14 août 2012

Cette étudiante a filmé en caméra cachée ce qui se passait quand elle marchait dans les rues de son quartier, à Bruxelles. Ca m’a évidemment fait penser ce que beaucoup d’entre nous subissent régulièrement, et rappelé le billet d’Alix sur le sujet.

http://www.youtube.com/watch?v=iVmtwWZnyYo&feature=player_embedded

Edit : vu que ça tourne légèrement au vinaigre, je vous copie des citations de Sofie Peeters très intéressantes, et qui remettent à leur place ceux qui vont souvent trop vite en besogne en taxant de racisme ceux qui notent l’origine des insulteurs :

« Pointait-elle du doigt que le sexisme était une question d’origine ? À ce propos, elle a déclaré :

« Oui, c’était une l’une de mes grandes craintes : comment traiter de cette thématique sans tourner un film raciste. Car c’est une réalité : quand on se promène à Bruxelles, 9 fois sur 10, ces insultes sont proférées par un allochtone [un étranger].«

Ajoutant cependant pour prouver que son but n’était pas de stigmatiser une partie de la population belge :

« [...] personne ne m’a jamais taxée de raciste. Car mon constat porte plus sur la condition sociale des individus que sur leur origine ethnique: s’il y a une forte proportion d’étrangers parmi les garçons qui me font des remarques, c’est parce qu’il y a aussi une forte proportion d’étrangers parmi les populations fragilisées. » »

Recherches utilisées :

  • femme de la rue sofie peeters documentaire complet
  • femme de la rue sofie peeters film entier

Vous aimerez aussi :


Commentaires

136 Réponses sur Femme de la rue, par Sofie Peeters
  1. #1 celine le 14 août 2012 à 8 h 54 min

    bonjour,
    il me semble que suite à la diffusion de ce reportage, le « harcèlement de rue » ou « urbain » (je sais plus comment ça a été qualifié) le législateur a décidé de condamner à une amende de 170 e toute insulte misogyne, offensante ou insultante. C est déjà pas mal, mais il faut que les copains du type témoignent ou qu’un policier soit là juste pile poil.
    Ce comportement me fout dans une colère noire.

  2. #2 Fanny le 14 août 2012 à 8 h 55 min

    J’en ai aussi entendu parler de ce court métrage, et je subis les remarques comme Alix à Paris. Voilà pourquoi je ne mets plus beaucoup de jupes et de robes, mon uniforme est maintenant le jean mais il faut avouer que ça ne les calme pas pour autant … donc comme beaucoup je baisse les yeux et je me tais. Et j’en ai tellement marre !

  3. #3 Amélie le 14 août 2012 à 8 h 55 min

    C’est vrai, à Paris c’est pareil et c’est angoissant et fatiguant à la longue.!!!

    Une amie qui habite la nouvelle calédonie trouvait les parisiens sympas car l’abordaient… et ne comprenaient pas pourquoi nous on ne le faisait pas et pourquoi on « traçait » dans la rue…
    Maintenant elle a l’explication !!!!!!!!!!!!!

    C’est quand même dingue à notre époque de ne pas pouvoir s’habiller comme on veut, se maquiller ou coiffer selon son envie car on sait que l’on va se faire siffler, accoster… Vive les States pour ça!!! là-bas au moins, on fait ce que l’on veut et on nous laisse en paix !!!!!!!!!!!

    petit cris de soulagement de bon matin, ça fait du bien!!!
    merci beaucoup Hélène!!!!
    bonne journée

  4. #4 Mandàrine le 14 août 2012 à 9 h 04 min

    J’ai vécu à Bruxelles durant mon cursus universitaire et en effet.. faire les magasins, prendre le bus, se promener, aller courir; tout ca c’était en s’enlaidissant le plus possible. Jamais de maquillage, cheveux tirés en arrière, jupe bannie, baskets, pull large. Parce que entre se faire traiter de tous les noms, rabaisser parce qu’on est une femme, se faire suivre par des groupes de jeunes qui essaient de t’agripper, te crache dessus parce que tu oses t’habiller en « fille », c’était juste insuportable…..

    « Mademoiselle, Mademoiselle, t’es bonne Mademoiselle !  »
    - ne pas répondre, p-e sourire, mais continuer à marcher -
     » Qu’est ce que t’as sale pute ! Vieux me s***r  »

    C’est devenu commun, la violence verbale est banalisée , est normalisée.
    Dans un monde où on prone l’égalité des sexes, certains hommes ne peuvent pas admettre qu’une fille puisse être belle pour elle-même et le montrer.

    J’aime la Belgique, j’aime Bruxelles, mais si vous y allez, grimez vous ;)

  5. #5 Hélène le 14 août 2012 à 9 h 08 min

    Mandàrine: ça n’est pas spécifique à Bruxelles, hélas, c’est comme ça dans beaucoup de grandes villes (Paris particulièrement odieuse dans certains quartiers).

  6. #6 tatite le 14 août 2012 à 9 h 31 min

    Le problème c’est que ça vient toujours des memes, des mecs qui n’ont aucun respect pour les femmes car ça n’est pas dans leur éducation, ils n’ont pas trainé en bande mixte comme nous plus jeunes, ne savent pas ce que c’est d’avoir des amies filles, et se contentent de draguer vulgairement dans la rue, ou d’agresser quand ils sont vraiment pas bien dans leur tête. Marre de ces bandes qui font la loi et vous mettent mal à l’aise quand vous etes en jupe !! Après 2 ans en Chine, de liberté vestimentaire totale, j’ai honte de revenir ici et d’etre genee quand je mets une jupe au genou ou que je porte du rouge à levres rouge.

  7. #7 Elizabeth G. le 14 août 2012 à 9 h 42 min

    A Paris cela m’est arrivé qu’une… non deux fois… La première j’ai dit au gars mais oui, suis moi… on va chez moi pour atterrir devant le commissariat d’Issy les Moulineaux. Ceci dit, il avait déjà pris la poudre d’escampette avant. Depuis, quand j’avais l’occasion de croiser le gugusse j’avais droit à un bonjour Madame dans les bons jours, et des changements de trottoir autrement.

    Pour la seconde fois, là c’est le Monsieur qui a pris peur, je crois qu’il ne s’attendait pas à ce qui s’est produit… J’étais, ce jour là, ah hum comment dire… Bref ! Je suis rentrée dans le jeu (j’y ai même mis les mains Ô_o ah hum je sais ça fait pas très féminin mais bon) C’était la première fois que j’ai vu sur un visage passer toutes les couleurs de l’arc en ciel. Certains crétins sont violents, méchants et d’une extrême stupidité, mais la plupart du temps, ce sont des grandes gueules (désolée mais ce sont les meilleurs mots qui me viennent). Me concernant il existe des termes scientifiques qui font que, en fait, dans ce genre d’occasions c’est moi qui fait peur aux hommes lol Bref ! Il suffit que l’on reste droite dans nos escarpins (ou autre) et que l’on avance… Et comme dirait Brassens : « quand on est con… »

    Ceci dit, à long terme c’est vrai que l’on en peut plus et que déménager de quartier ne changera pas grand chose. Un truc qui marchait pas mal aux puces de St Ouen, un anneau tout bête associé à une bague avec un solitaire, on me laissait tranquille… Après c’est vrai que ma période New Rock devait aider aussi Ô_o je n’en sais rien. Vous aime mes soeurs et ne vous laissez pas faire, on se bât assez fort pour avoir nos droits alors se laisser démotiver par des imbéciles qui n’ont rien dans le pantalon. Pas question !

  8. #8 Volte le 14 août 2012 à 9 h 46 min

    « super » ce reportage danse sens où il fait prendre conscience à ceux qui ne sont pas concernés. Mon copain m a demandé si cela m arrivait, je lui ai répondu que oui et il a paru surpris même si je lui en avais déjà parlé..

  9. #9 beaute.addict.anonyme le 14 août 2012 à 9 h 52 min

    J’avais déjà vu ce reportage, je trouve l’action de cette étudiante très intelligente: il est temps que les gens réalisent ce qu’il peut vraiment se passer sans prendre les filles pour des paranos / jamais contente. Le comportement de certains est tout bonnement scandaleux. Merci de divulguer cette vidéo qui gagne à être connue!

  10. #10 Aurélie le 14 août 2012 à 9 h 55 min

    Merci d’avoir posté la vidéo Hélène, j’avais pas pris le temps de la chercher sur internet! C’est malheureusement banal ce que l’on voit dedans.
    Et je tiens à dire que dans les villes de province c’est la même chose, cela dépend du quartier et on retrouve même ce comportement dans certains centres commerciaux!
    Il y a même un arrêt de bus qui est en plein centre ville de là où je vis devant lequel je ne passe plus, je me mets sur l’autre trottoir après avoir eu quelques réflexions, comme ça je peux m’habiller comme je le souhaite pour aller en ville (rien d’extravagant). Je passe devant cet arrêt de bus uniquement lorsque je suis accompagnée par mon petit ami.

  11. #11 M-Mango le 14 août 2012 à 10 h 00 min

    Effectivement ce n’est pas spécifique à Bruxelles..
    Dans ma banlieue étant gamine et ado; on choisissaient soigneusement ses vêtements..
    Pas pour se faire belle. Non. Pour paraître la moins visible possible. Je ne généralise pas les banlieues loin de là! Car partout où l’on va, il y a toujours un regard déplacé, un sifflement, une réflexion misogyne..
    Et les vêtement n’y sont souvent pour rien.. J’aime me mettre en robe et en short mais je me sens plus à l’aise dans un jean. Et on me fait autant chier en jean qu’en short.
    Soit on trace notre chemin et on se sent honteuse et gênée ( WTF ? ).
    Soit on réponds plus ou moins poliment et on se fait doublement insulter comme si l’on étais une moins que rien, une minable. Et le pire dans cette situation c’est que dans la rue ces hommes sont tellement frustrés qu’ils arrivent en forçant la voix et en insistant sur leurs propos à te faire sentir comme tel. Et en général la populasse te dévisage comme si la personne à l’autre bout du trottoir t’avait simplement gratifié d’un « jolie mademoiselle » et que toi tu a joué la fille hautaine à lui répondre comme une merde.
    C’est con de refouler sa féminité pour des connards pareils. Et puis malheureusement il n’y a pas que la rue.. Je déteste me faire accoster en ville mais encore moins dans les transports en communs où l’on ne peux échapper à ce genre de situations.
    Vive notre époque..

  12. #12 sonia le 14 août 2012 à 10 h 02 min

    Bonjour,
    J’habite dans le sud ouest de la France et ce n’est pas vraiment comme ça, du moins pas vers chez moi. Il y a pas mal d’années (23 ans j’avais 15 ans ) je suis venue en vacance à Paris avec une copine car son père travaillait dans le 16éme. Pendant une promenade nous avons croisé un mec qui m’a sourit et j’en ai fait de même (je viens de la campagne ou un sourire ne veut pas dire « viens on va conclure », il a fallu qu’on s’échappe car il nous coursait j’étais sidérée !!! Je me suis faite engueuler par ma copine qui m’a expliqué qu’il ne fallait pas sourire aux inconnus :) !!!! un autre jour on est passé devant un groupe de mec et un m’a touché mes mollets et m’a dit qu’ils étaient beau, j’ai rien pu dire j’en revenais pas !!! je suis revenue plusieurs fois à Paris et je n’ai jamais refait l’erreur de regarder dans les yeux quelqu’un. c’est quoi cette éducation ??? Une femme n’est pas un objet !!!! on n’est pas dans les pays ou la femme n’a aucune valeur ON EST DANS UN PAYS LIBRE !!!!! enfin c’est un sujet qui m’énerve au plus haut point je travaille dans un milieu masculin et il est hors de question qu’on me traite de la sorte : j’y travaille « moi et ma grande gueule » !!! :) je remets les choses à leur place quand il faut ! merci Hélène bonne journée

  13. #13 Miss Nahn le 14 août 2012 à 10 h 20 min

    Ah ce sujet sans fin et qui me mets systématiquement hors de moi.
    A tel point que ma meilleure moitié me déconseille de regarder cette fameuse vidéo sous peine de me voir m’inscrire dans la seconde suivante à un cours de self-défence pour pouvoir casser les genoux et le nez à tous ces malotrus (je force à peine le trait, je rêve d’une batte de base-ball à chaque fois que j’entends un claquement de langue façon clébard ou une réflexion sexiste tant cela m’insupporte).

    C’est très bien que le législateur se penche sur la question, mais cela ne résoudra pas le problème de fond qui est l’éducation. Tant que les parents ne changeront pas leur manière d’éduquer leurs enfants et tant que la société ne prendra pas le relais (à l’école, dans les clubs de sport, dans les entreprises, etc), cela n’évoluera pas.
    Mais il faut garder espoir, ce sera très long, mais tous les hommes seront un jours civilisés dans leurs relations avec les femmes. (Je range ma batte virtuelle, rose à paillettes ;-))

  14. #14 Elizabeth G. le 14 août 2012 à 10 h 26 min

    Miss Nahn: Batte virtuelle rose à paillettes ??? Rhoooo !!! Toi aussi tu la joue Lisbeth Salander à grand coup de Dildo ??? Hi hi !!!

  15. #15 Thalie le 14 août 2012 à 10 h 31 min

    Habitant depuis toujours à Paris, je ne fais presque plus attention à ces agressions quotidiennes. Je vois bien que les jours de robe, les jours de charbonneux, les regards sont plus insistants. D’ailleurs c’est drôle en écrivant cette phrase, je distingue charbonneux et robe, comme s’il me paraissait impossible de porter les deux en même temps, parce qu’il faudrait pas pousser la provocation trop loin hein.

    Cela dit la misogynie est partout, même dans des endroits qu’on estime sûrs, avec des personnes que l’on connaît. Mes amies et moi collectons les témoignages infects vécus au bureau. Ca va d’une femme qui dit d’une autre « comment elle est invitée là-bas elle ? Elle a dû coucher ! » (oui cette pauvre fille brillante avec un super poste, elle met tout le temps des jupes, elle se maquille, elle couche, c’est logique !).
    Et les chefs masculins, bien entendu, qui se permettent toute sorte de délicatesse. Dernièrement, j’ai eu « ah oui la lycéenne cousine de machin, elle voulait 4 semaines de stage, mais elle est pas très jolie alors je lui ai donné que 3 semaines » ; on parle d’une bachelière, ça me débecte encore plus. Ou encore, alors que j’étais dans le bureau, deux types qui parlent d’une interlocutrice que je connais bien « à ton avis, pour la sauter, je fais comment ? ». Ca, c’est le plus choquant (à mes yeux) et ça reste rare, mais régulièrement, j’ai tjs droit à des questions mi-blagues mi-sérieuses « ah mais toi tu dois savoir si ça existe vraiment les filles qui enchaînent les conquêtes d’un soir… hein n’est-ce pas que tu le sais très bien ? » – tout ça parce que je ne parle jamais de ma vie privée, manifestement ça alimente les fantasmes. Le pompon me concernant, ce fut quand même « ah je me souviens très bien du jour où tu m’as demandé de te prendre en stage, tu portais ta petite jupe en cuir rouge », le tout devant des interlocuteurs avec qui on allait travailler pendant les mois à venir, et qui ne me connaissaient pas (et qui heureusement savent que je ne suis pas celle qu’il insinuait). Je ne me suis pas laissée faire, bien entendu. Mais ça veut dire quoi ? J’ai une fois porté ma jupe en cuir rouge (que j’aime trop trop et qui n’est pas petite) au bureau, et non pas en cours quand LUI m’a proposé un stage sans que je ne demande rien. Et ça le hante tellement qu’il m’en colle une étiquette à ressortir dès que l’occasion d’une bonne blague (ah ah ah ah ah) se présente ? Résultat je ne la mets plus en semaine cette jupe…

  16. #16 sandrine le 14 août 2012 à 10 h 31 min

    je ne découvre pas ce genre de… comment dire…. « phénomène » et je le comprends parfaitement… ça fait froid dans le dos… J’habite dans un quartier sensible, on me fou la paix depuis que j’ai des enfants et que je porte une alliance…. Mais ça arrive encore parfois quand je suis seule (pas plus tard que samedi dernier, un mec a appelé son pote en me dévisageant et en faisant un geste obscène…)… je pensai qu’à 36 ans, ça passerait… c’est moins, mais ça arrive encore et pas question de se rebeller ici !!

  17. #17 lolote le 14 août 2012 à 10 h 42 min

    Mon dieu j’avais déjà vu ce film mais le fait de le revoir me révolte encore plus . La réaction des hommes quand elle demande comment faire pour se faire respecter et qu’ils lui répondent tu as qu’à te taire !!! Je suis choquée , où est la liberté des femmes ? Nous sommes au XXI e siècle tout de même , merde quoi ! Ils font que l’on se soutiennent mutuellement , et j’enseignerai ça à mes enfants , si j’ai des filles je leur dirai qu’il ne faut pas se laisser faire et aux garçons qu’il faut respecter la femme. Depuis adolescente je suis féministe et compte bien le rester !!

  18. #18 Belldandy le 14 août 2012 à 10 h 45 min

    Et dire que j’étais de bonne humeur ce matin… :)
    Je me souviens très bien du billet d’Alix, il y avait eu tout un tas de témoignages similaires et de débats très intéressants, on retrouve (malheureusement) bien le même constat dans ce reportage très bien fait, ça me déprime complètement (enfin, comme je ne suis qu’un ventre, je vais me taper une tartine au miel et ça ira mieux hein :))
    Je relève surtout le témoignage du jeune homme qui dit que plus quelque chose est tabou, plus on la cache, plus cela génère des comportements pleins de frustration et d’agressivité, c’est ce que je crois aussi, sans éducation au respect de l’autre (qui passe par la connaissance de l’autre), point de salut ! (que font les mères (zet les pères) bordel, ça devrait déjà avoir changé non ?)
    Et bien sûr j’ai été clouée sur place en entendant cette magnifique sentence : « c’est toi qui est comme ça, l’homme il ne t’a rien fait », ça résume bien tout je trouve, c’est toi la femme qu’est sale et qui provoque ça chez l’homme…
    Uuuuuuh j’en ai les p’tits poings tout serrés (merde, ça va me foutre en l’air ma manucure c’t'affaire ! :))

  19. #19 Hélène le 14 août 2012 à 10 h 47 min

    Belldandy: moi aussi ça me déprime complètement.

  20. #20 Chanelle le 14 août 2012 à 10 h 51 min

    Vivre ça quotidiennement est simplement une horreur, une offense faite aux femmes.

    Quelqu’un sait-il s’il est possible de le voir en Français ?

    Merci de diffuser ce documentaire Hélène !

  21. #21 Belldandy le 14 août 2012 à 10 h 52 min

    Hélène: Ben nous v’là bien ! :))

  22. #22 Hélène le 14 août 2012 à 11 h 00 min

    Chanelle: j’ai beaucoup cherché mais je ne l’ai pas trouvé sous titré en français, hélas.

    Belldandy: ;-)))

  23. #23 Milie le 14 août 2012 à 11 h 03 min

    Bonjour à toutes,

    Je sais que je vais faire office d’OVNI dans cette conversation mais j’habite à Molenbeek (un quartier de Bruxelles réputé « difficile ») depuis plus de 4 ans. Je n’ai jamais (mais JAMAIS) subi aucune remarque négative ou dégradante en 4 ans.
    Les seules rares fois où je me suis fait accostée dans mon quartier, c’était pour le dire que j’étais charmante ou que j’avais de beaux yeux (mais je peux compter ses remarques sur les doigts de mes deux mains) et franchement, même si c’est parfois un peu inapproprié comme remarque, on ne peut pas parler d’agression verbale !

    Les autres fois où on m’a accostée, c’était quand je déchargeais des objets lourds de mon coffre de voiture ou que j’avais trop de sacs de courses dans les mains et qu’on me proposait de l’aide.

    Je n’explique pas cette « chance » que j’ai d’être préservée par les remarques désobligeantes mais il me semble que mon témoignage peut nuancer un peu la discussion.

    Je tiens à signaler que j’adore les jupes (parfois très courtes) et que (grâce à Hélène) j’adore me maquiller! Loin de moi l’idée de m’enlaidir pour ne ps me faire ennuyer…

    Je ne veux pas me faire l’avocat du diable et je compatis à 100% avec les filles qui subissent ses agressions dégradantes et injustes. Je tenais juste à signaler qu’elle n’était pas systématiques…

    Bonne journée à toutes…

  24. #24 Elizabeth G. le 14 août 2012 à 11 h 04 min

    Ok, bon ben si j’ai envie de me la jouer smocky dans peu de temps, va falloir que je repense à sortir mes new rock, mon collier à spike Ô_o par contre, je me refais pas mes piercings… et que je retrouve mes bagues articulées Ô_o

    Entre les frustrés et les autres vraiment débile, une question que je me pose… Comment s’est passé leur enfance dans leurs familles ? Je n’ose imaginer la maltraitance conjugale vis-à-vis de leur mère et/ou soeur(s) ??? Pour manquer autant de respect… :-S

  25. #25 Miss Nahn le 14 août 2012 à 11 h 09 min

    Elizabeth G.: LOL!! C’est ainsi que mon p’tit mari m’appelle quand il me voit me mettre en pétard: « Ca y est, Lisbeth est sortie » :-)

  26. #26 Chanelle le 14 août 2012 à 11 h 12 min

    Hélène: Oui j’ai cherché aussi mais rien… C’est pas grave :). Merci Hélène

  27. #27 Clémence le 14 août 2012 à 11 h 25 min

    Malheureusement je pense que la culture, l’éducation, et bien souvent la religion de certains les rendent quand même profondément misogynes et qu’on les laissent répandre leur haine et leurs insultes à notre encontre sans réagir parce que c’est tabou.

  28. #28 Hélène le 14 août 2012 à 11 h 35 min

    Milie: ça ne nuance pas, tu es juste l’exception qui confirme la règle (et pour m’être souvent baladée avec toi dans ton quartier, je sais que même s’ils ne t’insultent pas, ces types te regardent d’une façon que personnellement je ne supporterais pas).

    Miss Nahn: Elizabeth G.: moi aussi j’ai une immense admiration pour le personnage de Lisbeth Salander.

  29. #29 celine le 14 août 2012 à 11 h 43 min

    Clémence:
    alors attention : la religion en elle même ne prône pas l irrespect , la misogynie ni la violence quelle qu’elle soit. Il faut bien faire la différence entre les textes fondateurs et l’interprétation qui en est faite. Je suis athée, mais je sais que les dogmes de bases sont souvent pacifistes et égalitaires. Et, je ne pense pas que le manque de réaction soit dû au tabou mais à la trouille de s’en prendre une (en ce qui concerne notre sujet, nous sommes d’accord).

  30. #30 Maud le 14 août 2012 à 11 h 43 min

    http://www.rtbf.be/info/regions/detail_salope-pute-petasse-c-est-dur-d-etre-une-femme-en-rue-a-bruxelles?id=7810997 (j’espère que le lien marchera en France)
    Ce n’est pas son documentaire complet, juste quelques extraits, mais où les gens s’expriment en français… Tout aussi édifiant ;) Cependant, comme Milie, j’habite en Belgique et sors régulièrement à Bruxelles, et jamais je ne me suis fait aborder de la sorte… Et je n’ai pas peur non plus de porter ce que je veux. Mais je suis choquée de voir ça, parce que je n’en avais malheureusement pas conscience du tout.

  31. #31 Cyrielle le 14 août 2012 à 11 h 45 min

    Personnellement, prenant le train pour Paris tous les jours, il m’arrive souvent que des hommes m’accostent dans les transports pour me faire savoir que je suis « charmante ». Au début, c’est flatteur, je l’avoue. Se dire que vous ne laissez pas totalement indifférents les hommes qui vous entourent. Mais à force, c’est vrai que j’en ai marre. J’en ai marre parce qu’après voir dit merci et être partie, je me retourne brièvement et je remarque que cette même personne dit la même phrase à une autre femme. Autrement dit, ce que je prenais pour un simple compliment physique et un minimum d’intérêt n’est en fait qu’un unique moyen pour arriver à des fins que nous imaginons toutes.
    Je ne prends pas ça pour une agression verbale, loin de là. Mais je trouve ça dégradant qu’on soit toutes rabaissées à un tel niveau. « Dis lui un compliment et il y aura peut-être possibilité que tu la mettes dans ton lit ». Comme si nous attendions que ça.. Par cliché, on dit que les femmes vivent dans des contes de fées et les romans d’amour, mais nous pouvons dire que les hommes vivent dans les films pornographiques.
    Les mentalités doivent évoluer mais on peut toujours attendre…

  32. #32 Camette le 14 août 2012 à 11 h 50 min

    Mon commentaire va également aller dans le sens de celui de Milie.

    Je n’habite pas Bruxelles mais la (très) proche banlieue parisienne, et pas côté 92 mais plutôt 94 (et pas Vincennes/Saint-Mandé !). Et je dois dire que (sans bien sûr remettre en doute vos témoignages), je ne reconnais pas là mon quotidien.
    Je prends le métro, le bus, je me déplace aussi beaucoup à pied, parfois tard. Je porte souvent des jupes (parfois très courtes), j’ai quelques « atouts » qui se remarquent, et pourtant les seules remarques que je subis sont des « charmante mademoiselle » ou « jolie ! » qui, même si elles ne me flattent pas vraiment, ne font pas que je me sente agressée.

    Je ne sais pas comment l’expliquer mais je voulais juste nuancer un peu les témoignages. Notamment parce que, sur certains blogs, pas ici pour le moment, les débats suite à ce film ont un peu tourné à la chasse à l’homme et que tout le monde n’est pas à mettre dans le même panier.

    Il serait sans doute intéressant de comprendre pourquoi je me fais moins embêter que d’autres mais je ne vois pas trop d’explication. Il parait que je ne suis pas très souriante dans la rue, mais je ne pense pas que ça suffise à arrêter les malotrus. Est-ce qu’il n’y aurait pas également une histoire de confiance ? Je ne suis pas vraiment sûre de moi dans la vie mais je n’ai pas spécialement peur de me balader dans la rue. Peut-être que les personnes mal intentionnées voient-elles moins facilement en moi une victime potentielle ?

  33. #33 Hélène le 14 août 2012 à 11 h 54 min

    Camette: ce que tu dis est très dangereux et casse-gueule, parce que ça sous-entend que la victime est « responsable » de ce qui lui arrive (pas peur, pas souriante, etc…).
    (et en plus ça ne tient pas, à mon avis : je n’ai pas peur et je ne suis pas souriante, je suis loin de ressembler à un top model, je me fais emmerder quand même).
    Il n’y a pas d’explication au fait qu’on se fait emmerder ou pas, en dehors du fait qu’on a la chance de croiser moins de connards que les autres filles. C’est une pure question de hasard, à mon avis.

  34. #34 Clémence le 14 août 2012 à 12 h 00 min

    Céline : Je suis bien d’accord, je suis athée aussi et ne veux pas faire d’amalgame mais bien souvent ces hommes appliquent leur propre interprétation des textes, surtout en ce qui concerne la place de la femme (j’ai lu sur d’autres sites des réactions à cette vidéo où certains disent que si les femmes marchait en baissant la tête comme dans les pays musulmans, elles ne se feraient pas agresser… !!!)

    Ne soyons pas trop tolérants envers les intolérants!

  35. #35 Camette le 14 août 2012 à 12 h 08 min

    Hélène: Je ne sous-entend rien du tout. Je cherche simplement des pistes, je ne suis pas la seule (au moins 3 témoignages ci-dessus) et je ne peux pas croire que ça tienne simplement au hasard quand certaines ne subissent rien du tout pendant plusieurs années alors que d’autres en sont victimes (et j’ai bien dit victimes) fréquemment.
    Pour en revenir à ma remarque, ce n’est pas sous-entendre que les filles sont responsables des agressions subies que d’affirmer que les agresseurs s’attaquent moins volontiers aux personnes qui semblent moins fragiles. Et ce n’est pas valable que pour les femmes d’ailleurs ! Les agresseurs sont souvent plutôt lâches en général.

    Je ne voulais pas créer de polémique mais je pense qu’il faut aussi montrer que cette situation n’est pas une généralité. Et qu’une fille qui doit « monter étudier à la capitale » et qui lirait ces commentaires par exemple doit savoir qu’elle n’a pas nécessairement à craindre des agressions.
    Ça n’enlève bien entendu rien au côté révoltant de cette situation subie par beaucoup de femmes visiblement. Mais ça vaut aussi le coup de savoir que ce n’est pas une fatalité.

  36. #36 celine le 14 août 2012 à 12 h 17 min

    Clémence:
    tout à fait, il y a des pays et des cultures chez lesquels le traitement des femmes est une abomination et aucune femme ni aucun homme d ailleurs devrait avoir à baisser la tête, et ces commentaires sont affligeants. Je ne les tolères pas non plus et serais aussi adepte de la batte de base-ball citée plus haut. Le débat culture vs religion n’a pas sa place ici ;-).

  37. #37 Elena le 14 août 2012 à 12 h 22 min

    Ah ces remarques désobligeantes! Parfois je pense si ça s arrêtait la ce serait pas mal… Je m explique je vis à Paris, les mains au cul, les pervers qui se masturbent dans le métro en vous regardant (oui oui), les mecs qui vous glissent 5 euros dans votre portefeuille alors que vous êtes à un distributeur pour la raison je cite « vous êtes trop belle » et quand j ai eu le malheur d habiter en rez de chaussée coté rue j ai eu le droit à un voyeur qui me glissait des billets de banque avec des petits dessins dessus pour me faire savoir qu il violait mon intimité à travers les petits trous de mes persiennes, 2 mois durant soit un pactol de 45 euros et ma gardienne de l époque ne comprenait pas ma peur j avais un admirateur qui en plus me donnait de l argent de quoi pouvais je me plaindre??? J au fini par me demander si je n étais pas le sosi d une actrice porno, je ne suis pas provocante, féminine mais loin d être vulgaire un look simple. C est de l harcèlement, les femmes sont des morceaux de viande et si on du charme on doit subir et remercier l intérêt que l on suscite, toutes ces mésaventures (je n ai cité que les pires) m ont rendues agressive et désagréable ….

  38. #38 Elena le 14 août 2012 à 12 h 30 min

    Et pour réagir aux commentaires précédents, je n ai pas peur dans la rue ne suis pas non plus souriante ça n empêche pas malheureusement les idiots de mal agir, heureusement que ce n est pas quotidien mais ça arrive trop fréquemment

  39. #39 Marina le 14 août 2012 à 13 h 03 min

    Je pense vraiment que le fait de se faire « embêter » dans la rue est complétement dû au hasard. Je n’ai absolument pas peur de me balader dans la rue et je ne suis pas du genre aimable non plus, il y a cependant des choses que je ne ferais jamais, comme prendre le métro toute seule, de nuit, en mini jupe… Pourtant je le sais par expérience ce n’est pas forcement une situation « à risque »

    Je me suis déjà faite agresser dans la rue, il était 17h, je sortais de la fac, habillée en jeans et converse, et 500m sépare ma fac de mon immeuble… Un homme avec un chien a commencer à marcher à côté de moi, je l’ai ignoré mais il a commencé à me parler… En me disant des choses du genre « Tu sais où tu vas finir toi? Non? Ben moi je sais où tu vas finir crois moi!!! » et il rigolait… C’était un homme d’un certain age…
    J’ai eu la peur de ma vie mais j’ai réfléchie pour me sortir de cette situation… Je savais qu’à mi chemin, il y avait une gendarmerie, surement il n’était pas au courant. Je me suis dis que si j’arrivais à rester « gentille » et calme encore quelques mètres ça irait… Donc je n’ai pas couru, je n’ai pas accéléré, je l’ai laissé parler, je l’ai même regardé plusieurs fois… Puis arrivé devant la gendarmerie, je me suis engouffrée dedans !! J’étais sauvé !
    Je ne veux pas me vanter mais je pense que ce jour là je me suis sauvé la vie, j’ai réussis à rester calme…

    Enfin tout ça pour dire qu’il n’y a pas de profil type, de moment type, on peut se faire agresser, insulter, aborder, n’importe quand dans la rue…
    C’est as pour autant qu’il faut vivre dans la psychose mais néanmoins je sais qu’il y a des choses que j’évite de faire, ne serait-ce que pour me rassurer…

  40. #40 Roman le 14 août 2012 à 13 h 08 min

    Je suis entièrement d’accord avec le commentaire de Milie. Je vis à Bruxelles depuis 10 ans, je suis féminine, et si c’est clair que je vois clairement la différence dans le regard des hommes lorsque je porte une jupe ou une jeans, je pense qu’il faut arrêter la parano. Evidemment il y a des quartiers où on a plus de chance de subir des gros lourds mais il ne faut pas en faire une généralité.
    Les remarques qu’on peut me faire dans la rue sont en grande partie respectueuses. Il ne faut pas prendre non plus tout regard un peu appuyé pour un regard pervers. La personne en face vous regarde peut-être simplement parce qu’il vous trouve jolie, point barre. Ne faites vous pas la même chose si vous croisez un charmant jeune homme dans la rue?
    Attention, je condamne évidemment totalement les propos vulgaires et irrespectueux mais je pense qu’il ne s’agit que d’une minorité et que ce buzz sur internet en fait une généralité.

  41. #41 Belldandy le 14 août 2012 à 13 h 26 min

    Camette: En effet, tu ne sous-entends rien du tout, tout est écrit noir sur blanc, bien que tu reconnaisses les victimes comme telles et que je comprennes ta démarche pour ne pas tomber dans la psychose, tu dis quand même clairement qu’il n’y a pas de hasard et que c’est parce que tu agis comme il faut que rien ne t’est encore arrivé (note que je te souhaite que ça dure)…
    Je vois ce que tu veux dire avec la peur qui attire l’agressivité en quelque sorte, c’est juste, mais c’est aussi ce qu’on dit avec les animaux : « ils le sentent », alors moi je ne vois pas très bien où tu veux en venir du coup, parce que c’est quand même pas normal de réagir comme une bête sauvage et c’est quand même normal de se méfier des bêtes sauvages, non ?
    Alors évidemment qu’on parle d’une minorité de mecs (qui prennent de la place quand même), c’est pas la question.
    En fait, ce que j’essaie d’expliquer, c’est en quoi, à mon avis, ta réaction peut être blessante pour les filles qui vivent ça. C’est comme si tu disais à quelqu’un qui vient de se faire mordre par un chien : « ah ben je comprends pas, moi je me suis jamais fait mordre par aucun chien de toute ma vie », tant mieux, mais je vois pas en quoi ça nuance l’histoire.
    Ou pour prendre un exemple plus extrême, on peut décemment pas dire à une fille qui vient de se faire violer « ah ! Moi ça ne m’est jamais arrivé, faudrait essayer de comprendre pourquoi », tu vois ce que je veux dire ? Même si tu ne nie pas son vrai statut de victime, ça participe quand même à la culpabilisation du truc…
    Je ne sais pas si j’arrive à être claire, mais je voulais juste essayer de t’expliquer ce qui me dérange dans ce genre de discours, sans animosité aucune hein, c’est vraiment pour en discuter avec toi :)

  42. #42 Pauline la parisienne le 14 août 2012 à 13 h 29 min

    J’habite Paris intra muros depuis 1 ans, mais j’y passe beaucoup de temps depuis mes 15 ans et j’ai vécu beaucoup de situations comme ça.
    J’envie clairement les filles à qui ce n’est jamais arrivé : mains au fesses dans le métro aux heures de pointe, voire mec qui bande et qui la colle contre mes fesses, tripotages en tout genre, « tu suces », « salope », « petite pute », … Ca m’a fait du mal au niveau de l’image que j’avais de moi, car à 15 ans on est rarement à l’aise avec son image, son corps, surtout quand la nature t’as doté de seins assez imposants alors que tu as juste envie de raser les murs.

    Depuis, j’ai grandis, et à 19 ans, je réponds à leurs attaques, j’ai même à me défendre physiquement, mais ça soulage. Je me sens moins victime, et j’encourage mes amies à faire pareil.

  43. #43 Claudia le 14 août 2012 à 13 h 34 min

    Ce reportage est scandaleux…les témoignages de ces « pauvres types pitoyables » affichant leur mépris des femmes sont révoltants, leurs ricanements sont obscènes comme eux. Merci Hélène pour cette diffusion sur ton Blog.

  44. #44 Belldandy le 14 août 2012 à 13 h 42 min

    Roman: ben excuse-moi, mais il me semble qu’on ne parle ici que des comportements que tu évoques dans ton dernier paragraphe, il me semble n’avoir lu aucun commentaire hystérique concernant un simple compliment courtois ni même une dragouille gentille et respectueuse… Pardon hein, mais j’ai toujours l’impression nette que minimiser ce genre de chose sous le prétexte d’une « rareté » (discutable), n’aidera pas à lutter contre…
    Et oui je peux regarder un garçon, mais je ne lui dirais jamais « alors on va où comme ça ? », qui n’est pas du tout une phrase agressive ou méchante, mais qui est une phrase qu’on applique qu’aux femmes précisément… C’est une différence de traitement qui n’a pas lieu d’être, point.
    Je sais pas, je ne comprends pas ce qu’il y a de si agaçant à ce que l’éclairage (ou le buzz comme tu dis) soit mis de temps à autre sur ce genre d’évidences qui visiblement ne sont pas si évidentes pour tout le monde…

  45. #45 Roman le 14 août 2012 à 13 h 54 min

    La seule chose qui m’énerve c’est les gens qui en font des généralités. Quand je lis par exemple Mandarine « Je m’enlaidis le plus possible, pull large, pas de maquillage, j’adore Bruxelles mais si vous y allez, grimez vous »… Euh nan totalement disproportionné désolée. Faire ça, c’est justement se soumettre aux deux trois « terreurs » qui trainent à gauche à droite.

  46. #46 Camette le 14 août 2012 à 13 h 55 min

    Belldandy: Pas très envie d’entrer dans un débat (et pas trop le temps non plus)…
    Non je n’affirme rien. Si vous relisez bien mon 1er message vous verrez des points d’interrogation et des « peut-être ». Et je dis en tout lettres que je ne trouve pas d’explication. Je propose des pistes mais aucune ne me convainc vraiment si vous lisez bien. De même, pour le coup du sourire qui a été repris dans certains messages par la suite : je disais que ça ne suffisait certainement pas à expliquer quoi que ce soit…

    Je ne prétends pas qu’il n’y a jamais de hasard mais je ne comprends pas que ça ne m’arrive jamais (et pas qu’à moi) et que ça arrive si fréquemment à d’autres et du coup mon esprit cartésien cherche une explication. Peut-être qu’en effet il n’y en a pas mais ça ne rend pas pour autant condamnable le fait d’en chercher une. Après tout, si on en trouvait une ça pourrait servir à beaucoup de femmes !

    Et encore une fois, ça ne signifie absolument pas que je ne suis pas révoltée par les hommes qui voient les femmes comme des bouts de viande, ni même que j’apprécie les remarque plus soft du type « charmante ! », je ne suis pas une marchandise qu’on jauge au passage !

    Je ne suis pas certaine non plus d’avoir été très claire jusqu’à présent, ni de l’être plus maintenant. L’écrit est difficile. Je ne suis pas une littéraire mais plutôt scientifique dans l’âme ! Je ne reviendrai pas m’exprimer ici parce que je pense avoir à peu près tout dit et que c’est compliqué pour moi (en temps et en énergie).

    Après tout, j’ai peut-être (comme tu le suggères) simplement eu beaucoup de chance jusqu’à présent et j’espère que ça va continuer alors, ainsi que pour toutes celles qui sont dans le même cas que moi !

  47. #47 Tsaritsa le 14 août 2012 à 14 h 30 min

    Je réalise la possibilité d’être bannie de ce site mais …..envie de le dire quand -même. Ce ne sont pas les hommes en général , ce sont en général des arabes qui ont ce genre de comportement . J’imagine ,que vous les françaises avez beaucoup de mal appeler un chat un chat puisque ceci est politiquement incorrect , même si c’est la vérité.Je peux me le permettre , je suis étrangère :) Est-ce que vous subissez ces regards et ces mots dans les villes où la population magrébine est minoritaire ? NON !!! Et je sais de quoi je parle . J’habite dans l’Oise près de Chantilly , pas très loin de Creil( je suis sure vous en avez entendu parlé dans les médias:trafic de drogues etc.) Je suis ronde , coquette, maquillage plus talons hauts et robes de pin-up. A Senlis , Chantilly , tous les petits villages autours de ces villes , vous marchez dans la rue , jolie et féminine, sans aucun problème.Les hommes vous regardes comme on regarde un beau tableau , avec admiration et respect. A 15 km , à Creil , c’est une autre planète . Il y a des cafés où on vous refuse un verre d’eau « parce que c’est pour les hommes , les femmes n ‘ont rien à faire ici  » , on vous regarde comme un objet , comme si être femme non voilée est un acte de prostitution en soi !!! ….Et en plus les membres de cette société pseudo musulmane se veulent pédagogue et vous expliquent pourquoi il ne faut pas mettre vos robes colorées. Je subis ce gendre de propagande de la part des femmes maghrébines pendant ma formation linguistique , qui ne se sont même pas posé la question de quel droit elles veulent imposer leur règles dans la maison d’autrui. Trop de droits , aucune obligation de respecter la culture des autres . C’est triste…..
    Ma mère est musulmane caucasienne , j’ai visité son pays moult fois ,je m’habillais comme d’habitude , personne me disait « c’est mal  » , on disait  » c’est différent, c’est toi » . Mon père est chrétien ,pendant le Ramadan, on nous faisait à manger dans la journée en respectant la religion de mon père. J’arrive en France laïque et démocratique et ……on m’insulte parce que je mange une pomme pendant le Ramadan !….C’est triste :)
    Alors n’accusons pas LES HOMMES , accusons CES INDIVIDUS, malsains, frustrés et primitifs, qui ne sont pas capable d’être autre chose qu’un corps sans esprit .

  48. #48 Momo le 14 août 2012 à 14 h 49 min

    Je n’ai pas très envie d’apporter mon propre témoignage de Lyon, jamais pris très au sérieux… Plutôt de partager ce lien :

    http://france.ihollaback.org/
    Un recensement de témoignages de harcèlements dans la rue (des simples insultes aux masturbations publiques et poursuites).

    Je pense que c’est important d’en lire quelques uns pour se rendre compte, et surtout d’en faire lire à ceux qui prennent la chose à la légère quand on leur raconte, qui répondent qu’on dramatise et qu’on n’avait qu’à s’habiller moins légèrement/ne pas sortir seule le soir/insulter le mec en retour (et s’il se met vraiment à frapper?), que bref la femme harcelée a forcément sa part de responsabilité.

  49. #49 Laurence le 14 août 2012 à 14 h 52 min

    je voulais juste dire que je reste sans voix. Mon mari se déplace quelque fois à Paris et lorsqu’il le peut, je suis du voyage (youpi sauf que……) car oui, il y a un mais. La 1er fois mon mari m’a dit de me conduire de telle façon, de ne pas le lâcher, de faire tout ce qu’il me dit : au départ je ne comprenez pas (moi aussi dans mon village perdu de Lorraine un sourire, un bonjour sont simplement un signe de gentillesse, de politesse) et suis d’un caractère à ne pas se laisser faire et à rembarrer le moindre co…….. Mais ma 1ère visite à Paris fut un choc : quelle dureté, quelle difficulté de vivre là-bas, je n’en revenais pas. J’y suis retournée à plusieurs reprises et la dernière fois (c’était en octobre2011) j’ai dit à mon mari que je ne reviendrai plus avec lui (pourtant nous en profitions pour laisser les enfants et se faire 2-3 jours en amoureux toujours pour prendre du recul avec ce qui nous arrive dans notre propre vie : j’en ai parlé il y a peu) mais là, je me suis sentie sale au retour de notre belle capitale (pb dans le métro, la rue et pourtant je n’ai rien d’un mannequin). Cela ne m’interresse plus et pourtant j’attendais cette période avec envie mais ayant besoin de calme et de repos depuis quelque temps, cette ville est une insulte à la femme pourtant ville de la beauté, de la mode,du makeup (oh oui!!!) : Paris quoi. Mais moi je dis non : non à ces conduites qui se singularisent. Merci Hélène et à ce reportage et moi aussi j’adore Lisbeth Salander, Bisous à Toutes pour une fois (bon à tous aussi car y a des hommes heureusement très bien dont le mien : mi amore)

  50. #50 Mandàrine le 14 août 2012 à 15 h 02 min

    Roman : Homme/Femme je ne sais pas qui tu es? mnt une critique ouverte sans justificatif c’est aussi p-e ne pas te pencher sur ce que certaines d’entre nous peuvent subir au quotidien.
    Peut-être à tu la chance de n’avoir jamais subi d’agression physique ou verbale, peut-être vis-tu dans un petit paradis loin de la réalité crue de la rue dans certain coin de ce monde. Peut-être que pour certaine d’entre nous (moi comprise quand j’avais 18 ans) ne pas s’habiller en femme n’est pas de la soumission suite au dictat de certaines terreurs de quartier, de certains illuminés machistes, mais c’est p-e un rempart mental qui permet d’éviter tout cela.
    On n’est pas là pour juger, pour promouvoir son idée à tout prix, Hélène nous offre un espace de parole pour que chacun puisse apporter sa pierre à l’édifice sans pour autant démolir les autres.
    On ne connait pas le passé des gens, ne jugeons pas leurs « protections » tant « disproportionnées soient-elles.

  51. #51 Momo le 14 août 2012 à 15 h 09 min

    Je voudrais ajouter, après avoir lu tous les commentaires…

    Quand on parle de harcèlement, d’emmerdement etc, on ne parle pas du mec qui dit « vous êtes charmante » en souriant. On parle du mec qui vous parle comme si vous étiez A SA DISPOSITION. Comme si vous aviez une obligation d’écouter ce qu’il vous dit, de répondre, de répondre à ses avances (sinon vous vous faites traiter de malpolie, quand ce n’est pas de pute). Ça ne s’appelle pas de la drague, car l’avis de la « proie » n’est jamais pris en compte, il n’y a aucune attente d’un peu de réciprocité pour aller plus loin. Quand une personne est au téléphone, écoute de la musique ou a juste envie d’être tranquille, ça se voit ! Peut-on parler de paranoïa quand le mec insiste ou vous suit?

    Et pour mon expérience personnelle, ça m’est arrivé des jours où j’étais la moins « féminine » ( gros sweat de mon mec, jean, basket)… où j’avais l’air plus vulnérable.

    Et oui, ces gens sont minoritaires. Une minorité qui suffit à vous pourrir la journée, et si ça arrive plusieurs fois, à vous pourrir la vie.

  52. #52 Marie A. le 14 août 2012 à 15 h 12 min

    Peu de temps avant la fin des cours, nous discutions avec ma prof de l’égalité homme/femme, et une chose après l’autre, j’évoque les remarques que je subis dans la rue, et elle me répond « En même temps tu as vu comment tu es ! Ton Maquillage et tes robes sont tellement aguicheurs qu’on ne peut pas en vouloir aux hommes de te le faire remarquer ! » Je n’ai pas pu lui dire tout ce que j’aurais voulu, je me suis contentée de répondre que mon maquillage et mes robes n’étaient pas aguicheurs mais féminins, que si j’aimais être comme ça, personne ne m’en empêcherai et j’ai quitté la salle. Pour les cours qui ont suivis j’ai fait exprès de mettre une robe plus courte et un rouge à lèvres encore plus rouge, mon petit côté provocateur certainement …

  53. #53 Dayday le 14 août 2012 à 15 h 21 min

    Je suis toujours très choquée de lire des choses comme ça.
    Je suis Québécoise et je vis à Montréal. He bien rien du genre ne m’ai jamais arrivé. Beaucoup de mes amies européennes me parlent de ce problème, pourtant j’ai jamais vécu quelque chose de semblable ici!
    Même dans des grandes villes aux States ou au Canada, je n’ai jamais subi de commentaires désobligeants, dégradants et je m’habille comme je veux.
    Bien sûr je ne suis jamais confortable lorsque je prends le métro seule tard le soir mais jamais je n’ai vécu de situation comme vous le décrivez…

  54. #54 Roman le 14 août 2012 à 15 h 22 min

    Oui, je suis une femme, Roman est juste mon nom de famille.
    Je ne vis pas dans un monde de bisounours. Comme je l’ai dit, je vis à Bruxelles depuis 10 ans et je connais très bien les quartiers réputés « chauds » car j’y ai moi-même vécu ou j’ai des amis qui y vivent (Matongé, Molenbeek,…) et je ne me suis jamais sentie en insécurité, tout au plus regardée ou sifflée. Oui c’est lourd mais ça me passe carrément au dessus. Il suffit de les ignorer, pourquoi accorder de la considération à des individus qui n’en valent pas la peine.
    Exact, je ne connais pas ton histoire et tu as sûrement tes raisons pour mettre ou avoir mis toute ta féminité de côté mais je pense que « conseiller » aux autres de se grimer pour pouvoir se balader à Bruxelles tranquillement, ce n’est en aucun cas le reflet de la réalité. Enfin bref, je ne tiens pas à entrer dans un débat sans fin.

  55. #55 celine le 14 août 2012 à 16 h 06 min

    ça y est LE mot a été lâché ! Tous les arabes ne sont pas mauvais, tous les musulmans ne le sont pas non plus, ni les hommes en général, Il y a une race de connards ça oui.
    Je vous parle des antillais qui cognent leur femme parce qu’elle est enceinte de leur 5 éme fille…. et des italiens qui enferment leur soeur parce qu’un touriste leur a souri ? non, hein …
    m’en vais regarder Corneil et Bernie moi !

  56. #56 Clémence le 14 août 2012 à 16 h 17 min

    http://www.youtube.com/watch?v=YVXc2o5shto

    C’est pas être raciste que CONSTATER qui lance des injures sur son passage quand même. Je pense que tu as raison Tsaritsa, nous les français on a du mal à appeler un chat un chat parce que c’est politiquement incorrect (quand je disais plus haut qu’on ne réagissait pas parce que c’était « tabou », c’est ce que j’entendais par là)

  57. #57 Garance Nicole le 14 août 2012 à 16 h 23 min

    J’ai la nausée qui recommence. Lyonnaise d’origine, je suis partie pour le Canada pour mes études. Ça fait maintenant un an, un an ou presque personne ne m’a dégradé dans la rue ou les transports public. J’ai eu bien sur de l’attention de certaine personne, mais toujours avec politesse : » Mademoiselle vous êtes une beauté et je voulais vous le préciser. » C’est tout. Ça s’arrête là. Pas de « Tu veux boire un verre, viens ? » ou de « Sale pute. » que j’ai entendu dans mon adolescence. J’ai grandi en France, et j’en ai eu des insultes et je comprends le râle bol. Le témoignage du jeune homme m’a touché, parce qu’on ne comprends pas bien en tant que fille ce qui peut amener à ce genre de comportement, et maintenant je vois que la frustration doit être dure à gérer. Cependant le monsieur qui croit qu’il nous rassure dans notre féminité en nous sifflant mérite une baffe et qu’on lui explique qu’on a pas besoin de son attention crasse pour se sentir femme. Bon courage à toute celle qui vive cela au quotidien.

  58. #58 Isabelle le 14 août 2012 à 16 h 28 min

    Je dois dire que je fais partie des « chanceuses » qui ne se font pas trop embêter. En général, les hommes qui m’ont abordée à la sortie du métro ou dans la rue n’ont pas insisté quand je leur ai dit « c’est gentil mais non merci ». Mais je dois avouer que je ne sors jamais sans mon casque sur les oreilles: au moins comme ça je n’entends rien et je suis tranquille… même si c’est malheureux d’en arriver là.

    Par contre, ce qui m’a le plus choquée ces derniers temps c’est plutôt la mysoginie dans les bureaux (comme certaines ont témoigné ici) ou pire: en politique. Pas un jour sans que je pique une crise de nerf pendant l’affaire Strauss-Khan. Pas tellement sur l’affaire en elle-même, mais sur les commentaires de ses copains. Qu’un pauvre type élévé aux films pornos piratés sur le net insulte une fille dans la rue c’est déjà pas reluisant, mais, punaise! des hommes politiques, énarques & co, qui passent à la télé avec des commentaires du style « Il ne l’a pas violée, elle est moche », ça ça me révolte. Avec l’exemple qu’ils reçoivent d’en haut, comment voulez-vous que les « monsieur tout le monde » améliorent leur comportement?

    Je dois dire que, depuis, je ne laisse plus rien passer. Marre que l’on tienne des propos mysogines sous couvert de la plaisanterie! Et si jamais quelqu’un au bureau s’avise de faire une remarque déplacée (parfois sans se rendre compte que c’est déplacé), je le fait remarquer.

  59. #59 celine le 14 août 2012 à 16 h 51 min

    mais je l ai constaté aussi ! je ne suis pas aveugle. ce que vous dites « appeler un chat un chat » c’est de la stigmatisation de population, du posage d’étiquette, ça aussi c’est très français et tellement facile. Ce débat est stérile, personne ne convaincra personne.

  60. #60 Hélène le 14 août 2012 à 17 h 00 min

    Momo: merci pour ce lien.

    Dayday: chez vous, pays anglo-saxon, le harcèlement sexuel est puni par la loi – pour de vrai ; chez nous même les députés (pourtant éduqués etc) sifflent une des leurs quand elle vient à l’Assemblée en robe à fleurs. Merci les pays latins et machos…

    Isabelle: tu as raison de ne rien laisser passer, je dois dire que j’ai aussi tendance à être comme ça.

  61. #61 HélèneSud le 14 août 2012 à 17 h 10 min

    Je suis toujours révoltée par ce genre de reportage… dans le sens où les êtres humains sont de plus en plus comparables à des animaux !
    A l’heure actuelle se promener dans le centre ville de Nice après 17h00 devient problématique (et pourtant j’ai 52 ans) si bien que j’évite de m’éterniser après 16h00 et je rentre chez moi !!! … et je ne suis pas de style mini jupe.. loin de là !
    Il est vrai qu’un certain laxisme ambiant fait que beaucoup de mecs se sentent intouchables !
    Il y a qqs années (et j’étais plus jeune) les garçons faisaient des remarques : dans l’ensemble ça prêtait plutôt à sourire … mais il n’y avait aucune agressivité… une drague de 1er niveau mais rien de méchant !
    maintenant où que l’on vive on se sent perpétuellement agréssée.. soit par le regard soit verbalement !
    ne faisons pas un amalgame entre les filles qui provoquent et celles qui veulent juste pouvoir se promener tranquillement sans être importunée et sans être obligées de s’habiller en robe de bure !

  62. #62 Hélène le 14 août 2012 à 17 h 20 min

    Je viens de trouver des citations de Sofie Peeters très intéressantes, et qui remettent à leur place ceux qui vont souvent trop vite en besogne en taxant de racisme ceux qui notent l’origine des insulteurs :

    « Pointait-elle du doigt que le sexisme était une question d’origine ? À ce propos, elle a déclaré :

    « Oui, c’était une l’une de mes grandes craintes : comment traiter de cette thématique sans tourner un film raciste. Car c’est une réalité : quand on se promène à Bruxelles, 9 fois sur 10, ces insultes sont proférées par un allochtone [un étranger].«

    Ajoutant cependant pour prouver que son but n’était pas de stigmatiser une partie de la population belge :

    « [...] personne ne m’a jamais taxée de raciste. Car mon constat porte plus sur la condition sociale des individus que sur leur origine ethnique: s’il y a une forte proportion d’étrangers parmi les garçons qui me font des remarques, c’est parce qu’il y a aussi une forte proportion d’étrangers parmi les populations fragilisées. »

  63. #63 celine le 14 août 2012 à 17 h 32 min

    Hélène:

    « Car mon constat porte plus sur la condition sociale des individus que sur leur origine ethnique »
    merci !!!
    même si je me sens visée par « ceux qui vont trop vite en besogne » c’est exactement là dessus que je voulais mettre le doigt. :-)

  64. #64 Hélène le 14 août 2012 à 17 h 37 min

    celine: encore que, gardons bien à l’esprit nos chers députés (qui n’appartiennent pas tellement à des populations fragilisées) sifflant leur collègue en robe à fleurs…
    Alors certes ils ne l’ont pas traitée de sale pute, mais tout de même, c’est hélas fort représentatif de l’état d’esprit macho qui gouverne tout le sud de l’Europe.

  65. #65 celine le 14 août 2012 à 17 h 47 min

    je suis bien d’accord et aurais dû y penser plus tôt pour illustrer mon propos. Machiste méditerranéen à tous les niveaux.

  66. #66 Hélène le 14 août 2012 à 17 h 51 min

    celine: voilà. Ces choses-là arrivent moins souvent au Danemark, par exemple.
    Et la preuve que c’est bien un truc de macho du sud (appartenant à tous types de populations, fragilisées ou pas), plein de mecs français tout à fait éduqués, pas « racailles » pour deux sous ni rien, ne comprennent pas notre ras le bol et nous traitent d’hystériques…

  67. #67 MsOriginalDoll le 14 août 2012 à 18 h 09 min

    C’est quand même grave …

  68. #68 Fanny le 14 août 2012 à 18 h 11 min

    Salut tout le monde,
    Je connaissais aussi ce «film» et franchement cela me dégoûte au plus haut point!
    Ça me rappelle qu’une amie et collègue de travail de ma maman s’est fait agressée 3 fois en allant promener son chien vers 5 heures du matin en Suisse. Elle doit avoir 40 -45 ans mais elle est super mince et de dos elle fait presque ado. Une fois elle s’est fait suprendre par derrière et le type lui a mit la main sur la bouche et a tiré sur sa culotte sous sa jupe. Elle a eu tellement peur qu’elle a fait pipi dans sa culotte. Plus tard dans la journée elle est allée porter plainte au poste de police et le flic lui a demandé pourquoi elle n’était pas venue plus tôt (elle a répondu qu’elle s’était changée et avait pris une douche) et quand il lui a demandé comment elle était habillée au moment des faits et qu’elle a répondu en jupe, le policier l’a regardée avec un air accusateur, limite méprisant et vraiment l’air de dire: « Ouai ben après faut pas s’étonner!»
    Moi je dit PHOQUE OEUF (^ ^) à tous ces morts de faim, mal éduqués et qui ne connaissent pas le respect!
    Et voici une petite vidéo, qui je l’espère vous redonnera le sourire malgré tout.
    http://www.youtube.com/watch?v=EaxLN8hzswo
    Passez une excellente journée.

  69. #69 Hélène le 14 août 2012 à 18 h 15 min

    Fanny: oui c’est comme les gens (hommes et femmes) qui disent d’une fille qui se fait violer alors qu’elle portait une mini jupe « ah ben oui mais elle l’a un peu cherché, aussi ».
    Je suis horrifiée par une mentalité aussi abominable.
    Quoi que porte un être humain, quand il dit non, c’est non. Et on doit respecter ce non.

    PS : très très bien, ta vidéo !

  70. #70 isa le 14 août 2012 à 18 h 20 min

    Camette:
    Je vois un peu ce que tu veux dire. J’ai eu des cours de sophrologie et j’ai appris des  » techniques » qui peuvent s’apparenter à ce que tu dis.
    Ca paraît bête à dire comme ça mais il existe vraiment des attitudes qui permettent d’éviter au maximum qu’on vienne t’embêter.C’est vrai que j’ai appris des postures physiques et mentales pour faire  » barrage ». Et je reste comme je suis, souriante et d’apparence assez douce.
    Je suis plutôt terre à terre, assez à penser que c’était plutôt des « conneries » et franchement, ça marche plutôt pas mal.
    Après,il y a des limites. Si tu te retrouves en face d’un taré qui t’en veut vraiment, je ne pense pas que ça marche….
    Mais je voulais en parler car ça a été une petite révélation et utile pour moi dans la vie de tous les jours .

  71. #71 Dji le 14 août 2012 à 18 h 40 min

    Je suis tout a fait d’accord avec le commentaire de l’homme que l’on voit vers la fin du reportage. Les parents sont « responsables » de ce que deviennent leurs enfants. Leur éducation sur le respect de la femme est à refaire. La femme n’est pas un objet mais d’un autre côté la société leur envoie un message tout a fait contradictoire avec toute ces femmes nus tout le temps pour tous et n’importe quoi… Il faut continuer à éduquer mais la société n’aide pas.

  72. #72 MsCaroBe le 14 août 2012 à 18 h 59 min

    Je suis Bruxelloise, Belge, Européenne… et je pense que ce problème envers les femmes est assez régulier dans les grandes villes européennes. Merci donc Hélène d’avoir partagé cette vidéo malgré les passages en néerlandais.

    Je vous traduis les dernières 30 secondes du reportage, les sortes de « conclusions » de son auteur :
    « Je ne veux pas abandonner… Mais si je déménage, alors j’abandonne. Si je reste mais que je m’adapte (dans le sens je change), alors j’abandonne aussi ! Et si je ferme les yeux sur le problème, alors j’abandonne très certainement ! Mais voilà mes options… »

    Quelle est la bonne réponse ? Je ne sais pas moi-même… Probablement rester et dénoncer cette situation comme cette étudiante a osé le faire ! (je pense qu’elle est étudiante en sociologie mais je ne suis pas certaine)

  73. #73 Anne-Claire le 14 août 2012 à 19 h 21 min

    Je pense vraiment que c’est une question d’éducation et de culture. J’ai grandi et fait mes études en France (Paris et Grenoble notamment mais aussi en Province), ce genre de comportement odieux et écœurant était hyper courant. Pas une semaine sans me faire emmerder, que ce soit dans les transports en commun, dans la rue, dans un supermarché. Et pourtant je suis loin d’être top modèle, je suis amoureuse de mon jean et de mes Converse, mais il y avait toujours un connard pour me pourrir la vie, parfois simplement avec un regard très insistant ou des mimiques… équivoques… Depuis plus de 2 ans je vis au Québec, dans la capitale, et me déplace souvent à Montréal ou aux USA, j’ai oublié ce qu’est une insulte ou un sentiment d’insécurité, sauf quand j’ai le malheur de tomber sur le journal de France2 sur TV5 ou que mes amies restées en France me racontent leurs nuisances quotidiennes. Pourtant le Canada est une terre d’immigration, on y croise aussi des femmes voilées, des Mexicains, des français, des belges… et bien ici ça ne se fait pas. Personne ne t’emmerde. Chacun fait sa vie. Il y a des cheveux roses ou des micro-shorts à tous les coins de rue, personne ne regarde. Sur ce point , je pense que la France, et plus largement la « vieille Europe » a beaucoup de chemin à parcourir… Mais ce n’est pas impossible, l’Europe du Nord l’a fait! Gardons espoir, et surtout dénonçons et ne banalisons pas ces comportements, continuons à trouver cela révoltant et à le dire car qui ne dit mot consent. Le silence est le meilleur allié de ces connards. Merci Hélène, et toutes les autres, qui ont diffusé cette vidéo et remis ce sujet sur la table!

  74. #74 Themole le 14 août 2012 à 19 h 26 min

    Je ne regarderai la vidéo que ce soir mais j’en avais vu un extrait à la télévision et ça m’avait mise en colère pour toute la soirée!
    J’habite un beau quartier aisé et je n’ai pas à subir ce genre d’insultes (oui il y un lien je trouve. Les hommes pensent peut-être la même chose mais ils ne vous le disent pas dans la rue.)
    En revanche je n’ai jamais été autant renvoyée au fait que je suis une femme que depuis que je travaille. Jamais je n’avais suspecté l’existence d’une telle misogynie lorsque je ne fréquentait que mes potes de fac.
    Pourtant dans mon milieu professionnel je côtoie des gens éduqués.
    Souvent leurs remarques me laissent sans voix tellement je suis consternée et triste!
    Pour exemple je fais un dossier super argumenté pour obtenir quelque chose et le type me regarde et me dit juste avec un sourire condescendant : » je vous l’accorde mais c’est bien parceque vous êtes charmante… » :(((
    Mais je l’emmerde!!!!! Qu’est-que ça vient faire la dedans que je dois charmante ou pas???
    Pour en revenir à celles qui subissent ce genre d’insultes dans la rue je suis désolée, ça me rendrai folle de rage.
    J’aurai envie de me mettre au kick-boxing.
    Je crois qu’un sociologue donnait l’exemple des plages seins nus comme une marque de civilisation : que des femmes puissent être seins nus sans se faire emmerder par les hommes à côté était pour lui la marque d’une société civilisée.

  75. #75 Elizabeth G. le 14 août 2012 à 19 h 26 min

    En fait, je crois que l’on a mis le doigt dessus (désolée de ne réagir que maintenant mais boulot boulot)… Ce n’est pas une question d’attitude, de peur ou quoi que ce soit mais surtout celle de tomber sur des désaxés ou des hommes plus effrayés eux mêmes que leur future victime. Je ne crois pas à l’être humain mauvais de naissance, mais plus à une agressivité latente liée à des peurs enfouies (rejet, maltraitance, mauvaise éducation etc…). Le hic c’est que ce sont les femmes, gays et autres qui en font les frais avec pour exemple la vidéo ci-dessus. Oui l’éducation est à refaire, mais surtout et avant tout les mentalités. Je suis ce que l’on appelle une survivante. J’ai vécu avec un homme qui m’a battue pendant 6 mois (sur 8 mois de vie commune). Il faut savoir que les agressions arrivent à TOUT LE MONDE !!! Et de l’expérience que j’en ai les premières victimes qui vont en faire les frais sont justement les personnes qui disent à moi ça ne m’arrivera jamais… Il n’y a rien de plus faux parce que nous sommes toutes et tous des victimes en puissance… Il suffit d’une fois. Il est aussi vrai qu’il y a des choix que nous faisons qui peuvent provoquer les agressions mais là c’est encore une autre histoire. En l’état actuel des choses, personne n’est à l’abri et à part de changer les mentalités et d’apprendre à respecter l’autre en se changeant d’abord nous même (quand je dis nous même je parle surtout des agresseurs qui sont pétris de frayeurs de toutes sortes).

  76. #76 Hélène le 14 août 2012 à 19 h 27 min

    Anne-Claire: « personne ne regarde » : voilà, c’est exactement ça, et dieu que j’adore cet aspect de ces pays anglo saxons !
    (je connais des filles manquant de confiance en elles qui se plaignent justement qu’on ne les regarde ni ne les aborde, sauf qu’être regardée lubriquement par un connard macho, je m’excuse mais ça n’est pas un compliment…).

  77. #77 Mlle Narcisse le 14 août 2012 à 19 h 34 min

    Je lis tous vos commentaires et à nouveau, comme l’année dernière, j’ai l’impression d’être un ovni.
    Je vais avoir 40 ans, et je n’ai pas le souvenir d’ avoir été importunée dans la rue par un homme ou un groupe d’hommes.
    Et pourtant, techniquement, je devrais, parce que je cumule un nombre de critères qui devraient pousser au crime: j’ai des formes très féminines, bcq de poitrine, des décolletés souvent plongeants, je porte des talons, des jupes ou des robes la plupart du temps, toujours maquillée, les ongles vernis, des bijoux, des cheveux longs.. brefs, je ne fais rien pour cacher ma féminité et mes formes, au contraire.
    Quand je croise un homme qui me regarde, je ne baisse jamais les yeux, je ne change pas de trottoir, je suis plutôt souriante et avenante dans la rue.
    J’ai l’impression d’être extraordinairement chanceuse du coup…
    Toutes les remarques que je reçois de la part d’ inconnus, je ne les vis pas comme des agressions, pas plus quand je suis sifflée par des ouvriers au bord de la route, où qu’un inconnu vient me proposer de m’offrir un verre à un arrèt de bus…
    C’est quand même dingue de se dire que l’on a de la « chance » de n’avoir que de bonnes relations avec la gente masculine, non??

  78. #78 Hélène le 14 août 2012 à 20 h 04 min

    Mlle Narcisse: peut-être que tu fais partie des femmes qui ont besoin de regards masculins, et que du coup tu le vis mieux…

  79. #79 sirine le 14 août 2012 à 20 h 59 min

    J’habite juste a coté de ce quartier dont Sofie parle, et c’est vrai, le respect des femmes est inexistant!!! je suis marocaine et oui la plupart de ces machos vulgaire et chômeurs de ce quartier sont souvent arabes, alors c’est un peu de tout hein, algérien, marocains, tunisiens, et turcs aussi, je passe souvent par là, cuissardes, jupes courtes ou autres et c’est chaque fois la bagarres plus ils m’insultent plus je gueule, me laisse pas faire, suis trop grande gueule, sais pas me taire impossible!!
    mais ici a bxl, qui est très multiculturel, la palme ne revient pas qu’aux arabes hein, ceux de l’est sont pas mal aussi, très violent eux par contre, les blacks n’en parlons pas, les pakis te susurrent des mots a l’oreille dans le métro beeerk! mais les « belges de souches » aussi on parfois ce genre de comportement envers nous, « les marocaines de vrais chaudasses, des s… » et je vous assurent c’est dans tous les milieux et toutes les nationalités. désolé si me suis mal exprimé il n’y a rien de racistes dans mes propos. mais heureusement tous ne sont pas aussi primaire et sauvage, et ceci dans toutes les nationalités.

  80. #80 elise le 14 août 2012 à 21 h 35 min

    Argh! Ce sujet est tellement vrai et me fait dresser les poils tellement cela m’agace.
    Heureusement pas tous les hommes sont comme cela, autrement il y a déjà belle lurette que je serais au couvent.
    Je suis triste aussi de voir l’acharnement de ces gars dans la rue et le peu de respect envers la gente féminine.
    Très bien la vidéo de Fanny celà bousculerait un peu les choses si nous les nanas oserions nous comporter ainsi face aux ingras.
    Allons femme de la Patrie défendons nous de cette tyrannie

  81. #81 la marocaine le 14 août 2012 à 21 h 36 min

    bonjour

    merci celine pour cette remise en place des choses .
    je suis d accord que certains hommes sont des betes , mais j insiste sur le fait qu il y a des betes de toutes origines .
    lors de mon sejour a rome , mon premier pas , arrivee la bas , etait accompagne d une reflexion d un italien .
    voila , certains sont grossier , vulgaires d autres plus sympa .je n ai pas generalisé et maudit toute l italie pour autant .

  82. #82 Vergeture le 14 août 2012 à 22 h 01 min

    Ma cousine s’est faite violer il y a 2ans. Au commissariat, le commissaire chargé de l’enquête a dit a ma tante:  » Faudrait pt qu’elle s’habille autrement aussi. »

  83. #83 Mannick le 14 août 2012 à 22 h 04 min

    J’ai vu ce commentaire et j’ai été édifiée, scotchée, catastrophée par ce qu’on y voit et entend surtout.

    Bien entendu, j’ai dans mes plus jeunes années il s’entend, été moi aussi la cible de ses sinistres personnages, sauf que je n’ai jamais été traitée et humiliée de la sorte, draguée oui, accostée sans doute aussi, mais CA, ces insultes, ces vulgarités, ces agressions verbales ou pires presque physiques parfois, c’est un cauchemar !

    Pourquoi est-on tombé aussi bas ?

    Je pense à toutes ces jeunes femmes à Paris, dans les grandes villes qui sont obligées de se cacher, de regarder par terre, parfois de s’échapper, de se fermer les oreilles pour ne pas entendre, quel genre de vie doit-on mener si tous les matins et tous les soirs on tremble à l’idée de faire un pas dans la rue… qui laisse faire cela ?

    Quels sont les parents qui ont éduqué ces jeunes hommes, (ou ces moins jeunes aussi surement) ? Ne peut-on pas quand on a un garçon, un fils lui inculquer le respect du corps humain, le respect de la personne humaine, le respect des personnes du sexe opposé ? Est-ce devenu si difficile ?

    Le reportage de Sofie Peeters est un document qui devrait servir, qu’on devrait diffuser sur toutes les chaines publiques de TV pour que l’on se rende compte…

    Suis-je si « vieille » pour être aussi choquée, je ne suis pourtant que de la génération d’avant, les quinquas et oui je le redis j’ai moi aussi été parfois prise de panique par des gestes ou des paroles trop « avancés », mais cela n’arrivait pas systématiquement comme dans ce reportage… et les mots restaient « soft » si je puis m’exprimer ainsi… je ne dis pas que cela était normal, je dis que les choses ont pris une tournure dramatique pour les femmes aujourd’hui et d’un coup je pense à toutes ces personnes qui n’osent même plus se vêtir comme elles le voudraient ou l’aimeraient, sous peine de se faire traiter de P…

    Hélène c’est bien ce que tu as fait là, tu es d’utilité publique, vraiment je le pense, merci pour elles toutes, merci de faire connaitre ce petit film-document car il va bien falloir faire qq chose à un moment ou à un autre !!!

    Je pense aussi comme certaines d’entres vous … fort heureusement les hommes ne sont pas tous comme cela… oui mais les autres ?

  84. #84 Solène le 14 août 2012 à 23 h 32 min

    Bonjour à toutes!

    Juste une petite anecdote, il m’arrive aussi régulièrement de me faire accoster, que je sois en robe ou en jean, et je ne disais rien.
    Et puis un jour, grosse journée au boulot, ras-le-bol général, un mec me dit dans la rue « Suce-moi! », je me suis dit: « mais il croit quoi celui-là? » et à voix bien haute en le regardant de haut en bas je lui ai dit  » ben vas-y baisse ton froc qu’est-ce que tu attend? ». Vulgaire je vous l’accorde mais ça l’a bien calmé. Depuis j’ai réitéré plusieurs fois et ça marche à tout les coups. Grande gueule mais rien dans le pantalon!

  85. #85 Melitina le 15 août 2012 à 1 h 22 min

    J’apporte mon humble témoignage, pour avoir vécu de nombreuses années ou beaucoup fréquenté plusieurs des villes citées par les lectrices (Bruxelles, Paris, Montréal), plus en Amérique Latine.
    Je confirme que je me sens très souvent agressée à Paris ou Bruxelles , j’ai l’impression de devoir adopter une attitude de combat dans la rue, et de devoir éviter à tout prix tout contact visuel. Quelle plaie! Heureusement pour moi, ça n’a jamais été plus loin que les agressions verbales, mais pourquoi avoir à vivre cela parce que je suis née femme?
    À Montréal, je n’ai JAMAIS eu aucun problème, je traversais la ville à 3h du matin sans problème, et même dans des situations « sociales », effectivement, je sentais que les gens continuaient à avoir beaucoup de retenue ne serait-ce que dans les regards. Une amie en a souffert, moi j’étais bien pénard :-)
    Et enfin, je vis depuis maintenant 6 ans dans mon coin d’Amérique Latine, qui est largement considéré comme un pays très macho et où les statistiques de violence domestique et de violence envers les femmes sont catastrophiques. Malgré cela, dans la rue les hommes me regardent voire se retournent, lancent un commentaire pas toujors adroit, mais pour le moment je n’ai jamais ressenti autant de violence verbale qu’en Europe!!!!!! Au début, la violence de mes réactions (venant de la formation au « combat de rue » en Europe, donc) me valait des regards perplexes, puis j’ai compris en regardant autour de moi que les femmes apprécient en général ces commentaires, ou tout simplement ne les relèvent pas, je fais donc de même maintenant et ça se passe mieux.
    Et ce en tenant compte du fait qu’ici les femmes soignent énormément leur tenue, sont très féminines, parfois à tendance vulgaire (à mon goût élevé en Europe, mais ici ce sont les canons de l’esthétique) et que du coup j’ai appris à être plus féminine et je n’hésite plus à sortir en mini-jupe ou short, ou avec un décolleté. J’ai quelques interprétations du phénomène, mais qui peuvent être casse-gueule donc en général je les garde pour moi, toujours est-il qu’en termes d’expériences dans la rue, toutes mes amies européennes ont vécu le même soulagement en arrivant ici! Étrange non, pour un pays si machiste?

  86. #86 Anita le 15 août 2012 à 1 h 25 min

    Ne croyez surtout pas que le phénomène soit récent . J’ai 70 ans, et je me faisais agresser de la même façon, partout, pas seulement où ça craint, et pas seulement par des jeunes blacks ou beurs.
    Rassurez vous, il n’y a qu’à attendre, ça finit par s’arrêter !

  87. #87 Alice le 15 août 2012 à 7 h 43 min

    J’ai déjà vécu ça et ce n’était jamais des maghrébins hein.. arrêtons de tout généraliser, certes, il y a des maghrébins qui font ça, mais aussi des turcs, des chinois, des français. D’ailleurs nous sommes tous français, arrêtez de dire « arabe arabe » ! Ça me fout en rogne ! Et je ne suis même pas arabe hein, c’est juste pour que vous évitiez de tout généraliser !

    Les hommes en soit sont machiste, quelle que soit leur couleurs de peau, leur origines ou leur religion ! Merde !

  88. #88 celine le 15 août 2012 à 8 h 29 min

    Alice: merci ….

  89. #89 Feodossia le 15 août 2012 à 9 h 43 min

    Enfin un « documentaire » qui ose aborder ce sujet ! Merci de nous avoir fais partager ça et maintenant à nous aussi de le faire partager autant que possible ! (même si comme vous le disiez c’est dommage qu’il n’y ait pas la version sous-titrée car je pense qu’on manque aussi beaucoup de choses dans les témoignages ! )
    J’apporte mon témoignage personnel et habitant à Dijon, une des « grandes » villes de bourgognes donc mais quand même très proche de la campagne, même ici on voit ces phénomènes… Évidemment ils sont tout de même plus rares qu’à Paris, mais ils restent très pesant.. Habitant de surcroit près d’un kebab et à 2 pas de la seule mosquée de la ville, il y a souvent beaucoup de rassemblements et très tard dans la nuit ce qui m’a souvent poussée quand je rentrais tard à longer les murs et presque courir car il est arrivé qu’on se fasse apostropher avec des amies par des groupes parfois assez important.

    Donc oui il y en a marre, plus que marre même car j’ai fais mes années de lycée dans un établissement côtoyant une grande zone de logements sociaux, la part d’élèves venant de cette zone était donc très majoritaire, et la tendance était clairement à la censure : « ferme ta gueule, ne leur répond surtout pas ignore les et passe ton chemin ». Preuve en est qu’une amie qui un jour a craqué et s’est défendue ( en gros on lui avait volé un truc casi sous ses propres yeux et elle exigeait donc qu’on lui rende ) : et bien ça n’a pas raté s’en est suivit sur le moment des insultes, des menaces, des « sale raciste » évidemment c’est tellement facile.. et sur le long terme des menaces de mort, des aggressions verbales quotidiennes, intimidation, groupes qui l’attendaient à la sortie ect .. et TOUT CA parce qu’elle avait juste osé (ironie) exiger qu’on lui rende son bien.
    Bref ceci n’est qu’une anecdote parmi bien d’autres et quand on grandit avec ce poids et cette oppression de ne pas pouvoir se défendre sans risquer tout ça, il y a un moment où on en a franchement marre et où la frustration atteint des sommets.

    Alors oui, ce ne sont pas TOUS des étrangers, je rappelle que personne ici n’a fait de généralisation quant à ça donc il ne faut pas non plus courir tout suite à l’intolérance. Ce que l’on dit c’est qu’il faut bien ouvrir les yeux tout de même et admettre que la MAJORITÉ de ces personnes sont d’origines étrangères.
    Et souvent donc, comme l’analyse très bien l’homme dans la vidéo, ces comportements sont de toute façon uniquement dus à l’EDUCATION que ces jeunes hommes ont reçus.

    Bref ça m’a fait du bien de pouvoir m’exprimer un peu ici, et de lire vos commentaires. J’espère sincèrement n’avoir pas commis de bévue, j’ai écris en laissant parler mes sentiments et je n’ai pas l’habitude d’argumenter donc voilà j’espère que tout ceci est compréhensible ! Bon 15 août les filles !

    (en me relisant je me rend compte que je m’éloigne beaucoup du sujet qui était surtout leur comportement envers les femmes, c’est parce que je n’ai pas parlé de situations où on m’accostait mais elles sont nombreuses aussi, c’est juste que comme je l’ai dit j’ai laissé mon principal ressenti s’exprimer. Dans tous les cas, cela s’appliquera toujours : il n’y a que l’éducation qui est responsable de tous ces comportements. )

  90. #90 JibberJabber le 15 août 2012 à 9 h 50 min

    Bonjour,
    J’avais vu cette vidéo sur Rue89, c’est juste dingue que cela existe de nos jours ! On se demande parfois si il y a vraiment eu une bataille féministe pour améliorer la condition de la femme… Ce n’est pas un problème ethnique, c’est un problème d’éducation et de connerie, ces « hommes » semblent oublier que les femmes qu’ils rabaissent sont du même sexe que leur mère. Si je met hommes entre guillemets c’est parce que pour moi un vrai homme ne s’adresse pas comme ça à une femme. A mon avis ces personnes ne connaissent pas la théorie de l’évolution, ils sont restés au stade primate… ;)
    Cela existe partout, et je ne suis pas sûre qu’une loi changera quoique ce soit, c’est les mentalités qu’il faut changer, et ce n’est pas en montrant des filles a poil dans des positions suggestives dans des clips ou autres que cela changera. Je trouve que ce qu’a fait cette demoiselle est intelligent, et puis c’est à tout le monde d’agir. Par exemple de rappeler à ses amis qu’on ne dit pas d’une femme qu’elle « bonne » mais qu’elle est « belle » ou « jolie ». C’es con, c’est simple, mais je pense que le respect commence par bien peu de choses…

  91. #91 MsCaroBe le 15 août 2012 à 11 h 09 min

    Petit clin d’oeil à une action féministe faite à Beyrouth pour dénoncer les remarques sexistes que subissent régulièrement les femmes :
    http://www.rtbf.be/video/v_action-feministe-a-beyrouth?id=1750106

    A quand la même action à Bruxelles, Paris, … ? ;-)

    (J’espère que vous pourrez visionner cette vidéo depuis la France. Certaines chaînes de TV françaises limitent la vision de leurs reportages aux adresses IP françaises. J’espère que ce n’est pas la même chose avec ce reportage d’une TV belge.)

  92. #92 Hélène le 15 août 2012 à 11 h 12 min

    Vergeture: oh mon dieu, comment espérer une évolution avec des mentalités aussi épouvantables…

    Solène: bravo !! ;-)

    Melitina: effectivement, ce que tu dis est très intéressant, et interpelant !

    Alice: ben non, pas les scandinaves… On en peut nier que le machisme reste un phénomène latin et/ou du sud.

    Feodossia: merci beaucoup pour ton commentaire.

  93. #93 kiwi schtroumpfette le 15 août 2012 à 11 h 53 min

    De mon point de vue en tant que femme, on devrait commencer à s’inquiéter un chouïa.

    Entre ce qu’il se passe en Tunisie, les polémiques autour de l’avortement, le fait que nous soyons toujours traitée comme des objets, les inégalités de salaire, le harcèlement… Où sont nos droits ? Où est le féminisme ?

  94. #94 Titine le 15 août 2012 à 11 h 56 min

    Bonjour à toutes, ce qui me gêne, c’est que l’on généralise à des villes entières des comportements qui sont je pense plus liés à certains quartiers et oui à appelons un chat un chat à certaines populations.

  95. #95 Elte le 15 août 2012 à 12 h 00 min

    L’éducation… c’est le seul espoir.

    Et c’est vrai qu’il ne faut rien laisser passer. Mêmes les blagues hyyyyper drôles de nos collègues. Malheureusement, j’avoue, parfois c’est si nul que je ne me sens pas la souplesse de descendre aussi bas pour les relever : je devrais, pourtant.

    Enfoirés de misogynes. Le pire, c’est que ce mot regroupe aussi… des femmes. Des femmes qu’on pourrait penser modernes, car jeunes, libres, ayant fait des études, indépendantes financièrement (et intellectuellement? Non ce serait exagéré).

    L’éducation, notre salut! Et y a du boulot!

  96. #96 Hélène le 15 août 2012 à 12 h 04 min

    Elte: hélas oui, il y a beaucoup de femmes misogynes.

  97. #97 Elte le 15 août 2012 à 12 h 14 min

    J’enrage de lire certaines d’entre vous se restreindre pour ne pas se faire emmerder. Et en plus ça ne marche même pas. Comment peut-on perdre sa liberté de se vêtir à sa guise (en Europe!) c’est absolument dingue. La vie est courte et, alors que chacune devrait jouir de son corps comme elle le souhaite, ces mecs se permettent de dicter leur loi et de brimer les autres. C’est dégueulasse.

    PORTEZ DES JUPES LES FILLES (ou des robes hein, on a dit pas de racisme), c’est pour le bien de la planète! Maquillez-vous, faites vous belles pour vous, et avec un peu de chance, ça crèvera les yeux de ces connards.

  98. #98 Enjien le 15 août 2012 à 13 h 16 min

    Concernant le commentaire de Mlle Narcisse et la réponse d’Hélène: je pense être « de ces femmes qui ont besoin des regards masculins » (je ne sais pas pourquoi j’ai l’impression que c’est un peu méprisable d’être ainsi): j’aime être regardée, mais quand c’est un regard d’intérêt, d’appréciation, parce que ça me fait plaisir. Pourtant, dès que c’est lubrique, ou que je me sens considérée comme une marchandise, c’est insupportable, je me sens salie. Il en va de même pour les remarques. Je pense être plus « tolérante » que la moyenne des femmes, dans le sens ou je dois placer le curseur entre « compliment sympa et gratuit », « remarque déplacée » et « propos insultants » un peu plus bas, le distingo m’est parfois assez flou.
    Je sais que bien des femmes considèrent un « t’es charmante » avec regard entendu comme inacceptable et je le comprends très bien, puisque personne n’a à nous évaluer, à nous commenter. En ce qui me concerne si le ton reste léger ça me fait vaguement plaisir.
    Donc je suis « de ces femmes qui ont besoin des regards masculins », qui ont une tolérance au regards et petites remarques plus élevées que la moyenne, pourtant je souscris totalement à la désignation de ce phénomène comme un harcèlement.
    Parce que dès qu’il y a considération de l’autre comme un objet consommable, irrespect, provocation de crainte, c’est insupportable.

    Voilà. Tout ça pour dire qu’on peut aimer être regardée (d’une certaine façon donc) par les hommes tout en haïssant le harcèlement de rue. J’ai cru y voir une contradiction au début, alors qu’absolument pas.

  99. #99 Aube le 15 août 2012 à 13 h 30 min

    pinaize, ce sujet m’enerve au plus haut point et ce depuis tjs et maintenant depuis des jours et des jours, je bouillonne…

    pq depuis tjs? parceque on s’est tjs rendue compte, nous les filles, que ça existait. qu’on devait vivre avec. Et que ça n’était « pas juste mais qu’est ce qu’on peut y faire?  » Que quand on en parlait, autour de nous et entre nous, souvent, « ouais mais t’exagère aussi, moi ça ne m’arrive pas. » ou encore « Ouais mais bon, c’est comme ça, faut t’y faire et pis les laisser dire ». Ou encore « Na mais, ils ne tentent jamais rien ces mecs. c’est juste de la drague » Ou encore « Fais gaffe quand tu rentres seule, c’est une question de bon sens… »

    Tout comme ton article sur le viol, ou la nana disait que se faire violer est une possibilité que toute fille a intégrer dès sa plus tendre enfance. (elle est tendre l’enfance des filles hein…)

    Et ça me fout en colère parceque , à ceux qui disent :
    -  » moi ça m’arrive jamais » Bien pour toi! grande chance! oh joie dans ton slip! Mais ce n’est pas le cas de toutes. Et si toi ça ne t’arrive pas ou que tu ne le remarque pas, sache qu’il y a des filles qui en sont blessées. Un cas n’est pas une généralité? alors pq dis tu que TOi ça ne t’arrive pas et que NOUS ne devrions pas en faire tout un plat?
    - « bah ouais mais faut les laisser dire » ah bon? quand je me fais traiter de pute je dois laisser dire? Sous quel prétexte? que je suis bien mieux qu’eux? que je sais que ce n’est pas vrai? que je m’en vais la tête haute? Mais bordel, cette tête haute je me la forge. et ce depuis des années…. Et tu sais ce qu’elle me fait cette tête haute et ce regard renfrogné? elle me fait ne plus porter de talons si je sais que je dois rentrer seule (au cas ou je devrais courir…) elle me fait porter mes cles dans mon poings pour faire mal au cas ou…Elle me fait changer de trottoir, d’itinéraire, d’heure de rentrée. elle me fait prendre un taxi pour 15 minutes de marche pour etre sure de renter cool chez moi. Elle me donne des battements de coeur plus fort quand je rencontre qq un la nuit (enfin la nuit… on s’entends hein… dès qu’il fait noir…)
    Et tu trouve ça normal toi? faut s’y faire???
    - » c’est de la drague. c’est tout » Hmmm… laisse moi voir un coup… de la drague? Et c’est censé marcher? non pasque dis moi franchement, me faire traiter de salope qui suce alors que je reviens de mes courses, « combien tu prends? » alors que je suis devant le lavoir , « t’es charmante » avec cette sensation qu’on vient de me déshabiller d’un coup… c’est efficace? Z’ont déja pécho avec ça?? Et moi je dois me sentir flattée??

    Oui la différence je la vois, je la sens. Quand j’ai un sourire bienveillant et un bonjour sympathique , je le vois. Mais pour combien de temps? hm? Un jour , j’en aurai assez et je deviendrai aigrie. Je rembarrerais les gars dans la rue, je deviendrai un pitbull. une « connasse malbaisée »….
    Et la fille (que je n’ai pas mais j’y travaille ;) ) que j’aurai un jour, je lui dis quoi en l’élevant? hm? Non mais franchement, je lui dis quoi? tout ce que je viens de dire plus haut « t’en fais pas, c’est eux les cons… » Elle est belle notre civilisation qui fait de nous des femmes soumises. quelle régression! Quand Twiggy portait des mini jupes et que ma mère sortait sans soutifs, moi je commande une enième paire de doc martens (roses heureusement) parceque j’aime ça mais parceque c’est aussi ce que je vois de plus pratique!! J’ai une collection de robes que je ne mets que quand je sais que je rentre accompagnée. « c’est comme ça, faut t’y faire… »

    MERDE!

    (pardon hein Hélène, mais je déborde… )

  100. #100 Nin le 15 août 2012 à 13 h 54 min

    Tu as bien raison d’en parler sur ton blog! C’est un sujet fort intéressant et d’actualité, de nos jours nous sommes vraiment vue comme des objets (rien qu’à voir les clips de rap)!

    J’ai vue une partie de son film…triste à dire mais beaucoup d’homme nous prenne pour des « trous », je me suis déjà posé la question de savoir si j’étais provoquante ou non, et après avoir demandé à mon compagnon il s’avère que je m’habille normalement, donc le problème vient bien de certains messieurs qui ont des pulsions ou alors des idées mal placées et surtout un manque de respect total envers les femmes!

    Je n’ai pas envi de me vêtir différemment pour éviter ce genre de propos, mais il est vrai que la dernière fois qu’un homme à été insistant dans la rue (voir la main aux fesses, oui j’ai déjà eu le droit, accompagné d’un grand sourir de la part de celui-ci) ce jeune homme s’est juste mangé mon genou dans les parties intime :-) et un grand sourir de ma part…je ne suis pas violente pourtant mais la moutarde m’est monté au nez ce jour là!

    Je rejoins Elte, l’education est vraiment le seul espoir, je me demande ce que certaines ont inculquées à leurs garçons pour qu’ils deviennent ainsi?!

    Espérons un jour que les mentalités changent!

  101. #101 dextouh le 15 août 2012 à 14 h 28 min

    Je ne vois pas en quoi ce sujet est raciste, en effet ce sont principalement des personnes d’origine maghrébine mais elle a fait ce reportage dans un quartier où cette population est importante. Elle aurait fait ce reportage ailleurs, dans une société de batiment par exemple, le résultat aurait été le même mais avec d’autres origines éthniques. J’habite Paris et je ne porte plus de jupes, ni de décolletés, non pas parce que je prends le métro, ni que j’habite un quartier du même type mais parce que dans mon boulot, la finance, ça ne se fait pas…ça ne fait pas crédible…ça déconcentre ces messieurs (peu de personnes d’origine maghrébines dans ce milieu, un jour peut-être, un peu de mixité ne ferait pas de mal !!!). Je me rappelle une remarque d’un manager alors qu’il manquait une chaise dans une salle de réunion où nous devions travailler : pas grave, assieds-toi sur mes genoux !!! ou d’un autre, tu serais pas enceinte ? tes seins ont grossi HAHAHAHAHAHA
    Les pays anglo-saxons s’en sortiraient mieux que nous ? pfffff Debrahlee Lorenzana a bien été licenciée de citybank à New York parce qu’elle « déconcentrait » ces collègues parce que trop belle dans ses tailleurs jupes !!
    Et on n’est pas aidées par nos collègues féminines, alors que j’ai eu une prime assez sympa, une collègue m’a demandé ce que j’avais « fait » à mon associé !!
    Alors les filles, pas de racisme, certains hommes sont machos quelque soit leurs origines ethniques, sociales etc !!
    Ne nous laissons pas faire, et serrons-nous les coudes, les belles, les moches, les grandes, les petites, les mini-jupes et les hijabs !!

  102. #102 Svenska le 15 août 2012 à 15 h 46 min

    J’ai passé un peu vite la lecture des derniers commentaires parce que certains m’ont donné envie de réagir, j’espère donc ne pas être redondante avec ce que certaines auront dit mais je voudrais juste apporter un petit témoignage supplémentaire…

    Je voudrais un peu nuancer ce que s’est dit plus haut… Pour planter un peu le décor j’habite à Paris depuis 2 ans, dans un arrondissement dirons-nous plutôt bourgeois de bonne famille, le 15ème pour ne pas le citer. Je suis arrivée ici avec une image débile de la misogynie qui serait essentiellement la gangrène des quartiers dit « à risque », cette idée que l’on a des jeunes loulous et leurs « mamzelle t’es bonne » qu’on aime citer, pourtant, dans les beaux quartiers aussi, les malotrus sont monnaie courante ! (j’invente pas l’eau chaude, hein, mais certains commentaires plus haut un poil stigmatisant m’ont un peu agacée)

    Les remarques perverses, ici aussi, elles existent. Je crois même qu’elles me gênent encore plus car elles viennent généralement du cinquantenaire type, bon père de famille cadre sup’ l’air bien sous tout rapport, pourtant parfois encore plus vulgaire que n’importe quel jeune idiot qui m’ait abordé dans le passé. Le monsieur bon chic bon genre qui profite du métro bondé pour mettre la main aux fesses, celui qui regarde avec insistance votre décolleté (je suis pourtant du genre planche à pain) en se léchant les babines (ouai ouai), celui qui vous gratifie d’un discret « salope » en passant à vos côtés, ou encore celui assis à côté au cinéma que vous surprenez en tant de se masturber… C’est peut-être plus insidieux, moins « direct », mais c’est tout aussi violent.

    Comme quoi, non, ce n’est pas l’apanage de tels ou tels quartiers, banlieues, et qu’il ne faut pas oublier, comme le pointaient plus haut certaines, que même dans des milieux dit plus « éduqués », les mentalités ne sont guère évoluées… Je sais pas si c’est spécifique à une région, ça me dérange toujours cette image « géographique » du machisme méditerranéen qu’on a souvent, mais revenant d’un voyage en Suède et ayant voyagé également au Danemark, je suis toujours surprise de constater que les femmes scandinaves sont beaucoup plus épargnées que nous sur ce sujet…

    Désolée pour ce commentaire à rallonge qui n’apporte pas grand chose et surtout, merci Hélène d’avoir partagé cette vidéo !

  103. #103 paulibre le 15 août 2012 à 16 h 40 min

    Quand on voit comment les viols sont tabous dans notre société on ne peut pas espérer que des insultes et humiliations soient punis.
    J’ai subi un inceste à 6 ans de la part de mon demi-frère de dix ans mon ainé mais je n’ai pas de preuve pour porter plainte (il pourrait donc se retourner contre moi devant la justice), tout ça pour dire qu’on est pas égales dans nos réactions, quand un homme m’aborde lourdement puis méchamment je suis incapable de me fâcher même si je bous intérieurement, comme si je le méritais, et je culpabilise.
    Y a qu’à regarder « tellement vrai » ou « secret story », des programmes télévisés ou la violence est banalisée, est identifiée comme normale, et pire, ou les agresseurs sont passés comme des victimes parce qu’ils souffrent, vous comprenez.
    En plus on est dans une société où c’est mal vu d’être déprimé, pour les sujets graves on nous laisse un mois ou deux de dueil tout au plus, on a pas le droit d’en parler, on doit passer à autre chose pour ne pas passer pour quelqu’un de faible, et surtout avoir le sourire! Quand on tient des propos féministes on est tout de suite l’aigrie de service, on a pas d’humour si on refuse de rire aux blagues sexistes. une femme digne de ce nom doit être pétillante et heureuse de vivre, féminine et ronde… mais attention ronde comme beyonce, faire du 40 quoi.
    La pire des discriminations selon moi de nos jours est celle qu’on fait aux grosses (à prononcer avec du dédain et la bouche qui se tord), les grosses sont faibles, les grosses sont malades (elles vont mourir de leur obésité, les médecins le disent, donc je ne fais rien de mal en disant qu’il faut qu’elles maigrissent), les grosses n’ont pas de volonté, les grosses sont répugnantes. Personne ne parle jamais de cette discrimination! Perso je suis passée par toutes les tailles et la je commence à me sentir mieux grâce au livre de Zermati, mais bon plus je vieillis et plus je me dis l’espèce humaine est dégueulasse, la pire des animaux terrestre.

  104. #104 paulibre le 15 août 2012 à 16 h 54 min

    Je continue sur ma lancée en racontant quelques anecdotes, genre les « sale grosse » de parfaits inconnus quand je faisais 10 kilos de plus (j’en fais actuellement 85), les regards méprisants dans la rue quand je mets une jupe au dessus du genou. Ouais j’ai pas le poids réglementaire mais je mets des jupes! et devoir subir les anecdotes du beau-frère qui est photographe, qui a du aller au concert de lady gaga et qui raconte « j’ai du voir des femmes qui faisaient plus de 80kilos (!!!) en collants résille, c’était horrible, on aurait dit des jambons! » Et puis dans les soirées, les questions de personnes qui s’intéressent soit disant à toi « mais tu fais pas de sport? » et qui disent que les chips il faut surtout pas en manger parce que ça fait grossir en te regardant méchamment, toi qui en a dans la main et dans la bouche!
    c’est tellement banal, qu’on se moque même des animaux qui sont gros genre « mais ton chat il est GROS! » regard de dégout. Vaut mieux avoir tuer quelqu’un que d’être gros, moi je vous le dis.
    Désolée pour ce hors-sujet mais fallait que ça sorte!

  105. #105 Melitina le 15 août 2012 à 16 h 59 min

    Enjien: Je pense comme toi que ce n’est pas contradictoire. Comme je disais plus haut, j’ai moi-même appris à apprécier les commentaires des hommes sur mon passage, dans la ville d’Amérique Latine où je vis, parce que la plupart du temps ils ne sont pas mal intentionnés. Je n’y vois pas un motif de honte mais le fait d’entrer dans un jeu entre femmes -très féminines et soignées à tout âge- et hommes -qui savent le remarquer- qui est bien présent ici. Mais il y a une barrière bien claire pour toutes les parties et ça ne va pas plus loin (ici on ne drague pas dans la rue, et même en boîte on marche sur des oeufs pour adresser la parole à une femme inconnue). Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait qu’un seuil irréversible est franchi quand l’homme faisant la remarque prend la femme pour un objet de consommation. C’est bien le problème dans les villes d’Europe: la barrière invisible du RESPECT a sauté!!!

  106. #106 Hélène le 15 août 2012 à 17 h 12 min

    Aube: ne t’excuse pas, je suis aussi révoltée que toi.

    Svenska: on est bien d’accord, le machisme n’est pas une caractéristique scandinave.

  107. #107 laurence le 15 août 2012 à 20 h 02 min

    Aube: Bravo Aube, je ne sais pas quel âge tu as mais moi qui ai mis un com plus haut, tu résumes bien ma révolte et ce post devrait être mis à la une des coms. Je ne décolère pas depuis. Merci, bonne soirée

  108. #108 Vergeture le 15 août 2012 à 21 h 19 min

    Aube: Aube a tout dit. Son commentaire est exactement ce que je ressens !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  109. #109 laurence le 15 août 2012 à 22 h 21 min

    Je voulais simplement rectifier car on ne sait jamais donc je ne décolère pas DEPUIS LE VISIONNAGE DE CE REPORTAGE (la moitié de ma phrase s’est envolée!) et encore BRAVO AUBE

  110. #110 Titine le 16 août 2012 à 2 h 09 min

    C’est principalement à analyser à travers le spectre de la misère sexuelle et de la frustration qui en découle.

  111. #111 Tsaritsa le 16 août 2012 à 2 h 43 min

    Alice: Chacune décrit son expérience personnelle , n’est-ce pas ? Je déteste les clichés mais je n’ai rencontré ce genre de comportement que chez lez jeunes arabes . Heureusement , je vis dans une ville où on ne les croise quasiment jamais . Mais je vais assez souvent à Paris et je déteste la Gare du Nord . Tous ces jeunes hommes frustrés qui cherchent à vous salir , a vous toucher , à vous insulter, à dire des vulgarités à votre époux  » Tu la baises bien ta meuf ? ta kékette monte bien ?  » etc. ……je ne sais pas comment ça se passe ailleurs , mais là c’est bien les jeunes hommes arabes ….une fois je rentrais seule , j’ai raté le train direct et ai été obligée à prendre le RER . Et qui vient pour m’embêter ? Un arabe !!! Un monsieur d’origine africaine est intervenu en lui disant d’arrêter de m’importuner, il s’est fait insulté . Alors quand vous vous indignez , je peux vous comprendre mais ….

  112. #112 sakura le 16 août 2012 à 5 h 00 min

    coucou helene,
    justement je voulais voir cette video , je trouve cela horrible en 2012 de voir des cas comme celui la.
    j´ai vécu plus de 6 ans au perou et la-bas c´etait tous les jours des sifflements , des phrases genre: mamacita que rica estas…t´es bonne…et meme des mains aux fesses, je pouvais pas m´habiller comme je voulais , et meme en jean c´etait pareil …je vis a present au japon depuis plus de 3 ans et je vois la grande difference , je me mets en jupe tous les jours , les japonais ne disent rien…c´est genre des regards tres discrets mais jamais d´insultes ni rien donc je dirai principalement que le probleme est l´education et la culture.les seules fois ou on m´a embété c´etait des immigrés thais ou des latinos .
    j´espere qu un jour les choses changeront positivement pour nous les femmes!

  113. #113 Mandàrine le 16 août 2012 à 7 h 50 min

    Aube est notre porte-drapeau !

  114. #114 Hélène le 16 août 2012 à 12 h 09 min

    sakura: ah oui au Japon on doit pas être emmerdée, ça doit être top de ce côté.

  115. #115 Lu le 16 août 2012 à 15 h 38 min

    (Bonjour, tout le monde !)
    C’est pourtant dans des pays comme le Japon que l’on a mis en place des voitures spéciales, dans les transports en commun, où ne peuvent entrer que les femmes.
    Sur Internet, on trouve plusieurs articles résumant assez bien la chose et le fait qu’aujourd’hui encore, beaucoup de femmes se taisent face à certains actes pourtant intolérables.
    (Exemple ici : « Japon : un métro nommé non mixité » http://nopasaran.samizdat.net/spip.php?article1054)

  116. #116 Hélène le 16 août 2012 à 15 h 54 min

    Lu: pas faux…

  117. #117 Carolina le 16 août 2012 à 17 h 50 min

    Bonjour à toutes et merci à toi Hélène de relayer cette info.

    Effectivement, c’est un sujet grave et j’en ai par dessus la tête d’entendre des « Mais si elles sont agressées, c’est qu’elles le cherchent » et autres « Si elle n’a pas envie d’avoir des problèmes, elle n’a qu’à pas porter de jupes ».

    C’est tout de même effroyable en 2012 d’entendre encore cela, ne trouvez-vous pas ?
    En ce qui me concerne, je suis constamment ennuyée dans la rue. Il ne se passe pas un seul jour sans que j’aie à subir des remarques effroyables et des regards pervers.

    En juin de cette année, j’ai été physiquement agressée par deux types, à 09h30 du matin sur les Champs-Elysées, et pas une seule personne n’a réagi. Ce qui m’a sauvée a été ma vigilance, ni plus ni moins. J’ai juste eu le temps de me débattre et de bondir hors de portée, mais je n’ose imaginer ce qu’il aurait pu arriver si je n’avais pas fait attention.

    Je suis une simple jeune femme de 27 ans, parisienne, qui ne cherche pas à provoquer l’attention. Et puis quand bien même, nous avons toutes le droit de nous habiller comme bon nous semble, sans avoir à subir d’agressions ou de commentaires, simplement parce qu’on est femme.

    Au sujet du docu de Sofie Peeters, beaucoup de détracteurs et de misogynes arguent qu’il s’agit là d’un cas belge, donc isolé et que ça ne concerne personne en France. Grosse erreur, que beaucoup de françaises ont très vite soulignée !
    Je vis à Paris depuis quatre ans maintenant et je constate un grave renforcement du danger depuis quelques mois. Pour exemple, désormais je ne vais plus du tout dans certains quartiers de Paris, car je sais que je risque une nouvelle agression. Il y a trois ans, jamais je n’aurais pensé à cela.

    Je sais aussi pertinemment que je ne suis pas un cas isolé, et c’est précisément cela qui m’inquiète. Nous sommes des milliers à souffrir des agressions au quotidien. Aujourd’hui, je voudrais savoir comment faire avancer les choses, car nous devrions profiter de la bombe lancée par Sofie Peeters pour tenter de faire bouger les choses. Comment faire ? Car nous devons absolument faire en sorte que le témoignage de Sofie Peeters ne soit pas qu’un simple feu de paille.

    Merci de partager vos idées si vous en avez !

  118. #118 Titine le 16 août 2012 à 19 h 15 min

    A Carolina : un conseil donné il y a de nombreuses années, par une de mes profs, new yorkaise d’origine (les quartiers pas sûrs, elle avait connu !!) : marcher d’un pas rapide, assuré, regarder droit devant soi, comme quelqu’un qui sait parfaitement où il va, ce qu’il veut, ce qu’il fait. Un autre conseil, c’est comme tu l’as dit, d’être bien sûr vigilante, en alerte.

  119. #119 Miss BlackLine le 16 août 2012 à 22 h 41 min

    j’ai vu cette vidéo et j’ai été sidérée je dois bien le dire !! voir ça en 2012 c »est juste hallucinant… je pense que souvent c’est la bêtise et non éducation qui fait mal parler !
    j’ai eu des ptits soucis quand j’étais plus jeune faut surtout pas relever continuer droit devant sure de soi..
    après moi je vis dans le sud est et franchement par chez moi c’est ultra rare ce genre de trucs et que ça dure…

  120. #120 julie le 16 août 2012 à 22 h 54 min

    Hélène, je trouve ça extrêmement courageux et engagé de ta part, en tant que femme et citoyenne, de publier ce court métrage sur ton blog

  121. #121 Aude le 16 août 2012 à 23 h 25 min

    Bonsoir à tous/toutes.
    Je voulais juste réagir à l’une des explications données sur le forum :
    On met beaucoup en avant le fait que ces réactions machistes viennent d’un manque d’éducation. Je suis d’accord sur le fond, dans le sens qu’il est archi-nécessaire de faire comprendre que femme = PAS objet à disposition pour ton bon plaisir, mais je pense que ce genre d’éducation sort du cadre familial seul (j’ai vu à plusieurs reprise que le rôle des parents, et surtout des mères, étaient pointées du doigt, et pas seulement sur ce forum).
    Pareil pour l’explication sociologique : Sofie Peeters met en avant le fait que ce sont surtout des hommes issus de milieux défavorisés qui sont les auteurs de ces agressions. C’est vrai pour ce qui est de la vidéo, mais il me semble que ce ne peut pas être – ou du moins qu’en partie – l’explication au problème, qui est aussi présent dans les milieux plus favorisés (on peut prendre l’exemple du patron qui profite de son statut pour draguer (au sens lourd et gênant du terme) son employée…ou de Strauss Kahn, ça fonctionne aussi).
    Du coup je me demande si le problème n’est pas à chercher plus haut. J’ai remarqué plusieurs fois, qu’il y a une sorte de « légitimité » à la domination masculine. Les exemples qui me viennent en premier sont avant-tout la pub ou les magazines, où l’on peut voir de charmants messieurs obtenir tout ce qu’ils veulent avec un sourire aguicheur et un regard appuyé (cf. pub du parfum machin où le mec claque des doigts et apparaissent successivement voiture, jolie blonde,…), ou les « conseils » des magazines féminins aboutissant généralement sur « faites des efforts pour lui plaire, mais pas trop pour qu’il ne se sente pas écrasé» (je n’ai pas d’exemple concret car je réagis sur le coup, mais c’est parfois ce qui ressort de mes lectures de magazines féminins) et qui entretiennent le côté « femme = jolie chose discrète et inoffensive ». Je me demande du coup si ces archétypes n’entretiennent pas cette vision de « femme-objet », et ne sont pas juste un florissant business, dédié à nous faire consommer plus en nous faisant rêver sur des modèles imposés à atteindre…d’où la frustration ressentie par les hommes de la vidéo, issus des milieux défavorisés. C’est un peu le serpent qui se mord la queue : on sait en temps que femme qu’on ne correspond pas à ces modèles, mais ils sont entretenus malgré nous, sans que l’on y fasse vraiment attention, car présentés sans cesse comme une normalité.
    Je sais je vais loin, après je ne prétends pas détenir LA vérité, peut-être que je me goure complètement, tout ce que j’écris est la transposition de la foule de questions qui défilent dans ma tête, et que j’aimerais partager pour essayer de trouver des réponses. Je n’excuse en rien ce genre de comportement qui me révolte et me rend aigrie à force d’y être confrontée, peu importe ma tenue (j’admet que sur ce plan, il y a une part de hasard), je cherche juste à comprendre.

    Ici s’achève mon pavé!
    Merci Hélène d’avoir partagé cette vidéo, elle (et les débats qui en découlent) est d’utilité publique!

  122. #122 Hélène le 17 août 2012 à 9 h 45 min

    Aude: ton commentaire est extrêmement intéressant et intelligent, et ton analyse de ce problème de la femme objet fragile à la disposition de l’homme, entretenu par toute la société (et la presse féminine, toujours aussi con à bien des égards), tient complètement debout, à mon avis.

  123. #123 laurence le 17 août 2012 à 10 h 55 min

    Aude: ce que tu dis est très intelligent et, comme Aube, ton commentaire devrait être mis en avant et tu ne vas pas loin du tout dans ton analyse, le ton est juste. Bonne journée

  124. #124 Isabelle le 17 août 2012 à 14 h 43 min

    On parle beaucoup du machisme « latin » mais je ne suis pas complèment d’accord. J’ai vécu toute mon enfance et adolescence en Espagne, jusqu’à l’âge de 18 ans. Jamais, mais vraiment jamais, je ne me suis sentie mal à l’aise sous prétexte que j’étais une fille. Même dans les boîtes de nuits où je rentrais habillé comme une « grande » pour qu’on ne me demande pas mon âge.
    Quel changement quand je suis rentrée en France! Les garçons agressifs dans les soirées, les commentaires sur ma façon de m’habiller… J’adorais les mini-jupes en Espagne (les automobilistes me cédaient le passage piéton, même quand ça n’était pas mon tour :D ), j’ai vite revue ma garde robe.
    Mes copines espagnoles sortaient toujours comme leurs frères, il n’y a que dans les familles françaises où j’ai entendu des « oui mais ton frère c’est pas pareil ».
    Mon père d’origine espagnol m’a toujours encouragé dans mes études d’ingénieur, alors que mes professeurs français me disaient, « attention c’est un métier d’homme ».
    Il n’y a qu’en France qu’on m’a dit, dans un milieu professionnel « Je vous ré-explique, parce que comme vous êtes des filles je ne suis pas sûr que vous ayez compris du premier coup »
    Sans règles de quota, il y a plus de députés femmes en Espagne qu’en France. Les femmes ont eu le droit de vote là-bas avant nous, les femmes ont un meilleur accès à l’avortement, contrairement en France où on réduit la taille des services de gynécologie.
    Pour moi c’est triste mais j’ai toujours perçu la France comme un pays très mysogine qui ne veut pas regarder les choses en face… Et moi qui suis une personne tout sauf engagée, je commence à m’en inquiéter et à me documenter sur les différentes associations féministes qui existent. Parce que finalement, le combat ne fait que commencer… en 2012 c’est quand même malheureux de constater ça.

  125. #125 Hélène le 17 août 2012 à 19 h 15 min

    Isabelle: tu n’as pas tort du tout, et si on va plus loin, le mariage homosexuel est légal en Espagne depuis des années, ce qui est aussi un signe d’avancement moral et social d’un pays.
    La France est finalement extrêmement rétrograde, dans plein de domaines, berk.

  126. #126 Arcimboldo le 18 août 2012 à 21 h 04 min

    Ça fait du bien de parler de cela. Mais malheureusement mon pessimisme l’emporte, et je ne vois pas comment les choses pourraient changer. Peut être dans 100, 200 ans (et encore avec de l’optimisme).
    Quelques témoignages supplémentaires sur le site de ELLE.fr (société):
    http://elle.sfr.fr/Societe/Les-enquetes/Harcelement-de-rue-vos-temoignages-2140448

    J’avais lu aussi un article intéressant à ce sujet il y a peu sur Mediapart (club je crois), mais je ne l’ai pas retrouvé pour le moment:
    c’était plus une critique de S Peeters, ce qui est aussi intéressant car ça permet de voir un point de vue différent et surtout une dédramatisation.

    J’ai eu ce genre de remarques surtout quand j’étais au lycée et que je prenais très souvent le bus et le metro à Lyon (ou que je me promenais régulièrement en centre ville). Aujourd’hui je fais tout cela beaucoup moins, et en plus je prends moins le métro, car je prends plus la voiture dernièrement, et c’est appréciable… Sinon dans le métro j’ai le nez dans un livre, je ne capte absolument plus rien de ce qu’il y a autour…
    mais bon, pour en revenir à ma première phrase, quelle est la solution? Si on le savait! On n’est même pas capable de se battre contre les mesures abjectes anti-crise, alors se battre contre des crétins testosteronés? Peut être faut-il toutes se la jouer seins nus à la FEMEN pour marquer les esprits un grand coup?

  127. #127 Arcimboldo le 18 août 2012 à 21 h 15 min

    Isabelle: alors là je ne suis pas tout à fait d’accord.
    En espagne les hommes « hèlent » aussi, et en particulier des plus de 60 ans…. (J’ai moi aussi vécu en Espagne quelques années, notamment dans un petit village de Castille et à Madrid).
    et le second point important c’est l’avortement! En espagne c’est « légal » que depuis 1985!!!! 1985! Ensuite, suivant 3 conditions: viol, handicap du foetus, et « fragilité psychologique » de la femme. Le dernier point etant celui par lequel les femmes se font avorter, sur avis du médecin, mais cela ne constitue pas un droit « libre » à l’avortement.
    Deplus, depuis quelques mois il y a des manifestations monstrueusement « peuplées » de lobbying anti avortement. Et enfin, Gallardon, ministre du gouvernement de Rajoy (Parti Populaire conservateur) souhaiterait supprimer plusieurs conditions à l’avortement, en premier lieu celui de l’handicap du foetus, et même certains articles disent qu’il ne voudrait laisser que l’avortement quand il y a eu viol… L’avenir nous dira ce qu’il fera…
    Les lobbying religieux sont forts en Espagne, et l’opus dei très riche et puissant.

  128. #128 Arcimboldo le 18 août 2012 à 21 h 22 min

    Arcimboldo: oups, je suis encore obligée de poster une petite précision, désolée pour ce « spread » de messages.
    Tout ça pour dire, que le gouvernement de Zapatero a adoucit quelque peu la loi sur l’avortement en 2010, et il semblerait qu’en 2012 ce soit un droit libre, sans justification aucune (encore moins de « maladie psychologique »).
    Tout cela reste bien fragile, et ce n’est donc pas le pays que je prendrai comme exemple pour les droits des femmes…
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/07/05/avorter-en-espagne-devient-un-droit_1383342_3214.html

  129. #129 gossip girl le 19 août 2012 à 19 h 04 min

    Quand je regarde ce reportage, j’ai les poils qui s’hérissent (et Dieu sait si j’en ait)…
    J’ai découvert cette vidéo il y a qql temps sur le net. Et comme beaucoup d’entre vous ça me révolte, qu’en 2012, une femme ne peut pas être « femme » à part entière sans se faire insulter, rabaisser par une bande d’incultes, à moitié illettrés et misogyne.
    Le fait de faire partie d’une classe défavorisée ne doit pas être une excuse à ces actes de sauvageons.

  130. #130 Aude le 20 août 2012 à 19 h 00 min

    Merci Hélène et Laurence! Ca fait plaisir de savoir qu’on peut aborder le parallèle sexisme/société de consommation sans voir les yeux se lever au ciel!

    J’ai trouvé une suite à mon exemple de pubs avilissantes, c’est…édifiant :
    http://www.youtube.com/watch?v=VRRql9jZ4vo

    Pour la « légitimité » de la domination masculine, je crois que le buzz en ce moment sur l’article du dernier Lara Croft de Joystick parle de lui-même…

  131. #131 Clémentine le 31 août 2012 à 23 h 19 min

    J’arrive un peu après la « bataille ». Je n’ai pas tout lu, mais je trouve ce sujet très intéressant. J’habite dans une ville de banlieue réputée à pbm à cause de certains de ses quartiers. Ici, se faire harponner ds la rue par des hommes (parfois en bande), est monnaie courante. Certaines de mes amies ont peur de se promener seules ds la rue, j’ai la chance d’avoir de la répartie et une gde bouche. Je m’en prendrais peut être une un jour (quoique ça m’étonnerait), ms répondre en tapant là où ça fait mal, ça calme tout de suite ces machos bien sûrs d’eux. Je réponds avec calme, ms celui à qui j’ai dit un jour: « Tu feras moins le malin le jour où c’est ta petite soeur que ton pote sifflera ds la rue » a changé d’expression bien vite. Et oui, parler de la petite soeur,, potentielle « victime », c’est tabou.
    Je suis sortie une fois de mes gonds, un jour ou un homme se faisait insistant, alors que j’étais avec mon fils de 2 ans!! Etre considérée comme un objet devant mon propre fils, qui j’espère ne se comportera jms de la sorte, ça a été bcp tp pr mes nerfs.
    Cela dit, il est hors de question pr moi de renoncer à ce qui fait ma féminité pr éviter ça. Je les remets à leur place, selon la situation avec parfois une touche d’humour, et en général ça passe très bien!

  132. #132 Cocobohème le 4 septembre 2012 à 19 h 49 min

    On en parle aussi sur Radio Nova,…( http://www.novaplanet.com/novaactu/news/linsoutenable-quotidien)
    Espérons que la diffusion massive de ce type de documentaire fera réfléchir un grand nombre de gens…
    Bonne soirée à toutes !

  133. #133 Titine78 le 4 septembre 2012 à 21 h 01 min

    Apparemment cette video a fait réagir en Belgique :
    http://www.liberation.fr/monde/2012/09/04/la-ville-de-bruxelles-va-punir-les-insultes-dans-la-rue_843802

    en espérant que cela soit efficace !

  134. #134 Hélène le 4 septembre 2012 à 21 h 17 min

    Clémentine: bravo pour ta répartie !

    Cocobohème: Titine78: croisons les doigts !

  135. #135 Lucie C le 13 septembre 2012 à 19 h 24 min

    Je constate en regardant un peu les commentaires que je ne suis pas la seule à être embêtée (pour pas dire autre chose) par les racailles, machos et autres…
    J’habite dans un petit village du Sud. Charmant me dira-t-on ! Or, je ne le vois plus comme ca depuis déjà un bon moment. Les dragues lourdes, les demandes de numéro de téléphone, et même une fois une demande en mariage dans la rue comme ca par un homme qui devait avoir 30 ans de plus que moi et que je n’avais jamais vu !! Ici, ces « racailles » qui ne font rien et qui restent donc sur la place du village toute la journée me voient donc à longueur de temps! Non pas que je passe mon temps à trainer dehors mais il faut bien que j’aille chercher le pain, je vais à la pharmacie etc et ils sont TOUJOURS là … Alors quand ce sont les hommes plus âgés, ce sont les regards perveres et les demandes déplacées et quand ce sont les jeunes et ados, ce sont les insultes. Je me fais traiter de tout, rien qu’en promenant mes chiens alors que je ne demande RIEN !! J’ai déjà été voir avec mes parents la police du village (qui n’est pas grand-chose mais bon…) et ils m’ont dit qu’ils allaient essayer de leur parler, qu’ils ne pouvaient pas faire grand-chose, qu’il fallait se mettre à leur niveau !!! Alors quoi ? Je dois moi aussi vociférer aux gens qui passent des insultes? Si j’écris aujourd’hui, c’est parce l’un d’eux m’a balancé une bouteille en verre tout à l’heure et qu’elle a atterri à un mètre à peine de ma jambe et de mon chien. Je dois donc me retourner et attendre que le verre me défigure pour pouvoir porter plainte ? Enfin voilà, cela me rassure mais m’afflige tout autant de voir que c’est la même chose un peu partout … Que quand c’est un groupe d’hommes qui va jouer à la pétanque ou alors une femme d’un certain âge, là on ne dit rien mais une jeune fille, là évidemment on peut tout se permettre hein, elle ne dira rien ! Les insultes ne marchent pas et la diplomatie non plus … Je me demande bien où cela ira mais je souhaite « bon courage » à toutes les filles/femmes qui subissent cela au quotidien !

  136. #136 caro le 14 février 2013 à 11 h 37 min

    Bonjour, je voudrais pouvoir visionner le film en entier.
    Quelqu’un sait il où je peux contacter Sofie Peeters.
    je veux bien acheter un dvd s’il faut…

Les commentaires de ce blog sont modérés.

Laisser un Commentaire

Remonter en haut de la page