J’aime la vie, par lazazouille

21 avril 2010

o-toi-lectrice

J’aime la vie
Bien qu’il soit parti trop tôt
C ‘était il y a 22 ans. Je ne pense pas m’en être remise
C’est pour ça que je sais que j’aime la vie.
Sinon je ne serai plus là aujourd’hui

Je tente d’être celle qu’il aurait aimé que je sois
Je tente de faire perdurer son esprit ironique
et toujours plein d’esprit
son amour de la vie et son amour des gens

Je tente de ne pas être comme lui
Celui qui s’est détruit
Parce qu’ils l’avaient abandonné
Ceux qui disaient l’aimer

Je tente de ne pas me laisser aller à la répétition
de ne pas chercher l’inspiration
dans ce laisser-aller
et de lutter pour encore rêver

Rêver que ce soit possible
De survivre
Au terrible, à l’innommable
Et de revivre

Je n’oublie jamais
Qu’il m’a aimée quinze ans
Je n’oublie jamais
Que je suis son enfant

C’est pour cela que j’aime la vie
Que je sais que c’est important
De continuer à avoir envie
Et d’être un combattant

Il faut vivre pour ses amours
Oublier les détours
Leur dire notre attachement
Avant qu’il ne soit plus temps

Il n’a pas survécu à la disparition de sa mère
J’ai survécu à la mort de mon père.
Et si j’en tire une grande souffrance
C’est aussi la cause de mon assurance

Rien n’est grave
Et tout passe
Je suis brave
Tant que personne trépasse…

J’aime la vie
Je suis sûre que vous aussi
Ne l’oubliez jamais
Et ne vivez pas au rabais !

Signé : lazazouille »

43 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

43 commentaires

  • #1 NADIA le 21 avril 2010 à 10 h 35 min

    c’est absolument magnifique et tellement sincère

  • #2 Luciie le 21 avril 2010 à 10 h 51 min

    :) :)
    Merci pour cette petite note positive dont on a tant besoin !

  • #3 Insane le 21 avril 2010 à 10 h 52 min

    « Et surtout ne vivez pas au rabais ! »
    J’aime beaucoup ce dernier point de ton argumentation poétique. Il fait écho en moi. C’est tout à fait ce que je pense. Bravo pour ce très beau poème même s’il vient d’une souffrance originelle terrible.

  • #4 JessicaLou le 21 avril 2010 à 10 h 53 min

    C’est très beau et nous rappelle au bonheur de la vie. Merci.

  • #5 Nashella le 21 avril 2010 à 10 h 58 min

    wah… c’est vraiment ce que j’avais besoin lire en ce moment… merci beaucoup :)

  • #6 Lis’ouille le 21 avril 2010 à 11 h 00 min

    Très joli texte, et très émouvant …

  • #7 patounettechatte le 21 avril 2010 à 11 h 13 min

    C’est trés beau et trés émouvant. Merci.

  • #8 Belisiane le 21 avril 2010 à 11 h 16 min

    Bonjour,
    je vais faire de quelques lignes mes mantras
    surtout ne pas vivre au rabais ;-)
    je trouve ça formidable que tu aies réussi a transformer ta peine (et tout ce par quoi tu as du passer) en énergie positive
    et admirable le fait de vouloir partager et transmettre cette énergie :-)
    je pense que tu as su trouver les mots pour redonner la pêche a celles qui en ont besoin
    pour ma part cela m’incite a continuer dans cette voie (oui j’ai la pêche en ce moment mais je ne le lasse pas de lire des messages comme le tien)

    si j’ai bien lu entre les lignes nous avons une part de vécu assez similaire..

    Bonne journée a toutes ;-)

  • #9 Mlle Narcisse le 21 avril 2010 à 11 h 26 min

    « Et surtout ne vivez pas au rabais ! »
    Comme tu as raison!
    La vie est courte, trop de gens nous quittent prématurément, il faut croquer la vie et ses bonheurs au jour le jour, ne rien remettre à demain, et surtout, dire « ja t’aime » à ceux que nous aimons, parce qu’après, il est trop tard.
    Ton texte est très beau, très touchant.

  • #10 Jube le 21 avril 2010 à 11 h 31 min

    Lazazouille,
    C’est un très joli poème, très touchant, c’est tellement bon de le lire.
    Je retiens plein de choses mais cette strophe particulièrement:
    Il faut vivre pour ses amours
    Oublier les détours
    Leur dire notre attachement
    Avant qu’il ne soit plus temps

    Merci de le dire, de le rappeler, c’est une chose que je me dis souvent en ce moment…je compte bien l’appliquer !

  • #11 Lolo make-up-holic le 21 avril 2010 à 11 h 33 min

    Bonjour,

    J’ai perdu mon père en début d’année et j’ai beaucoup de mal à surmonter ce chagrin, bien que nous n’ayons pas été très proches.
    Paradoxalement, je me sens plus vivante depuis qu’il est décédé. J’avais déjà perdu mes grands-parents, mais pour moi c’était dans l’ordre des choses. Perdre mon père, ça a été un coup de massue, comme une partie de ma vie qui s’écroulait, mais cela, d’une certaine manière, dans la peine, m’a ouvert de nouvelles portes. Comme si je ne pouvais pas rester sur cette tristesse…
    J’espère que ne choque personne en disant cela, car à aucun moment, je ne considère cet évènement comme positif. C’est juste un ressenti, étrange et déroutant. Une impression de fin d’enfance…

    Ton discours résonne donc en moi.

  • #12 stone le 21 avril 2010 à 11 h 45 min

    joli texte !!!!!

  • #13 Little Parisienne le 21 avril 2010 à 11 h 53 min

    Merci pour ce moment très émouvant; la forme presque « légère » du poème ne donne que plus de force à ton message.Bon courage et toi et merci de nous rappeler que la vie vaut la peine d’être vécue, malgré les horreurs parfois qu’elle nous fait subir. Bises

  • #14 AuReLiTyLienne le 21 avril 2010 à 12 h 23 min

    « Et si j’en tire une grande souffrance
    C’est aussi la cause de mon assurance »

    Tu as très bien exprimé ce qu’on peut ressentir quand les années ont (un peu) passé.

    Ah! L’amour de la vie! C’est un message tellement plus beau à faire passer, que celui de la tristesse, tellement évidente dans ces cas- là… Merci*

  • #15 Marie le 21 avril 2010 à 12 h 47 min

    Ce poème sonne comme un message d’espoir. Continuer à avancer et réaliser ses rêves malgré les peines et les embuches qui jalonnent notre vie. N’est-ce pas d’ailleurs cela qui fait de nous ce que nous sommes (et serons…) ?

  • #16 henadi le 21 avril 2010 à 13 h 51 min

    @h!!! Lazazouille c’est si beau, si vrai!!j’en ai pleuré.Je viens de perdre mes deux grands parents maternels bien aimés, il y a tout juste trois et quatre mois et mon beau père que j’adorais il y a à peine un an, donc çà résonne très fort en moi. Et la force que tu tires d’une chose si dure me réconforte, j’espère pouvoir être forte comme toi. En fait c’est pas moi qui suis forte c’est mon bébé qui me rend forte et maintenant donne un sens à tout. Ma petite crevette n’a que trois mois et demi; mais je sais que si je n’avais pas reçu ce don du ciel, au même moment que la disparitions de mes grands parents , je n’aurai pas pris les événements de la même façon!
    Du courage, il en faut tous les jours car la douleur te happe parfois au détour d’une expression, d’une blague fétiche, d’une photo…sans crier gare…et il faut pas se laisser aller. Quoique que je trouve que lacher mes larmes fait moins mal que de les retenir!
    Is nous manquent trop et puis voilà quoi!c’est comme çà…Qu’ils reposent en paix et ne les oublions pas en perpetuant leurs souvenirs entre nous qui sommes encore là :) et pour les générations à venir qui doivent savoir combien ceux avant nous étaient plein d’amour de bonté et de gentillesse.
    Bon courage Lazazouille ce que tu as écrit m’as fortement touché et ému.Merci

  • #17 abyss78 le 21 avril 2010 à 15 h 43 min

    c’est magnifique, merci.

  • #18 tlv le 21 avril 2010 à 16 h 49 min

    merci

  • #19 Miam le 21 avril 2010 à 18 h 31 min

    C’est juste magnifique, vraiment, tu arrives à dire tellement de choses vraies et justes. On ressent complètement la sincérité dans ton poème, bravo

  • #20 Marmouset le 21 avril 2010 à 19 h 49 min

    Ton texte m’a donné des frissons !
    Il est très beau, tellement sensible et sensé, et tellement vrai…

  • #21 Nadandra le 21 avril 2010 à 19 h 57 min

    Bonjour

    ton texte est vraiment très émouvant, c’est un hymne à la vie, MERCI de nous le faire partager.

    J’ai moi même perdu ma maman l’été dernier et après une longue période d’effondrement j’ai décidé de relever la tête pour ceux qui restent et qui m’aiment.

    C’est dur parfois car on a l’impression que vivre fait oublier ceux qui ne sont plus là.

    Maintenant, tout comme toi je me dis qu’il ne faut pas vivre au rabais comme tu le dis si bien en mémoire de ceux que l’on aime plus que tout partis bien trop tôt…

  • #23 lazazouille le 21 avril 2010 à 20 h 25 min

    Euh ben les filles je suis super gênée de vos remerciements, parce que c’est moi qui vous remercie de m’avoir lue !
    je suis contente que ça vous parle et que le texte vous touche

    Insane: tu as retenu le plus important !

    JessicaLou: oui, il faut faut faire l’effort de s’en rappeler, parce que c’est loin d’être évident et naturel

    Belisiane: merci à toi ! tu m’intrigues…

    Mlle Narcisse: tu as tout compris sur l’intensité de la vie ! moi j’ai parfois tendance à l’oublier et je trouvais ça bien d’écrire un texte pour se le rappeler. Merci mille fois à Hélène de m’avoir donné une tribune pour exprimer ça

    Jube: je t’en prie… je pense vraiment que c’est ce qui donne du sens à la vie, le lien et la valorisation du lien

    Lolo make-up-holic: je sais plus où j’ai entendu ça (genre dans Grey’s anatomy, no comment) : il y a un club des gens qui ont perdu leur père, et plus généralement leurs parents ou l’un de leur parent.
    C’est l’une des pires douleurs du monde, et même si elle s’atténue avec le temps, elle te marque quoiqu’il arrive.
    C’est la perte absolue de ceux qui t’ont « créée », et c’est parfois une brusque propulsion dans une position d’adulte, parce que quand l’un des parents n’est plus là, tu n’as plus la position de l’enfant.
    Tout ça pour te dire que je sais ce que c’est, et que tu sais que je sais. Il n’y a rien d’autre à dire : toi tu sais, les autres qui ne l’ont pas vécu ne le savent pas.
    J’en suis arrivée, ayant perdu mon père à adolescence, à développer un 6ème sens que j’ai mis du temps à comprendre : je m’intéresse d’instinct aux gens qui ont perdu un de leurs parents, je le sens, alors même que je ne le sais pas encore.
    ton chagrin passera doucement, il te restera, je te le souhaite, tout ce que ton père t’a apporté

    Little Parisienne: merci d’avoir remarqué la forme légère, je te jure que je me suis arrachée pour ne pas en faire un truc trop larmoyant…

    AuReLiTyLienne: merci de l’avoir vu aussi, ce n’est pas facile à faire de ne pas sombrer dans le pathétique total… et tu as mis le doigt sur le paradoxe : c’est ma force, parce qu’ayant survécu à ça je peux survivre à tout, et ça reste ma faiblesse, ce n’est pas un coup que tu encaisses sans traces indélébiles. je pense que je suis fragilisée, que j’ai peur de ma réaction quand je vais perdre quelqu’un d’autre à qui je tiens

    Marie: c’est tout à fait ça, et ce qui ne te tue pas te rend plus fort comme dirait l’autre …

    henadi: merci ! moi aussi je me fais pleurer ;-)
    ton bout de chou c’est la meilleure raison de te sortir de cette souffrance. Et c’est vrai que quand on fait son deuil la douleur frappe quand on ne l’attend pas, sur un détail. Ne retiens jamais tes larmes, c’est sain de se laisser aller. Et oui il faut continuer à les faire vivre en perpétuant les souvenirs et en transmettant tout ce qu’ils t’ont donné, ce qui t’a construite. Merci à toi !

    Je vous remercie toutes !!!!

  • #24 Chantal le 21 avril 2010 à 20 h 29 min

    Poignant de sincérité et riche d’espoir: merci pour ce témoignage émouvant et cette leçon de vie à ne jamais, jamais, vivre au rabais!
    Je te souhaite de continuer à la transmettre à tous ceux qui te sont chers!

  • #25 lazazouille le 21 avril 2010 à 20 h 39 min

    Chantal: merci ! je me le souhaite :-) et à toi aussi !

  • #26 lazazouille le 21 avril 2010 à 21 h 24 min

    Nadandra: C’est vrai qu’on croit parfois que vivre est une trahison, mais c’est l’inverse… N’oublie pas que ta mère te voulait heureuse. Bon courage du fond du cœur !

  • #27 kermaria le 21 avril 2010 à 22 h 16 min

    Très joli texte et belle philosophie à soigner et a transmettre …

  • #28 Hélène le 21 avril 2010 à 22 h 22 min

    On est nombreuses, déjà à notre âge, à être orphelines d’un parent, ça me frappe toujours…
    Courage à toutes, et merci encore, lazazouille, pour ton texte si magnifique.

  • #29 Nadandra le 21 avril 2010 à 22 h 42 min

    oui c’est vrai, que nous sommes nombreuses à être déjà orphelines d’un parent. Moi aussi ça me frappe.

    Mon chéri a perdu son père lorsqu’il avait dix ans alors lui c’est vrai que ce genre de chose ne l’étonne pas lorsqu’une personne de 30 ans (ou moins) perd un parent, il ne comprend pas vraiment la peine que cela peut causer, l’ayant vécu si jeune pour sa part.

    Merci Lazazouille pour ton gentil com c’est vrai que ceux qui ne sont plus là nous voudrait heureux et heureuses mais le chemin vers le retour au bonheur est long.

  • #30 Belisiane le 21 avril 2010 à 22 h 51 min

    Ohh faut pas être intriguee tu sais ;-)
    comme j’étais sûre qu’a 95% j’ai écrit a demi-mots.
    J’ai perdu mon père il ya plus de 20 ans moi aussi
    je l’ai connu moins longtemps
    je suis je suppose comme toi passée par toutes les étapes…
    Et effectivement j’accompagne très souvent les personnes qui traversent cette épreuve
    elle apprécient, trouvent que j’ai souvent les mots et l’attitude juste…
    Je sais juste de quoi je parle…empathie particulière…
    Et comme tu le dis si bien une fois que l’on a traverse cette épreuve on développe des capacités a profiter de la vie surprenantes
    mais pour ça il faut d’abord passer par des phases horribles mais nécessaires.
    Donc pour toutes celles qui ont subi récemment cette douloureuse perte : accrochez vous vous allez trouver en vous la force et les moyens de surmonter tout ça ;-)
    il n’y a pas de recette ou de formule universelle
    petit a petit on trouve ses propres « trucs » pour aller mieux et apprendre a vivre avec (ou plutôt sans l’être cher) au quotidien.

    encore une fois bravo pour ce poème si…je ne sais quoi…vrai et juste en tout cas ;-)
    et vive la vie dans tous ses aspects!

    bonne fin de soirée ;-)

  • #31 Kelig le 22 avril 2010 à 0 h 16 min

    Merci pour ce texte qui me touche beaucoup. J’ai perdu mon père le 10 novembre dernier. Deux jours avant, c’était mon anniversaire et c’est aussi la dernière fois que j’ai vu mon père. Il est mort en six mois d’un cancer. Cette période fut éprouvante. Depuis qu’il est parti, je vis avec son absence, il me manque terriblement. Je vais de l’avant même si tout a changé ce 10 novembre.

  • #32 lazazouille le 22 avril 2010 à 8 h 23 min

    Hélène: c’est vrai, je trouve ça ahurissant… merci à toi !

    Belisiane: merci ! c’est vrai qu’il y a plein d’étapes, et que le chemin du deuil est parfois très long. C’est bien ce que tu fais, c’est tellement difficile de trouver les mots justes.
    J’en culpabilisais à une époque d’annoncer aux gens que mon père était mort quand il me posaient la question que je redoutais, parce que dans la plupart des cas ils sont extrêmement mal à l’aise, ce que je comprends tout à fait.

    Kelig: je te souhaite plein de courage pour surmonter tout ça.
    Je ne sais pas si ça t’aidera un peu, mais au tout début ce qui me réconfortait c’est de savoir que mon père ne souffrait plus là où il est.
    Continue à aller de l’avant, il aurait sûrement voulu cela pour toi…

  • #33 Ju le 22 avril 2010 à 8 h 41 min

    A toi, juste … merci

  • #34 Béa le 22 avril 2010 à 8 h 41 min

    Merci pour ce très beau texte qui résonne en moi !

  • #35 Nana le 22 avril 2010 à 9 h 31 min

    Hier j’ai appris que mon père est au plus mal… C’est difficile et je n’arrive pas à ôter cette finalité de mon esprit. Je garde en tête ton message… Merci pour ce témoignage, et un grand merci à Hélène pour l’intégralité de ton blog, rien à jeter, tout est bon !!!

    Bonne journée

  • #36 Hélène le 22 avril 2010 à 14 h 29 min

    Nana: courage à toi, et bienvenue parmi nous !

  • #37 la p’tite souris le 22 avril 2010 à 19 h 57 min

    je suis assise, je reste scotchée…très joli texte…

  • #38 Claire le 22 avril 2010 à 22 h 21 min

    Comme ce texte me parle!

    J’ai perdu mon père à l’âge de 15 ans, c’était il y a … 15 ans.

    Comme tu le dit si bien, cela m’a donné une certaine assurance.

    Plus tard j’ai perdu ma mère. J’ai des enfants aujourd’hui et cet crainte de les avoir mis au monde pour leur faire vivre ce que j’ai vécu…

    Merci pour ce tres beau texte

  • #39 lazazouille le 23 avril 2010 à 8 h 56 min

    Merci beaucoup les filles !
    Nana: je te souhaite plein de courage dans cette épreuve

    Claire: ça me parle beaucoup cette crainte…mais tu as des enfants, il n’y a aucune raison qu’ils vivent la même chose que toi !!

  • #40 Hélène le 23 avril 2010 à 10 h 51 min

    Claire: pfou dis donc, orpheline des deux parents, ça c’est vraiment duraille ! Je t’envoie plein de compassion.

  • #41 Nana le 26 mai 2010 à 9 h 49 min

    Lazazouille, je viens de relire ton texte, et je le relirai encore… Je cherche l’énergie qui me permettra de faire face. Mon Papa est parti à présent, et tout est bien difficile…
    Encore merci pour ton témoignage.

  • #42 Hélène le 26 mai 2010 à 11 h 29 min

    Nana: oh que je compatis… Je t’envoie des ondes de courage pour traverser ça, c’est vraiment très dur.

  • #43 lazazouille le 26 mai 2010 à 12 h 17 min

    Nana: Je compatis et j’espère que tu vas vite trouver le courage de surmonter ça. Fais toi aider et entourer tant que tu peux…

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.