J’avais 5 ans, par brin de femme heureuse

30 avril 2008

tanjore_ecolieres.jpg« Imagine une petite puce de 5 ans…. Peut-être que tu connais une voisine de cet âge… ou ton enfant ?! Est-ce que 5 ans pour toi c’est grand ?! Est-ce qu’un enfant de 5 ans comprends ?!

Tu penses peut-être que non. Ou que oui. Dans les deux cas, tu as raison.

Quand à 5 ans un homme te touche, dans ton intimité – déjà le mot « intimité » ça ne te dit rien ! – tu ne te rends pas compte ! Tu ne comprends pas. Alors si en plus il te fait comprendre qu’il ne faut pas le dire, que c’est « juste entre nous ». T’es perdue…

Mais tu sens bien que quelque chose n’est pas normal… alors tu as peur. Tu te dis que si tes parents, que tu aimes tant !, découvrent ces gestes, ces « choses tellement bizarre », tu vas être mise dehors. A la porte… Alors tu laisses faire, tu laisses passer les jours. Pire, à un moment donné tu y trouve presque un plaisir. Quand même, ce jeune homme, c’est TOI qu’il a choisi. Et pas tes sœurs…

Le temps passe. Pour moi, ça a duré 4 ans. C’est long. Et pourtant si court… Chaque semaine, tu redoutes, tu attends…

Et puis il s’en va. Soulagement !! Il n’est plus dans ta région, tu n’as plus rien à crainte… Mais ce fardeau, si lourd, te pèse, te hante….

Après quelques années, vers 12 ans, tu commences à oublier plein de choses, tu voles, tu mens. Rien en rapport avec l’abus. Mais par honte. Pour cacher autre chose….

Et puis un jour, heureusement, tu peux parler. Une succession d’évènement qui font que… et tu parles ! Alors tu vois que tu n’y peux rien. Que ce n’est pas ta faute ! Que tes parents, tes sœurs, ta famille, t’aiment toujours autant. Et c’est tellement bon de sentir leur amour…

Au début, tu vas beaucoup mieux. C’est un peu l’euphorie…

Mais ça repart… et quelques mois après, en devenant adolescente, tu te poses beaucoup de question. Tu souffres. Ta plaie est à vif…

Parfois, comme moi, tu as beaucoup beaucoup de chance. On t’aide. Tu peux te reconstruire…

Aujourd’hui j’ai 21 ans. Hier j’en avais 5. Je suis reconstruite. Mais la cicatrice restera à jamais.

Parfois je pleure. Souvent je ris. Parce que ma vie est belle. Parce que je suis heureuse.

Il y a une vie après l’abus !!

Signé : brin de femme heureuse »

166 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

166 commentaires

  • #1 Molly le 30 avril 2008 à 8 h 21 min

    Très touchant… je ne sais pas trop quoi dire, heureuse que ca aille mieux…

  • #2 Nadynette le 30 avril 2008 à 8 h 22 min

    Ce genre de plaie reste toujours je crois… on oublie rien on vit avec. Heureusement que tu as finalement pu te confier et retrouver la confiance en l’amour de ta famille. Certaines n’ont pas ce courage et restent à vie avec cette part d’ombre.

  • #3 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 8 h 30 min

    @ Molly : merci! « heureuse que ça aille mieux… » c’est déjà beaucoup ;-)
    @ Nadynette : Il faut dire aussi que dans mon malheur j’ai eu beaucoup de chance! Une famille qui m’aime, etc. Dès que j’ai parlé de tout ça, on m’a soutenu. Et jamais doutée de mes mots! Pas tous le monde a cette chance. Mais il est clair, que dans ce genre de situation, le courage tu en as besoin. Enfin, je pense qu’il arrive tout seul. Au fur et à mesure…
    La plaie n’est plus infectée maintenant. mais c’est sûr qu’elle est toujours là….

  • #4 Dominique le 30 avril 2008 à 8 h 49 min

    Ton écriture est très touchante… J’espère qu' »il » a pu être puni.

  • #5 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 8 h 52 min

    @ Dominique : « Il » est plus mal que moi je crois. Dans sa vie, ses remords… Il n’y a pas eu de jugement, ou comme ça. On a régler ça d’une autre façon (mais ça a été fait *en ordre*). Quand j’ai avoué, je n’avais qu’une envie : tout oublier! Je ne pouvais pas tout redéballer ça dans une salle d’audience, ou autre… c’est moi qui n’ai pas voulu le faire de cette manière. Et je n’ai jamais regrettai ma décision! Au contraire…

  • #6 La truffe 2 ! le 30 avril 2008 à 8 h 57 min

    Aussi atroce que puisses paraitre le geste pour nous adulte, je trouve que ton récit à été raconté avec pudeur et sans violence. C’est beau. C’est beau de pouvoir en parler et sans haïr. Oui cela peut nous montrer que tu as réussi à dépasser tout ça. Mais ce doit être encore si douloureux…. En tout cas, fais en sorte que jamais ça ne te gâche ta vie. ta vie de femme, ta vie de maman à venir. C’était horrible. mais « ce n’était que 4 ans » sur une espérance de vie de 83…. alors bon courage à Toi et vole vers le bonheur…. si tu le peux.

  • #7 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 8 h 59 min

    @ La truffe 2! : ton com me touche particulièrement.. car c’est exactement ce que je voulais montrer! Je vois que l’exercice est réussi! Le bonheur, je le vis! Vraiment!! Et en plus, il me reste encore tellement de belle chose à vivre!! Et je le peux!
    Merci pour ton com!

  • #8 Coralie Marie le 30 avril 2008 à 9 h 05 min

    C’est troublant de te lire, mais ça fait du bien de te savoir heureuse parce que vivre ça à 5 ans, c’est terrible…
    Est-ce que tu sais s’il a fait d’autres victimes ?
    Est-ce qu’il t’a fallu du temps pour le « comprendre » ? Je dis ça parce que tu n’as pas l’air d’avoir de colère à son égard, mais c’était déjà le cas à 12 ans ?

  • #9 Laurence Singapour le 30 avril 2008 à 9 h 06 min

    Ton récit me donne des frissons. Cela doit être horriblement dur à vivre…Et je pense aussi à tes parents qui ont dû se sentir coupables de n’avoir rien décelé et rien pu empêcher.

    En tant que parent, on aimerait tellement pouvoir être sûr que cela n’arrivera JAMAIS à nos enfants. Je me sens impuissante quand je lis des histoires comme la tienne, c’est vraiment horrible.

    Courage à toi et merci d’avoir partagé ton histoire.

  • #10 Sev (norvège) le 30 avril 2008 à 9 h 09 min

    texte choc.
    je suis boulversee de lire ton bonheur, ton espoir alors que d’habitude les temoignages ne parlent que du traumatisme…merci merci merci

  • #11 magalie18 le 30 avril 2008 à 9 h 11 min

    en lisant ce texte je me suis dis mince quel courage d’en parler ici. Et en même temps c’est ce qui fait la beauté de ton blog Hélène, ici on se confie comme, souvent, si on se connaissait depuis un bail et c’est pas seulement des confidences maquillages.

    Hier je regardais les infos et j’ai vu le cas d’une jeune femme séquestrée et abusée par son père . Je me suis dis comment savoir si plus tard ça arrive à mes enfants, pas la séquestration par leur père mais l’abus. Quels signes?

    C’est vraiment un très joli texte et ce qui le rend encore plus beau c’est que tu en parle sans haine comme l’a dit La truffe 2 ! .
    J’espère que ce douloureux passé ne gênera pas tes relations avec les autres hommes.
    bon courage mais tu a l’air d’en avoir déjà beaucoup

  • #12 Nicole le 30 avril 2008 à 9 h 12 min

    Bonjour,
    Je suis très touchée par ton billet… C’est d’une « tranquilité » absolue, tu as l’air en paix avec toi même, alors que tu as vécu un enfer pendant trop longtemps.
    Je ne sais pas si je pourrais un jour « comprendre » ou « pardonner » ce genre d’acte.
    Ma petite soeur a été agréssée à 8 ans, le « mr » n’a pas été jusqu’au bout mais il aurait pu, vu qu’il était tout seul avec elle dans un ascenceur puis sur une terrasse au 23 étage d’une tour, sans aucun témoin. J’avais envie de le tuer…. je n’ai jamais compris, jamais pardonné…

  • #13 Aliénor le 30 avril 2008 à 9 h 14 min

    C’est tellement « innocent » comment tu as écrit ton texte, l’écriture coule, et à la fin de la lecture, un frisson m’a parcouru.
    Encore une fois très touchée par l’article du mercredi, bonne et heureuse route à toi Brin de femme, tu dégages une grande force !

  • #14 Nicole le 30 avril 2008 à 9 h 18 min

    Re-: je tiens à préciser que c’est MOI qui a été la plus traumatisée de la famille… Ma mère a « surmonté », ma petite soeur le vit très très bien (toutes ses copines sont au courant etc), mais moi, j’ai mis plus de 10 ans à en parler avec elle. Ca me ronge encore à l’intérieur….

  • #15 Mamzelle Maupin le 30 avril 2008 à 9 h 31 min

    Il n’y a que l’amour qui peut soigner ce genre de plaie …

    J’essaye de protéger mes enfants du mieux que je peux mais j’ai souvent l’angoisse, la vie est une jungle pleine de prédateurs et je suis prête à me transformer en chasseuse pour mes gnomes …

  • #16 patounettechatte le 30 avril 2008 à 9 h 36 min

    Cela arrive souvent ce genre d’histoires !!! c’est malheureux, moi et ma soeur nous avons aussi connues des situations scabreuses avec un « ami » de mon père mais on a tout raconté et cela nous à évité le pire…. Le type à fini en tôle quelques années plus tard…..

  • #17 sophie202 le 30 avril 2008 à 9 h 42 min

    Très touchant comme texte d’autant qu’on sens plus le coté cicatrisé et non le traumatisme… Je trouve ça formidable, en plus de savoir qu’on peut se reconstruire de manière heureuse après ce genre de blessure, qui est une des pires si ce n’est la pire qui soit, c’est vraiment porteur d’espoir je trouve. bien entouré avec toute l’aide qu’il faut on peut se remettre de tout, c’est ce que me confirme ce texte.

    Et puis paske lorsque j’entend ce genre d’histoire ça fait toujours remonter les mêmes souvenirs à la surface… Ce texte me remue particulièrement, c’est dingue j’oublie complètement et quand j’entends ce genre d’histoire ça remonte à la surface.

    Je suis passée près de la catastrophe et deux fois en plus. A 6 ans, un homme, un inconnu qui trainait là à la recherche d’enfants solitaires, moi j’attendais mes parents à la sortie de la piscine (Tunis), ils étaient un peu en retard à cause d’un embouteillage… Il m’a fait toucher son entrejambe et il a voulu m’emener, je ne comprenais rien mais j’ai senti le « pas normal », je me suis dégagée et j’ai couru à l’intérieur de la piscine. J’avais d’ailleurs l’interdiction formelle d’en sortir, car l’endroit était « connu », mais à 6 ans j’en faisais déjà qu’à ma tête. Ce dont je me souvient bien c’est la « maitresse » qui nous accompagnait qui ne m’a pas cru, elle a cru que « je criais au loup », à mon avis mes parents ont du lui passer un sacré savon !!!

    Et puis cette autre fois deux ans après, j’étais encore super effrayée dès qu’un inconnu s’approchait, rapport à l’histoire précédente forcément ;-). Je racompagnais une copine chez elle, mais mes parents n’avaient pas réalisé que c’était l’heure de la rupture du jeûne du ramadan… A cette heure seuls les associaux sont dehors, et on s’est fait poursuivre par un mec qu’avais d’abord essayé de nous amadouer, jamais je n’ai jamai couru aussi vite. On s’est réfugiées chez ma copine, son père ça l’a fait marrer, il nous a pas cru non plus. Ben oui à 7-8 ans les enfants ça invente bcp d’histoire, et nous c’est vrai qu’on était du genre inventives… Connard va! Mon papa a du lui passer un sacré savon aussi, surtout que je suis rentrée chez moi à pied et terrorisée après (ben oui j’ai pas eu le reflexe d’appeler et comme l’aut’ connard c’était moqué de moi ben je suis rentrée, je savais pas quoi faire d’autre). J’ai jamais vu mon père aussi furax. Et encore furax c’est pas le mot, il m’a collé dans la voiture pour faire le tour du quartier et voir si le type trainait encore, aujourd’hui je crois que si il était tombé sur le type il l’aurait littéralement masacré…

    Donc voilà conclusion: on interdit formellement à ses enfants de sortir des bâtiments lorsqu’ils vous attendent et on explique pourquoi (paske sinon ils font comme moi ils sortent quand même), et on les laisse pas non plus se ballader à l’heure de la rupture du jeûne qd on vit au maghreb…

    Mais autant je me rend compte parfaitement de l’angoisse que ça a provoqué chez moi à l’époque de passer aussi près de la cata, autant je sais aujourd’hui que cette angoisse n’est pas la normalité. Et ces souvenirs ne remontent à la surface que quand vraiment je vais les chercher… Ils appartiennent à mon passé d’enfant, et comment dire, ne sont plus source d’angoisse aujourd’hui.

  • #18 Elsonia le 30 avril 2008 à 9 h 46 min

    J’en ai encore les frissons et je ne sais que dire seulement sois heureuse et vivante.

  • #19 Lou. le 30 avril 2008 à 9 h 57 min

    Le pire, c’est que ce genre d’histoire a l’air plus courant qu’on pourraitl e penser…

  • #20 Molly le 30 avril 2008 à 9 h 57 min

    Je connais quelqu’un qui a vécu ce que tu as vécu, mais je ne sais pas si cette personne s’en est sortie comme toi, elle n’en a parlé qu’a moi, et je n’ose pas vraiment aborder le sujet.

    La seule fois ou on en a vraiment reparlé, elle m’a dit regretté me l’avoir dit, de m’avoir donné  » ce fardeau a porter ».
    Parfois j’aurai besoin d’en parler avec quelqu’un, mais je ne peux pas trahir le secret, souvent j’y pense, et je me dis que j’aimerais pouvoir faire quelquechose, mais je me dis qu’il n’y a rien a faire, a part être présente si elle veut m’en parler…
    Je crois qu’on ne comprend pas quand on ne le vit pas….

  • #21 pompomgirl le 30 avril 2008 à 10 h 06 min

    brindefemmeheureuse, rien que ton pseudo, nous donne la voix.

    Tu as réussi à nous raconter ton histoire, en nous prouvant qu’on pouvait continuer à vivre … heureuse.
    Je suis vraiment admirative, tant de personne porte leur malheur autours du cou, comme une croix, en jetant à la tête des autres qu’eux savent ce qu’est la douleur !

    Je suis heureuse que tu aies fini par en paler à ta famille, et ne suis pas du tout étonnée qu’ils t’aiment, c’est une évidence maintenant que l’on t’a lue.

    Bravo, et merci

  • #22 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 10 h 06 min

    @ Coralie Marie : il n’a pas fait d’autres victimes à ma connaissance… J’espère en tout cas!!
    Ah non! A 12 ans, même plus tard, ce n’était pas le cas! mais aujourd’hui je lui ai pardonné. Et c’est ça qui m’a aidé je pense. De pouvoir lui pardonné!! Il a fallu beaucoup de temps, d’année et d’aide pour le « comprendre ». Je suis passée par plusieurs faces bien sûr! Encore aujourd’hui je ne comprends pas. Mais je lui ai pardonné. Et ça me suffit pour pouvoir vivre heureuse.
    @ Laurence singapour : oui mes parents ont beaucoup culpabilisé. Surtout ma maman je pense. Je l’a trouve formidable. Maintenant avec le recul. Car ça a été un choque terrible. Mais au lieu de s’occuper d’elle en tout premier, elle m’a toujours soutenue. Je précise, que j’en ai jamais voulu à mes parents…
    @ Sev : c’est pour ça que j’ai voulu écrire ce texte.. merci à toi!
    @ Magalie18 : l’histoire qui boulever l’Autriche – et le monde entier, est vraiment terrible!! C’est atroce et inhumain!!
    Je me demande souvent comment je vais réagir avec mes enfants -si j’en ai un jour. Quand ils auront cette âge.. peut-être plus spécialement si c’est une fille. Je réalise que ça sera pas tout facil peut-être. Alors j’en parle avec la dame qui m’a aidé, en faisant de la relation d’aide. Pas pour remuer tout ça. Mais pour avancer!
    Mon homme est formidable! Il est au courant de tout, bien sûr! Et tu sais quoi?! On se marie tout bientôt! ;-)
    C’est sûr, que c’est grâce au blog d’Hélène si j’en parle ici. De cette manière. Ailleurs, ça n’aurai pas été possible je pense!
    MERCI HELENE! ;-)
    @ Nicole : dans la position d’une soeur, ça doit être dur à vivre aussi. Je comprends tes pulsions!!
    Si je peux être en paix, c’est parce que j’ai fait du chemin… et je suis contente de l’avoir fait! J’ai compris un jour, que je serai mieux et je vivrais bien mieux si je déposais tout ça… J’ai la foi en Dieu. ça m’a aidé aussi bien sûr! Mais je te dis franchement : je comprends très très bien ceux qui ne peuvent pardonner et avancer!
    @ Aliénor : merci! ;-) Je suis contente si « le message a passé! »
    @ Nicole : je comprends très bien! Et c’est d’ailleurs pour ça que je disais que la position de « soeur » doit être dur! Mes soeurs n’ont rien subi. Mais je les ai senties touchées aussi. Et d’ailleure, elles sont assez protectrices avec moi. Je trouve! Je suis contente si ta soeur va bien!
    Tout du bon plus loin, et tu sais, c’est pas parce que « c’est pas toi qui a subi » tu « n’est que la soeur » que tu ne peux souffrir et avoir de la peine…
    Tout du bon!!
    @ Mamzelle Maupin : et de l’amour, j’en ai beaucoup heureusement! Je comprends, qu’en tant que maman, ça doit être dur… Je sens que je serai aussi protectrice si un jour j’ai la chance d’être maman! Ce que je désire du fond du coeur!
    @ patounettechatte : malheureusement beaucoup trop souvent en effet! Je suis contente si vous avez pû en parler! Heureusement!!
    Avant qu’il ne soit trop tard..
    @ Sophie202 : je suis contente si le message a passé. C’est pas pour faire jolie et tout si je montre le côté cicatrisant. C’est vraiment parce que c’est la réalité!
    Hé ben dis donc! Ton – ou plutôt – tes histoires, sont très touchantes. C’est sur que même si tu as *éviter la catastrophe* – vraiment entre guillemets!- ça ressasse des choses tout ça….
    Mais je suis contente du happy end de ton com : se ne sont plus des angoisses aujourd’hui! ;-)
    Bonne route ma jolie!

  • #23 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 10 h 11 min

    @ Elsonia : merci! J’y veille ! Et vivante, je le suis. A la maison on m’appelle « le tourbillon »! Dis, tu crois que je fais trop de bruit??! ;-)
    @ Lou : oh que oui! C’est pour ça qu’il faut en parler!! Et surtout ne pas en faire un tabou!!
    @ Molly : on ne comprends pas, mais on peut épauler. Les personnes à qui j’en ai parlé, n’avait pas vécu. Beaucoup de chose, elles ne pouvaient pas comprendre! Mais elles m’ont aidés! Ce qui est énorme! Je suis sur que tu aide ton amie. Ne serais-ce qu’en la respectant. De ne pas lui en parler…
    Mais toi, tu ne pourrais pas en parler a qqn, sans donner de nom et de détail ?! Mais pour te soulager?! Faut pas que ça te fasse trop mal et tout… Bon courage plus loin en tout cas chère Molly !
    @ pompomgirl : hihihi j’adore ton pseudo! Il est super!! ;-)
    Le pseudo n’a pas été choisi à la légère, mais c’était une évidence!
    Merci pour ton com….
    Parfois, quand j’entends des « perdus » – c’est ainsi que je les appellent! – qui n’ont 3 fois rien et qui se plaignent.. ça me soûûûûle! J’aimerais leur dire deux mots! Et puis je me raisonne en me disant que je ne vais pas perdre mon énergie pour eux! C’est eux qui perdent tout!! ;-)

  • #24 Elsonia le 30 avril 2008 à 10 h 14 min

    Ça tombe bien, j’adore les gens bruyants ;-)))) Je le suis moi-même et je l’assume, na !

  • #25 anonyme le 30 avril 2008 à 10 h 15 min

    je poste de temps en temps ici, mais pour ce sujet, je préfère rester anonyme, sauf pour toi, Hélène, qui a mon mail, mais je pense que je peux te faire confiance…

    ce texte, fort bien écrit, a remué plein de choses en moi, puisqu’il m’est arrivé exactement la même chose, petite fille, par une personne en qui vous avez normalement toute confiance, un membre de la famille, un grand-père.

    Alors oui, c’est horrible et à chacune de tes phrases, Brin de Femme heureuse, je repensais égalmeent à ce qui m’était arrivé.

    La différence avec toi, c’est que, pendant très longtemps, j’avais enfoui ces mauvais souvenirs au plus profond de ma mémoire, mais tout en sachant qu’un truc « clochait » sans réellement savoir ce dont il s’agissait.

    et puis le temps a passé et un déclic s’est produit en moi, au moment de son enterrement. En effet, je ne pleurais pas et tout m’est revenu, d’un coup en pleine tronche.

    Je me suis tû…
    jusqu’au jour où une vraie relation a démarré pour moi et là, je me suis dit, avant de tout gâcher, je vais consulter,oh, pas très longtemps finalement, moins de 6 séances, je crois.

    Je ne sais pas si c’est cela qui m’a permis de construire mon couple, et maintenant ma famille, mais en tout cas, aussi bizarre, que cela puisse paraître, j’ai appris à lui pardonner grâce à ce psy.
    car, pour pouvoir avancer, il faut pardonner.

    seulement après ces séances, j’ai réussi à en parler à ma mère, jamais à mon père.
    Je me dis que je devrai retourner le voir, ce psy, terminer le travail déjà bien commencé, car maintenant, c’est pour mes enfants que j’ai peur.

    voilà, c’est toujours dur d’en parler, mais quelque part, ça fait du bien

  • #26 Karine le 30 avril 2008 à 10 h 17 min

    Merci d’avoir partager ces mots avec nous…c’est un grand message d’espoir…
    Merci encore.

  • #27 la_pomme le 30 avril 2008 à 10 h 20 min

    je ne trouve pas les mots je suis heureuse que tu te sois reconstruite ça laisse de l’espoir aux victimes qui sont dans le même cas que toi

  • #28 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 10 h 23 min

    @ Elsonia : alors on se rencontre quand ?! histoire de faire du bruit! ;-)
    @ anonyme : merci… d’en avoir parlé!! je sais qu’il faut du courage! Tu en as eu beaucoup.. chapeau! Hé bien… ton histoire est bien triste aussi… Je pense que pour ceux qui – comme toi – enfouie tout ça – ça doit être très dur! Je l’ai pas dit à mes parents tout de suite. J’ai attendu des années. Et ces années me paraissent aujourd’hui bien flouent !! Durant cette période, j’attirais l’attention sur moi. Je faisais des trucs terriblement nul (vol, etc) !
    Pour toi, ça a dû être terrible à l’enteremment de ton grand-papa… Je pense que j’aurai assez mal vécu le fait qu’il soit mort avant d’en avoir parlé. Je ne sais pas… En tout cas, je suis contente si tu en a parlé à ta maman. Si tu as pû pardonné, avancé! BRAVO!!
    Et pour savoir si tu dois continuer ou non d’aller vers une aide (un psy) il y a que doit qui doit savoir..
    Mais tu sais, moi par exemple, j’ai fait durant quelques mois de la relation d’aide (c’est comme un psy un peu…) et ensuite plus rien. Après, de nouveau quelques séances.. Puis plus rien.. et il y a quelqeus semaines, j’étais un peu moins bien. Alors j’y suis retournée… C’est pas que je « retourne en arrière ». C’est au contraire, pour avancer! Alors peut-être que ça peut te faire du bien…
    On arrête pas d’avancer dans la vie!!
    En tout cas, je te souhaite bien du courage plus loin chère anonyme. Et merci d’avoir poster ce com… :-)
    @ Karine : Merci de l’avoir lu! Espoir : quel beau mot!

  • #29 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 10 h 23 min

    @la_pomme : oui! c’est pour ça que j’ai témoigné aujourd’hui! Pour les autres….

  • #30 Ingrid le 30 avril 2008 à 10 h 25 min

    Bonjour,

    première fois que je laisse un message et pourtant je viens tous les jours.

    Ce texte me touche particulièrement car j’ai moi aussi subi des attouchements mais c’était mon beau-père. J’avais 9 ans. Au début comme toi je ne comprenais pas. Je savais que ce n’était pas bien (le fameux « tu ne diras rien à ta mère ») mais malheureusement au début j’avais un certain plaisir et c’est ça qui me fait honte aujourd’hui !
    Et puis au bout de 4, 5 fois j’ai eu assez de maturité je crois pour me dire que c’était vraiment mal et cela me dégoûtait. Je l’ai donc repoussé et il n’a plus essayé. Mais il est resté très possessif, à l’adolescence il a fait des choses vraiment atroces. Une fois par exemple j’ai découvert un magnétophone sous mon étagère dans ma chambre, il m’espionnait. Il était très possessif avec moi.

    Cet homme n’est pas mon père mais malheureusement il m’a reconnu, je porte son nom, nom que je hais au plus profond de mon être.

    Je n’ai jamais parlé de tout ça à ma mère. J’ai une demi sœur (que je considère comme ma sœur) mais je ne pense vraiment pas qu’il soit pareil avec elle car c’est sa vraie fille. Je vois bien qu’il n’a pas le même comportement.

    Moi cet homme je le hais. Je ne le vois presque plus (sauf aux fêtes de famille comme noël) et lorsque je me marierais je lui dirais en face qu’il n’est bien sûr pas invité et j’en profiterais pour lui dire tout ce que je pense de lui.

    Voilà. Je vous remercie si vous avez pris la peine de me lire.

  • #31 nouche le 30 avril 2008 à 10 h 25 min

    Très émouvant. Une fois encore, on se rend compte à quel point la Famille est importante, la famille avec tout son amour. Il y a tellement d’histoire ou les parents, ou les mères refusent d’écouter leurs enfants.
    Merci pour ton témoignage, plein de vie et d’amour.
    Brindefemmeheureuse pour longtemps,je te le souhaite très sincérement

  • #32 Véro la Bisontine le 30 avril 2008 à 10 h 27 min

    Par les infos, on découvre régulièrement que des abus de ce genre ont eu lieu, tout près de chez soi ou plus loin….
    Atterrée, stupéfaite au départ…malheureusement on finit par « s’habituer » à ce genre de situation, non pas que je les banalise, faut pas croire, cela m’insurge toujours, mais franchement, j’en viens à me dire que dans notre entourage familial, amical, professionnel, une bombe de ce genre là viendra un jour à sauter!!

  • #33 Molly le 30 avril 2008 à 10 h 28 min

    Ce n’est pas que je le vis mal, ce qui est dur, c’est que je sais qui est la personne qui a fait du mal a mon amie, elle ne me l’avait pas dit clairement, mais avec les « indices » un jour ca m’a sauté aux yeux, et parfois je vois cette personne, et ca me fou hors de moi, mais je dois tout contenir, c’est ca le plus dur. J’ai malheureusement trop de mémoire pour les petits détails, mon amie ne pensait pas que je le decouvrirais…

  • #34 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 10 h 32 min

    @ Ingrid : merci d’avoir aussi poster un com!! C’est vraiment gentil!!
    Oulalallalla le « un certain plaisir » qu’est-ce que j’ai dû le travailler après coup. Quand la honte me surprenait!! Et encore aujourd’hui, je crois que c’est un des points qui m’a causé le plus de souci!!!!!
    Ton histoire est bien pire je trouve ! Porter son nom me semblerait impossible!! En plus c’était encore plus de la famille que toi!! Perso, l’homme qui m’a fait ça, je ne l’inviterai pas non plus à mon mariage!! Vraiment, je te comprends!! J’espère que tu pourras continuer ta vie le mieux possible, et que tu seras heureuse! Que tu es heureuse… :-)
    Merci encore, Ingrid, d’avoir écrit ton témoignage!
    Bonne route!
    @ Nouche : merci pour ton com. C’est gentil!! Oh oui! la famille c’est précieuse! La mienne, je la chérie!!

  • #35 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 10 h 35 min

    @ Véro la Bisontine : je comprends très bien ce que tu veux dire! je pense pareil! Parfois, dans le train ou ailleurs, je me dis  » ici, combien il y a d’abuseurs, combien sont abusées »… Il parait qu’il y a une fille sur trois…. je ne sais pas.. mais en tout cas : c’est énorme!!
    @ Molly : ah ok! je comprends mieux! oulalla alors là, je comprends vraiment ta rage! surtout que si c’est ton amie, automatiquement tu l’aime! et les personnes qu’on aime, on ne veut pas qu’on leur fasse du mal!
    Argh comme quoi, avoir une bonne mémoire n’est pas toujours bien malheureusement….

  • #36 Véro la Bisontine le 30 avril 2008 à 10 h 41 min

    Je voudrais juste ajouter que ton témoignagne, au delà de me glacer le sang, me fait comprendre quelle force intérieure tu as!!
    J’en suis complètement épatée et en même temps, je me dis qu’il est possible de trouver des forces à l’intérieur de soi, c’est sans doute le plus difficile, et nous ne sommes pas tous armés de la même façon…
    Notre éducation, notre entourage, notre propre sensibilité ne nous donne pas forcément cette force pour continuer à avancer sur notre propre route!
    Alors, vraiment, je te tire mon chapeau, et j’espère que ton témoignage aidera certaines personnes à trouver cette force, pourtant qque fois tellement bien enfouie dans nos méandres personnels….
    Je pense bien à toi, et t’envoie plein de douceur…:)))

  • #37 ingrid le 30 avril 2008 à 10 h 47 min

    Aujourd’hui je suis heureuse car j’ai l’homme le plus gentil du monde. Il sait que j’ai subi des attouchements par mon beau père mais c’est tout. J’ai également réussi à en parler à mon ancienne nourrice qui est ma deuxième maman et à ma meilleure amie.
    Bonne route à toi aussi et surtout belle vie.

  • #38 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 10 h 52 min

    @ Véro la Bisontine : Euh… je suis un peu génée et beaucoup.. fière! Dis j’ose ou bien?! ;-)
    Ben oui, c’est beau qu’on quelqu’un dis ça de sa personne! ça fait plaisir! Et je mets tout ça bien au chaud dans un coin de mon coeur. Pour quand je me sentirai plus faible! Oui, ça m’arrive ça aussi ! Des fois, pas plus tard que dimanche passé d’ailleurs – je pleurs sur l’épaule de mon homme – ou peut importe qui « bouhouhou je suis bonne à rien, bouhouhouhou pourquoi ci et pourquoi ça! Le truc bien pathétique quoi!! J’en rigole maintenant! ;-)
    Ce que j’aimerais ajouter, c’est que cette « force », à partir du moment où tu veux te battre, avancer et être heureuse, je crois que tu la reçois aussi…
    J’espère aussi que ça aidera d’autres personnes! Parce que si je l’ai fait, c’est bien pour ça!!
    Merci pour la douceur! ;-)
    gros bec!

  • #39 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 10 h 53 min

    @ Ingrid : oh! que je suis contente de lire ça!! Ah pour l’homme le plus gentil du monde, tu dois te tromper! FIgure toi que c’est moi qui l’aie! Ah bon.. ben peut-être qu’on en a chacune un! ;-)

  • #40 tlv le 30 avril 2008 à 10 h 53 min

    je ne peux lire les commentaires desolée, peut etre plus tard mais la je veux juste te serrer fort dans mes bras, pleurer contre toi qui comprends ma plaie.

    A l’inverse de toi mon cerveau a nié. J’avais du rever tout ca, ce n’etait pas possible, cela n’avait pas pu se produire, alors si j’etais une petite fille suffisement vilaine pour imaginer des choses pareil il n’etiat evidemment pâs question d’en parler .

    Et puis un jour j’ai rencontrer une nana qui m’a raconte ca, ce reve qui en fait etait realite, j’avais 20 ans, j’avais passé 15 ans a nier, a faire le blanc sur des tas de souvenirs d’enfance. J’ai pu dater car a la suite de ca je crachais sur le pediatre et lui balancais des coups de pieds des qu’il devait m’examiner… et oui je pensais que lui aussi voulait enlever ma culotte, j’avais pas 5 ans. L’age de ma fille.

    bref. Je te laisse
    Je t’embrasse
    et je pleure dans tes bras chauds et comprehensifs.

  • #41 Molly le 30 avril 2008 à 10 h 55 min

    Oula.. je pensais pas que c’était si… fréquent…

  • #42 mimou le 30 avril 2008 à 10 h 58 min

    une sur trois…. c’est dur à imaginer!
    Le pire c’est que je me demande si il y a pas des personnes comme ca dans mon entourage… qui n’ont encore rien fait ou dont on n’est pas au courant..

    En tout cas je trouve la manière que tu as d’en parler fabuleuse. J’ai ressenti que tu allais de l’avant et que tu n’en étais pas restée à ce moment traumatisant de ta vie.

    J’ai vu que tu allais te marier bientot alors tous mes voeux de bonheur!!!!

  • #43 poupoupinette le 30 avril 2008 à 10 h 59 min

    Maintenant qu’on sait que ce genre de malade existe (car il faut être un grand malade pour être attiré sexuellement par une petite fille de 5 ans), il faut que les parents expliquent (et souvent, encore) à leurs enfants que personne, absolument personne n’a le droit de les toucher LA, que cet endroit n’appartient qu’à eux, et qu’ils ont le droit et le devoir de dire NON si un adulte essaie.
    Ces gens-là devraient être enfermés. Puisqu’on ne sait pas les soigner, il faudrait les écarter de la société, et définitivement, en plus. Tu as eu de la chance de t’en être sortie. De la chance, et une très grande force de caractère.

  • #44 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 11 h 04 min

    @ tlv : non seulement je te prends dans mes bras, mais en plus de mon bras droit je te frotte vigoureusement le dos, pour te réconforter!! Je te comprends.. et le sentiment de « vilaine fille » comme je le comprends moi aussi!!
    Vraiment,… bon courage!
    je voudrais te remercier d’avoir pris le courage d’écrire ton com! C’est pas simple, quand on a vécu la même chose… Alors je voudrais te dire un grand grand BRAVO!!
    Bonne route plus loin. Et n’oublie pas que tu n’es pas seule!!
    Gros gros gros bec!
    @ Molly : arrête! moi pareil! je savais que c’était de plus en plus! mais là c’est hallucinant! le nombre de personne ayant vécu ça, mais horrible quoi!! Toute cette souffrance! mais merde quoi – désolée du mot, mais pour moi y’en a pas d’autre! – on est en 2008, on envoie des gens sur la lune, et on peut faire tant souffrir les gens, les femmes!??! ça reste incomprésensible pour moi. Et je pense que c’est mieux ainsi. Pour que ça ne soit jamais banaliser!
    @ Mimou : Merci pour les voeux de bonheur – pour le mariage!! ;-)
    C’est sur qu’une sur trois c’est fou! mais comme l’a dit Molly, c’est dingue que ça soit si fréquent!
    Tu imagine, rien que sur ces « quelques » comme tout ceux qui parlent sur le ton du « j’ai vécu ce même genre d’histoires?! » c’est hallucinant je trouve…
    Merci pour ton com Mimou!

  • #45 mimou le 30 avril 2008 à 11 h 07 min

    ces gens la doivent être punis pour ce qu’ils ont fait mais ils doivent surtout être étroitement suivis pour éviter qu’ils ne fassent souffrir d’autres enfants…
    je pense pas que du jour au lendemain leurs pulsions disparaissent et c’est surtout ça qui me fait peur!

  • #46 Véro la Bisontine le 30 avril 2008 à 11 h 09 min

    @brindefemmeheureuse: pas de souci…prends tous ces messages d’encouragement, de félicitations pour ce qu’ils sont, à savoir de la douceur, et aussi de la force (qui viendra encourager ta force intérieure quand elle s’affaiblira!!)
    C’est à mon sens le grand moteur de cette « communauté MBDF », et c’est qui me plait!
    J’ai moi aussi, « dérouler le tapis », sur un autre sujet il y a qques temps, sujet moins « lourd », mais je ressentais une vraie souffrance…
    J’ai reçu des petits mots d’encouragement, et des propos qui m’ont permis de voir les choses autrement, qui m’ont fait me sentir moins seule face à cette souffrance que d’autres avaient vécu (ou pas), et qui m’ont aidé à ce moment là…
    J’y repense souvent quand le cafard refait surface, et j’ai même gardé contact par mail avec des « jolies » personnes rencontrées ici…
    Pour tout ça (et toute la futilité que l’on aime par ailleurs), merci Hélène!

  • #47 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 11 h 09 min

    @ poupoupinette : je crois que mon caractère je l’ai développé au gré de mes « malheurs »… Et heureusement ! car je suis reconnaissante -et fière aussi je dois l’avouer ;-) – de ma force de caractère!
    Pour en revenir à ces délinquants, aux USA (je ne sais pas si c’est partout aux USA, ou en tout cas dans certains états) ils ont une méthode qui me plait bien (après, je ne suis pas une experte bien sur..). Quand un malade du genre est jugé, puis quand il sort de prison, sa photo, son adresse, etc tout est publié dans le journal, sur internet, dans la ville, etc! Ainsi ils sont rejetés de tous! et à mon avis c’est ce qu’ils méritent!!
    Une personne m’a dit qu’il y a même des sites internets, où tu peux entrée le code postale de ton lieu d’habitation, et ça te tire la liste des anciens pédophiles qui y habitent!! C’est assez dingue je trouve!
    Que de nos jours, parfois, ce genre de personne est tellement aidé et protégé, qu’ils ne réalisent pas assez je pense!
    Bon après, je ne connais pas assez la pratique.. donc je ne pourrais pas dire dans les faits si c’est bien! Mais en tout cas, l’idée me semble pas si mal!
    C’est sûr que les parents doivent dire et redire encore et toujours à leurs enfants ce qui leur appartient, etc..
    Mes parents aussi l’avaient fait.. et ça n’a pas suffit! mais c’est sûr que c’est le BEABA ça….

  • #48 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 11 h 13 min

    @ Mimou : c’est sûr!! Je suis d’accord avec toi! j’ai vu une émission assez horrible à mon sens (bon je t’avoue que je n’ai pas tout pû regarder. J’ai vite dû arrêter, même si ça avait l’air bien). C’est « dans la tête d’un pédophile ». Ils ont fimés ça au Québec. Le mec raconte qu’il sait qu’il n’est pas guérit… etc! et le pire?! il est en liberté! Bon comme j’ai pas tout vu l’émission, j’ai peut-être louper des détails! mais ça me semble vraiment fou!!

  • #49 mimou le 30 avril 2008 à 11 h 14 min

    entre celles qui l’ont vécu et celles qui ont failli le vivre sa fait beaucoup de monde… Il ne faut pas oublier les petits garçons auxquels c’est arrivé. il y a quelque temps avec mon ami on a voulu regarder un reportage sur la démantélation (je sais pas si ça se dit comme ça) des réseaux pédophiles…on a pu regarder une demi heure pas plus. ce n’est pas que les images étaient dures à voir (ils n’ont montré aucune photo et aucune vidéo d’enfants) mais c’est l’histoire qui était raconté qui nous a remués.. et quand les chiffres ont été donnés j’ai été retournée. comment peut on faire ça à des êtres aussi innocents et purs que des enfants??

  • #50 Mamzelle Maupin le 30 avril 2008 à 11 h 16 min

    Je confirme, cela arrive bien plus souvent qu’on ne le pense. Le nombre de femmes qui ont eu à subir attouchements et / ou violences sexuelles est alarmant (genre 4 femmes sur 10 en France !).

    Ce n’est pas pour banaliser ou amoindrir ça me révolte profondément, je pense que la répression pour ce type de crimes n’est pas adaptée.

  • #51 Hélène le 30 avril 2008 à 11 h 17 min

    anonyme (25) tu as raison d’avoir confiance, je suis une tombe.

    Ingrid (30) sois la bienvenue ! Ton histoire fait mal, parce que tu n’as rien pu dire et c’est terrible.
    Tu crois qu’il faut attendre ton mariage pour tout laisser sortir ? Pourquoi ne pas essayer avant ? Oui ça foutra un bordel noir dans la famille, et alors ? Ca en vaut la peine, pour toi, pour ta sérénité et ta vie, je trouve.

    Molly (33) je pense aussi que tu devrais aprler de ça à qqn, c’set trop lourd à porter un truc pareil !
    Si tu vois un psy, tu seras tranquille parce qu’il et lié par le secret professionnel. Note que ça marche aussi avec un médecin généraliste, ou un prêtre.

    brindefemmeheureuse (34) c’est ça qui est terrible dans ce genre d’histoire, c’est que la petite fille est parfois flattée, d’une certaine façon, et peut y prendre, en effet, un certain plaisir ; et c’est ça, parfois plus que la violence qui lui est faite, qui la détruit en la salissaant, je crois (enfin je parle sans savoir, j’espère ne pas dire trop de bêtises).

  • #52 mimou le 30 avril 2008 à 11 h 20 min

    la méthode américaine a pas l’air mal dans le fond comme sa les gens connaissent déjà certaines personnes dont il faut se méfier.. et il peuvent donc expliquer à leurs enfants qu’ils doivent éviter ces personnes la et partir si elles essaient de les aborder

  • #53 loulou le 30 avril 2008 à 11 h 29 min

    Que ta vie de femme heureuse dure toujours.

  • #54 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 11 h 37 min

    @ Mimou : c’est sur que dans ce genre de discussion, les garçons sont souvent oubliés! Ce qui n’est pas bien..
    Merci mimou d’y avoir pensé!!
    Heureusement, quand même, qu’on a de la peine à voir ces films, reportages, etc! Le jour où ça nous ferra plus rien, ça sera encore plus grave!!
    Mimou, j’aime beaucoup des commentaires, très pertinants! merci! ;-)
    @ Mamzelle Maupin, comme tu le dis, c’est alarmant. Et j’ai parfois l’impression qu’on en parle pas assez! ça me révolte!! grgrgrgr!
    @ Hélène : ben je te rassure, tu sais beaucoup de chose! Tu as exactement dis la vérité! Dans mon cas par exemple, le type était jeune, beau, charmant… tout le binz. Avec mes soeurs, ont étaient toutes amoureuses de lui (déjà avant qu’il commence sa m**). Alors quand c’est arrivé, je me suis dis « ah ben tient, il me préfère aux autres », etc. D’ailleurs, mes soeurs étant un peu plus grande, je pense qu’il m’a pas choisit au hasard! D’ailleurs, au tout début, il a dis à mes parents « mais c’est elle qui »….
    ça, ça m’avais salit mais à mort quoi! Enfin, c’est le passé hein! Mais c’est ce genre de truc qui font mal. Comme tu l’as souligné.
    @ Mimou : bon après je pense que ces pourris se retrouvent un peu entre eux.. ce qui ne doit pas être très saint!! Argh la vie est une jungle!

  • #55 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 11 h 37 min

    @ loulou : j’y veillerai! merci beaucoup loulou!

  • #56 Anna (belleZeOne) le 30 avril 2008 à 11 h 41 min

    Evidemment, comme tout le monde ici, je suis très touchée par ton texte et j’admire ta force, pour avoir réussi à t’en sortir, pour avoir réussi à te dire que oui « il y a une vie après l’abus ».

    Par contre le commentaire de pompomgirl (21) me choque beaucoup, lorsque tu dis « tant de personne porte leur malheur autours du cou, comme une croix, en jetant à la tête des autres qu’eux savent ce qu’est la douleur ! »
    J’ai peut-être mal interprété, mais je trouve ça presque insultant envers ces personnes qui souffrent, je suis tout à fait d’accord pour dire que brindefemmeheureuse est admirable parce que malgré son vécu elle a réussi à être heureuse, mais ça ne veut pas dire que ceux qui n’arrivent pas à s’en sortir sont minables ou n’ont pas assez de volonté.

    Enfin, pour rejoindre ce que dit Mimou (49), n’oublions pas que ça arrive aussi aux petits garçons, bien trop souvent ils sont oubliés lorsqu’on aborde ces thèmes, mais eux aussi peuvent être victimes.

  • #57 TiChou le 30 avril 2008 à 11 h 47 min

    C’est horrible toutes ces histoires, mais malheureusement, notre monde est rempli de mauvaises choses. La preuve encore, en Australie, un père à abusé de sa fille, elle a eu 7 enfant de lui dont un qui est mort peut après sa naissance. Elle et 3 de ses enfant étaient séquestré dans la cave. Il a adopté 3 des enfants qu’il a eu avec sa fille. Aujourd’hui ils sont libérés, le premier enfant né de cette inceste à 19 ans, c’est une fille, il lui faudra surement, des années pour s’en remettre … et pour tous d’ailleurs. Je leur souhaite que tout aille pour le mieux pour eux et pour vous les filles qui avaient subi ces atrocités.

  • #58 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 11 h 47 min

    @ Anna (BelleZeOne) : Merci, pour ton commentaire! ça me rend heureuse!
    Je laisserai pompomgirl répondre. Mais en tout cas, quand je lui ai répondu (ci-dessus) j’ai aussi dit « oui tu as raison, je trouve que certain se plaigne trop, etc ». Je veux vraiment dire – et tu as eu raison réagir là-dessus! que je parle de ceux qui se plaignent (liste non exaustive:)
    – parce qu’ils n’ont pas de baignoire dans leur appartement
    – ont un bouton sur le nez
    – se sont fait enlever l’appendicite quand ils étaient petit et qu’ils aimerait encore l’avoir
    – etc.
    En tout cas, en aucun je ne jugerai ou dirait du mal de ceux qui souffre, sont mal, etc!
    Donc encore une fois, je laisse pompomgirl répondre, mais c’est ce que je voulais ajouter, à la suite de ma réponse.. :-)
    Quand à Mimou et toi, oh que oui! vous avez bien raison!! Les garçons sont trop souvent oubliés!
    D’ailleurs, je me suis déjà souvent dit, que pour un garçon, ça doit encore être pire que pour une fille.. enfin, celà dis, chacun à son histoire…
    Merci en tout cas pout ton commentaire! ;-9

  • #59 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 11 h 49 min

    @ Tichou : cette horrible histoire c’est passé en Autriche plutôt (si nous parlons de la même). Le petit dernier a 5 ans. il s’appel Félix. Et hier il a déclaré « qu’il était si heureux de pouvoir enfin aller dans une vraie voiture »! il n’en avait jamais vu..
    Ces 6 enfants, né du viol entre le père et sa fille!!!!!! , n’avait jamais vu la lumière du jour. Leur poumon sont en très mauvais état, car ils n’ont jamais respiré d’air frais.
    C’est juste, atroce!…..

  • #60 TiChou le 30 avril 2008 à 11 h 54 min

    Oui tu as raison c’est l’Autriche, c’est juste que j’avais en tête l’histoire d’une petite fille (Natascha Kampusch) qui a été kidnappé et qui est réapparu 8 ans après.

  • #61 Hélène le 30 avril 2008 à 11 h 58 min

    brindefemmeheureuse pourquoi penses-tu que c’est pire pour un petit garçon ?

  • #62 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 11 h 59 min

    @ Tichou : ah oui exactement.. Et Natascha K., vivait (et vit toujours je crois). Aussi en Autriche… Pfou c’est terrible quand même!…

  • #63 TiChou le 30 avril 2008 à 12 h 02 min

    Oui c’est terrible. C’est se demander ce que certain on dans la tête quand même. Tu m’étonne qu’après les mère flippe pour leurs enfants avec toutes les horreurs qui les menacent.

  • #64 tlv le 30 avril 2008 à 12 h 02 min

    parenthesed’humour naze : qui c’est qui fait la banderole sur les autrichiens ?

    ok je sors… mais bon moi perso c’est mon humour a la con qui me releve toujours

  • #65 Anna (belleZeOne) le 30 avril 2008 à 12 h 03 min

    Alors ce n’est pas exactement le débat, mais je voulais absolument rebondir sur ce que tu as dit brindefemmeheureuse (58), pour un garçon je ne dirais pas que c’est pire, parce que comme tu dis « chacun a son histoire », mais très souvent ils ne sont pas crus (cela dit ça arrive aussi aux filles), ils ne sont pas crus parce qu’un garçon dans nos têtes à tous, c’est l’agresseur, c’est difficile de concevoir qu’il soit aussi victime, notamment dans les histoires de viol ou d’inceste.

  • #66 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 12 h 07 min

    @ tlv : je comprends ton humour noir! J’ai aussi beaucoup d’humour je dois dire!! Gros bec!
    @ Anne (bellZeOne) : tu as raison de rebondir! ;-)
    Tu as raison.. on les voit trop souvent dans le rôle de l’agresseur… C’est moche…

  • #67 sophie202 le 30 avril 2008 à 12 h 07 min

    tlv… j’adore l’humour naze… ;-P

  • #68 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 12 h 08 min

    @ Hélène : j’ose vraiment répondre?! Dis y’en a pas qui traine par ici ou bien? sinon je vais me faire lapider! je sais pas, mais j’ai l’impression que pour un garçon c’est pire car je les vois.. moins fort! Pour s’en sortir! oui je sais c’est horrible de dire ça! et je me plante sûrement! mais je sais pas… C’est ce que je me dis..
    Et comme l’a dit Anna (belleZeOne) ont les croit moins souvent.. je pense!…

  • #69 magalie18 le 30 avril 2008 à 12 h 08 min

    je suis ravie que tu te marie , beaucoup de bonheur à toi et a ton futur mari.
    j’ai vu une foi un témoignage d’une femme dont le passé était similaire au tient et qui s’est faite plaqué par l’homme qu’elle devait épouser quand elle lui a annoncé. Celui ci a dit qu’il se sentait trahit de ne pas avoir été mis au courant avant mais je penses surtout qu’il a pris peur pour détaller comme un lapin.
    tout ça pour dire que tu as beaucoup de chance dans ton malheur d’être aussi bien entourée.

    1 fille sur 3 O_O
    on va devenir paranos les filles, on va voir de ces vilaines personnes de partout maintenant.

    je voulais demander à celles qui ont été abusées ce qu’elles pensent de la loi contre la récidive de rachida dati.

  • #70 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 12 h 08 min

    @ Sophie202 : va falloir qu’on fasse une pétition pour que tlv revienne avec son humour alors! On est déjà 2! Qui signe?! ;)

  • #71 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 12 h 11 min

    @ Magalie18 : je sais que j’ai beaucoup de chance! Je dois dire, que quand mon homme m’a fait ça déclaration il y a plusieurs années, j’ai dit « euh… d’abord mon coco, on va parlé! Faut que tu sache que quand j’étais petite… et j’ai tout déballé! Ben oui, moi je voulais pas m’engager ou faire quelques choses sans lui en avoir parlé avant!! Donc on a jamais eu de souci de ce côté là! Au contraire..
    mais c’est sûr que j’ai de la chance! ;-)
    Quand à ta question sur la loi de Rachida Dati… argh je dois avouer que je ne sais pas trop de quoi tu parle! Je ne suis pas française, j’habite en Suisse… Donc cette loi : kesakoi?!

  • #72 lizou le 30 avril 2008 à 12 h 12 min

    Je crois que c’est pire pour les petits garçons parce que ça les interroge sur leur sexualité.
    Au fait honneur au femmes, petite vers 4 ans je crois, une fille de 16/17 ans m’a tripoté, contre la lecture d’un album barbababa, je l’ai dis à ma mère, comme ça, pour discuter, j’avais pas vu de mal dans la situation. Quand on ne te fais pas « mal » tu comprends pas forcément.

  • #73 tlv le 30 avril 2008 à 12 h 13 min

    (rien de drole)
    juste pour dire que je viens enfin de comprendre que les pseudo en rose representent des liens vers nos sites …

    pfff allez les filles dites moi que je suis pas la seule qui avait pô compris …

  • #74 lili5582 le 30 avril 2008 à 12 h 15 min

    c’est dingue je ne sais même pas quoi dire. Je commente très peu et quasiment seulement quand on parle de choses plus « futiles »…
    C’est vraiment admirable le courage que tu as eu de tout dire, de tout écrire, de « surmonter » ce passé sans le renier, la distance que tu as maintenant.
    Longue et heureuse vie, c’est tout ce que je peux te souhaiter.
    Sinon pour entrer dans le début, je sais pas vous, mais j’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de cas similaires… Est-ce que le monde tourne à la folie ou est-ce que tout simplement de plus en plus de langues se délient? C’est abominable! J’avais une amie dont les parents interdisaient à l’époque le JT à la télé à cause des images de guerre / famine etc qui peuvent choquer mais aujourd’hui tout le monde parle de ces événements comme la normale… J’ai peur que ça participe aussi à créer des fous! bref. J’ai l’impression qu’aujourd’hui, on n’est plus tranquille nulle part, qu’il s’agisse d’enfants, d’ados ou d’adultes (cf l’histoire du taxi et de la suédoise).

  • #75 Anna (belleZeOne) le 30 avril 2008 à 12 h 18 min

    @brindefemmeheureuse : je ne dirais pas que les hommes sont moins forts, mais que la façon dont est perçu leur agression les rend moins forts, déjà parce qu’ils sont moins souvent crus, puis aussi parce qu’on ne parle pratiquement jamais des agressions faites sur les hommes donc ils se sentent vraiment totalement seuls.

  • #76 Hélène le 30 avril 2008 à 12 h 21 min

    brindefemmeheureuse (68) c’est très intéressant ce que tu dis à propos des garçons et de leur rapport à l’agression sexuelle, je n’avais absolument pas pensé à ça et ça m’ouvre des horizons.

    Perso je suis effarée que des mecs puissent se barrer en découvrant que leur fiancée a été une victime, ça me dépasse complètement…

    lizou (72) c’est vrai que dans le cas des garçons c’est souvent doublé d’homosexualité, en plus de la pédophilie (il n’y a quand même pas des masses de femmes qui tripotent des gosses…).

    lili5582 (74) je crois que le monde a toujours été fou, simplement maintenant on en parle plus, et les médias relayent les histoires. A mon sens c’est une bonne chose, parce que ça libère la parole chez les victimes.

  • #77 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 12 h 21 min

    @ Lizou : même quand on fait mal tu comprends pas forcément. Moi il me faisait mal. Physiquement aussi.
    Mais je vois ce que tu veux dire.. merci d’avoir partager avec nous…
    @ tlv : aïe.. ma pauvre… mais t’inquiète! on va faire une banderole pour toi ;-) « rire »!
    @ lili5582 : hé bien merci d’avoir écrit ce com sur un sujet « non-futil »! ;-)
    Je prends tout ce que tu me dis avec honneur – hé les filles, je vais péter le plafond avec vos mots.. ça me rend .. un peu fière de mon parcours?! Je le dis pas dans le sens « malsain ». au contraire.. :-)
    Pour en revenir, c’est sûr qu’il y a de plus en plus de cas. Je pense que d’une part le monde devient de plus en plus fou. Mais surtout, je pense qu’il y a plus de possibilité d’en parlé. Ma grand-maman a dû avorter sa soeur. Parce que c’était leur papa qui l’avait mis enceinte!!!!!!!!!!!!! Elle n’en a parlé que il y a quelques années! C’était tellement honteux!
    Et se faire aider par un psy, etc?! Pense tu! Tu la bouclais et continuais d’aller au champs!.. tout ça, je pense que ça fait pas mal quand même!
    Pour la suédoise, j’ai vu! c’est horrible ça aussi!!

  • #78 sophie202 le 30 avril 2008 à 12 h 22 min

    @Magali Je n’ai pas été abusée, mais j’ai vécu deux agressions à caractère sexuel, ma mère une (c’est passé pas loin de la cata pour elle aussi, l’une de mes soeur assistait à la scène à 4 ans l’est trauma la pauvre) toujours dans le même pays où est notre président actuellement.

    Ce pays est totalemet dépourvu de structure d’accueil et de suivi, pourtant c’est un pays qui emprisonne à tour de bras, et encore c’est faible… En gros là bas si t’as des pbm psy, de une t’es pas diagnostiqué, de deux ou t’as de l’argent et ta famille te garde à la maison (mais malheur si t’arrive à t’échapper, c’était le cas de figure pour ma mère) ou t’es pauvre et tu finis à la rue sans controle (vraisemblablement mon cas les deux fois).

    Bref brefouille, tout ça pour dire que visiblement c’est pas la prison qui fait tout, l’essentiel c’est un vrai suivi (au sens diagnostique et contrôle sévère) et de vraies structures d’accueil (au sens confinement, bien sur ces personnes là doivent pas se ballader en liberté).

    Voili voilou

  • #79 Mithra le 30 avril 2008 à 12 h 22 min

    Ton temoignage est tres touchant, et j’admire ton courage de temoigner… je realise aussi la chance que j’ai de n’avoir jamais rien subi de semblable, puisque malheureusement ca semble etre assez courant a la lecture des commentaires.

    Je voulais juste apporter quelques details et peut-etre un peu de reflexion (sans vouloir donner de lecons a qui que ce soit) sur cette loi americaine mentionnee par quelques unes d’entre nous. Cette loi, Megan’s Law (du nom de la petite Megan, kidnappee, violee et tuee par un voisin multi-recidiviste), a ete votee alors que je vivais aux USA, j’ai suivi pas mal les debats qui ont eu lieu a ce moment. Et meme si d’un point de vue epidermique on a du mal a comprendre qu’on puisse ne pas l’approuver, j’avoue que ce sont plutot les arguments contre elle que j’ai retenu… je m’explique :

    Nous vivons dans des etats de droit, ou nous deleguons a d’autres (les juges, reputes plus sages car moins impliques que les victimes ou leurs proches) le soin de rendre la justice. Or on sait bien que ce systeme est fragile et que la tentation est grande de faire justice soi-meme, selon ses propres criteres de ce qui est juste (c’est alle jusqu’au meurtre aux USA). On voit bien aussi les crimes « d’honneur » dans les pays ou le systeme judiciaire est faible, chacun ayant sa definition de ce qui merite d’etre puni, ou ce qui s’est passe en France a la Liberation.
    Il me semble extremement dangereux de publier sur le net les noms, photos et adresses de criminels, meme s’ils se sont rendus coupables de crimes atroces. Et plus encore quand on sait que nos systemes ne sont pas infaillibles et que des gens sont regulierement disculpes. Que se serait-il passe si nous avions eu une loi similaire lors d’Outreau ? Combien de braves citoyens bien intentionnes seraient alles rendre justice la carabine a la main ?

    Megan’s Law est basee sur une sorte de « volontariat » du criminel. C’est lui qui fournit sa nouvelle adresse en cas de demenagement (enfin, c’etait le cas en 94). Je doute que les pires criminels, ceux qui savent qu’ils sont a haut risque de recidive et qui sont au dela du bien et du mal, le fassent. On selectionne donc, sans le vouloir, les moins a risque.

    Comment se reinserer dans la societe, trouver un travail dans ces conditions ? Or il est bien connu qu’un criminel a la derive et qui n’a aucune perspective de reinsertion est a plus haut risque de recidive…

    N’oublions pas que plus de 90% des enfants abuses le sont par un proche : pere, oncle, cousin, ami de la famille… Megan’s Law ne traite que les cas spectaculaires, les predateurs dont on parle dans les medias. Il faut les traiter aussi, bien sur, mais ca ne resoudra pas le probleme des abus sexuels sur les enfants…

    Voila, j’ai fait un peu long, desolee, mais il me semble utile de reflechir un peu et de ne pas trop se laisser emporter par son emotion meme, et surtout, sur des sujets aussi graves…

  • #80 mimou le 30 avril 2008 à 12 h 23 min

    @ lili582: Je pense qu’avant certains tabous faisaient que ce genre d’histoires ne passaient pas le cap de la famille pour diverses raisons.. et que de plus en plus les langues se délient car certains ou certaines ont osé en parler.

    Pour en revenir sur cette pauvre fille j’ai trouvé choquant que cet homme, connu des services de police ne soit pas fiché par son ADN… Ya vraiment un problème avec ce genre de délis en France, comme si ils ne savaient pas comment gérer ça

  • #81 Anna (belleZeOne) le 30 avril 2008 à 12 h 27 min

    Ah Lizou, tu as dit ce que je n’ai pas osé dire « Je crois que c’est pire pour les petits garçons parce que ça les interroge sur leur sexualité. »
    Mon amoureux, qui a subi les assauts de son père lorsqu’il était enfant, avait fait allusion à ça, d’une certaine manière, ça brouille l’identité.

  • #82 sophie202 le 30 avril 2008 à 12 h 28 min

    @Hélène moi je me dit heureusement qu’il s’est barré le mec… Je m’imagine faire ma vie avec une personne d’une lacheté pareille, mon dieu, et t’imagine élever des enfants avec cette personne?? Paske y faut savoir encaisser tout de même pour élever des enfants…

  • #83 lizou le 30 avril 2008 à 12 h 28 min

    Mirtha je pense aussi que ça ne concerne que quelques individus, mais je trouve ça lamentable, de toute façon il faut faire attention à ses enfants, que ton voisin soit pédophile ou non, et les gens dangereux doivent être encadrés par un suivi socio judiciaire, ce n’est pas le rôle des parents de remplacer le travail de la police ou des services sociaux. En plus c’est trop de responsabilité à gérer pour la population et ça entraine forcément une réaction de lynchage. Les gens dangereux doivent être suivis ou en prison, c’est le travail de la justice de protéger la société.

  • #84 sophie202 le 30 avril 2008 à 12 h 32 min

    ouaip Mithra en plus d’être copine de n’oeil (d’ailleurs je morfle en ce moment vive le printemps) on est copine d’idées sur ce coup là… la plupart des abus sexuel se font à l’intérieur de la famille, demandez à n’importe quel prof en collège il a au moins un enfant par classe dans ce cas… 1 enfant sur 10 d’après les chiffres…

  • #85 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 12 h 32 min

    @ Mithra : ah ben non! Tu n’as pas été trop longue du tout!!! J’ai été hyper interessée dans ton commentaire! J’avais mis dans mon com, en mentionnant cette loi, que je ne connaissais pas assez toute ces choses. Cette loi. Alors tu penses, je suis RAVIE de lire ton avis, et tes explications ne sont pas de refus du tout! MERCI!! ;-)
    Je relève aussi avec bonheur le fait que tu dise que tu es contente de ne jamais avoir rien eu de tel, et que tu en es reconnaissante! C’est bien d’être reconnaissant! ;-)
    bravo!!
    gros gros bec!

  • #86 lixuan le 30 avril 2008 à 12 h 42 min

    Je n’ai pas encore lu les commentaires. Il m’est difficile de parler de ce sujet, aussi je serai brève (enfin, à l’échelle de mes comms-fleuves habituels ;). Encore une fois, le merci s’impose: à Hélène pour ouvrir cet espace d’expression à des paroles aussi diverses, toutes nécessaires. Et à la fille qui a aujourd’hui courageusement et généreusement pris sa plume pour nous dire ces quelques mots.
    Brin de femme heureuse, nous avons à peu près le même âge et bien que cela n’ait aucun rapport, je me réjouis de ton bonheur, intensément, et je te le souhaite aussi durable et merveilleux que possible…
    Ta sincérité (notamment quand tu parles du « pire », une « certaine forme de plaisir », même si on sait bien toutes les deux que le mot est inexact) a quelque chose de salvateur.
    Le monde de l’enfance est complexe, mystérieux, et bien malin ou bien sage celui qui peut comprendre ce qui se passe dans la tête d’enfants victimes de ces actes à moins de l’avoir vécu lui-même. Aussi ton témoignage est-il doublement précieux.
    Je suis également heureuse que ton aveu (c’est quand même le comble, ce crime si particulier, où c’est la victime et non pas le coupable qui doit avouer, affronter ça en plus du reste…) ait reçu en écho de la bonté, de la compréhension et un amour toujours (bien sûr!) intact de la part de tes proches. Merci pour le message que tu envoies: que vous ayez 5 ou 8 ou 15 ou 20 ans ou même 100, PARLEZ. Il le faut. Et ça se passera bien, et vous pourrez être heureuses après. Ce sera un moment affreusement difficile à surmonter, mais il passera.
    Et il se peut aussi que ça se passe mal. Malheureusement, les réactions peuvent parfois être encore pires que la blessure, vous pourrez rencontrer des réactions aberrantes, absurdes, douloureuses, être rejetée, jugée, culpabilisée, punie, ne pas être crue. Vous pourrez même en subir les conséquences psychologiques pendant des années, au point de vous faire regretter d’avoir parlé.
    Mais vous savez quoi? Parlez-en quand même. Dites-le à quelqu’un. Si ça ne marche pas, dites-le à quelqu’un d’autre. Puis à quelqu’un d’autre encore, jusqu’à ce que vous soyez entendue et que justice vous soit rendue. Et quelles qu’en soient les conséquences, croyez-moi, à la fin, vous ne le regretterez pas.
    Bon, ce commentaire était long finalement ;) De toute façon le texte de Brin de femme heureuse parle de lui-même car il va à l’essentiel: tout crime doit être dénoncé, et rien ne vous empêchera de goûter au bonheur :) Soyez fortes les filles!

  • #87 tlv le 30 avril 2008 à 12 h 45 min

    Merci MITHRA ( 79) pour ce commentaire.

    Je suis epidermiquement contre ce type de methode, on n’est pas au far west.

    Comment pouvoir envisager une quelconque reinsertion dans ces conditions ?
    Et la prochaine etape c’est quoi? le retour a la peine de mort ? Des tribunaux publics autoproclamés?

    Desolée mais en temps que victime ( enfin victime? non! je ne veux pas ce stygmate) en temps qu’ancienne victime je m’insurge contre une justice reposant sur la contagion emotionnelle et le spectaculaire .

  • #88 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 12 h 53 min

    @ lixuan : merci pour ton beau et long commentaire!! Concernant les blessures liées à la réaction de certaines personnes vraiment imbéciles – encore une fois, pas d’autres mots! Tu as raison, il faut continuer d’en parlé et passé par-dessus (je vous promets, c’est plus simple à dire qu’à faire!
    Oui parce que ça aussi je l’ai vécu! Quand j’ai dévoilée toute cette moche histoire, on a fait appel à une personne X, qui pouvais nous aider vu son rôle dans la société. En deux mots, nous nous sommes réunis, mes parents, « lui » (l’agresseur), quelques autres personnes et moi.. On a un peu papoté et ensuite, la personneX m’a dit texto : « maintenant vous allez vous demander pardon et vous serez la main »!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ça fait des années, mais cette scène je la vois et revois encore et toujours! Puré j’aurai pû hurler! !J’avais 12-13 ans environ, j’étais super mal, et surtout mal à l’aise de raconter des trucs si intime devant ces gens, j’étais mal parce que en face de la personne qui m’avais tant bousillé, et j’ai dû me lever, lui seré la main!!!!! Tout en étant sensé « demandé pardon »! Sur le coup, on était tous tellement sonné, que bon.. faut bien dire, on a rien dit de plus.
    Alors quand j’avais 16 ans, fait un long chemin vers la guérison, j’ai été vers la personne X et je lui ai dis le mal qu’il avait fait.. ça a duré 10 minutes. Il a pas vraiment écouté. Et puis il a changé de sujet. Je lui en veux plus aujourd’hui, mais je suis sur qu’il ne réalisera jamais. C’est vraiment une personne « perdue de chez perdue »! Enfin, tout ce spitch pour dire « oui on est déçue des gens, oui certain sont vraiment imbéciles mais.. continuons! J’y mettrai bien tout ça sous le nez d’ailleurs! ;-)
    En tout cas Lixuan, tu as bien raison : MERCI HELENE!!!!!
    Ah, qu’est-ce qu’on est bien ici !!

  • #89 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 12 h 55 min

    @ tlv : aïe.. c’est vrai que dis comme ça… en tout cas, merci pour vos commentaires, et me faire voir que c’est peut-être (sûrement) pas la solution! Mais je suis contente d’en avoir parlé au fil des commentaires. Comme ça ce soir je me coucherai avec un autre avis.. :-)

  • #90 Catcat le 30 avril 2008 à 12 h 57 min

    Brin de femme heureuse… :-)
    Je suis heureuse pour toi que tu ais trouvé la paix.
    J’ai touché cette paix en te lisant. Merci!

    La honte, puis la haine, puis la honte mélangée haine, et le reste, chaque histoire étant différente, subsistes chez certain(e)s plus de 50 ans après « les faits ». Vies gâchées, hélas. :-(

    Il n’y a pas si longtemps encore, les petites filles n’étaient pas crues lorsqu’elles « parlaient ». Le docteur Freud, en prétendant que toutes les petites filles étaient amoureuse de leur papa à véhiculé-sans le vouloir, sans doute- le fait que ces horreurs sortaient tout droit de l’imagination des fillettes. Il a fallut du temps, et des histoires horribles pour que ce mythe tombe à l’eau, celui de l’inceste, mais aussi celui du prédateur qui ne fait pas partie de la famille.Là c’est fait et c’est un bien immense pour les petites filles, les femmes.

    Les femmes pédophiles, ainsi les petits garçons abusés par des hommes ou des femmes, sont d’autres sujets tabous, à déboulonner eux aussi.
    Pardon si j’ai l’air de faire la morale. Je suis personnellement « à vif » par rapport à tout cela.

    Encore merci Brin de femme heureuse! Longue et belle et bonne vie à toi!

  • #91 Sirelle le 30 avril 2008 à 13 h 02 min

    il y a des semaines où je n’ai pas faim, toujours les mêmes mois de l’année, il m’a fallu des années pour comprendre pourquoi l’appétit partait, pourquoi j’avais des plaques sur le corps à certains moments de l’année. Il m’a fallu tellement de temps pour mettre toutes les pièces du puzzle les unes avec les autres. c’est inimaginable tout ce gachis, toutes les conséquences qui découlent de tels actes.
    comment avoir confiance en l’homme lorsque c’est votre papa bien aimé qui devient un autre, si papa qui est si beau et si fort sur son pied d’estale dégringole, alors comment on va pouvoir aimer les autres. Moi je ne pardonne pas, j’ai trop voulu être fantomatique pour ne pas qu’on me voie, pour ne pas qu’on me regarde, j’ai gâché tant de relations parce que j’avais peur du méchant loup qui peut se réveiller un jour. avoir envie de vomir souvent, ne pas pouvoir manger parce qu’on ne digère pas.trop d’années d’amerthume d’avoir troqué gentil papa contre un monstre. à présent j’ai mis ça de côté mais je ne pardonne à aucun de ces hommes ou de ces femmes. ce genre d’abus, n’est pas seulement physique, il est psychologique, une chose insinueuse. il faut en parler aux enfants, j’ai bien mis mon petit garçon en garde : personne n’a le droit de toucher ton zizi, ni tes fesses :ils sont à toi tout seul.
    Merci Brindefemmeheureuse, je te sens pleine de gaieté et c’est ça qui compte. je te souhaite plein de bonheur!

  • #92 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 13 h 06 min

    @ Catcat : merci à toi!! ;-)
    Il y a de quoi être à vif. Ne t’excuse pas!
    gros bec!!
    @ Sirelle : merci pour ton témoignage. Je le répète : je comprends vraiment ceux qui ne peuvent pas pardonner! ça se comprends vraiment! L’essentiel est que tu sois heureuse!!!! ;-)
    Merci encore pour ton commentaire!

  • #93 tlv le 30 avril 2008 à 13 h 08 min

    des baisers sirelle.

  • #94 Coralie Marie le 30 avril 2008 à 13 h 08 min

    Personnellement je n’ai pas la même impression que vous vis-à-vis des petits garçons. Autant le viol en général est clairement associé à des victimes féminines, autant l’inceste est-il, il me semble, associé autant aux petits garçons qu’aux petites filles. Ce n’est pas pour rien qu’il y a encore malheureusement trop souvent confusion entre homosexualité et pédophilie :-/ Demandez aux gens pourquoi ils sont contre l’adoption et le mariage homosexuels…

    Mais pour le trouble de la sexualité, ça doit effectivement être perturbant pour un petit garçon. Je pense à Vincent McDoom, violé par son oncle, un homme politique qu’il a eu le courage de dénoncer. C’est toujours intrigant de voir qu’un homme qui porte un inceste comme une plaie toujours vive, a néanmoins « choisi » d’être homosexuel. C’est révélateur de toute l’ambiguité d’une agression sexuelle, du « plaisir » que vous évoquez l’une et l’autre.

    Si on ne pense pas spontanément aux hommes en tant que victime, c’est aussi parce que statistiquement (c’est horrible de parler statistique) un agressé a des chances de devenir agresseur, alors qu’une agressée aura tendance à se stigmatiser dans ce rôle (en allant vers des hommes violents par exemple).

    En tout cas, je vous souhaite à toutes beaucoup de courage.

  • #95 lizou le 30 avril 2008 à 13 h 10 min

    Dites vous bien que ces personnes ont été si puissantes seulement parce que vous étiez si petites. ce sont des pauvres types, des gens sans envergure qui choisissent des victimes encore enfant pace qu’ils ne sont pas capable de s’attaquer à quelqu’un de leur taille. La victime ne compte pas en tant que personne, elle n’a été choisi que pour sa position de faiblesse, ça tombe sur toi ou sur une autre, ça tombe, qui tu es ça n’a rien à voir. L’enfant n’y est pour rien, c’est l’occasion qui fait le larron.

  • #96 Hélène le 30 avril 2008 à 13 h 10 min

    Merci Mithra et tlv pour vos commentaiers. En effet, on n’est au Far West, c’est bien de le rappeler.

    Sirelle je suis très touchée par ton commentaire, ça me fait mal pour toi. J’espère que tu as pu trouver une forme de sérénité malgré tout.
    pour leur faiblesse, à mon sens, mais parce qu’eux (les pédopphiles donc) sont de grands malades que les enfants excitent sexuellement.

  • #97 sophie202 le 30 avril 2008 à 13 h 25 min

    @ tlv: « je m’insurge contre une justice reposant sur la contagion emotionnelle et le spectaculaire… » tout pareil, très justement dit, pas mieux!!! ça doit être un truc de gens à humour naze ;-)

  • #98 tlv le 30 avril 2008 à 13 h 35 min

    non c’est un truc de gaucho ;-)

    ( et oui on peut devenir chef d’entreprise, pire commercante et rester de gauche ! )

    … pourvu qu’ca dure !

  • #99 Molly le 30 avril 2008 à 13 h 40 min

    Moi ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi ne pas porter plainte, ca n’aiderait pas a se reconstruire?

  • #100 Sirelle le 30 avril 2008 à 13 h 43 min

    merci tlv, merci brindefemmeheureuse et merci Hélène. J’ai trouvé une forme de sérénité mais la route est longue. des fois j’ai les dents serrées mais la plupart du temps je passe mon temps à rire, parce que ça c’est ma vraie nature. c’est comme le temps, un jour beau, le lendemain nuageux, le surlendemain pluvieux, etc… quand on a compris tout plein de choses après ça va mieux, mais je me serais bien passée de tout cela pour avoir l’esprit léger tout le temps! et puis, diantre! on va pas se laisser abattre tout de même.

  • #101 sophie202 le 30 avril 2008 à 13 h 43 min

    tlv… mdr, décidément ça s’trouve l’humour naze c’est un attribut de gaucho …

  • #102 Hélène le 30 avril 2008 à 13 h 45 min

    Molly tu imagines, te taper tout le cirque judiciaire, avec le fait de raconter ton histoire dans les détails les plus intimes à 40 personnes différentes, qui la moitié du temps ne te coient pas et suggèrent que peut-être c’est de ta faute, plus les confrontations avec l’agresseur… ?

    Déjà pour une femme adulte c’est très dur (même si là ça semble vraiment nécessaire), alors pour une petite fille, je n’ose mêem aps imaginer.

  • #103 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 13 h 45 min

    @ Molly : peut-être pour certaine oui. Mais en tout cas, moi plus j’y pense et plus je me dis que si j’avais porté plainte, avec un procès, des tas de questions et tout, ça m’aurait détruite je crois…
    D’ailleures, je suis très reconnaissante à mes parents qu’ils ne m’aient pas obligés à le faire! Ils m’ont demandés mon avis, et l’ont respécté! Si c’est pas beau ça!!
    Après cela dit, je pense que ça dépend beaucoup des personnes!
    Et attention « il » n’a pas été impuni hein! mais ça c’est fait d’une autre manière, avec d’autre moyen, et je n’ai pas eu à m’en occuper… Ouf!
    Est-ce que certaines d’entre vous ont portés plainte?! ça vous a aidé (comme toi, Molly, je me pose la question, si ça aide…)

  • #104 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 13 h 47 min

    @ Sirelle : manquerait plus que ça (qu’on se laisse abattre!)… La route est longue, c’est sur! mais c’est beau quand même, la vie!! Merci à toi!!
    @ Hélène : le cirque judiciaire! C’est exactement ça!! Par exemple, moi, j’ai dû raconter TOUS les détails à mon oncle, policier. Plus à mes parents, plus à lui , plus à elle !! Horrible!!! Beurk beurk beurk!! alors plus?! Non merci!!

  • #105 Anna (belleZeOne) le 30 avril 2008 à 13 h 50 min

    @Molly : tu demandes « pourquoi ne pas porter plainte, ca n’aiderait pas a se reconstruire? »
    déjà quand on cherche à porter plainte, on peut se heurter encore une fois à des personnes qui ne nous croient pas, c’est ce qui est arrivé à mon copain, on lui a dit clairement qu’on ne le croyait pas et qu’il faisait exprès pour soutirer de l’argent à son père.
    Ensuite, lorsqu’on porte plainte, on sait qu’on se dirige vers quelque chose de très difficile, devoir raconter toute son histoire à des inconnus, raconter les détails, devoir faire face à son agresseur, à mon avis c’est trop dur de s’engager là dedans pour beaucoup de personnes.
    Et enfin dans les cas d’inceste, souvent on se dit, si je porte plainte je détruirais ma famille, donc on ose pas, par culpabilité.

  • #106 tlv le 30 avril 2008 à 13 h 51 min

    dans mon cas je me suis parfois posée la qestion, mais porter plainte implique me semble t il un degres de precision de la memoire que je n’ai pas.

    De plus ce serait impliquer la maman de ce garcon la dedans et je m’y refuse, je me suis contentée d’en parler a sa soeur quand celle ci a feté les 2 ans de sa fille qui est aussi ma filleule il fallait qu’elle sache, qu’elle garde son petit tresor loin de son oncle.

    Enfin, je n’en ai jamais parlé avec lui, lui meme n’a sans doute jamais eu conscience ce sa faute, je l’ai adoré toute mon adolescence, le defendant bec et ongles face a toute notre famille. Je me sentait liée a ses emotions, je ne comprenais alors pas a quel point .

    Il y a 2 ou 3 ans maintenant j’ai appris peu apres le fete des meres par la sienne qui me parlait de S au cimetiere qu’il etait mort …
    Je l’ai compris avec une violence folle.
    Personne n’avait jugé bon de m’en parler.
    Mon pere persuadé que je savais, ma memre elle assumant avoir refuse de me le dire pour ne pas remuer des choses qu’elle aiment croire ensevelies …

    Je crois que j’aurais aimé etre a ses obseques. Lui dire un mot, l’accompagner .
    Peut etre meme voir de mes yeux sa descente en terre avectout ce que cela peut avoir de soulageant et douloureux a la fois.

    Ce garcon de 10 ans mon ainé j’ai tout de meme grandi avec lui, sa soeur est plus proche de moi que ma soeur de sang, j’ai plus de tendresse pour sa maman que pour ma propre mere…

    Stéphane est mort il y a 3 ou 4 ans maintenant, c’etait le fils de ma marraine , mon frere et mon bourreau. Sans doute en quelque sorte l’homme le plus important de ma vie, celui qui a conditionné la majeur partie de mon enfance et de mon adolescence.

    Aujourd’hui il n’est plus.
    Il n’est plus rien .
    enfin …

    J’aimerais …

  • #107 Molly le 30 avril 2008 à 13 h 53 min

    Enfin, je me dis ca parce que moi je me dis que j’aurai envie de faire payer la personne, que justice soit rendue, mais c’est vrai que généralement les personnes n’en font pas la démarche

  • #108 Micheline le 30 avril 2008 à 13 h 54 min

    Merci pour ce témoignage, je trouve ça toujours intéressant d’écouter comment chacun a vécu ce genre d’expériences, car chaque histoire est différente, et d’ouvrir une porte pour ceux et celles qui partagent une douleur similaire.

    Ton récit m’a beaucoup surprise car ce qui se dégage, c’est ta force incroyable je trouve.

  • #109 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 14 h 01 min

    @ Molly : c’est vraiment très dur de faire les démarches.. Pour ma part, la personne a payé. Je pense qu’elle a sa vie plus détruite que la mienne! Je dois être bien plus heureuse que lui! Et même si je souhaite de mal à personne, de savoir qu’il se rend compte de ce qu’il a fait, ça aide!!!!
    @ Micheline : merci… la force je l’ai puisser en chemin! Et maintenant je la garde! na! ;-)
    c’est sur que chaque témoignage est différent. Je ne pensais pas que d’écrire dans la rubrique « Ô toi lectrice! », me déballerai tant de témoignage. ça me rend triste pour chacune de ces histoires, bien entendu. Mais d’en un sens, ça me dis que « je ne suis pas la seule »…

  • #110 lizou le 30 avril 2008 à 14 h 03 min

    Une femme sur trois dans le monde est victime. Bam dans la tronche.

  • #111 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 14 h 04 min

    @ lizou : et là on ne parle que des victimes d’abus. Si tu ajoute tout le reste (violence conjugale, et tout et tout) je n’ose même pas re-ouvrir les yeux!

  • #112 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 14 h 06 min

    @ lizou : je tiens à préciser quelques choses : 1 femme sur 3 victimes (ça reste des statistiques) mais ça veut pas dire 1 femme sur 3 malheureuse! Certains, dans la vie, m’envient, parce que je suis joyeuse et tout (beaucoup ne connaissent pas mon histoire). Donc on est bien d’accord : on peut être victime et heureuse! voilà.. si déjà c’est mon cheval de bataille, je tenais à la préciser!! ;-)

  • #113 tlv le 30 avril 2008 à 14 h 07 min

    putain, il est 14h et depuis des heures je suis dans le canap, enroulée dans une couverture, l’ordi sur les genoux…

    il va falloir que je vous laisse que je sorte, aujourd’hui je ne travaille pas, ma fille est chez son pere et il faut a tout prix que j’en profite pour m’aerer.
    Je vais vous laisser et essayer de me trainer jusqu’a la piscine, noyer tout ca dans le grand bain….

    Jusqu’a la prochaine fois.

    Milliards de baisers. De douceurs. De furie. De coup de pieds au cul pour les jours gris. De conviviales embrassades pour les jours sans. Enfin de quintaux de courage pour chaque instant, pour chaque souffle.

    Aux mamans comme moi je rappelle qu’on doit etre toutes pareilles, a flipper pour nos filles la mienne du haut de ses 4 ans sait meme depuis qu’elle sait parler comment on fait les bebes, l’uterus, l’etreinte amoureuse, qui doit etre pleine d’amour pour nous donner de la force parce que sinon elle nous affaiblie et nous blesse.
    Quelle est reservée aux adultes entres eux. Qu’en aucun cas en adultes ne doit aimer un enfant de cette facon, que certains sont malades, n’ont pas compris et qu’il ne faut pas les laisser faire, que maman est la, papa aussi.
    Que toute personne en qui elle a confiance sera la pour l’ecouter, et qu’on l’aime de toute notre force enfin bref pardon je m’egare, on dirait qu’une certaine jeunne femmeheureuse a ouvert mes vannes.
    Ce lien je vais le donner aux miens.
    A ceux a qui ne peut pas parler. Le clavier c’est tellement plus facile.
    Merci helene. Merci jeune femme heureuse.
    Merci la vie
    Merci daria ( ma princesse de chaque seconde)

  • #114 Molly le 30 avril 2008 à 14 h 07 min

    Merci pour ses réponses, je crois que ça m’aide à comprendre mon amie.

  • #115 lizou le 30 avril 2008 à 14 h 10 min

    Bien sur!! on est victime un peu, mais des femmes comme les autres avant tout!

  • #116 tlv le 30 avril 2008 à 14 h 11 min

    a mon homme depuis msn qui trouve mon dernier comment tres binochien :
    Merci mon homme

  • #117 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 14 h 13 min

    @ tlv : Alors bonne ballade et bonne ahération! Moi ça fait aussi des heures que je suis derrière mon clavier!! Mais euh.. au boulot! Bon mon chef m’a fait encore cet ap’r la remarque qu’il « est content de mon boulot ». Euh ben.. il a pas dû remarquer! C’est bon, on continue! L’avantage d’être rapide!
    En tout cas, j’ai été très très heureuse de te connaître tlv! Et vraiment, bon courage pour la suite!!
    Merci la vie. Oui!!
    D’ailleurs, sur mes fairt-parts de mariage c’est un écris en grand « c’est beau la vie »! Mon life-motif (c’est comme ça qu’on dit??!)
    Gros gros gros gros bec! j’ai été heureuse d’échanger avec toi jolie dame!
    Alé, rien que pour toi, une bavouille bien gluante (tu vas à la piscine te laver de toute façon! ;-) )
    @ Molly : c’est bien si ça peut t’aider.. c’est pas facil de comprendre qu’en on a pas vécu. J’en suis bien consciente! D’ailleures, si tu as d’autres questions, ou demain, dans deux semaines, etc, et que je peux t’aider, demande mon e-mail à Hélène. Je te répond volontiers!! ;-)

  • #118 lizou le 30 avril 2008 à 14 h 14 min

    J’ai été agressé une seconde fois ado, je m’en suis sortie seule et indemne, ça m’a donné une grande force et confiance en moi, je sais qu’en cas de danger je peux être fière de mes réactions. Mais si c’était arrivé un autre jour, dans un autre endroit…
    Mon prof de psy a dit un jour, les victimes il ne faut pas oublier que ce sont des survivants, et quand tu t’es rendu compte que tu es mortel tu en veux aux autres de ne pas le comprendre et après tu te sens plus fort. ça prend du tps. D’autres seraient morts, tu peux etre fière de toi.

  • #119 Mouniou le 30 avril 2008 à 14 h 19 min

    Brindefemmeheureuse, votre histoire est dure, comme beaucoup (oui, il y en a beaucoup), mais vous l’écrivez avec une certaine sérénité, et, du calme.
    C’est heureux que pour vous cela est pu se solder ainsi, et avec beaucoup d’amour de vos parents.

    Il est sûre qu’il faut prévenir et donc prémunir ses enfants.
    Mais il est bon de leur donner ouverture et confiance, dans la vie, envers l’autre.
    Donc les 2 ne sont pas de la tarte !
    Et il n’y a pas d’école, d’apprentissage, au métier des parents. Et c’est bien le plus difficile qui soit.

    (Que ce soit pire pour un petit garçon, que pour une petite fille….? ? Ce qui est connu, c’est que les garçons sont plus fragiles, physiquement, moralement, que les filles)

    Abus, attouchements, doivent être encore plus fréquents qu’on ne le mentionne.
    Quel est l’oncle, rigolard par ex. qui n’a pas peloter les seins de sa nièces adolescentes, en pleine réunion familiale ? On m’a fait le coup. Mais j’étais assez grande pour relativiser le bonhomme et la chose et m’en garer.
    ça ne m’a jamais traumatisée du coup

    J’ai bien eu assez de traumatismes autrement !!!!! on ne peut pas tous les avoir.

  • #120 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 14 h 22 min

    @ Mouniou : merci pour votre commentaire!! Si pertinant… Bonne route à vous!

  • #121 Molly le 30 avril 2008 à 14 h 38 min

    Ca fait du bien de comprendre, et de voir que l’on peut s’en sortir. Ca fait du bien de « parler » de ce secret qui est parfois assez lourd sans avoir le sentiment de trahir la personne.

    Merci a toi brindefemmeheureuse d’avoir témoigné, merci a hélene de t’avoir publiée.

  • #122 mmarie le 30 avril 2008 à 14 h 47 min

    ça devient une habitude, le mercredi, j’ai la larme à l’oeil et le sourire aux lèvres ;-)
    Merci Hélène, une fois de plus, pour cette tribune.
    Merci Brin de femme heureuse pour ce texte si courageux, fort et paisible. Et bravo pour avoir surmonté ce passé sans le renier, comme a dit justement quelqu’un plus haut.

    Ces histoires sont terribles, qu’elles se passent dans la famille ou en dehors, que des enfants ou des adultes en soient victimes. Cf. l’actualité des dernières semaines (procès Fourniret, révélation de ce père/grand-père en Autriche..)

    Récemment j’ai lu un billet sur ce risque que courent les enfants et comment les en tenir à distance >> http://mere-pas-top.mabulle.com/index.php/2008/04/11/132403-que-leur-dire-pour-qu-ils-sachent-se-proteger

  • #123 Deilema le 30 avril 2008 à 15 h 05 min

    Toutes mes excuses…
    J’ai lu attentivement le magnifique billet de brin de femme, avec émotion les réactions des autres victimes d’abus… mais je n’ai pas trop le temps d’exprimer à toutes ma compassion et tous mes voeux de « rebond » pour l’avenir.

    Je voulais surtout revenir sur un point qui me semble essentiel : la protection des enfants contre ces abus. Parce que personne n’a envie que d’autres enfants subissent de telles horreurs.
    Il faut garder une donnée capitale à l’esprit : le plus souvent, les abus sont le fait de l’entourage proche de l’enfant : l’oncle, le beau-père, un cousin, un ami de la famille, le demi-frère, le fils de la nounou, parfois même ce sont directement les parents qui sont en cause.
    Pourquoi? Parce que nos enfants ont bien retenu les leçons « ne parle pas à un inconnu », « n’ouvre pas la porte si tu es seul », « n’accepte pas de bonbons d’un inconnu » etc.
    Mais ils ne se méfient pas de l’entourage familial, dans lequel, au contraire, on a tendance à insister lourdement (« sois gentil, fais un bisou à tonton… »)
    Alors, oui, des Fourniret qui traquent les petites filles au coin de la rue, cela existe, mais c’est marginal.
    C’est dans le cercle familial qu’il faut garder les yeux ouverts…

  • #124 loli le 30 avril 2008 à 15 h 08 min

    ces derniers temps je n’ai pas laissé beaucoup de commentaires mais là j’ai envie de rajouter mon petit grain de sel.
    mon métier c’est assistante sociale et cette année je travaille en scolaire dans différents collèges… j’ai été rapidement effarée du nombre d’enfants que je recevais et de toutes ces histoires terribles et il y a différentes formes d’abus de maltraitance de souffrance.
    j’ai envie de dire plusieurs choses qui me viennent à l’esprit ces enfants abusés (que ce soit sexuellement, psychologiquement, par des coups, par des adultes, d’autres enfants …) montrent bien souvent à l’adolescence que ça ne va pas : scarifications, agressivité, voles… je crois qu’il faut être vigilant en tant que parents à ces petits signes. un enfants fait rarement tout ça pour le plaisir mais plus pour dire « faites attention à moi ». je ne suis pas maman mais je réalise chaque jour combien c’est difficile (et beau en même temps bien entendu), chaque jour j’appelle des parents, souvent des mamans pour leur dire « votre enfant se scarifie » « votre enfant va mal » « votre enfant à des troubles de l’alimentation  » et j’en passe, rassurez vous je reçois longuement les parents pour en parler. et bien je n’ai encore jamais eu un parent qui m’a dit « je suis au courant » mais c’est plutôt « c’est pas possible, je n’ai rien vu rien senti » … c’est extremement culpabilisant pour un parent que ce soit une inconnue qui ait vu et pas eux mais je n’ai de cesse de répéter qu’un enfant NE VEUT PAS DÉCEVOIR et donc cache tout ce qui pourrait blesser ou changer l’image qu’on a de lui. comment dire à ses parents : on m’a fait des choses alors qu’on se sent sali, moche, inutile, transparent … (mot que des enfants ont dit devant moi). pourtant la plupart du temps j’ai affaire à des familles où on communique sans soucis et il n’y a pas de tabous donc c’est pour ça que je dis que ce n’est pas la faute des parents. et c’est pour ça que je dis que ce métier de parents c’est le + dur du monde.en tant que parent on ne sait pas on ne voit pas on est à 1000 lieux d’imaginer la vie de son enfant même pour des choses « + classiques » que pour ce qui est conso de cannabis d’alcool de cigarette… : oui ça existe au collège et + que ce qu’on imagine t je suis dans des collèges ruraux.
    et puis j’ai quand même envie de parler de l’abuseur, notamment de l’abuseur enfant (j’en ai rencontré) des enfants qui ont abusé (coups, raillerie mais aussi des choses sexuelles) d’autres enfants et je peux vous dire que c’est pas facile pour eux non plus et que l’image qu’ils ont d’eux même est très négative et que bien souvent ces enfants là ont vécu des abus eux aussi , des maltraitances. je crois qu’il est difficile de mettre des étiquettes « bon » « méchant » sur la tête des gens car la souffrance est quelque chose extrêmement complexe. attention je ne défend pas les abuseurs j’apporte juste une petite nuance de part ma petite expérience.
    pour ce qui est des garçons effectivement je crois que l’abus sexuel c’est plus compliqué pour eux, pourquoi ? et bien ça je ne saurais le dire mais récemment j’ai fait de l’éducation à la sexualité dans des classes de 4ème et le démarrage était le suivant : les garçons écrivaient les avantages et inconvénients à être une fille et les filles l’inverse, puis après débat entre eux avec l’appui de 2 adultes de l’établissment. il est systématiquement ressorti la chose suivante : les garçons ont écrit que 1 des inconvénient d’être une fille était de risquer de se faire violer et les filles ont écrit que l’avantage d’être un garçon était de ne pas risquer de se faire violer, ils ont également parlé des violences conjugales et là idem pour eux les filles ont l’inconvénient de pouvoir être victime et les garçon l’avantage de ne pas pouvoir être victime… je crois que derrière tout ça y’a aussi cette idée de l’Homme celui qui est fort qui ne risque rien … et donc on imagine que la douleur pour ces garçons victimes doit être encore plus douloureuse car elle est en quelque sorte pas légitimée.

    voilà un peu tout ce que j’avais envie de dire et je m’excuse de la longueur de mon com.
    et je voulais rajouter que l’histoire qui nous est livrée ici et surtout le fait que brindefemmeheureuse s’en soit sortie et nous donne cette image de paix intérieur et bien c’est possible. par contre je crois que 2 choses sont essentielles : le soutien de sa famille et l’aide d’une personne extérieure : psy ou autre.
    merci d’avoir partagé avec nous ton histoire qui a un je crois peut donner de l’espoir a beaucoup. bon courage dans ta vie future !!!!

  • #125 Lylou le 30 avril 2008 à 15 h 13 min

    Il est difficile de panser ses blessures. Il reste forcément des empreintes.Le mieux est de se dire que le meilleur est à venir.Tourner la page. Marcher droit devant et sourire à l’avenir qui se présente à vous.La vie est un long combat;il n’appartient qu’ à nous, avec les pierres du présent, d’édifier notre avenir.

  • #126 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 15 h 29 min

    @ Deilema : merci pour ton com…
    J’aimerais vraiment insisté sur une chose. C’est sur la prévention, il faut en faire. Encore et encore. Surtout dans la famille, et tout! Mais mes parents aussi m’avaient prévenus! Mais comme le dit le titre « j’avais 5 ans »! C’est quoi 5 ans?!
    Ce que je veux dire, c’est que si ça arrive, si des mamans ou des papas nous lisent aujourd’hui, ou demain, c’est pas de votre faute!! J’ai peur qu’en parlant trop de prévention, on oublie que les parents ne sont pas responsable si il arrive une telle chose à leur enfant. Ma maman, mon papa, ils n’y peuvent rien. Ils avaient les yeux ouverts. Le seul responsable c’est « lui »…
    je sais pas trop comment expliquer tout ça.. c’est un peu confus dans ma tête, et je m’en excuse.. enfin bref, c’est ce que je voulais dire…
    @ loli : merci beaucoup pour ton commentaire! C’est tellement vrai tout ce que tu dis! Alors merci…
    @ Lylou : c’est vrai. Et je crois, que dans l’ensemble, on arrive à bien manier les pierres du présent pour édifier un bel avenir!! Merci pour ce petit moment poétique! ;-)

  • #127 Lylou le 30 avril 2008 à 15 h 32 min

    De rien Brindefemmeheureuse, je te souhaite que du bonheur.

  • #128 Deilema le 30 avril 2008 à 15 h 44 min

    Brin de femme : loin de moi l’idée d’accuser les parents, bien sur, ni de les culpabiliser pour ce que leurs enfants peuvent subir.
    Ce n’est évidemment pas de leur faute, le seul responsable c’est l’adulte qui profite de la faiblesse d’un enfant, de sa malléabilité, de sa confiance pour le faire parvenir à leurs fins.
    En fait, je voulais surtout attirer l’attention des parents (présents ou futurs) sur le fait que le danger est, précisément, là où on ne l’attend pas.

  • #129 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 15 h 55 min

    @ Deilema : tu as raison d’attirer l’attention sur eux alors…
    faut pas m’en vouloir, je suis juste protectrice envers mes parents! ;-)

  • #130 Sévtoutenouvelle le 30 avril 2008 à 15 h 58 min

    Merci pour ton texte plein de justesse brindefemme. Je n’ai pas connu ça, mon homme si, actuellement il le vit bien, mais il en a fallu des années pour qu’il réapprenne à vivre, à s’aimer, très peu de personne, encore moins l’entourage ne l’ont cru, parceque pour beaucoup de gens encore maintenant c’est pas possible, « une mère qui ferait ça à son petit trésor, qui serait si cruelle. »

  • #131 carole le 30 avril 2008 à 16 h 02 min

    un très beau témoignage

  • #132 nouche le 30 avril 2008 à 16 h 18 min

    @tlv, l’autre jour, il n’y a pas si longtemps, je m’apprêtais à poser la question officiellement des noms roses et des parozes ?????? les nouvelles? les jeunes????quand ma souris a dérapé sur un nom rose et yop je me suis retrouvée sur un site et là, O surprise j’ai compris.
    tt cela pour dire que ce n’étais pas évident du 1° coup
    @brindefemmeheureuse! en l’écrivant, je me dit que tu es quand même un sacré brin.de femme/ heureuse, je n’en doute pas à te lire. excuses moi pour la parenthèse des roses

  • #133 nouche le 30 avril 2008 à 16 h 21 min

    @pour toutes les autres. participation dense, intense et passionnante.

  • #134 brindefemmeheureuse le 30 avril 2008 à 16 h 24 min

    Voilà… je ne vais pas tarder à éteindre mon ordinateur (looong week-end oblige!). Mais je ne voulais pas le faire sans vous remercier, encore une fois, pour votre gentilesse, et pour vos témoignanges!
    Pour celles qui ont vécus *ça*, pour celles qui ont des proches dans cette situation, pour toutes celle qui ont commentées et lus.. MERCI!!!!

    Je tiens aussi à vous dire que ça sera peut-être la première et dernière fois que vous verrez *brindefemmeheureuse* par ici !! Je commente parfois chez Hélène, mais pas sous ce pseudo, choisit tout spécialement pour l’occasion (je préfèrais l’anonymat au vue du sujet épineux…)!
    Enfin, en une journée, j’ai beaucoup aimé ce pseudo, alors j’y reviendrai peut-être! A voir… :-)

    Et enfin, le meilleure pour la fin : MERCI MERCI MERCI à toi Hélène ! Pour ton blog. Pas futil du tout! Où il se passe plein de chose, et où tu permets à des gens comme moi, de parler de leur vie, pour soulever des problèmes, et pour s’encourager l’une l’autre !
    Promis – et tu auras tout ça par écrit en plus!! – si je gagne à l’Euro million, je t’envoie des diamants et pleins de saucissons !! Faudra juste encore que tu me dise ta marque préfèrée bien sûr!!

    Voilà….

    Je vous laisse encore discuter, papoter et échanger, mais moi, je m’en vais me reposer!!

    Je viendrais bien sûr lire la suite de vos « débats » très bientôt !!

    Soyez heureuse.. on ne le dit jamais assez : c’est beau la vie !!

  • #135 Sacha le 30 avril 2008 à 16 h 43 min

    Très touché. merci et bravo, d’avoir su le dire et le dire comme cela.

  • #136 Anonyme2 le 30 avril 2008 à 16 h 59 min

    Voir tous ces symptômes me bloquent la gorge de sanglots : la culpabilité, avoir le sentiment d’avoir « provoqué », se sentir salie, la peur que l’on ne vous croit pas, … tout oublier. Puis ce qui a été enfouie réapparait : pleurer, vomir, se faire du mal, saboter ses relations amoureuses. Le puzzle se reconstitue : visions réelles ou imaginées ? La part du vrai et du faux ? Pourquoi pas se dire faux et se préserver ? Oui, un temps. Puis, de manière cyclique, les signes réapparaissent, disparaissent; bons et mauvais mois pour moi.

    Merci Brindefemmeheureuse de pouvoir exprimer ça.

  • #137 Sirelle le 30 avril 2008 à 17 h 24 min

    @anonyme2 je crois qu’il n’y a pas de culpabilité à avoir, moi je n’en ai pas. comprendre que l’on a été utilisé par les sentiments, là effectivement ça sabote tout le reste. je suis comme toi, j’ai même eu l’intention d’aller me faire hypnotiser pour savoir vraiment ce qui s’était passé parce qu’une pièce du puzzle me manque, je la vois dans mes cauchemards mais j’arrive pas à savoir. affronter la réalité pour aller mieux, je me dis pourquoi pas. ça permet de mettre un terme à toutes ces suppositions. mon médecin m’a dit une fois que je devrais en parler à mon papa, lui « redonner » tout cela me permettrais de m’en débarasser.je sais pas. en tout cas moi j’ai bien pleuré aujourd’hui, bien réfléchi à tout cela mais il faut avancer en ayant conscience des choses certes, mais avancer.
    je suis de tout coeur avec toi! courage!

  • #138 Anonymececoupci le 30 avril 2008 à 17 h 45 min

    (je passe en mode anonyme, tu ne m’en voudras pas Hélène? le sujet est tellement délicat que la pudeur monte…)

    Je ne peux que soutenir mille fois les propos de celles qui préconisent d’être attentifs, aussi dans son entourage proche.
    Cela ne veut pas dire bien sûr devenir méfiant et paranoïaque, prompt à l’accusation dès qu’un homme adulte aura le malheur de montrer un tant soit peu d’affection pour un bébé, la menace de l’excès inverse est toujours là.
    Mais je pense qu’il est vraiment, vraiment important de redire à quel point les agresseurs peuvent revêtir de multiples visages (garder cela en tête est aussi important pour la prévention que pour la réaction face à la confidence d’une personne abusée).
    Oui, il peut s’agir du cousin de 11 ans, que tout le monde pense trop jeune pour faire une chose pareille.
    Ou du gentil dentiste, si irréprochable d’habitude, qui le jour où il sera seul avec l’enfant changera soudainement d’attitude.
    Ou d’une femme, ou encore d’une personne qui ne semble pas perverse pour un sou mais qui choisira cette arme-là pour faire du mal à quelqu’un (car cela peut être également un acte de haine pure, je suis convaincue que la personne qui m’a fait ça me haïssait profondément).
    Ou même, cela peut arriver plusieurs fois, les dingues ne manquent pas dans la nature; ce n’est pas une raison pour mettre en doute la victime ou se demander si elle ne le « cherche pas » au fond. (oh cette réplique n’a rien d’imaginaire ;)
    Il est certes important de prévenir ses enfants contre les dangers trop nombreux et surtout insidieux qui nous entourent. Mais, je m’adresse surtout aux parents (même si vos enfants sont grands!), ne le faites pas de telle sorte à ce que vos enfants, si par malheur « cela » leur arriverait, aient l’impression d’avoir fait une bêtise : « maman/papa m’avait prévenu, et pourtant j’ai laissé ça m’arriver, ils vont être furieux! »
    L’essentiel à mes yeux est de faire comprendre à son enfant que le crédit d’amour, de compréhension qu’on lui porte est illimité. Que quoi qu’il fasse, qu’il dise, on le croira et on le soutiendra. Surtout qu’il sache qu’il peut se confier sans craintes à ses parents, autant de fois que nécessaire.
    Excusez-moi d’insister là-dessus, mais trop de maladresses me semblent à l’origine de beaucoup de douleur.
    Pour ma part, je pense que j’aurais pu encaisser la chose en elle-même, mais ce qui m’a vraiment abîmée, c’est surtout ce qui a suivi. Le secret, les « il ne faut surtout pas que ça se sache », « ta tante est malade, ça la tuerait de savoir ça », qu’on me dise que c’était de ma faute, les « c’est bon, arrête avec ça, tu ne vas pas le porter comme une croix toute ta vie », le fait de devoir manger à la même table que mon agresseur, et tant de choses encore, toutes ces années. Le fait de ne pas avoir été défendue est une chose terrible, qui continue à me ronger après tout ce temps et qui alimente cette rage qui reste tapie au fond de moi (même si la plupart du temps je suis gaie et épanouie, rassurez-vous, tout cela blesse mais n’abat point, nous avons tellement de ressources les filles ;).
    C’est pourquoi c’est presque une supplique que je voudrais adresser aux pères et aux mères qui restent plus souvent qu’on ne croit silencieux, hébétés, ne sachant que faire et faisant mal: pour moi, aimer, parfois, c’est choisir son camp. Choisir la personne qu’on aime contre toutes les autres. Dénoncer l’agresseur de votre enfant risque de bouleverser voire détruire l’équilibre de votre famille toute entière? De ruiner votre carrière, de troubler votre santé, de gâcher votre week-end? Faites-le quand même, par pitié. Si vous aimez votre enfant, tous ces sacrifices ne seront rien comparés aux souffrances psychologiques que vous lui éviterez. C’est sûrement très égoïste, mais j’aurais tout donné pour que la vérité éclate au grand jour et que ça fiche un bordel monstre. Pour ne pas avoir la sensation de valoir moins que des apparences, de compter moins que quelques réunions de famille et une joie feinte.
    Comme si ce n’était pas si grave de me faire du mal. Voilà, c’est surtout ça qu’il est important d’apprendre aux enfants, je crois: faire du mal aux autres est très grave, être blessé par les autres l’est tout autant. ça paraît une évidence mais le faire comprendre et ressentir vraiment à quelqu’un peut tout changer.
    Bon, j’arrête là et me mets une muselière virtuelle, de toute façon la plupart d’entre vous doit déjà le savoir tout ça. Excusez-moi d’être revenue là-dessus mais comme l’ont dit des commentatrices, ce billet a libéré des flots de paroles…
    Brin de femme heureuse, ton exemple est…exemplaire ;) merci encore, je t’embrasse de tout mon coeur.

  • #139 Hélène le 30 avril 2008 à 17 h 49 min

    Je n’en veux à personne d’être anonyme sur ce genre de sujet, pas de panique les filles, il faut vous sentir bien et à l’aise avant tout !

    Bon je vais tout lire et je reviens ;-)

  • #140 angelyne le 30 avril 2008 à 19 h 48 min

    Très émue par ton texte et ton histoire. J’ai eu la gorge nouée en lisant le début de l’histoire puisque j’avais deviné un peu le sujet et je ne suis pas à l’aise avec ça. Je n’ai pas vécu une telle histoire mais cela me met mal à l’aise (toujours une légère crainte je crois que cela m’arrive)
    Je suis ravie que tu puisses te confier ici,que tu as pu en parler à ta famille. Il ne faut pas taire cela et je crois deviner que depuis tu vas mieux, que cela ne t’empêche pas de sourire de vivre ta vie (encore heureux!)
    En tout cas je te souhaite le meilleur pour l’avenir, pleins de joie, de bonheur et de courage si tu as des moments difficiles.
    Sincèrement.
    xxx

  • #141 missbirdy le 30 avril 2008 à 20 h 00 min

    quoi de mieux que l’écriture pour exorciser son mal,
    de tout coeur avec toi pour un avenir tout bleu sans nuage

  • #142 Hélène le 30 avril 2008 à 20 h 06 min

    Deilema (123) tu fais bien de rappeler le fait que l’entourage de l’enfant est le plus souvent en cause (et les parents bien plus souvent qu’on en croit), et que c’est justement pour ça que l’enfant ne se méfie pas.

    Je pense que ça vaiut le coup de mettre les pieds dans le plat, et de leur dire « personne ne doit te toucher là, pas même ton oncle, ou ton père, ou un ami, personne. Et si qqn te défend d’en parler, justement, viens tout de suite me le dire parce que c’est très grave ».

    Parce que c’est là-dessus que jouent les agresseurs : le secret, et la terreur de l’enfant de ne plus être aimé de siens s’il parle.

    brindefemmeheureuse (134) merci à toi, de m’avoir confié ton texte et permis que ce sujet soit débattu, c’est hyper important.

    Sacha (135) sois la bienvenu ;-)

    Anonyme2 (136) je te souhaite de tout coeur de pouvoir parler un jour de tout ça à qqn de confiance, laisser sortir toute cette souffrance pour pouvoir avancer.

    Anonymececoupci (138) ce que tu dis est immensément vrai : le pire de tout, c’est de n’être pas cru, et / ou pas défendu. Bien sûr, c’est le pire de tout. Ne pas exister, être transparent, que les autres soient prêt à vous sacrifier sur l’autel du confort familial, c’est incontestablement le pire de tout, c’est abominable. Et impardonnable..

  • #143 Diripouf le 30 avril 2008 à 20 h 08 min

    Ce témoignage m’a émue aux larmes… Merci brindefemme pour ce récit, et bravo d’avoir réussi à surmonter tout ça, et ton bonheur aujourd’hui est la preuve que ces co***** n’arrivent pas toujours à détruire la vie des autres…

    Je respecte bien évidemment le choix des lectrices habituelles de passer en anonyme sur ce sujet, mais quelque part cela m’attriste : c’est un peu comme si vous en aviez honte, non ? (ou alors c’est autre chose, auquel cas désolée)… Ce n’est jamais de la faute de la « victime »…

  • #144 Anonymececoupci le 30 avril 2008 à 20 h 42 min

    Diripouf, tu n’as pas tort. C’est un peu comme si on en avait honte. Au départ, je n’étais pas anonyme, et puis comme j’avais encore des choses à dire et qu’elles étaient plus personnelles, plus « révélatrices », c’est une sorte de pudeur qui m’a imposé le choix de l’anonymat.
    Et puis je ne veux pas être associée à ça, en quelque sorte; que les mots soient lus pour eux-mêmes, et non associés à telle identité virtuelle, si infime soit-elle.
    Parce que ce que je voulais avant tout, ce n’était pas me plaindre, ou me confier, c’était parler pour attirer l’attention sur certains aspects qui me semblent cruciaux, et l’anonymat était une bonne solution pour gommer ce côté « personnel » et focaliser sur le contenu du propos. (Bon et faut avouer aussi que je suis hyper mal à l’aise avec le sujet et les confidences en général, bien qu’il y ait peu de chances que qui que ce soit me reconnaisse même avec le pseudo habituel ^^)
    Après pour les autres, je ne sais pas…La gêne est inévitable, quand même…

  • #145 Hélène le 30 avril 2008 à 21 h 06 min

    Anonymececoupci je trouve très intéressant, et respectable, ton envie d’attirer l’attention sur certains aspects cruciaux sans « parasiter » le message avec ton identité.

  • #146 Sirelle le 30 avril 2008 à 21 h 51 min

    perso je parle déjà sous un pseudo parce que sinon je ne pourrais jamais m’exprimer, vie sociale et professionnelle obligent, et puis il m’a fallu 23 ans pour réussir à en parler. l’évoquer aujourd’hui sur le blog d’hélène, j’y parviens peut être parce qu’on est entre femmes et que je m’y sens bien. y a pas de jugement, je n’ai pas voulu de l’anonymat parce que ce passé derrière moi ne me gêne pas (ce sont les monstres qui devraient l’être et pas nous!)et surtout j’ai assez vécu à l’intérieur de moi-même pour continuer. ce que j’ai fait aujourd’hui est encore une avancée. très peu de personnes de mon petit entourage sont au courant. Toutefois, je respecte énormément l’anonymat car je comprend qu’on ne veuille pas être assimilée  » à ». j’étais très contente de pouvoir m’exprimer à ce sujet, vraiment. merci.

  • #147 Mlle Crapaud le 30 avril 2008 à 22 h 11 min

    Je trouve l’échange du jour magnifique et très émouvant…

  • #148 Anonymececoupci le 30 avril 2008 à 22 h 16 min

    « parasiter », Hélène, c’est exactement le mot!
    Cet échange m’a fait beaucoup de bien aussi. Gros bisous doux à vous toutes les filles…

  • #149 jelisensilence le 30 avril 2008 à 22 h 58 min

    merci a brin de femme heureuse d’avoir oser parler d’un sujet tabou, combien de femmes (et d’hommes) ont subi en silence ? pour ma part j’étais très jeune et c’était la jeune fille qui me gardait (et oui hélène il y a aussi des femmes) et ma compagne (car oui je suis homo non pas à cause de cette jeune fille) qui a subi elle un oncle et toutes les deux nous ne l’avons jamais révélé a nos familles. J’ai deux enfants (nés d’une union et d’un mariage avec un homme) et j’essaie de les prévenir sans leur faire peur et ce n’ai pas facile dans la société dans laquelle nous vivons !!
    plein de bonheur a brin de femme heureuse et merci

  • #150 Diripouf le 1 mai 2008 à 0 h 29 min

    Je comprends mieux, en effet je n’avais pas pensé à cette idée de « parasiter » une identité (même virtuelle) avec ça. Il est vrai que c’est tellement « énorme » (au sens choquant / traumatisant etc) que lorsqu’on sait que quelqu’un a vécu ça, on a tendance (consciemment ou pas d’ailleurs) à le garder à l’esprit quand on pense à la personne, à la définir par rapport à ça. Et je comprends que ça peut avoir quelque chose de gênant.

    Je suis rassurée de voir que la honte ne rentre pas en ligne de compte :)

  • #151 dola le 1 mai 2008 à 8 h 50 min

    5 ans..l’âge de ma fille. Quel témoignage émouvant qui suscite plein de sentiments : de la peine, de l’angoisse, de la colère mais aussi la satisfcation de savoir que la vie reprend ses droits malgré tout.
    Je me dis : et si il arrivait cela à ma fille est-ce que je pourrais passer à côté, ne rien voir , l’apprendre des années après et savoir que quelqu’un en qui j’avais confiance lui a fait du mal..
    Ma petite puce est souriante, sociable et très charmeuse comme certaines d’entre-vous l’ont peut-être été. Il n’y a qu’un esprit malade pour penser et croire que ces petites princesses cherchent autre-chose que de l’attention et de l’affection . Un enfant ne provoque pas, il construit sa personnalité et c’est l’adulte de lui poser des limites et non de le détruire.

    Je pense à vous…

  • #152 Hélène le 1 mai 2008 à 9 h 32 min

    Sirelle je suis heureuse que ça t’ait fait du bien.

    Mlle Crapaud j’ai moi aussi été très touchée apr tous ces commentaiers, et je me dis que, plus que jamais, la qualité de ce blog, c’est vous qui la faites.

    Anonymececoupci ça me fait chaud au coeur que ça t’ait fait du bien à toi aussi.

    jelisensilence sois la bienvenue, du fond du coeur !

    Diripouf exactement, quand on sait ce genre de chose sur qqn, comment ne pas penser à ce qqn en gardant toujours ça aà l’esprit, comme si l’autre se définissait par ça, ce qui est très dommage.

    dola bien sûr que non les enfants ne recherchent des horreurs pareilles, JAMAIS. Mais certains adultes sont de très grands maldades mentaux.

  • #153 Une anonyme de plus le 1 mai 2008 à 12 h 44 min

    Ton témoignage, brin de femme heureuse, et tous ceux qu’il a déclenché, m’ont replongée dans ma propre enfance. Ca fait toujours bizarre, hein ? La sensation, tout à coup, que c’est encore là, bien présent, et que quoi qu’on fasse, ça le sera toujours.
    Je n’ai pas subi d’abus, mais mon père m’a frappée pendant des années, entre mes 4 et mes 10 ans – entre son divorce d’avec ma mère et la naissance de mon demi-frère, pour qui j’ai eu si peur, pour qui j’ai toujours peur, tout le temps, tout le temps, tout le temps. Chaque week-end ou presque je rentrais chez moi muette. Je n’ai jamais eu la « chance » d’avoir une peau qui marque, les bleus ne restaient pas ou étaient si légers… au fond je crois que ma mère savait mais qu’elle avait peur. Je ne peux pas comprendre, pas encore ; je suis trop jeune sans doute, à 17 ans, ce n’est pas forcément évident de pénétrer suffisamment la psychologie d’un adulte de son entourage pour ça. Ma mère n’a jamais rien fait, jamais rien dit. Et les gens autour non plus, même ceux qui se doutaient de tout cela (quand j’avais cinq ans, des amis de mon père, des gens que par ailleurs j’aime aujourd’hui beaucoup, à qui je n’en ai jamais voulu, m’ont demandé comme on le fait souvent aux petites filles : « et toi, tu veux épouser ton papa ? » ce à quoi j’ai répondu, avec toute ma candeur enfantine : « ah non alors, il tape vraiment trop fort »), personne n’a rien fait. Ma grand-mère maternelle a jeté un pavé dans la marre en écrivant à mon père : je n’ai jamais eu aussi peur de lui que ce jour où je me suis retrouvée en face de lui dans la cuisine pour en parler. Je n’ai rien su dire d’autre que ça « j’ai peur de toi », et puis, des années après « je n’ai plus confiance en toi. Je t’aime bien, hein, mais je n’ai absolument pas confiance en toi. ».
    Puis mon frère est né, mon magnifique petit frère, mon trésor, et du jour au lendemain ça s’est arrêté, comme c’était venu, sans préavis. Et j’ai oublié. Ca n’existait plus. Ce n’était jamais arrivé. J’appelais mon père « papa » et je montais sur ses genoux comme avant.
    Et, alors que j’avais tout juste 14 ans, j’ai rencontré un garçon. Qui avait vécu ça. En pire, en tellement pire… et, peu à peu, les image se sont reformées. J’ai aimé ce garçon-là pasionnément, même si ça peut paraître ridicule à dire du haut de mes pauvres 17 années ; mais je n’ai pas su le sauver de ses propres démons, et je n’ai pas eu le courage de rester malgré la souffrance, je n’ai pas eu la force de le voir se déliter sous mes yeux. Je suis partie.
    Aujourd’hui, j’appelle mon père par son prénom. Et je l’estime en tout, sauf en tant que père. C’est un homme intelligent, brillant, drôle, agréable en société, et il élève bien les deux enfants qu’il a eu par son second mariage (même si j’ai peur pour eux, c’est irraisonné, j’ai tout le temps peur qu’il leur fasse du mal). Et pour moi, il a été un père déplorable. Bon. Je m’en suis tirée. Je vis. Alors parfois d’y repenser j’ai mal, alors quand je lis des témoignages je souffre, alors quand je vois au cinéma une scène de volence familiale mon souffle s’arrête, mais c’est comme ça. Je vis. J’ai su me retrouver, au fond, malgré tout, et me construire. Donc je comprends ce billet, je comprends les témoignages. Il y aurait tellement à dire, chaque cas est unique, chaque victime a son lot de souffrances intimes et ses douleurs personnelles ; mais cela forme un tout qui ne devrait pas exister. On ne devrait jamais avoir à subir ça.
    Et c’est pour ça qui’l faut protéger les enfants. Toujours, tout le temps. Et c’est pour ça que je parle à mon frère aussi souvent que possible. Et c’est pour ça que je peux me disputer avec mon père. Et c’est pour ça que je peux reprocher à ma mère de n’avoir jamais rien fait. Et c’est pour ça qu’il ne faut jamais arrêter de regarder autour de soi.
    Je n’ai pas eu d’enfance. Et alors ? C’aurait pu être pire.

    (tout ce que je viens d’écrire me semble profondément imbécile, mais je crois que pour le coup, ce n’est pas bien grave. Parfois c’est nécessaire d’être imbécile, je suppose. Désolée, cependant… j’ai conscience que ce n’était pas vraiment le sujet.)

  • #154 Anonyme Montréal le 1 mai 2008 à 15 h 25 min

    Je ne pensais pas poster un commentaire et puis, après tout, je me suis dit que si. C’est la première fois que j’écris cette «chose». Comme beaucoup d’autres ici, ça me rappelle des choses…

    J’ai huit ans. Je joue avec mon frère. On a un jeu rigolo. On joue avec des petits animaux en plastique et on enregistre nos conversations sur un magnétophone…

    Je prends une nouvelle cassette, que je pense vierge. Je l’insère dans le lecteur. Et j’entends ma voix.

    J’ai quatre ans, sur cette bande. Et je raconte à mon père, qui me pose tout un tas de questions, ce qui m’est arrivé, un dimanche après-midi, chez le fils d’une amie de ma mère…

    Ce type m’a fait monter dans la salle de bains et s’est masturbé devant moi.

    J’ai huit ans. J’ai tout oublié. Et d’entendre ma voix sur cette bande magnétique me fait tout revenir.

    Il faisait beau et chaud. C’était calme dans la salle de bains. Je savais que j’avais vu quelque chose de moche.

    J’ai huit ans et je «redécouvre» et je revis mon traumatisme.

    J’ai treize ans et le mari de ma tante paternelle choisit de me montrer sa toute petite quéquette.

    J’ai treize ans et ma mère dit : «On ne peut pas en parler à la grand-mère, elle va encore dire que *** (c’est moi) a provoqué le tonton. Comme à quatre ans.»

    Effectivement, j’étais plutôt du genre salope précoce, pour ma grand-mère… À quatre ans, j’avais provoqué un pauvre trentenaire père de famille sans défense… Je portais une petite jupe en cuir courte, façon lederhosen.

    J’ai quatre ans et je suis une salope. Je l’apprends à treize ans.

    Haine, mépris, colère. Merci à ces deux hommes et à ma charmante grand-mère. Je remercie réellement mon mari, qui est compréhensif et adorable.

  • #155 Anonyme2 le 1 mai 2008 à 17 h 25 min

    Anonyme Montréal > Le plus important est que tu ne croies jamais à ce que ta grand mère raconte, je crois (ce qu’elle dit me retourne l’estomac, je ne comprends pas comment on en arrive à penser des choses pareilles).

  • #156 Hélène le 1 mai 2008 à 17 h 56 min

    Une anonyme de plus ton commentaire n’est pas du tout imbécile, ne dis pas des choses pareilles ! Il est profondément touchant, bouleversant, admirable.

    Anonyme Montréal ton commentaire est terrible, il me donne des envies folles de violence envers certains connards à qui on confie des enfants. Excuse-moi de parler comme ça de ta grand mère , je ne devrais jamais me permettre ça, mais ça me rend littéralement folle de rage, de lire ça. Et de douleur pour toi,aussi.

  • #157 manue le 1 mai 2008 à 19 h 53 min

    quel témoignage …

    moi j eme place du coté de l’oreille qui écoute la parole du jeune ..; je suis assistante sociale dans des collèges et j’entend hélas la même histoire que la tienne trop souvent à mon gout … a chaque fois les jeunes filles (pas de garçon en 10 ans de travail ) se sentent tres soulagées de parler et de vider leur sac.elles trouvent une oreille et une épaule pour partager cet énorme secret . nous en tant que professionelle chargée de la protectino de l’enfance on se doit de signaler aux autorités compétentes et surtout d’en parler aux parents … la c’est dur ,elles s’imaginent que les parents ne vont pas les croire et elles ont honte mais honte !!!!!!!!!!!!!!!!! apres un long travail ensemble et une mise ne confiance un rv est possible avec les parents et malgré les larmes ca se passe  » relativement bien  » et elles sont véritablement soulagées et les parents aussi , qui sentent qu’elles ne vont pas bien et ne comprennent pas !!! donc faut parler!!!!!!!!!!!!!!!!!! et savoir écouter …

    bravo pour toi , bravo d’avoir un entourage qui t’a soutenu…
    bisous

  • #158 Anonyme Montreal le 1 mai 2008 à 20 h 18 min

    Merci Anonyme2 et Hélène… La grand-mère a remis ça très souvent… Je pense qu’elle a été abusée elle aussi, mais plutôt que de la rendre compréhensive (un tant soit peu), ça l’a rendue mauvaise comme une teigne… Elle a fini par me prédire que je ferai le trottoir, j’avais 17 ans.

    Il y a maintenant 13 ans que je vis au Québec et je ne l’ai jamais revue… Bon vent.

  • #159 loli le 1 mai 2008 à 21 h 31 min

    manue commentaire 157 on fait le même métier … mon com est le 124.
    moi j’ai rencontré un garçon ayant été abusé par sa maman mais il n’en parle pas, jamais et il a quelque chose dans le regard qui glace bon nombre d’adultes. c’est le seul élève qui a décroché à peine 3 mots dans mon bureau mais qui m’a fixé avec ce regard froid et intense avec je crois une profonde déception en l’adulte. il refuse tout suivi psy, tout dialogue et je me dis souvent qu’il est une vraie bombe à retardement.
    la souffrance c’est tellement complexe …

  • #160 Hélène le 1 mai 2008 à 23 h 41 min

    Ca doit être très rare, non, des enfants abusés par leur mère ? ENfin je ne sais aps hein, je dis peut-être une bêtise, je n’y connais rien, mais on n’entend jamais parler de femmes agresseur sexuels…

    C’est peut-être pour ça que ce graçon dont tu parles est un « cas désespéré », loli, parce que l’abus sexuel de la part de la mère, qui est censément la plus grande protection d’un enfant, est l’abus le plus monstrueux qui soit ?

    Anonyme Montreal j’espère bien que tu n’auras plus jamais de contact avec cette vieille sorcière, quelle horreur, j’en suis encore révoltée !

    manue c’est intéressant ce que tu dis sur l’importance du rôle de l’assistance sociale, qui met l’enfant en confiance pour qu’il puisse parler à ses parents : sans elle il ne le ferait peut-être jamais.

  • #161 Elea le 1 mai 2008 à 23 h 52 min

    Ton texte est fort, il marque profondément les esprits, j’ai du le relire par deux fois, puis parcourir attentivement les commentaires qui ont suivi, avant de me lancer dans une réponse qui, j’espère, ne paraîtra pas trop empruntée. C’est un sujet tellement délicat que je ne sais pas trop comment présenter les choses, en fait : tes mots sont simples, mais ils sont évocateurs, de la souffrance passée, de l’incompréhension enfantine, mais surtout de cette intense joie de vivre qui transparaît, au-delà de l’horreur des phrases et de l’histoire ; tu t’en es admirablement bien sortie, en témoigne ce texte qui exorcise les démons sans haine, juste avec sensibilité et réalisme.
    Je suis moi aussi effrayée par tous les témoignages annexes des blogueurs, ou des anonymes ; je ne pensais pas que cette situation était si fréquente, j’ai presque envie de dire « si quotidienne »…J’aurais tellement préféré croire qu’elle ne concerne qu’une minorité, mais les récits fusent, s’entrechoquent, à mots couverts, en demi teinte, en toute franchise.
    Il est arrivé la même chose à une amie d’enfance : elle était très jeune, 8 ans, un caractère frondeur, une petite bouille toujours prête à rire et un courage inébranlable. Et puis un jour, elle a délaissé cordes à sauter et élastiques, Polly Pockets et marelles, pour se réfugier dans un coin de la cour, anonyme, déjà un peu oubliée dans l’ombre du mur contre lequel elle s’est adossée…Après des promesses solennelles, elle a consenti à me dire, tout bas, ce qui s’était passé quelques jours auparavant ; c’est difficile, pour un enfant, de mettre les bons mots en ordre sur les bonnes images, de concrétiser une situation qui lui échappe, mais comme tu le dis si justement, il a conscience, de cette conscience vraiment solide, que c’est « quelque chose de mal, quelque chose de mal sur son corps ».
    Elle n’osait pas en parler, ni à ses parents qui étaient amis avec la personne en question, ni à la maîtresse, qu’elle voyait comme une sorte de marâtre adulte vaguement dangereuse, et moi ça me tracassait, ça me faisait mal, ce secret à porter, ces larmes qu’elle avait versées et ce voile qui se déchirait, entre l’enfance légère et les soucis des « grands » ; alors je me suis confiée à ma mère…Ma mère qui m’avait toujours mise en garde contre les « messieurs qui veulent te donner des bonbons dans la rue » ou « qui te demande si tu sais où sont passés leurs petits chiens », ma mère salvatrice, ses bras chauds et l’assurance que l’on peut tout lui dire.
    Et les « Grands » sont tombés de haut, et le type a été arrêté (il s’est ensuite avérée que mon amie n’était pas, et de loin, sa première victime). Et il a fallu des années à mon amie pour se reconstruire, des années de révolte, des années de torture, des années pour reprendre confiance, retrouver ses éclats de rire et son courage ébranlé.
    Mais elle y est arrivée, et aujourd’hui, comme toi, c’est une jeune femme épanouie, qui respire et sourit, espère et doute, comme tout un chacun. Même s’il y a des cicatrices, il y a enfin de la peau en dessous.

  • #162 anonyme montreal le 2 mai 2008 à 0 h 50 min

    Hélène, elle va certainement fêter ses cent ans cette année… J’ai demandé à mon père, son fils, de ne plus m’envoyer de nouvelles la concernant. Elle est toujours odieuse, despotique, pourrie.

    Je n’ai pas voulu aller la voir avant de venir au Québec et, quand je vais en France, je refuse systématiquement d’aller la voir… Ça me sauterait à la figure… et au coeur…

    Je vous remercie toutes pour vos commentaires, ça m’a fait du bien… même si tout ça est loin, dans le passé.

    Je posterai à découvert, une prochaine fois :)

  • #163 Hélène le 2 mai 2008 à 13 h 24 min

    Je suis contente que tout ça t’ait fait un peu de bien anonyme montreal, et tu es toujours la bienvenue ;-)

  • #164 nouche le 2 mai 2008 à 15 h 09 min

    Surtout quand on est témoin, ou que on soupçonne de la maltraitance sur des enfants, ne pas hésiter à le signaler au tél: 119, 24H/24, des écoutants sont présents et efficaces pour contacter ou une assistante sociale, ou comisseriat, ou juge………..
    c’était juste pour info

  • #165 perplexe le 2 mai 2008 à 20 h 42 min

    Fascinants témoignages, merci à tous et toutes pour votre sincérité. Oui, 1 sur 3, c’est bien ce qu’en a dit ma psy aussi. Et ça ne date pas d’hier : des secrets de famille enfouis depuis 50 ou 100 ans continuent d’affecter les générations suivantes. Je n’ai pas subi d’abus, mais j’ai porté toute ma vie la douleur cachée de ma mère, sans comprendre ce qui me bloquait, puisque rien de fâcheux ne m’était arrivé, à moi…

    Une question : dire à nos enfants que personne n’a le droit de les toucher, c’est bien, c’est nécessaire, mais est-ce que ça ne risque pas de leur créer un tabou dans l’autre sens, le jour où leur désir s’éveillera, et le sexe leur fera peur ? Comment positiver ?

  • #166 Hélène le 3 mai 2008 à 12 h 19 min

    perplexe bienvenue à toi.
    Je ne crois pas qu’on pouisse fabriquer de futurs traumatisés en disant aux enfants que personne ne doit les toucher, ça n’a rien à voir, ils savent qu’ils sont trop petits pour la sexualité, et a fortiori la sexualité avec un adulte (après s’ils ont envie de jouer au docteurs entre eux, c’est tout à fait autre chose et ça les regarde).

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.