19 mai 2010

beaute Est ce normal de ne pas avoir envie de faire un enfant ?, par Debbienounette maquillage

« Je m’explique, j’ai 25 ans et l’idée d’avoir un enfant ne m’a jamais plus attirée que ça. Bien sûre je me suis dit, un jour j’aurais un enfant, mais un jour comme tout le monde, et comme la « normalité » ou le cours de la vie le veut !

La vie a voulu que je me retrouve belle-maman de deux enfants, ado et préado, et à m’en occuper à 100% avec leur père, la maman n’est malheureusement plus de ce monde.

J’ai quand même voulu savoir assez vite si ce Monsieur (oui on a quelques années de différence – 20 pour tout dire) souhaitera encore un jour un petit ou une petite troisième. Au début il n’était pas contre, mais quand même il ne préférait pas… Et des fois il me disait qu’au fond non il n’en voudrait pas un de plus. Après les épreuves passées, il a envie de profiter de la vie, à deux.

Le jour où finalement il m’a dit qu’il n’en voudrait pas un de plus, j’ai eu très mal, comme un poignard dans le cœur (bizarre non ???). Mais au fond je ne sais même pas si un jour dans 5 ou 10 ans j’en voudrais un à moi ? Quelque part oui, l’idée de me retrouver seule sans ma famille à 50 ans (ou avant, on sait jamais, une histoire d’amour peut bien se terminer un jour) me fait peur et je me dis « je ne serais pas normale, j’aurais plus rien ! ». Alors je me pose des questions… (par moments). Car je l’aime celui-là, vraiment, et on sera bien à deux. Mais « sacrifier » un bébé, mon bébé pour une histoire d’amour, ça me turlupine (mais encore une fois, je ne sais même pas si je voudrais d’un bébé ! Grossesse, accouchements, etc., et à l’adolescence, merci, je m’en passerais bien).

Qu’en pensez-vous ? Celles qui ont eu des enfants, est-ce que ça a toujours été un souhait, une profonde envie ? Celles qui n’en ont pas encore, est-ce que c’est une envie profonde que vous avez ? Et celles qui n’en ont pas eu ou plutôt « pas voulu », comment le vivez-vous aujourd’hui, des regrets ?

Je sais bien que j’ai le temps, mais comme ma mère m’a toujours dit « tu grandis trop vite ! » alors ces questions je me les pose, déjà…

Merci les filles pour vos avis, ressentis, témoignages !

Signé : Debbienounette »

Recherches utilisées :

  • 28 ans et pas envie de bebe
  • Pas avoir denfants anormal
  • l\envie d\enfant m\est passée
  • L\arrivée d\un enfant ne fait pas forcement le bonheur des jeunes couples quelque arguments
  • je ressent pas l envie d avoir un enfant
  • je ne sais pas si je voudrai un jour un enfant
  • jai peur de ne jamais vouloir denfant
  • j ai pas envie de faire des enfants
  • est ce normal de ne pas vouloir d enfants
  • désir denfant non partagé
  • aucune envie de bebe est ce normal
  • a 28 ans je ne veux toujours pas de bebe qu est ce que ca veut dire
  • 30 ans pas envie bébé
  • pas envie d\être enceinte

Vous aimerez aussi :


Commentaires

125 Réponses sur Est-ce normal de ne pas avoir envie de faire un enfant ?, par Debbienounette
  1. #1 Cécile de La Réunion le 19 mai 2010 à 8 h 18 min

    Bonjour Debbie,

    Pour répondre à ta question , je pense que oui, c’est tout à fait normal de ne pas vouloir d’enfants. Du moins ce n’est que mon avis. Je n’ai pas encore d’enfants, je suis encore trop jeune d’ailleurs pour en avoir ( même si des filles de mon age sont déjà maman, 22 ans).
    Décider de faire un enfant c’est pour moi une grande décision. Des fois ça arrive qu’on ne la pas décider aussi. Moi je suis un peu comme toi, je ne sais pas si j’en veux. Ce qui est sure c’est que là tout de suite c’est hors de question, ni dans les deux à trois à venir. Si je / on fais un bébé, je veux pouvoir l’élever.
    Je n’en veux pas car je me vois mal maman , je me sens encore « gamine » des fois, et j’ai peur de ne pas avoir la patience, et un bébé ça grandit, ça devient ado …
    Et j’en veux car je veux connaitre la joie d’être enceinte, de sentit un petit être dans mon ventre, de pouvoir allaiter.
    Donc ne t’inquiète pas trop, si tu sens que tu veux faire un bébé, parles en avec ton compagnon. Et si tu n’en veux pas, ça ne sera pas la fin du monde.
    Voilà pour ma petite contribution à ton texte! :)

    Bonne journée à toi!

  2. #2 Sarah S le 19 mai 2010 à 8 h 40 min

    Je trouve ça super intéressant… J’ai 20 ans et l’idée d’avoir un enfant me rebute complètement, que ce soit demain, dans 10 ans, même 20 ans… C’est simple je n’en veux pas ! Les gens autour de moi me disent tt le temps « T’inquiètes pas, tu changeras d’avis » mais je ne veux vraiment pas changer d’avis.
    C’est pas que je n’aime pas les enfants, j’ai 2 neveux que j’aime énormément, j’aime passé du temps avec les enfants, ms les enfants des autres svp ! Je crois que je n’ai juste pas la fibre maternelle, je n’ai pas du tout envie d’être enceinte. Ma vie je ne la vois pas avec un enfant, je veux vivre, voyager, me consacrer à mon travail, faire ce que je veux quand je veux, profiter ; et rien que l’idée de devoir faire ma vie par rapport à quelqu’un d’autre, même si c’est mon enfant, c’est NO WAY ! Trop de sacrifices que je ne crois pas pouvoir faire…
    Le plus marrant dans tt ça, c’est que je fais des études de médecine, et que je veux me spécialiser dans la gynécologie obstétrique…

  3. #3 Nivelle le 19 mai 2010 à 8 h 48 min

    Je pense surtout qu’il ne faut pas se prendre la tête : si tu en as envie un jour tu verras à ce moment !
    Et vouloir être normale est une envie compréhensible, mais en vrai c’est ta vie et tu peux en faire ce que tu désires… c’est le plus important à mon avis.

  4. #4 isa13687 le 19 mai 2010 à 8 h 59 min

    c’est une bonne question…. je pense que oui c’est normal de ne pas en avoir envie… pourquoi ça ne le serait pas? et puis tu n’est tout simplement peut-être pas prête maintenant pour en avoir, peut-être changeras tu d’avis dans quelques années…
    je me pose la même question que toi… j’ai 23 ans, j’adore les enfants, jouer avec eux, leur raconter des histoires, les rassurer, rentrer dans leur petit monde imaginaire… je trouve ça vraiment génial… mais ce sont les enfants des autres, je ne sais pas si j’éprouverai autant de plaisir à faire toutes ces petites choses si ce sont mes enfants, si j’aurai autant de patience au quotidien… et puis un bébé (même si je sais que ça grandit vite), ça me fait peur… peur de ne pas comprendre ce qu’il a quand il pleure, qu’il s’étouffe en dormant, je ne sache pas comment lui apporter ce dont il a besoin… étant d’un naturel anxieux en temps normal, la perspective de rajouter une peur si grande dans ma vie ne me tente pas du tout…. par contre c’est un grand sujet de débat puisque mon ami, lui en veut des enfants et plusieurs! pour l’instant, je n’ai pas de réponse catégorique à cette question, alors je l’ignore et je me dis que je me la reposerai dans quelques années… il me reste du temps…

  5. #5 cec jeune mariée le 19 mai 2010 à 9 h 07 min

    Bonjour Debbie,

    Moi je suis « entre deux » ;) comprendre : 35 ans, enceinte de 6,5 mois donc je n’ai pas encore d’enfant techniquement parlant !

    Je comprends déjà que tu ai pu ressentir de la douleur, « un couteau dans le cœur » quand ton compagnon t’a annoncé ne plus vouloir d’enfant : que tu en veuille ou non, ce que tu as entendu c’est qu’il ne veut pas d’enfant avec toi… si la raison te rappelle que ce n’est pas « avec toi » mais plus d’enfant tout court, c’est quand même la première chose que le cœur entend – et le fait tout d’un coup de te sentir privée d’un choix que tu pensais avoir.

    Moi j’ai toujours su que je voulais des enfants – mais je trouve tout aussi normal de ne pas en vouloir, et il est vraiment important de refuser le jugement des autres là-dessus, c’est ta vie !

    Te retrouver seule à 50 ? Oui peut être, j’ai des amies seules de cette âge là – avec ou sans enfants… je ne crois pas que celles qui ont des enfants se sentent consolées de ne pas avoir l’âme sœur à leur coté parce qu’elles ont des enfants :) leurs vies sont différentes, celles sans enfants sont souvent plus ouvertes aux personnes hors famille, et ont souvent des liens d’amitié très fort avec quelques personnes. Et les neveux et nièces adorent avoir des oncles et tantes très disponibles pour eux ;)

    Et si tu changes d’avis ? L’homme avec qui tu vis est quelqu’un qui n’a pas peur de l’engagement visiblement et qui connait le prix du bonheur vu ce qu’il a déjà traversé – si tu es malheureuse de son refus d’enfant, il y a de grandes chances qu’il ait envie de te voir profondément heureuse….
    Je crois que le désir d’enfant non partagé peut être une cause de rupture quand les deux ont vraiment une envie profonde – un rejet profond, mais ce n’est pas le cas pour ton couple à la base, c’est le résultat des circonstances.

    Mon homme est plus âgé que moi, il a passé 17 ans avec son ex, et pas d’enfant – on en a reparlé récemment, il m’a dit qu’il ne se voyait pas avoir d’enfant avant notre rencontre mais qu’avec moi ca faisait très clairement partie du « contrat » depuis le début, et qu’aujourd’hui il était ravi que ca arrive :)

    Je crois que c’est bien de te poser toutes ces questions, ca te permet de réfléchir et d’anticiper – mais rappelles toi que tu n’as en fait aucune décision à prendre, tu sauras un jour ou l’autre :))

  6. #6 Fruit le 19 mai 2010 à 9 h 09 min

    Biensur que NON, il n’est anormal de ne pas vouloir avoir d’enfant. Comme il ne semble pas anormal d’en vouloir. En fait, au fond, je crois qu’il n’y a pas de normalité.
    Je viens d’avoir 33 ans et je suis enceinte.
    Pendant très longtemps, je n’ai pas voulu d’enfant. Ils ne m’attiraient pas, je ne trouvais pas « ça » intéressant. Je ne le clamais pas haut et fort, je ne me posais pas de question, je m’en foutais.
    Et puis l’envie a germé je ne sais comment. Et un jour, mon envie d’enfanter est devenu une évidence. C’était un peu comme si tout mon corps et aussi mon cœur le réclamait. C’était y’a pas très longtemps. On a longuement discuté de tout ça avec mon conjoint. Lui était plutôt content de mon changement de position. Moi, un peu perplexe encore.
    J’avais cette envie indescriptible de mettre au monde un enfant et en même temps, cette peur effroyable de mettre au monde un enfant dans un monde qui part en vrille et dont on ne sait de quoi il sera fait demain.
    Je me suis posée énormément de questions avant de franchir le pas. Je trouvais que cette envie d’avoir un enfant était un peu égoïste en fin de compte. Et puis, est-ce que j’allais arriver à l’aimer suffisamment ? à l’élever correctement ? ….
    Enfin comme le dit si justement Nivelle, à un moment faut arrêter de se prendre la tête et juste se poser la bonne question : ai-je envie d’avoir un enfant ? au fond, qu’est-ce que je désire ?
    Alors voilà, dans un mois, je vais mettre au monde un petit garçon. Bien entendu il n’a rien demandé mais je suis certaine d’une chose : son papa et moi allons l’aimer, et essayerons de lui donner le meilleur.
    Voilà, ça c’est mon histoire à moi. Et même si je continue de penser que faire un enfant est purement égoïste, je suis terriblement heureuse. L’être humain est fait de contradiction, n’est-ce-pas ?!?
    Alors voilà, je crois juste qu’il faut que tu t’écoutes et que tu sois en adéquation avec toi-même.
    Enfant ou pas enfant, il n’y a pas une recette du bonheur.

  7. #7 Sandrinette le 19 mai 2010 à 9 h 12 min

    Bonjour.

    Je ne porte aucuns jugements sur ton ressenti ou sur tes opinions, je m’interpelle juste sur quelques petites choses que tu as dit.
    Je ne veux surtout pas te blesser non plus.
    Je vais essayer de prendre le plus de gants possible dans ce que je vais dire mais c’est pour mieux comprendre et éventuellement (c’est le but quand même) créer un déclic chez toi qui te permettrait de mieux comprendre le pourquoi du comment. Et un déclic chez moi aussi parce que je me pose les mêmes questions à peu de choses près et ce même si nos histoires n’ont aucunes bases communes. ;-)

    « Quelque part oui, l’idée de me retrouver seule sans ma famille à 50 ans (ou avant, on sait jamais, une histoire d’amour peut bien se terminer un jour) me fait peur et je me dis « je ne serais pas normale, j’aurais plus rien ! » »: c’est comme si tu voulais une famille pour ne plus être seule et ne pas souffrir du complexe de l’abandon.
    Mon idée à moi (je n’ai pas d’enfants), c’est que l’on a aucune prise sur la vie et l’avenir de nos enfants ou de qui que ce soit d’ailleurs. Donc faire des enfants pour ne pas être seule ou mourir seule peut être dangereux parce que irréalisable (dans certains cas, je ne généralise pas) et donc faire encore plus souffrir lorsque l’on s’en rendra compte. De mon point de vue bien sûr qui n’engage que moi.;-)

    « Mais « sacrifier » un bébé, mon bébé pour une histoire d’amour »: pour moi un enfant est la concrétisation d’un amour, c’est une envie naturelle (ou pas) à deux. Je ne parle pas du verbe employé « sacrifier » parce que j’ai bien noté les guillemets.
    Je m’interroge parce que tu sembles dissocier le couple des parents. Ce que je comprends parce que l’on peut être mère, femme et amante mais là tu sembles dire que non. C’est soit l’un soit l’autre et le tout n’est pas compatible.
    Peut-être que je me trompe et je vais donc attendre que tu répondes pour le savoir.

    Je n’ai pas d’enfants et je rêve d’en avoir mais je crève de trouille à l’idée de ne pas savoir gérer et de tout faire de travers.
    Et je pense que c’est pour ça que je ne « choisis » pas les bons compagnons pour ne pas à avoir à m’investir plus que ça et donc à ne pas être obligée d’affronter cette immense trouille. ;-)

    Qu’est-ce que la normalité? C’est très subjectif et personnel comme terme. Profite de tous tes moments de bonheur et la vie t’en donnera encore plus.
    Et si le moment doit venir, alors il viendra.

    Carpe diem. ;-)

  8. #8 Miss Bean le 19 mai 2010 à 9 h 19 min

    J’ai envie de te dire que vouloir un enfant pour ne pas être seule n’est pas forcément une bonne chose à faire. Bien sûr l’instinct maternel a répondu aux paroles de ton ami et c’est tout à coup réveillé pour te dire que tu déconnais peut être. Mais étant encore plus ou moins une enfant, ou plutôt une femme-enfant, je pense que les raisons pour lesquelles l’on désire un bébé ne sont pas toujours bonnes.
    Je suis peut être un peu dure, mais moi-même je vis cette dualité : mes convictions profondes se cognent souvent contre l’instinct maternel qui, lorsqu’il aperçoit un bébé, se réveille tout à coup et dit « finalement ce serait pas si mal ». Mais non.

  9. #9 Clem le 19 mai 2010 à 9 h 28 min

    Bonjour Debbie !
    Je ne trouve pas anormal de ne pas vouloir d’enfant, tous les goûts sont dans la nature ! et toutes les nuances aussi.
    Pour Sarah S: n’aies pas peur de pouvoir changer d’avis (je ne dis pas devoir). Les bébés, la grossesse, la Maternité avec un gand M sans laquelle une femme ne peut être femme… ça ne m’a jamais attiré. Pendant longtemps je n’ai pas voulu d’enfant, aussi parce que les modèles de famille autour de moi n’étaient pas attirants (la mère qui se coltine tout le boulot, enfant maison plein temps et le mari qui se tourne les pouces mais qui doit être glorifié pendant deux semaines s’il emmène les mômes au parc). J’ai rencontré quelqu’un qui m’a prouvé que ce schéma-là n’était pas obligatoire et qui veut des enfants, donc j’ai revu mes positions. Je ne dis pas que j’ai envie d’enfant, mais je peux imaginer ma vie avec ou sans. Pour revenir à ta question Debbie, les enfants ne sont pas forcément une question tranchée, soit on a un instinct maternel qui vous retourne les trippes soit on peut pas sacquer ces petits machins qui crient. On peut aussi, comme toi, côtoyer des enfants et être ambivalente quant à sa propre décision de procréer ou pas. Et je pense qu’entretenir cette ambivalence est une bonne chose, dans le sens où tu remets en cause une normalité qui te serait imposée, ce qui te permets de faire tes propres choix. Du coup, ton texte démontre une belle sanité d’esprit !
    Le mieux serait de ne pas se prendre la tête, comme le dit Nivelle, mais c’est vraiment dur, vu comme les femmes sont conditionnées et à partir d’un certain âge, littéralement passées au crible de la maternité. J’ai 28 ans et ça fait deux ans qu’on me dit qu’il faut que je me dépêche si je ne veux pas être trop vieille pour avoir des enfants, l’hallu totale !!
    Donc pour moi ce genre de questionnement est signe qu’une génération de femme décide de rejeter les modèles préconçus que la société est un peu trop acharnée à lui faire acceptée. Je ne dis pas que la parentalité c’est l’aliénage, mais je trouve ça sain qu’on soit autant à se pose autant de question avant de passer l’acte ou pas.

  10. #10 Zaphyra le 19 mai 2010 à 9 h 30 min

    Je pense qu’on ne peut pas parler de « normalité ». Il n’y a pas de normes dans les envies des uns et des autres. Tout le monde a des désirs différents, et ce n’est pas parce qu’une majorité fait un choix différent du notre qu’on n’est pas normal(e).

    Je pense que la maternité est un sujet très personnel, et je trouve tout à fait compréhensible que cela n’attire pas tout le monde. Après je vais rejoindre ce que beaucoup de personnes disent, mais oui il est possible que tu changes d’avis sur ton désir de maternité. Certaines personnes ont très jeunes un désir profond d’enfant, et inversement, d’autres savent fermement qu’elles ne veulent pas, jamais, d’enfants.
    Et pour beaucoup, l’idée se fait en grandissant, en rencontrant la bonne personne. Le fait que tu te poses ces questions me fait penser que tu peux faire partir des personnes qui un jour voudront des enfants (ce n’est absolument pas une certitude ce que je dis!) et qu’il est important que tu en parles bien avec ton conjoint. Car faire le deuil d’une potentielle grossesse par amour peut créer de lourds problèmes au sein d’un couple.

    Bon courage et surtout soit heureuse quelque soit tes choix, sans t’importer de la soi disant norme.

  11. #11 Deilema le 19 mai 2010 à 9 h 32 min

    Je ne suis probablement pas la meilleure personne pour répondre à ta question.
    Je me suis toujours dit que je voulais des enfants, ça me semblait un peu évident, mais j’ai longtemps eu la trouille de « mal faire ». Et les responsabilités qui viennent avec un bout de chou m’effrayaient tout autant.
    Et puis j’ai rencontré le bon papa, et je me suis dit qu’avec lui, j’y arriverais.
    Je suis maman depuis un mois et demi (déjà !) et je me demande maintenant comment on pourrait se passer de cette petite merveille (épuisante et chronophage mais merveilleuse quand même).

    Pour autant, je comprends tout à fait qu’on puisse ne pas vouloir d’enfants, qu’on ait envie de consacrer sa vie à autre chose, qu’on n’ait pas envie d’être accaparée par un petit bout (puis un enfant, puis un ado ingrat…), qu’on refuse les responsabilité que ça implique, ou pour quelque raison que ce soit, d’ailleurs.
    Donc pour répondre à ta première question, oui, c’est normal de ne pas vouloir d’enfants. Enfin, ce n’est pas plus anormal que d’en vouloir ;)

    Pour ta seconde question, celle de savoir si tu dois « sacrifier » un éventuel désir d’enfant pour ton couple, c’est plus difficile.
    Mais il sera toujours temps de te poser la question plus tard, si tu as vraiment envie d’un enfant. A ce moment là, peut être qu’il faudra reconsidérer la question d’un point de vue différent.
    Mais tu as encore 10 ou 15 ans devant toi pour décider de faire un enfant, il serait dommage de te priver de ton bonheur actuel pour un enfant dont tu ne sais pas aujourd’hui si tu en auras envie d’ici là !
    Et puis, qui sait, ton homme aussi pourrait changer d’avis ;)

  12. #12 Hélène le 19 mai 2010 à 9 h 32 min

    Perso je trouve ça hyper normal ;-))
    Mais c’est pas la première fois que je le dis :
    http://www.monblogdefille.com/blog/des-enfants-pas-pour-moi-merci

  13. #13 Romy le 19 mai 2010 à 9 h 36 min

    Bonjour, je vais apporter une maigre contribution à ce post.
    J’ai 24 ans, je suis infirmière en pédiatrie. un enfant ?? oh non je m’occupe déja de ceux des autres, ça me suffit ….Oh et puis je suis jeune, je ne veux pas avoir des vergetures, peur d’accoucher ,comment faire s’il pleure ?, je préfère m’acheter des fringues plutôt que du lait car je ne pourrai pas faire les deux … non non non on verra plus tard, je suis moi-même un bébé !!!
    Et voilà 7 mois que Nolhan est parmis nous et c’est un bonheur immense ! Il a été conçut sous pilule.
    Au début toutes mes questions me hantaient mais je vous assure, dès que j’ai vu mon petit ange elles ont disparues !!!
    Comme quoi, la vie nous réserve pleins de surprises !!!!

  14. #14 Deilema le 19 mai 2010 à 9 h 39 min

    Ah oui, encore un truc, la grossesse ne me faisait pas tellement envie, et j’étais littéralement terrorisée à l’idée d’accoucher…
    Et ben la grossesse, ce n’est pas si affreux (malgré quelques petites misères, il faut bien le dire), et l’accouchement n’est effectivement pas une partie de plaisir (loin de là !!!!), mais c’est tout à fait surmontable !

  15. #15 double plus good le 19 mai 2010 à 9 h 43 min

    Je comprends que tu te poses ces questions Debbie, mais comme Sandrinette: j’ ai envie de te dire attention, on ne fait pas des enfants pour ne pas/plus être seule, c’ est dangereux. Quand j’ allais voir ma grand-mère en maison de retraite (1 fois par an maxi, j’ habitais très loin d’ elle), j’étais éffarée par le nombre de personnes âgées ayant eu des enfants, mais sans visites. Avoir des enfants ne veut pas forcément dire être entourée plus tard.

    Déjà tu as une chance formidable, tu vis à une époque (et dans un pays) où tu peux te permettre de choisir, c’est super important, donc profites de cette possibilité, et si tu ne veux pas d’ enfants où est le mal?
    Je reconnais que ce n’ est pas courant dans ce sens, mais j’ ai eu des remarques désobligeantes de la part de personnes peu respectueuses de mes choix, qui m’ ont demandé pourquoi je voulais des enfants (j’ en ai deux) alors qu’ il y a bien assez de monde déjà sur terre, sur mon inconscience à faire des gosses dans un monde aussi pourri, etc. Donc quoique tu choisisses, tu ne feras pas l’ unanimité et des malpolis se permettront de te juger et de te le faire savoir, c’ est comme ça :-)
    En ce qui me concerne je ne regrette pas un seul instant tout ce que j’ ai vécu avec mes enfants, mais je crois profondément que chaque expérience est unique, et une grossesse par exemple peut être cauchemardesque ou un pur bonheur ,ou quelque chose entre les deux, mais ça tu ne le sais que quand tu y es…

    Et puis pour finir, j’ ai beaucoup aimé le billet d’Hélène sur le sujet:

    http://www.monblogdefille.com/blog/des-enfants-pas-pour-moi-merci

  16. #16 Lullaby Septante-Sept le 19 mai 2010 à 9 h 44 min

    Je crois que la question n’est pas là, qu’il ne s’agit pas d’avoir envie ou pas envie, mais qu’on parle plutôt de voir une porte se fermer pour toujours avant même d’avoir décidé si on allait la franchir. C’est toujours difficile de renoncer à une possibilité. Moi-même, je suis pas du tout certaine de ce que je veux en la matière, mais si on m’annonçait aujourd’hui que pour l’une ou l’autre raison je ne peux pas avoir d’enfant, je serais sans doute dévastée parce que je n’aurais plus la liberté de faire mon choix.

  17. #17 double plus good le 19 mai 2010 à 9 h 49 min

    Hélène: Je tapais mon texte quand tu as mis ça (je suis sur un clavier Apple international et j’ai un mal de chien avec les accents, du coup je mets une heure pour faire trois lignes correctes) , désolée pour le doublon.

  18. #18 Pidou le 19 mai 2010 à 9 h 50 min

    Lullaby Septante-Sept: tu viens de dire clairement avec des mots ce que je n’arrivais pas à ecrire depuis ce matin

  19. #19 Gwenn le 19 mai 2010 à 9 h 53 min

    Bonjour,
    Je suis plutot l’extra terrestre inverse, je ne rêve que de ça depuis mes 5 ans… je vais en avoir 30, j’en ai pleuré souvent parce que ça n’arrivait pas et puis ça y est, je suis enceinte de 3 mois…
    Je suis le cas extrème de mon entourage et dans mes copines y’a de tout, des qui en veulent, des qui non, des qui peut être un jour… Certaines qui n’en voulaient pas et qui finalement s’y sont mises… et d’autres qui pas encore…
    Je ne crois pas qu’il y ait de normalité dans le domaine, chacune est différente et chaque choix personnel est à mon avis respectable. Le tout c’est que tu te sentes bien avec ta decision… et au pire, c’est pas une tare que de changer d’avis un jour … (ou pas!)

  20. #20 Hélène le 19 mai 2010 à 9 h 53 min

    Lullaby Septante-Sept: ça alors, c’est marrant, moi je serais hyper soulagée si ça m’arrivait !

    double plus good: ben non, sois pas désolée ;-)

    Je précise que je n’ai jamais eu la moindre hésitation là-dessus, jamais changé d’avis même une seconde, donc mon cas est différent du tien, Debbie (et quand je vois autour de moi la vie des gens qui font des enfants, ça me conforte dans l’idée que clairement, c’est pas du tout un truc pour moi).

  21. #21 chaton le 19 mai 2010 à 10 h 02 min

    J’ai 30 ans et je suis avec mon copain depuis peu ou prou 7 ans.
    Je suis passée par diverses phases :  » je ne veux pas d’enfants »,  » je ne veux pas d’enfants mais si un accident de contraception arrivait, ça ne me dérangerait pas finalement, ce serait une belle surprise » à  » et pourquoi pas avoir un mini moi ? ». Lui, il vit ça complètement flippé des responsabilités que cela amènerait (« une vie d’angoisse », je cite) mais il s’inquiète de mon horloge biologique (lol) et que ce serait plus dur physiquement pour moi plus tard. Donc on s’achemine doucement vers un projet de bébé – 7 ans de réflexion sur le pourquoi du comment du couple, je pense que dans deux ans on est bon!
    Je précise que je ne suis pas une fille gaga des mômes. Mon instinct maternel = que pouic, je m’éloigne du groupe de copines quand une ramène son grumeau braillard pour me resservir un verre pendant que les autres s’extasient sur le truc qui pleure. Je n’arrête pas de dire que mes mômes auront des couches 1er prix car je ne vois pas l’intérêt de mettre de l’argent dans un truc qui récolte le caca :) moi j’ai bien eu des langes.

    Je comprends parfaitement le « coup de poignard dans le cœur » quand ton compagnon t’a dit qu’il ne voulait pas d’autre enfant. Mon ex m’avait sorti un truc dans le genre (mais avec des connotations racistes qui venaient de nulle part en plus), même si un gamin était inenvisageable à cette époque (étudiante/ pas de fric/ studio). Mais, c’est comme s’il avait fermé un champ des possibles entre nous. Cela n’a pas vraiment contribué à notre séparation (trop jeune/ trop con), mais sa remarque blessante reste toujours dans mon esprit même des années après.

    Faire un enfant est un cheminement de pensée pour toi en tant que femme, et aussi un projet possible dans un couple. Il y a différentes façons d’être mère, tu l’es quelque part déjà puisque tu t’occupes de grands gamins. Un enfant « à soi » n’est pas forcément une solution pour ne pas être seule plus tard. Mais demander à une femme de renoncer à une part de sa féminité et de ses futurs possibles, c’est quelque peu égoïste de la part de l’homme. Si tu es vraiment blessée, je te conseille de lui en parler car, des fois, il faut savoir poser ses cartes sur table pour mieux comprendre l’autre et agir en conséquence. Tu n’as « que » 25 ans, il serait bête de mettre en jeu ta relation avec cet homme juste pour des paroles qui ne reflètent peut être pas le fond sa pensée et les choses évoluent avec le temps.

  22. #22 dorléane le 19 mai 2010 à 10 h 05 min

    Hello toute,

    la question que tu poses est intéressante. Je pense moi aussi qu’il n’est pas question de normalité ou pas. En revanche, je trouve ton compagnon un peu égoïste. Lui a fait des enfants mais te le refuse, parce qu’il ne veut pas recommencer l’aventure.. hum.. Je pense qu’il savait, en choississant une femme de 20 ans sa cadette, qu’elle se poserait un jour la question. Et franchement, il doit te laisser cette porte ouverte. Mais c’est mon avis bien sûr :-)

  23. #23 Tronch2cake le 19 mai 2010 à 10 h 12 min

    Sarah S: Je me reconnais totalement dans ce que tu écris !!! La maternité ne m’a jamais attirée… Autour de moi j’entends beaucoup de « tu finiras bien par changer d’avis », au mieux ça me fait rire et au pire ça m’enerve. Est ce que moi je dis aux futures mamans « non mais tu finiras bien par changer d’avis !!! »
    Ce n’est pas que je n’aime pas les enfants, mais je ne vois aucune place pour eux dans ma vie. Je suis surement égoïste, mais ma vie j’ai envie de la passer pour moi et de me dire qu’il faudra toute ma vie faire des concessions et des sacrifices pour mes enfants… ça me rebute un peu ! J’admire celles qui sont épanouies avec leurs enfants, mais cette vie n’est tout simplement pas pour moi !

  24. #24 Hélène le 19 mai 2010 à 10 h 15 min

    dorléane: sois la bienvenue ;-)

  25. #25 isa33 le 19 mai 2010 à 10 h 24 min

    Bonjour Debbie,

    de ma propre expérience, je ne me suis jamais vraiment posé la question si je voudrais un enfant ‘plus tard » pendant mon enfance ou mon adolescence
    en fait, je me disais que j’en voudrais 4, mais cela n’avait aucune réalité, juste parce qu’on était 3 enfants, et que cela ne me convenait pas, et 2 me semblait pire

    mais je n’ai jamais été très ‘ »enfant », jamais aucun babysitting, pas d’attirance spéciale vers ces petits poupons

    et puis à 27 ans j’ai eu une envie d’enfant
    c’est un truc incroyable, qui te prend au tripes et qui ne te lâche plus, sans que tu puisses y donner la moindre raison logique
    j’ai eu ma fille, et depuis (6 ans), se pose la question du deuxième…..

    mon chéri n’en veut pas particulièrement (déjà pour la première, j’ai du le travailler au corps pendant deux ans pour le convaincre, je ne sais même pas encore comment j’ai réussi à lui faire dire oui)
    et moi, même si j’ai plein de raisons ‘objectives » ou de mauvaises raisons de mon point de vue, je n’ai pas ce désir qui te prend au tripes et qui n’a aucune raison mais qui est si fort qu’il est capable de tout

    c’est seul ce désir là qui te permettra de passer des nuits blanches, de survivre au branle bas le combat d’accompagner un enfant durant une bonne partie de sa vie
    et s’il n’est pas là, à mon avis, mieux vaut pas se lancer, autant pour la mère que pour l’enfant

    bien sûr chacun le vit différemment, mais pour ma part, j’ai bien l’impression que ça restera à 1 enfant

    j’ai vu pas mal de femmes renoncer à une relation de couple qui les satisfaisait pleinement pour cette « idée » d’avoir ou non un jour un enfant et je trouve ça dommage

    tout d’abord tu ne sais pas si tu en auras envie un jour…. et si tu en as envie un jour, rien ne te dit que ton homme ne changera pas d’avis

    et puis avoir un enfant n’est en rien un remède contre la solitude, un enfant, même si c’est le sien, reste une personne extérieure, avec qui on s’entend, ou pas…. et la famille, on peut se la créé aussi, avec des beaux-enfants, des filleuls, etc…

    je trouve important qu’aujourd’hui beaucoup de femmes assument leur non envie d’enfant, et aussi le droit de changer d’avis quand bon leur semble, parce que c’est les enfants qui sont les premiers bénéficiaires
    je suis psy, et je ne te dis pas les ravages pour les enfants conçus « parce qu’il le fallait », « pour ne pas être seule », « pour combler un manque », etc.

    bonne continuation

  26. #26 zabinou le 19 mai 2010 à 10 h 29 min

    Hélène: Hélène, merci. Il y a quelques temps, on m’a annoncé que suite à la formation de nombreux fibromes dans mon utérus, il me serait peut-être difficile de mener une grossesse à terme. Tout le monde pensait que je serais dévastée…et bein, non, j’ai presque été soulagée.
    J’ai 33 ans, je n’ai jamais ressenti le besoin, l’envie d’avoir un bébé. Je suis en couple depuis 11 ans et j’adore ma vie telle qu’elle est. Je suis lasse s’entendre les gens me dire que je vais forcément regretter ce choix plus tard, que je n’aurais personne pour s’occuper de moi quand je serai vieille (quelle horreur cet argument!) et que quand on est une femme, on a forcément un p’tit besoin de porter un bébé dans notre ventre qui nous titille.
    Bein, non. Rien ne me titille. J’adore mes nièces; lorsqu’elles viennent chez moi, on s’éclate comme des folles, mais lorsqu’elles partent, je pousse un ouf de soulagement et je ne vois pas pourquoi je devrais en avoir honte, ça fait partie de mon caractère, c’est tout.
    Je suis instit, j’ai 23 élèves et pendant toute la journée, je leur enseigne des choses, je les éduque, je joue l’infirmière, l’assitante sociale souvent. Mais quand je rentre chez moi je suis RAVIE du silence, du bonheur de pouvoir avoir du temps pour moi, enfin.
    Mais quoi qu’on en dise, le regard des gens sur moi, sur mon prétendu égoïsme m’épuise.
    Peut-être qu’Elisabeth Badinter a raison lorsqu’elle dit qu’on a trop voulu faire des femmes des mères parfaites et que cela en a découragé pas mal d’avoir des enfants. Peut-être aussi que nous ne sommes pas toutes faites pour être mères…

  27. #27 Sarah S le 19 mai 2010 à 10 h 30 min

    Hélène:

    C’est exactement ça ! Limite demain on m’annonce que j’ai une ménopause précoce je me dis « Chouette ! plus besoin de prendre cette merde de pilule, et plus de règles ! Youpi ! » et je ne serais vraiment pas dépitée, ça me soulagerait complètement. Je m’occupe souvent de mes 2 neveux, en tant que tata, nounou, etc, et franchement à chaque fois ça me conforte un peu plus dans l’idée que ce n’est décidément pas la vie que j’imagine pour moi… Peut-être que c’est égoïste, mais pr le coup j’assume complètement…

  28. #28 Manou le 19 mai 2010 à 10 h 32 min

    Que tu veuilles ou non un enfant est somme toute un choix très personnel. Moi ce qui me « perturbe » est que tu te poses la question et que tu te la poses de manière assez manichéenne : normalité/anormalité. Cela est-il du à une forme de pression sociale ?
    Perso je vais sur mes 40 ans, les aléas de la vie font que je n’ai pas d’enfant mais je ne me sens pas pour autant « anormale »

  29. #29 Debbienounette le 19 mai 2010 à 10 h 40 min

    Merci à toutes de prendre le temps de me lire et de me répondre.

    Une chose en particulier m’a interpellé « faire un enfant pour ne pas être seule » en effet ma peur de l’abandon est une chose que je n’ai pas encore pu régler et dont je n’ai pas vraiment trouvé la cause. Donc quand je dis me retrouver seule à 50 ans, c’est une vrai peur mais finalement comme dit Cec jeune mariée ce n’est pas parce que j’aurais des enfants qu’ils seront tjrs avec moi, je ne suis pas collée à mes parents, loin de là.

    Je me rends aussi compte que de ne pas avoir le choix (dans ma relation actuelle où j’ai vraiment le sentiment que rien ne pourrait nous séparer apart cette petite chose qu’est un bébé) me pose un problème car pour la première fois je n’ai pas le choix. Plus le temps avance, plus je sais qu’il n’en voudra pas un 3ème, c’est claire évident et limpide pour lui. A moi d’accepter ou de m’en aller. C’est égoïste de sa part, mais je le comprends entièrement. Trop durs. Et finalement tout ça me saoule aussi, travailler, rentrer, faire à manger et encore s’occuper des enfants, faire tenir un couple là au milieu c’est pas de la tarte.

    Peut-être c’est un cadeau que m’apporte la vie car je n’aurais peut-être pas la capacité (non pas d’élever un enfant) mais de tenir bon, m’oublier (oui je trouve qu’il faut donner vraiment bcp de soi pour des enfants et parfois s’oublier).

    Après peut-être que mon envie changera dans 5 ou 10 ans et que mon horloge biologique s’activera et que ma route se séparera de mon compagnon.

    Ne pas se prendre la tête, oui c’est sûre. Mais comme je disais, on a le choix en temps « normal ». Moi le choix serait plutôt de continuer cette vie ou de prendre un autre chemin pour retrouver le droit à ce choix d’avoir un enfant ou non. Mais ce choix actuellement je le refuse.

    Pas facile de se trouver en tant que femme, tant de responsabilités de choix à prendre. Mais c’est un autre sujet !

    En gros il faut que je vive ma vie et on verra bien (facile à dire !!!)

  30. #30 Hélène le 19 mai 2010 à 10 h 41 min

    isa33: bienvenue à toi ;-)

  31. #31 Lexie le 19 mai 2010 à 10 h 52 min

    J’ai 26 ans, j’adore les gosses (quand on est instit’ c’est préférable), ma petite soeur de 23 ans est enceinte de 6 mois et je me suis toujours dit qu’un jour j’aurai des enfants.
    Mais bizarrement, depuis que j’en gère 22 tous les jours (mal éduqués, malpolis, irrespectueux … Bon d’accord, pas tous mais la grande majorité quand même), que je vois comment mes copines rament avec leurs gosses, tout ce à quoi elles doivent renoncer, leur vie qu’elles font désormais en fonction de leurs gnomes, je me dis que finalement, les gosses c’est mignon, mais surtout pas chez moi.

    Cela dit, le jour où ça arrivera, je serai la première à m’en réjouir mais vraiment, rien ne presse.

  32. #32 Ôde le 19 mai 2010 à 10 h 57 min

    Belle-mère à 22 ans et mariée à un homme de 11 ans mon aîné, je sais que j’ai toujours voulu des enfants et lui aussi… Et par bonheur, notre souhait a été exaucé !!!
    Il dit qu’il veut profiter de votre vie à 2, tu dis que tu n’es pas sûre d’en vouloir, du moins pas tout de suite…
    Tu es jeune, alors profites du moment présent avec lui, et qui sait… Peut-être que d’ici un ou deux ans il sera d’accord, toi aussi pour en avoir ou vous n’en voudrez pas tous les 2 ou il y aura divergence… Qui peut dire ce que t’apportera la vie ? Prends-la comme elle vient et surtout soit HEUREUSE !!!
    Tu penses au moment où tu pourrais éventuellement te retrouver seule, sans enfant, sans personne, peut-être que ce jour-là n’arrivera jamais… Ou peut-être arrivera-t-il ? Mais encore une fois tu es jeune et tu auras peut-être encore l’âge d’avoir cet enfant ?…
    Pour avoir traversé ps mal de galères depuis mes 17 ans et avoir appris à connaître la valeur du bonheur, un seul conseil :
    Donne-toi la chance d’être heureuse avec lui, et prends la vie comme elle vient, ne te soucie pas de l’avenir, quoique tu fasses, il se passera ce qui devre se passer… Je sais, c’est un pur cliché mais tellement vérifiable !!!
    Je vous souhaite à tous les 2 (ou 4 ou 5 puisque tu es belle-mère) tout le bonheur du monde !!!
    Et pour répondre à ton intitulé : rien n’est anormal tant qu’on vit la vie que l’on désire sans faire de mal à personne !!!

    Désolée Hélène d’avoir été un peu longue, mais j’ai essayé d’aérer le texte ;-)

  33. #33 Mlle Narcisse le 19 mai 2010 à 11 h 05 min

    Moi, ce que je trouve totalement aberrant, encore aujourd’hui, c’est qu’une femme, et ce quel que soit son age, puisse être stigmatisée parce qu’elle n’a pas d’enfants, ou qu’elle ne souhaite pas en avoir…
    Comme si une femme n’était pas complètement femme sans avoir procréer.
    Comme si ce n’était que ça, sa fonction sur cette Terre, et qu’en dehors, point de respect ni de considération.
    Ce qui est très curieux, c’est que cette question, d’avoir ou pas un enfant, jamais on n’entend un homme se la pauser. On ne juge jamais un homme à son désir d’avoir un jour des enfants ou pas…
    En ce qui me concerne, je suis maman, d’un petit garçon de 7 ans, qui est l’amour de ma vie.
    Je l’ai eu à 30 ans, parce que son papa me semblait un père potentiel tout à fait convenable, et que je m’étais dit que 30 ans, pour ce genre d’aventure, c’était un âge parfait. ceci étant, je n’avais pas un désir de maternité chevillé au corps, loin de là…
    Je n’aimais pas particulièrement les enfants avant d’être maman… et c’est pareil maintenant, lol. J’aime mon fils, mais je ne suis pas folle de tous les autres. Les bébés ne m’attendrissent pas, les petits n’ennuyent, les ados me saoulent. j’ai probablement plus de facilité avec tous ces petits êtres maintenant que j’en vois un fonctionner à la maison, mais bon, pas au point d’ouvrir une crèche, ;-)
    Quand à l’instinct maternel, j’avoue sans honte en avoir été totalement dépourvue à la naissance de mon fils. Je me suis attachée à lui au fil des mois de vie commune, mais honnêtement, à sa naissance, c’était un étranger pour moi.
    Depuis, on m’a souvent demandé si j’en voulais un autre, question à laquelle j’ai répondu « merci, mais non, ça ira bien comme ça », car même si mon fils est une crème, un petit garçon cool et hyper facile à vivre, la vie sans enfants, c’était quand même très chouette aussi…
    Maintenant, à 25 ans, tu es encore bien jeune, même si riche d’une expérience de « belle-maman », tu as encore le temps devant toi pour arrèter ton choix de façon définitive…
    Ton désir de maternité, ou de non-maternité, peut évoluer, comme celui de ton compagnon d’ailleurs…

  34. #34 Peace_Tache le 19 mai 2010 à 11 h 05 min

    Aaaah.
    Je viens de lire tous les commentaires, ou presque, et je me rends compte que il y a beaucoup de femmes qui ne veulent pas d’enfants…
    Et j’avoue que malgré les arguments, etc, je ne comprends pas. Enfin, ok, vous voulez pas d’enfants, mais pour moi, ça revient à rater sa vie. ( je dis pas que vous avez raté votre vie si vous n’avez pas d’enfants, mais que vu à travers mes yeux, presque, enfin, je me comprends quoi… ou presque. ).
    Je sais que dès que j’ai fini mes études, mon désormais-fiancé et moi, c’est la première chose que nous voulons faire, des enfants. Et pas 1, pas 2. Non, 3, ou 4. Ou 5, si on trouve la place, et l’argent.

    Mais oui, je ne comprends pas vraiment comment on peut ne pas vouloir d’enfants. Enfin, je finirai peut-être un jour, par comprendre.

  35. #35 Sandrinette le 19 mai 2010 à 11 h 07 min

    Un ami m’a dit récemment qu’à force de se projeter dans le futur, on en oubliait de vivre et profiter le/du présent. Et que c’était typiquement féminin comme attitude, cette idée fixe de se faire des films et de ne pas voir le temps qui passe.

    Peut-être que vous aurez des enfants ensemble? Peut-être pas?
    Peut-être que votre histoire durera? Peut-être pas?
    Peut-être que tu en veux ou en voudras des enfants? Peut-être pas?
    Peut-être que tu en voudras avec lui ou un autre? Peut-être pas?
    …..

    Comment savoir ce que l’avenir nous réserve?
    Peut-on vivre dans l’espoir hypothétique que… Oui mais justement que quoi?

    Bien sûr que c’est plus facile à dire: profite du moment présent et soit heureuse de ce que tu as déjà. Je suis la première à le penser et à le dire mais je pense que ça gâche la vie parce que c’est courir après …
    Oui, après quoi?
    Comment faire? Comment savoir quoi mieux faire?
    Personnellement, je n’en sais rien.
    D’où mon Carpe Diem. ;-)

  36. #36 Sophie le 19 mai 2010 à 11 h 08 min

    Salut!
    J’ai 32 ans et une petite fille de 4 mois. Je n’ai jamais voulu d’enfant surtout à la vingtaine où je ne pensais qu’à sortir et « enchainer » les histoires d’amour… et de cul!
    Je me sentais mal à l’aise avec les gosses de mes copines, je ne savais jamais comment les prendre, peur de les faire tomber…
    Et il y a un an, je suis « tombée » enceinte: je n’étais avec mon copain que depuis un an, mais ça m’est apparu comme une évidence, il n’était pas question pour moi d’IVG!
    Après une grossesse pleine de questionnement (vais-je l’aimer?, je la connais pas cette gamine! saurai-je m’en occuper? Et ma vie à moi?), la ptite est arrivée et je l’ai aimée, adorée dès que je l’ai vu et serrée contre moi.
    A présent, je n’imagine pas la vie sans elle, je ne sais même pas comment j’ai fait avant.
    Mes amis, mes proches et mon homme sont abasourdis: tous croyaient que ça allait mal se passer, que je ferai un baby-blues terrible. Il n’en est rien.
    Tout ça pour dire qu’à mon avis, il est plus « normal » de ne pas vouloir d’enfant à 25 ans que d’en vouloir un à tous prix et de calculer son cycle d’ovulation pour prévoir les heures de calins!
    Profite de ta non-maternité et peut-être que ça viendra un jour…

  37. #37 CaroleenD le 19 mai 2010 à 11 h 11 min

    J’ai relu avec plaisir le billet d’Hélène sur ce même sujet, ainsi que les commentaires et ce qui ne cesse de me me frapper, c’est le regard des autres sur un choix qui me semble très personnel. Ca regarde qui à part soi-même et son/sa compagne ? Les remarques sont très fortes : « normal »/ »pas normal », « égoîste », « tu verras tu changeras »…

    Au delà de l’avis des autres, mes craintes à moi seraient d’en voir envie trop tard, ou que ce désir ou non désir ne soit pas partagé avec l’homme que j’aime.

    Je retrouve cette deuxième crainte dans ton article Debbie, plus que celle de la normalité. Je me trompe ?

  38. #38 zabinou le 19 mai 2010 à 11 h 17 min

    Peace_Tache: Je te souhaite effectivement de le comprendre un jour! Moi je respecte le choix de celles qui en ont, je ne leur demande pas de le justifier. Je voudrais juste qu’on respecte le mien! Non, on n’a pas râté sa vie si on a pas d’enfant, si on n’est pas mariée, si on n’est pas blonde, ou mince ou si on n’a pas une Rolex à 50 ans!
    Réussir sa vie, trouver le bonheur, c’est extrèmement personnel et personne n’a le droit de porter de jugement de valeur à ce sujet.
    Encore une fois, j’aime ma vie telle qu’elle est, je remercie les féministes qui se sont battues pour que j’ai le droit d’avoir le CHOIX de la mener comme JE le veux.

  39. #39 zabinou le 19 mai 2010 à 11 h 19 min

    Oups, je m’emballe! Désolée pour les fautes d’orthographe dans le feu de l’action!

  40. #40 Sarah S le 19 mai 2010 à 11 h 26 min

    Peace_Tache: Bah moi je ne comprends pas comment on peut avoir envie de faire 5 enfants… Comme quoi, il y en a pr tous les goûts ;)
    Je pense que l’important c’est de ne pas juger la femme qui est devant nous, on a chacune nos envies, chacune notre vision des choses…
    Et je ne vois pas pourquoi une femme qui n’aurait pas d’enfants aurait, par définition, raté sa vie… La vie ne se résume pas aux enfants, non ? Il y a plein d’autres plaisirs… A nous de trouver lequel nous correspond c’est tout…

  41. #41 Hélène le 19 mai 2010 à 11 h 34 min

    Sophie: bienvenue à toi ;-)

  42. #42 Debbienounette le 19 mai 2010 à 11 h 35 min

    Sandrinette: C’est sûre, se prendre la tête c’est typiquement féminin. Mais est-ce qu’on est pas conditionné (es) pour toujours penser au futur? En tout cas je vais essayer de simplement vivre…

    CaroleenD: Tu as tout juste… Au dela du fait de savoir si je veux un enfant ou non (désir qui peut changer et dont je ne sais encore pas grand chose) ma crainte est de ne pas partager la même envie que mon homme. Ce serait d’ailleurs (actuellement) la seule chose qui pourrait nous séparer et ça serait terrible.

  43. #43 Charlotte des Plantes le 19 mai 2010 à 11 h 35 min

    Bonjour Debbie et bonjour à toutes !
    Je pense comprendre ta sensation d’être anormale, à partir du moment où l’on vit en société, on fait parti d’un système de normes, de règles et de processus, et les gens s’attachent à ce que tout se passe « dans l’ordre des choses ».
    Seulement voilà,  » l’ordre des choses » ne fait pas forcement le bonheur de tous.
    Comme beaucoup, je pense que tu dois tenter de faire abstraction de la pression extérieure et de ton sentiment d’abandon, tu te sentira plus libre je pense.
    Pour finir, je pense vouloir un enfant, pas maintenant, mais un jour, principalement parceque j’ai l’impression qu’on donne à un enfant un amour inconditionnel et sans limite, et je voudrais vivre ça.

  44. #44 Anne-So le 19 mai 2010 à 11 h 39 min

    Ne pas avoir d’enfant est un droit (on s’est quand même bien battues pour ça) et je ne comprends pas cette culpabilité qu’on essaye de nous imposer, on fait ce qu’on veut, on n’a qu’une seule vie :). Celles qui ne veulent pas d’enfants sont souvent celles qui pensent beaucoup plus à l’enfant qu’à elles mêmes, et qui seraient sans doute de très bonnes mères. Je me souviens de cette conversation avec ma colocataire « mais tu feras comment plus tard quand tu seras vieille? » J’étais choquée, cet argument est terriblement égoïste. Quand je pense à la maternité, je pense à la vie que je pourrais apporter à l’enfant avant tout, et non à l’envie pure et simple. Certaines en font parce qu’elles ne voient « pas quoi faire d’autre » et ça me tue. J’ai 22ans, j’ai encore le temps, mais depuis l’âge de 15 je n’en veux pas. J’ai 5 neveux et nièces qui me comblent largement et qui me confortent également dans l’idée de ne pas en avoir. Entendre « tu changeras d’avis » est une réaction remplie de jugements que je supporte de moins en moins. Un jour peut être j’en aurai un, oui, mais je préférerai sans doute l’adoption, être mère c’est avant tout donner la possibilités à un être humain de s’accomplir, et je préfère permettre une vie remplie d’amour et de stabilité à un être qui est déjà né avec peu de chance plutôt que d’en faire un alors qu’ils sont déjà nombreux à vivre de façon misérable.

  45. #45 JO le 19 mai 2010 à 11 h 40 min

    Je pense que cela dépend des phases de la vie. Certaines ne voudront jamais df’enfants, et ça les regarde. D’autres le voudrnt un jour. 25 ans c’est bien jeune pour se décider une fois pour toutes.

    POur ma part je n’ai JAMAIS aimé les enfants, ou alors de loin. Et puis un jour, l’envie est venue, s’est faite pressante, s’est imposée… J’en ai eu deux, cela correspondait à un vrai désir, à un moment bien précis de ma vie, mais voilà, maintenant je les ai, ils sont là, ils sont magnifiques, je suis comblée et cette phase, ce désir d’enfanter est reparti. Je regarde les femmes enceintes avec effroi, et je frissonne à l’idée de me retrouver enceinte apr accident.

    Tout ça pour dire que parfois, on évolue, c’est normal.
    Mais si on ne ressent jamais ce désir de donner la vie, vraiment, il ne faut pas se forcer par convenance sociale, ou pour faire plaisir à on ne sait qui.

  46. #46 annelise le 19 mai 2010 à 11 h 44 min

    j’ai pas lu les autres comm’s mais bon je viens pour répondre à la question. Déjà, il n’y a pas de norme, après tout, on est comme on est, avec ses envies.
    Ensuite, et bien, dans mon cas, jusqu’à mes 28 ans environ, je disais plutôt « je sais pas, un jour peut être, ou pas, peu importe, ce n’est pas une obligation, pour l’instant je n’en ai pas envie, et l’envie ne viendra peut être jamais ».
    Et j’avoue, un truc s’est produit un peu avant mes 29 ans, ça s’est transformé en « Quand même je ne m’imagine pas ne pas avoir d’enfant dans ma vie, surtout avec lui », lui l’homme de ma vie. Puis, peu à peu, la vie faisant les choses, en y réfléchissant, l’idée m’a attirée de plus en plus, et en en discutant avec lui, on a su qu’on en voulait vraiment tous les deux, sauf qu’on ne savait pas quand !

    Le quand, ça, la vie s’est chargé de me le dire, car passé un certain âge on se dit « ok on sait qu’on en veut, déjà c’est sûr, mais si on attend trop longtemps, on ne pourra plus, il faut qu’on commence à y réfléchir plus sérieusement ». Et là je me suis dit, aaaarg, je n’aurai jamais pensé tenir ce genre de propos un jour, que m’arrive-t-il !!! et là j’ai su, que ça y était, on était passé d’un truc très flou et vague à quelque chose de concret, une envie, un projet…
    Tu m’aurais croisée il y a deux ans, je disais que je n’étais pas pressée, que j’en ferai peut être jamais, que je verrai bien si l’envie se pointerait ou non. Et paf, ça m’est tombée dessus un jour sans prévenir.
    Peut être que ça t’arrivera OU PAS. Le truc c’est qu’on n’en sait rien, on ne peut pas savoir à l’avance ce qui va se passer dans nos têtes dans 6 mois, un an, deux ans, et ceux qui te disent « mais si, tu verras » sont des imbéciles. Et si ça ne t’arrive pas, ça n’aura rien d’anormal !
    Vis le moment présent, tu sauras bien assez tôt ce que tu souhaites. La vie n’est pas une telle salo… que l’on dit, elle t’apportera tes réponses quand il le faudra. En attendant, si tu es heureuse ainsi, reste le :))

  47. #47 Debbienounette le 19 mai 2010 à 11 h 48 min

    Anne-So: Alors c’est marrant mais je me suis déjà demandé aussi si l’adoption ne me tenterait pas plus qu’une grossesse (oui je tombe dans les pommes quand on me parle en détail d’un accouchement – véridique !!!). Et puis il y a aussi tellement d’enfants qui sont nés et qui n’ont ni père ni mère que ce serait magnifique (si l’envie d’enfant est là) de pouvoir lui offrir tout le bonheur et l’amour que j’aurais à donner.

  48. #48 Hélène le 19 mai 2010 à 11 h 48 min

    annelise: coucou toi ;-)

  49. #49 Lullaby Septante-Sept le 19 mai 2010 à 11 h 48 min

    Hélène: c’est parce que toi tu sais extrêmement clairement ce que tu veux, et que ça te faciliterait la vie dans ton choix, tu es dans le cas inverse :)

  50. #50 annelise le 19 mai 2010 à 11 h 51 min

    Hélène: hi, hi, je me suis fait happée via twitter :p

  51. #51 Eulalie le 19 mai 2010 à 11 h 51 min

    Moi, je ne voulais pas d’enfant… je préfèrais une grande carrière… mais voilà, je n’ai pas réussi ce dernier point, je suis au chômage environ 8 mois par an et je ne trouve que des petits boulots sans évolution possible alors… le jour où mon homme m’a proposé de faire un bébé (lui adore les enfants), j’y ai réfléchi à deux fois… c’est vrai que je suis complètement nulle avec les gosses, je ne sais pas leur parler, et ça demande tellement d’investissement et de responsabilités !!! Bref, je n’ai pas du tout la fibre maternelle…
    Mais ma vie est tellement vide que je me suis posée la question : un enfant ? Et si ma vie servait enfin à quelque chose ?
    Et le fait d’avoir un homme parfait pour ce rôle de père a confirmé ma décision… je suis donc enceinte de presque 6 mois et je flippe comme une malade… !

    En ce qui concerne ton homme, on peut comprendre qu’il ne veuille pas d’autre enfant mais c’est tellement égoïste ! Il pourrait au moins laisser planer un doute, dire qu’il y songera un jour, ne pas être catégorique comme ça !!! On ne sait pas de quoi l’avenir sera fait…

  52. #52 viobulle le 19 mai 2010 à 11 h 52 min

    les filles,

    moi je suis avec un garçon depuis plus de trois ans, j’ai trente ans, on s’aime plus que tout.

    lui ne veut pas d’enfants, je suis tombée enceinte l’an dernier et j’ai du avorter, en larmes.

    le plus dur, comme disait lullaby je crois, c’est de ne pas avoir le choix.

    je te souhaite de l’avoir.

  53. #53 annelise le 19 mai 2010 à 11 h 55 min

    ah et en parcourant enfin les autres comms, je suis bien d’accord, on ne fait pas des enfants pour être entourés, c’est égoïste et en plus sans garantie… ma mère nous a élevés dans un principe très simple « nos enfants ne nous appartiennent pas, nous les élevons pour êtres des adultes épanouis, quand bien même ils choisiront de vivre sans nous ».

  54. #54 Sandrinette le 19 mai 2010 à 11 h 57 min

    Debbienounette: j’essaye de me déconditionner au maximum. Je ne supporte pas cette idée d’être formatée dès la naissance et de devoir juste dire oui et amen à tout sans y réfléchir plus que ça. Ou que d’autres te disent qui faire, quoi penser à quel moment sans forcément te dire pourquoi. Ca serait trop simple.
    Ma vie c’est la mienne, c’est moi qui la vis, qui la ressent, qui la « supporte ».
    Ma hantise serait de mourir en ayant des regrets.

    Donc selon le principe du: on s’en fout de ce que les gens pensent de mon MU, on devrait pouvoir dire tout aussi facilement: on s’en fout de ce que les gens pensent de ma façon de vivre ou de mes choix. ;-)

  55. #55 Hélène le 19 mai 2010 à 12 h 04 min

    Lullaby Septante-Sept: tu as raison ;-)

  56. #56 Charlotte des Plantes le 19 mai 2010 à 12 h 18 min

    Sandrinette: « on s’en fout de ce que les gens pensent de mon MU » : ))))

  57. #57 Cocotier le 19 mai 2010 à 12 h 18 min

    J’apprécie les enfants et j’aime m’en occuper, mais l’idée d’en avoir un à moi… Je ne sais pas! (oui je le crie haut et fort: JE NE SAIS PAS!)
    je ne comprends pas pourquoi on m’en parle déjà… Je n’ai que 23 ans, je suis encore étudiante et je n’ai même pas de compagnon… alors pourquoi on me pose la question???
    A vrai dire je n’y pense même pas et ça ne m’angoisse pas de répondre que « je ne sais pas, peut être que oui, peut-être que non »!! Peut-on vraiment décider que l’on veut un enfant ou non, à l’avance?? Est ce que dire « non je n’en veux pas et je n’en voudrais jamais » n’est pas déjà la marque du fait qu’on y ait pensé??

    Je ne me sens pas du tout stigmatisée et je ne ressens pas de pression particulière mais je me demande juste quelle est cette obsession qui s’empare des gens dès qu’on passe la barrière des 20 ans… pour certaines c’est une évidence (dans un sens comme dans un autre), pour d’autres comme moi c’est juste le flou artistique, parce que la question ne s’est jamais posée… Je ne me vois certainement pas avec un enfant maintenant (remarquez sans hommes la questions ne se pose pas vraiment! on peut faire un enfant toute seule mais il faut quand même un peu d’aide!) mais je ne peux jurer de rien…
    Je pense juste qu’il ne faut pas trop se poser de questions, ça viendra ou ça ne viendra pas… c’est un peu plus compliqué maintenant qu’une simple histoire de « programmation génétique »! Mais on a le droit de faire ce qu’on a envie de faire, on n’est pas obligée de suivre le courant et tant pis pour ceux qui se permettent de juger!!!!!
    Oui on peut vivre avec le jugement des autres, parce que de toute façon quelles que soient les décisions que l’on prendra, il y a toujours quelqu’un pour qui ce ne sera pas « normal »!!! c’est tout aussi « normal » de vouloir un enfant que de ne pas en vouloir… je ne vous ferais pas l’affront d’une réflexion philosophique sur ce qui est normal et ce qui ne l’est pas, je pense que vous avez compris le message ;)))))

  58. #58 Johanna le 19 mai 2010 à 12 h 27 min

    J’ai 30 ans et jusque là, je n’avais aucune envie d’avoir un enfant, mais alors, aucune. Aucune envie, aucun besoin. Et puis, j’ai rencontré une personne avec laquelle je partage ma vie depuis le mois de Novembre. Là, tout a changé. J’aurais même fait un bébé au bout d’une semaine. Est-ce là qui est là? Est-ce que c’est parce que c’est LA personne? Je ne sais pas…

  59. #59 Sandrinette le 19 mai 2010 à 12 h 40 min

    Charlotte des Plantes: très honnêtement, ça reste quand même beaucoup plus facile à dire qu’à faire. ;-)

  60. #60 Charlotte des Plantes le 19 mai 2010 à 12 h 45 min

    Sandrinette: bien sûr ! Mais ça sonnait comme une vraie philosophie de vie, très girly : ))), alors j’ai trouvé ça drôle !

  61. #61 Little Parisienne le 19 mai 2010 à 12 h 58 min

    Waouuu Debbienounette, ton texte me parle tout particulièrement, car même si j’ai 4 petites années de plus que toi, je suis un peu dans la même situation.
    Je n’ai pas envie d’enfants pour le moment; mon ami en a deux d’une dizaine d’années, très gentils, adorables, mais forcément je vois aussi les à côtés moins sympas (même s’ils ne vivent pas avec lui), donc ca ne me pousse absolument pas à en vouloir pour l’instant. Et tout comme toi, mon mec -de 40 ans-ne veut plus d’enfants (enfin, c’est pas clair clair, mais bon c’est tout comme).
    Or, on a beau dire qu’il faut profiter de la vie, etc etc (je suis tout à fait d’accord avec ca!), symboliquement, quelqu’un qui vous ferme la porte de construire une famille avec vous, qui vous « refuse » un enfant, même si objectivement ca ne devrait pas vous toucher puisque vous n’en voulez pas, de bébé qui braille et de prêt pour financer les études plus tard, eh bien en effet ca vous plante un couteau dans le coeur. C’est aussi une blessure d’amour propre.
    Ce qui est étrange, c’est que vous vivez tous les 4 et qu’il souhaite profiter de la vie à deux… Qu’il le veuille ou non, ce n’est pas possible. Tu t’occupes de ses enfants. Il est père. Ce n’est pas un couple sur son petit nuage :-)
    Je crois qu’il faut vivre ses histoires d’amour à fond, mais qu’il faut savoir aussi se préserver. Sois à l’écoute de tes désirs, et en effet, fais attention à ne pas te retrouver avec de l’amertume d’ici quelques années. Moi, je me rends compte que certains discours m’
    HORRIPILENT maintenant (« rien ne remplace l’amour pour ses enfants »; etc etc), alors que je m’en fichais éperdument il y a quelques années. Je me sens « niée » quand les gens disent cela, ce qui est stupide, mais mine de rien ca creuse une faille dans votre tête et vous vous sentez un peu plus « fragile ». AU fond, personnellement, j’espère ne pas avoir envie d’enfants dans le futur, car ca signera la mort de ma relation actuelle, dans laquelle je m’épanouis un max par ailleurs. Mais j’espère aussi ne pas manquer de lucidité sur mes envies profondes et de ne pas passer à côté de quelque chose. Parce que au fond je crois que je me mens, je sais que j’aurai envie d’enfants.
    Je ne suis pas d’accord avec ta maman, tu ne grandis pas trop vite, tu es juste mature, et tu te poses les bonnes questions. Maintenant, il ne s’agit pas de tout questionner, et de tout remettre en cause! Have fun! Profite! Mais garde ta liberté et ne te laisse pas enfermer par une relation où tu ne trouverais plus ton équilibre (ah oui c’est facile à dire, je sais).
    ps: pour les mères qui me lisent, je sais bien qu’un enfant ce n’est pas qu’un bébé qui braille, je faisais du mauvais esprit les filles :-)

  62. #62 Seccotine le 19 mai 2010 à 12 h 59 min

    Salut Debbienounette,

    Si j’ai bien compris le concept de « normalité », non, ce n’est pas normal que tu ne veuilles pas d’enfant à 25 ans.

    Ben oui, je suis désolée, faut se rendre à l’évidence, les femmes qui veulent pas d’enfant constituent une minorité, même si on nous dit qu’il y en a de plus en plus je crois pas qu’on en soit déjà à affleurer les 50%. Donc la normalité, c’est de faire des enfants, et à 25 ans, ben les filles normales elles ont au moins envie d’en faire, même si elles ont pas encore arrêté la date (d’autant qu’elles vont en faire deux et demi, avec deux à trois ans entre chaque, tout ça avant 40 ans, parce qu’après 40 ans c’est pas normal, donc va pas falloir qu’elles tardent trop).

    Bon.

    Maintenant, t’en connais beaucoup, toi, des gens normaux ? Je veux dire, des gens complètement, parfaitement, totalement normaux ?

    Dans toutes les expériences de femmes qui nous entourent, c’est lesquelles, les normales ? Celles qu’en ont toujours voulu et qui sont super épanouies maintenant qu’elles en ont, celles qu’en voulaient pas mais qui sont vachement contentes d’en avoir quand même, celles qu’en veulent pas et qu’en auront pas, celles qu’en veulent mais qu’en auront pas non plus, celles qu’en voulaient mais maintenant qu’il est là, euh, comment dire… ?

    Bref, aussi intéressante que soit cette discussion, j’ai bien peur que la seule qui ait la réponse à ta question, ce soit toi.
    En fait, dans ton texte, ce que je n’ai pas compris réellement, c’est si oui ou non TOI tu en veux un, d’enfant (et par TOI, je veux dire, pas ton mec, ta mère, l’amicale des commères du village ou le présentateur du journal de 20 heures).

    Je suis pas sûre que cette réponse-là, tu la connaisses déjà. Je suis pas sûre non plus que ça soit supergrave de pas la connaître à 25 ans…

    Mais si je puis me permettre une petite suggestion, dans la montagne de paramètres à prendre en compte dans ta réflexion sur le sujet, laisse de côté la « normalité », t’as déjà laaaargement de quoi mouliner sans ça… :)

    (sinon, pour apporter ma pierre à l’édifice, des enfants, j’en ai pas, j’en veux pas, j’en ai jamais voulu de ma vie, j’ai 33 ans et finir ma vie « toute seule » -si toute seule ça veut juste dire sans conjoint et sans enfants-, ça me fait pas du tout peur, ça serait même plutôt mon objectif. Bref, chuis pas normale :o)

  63. #63 Cécile de Brest le 19 mai 2010 à 13 h 00 min

    Lexie: rhooo, tu généralises un peu vite, non ? Bien sûr on gère et on organise sa vie en fonction de ses enfants, mais il faut relativiser ! Je ne me vois pas faire autrement et penser mon empoi du temps seulement en fonction de moi-même. Tout simplement parce que mes deux petits bouts n’ont que moi (et leur papa) pour s’occuper d’eux et qu’ils sont sinon un peu démunis, vu leur âge.
    Alors oui, on s’organise en fonction d’eux, mais ce n’est pas forcément négatif, le tout c’est de savoir concilier pour que chacun y trouve son compte.

    Sinon, je plussoie, faire des enfants pour ne pas se retrouver seul, il faut oublier, on ne sait jamais ce que la vie nous réserve, que pourraient dire mes parents alors que je vis à plus de 7000 kilomètres d’eux ?!

    Comme Lullaby Septante-Sept, je pense que c’est le fait de ne plus avoir le choix qui est angoissant.

  64. #64 Elise le 19 mai 2010 à 13 h 04 min

    J’ai un petit bout de deux ans et je suis une mère « ambivalente », partagée entre mon amour et les contraintes qui vont avec, surtout dans une société où la mère doit être PARFAITE. J’ai toujours su que je souhaitais avoir un enfant, ne serait-ce que parce que je voulais vivre cette expérience ultime, aller au bout de ce que mon corps pouvait m’offrir. Ayant perdu un ovaire enfant et risquant de perdre l’autre, je le voyais aussi comme une affirmation de ma féminité que j’avais ressentie parfois défaillante, une revanche sur la vie.
    Il y a une différence entre repousser la décision, et savoir que l’on ne pourra plus jamais…
    Il y a aussi une différence entre un choix personnel, et un choix partagé, si ce n’est imposé, par l’autre.
    Moi, je me pose la question du 2e. Et je remarque d’ailleurs que l’on se pose toujours la question du 1er, mais jamais du 2e qui semble une évidence ou un « non-problème », alors que pour moi, la décision est beaucoup plus dure. Je suis très hésitante, mais quand mon mari me dit « OK, ne faisons pas le 2e », là, bizarrement, je suis affreusement blessée…Et si je n’avais plus le choix, j’en serais mortifiée..
    Finalement, si certaines femmes savent dès le début ce qu’elles veulent, la plupart sont ambivalentes sur une décision qui dépend d’elles-seules, et qui, d’un côté comme de l’autre, est sans retour (car ne nous faisons aucune illusion, repousser sine die la décision est une décision…de ne pas en avoir).

  65. #65 MarieMarie le 19 mai 2010 à 13 h 20 min

    salut les filles,
    comment peut on encore se demander ce qu’est la « normalité » en matière de de couple, de vie de famille quand on voit autour de nous la multiplicité des situations ?!

    il n’y a de norme que celle que l’on se choisit.

    pour le choix d’avoir ou de ne pas avoir d’enfant, c’est la même chose : c’est un choix intime, personnel ET de couple.

    avant l’âge de 30 ans, je n’imaginais pas une seconde avoir des enfants. j’ai rencontré ensuite celui qui est devenu le père de mes filles ; c’est ENSEMBLE que nous avons choisi de les faire et c’est ENSEMBLE que nous tentons de les élever.

    Oui, les enfants c’est merveilleux mais Oui les enfants c’est aussi la plus grosse préoccupation et les plus gros soucis d’une vie.
    Oui j’aime mes filles plus que tout mais Oui je n’ai aucune honte à dire que j’aurais pu aussi me construire une vie différente si nous avions fait le choix de ne pas avoir d’enfant et que OUI je suis heureuse de les déposer à la crèche et à l’école le matin pour aller bosser et que OUI je serai heureuse de pouvoir reprendre ma carte UGC Illimité dès qu’elles auront l’âge de se garder toutes seules ! ;-)

    Je crois que le principal c’est d’arrêter d’écouter les avis de tout le monde, d’ignorer les jugements des uns et des autres et enfin, d’avoir la possibilité de faire ses propres choix et de les assumer. Je ne sais pas si ça peut aider mais c’est mon témoignage, un peu long je vous l’accorde ! ;-)

    Bonne journée !!!
    Marie (bientôt 38 printemps au compteur)

  66. #66 Ysa le 19 mai 2010 à 13 h 22 min

    Debbienounette,
    A 25 ans, je refusais catégoriquement d’être enceinte. Je ne voulais pas d’enfant. Je l’avais décidé et c’était ainsi que ça devait être !!! L’année de mes 27 ans, j’ai vécu une histoire chaotique de laquelle j’ai réussi à me sortir mais j’ai dû entamer un traitement pendant lequel il ne faut pas tomber enceinte. Au bout de quelques… j’ai remarqué que j’avais du retard, que je gonflais, que je vomissait tous les matins… Bref, je me suis fait LA frayeur du siècle !
    Là où j’ai compris que finalement je voulais des enfants, c’est lorsque ma généraliste m’a dit : Je te prescris une prise de sang, fais un test, mais si les 2 sont positifs, il faudra prendre une décision qui ne sera pas facile… Moi qui avait toujours était pour l’avortement dans ces cas précis, j’ai réalisé que je risquais de mettre fin à une petite vie qui n’avait rien demandé à personne ! C’est ce jour là que j’ai compris que je voulais devenir maman.
    Alors, prends le temps de la réflexion… la vie apporte souvent des réponses à des questions qu’on croyait classées…
    Courage !

  67. #67 laurettebis le 19 mai 2010 à 13 h 33 min

    Je ne peux pas dire que j’ai toujours désiré profondément avoir des enfants. J’ai juste rencontré un homme qui m’a donné l’envie de fonder une famille, quelqu’un avec qui c’est devenu évident.
    Depuis que je suis devenue maman je comprends encore plus qu’on ne veuille pas avoir d’enfants avec ce que çà implique (responsabilités, disponibilité…). Non pas que je regrette (loin de là !!) mais une fois qu’on est « dedans » on se rend encore plus compte de ce que çà signifie « être parents » ;-))

    Tout çà pour dire que non, pour moi çà n’est pas anormal de ne pas désirer d’enfants.

    Pourtant ton témoignage laisse supposer que tu n’es pas complètement fermée à l’idée d’être maman un jour, même si apparemment cela suppose une remise en question de ton couple…

    je comprends que ce ne soit pas une situation très facile…courage !

  68. #68 saori le 19 mai 2010 à 13 h 34 min

    bonjour je post pour la 1 ere fois , car ce sujet me touche particulierement , j ai 24 ans et 2 enfants de 6 et 1 ans , j ai donc eu mon 1er loulou a 18 ans autan dire que je n avais jamais penser a etre enceinte !! mon copain lui il le voulait vraiment mais moi j hésitais beaucoup ( trop , beaucoup trop de sacrifice et la peur de ne pas reussir a l assumer ) puis il y a eu cette fameuse echo pour daté la grossesse et ce petit coeur qui battait , ca a tout changé c etait bizar mais je l esr de suite aimé tout en gardan de grande peur , et lorsqu il est née tout mes doutes , mes peur se sont envolé j étais la plus heureuse meme si j avais un peut de mal a realisé que j etait maman , c est un amour intense qui t envahi et toute c est peur et c est sacrifice tu les affronte , pour lui , et son seul sourire et la plus belle des recompense …. =)) enfin tout ca pour dire que je pense qu on peut pas reellement se sentir prete tan que l enfant est pas née ( je sais pas si je suis tres clair ) mais je pense que toutes les futur maman ont des doutes et que la plupart s efface lorsq on leurs met leurs enfants dans les bras . meme si a la base on doit quand meme avoir un minimum envie quand meme ( desolé je m explique mal )….. ;)

  69. #69 Paski le 19 mai 2010 à 13 h 35 min

    Le commentaire de Mlle Narcisse m’a interpelé, ça fait du bien d’entendre une femme dire tout simplement que l’instinct maternel, elle ne l’avait pas d’avance, et il n’a pas été fourni avec le bébé à la maternité… qu’il est apparu au fil des mois.
    C’est déculpabilisant, dé-flippant aussi je trouve.
    Moi j’ai 32 ans, je me suis toujours dit que j’aimerais avoir des enfants « un jour ». Ma patience avec les enfants est très réduite, même si je fonds littéralement devant les petits bouts.
    Je pense avoir enfin trouvé un homme avec qui vivre cette aventure, mais nous n’en sommes qu’au début de notre relation, nous avons donc encore le temps.

  70. #70 saori le 19 mai 2010 à 13 h 36 min

    et petit message pour hélene : merci pour ce blog il est vraiment super . bonne journée a toutes ! =))

  71. #71 Hélène le 19 mai 2010 à 13 h 40 min

    saori: merci, et bienvenue à toi !

  72. #72 Yvelise le 19 mai 2010 à 13 h 44 min

    Bonjour à toutes,
    Premier commentaire même si je lis souvent ( by the way, Hélène bravo, ton blog est vraiment super).
    Un enfant, c’est quoi qu’on dise, un choix de vie. J’ai toujours été folle en entendant les trucs d’instincts maternelles, de continuité, de rôle de la femme.
    Faire un enfant, c’est comme choisir des études, un amour, c’est quelque chose de personnel . Et si une femme neveut pas devenir mère, il faut respecter ce choix. C’est juste normal, c’est comme si on trouvait ça bizarre que tout le monde ne soit pas médecin ou plombier
    Maintenant, est-ce que tu changeras d’avis plus tard, peut-être, peut-être pas… C’est impossible de deviner. Pour moi, c’est venu tard, avec la rencontre de mon mari, avant lui hors de question de faire des enfants. Et puis, c’est devenu une évidence, je voulais construire ça avec lui. Mettre un enfant au monde, le voir grandir et découvrir, l’accompagner le plus longtemps possible… Notre fille a 20 mois, elle est magnifique. Ma vie aurait été différente sans elle, pas moins intéressante, différente.
    La seule chose que tu dois garder à l’esprit c’est qu’on ne fait pas un enfant pour soi, on ne le garde pas, on marche à ses côtés.

  73. #73 wonder_daphné le 19 mai 2010 à 13 h 48 min

    Moi non plus je n’ai jamais resenti le besoin d’avoir un enfants. En tout cas pas de le « porter ». Pourquoi pas : en adopter un plus tard.
    Après tout on est 6,5 milliards d’êtres humains sur terre et tellement d’orphelin. Donc je ne vois pas vraiment l’intérêt d’en faire un soit même si on aime vraiment les enfants (plus que le fait d’être enceinte et de se faire féliciter par toutes les vieilles dames à la caisse du Monoprix)

    Donc d’après moi vouloir un enfant ça devrait commencer par vouloir l’aider à grandir et devenir quelqu’un de bien. Après si certaine femme pense que parce qu’un bébé qui sort de leur ventre sera forcement plus beau plus intelligent plus « trop mieux » que le reste de l’humanité j’ai envie de dire : « laissons les rêver »

  74. #74 Hélène le 19 mai 2010 à 13 h 50 min

    Yvelise, wonder_daphné: soyez les bienvenues ;-)

  75. #75 Debbienounette le 19 mai 2010 à 14 h 16 min

    Eulalie: Je préfère qu’il soit honnête, plutôt qu’il me fasse croire des choses qui seraient fausses, même si c’est dur à encaisser.

    J’imagine qu’on sait quoi faire quand un petit bout de chou arrive, que tout vient naturellement… alors n’ait pas peur ! et plein de bonheur pour toi

  76. #76 Debbienounette le 19 mai 2010 à 14 h 18 min

    viobulle: Je suis terriblement désolée pour toi. J’espère que ça ne m’arrivera pas, j’y ai déjà pensé aussi et ai supposé que l’avortement arrivera tristement aussi sauf si je décidais de l’avoir seule…

  77. #77 Debbienounette le 19 mai 2010 à 14 h 26 min

    Little Parisienne: Merci Little Parisienne, tu as tout compris !!! Vivre me laisser vivre (te laisser vivre) et ne pas s’oublier, écouter nos désirs…

  78. #78 Alice45 le 19 mai 2010 à 14 h 26 min

    Anne-so et wonder_daphnée vous m’enlevez les mots de la bouche!
    Je n’ai pas d’enfant et pas la plus petite intention d’en faire et j’ai eu droit à cette merveille en guise de commentaire: « Tu vois, c’est à cause de femmes comme toi qu’on n’aura pas de retraites ».
    Faire des enfants pour assurer sa retraite! Et ensuite on vient nous dire que c’est nous les égoïstes de refuser de donner le cadeau de la vie à un enfant. Un enfant c’est un être humain que l’on doit aider à grandir et s’épanouir. C’est pas un capital pour avoir une retraite ou un travailleur bon marché qui devra se demmerder dans le monde pourri qu’on est en train de lui laisser.
    Par contre je pense aussi à l’adoption. Pas tout de suite parce que là maintenant me lever 15 fois la nuit pour des « maman j’ai soif, maman mon nounours a faim, maman j’ai vomi et fais caca dans mes draps, etc. » ben non. Même si je sais que mon compagnon ne me laisserait pas me lever seule.
    Il y a tellement d’enfants seuls et dont personne ne veut parce qu’ils sont trop âgés ou malades. Si je décide d’avoir un enfant ce sera un enfant adopté qui ne sera pas obligatoirement un nourrisson. Et s’il a de l’asthme et qu’il boîte on l’aimera quand même. Mais pas envie d’en faire un moi-même, pas avec la surpopulation qui devient chaque jour davantage dramatique et surtout sans savoir ce que le monde pourrait réserver à un petit bout qui ne me demande rien à personne. La vie n’est pas toujours un cadeau…

    Le problème c’est qu’on vit en société et que nous sommes matraqué-e-s dès le berceau avec des injonctions, des idées reçues, des stéréotypes et des vérités toute faites. Il faut se mettre en couple hétéro, se marier n’est plus obligatoire mais c’est un plus, acheter un pavillon en banlieue, adopter un chien et faire des gosses. Là, c’est bien, c’est normal. Si on affirme ne pas mourir d’envie d’avoir tout ça et pire, si on affirme mourir d’envie de NE PAS avoir tout ça, on est regardé comme si on venait d’une autre planète.Tellement que ça devient de plus en plus dur de savoir ce que l’on veut vraiment pour soi tant la pression sociale est forte. Sauf que je ne pense pas que l’on puisse être heureux-ses en obéissant à un diktakt sans en avoir envie. Et le but de la vie c’est d’être heureux quand même, non?

  79. #79 Debbienounette le 19 mai 2010 à 14 h 31 min

    Seccotine: J’ai adoré ton texte, bien qu’un peu agressif sur le « non à 25 ans c’est pas normal de pas vouloir d’enfant ». NON pour le momement JE NE SAIS PAS si je veux un enfant ou non, donc tu me diras « pourquoi ce ô toi lectrice alors ? » ben parce que la situation dans laquelle je me trouve me fait me poser beaucoup de questions sur l’aspect « maman » que je pourrais être ou non. Et comme j’anticipe toujours tout et bien voilà ! Lâcher prise ?? ouai j’y ai déjà pensé mais pas encore réussi… Merci en tout cas tu m’a fait sourire :-)

  80. #80 emmanuelle le 19 mai 2010 à 14 h 34 min

    Je pense aussi qu’il est tout à fait normal de ne pas vouloir d’enfants, et « youpi Tralala » on a de la chance dans notre société, on a le droit de choisir de ne pas en avoir. Alors moi je dit qu’il serait dommage de gâcher son plaisir en culpabilisant ou en se questionnant sur le fait de ne pas en avoir envie…
    J’ai 33 ans et un enfant de 3 ans. Avant mes 28 ans, je n’en avais pas envie. L’envie est arrivée doucement et s’est confirmé à la naissance de ma nièce. Je pense que le désir fort de mon conjoint d’être père a joué aussi dans mon envie d’être mère: je me sentais rassurée. J’ai tout de même jamais ressenti l’envie viscérale, qui te prend au ventre. Mon amour maternel pour elle est arrivé après sa naissance (pas de suite après d’ailleurs)
    Contrairement à certaines qui ont réagi, je ne trouve pas ça évident d’avoir des enfants et je suis consciente de ce que ça demande comme boulot, sacrifices etc… J’ai bien senti le « avant – après » même si évidement, maintenant qu »Elle est là et que je l’aime, il n’est pas question qu’elle n’y soit plus et pas question non plus de ne pas assurer pour en faire une chouette adulte heureuse et responsable :-)

  81. #81 Eulalie le 19 mai 2010 à 14 h 35 min

    Debbienounette: Oui, bien sûr, excuse moi… je m’exprime mal à l’oral et je crois que c’est pire à l’écrit… bien sûr que c’est mieux qu’il soit honnête ! Ce que je voulais dire, c’est qu’il peut imaginer changer d’avis un de ces quatre au lieu d’être ferme et catégorique sur sa décision… on ne sait jamais…
    Mais finalement, tu as raison… au moins, tu sais où tu vas et ça évite de te faire des films…
    Mais bon, moi, je ne voulais pas d’enfant et j’ai changé d’avis… alors pourquoi pas ton homme ? Mouais, c’est compliqué tout ça… ;-)

  82. #82 Planète-Beauté le 19 mai 2010 à 14 h 46 min

    A quoi bon faire des plans sur la comète concernant ce genre de grands projets de vie. Mon conseil : vis au jour le jour, pour l’instant tu es heureuse comme ça alors profites-en. Il sera toujours tant dans quelques années de s’en soucier mais d’ici là tellement peu de choses peuvent changer.

  83. #83 Debbienounette le 19 mai 2010 à 14 h 47 min

    Eulalie: pas de problème ;-) Ouai c’est compliqué tout ça mais aaaaaaaarghhhhh zen oui qui sait peut-être que dans 3 ans ma vie aura changé du tout au tout!

  84. #84 Debbienounette le 19 mai 2010 à 14 h 51 min

    Planète-Beauté: Parce que la question est importante pour moi. Merci de ton conseil.

  85. #85 linou-en-visite le 19 mai 2010 à 15 h 17 min

    Moi, à 25 ans, je suis tombée enceinte de mon mari. Un « accident désiré ». Nous savions que nous avions envie d’avoir des enfants mais nous n’avions pas décidé: « maintenant ». Je me rappelle très bien le jour où la petite ligne bleue est apparue sur le test. Je tremblais de tous mes membres, incrédule (même si quelque part, je ‘savais’ que j’étais enceinte) et les jours suivants, je n’ai cessé de toucher ce ventre encore tout plat et pourtant porteur de vie…J’ai vécu ma grossesse comme un merveilleux cadeau, adoré voir mon bidon s’arrondir, sentir ma fille bouger. Je pétais le feu, j’étais zen et épanouie, moi qui suis d’un naturel anxieux…La naissance de ma fille m’a bouleversée, jamais je n’oublierai cet instant où nos regards se sont croisés, « tiens, c’est toi!? ». Les mois qui ont suivi ont été moins roses: je n’avais pas imaginé (malgré les nombreux avertissements!) les dégâts que pouvaient occasionner des mois de nuit sans sommeil!!! C’est vrai qu’un enfant est une contrainte: plus possible d’aller pisser tranquille, de lire, de prendre une douche (je caricature à peine) , de tenir une conversation normale pendant des mois (par la suite, ce sont d’autres contraintes et soucis qui prennent le pas) mais…quel bonheur de voir un enfant s’éveiller au monde, de voir son sourire le soir quand on rentre éreintée du boulot, de sentir son amour, inconditionnel…Et puis, ils grandissent vite! Ma fille a désormais 6 ans et c’est une incroyable petite bonne femme dont je suis très fière. Elle est drôle et sensible. Comme je l’ai élevée en grande partie toute seule -son papa et moi nous étant séparés lorsqu’elle avait 3 ans- nous sommes extrêmement complices. Je l’aime plus que tout au monde. Depuis bientôt 1 an, je suis avec un homme qui lui, n’a pas eu d’enfants de son premier mariage. Sa femme n’en voulait pas et il me disait en avoir beaucoup souffert. Il s’est beaucoup épanoui au contact de ma fille et je sais depuis le début qu’il avait envie d’un enfant à lui, à nous. Un peu (beaucoup) traumatisée par l’échec de mon mariage et la tristesse d’élever ma fille sans son papa (accessoirement par la fatigue des premiers mois avec un nouveau-né aussi), je n’étais pas sûre d’en avoir envie, moi d’un autre enfant. Et puis le jour où j’ai appelé la gynéco pour prendre RDV pour un stérilet, j’ai éclaté en sanglots, réalisant que je n’étais pas prête à tirer un trait sur la maternité! (un peu comme toi, Debbie, suite à la conversation avec ton compagnon). Du coup, même si j’ai un peu peur de ressembler de nouveau pendant quelques temps à une baleine, même si j’appréhende un peu les nuits blanches et même si quelque part le spectre d’un possible échec de ma relation avec mon homme n’est jamais très loin, j’ai décidé de me lancer et à vrai dire, je suis plus excitée qu’effrayée. Devenir maman a été ma plus belle aventure et j’ai hâte de revivre tout ça! :)
    Après, un enfant, c’est une histoire d’Amour(s). La normalité n’a aucune place dans le schmilblick! ;)

  86. #86 Anne-So le 19 mai 2010 à 15 h 21 min

    Je suis contente de voir que certaines d’entre vous pensent comme moi à l’adoption :-)
    Et un truc que j’ai appris par ma prof de sciences sociales il y a quelques années: l’instinct maternel n’existe pas, il a été inventé, donc non, on est pas obligé de se farder le « miracle de la vie de notre chair et de notre sang » et on peut déprimer après un accouchement et ne pas l’aimer tout de suite, vous n’êtes pas des monstres.
    Je voulais simplement rétablie la vérité. Puis vous savez auparavant certaines mère qui pouvaient se le permettre, avaient leur gamin mais ne les éduquaient pas, c’était dédié aux nounous qui étaient de vraies mères adoptives, et elle ne se souciaient pas du tout de leur progéniture. L’instinct maternelle est sorti du trou du cul d’une pédiatre un jour, et les femmes ont du assumer cela. C’est comme la carte d’identité, c’est obligatoire.

  87. #87 Debbienounette le 19 mai 2010 à 15 h 31 min

    linou-en-visite: Merci pour ce joli témoignage, et bonne chose pour le 2ème bout de chou :-)

  88. #88 Debbienounette le 19 mai 2010 à 15 h 33 min

    Anne-So: MERCI ANNE-SO!!!!!!!!!

  89. #89 ciloulachenille le 19 mai 2010 à 15 h 35 min

    Ne pas vouloir un enfant ce n’est pas anormal.
    Ca peut être définitif comme ça peut être passager.
    Pour ma part lorsque je me suis mariée, à 24 ans, je savais qu’en théorie je voudrai sans doute en avoir un jour mais il était abolument hors de question que j’en ai tout de suite. Trois ans plus tard je me suis sentie prête à en avoir. Et là j’ai 38 ans et j’attends un petit 4ème, chose que je n’aurais jamais envisagée à 25 ans.
    L’apparition du désir d’enfant est, pour moi, inexplicable. Tout ce que je peux dire c’est que dans mon cas il va de pair avec le fait d’être en couple stable avec la bonne personne et que j’ai vraiment eu envie « d’avoir des enfants avec et de mon mari » et pas seulement « d’avoir des enfants ». Mais je conçois que ça ne soit pas le cas pour tout le monde.

  90. #90 Louise le 19 mai 2010 à 16 h 08 min

    il faut lire le dernier bouquin de Badinter, qui fait du bien par où il passe (haaaan il est « normal » de penser ne pas vouloir d’enfants!!), et surtout ne pas se prendre la tête car rien n’est définitif (je n’ai vraiment pas envie de faire d’enfant du tout, ni maintenant ni plus tard, mais qui sait! j’ai 27 ans, et dans 10 ans je serai peut-être aussi différente qu’entre aujourd’hui et mes 17 ans alors…:)

    En tout cas, ça fait plaisir de voir que les filles aujourd’hui se posent la question (à mes yeux c’est une question super importante si ce n’est LA question de ta vie, mais quand tu te la pose c’est à dire quand tu n’es pas sûre de vouloir d’enfants, on dirait que ce n’est pas normal).

    Bonne continuation!

  91. #91 Sarah S le 19 mai 2010 à 16 h 13 min

    Alice45: Je suis tellement d’accord avec toi c’est dingue ! Il y a tellement d’enfants malheureux sur Terre… On est déjà trop nombreux sur Terre en plus, alors pourquoi en rajouter avec ta petite contribution personnelle ? Moi aussi, si un jour je cède à la pression de la maternité (ce qui j’espère ne m’arrivera JAMAIS), c’est adoption ou rien !

  92. #92 L@ure le 19 mai 2010 à 16 h 14 min

    Comme déjà dit et re-dit, il n’est pas anormal de ne pas vouloir d’enfant…
    Et comme dit et re-dit, on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve… donc peut-être que l’envie va arriver plus tard.
    Perso je n’ai pas voulu d’enfant avant mes 30 ans… et finalement la porte s’est refermée à 37 ans et je n’en aurais pas (http://www.monblogdefille.com/blog/mon-combat-pour-etre-mere-par-lure)… Comment je le prends ? plutôt bien d’après mes proches… En fait j’en voulais 1 à 30 ans, pas à 40 (ou presque)… Désormais j’ai ma vie, en couple avec nos « habitudes » et je ne vois pas comment gérer un enfant là-dedans… Peut-être que les difficultés que j’ai rencontrées m’ont « convaincue » que ça ne me manquerait pas… j’en sais rien…
    Mais il ne s’agit pas de moi… bref je pense qu’il faut arrêter de se prendre la tête, vivre au jour le jour et savourer le plaisir quand on le rencontre…
    bon je ne pense pas avoir fait avancer le schmilblick, mais c’est ce que je tenais à dire ^_^

  93. #93 Jennifer le 19 mai 2010 à 16 h 16 min

    Bonjour Debbie, j’ai 24 ans et jusqu’à il y a peu (ça se dit, ça ?), je ne voulais pas du tout d’enfants. Beaucoup de complications avec mes parents m’ont collé une peur énorme de mettre au monde un enfant et de le rendre malheureux par la suite. Je ne parle même pas de ma peur de l’accouchement qui est immense.
    Et puis l’idée a fait son chemin, surtout grâce à mon chéri, qui lui, en veut.
    Alors depuis peu, je sais qu’un jour, je vais en vouloir. Pour l’instant, ça reste très abstrait, et je me considère comme une grande enfant, il est trop tôt. Pas encore envie d’en prendre pour 20 ans avec des gosses ;) Mais un jour, oui.

    Personne ne peut te jeter la pierre si tu n’as pas envie d’avoir des enfants, c’est un choix si personnel…
    Peut être qu’un jour ton compagnon souhaitera un 3e enfant. Peut être aussi qu’il percevra ton désir et acceptera ce nouveau bébé. Dans tous les cas, c’est une décision qui se prend à deux. Une frustration ou un non-dit sur un sujet aussi important peut tuer un couple, je pense.

  94. #94 Grouick le 19 mai 2010 à 16 h 24 min

    Je n’ai pas lu tous les commentaires. Debbienounette, tu mentionnes la solitude en cas de rupture, en cas de vieillesse, mais soyons honnêtes, à moins d’avoir mal pensé le projet « descendance », on ne devrait pas faire un enfant pour « rejouer » son enfance, avoir un « bâton de vieillesse » (il suffit de voir combien d’adultes s’occupent sérieusement de leurs parents malades et/ou dépendants, et tout le monde n’habite pas à plus de 500km de ses parents), réparer ses peines de coeur, ou que sais-je encore de pas très clair. De plus, un enfant doit devenir adulte et vivre en tant qu’individu, et on ne peut penser la vie sans rupture, sans deuil. Moi j’ai eu une mère « trop » présente, qui a angoissé comme une malade pour moi, s’est dévouée, etc…, et a fini par me reprocher la destruction de sa carrière et son mal-être, On dépensait avant tout notre énergie à s’engueuler, puis j’ai quand-même bien du essayer de devenir adulte, donc un peu libre ; sa maladie nous a rapprochées à la fin seulement, et il était trop tard et j’ai du garder des questions et souffrances pour toujours avec moi, et vivre avec, et je dirais que cela aide à se réinventer, pas s’inventer une histoire, mais de se dégager d’une fausse image.Je ne saurai jamais comment nous aurions toutes deux évoluées, mais je me suis beaucoup questionnée sur le sens de l’amitié, du couple, de la maternité, de la famille (initiale, recomposée), j’ai discuté de façon très franche avec mon frère et sa femme qui eux ont des enfants, et pour finir ce long commentaire, je dirais qu’il est très difficile de se libérer de schéma « imprimés » dans nos circuits dès l’enfance, et qu’il est de toute façon ardu de trouver sa voie, ce qu’on veut, soi, vraiment, il faut prendre le temps de se (re)découvrir.Il faut être honnête avec soi et ceux qu’on aime vraiment. On peut vouloir un enfant comme un hymne à la vie, à l’amour… Personnellement, je n’aime pas trop l’emballement du « besoin viscéral », du « désir qui vient des tripes », c’est « trop facile », après il faut assumer, on ne fait pas un bébé, on fait un nouvel être humain que l’on doit « penser » sur 20 ans au moins… Il faut garder l’esprit ouvert, se confronter à ses propres opinions. Je n’ai jamais vraiment ressenti le désir d’avoir un enfant, je sais que je ne m’épanouirais jamais dans la grossesse, que l’adolescence est une période qui me répugne, que j’ai déjàdu mal à m’assumer optimalement et que je n’ai pas vraiment la vie que je désire et même si un enfant peut booster, il ne réparera ni ne construira jamais la vie de ses parents. Ouf! ça y est elle a fini!

  95. #95 Grouick le 19 mai 2010 à 16 h 25 min

    Pardon, je viens de penser que j’aurais du faire des paragraphes, désolée.

  96. #96 Marylène sud le 19 mai 2010 à 16 h 44 min

    Désolée de ne pas avoir le temps de lire tous les commentaires et je vais donc peut-être refaire une « redite ». J’ai le sentiment que ce n’est pas une décision de couple.Ton partenaire a des enfants d’une première union, tu les élèves et ça suffit à son bonheur. Oui, mais toi ??? Quelle est ton choix de vie à part te calquer sur lui ? Tu as pris « un train en route », une vie de couple assortie de deux enfants grandets… pas facile du tout. Je comprends donc ta réticence à vouloir enfanter. J’espère que ce n’est pas les seules raisons pour toi de ne pas vouloir devenir mère.

    Je m’exprime peut-être mal, mais j’ai le sentiment que ton souhait de ne pas devenir mère (qui est tout à fait légitime) est sujet à des facteurs extérieurs à ta vie propre.

  97. #97 Grouick le 19 mai 2010 à 16 h 51 min

    Je pense qu’on a fait le tour du sujet, mais comme l’ont dit d’autres, cela dépend aussi de la relation dans laquelle on est, je n’ai pas de désir d’enfant et je suis avec un homme qui n’en veut catégoriquement pas, ça coupe net toute perspective d’avenir à ce sujet. Et quand j’imagine le partage des gènes, l’union de deux « tribus », et la gestion des grand-parents et autres gênes familiales, ça devient glauque… Je serais avec un autre type d’homme (car non je ne crois pas non plus à la moitié faite pour nous compléter, au profil idéal), et il voudrait un enfant (je serais flattée, ben oui quand-même un peu), eh bien s’il me « vendrait » bien le projet (quoi, triviale, moi?), je me laisserais tenter, mais on ne serait certainement pas partis pour une grande famille, et le coup de l’enfant unique tout malheureux ne marche pas avec moi.

  98. #98 Grouick le 19 mai 2010 à 16 h 54 min

    S’il me VENDAIT bien sûr, ok j’arrête je m’en vais

  99. #99 Gegeouille le 19 mai 2010 à 17 h 21 min

    Bon bon bon…J’ai pas pris le temps de tout lire, mais je vous donne mon avis.
    J’ai 20 ans, et je ne SUPPORTE PAS les gosses des autres. Je les fuis, ils m’exaspèrent et je trouve la plupart des nanas complètement cucu quand elles voient un enfant… J’étais donc totalement persuadée que je ne voudrais jamais d’enfant.

    Or, étant étudiante sage-femme (« quoi une sage-femme qui aime pas les enfants?! »), je commence tooouuut doucement à changer d’avis. Mais tellement lentement qu’il est possible que je n’en aie jamais ;). En fait, je trouve ça magnifique un couple dont l’amour est boosté à 300% par l’arrivée d’un bébé. Et puis un bébé c’est quand même super chou, quand c’est pas trop moche (sisi, y’a beaucoup de bébés moches soyons honnêtes ;)).

    Donc bon ça me donnerait presque envie. Le problème c’est l’après. Ben oui faut quand même se coltiner la bête pendant 25 ans… Et ma plus grande peur: me transformer en cliché de la maman: pas le temps de s’occuper d’elle, le couple qui meurt petit à petit, bassiner les gens avec ses histoires de gosse à longueur de journée, ne plus avoir de temps pour rien…Vivre avec un être complètement dépendant de vous, 24 heures sur 24! Flippant quand même non?

    Sur ce je vais continuer sur la voie de la maternité, qui sait, peut-être que dans 7-8 ans je serai prête pour l’enfer ;)

  100. #100 Turquoise le 19 mai 2010 à 17 h 22 min

    Bonjour Debbienounette !

    Je plussoie à 1000% les coms de Sandrinette (7 et35), de Double plus good (15), Ode (32), Seccotine ( 62 ) – dont je partage déjà les goûts littéraires, c’est marrant … : on ne sait jamais ce que la vie nous réserve et il ne sert absolument à rien de vouloir planifier ce genre de choses ..

    Jusqu’à 25 ans, j’étais résolument moutardophobe et si on m’avait annoncé que j’étais stérile, j’aurais été ravie … et puis j’ai rencontré l’Homme de ma vie ; nous avons passé des soirées à refaire le monde et nous nous sommes rendu compte que nous avions exactement la même façon de voir les choses … sauf que, lui, il envisageait sereinement d’être père ; je l’aimais tellement que, finalement, je me suis dit « pourquoi pas ?  » et je me suis lancée, morte de trouille à vrai dire . Eh bien, si j’avais su la joie que nous apporterait ce petit garçon drôle, sensible, vif, créatif, devenu maintenant un magnifique adulte, je me serais posé moins de questions !

    Mais si je n’avais pas eu d’enfant, qui peut dire que ma vie aurait été moins intéressante ? j’aurais voyagé davantage, je serais sortie plus souvent, j’aurais goûté à des activités différentes … avoir un enfant n’est pas un plus ou un moins, c’est un autrement, voilà tout !

    Cela dit, quand je vois les marmots autour de moi, souvent abominablement élevés comme des petits tyrans capricieux … si j’avais 25 ans ils ne me donneraient certainement pas envie de procréer !

  101. #101 AnnedeBrestàStrasbourg le 19 mai 2010 à 17 h 23 min

    Rien n’est anormal tout est normal.
    Ou plutôt, Aucune n’est anormale, chacune est normale ! Nous sommes 6 milliards sur cette planète, si il y avait un seule modèle de pensée, quelle tristesse cela serait !
    Sois en accord avec toi même, c’est l’essentiel.

  102. #102 Turquoise le 19 mai 2010 à 17 h 29 min

    Gegeouille: « se coltiner la bête pendant 25 ans « , comme tu y vas ! à 25 ans, mon fiston me faisait découvrir Terry Pratchett et nous allions bras dessus bras dessous voir le films des Monthy Python, il y a quand même pire !

  103. #103 Debbienounette le 19 mai 2010 à 17 h 30 min

    L@ure: Merci pour avoir raconté ton histoire :-)

    Marylène sud: Mon choix de vie ? Justemment ce n’est pas encore très claire! Mais la question était assez importante apparemment pour que je me la pose maintenant même si tout peut changer… Je ne peux pas dire que ça suffit à son bonheur, les alléas malheureux de sa vie ont fait que c’est ainsi et qu’il a sans doute la trouille de se retrouver un jour encore avec un 3ème sur les bras, sans maman.

    Grouick: Oui on doit avoir fait le tour du sujet !

    MERCI A TOUTES D’AVOIR PRIS LE TEMPS, et merci Hélène d’avoir publié mon texte !

    Vais essayer de plus me prendre la tête et de laisser venir la vie comme elle est.

  104. #104 Eve le 19 mai 2010 à 17 h 32 min

    J’ai passé 35 ans. Depuis bientôt 11 ans je suis « maman » 2 semaines, puis en couple 2 semaines: garde-partagée des enfants de mon homme. En ce moment on passe la cruciale adolescence (13 et 15 ans).

    Je n’ai jamais voulu d’enfant et mon expérience de mère à temps partiel me confirme ce choix.

    J’aime beaucoup les enfants de mon homme et puis dire que nous avons vécu du bon temps. Mais en avoir un à moi, tout le temps, pour toujours? Recommencer? Les couches, la petite école, l’enfance, l’adolescence alors qu’on arrive à bien vivre tout cela actuellement? Non! Surtout pas rendu à nos âges, passé 35 pour moi et passé 45 pour mon homme. Ce serait de la folie, je crois. J’irais même à dire que de tout recommencer serait un suicide de notre couple peut-être. Une chose à la fois, en son temps.

    Par contre, ce qui est difficile c’est le jugement des autres. Je suis égoïste? Et faire un enfant, parce qu’on en veux un…ce n’est pas être égoïste aussi? Que je passe à côté de la vie, que je ne connais rien aux enfants (alors que ceux de mon homme reconnaissent que leur bonne éducation vient en grande majorité de moi et non de leurs véritables parents), que je suis ci ou cela. C’est un poid lourd. Les hommes ne me font aucun commentaire ou jugement, ce sont les femmes. Elle me le montrent avec une telle détestatibilité, car je ne suis pas une « vraie » mère ou une mère tout court, que je ne serai jamais une femme accomplie sans enfants. Euhhh…Mère Thérésa, elle était pas accomplie elle? Et combien n’ont jamais eut d’enfants et sont très femme!

    Pourquoi cette argne envers les femmes sans enfants? Le féminisme n’était pas là pour justement offir à la femme de choisir? On dirait qu’encore une femme qui ne procrée pas (même en plus de la carrière), est une honte…

    Et autre chose que je trouve difficile… nos enfants étaient en bas-âge alors que nos amis en avaient pas. Et là, nos amis sont tous dans la petite enfance alors que nous on vit la libération de l’adolescence…On se retrouve donc seuls…Surtout que les choix éducatifs et de discipline que nos amis ont fait pour leurs enfants ne leur permettent pas de la amener partout comme nous nous pouvions faire…Ils sont prisonniers de leur choix…ma soeur le vit très durement, elle se sent étouffée…

    De notre côté on vit une passe que nous tolérons très peu les enfants et les ados des autres. On a besoin de se changer les idées. Et oui quand on va au resto en couple, on cherche une place où il y a pas d’enfants et pas de groupe d’ados. On passe pour des célibataires intolérants, sans enfants. pourtant on en a…mais quand on sort de la maison c’est pas pour entendre ceux des autres! ;) Merci à ceux qui le comprennent! On cherche aussi la compagnie de gens sans enfants…On a besoin de reprendre notre souffle. Ces dans ces moments que j’apprécie mon choix de ne pas en avoir!

    Avoir des enfants je ne pense pas que ce soit une étape obligatoire de la vie. On peut la choisir ou pas. Je ne pense pas que tout le monde peut le vivre avec la même béatitude. C’est de l’ouvrage, beaucoup d’ouvrage…

    Chacun son choix, respectez celui des autres…et tout le monde ira mieux!

    Difficile cet écart des stades de vie!

  105. #105 virginette le 19 mai 2010 à 20 h 02 min

    juste en passant – ça a peut-être été déjà mentionné dans les comm’ précédents – je vous conseille de lire le dernier livre d’Elisabeth Badinter, il pose les bonnes questions .. je l’ai refermé il y a deux jours et il continue de vivre dans un coin de ma tête. Il parle du conflit entre la femme et la mère et du naturalisme ambiant, qui pousse la femmes à revenir à la maison. Chacune est supposée être libre, mais nous sommes soumises à beaucoup de pressions dont nous n’avons pas toujours conscience !

  106. #106 pauline le 19 mai 2010 à 20 h 07 min

    je pense que toutes les femmes ne sont pas faites pour être mères, comme tous les hommes ne sont pas faits pour être père… Et qu’il vaut 100 fois mieux ne pas faire d’enfant que d’en faire un pour de mauvaises raisons, sous une quelconque pression sociale… Mes parents auraient par exemple dû réfléchir à 2 fois avant de faire 3 enfants par « principe » et de se révéler incapable de les élever de façon épanouissante.
    voilà, c’est juste mon petit avis perso :)

    je ne sais pas si mon comm sera publié, j’en ai déjà envoyé plusieurs dans divers articles, qui n’ont jamais été validés… Je fais donc une dernière tentative, à tout hasard! :p

  107. #107 Hélène le 19 mai 2010 à 20 h 22 min

    Debbienounette: je t’en prie, merci à toi de l’avoir écrit !

    pauline: bienvenue à toi ;-)

  108. #108 cornflakegirl le 19 mai 2010 à 20 h 30 min

    bonjour à toutes,
    J’ai 29 ans et l’idée d’avoir un enfant ne m’a jamais traversée l’esprit. Bien sûr, vu mon âge, les gens ne me prennent pas au sérieux et me dise que je changerai FORCEMENT d’avis. Ce type de commentaire m’agace profondément…
    Nous faisons partie des premières générations qui ont les mêmes opportunités que les hommes (enfin à ce niveau). Je ne vois pas pourquoi je ne saisirais pas cette chance, d’autant qu’avoir un enfant ou plusieurs ça signifie souvent arrêter de vivre pour soi, à moins d’avoir des moyens financiers pour se dégager des obligations en découlant. En effet, il ne faut pas être dupe:s’occuper des enfants reste une activité reléguée aux femmes ne permettant pas, à mon humble avis,un réel épanouissement contrairement à l’opinion générale.
    Enfin, à mes opposants(es), âmes sensibles s’abstenir, je répondrai par une citation du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir : « Mais de toute façon, engendrer, allaiter ne sont pas des activités, ce sont des fonctions naturelles ; aucun projet n’y est engagé; c’est pourquoi la femme n’y trouve pas le motif d’une affirmation hautaine de son existence ; elle subit passivement son destin biologique »"j’en ai assez d’entendre que l’épanouissement d’une femme passe par la maternité

  109. #109 Hélène le 19 mai 2010 à 20 h 46 min

    cornflakegirl: merci pour ton commentaire, et bienvenue !

  110. #110 cornflakegirl le 19 mai 2010 à 20 h 53 min

    Hélène: merci, c’est la première fois que j’écris mais je voulais te dire que j’aime beaucoup ton blog, merci encore.

  111. #111 Hélène le 19 mai 2010 à 21 h 09 min

    cornflakegirl: c’est gentil, merci !

  112. #112 Jill le 21 mai 2010 à 22 h 55 min

    Bonsoir,

    J’arrive toujours en retard ^^ Mais depuis hier je me pose aussi la question…
    je suis aussi avec un homme plus vieux de 15 ans qui a deja une petite fille de 7 ans. Depuis petite je me suis toujours dit que j’aurai 2 enfants mais j’ai grandi et ca a bien changé. Je n’ai que 20 ans , je sais que je ferais au moins 1 enfants meme si je n’en ai pas réellement envie. Avant on ne peut pas savoir comment ce sera non ?! Si c’est bien, le 2eme suivra ^^ Mon copain est neutre si j’en veux un ok sinon tant pis il en a deja un.
    Comme toi je me dis et plus tard …. quand je serai vieille qui sera la ? Peut etre sa fille, on aura vecu tellement de temps ensemble que je me dis qu’elle ne pourra pas t’ignorer une fois que son papa sera partis. Si tu t’entends bien avec ses deux enfants pourquoi ne sauront ils pas présent une fois que leur pere ne sera plus la.
    Biensur, tu as peur de regretter mais je dis toujours il ne faut rien regretter dans sa vie, on en a qu’une il ne devrait pas y avoir de place pour le regret. Et je veux pas etre pessimiste mais peut etre que tu partiras avant lui. Perso je me suis toujours dit que mon copain partira avant moi car plus vieu mais au final je peux tres bien partir à 50 ans a cause d’un arret cardiaque. A l’heure actuelle on ne peut plus compter sur la vieillesse pour s’en aller; On ne sait jamais !
    Ce que j’en pense c’est que tu dois faire ce dont tu as reellement envie, sans te soucier de ce que vont penser les autres meme ta famille. Ces deux vies ( avoir un enfant ou non) tu va les vivre intensement car soit tu la vivra seule avec lui et (ses enfants qui sont bientot grand) soit intensement car tu auras le bébé que tu voudra reellement.

    Désolée je n’ai pas lu tout les commentaires peut etre que je me repete…

    bisous les filles

  113. #113 Amélie le 25 mai 2010 à 11 h 17 min

    Bonjour,
    il me semble difficile de décider une fois pour toute à 25 ans… moi à ce moment-là je n’en voulais surtout pas, j’étais angoissée avec la contraception etc, et puis quelques années après c’est arrivé d’un coup… mais ça aurait pu ne jamais arriver aussi… quand on n’a pas envie d’un enfant on a des tas de raisons super rationnelles pour l’expliquer mais si ça arrive tout cela paraît tellement futile… bref, si aujourd’hui tu ne veux pas d’enfants et que tu es heureuse avec ton homme c’est dommage de te torturer l’esprit avec ça en te demandant si un jour, peut-être, parce que tu ne peux pas savoir… si dans 10 ans, tu veux un enfant et que ton compagnon ne change pas d’avis (parce que lui aussi peut changer…), il sera encore temps de décider avec les nouvelles données…
    bon courage en tout cas !

  114. #114 Anna le 25 mai 2010 à 15 h 25 min

    Pour les filles qui veulent adopter – sachez quand même que c’est un parcours du combattant et un parcours très long, j’ai des amis qui sont en train de le suivre parce qu’ils n’ont pas pu avoir d’enfants naturellement, ça leur a déjà pris plus d’un an pour avoir l’agrément, ils font des démarches vers les associations d’aide à l’adoption à l’étranger mais les listes d’attente durent plusieurs années, les dossiers à remplir semblent ne pas avoir de fin… Et il y a très peu d’enfants adoptables en France.

  115. #115 Nimiel le 25 mai 2010 à 19 h 07 min

    J’ai toujours eu envie d’enfants depuis que je suis toute petite… C’est une question que je ne me suis jamais posée…
    Après avoir eu un boulot, un chéri, une maison, la question ne s’est pas posée bébé a été mis en route tout de suite…

    Avec le recul, je me dis que c’est bien dommage de ne pas avoir réflechis plus que ça… Bien que bien sur je n’ai pas de regrets d’avoir mes petits monstres, je me dis que ça occupe bien le temps… Et que je n’y avais pas réfléchis avant! (du genre les grands parents n’acceptent pas toujours d’être des babysitter…)

    Partir quelques jours en amoureux… Suivre un cours de sport… Suivre une formation après le boulot… Tout ça on oublie! Les relations de couples sont très différentes etc…

    A 20 ans je n’aurais pas compris quelqu’un qui ne voulait pas d’enfants, j’aurais été choquée! Maintenant je peux comprendre, et j’envierais presque ceux qui n’en ont pas!

    Par contre là où je suis un peu plus mitigée, c’est sur le fonctionnement du couple. Pour moi un couple c’est prendre des décisions ensemble! ça me choque un peu quand un des deux impose des décisions sans compromis… Bien sur chacun son fontionnement, c’est facile pour moi de juger qui ne suis pas dans la cas… Mais déjà envisager l’avortement en cas d’accident, ça me paraît vraiment extrême… Ce manque de choix, doit en effet être difficile à gérer… Evidemment c’est un sujet sans demi mesure, et il n’y a pas d’autres choix pour l’un ou pour l’autre d’imposer son envie…

    C’est un choix à faire, car un choix il y en a un, et il faut prendre la bonne décision, être certaine de ne jamais regarder en arrière avec un goût amer… Il n’y a rien de pire que les regrets…

    Mais 25 ans c’est un peu jeune pour savoir ce que l’on veut avec certitude, tu as encore du temps devant toi…

  116. #116 marion le 4 juin 2010 à 7 h 23 min

    bonjour à toutes

    j’arrive un peu après la bataille me semble t’il!

    j’ai 33 ans. je me suis toujours dit que je n’aurais pas d’enfants… de un parce que je n’avais AUCUN instinct maternel de deux parce que je « n’aime pas » les enfants ( c’est horrible de dire ça hein!) ; je ne vais pas m’étendre sur ce dernier point mais voir un gamin hurler , se rouler par terre , tout morveux et bien ça me rebute ( j’espère ne choquer personne , ce n’est pas le but:-))

    il y a 6 ans , j’ai eu un accident de contraception et une petite fille est arrivée 9 mois plus tard.

    aujourd’hui j’ai 2 enfants.

    je sais maintenant que mon instinct maternel n’était pas inné mis a muri avec mes enfants . j’ai toujours autant de mal avec les enfants (des autres) mais je pense être une mère épanouie

    si je n’avais pas eu cet accident , je nesuis pas sure que j’aurais aujourd’hui des enfants…

    comme quoi , tout peut arriver:-)

    bonne journée à toutes

  117. #117 Hélène le 4 juin 2010 à 9 h 05 min

    marion: bienvenue à toi ;-)

  118. #118 marion le 4 juin 2010 à 17 h 23 min

    merci hélène!

    je viens de le découvrir mais j’adooooore ce blog:-)

  119. #119 Hélène le 4 juin 2010 à 17 h 36 min

    marion: c’est gentil ;-)

  120. #120 bretzelle le 24 juillet 2011 à 23 h 51 min

    voilà quelques jours que je navigue sur le blog, qui est juste génial au passage, et voila que je tombe sur cet article… je n’ai « que » 24 ans, mon copain 31, et nous sommes d’accord sur un point on ne veut pas d’enfants. nos amis se marient, mes copines/cousines/tantes … me parlent bébé, mais plus ça va et plus je me dis que non je n’en veux pas. j’ai droit a toutes les phrases bien connues « tu changeras d’avis tu es jeune » et toute la ribambelle, mais non au fond de moi et depuis toujours je ne me projette pas dans l’avenir avec des enfants. je passe pour une folle, c’est tout juste si on ne me dit pas que je suis anormale, et fanchement ça me gave. pourquoi serais-je obligée d’avoir des enfants? j’aime bien, vite fait, ceux des autres, oui c’est mignon les bébs/les enfants mais ça ne m’attire pas. pire, les femmes enceintes me mettent mal a l’aise, autre erreur car il faut trouver ça beau et toucher leur ventre, beuh je peux pas non plus… bref tout ça pour dire que ce choix est encore mal accepté (tiens une derniere aussi que l’on m’a sorti, « ta grande cousine peut pas en avoir, toi t’as la chance de pouvoir en faire », euh ..?) limite si on ne traite pas d’egoistes et d’immatures ! mais et si nous ça nous convient comme ça ? et si la société dans laquelle on vit nous fait galérer et nous fait peur, et qu’on ne veut pas mettre quelqu’un au milieu de ça? j’ai vu certains commentaires a propos de l’adoption, ce sera peut etre la solution que l’on choisira si cela est possible, je n’ai pas ce lien, ce besoin de chaire de ma chaire, d’avoir mon enfant a moi, tout comme mon compagnon, il y a beaucoup de malheureux pourquoi ne pas leur offrir une chance.
    tout ceci peut sembler confus, mais ce debat, et le regard porté sur mes opinions commence vraiment a me peser et cela fait du bien de ne pas se sentir seule.
    ps : merci pour ce blog !

  121. #121 Hélène le 25 juillet 2011 à 10 h 02 min

    bretzelle: sois la bienvenue ;-)

  122. #122 Debbienounette le 16 novembre 2011 à 15 h 50 min

    Bonjour Hélène, bonjour les filles,

    Premièrement Hélène, j’aime toujours autant ton blog qui ne cesse d’évoluer, bravo pour ton travail et ton énergie!

    Je viens de me relire et de relire les commentaires pile 1an et demi plus tard. Mes questionnements se sont tassés, je ne me pose plus tant de questions sur la maternité mais il était important que je le fasse. Je suis toujours avec cet homme avec qui je suis heureuse et que j’aime chaque jour d’avantage. J’ai n’ai toujours pas envie d’enfant, et n’en aurai probablement jamais. Je suis heureuse avec cet homme et cela me suffit et puis surtout vu les turbulences d’ado la maison ça me donne vraiment pas envie.

    Bon je ne vais pas faire trop long, mais je voulais juste encore remercier toutes celles qui m’avaient « répondu » et encore Hélène de m’avoir publié. Ca m’a beaucoup aidé dans mon cheminement.

    Debbie

  123. #123 Hélène le 16 novembre 2011 à 16 h 05 min

    Debbienounette: oh merci à toi pour ce retour, ça me touche beaucoup (et je suis heureuse de savoir que tu es heureuse de ta vie).

  124. #124 MARIANNE le 29 juillet 2012 à 13 h 11 min

    COUCOU non ne pas vouloir d enfants a 25 ans c normal meme si tu en veux pas tout court vaut mieux pas en faire que d en faire un malheureux. ce que je trouverai anormal c que un jour l envie de maternité te prend et crois moi quand sa te prend sa t obséde limite jour et nuit que tu te sacrifie pour les enfants de ton conjoint et que toi tu te sente frustrée de pas avoir ton enfant. on peut dire ce que l on veux mais porter un enfant accoucher l avoir ds ces bras l eduquer c une des plus belle chose de la vie j ai 28an 3enfants et je pourrais mourrir pour eux. bref ne pas vouloir d enfant oui c normal ne pas en avoir quand on en veux c frustrant voila :) ce n est que mon avis perso hein

  125. #125 Sophie le 24 août 2012 à 15 h 24 min

    En voilà un sujet intéressant! Je me reconnait tout à fait car ca fait maintenant plusieurs que je suis sûre de mon choix de ne pas vouloir d´enfants. Comme toi Debbienounette, j´ai eu ma période où c´était très abstrait et où je me disait comme tout le monde que j´en aurais. Jusqu´au jour où je me usis vraiment posé la question. Et quand j´en parle autour de moi, j´entends toujours les mêmes remarques (t´es trop jeune, c´est parce que t´es pas prêtes, etc.). Mais ce qui me frappe le plus, c´est la raison pour laquelle les gens font apparemment des enfants: pour ne pas se retrouver seul plus tard quand ils seront à la retraite. C´est notamment ce que ma Maman m´a sorti. Or je ne suis pas sûre qu´avoir des enfants préserve de la solitude. Peut-être même au contraire: on devient plus centré sur sa famille, ses enfants, on zappe vite les amis.

    En tout cas j´assume totalement mon choix car si je l´ai fait c´est parce que, d´une je ne me suis jamais vraiment imaginée mère et deuxièment, je suis assez pessimiste sur notre évolution. Je ne fais pas ma vieille memere (je n´ai que 28 ans, 25 officiellement), mais franchement que je vois les gens galérer pour trouver du boulot et qui s´enquiquinent avec des enfants qu´ils ont du mal élever, je trouve ca dommage. Et comme certaines l´ont déjà écrit, il y a beaucoup d´enfants malheureux ailleurs.

    Enfin tout ca pour dire que selon moi, les enfants ne sont pas et ne doivent pas être une fin en soi. Certes, nous sommes programmés pour nous reproduite mais nous sommes aussi doué de raison et d´intelligence pour s´accepter. Et je ne pense pas que la race humaine soit en voie d´extinction…

Les commentaires de ce blog sont modérés.

Laisser un Commentaire

Remonter en haut de la page