien n’est joué d’avance!
    Je me pose d’ailleurs parfois la question: que suis-je? Je pense éprouver de l’amour pour les hommes (le manque, l’envie de tout partager avec lui, parler de lui à tout bout d’champ….), mais je me surprends à éprouver du désir (sexuel) pour les femmes.

    Je vais relancer le débat (bien que le débat soit déjà oh combien enrichissant) en vous proposant une colle ( MA colle, mon vécu actuel) : je pense être amoureuse de mon meilleur ami, homosexuel convaincu. Je ressens en effet le fameux manque, je parle de lui sans arrêt… Nous passons de merveilleux moments tous les deux, pleins de tendresse et de complicité et parfois je ressens une certaine électricité dans l’air ;)
    Cependant notre relation quelle qu’elle soit – amour, amitié forte – ne sera que platonique: il n’aime pas le corps des femmes et sort actuellement avec un homme.
    Je suis totalement perdue, c’est la confusion des genres absolue!
    J’espère que mon propos n’est pas hors sujet, en tout cas je vous remercie toutes du fond du coeur, j’aime le ton libre et intense de ce blog!

  • #171 cha le 4 février 2009 à 23 h 52 min

    @splatchounette
    bcp de personnes on besoin d’affronter ou du moins de rencontrer des choses définissables, l’inconnu effraie, encore plus que l’homosexualité ou la bisexualité peut mettre les gens mal a l’aise…même si je trouve ça ridicule, puisque nous en sommes en constante évolution, ainsi que nos envies, et qq fois nos orientations (enfin c’est plus perso^^).

  • #172 Véronique le 5 février 2009 à 0 h 00 min

    Sujet intéressant et inépuisable! Pour celles et ceux que ca intéresse, il y a eu un article à sur la sexualité féminine très récemment dans le New York Times ( http://www.nytimes.com/2009/01/25/magazine/25desire-t.html?_r=1 ), et qui a été abondament commenté dans les blogs américains (plusieurs entrées dans Slate dont celle-ci http://www.slate.com/blogs/blogs/xxfactor/archive/2009/01/26/who-knows-what-women-want.aspx et aussi chez salon.com si je me souviens bien). En résumé, les chercheuses (ce sont des femmes) ne sont pas encore bien sûres, mais il leur semble que la sexualité des femmes soit fluide (passant d’un genre à l’autre facilement, « bi »), et que contrairement aux hommes, elles n’aient pas toujours conscience de leur excitation sexuelle (une expérience a montré que les femmes montraient des signes physique d’excitation sexuelle en regardant des scènes de sexe entre hommes, hétéros, entre femmes, et même un porno entre bonobos!, mais quand on leur demande ce qui les a excitées, elles ont tendance à dire n’avoir ressenti une excitation qu’à la scène hétéro pour les hétéros… La raison de cette excitation quasi automatique pourrait être évolutionnaire.)

  • #173 Sonia le 5 février 2009 à 0 h 44 min

    Woaooow…. merci merci merci…

    Merci pour avoir lancé le sujet.
    Merci pour votre ouverture d’esprit les filles.
    Merci pour les réponses que vous m’avez apportées.

    J’ai effectivement toujours beaucoup de difficultés à me situer dans tout ça et j’en ai encore.
    MOI MOI MOI… moi je crois que ce qui compte dans tout ça c’est L’AUTRE et le vécu que l’on a avec cette personne, qui que ce soit.

    Et plus il y a d’ « autres », plus il y a de définitions aux rapports que l’on entretient avec autrui ( amoureux, amants, amis, partenaires sexuels, copains, connaissances… supérieurs hiérarchiques… ennemis !!!! …. ;-)

    Malheureusement, en vous lisant, je crois bien être obligée de me ranger dans la catégorie « bi-frustrée » ( enfin je ne suis pas pour la fait de mettre les gens dans des catégories, mais il faut bien mettre des mots sur les concepts abstraits) , car je sais très bien que je suis attirée par les 2 sexes ( tout en en ignorant les raisons) , et que malgré tout, tout m’oblige à choisir les hommes.

    Pour répondre à waffo (mais surtout pas la reprendre, qui suis je ?), dont je comprends les interrogations, je ne pense pas que la bisexualité aille de paire avec l’infidélité, car tout dépend du degré d’engagement dans le couple, exactement comme pour les hétéros.
    Une personne attirée par les deux sexes, n’a pas forcément besoin de « cotoyer » ces 2 sexes pour être satisfaite. Surtout si on a eu la chance de trouver son « Évidence » ( en citant Aubépine au passage).

    Ce qui est certain pour ma part, c’est que je suis amoureuse de MBDF !
    ( On peut faire l’amour à son ordinateur ? )

  • #174 Hélène le 5 février 2009 à 0 h 47 min

    waffo je crois que tu confonds effectivement bisexuel et bigame ;-)))

    Diripouf merci à toi pour cette journée, nous te la devons et ça n’est pas rien.

    lululy je ne trouve pas du tout ton propos hors sujet, on contrair on est en plein dedans (en revanche je n’ai pas de réponse, c’est vrai que la situation n’est pas facile ;-)
    Et je te souhaite la bienvenue !

    Sonia avec un peu d’imagination on doit pouvoir arriver à faire l’amour à son ordinateur, et inventer ainsi une nouvelle catégorie sexo-affective ;-)))

  • #175 Armalite le 5 février 2009 à 0 h 53 min

    Zut zut zut je suis à Paris dans une chambre d’hôtel et bâlâde de surcroît donc pas en état de lire tous les commentaires qui ont précédé. Moi aussi j’ai aimé, couché et vécu avec des hommes et des femmes. Je me dis rarement bi pour autant, non que je cache la pluralité de mes inclinaisons mais je n’aime pas les étiquettes. Je suis attirée par une personne, pas par la nature de ce qui se cache sous son jean. Après, que ce soit sexuellement ou affectivement, j’ai juste envie de dire qu’il n’y a pas plus de différence entre un homme et une femme qu’entre un homme et un autre homme ou une femme et une autre femme. Chaque individu est unique, et la relation qu’on a avec lui (ou elle) aussi.

    J’aurai encore beaucoup de choses à dire sur le sujet mais je vais attendre d’être rentrée chez moi demain soir avec un clavier plus grade que celui d’un eee-PC et surtout une pil de Kleenex rogntudju!

  • #176 deilema le 5 février 2009 à 7 h 43 min

    J’arrive complètement après la guerre (une guerre très pacifique, ceci dit)…
    Ton texte me parle beaucoup Diripouf, ainsi que les réactions des unes et des autres.
    Je me suis longtemps demandée si je n’avais pas été amoureuse de certaines de mes amies. Pourtant, non, vraiment, je n’éprouvais pas de désir pour elles. Alors que pour des hommes, oui.
    Pour moi, donc, on tombe effectivement amoureux d’une personne, pas d’un genre.
    Mais pour ressentir une attirance sexuelle pour quelqu’un du même genre, c’est une autre histoire …

    ceci dit, bien que n’ayant jamais ressenti « en vrai » de désir pour des femmes, il m’est arrivé d’avoir des rêves plus que tendancieux à ce niveau-là ;) c’est grave docteur? ;)

  • #177 Diripouf le 5 février 2009 à 9 h 01 min

    Raconte tes rêves par mail Deilema, je te dirai si c’est grave !

    (roooooooooooh on peut rigoler non ? :D )

  • #178 dola le 5 février 2009 à 9 h 14 min

    @ lulaly, je pense que la question est de savoir si tu voudrais qu’il y ai plus entre vous, qu’il ne soit pas vraiment homo en fin de compte ou si tu es heureuse comme ça.
    Parce que si tu espères qu’il se passe finalement quelque chose, tu risques de souffrir.

    Perso, les sentiments que je porte à l’homme dont je parlais plus haut ( et réciproquement) me donne la pêche, le sourire et je serais ravie le jour où il aura retrouvé un homme avec qui il est bien et qui le rende heureux.

  • #179 Marionnelle la 2ième le 5 février 2009 à 10 h 33 min

    J’arrive largement après le débat … mais je voulais vous remercier toutes (et en particulier diripouf) pour ce texte et ces commentaires qui ne m’apportent pas forcément des réponses mais me font voir les choses différemment … non pas que je sois une has been à oeillères hein ! loin de là … mais mon meilleur ami (que j’ai toujours connu homo mais qui a eu des relations avec des hommes et des femmes) se pose beaucoup de questions en ce moment, s’interroge sur sa sexualité, ne sait pas où il en ai actuellement, s’il est bi ou non ou oui … et bien sûr c’est vers moi qu’il se tourne avec toutes ses interrogations. Je n’arrive pas à lui apporter de réponses, c’est difficile, je suis là pour l’écouter mais je ne le comprends pas toujours … et ce débat m’a bien fait réfléchir sur certaines choses et j’ai l’impression que maintenant j’arriverai un peu mieux à le comprendre sans a-priori. Vais lui envoyer l’adresse de ce blog tiens !!
    @ lulaly : oh combien je te comprends ! Ce meilleur ami dont je parle, j’en ai été amoureuse (avec désir et tout et tout …), lui aussi me disait être amoureux, nos relations ont été très ambigues au début , puis il a rencontré son ex (homme), j’ai été très mal, mais tous les 2 nous sentions qu’il fallait aller au-delà, qu’on ne pouvait pas ne plus se voir (comme un besoin l’un de l’autre) … et petit à petit, j’ai évolué dans mes sentiments vis-à-vis de lui. Cela ne s’est pas fait d’un coup, je me suis un peu éloignée, je suis partie en voyage seule. Et puis, maintenant, nous avons une relation que je pense un peu privilégiée : je n’ai plus de désir sexuel pour lui, juste une amitié profonde, il est un peu comme un frère-ami, j’ai une totale confiance en lui et c’est réciproque … et je distingue tout à fait l’amour que je lui porte à l’amour que je porte à mon chéri. Plus d’ambiguité ! (pour rajouter au débat sur l’Amûuur … je pense quant à moi que l’amitié est une forme d’amour, et que le désir sexuel s’ajoute ou non à l’amour qu’on porte à une personne … ce qui donne des possibilités infinies !!! donc d’accord avec la définition de Yin&Yang)
    J’espère que ce petit témoignage pourra t’aider … Je pense qu’il faut que tu saches (même si c’est difficile à déterminer) faire la part des choses : actuellement, avec cet ami, tu ne peux pas espèrer plus que ce que tu as actuellement. Il est homo, il ne faut pas te faire d’illusions . Je sais bien que c’est dur à entendre pour l’avoir vécu moi-même (encore que mon ami se dit bi homo puis bi puis homo etc … :)) . Je ne sais trop que te dire de plus, je voudrai bien t’aider, j’espère que cette modeste contribution t’aidera à sortir de ta confusion !!
    Encore un commentaire loooong … je ne sais pas faire court … désolée Hélène !

  • #180 Hélène le 5 février 2009 à 10 h 38 min

    Mais arrêtez de vous excuser d’écrire de commentairs longs, enfin ! Au contraire, c’est super ! ;-)

    Et vous ne pouvez pas savoir combien je vous envie, toutes celles qui ont un ami si proche. Moi je n’ai cette proximité vitale avec aucun ami, ni homme , ni femme (heureusement que j’ai ma soeur, la personne que j’aime le plus au monde).

  • #181 Marionnette la 2ième le 5 février 2009 à 10 h 51 min

    J’ai une fâcheuse tendance à m’excuser tout le temps … mais je me soigne :)
    Un ami si proche … avant lui, j’avais juste une très grande amie (mais pas aussi proche que lui) et c’est tout. Je suis fille unique, j’ai toujours été très seule (je ne le vivais pas mal hein !), une solitaire quoi ! et puis … ben, on s’est trouvé avec lui par hasard et je découvre petit à petit ce que c’est que d’avoir quelqu’un (autre que mes parents ou mon chéri) dans sa vie sur qui on puisse compter, et ce que veut dire amitié !

  • #182 dola le 5 février 2009 à 12 h 33 min

    @ Hélène, oui c’est un vrai cadeau que m’a fait la vie, complètement inattendu, je puise beaucoup d’équilibre et de force dans cette relation.

  • #183 mab le 5 février 2009 à 12 h 53 min

    Merci Diripouf pr ce texte et les échanges qu’il a suscités. Et merci Hélène d’avoir créer ce « salon » de filles où l’on peut discuter sans jugement, avec chacun nos points de vue ou simplement lire, « écouter » les autres en restant silencieuse ,en apprenant beaucoup et en ayant envie de poursuivre la discussion avec ses amies à la maison… Merciiiiiiiii!

  • #184 Anaïs le 5 février 2009 à 13 h 05 min

    Un peu de cul ture a lire ou ecouter au choix

    Faire et défaire le genre
    Mise en ligne le lundi 4 octobre 2004
    par Judith Butler
    http://multitudes.samizdat.net/Faire-et-defaire-le-genre

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/judith%2Bbutler/video/x2rr56_judith-butler-1_events

    Bises Anaïs

  • #185 Eliz’030282 le 5 février 2009 à 13 h 44 min

    Je n’ai pas eu la patience de tout lire avant de réagir… Et pourtant, j’aurais dû: poser ma réflexion et voir ce que je pouvais apporter au débat, tourner sept fois ma langue dans ma bouche… Mon intervention suit un texto de ma soeur « tu devrais aller voir le sujet du jour… »

    Certes mais lequel?

    Les trois Smockys qui se démarquent du lot (après une initiation en la matière par Hélène en personne, je me targue de tout savoir, déjà, alors que je suis novice en la matière…) ?
    Les collants H&M (je ne porte pas de collants, j’aime trop les chaussettes de sport…) ?
    Ou ce sujet (je me sens déjà plus concercnée…) ???

    Elle est certainement l’une des premières personnes à qui j’ai confié mon premier coup de coeur (d’autres plus intenses ont suivi) pour une prof: j’attendais avec une certaine impatience le mercredi (ou le mardi, ou le jeudi, peu importe ! ), pour entendre le gling-gling de ces bracelets, sa voix rauque… Elle est la première à qui j’ai confié mes « doutes », mais rien ne me semblait joué. Aucune certitude, aucune envie de me cataloguer moi-même. « C’est déjà suffisamment compliqué avec les mecs, je vais pas m’embarrasser avec les nanas ! » De fil en aiguille, de conversations en conversations, essentiellement avec les copines… (Mes potes mecs ont toujours eu dans leurs yeux, en abordant ce sujet avec moi, ce soupçon de lubricité… Comme si j’étais là pour satisfaire ce fatasme récurrent ! Sauf mon meilleur pote, gay, qui me trouve chanceuse !)

    J’ai réalisé qu’il n’y avait aucune honte à se retourner sur le passage d’une nana dans la rue, d’admettre qu’elles pouvaient être bien « gaulée » (mon côté garçon manqué ressort dans mon vocabulaire, je vous prie de bien vouloir m’en excuser…) Et j’ai réalisé un jour que je m’attardais davantage sur le passage de silhouette fémines. Parce qu’elles sont simplement belles… Plus belles ! Leurs formes, leurs visages…

    Je ne suis pas lesbienne. Définitivement ! J’aime les hommes, du moins certains, aussi…
    Tout ça pour dire ??? Je m’égare…

    Ce qui m’a frappée, c’est de comprendre que les personnes qui m’entourent se sont fait à l’idée de ma bisexualité avant moi ! Ils l’ont senti avant que je le comprenne et que je l’accèpte…

    Quelques expériences, avec les deux sexes… Je n’ai pas encore trouvé « l’âme soeur », mais je ne me limite plus ! Je vis enfin la chose à ma guise, fonction du contexte, au gré des rencontres !

    Merci pour cette tribune !
    J’aurais encore moult choses à dire !!!

  • #186 Hélène le 5 février 2009 à 14 h 45 min

    Eliz’030282 sois la bienvenue ;-)
    Sinon je vois pas le rapport entre le fait de regarder les jolie filles dns la rue, et la bisexualité (ou l’homosexualité) ;-)

  • #187 dola le 5 février 2009 à 15 h 07 min

    Pour moi l’aspect esthétique est dissocié du reste disons que c’est pas parce que je trouve un garçon très beau et que j’ai envie de le regarder que je le trouve désirable sexuellement. et j’aime aussi regarder les jolies personnes indépendamment du sexe ou de l’âge d’ailleurs.
    Mais je reconnais que l’esthétisme est très important pour moi et que c’est peut-être pour ça que je ne vois pas le rapport avec l’orientation sexuelle.

  • #188 Hélène le 5 février 2009 à 15 h 17 min

    Je suis exactement comme toi dola ;-)

  • #189 Miss Lili le 5 février 2009 à 15 h 20 min

    Je ne me qualifie pas. Je suis sexuée, sexuelle, désirée et désirante. Peu importe le homo ou hétéro. Il y a un homme dans ma vie, il y en a eu d’autres, les femmes sont belles et dans tout ça, certain(e)s sont diablement sexys, et donnent des idées…Que je trouve dommage de ne pas réaliser :)

  • #190 Diripouf le 5 février 2009 à 17 h 54 min

    Ah oui je suis d’accord avec Helene, y’a plein de femmes heterosexuelles qui se rendent compte de l’immensite de la beaute feminine, ca n’en fait pas des homo- ou bi-sexuelles pour autant.

  • #191 Eliz’030282 le 5 février 2009 à 18 h 03 min

    Je n’ai jamais fait gaffe aux filles dans la rue avant de m’interroger sur ma sexualité. Je les voyais sans les regarder. Et j’ai pris le temps… Je suis convaincue que la moitié du jeu de séduction ou d’attraction passe par le regard que l’on porte sur l’autre. Pas simplement question d’esthétique. Une jolie fille, objectivement, pourra ne pas m’attirer sexuellement. Mais si je craque, c’est parce qu’elle a su capter mon attention, visuelle d’abord, olfactive ensuite. Premières étapes nécessaires ! A mon sens…

  • #192 sophie le 5 février 2009 à 18 h 06 min

    j’adore la glace vanille. j’adore la glace chocolat. je ne les mange pas en même temps, mais l’une après l’autre. parfois je ne mange que la vanille, je fais une fixette dessus… je reste accroc à la meme gelateria… puis je change. vanille ? chocolat ? pourquoi choisir ?! et puis attention, je ne suis pas forcement obèse, j’en mange pas des tonnes !!!

  • #193 Hélène le 5 février 2009 à 18 h 18 min

    Ah évidemment vu comme ça c’est différent, Eliz’030282 : on peut trouver les filles jolies ET être attirées par elles, tout comme on peut les trouver jolies et ne pas être attirée (ou les trouver moches, certains jours, erf ;-))

  • #194 Cécile de Brest le 5 février 2009 à 18 h 21 min

    Ah mais oui, moi aussi, il m’arrive de regarder les jolies filles (et les jolis garçons aussi ) dans la rue ou ailleurs.
    C’est par goût du beau finalement, sans qu’il n’y ait aucune attirance physique. Juste parce que c’est joli. Comme je regarderais une jolie peinture (bon mon exemple est peut-être mal choisi mais c’est pour dire que c’est l’esthétique qui compte).

  • #195 Sonia le 5 février 2009 à 18 h 24 min

    Ha oui Sophie ! Je crois qu’il est important de préciser que quand on aime le chocolat mais aussi la vanille, c’est pas forcément sans modération…

  • #196 Eliz’030282 le 5 février 2009 à 18 h 32 min

    C’est pas parce qu’un gateau est alléchant en vitrine qu’il sera à mon goût ! Il se trouve juste que je suis gourmande et curieuse…

  • #197 Hélène le 5 février 2009 à 18 h 35 min

    Cécile exactement, je te rejoins tout à fait sur le goût du beau !

  • #198 waffo le 5 février 2009 à 22 h 02 min

    Merci diripouf pour ta réponse à ma question un peu bête je le sais mais vaut mieux demander que de rester sur une réponse fausse :) Donc je raye consciencieusement ce que j’ai pu penser là dessus, encore un ô lectrice qui m’aura fait avavncer :D

    Sinon je suis d’accord avec Hélène et Cécile sur le goût du beau. ça m’arrive aussi de regarder les jolies filles ou les bien habillées et de le dire (et aussi les pas belles ou mal fagotées hein !). Et pareil pour les mecs (mais là je le dis pas forcément à mon mari :p) Mais ça n’a rien à voir avec du désir (ouh alors c’est vachement refoulé !).

  • #199 lululy le 5 février 2009 à 23 h 35 min

    Salut les filles
    Merci à marionnelle la 2ieme et toutes celles qui se sont penchés sur mon cas!
    Vos réponses m’ont touché, et je pense, comme Marionnelle, que les choses seront plus simples quand je rencontrerai un homme hétéro qui me comblera!
    Et vive tous ces beaux sentiments qui nous émeuvent!

  • #200 Diripouf le 6 février 2009 à 8 h 55 min

    (je veux juste arriver à 200… hhihihihi)

    (Hélène mets pas ça en gras, j’aurai honte ! :D )

  • #201 LyNnAh le 9 février 2009 à 16 h 18 min

    « Je ressens de l’attraction pour des personnalités, des charismes ou des timidités, des intelligences, des générosités, des manières de sourire et des regards… et tout cela n’est ni féminin ni masculin. »
    C’est EXACTEMENT ça, très juste!

  • #202 Grouick le 10 février 2009 à 12 h 55 min

    Je suis hétérosexuelle et sûre de l’être…. pour la simple et bonne raison que j’ai couché deux fois avec des filles, sans attirance. J’aime regarder les filles (… qui marchent sur la plage… et ailleurs…), parfois j’aimerais pouvoir les regarder sous toutes lescoutures, les toucher comme des statues, des objets, juste parce que c’est beau…. Avec une pointe de jalousie car en bonne fi-fille je suis en mode « compétition/comparaison/dévalorisation » tout le temps…. Mais les filles ne m’émoustillent pas sexuellement.
    Vous me direz, « Mais si tu as couché avec des filles, alors tu avais une attirance sexuelle pour une femme, donc tu es/étais un peu bi… » Eh bien non, en fait je n’avais pas 20 ans, je n’étais pas super bien dans mes baskets (encore trop fleur bleue, amour non réciproque); je voulais me rassurer quant à mon sex appeal, me sentir femme-femme, et qu’est-ce qui rassure plus là-dessus que l’attirance d’un homme (je passe le fantasme d’attirer un homo)? L’attirance d’une femme. Je n’ai pas cherché à séduire qui que ce soit, et je n’avais aucune attirance pour les filles avec qui j’ai couché, cela s’est fait par accident, et j’étais grisée par le fait de leur plaire. Après coup je me sentais mal car j’avais une relation amicale avec ces filles et pas l’intention de perdre une amitié pour une nuit « spéciale ».

  • #203 Grouick le 10 février 2009 à 12 h 55 min

    Je vis avec « mon » homme depuis 4 ans, il est totalement ouvert quand il s’agit de ma vie sexuelle passée, mais complètement bloqué quand il s’agit de discuter d’homosexualité, de bisexualité, et d’exprimer la moindre réflexion à ce sujet (oui je sais c’est un garçon, il parle peu, j’ai toujours du mal à m’y faire). Au quotidien je me dis que quitte à vivre en couple, ce serait méga plus simple avec une fille, mais bon, le sujet de la vie en couple en lui-même (dans quel but, etc…) pourrait faire l’objet d’une autre discussion. Je crois que les filles ont la chance de pouvoir expérimenter certaines choses beaucoup plus aisément que les mecs, pour qui les tabous sont plus forts et la peur de la pénétration totalement bloquante. Je veux dire que si on fait un tour de table en posant à des filles la question : « est-ce que tu flirterais de façon poussée avec une femme », je pense qu’on aurait beaucoup moins de réactions fortes et négatives, qu’en posant à des mecs le ême type de question, car les mecs pense le flirt poussé comme un préliminaire à une pénétration, et alors là c’est fini, rejet total. Or j’ai du mal à concevoir qu’une fille puisse trouver une autre bien foutue, sensuelle, limite attirante, et que la majorité des mecs n’aient pas la moindre réaction (genre électroencéphalogramme plat) quant à leurs corrélégionnaires. On dirait que les femmes regardent tout le monde, alors que les hommes hétéros ne matent que les femmes, comme si reconnaître que tel mec est bien foutu était le début du commencement d’un coming out. Et en plus de ça il y a la chappe de plomb dès qu’on aborde l’homosexualité hors des clichés (soit « les pd et lesgouines je déteste », soit « touche pas à mon homo »). On se croit intellectuellement libérés, mais au vu des tabous et autres blocages « politiquement corrects », je trouve qu’on a encore du chemin à faire.

  • #204 Chérine le 15 mai 2009 à 12 h 15 min

    Super intéressant ce billet.. J’arrive un peu tard mais je suis totalement d’accord avec Diripouf! On s’avoue pas ce genre de choses… Mais c’est tellement vrai.
    J’admire ton courage d’avoir dit tout ça et j’ai l’impression d’apercevoir mon reflet dans ce billet.

  • #205 AnDroKtoNe le 1 septembre 2010 à 15 h 03 min

    Homo, hétéro, bi, pan… On s’en fout.

    Ce qui compte c’est d’être bien avec le(la) partenaire.

    Je suis lesbienne car le corps féminin (j’ai pas dit femelle) m’attire contrairement au corps masculin. Les courbes d’un corps féminin m’émoustille au delà de ma raison et c’est comme ça, je ne cherche pas à comprendre, je le vis. Point.

    Par contre, j’ai déjà couché avec deux gars dans ma vie, je suis même restée une dizaine de mois avec l’un d’entre eux et nous nous entendions super bien à tous points de vue sauf au lit. Dommage sinon nous serions probablement toujours ensemble.

    Actuellement, depuis presque cinq ans, je vis une histoire d’amour avec une fille que j’adore et à priori ça ne devrait pas changer. Mais dans l’absolu je ne suis pas à 100% homo, il m’est arrivé de trouver un gars beau (ça ce compte sur la moitié des doigts d’une main…) comme quoi…

    J’ai rencontré mon amie sur le net (sur un fofo de discussion pas un truc de rencontre), je ne l’avais jamais vue que déjà j’étais amoureuse et quand je lui ai parlé au téléphone, ça n’a fait que confirmer. Quand enfin nous nous sommes rencontrées IRL, j’étais heureuse même si elle ne correspond pas aux critères que je préfère chez les filles. :D J’m’en fous, je l’aime y’a que ça qui compte.

    Je crois que si on est intelligent(e) et pas trop coincé(e) par notre éducation on a bien conscience que l’amour n’est ni sexué ni genré.

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.