Des enfants ? Pas pour moi, merci

24 juillet 2006

enfantsDepuis que j’ai mon blog je pense à ce billet. Je me tâte, j’hésite, je recule. Et puis un jour il faut bien se décider, parce que si peut servir à d’autres ça vaut le coup d’en prendre plein la figure (ce dont je ne doute pas une seconde).

Depuis vingt ans que je dis ne pas vouloir d’enfants, j’ai en effet entendu mille et mille fois les choses les plus consternantes :

« tu en as pourtant été un enfant, toi » (je pense qu’il est difficile d’en douter, cela dit je vois moyen le rapport),

« ne t’inquiète pas, tu changeras d’avis » (je ne m’inquiète pas, et pourquoi devrais-je changer d’avis ?),

« c’est très égoïste comme choix ! « (1. pas plus que ceux qui en font pour se faire plaisir, puis les élèvent n’importe comment quand ils ne leur tapent pas carrément dessus – 2. et quand bien même ? en quoi cela pose-t-il un problème, je n’empêche pas les autres d’en avoir),

« que deviendrait la planète si tout le monde faisait comme toi ? » (que deviendra-t-elle si la surpopulation continue à galoper comme elle le fait ?),

« tu te prives d’une joie magnifique « (peut-être mais comme j’en ai pas envie je me sens pas privée de grand chose, en même temps),

« ça ne te fais pas peur de vieillir toute seule ? » (si mais on ne fait pas des enfants pour vous servir de bâton de vieillesse)

« ça ne te fais jamais envie quand tu vois une femme avec son bébé dans les bras ? » (oulah, non),

« tu n’as pas le désir de laisser une trace sur le monde, de perpétuer ton nom, en quelque sorte » (non, ce type de besoin m’est complètement étranger)

« et ton mec il est d’accord ? « (ben oui sinon on serait pas ensemble)

« et tes parents ça les rend pas tristes ? » (non, et si c’était le cas, il faudrait que j’en fasse pour leur faire plaisir ?)…

Bien sûr que je suis sur la défensive, comment ne pas l’être après des années à devoir se justifier d’un choix intime auprès de gens que vous connaissez à peine ? Mes proches m’ont toujours laissée tranquille, en revanche « dans les dîners », comme on dit, j’en ai entendu, des phrases de ce genre, de la part de parfaites inconnues (les femmes sont les plus mal à l’aise – donc les plus pénibles, les hommes ne se sentent pas concernés au point de vous poser des questions indiscrètes).

Pourquoi un tel interrogatoire ? Si ma voisine est végétarienne, ou homosexuelle, ou préfère le ski au shopping, je lui prends pas la tête. Chacun sa vie.

Mais lorsqu’il s’agit des enfants la plupart des gens se croient autorisés à vous poser des questions que vous n’oseriez même pas poser à votre meilleure amie. Personnellement je n’ai jamais demandé à personne de justifier de son désir d’enfant, mais dans le cas inverse beaucoup semblent trouver ça légitime.

J’ai fini par me dire que peut-être la survie de l’espèce était en jeu, pour que le refus de la maternité provoque une telle angoisse chez celles qui ne l’éprouvaient pas…

10% des femmes ne souhaitent pas avoir d’enfant (chiffre vérifié au cours d’années d’intérêt pour la question, faites-moi confiance).

A ce jour je n’ai rencontré que quatre d’entre elles, âgées de 20 et 55 ans. Je peux vous dire que je leur suis un peu tombée dans les bras, trop contente d’avoir enfin quelqu’un avec qui partager cette lourde singularité.

Pour cette raison je me suis toujours sentie proche de la communauté homosexuelle (sans la connaître, par ailleurs) : je sais ce que c’est d’appartenir à une minorité hors norme.

Il n’est jamais très facile de ne pas être au moule, même si je ne regrette jamais la vie que je me suis choisie. Et pas choisie, aussi, parce que ce genre de conviction très forte n’est pas seulement un choix, c’est une évidence qui s’impose à vous. Une autre vie n’est pas envisageable, tout simplement.

J’aimerais seulement que, en 2006 et en occident, on n’en soit plus à regarder une nullipare (terme technique homologué) avec des yeux comme des soucoupes.

Voilà les filles, vous savez tout ;-)

Si certaines d’entre vous n’ont pas envie de faire rimer féminité avec maternité, j’espère que ce billet vous aidera à vous sentir moins seules dans votre choix (pour peu que vous sentiez seules, ce que je ne vous souhaite évidemment pas).

Et si vous avez ou voulez des enfants, je vous remercie de ne pas me sauter au visage ;-))

547 commentaires Laisser un commentaire
Psycho (de comptoir ?)

Vous aimerez aussi

547 commentaires

  • #1 pomme le 24 juillet 2006 à 11 h 02 min

    Bravo pour l’avoir fait ;-))) Une nouvelle preuve de courage, merci Hélène !
    Sinon, pour le fond : tout pareil, à 100%, donc rien à ajouter, tout est dit.

  • #2 ze courlis le 24 juillet 2006 à 11 h 05 min

    promis, Hélène, je ne te sauterai pas au visage, je trouve qu’il est bien plus courageux de décider de n’avoir pas d’enfant que de les avoir parce que ça se fait.

    Je déteste les gens qui veulent à tout prix rentrer dans un "moule social" alors même que leur tempérament et leur caractère ne s’y prête visiblement pas.

    bizz (heu, moi j’en ai trois, mais dès l’âge de la puberté j’en voulais cinq, c’est donc un choix aussi)

  • #3 Nunuvénère le 24 juillet 2006 à 11 h 11 min

    J’adhère complètement à Tout ce que tu dis ! Une femme n’est pas obligée d’avoir des enfants. Moi si je voyais une nénette en rabrouer une autre parce qu’elle n’a pas de mioche je lui rentrerais dans le lard. Je suis un peu vulgos mais je ne supporte pas cette attitude sectaire et rétrograde. Comme si une femme ne pouvait l’être complètement que grâce à la maternité. Tu parles d’une société moderne ! Et je ne parle pas du fait qu’il est de plus en plus difficile pour une femme d’interrompre une grossesse non désirée. Y a eu un reportage édifiant sur le sujet l’année dernière sur Arte.
    Et c’est la maman d’un petit brun (9 ans aujourd’hui) et d’un petit blond qui te parle.

  • #4 Nrv le 24 juillet 2006 à 11 h 11 min

    Comme ce billet me touche….moi aussi j’ai eu droit à l’éternelle réponse "mais tu changeras d’avis"….au point de m’être véritablement interrogé, "ai-je envie d’avoir des enfants ?"
    je n’ai pas de réponse absolue, mais bizarrement quand j’imagine ma vie dans 10 ans, je ne vois pas d’enfant !
    Cela dit à force d’avoir les gens autour de vous qui vous "harcèle" j’en arrive à douter de moi et me demander ce qui se passera si mon envie d’enfant apparait comme ca tout d’un coup dans 10-15 ans, que ferais-je, serais-je trop vieille ?
    Un peu HS, quoique : Cette façon de penser pour une femme (bizarrement ca choque moins qu’un homme ne veuille pas d’enfants) est tellement peu admise, que lors des entretiens d’embauche on vous regarde bizarrement si à 30 ans vous n’avez pas d’enfants et surtout on imagine, que dés que vous serez embauché vous allez tombé enceinte, c’est désespérant !

  • #5 mapo le 24 juillet 2006 à 11 h 12 min

    Une de mes amies est dans le même cas et je dois dire que c’est un tantinet pénible de la voir se débattre dans les dîners face à des harpies qui se sentent obligées de la "remettre dans le droit chemin". De quoi je me mêle, hein ? Les pires, ce sont les primipares .

    J’ai beau vouloir avoir des enfants, j’estime que lorsque ça m’arrivera, je n’aurai pas à faire subir mon bonheur aux autres en sortant les échos pendant qu’on mange l’entrée (vécu) et en commentant allégrement et dans le détail, les merveilleux désagréments du début de grossesse (toujours pendant le dîner, toujours vécu).

    Allez Hélène, courage ^^

  • #6 christelle le 24 juillet 2006 à 11 h 12 min

    bonjour à toutes !
    Je suis dans le même cas que toi Hélène. J’ai (bientôt) 33 ans, pas d’enfant, et mes petites soeurs en ont chacune deux. La seule à me poser la question dans ma famille, c’est ma grand-mère, et ma réponse lui fait pousser de longs soupirs désepérés à chaque fois… Sinon, j’ai eu cette conversation pas plus tard qu’hier avec un ami qui nous disait, à mon compagnon et moi, "mais pourquoi vous ne faites pas un enfant ?" (sous-entendu, maintenant que vous avez le boulot, la maison, la voiture et les chats, c’est évident que cela doit vous manquer). Et bien non !
    Je me dis que je me laisse jusqu’à quarante ans (comme les stars qui tombent enceinte à cet âge, ou ma mère pour la dernière de mes soeurs) et que si ça ne me tente toujours pas, cela sera comme ça.
    Bisous et merci pour tes billets quotidiens

  • #7 Maystika le 24 juillet 2006 à 11 h 18 min

    Pareil que toi!!
    NON aux enfants.
    Pourtant je n’ai que 19 ans mais je veux réussir ma vie professionelle, c’est le plus important pour moi avec aussi le fait de voir mes amis,sinon tout le reste ne me sert pas a grand chose et ne m’apporte rien.

    Sinon j’adore ton blog, je viens faire un petit tour par ici tous les jours et continue ainsi car c’est très plaisant à lire.

    A bientôt

  • #8 Alinéa le 24 juillet 2006 à 11 h 18 min

    Par principe, je déteste toutes les pressions sociales, qui veulent nous faire rentrer dans des standards préétablis, encore plus les femmes que les hommes sans doute.

    Je trouve que l’essentiel c’est de faire ce qu’on veut vraiment, et je partage tout à fait ton avis sur ces femmes qui ont des enfants par simple conformisme social, et qui sont bien embarrassées, leur vie durant, par cette encombrante maternité.

    Je me doute que ces incessants jugements de parfaits inconnus doivent être plus que saoûlants. Là encore j’y vois beaucoup de conformisme social, je pense que, en leur for intérieur, beaucoup de femmes n’osent pas assumer le fait qu’elles ne veuillent pas d’enfants.

  • #9 Esme le 24 juillet 2006 à 11 h 20 min

    bon ben je fais (je pense) partie des 4: pas d’enfants! j’en veux pas j’en vois pas l’interet, ca me gave au bout de 5 minutes!

    toutes tes phrases je les ai entendu aussi avec en plus, des ‘tu serais pas une lesbienne refoulée?", "mais tu es egoiste et en plus tu vas faire quoi t’occuper que de ta carriere, donc tu es arriviste" c’est facile de classer des gens qui ne sont pas comme vous je trouve!

    ma vie je la vois sans enfants et c’est pas pour ca que je me vois malheureuse hein? que les autres en font ben tant mieux pour eux ils en font pour moi! :-)
    moi je ferais autre chose comme tester des cosmetiques: faut pas croire ca prends du temps hein?! :-))

  • #10 Fabie à fleur de mot le 24 juillet 2006 à 11 h 23 min

    Comme je me reconnais là, aussi loin que je me souvienne , j’ai toujours dit je ne veux pas d’enfant, je ne me projettais pas avec.

    sans me sentir frusté, quand j’ai rencontré l’homme de ma vie à 27 ans, j’ai bien sentie que cela coincerai, j’ai fait de la résistance jusqu’à 31 ans en sachant que je n’y couperais pas car je ne voulais pas le perdre

    Enceinte, j’ai detesté cette grossesse qui il n’y a pas de secret s’est du coup très mal passé jusqu’à une toxidermie (le bébé tue la maman par un empoisemement du sang du coup césarienne à 8 mois en urgence)

    J’appréhendais l’après et bizaremment tout s’est bien passé, dès que Cassandra m’a été tendu, je n’ai plus regretté, je n’ai pas été une maman fusionnel avec bébé mais je trouve que c’est bien mieux

    Chacun maman, papa et cassandra( maintenant 5 ans) a pris sa place en laissant sa liberté à la’utre, j’ai la même vie, nous avons le même couple et je me suis enrichie

    là ou je te rejoins c’est l’incrédulité des autres face à non je n’en veut pas d’autre
    je passe pour une égoiste:

    – Tu ne vas pas avoir une fille unique, et pourquoi pas ?
    – Tu vas regretter, après ce sera trop tard et les mêmes absurdité que tu entends pour le premier.

  • #11 la fille du grenier le 24 juillet 2006 à 11 h 24 min

    Faut pas faire d’enfants juste pour dire "voilà, j’en ai fait un"..
    Il faut en ressentir l’envie, pas le besoin.

    Nan et puis un enfant,c’est onéreux!! t’imagines les écomies que tu vas faire en en ayant pas? T’imagines? Là ça se compte en milliers et milliers de tubes de nok!! Ou alors tu peux devenir actionnaire majoritaire du Printemps de la Beauté!!!

  • #12 Anne-So le 24 juillet 2006 à 11 h 25 min

    C’est un choix très respectable de ne pas vouloir d’enfants. Et je suis d’accord, c’est une question personnelle et intime dont les gens ne devraient pas s’emparer si facilement. Mais c’est vrai que lorsqu’on s’est rencontrées, le sujet a rapidement été abordé et je me souviens avoir eu envie de te poser la question du pourquoi du comment du "pas de bébé en vue". Simplement parce que le sujet m’interesse. Je ne trouve pas que concevoir un enfant aille de soi. Pas du tout, même. Et lorsque je rencontre une personne qui a opéré un choix différent du modèle classique, je suis très tentée de l’abreuver de questions, espérant peut-être trouver là une réponse à mes propres interrogations.
    Je ne dis pas ça pour dédouaner les harpies vindicatives et redresseuses de tords que tu as probablement dû rencontrer mais pour dire que dans le lot, il y a peut-être deux trois femmes qui ne te diront jamais merci mais pour lesquelles, ton discours aura eu un impact…

  • #13 Cely le 24 juillet 2006 à 11 h 26 min

    Bah oui qu’est-ce que tu veux les préjugés sociaux ne sont pas près (prêts ?) de tomber ! J’ai été dans le même cas. Je clamais haut et fort que non-non-non, les enfants très peu pour moi. Ma mère en a eu 3, a fini par les élever seule et je refusais de marcher dans ses pas.
    Et puis finalement, petit à petit, non pas sous la pression sociale (très forte, il est vrai : toutes les phrases que tu cites, j’y ai aussi eu droit), mais par un cheminement de ma personalité, je commence à envisager que peut-être, un jour, je serai mère. Par contre je me rends compte que la pression inconsciente de l’hormone, ou de l’instinc ou de je-ne-sais-quoi, est encore plus forte que celle de la populace…
    Au boulot, on a une épidémie : 9 bébés en 2 ans (sur 11 filles en âge de procréer) ! Et mes amies commencent à s’y mettre aussi. Je baigne donc dans une ambiance bébé et cie, et mon cerveau carbure à fond. Je me prends à en avoir envie, mais pas une envie raisonnée, une envie viscérale. Je me rends bien compte, cérébralement, que je ne suis pas prète, que mon couple n’est pas assez stable, que je n’ai ni situation, ni voiture, bref, que le temps n’est pas venu. Mais hormonalement, ça m travaillle. Je me prends à avoir des visions idylliques de mère et son enfant, que je suis obligée de combattre à coup de "tu ne dormiras point la nuit, 15 lessives par jour tu feras" pour ne pas faire de connerie là tout de suite maintenant. Le temps viendra bien assez tôt.
    Et je trouve ça assez effrayant, ce pouvoir de l’instinct sur le cerveau.

  • #14 lili le 24 juillet 2006 à 11 h 32 min

    Vas-y Hélène, te laisse pas faire et trace ton chemin à toi. J’ai des enfants et je ne saute au visage de personne sur ce sujet (probablement pas sur d’autres non plus, je vais réfléchir).

    Alors le coup de la pression ambiante ne s’applique pas que sur les filles qui ne veulent pas d’enfant, figure-toi. J’ai d’ailleurs subi une discète propagande à mes débuts avec mon monsieur de maintenant que j’ai, durant les quelques années où ne se pointait nul bambin (je ne vais pas fournir de justification ici sur ce délai). De la part de ses amis proches, que des messieurs, voui! Et même pas tous pères de famille, c’est dire!
    Je le prenait bien parce qu’ils nous aimaient et que ça ne durait que trente secondes.

    Les parfaites inconnues qui veulent vous dresser alors que la bienséance interdit d’être aussi grossières qu’elles, c’est pénible.
    Je me demande s’il ne faut pas leur rétorquer des horreurs mensongères mais de mauvais goût, juste pour les mettre mal à l’aise à leur tour.

    ;o)

  • #15 Madame Pas Contente le 24 juillet 2006 à 11 h 32 min

    Je ne vais pas te sauter au visage.
    Tout ce que je dirais c’est que la question "et tu en fais un quand ?" m’est devenue naturelle depuis que j’en ai un… Tout betement parce qu’il me donne tand de joie que je trouverai "normal" que tout le monde veuille ressentir la même chose.
    Ceci dit, vouloir un enfant c’est aussi normal et bien que de ne pas en vouloir.
    Je te rassures doublement : quand tu en as un, la question chiante c’est "quand fais tu le deuxième ?" :-D

  • #16 Fruit le 24 juillet 2006 à 11 h 33 min

    Je vois pas en quoi ne pas vouloir d’enfant serait quelque chose de condamnable. Non vraiment je ne vois. Surtout à l’heure actuelle. Pourtant, comme tu l’écris -toujours- si bien, il y a encore cette p***** de société qui ne comprend pas qu’une femme à partir d’un certain âge n’ait pas d’enfant. C’est incroyable qu’au XXI ème siècle, chacun ne puisse pas mener sa vie comme il l’entend sans être jugé. Mais plus j’y pense, plus j’ai le sentiment que c’est de pire en pire …

  • #17 Bauréale le 24 juillet 2006 à 11 h 33 min

    Hum, ce sujet me touche particulièrement … jusqu’à l’année dernière, je pensais exactement comme toi (je ne veux pas d’enfants, c’est chiant les gamins, je suis très bien "seule" etc …).
    J’avais aussi le droit à ces réfléxions … charmant … j’envoyais tout le monde balader et basta.
    Pour l’instant, j’ai trop envie de sac à main pour consacrer un centime d’euros à un gamin.

    Et puis, le fait que depuis 3 ans et demi, je suis la belle mère d’un garçon de 7 ans m’a fait évoluer.
    Non pas que j’aime plus les enfants (je ne les supporte pas, ils sont chiants, souvent impolis et mal élevé, toujours à mendier temps et attention 24heures sur 24, 7 jours sur 7 … du moins mon beau fils est ainsi … mais vu que le père n’est pas livré sans le gamin, je prends sur moi et je fais avec).
    Donc je n’aime toujours pas les enfants (sauf à faire gouzi gouzi 5 minutes avec le bébé d’amis !) mais j’ai quand même envie de tester le truc …

    En fait, j’ai envie de voir mon compagnon devenir à temps plein le père génial et aimant qu’il est tous les 15 jours et la moitié des vacances scolaires. J’ai envie (très méchament et égoistement) de balancer à la face du monde (ie ma belle mère, madame l’ex etc) que nous pouvons réussir là où l’autre a échoué en beauté !
    Je n’ai pas spécialement envie de moi être mère (même si je pense que je pourrai aimer ce machin que j’aurai fait et vu que je l’aurai façoné à ma manière, il ne devrait pas être trop invivable) … j’ai envie de donner à mon copain l’occasion de vivre une vraie vie de famille avec un enfant qu’il aura pour lui, tout le temps, de lui donner l’occasion de faire tout ce qu’il ne peut pas faire avec le premier.

    Et puis bon, je n’ai que 27 ans et une vie stable avec un boulot fixe depuis 1 an et demi … on verra vers 30/35 ans.

  • #18 patatafrita le 24 juillet 2006 à 11 h 35 min

    Bon, hélène, je suis dans le même cas que toi, j’ai toujours dit (depuis l’adolescence, I mean) que je ne voulais pas d’enfant et résultat, j’ai 35 ans et… toujours pas d’enfant !

    Je préfère ne pas avoir d’enfant plutôt que mal l’aimer/l’élever, ça tombe sous le sens et je ne vois vraiment pas ce qu’il y a d’égoïste là-dedans…

    ps : le rouge te va super bien (en tout cas sur la photo :-) )

  • #19 Carolinedaily le 24 juillet 2006 à 11 h 36 min

    Encore une fois je suis tout à fait d’accord avec toi et je subis régulièrement le même genre de réflexions. Mais je suis en train de me poser qq questions car j’ai surtout la trouille en vérité ! Une amie très proche qui ne se sentais pas non plus la fibre hyper maternelle a quand même eu un petit garçon et elle ne s’est pas mise à se comporter comme toutes ces mères qui n’ont pluis d’autre sujet de conversation que les couches et le biberon, ça m’a un peu rassurée de la voir comme ça. Par contre elle s’est fait faire la morale car elle ne voulait pas allaiter… On est dans un vrai retour au moyen âge j’ai l’impression niveau mentalité !

  • #20 Kilis le 24 juillet 2006 à 11 h 38 min

    Tu veux qu’on parle de minorité? Alors là, te plains pas Hélène :
    – je ne peux pas avoir d’enfants
    – je suis noire
    – je suis prof
    – j’étais végétarienne
    – je suis croyante et fière de l’être (mais j’ai des soucis avec l’eglise catholique sur certains chapitres historiques, donc je la démonte facilement)
    – je DETESTE les chiens et j’aime pas vraiment les animaux (sauf les chats, et encore) de sorte que je peux couper la tête à un lapin sans état d’âme (mais j’en mange pas berk).
    – je descends d’une famille d’aristocrates (français et belge, pour ne rien arranger)
    – je n’aime pas MarcoFogiel, ni la techno, ni le langage SMS, ni Matrix

    Alors dans les diners mondains, je me sens parfois très seule.

    En tous cas, jamais je ne demanderais à quelqu’un pourquoi il ou elle ne veut pas d’enfant, après tout, moi je ne veux pas d’un chien à la maison et trucider le caniche de la voisine, j’en suis bien capable s’il me saoule :-))

    Tu es la grande prêtresse girlie, et pour moi tu es au dessus des considérations bassement humaines!

    Bisous tout plein
    Kilis

  • #21 marionfizz le 24 juillet 2006 à 11 h 39 min

    Toute jeune encore, ma vie je ne l’imagine pas sans enfants. C’est comme ça, j’ai dû être élevée dans cette optique, mes parents rêvent de petits-enfants, je rêve d’une blondinette avec qui je sauterai dans les flaques et à qui son père fera des couettes…
    Mais la femme n’équivaut pas forcément à mère. Et c’est bien là tout le problème…Je ne doute pas qu’une femme le reste sans enfants, mais peut-on continuer les virées au printemps 8 fois par semaine avec des enfants ? pour moi, c’est plus cette question qui m’angoisse. pas forcément celle des virées printemps, mais plutôt de savoir si je réussirai à rester femme en étant mère…

  • #22 Vivian le 24 juillet 2006 à 11 h 40 min

    Je pense que chacun doit être libre de mener sa barque comme il le souhaite…

    Moi, je n’envisage pas ma vie sans enfants même si ça n’est pas encore le moment…
    Par contre, belle môman, elle y va en traitre, à coup de "et c’est quand que je serai grand mère ?" entre le fromage et le dessert !!!

  • #23 caro ronde et jolie le 24 juillet 2006 à 11 h 41 min

    "Mon corps m’appartient"… Si une phrase me tient à coeur, c’est celle ci.

    A lire les commentaires, il semble que les 10% de femmes dont tu parles lisent ton blog ! Je ne vois aucune insulte, aucune agression, plutôt une empathie réjouissante.

    J’ai des enfants mais la plupart de mes amis n’en ont pas. Et pour cause, beaucoup sont homosexuels. D’ailleurs, certains d’entre eux en voudraient, mais c’est la société – la même qui voudrait que tu en fasses – qui ne leur reconnait pas ce droit.

    Bref, mes enfants sont arrivés naturellement, comme un prolongement de notre relation amoureuse. Mais je crois que j’aurais pu vivre autrement, sans sensation de manque. On n’est pas des animaux, l’instinct de reproduction, je n’y crois pas.

  • #24 La Cuiller En Bois le 24 juillet 2006 à 11 h 45 min

    La femme est génétiquement programmée pour la maternité, comme toutes les femelles des espèces animales.

    L’espèce humaine se distingue des autres espèces animales par sa faculté de penser et de faire des choix raisonnés et non plus instinctifs.
    Tout le monde l’admet et s’en glorifie.

    Mais si le choix individuel ne correspond pas au choix majoritaire et déroge aux lois biologiques naturelles, cela fait désorde !

    D’autre part, à l’origine, l’homme devait vivre en communauté (ne serait-ce que pour survivre dans un environnement hostile). Ce mode de vie n’est plus, mais il en reste des traces qui se retrouvent dans le besoin viscéral d’appartenir à des groupes, à avoir des comportements communs, que nous pourrions appeler "les codes de sociétés". A se reconnaitre dans des démarches, des positions communes.

    La maternité est un de ces codes. Et le fait de ne pas vouloir d’enfant est une transgression de ces codes (comme l’homosexualité). Surtout que cela touche la base même de notre survie : la transmission de l’espèce.

    Je suppose que dans la Préhistoire, l’individu qui ne se confortait pas aux régles communautaires (ou qui était dans l’incapacité de les suivre) était expulsé du groupe (comme c’est le cas chez certains animaux qui excluent les faibles, malades, stériles … pour ne pas affaiblir le groupe). Les réactions actuelles sont un reste de cette exclusion.

    Nous sommes des êtres évolués car doués de pensée, mais nos instincts "d’animal" influent encore sur notre comportement.

    PS : dans la kyrielle de remarques aimables, tu as oublié : Comment tu ne VEUX pas d’enfant ? Alors que tant de femmes en veulent et ne PEUVENT en avoir !"

    Alors, oust … au lit et vite !

    Et dans la foulée, jette-moi le saucisson qui se trouve dans ton sac, car tout le monde ne mange pas à sa faim non plus !

  • #25 Nrv le 24 juillet 2006 à 11 h 49 min

    Je vous conseillerais une lecture à ce sujet "Le bébé" de Marie Darrieussecq…parce que pour une fois elle ne décrit pas que le coté idyllique de la relation avec le nouveau-né.

    Pour en revenir au sujet, je dois avoué, que quand je vois des amies autour de moi avoir un enfant (et quelle le souhaitait) ca me ravit ! Je ne suis d’ailleurs pas contre les "enfants", j’adore passé du temps avec mes neveux et nièces.
    Pour info aussi à ceux qui sortent des aneries telle que "tu ne serais aps une lesbienne refoulées" : on peut être lesbienne (ou homo) et avoir un désir d’enfant très fort !

  • #26 deedee le 24 juillet 2006 à 11 h 54 min

    Quel succès Hélène :)

    Moi non plus, je ne te juge pas, même si comme Anne So, je me souviens t’avoir demandé pourquoi tu ne voulais pas d’enfant. Même si moi, pour l’instant, je n’en veux pas, j’espère en avoir envie un jour parce que pour moi, une vie à deux est complète lorsqu’elle se complète, justement, d’un bout du couple. Mais ça n’est que mon avis à moi, et je me garderai bien de juger qui que ce soit de ne pas avoir les mêmes idées que moi.

    PArceque si je suis tout a fait honnête, je suis bien obligée de reconnaitre que je ne suis pas fan des enfants, ceux des autres en tout cas !. Je trouve ça vraiment chiant… une attention complète toute ta vie, des soucis, ds joies, certes !!, mais aussi un paquet d’emmerdements. ça ne m’attire pas du tout du tout…Un gamin me laisse de marbre au mieux, ou m’énerve quand il est bête, trop timide, mal élevé ou pénible. Sans parler du coût… Je sais que mes propos peuvent choquer, je me garde d’ailleurs bien souvent de les exposer au tout venant !! Mais pour l’instant, je n’ai pas ce désir d’enfanter…

    Et comme dit euuuh je ne sais plus qui un peu plus haut, quelle que soit ta condition, tu subis toujours moult questions horripilantes. Dans mon cas, c’est et c’était : "quand est ce que vous vous fiancez ?" puis "alors, c’est pour quand le mariage ??" et le jour J "super ! alors maintenant c’est le bébé hein"! ben non conn****, justement non. ça me gave !!! Et le jour où on aura un bébé, on aura droit à "alors quand est ce que vous nous faites le garçon (ou la fille)??". Je crois (enfin…. j’ose espérer !!) qu’on est vraiment tranquille quand on a deux enfants de sexe différent.. inch allah !! :)

    In extenso, j’imagine combien ces questions peuvent être éprouvantes pour toutes celles qui ne rentrent pas dans un "moule", en particulier les femmes stériles qui cherchent desespérement à enfanter…!

  • #27 zael le 24 juillet 2006 à 11 h 55 min

    Pour tout te dire Hélène, moi aussi j’attendais ce billet depuis longtemps…
    D’abord, que la première qui ose te juger soit condamnée à porter ses repetto avec des chaussettes jusqu’à la fin de ses jours!
    En fait, il faut quand même avouer que même en 2006, affirmer ne pas vouloir d’enfant reste un gros tabou. Je pense que ça choque davantage que de dire qu’on est homo. Sûrement parce que ça semble un peu contre nature, on l’a tous appris en cours de SVT: l’être vivant est celui qui naît, grandit, SE REPRODUIT, et meurt. Oui je sais, dit comme ça, ça ne donne pas une vision très fun de l’existence!
    Quand mon horloge biologique s’est mise à faire tic-tac, j’ai eu soudainement une énooorme envie de bébé. Enfin, d’abord une énorme envie d’être enceinte et d’être la reine, façon Sophie Marceau enceinte de 8 mois et en robe rouge à Cannes. J’ai eu beau me raisonner, il n’y avait rien à faire. Je passais allègrement sur les "mais tu n’auras plus de vie! Finis les voyages, les sorties, les grasses mats!"Je pensais en avoir fait le tour. J’avais envie de lire "Le petit prince" tous les soirs à un enfant.
    Je vous la fais courte: j’ai une petite fille de 4 mois que j’adore, et avec laquelle je vis des moments exquis. Mais la maternité n’a rien d’évident. En fait, c’est un tsunami physique et émotionnel qui vous secoue dans tous les sens, vous remet en question, et vous force à garder un faux petit sourire béat face aux gens qui viennent vous féliciter pour "l’heureux événement". Je vais le dire honnêtement: j’ai trouvé les premières semaines TRES dures.
    Peut-être qu’un jour sur mon blog j’oserai en parler autrement qu’en prenant le sujet à la rigolade.
    Tout ça pour dire que tous les choix et tous les ressentis face à la maternité sont respectables. Et comme le dit Maïtena Biraben, maman et ex-présentatrice des Maternelles:"Les enfants, c’est bien. La pilule, c’est bien aussi!"

  • #28 Veka le 24 juillet 2006 à 11 h 56 min

    Ahhhhh ça fait du bien de lire ça ! Je suis comme toi et en ai pas mal parlé sur mon blog, également.
    As-tu lu le livre d’Edith Vallée "Pas d’enfant, dit-elle…" ?
    Il faudra que je me décide à m’y plonger, mais j’avoue qu’ayant enfin cessé d’être agressée à droite et à gauche sur ce sujet, le besoin de me plonger dans cette lecture se fait moins sentir.

  • #29 lili le 24 juillet 2006 à 11 h 59 min

    J’oubliais ça : ô soeurs avec et sans progéniture, ayons une pensée compatissante pour toutes les femmes des temps passés et contemporains qui ont eu plus d’enfants qu’elles n’en auraient voulu.

    Vive la pilule, la capote, le diaphragme, les spermicides et les faiseuse d’anges.

  • #30 Le Chapô le 24 juillet 2006 à 12 h 00 min

    Le philosophe précurseur Cookie Dingler affirmait dès le milieu des années 80 qu’être "une femme libérée", ce n’était "pas si facile". ;-)

    Nous en sommes encore aux balbutiements de l’émancipation féminine et même si beaucoup de boulot a été fait au niveau légal, il en reste énormément à faire au niveau social. Et aujourd’hui, ce qui gêne le plus l’anvancée du féminisme, ce sont les féministes et les femmes elles-mêmes souvent engoncées dans un tissus de préjugés issus de leurs cultures et de leur éducation.
    (Je généralise et ne vise évidemment pas pas toutes les femmes)

    Ma position sur la maternité est la même que pour beacoup d’autre chose:
    Chacun fait ce qu’il veut de sa vie, son corps, son uterus, ses ongles de pieds ou ses prothèses en silicone.

    J’ai un fort désir d’enfant. J’ai même une frustastion dûe à un fort désir d’enfanter ( Et même si j’dev’nais/ Pédé comme un phoque/moi je s’rais jamais…./en cloque).
    Ce désir est aussi égoïste que celui de ne pas vouloir de chiard. Egoïsme pour égoïsme, tout le monde est à églité…

  • #31 Hélène le 24 juillet 2006 à 12 h 00 min

    Veka je n’ai pas lu ce livre, avec els années qui passent (j’ai 36 ans, donc), le gens me foutent un peu plus la paix ;-) Merci néanmoins pour la référence !

    Je ne vais pas réussir à repondre à tout le monde personnellement, excusez-moi, ça va un peu vite ;-)

    Je souhaite donc la bienvenue à Baguette et Maystika ! Merci les filles, revenez quand vous voulez.

    Et je vous remercie toutes, chacune d’entre vous, pour l’intelligence et la tolérance de vos commentaires. Je ne m’attendais pas à ça ;-)

    Et oui Esme, tu es l’une des 4 ;-)

  • #32 Kat l’expat le 24 juillet 2006 à 12 h 01 min

    Dans mes bras, Hélène!
    C’est vrai que c’est encore rare d’entendre des femmes dire que faire des enfants ne fait pas partie de leurs projets. Au lieu de "dire", j’ai bien failli écrire "avouer", c’est tout dire. C’est vrai que la pression sociale est forte. C’est vrai qu’on se retrouve souvent à défendre une féminité décidée à ne pas
    enfanter. C’est pourtant simple, on n’est pas toutes faites pour ça même si on a les organes pour le faire.
    J’ai 53 ans, mes organes sont au repos, c’est donc le bon moment pour un bilan. Oui, en tant que femme, je me sens réalisée. Non, je ne regrette pas mon choix. Par chance, mon compagnon avait fait le même et n’a pas changé d’avis. Sinon, j’imagine qu’il serait allé enfanter ailleurs.
    Un autre aspect important, à mon avis, est de bien comprendre s’il s’agit d’un choix, serein et pondéré, ou d’un refus. C’est un peu psychanalytique ce que j’écris là mais j’espère que c’est compréhensible.
    Comme le dit une amie médecin (qui a elle choisit d’en avoir 3, ce qui dans l’Italie actuelle ne se fait pas du tout, l’enfant unique étant largement majoritaire par manque de crèches, de moyens, de tant de choses) : "Quand on parle de reproduction humaine, les gens ne s’occupent jamais de leurs oignons!"

  • #33 Anne-So le 24 juillet 2006 à 12 h 01 min

    Petit HS : Deedee, merci pour ta description, qui correspond à 100% à ma façon de voir les choses ;)

  • #34 Laure le 24 juillet 2006 à 12 h 11 min

    Hélène, bravo.
    Je crois que dans notre société standardisée, il n’est pas facile de clamer que l’on n’accèpte pas les dictats.Toi, tu t’en fous, tu le dis. En ce sens, je trouve ton billet trés courageux.
    Tu connais mon opinion sur les enfants, la façon dont j’aborde l’éducation, je ne vais pas revenir dessus.
    Je suis mère, je suis femme, mais je ne suis pas esclave de tout cela. Je n’ai pas fait d’enfant pour être moins seule, ni pour rentrer dans une caste, ni pour mes vieux jours, j’ai fait un enfant parce que je le désirais, que je me sentais prête pour enfanter et prête à prendre cette responsabilité.
    Je ne veux pas être une mère démissionnaire dans quelques années (il y en a bcp), je ne veux pas être prise en otage par mes enfants (hors de question, qu’à 15 ans mon fils me crache à la gueule comme je peux le voir parfois chez les autres), je ne veux pas que mon fils soit irrespecteux, impoli, vissé devant sa PS2 ou la télé. Je veux que mon fils soit un citoyen libre et responsable de ses actes. Voilà ma priorité.
    Je dis tout ça parce que je suis souvent témoin de scènes qui me scandalisent: des femmes dépassées par leur progéniture, des femmes qui se laissent aller, des femmes victimes. Cela va de celle qui tape sur son gosse pour un rien ou l’humilie ouvertement (je me dis souvent qu’elles ont fait un enfant au lieu d’avoir un chien) en passant par celle qui se fait traiter comme une moins que rien par eux. Moi, je dis non à ça. Et malheureusement, je pense que bcp d’entres elles ont cédé à la pression.

    Quoi qu’il en soit, lorsque l’on a fait un choix de vie, quel qu’il soit, personne n’a le droit de le critiquer.
    La libération de la femme a servi à ça. Nous nous battons toutes pour ça: avoir le choix!

  • #35 CristL le 24 juillet 2006 à 12 h 15 min

    On a eu la libération de la femme avec le slogan " Des enfants quand je veux" . Aujourd ‘hui, la deuxième libération , c’est d’avoir le choix de faire ou non des enfants.
    Je trouve que c’est limite indécent de porter un jugement sur ce sujet.
    Car le choix de maternité ou de non maternité est un choix personnel défini par sa propre histoire et celle de son compagnon.
    Ma meilleure amie a fait le choix de ne pas avoir d’enfant. Elle le vit très bien et se fiche pas mal de ce que disent les autres. Au sein de sa famille, cela n’a posé aucun problème.
    Je suis d’accord avec Deedee la société a décidé de tous nous caser dans un moule. Faire "culpabiliser" ( pas toujours, heureusement) aussi bien celles qui ont fait le choix de ne pas devenir mère et celles qui le veulent mais qui ont un problème de stérilité ( et ma foi, je peux vous dire qu’il y en a de plus en plus).

  • #36 Pirskila le 24 juillet 2006 à 12 h 16 min

    Comment tu ne veux pas d’enfants?!! Tu n’es pas une femme, tu ne seras jamais une femme accomplie, sans enfants ta vie sera nulle, elle n’aura aucun sens, tu mourras malheureuse. Tssss tssss tssss CONNERIES!
    Chacun fait bien ce qu’il veut et trouve son épanouissement où il veut! Si c’est en ayant des enfants, tant mieux pour eux, si c’est autre chose, tant mieux aussi.
    J’ai jamais compris les réactions des femmes outrées parce que certaines ne veulent pas d’enfant. On est tout à fait capable d’être heureuse sans enfant.

    Moi j’en veux mais dans longteeeeeeemps (avant que ça se sclérose dans mon ventre evidemment mais alors y a pas de presse!)! Avant ça, j’ai besoin de vivre pour ma goule, pour mon bon ami, mes copines (et mon chat, comment ça je fais un transfert!?). Ce qui ne veut pas dire que quand j’aurai un enfant, je ne vivrai plus que pr lui et que j’oublierai de penser à moi, mon bon ami, mes copines (et mon chat) mais les priorités changent forcément et pour le moment, je ne VEUX PAS!

  • #37 Hélène le 24 juillet 2006 à 12 h 17 min

    Laure merci à toi, c’est toi qui m’a convaincue de faire ce billet ;-)

    J’admire beaucoup ta vision de l’éducation, si seulement tout le monde était comme toi… ;-)

  • #38 Laure le 24 juillet 2006 à 12 h 26 min

    Tu avais envie de le faire depuis longtemps. Mais tu vois, les réactions comme nous l’envisagions, sont toutes extrêmement tolérantes et intelligentes. En ça, ce blog (ton blog Hélène) est une communauté dans laquelle chacune a sa place.
    Simplement, comme nous pouvons toutes le constater, ce billet aidera peut-être certaines à s’affirmer, et à se dire qu’elles ont LE DROIT de ne pas avoir d’enfant.
    Prennons Baguette par ex, et bien je suis certaine que ce billet et les commentaires peuvent avoir une influence positive, et l’aider d’une part à assumer mais aussi à ne plus se futiger elle-même.
    Merci pour toutes celles qui n’ont pas ton caractère et qui ont du mal à ne pas cullpabiliser. Parce que la culpabilité, putain quel boulet à la cheville dont il faut absolument s’affranchir!!!!

  • #39 Myrtille le 24 juillet 2006 à 12 h 28 min

    D’accord avec toi! avec toutes les filles qui ont commenté plus haut: on a les droit de ne pas vouloir d’enfants, et alors? Qand j’étais jeune (de 5 à 25 ans…) j’ai toujours dit que je n’aurais jamais d’enfant… finalement, c’est bizarre mais j’en ai eu un… comme quoi, tout le monde change… à 33 ans, je suis très contente d’avoir un petit bonhomme de 6 ans, parce que "quitte à en avoir un , je le voulais avant 30 ans, ou jamais!" et je suis très contente. Cela dit, je ne suis pas sûre d’ avoir envie d’un autre , et quand j’y pense, même si je suis ravie avec un enfant, je me dis que ma vie n’aurait pas été dramatique si toutefois je n’en avais pas eu… désolée de penser ça pour toutes les filles qui ne peuvent pas avoir d’enfants et qui trouvent ces propos abberrants, mais bon… chacun mène sa vie comme il l’entend.
    Je suis sûre qu’on peut vivre sans enfants, et vivre très bien, je n’envie pas la vie des mamans de plein d’enfants (je ne sais pas comment elles font, avec un, je commence juste à peine à m’en sortir!!!!) ne pas avoir d’enfant n’est pas toujours synonyme d’égoïsme, qu’on lâche un peu toutes celles qui n’ont pas envie d’être maman!!!

  • #40 Gaïa le 24 juillet 2006 à 12 h 35 min

    Bravo pour ce billet!!!! C’est rare d’entendre quelqu’un revendiquer ce genre de choix. Il y a tellement de choses à faire, à vivre dans une vie qu’on peut être comblée sans nécessairement passer par la case bébé.
    Je suis très mal placée pour parler car je suis enceinte de presque 8 mois :). Mais c’est un choix aussi d’avoir ce bébé maintenant . Comme je suis encore étudiante en thèse, on me reproche plutôt de vouloir avoir des enfants et de ne pas me consacrer au boulot et rien qu’au boulot… Je suis censée ne pas avoir d’enfants ou tard après avoir un poste… Alors moi je connais les petites remarques du genre, tu sais, pas la peine de demander une bourse de post-doc avec ton bébé…. tu vas devoir l’élever… sauf que la plupart des mères travaillent et le fait d’avoir un enfant ne m’oblige pas à devenir mère au foyer (ce qui est très bien, mais là aussi, c’est un choix)…. Et puis il a un père mon bébé, qui dans le même cas que moi, sauf que personne ne lui reproche ce choix mais lui c’est pas pareil, c’est un homme……

  • #41 Julia le 24 juillet 2006 à 12 h 43 min

    Très beau billet Hélène !

    En ce qui me concerne, je souhaite ardemment avoir des enfants mais je comprends que cela ne soit pas l’envie de tout le monde.

    On oublie souvent qu’il y a également des hommes qui ne veulent pas d’enfants et eux on ne leur crache pas dessus ! Comme si seule cette tâche incombait aux femmes. Dur de faire avancer la société sur certains points…

  • #42 Femme active (Muriel) le 24 juillet 2006 à 12 h 50 min

    Il est de bon ton d’affirmer sa singularité…voire de la revendiquer…

    Moi ce que j’en dis : chacun ses choix !

    Il y a en a qui ne veulent pas d’enfant, d’autre qui en veulent mais à condition d’avoir la maison avec jardin-chat-chien-grosse voiture, d’autres qui ne veulent surtout pas prendre plus de 7 kg lors de la grossesse, d’autres qui fument comme des pompiers, certains qui font congeler leur sperme avant d’entamer une chimio, certains qui aiment la vie à 2 avec week-end-ciné- resto-confort pépère, etc.

    Il faut de tout pour faire un monde…Le tout, c’est d’assumer ses choix et de ne pas les regretter.

    C’est dans l’air du temps : les clubs de vacances et les hôtels interdits aux enfants…

    Mon choix : être une femme mariée, au travail, malgré 4 enfants. On me regarde avec des gros yeux, on m’admire, on me déteste…

    Tu ne veux pas d’enfant, et alors ? Les miens paieront une partie de ta retraite, t’inquiète ;-)))

  • #43 Hélène le 24 juillet 2006 à 12 h 55 min

    Je te remercie d’avoir évoqué l’histoire de la retraite à ma place Muriel, c’est toujours ce à quoi je pense quand je vois une famille nombreuse ;-)))

    Fanchette comment je fais ? Ben je sais pas, j’ai toujours été comme ça ;-)

    Laure c’est en effet pour cette raison que j’ai fini par faire ce billet : si ça peut servir à d’autres, je serai vraiment heureuse.

  • #44 maryline le 24 juillet 2006 à 12 h 55 min

    hélène j’aurais pu écrire tout ça mot pour mot, ( quoi que pas aussi bien), car c’est exactement ma façon de voir ma vie. J’ai souffert de la pression sociale, maintenant je m’en fiche un peu, qund on me demande pourquoi je n’ai pas d’enfant je réponds que je n’en ai pas envie, point final. Et les accusations d’égoisme me font bien rire, pour les raisons que tu as notées, on est aussi égoiste quand on fait des enfants que quand on n’en fait pas.
    Je crois même que le pourcentage de 10% que tu annonces est trop faible. Moi j ‘ai lu que 20% des filles nées en 1973 (comme moi) n’auront pas d’enfant.

  • #45 Hélène le 24 juillet 2006 à 12 h 57 min

    C’est pas la mêm chose maryline, de ne pas avoir d’enfants, et de ne pas en vouloir. Je pense que dans les 20% que tu cites il y a les femmes qui en voudraient bien, mais qui ne peuvent pas en avoir pour diverses raisons. Bon cela dit je n’ai pas véirfié récemment, je peux me tromper ;-)

  • #46 sev(norvege) le 24 juillet 2006 à 12 h 57 min

    je rejoins Fabie.
    J’ai attendue mes 30 ans en reculant en reculant et en n’appreciant pas ma grossesse au debut.
    Mais lorsque je l’ai fait c’etait un vrai choix bien reflechi, et hyper epanouie dans ma vie.

    Avant ca: J’ai excessivement souffert des attaques jusqu’a en pleurer. On jugeait ma facon de vivre et ca me foutait en rage. Surtout lorsque cela vient de la part d’amis.

    Maintenant Helene, honnetement (et tu me connais je suis directe !) je ne peux pas m’empecher d’avoir le coeur qui se serre quand toi ou mes autres copines me disent "non pas d’enfants " (moi j’en ai rencontré beaucoup plus que 4 !) pour un des aspects que tu evoques: la vieillesse. Quand je vois mes parents avec leurs petits enfants je suis super heureuse pour eux.

    Et pourtant je le martele sans cesse "on ne fait pas des gosses pour se remonter le moral !"

    C’est un peu paradoxal.

    je pense qu’au final tu as raison: c’est un besoin humain de se reproduire.
    (t’es certainement pas humaine! t’es au moins une extra-terrestre de la planète Girlie 5 du monop- 3eme a droite apres saturne ;-)))))

  • #47 deedee le 24 juillet 2006 à 13 h 01 min

    Petit HS bis : Anne So : je t’en prie ;)

  • #48 Melina le 24 juillet 2006 à 13 h 03 min

    Bravo Hélène ! J’attendais ce billet depuis tes premières allusions à ton non-désir d’enfant, par curiosité tout simplement, parce que je moi je ne vois pas ma vie sans enfants. Et il se dégage une telle liberté de tous ces commentaires, c’est génial ! Tu sais, moi aussi on me regarde bizarrement quand je dis que je veux un bébé bientôt, alors que je n’ai même pas vingt-cinq ans…
    (d’ailleurs, pour Gaïa : je suis très interessée par ton expérience de bébé pendant la thèse, c’est vraiment faisable ? Hélène, je comprendrais que ce HS te soule, supprime mon commentaire dans ce cas :-) )

  • #49 Poulpie le 24 juillet 2006 à 13 h 07 min

    Bonjour,

    Je n’ai pas encore d’enfants mais j’espère en avoir au moins 1 bientôt. Plutôt que de dire à une femme qui ne veut pas d’enfants "Oh là là mais tu vas le regretter" j’aurais envie de lui demander pourquoi? J’ose espérer que tous ceux qui ont des enfants ne les ont pas fait à cause de la pression sociale????

    Regarder son voisin s’occuper d’un gosse c’est pas la même chose que de s’en charger soi-même.
    Comment savoir si on a envie de quelque chose qu’on ne connait pas?

    Le problème c’est qu’il n’ y a pas de service après-vente pour les bébés. Pas de remboursement possible! :-)

  • #50 Millie le 24 juillet 2006 à 13 h 08 min

    comme tout le monde ici, je suis d’accord sur le fait que chacun fait ce qu’il veut ;-). Même si je veux des enfants (comme disait je-sais-plus-qui-ici, c’ets un truc au fond de moi, une envie irrépréssible), je comprend qu’on ne veuille pas en avoir.

    Par contre, je vois pas en quoi pas en avoir c’est égoïste…pour moi, un truc égoïste serait plutôt en avoir juste pour faire style, non? Sont bizarre ces gens…

    Bref, je dis un peu la même chose que tout le monde, ça fais pas avancer les choses, mais enfin…

  • #51 Tiloui le 24 juillet 2006 à 13 h 10 min

    Ton personnage préféré de Desperate Housewifes c’est Mme Sollis ;-) ?
    Trèves de plaisanteries (quel salop Carlos), c’est une des premières choses qui m’a fait plaisir à entendre chez toi, ça allait si bien avec ton attitude, fraîche, décontractée et franche.
    Parce qu’on ne balance pas ça comme ça sans y avoir pensé avant, et parce qu’aussi on tient à se faire respecter et à avoir une vraie place.

    Pour ma part j’aimerai bien être père, pourquoi pas père au foyer si Nividic devient directeur artistique en chef de toute la presse française.
    Mais pas tout de suiiiite….
    J’ai beaucoup de mal en ce moment à ne pas avoir les yeux remplis de larmes quand ma petite nièce de 6 ans me regarde me dit "non Tonton pars pas !"
    Heureusement elle sait être très désagréable avec moi, ça me montre à quel point un enfant peut aussi être sujet potentiel d’énervement voire d’étranglement.

    Par contre moi j’ai un souci avec les bébés..Je trouve ça afffreusement chiant la plupart du temps, très moche(si si surtout au début pouah), et surtout infernal.

    Le pire de tout restent les remarques de l’entourage "tu n’as même pas remarqué qu’il a la même couleur que les yeux de son arrière grand mère, tsss gros naze".
    J’en visage donc de prendre une nourrice à plein temps pendant 4 ans au moins….
    Enfin si ça se trouve l’envie d’en avoir va me passer aussi, on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve.

  • #52 Barbara from Bruxelles le 24 juillet 2006 à 13 h 13 min

    Merci pour ce billet.
    J e ne vais pas être longue, les choses ont été dites; bien mieux que je n’aurais pu le faire, dans tous ces commentaires.
    Moi non plus, je ne désire pas d’enfant; je conçois parfaitement que d’autres en aient envie, je conçois très mal qu’on ne conçoivent pas que je conçoive que….
    Bref, quand je disais que d’autres s’exprimaient mieux, c’était pas pour rigoler!

    Ca fait du bien cet esprit de tolérance,
    Bises à toutes les Mamans, les futurs Mamans et à toutes les Autres…

  • #53 Hélène le 24 juillet 2006 à 13 h 15 min

    Hi hi Tiloui, j’aime beaucoup Bree aussi mais je dois dire que Gabielle est plus proche de moi (pas physiquement hein ;-)).

    Melina bien sûr que non je vais pas supprimer ton commentaire, il manquerait plus que ça ! ;-)

    Poulpie tu es la première à avoir cédé à la tentation de ne pas dire un truc entièrement positif, "comment savoir qu’on n’a pas envie de quelque chose qu’on ne connaît pas", celle-ci aussi je l’ai entendue souvent ;-))

  • #54 Fauvette le 24 juillet 2006 à 13 h 18 min

    Bravo pour ton courage. Et puis tu sais lorsqu’une femme a eu un enfant, on l’embête en lui disant, A quand le second…
    Non, vis ta vie comme tu l’entends, et surtout évite de te justifier, pourquoi te justifier.
    C’est ta vie, tu ne nuis à personne, et basta.
    Certains dîners sont à fuir, comme certaines personnes obtues.
    Question de survie mentale.
    Tiens Hélène, je me permets de t’embrasser. Et toc.

  • #55 Melina le 24 juillet 2006 à 13 h 18 min

    Merci :-)
    Je disais ça parce que des conseils de bébé-thèse c’est vraiment HS par rapport au sujet quand même :-)

  • #56 loli le 24 juillet 2006 à 13 h 19 min

    moi j’ai envie de dire bravo et merci !!!! ben oui bravo d’assumer ses choix car parfois quand on se trouve face à la connerie des gens (manque d’ouverture d’esprit et de tolérance et bien ce n’est pas toujours facile). et puis merci car je me retrouve dans ton disours.

    j’ai 24 ans, et non je ne veux pas d’enfants et mon homme non plus. alors moi j’ai le droit à : tu es jeune tu changeras d’avis, mais si fais un enfants c’est super les enfants, et que vas tu faire de ta vie ….. et bien moi je dis merde.

    jamais on ne peut dire ce qu’on pense au fond de soi, faire des enfants apparait comme une finalité un objectif que chaque couple doit atteindre. moi je suis désolée mais je comprends pas. je suis heureuse dans mon couple, je n’éprouve pas le besoin d’avoir des enfants. et personne ne le comprend, tous nos amis sont scotchés quand on dit qu’on aura pas d’enfants.

    et puis moi en + je cumule les défauts apparement car :

    +je ne veux pas d’enfants
    +je ne veux pas me marier
    +je suis fille unique donc je suis forcément je cite "égoiste, jalouse, capricieuse, mal élevée, j’ai du souffrir de solitidude"et bla bla bli et bla bla bla : non mais je franchement ces pérjugés moi grrrrrrrrrr"
    +et pour couronner le tout j’ai choisi un métier qui je cite "ou la la la ça doit pas être facile tous les jours, comment tu fais le soir quand tu rentres chez toi ?? "

    souvent j’ai envie de dire mais laissez moi vivre !!!!!!
    et puis moi j’adore les enfants mais ceux des autres et je trouve que c’est déjà pas mal. élever un enfant ça ne me dit rien j’en éprouve pas le besoin et ça ma belle mère depuis 3 ans, qui a eu 4 enfants ne le conçoit pas, pas + qu’elle ne conçoit que ma mère n’ait pu faire qu’enfant (quelle égoiste).

    pfiouuuu dans cette société il fat toujours rentrer dans le moule on a pas dépassé le "l’idéal c’est d’avoir un garçon et une fille".

    ma question principale est la suivante : faudrait il faire des enfants pour rentrer dans le moule, au rique de les rendre malheureux ? est ce que ça c’est mieux ? ben moi je dis non !!!!!!

    bon aller j’arrête mon roman et surtout merci hélène !!!!

    bizzzzz

  • #57 veronica le 24 juillet 2006 à 13 h 20 min

    A lire tous les commentaires je trouve que nous sommes nombreuses a ne pas vouloir d’enfants moi je vais passer a une dizaine en plus cette annee quaran….et je me dis ouf maintenant on va me laisser tranquille avec cette question pourquoi tu n’en veux pas c’est tellement mignon un enfant chez les autres surement pa spour moi .
    Quand j’ai rencontre mon ami qui a deja 2 enfants ces amis lui disaient fais attention elle va vouloir des enfants et lui disait non non elle en veut pas alors la reponse etait elle dit cela pour que tu n’ais pas peur mais si si elle en veut.
    Ils savaient mieux que moi …..je crois que cela fait peur aux gens ceux qui decident de ne pas suivre les autres, on ne veut pas faire comme les autres, rentrer dans le moule..
    Ce qui m’agace encore plus ce sont les filles qui disent je suis une femme depuis que je suis mere moi je leur dis ah bon avant tu etais un frigidaire j’avais pas remarqué!!!

  • #58 Esme le 24 juillet 2006 à 13 h 30 min

    ah oui moi non plus pas de mariage ca sert a quoi hein? et je suis pour:chambre separée voir meme appart separé, couette separée aussi dans le cas d’un meme lit!

    suis pas egoiste mais j’aime vivre bien en paix!

    mes parents sont au courant de tt cela et l’acceptent et le comprennent! comme ils disent on a pas fait des enfants pour nous !

  • #59 Hélène le 24 juillet 2006 à 13 h 34 min

    Fauvette tu as bien raison de te permettre, c’est super gentil ;-)

    Meci à vous pour vos réactions, c’est important pour moi.

  • #60 denis le 24 juillet 2006 à 13 h 47 min

    Un enfant c’est une envie et un choix super important.
    Ma meilleur amie et comme toi et elle a du lutter toute sa vie pour faire comprendre que non elle n’en voulais pas.
    Ce n’est pas une honte et c’est tout a fait normal, mais tu as raison les autres se permettent toujours des reflexions sur ce sujet.

  • #61 Alors le 24 juillet 2006 à 13 h 49 min

    Et beh… je ne m’attendais pas à autant de jeunes femmes qui ne desirent pas etre mere!

    J’avais tendance a penser comme ca moi aussi ( du au mariage catastrophique de mes parents? et a la maniere dont ca m’a touché? ) ne pas vouloir d’enfants et trouver detestables et chiants tous les enfants que je croisais. Je ne les ai jamais trouvés mignons, adorables etc …

    Et finalement … et bien c’est la relation avec mon compagnon qui en qq sorte a creer chez moi cette envie d’enfant. C’etait parce que c’etait LUI … en fait je je voulais un bout de lui je crois …

    Toujours est il que je suis maintenant maman… je suis tres heureuse et je craque quand je croise un bb ( chose inimaginable il ya 3 ans je ne les calculais meme pas)

    Du coup moi j’ai maintenant l’impression que le monde entier est comme moi : qu’un jour le desir de maternité viendra de l’amour pour son compagnon . :-)

  • #62 Hélène le 24 juillet 2006 à 13 h 53 min

    Oui on a toujours tendance à croire que les autres sont comme nous, mais il faut lutter contre ce genre d’idée Alors ;-))

  • #63 Valérie de Haute Savoie le 24 juillet 2006 à 13 h 55 min

    Petite je n’avais pas l’envie folle d’avoir un enfant, et jusqu’à ce que je rencontre mon mari cela ne m’effleurait pas du tout. Je voyais mes amies enfanter, gâtifier sans que l’envie pointe chez moi. Et puis j’ai rencontré mon mari, j’ai eu envie d’avoir des enfants avec lui. J’ai eu une fille et six ans plus tard un garçon.
    Je voulais juste dire que faire des enfants doit être un désir profond et non pas juste pour rentrer dans le moule. Parce que parfois l’enfant qui naît, n’est pas celui que l’on avait rêvé. Le mien est né très gravement malade et nous avons combattu longtemps pour qu’il vive (ce qu’il fait maintenant avec beaucoup de bonheur en pleine santé). La première question que l’on m’a posée lorsque nous avons débarqué à l’hôpital, une fois le diagnostique établi, a été : "désiriez-vous cet enfant ?" Parce que nous débutions un parcours du combattant, et, pour les médecins, savoir que l’enfant était profondément désiré leurs donnait plus d’espoir de réussite.
    Un enfant n’est pas fait pour que l’on soit plus tard moins seul. Et je trouve tout à fait légitime le choix de chacun.

  • #64 Dorothée le 24 juillet 2006 à 13 h 57 min

    Quel succès!! J’admire la manière avec laquelle tu arrives à fédérer les troupes :) enfin quand je dis troupes, je parle des 60 & quelques commentaires qui sont déjà écrits.

    Mariage, bébé: c’est LE sujet des 25-35 ans. Pu*** mais ils nous cassent les c******* (pardon pr la grossièreté). "Mais t’as toujours pas quelqu’un dans ta vie?", "tu veux avoir un bébé AVANT de te marier – mais que va penser m’sieur l’curé?" "et tes parents ils en pensent quoi?"
    FOUTTEZ MOI LA PAIX!

    je voyais dans les comms une évocation à Desperate Housewives qui représentent la société dans laquelle on vit. On pourrait chacune être cataloguée comme étant la Bree, la Lynette, la Gabruelle, la Suzanne ou la Eddie. Mais si je veux être un peu chacune d’entre elles, bien m’en prendra de vouloir être une maman à 30 ans, qui porte des mini-jupes et qui est une maniaque de la propreté.

    Merci de dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas (même si je veux avoir des enfants! et que j’approuve à 100% ce que tu dis)

  • #65 Sophie18 le 24 juillet 2006 à 14 h 02 min

    A chacune sa route et son destin.

    T’as pas envie d’enfant? Bin, t’en fais pas. T’en as envie de 4 ou 5? Bin, tu les fais.
    Quelle connerie de vouloir à tout pris ressembler aux autres!!!

    Le fait de vouloir ou non un enfant est une des choses les plus profondément ancrées en chacune d’entre nous. On ne peut/doit pas forcer ce genre d’envie. Le plus important est que le choix que tu fais t’épanouisse.

    Moi, la fille unique, j’ai toujours rêvé d’une famille nombreuse. Comme j’ai connu mon Cher et Tendre très tôt, à 26 ans, j’avais déjà 2 filles et j’ai trouvé ça magnifique.
    Et, là, la pression sociale revient: "C’est pour quand le garçon?"
    Pour jamais!!! Je n’aurai pas de 3ème enfant parce que je bosse et que j’aime ça, parce qu’elles grandissent et que je retrouve mon autonomie partiellement perdue à leurs naissances, parce que je profite de temps en temps de w-e sans enfant et que c’est ‘achement sympa, parce qu’à 34 balais j’ai enfin envie de m’occuper de moi, parce que je ne veux pas de garçon pour faire chier mon beau-père qui rêve d’un héritier mâle.

    Sois heureuse, Hélène. Seul ce bonheur est important pour ton équilibre

  • #66 Lisa le 24 juillet 2006 à 14 h 06 min

    Loli a plutôt bien exprimé ma situation, de femme jeune qui "pense ne pas vouloir d’enfant" (suis devenue prudente à force qu’on me dise que j’avais le temps de changer d’avis, ce qui est vrai par ailleurs).

    Et je refuse de faire des enfants juste pour que mes parents soient grand-parents (je suis fille unique), même si c’est fort dommage qu’il ne connaisse pas ça, ça me semble un peu léger comme raison de faire des enfants (et moi je n’ai pas connue les joies de la fraternité et je ne leur en fais pas un fromage, alors…)

    Et ce n’est pas parce que je suis tombée amoureuse d’un petit bonhomme dès que je l’ai vu le lendemain de sa naissance, fils de mon amie d’enfance, que je le gâte, que je l’adule, que je bêtifie et que je ferai tout pour lui que ça veut dire que je refoule mon envie de bébé: il est mignon quand je le vois deux fois par mois, je suis sûre que je le trouverai insupportable si je le voyai tous les jours.

    Et je ne conçois pas que des inconnues puisse me demander le pourquoi du comment: elles n’ont pas peur de s’entendre dire que 1) je suis stérile 2) je viens de perdre un bébé de la mort subite du nourisson 3) le père potentiel vient de décéder dans d’atroces souffrances 4) je souffre du syndrome de Munchauson et je viens d’empoisonner mon bébé???? La prochaine fois, je pense que je répondrai une chose de la liste, juste pour voir comment toutes ces bonnes âmes pourraient réagir…

    Par contre, j’ai moi aussi un peu peur de changer d’avis… quand il sera trop tard! Mais il me reste encore de looooongues années pour me conforter dans mon choix, et si je change d’avis, eh bien tant mieux, car il faut croire qu’il est hélas plus normal de faire des enfants que de ne pas en faire…

  • #67 Juliette (du Monde de Juliette) le 24 juillet 2006 à 14 h 06 min

    Ceux qui connaissent mon blog "des femmes qui veulent tout", savent que je veux tout… et donc des enfants ! Personnellement, j’ai donc toujours VOULU en avoir mais je n’en ai jamais eu ENVIE (instinct maternel connaît pas… pareil que vous tous : un gosse, ça me tape sur le système au bout de 5 mn et je les foutraient bien par la fenêtre quand ils braillent dans le train – surtout qu’un Paris/Strasbourg ça fait toujours encore 4 HEURES !). Cependant, il serait plus honnête de mettre tout ça au passé, puisqu’un enfant j’ai fini par en avoir un (et avouons que ça rend un chouilla, mais juste un chouilla, plus tolérant pour ceux des autres). Parce que, comme dit plus haut, j’en voulais pour lui transmettre mon expérience (comme je le fais dans mon blog, mes romans… c’est le sens de ma vie) et aussi parce qu’il suffit que le regarde un homme un peu trop longtemps dans le blanc des yeux pour tomber enceinte. Mais pendant tout le temps de ma grossesse, je me disais que j’allais traîner ce boulet au pied pendant toute ma vie, je n’arrivais à imaginer que le pire. Du coup, à la naissance, j’ai eu le contraire d’un baby blues, plutôt un baby bonheur car un gamin ça a quand même plein d’avantages (cf. mon billet "un enfant à quoi ça sert ?"). N’empêche que j’ai compris dès la maternité que ce serait du bonheur en plus, mais pas à la place. Je veux toujours autant tout le reste (carrière, amour, blog…) et un enfant ne suffira jamais à me satisfaire. Avec les enfants et la maternité, tout n’est pas tout blanc ou tout noir, et c’est vrai que "Le Bébé" de Darieuseq est un des premiers romans qui ait relativisé les choses, tout comme "Un heureux événements" de Abécassis, on y trouve le bonheur d’être mère mais aussi touts les difficultés que l’on confronte qui sont différentes d’une personne à l’autre car c’est avant tout une affaire PERSONNELLE ! Et la référence à Madame Solis et la plus inappropriée qui soit, ce que vous comprendrez à la deuxième saison… Alors, avec mon baby bonheur, suis-je pour autant rentrée dans le rang, dans la norme, dans les shémas conventionnels ? Pas vraiment, car moi aussi je viens d’avouer, dans ma dernière chronique, une chose inavouable : JE SUIS UNE MAUVAISE MERE (et en plus, fière de l’être).

  • #68 kabotine le 24 juillet 2006 à 14 h 07 min

    D’un point du vue tout à fait général, je pense que chacun fait ce qu’il veut. Si t’as pas envie d’avoir d’enfant, que ton homme non plus, tout va bien, et soyez heureux. C’est un acte très prétencieux, finalement, que de vouloir se reproduire (nous sommes tellement beaux/gentils/intelligents/exeptinnels ect… que ca serait domage de ne pas léguer nos sublimes genes à notres descendence !) ;-)))

    D’un point de vue plus égoiste, je trouve ca dommage que tu n’aies pas d’enfants, ni ne souhaites en avoir, car c’est avec un plaisir non dissimulé que j’aurais dévoré tes billets d’humeur sur la maternité, et tes conseils avisés beauté etc… Voilà, c’est juste pour ca que je trouve ca bête… ;-)))

    Ego-kbo (doublement prétencieuse !)
    (celà dit, je comprends très bien ta position, même si j’ai moi-même deux spécimens de ma descendance pour qui le mot fierté n’est qu’un doux euphémisme de ce que je ressent !)

  • #69 marion le 24 juillet 2006 à 14 h 08 min

    héhé !!! elle l’a donc dit au grand jour :o))))
    Bah ouais, pourquoi serait il obligatoire de se reproduire ? hein ?????? M’enfin ?????
    Ce bas monde est rempli d’idées préconçues, entre autres le jour de l’accouchement doit être le plus beau jour qu’on ait jamais vécu (blablabla), les enfants la plus belles chose au monde (et patatipatata) …
    Le principal c’est d’être bien dans sa peau, dans sa vie, avec 8 gosses ou sans, mieux vaut être heureuse qu’aigrie, en passant par la case maternité ou pas.
    Pour ma part, plus les années avancent moins ça me tente, et figure toi que j’ai soigné très récemment un couple d’italiens de 160 ans à eux deux qui n’ont jamais eu d’enfants parcequ’ils n’en ont jamais eu envie !!! des précurseurs presque !!! (de leur génération, c’est nettement plus rare !). Ils sont très heureux ensemble, très amoureux et sont mimi tout plein :o)
    Et par ailleurs, j’aime beaucoup les arguments que tu donnes à ceux qui te posent la question, eux sont constructifs

  • #70 Marylène Sud le 24 juillet 2006 à 14 h 11 min

    J’ai fait la rencontre d’un couple suisse/allemand d’une cinquantaine d’années, il y peu de semaines. Le monsieur a la réputation d’être froid et distant, et voila "ti pas" qu’au bout d’une heure de compagnie, il m’annonce n’avoir jamais voulu d’enfant, ainsi que son épouse, et que la société "bourgeoise" de Suisse lui a rendu la vie impossible. Ils étaient "ammoraux". Le pire est qu’il se sent maintenant différent. Ce n’est pas qu’ils n’aiment pas les enfants, mais ce n’était pas leur choix de vie.
    Respect et tolérance!!! ce qui m’a amusé, c’est qu’il m’en parle directement tout en sachant que j’ai 3 enfants et que le sujet n’avait même pas été effleuré.

    Dans le sens inverse, lorsque j’ai attendu mon 3ème enfant….. j’en ai entendu des vertes et des pas mûres (de la part de ma famille essentiellement) concernant ma capacité à "avoir une grande famille". 3 enfants qui ont chacun 7 ans de différence, j’ai pris le temps de la réflexion, non ???

    Alors, trace ton chemin, et ne t’embarasse pas des "bavards sans intérêt"

  • #71 Betty le 24 juillet 2006 à 14 h 11 min

    Avoir un enfant c’est tellement personnel que les gens ne devraient même pas nous juger pour la décision que l’on prend : en avoir ou pas !
    Il faut se sentir capable de l’élever, se sentir capable de changer totalement de vie, avoir les moyens d’élever son enfant dans de bonnes conditions etc etc…
    Le désir d’enfant n’est pas à prendre à la légère, c’est énormément de responsabilités et surtout si ça dérape, l’enfant en fera les frais et c’est égoïste de faire subir à un enfant nos dérapgaes ! Doc je pense qu’il faut REELLEMENT être sûr de soi avant de prendre cette décision !
    je comprends totalement que tu n’en veuilles pas, j’avais les mêmes arguments que toi il y a quelques temps mais j’ai changé d’avis en voyant des gen,s autour de moi avec leurs enfants et tout…
    Enfin je suis jeune, j’ai le temps de changer d’avis encore !

    Tiens au fait je te renvoie à cet article de La fée carabosse : lafeecarabosse.mabulle.co… : assez hallucinant et attristant… Avoir 11 ans et être mère…

  • #72 Poulpie le 24 juillet 2006 à 14 h 11 min

    J’aurais pu dire la même chose dans l’autre sens :

    "comment savoir qu’on a envie de quelque chose qu’on ne connaît pas"

    Mon post n’était pas super clair mais je ne suis pas d’accord avec les personnes qui te disent toutes les phrases que tu as citées dans ton billet!

  • #73 vodkacoca le 24 juillet 2006 à 14 h 17 min

    coucou hélène;

    J’ai lu ton billet avec attention et tu me fais définitivement penser à ma tante ( 38 ans) qui vient d’avoir ce premier enfant(une fille) le mois dernier.
    Elle aussi jusqu’a présent ne voulait et ne concevait pas d’avoir un enfant et je ne sais d’ailleurs toujours pas ce qui l’a fait changer d’avis.bref. ça c’était pour l’anécdote.

    Moi , je n’ai que 19 ans alors, tu pourras trouver mon avis ridicule ou sans importance, mais perso je tiens à avoir des enfants….mais à certaines conditions.

    Je déteste par dessus tout devoir me coltiner la maman et ces 4 bambins à l’inter quand je fais mes courses (ils courent partout, renversent ,hurlent….) , ne seraient ils pas mieux ailleurs???
    je deteste m’ébahir devant les couches culottes et le popo… je déteste toutes ces femmes qui n’ont d’yeux que pour leurs enfants et oublient leur vie à ELLES….. tout ça je ne l’accepte pas, ça me tane…

    J’envisage avoir un enfant pour en faire un être à part entière, lui donner les meilleurs chances dans la vie, profiter des moments de joie et d’amour….mais sans être neuneu gaga….

    Enfin voilà, tout ça pour dire que chacun sa vision de la vie et chacun ses désirs…tu as tout à fait le droit de ne pas désirer d’enfants sans pour autant te sentir coupable ou égoïste. On ne fait pas un enfant pour sois.
    Voilà mon billet se transforme en coup de gueule on dirait bien…
    à bientôt

  • #74 Bibil le 24 juillet 2006 à 14 h 21 min

    Je trouve ton billet courageux et c’est vrai qu’en matière d’enfants n’importe qui se permet de donner "SON" avis comme si c’était le seul avis possible. Qu’on veuille ou non des enfants d’ailleurs, parce que même si on en veut on a toujours droit aux multiples doléances des proches du genre "mais tu es bien trop jeune pour avoir un bébé" ou ça ne fait que 6 mois que tu connais machin, attendez un peu" ou à l’inverse "ça fait 6 ans que vous êtes ensemble, qu’est-ce que vous attendez" GRRRR !
    Bref moi j’en voulais mais je suis restée pendant 6 ans avec quelqu’un que ça ne branchait pas (là c’est compliqué), on s’est quittés (pas à cause de ça) et ensuite me retrouvant seule à 30 ans une idée m’a traversé l’esprit : si je ne rencontre personne, je me ferai faire un enfant par le premier venu, ou mon meilleur ami qui est gay. OUF ! j’ai rencontré mon mari quelques semaines plus tard (bizarre quand même) on s’aime à la folie et on a fait un bébé 2 ans après notre rencontre. On est heureux comme ça parce que tous les deux on est sur la même longueur d’onde. et woilà …

  • #75 Isabelle le 24 juillet 2006 à 14 h 21 min

    Hélène je partage T O T A L E M E N T ton sentiment.
    A 33 ans aujourd’hui, on m’embête beaucoup moins sur le sujet, qu’il y a 5, 10,ou 15ans. J’ai eu droit à toutes les réflexions et questions que tu as entendu.
    La chose qui m’a toujours le plus interpellé, c est que tu n’entendras jamais quelqu’un demander "Pourquoi?" à une jeune femme, une femme, ou un homme, qui annonce qu’il.elle "veut des enfants". Pourquoi aurions nous à nous justifier, nous qui faisons le choix -parce que là on parle bien de choix- de ne pas avoir d’enfants. Pourquoi les discussions sont si véhémentes? Peut-être que nous soulevons par notre choix, des idées, des pensées, que d’autres refusent d’entrevoir, par peur, ou je ne sais quel autre sentiment.
    Il n’est pas moins égoiste de faire un enfant "pour soi", "pour guérir un couple", "parce que c’est COMME CA", ou sans raison, que de décider de ne pas en faire du tout. Et de même que je ne condamne pas les gens qui veulent et font des enfants – je serais même plutôt admirative-, j’apprécie qu’aujourd’hui, on me pose de moins en moins la question, parce que le regard inquisiteur qui accompagne généralement l’interrogatoire en bonne et due forme auquel on a droit, il ne me manque pas.

    Jusqu’à preuve du contraire…la vie que l’on vit, on la crée soi-même, et pour soi-même…ce qui est bon pour moi,ne parait pas bon aux yeux d’un autre.. et après…? Où est le problème..?…Si coller à la norme, et aux shémas sociologiques, cultures, était la solution du bonheur…Ca se saurait.
    Il est bien plus amusant, intéressant, excitant, d’inventer sa vie.

    Merci pour ce formidable billet Hélène.

  • #76 Hélène le 24 juillet 2006 à 14 h 22 min

    Vodkacoca j’ai du mal m’exprimer, je ne me suis jamais sentie ni coupable ni égoïste ;-)

    Merci à toi Isabelle, et à toi Bibil ;-)

  • #77 Isabelle le 24 juillet 2006 à 14 h 33 min

    Non non tu as été tres claire. c est moi qui ne le suis pas toujours ( le retour du hamster palmé).
    Je n’ai jamais culpabilisé non plus, mais on m’a souvent traité bêtement d’égoiste.
    Sur ce, c’est probablement le dernier post pour moi ici, rapport à ce que je vais m’engouffrer dans le RER pour aller à Paris, et que j’ai l’impression qu’il fait à peu près 50° dehors, ce qui signifie que dans les wagons à bestiaux qui nous servent de train RER il va faire à vue d’aisselles, 110°.

  • #78 mariaba le 24 juillet 2006 à 14 h 38 min

    Je comprends très bien qu’on ne veuille pas d’enfant: chacun sa vie et ses choix!
    Je ne vais pas rajouter mon grain de sel parce qu’il serait affreusement banal: je suis d’accord avec ce que tu dis, parce qu’il est question de liberté et de tolérance, tout simplement, et personnellement j’ai plutôt subi une situation inverse à la tienne, puisque très jeune j’ai voulu être mère et qu’on m’a toujours dit de " profiter de ma jeunesse, ya un temps pour tout". Rien que pour faire enrager tout le monde j’aurais pu repeupler l’ïle de Pâques… (je m’apprête à le faire d’ailleurs)

    Bref, rien à voir avec ce débat, mais la question des enfants et du fait que ça en dégoûte plus d’un m’a fait penser à un petit livre très marrant de Jonathan Swift (je sais ça ne date pas d’hier) qui s’appelle "Modeste proposition: pour empêcher les enfants pauvres d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public". L’humour est parfois douteux, mais il s’agit de gérer la surpopulation, alors aux grands maux les grands remèdes: l’auteur propose l’anthropophagie pour réguler la démographie…

  • #79 Millie le 24 juillet 2006 à 14 h 44 min

    euh Vodkacoca, ne juges pas non plus les femmes vivent beaucoup pour leurs enfants, stp. Je ne parle pas de couver ses gamins, mais moi je pense m’arreter de bosser tant que mes enfants seront en bas-age, et même si ça fait pas féministe à fond, tant pis, je suis comme ça….

    Je comprend tout à fait que l’on veuille bosser en ayant des enfants, et meme qu’on puisse ne pas en vouloir, et donc accepte toi aussi que l’idéal de vie de certaines ne soit pas d’aller bosser tous les jours. Parce que ça aussi c’est une pression sociale: "comment, mais tu restes à la maison tous les jours??…" "Mais t’as pas de vie pour toi, occupes toi un peu de toi!!.." etc et j’en passe.

    Perso, du moment que j’aurais des enfants, je n’aurais certainement pas envie de retrouver ma vie d’avant. Ils feront partie de ma vie. De meme que depuis que je vis avec mon chéri, j’ai pas une vie de célibataire, et je ne regrette rien:-).
    Par contre, je dis pas de les couver jusqu’à 30 ans et d’oublier qu’ils grandissent hein? Je dis juste que pour moi, la famille, c’est ce qui compte le plus, et je vois pas en quoi c’est répréhensible. Vouloir sortir du moule ok, mais si c’est pour rentrer dans un autre, c’est pas mieux.

  • #80 Poulpie le 24 juillet 2006 à 14 h 46 min

    Pour répondre à vodkacoca concernant sa phrase :

    "Je déteste par dessus tout devoir me coltiner la maman et ces 4 bambins à l’inter quand je fais mes courses (ils courent partout, renversent ,hurlent….) , ne seraient ils pas mieux ailleurs???"

    Ils seraient peut-être mieux ailleurs encore faut-il le pouvoir… Des femmes seules qui élèvent leurs enfants, qui n’ont personne pour les garder pendant les courses, ça existe.

  • #81 Hélène le 24 juillet 2006 à 14 h 47 min

    Tu n’as pas tort Millie ;-)

    Dites les filles, on va pas s’empoigner sur l’éducation, après avoir réussi à ne pas le faire sur la procréation ;-)

  • #82 anne-so le 24 juillet 2006 à 14 h 49 min

    Je viens de découvrir ton blog et je tombe sur ce message que je trouve plein de bon-sens.
    Je pense que je suis à l’autre extrême ! :-) En fait, j’ai 30 ans, nous avons un petit garçon de 20 mois et, même si j’ai toujours souhaité des enfants, j’avoue que cette maternité m’a totalement chamboulée (je ne pensais pas que les liens seraient aussi forts !)… ainsi que le papa… et que nous souhaitons (si tout se passe aussi bien que pour le 1er) qu’il y ait encore 2 ou 3 petits frères ou soeurs. J’en suis même à ne plus vouloir qu’une chose : arrêter de travailler pour m’occuper de ma tribu (j’ai un DESS, femme au foyer ne veut pas forcément dire : solution par défaut).

    Bref, tout ça pour te dire que, cependant, je comprends parfaitement ton opinion et que je trouve, au contraire, très mature de ta part d’assumer et de tenter d’expliquer ton opinion. Ce que je regrette, c’est bien qu’il y ait à se justifier d’un choix de vie !!! Cela ne regarde que ton couple !

    De notre côté, lorsque nous disons (les gens sont si curieux !) que, oui, nous souhaitons d’autres enfants… pourquoi pas 3 ou 4… autant te dire que personne ne se retient et que nous entendons bien des remarques : "à notre époque !!" "avec tout ce chômage, c’est égoïste de votre part" "vous ne vous rendez pas compte", etc. Bref, il faut laisser dire, mais c’est pénible !!!

  • #83 Hélène le 24 juillet 2006 à 14 h 51 min

    Anne-so je te remercie pour ton commentaire, et je te souhaite la bienvenue ;-) Serais-tu d’accord pour modifier un peu ton pseudo, nous avons déjà une Anne-So ici et telle que je me connais je vais m’emmêler les pinceaux ;-)

  • #84 Yoyo (Lux) le 24 juillet 2006 à 14 h 54 min

    Mon épouse était tout pareille que toi… pendant sept ans…
    Puis un matin, lui demandant bêtement, dois je me faire à l’idée que jamais nous en aurons… elle me repondit… bon OK…

    Oui je sais cela parait vraiment "OK je vais te le faire et comme ca tu me fouteras la paix!!!"… Ca fait deux mois que Loic est né… et mon épouse elle même est surprise par son instinct maternelle… c’est vraiment beau à voir et à vivre…

    C’est un juste un témoignage, nous n’avons aucune leçon à donner…

    Ciao

  • #85 Emma Bovary le 24 juillet 2006 à 14 h 55 min

    C’est drôle je parlais de ce sujet la semaine passée avec une amie mariée de 30 ans qui ne veut pas d’enfants. Et je te redis ce que je lui ai dit:

    Dans la vie, le plus important, c’est de pouvoir évoluer, à savoir ne pas stagner. Pour certainese personnes, ça passe par faire des enfants, ça leur permet de s’épanouir, d’avancer dans leur vie.

    Et pour d’autres, ça passe par pleins d’autres choses: voyager, créer son entreprise, se marier, se consacrer aux autres, s’installer à l’autre bout du monde, etc, etc, etc!

    Le principal, c’est de trouver ce qui te permettra d’évoluer.

    Petit exemple qui fera relativiser un peu tout ça: ma soeur est religieuse depuis bientôt 1 an. Elle a 30 ans, et a vraiment trouvé la façon de vivre pleinement sa vie en s’épanouissant, et en évoluant sans arrêts. Et tout ça sans enfants, et même sans hommes!

    La vie comporte plein de belles choses à faire et à découvrir. Profitons-en!!
    Je t’embrasse sur les deux joues!

  • #86 laly le 24 juillet 2006 à 14 h 56 min

    ça y est, j’ose : je laisse un commentaire sur votre blog!! et pourtant, je vous lis assidument, vous êtes devenues ma bible girlie!

    je suis maman. "à quand le deuxième?" "que 2? ça ne suffit pas pour renouveler la population françise!" "tu en veux 3? ça fait vrachement de frais, tu y a pensé?""il faut être prétentieux pour vouloir se reproduire".

    avant d’être maman : "à quand le bébé?" "tu en feras combien?""pense à faire un bébé rapidement, David est plus vieux que toi, et si vous voulez en faire plusieurs…"

    enceinte : "quoi, tu ne veux pas l’allaiter??!! mais tu refuses de lui donner les meilleures chances de démarrer dans la vie!" "quoi, tu veux allaiter??!! mas ce sont les vaches, qui allaitent!" "quoi, tu comptes reprendre le travail? les mères qui travaillent ne méritent pas d’avoir des enfants" "tu arrêtes de travailler? ça ne te déranges pas de dépendre financièrement de ton mari?"

    avis à ceux qui pensent que les enfants sont des futurs batons de vieillesse : avez-vous vu ne nombre de personnes âgées qui meurent dans la solitude, ou qui attendent seules que la mort vienne les cueillir? ne pensez-vous pas que sur toutes ces personnes seules, il y en a qui ont eu des enfants?

    de toute façon, quoiqu’on pense, quoi qu’on fasse, on est critiqué. à 17 ans, je ne voulais personne dans ma vie, encore moins d’un enfant. Aujourd’hui, je suis folle de bonheur lorque sitôt sortie de la voiture, ma fille de 18 mois me tend les bras pour que je la prenne, elle qu’elle me fait le plus joli sourire…

    Je ne dis pas que je n’aime pas les enfants, mais je suis mal à l’aise avec eux. Sauf avec ma fille. je l’aime je l’aime je l’aime!!! il y en a surement qui vont trouver mon discours débile : ok, je suis débile, mais heureuse.

    tu es heureuse sans enfant? et bien continue. tu en voudras un jour? tu trouveras forcément quelqu’un pour critiquer ta décision : tu seras trop vieille, ton appart trop petit, un boulot trop prenant, tu as un chat (si si, on me l’a fait : "débarasse-toi du chat pendant ta grosssesse, c’est trop dangereux." Pov bête, c’est lui qui craint le plus pour sa vie, entre la p’tite et la chienne!!!).

    longue vie à ton blog et à toi!

  • #87 Hélène le 24 juillet 2006 à 14 h 59 min

    Laly tu as bien fait d’oser ! ;-) Merci, et sois la bienvenue !

  • #88 caro ronde et jolie le 24 juillet 2006 à 15 h 01 min

    A lire tous les commentaires, je crois qu’il faudrait revoir à la hausse ce chiffre des 10%… Je pense que le taux de natalité français particulièrement élevé va finir par retomber. Je suis allée à plusieurs reprises en Allemagne récemment pour le boulot, et je dois avouer – ne vois en aucun cas un reproche déguisé, ce n’est qu’une observation – que j’ai été très surprise de constater que dans les rues, il n’y a pas d’enfants. Ou très peu. La génération des 20-40 ans en Allemagne ne veut pas d’enfant. Et là, ce n’est pas 10%, c’est plutot du 50, voire 60%. Et là, on voit ce que ce phénomène de masse engendre: une société qui vieillit. Est-ce bien, est-ce inquiétant ? Je ne sais pas, après tout, ce qui se passe aujourd’hui un peu partout ne donne pas vraiment envie de se perpétuer. Je dirais même qu’il faut une sacrée dose d’inconscience pour le faire. Toujours est-il qu’il est troublant de se promener dans des villes presque dénuées d’enfants…

  • #89 MarieB le 24 juillet 2006 à 15 h 02 min

    Moi j’attends mon 4éme (…et 4éme garçon) et j’entends "c’est un accident?????) (ben non!!!) "rhhhhoooo…encore un garçon!!!qu’est ce que tu vas faire" (j’sais pô!!!!!…l’aimer peut^être)…et plein d’autres c——e…alors un conseil Fais ce que tu as envie…..de toute façon il y aura toujours du monde pour trouver quelque chose à redire.

    et si ça peut te rassurer: à toutes les deux on est encore au-dessus de la moyenne nationale qui est de 1,8 enfants /femme (ou quelque chose comme ça)

    MArie

  • #90 pal le 24 juillet 2006 à 15 h 04 min

    mille fois merci et bravo pour ce billet!
    moi, j’ai une fille, que j’ai eu à 34 ans, après plusieurs années d’essais infructueux. J’ai donc eu droit pendant plusieurs années aux remarques diverses et variées d’une multitudes d’individus qui ne comprenais pas coment un couple marié pouvait ne pas avoir d’enfant… Malheureusement, à la suite de méchants problèmes de santé, je ne pourrai plus jamais avoir d’autres enfants. Et j’ai droit là encore, depuis des années, à un nombre de questions et de remarques invraisemblables, les gens ne comprenant pas pourquoi et comment, on ne peut avoir qu’un seul enfant. c’est politiquement incorrect! Et bien évidemment, ma fille est forcément parée de toutes les tares de l’enfant unique. Ca m’a donné envie de hurler pendant des années (peut-être que j’aurais dû d’ailleurs, ça m’aurait défoulé…) Moi, ça n’est pas un choix, c’est la vie qui m’a imposé ça, je fais avec, mais être obligé en plus de me justifier auprès de quasi inconnus, c’est insupportable. J’espère que ton billet fera prendre conscience aux gens qui le liront que si quelqu’un n’a pas d’enfant, c’est que :
    – soit il ne veut pas, et son choix est parfaitement respectable
    – soit il ne peut pas, et là, ce type de questions est encore plus cruel.
    Dernier point : je voulais un enfant, j’aime ma fille plus que tout, mais je ne me sens ni meilleure, ni plus accomplie, ni plus femme tout simplement parce que j’ai eu un enfant!
    (mais peut être que je peux pas comprendre parce que je n’en ai eu qu’un, allez savoir!)

  • #91 Millie le 24 juillet 2006 à 15 h 06 min

    Caro, en Allemagne, ce n’est pas que les femmes ne veulent pas d’enfants, c’est qu’il n’y a aucun système de garde (ou presque) et que c’est trèèèèès mal vu de bosser en ayant de enfants. Une amie qui vit la-bas me disait qu’il existe un mot spécial pour les mères qui travaillent qui veut dire en gros "mère-corbeaux". Sympa sympa..

    Il existe surement des femmes qui veulent pas d’enfants (y’a pas d’raison), mais apparemment y’en a pas mal qui renoncent aux enfants, parce qu’elles ne veulent pas arrêter de travailler. Et ça, je trouve que c’est très moche de devoir choisir.

  • #92 Generation86 le 24 juillet 2006 à 15 h 12 min

    Personnellement je suis un peu dans ce cas là
    mais c’est, comment dire, + précis comme choix :

    je ne veux absoluement pas accoucher
    je veux adopter ( = bonne action en + ;) )

    Et ça en choque pas mal…
    Ils me disent, comme à toi : tu changeras d’avis…….

  • #93 caro ronde et jolie le 24 juillet 2006 à 15 h 14 min

    je crois qu’en effet beaucoup choisissent de ne pas en faire à cause de l’insuffisance des moyens de garde. Mais il y a aussi un courant de pensée, proche de celui exprimé par Hélène aujourd’hui. Des femmes qui n’ont tout simplement pas envie. Peut-être au départ parce que la société allemande ne les a pas encouragées, mais aussi au nom du libre arbitre. C’est un phénomène de société, c’est assez intéressant, je trouve. Mais je te rejoind Millie, l’important, c’est le CHOIX.

  • #94 Hélène le 24 juillet 2006 à 15 h 15 min

    MarieB ton commentaire m’a bien fait rire ("qu’est-ce que tu vas faire ? l’aimer peut-être ") ;-)))

    J’ai pas l’air comme ça, mais je suis collée à vos commentaires, tous un par un. Je réponds pas à tout parce qu’à part dire « roh vous êtes géniales les files, merci de venir écrire ça! », je vois pas. Donc je me tais ;-))

  • #95 Plastie & Cie le 24 juillet 2006 à 15 h 21 min

    Je ne sais pas si je suis dans les 4, mais comme toi, et depuis mes 15 ans, je clame mon droit au non-enfantement ! Autant dire que je me suis plus que reconnue dans ton billet et franchement, la prochaine fois que qqun m’emm… sur le sujet je lui photocopie ce post ! lol !

  • #96 Shalima le 24 juillet 2006 à 15 h 24 min

    Ouhlala, il y a déjà plus de 90 commentaires, et je ne vais pas avoir le temps de les lire tous, car la sieste de mes marmots touche à sa fin ! ;-))))
    J’ai 3 enfants, c’est MON choix. Et je me sens épanouie comme ça ! [Mon chéri en veut 5, pas moi, va falloir qu’on trouve un compromis, mais de son côté, évidemment ! ;-)]
    Je ne suis pas du style à juger les gens sur tel ou tel critère, alors je ne te jetterai pas la pierre, tu sais. Tu ne veux pas d’enfant, vous ne voulez pas d’enfant, et bien ça vous regarde, c’est VOTRE choix, je ne vois pas ce que quelqu’un d’autre que VOUS aurait à y redire !!
    Dans ta liste d’argument, le seul que je pourrais éventuellement te dire, c’est que tu te "prives" d’un grand bonheur. Mais en y réfléchissant bien, ne jamais grimper l’Everest me prive aussi d’un grand bonheur, j’en suis sûre, mais en même temps je n’en ai pas envie, donc c’est pas si grave ;-)))

    PS : en Allemagne, les conditions de garde des enfants sont quasi inexistantes, donc quand une femme fait un enfant, elle s’arrête de bosser. Cela n’encourage pas la natalité, n’est-ce pas ? Ce qui est important, c’est d’avoir le choix, et les moyens de pouvoir assumer ce choix-là.

  • #97 Hélène le 24 juillet 2006 à 15 h 24 min

    Tu n’es pas dans les 4 Plastie, je ne te connais pas (encore) en vrai ;-) J’espère qu’on pourra changer ça un jour ;-)

  • #98 dragon breton le 24 juillet 2006 à 15 h 25 min

    ouh la la, comme je te comprends, moi-même je ne sais pas si j’en veux (jai 33 ans), et mon copain qui a déjà un fils qui vit avec nous, parle de moins en moins d’en avoir d’autres. Mes parents ne m’embêtaient pas avec ça jusqu’à ce que mes amies commencent à en avoir et qu’ils tombent en pâmoison devant ces bambins, donc les allusions ont commencé…mais je suis peut-être tranquille pour un moment, mon frère a sauté le pas, ils ont maintenant une petite-fille donc m’en parlent moins (mais ne me parle plus que d’elle ;-)). Le pire étant les réflexions des copines qui ne comprennent pas, heureusement, j’en ai quelques-unes qui partagent cette absence d’envie de bb, donc je te rassure, Hélène, nous sommes en minorité mais quand même un certain nombre, c’est juste que l’on ne le crie pas sur les toits pour éviter les réflexions du type "c’est bizarre qu’ils n’aient pas encore d’enfant, cela fait 2 ans qu’ils sont mariés, ils ne peuvent peut-être pas en avoir…" paroles véridiques d’une copine parlant d’amis en commun qui en fait ne veulent pas d’enfant mais elle ne le savait pas, j’ai réussi à ne pas m’énerver (et pourtant ça bouillait à l’intérieur) et à leur dire calmement que tout le monde ne rentre pas dans un moule et qu’il faut respecter le choix de certains. Ceci dit, la plus catégorique de mes copines sur le sujet "je n’aurai jamais d’enfant" va accoucher dans un mois, ça m’a scotchée ! Donc il y a peut-être un déclic, que je n’ai pas encore eu…Merci à toi Hélène d’avoir évoqué ce sujet :-)

  • #99 Kim le 24 juillet 2006 à 15 h 27 min

    Et bien oui, ton billet me fait me sentir un peu moins seule!
    Je n’ai pas du tout envie d’avoir des enfants et j’ai souvent eu l’impression d’être un peu seule dans ce cas. Je me dis souvent que si un jour j’en ai ce sera pour faire "comme tout le monde" ou parce que mon copain en voudrait. Et c’est vraiment super nul comme raison et ce serait assez triste d’en arriver là…
    Comme je suis jeune, je me dis pour me rassurer que cette envie arrivera plus tard, mais franchement je n’y crois pas trop et je verrais très bien ma vie sans enfants.
    Donc bravo et merci pour ce billet!

  • #100 Anne Cé le 24 juillet 2006 à 15 h 29 min

    C’est comme le saucisson, c’est pas grave si t’en veux pas, ça en fera plus pour les autres !

    OK, je sors.

  • #101 Hélène le 24 juillet 2006 à 15 h 31 min

    Anne Cé je suis morte de rire ! ;-)))

    Kim j’espère bien que tu ne feras jamais ça "pour faire comme tout le monde", c’est bien la pire des raisons !

  • #102 sblabla & ses 4 mininanas ! le 24 juillet 2006 à 15 h 31 min

    Chacun fait, fait c’qui lui plait, plait, plait ….
    Je suis femme, epouse et mere de 4 filles, 6 poissons, et une cochonne d’Inde !
    De l’admiration qq fois ( waouh c’est genial ), de la pitie aussi ( elle connais pas la pilule, elle est folle, elle doit etre catho-coince ! ), des reflexions de toutes sortes ( j’ai meme eu droit a : belle pouliche !!! ) , mais FUCK c’est ma vie, mon choix, j’assume … J’ai qq amies qui n’en ont pas, par choix, par obligation et je les respecte … surtout je m’en fous, je les aime avec et sans !!!
    Maintenant, je dois etre certainement jugee sur ma facon de les elever … et alors !????
    Aucun jugement a avoir, chacun sa vie, son equilibre et son bonheur, il n’y a pas de modele, ni de moule, pas de famille parfaite …
    Et de toutes les facons il y aura toujours des meles tout, des curieux et des medisants … alors vivons a 2, 3, 4, 5, 6 , 7 … !!!
    Nous courrons tous apres la meme chose : le BONHEUR

  • #103 Kim le 24 juillet 2006 à 15 h 53 min

    Non non jamais, je préférerais m’enfermer dans une mine de sel ou me séparer de mon tube de Nok!
    Je voulais dire que parfois on se sent tellement poussée à entrer dans le moule mariage-puis-2-bébés qu’on se demande comment y échapper… mais ne t’inquiète pas, ils ne m’auront pas!

  • #104 Hélène le 24 juillet 2006 à 15 h 58 min

    Ouf, me voici rassurée Kim ;-)

  • #105 Estelle le 24 juillet 2006 à 16 h 04 min

    Pour Caro Ronde et Jolie : le problème est un peu particulier en Allemagne où il est très difficile pour une mère d’avoir une carrière. Grosso modo, c’est soit t’as des enfants, soit t’as une carrière. Alors forcément, ça pousse pas à faire des enfants ! Je pense pas que la situation sera la même en France parce que la société est adaptée aux mères actives et que ce n’est pas mal vu d’avoir un boulot et un enfant (ou plus !).

    Sinon Hélène (et les autres !), les gens projettent énormément LEUR image de la maternité sur les autres, c’est très diffcile d’avoir un enfant (ou pas !) car on se fait jusger de toutes parts, entre l’allaitement, le langage, l’âge de la mère et l’âge du capitaine. Les choix des femmes en la matière suscitent bien des passions !!!

  • #106 capucine le 24 juillet 2006 à 16 h 04 min

    Moi aussi j’appartiens à une minorité hors norme: je suis stérile.

    C’est très différent de ce que tu vis en apparence mais très proche paradoxalement.

    Tous mes amis ne parlent que d’enfants (enfin, mes amis d’avant) et tout le monde trouve à dire quelque chose sur "je connais quelqu’un qui …". Je m’en fous !!

    Je vis cette stérilité de façon très difficile mais je respecte les personnes qui ne veulent pas d’enfant.

    Et on peut être une femme sans être mère, ça j’en suis sure !

    Même si la société tourne beaucoup autour des enfants (je ne m’en suis jamais autant rendue compte que depuis que j’essaie vainement d’en avoir), on n’est pas sur terre pour se conformer aux diktats sociaux.

    Moi, ma maternité passera par l’adoption, c’est mon chemin, mais jamais je ne regarderai de travers les femmes qui ont choisi une autre voie que celle de la maternité.

  • #107 veronica le 24 juillet 2006 à 16 h 19 min

    Seconde intervention mon non desir d’enfant : je me sens bien comme cela je crois que je ne me suis jamais posee la question inverse parce que pour moi c’est aussi naturel que de respirer cela fait partie de moi.
    Heureusement que mon cher et tendre n’en veut plus sinon il aurait du aller voir ailleurs.
    Chez moi nous sommes 4 filles 2 avec enfants 2 sans mes parents n’ont jamais deplore cela ils respectent notre facon de vivre,nos envies et tant mieux .
    parce que moi quand je rentre du boulot j’adore faire le loukoum sur le canape dormir jusqu’a midi le dimanche et les jours feries, ne pas faire a manger parfois juste des yaourts, ne pas etre tributaire des horaires d’ecole,les docteurs, enfin tout cequ’une mere de famille vit tous les jours pire pour celles qui travaillent je trouve le boulot dehors et le boulot a la maison.
    Je travaille dans une librairie F..C et bien sur 20 filles nous devons etre presque la moitie a ne pas vouloir d’enfants je pense que le chiffre de femmes qui ne desirent pas etre mere est plus important mais le sujet (meme en 2006) est encore tabou.
    Moi j’ai decide de vivre sans etre dans un moule social alors pas d’enfants, pas de permis pas de carte bancaire pas de chequier ps envie d’etre proprio pas de portable a moi…parfois on me prend pour une extra terrestre et bien j’aime cela etre differente

  • #108 Galla le 24 juillet 2006 à 16 h 20 min

    ça y est, j’ai tout lu !! Donc tout d’abord, Hélène, bravo pour ta franchise ; un article pareil, c’est sur, ça doit pas être évident à écrire…
    et maintenant, je vais faire mon mouton noir parce que j’avoue, je suis une grosse vilaine, mais une grosse vilaine bien élevée : quand je me retrouve devant des filles qui clament leur non désire d’enfant bein je me mord la langue pour ne pas poser de questions, parce que ma maman m’a toujours dit que la curiosité est un vilain défaut !
    En te lisant Hélène, j’ai compris à quel point on peut être bête (pour être polie) et ne pas accepter les choix de ses voisins, forcément différents des siens. Parce que j’avoue, j’ai déjà bien souvent jugé (mais en silence, je le rappelle, mes parents m’ont donné une éducation solide).Mais bon juger, même en silence, ça reste pas très malin… et ça fait du mal au gens qu’on juge.

  • #109 rumeur le 24 juillet 2006 à 16 h 22 min

    110ème et bien, ce sujet fait couler beaucoup d’encre et je vais attendre minuit pour lire le tout. En attendant, je te comprends. Mais on dit : quand on n’en a pas on s’en passe et qu’en on a on ne peut plus s’en passer ?

  • #110 P’tite Zabelle le 24 juillet 2006 à 16 h 25 min

    La France est un pays doté d’ une politique nataliste forte (allocations, aides, congés parentales, crèches..). Elle nous encourage, même si on sent rend pas compte, à avoir des enfants ( Je précise que je n’ai rien contre ce système et je serai la première à le défendre! ). Il paraît donc plus incongrue de ne pas vouloir d’enfants alors que notre société favorise les naissances. Explication n°1.
    Ajouter à cela l’idée encore bien présente qu’une femme pourra être tout ce qu’elle veut (merci à nos aîeules, plus sûre de l’ortho) mais ne sera jamais considérée comme une femme à part entière si elle n’a pas d’enfants. Héritage des années passées où être femme c’était s’occuper de la maison (popote/ ménage), du réconfort du mari et surtout assurer la procréation?

    Les filles, pour moi, vous êtes pas tout à fait des pionnières mais presque!
    Vous" inventez" une autre façon de vivre où le droit de choisir de ne pas avoir d’enfants est à égalité avec celui de travailler/pas travailler, de vivre seule/pas seule, de choisir sa sexualité…

    Pour prolonger le débat je vous signale la diffusion d’un bon documentaire sur France 5, demain (le 25 juillet) à 21H40. Il aborde la redéfinition de la féminité japonaise dans un pays où l’égalité en droit homme-femme ne date que de 1986. Il y est, entre autre, question de la maternité, du travail et des relations homme/femme à la sauce japonaise (parfois glauque, brrr)
    J’ai trouvé ce docu bouleversant.

  • #111 caro ronde et jolie le 24 juillet 2006 à 16 h 25 min

    Hélène, je crois que tu peux être rassurée, il n’y a pas l’air d’avoir de farouches anti-avortement, pro-life, malades de la procréation et anti-contraception dans tes lectrices… ;-) C’est tout de même très réconfortant, non ? En tous cas moi, ça me réconforte énormément !!!

  • #112 mia le 24 juillet 2006 à 16 h 30 min

    j’ai parcouru un peu les opinions des unes et des autres…..et voici un sujet qui passionne…..
    ben voici un autre avis:moi la quarantaine,deux garcons que dis-je? deux hommes(autour de 20 ans).oui je les ai eus jeune….
    ce fut deux grossesses difficiles mais désirées,j’adore mes hommes,je vis toujours avec leur père.le moule classique mariée ,deux enfants quoi
    pas de gros problèmes,tout va pour le mieux pourtant avec le recul et si c’était à refaire je ne me lancerai dans l’aventure comme je l’ai fait à 20ans.
    je me suis posée pleins de questions sur la maternité et en fait comme tout le monde le dit c’est un truc très perso et chacun le vit à sa manière.

  • #113 annika pannika le 24 juillet 2006 à 16 h 35 min

    Whaou, quel sujet et quels commentaires. En grosje suis d’accord avec tout le monde. Faites ce que vous voulez et faites pas ch… ceux qui ne veulent pas. Cela étant dit je pense que celles qui ne veulent pas d’enfants font peur aux autres. Elles choissisent une forme de liberté (c’est un peu fort comme mot!!!) que celles qui ont des enfants n’ont plus. Celles qui sont rentrés dans le moule matenelo-socialo-correcto ont fait ce qu’il fallait pour la socièté et elles jalousent secretement celles qui ont choisi l’inverse et qui le clament . Tout cela venant d’une mère de 3 que cela a pris un beau jour (ah les hormones!!!) et qui ne regrette rien ni un seul instant et qui n’est jamais jalouse ;).

  • #114 P’tite Zabelle le 24 juillet 2006 à 16 h 39 min

    Par rapport à ce que dit Estelle:
    je voulais rajouter que la question de la maternité revient dans les entretiens d’embauche. Surtout quand tu es une jeune femme en âge de.
    Normalement c’est interdit en France d’en parler mais les recruteurs posent des questions détournées pour savoir ce qu’il en est. Expérience vécue par plusieurs amies.
    Je ne sais pas si cela influence leur choix, mystère et tagada.

  • #115 pomme le 24 juillet 2006 à 16 h 42 min

    Caro je te rejoins, je trouve ça très réconfortant de voir que tant de femmes comprennent ce choix ; même si on n’a pas besoin d’être approuvée, la tolérance et l’empathie sont deux sentiments primordiaux.
    Personnellement ma "non-envie" d’enfant a été fluctuante, mais aujourd’hui je pense que la maternité, ce n’est pas ma vie, pas mon karma en fait. Il m’arrive de penser que je le regretterai, mais peut-être pas, et de toute façon je refuse de franchir un pas aussi important juste pour avoir la conscience tranquille. C’est vrai que la pression sociale et culturelle est difficile à supporter, mais mon esprit de contradiction fait que ça me conforte encore plus dans mon choix ;-)

  • #116 Morgane le 24 juillet 2006 à 17 h 05 min

    J’avais la même opinion que toi pendant des années, pas tentée par les enfants et farouchement opposée au mariage. Une façon peut-être de garder ma liberté. Je n’ai jamais ressentie de pression autour de moi, la plupart de mes amis partagant cette opinon. Et aujourd’hui, à 31 ans et 1an 1/2 après avoir rencontré mon homme, voilà que le mariage s’est décidé comme une évidence et bébé est en route… Et là, j’ai commencé à entendre tout un tas de remarques de la part de ces "amis" farouches opposants à la maternité, allant du très classe "Alors ça y est, tu vas nous en pondre un" au non moins élégant "il te reste quoi à faire maintenant que tu as le mari et les gosses?". Cela m’a réellement choqué, l’intolérance n’est pas toujours du côté que l’on crois.

  • #117 AnneE le 24 juillet 2006 à 17 h 29 min

    heureusement nous avons aujourd’hui la possibilité de choisir et je n’imagine même pas revenir en arrière et voir certaines de nos lois disparaître ou être plus restrictives.

    tu es loin dans notre génération à être la seule, heureusement l’accomplissement de soi ne passe plus par les enfants.

  • #118 Choco le 24 juillet 2006 à 17 h 37 min

    chacun sa route, chacun son chemin,….. lalalalalala
    pour moi les moules c’est pour les gateaux pas pour les personnes !!!

  • #119 Mamzelle Mutine le 24 juillet 2006 à 17 h 40 min

    Quel émouvant billet Hèlène!!

    Ëtre Mère est un question qui relève de l’intime donc c’est un choix qui t’appartient .Je déteste les donneurs de leçon donc je me garde d’en donner hum.. Sans délirer ,si tu espleinement heureuse sans enfants , pourquoi chercher à te convaincre de te lancer dans l’aventure de la maternité ?

    Pour ma part j’ai 33 ans et deux petits fauves :une puce de 3 ans et demi et un petit mec de 2 ans, ils sont arrivés quand on s’est sentis prêts avec mon compagnon ..Et je me suis sentie « prête » à 29 ans (31 pour mon homme) après 5 ans de vie commune et autant d’interrogations ,je me sentais capable d’assumer cette responsabilité et de prendre un tel virage avec mon amoureux (même si j’étais en deçà de la réalité vu que je n’ai pas enquillé les pavés de Dolto et consorts par le menu hihihi et que je ne me suis pas prosternée devant Sainte Edwige Antier ;))) , Avant cet âge, je ne me voyais pas maman mais alors pas du tout j’aiamis les bambins de loin , ,j’avais envie de profiter très égoïstement de notre relation à deux : voyager au débotté , sortir jusqu’à pas d’heure etc sans nous soucier de rien.., et mon amoureux a très bien compris ça (même si lui rêvait d’être Père plus vite que moi mais un enfant on le désire et on le conçoit à deux et pas pour faire plaisir à l’autre ou céder à un caprice quelle horreur si on est pas prêt à assumer cela ensemble , on va dans le mur aie !!).

    L’une de mes meilleures amies n’en souhaite pas (elle a d’ailleurs quitté son mari qui ne capturait pas ça, il lui a proposé de consulter un psy et de régler son "souci" (à ses yeux) de refus de maternité tout un programme hum ça devenait un chantage affectif odieux surtout que son (ex) belle maman a cru bon vouloir distiller son grand savoir à grands coups de phrases assassines qui ont dégénéré en un très élégant et cinglant "vous ne méritez pas la semence de mon fils" (…..) !) et on ne s’est jamais pris la tête sur la question même si on en a parlé …Elle n’a pas besoin d’enfant pour être comblée c’est tout et ça se respecte infiniment..même si elle est très attachée aux enfants de ses amies elle ne le vit pas comme un manque oh que non! D’ailleurs je m’en vais lui filer le lien de ce billet sur le champ si elle ne l’a pas déjà lu ;))

    Le tableau idyllique de la maternité qui nous irradie et nous transporte dans un océan infini de bonheur et de félicité (sortez les violons :)se fissure assez rapidement , ou alors on évolue dans un monde imaginaire hum ;)) Je ne me suis pas révélée à ma condition de femme avec la maternité, en hurlant dans la rue « ça y est appelez moi femme avec un grand F « youpi tralala sortez les flonflons hihihi pas du tout ;))), c’est juste que j’ai découvert d’autres choses chez moi que je ne soupçonnais pas..

    Les enfants sont une source de joie immense et de remises en question pemanentes itou(pourquoi pourquoi pourquoi mais pourquoiiiiiii maman , papa ? ?) , et de tracas itou parfois on est dans la phase « Père Dodu, j’en peux plus » et ce dès les premières heures du jour ;))) mais pour rien au monde je ne regrette de m’être lancée dans cette aventure rock’n roll ;)) d’autant que plus ils grandissent plus ces petits monstres sont intéressants ;)) et passionnants )

    Avoir des enfants pour moi ne signifie pas renoncement à tout et sacrifice, on fait les choses mais différemment et pas plus du tout et si on n’a pas réfléchi à cela avant évidemment c’est welcome dans la frustration absolue et un monde où on jongle péniblement entre vie de couple, vie familiale, vie sociale, vie professionnele. On peut être mère et femme et s’épanouir dans ces deux rôles sinon c’est pas tenable une minute pour moi et je me suis organisée à dessein et à aucun moment je ‘n’ai envisagé d’arrêter de bosser (et mon amoureux n’a jamais songé non plus à me le demander)même si je respecte le choix de celles qui se mettent aux 4/5 ou qui font un break temporaire ou définitif .Mes enfants sont une partie de moi mais ne me définissent pas entièrement! Il faut que les enfants capturent cela , rien de pire que d’être vampirisé par sa douce progéniture et de la vampirier d’ailleurs , à mon sens, ça flingue le couple et la famille à terme !

    Comme l’a si justement dit Laure, l’éducation c’est le socle de tout, et rien de pire que les enfants mal-élevés, qui se métamorphosent chez les autres comme des Gremlins passés à l’eau ;)) là dessus je suis d’une fermeté inouie, le respect , les valeurs, les limites, ce qu’un enfant peut faire et ce qu’il est inconcevable qu’il fasse etc..dès tout petits il faut leur faire comprendre ces petits choses élémentaires mais ô combien essentiels le remerciement, le respect , si on laisse glisser eux et nous en paieront les pots cassés plus tard ! Je souhaite qu’ils deviennent des êtres aptes à mener leur barque dans la vie avec les meilleurs bagages possibles, le reste leur appartient va vis, deviens hein ;))

    Et effectivement vous l’avez dit, il n’y a rien de plus terrifiant que les couples qui enfantent pour être "raccord "et qui cèdent à la pression sociale (la bonne blague ! !) sans mesurer les conséquences de l’arrivée d’un enfant , il faut à mon sens, et dans la mesure du possible of course, se donner les moyens d’accueillir nos enfants dans les meilleures conditions (psychologiquement et financièrement) .. A l’instar des mon compagnon, je voyage pas mal pour mon job et dans la mesure où je ne suis pas Wonder Woman, j’ai pas de jet privé transparent et l’on ne m’a pas doté du don d’ubiquité bah on a des relais précieux et intangibles ( alternativement :nos parents respectifs, des amis proches , nounous à domicile de 7h30 à 20h, puis maintenant nounou après la crèche et l’école,..), et on a délégué certaines tâches ménagères à une femme adorable..Bref, on a appris à lâcher du lest de temps en temps et leur cocon c’est d’abord nous mais aussi ces autres personnages clés de leur univers et j’ai pas l’impression de les abandonner et eux ne se sentent pas abandonnés, ils sont équilibrés et bien dans leurs pompes, les jugements des autres, je m’en tape le coquillard force quinze hum dans la mesure où l’on a trouvé notre rythme de croisière et un équilibre entre notre vie de famille et notre vie de couple, ils ne sont pas bouleversés et n’ont pas la sensation d’avoir des parents fantômes ou égoistes, quand on décide de se réserver des soirées pour nous, de prendre un we de 3 jours ou de prendre quelques jours de vac’ sans eux car ils ne sont jamais livrés à eux-mêmes et sont confiés à des bras aimants! Et je ne pense pas faire le petit troisième ô que non ;)) même si certaines "bonnes âmes" nous posent la question tout comme on nous a interrogé sur le faible écart entre nos enfants (17 mois), et là avec ironie on a répondu nan c’est un choix, un vrai , un réfléchi pas un retour de couches qui a merdouillé ;))

    De toute façon après les interrogations à la mords moi le nœud découlant du pourquoi de l’envie d’enfant , on débouche sur pourquoi un enfant unique hein nan allez c’est limite faites nous plaisir (sic ! ! !)allez hop vite le deuxième pour ne pas en faire un égoiste(3615 n’importe quoi!) et si vous avez une fille en premier ,vite prière d’aller faire douze mille incantations destinées aux Dieux Grecs pour que le 2ème soit un mâle sinon message de désolation de certains mal emboutis ah dommage (limite si vous ne devez pas rejeter ce deuxième être de sexe féminin et tenter de le noyer pour éviter que la honte rejaillisse sur vous et dans la foulée vous jeter avec fougue sur votre amoureux pour que vite naisse le divin mâle ;)) ) , et j’en passe et des clichés éculés radotés jusqu’au trognon, allaitement ou pas, si vous allaitez pas ou peu vous n’aimez pas ton enfant (ah bon ? ?), le lait de vache c’est pas ton lait gnagna, bah oui mais si on le sent pas .

    Si on raisonne exclusivement eu égard à la pseudo bien-pensance qui fait joli dans le tableau ,on n’est pas sortis de l’auberge .. Et moi je ne veux pas y entrer dans l’auberge de la bien pensance, Hélène ton billet est culotté et salvateur une fois encore comme je les aime, merchi pour avoir ouvert la porte au débat en ces temps trop politically correct où tout est lisse et un brin trop propret et consensuel ;)) C’est chouette de secouer la fourmilière des idées reçues !

  • #120 clarchen le 24 juillet 2006 à 17 h 51 min

    Alors moi, justement, c’est le contraire…

    J’ai 24 ans, et cela fait 10 ans que j’ai envie d’avoir un enfant. Une envie physique très forte.
    Pour celà, je crois en une sorte d’instinct maternel. Ce que je ressens à ce sujet est en tous cas très intense, presque douloureux parfois.
    Je sais que j’aurai des enfants (enfin j’espère!), j’aimerai le plus vite possible. Et à mesure que cela approche (bah oui, je me donne 3 ou 4 ans…le temps que mon chéri soit plus dans cet état d’esprit, ça se fait à 2 quand même…), ce désir s’exacerbe…

    Curieusement, ce désir d’enfant si fort n’est pas toujours très bien perçu, alors je n’en parle que très rarement à l’extérieur.

    Et c’est là que je te rejoins, Hélène. Mon désir d’enfant ne me fait que mieux comprendre l’absence de désir, de besoin, d’envie chez d’autres femmes.
    Pour moi, c’est comme le sport, le chocolat ou le shopping: on aime ou on n’aime pas, on en ressent le besoin ou pas…

    Celà dit, la société est un peu bornée là-dessus…
    Je vois très bien le genre de réflexion qui accompagnent une femme de 36 ans, en couple mais sans enfant…

  • #121 LiliBoniche le 24 juillet 2006 à 18 h 01 min

    Merci Hélène, je voulais rajouter ma pierre, mais beaucoup de choses ont été dites et bien dites, donc juste merci d’avoir abordé ce sujet, maintenant, là, pile poil aujourd’hui
    Bisous tiens

  • #122 maryline le 24 juillet 2006 à 18 h 02 min

    en lisant tous les comms je suis quand même choquée par toutes les phrases incroyablement méchantes que chacune a entendu dans sa vie, qu’elle soit mère ou pas. Comment cela se fait-il qu’on s’autorise à critiquer la vie intime, les choix familiaux de chacun? moi qui croyait être la cible privilégiée des mauvaises langues en affichant ma non-intention de me reproduire, je m’aperçois que quoi qu’on fasse ça ne va pas à certains ( qui sans doute devraient s’interroger sur leur propre façon de vivre avant tout)

  • #123 sans-regime le 24 juillet 2006 à 18 h 06 min

    Ouhla mais y’a eu tout ce déchaînement de commentaires en une journée ?!! (je ne me trompe pas au moins, tu l’as pas écrit y’a 2 ans … non, ça semble être la bonne date, aujourd’hui !)

    Bon alors, j’ai pas (encore) lu les commentaires au-dessus, je ne pense pas les passer tous en revue. Mais alors pour moi c’est clair, on va pas aller forcer quelqu’un à avoir des enfants quand même ! Et de quel droit d’abord ?

    Tu sais, bien que souhaitant avoir des enfants, je me sens quand même proche de ce que tu expliques, sur les réflexions des gens etc. Parce que je n’ai pas tendance à m’émouvoir devant les enfants, en tout cas je ne suis pas en admiration devant eux, à faire gazou-gazou et à dire que c’est "meeeeeerveilleux" … Et pourtant je veux des enfants. Oui et alors, devrais-je sacrifier à de tels comportements pour autant ? Non, en tout cas pour moi c’est clair.

    Mais quand je dis que les enfants ne m’émerveillent pas particulièrement (et que pourtant j’en veux, et que pourtant j’ai passé mon Bafa – ce que je ne précise pas forcément, pourquoi se justifier ?), je me prends des regards effarés, certaines iraient jusqu’à se méfier de moi ("celle-là, elle est louche !") … Alors je crois que dans ces moments-là, je comprends un peu ce que tu peux ressentir … Parce que j’imagine bien les gens faire l’amalgame "elle n’est pas ébahie par les enfants / elle ne veut pas d’enfant" … Scandaleux, purement et simplement.

    (Alors tu penses bien, j’irai pas te sauter au visage pour te le griffer :p)

  • #124 Madame Patate le 24 juillet 2006 à 18 h 23 min

    "Bien sûr que je suis sur la défensive, comment ne pas l’être après des années à devoir se justifier d’un choix intime auprès de gens que vous connaissez à peine ? "
    Je n’ai pas encore lu la discussion, mais je retiens ceci.
    Ce billet Hélène, j’aurais pu l’écrire (je l’ai presque écrit d’ailleurs, dans ma tête). Ca ne fait "que" 10 ans que je suis en bute à ce harcèlement social ou familial, n’ayons pas peur des mots (récemment un c***ard de collègue de boulot, qui sous prétexte qu’il vient d’être papa, voudrait coller des marmots à tout le monde tellement cébôcébôcébô) et ce que tu dis, je le vis, tout simplement.
    Je viens de passer 10 jours dans la famille avec mon homme, et maintenant que ça fait 2 ans qu’on est ensemble et que notre couple a l’air de tenir, ça y est, ils se lachent les oncles et les tantes et les cousins … "et c’est quand que vous faites un bébé?" "et ça ne vous donne pas envie de voir comme il est mignon le petit neveu?" (heu non) "vous n’êtes pas stériles au moins? Parce que vous pouvez adopter sinon hein" (ma grand-mère, je rêve!!) … Je ne sais pas si ça me choque plus venant d’étrangers ou de ma famille.
    En tout cas les réactions sont les mêmes que celles que tu décris, exactement (plus cette espèce de supériorité que les "multipares" se croient autorisées à afficher parce qu’elles, elles ont procréé (parfois très égoïstement pour à peine les éduquer leurs mômes),qu’elles sont de vraies femmes et que jamais tu ne pourras comprendre, c’est pas possible, il te manque une case, t’es pas normale, ma pauvre si tu savais comme on te plaint) … Enfin bref, on va pas en faire un roman, mais disons que si ça peut te faire du bien: non tu n’es pas seule, et je ne suis même pas certaine qu’on ne soit que 10%

  • #125 poupou le 24 juillet 2006 à 18 h 24 min

    A très exactement 40 ans, on ne demande plus à une femme sans enfant pourquoi elle n’en a pas. Puisqu’il est absolument indécent qu’une femme de plus de 40 ans désire enfanter.
    Courage, Hélène, encore 4 années à tenir.

  • #126 Loutre le 24 juillet 2006 à 18 h 33 min

    Et bien, au moins ce post déchaîne les foules !
    En ce qui me concerne, j’ai 38 ans, deux enfants et le petit troisième dans le bidon. J’ai eu pas mal de difficultés pour les avoir, je les adore et je ne me verrais pas sans. Ceci dit, je comprends ton choix également car je considère que nous avons maintenant une grande liberté de choix et qu’il faut en profiter !Si ce n’est pas ton karma, alors tu as complètement raison ! Et c’est vrai, je reconnais que ce n’est pas rose tous les jours et qu’on jongle entre le boulot , les enfants, les petits soucis et les plus gros… Surtout que je n’ai personne sur qui compter, pas de famille, un mari souvent à l’étranger !! Mais je ne changerais cela pour rien au monde.
    En revanche, je connais pas mal de filles (des copines de mon âge genre 38-40 ans) qui n’en voulaient pas ou bien ont préféré privilégier d’autres choix et qui maintenant ont changé d’avis. Mais elles galèrent car çà ne marche pas forcément du coup ! Donc il faut que tu sois sûre à 100% de ton choix car l’horloge biologique ne fait pas de cadeaux !

  • #127 La Cuiller En Bois le 24 juillet 2006 à 18 h 40 min

    Tu sais, quand tu as un désir d’enfant répété, tu as droit aussi à ton lot de conneries !

    Quand j’ai annoncé ma troisième grossesse, tout le monde était abasourdi !

    Soit j’étais inconciente de faire tant d’enfants dans le monde tel qu’il est ! Qu’est ce que tu vas leur donner comme boulot ! avec le taux de chômage qu’il y a … (donc avant de vous envoyer en l’air avec votre Jules, pensez à lire le Monde de l’Economie les filles !)

    Soit j’étais une sainte sur terre : "3 enfants ! quel courage !" … et c’est tout juste si on ne se prosternait pas devant moi !

    Et le ponpon fut un de mes oncles qui m’avait seriné pendant toute la grossesse avec mon irresponsabilité à faire 3 enfants (lui, prudent n’avait eu qu’une seule fille … deux femmes et une dizaine de maitresses … mais je m’égare ). Donc Tonton chéri vient me voir à la maternité et en regardant ma troisième fille (quitte à désobéir à la Société autant le faire en beauté) et me dit "tu remets ça quand ? Tu veux faire comme ta grand-mère ?"

    Faut dire que ma grand-mère paternelle a eu 15 enfants.

    J’en ai déduit qu’à partir du troisième enfant … que tu en aies 3, 5 ou 15 … cela ne change pas grand chose, tu passes dans le clan des poules pondeuses !

    Et je vous passe le fait que nous avions eu 3 filles … toutes les réflexions sur notre obligatoire frustration de ne pas avoir fait un mâle ! d’avoir raté notre objectif (vous allez recommencer pour avoir un garçon ?).

    Je ne sais pas pourquoi … mais ce n’est pas moi qui vais te faire changer d’idée ! mdrrr

  • #128 organpipecactus le 24 juillet 2006 à 18 h 45 min

    Au moins là c’est dit…et vu le nombre de commentaires et la diversité il faut croire que nombreuses sont celles qui avaient ça en travers de la gorge sans pouvoir l’exprimer.
    Je suis complètement ok : j’ai deux enfants, plutôt ado de 15 et 20 ans et je les ai souhaités mais parfois je m’entends leur dire..ah ! si j’avais su !…vous me tuez !
    Oui, c’est difficile d’élever des enfants et il faut en avoir envie et à deux. Si c’est pour se justifier ou faire plaisir à (aux) autres, quel intêret ? on a qu’une vie, souvent difficile à gérer et pourquoi en rajouter ?
    En bref, c’est ton choix. On te critique aussi sur ta religion, tes choix politiques, …? Chacun est libre et tu as raison de l’affirmer.

  • #129 Pétra le 24 juillet 2006 à 18 h 53 min

    Chère Hélène, décidément je trouve ton blog passionnant et souvent "décalé" par rapport aux discours dominants!

    Pour ne pas reprendre tous les commentaires judicieux sur le "diktat" de la société envers la maternité et bien d’autre chose, je me contenterai de cette si belle citation de René Char :

    « Impose ta chance, serre ton bonheur, et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront ! »

    Voila, cette citation te va bien, alors continue ta route et ne change rien!

  • #130 Fashion victim le 24 juillet 2006 à 19 h 01 min

    Les gens sont affligeants de toute façon, toujours à se mêler de ce qui ne les regarde pas… Pour ce qui est de la procréation, je suis bien persuadée que de la part de ces harpies dans les dîners en ville entrent en jeu une bonne part de conformisme et… une part d’envie, aussi. Car bien des femmes n’ont pas le courage d’assumer leur choix et font des enfants pour des tas de mauvaises raisons et le regrettent sans se l’avouer et sans oser l’avouer à leur entourage. En fait, c’est certainement plus facile si on fait aussi le choix du célibat : c’est ce qu’a fait une amie et elle est étiquetée "vieille fille/vieille folle", donc on lui fiche la paix… Et comme en plus elle vient de faire 40 ans!…

  • #131 Regardeuse le 24 juillet 2006 à 19 h 05 min

    Je suis effarée par les "bravo pour ton courage Hélène !!" (ce ne sont pas les plus nombreux, grâce au ciel).
    Le pire, c’est que l’imbécilité qui émane de ce "compliment" n’effleure même pas l’esprit de leurs expéditrices :-)))
    Quel courage ? Où le courage ?
    Où est le courage de dire : "moi, je suis comme je suis, bien dans ma peau, je ne désire pas d’enfant, ma vie est jolie".
    Hélène a dit tout cela. Sa vie lui plaît. Elle a l’air aussi équilibrée que n’importe laquelle d’entre nous. Elle a une vision de ce qu’est le bonheur (son bonheur) et ne culpabilise pas tout bêtement parce que… elle n’a pas à culpabiliser pardi !!!
    Par contre, toutes les nourricières, se sont-elles un jour posé la question de savoir "pourquoi elles ont fait un enfant" ?
    Lèveront-elles le doigt celles qui l’ont fait pour la plus mauvaise des raisons : "jouer à la maman pour de vrai", ou garder un époux qui s’éloigne, par crainte du temps qui passe, pour leurs vieux jours, parce que "c’est tellement trognon un bb", pour se faire une place dans une famille qui ne leur accorde qu’une importance relative ?
    Alors ? wouaaahhhhh, tous ces doigts levés !!
    C’est bien ce que je pensais :-)
    Allez, que la soirée vous soit agréable.

  • #132 Hélène le 24 juillet 2006 à 19 h 06 min

    Cette citation est magnifique Pétra, merci !

    Je n’arriverai pas, à mon grand regret, à répondre à chacune d’entre vous. Le temps que je lise les nouveaux comentaires, il en arrive trois autres ;-)

    Simplement je suis étonnée de voir combien finalement, personne n’est à l’abri du jugement de la société, quels que soient les choix qu’on fait.
    Je n’aurais jamais pensé que les femmes qui voulaient des enfants entendaient des réflexions aussi idiotes que celles que j’ai entendues.

    Capucine ton commentaire m’a émue, j’espère que ce billet ne t’a pas blessée, vraiment.

    Galla merci pour ton honnêteté intellectuelle ;-)

    Mamzelle Mutine merci d’avoir pris le temps d’écrire tout ça.

    Clarchen je connais, sans l’éprouver, ce que tu ressens, ma soeur et ma meilleure amie sont comme toi.

    LiliBoniche bisous aussi ;-)

    Loutre sois la bienvenue, et sois tranquille, s’il y a bien une chose dont je suis sûre dans ma vie, c’est ça ;-)

    Regardeuse je trouve ton commentaire un peu agressif, on peut dire les choses sans pour autant accuser les autres d' »imbécilité » ;-)

    Je trouve ça chouette de la part des filles de dire « quel courage », comme tu ironises : en effet que si tu savais tout ce que j’ai entendu à cause de cette absence de désir de maternité, tu conviendrais qu’il faut quand même un tout petit peu de courage pour en parler sur un blog qui est lu chaque jour par 3500 personnes différentes ;-)

  • #133 annika pannika le 24 juillet 2006 à 19 h 13 min

    Je redis Waouh. Cela dechaine la foule des grands jours ton sujet Hèlene. Je peux me permettre de tirer une petite conclusion : Bon j’y vais. En gros qu’on ait choisis d’avoir des enfants ou pas nous avons toutes eté em… un jour ou l’autre. Si ce n’est pas "Mais pourquoi tu n’en veux pas" c’est "vous etes mariés depuis deux ans, c’est pour quand" ou encore "vous en avez un, vous en reprendrez bien un autre" ou encore "cela ne vous frustre pas trop de n’avoir que des garcons /filles". Quelque soit le cas de figure et j’en oublie, il y a aura toujours quelqu’un pour dire que cela ne va pas. Des acariatres et des jaloux je vous dit.

  • #134 Hélène le 24 juillet 2006 à 19 h 21 min

    Hi hi annika pannika, c’est normal qu’un sujet pareil attire un peu plus les commentaires, tout le monde est concerné ;-)

  • #135 regardeuse le 24 juillet 2006 à 19 h 21 min

    Meuh non, ch’uis pas agressive (euh… je vais relire quand même :-))

    C’est juste, conviens-en, que c’est incroyable que des filles qui sont sur ton blog trouvent "courageux" que tu aies "osé" "avouer" un truc aussi simple que : "j’ai envie d’être heureuse ; et il se trouve que mon bonheur ne passe pas par la maternité".

    En même temps, c’est une démarche qui semble t’avoir un peu coûté "je le dis, je le dis pas, je le mets sur mon blog, je l’y mets pas"… METS-LE !! DIS-LE !! CLAME-LE !! (oui bon, n’en fais pas trop non plus… les bambins, tu les aimes bien pas vrai ? oui, chez les autres, j’ai bien compris !!)

    Et si j’ai été agacée par l’expression "he be dis donc, quel courage de dire que tu ne veux pas d’enfants" c’est que j’avais l’impression que ces filles disaient "faut du cran pour avouer une telle ignominie sur internet"

    Vivre sa vie selon ses désirs (au moins essayer) ne méritait pas ces "quel courage !!!". Bon, Hélène, on a regagné nos bases là ?

    Cordialement.

  • #136 Hélène le 24 juillet 2006 à 19 h 24 min

    Je n’avais pas vu les choses comme ça Regardeuse, mais tout va bien ;-)

  • #137 pomme le 24 juillet 2006 à 19 h 25 min

    Regardeuse, si tu penses qu’il ne faut pas particulièrement de courage pour vivre selon ses désirs (et pas seulement celui de ne pas avoir d’enfant), on ne doit pas vivre dans la même dimension… ou alors tu es un être exceptionnellement libre, et tu as toute mon admiration ;-) Hélas je crains que ce ne soit pas le cas de tout le monde…

  • #138 Ben le 24 juillet 2006 à 19 h 25 min

    Fais comme bon te plait Hélène ! Il ne faut pas que tu commences à avoir peur de dire ce que tu penses par crainte des " représailles " ( mot bien fort je trouve ^^ ) de ceux ou celles qui ne sont pas d’accord. Regarde dans mon coin, tous mes amis veulent avoir des enfants, et je suis le seul à dire " Non je n’en veux pas " et tu vois en plus j’ai une raison toute conne : Ils ( les enfants ) me donnent mal au crane.
    Petit, mon frère n’arrêtait pas de pleurer, pleurer, crier, pleurer…A force j’en ai eu marre. Depuis, dès qu’un enfant HURLE j’ai tout de suite très mal à la tête et je deviens désagréable. Alors j’ai choisi de ne pas faire endurer ça à ma copine ni même à l’enfant si enfant il y a.

    Des avis qui divergent il y en aura toujours. Si c’est bien argumenté, c’est pas grave. Mais si c’est pour dire " Je ne suis pas d’accord parce que tu ne penses pas à l’enfance nianiania et je trouve ça complètement injurieux pour les blablabla " ASSEZ !!! Oui Hélène a eu du courage de plaquer ça sur son site, Oui elle a bien fait. Beaucoup disent Blanc devant les gens et NOIR derrière.

    Bien vu Hélène.

    A bientôt
    Ben

    PS : pour le jet de pierres, ça sera en privé ! :D

  • #139 Le Chapô le 24 juillet 2006 à 19 h 28 min

    Regardeuse, tu as la dent dure.
    En ce qui concerne le "courage" d’Hélène, je te rejoins à moitié. Car elle n’a pas encore compris que son blog, qu’ele considère comme un jouet passionnant, est en passe de devenir un micro-phénomène de société dans lequel se reconnaissent énormément de femmes. (j’en veux pour preuve le nombre de commentaires sur le billet d’aujourd’hui). Elle n’a pas encore compris à quel point elle était suivie, respectée et aimée par ses lectrices et -teurs. Il a donc fallu un petit courage pour jeter en patûre à un publique qu’elle connaît finalement peu ses idées qui, même si elles les assumes, lui ont valu par le passé de violentes critiques et/ou des regards effarés lui sous-entendant qu’elle n’était pas "normale".

    Là où je m’inscrit en faux, c’est vis à vis de ton couplet sur les "mères indignes" qui font des enfants pour "les mauvaises raisons".
    Il n’y a pas de mauvaise raison de faire un bébé. Ou si il y en a, je suis bien content qu’elles existent. "Sauver son couple", "jouer à la poupée en vrai", "avoir oublié sa pillule et ne pas vouloir avorter", regarde autour de toi et tu verras que bon nombre d’entre nous ne sont pas nés d’une volonté saine et mutuelle de la part des parents de perpétrer le "miracle de la vie".
    Et pourtant on est là.
    Et même quand on en chie, quand tout se pête la gueule, on est content d’être vivants.(Alors quand la vie va….c’est encore plus chouette ;-) )
    Un grand merci aux "nourricières" d’avoir pondus "pour les mauvaises raisons" autant de gens aussi intelligents, drôles, amicaux, beaux,…qui ont croisé mon chemin ou qui le croiseront un jour.
    Accordons au gens le droits de leur choix sans juger de ce qui est "bon" ou "mauvais". Respectons les réticentes, respectons les pondeuses. ;-)

    Et merci au connard qui un jour a oublié de se retirer et qui a fait que je peux communiquer avec vous aujourd’hui.

  • #140 Hélène le 24 juillet 2006 à 19 h 32 min

    Roooh, le Chapô, quand même ! ;-)))
    Blague à part, merci pour ton beau commentaire ;-)

    Ben merci à toi, ça fait plaisir ;-)

  • #141 lili le 24 juillet 2006 à 19 h 33 min

    Ah regardeuse, tu m’amuses, mais c’est parce que je ne suis pas concernée.
    Moi, ça me serait égal si Hélène, en plus, n’aimait pas particulièrement les enfants.
    Pourquoi on aimerait les enfants en général plus que le reste du genre humain? Par exemple j’aime mes propres enfants mais beaucoup de ceux des autres, pas tant que ça, les enfants sont comme les adultes, y en a de plus ou moins sympas.
    C’est Hélène qui me plaît, on peut apprécier les gens sans partager la totalité de leurs goûts ;o)

  • #142 Regardeuse le 24 juillet 2006 à 19 h 44 min

    Je vais jusqu’au bout Lili ?
    Oui ? alors : franchement, si Hélène n’aimait pas non plus les gamins chez les autres, ça m’irait tout aussi parfaitement :-)) (peut-être même encore plus :-))
    Mais je vais faire soft dorénavant avec le second degré, je crois avoir déboulé comme un labrador sur un échiquier.
    Pardon pardon pardon.
    Cordialement

  • #143 Cornélie le 24 juillet 2006 à 19 h 49 min

    Je suis vraiment touchée par ta capacité à parler, et à "ouvrir une porte à la parole "sur des sujets si sensibles, merci pour ta simplicité et ton accessibilité, Hélène, c’est très beau!

  • #144 Dola le 24 juillet 2006 à 19 h 56 min

    Helène, j’essaie toujours de trouver un moment pour lire ton blog et je trouve que tu as vraiment l’art de pointer du doigt les travers de la société…
    J’ai 2 enfants une fille, un garçon et je bosse à plein temps. Quand je dis que j’en aimerais bien un troisième , on me dit tu n’en a pas assez de deux ? En plus tu as en un de chaque (je cite sans déformer), tu veux t’arrêter de travailler ? Bref drôle de questions…
    Pourquoi j’ai voulu des enfants ? c’est un désir égoïste et je crois que cela l’est toujours. Je voulais créer une famille autour de moi : ce qui m’a manqué en quelque sorte…
    Curieusement j’ai remarqué que cela ne vient à l’idée de personne demander à un homme de 30-40 ans où il en est avec son désir de paternité ? Un homme peut donc s’accomplir pleinement sans progéniture mais un femme non ?
    Encore des progèrs à faire dans ce domaine, quid de l’égalité ?

  • #145 Hélène le 24 juillet 2006 à 20 h 00 min

    Alors ça Dola, ce n’est un secret pour personne que l’égalité est loin, encore…

    Lili au fait merci pour ton commentaire sur les faiseuses d’ange, j’approuve, tu penses bien ;-)

  • #146 veronica le 24 juillet 2006 à 20 h 06 min

    Apres tout pourquoi serait-on obligé d’aimer les enfants : un enfant ce n’est pas une race à aprt juste un être humain à un moment donné de sa vie.
    Moi quand on me demande pourquoi je ne veux pas d’enfants je reponds pour garder mon ventre plat (j’aime pas les abdos) et en plus c’est vrai…

  • #147 Magali le 24 juillet 2006 à 20 h 07 min

    Je pense que l’essentiel dans la vie c’est de savoir ce qu’on veut et s’y tenir ! Si tu n’as pas envie d’avoir d’enfants, c’est ton choix et c’est tout ! Personne n’a a décider pour toi ou a vouloir te faire changer d’avis, c’est TA vie. Je suppose que ça doit vraiment être pesant tous ces avis non sollicités et a vrai dire très déplacés ! Etre heureux ce n’est pas forcément faire comme les autres, et tu as l’air de l’être, c’est bien l’essentiel, profite ! :-)

  • #148 Hélène le 24 juillet 2006 à 20 h 10 min

    Moi je dirais que t’as plutôt de la chance. Je m’explique, ce que tu veux profondément c’est ne pas avoir d’enfants mais il parait que quand on en a "par accident" (même si je ne crois pas aux "accidents", on a tellement de moyens de contraception), on est toujours comblé de bonheur alors même si ce "malheur" arrivait ce ne serait qu’un malheureux bonheur. Dans mon cas, c’est l’inverse, depuis toujours je veux des enfants, j’aime les enfants et j’aimerais avoir les miens à moi avec l’homme à moi que j’aimerais pour la vie, le "père de mes enfants" comme on dit. Sauf que, je ne l’ai toujours pas trouvé ce "père de mes enfants" et pis j’ai pas envie de les faire avec le premier venu par caprice de maternité. J’aimerais ne pas vouloir d’enfant. Veinarde va!

  • #149 Hélène le 24 juillet 2006 à 20 h 14 min

    Ahhh ! Je deviens schizo !! J’ai cru que j’avais laissé un commentire sans m’en rendre compte, quelle angoisse !

    Puis-je te demander, Hélène, de bien vouloir modifier un peu ton pseudo, sinon on va pas s’en sortir ? Merci ! ;-)

  • #150 estelle le 24 juillet 2006 à 20 h 15 min

    J’ai 35 ans et je n’ai pas d’enfant. J’ai entamé deux grossesses, les deux accidentellement, la première a fini en avortement thérapeutique, c’était ma grossesse ou moi, donc…la deuxième était extra-utérine.
    Entre les deux, j’ai eu dix ans de pseudo-stérilité qui m’arrangeait bien puisque je ne déborde pas d’amour pour les enfants- j’ai deux nièces adorables dont je suis tout à fait compétente pour m’occuper , je les adore mais… à petites doses.
    Mon conjoint actuel rêve de fonder une famille, j’ai suivi un traitement hormonal pour tomber enceinte uniquement pour lui, parce que si je m’interroge profondemment sur la maternité, je n’ai aucune envie d’enfanter, ni aujourd’hui, ni demain, et je n’ai aucune peur d’être seule quand je serais vieille puisque je n’aime pas plus les vieux que les enfants.
    Quant aux gens qui me taxent d’égoiste, je leur retourne le compliment – leurs gênes sont-ils si exceptionnels qu’ils doivent être transmis et perpétués ? quand je vois certaines têtes de cons, j’en doute !
    De plus, je me demande s’il est réellement sain de faire un enfant pour céder à la pression sociale faite aux femmes, celà fait-il de bonnes mères et par extension des enfants épanouis ?

  • #151 lili le 24 juillet 2006 à 20 h 16 min

    Arf, j’en croyais tellement pas mes yeux, elle est bien bonne, hu hu, Hélène parle à Hélène
    mdr

  • #152 Joëlle le 24 juillet 2006 à 20 h 32 min

    Et bien en la matière je crois que les femmes que nous sommes sont complètement (ou au moins beaucoup) conditionnées par le fait que dans notre société pour être normal il faut avoir envie de procréer.

    On te parle des avantages d’être parents, jamais des inconvénients.
    Jamais on ne nous explique tout ce à quoi il faut renoncer pour devenir parents (mais comment joëlle, tu oses parler de renoncer quand il est question d’enfants sacrilèèèèèèèège!!!)
    Jamais on ne parle des avantages de ne pas être parents, d’être libre, de faire le choix de ne pas être dans le besoin ou de ne pas courrir après le pognon pour payer un paquet de couches ou un cours de piano au ptit dernier.
    C’est bien dommage d’ailleurs parce que peut être que certains se lanceraient dans cette aventure avec un peu plus de réflexion s’ils savaient ce qui les attends.
    Ce mythe de ma parentalité comme épanouissement suprême est parfois assez aggaçant même.

    Egoiste comme choix, que celui de ne pas vouloir d’enfant?

    Non je ne crois pas qu’il soit égoiste de faire le choix d’être bien dans ses baskets, d’être un adulte épanoui, quel que soit le chemin qui y mène.

    Moi cela me semble bien plus intelligent comme choix que de faire celui d’être un parent névrosé.
    C’est bien là notre chance. Pour la plupart d’entre nous, nous avons le choix justement.
    Et je trouve assez intolérable que certains se permette de trouver à redire dans la réponse que nous apportons à ce choix.
    C’est là l’une de nos libertés et tu as bien raison de défendre la tienne ;-)

    Jo

  • #153 mia le 24 juillet 2006 à 20 h 41 min

    je me demande ou va aller cette aventure,tu as mis le doigt helene sur un sujet sensible…les déo sont partis se rhabiller
    et voilà que le net pique la place du divan…….

  • #154 Emma Bovary le 24 juillet 2006 à 20 h 49 min

    Wahouu Le Châpo! Merci et bravo pour ton commentaire!! T’as mille fois raison! Bonne ou mauvaise, quelle que soit la raison de faire un enfant, ou de ne pas en faire, d’ailleurs, peu importe! Un enfant naît, c’est merveilleux! Un femme est heureuse, mère ou non, ça l’est aussi!!
    (bon, d’accord, ça fait un peu tout le monde il est beau… , mais vaut mieux ça qu’un ton revanchard ou râleur, non?)

  • #155 Veurdjinaïe le 24 juillet 2006 à 20 h 54 min

    Bon, je ne vois pas quoi ajouter, vu qu’il y a déjà 236 messages! Si ce n’est que j’ai 27 ans, que toutes mes amies se mettent à pondre des enfants et que je me sens un peu anormale de ne pas avoir ce désir là. Ce n’est pas un choix pour le moment, je n’ai juste… pas envie!

  • #156 Del le 24 juillet 2006 à 20 h 55 min

    Bonsoir!

    Je trouve ton article et les (très!) nombreux commentaires qui l’accompagnent justes et touchants.
    Chacun mène sa barque où il le veut, comme bon lui semble, comme il le peut aussi parfois…
    Pour ma part, j’avance pas à pas dans la vie que je me suis choisie. A 27 ans, je m’épanouis dans un boulot qui me plaît, on découvre à deux toute la beauté des Caraïbes… pas d’enfant pour l’instant, on verra…
    Je croque la vie comme elle vient, chaque jour, à pleines dents… et au diable ce que peuvent dire les gens!!

    Merci pour ce billet Hélène!

  • #157 Hélène le 24 juillet 2006 à 20 h 55 min

    Etant moi-même un croisement entre Oui-Oui et un Bisounours, je ne te repprocherai pas ton enthousiasme, Emma Bovary ! ;-)

    Veurdjinaïe sois la bienvenue ! (et bravo pour ton peuso ;-))

  • #158 Claire au blancs mollets le 24 juillet 2006 à 21 h 01 min

    Bon ben je suis pas sûre d’apporter qquechose de plus que les 150 messages précédents, mais je voulais te remercier Hélène pour ce billet.

    Pendant longtemps je n’ai pas voulu d’enfants, c’était pas grave, j’étais assez jeune donc j’avais une excuse. Et puis je viens d’avoir 25ans et des amis (elle 22 ans lui 25 ans) qui viennent d’être parents. Et là le cauchemar commence: La transformation physique de mon amie (vergetures de mi-cuisses à la taille, tétons gros comme des poings et seins qui tombent, 25kgs qu’elle veut perdre le plus vite possible), son copain qui s’éloigne……, et puis leur pression psychologique.

    Quelques exemples:
    de la part des parents du papa: "ah ben avant que vous en fassiez un aussi beau que celui là hein!"
    réponse: "vous inquiétez pas pour nous on y arrivera aussi bien qu’eux"

    "ben pourquoi vous avez pas tous un bébé dans les bras les filles?"
    Réponse: "Parceque perso j’ai mieux à faire à 25 ans" (je lui aurais bien répondu que je ne pouvais pas en avoir pour lui clouer le bec mais je ne voulais pas manquer de respect aux femmes dans ce cas)

    Et puis le pire ce sont nos amis jeunes parents qui nous harcèlent pour qu’on ai un bébé, en plus on est même pas fiancés avec chéri, alors vous comprenez c’est dramatique!!!!
    Ca me fait mal au coeur de devoir me justifier sans arrêt, essayer de faire comprendre que je préfère faire un bébé quand on sera prêt et non pas pour rentrer dans une norme (et puis la moyenne d’âge c’est 28 ans alors merde j’ai de la marge!), qu’on veut profiter de nous deux, avoir une situation pour assumer un bébé….et ça ne m’empêche pas de respecter ceux qui font un bébé tôt…tant qu’on nous laisse un peu tranquille avec mon chéri-non-fiancé.

    Bonne soirée Hélène et encore merci (merci aussi pour les témoignages des autres filles, c’est hyper enrichissant)

  • #159 telle le 24 juillet 2006 à 21 h 16 min

    Non, Hélène, je ne te sauterai pas au visage (mais plutôt au cou !) car tu as entièrement raison et encore plus de l’affirmer haut et fort. Et tu vois, j’en ai trois enfants, désirés, et j’en aurai peut-être d’autres mais je respecte bien davnatge une personne qui ne souhaite pas avoir d’enfant et qui se tient à son choix qu’une autre qui, la trentaine venant, se décide à en faire un pour rentrer dans le carcan des conventions. Il y a plein d’enfants tristes, trop peu désirés, qui déçoivent leurs parents pas préparés à ces exigences… Elever des enfants, ce n’est pas anodin et malgré tout le plaisir que j’ai avec eux, j’ai cessé de poser des questions à mes soeurs qui n’en ont pas pour le moment. Je les conforte même dans leur choix, et les laisse libre de passer du temsp avec les miens si elles le souhaitent.
    Vraiment, ton billet me fait chaud au coeur. Il est bien plus égoïste d’avoir un enfant sur un coup de tête, pour avoir une chouette poussette, pour bien l’habiller, pour le montrer (et puis passé 1 an, il devient pesant)… que de ne pas en avoir.
    Bises enthousiastes.

  • #160 christine de paris le 24 juillet 2006 à 21 h 17 min

    ola ! 161 commentaires ! bon je lis pas, je poste vite fait !!!

    moi, j’ai trouvé que donner la vie était magique, miraculeux (en réfléchissant bien !) mais au quotidien, c’est galère d’entendre "Mômannnnnn !" toutes les 5 minutes et de se faire de la bile pour "l’avenir" …
    Arielle Dombasle et Michèle Alliot Marie n’ont pas d’enfant non plus et ça ne les empêche pas de croquer dans leur vie à défaut de la donner.

    Bravo pour ton billet courageux … je file appeler ma fille en vacances chez papi avant qu’elle se couche ;-)

  • #161 Hélène le 24 juillet 2006 à 21 h 25 min

    J’avais été frappée, christine de paris, de lire un jour une interview d’Arielle Dombasle où elle disait qu’elle n’avait pas d’enfant parce que c’était pour elle de l’ordre de la survie. J’avais compris.

    Telle merci pour ton enthousiasme, en plus venant d’une fille qui a trois enfants, je suis d’autant plus touchée ;-)

    Claire aux blancs mollets, courage ! Et merci pour ton commentaire ;-)

  • #162 funambuline le 24 juillet 2006 à 21 h 31 min

    Chère, très chère, toujours plus chère Hélène!

    quelques petites reflexions (qui ne changeront rien au schmilblick):

    – je préfèrerais aussi abandonner mon pot de NOK que de tomber enceinte (comme un commentaire dans les 30 premiers…)

    – je pense mériter mon poids (d’été, tu as de la chance!) en saucisson pour avoir lu les 160 et qq commentaires qui précèdent!

    – il me semble que le pire du pire des pressions sociales s’exercent entre 25 et 40 ans, surtout aux femmes qui ont des soeurs "pondeuses"… il me reste 12 ans de calvaire total!
    Heureusement que j’adore mon neuveu. Et oui, j’adore les enfants, mais ceux des autres qui sont beaux, intelligents, imaginatifs, heureux, non pleureurs… Et je m’entends très bien avec eux, je suis même sûre, très paradoxalement que si par accident je devais avoir à éduquer des enfants, je serais une très bonne mère, mais je ne ressens pas, ABSOLUMENT PAS ce besoin, au contraire. Tu parles de choix, je comprends bien, mais je le ressens un peu différement. Je n’ai aucune ENVIE d’en avoir (au niveau des tripes) et rationnellement aucun DESIR d’en avoir non plus. Le choix n’est pas tout, de nombreuses femmes, en soit, n’en ont pas spécialement envie, mais vient un jour où se déclanchent les hormones -la dite horloge biologique- et qui finissent par en ressentir le besoin, alors qu’elles n’en ont toujours pas envie. (euh, suis pas sûre d’être bien claire).

    Avec ma soeur (pondeuse) on en rigole beaucoup aux fêtes de famille, elle me comprend tout à fait, alors qu’elle a voulu des enfants depuis toujours, elle me soutient, je la soutient. Et je crois qu’elle aprécie beaucoup d’avoir quelqu’un autour d’elle à qui parler d’autre chose que de bébé (même si c’est, objectivement, le plus beau du monde!).

    Et moi aussi je me permets de t’embrasser!
    Bravo d’avoir sucité tous ces commentaires!

  • #163 Claire emma le 24 juillet 2006 à 21 h 34 min

    enfanter est un acte magnifique, d’accord, mais…
    Ce qui est drôle c’est que je me suis toujours rêvée enceinte, avec le gros ventre, mais sans enfants….je ne me sens pas prête à en assumer la responsabilité….et puis il faut bien le dire j’ai peur des tout-petits, ce qui explique que je n’ai jamais fait de baby sitting ado (peur qu’ils s’étouffent, tombent…et autres joyeuseries..) et que le gamins terribles m’exaspèrent et que les ados irrespectueux m’horripilent.
    si un jour j’ai un enfant, c’est qu’il sera voulu et qu’il sera le fruit de l’amour, point, mais pour l’instant je ne me vois pas dans le rôle de mère…….attendons déjà que je m’assume pleinement en tant qu’adulte!
    merci pour ce message qui m’emeut…

  • #164 Lylou le 24 juillet 2006 à 21 h 43 min

    J’ai toujours voulu avoir des enfants et j’ en ai jamais eu. Je desespère d’ en avoir un jour mais je n’ai jamais essayé d’en faire. Pour ma part, ce qui me choque, ce ne sont pas les femmes qui ne veulent pas avoir d’enfants. Souvent les gens oublient que pour être de bons parents, il faut savoir donner de sa personne, essayer de tout faire pour rendre son enfant heureux et épanouie. Alors il faut être prêt à laisser les cours de dessin, les livres, les magazines qu’on aimait tant lire… Certains en font car ils ont peur plus tard d’avoir personne pour venir les voir.Je ne comprends pas. Et si le gosse décide d’aller vivre à l’étranger, pour la peine on le déshéritera ? Il y a tellement d’ adultes malheureux à cause d’ une enfance difficile. Il y a tellement d’ enfants qui subissent des parents toxiques. Je pense qu’ un jour, j’aurai le bonheur d’avoir un enfant et je pense avec tristesse à tout ce que je laisserai de côté pour le bonheur de mon enfant.Je pense que lorsqu’on a pas envie de faire de sacrifices vaut mieux ne pas faire des gosses en mal d’amour.

  • #165 Hélène le 24 juillet 2006 à 21 h 43 min

    Funambuline tu as effectivement déccroché le gros lot en saucisson, pour avoir tout lu ! ;-)) Je dis bien à la fin de mon billet que ne pas avoir d’enfants est un choix, mais pas seulement, c’est comme ça que doit être la vie pour moi, l’envisager autrement n’a jamais été possible.

    Calire emma je suis émue que tu le sois, c’est un joli cadeau anti-canicule ;-)

    Lylou je suis bien d’accord pour ce qui est de la vieillesse, il y a aussi des familles éclatées qui en s’entendent pas, et des gens qui ne vois jamais leurs enfants ou leurs petits-enfants, ça doit être encore pire que d’être tout seul.

  • #166 funambuline le 24 juillet 2006 à 21 h 49 min

    ouaip, ouaip, je crois qu’avoir lu les 160 et quelques (euh, on fait comment pour le sauc? j’te donne mon adresse?) commentaires a un peu "flouté" ton post sur la fin… je viens de le relire, et de me dire, encore, que j’aurais pu l’écrire (en moins bien, évidemment)!

  • #167 Aurélie le 24 juillet 2006 à 22 h 26 min

    Oula, ça c’est un sujet houleux. Mais rassures-toi, je ne vais pas te sauter au visage, je suis plutôt dans ta catégorie. Mariée depuis 2 ans, mon mari et moi coulons sous ce genre de questions indiscrètes. Et pourquoi vous n’avez pas d’enfant? vous vous y mettez quand? vous savez pas comment faire? etc, etc, etc … J’en passe.
    Je ne sais pas si c’est ferme et définitif parce que nous sommes encore jeunes mais mon mari et moi ne voulons pas d’enfant. Peut-être un jour changerons-nous d’avis, j’en sais rien mais pour le moment, je me vois bien continuer à vivre sans enfant. J’aime bien les enfants, c’est sympa, mais chez les autres. En fait, je suis vite saoûlée avec les enfants. Nous avons l’habitude de notre vie "sans" contrainte. Je pense qu’il vaut mieux ne pas avoir d’enfant si nous n’en voulons pas plutôt que de les rendre malheureux. De toute façon, je sais très bien que si j’ai un enfant, je l’élèverai mal. Je voudrai qu’il ne manque de rien, il serai donc pourri gaté et élevé sans contrainte. Ce serai un sale gosse pourri gaté. Pourtant j’ai été enceinte il y a 2 ans. J’étais folle de joie, mon mari aussi. Un oublie de pillule et hop. Et puis une fois passé le cap des 3 premiers mois fatidiques, je pensais être à l’abri d’une fausse couche. Je l’ai donc annoncé à ma famille etc… Mais lors d’une écho de contrôle on m’a annoncé que mon bébé était mort. L’horreur, tout c’est écroulé et le pire c’est qu’on m’a laissé comme ça pendant plus d’une semaine parce que c’était les vacances et qu’il fallait prendre rdv pour le curetage. Porter la vie c’est beau, mais porter la mort, c’est pas drôle du tout. Il à fallu que je fasse une hémorragie pour qu’ils se décident à me faire ce curetage. Et après, je me suis sentie tellement soulagée que je n’ai pas eu envie de recommencer. Du coup je me suis fait mettre un implant pour être sûr de ne pas avoir de nouvel accident. Et les gens ne s’imagine pas à quel point c’est douloureux de nous cribler de questions. Non je ne veux pas avoir d’enfant et j’en ai assé de devoir me justifier. Alors bien sûr, j’ai le droit au classique, il ne faut pas s’arrêter sur un echec, c’est pas parce que ça c’est mal passé une fois que ça se passera mal une autre fois. Mais ça n’a rien à voir. Je ne me sens pas capable d’assumer une telle responsabilité. Si j’avais eu cette enfant j’aurai étais la plus heureuse des mères sûrement, il n’aurai manqué de rien. Mais il se trouve qu’aujourd’hui j’ai le choix. Et tant pis si je passe pour une égoïste. Mon mari est d’accord, il n’en souffre pas c’est l’essentiel. Je n’ai de compte à rendre à personne d’autre.

  • #168 Nan’ le 24 juillet 2006 à 22 h 28 min

    Mon commentaire va être noyé parmi 169 autres… dediou… tant pis…
    Pendant des années, j’ai dit ne pas vouloir d’enfant. Trop chiant, disais-je. Pas envie de me prendre la tête pour des mouflets, à leur torcher le cul pendant des années pour que finalement ils t’envoient chier à partir de l’adolescence. Et puis finalement, j’ai réfléchi au pourquoi : pas envie qu’ils connaissent ce que j’ai connu. Plus honnête déjà.
    Quelques années après, j’ai une môme. Elle a deux mois, elle a été voulue, désirée. Même si parfois j’ai envie de la coller au mur.
    Je ne suis pas en train de te dire que les choses évoluent, et puis d’abord ce serait ton "problème". Je te raconte juste mon histoire.
    Il est vrai que je me suis un peu sentie rejetée quand, ado, j’avais plus tendance à faire la gueule devant un bébé que de le trouver mignon et de lui faire des areuh et des gouzous. Disons que, même si j’ai un enfant, je te comprends (ça te fait une belle jambe hein).
    Enfin j’ai toujours tendance à dire que peu importe la pensée commune, l’essentiel est d’être en accord avec soi. C’est ce que tu fais non ? Alors continue.

  • #169 le 24 juillet 2006 à 22 h 31 min

    Je suis impressionnée par la chaleur et la bienveillance qui baignent ce blog chaque jour, à chaque post, que le sujet soit léger ou sérieux. Et pourtant le sujet abordé aujourd’hui était ultra-glissant…

    Les filles, vous me réconciliez avec le genre humain !
    Merci à toutes !

  • #170 Hélène le 24 juillet 2006 à 22 h 33 min

    Nan’ je te souahite la bienvenue ! Aucun commentaire n’est jamais noyé parmi les autres, je lis tout, soigneusement, toujours, pleine de gratitude pour les gens qui prennent le temps d’écrire quelque chose et de se livrer un peu.

    Aurélie c’est duraille ce qui t’est arrivé, surotut la semaine à attendre, je trouve ça assez monstrueux de faire vivre ça à quelqu’un. Merci de nous avoir raconté ça (je dis nous pour les filles et moi, je n’en suis pas à parler à la troisième personne ;-)).

    Gé je suis aussi imprssionnée que toi !

  • #171 ktl le 24 juillet 2006 à 22 h 42 min

    bon très honnêtement, je ne me tape pas la lecture des 169 commentaires (169 ! un sujet qui marque visiblement !) qui me précédent et donc je vais sans doute faire redite. bien sûr que les jugements d’autrui (et à fortiori les conseils de bazar) dans ces cas-là sont totalement déplacés parce qu’une personne qui prend cette décision ou cet état de fait est quelqu’un qui le fait en pleine conscience, c’est un choix de vie donc y a pas a discuter. après libre à cette personne éventuellment de changer d’avis parce que ça arrive qu’on change d’avis. j’avais une copine qui refusait d’avoir des enfants avec des arguments à l’appui, son copain aussi. aujourd’hui, ils ont un petit garçon, elle est passée par pleins de phases contradictoires avant aujourd’hui mais là, elle est épanouie (ne lis pas entre les lignes que je sous-entend que tu ne l’es pas, holà, non !!!). je sais que depuis l’adolescence que je voulais des (enfin, au moins un ) enfants. mais je comprends, voire même approuve celles-qui n’en veulent pas. un enfant désiré oui ! un enfant imposé (par la norme, la pression familiale, un conjoint) non !

  • #172 Nan’ le 24 juillet 2006 à 22 h 47 min

    Tiens, ça me fait penser à un truc que je disais souvent "avant" : les mômes, c’est bien, quand tu peux les rendre le soir.
    Ben maintenant, je confirme ;o)

  • #173 Lylou le 24 juillet 2006 à 22 h 48 min

    Hélène tu devrais lire le livre de Madelaine Chapsal"La femme sans".Ce livre m’ a beaucoup touché tellement il était poignant de vérité http://www.fnac.com/Shelf/articl...
    C’est là qu’on comprend vraiment que "L’enfer c’est les autres". Parfois on vit bien sa vie, on se sent bien dans sa peau et il ya toujours une personne qui vient vous faire comprendre que vous avez un comportement hors norme.Pour ma part, j’ai très bien compris que papa désirait vraiment être grand-père et que maman aimerait avoir des petits enfants à bisouter.Ils ont enfin fini par comprendre que ça ne servait à rien de me harceler >:@ Moi ce qui n’énerve surtout ce sont mes amis sans e qui me disent (comme je suis célibataire). Attends mais ça fait combien de temps que tu n’as rien fait ? Ca ne te manque pas ? Il faut vraiment quelqu’un pour te réchauffer le soir . Ils me regardent comme si j’étais anormale ou bonne à jeter au couvent.Moi, je me sens devenir pitbull et je me vois bien bouffer un oeil ou une joue. Pourquoi faudrait-il à tout prix être comme tout le monde ? Je n’ arrive pas à comprendre.Je trouve parfois que les gens vous polluent l’existence.

  • #174 Corinne le 24 juillet 2006 à 23 h 07 min

    A 15 ans, j’en voulais 4 et que des filles, "comme maman !". A 20 ans, pas question d’en avoir : je ne voulais surtout pas devenir comme ma mère ! A 31 ans, je suis devenue maman d’un petit garçon : j’étais enfin arrivée à m’affranchir de ma propre mère… Entretemps, j’ai fait ce que ma mère n’avait pas pu faire : choisir d’avoir ou non un enfant ! Aujourd’hui, j’ai 40 ans et je suis une maman comblée…
    Bien à toi, Hélène :-)

  • #175 Catherine-de-Nice le 24 juillet 2006 à 23 h 16 min

    Bon j’ai pas tout lu, mais j’ai tout survolé, et je vois qu’il y a beaucoup de filles qui ne veulent pas d’enfants, beaucoup plus que ce qu’on pourrait croire (en tout cas que ce que je croyais) !
    Moi je ne me suis jamais dit que je n’en aurais pas, mais je ne pense pas vraiment non plus au moment où j’en aurai (enfin un peu plus les années passant, forcément).

    Par contre je serais assez curieuse de savoir pourquoi certaines personnes ne veulent pas d’enfant. Jusqu’à présent je n’en ai pas rencontré beaucoup qui le disent clairement, alors ça m’intrigue (je n’attends pas de réponses ici, mais je pourrais poser la question dans une conversation). En même temps il n’y a pas forcément d’explication à donner.

    Au sujet de l’égoïsme, ce que je trouverais vraiment très égoïste c’est de ne pas se soucier d’un enfant déjà né. Mais décider qu’on n’a pas envie de mettre au monde un enfant qui n’existe pas, je ne vois pas ce que ça a d’égoïste ! Et pourtant, qu’est-ce que c’est courant comme point de vue…

    Je finis sur une petite histoire : je me souviens d’une fille à la fac, enceinte à la suite d’une fête un peu arrosée (vous inquiétez pas, personne l’a forcée, elle s’était simplement dit que c’était juste une fois et qu’elle allait quand même pas tomber enceinte), bref elle achète un test de grossesse, et la pharmacienne lui dit avec un sourire "Oh je suis contente pour vous, j’espère que ce sera positif !" Bizarre quand même de ne pas penser une seconde qu’on peut espérer un autre résultat…

    Ah ben non j’ai pas fini, je vous expose ma grande théorie sur pourquoi les gens font des enfants : c’est pour devenir immortels. Pas uniquement pour laisser une trace, mais aussi pour vivre encore après la mort.

  • #176 helenedusud le 24 juillet 2006 à 23 h 16 min

    Bravo pour ton mel Hélène, curieusement arrivé au moment où de mon côté : ça y’est JE ME LANCE !
    Après avois rencontré mon namoureux assez tôt ( donc trop jeune ) , poursuivi ( et rattrapé ) mes études, vécu à peu près à 1000 KM de distance de chéri ( donc trop loin) , vécu dans 30 M² avec chéri ( donc trop près !!!!… ) survécu en 3 ans à 5 grossesses au boulot ( Et ma vie professionnelle alors ???…) et autant dans l’entourage ( merci les filles… !) , je me suis réveillée 11 ans plus tard , un matin de printemps, le désir de BB en plus (au plus grand bonheur du futur papa qui a su attendre sans jamais mettre de pression.lui )…
    mais je te rassure, les gens bien intentionnés trouvent toujours un autre sujet de conversation ( """quoi tu veux pas te marier ???!!! """")
    Soyez heureux c’est tout !! tu partages si bien ta joie de vivre ( et tes "girlies galères ") au travers de ce blog !!

  • #177 Béa – BiTWiX le 24 juillet 2006 à 23 h 36 min

    Bon je débarque après la bataille et je n’ai pas franchement le courage de lire les 179 commentaires précédents … je ne sais donc pas si tu t’es faite insultée ou portée aux nues Hélène mais je tenais juste à te dire bravo. Parce qu’il en fallait du courage pour l’écrire cette note et pour assumer ton choix dans cette société conformiste. Ne change surtout jamais.

  • #178 tazfairy le 25 juillet 2006 à 1 h 15 min

    Comme beaucoup d’autres, je te dirais : bravo !
    J’ai 2 jolies filles de 10 ans et 16 mois, je les adore, elles sont adorables et craquantes mais je comprends… je fais partie de ces mères qui ne culpabilise pas de ne pas jouer avec leur enfant à tout bout d’champ, ni de sortir le soir ou de partir un peu en vacances loin d’elles.
    J’aime aussi profiter de la vie, de mon mari : joies égoistes mais j’assume !
    Plus tard mes enfants partiront et… je me retrouverai seule, avec mon mai ! Chouette !
    Vis TA vie, si elle te convient, c’est le plus important. Vis TON chemin.

  • #179 NiniKatkuta le 25 juillet 2006 à 1 h 34 min

    bravo pour ton billet Hélène: je suis persuadée que beaucoup de filles n’osent pas se confier en ce qui concerne leur choix de non-maternité, comme tu le dis, à cause des bien-pensants qui ne peuvent pas concevoir qu’on veuille mener une vie différente de la """norme""" (j’insiste sur les guillemets!) qu’ils connaissent. C’est comme ça pour tout, malheureusement, et j’admire ceux qui réussisent à laisser glisser les commentaires des autres!
    Encore bravo hélène! :))

  • #180 Esther le 25 juillet 2006 à 7 h 03 min

    BRAVO!

    J’ai toujours un réel plaisir à me balader de par ton blog, son esprit me plaît (non je ne suis pas en train de rentrer en lévitation ;-D)
    Je te trouve honnête envers toi-meme et même plus, envers les autres: c’est une attitude très saine à mon goût!
    En ce qui me concerne, j’ai mis longtemps à me "trouver", mais j’ai toujours su que je voulais des enfants. Et ça n’est que maintenant, que je me sens femme, que je me sens capable d’avoir des enfants! Ce qui explique bien que ce ne sont pas les enfants qui font les femmes! (enfin pour moi en tout cas).
    Les gens ont toujours besoin de donner leur avis sur tout (ce n’est pas méchant, c’est une réalité et j’en fais partie) et forcément il y a des cons, des ignares, des esprits ouverts, des copains(copines) bien ou mal intentionnés(ées), des jaloux, des frustrés, des pieds dans le plat, des maladresses, et que sais-je encore!!!!
    Et évidemment, il y a toujours ceux qui en font les frais, de quel côté qu’ils soient: ici c’est vouloir (ou pouvoir avoir) ou non des enfants!
    Car je sais que tu t’en es rendu compte: les commentaires sont tous ici merveilleux (je trouve que ce billet met le doigt sur un sujet féminin dont il faut discuter et donc j’ai lu les 182 commentaires précédents et je ne l’ai pas fait pour le saucisson, quoique…) et je suis sure que c’est parce que chaque personne a bien pris le temps de pouvoir écrire ce qu’il pensait. Car je pense que dans une conversation, sur le vif, certaines auraient eu des "réflexions" qui t’auraient peut-être bléssées alors qu’elles n’en auraient pas été le but. Je pense à ça, car je suis une pied-dans-le-plateuse en puissance 100000000000000000000000!!!
    Je n’ai aucun problème avec les choix d’autrui sauf s’ils sont consciemment néfastes et je pense que, quand on aime bien quelqu’un, on a envie de mieux le connaître et il est possible que dans ce cas là, la question: "et tu as des enfants?" n’est pas si méchante que ça…
    J’espère que j’ai réussi à me faire comprendre :-$

    Pour la petites histoire (ben non j’ai pas fini hihi), je vais mettre la conversation d’une femme de soixante ans discutant avec moi, l’année dernière:
    La Femme: "et vous avez quel âge?"
    Moi: "ben 29 ans"
    F: "oulala… et vous avez un petit ami?"
    M: "heu… oui…" (le "oulala" présage d’une conversation prometteuse)
    F: "Vous avez des enfants?"
    M: "non"
    F: "je suppose que c’est votre petit-ami qui n’en veut pas…"
    M: "pas du tout on est bien à deux, on en profite et c’est bien comme ça"
    F: "oh, je sais ce que c’est… vous savez, je suis une femme moi aussi… je peux vous donner un conseil si vous voulez des enfants"
    M: "sauf que je n’en veux pas" (pour l’instant, mais elle s’en foutait de toute façon)
    F: "vous n’avez qu’à arrêter la pillule, vous lui faites un enfant (sous-entendu dans le dos) et quand l’enfant sera là, vous verrez, il s’habituera et il en redemandera peut-être…."

    J’espère qu’à 60 ans j’aurai d’autres conseils que ça à donner aux jeunes de 30 ans! Non mais oh!

  • #181 florichounette le 25 juillet 2006 à 7 h 03 min

    chun… j’ai réussi ou presque à lire tous ces commentaires (j’en ai sauté une vingtaine tout de même, les derniers, j’en pouvais plus !! :) )…
    Pour ma part j’ai 30 ans, célibataire et pas fière de l’être…et oui longtps je me suis dit que je finirai seule, sans homme et sans enfant (j’étais à l’époque dans l’impossibilité d’aimer et certainement trop indépendante). Aujourd’hui j’aspire à une vie de couple et à une vie de famille mais pas à n’importe quel prix… le plus dur étant de trouver l’Homme. De plus, je serais plutot du genre à en vouloir une tripotée, et plutôt faire une famille composée pour ne pas utiliser le vilain mot "recomposé"… oui je souhaite en mettre au monde (1 devrait me suffire, je ne suis pas téméraire dans la souffrance) et les autres, adoptés mais tout autant aimés, evidemment… 4 en tout devrait me rejouir… Je vis dans un pays où les enfants animent les rues, 4/5 enfants par femme, par ici. C’est vivant, et ce n’est donc pas un pays vieillissant comme la France. Ca donne du baume au coeur !
    Alors en attendant d’être femme au foyer ( à mi-tps me conviendrait, je ne compte pas me priver de mes activités actuelles) avec 4 gosses de toutes les couleurs (respect, tolérance, ouverture d’esprit sont les maîtres mots de ma vie)… je profite, en me disant qu’un jour tous les éléments seront là… si dans 10 ans l’Homme n’a pas dédaigné se présenter, je ferais pitetre un bb toute seule ou bien j’en adopterai, car je fais partie des personnes qui pensent qu’avec beaucoup d’amour, de souplesse, de compréhension, d’équilibre, on peut éduquer des enfants, papa ou pas !
    Pour l’instant, je suis une femme active, responsable d’un secteur jeunesse et insertion, j’ai une vie sociale trés épanouie, je voyage beaucoup… et je n’ai aucune envie de sacrifier cela. Cependant c’est plutot simple puisque je n’ai pas trouvé l’Homme.

    Ne pas être pressée, s’écouter, faire les bons choix pour soi, permet de vivre une vie épanouie… les moules pour moi c’est avec des frites, de la mayo et de la bière… et si en plus elles ne sont pas de la nouvelle-zélande alors là c’est le pompom ! A chacun ses goûts !

    Y a-t-il ici des femmes trentenaire qui ont décidé de faire des enfants seules ?
    bonne continuation à toute

  • #182 katoche le 25 juillet 2006 à 7 h 10 min

    quel que soit le sujet, il faut TOUJOURS faire des choix ; quel que soit le choix, il y a TOUJOURS des remarques, … l’important est que l’on assume ses choix et que l’on puisse FAIRE CE QUE L’ON VEUT !!

    bravo Hélène :)

  • #183 florichounette le 25 juillet 2006 à 7 h 54 min

    arfff, ma curiosité m’a poussée à lire les derniers commentaires que j’avais religieusement sautés… j’ai donc tout lu !! belle perf non ?
    Hé LYLOU… (je cries pour qu’elle m’entende, désolée pour les autres, j’espère que je ne vous aurais pas péter les tympans)
    bref, je suis à moitié d’accord avec toi… je crois qu’il est possible de bien éduquer ses enfants sans pour autant faire de sacrifices, du moment que l’enfant ne soit pas laissé pour compte, qu’il partage la vie de ses parents et qu’il soit aimé… et bien evidemment je serai capable de ne plus être abonné au "monde de l’éducation" pour envoyer mon gamin en colo… cependant je n’appelle pas cela un sacrifice… pour moi un sacrifice c’est le renoncement à quelque chose de cher "entendez "cher" à mon coeur)… et le "monde de l’éducation" n’est pas primordiale dans ma vie même si je trouve les réflexions autour de l’école d’aujourd’hui et l’école de demain interessantes voire même enrichissantes … ainsi que les reflexions que cela peut engendrer sur nos sociétés.
    Par contre le sacrifice de stopper les voyages, celui là m’est impossible … Je crois qu’il n’est pas incompatible de voyager et d’avoir une vie de famille épanouie. Le voyage est source de tolérance, d’ouverture d’esprit, de découverte, de respect des autres cultures,… , alors oui j’espère profondement que mes enfants en profiterons tout autant que moi !
    Et les reflexions que j’entend autour de ce choix (non abouti, je le rappelle) sont : "mais ça peut être dangereux", "il y a le paludisme là bas", "ils ne se tirent plus dessus là bas?" … je repond sereinement, avec une canine qui tend de vouloir se montrer … : "et en France c’est pas dangeureux ?" et "doit-on vivre toujours dans la peur ?" "Je n’irais bien evidemment pas au front avec mes enfants, si j’avais des enfants aujourd’hui et si un voyage était à envisager, je ne prendrais bien evidemment pas l’avion pour le Lyban…" ça va de soit… vous savez combien il y a de pays dans le monde ? J’ai le choix !!!
    Est-ce que vous me suivez ?

    Besos à vous les filles.

  • #184 florichounette le 25 juillet 2006 à 8 h 10 min

    Je vis loin de ma famille, et je suis sûre que mes parents ne m’ont pas conçus pour eux, pour ne pas finir vieux et seuls … sinon ils vont l’avoir mauvaise trés rapidement ;) … je ne conçois pas finir mes vieux jours à côté de mes parents tout ça parcequ’ils sont sur le déclin et qu’ "ils m’ont donné la vie alors je dois leur en être reconnaissant" (je l’ai entendu celle-là j’ai cru mourrir)…
    Genre mon grand pére, son déclin a duré 8 ans… allez voir si mon pére n’en a pas souffert, s’il recommencerait ? ! (je vous envoie son adresse en pv ;))
    Doit -on vraiment torché le Q de ses vieux en guise de remerciement ? (excusé ma vulgarité, je m’emporte!)

    Chacun sa route, chacun son chemin… à nous de le choisir et de ne pas le subir !
    sur ces belles paroles…

  • #185 florichounette le 25 juillet 2006 à 8 h 13 min

    waouh je me suis lachée !

  • #186 Thulip le 25 juillet 2006 à 8 h 28 min

    Whaou ! En lisant cet article, je me suis dit ça, ça va faire pleins de commentaires, mais plus de 180 ! Bon j’apporte ma pièce à l’édifice (c’est le cas de le dire),bon courage Hélène pour lire tout ça !
    Je ne peux que te dire que je suis tout à fait d’accord avec toi, moi non plus je n’en ressens pas le besoin. Rien n’est décidé sur le moyen et long terme. En fait pour le moment, la justification est que ce n’est pas le moment : financièrement, professionnellement, dans notre vie de couple. Mais la vérité est que je n’en ai jamais vraiment eu envie en 30 ans d’existence.
    Je reste ouverte, j’ai trente ans et une bonne dizaine d’années pour me décider encore. Je sais que mon Ours serait un merveilleux papa et que lui, même s’il ne se sent pas pressé et qu’il est bien dans notre couple tel qu’il est aujourd’hui (pourquoi changer une équipe qui gagne ? ), il ne serait pas contre. En fait, c’est mon seul problème, je me poserai moins de questions sinon.
    Mes parents ont fait des enfants, parce que ça se fait après un mariage : une catastrophe. Si un jour je me décide, ce serait mûrement réfléchi vous pouvez me croire !
    Mais on me regarde déjà de travers car je ne suis pas tannée par la fameuse horloge biologique, parce que je ne fais pas "zigouigui" aux bambins qui passent et encore moins des risettes ! Parce que je les appelle volontiers "couches sur pattes" (y’a une loi contre la dérision sur les enfants?).
    Pourtant, je m’intéresse énormément aux problématiques de l’éducation, j’ai été emploi-jeune dans un collège en difficulté et je me suis donnée à 100% pour les "jeunes à problèmes". Rien à voir avec une fibre maternelle, juste une prise de parti pour l’humain, le social, un individu en difficulté.
    Un jour trois personnes se battaient (histoire de maîtresse et de légitime avec un gars au milieu) : mon sang n’a fait qu’un tour et pendant que les filles se battaient au couteau j’ai couru attraper le môme qui ne devait avoir que 5 ans (je pense, je suis pas douée pour les âges) qui en s’interposant entre les deux femmes (une était sa mère donc) avec reçu un coup de couteau à la main. Ce n’est pas de l’instinct maternel (c’est quoi ce truc?), je l’aurai fait pour un adulte blessé aussi.
    On peut être femme et ne pas croire à la fibre maternelle, à l’horloge biologique. On peut être un individu à part entière sans ressentir le besoin de se perpétuer (en plus si j’en fait un, bonjour les frais d’orthodontiste).
    Aujourd’hui, rien ne me manque de ce côté là. Je l’assume tout à fait, il n’y a que les regards désapprobateurs qui me dérangent.

  • #187 Kitka le 25 juillet 2006 à 9 h 00 min

    Le choix d’avoir ou non un enfant Hélène t’appartient et un ti peu aussi à ton compagnon, mais avant tout à toi….
    Et personne n’a le droit d’émettre un jugement sur ton désir d’enfant ou non.

    En ce qui me concerne, j’ai eu ma fille (unique) qd j’avais 24 ans.
    Ce petit chat est arrivé comme ça, sans carton d’invitation. Je n’étais pas préparée à l’idée d’avoir un enfant. Je ne me sentais pas assez mature. Mon mari lui, de 10 ans de plus que moi était ravi à l’annonce de ma grossesse.

    Mais à partir du jour où j’ai senti mon enfant remuer dans mon ventre et tous les jours qui ont suivi, ma fille m’a comblée de bonheur, m’a transformée, m’a métamorphosée, de chenille, je suis devenue un magnifique papillon tout en couleurs.

    Laure est mon oxygène, on a réciproquement un amour immense l’une pour l’autre.

    Si un jour Hélène tu changes d’avis, je te souhaite de connaître le même bonheur que le mien avec un amour filial aussi grand que le monde.

    Amitiés, Christine.

  • #188 Cornélie le 25 juillet 2006 à 9 h 10 min

    Elle est vraiment très belle cette photo, l’harmonie des couleurs, le geste de tendresse de la mère, la petite fille timide, ta présence près d’eux et ton regard plein d’humanité… tu n’as pas décidé de ne pas avoir d’enfants par manque d’amour à donner…

    J’ai une mère tellement froide et distante, que je dois réinventer chaque jours, pour mes trois enfants, un amour maternel que je n’ai pas reçu, ce n’est pas facile, mais possible…

  • #189 Le Chapô le 25 juillet 2006 à 9 h 14 min

    Scène vécue chez des amis:
    Les copains: "Ton site pour enfants, ca ne te donne pas des idées ?"
    Moi: "Evidemment ! D’ailleurs on y pense. Peut-être d’ici 2 ou 3 ans"
    Elle: "Hey ! Ho ! Doucement ! Pas de date ! On est en train de parler de MON utérus là !!! "

    Je l’aime cette fille :-)))

  • #190 Le confit c’est pas gras le 25 juillet 2006 à 9 h 19 min

    Surtout que depuis que les teles ont des telecommandes, les minots ne servent meme plus a aller changer de chaine.

  • #191 Esme le 25 juillet 2006 à 9 h 29 min

    Excellent Anaik!!

  • #192 capucine le 25 juillet 2006 à 9 h 40 min

    Hélène, rassure toi, ce billet ne m’a absolument pas blessée. Chacun ses choix de vie et le tien est tout à fait respectable. Ce qui me blesse par contre ce sont les femmes qui font des enfants et qui n’assument pas après.

  • #193 Hélène le 25 juillet 2006 à 9 h 49 min

    Hi hi, bonjour les filles ;-))

    Le Chapô j’aime beaucoup la répartie de ta fiancée ;-)

    Cornélmie merci d’avoir remarqué cette photo que j’aime tant ! C’était à Chidanbaram, au Tamil Nadu (sud-est de l’Inde), dans un temple sublimissime. La petite fille était à crever tellement elle était choute, et ss mère était une des plus belles jeunes filles que j’ai jamasi vu. Un très beau moment.
    Et en effet ce n’est pas une question de manque d’amour ;-)

    Florichounette je suis très d’accord avec ce que tu dis à propos de s’occuper ou pas de ses vieux parents, mais ça aussi je fais gaffe quand je le dis, parce que ça ne passe pas non plus avec n’importe qui ! ;-)
    Et tu as gagné ton poisd en saucisson, bien sûr ;-))

    Esther ce que tu dis du fait que les commentairesz, tous si sympas et positifs, n’auraient peut-être pas été les mêmes dans le feu d’une conversation, est très intéressant. Je me demandais pourquoi personnen ne faisait de réflexions moins agréables, tu as sûrement raison, quand on a le temps de se poser et de rélféchir ça peut changer pas mal de choses.

    Tazfayri sois la bienvenue parmi nous !

    Béa BiTWiX je comprends très bien que tu n’aies pas lu tous les commentaires, sur un autre blog que le mien je ne l’aurais pas fait non plus ;-)

    Catherine de Nice il n’y a en effet, dans mon cas, pas réellement d’explication à ce non désir d’enfant : ça ne fait absolument pas, ça n’a jamais fait (même lorsque j’étais toute petite) partie de ma vie, c’est tout.

    Lylou je note la référence à Madeleine Chapsal, merci ;-)

    Perso Nan’ je dirais "le mômes c’est bien, quand tu peux les rendre au bout de 5 minutes" ;-))

    Mille mercis sincères et touchés, les filles, pour vos commentaires si bienveillants. Vous êtes des filles chouettes !
    (bon pis j’espère quand même que ça en aura aidé certaines, parce qu’à la base j’avais pas écrit ça juste pour me faire lancer des fleurs ;-))).

    Capucine merci, d’être revenue pour me dire ça.

  • #194 Lilouyou le 25 juillet 2006 à 10 h 09 min

    Je comprends tout à fait ta réaction même si je ne partage pas ton envie (ou ta non envie, c’est selon !). C’est un fait déjà de ne pas désirer d’enfant et de l’assumer, ce n’ets aps égoïste du tout effectivement. Comme tu le dis si bien les femmes qui en veulent pas d’enfants sont complètement incomprises et presque montrées du doigt ! Et l’étape suivant, ce sont celles qui n’en veulent qu’un ! Comment ?! un enfant unique ? Quelle honte ! Il ne sera pas heureux, mieux vaut lui faire un petit frère ou une petite soeur !!!! Et oui voilà l’autre "bonne raison" (ironique) de faire plusieurs enfants !!!! Ferme tes oreilles et assume ton choix. Nous sommes des femmes avant tout et pas forcément des mères !!! Non mais !!!

  • #195 annelise le 25 juillet 2006 à 10 h 12 min

    Merci Hélène, je me sens moins seule. Je vais avoir 27 ans dans 2 mois, et je ne ressens pas l’envie d’enfant. Parfois je me demande si je l’aurai un jour, et je me dis que si ça n’arrive pas, et bien tant pis. Et là j’ai droit aux réflexions débiles de mes beaux parents " mais après ça sera trop tard !" même quand je leur explique que leur fils n’a pas envie non plus pour l’instant, que nous sommes de grands enfants fétards et qu’on va pas faire un mioche dans un studio de 25m2, surtout si on n’a pas envie. Ils ont cessé le harcèlement depuis que j’ai dit " si ça se trouve on en fera jamais". Mes parents au contraire me disent de ne pas me presser et que si on en fait pas, c’est pas la fin du monde. J’ai encore eu droit hier au fameux " bah, tu es jeune, ça viendra". comme si c’était une chose obligatoire. De toutes façons, plus on me dit de faire un truc, moins je le fais, j’ai l’esprit de contradiction, na.

  • #196 Hélène le 25 juillet 2006 à 10 h 14 min

    Hi hi annelise, je suis un peu comme toi, pour l’esprit de contradiction ;-))

    Lilouyou sois la bienvenue ! Et merci pour ton commentaire !

  • #197 Mafalda le 25 juillet 2006 à 10 h 32 min

    A Hélène et à toutes les femmes qui sont passées ici pour exprimer le même désir de ne pas procréer, je vous dis Merci de la part de tous ces enfants qui ne verront pas le jour dans un environnement où il n’y a pas de place pour eux… (il y en a déjà bien assez)

    Mathilde (Femme et Maman comblée de Basile, 2 ans)

  • #198 La Cuiller En Bois le 25 juillet 2006 à 10 h 32 min

    J’ai moi aussi lu les 199 commentaires !

    Je ne me suis jamais posé la question d’avoir ou pas des enfants, c’était une évidence pour moi.
    Par contre, j’ai longtemps eu peur de ne pas savoir les élever correctemment.
    Non, plus exactement, j’ai eu peur d’être la même mère que la mienne.
    Il m’a fallu deux ans de psy pour me convaincre que je ne serais jamais ma mère et que même si je ratais des trucs (mais il n’y a pas d’éducation parfaite) je ne devais pas m’en culpabiliser.
    Ma mère nous a parfaitement élevés, mais n’a jamais eu de geste d’amour. J’ai passé 40 ans de ma vie à me demander si elle m’aimait. Le jour ou j’ai admis qu’on n’était pas obligé d’aimer ses parents, j’ai respiré et j’ai pu dire à mes enfants que je les aimais.

    Ah autre chose … j’ai 3 enfants. Je me souviens d’un moment particulier.
    Le moment de notre première sortie en voiture, après la naissance de ma dernière.
    Je monte en voiture et je me retourne vers la banquette arrière. Je vois mon ainée au milieu entre le couffin et le siège-auto de mes autres filles. Et là, à cet instant précis, j’ai eu le sentiment d’avoir "une famille".
    Jusqu’à présent j’avais un mari et deux filles.
    Là, avec cette troisième enfant, j’avais une famille.
    J’ai souvent du mal à expliquer, ou du moins à faire comprendre, cette sensation.

    Si ce n’est pas un désir profond d’enfant çà !!!! mdrrr

  • #199 La Cuiller En Bois le 25 juillet 2006 à 10 h 40 min

    Je n’ai pas fini ma réflexion …
    En fait, il faut suivre ses envies .. elles sauront nous mener ou l’on veut aller ou nous éviter d’aller ou l’on ne veut pas aller. Sans culpabiliser (je ne pense pas que tu culpabilises de quoi que ce soit) Sans avoir à se justifier.

    Respecter le choix des autres cela ne s’appelle-t-il pas la tolérance ?

  • #200 Hélène le 25 juillet 2006 à 10 h 46 min

    Mafalada sois la bienvdnue ;-)

    Gloria merci de ces réflexions sur ta vie et toi-même. Je comprends, le coup de la "famille" qui commence à trois enfants, je vois ce que tu veux dire.

  • #201 muriellelapuce le 25 juillet 2006 à 10 h 59 min

    Chacun fait fait fait fait
    c’qui lui plait plait plait plait…

    et encore heureux manquerait plus qu’en france et de nos jours une femme soit obligée d »avoir des enfants pour respecter les "règles".
    J’ai 2 enfants par envie mais je ne me vois pas imposer à qui que ce soit d’en faire et je trouve les réactions faces aux femmes qui ont fait ce choix, injustes et extrêmement malvaillantes.

    Ne vous laissez pas influencer, c’est vous et personne d’autre qui savez ce qui est bon pour vous!!! point à la ligne…

  • #202 Hélène le 25 juillet 2006 à 11 h 11 min

    Merci muriellelapuce, et bienvenue à toi ! ;-)

  • #203 Clementine le 25 juillet 2006 à 11 h 58 min

    Je trouve ça étrange que l’on puisse s’opposer à un choix raisonné (le tien) en te proposant des arguments (quels qu’ils soient d’ailleurs, comme si tu ne réalisais pas ta "vraie nature" de famme ou quoi). Il n’est jamais exclu que les gens changent d’avis mais je doute que les conseils/remontrances des autres y soient pour grand chose.

  • #204 édith le 25 juillet 2006 à 12 h 00 min

    on n’est plus à un 210ème commentaire près mais je voulais moi aussi mettre un petit mot.
    Pour moi, le désir d’enfant n’avait rien de viscéral jusqu’à ce que je rencontre mon homme actuel, à 30 ans et des…
    Et puis c’est venu avec cette histoire, très naturellement et j’ai jeté ma plaquette de pilule assez joyeusement. Et là, dame nature a fait des siennes, pas de bébé en vue. Je vous passe les années qui ont suivi mais je vous laisse imaginer les commentaires des amis, de la famille, etc… À qui on a pas forcément envie de raconter que oui on veut des enfants mais non, on n’en a pas… On élude, on change de conversation et un jour on finit par cracher le morceau et là, on est observé comme une sous femme dont on chuchote "la pauvre, elle ne peut pas en avoir."
    Alors bien sûr que je comprend et que j’approuve ton billet car même si nos situations paraissent éloignées, elles sont proches par cette constante du regard de la société sur ce qui se fait et ce qui ne se fait pas.

    PS : j’ai aujourd’hui 2 merveilleux bambins, je sais pourquoi ils sont là et ce que j’ai envie de leur donner, je sais aussi que ce n’est pas l’essentiel de ma vie, que j’existe près d’eux, tout près parfois, mais qu’il y a d’autres chemeins de vie, à chacun de trouver le sien

    PS 2 : ce sont des jumeaux mais je n’ai pas de birkenshoes et mes jambes sont bien épilées, comprenne qui pourra !

  • #205 Shalima le 25 juillet 2006 à 12 h 03 min

    (La Cuiller en Bois, j’ai ressenti la même chose quand mon petit 3ème est né, tu le décris très bien. Pour moi, la boucle est bouclée…)

    Je voudrais pas faire ma fayotte, mais j’ai lu tous les commentaires, et c’est super enrichissant, tous ces points de vue, même ceux auxquels on n’adhère pas complètement, ça ouvre l’esprit. Merci :-))

  • #206 Hélène le 25 juillet 2006 à 12 h 18 min

    Je suis d’accord avec toi Shalima (et je suis sciée que tu aies tout lu, ça prend quand même vachement de temps), c’est super enrichissant tout ça !

    Hi hi édith, pas mal le coup des birkenstock ;-)

    Voui Clementine, mais les gens veulent toujours changer ceux qui ne sont pas comme eux, hélas…

  • #207 Princesse Audrey le 25 juillet 2006 à 12 h 26 min

    Je suis super pressée car je dois mettre à table, du coup, je ne peux même pas lire tous les commentaires et ça me navre d’autant plus que c’est la première fois de ma ( jeune ) vie que je rencontre enfin des femmes qui partagent ma conviction. Si je ne veux pas d’enfa,nts, c’sst car justement mon ex me voyait comme un incubateur géant, et uniquement comme ça. Il lui fallait un ventre, comme Napoléon pour Marie-Louise et perso, ça m’a douchée. De plus, j’ai été chargée de torcher, bercer, surveiller mes quatorze petits cousins cousines, mon petit frère et ma petite soeur… Etre l’aînée de sa génération, ça vous file automatiquement vos cadets dans les bras. Je suis experte en berceuses, couches, biberons, incollables en "âge moyen pour gazouiller, marcher, faire les dents"… Mais justement, j’ai trop donné, et je me suis totalement zappée, oubliée, occultée. J’ai pas vraiment eu le droit d’être une gosse, et avoir torché et bercée seize gosses, ça écoeure. Du coup,je n’en veux pas. J’ai trop de choses à faire et subir un gamin quand en plus je ne veux pas faire un autre métier que prof -j’y peux rien, c’est ma vocation- et que je vais déjà avoir une trentaine de gosses par classe à gérer, non merci. J’ai la chance d’être à une époque où on a le choix, et je vénère ma pilule…
    Voilou…
    Allez, je mets à table, et je fais la bouffe et le ménage.
    Vous comprenez pourquoi je n’ai pas besoin d’enfants ?

  • #208 La Cuiller En Bois le 25 juillet 2006 à 13 h 00 min

    Shalima et Hélène … merci, car parfois j’ai eu l’impression d’être une extra-terrestre quand je disais cela !
    J’ai parfois l’impression d’être hors-norme aussi quand je dis que nous allons bientôt fêter nos 30 ans de mariage ( pas encore mais bon .. on s’y approche )

    En fait, je crois que je correspond à la norme des années 50 ! Zut je suis trop jeune !

    Et n’allez pas dire que je suis vieux-jeu hein ? Même pô vrai !

    lol

  • #209 Hélène le 25 juillet 2006 à 13 h 15 min

    Si je suis parfaitement honnête Gloria, je te dirai que je ne peux pas t’envier tes 3 filles, mais je t’envie tes 30 ans de mariage ! Ca m’impressionne toujours beaucoup, et je trouve ça génial ;-)

    Bon appétit Audrey ;-)

  • #210 La Cuiller En Bois le 25 juillet 2006 à 13 h 52 min

    Comment cela ? tu ne m’envies pas mes filles ?

    Et mon Honneur de Mère !!! tu en fais quoi !!!!

    Te rends-tu compte de l’outrage que tu m’infliges ! Moi qui ai travaillé pour la France et ai rempli mon Devoir !

    Mdrrrrrrr Hélène … si tu m’avais dit le contraire je ne serais plus revenue sur ton blog, en te traitant de menteuse !!!!!

    Sinon pour pour la longévité de notre mariage je n’ai pas de recettes, je n’y trouve rien d’extraordinaire non plus … faudrait que je me pense sur le problème … les vraies raisons d’un mariage qui dure … il y aurait à dire !

    J’ai toujours dit que c’était comme une balance, tant que le plateau "bien" est plus lourd que le plateau "mal" on peut continuer ….
    Quand c’est en équilibre on se pose des questions, on évalue si ca vaut le coup de rétablir la situation …
    Quand les plateaux sont inversés …. courage, fuyons !

    Rien d’extraordinaire … juste un regard lucide sur nous.

  • #211 Shantti le 25 juillet 2006 à 14 h 12 min

    En tant que maman de 4 enfants je viens te dire que non, toutes les femmes maman n’ont pas un jugement négatif sur celles qui veulent leur vie sans enfants.
    Il me semble que les faiseurs de remarques ,manquent tout simplement d’intelligence, de tolérance et de respect.
    Les femmes parlent beaucoup et lorsqu’elles sont sottes ça peut vite devenir pénible.
    Je le dis comme je le pense hein;-)
    Je ne voyais pas ma vie sans enfants, mais en cas de menace pour le droit à disposer de nos corps je serais dans la rue dans la minute.

    Ce qui ressort de ton expérience et des commentaires (j’ai lu jusqu’au 40eme) c’est que peu importe le pas que l’on fait sur le côté, il sera toujours critiqué sous pretexte de ne pas etre dans la norme.
    Pas d’enfants c’est bizarre….4 enfants c’est bizarre aussi;-)
    J’en ai entendu des vertes et des pas mures je t’assure.Toi pas assez et moi trop!
    Et ils sont scolarisés à la maison, je ne te raconte mm pas comme c’est aussi une démarche transgressive que chacun se sent le droit de commenter de manière négative bien entendu!!
    Maintenant j’avance prudement, je pose les faits comme non discutables et au moindre mot de travers j’envoie bouler. Pas le choix.
    Les gens profitent de la moindre faille, petite incertitude, pour se permettrent des phrases assassines.
    A nous de ne pas nous laisser faire;-)
    Le principal étant d’être au mieux dans ses basquets et de s’occuper de ses affaires et non de celles des autres!

  • #212 veronica le 25 juillet 2006 à 14 h 22 min

    214 posts et je les ai tous lus : la preuve que ce sujet, qui reste tabou même en 2006, avait réellement besoin d’être mis en avant.

  • #213 Princesse Strudel le 25 juillet 2006 à 14 h 31 min

    Moi j’en veux… A 28 ans je désespère de rencontrer l’Accessoire Essentiel (le compagnon et futur papa) et je me sens toujours dans la peau d’une nénette de 22 ans (célib’, à faire la fête, à vadrouiller, …) mais j’ai quand même pour but essentiel de fonder une famille. Qui passe pour moi avant la carriére (ca fait bondir mes copines et mes parents, j’ai le privilège d’être LA grosse tête de la famille, celle qui a la chance de pouvoir faire carrière).
    Ceci dit, je préfère une femme disant qu’elle ne veut pas d’enfant (et n’en voulant pas) qu’une qui en aura et les négligera/battra/maltraitera, et respecte pleinement ce genre de décisions… tout en ne comprenant pas qu’on ne puisse pas vouloir d’enfant. :+)

  • #214 Hélène le 25 juillet 2006 à 14 h 32 min

    Gloria à la limite je t’envie celle qui joue au foot, si elle te permet un jour de rencontrer Zidane ;-))) Pour le mariage qui dure je suis épatée, même si tu fais genre « c’est tout bête », à voir le nombre de gens qui y arrivent, je dis chapeau ;-)

    Shantti j’imagine que tu as dû entendre, des idioties, si tes enfants son sccolarisés à la maison… c’est tout à fait ce que tu dis, le moindre pas de côté est analysé et critiqué… Merci pour ton commentaire ;-)

    Veronica bravo, tu choisis ton poids en saucisson ou en chocolat ? ;-))

    Princesse Strudel je comprends très bien que tu ne comprennes pas qu’on n’en veuille pas, moi je ne peux pas comprendre qu’on en veuille, c’est plus fort que moi (j’ai essayé pourtant, de comprendre, rien à faire) ;-)

  • #215 Esme le 25 juillet 2006 à 14 h 36 min

    moi aussi j’ai tout lu! alors pour oi ce sera moitie moitié saucisson/ chocolat mais pas saucisson au chocolat hein! :-))

  • #216 veronica le 25 juillet 2006 à 14 h 39 min

    euh je choisis mon poids en chocolat et tanpis pour le bikini.

  • #217 Dom le 25 juillet 2006 à 14 h 50 min

    Juste un lien…
    http://www.dailymotion.com/visit...
    On peut même en rire…
    Cordialement
    Dom

  • #218 Esme le 25 juillet 2006 à 14 h 52 min

    vraiment bien trouvé dis donc!

    mais dites moi des gosses comme ca ca existe pas en vrai hein?

  • #219 La Cuiller En Bois le 25 juillet 2006 à 15 h 04 min

    Et ben, moi qui ai aussi tout lu, on me propose rien ?
    C’est parce que j’ai déjà des enfants ? ca me suffit ? pffffff
    Je préfère le saucisson :
    – 1° parce que je ne suis pas trop chocolat
    – 2° parce que ca se garde mieux que le chocolat, surtout en ce moment, il fond !!!

    Bon, je branche clem’s sur zizou, mais c’est pas gagné hein .. sont un peu machos dans le milieu footesque … (au fait tu as vu la photo de Zizou sur le blog de Shantii ?)

  • #220 La Cuiller En Bois le 25 juillet 2006 à 15 h 08 min

    Super la vidéo !
    Malheureusent Esme ça existe ce genre de spécimen … et je comprends dans ce cas là le choix d’Hélène …. mdrrrr

    Hélène … je peux le comprendre sans cela aussi ! hi hi hi

  • #221 Isabelle le 25 juillet 2006 à 15 h 16 min

    "Etes – vous un CHILDFREE qui s’ignore?".

    C’était le titre d’un très intéressant article paru dans la revue
    Chronic’art en Avril dernier, sous les plumes de P.Smaier & C.Kraus.

    Etre un childfree, en gros et pour aller vite, c’est revendiquer son non-désir d’enfant, son vrai choix de ne pas en avoir.Ensuite c’est comme pour n’importe quel autre cercle de tricot ou de macramé, on s’fait des ami(e)s, on va à des pique-nique, des sorties au restau…C’est tout pareil que dans la vie, mais les enfants en moins. (Qui a dit "alors la vie en +?"…)

    Quelques sites tirés de l’article en question:

    http://www.childfree.net
    http://www.hap-pilychildree.com
    http://www.nokidding.net

    PS:tout le monde aura sûrement noté au passage, qu’il y a bien souvent des articles ou des émissions tv, sur la stérilité, les difficultés d’assouvir son envie/besoin d’être parents, Hiroshima ma grossesse, les familles nombreuses, le premier enfant, l’éducation des enfants, le périple d’une adoption, du bon choix de la couche, et de qui couche avec qui pour faire des bébés de stars… etc etc etc…et qu’il n’y en a quasi jamais – sauf ici, merci Hélène, et dans ce Chronic’art donc- sur les extra-terrestres qui vivent sur Terre sous forme humaine et qui n’en veulent pas eux, des n’enfants.

  • #222 Isabelle le 25 juillet 2006 à 15 h 19 min

    http://www.happilychildfree.com/

    ^^ pa’don.

  • #223 Hélène le 25 juillet 2006 à 15 h 37 min

    Je connais cette assoc’ depuis un moment Isabelle, merci beaucoup pour le liens. Je n’ai jamais réussi à trouver la branche française du truc, par contre.

    Dom j’adore ces pubs, elles sont tellement drôles ! Bien sûr Esme y’en a plein des comme ça, tu vas jamais au supermarché ? ;-)

    Donc sifflard pour Gloria, choc’ pour veronica, c’est noté ;-))

  • #224 Esme le 25 juillet 2006 à 15 h 37 min

    Gloria je te rassure j’en veux pas non plus hein des gosses! donc ca me conforte dans mon choix!

  • #225 Esme le 25 juillet 2006 à 15 h 39 min

    et moi? pas le droit au chocolat et saucisson! pff meme pas drole!

    ben non j’en ai jamais vu mais bon je vais pas faire mes courses le samedi aprem, et de toutes facons si j’en vois un comme ca je crois qu’il se prendrait pour un pilote de chasse avec moi! lol :-)) (je blague hein les filles! )

  • #226 Hélène le 25 juillet 2006 à 15 h 41 min

    Tu as bien le droit de dire ça si tu as envie Esme, quand bien même tu le penses pour de vrai ;-)
    Toutes mes excuses, j’ai oublié ton saucisson en chocolat ! ;-))

  • #227 Arashi le 25 juillet 2006 à 16 h 05 min

    Il semblerait que mon commentaire d’hier soit passé à la trappe. J’ai encore pas du cliquer sur envoyer.

    Je disais que tu avais eviter le commentaire quej’ai eu : ‘Une femme sans enfant n’est pas complete". Ben il ne me manque rien, j’ai deux bras, deux jambes, deux yeux, un cerveau (et oui je sais m’en servir).

    Je n’impose pas aux autres mes choix de vie alors qu’on me laisse tranquille avec mon non desir d’enfant.
    Nous vivons en theorie dans une democratie où la liberté d’opinion est libre donc laissez nous le choix de ne pas avoir d’enfant.

  • #228 Hélène le 25 juillet 2006 à 16 h 09 min

    En effet Arashi, ça au moins ça m’a été épargné. Pfff, pas rapide, l’évolution de la société…

  • #229 Anne Cé le 25 juillet 2006 à 16 h 11 min

    hé hé, j’espère que Cochonou te fera une carte de fidélité Hélène avec tout ce que tu vas être obligée de leur acheter… ;o)))))

    (oui, oui, moi aussi j’ai tout lu…)

  • #230 IsaM le 25 juillet 2006 à 16 h 28 min

    moi aussi j’ai tout lu ;-)
    mais je suis magnanime et je me contenterai de quelques chocolats bien choisis..
    si je peux apporter mon petit commentaire (mon premier ici ;-) c’est tout d’abord pour dire que je trouve hallucinant d’entendre ce genre de commentaires de nos jours. En meme temps, je ne suis pas surprise, les gens sont tellement sans gene, ils croient qu’ils peuvent tout dire. J’ai des amis qui ont eu des jumeaux et maintenant, dans la rue, des gens les abordent et leur disent des trucs hallucinants du genre "ben ça vous apprendra, vous ne recommencerez plus"… classe, finesse, douceur, poésie.. alors, ça ne m’étonne même pas que tu te prennes ce genre de réflexions…
    Il y a plusieurs années quand j’étais encore étudiante, j’étais aussi comme toi, les histoires de bb me saoulaient à mort, et vu que j’évoluais dans un milieu assez conservateur, autour de moi, des nanas parlaient déjà bb (genre à 23 ans !!!) et je faisais un peu de la provoc en assénant mon refus d’enfants…
    maintenant je me rends compte que j’ai changé et je me suis un peu reconnue dans le témoignage de cely, je crois, qui disait que parfois, elle avait des envies irrationnelles d’enfant, des trucs qui la prenaient. Moi aussi, et c’est parfois complètement nase, l’envie d’acheter des petits pyjamas, de tricoter des petits bonnets, de repeindre une chambre en rose, de lire des contes le soir, de vacances à la mer avec les enfants qui jouent avec des épuisettes… bref, la carte postale ! et de temps en temps, heureusement, je me réveille et non de non, en tous cas, pas maintenant… je vais plutot laisser cette envie se construire plus raisonnablement. Cela dit, c’est aussi quelque chose que j’envisage parce que je suis avec mon mec, si il n’était pas là, je ne crois pas que j’aurais cette envie… et pourtant, les enfants lui font horreur, tout comme l’idée de vieillir, de devenir parent, etc…
    enfin bref, tout ça pour dire que la non-envie d’enfant est nettement plus respectable, à mon sens, que celles qui "font" des enfants parce que socialement, ça se fait… tant qu’à montrer des gens du doigt, je trouve que voilà une catégorie qui le mériterait vraiment plus ! en tous cas, bravo d’assumer et bon courage pour faire face aux nases donneurs de leçons !
    ps : pour finir, je pense qu’on peut avoir des enfants sans pour autant verser dans le cliché de la nana qui en parle plus que de couches et de biberons… j’ai des exemples des deux comportements autour de moi ;-)

  • #231 Folie Privée le 25 juillet 2006 à 16 h 59 min

    Farpaitement ! Tout pareil (si on rajoute le fait du risque de mon patrimoine génétique merdico-chiatique, hein.).
    Fait du bien de lire note comme ça.
    Bon ben je continue.

  • #232 Christine le 25 juillet 2006 à 18 h 46 min

    Retard à l’allumage sur le commentaire pour cause de vacances, pardon, je suis moins connectée…
    Je t’adore, Hélène, avec ou sans enfant, c’est ton choix et il est respectable. Moi, j’aurai été très malheureuse sans, mais je comprends très bien cependant que l’on puisse ne pas en souhaiter, et toutes les raisons pour ne pas en avoir valent bien évidemment toutes les raisons d’en avoir … et mort aux c..s qui veulent régir la vie privée des autres : de toute façon, ceux-là feraient mieux de ne pas se reproduire !!
    Sur ce, je retourne à mon transat breton et à mes 28° ( pardon à toutes celles qui souffrent de la canicule )
    Bises à toutes

  • #233 le 25 juillet 2006 à 20 h 24 min

    235 commentaires, tu n’es pas prête de me lire !!! et pourquoi un énième message pour dire que l’on est d’accord avec toi ?
    Pour deux raisons : j’avais l’adresse du blog depuis un moment, récupérée sur un autre, mais ne le consultais qu’épisodiquement : j’y reviendrai plus fréquemment !
    Le sujet est assez atypique, et j’y souscris tout à fait : pourquoi un enfant lorsque l’on s’imagine très bien dans 10 ans, dans 20 ans, toujours sans enfants (j’ai 35 ans).
    Pour ma part, le désir d’enfant s’est déjà fait sentir, mais uniquement pour vivre une période fusionnelle (celle de la grossesse) avec mon homme , renforcée par la curiosité, en raison des nombreux commentaires sur la petite merveilles qui serait supposée sortir de mon ventre en raison des différences d’origines – multiples et variées si l’on fait la somme des gènes des père et mère !!!. Bref, des raisons somme toutes infondées dès qu’il s’agit de me représenter ma vie de couple et ma vie à moi avec un enfant à élever !!! Je suis une prfaite égoïste, qui préfère sa vie de femme à une vie de mère incertaine? Oui sur la seconde partie de ma phrase; pour le reste, je suis une adorable "tata" pour tous les enfants qui passent, au moins pendant leurs trois première années, et pas trop longtemps !!

  • #234 le 25 juillet 2006 à 20 h 38 min

    Et si la marternité ça rend comme ça : http://www.maman.fr/maman/Autre/...

    … je veux bien comprendre qu’on hésite ! : )

    Ok, je sors, ce n’est pas très sympa de se moquer des autres… : S

  • #235 Casual le 25 juillet 2006 à 20 h 53 min

    Ben écoutes, ça tombe plutôt bien, puisque Georges (Clooney) n’en veut pas non plus.
    Rhoo mince, tu n’es pas célibataire… ^^

    [ ça, c’est un 238ème comment qui vaut le coup… ;) ]

  • #236 Hélène le 25 juillet 2006 à 22 h 26 min

    Hi hi Casual, je m’intéresse pas à tellement Georges Clooney, plus à Zidane. Qui est méchamment casé et a l’air d’adorer les gosses, c’est bien ma veine. Et en plus comme tu dis je suis même pas célibatiere. Pas gagnée, cette histoire ;-))

    Bé j’ai lu les 234 précédents hier, grâce à quoi je te lis tout de suite ;-) Sois la bienvenue parmi nous ! A l’inverse de toi, je ne commence à éventuellement apprécier certains enfants (tu noteras les nombreuses réserves ;-)) à partir de 10 ans, rarement avant ;-)

    Christine tu es adorable, et je te pardonne tes 28° (c’est bien parce que c’est toi) ;-))

    Folie Privée ton style télégraphique me fait beaucoup rire ! ;-))

    IsaM bienvenue à toi ! Je te préviens charitablement que je suis incapable de bien choisir du chocolat, j’aime pas ça ;-)) C’est hallucinant ce que tu racontes sur les réflexions faites à tes amis parents de jumeaux, le gens sont vraiment barjots non ??

    Pff Anne Cé, vous allez me coûter cher en saucisson, toutes autant que vous êtes ;-)) Il serait temps que la pub rentre un peu, sur ce blog, sinon je vais pas m’en sortir ! ;-)

  • #237 zelda le 25 juillet 2006 à 22 h 30 min

    Un sonnet de Shakespeare t’apostrophe ainsi :

    "Lorsque quarante hivers assiégeront ton front,
    Et creuseront de profondes tranchées dans le champ de ta beauté
    La fière livrée de ta jeunesse tant regardée pour le moment
    Sera un vêtement rapiécé tenu en maigre valeur:
    Alors si l’on te demande où repose toute ta beauté,
    Où donc tout le trésor de tes jours de vigueur
    Répondre (qu’ils sont) dans tes propres yeux profondément enfoncés
    Serait honteuse gloutonnerie et louange gaspilleuse.
    De combien plus de louange serait digne l’usage de ta beauté,
    Si tu pouvais répondre: " Ce bel enfant de moi
    Sera porté à mon compte, et sera l’excuse de ma vieillesse"
    En prouvant que sa beauté est tienne par succession.
    Ce serait être refait à neuf alors que tu es vieux,
    Et voir ton sang chaud alors que tu le sens froid."

    VO ici :
    mypage.bluewin.ch/domus/s…

    L’interprétation d’Oscar Wilde là :
    http://www.authorama.com/le-port...

    Heureux ceux qui ont des enfants, qu’ils soient de chair ou d’esprit.
    (ou de blog, donc :)

  • #238 Hélène le 25 juillet 2006 à 22 h 58 min

    Joli sonnet zelda ;-) Merci, et sois la bienvenue !

  • #239 Mag le 25 juillet 2006 à 23 h 21 min

    Avec 242 messages, j’avoue ne pas avoir tout lu : peut-être que mon expérience a déjà été évoquée. Désolée !

    Je savais déjà ta position vis-à-vis des enants pour en avoir discuter avec Anne Marlangeon et je la comprends.
    Moi aussi, j’étais comme toi : je crais à qui voulait l’entendre que les enfants, c’était très peu pour moi (comme un mari d’ailleurs !). Je voulais être libre comme l’air, m’occuper de moi et uniquement de moi, de ma passion pour les études, d’exister professionnellement etc…

    J’étais comme ça jusqu’à ce que, à 19 ans, je tombe folle amoureuse d’un mec qui me demande en mariage : premier faux pas ! J’ai réussi à le faire attendre sur ce point 7 ans et puis j’ai dit oui parce que j’avais changé de sujet et non par obligation.
    Mais je ne supportais toujours pas les enfants (vraiment aucune attirancepour les bébés , mais un intérêt vers 6/7 ans).

    Et puis, petit à petit, alors que mon mari en souhaitait vraiment (il adorait les enfants qui le lui rendaient bien), avoir un enfant est devenu une évidence. Seulement, la nature n’est pas aussiu réverseible que ça et nous avons mis deux ans avant de réussir à en avoir un (avec assitance médicale) !
    Pendant tout ce temps, je ne me reconnaissais plus : je m’en voulais de ne pas y arriver, je déprimais…
    Quand mon petit Enzo est né, j’étais métamorphosée ! Même mes amies d’enfance n’en revenaient pas. Mon fils et ma fille sont toute ma vie, au point de passer avant mon mari ! Je les aime par dessus tout, j’aime les regarder, les respirer, les croquer… Bref, j’en suis raide dingue !!!
    Et j’ai encore du mal à y croire !

    Je ne te raconte pas tout ça dans le but de te démontrer que tu peux changer, loin de moi cette idée ! Juste te parler de mon expérience et de cette folle transformation !

  • #240 Princesse Audrey le 25 juillet 2006 à 23 h 57 min

    J’ai enfin TOUT lu ( et le repas de midi était réussi, ouf, l’honneur est sauf ! ) et j’ai réfléchi toute la journée à ton article, Hélène. C’est un effet fréquent avec tes posts, et j’aime bien.
    Personnellement, je te remercie du fond du coeur pour ton article, car grâce à toi, je n’ai plus l’impression d’avoir une maladie honteuse. On est plus d’une centaine à affirmer notre non-envie d’enfants, je me sens moins seule et je te le dois. Alors meri ( je t’offre une statue de Zidane en saucisson ? Ou une source intarrissable de Tariquet ?… Au choix ! ).
    En réflechissant, j’ai aussi compris que si je ne veux pas d’enfants, c’est aussi par crainte ( et même phobie ) de reproduire avec des gamins ce que ma mère m’a fait subir.
    Et peut-être qu’égoïstement, je veux garder pour moi toute seule mon amoureux. J’assume.
    Je me sens soutenue par le même choix qu’a fait une amie de 70 ans, veuve puis remariée, qui vit dans sa propre maison et son mari, chez lui. Cette femme indépendante, mon ancienne prof de Français de 5ème et qui est un peu mon mentor, m’a aidée à dire clairement mes raisons aux indiscrets qui cherchaient à rejouer l’Inquisition, du genre "Trafail, FAMILLE, patrie". Ceux qui nous voudraient en poules pondeuses.
    Souvent, on me répond "tu es jeune, tu changeras d’avis." ou "ça viendra" ou "ça passera" ( comme une maladie ). Super… Les gosses, je ne les aime que dans une démarches pédagogiques.

  • #241 Atreides le 26 juillet 2006 à 0 h 01 min

    Je ne pensais pas dire ça un jour … mais pour une fois je suis d’accord avec toi Hélène … ;-)

  • #242 Fillalavanille le 26 juillet 2006 à 1 h 14 min

    Je lis pas les com’s, y en a trop.
    Je sais pas ce que les filles ont mis dans leurs com’s, donc.
    Je voulais juste te dire que j’ai 30 ans passés (bientôt 31 même!) un mari, et pas d’enfants. Et nous n’en aurons pas, parce que nous n’en voulons pas.
    Comme toi, la famille proche, les amis de coeur nous foutent la paix, mais les âmes bien pensantes ont toujours un petit mot cinglant du genre : "bah, si ça vous plait de vivre en égoïstes", ou "vous dites ça parce que vous êtes jeunes, mais vous ne tarderez pas à changer d’avis" (bientôt 15 ans que nous sommes ensemble, et on n’a pas évolué d’un pouce). A ce genre de remarques, je ne réponds plus. Je l’ai fait. J’ai essayé d’expliquer, que ce n’était pas une fin en soi de se reproduire, d’élever un enfant, de transmettre des valeurs auxquelles on ne croit pas vraiment… Toutes ces justifications me fatiguent. Je ne veux pas d’enfants, je n’ai pas de raison particulière, c’est un tout, un ensemble, même pas un choix, c’est comme ça.
    Maintenant, je n’exclue pas de me lever un matin avec une envie subite de nourrisson, mais je doute, quand même. Si le déclic avait dû se faire, il se serait fait.
    Enfin, voilà, tu n’es pas seule. Juste, tu avoues certainement tout haut ce que bien des femmes n’osent pas s’avouer. Beaucoup se laissent porter par la vie, la société. Il faut faire des études, avoir un bon boulot, un gentil mari, des enfants sages, partir en vacances à la mer en été, au ski en hiver, être belle, s’occuper de sa maison…
    Chacun sa vie, mais cette vie de publicité ne sera jamais la mienne.
    ;-)

  • #243 bébange le 26 juillet 2006 à 9 h 08 min

    Moi, je suis enceinte mais je ne te jetterais pas la pierre. Les enfants, je pense que c’est soit tu en veux, soit tu n’en veux pas. C’est viscérale. Moi, j’ai toujours su que j’en voulais. Quant aux femmes qui te traitent d’égoïste, tu peux leur rétorquer que ce sont elles qui sont égoïstes de faire des enfants dans un monde où le chômage va galopant et grandissant et où la misère ne fait qu’augmenter. Moi, j’ai beaucoup réfléchi avant le bébé et je sais que ce choix est tout sauf un don de ma personne. c’est égoïste : je veux qu’un bout de choux, m’aime, me prenne pour modèle… Bref, ce n’est pas un cadeau que je fais à la planète mais bien à moi.
    Biz, miss Bridget Jones bis

  • #244 Hélène le 26 juillet 2006 à 9 h 35 min

    Bébange merci beaucoup de ton commentaire sincère.
    Alors j’aime mieux ne pas être assimilée à Bridget Jones : je ne la supporte pas, je la trouve complètement idiote, obsédée qu’elle est par ses régimes et la quête de l’époux, et incapable de prendre une décision sans 12 avis de copines ou ses guides de développement personnel. C’est un peu la « fille » dans toute son horreur, pour moi ! Non vraiment, je n’ai aucune affection pour elle ;-)

    Fillalavanille en effet à te lire je me sens beaucoup moins seule, tu exprimes exactement ce que je ressens : « je n’ai pas de raison particulière, c’est un tout, un ensemble, même pas un choix, c’est comme ça. »

    Princesse Audrey bravo d’avoir tout lu, c’est toi qui mérite la statue de Zidane en saucisson (quelle trouvaille merveilleuse !) ! ;-)) Je pense que l’éducation qu’on a eue doit jouer, souvent dans le désir ou pas d’enfant. Moi j’ai rien de ce côté, mais va savoir où se nichent les motivations profondes… Cela dit la question du « pourquoi » ne m’intéresse absolument pas : je ne me consdière pas comme une malade, je n’ai donc pas à chercher les causes de la « maladie » ;-)

    Et bien tu vois Atreides, tout arrive ;-)

  • #245 Esme le 26 juillet 2006 à 9 h 38 min

    une statue de zidane en saucisson! mais ou vas tu chercher tout ca??!! ;-))

  • #246 Hélène le 26 juillet 2006 à 9 h 43 min

    C’est une idée de Princesse Audrey, Esme : c’est grandiose hein ! ;-))

  • #247 ladidine le 26 juillet 2006 à 10 h 01 min

    les gens ne savent que juger dans la vie,toi tu ne veux pas d’enfant et c’est ton droit, l’important c’est que ta vie te plaise.
    personnellement j’en ai trois,des enfants,de cinq ans à 6 mois ,et que des gars alors il y a deux types de commentaires ceux qui se demandent si je vais m’arreter un jour et le grand " et la fille c’est pour quand ? " donc tu vois les gens adorent donner leur avis voire des leçons surtout quand on ne leur à rien demandé !!

  • #248 Princesse Audrey le 26 juillet 2006 à 10 h 51 min

    Et voilà, je rougis… :-)

  • #249 Hélène le 26 juillet 2006 à 11 h 02 min

    Ladidine sois la bienvenue, et merci pour ton commentaire. Tu as raison, finalement le problème ce sont les gens qui se croient autorisés à donner leur avis à tort et à travers, quel que soit le sujet, à ceux qui n’ont rien demandé.

    Princesse Audrey tant mieux, plus besoin de terracotta ;-))

  • #250 Eléanna le 26 juillet 2006 à 13 h 20 min

    Bonjour à toi,
    Je viens de découvrir ton blog à l’instant et déjà, je me sens proche. J’ai 35 ans et je ne veux pas d’enfant non plus (mon copain est d’accord lui aussi). Comme toi, j’en ai entendu des vertes et des pas mûres (et parfois de la part de copines, copines ???). J’ai avorté deux fois (la dernière, il y a 3 ans) et on me dit toujours : "t’inquiète pas, tu vas changer d’avis" : 1- je ne me m’inquiète pas et 2 – quand j’avais 20 ans, j’en voulais des enfants (ou plutôt je ne m’étais jamais autorisée de ne pas en faire). Aujourd’hui, je ne regrette pas mes choix. J’aime les enfants … des autres.
    Merci pour ton témoignage.

  • #251 Hélène le 26 juillet 2006 à 13 h 28 min

    Meci à toi pour ton commentaire Eléanna, j’en suis touchée. Sois la bienvenue parmi nous ! Et Eléanna c’est vraiment ton prénom ou c’est un pseudo (je te demande pas tes papiers hein, pas de panique ;-)) ? Parce que je trouve ça magnifique !

  • #252 frédérique-etc le 26 juillet 2006 à 14 h 29 min

    Bonjour,
    Je lis ton blog presque tous les jours et là, j’ose mon premier commentaire.
    Je respecte ton choix, c’est la moindre des choses ! Je ne comprends pas pourquoi les gens se mêlent autant des histoires des autres.
    Moi, j’ai trois enfants et c’est un peu … je cherche le terme .. un concours de circonstances ! (j’hésite à la laisser celui-là !)
    Trois enfants, mais de 3 pères différents, je sais pas si tu vois le bintz ! j’en avais envie à chaque fois, le papa aussi et à chaque fois, bien sur, on pensait que ça durerait toute la vie ! ben voilà ! Il n’y a que je plus jeune qui profite de son papa tous les jours.
    Alors, des remarques, des réflexions, moi aussi j’en ai eu ! Et si c’est pas facile-facile tous les jours, j’assume ! et mes enfants ont l’air plutôt épanouis ! (moi aussi ,hein !)
    D’ailleurs, Hélène, j’ai une proposition à te faire : si jamais tu commence à sentir que tu es sur le point de changer d’avis, je te prête gracieusement le petit dernier, 7 ans quand même, histoire de te reconvaincre de ton idée initiale !
    Au fait, j’adore ton blog !

  • #253 Jolene le 26 juillet 2006 à 14 h 59 min

    Faire des enfants, c’est aussi une preuve d’égoisme… ce que je deteste le plus, en fait, c’est qu’on dise "les enfants c’est la plus belle preuve d’amour" oui bon, c’est pas en faisant un enfant qu’on vas pouvoir dire "oui j’aime vraiment mon compagnon" surtout que l’homme, lui, n’a que la contrariété d’aller chercher des fraises à l’épicier d’en bas :)

    Je sais, je suis (très) jeune pour dire que je ne veux pas d’enfants, mais je le pense, alors bon… on me prend pour une psychopathe en puissance, quelqu’un sans âme…

    Par contre, je suis pour l’adoption, je trouve que c’est une alternative pas mal, mais là encore, un de mes profs m’a carrément balancer "mais c’est un scandale ! tu voles la place des femmes stériles !"…

    Alors enfants ou pas enfants, telle est la question… ;)

  • #254 folette le 26 juillet 2006 à 15 h 20 min

    Mea culpa les filles…
    J’ai lu (presque) tous les commentaires, et je suis obligée de me rendre à l’évidence. Les phrases à la con : "et le petit 2ème c’est pour quand" , "après 2 garçons il va falloir faire une fille", je les ai dites, et pas plus tard que ce matin pour la 1ere ! Et j’ai honte !
    Alors je le promet devant vous ! plus jamais je ne dirais de telles conneries !

    Et le pire mesdames et mesdemoiselles, c’est que j’en veux pas des enfants !

    Marie (qui vient de se rendre compte qu’elle à été phagocytée par la société, c’est dur !)

  • #255 Dandy le 26 juillet 2006 à 16 h 35 min

    Merci Hélène,

    Et bien comme toi, je n’ai jamais eu avoir d’enfant. Pendant que certaines rêvent de maternité, de Bonpoint et autre Baby Dior, moi je prévois mes vacances à Hawaii, mon shopping chez AMerican Retro et mes balades sans conduire un espace Renault.
    Je pense qu’effectivement il y a une vie possible sans enfant, qu’elle n’est pas exceptionnellement différente des autres, juste une envie de ne pas en avoir.
    Ce qui est le plus étrange, c’est que nous sommes trois soeurs à la maison et aucune de nous n’en veut. Aucun traumatisme des parents avec qui nous sommes toutes très proches, mais pas d’envie pour les 3. C’est très étrange cela en revanche…
    Avoir des enfants c’est passer un cap. Cap que je n’ai pas franchi et qui ne me tente pas. Je comprends celle qui veulent des enfants mais je n’ai pas leur envie.
    Je respecte celles qui ont des enfants et pourtant celles-là même nous harcèlent de questions sur notre non-envie d’avoir des p’tits…

  • #256 yoyo le 26 juillet 2006 à 18 h 13 min

    comme disait Coluche, "des fois on dirait qu’il y a des gens qui ont des enfants parce qu’ils ne peuvent pas avoir de chien"… soupir…

  • #257 la grive le 26 juillet 2006 à 19 h 02 min

    Bon, j’ai lu jusqu’au 170 eme commentaire… c’est pas mal quand même ?

    Je voulais juste demander aux autres filles (il y en a peu ici mais je l’ai un peu senti quand même), dans le genre commentaires désobligeants, d’éviter de taper sur les parents d’ados "difficiles", "irrespectueux", "qui vous rachent à la figure"…

    J’ai trois ados que j’ai élevés en faisant de mon mieux (oui j’ai lu -et relativisé- Dolto et les autres…) et j’en ai un qui est "rebelle", les autres pas du tout. Bon j’ai sûrement loupé quelque chose avec lui, ou je suis tombée sur un mauvais N° (comme pour les voitures, on me l’a dit!), ça c’est mon affaire, mais qu’on me juge là dessus (du genre je suis une 1/3 mauvaise mère!) ça me hérisse terriblement le poil.

    Sinon on a bien sûr le droit de faire les choix de vie qu’on veut et même…on a le droit de changer d’avis (sauf les imbéciles, ça va de soi!).

  • #258 Flo le 26 juillet 2006 à 19 h 03 min

    un peu les yeux qui papillonnent, mais j’ai tout lu…
    Hélène ton billet est touchant, et il reflète bien ta sincérité.
    Beaucoup de choses ont été dites et donc pas grand chose à rajouter.
    Nous avons toutes (et tous) notre personnalité et nos désirs, et il ne devrait pas y avoir de justifications à donner à ça.
    Mais la société à peur des gens différents, et aimerait comprendre.
    De mon côté l’envie d’enfant je l’ai. Le fait de voir mon corps changer ne me fait pas peur, j’ai cette "curiosité" de savoir ce que ça fait de sentir un petit être pousser en soi. Pai pitié ne venez pas casser mon rêve en me parlant nausées-vergetures-j’en passe et des meilleures, ;-)
    Par contre il est hors de question que je le fasse "toute seule". Je l’imagine pas sans le papa qui va avec. Pour moi un bb se fait à deux.
    Je me rends compte que cette vision est très idéaliste, et pourtant je pense avoir les pieds sacrément sur terre. et attention je ne fustige pas celles qui élèvent leur enfant toute seule, simplement je pense que j’en serai incapable.

  • #259 Célimène le 26 juillet 2006 à 19 h 37 min

    Que l’on fasse le choix d’avoir une vie sans enfants, je le conçois parfaitement, je me suis souvent posée la question moi-même.
    La seule chose qui me "gêne", ce sont les filles qui disent "Moi je préfère avoir de l’argent à claquer chez Prada plutôt que de me ruiner en Pampers" (je caricature, mais certains des commentaires postés allaient dans ce sens là). J’ai beau me transformer en serial killeuse le jour de l’ouverture des soldes, je pense que décider d’avoir des enfants, ou de ne pas en avoir, ne peut pas se résumer à des questions matérielles de ce genre. Bien sûr, il faut être consciente que les enfants représentent un budget conséquent, et que les élever nécessite de renoncer à certaines de ses envies. Mais il faut pas pousser Pépé dans les bégonias, on peut aussi piocher dans leurs livrets d’épargne pour s’acheter des Repettos, nan mais !

  • #260 funambuline le 26 juillet 2006 à 21 h 06 min

    264 c’est plus joli que 263, non?
    Je la veux la statue en sauc!!!
    (je pensais à un petit détail antomique qui ne doit pas être trop difficile à reproduire en saucisson… pardon, pardon, j’ai les idées mal placées!!!)

  • #261 Jacqueline le 27 juillet 2006 à 0 h 51 min

    J’ai tout lu….Et je suis horrifiée : ainsi ne pas vouloir d’enfant est toujours stigmatisé et considéré comme une tare par la société, au XXIème siècle ! ! !

    A quoi ont servi toutes ces batailles que nous avons menées pour la contraception, pour l’IVG si nous ne pouvons pas encore choisir la non-maternité sans nous attirer critiques et réflexions……??

    Je croyais qu’il était entendu que notre corps nous appartenait….

    Quand je lis les réflexions que subissent celles qui pensent comme toi Hélène ça me mets en colère… Décidément toujours les mêmes poncifs et les mêmes clichés… Les années passent et rien ne change ou si peu !

    Je crois qu’il faudrait que vous remettiez le féminisme au goût du jour avec ses espoirs et ses excés…..
    Vous vous êtes un peu endormies sur les acquis des "enragées" des années 60-70 et maintenant on nous les grignote insidieusement ces acquis…..

    Une phrase que je déteste : " je ne suis pas féministe ….mais…."
    Pourquoi ? Ce n’ est pas une tare d’être féministe c’est vouloir AVOIR LE CHOIX tout simplement…. de vivre librement plusieurs amours ou un seul, d’avoir un enfant de chaque amour ou de ne pas en avoir….

    Je bats Gloria pour la durée de mon mariage, j’ai des enfants et des petits enfants et ça ne m’empêche pas d’être viscéralement féministe…

    Je sais que ce n’est pas dans l’esprit de ton blog mais il faut aussi que nous nous préoccupions d’Histoire et de Politique pour faire changer les mentalités ( tu remarques que j’ai mis des majuscules)

    Hélène j’espère que tu me pardonneras ma "diatribe" mais avec l’âge j’accepte de moins en moins la lenteur de l’évolution des mentalités vis à vis des femmes…

    Je t’ embrasse et merci pour ce billet

  • #262 syana le 27 juillet 2006 à 9 h 30 min

    Hello Helene. J’ai jamais commenté ton blog, mais je le suis assiduement.
    Tout ca pour te dire que je te comprends tout a fait. J’ai eu l’impression de lire des choses qu’on m’avait dites. Bon ok, je n’ai que 20 ans. Certains me diront que je suis trop jeune pour savoir si je veux ou pas d’enfants… Personnellement j’en suis plus que certaine. Je n’arrive tout simplement pas à m’imaginer mère d’une enfant. C’est là toute la différence. Toutes mes amies me disent "Un enfant pas maintenant, mais plus tard.". Je n’arrive tout simplement pas à rajouter un plus tard à ma non-envie d’avoir un enfant.

    Alors Hélène je suis tout à fait de ton avis!

  • #263 Hélène le 27 juillet 2006 à 9 h 53 min

    frédérique-etc sois la bienvenue parmi nous ! J’imagine bien les rélféexions que tu dois entendre, les gens sont d’une grossièreté inouie parfois. Pour le prêt de bambin de 7 ans je suis très touchée mais je décline, j’ai un neveu de cet âge-là, je ne m’en occupe jamais ;-)

    Yanjiao je ne trouve pas du tout ça limite de dire que tu ne te sens pas de décerner une palme aux mamans : aujourd’hui la maternité est glorifiée comme jamais, il n’y a qu’à voir le bruit qu’on fait autour des stars enceintes. Alors que bon, à la base, c’set juste un truc naturel, quand même ;-)

    Tu fais bien d’attirer mon attention sur les billets persos, faut que je me reprenne un peu ;-))

    Jolene sois la bienvenue ! Ton prof est tout dans la nuance et la subtilité dis-donc ;-)) J’ai longtemps pensé que c’était du gâchis de faire dse enfants alors qu’il y avait tant d’orphelins sur terre. Bon, vu les galères de l’adoption, et vu que ça fait plaisir à beaucoup de femmes d’être enceintes, j’ai révisé mon jugement ;-) Mais je te comprends très bien.

    Hi hi folette, ce qui est grave c’est pas de laisser échapper un ou deux lieux-communs de temps en temps, c’est d’y croire dur comme fer et de jamais s’en rendre compte ;-) Grâce au ciel et aux commentaires des filles, te voilà remise sur le bon chemin ;-) (je plaisante hein, je suis pas si prétentieuse quand même).

    Dandy c’est marrant votre histoire de 3 soeurs n’ayant pas l’envie d’enfant, c’est rare ! Comme quoi y’a même pas besoin d’avoir une enfance de Cosette pour pas en avoir envie, des fois que certains en douteraient encore ;-))

    La grive il n’est pas non plus nécessaire d’être mauvais parent pour avoir un ado difficile, je ne t’apprends évidemment rien, le fond et les gênes ça existe, un enfant ça a sa personnalité propre. Comme disait toujours ma tante : prends trois gamins, mets-les tout nus, mouillés, dans un courant d’air : le lendemain le premier est mort, le second a une bronchite, et le troisième pète le feu. L’éducation ne fait pas tout, et à la limite tant mieux ;-)

    Flo ta vision de la maternité ne me paraît pas idéaliste, juste normale et saine ! Et puis il y a plein de femmes qui n’ont jamais de nausées, et l’Huile Prodigieuse de Nuxe est très bien contre les vergetures ;-)

    Célimène sois la bienvenue ! ;-) Je pense que les filles qui réduisent l’éducation d’un enfant à un poids financier ont loupé un wagon au passage, ou font de la provoc, ou dieu sait quoi encore, mais personne ne peut croire que c’est aussi restrictif ;-)

    Ellie je comprends bien ce que tu dis, j’attends avec impatience que ma soeur aient des petits, je suis sûre que je les adorerai. En dehors de ça, moi non plus les enfants c’est pas mon truc même chez les autres, ou alors très rarement.


    Nous en parlions justement hier avec Lili qui disait très justement : les choses ne reculent pas en France, mais n’ont pas avancé depuis les grands combats du féminisme. C’est vrai, et tu as raison, si on ne s’y remet pas on risque un jour (pas si lointain) d’avoir de mauvaises surprises…

    Je t’embrasse aussi bien fort Jacqueline.

    Syana sois la bienvenue parmi nous ! Moi je trouve qu’il n’y a pas d’âge pour être sûre de ses choix et de ses envie, à 12 ou 15 ans déjà je ne voulais pas d’enfants, et chaque jour qui passe m’a confortée dans cette évidence… cela dit j’ai vu aussi des gens changer complètement d’avis. Du moment que ça vient de toi, et pas de la pression sociale ou familiale, tout va bien ;-)

  • #264 yanjiao le 27 juillet 2006 à 10 h 00 min

    Jacqueline, je t’aime! je sais, hélas c’est sans espoir (mes amitiés à JP!) ;-)

    tu as mille fois raison, malheureusement…

    bises

    Fanny

  • #265 ellie le 27 juillet 2006 à 15 h 21 min

    je te le dis: c est TREEEES dangereux que ta soeur ait un enfant, pour elle bien sur ;-) mais pr ton petit coeur aussi, a ta place je la castrerais en cachette point d exlamation (vive les claviers allemands, je te dis que ca, c est pire ke les birnenstocks :-D )

  • #266 arcadia le 27 juillet 2006 à 17 h 37 min

    rire…j’ai travaillé quelques années au contact d’enfants, ce qui si jamais l’idée d’en avoir un m’avais traversé alors l’esprit m’en a ma foi guérie tout au moins jusqu’à présent. Qui vivra verra..comme on dit.

    Perso entre ma mère qui assure ne pas vouloir mourir sans connaitre ses petits-enfants (à qui je réponds tu as deux enfants, pourquoi diable devrai je être celle qui ??? ) et ceux qui prennent un air mi consterné, mi pseudo amical en me rapellant que tic tac tic tac l’heure tourne…je n’ai pour l’instant toujours aucun désir d’enfant et n’en culpabilise en plus nullement :)

  • #267 Hélène le 27 juillet 2006 à 20 h 20 min

    Arcadia sois la bienvenue ;-)

  • #268 mouette le 28 juillet 2006 à 3 h 52 min

    En Suisse, (où la natalité y est cependant beaucoup plus basse qu’en France et où le mariage y a également moins la côte), j’ai vu une étude selon quoi actuellement 30% des femmes nées entre 1960 et 1965 n’ont pas d’enfants. J’ai trouvé ce chiffre impressionnant!

  • #269 Hélène le 28 juillet 2006 à 8 h 54 min

    Sois la bienvenue mouette ! Oui j’ai lu aussi les chiffres européens, en fait les françaises sont, avec les irlandaises, celle qui font (et veulent) le plus d’enfants. Partout ailleurs on est entre 20 et 40% ou plus de femmes qui ne veulent pas être mères, impressionnant hein ! Il faut dire que la politique nataliste de la France est très forte, et que le poids de la religion est encore là, malgré notre état laïc.

  • #270 Clara.be le 28 juillet 2006 à 12 h 31 min

    bon jour hélène,
    je n’ai pas lu les 274 commentaires…. alors je vais certainement répéter ce que d’autres ont dit : bravo pour ce billet.
    je trouve ta position extrêmement respectable (et très logique) et ce qui est incroyable, ce sont les remarques qui t’ont été faites au cours de ces années.
    (peut etre parce que personnellement j’ai eu deux enfants pour AUCUNE des raisons que citent les gens-qui-font-des-enfants… faut pas croire que ce sont les seules motivations possibles, elles sont horribles !!)
    est-ce qu’on agresse un homme qui ne veut pas d’enfants ? non. Est ce que ses enfants/ou non interviennent dans ses entretiens d’embauche ? non plus…. ah lala on est encore loin de l’égalité dans ce domaine….

    bon si ça peut te rassurer, quand on a des enfants on peut aussi être la cible des harpies qui ont un avis sur tout, spécialement ce qui ne les concerne pas.
    le seul avantage c’est qu’avec des enfants on va moins dans les dîners ;-))) mais les squares peuvent se révéler des pièges redoutables…..

    bref :
    le monde aurait besoin de plus de gens comme toi, Hélène.
    bonne journée
    clara

  • #271 Mithra le 28 juillet 2006 à 15 h 20 min

    ah ben tu postes ce billet juste pendant que je suis absente ! Bon, tu sais ce que je pense de la question, c’est pas moi qui vais te faire le speech sur la beaute de la famille !
    Nous perso on nous fait moins de remarques maintenant, je crois que les predicateurs de la maternite epanouie autour de nous en ont un peu fait leur deuil. Mais dans quelques annees je vais arriver a ma date de peremption ovarienne, je prevois une recrudescence de commentaires bien intentionnes "avant qu’il ne soit trop tard".

    Je pense notre entourage est passe du "ouais ils disent ca mais ils vont faire comme tout le monde, ils changeront d’avis" (quand on avait 20/25 ans) a "bon ben il serait temps qu’ils s’y mettent mais ils n’ont pas l’air de changer d’avis" (quand on avait 30 ans) a "mince alors a 37 ans toujours rien, si ca trouve ils ne changeront jamais d’avis"…
    Et puis quand on nous voit en famille avec les petits neveux ou avec les gamins des amis – totalement ininteresses par le pipi, le popo, la sieste, l’ecole, le voyage a Disney et autres dents de lait – je pense que plus d’un se dit "finalement il vaut mieux qu’ils n’en aient pas"…

    Il y a aussi le fait que notre style de vie est assez incomprehensible pour beaucoup de gens, notament les adeptes de la vie de famille : on bouge beaucoup, on vit souvent entre la France et l’etranger, on est tout le temps entre deux voyages, deux sorties, on a demenage tres souvent, on peut partir vivre a l’autre bout du monde au debotte si ca nous chante, on a tout plaque pour faire le tour du monde pendant deux ans et si l’envie nous reprend on recommencera… tout ca fait que "les gens" nous considerent un peu comme une espece a part de toute facon et que notre absence de desir d’enfant n’est qu’une manifestation de plus de notre bizarrerie !

  • #272 Hélène le 28 juillet 2006 à 15 h 28 min

    Clara.be merci pour ton commentaire adorable !

    Mithra je savais que tu allais revenir à temps pour que le billet soit encore d’actualité ;-) Tu te doutes que j’ai beaucoup pensé à toi en l’écrivant ;-)

  • #273 bonheursdesophie le 28 juillet 2006 à 21 h 44 min

    J’arrive un peu après la bataille mais j’avais vraiment envie de te laisser mon premier commentaire sur ce sujet.
    Bravo Hélène de ton cran d’assumer ce non choix de maternité. Cela prouve quand même, au vu de tous les commentaires (oui oui j’ai lu) que la société a changé. Non pas sur le jugement et le regard des autres (très français, quand même) mais sur le fait d’assumer des choix différents. Et à toi, d’en discuter ici.
    Parce que la génération d’avant faisait un peu trop des enfants "parce que cela se faisait" mais ces femmes n’auraient jamais dû être mères … Parce qu’après les enfants, au minimum, faut les aimer quand même !!!
    Merci Hélène

  • #274 Hélène le 28 juillet 2006 à 23 h 20 min

    Je t’en prie bonheursdesophie, et je te souhaite la bienvenue ;-) C’est vrai que ce regard sur les femmes qui ne veulent pas être mères est très français, il n’est pas inutile de le préciser.

  • #275 Kip le 29 juillet 2006 à 0 h 56 min

    #266… Je trouve ces commentaires légèrement déplacés. Désolé. N’allons pas ressortir les grands principes et les grandes Causes de l’Histoire.
    Toutes ces réflexions dont font l’objet les femmes (ou hommes ou couples) sans progéniture ne sont que des exemples de la bêtise humaine, du poids des conventions, et sont, pour moi, à ranger dans le même chapitre que ces quelques exemples :

    – Quoi ? tu prends un avion CHARTER pour aller en Tunisie ? Mais t’es pas folle ? Avec tous ces accidents…

    – Acheter un voiture BLANCHE… quand on sait comme c’est salissant… drôle d’idée !
    – Tu fais pas du YOGA ? Mais comment feras-tu dans 10 ans quand tu seras complètement stressée, hein ?

    – Tu vas au bureau en VELO ? Avec tous ces chauffards… Et puis tu peux pas t’habiller n’importe comment quand tu fais tu vélo ! Ma pauvre…

    – Tu fais tes courses chez XXXX ? M’enfin ! C’est démodé ! Comment tu fais ?

    – etc… etc…

    Faut faire avec…

  • #276 Hélène le 29 juillet 2006 à 11 h 56 min

    Bienvenue Kip ;-) J’avais oublié toutes ces petites réflexions, j’ai bien ri en lisant ta liste ;-)

  • #277 Ortisse le 29 juillet 2006 à 14 h 28 min

    Que cela fait du bien de lire ce genre de billet!

    J’ai 27 ans et pour le moment je ne m’imagine pas avoir des enfants un jour. Je ne dis pas que ce sera de façon définitive (on ne sait jamais ce que la vie nous reserve) mais pour le moment (et depuis belle lurette) c’est ainsi.

    J’ai aussi beaucoup entendu les phrases que tu cites, la plus fréquente: "oh mais quand tu auras rencontré le garçon qui te convient….". Bref GGGGRRRRR!
    Le plus difficile à comprendre pour les gens c’est que je travaille avec des enfants (principalement des 3/5 ans) que je prends vraiment mon pied dans mon boulot, c’est vraiment un plaisir pour moi de retrouver les loulous le matin comme c’est un plaisir de les rendre le soir à leur parents!

    Voilà merci pour ton blog que j’ai découvert récemment et que j’apprécie vraiment beaucoup (l’article sur les cuisseaux sanglants y a été pour beaucoup XD).

  • #278 Hélène le 29 juillet 2006 à 15 h 33 min

    Que ça fait du bien de lire ce genre de commentaire Ortisse ! ;-) Sois la bienvenue parmi nous, et merci ! ;-)

  • #279 Veurdjinaïe le 30 juillet 2006 à 17 h 08 min

    Hey! Merci Hélène! Je ne pensais pas que tu répondrais à mon message (du 24 juillet, un truc comme ça) perdu au milieu de cette marée de posts sur la natalité!! Quant au pseudo, moi aussi je l’adoore!
    J’en rajoute juste une louche sur le sujet : ma grandmère ne cesse de me répéter que "ne pas vouloir avoir d’enfants, c’est être égoïste, ne penser qu’à soi et à son confort. Dans la vie, il faut savoir faire des sacrifices". Elle essaye de me faire culpabiliser, comme tous les autres mais… je résiste vaillamment à la pression. Je les laisse dire et j’essaie d’éviter les gens qui me gonflent avec ça. Ou alors je rembarre les gens qui ont le culot de me juger… Je n’ai trouvé que ça comme parade contre les réflexions désobligeantes. Dommage d’en arriver là!

  • #280 Hélène le 30 juillet 2006 à 17 h 55 min

    Seigneur, si c’est pas malheureux de lire des trucs pareils ! « Dans la vie il faut savoir faire des sacrifices » ??? Tu as bien du mérite de ne pas lui rentrer dans le lard Veurdjinaïe, grand mère ou pas grand mère, j’aurais jamais supporté d’entendre ça ! Qu’est-ce que ça peut bien lui faire, bon sang ?? Oui bon, je me calme ;-)

  • #281 lilou17 le 30 juillet 2006 à 23 h 43 min

    Bé dis-donc ! tu n’as pas chômé pendan mon absence ! Et les filles non plus.

    Beau sujet M’dame. J’aime qu’on aille titiller cette belle souvent oubliée qui se nomme "Tolérence".
    Et je rejoins mes soeurs, Gloria, Lili, Jacqueline et autres adeptes de la liberté de vivre selon ses choix.

    Bon, Gloria, je lui abandonne le saucisson et comme je me suis cognée les 285 com.(donc plus qu’elle) je prie Mme la Présidente de noter que je préfère le chocolat et que comme nul n’est parfait, pour moi c’est plutôt le chocolat au lait et que Mme la Présidente a le droit de se faire accompagner par un connaisseur pour le choisir et que la moitié de mon poids suffira (oui, j’ai grossi pendant les vacances, je ne veux pas la ruiner).

  • #282 Hélène le 31 juillet 2006 à 8 h 50 min

    Hi hi lilou17, va pour le chocolat au lait ! ;-) Contente de te retrouver ;-)

  • #283 laura le 31 juillet 2006 à 10 h 20 min

    Bonjour,

    Je suis l’heureuse maman de deux enfants et je trouve moins choquant le fait de ne pas en faire parce-que l’on en veut pas que celui d’en faire pour des raisons obscures. J’ai vu tant d’enfants mal dans leur tête parce-que leur mère ne les voulaient pas vraiment. Par contre, les filles, vous me choquez pour quelque chose (aïe). A vous lire, les enfants sont des espèces de pustules nauséabonds, oulà, quel calvaire quand vous êtes en contact avec des membres de leur espèces… Par contre certaines d’entres vous pour garder leur compagnon (qui, c’est bien connu, ne demandent aucun sacrifice, qui sont faciles à vivre au quotidien, que du plaisir et aucune contrainte) iraient jusqu’à faire des petits monstres. Ca, ça me choque ! Ca n’est pas une bonne raison pour faire un enfant ! Oui, il y a des contraintes avec des enfants, il faut faire des sacrifices mais y a t’il une chose dans la vie qui n’en demande pas ? Et moi, personnellement, ce que j’ai en retour, c’est magique !

    Bises (et encore pardon)

  • #284 princesse Lucie le 31 juillet 2006 à 22 h 17 min

    pourquoi mon commentaire n’apparait pas? ça fait deux fois que je le retape….

  • #285 Hélène le 1 août 2006 à 8 h 46 min

    Parce que tu y fais de la pub pour ton blog, et la pub, je la supprime ;-))

  • #286 princesse Lucie le 1 août 2006 à 10 h 00 min

    ah ok ben fallait le dire je savais pas moi…

  • #287 comicstrip le 3 août 2006 à 15 h 30 min

    merci beaucoup pour ce billet qui résume mes angoisses et mes colères… je vais très certainement en conseiller la lecture dans un de mes prochains billets sur mon blog.

  • #288 Hélène le 3 août 2006 à 15 h 32 min

    Je suis contente que ça serve comicstrip ;-) Sois la bienvenue !

  • #289 Sandrine le 4 août 2006 à 13 h 02 min

    Voila un sujet qui mérite qu’on s’y arrête. J’ai découvert ton blog, hier, Hélène en cherchant des témoignages sur l’endermologie.Je pense que je laisserai mon avis plus tard sur ce sujet.Entre parenthèse, j’adore ton style.C’est vif, direct, très marrant, original et plein d’imagination.Tu devrais écrire un bouquin ou un scénario …

    Bon, mais revenons au sujet épineux des enfants.
    J’ai 40 ans et je commence à être soulagée.En effet, toute ma vie je me suis torturée avec cette question; enfants pas enfants ? J’en avais pas envie mais je me disais que quand même ce serait mieux une famille, qu’une fois que je les aurais ça changerait ma vie , que j’en serai heureuse et que ça ferait tellement plaisir à ma mère et qu’il y aurait quelqu’un après moi. Enfin un vrai tiraillement d’autant plus que j’étais avec un homme de 50 ans qui en voulait tout de suite, donc il me mettait la pression.L’histoire a duré 3 ans et nous sommes séparés depuis 3 ans.Et maintenant, je suis seule, j’ai 40 ans et je me dis que de toute façon il est organiquement et éthiquement trop tard. Donc , je suis apaisée par rapport à cette question. D’ailleurs, je ne me suis jamais sentie aussi bien que maintenant.
    Ce qui ne m’empêche d’être "attirée" par les enfants.N’en n’ayant pas dans mon entourage (ni neveu, nièce ou autre ), j’envisage de faire du soutien scolaire auprès d’enfants en difficulté à la rentrée, histoire de donner plus de sens à ma vie,de donner tout simplement à au moins un enfant.
    Voila mon témoignage, une petite pierre de plus à ton édifice et qui m’a permis de synthétiser mes sentiments.

  • #290 Hélène le 4 août 2006 à 17 h 03 min

    Bonjour Sandrine, sois la bienvenue ! Merci beaucoup pour tse compliments adorables ;-)

    J’ai l’impression que la vie a choisi à ta place que que tu souhaitais en fait profondément, non ? Et pour ce qui est de faire du soutien scolaire, c’est chouette comme idée. Personnellement j’ai beaucoup pensé à parrainer une petite fille indienne pour lui permettre d’avoir une scolarité (les filles vont moins à l’école que les garçons, en Inde, comme dans tous les pays en développement), je pense que je le ferai un jour quand je serai prête à m’engager sans faillir pour 15 ans (la durée d’une scolarité, donc ;-).

  • #291 Sandrine le 4 août 2006 à 17 h 50 min

    Merci , Hélène de m’accueillir.

    Mais en quoi consiste le parrainage d’une petite fille indienne ?
    Est-ce seulement un soutien financier ou y a-t-il un véritable contact avec elle ?

  • #292 Hélène le 4 août 2006 à 18 h 07 min

    Je t’en prie Sandrine ;-)

    Dans le parrainage il n’y a pas des masses de contacts, tu envoies des sous, des lettres, des encouragements, et l’enfant te répond et te tiend au courant de ses résultats scolaires. Si tu veux aller le voir tu peux, mais ça reste assez distant malgré tout. Si tu as envie d’un vrai contact avec un enfant (ou des) enfnt(s) je pense que ton idée est plus adaptée.

  • #293 marinounette le 6 août 2006 à 12 h 53 min

    (Bon j’ai pas lu tous les comms hein ^^)

    J’suis d’accord avec toi aussi, pour moi les enfants, c’est inimaginable (du moins pour l’instant, mais j’pense pas dans le futur, puis j’ai même pas trouvé le père potentiel mouarf) !!
    J’entends des filles qui au contraire veulent des bébés (même pas des enfants, mais carrément des BEBES)… quand je les entends, j’ai envie de leur mettre 2 claques parce qu’à leur ton et à leur impatience, j’ai l’impression qu’elles ne réalisent pas ce que c’est, on dirait des sales gosses qui font un caprice à leurs parents en disant "je veux un chien" ou "je veux une poupée". Alors qu’un bébé c’est ni comme un chien ni comme une poupée (sinon ça serait trop simple, tout le monde il serait beau tout le monde il serait content)!!

    Puis même, je me sens déjà pas assez mature pour avoir un emploi définitif fixe, un mari fixe, alors un bébé fix…euh un bébé euuuuh !!!
    Puis (sûrement, je me trompe, sûrement, c’est égoïste) un bébé, ça t’enlève toute la liberté:
    – les nuits (à moins d’avoir un sommeil ultra lourd et d’être sourd en plus): faut se lever, gnagna, se rendormir si on est pas trop insomniaque, et finir la semaine dans le Guiness des Records de taille de cernes
    – la grossesse: interdit aux femmes enceintes, déconseillé aux femmes enceintes, pas bon pour les femmes enceintes… en gros tu peux faire quoi à part bouffer et dormir lol ?! Tu peux même pas t’agiter dans tous les sens sans qu’on vienne te dire "mais t’es enceinte, ménage-toi"… "Bah je me ménage si je veux, je suis enceinte, pas en porcelaine" (bon, je garantis pas la véracité de mes propos, j’ai jamais été enceinte lol)
    – le bébé est né: TU PEUX PLUS ALLER NULLE PAAAAAAAART, parce qu’il faut s’occuper du bébé (sans blague lol), puis t’as autant de conversation qu’une huître !! Les gens ayant eu un bébé que je connais ne parlent QUE de leur chérubin, ramènent tout à lui !! C’est mignon, c’est coulant d’amour et d’eau fraiche (ciel ! mon biberon !), mais c’est chiant.

    Voilà ;o))

  • #294 Hélène le 6 août 2006 à 13 h 26 min

    Marinounette le coup du bébé fixe m’a fait éclater de rire, et je crains que pour la liberté, tu ne te trompes pas ;-)

  • #295 marinounette le 6 août 2006 à 16 h 18 min

    Lol oui, mais mine de rien, c’est vrai lol !! Y en a qui ne réalisent pas qu’un bébé, c’est pas un hamster (qui crève en quelques années), un bébé c’est quelqu’un et non pas quelque chose qu’on se contente d’habiller (oui bon, que celui qui habille un hamster m’appelle, quand même ^^), on en est responsable, on l’éduque, c’est un gros boulot (j’ai pas dit boulet!!!! lol) qu’il faut gérer comme il faut (sinon autant s’acheter un tamagochi) !!

    Déjà, faudrait que je m’auto-gère, c’est déjà du boulot PTDR !!! (et je suis pas au bout de mes peines)

  • #296 Hélène le 6 août 2006 à 16 h 34 min

    Voui, moi aussi j’ai assez de boulot avec moi-même marinounette, je peux pas tout faire ;-))

  • #297 kila le 7 août 2006 à 12 h 06 min

    Que de lecture aprés presque 3 semaines d’absence!

    Et bien ce sujet…je l’espérais! Nan, c’était pas que de la curiosité mal placée.

    Je m’explique : je veux des enfants depuis ma plus tendre enfance. Et c’est loin d’être un caprice, c’est quelque chose que j’ai en moi depuis toujours. Seuls les gens qui me connaissent bien peuvent comprendre ce que je dis.
    Déjà j’ai la forme d’une mére (on ne ris pas c’est vrai!!), la patience d’une mére (un pleur de l’enfant d’1 autre ne m’agace jamais par exemple seule le parent inattentif m’agace), je suis trés attentive, super patiente, trés exigeante, sévére comme il faut (j’en ai gardé des génération de petits cousins, je peux te le dire)
    Et plus le temps passe, plus c’est là, viscérale, et de ne pas en avoir, ça me rends physiquement malade.
    Ben, pourquoi n’en portes-tu pas un me direz-vous?
    Et bien c’est que l’homme qui partage mes nuits (et mes jours aussi!!) lui n’en veut pas. Alors voilà pourquoi j’aime savoir pourquoi un être humain ne souhaite pas d’enfant, pour mieux le comprendre lui.

    Et bien ton témoignage est loin de me rassurer. Il me signifie : "E… ne changera pas!" Ce dont je me doutais trés fortement. (à bientôt 35 ans l’horloge biologique tourne tourne)
    J’ai des moments de veritables cauchemard où je suis prise entre les "je le quitte" et les "je l’aime trop, je fais le deuil (non le mot n’est pas trop fort) d’être mére un jour"
    Car il est hors de question de faire en enfant seule, pour moi, sans son accord, dans son dos etc…etc… Je veux des enfants pour leur transmettre ce que nous saivons, pour les accompagner, pour les rendre citoyens, autonomes, heureux, pour entendre des rires dans la maisonnée, pour les joies, pour les peines, les nuits blanches, j’ai en moins un désir puissant d’allaitement, de grossesse, d’accouchement.
    A 7 ans je lisais des livres sur la grossesse, l’éducation… c’est pour dire!!

    Je suis bien consciente que je ne peux forcer mon compagnon, et lui est bien conscient de mon désir si fort….quelle galére! On en est trés malheureux tous les deux.
    Votre chance à tous les deux c’est de partager le même non-désir…vraiment, quand ce n’est pas le cas, mais que l’amour est là, c’est vraiment une situation difficile.

    Merci encore pour ton témoignage et aussi à tous les commentaires (j’en ai lu la moitié), ça m’aide à comprendre, et aussi à relativiser, et si ma vie était quand même réussie sans enfant??? (je dis ça mais les larmes coulent trés vite si j’y pense plus de 3 min lol)

    Enfin, je termine : des générations de méres ont dû enfanter sans avoir le choix, ça donne des générations d’enfant non désiré, mal dans leur peau, des familles complétement désunies, des enfants qui ne voient plus leurs parents (j’en ai de nombreux exemple dans mon entourage)… le choix qu’on a aujourd’hui est ce qu’il y a de plus précieux. Comme a dit je sais plus quelle personne dans les commentaires : mon désir d’enfant si fort me fait bien comprendre ton non-désir.

  • #298 Hélène le 7 août 2006 à 12 h 16 min

    Kila je suis très touchée par ton commentaire, et j’ai mal pour toi. La situation que tu vis avec ton compagnon est hyper dure je trouve, c’est terrible d’être placée devant un choix pareil. Je ne sais que te dire, si ce n’est que je te souhaite d’arriver à faire un choix qui ne soit pas trop douloureux pour toi, et qui t’apporte du bonheur, du fond du coeur.

  • #299 sophie202 le 8 août 2006 à 14 h 31 min

    vouf que de lectures apres tant de semaines d’absence… Ce billet me touche parce que justement je suis à l’extème opposé comme Kila je me sentais mère avant même d’être une adulte… Heureusement mon conjoint partage mon désir d’enfant sinon je ne sais pas comment je pourrais gérer.
    J’ai eu 25 ans la semaine dernière et tout mon corps me réclame un enfant, c’est incroyablement physique comme besoin. Ma raison arrive tout juste à contenir ce désir.

    Il me reste un an d’étude avant d’être diplomée mais la perspective d’attendre encore 2 ou 3 ans me parait inconcevable.Et crois moi je garde ce désir secret car les "tu es trop jeune tu gacherais ta vie etc" je suis sure que j’y aurais droit… Et tout ça ne nous regarde que tout les deux.

    Si je pose la question du pourquoi à une personne qui me déclare ne pas vouloir d’enfant ce n’est certainement pas pour la pousser à se justifier grand dieux jamais. c’est plutôt parce que j’ai pour principe de toujours chercher à comprendre ce que je ne connais pas. pour me permettre de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons.

    Personnellement ce qui m’énerve c’est l’incrédulité des gens quand je dit que je ne crois en aucune force divine ni au destin… On m’a même répondu que j’étais surement limitée intellectuellement pour ne pas admettre l’existence d’une force supérieure… Mais merde y’a des gens qui croient d’autres qui ne croient pas, y’en a qui veulent des enfants d’autres qui n’en veulent pas ça les regarde c’est comme ça c’est à l’intérieur d’eux. Ca ne remet pas du tout en cause les valeurs de la personne en face qui est différente…. point barre!!!

    Je voudrais juste ajouter que je ne conçois pas de perdre ma libertée en ayant des enfants. Non mais ça veut dire quoi on devrait être l’esclave de sa progéniture?
    Je refuse de faire partie de ses personnes qui font partager la couleur et l’odeur des couches de leur bébé en pleine pause déjeuné (vécu par mon compagnon)… Qui deviennent atrocement négligées ou ne parlent plus que de la bronchite du dernier (vécu par mon compagnon aussi).

    Mais sincèrement autour de moi mes amis qui ont des enfants sont très très loin de ce schéma ils sont pas moins rigolos depuis qu’ils sont parents peut être un peu moins dispo mais très peu.

  • #300 Hélène le 8 août 2006 à 14 h 55 min

    Sophie202 merci beaucoup pour ce commentaire ; je pense ne pas avoir de bol avec les gens qui m’entourent, parce que je ne connais pas une seule fille qui ne soit pas devenue l’esclave de sa progéniture, justement, et c’est vrai que ça fait un peu froid dans le dos ;-)

  • #301 sophie202 le 8 août 2006 à 16 h 42 min

    Ben ça alors… Pas une seule? Pas plus tard que samedi j’ai fait la fête avec une de mes plus vieille amie (plus de 15 ans que je la connais), 23 ans, déjà un bébé heureuse et fétarde comme avant. Et franchement à part les contraintes matérielles liées au rythme du bébé, ça on n’y coupe pas, ben elle semblait pas esclave (je précise qu’elle a passé 3 jours chez nous ce qui m’a permis d’observer…)

    Pareil pour un autre couple avec lequel j’ai passé qqes jours de vacances avec plusieurs autre amis. Sincèrement je n’ai pas l’impression une seconde que leur bébé les a brimés ils ont fait la fete avec nous tout les soirs, sont allé se baigner, fait qqes ballades. D’ailleurs ce bébe n’a dérangé personne le plus sincèrement du monde…

  • #302 kila le 8 août 2006 à 17 h 19 min

    Je suis entiérement d’accord avec Sophie. Les bébés de mon entourage (amis pas famille) ont fort peu changé les habitudes de leur parents. Ils sont certes moins dispo, mais toujours aussi prêt à faire la fête, une bouffe, une sortie. C’est juste qu’ils faut prévoir un peu plus longtemps à l’avance.

    D’ailleurs j’ai des amis de longues dates qui débarquent dimanche pour 2 nuits avec leur 2 mômes (2 et 5 ans), dans notre F3, avec 1 seule chambre, je sais que ça ne va poser aucun problème. Les gamins s’adaptant fort facilement dés lors qu’on ne leur laisse pas croire qu’ils sont au centre du monde mais simplement des humains comme les autres.

    1 autre qui parle de partir en Chine l’an prochain avec 1 bébé de 3 mois et 1 autre de 2ans 1/2…

    Merci Héléne pour ton soutien ;-), là est ma chance, je suis extrémement soutenue, personne ne met la pression à mon compagnon, personne ne nous en parle, nous laissant gérer tranquillement ce "petit" contretemps…ainsi va la vie!!

  • #303 Hélène le 8 août 2006 à 18 h 12 min

    Ben non sophie202, les gens que je connais sont très centrés sur leurs enfants… mais je dois reconnaître que je ne suis pas hyper tolérante, et que je remarque immédiatement les enfants à qui on a donné l’habitude de prendre toute la place ;-)

    Je peux me tromper hein, mais c’est l’impression que j’ai.

    Kila je t’en prie, et je te souhaite force d’âme et gaité pour traverser ça ;-)

  • #304 kalloo le 9 août 2006 à 10 h 10 min

    sorti du sacro saint shéma : "couple marié, 2 enfants" point de salut !!!
    Il n’est pas "normal" de ne pas vouloir d’enfant, il n’est pas "normal" de n’en avoir qu’un (car c’est bien connu, qui dit enfant unique, ni enfant égo¨site, imbus de lui-même etc…), et il n’est pas normal non plus de faire/vouloir plus de 3 enfants sous peine d’être taxée de poule pondeuse (vécu par ma cousine !).
    Merci pour ce post (et par extension merci pour ton blog que je viens de découvrir car à ce texte) dans lequel je me retrouve complètement.
    Kalloo

  • #305 Hélène le 9 août 2006 à 10 h 32 min

    Merci kalloo, et sois la bienvenue ! ;-)

  • #306 pc le 10 août 2006 à 0 h 45 min

    Absolument d’accord avec Kalloo. Quoiqu’on fasse de toute façon il y en a toujours qui ont quelque chose à redire. La question de la maternité est un tabou absolu, encore aujourd’hui. C’est dans ce domaine que la représentation sociale est la plus forte. Les gens se croiraient presque autorisés a venir voir dans votre lit ce que vous y faites ! Et cette promiscuité subie de la part de parfaites inconnues collantes quand on est enceinte. J’ai un enfant, qu’est-ce que je n’ai pas entendu comme bêtises !! Je n’en aurais pas, j’en aurais deux, trois quatre cinq …. j’en entendrais autant, un peu différentes … mais remarquez que les hommes, on ne leur casse JAMAIS les pieds avec ça !
    Bravo pour ton billet Hélène, je m’y reconnais parfaitement !

  • #307 Eléanna le 18 août 2006 à 9 h 45 min

    Bonjour,

    Je te réponds avec plein de retard. Eléanna est un pseudo (au complet c’est même : Eléanna Exdrameriga qui est un anagramme de mes prénoms et nom officiels).

    Voilà
    Merci pour tes posts.

  • #308 Hélène le 18 août 2006 à 9 h 55 min

    Merci Eléanna pour cet éclaircissement ;-) Ton pseudo est vraiment très joli !

    pc je te (re) souhaite la bienvenue parmi nous, et je te remercie pour ton commentaire ;-)

  • #309 Claire le 18 août 2006 à 22 h 27 min

    Bonjour Hélène !

    Je suis tombée sur ton blog par hasard et le lis avec passion depuis bientôt une heure… et quel bonheur de tomber sur cet article !!! Alors avec un peu beaucoup de retard je me joins à toi pour clamer haut et fort que féminité ne rime pas avec maternité et qu’une femme doit pouvoir faire ce qu’elle veut de son corps et de sa vie. Société Occidentale ou non, nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir avant que nos droits soient reconnus… En tous cas c’est ce genre d’article dont nous avons besoin pour relancer le débat, toujours nécessaire, et faire avancer les mentalités.

    Quel beau blog ! Tu as gagné une nouvelle lectrice !

    à bientôt :-))

  • #310 Hélène le 19 août 2006 à 11 h 16 min

    Merci beaucoup Claire pour ton commentaire et ton enthousiasme ! Ca fait super plaisir ! Sois la bienvenue parmi nous ! ;-) Par contre, comme il y a déjà 8 Claire, puis-je te demander d’ajouter un tout petit quelque chose à a fin de ton prénom pour en faire un pseudo unique avec lequel je puisse te reconnaître ? Merci ! ;-)

  • #311 ClaireZ le 20 août 2006 à 0 h 50 min

    ClaireZ c’est pas pris ? Parce que là je suis à court de créativité ! Merci pour ton message de bienvenue ! à bientôt !

  • #312 Hélène le 20 août 2006 à 13 h 08 min

    ClaireZ c’est impec, merci beaucoup ! A bientôt ;-)

  • #313 Hélène le 22 août 2006 à 9 h 57 min

    Je suis contente si ça peut aider un peu les autres Caramia ;-)

  • #314 Jeanne le 24 août 2006 à 12 h 04 min

    Bravo Hélène pour ce billet

    Bien qu’enceinte et immensément heureuse de l’être, il n’est pas question pour moi de te sauter au visage

    "Un enfant quand je veux si je veux", ça reste valable en dehors des manifs et des tracts, et surtout en dehors des manifs et des tracts, d’ailleurs

    Avoir un enfant pour faire plaisir, faire comme tout le monde, payer sa retraite, avoir de la compagnie pour ses vieux jours… ce n’est pas perpétuer l’espèce, mais assurer la prospérité des psy qui ne cesseront de recevoir sur leurs divans des enfants nés pour de mauvaises raisons

    La seule raison qui vaille, c’est l’envie. Et justement, cela n’a rien à voir avec la raison.

    Bisous

    PS: Je réponds très tard, parce que j’étais en vacances, sinon tu penses bien que je me serais déjà jetée sur ton blog comme la vérole sur le bas-clergé

  • #315 Hélène le 24 août 2006 à 12 h 11 min

    Je suis heureuse que tu sois revenue Jeanne, et heureuse que tu annonces ta grossesse sur le net mondial, ça veut dire que c’est bien parti, yihou ! Quel pied !

  • #316 Esme le 24 août 2006 à 12 h 48 min

    Quoi?

    Felicitations Jeanne! quelle nouvelle!

  • #317 Jeanne le 24 août 2006 à 13 h 33 min

    Merci madame la Première Ministre

    Comme tu le vois, je m’occupe de la croissance de la population facholandienne!

  • #318 Esme le 24 août 2006 à 13 h 43 min

    je vois je vois! Bravo!

    ca vaut bien un verre quelque part un de ces 5 non?(avant que je ne prenne conges de la ville de Paris!)

  • #319 hippalion le 24 août 2006 à 14 h 37 min

    J’ai une amie qui ne veut pas avoir d’enfant et je ne lui ai jamais demandé la raison de ce choix. D’autres ami(e)s m’ont un peu fustigé en rétorquant que je manquais d’intérêt pour les gens et que j’aurais du lui demander les raisons de son choix. Mouais … , mais j’ai toujours pensé que la curiosité était un vilain défaut et qu’il était facheux de poser des questions indiscrètes aux personnes. Cependant, grâce à ce blog, tintintin (petit son de victoire, je sais, je fais bien le petit son de victoire), je suis convaincu d’avoir fait le bon choix de ne pas poser la question. Je devrais imprimer ce billet et le montrer à mes détracteurs et détractrices.

  • #320 Hélène le 24 août 2006 à 14 h 43 min

    Absolument Hippalion, c’est toi qui a eu raison de t’abstenir ;-))

  • #321 Jeanne le 24 août 2006 à 16 h 15 min

    Je pense aussi que tu as raison de t’abstenir.

    C’est ça qui est redoutable : on attend toujours d’une minorité qu’elle se justifie, ou s’explique, ou simplement annonce d’emblée la couleur… on demande à une femme qui ne veut pas d’enfant d’expliquer pourquoi, à un(e) homosexuel(le) de rendre public ce qui se passe dans son plumard.
    Jamais, en revanche, on ne demandera à une femme qui veut des enfants pourquoi elle en veut, et aucun hétérosexuel n’a jamais eu à faire son coming out devant ses copains, sa famille ou ses collègues de travail!

    Ceci dit, et malgré ce que je dis, je sais que quand Hélène m’a expliqué – il y a déjà fort longtemps – qu’elle ne voulait pas d’enfant, je lui ai demandé pourquoi parce que c’est un choix qui m’est étranger, même si 1- je le respecte 2- ça ne me regarde pas, surtout!

  • #322 @xL le 8 septembre 2006 à 0 h 54 min

    Quel soulagement de pouvoir enfin lire ne serait ce que quelques mots sur des femmes qui ne veulent pas d’enfants !!!

    Sur la toile, théoriquement, nous avons réponse à presque tous. Presque car sur yahoo, pas un site sur les femmes sans désirs d’enfants, pourtant d’autres pays en ont.

    J’ai 29 ans, cela fait plus de 15 ans que je dis à qui veut l’entrendre que je n’aurais pas d’enfants et bien évidemment toujours les mêmes vieille réflexions.

    Pourquoi ne pas en avoir ?
    Sans doute un ras le bol de cet "état providence" qui incite plus que fortement à enfanter.
    Pour certain l’intérêt n’est pas de donner une éducation et d’aimer mais réside bien souvent en quelques mots : AIDES EN TOUT GENRES.
    Ces aides ne font pas l’éducation, la politesse, le respect.
    Avoir un enfant est une lourde responsabilité a ne pas prendre à la légère.

    Ne pas avoir d’enfant au sein de notre société est toujours signe de soucis (impossibilité, homosexualité, …). Notre liberté de choix doit être respectée mais c’est un combat que nous devrons livrer tout comme les homosexuels l’ont fait avant nous.

    A bas les idées recues, vive le respect d’autrui !!!

  • #323 Hélène le 8 septembre 2006 à 9 h 13 min

    Bienvenue à toi @xL ;-) Reviens quand tu veux, merci pour ton commentaire !

  • #324 Le confit c’est pas gras le 15 septembre 2006 à 13 h 26 min

    Hélène, j’ai vécu cette semaine une soirée qui m’a rappelé ce billet. Un relou m’a bassinée pendant deux heures :
    – Ben alors, vous allez faire des enfants, non, avec Brad ?
    – Pas tout de suite, non.
    – Ben ooohhhh, c’est l’âge pourtant !
    – …
    – Allez, faites des enfants, c’est chouette, les enfants !
    – …
    – T’aimes pas les gamins ? Tu les trouves pas super mignons ?
    – Si, et alors ?
    – Et une maison ? Pourquoi vous achetez pas une maison ?
    – Parce que t’as vu les prix de l’endroit où on vit ?
    – Et alors ? Il vaut mieux un crédit qu’un loyer.
    – Oui, sauf si le crédit te coûte 3000 € par mois.
    – Je connais pourtant des gens qui ont acheté. Et bon, faut bouger, aller à la campagne !
    – Ici, même la campagne est chère. Et puis j’aime pas la campagne.
    – Comment ça, t’aimes pas la campagne ?
    – Je préfère rester en ville.
    – Ooooooh, la bourgeoise !
    – ????
    – Tu changeras d’avis, rien de mieux qu’une maison quand tu as des enfants.
    – J’ai grandi toute ma vie dans un immeuble.
    – Oui, mais c’est quand mieux un jardin. Et puis à la campagne, t’as pas la pollution, le bruit…
    – …
    – C’est vraiment trop con de jeter l’argent en loyers.
    – …
    – Et vous comptez pas vous marier ?
    – Non.
    – Vous êtes ensemble depuis quelques années, non ?
    – Oui.
    – Pourquoi vous vous mariez pas, alors ?
    – …

    Putain, j’ai mis 2 jours à m’en remettre ;-)

  • #325 Hélène le 15 septembre 2006 à 16 h 21 min

    Seigneur, quelle angoisse !! Tu as réussi à garder ton sang froid ?? Moi j’aurais pas pu ;-)

  • #326 Le confit c’est pas gras le 15 septembre 2006 à 16 h 32 min

    Ben j’ai réussi, mais j’ai vraiment mis deux jours à m’en remettre. Je dois être influençable, parce que ce genre de plans, ça me fait douter de ce que je suis (seulement pendant deux jours, je te rassure, après je reprends du poil de la bête).
    Et encore, je ne t’ai raconté qu’un petit bout de la conversation. Je vais publier l’intégrale sur mon blog.

  • #327 Anne Cé le 15 septembre 2006 à 16 h 44 min

    ah, mais c’est atroce cette inquisition, Anaik ! tu m’étonnes que tu aies mis deux jours à t’en remettre !!

    je veux bien comprendre à la rigueur que la vieille tante qui pique puisse poser la question "et le mariage ? et les enfants ? et la maison ?" mais qu’elle se taise une fois qu’on a répondu ! je n’ai jamais eu affaire à ce harcèlement, ouf ! triple ouf !

  • #328 Le confit c’est pas gras le 15 septembre 2006 à 18 h 32 min

    Si tu savais Anne Cé ! C’était même pas une vieille tante, mais un jeune gars se voulant branché. On est foutues ;-)

  • #329 Hélène le 15 septembre 2006 à 21 h 08 min

    Roh ça craint que ça te fasses douter Anaik, ce genre de naze ne mérite qu’une chose : être regardé avec des yeux ronds, comme un extraterrestre arriéré. C’est lui qui est foutu ;-)

  • #330 lunairia le 2 octobre 2006 à 16 h 06 min

    Plus que la pression sociale (que je ne ressens pas plus que ça en fait. ) c’est le fait qu’il faille toujours s’extasier devant un gosse. Oui je les trouve mignon ces bébés, touchant, etc…Mais j’ai horreur quand on s’en extasie pendant des heures ! Sincèrement dans cette société on ne sait pas mettre l’enfant à sa place, on l’idolâtre beaucoup trop.
    On en fait des petits tyrans.
    La pression sociale il faut s’en accomoder. Je suis déjà à contre courant pour plein de choses, donc personne ne m’emmerde avec le fait d’avoir des gosses ou pas !!!!!!!

  • #331 Hélène le 2 octobre 2006 à 19 h 49 min

    Sois la bienvenue lunaira ! Et merci pour ton commentaire (moi non plus je m’extasie pas devant les bébés, mais c’est parce que je trouve pas ça particulièrement touchant ;-))

  • #332 karinou le 9 octobre 2006 à 11 h 54 min

    comme beaucoup d’entre vous, je me sens moins seule en lisant tous ces messages.

    J’ai 31 ans et mon absence de désir d’enfants est bien ancré en moi
    Comme il ne faut jamais dire jamais, je suis sûre à 99.99% de ne pas en vouloir.

    Je ne conteste absolument pas tout l’amour qui découle d’un enfant mais mis à part ça, pour mois il n’y a que des inconvénients et contraintes
    pour moi un enfant représente 5 minutes d’amour dans une journée pour 23h55 d’angoisse, de fatigue, d’abnégation…

    je trouve que la vie actuelle est suffisamment compliquée pour la rendre encore plus difficile avec un enfant.

    pour répondre à un message (je ne sais plus le pseudo) qui demandait les raisons précises du non désir d’enfant, ben je peux lister des centaines d’exemples.
    en voici quelques uns (rassurez-vous, je ne vais pas tous les citer!)

    Avant la naissance :
    – pendant la grossesse : angoisse du bon développement de l’enfant (peur d’une malformation, d’un handicap lourd qui te suivra toute ta vie….) ; fatigue……, abandon du père
    – peur de l’accouchement

    Après la naissance (donc pour les 50 années à venir) :
    – juste après la naissance, les nuits blanches, 20 kg à perdre….
    – l’angoisse de la mort subite du nourrisson ou de toute sorte de maladie que l’on peut découvrir
    – 90% des tâches liées à l’enfant incombent à la mère,
    le papa est merveilleux quand il daigne changer une couche par mois, donner le bain 1 fois par an (le pauvre, il travaille lui)
    dans notre société, c’est normal qu’une femme assume : enfant, travail, entretien de la maison
    le pauvre papa, lui, il faut bien qu’il se repose quand il rentre du travail !
    et puis il a besoin de faire son sport, de se détendre…..
    si elle veut que son homme partage les tâches à 50% c’est une femme et une mère indigne !
    – le corps de la mère a changé : donc après tous les activités du quotidien, elle doit trouver le temps de faire du sport pour essayer de retrouver sa silhouette svelte d’avant, pour que son homme continue à la regarder
    – le couple ne vit + que pour les enfants car ceux qui disent qu’on n’arrête pas de vivre quand on a des enfants mais comment faire quand on n’a pas de famille pour garder les enfants, et pas assez d’argent pour payer une nounou
    – l’homme et la femme ne partagent même + les vacances en commun car il faut bien garder les enfants pendant les 2 mois d’été donc la mère est en congés le mois de juillet, le père au mois d’aout : donc super pour les moments de partage à 2
    – sans parler des soucis d’argent

    et puis les soucis qui vous poursuivent jusqu’à votre mort :
    – qu ils soient en bonne santé, n’aient pas d’accident (moto, chute….)
    – qu’ils travaillent bien à l’école
    – qu’ils trouvent un emploi stable
    – qu’ils réussissent leur vie sentimentale, bref qu’ils soient heureux
    – que leurs enfants (donc vos petits enfants) soient en bonne santé, qu’ils travaillent bien à l’école…………

    sans parler qu’en cas de séparation (très fréquente), la femme se retrouve seule à tout assumer,

    Quand je rentre du boulot (c’est la seule contrainte à laquelle je ne peux échapper), j’ai envie de pouvoir m’affaler sur mon canapé sans avoir à donner le bain, faire la cuisine, le ménage…
    En un mot : LIBERTE

    Et puis les gens qui disent que c’est égoïste de ne pas vouloir d’enfant, ce sont ceux qui en font pour ne pas se retrouver seuls pendant leur vieillesse ou parce qu’ils ne savent pas quoi faire d’autres dans leur vie.
    Combien d’enfants souffrent de manque d’amour, de violences et j’en passe

    Je comprends tout à fait les gens qui veulent des enfants mais c’est aussi quelque part égoïste (je ne juge absolument pas) car si c’était par pur générosité, les gens adopteraient les millions d’orphelins qui ne demandent qu’à être aimés non ?

    Bon j’espère ne pas vous avoir choqué mais en tous cas, même si je dépeins un triste tableau de la vie d’une mère, ce ne sont que des réalités ! même s’il doit y avoir de beaux moments aussi, je n’en doute pas

    Merci en tous cas Hélène de permettre pas ce blog de nous exprimer.
    A bientôt

  • #333 Hélène le 9 octobre 2006 à 12 h 08 min

    Merci karinou pour avoir pris le temps d’écrire ce commentaire et de le partager avec nous. Je te souhaite la bienvenue, reviens quand tu veux ! ;-)

  • #334 Marina le 25 octobre 2006 à 12 h 47 min

    Fatiguée par les remarques de la mère (quand tu en auras, etc,), je tape ce matin sur le net "pas d’enfant" pour savoir si je suis normale à ce sujet, et ô miracle, je tombe sur ce site ! Depuis toute petite, je ne veux pas d’enfant (j’ai 31 ans), et j’avoue que je n’arrive pas à me justifier face aux personnes qui veulent me faire changer d’avis … Je n’en ai pas le besoin, rien ne m’interpelle quand je vois un bébé ou une femme enceinte. Heureusement mon mari pense la même chose … Nous sommes peut-être trop amoureux l’un de l’autre pour laisser de la place à un autre être. De plus, la responsabilité d’élever un enfant, qui deviendra adulte me semble trop lourde. Après tout il n’aura jamais demandé à venir au monde. Je ne me sens pas prête à donner des ordres, à contraindre quelqu’un, même mon propre enfant, pendant toutes ces années. Merci pour tous ces témoignages, j’essaie aujourd’hui de me sentir plus libre face à la pression familiale, mais c’est difficile. Pourtant je résiste, car la plus grosse erreur serait de céder pour faire comme tout le monde et contenter sa mère ! Alors courage !

  • #335 Hélène le 25 octobre 2006 à 12 h 54 min

    Marina sois la bienvenue ! Bien sûr qui’l ne faut JAMAIS faire ça pour céder à la pression, tu en prends pour la vie, et vu de l’extérieur ça a l’air d’une sacrée contrainte, il faut vrament en avoir très envie pour le faire. Et il n’y a pas de jsutification à produire, tu n’as pas envie, point barre. Chacun sa vie, non mais.

  • #336 Marina le 25 octobre 2006 à 13 h 00 min

    Merci pour le soutien ! Mais une chose m’intrigue : est-ce que le désir d’enfant ou du "non-enfant" est sociologique (famille nombreuse, mère casse-pied, expérience difficile du style décès d’un frère ou d’une soeur) ou bien est-ce que ça a un rapport hormonal (j’ai lu un article là-dessus l’autre jour, l’instinct maternel serait du à la présence +ou – élevé d’une hormone, que les hommes ont aussi d’ailleurs). Est-ce que quelqu’un a une idée ? Merci !

  • #337 Hélène le 25 octobre 2006 à 13 h 17 min

    Oulah ! A mon avis c’est un mélange de milliards de trucs ultra compliqués e totalement différents d’une personne à l’autre, et voloir trouver une explication revient pour moi à dire qu’il en faut une car quelque part ce n’est pas « normal », donc je m’y refuse ;-)

  • #338 nouk le 1 janvier 2007 à 12 h 29 min

    12:24 le 1er janvier 2007. Ce n’est pas le champ et la zik qui m’ont tenue éveillée cette nuit de saint sylvestre, mais mes deux petits bouts de 3 ans et demi, hystérique, et 4 mois et demi, malade. Et dire qu’avant de rencontrer le père, je m’étais jurée de ne JAMAIS me reproduire… Alors pour survivre à la condition de mère, je vais sur Maman au secours.

  • #339 Hélène le 1 janvier 2007 à 14 h 39 min

    Sois la bienvenue nouk ! Moi aussi je vais sur Maman au secours, pour voir ce à quoi j’ai échappé ;-))

  • #340 Sophie le 22 janvier 2007 à 6 h 07 min

    Bonjour,

    J’ai 30 ans passés, un mari, un chat et pas d’enfant. Et comme pas mal de fille qui ont écrit dans ces commentaires, en plus de toi Hélène évidemment, je ne ressens absolument aucun désir d’enfant. Pourtant je les aime les enfants, d’ailleurs je travaille toute la semaine avec eux; mais je les aime pour les bons côtés: le jeu, la rigolade, pas les couches, les colères, les maladies et l’obligation de se lever la nuit, tôt le matin, d’assister aux matchs de foot ou aux galas de danse. D’accord je sais, il y a aussi des moments de bonheur, je n’en doute pas, sinon les gens ne feraient pas d’enfant. Moi, ce qui m’attire, c’est choisir le prénom et acheter les vêtements, ça fait lourd!
    Et puis un truc bête: être enceinte me fait peur et prendre des kilos alors que j’accepte mon corps en ce moment, non!
    Ca tombe bien mon homme ne veut pas d’enfant.
    Nous sommes plutôt atypiques:pas d’enfant, une vie à l’autre bout du monde, pas d’achat de maison prévu, nous ne faisons pas d’économie, mais nous voyageons.
    Evidemment, nous avons eu les remarques, surtout moi, d’ailleurs pas plus tard que vendredi: "tu sais moi j’ai eu ma fille à 30 ans, ma soeur à 35", et la pire réflexion je crois, c’est quand même: "ça viendra"; à vrai dire, tant que je n’en veux, j’aimerais autant que ça ne vienne pas!
    Dans l’ensemble, la famille ne m’embête pas, les "inconnus" pas trop et j’avoue, ça me procure un certain plaisir de leur dire "non je n’en veux pas" car pour la majorité, c’est complètement inenvisageable d’être femme, mariée,d’avoir un boulot, de ne pas vouloir d’enfants et d’être heureuse.

    Cela dit, j’ai 30 ans, peut-être que dans quelques années, je serai maman (même si là maintenant, je n’y crois pas).

  • #341 Siri le 4 février 2007 à 20 h 23 min

    Merci Hélène pour ce post!
    Ca me rassure de voir que je ne suis pas seule dans ce cas. Je n’ai que 23 ans, mais les filles autour de moi commencent progressivement à devenir mères, et donc pour beaucoup à essayer d’imposer leur choix aux autres. Les pires sont celles qui ont leurs enfants avant 25 ans je trouve: pour elles, il est "normal" et "naturel" pour une femme de désirer un bébé. Certaines vont même jusqu’à dire que les mères "tardives" (vers 30-35 ans) sont folles et indignes. Je te laisse imaginer ce qu’elles pensent des femmes qui ne veulent pas être mères…

    Perso, je ne veux pas d’enfants (je n’aime pas les enfants, je ne souhaite pas être enceinte).Je changerai peut-être d’avis un jour. Peut-être pas. Mais je ne vois pas en quoi ce choix concerne les autres!

  • #342 Hélène le 4 février 2007 à 20 h 48 min

    Sois la bienvenue Siri ! Et courage pour tenir tête à ceux qui voudraient que tout le monde soit comme eux ;-)

  • #343 Marmotte le 16 février 2007 à 17 h 22 min

    Merci pour ce billet réconfortant! Oui je me sens un peu seule parfois face aux commentaires et remarques culpabilisants de voisins et collègues de boulot surtout, les vrai(e)s ami(e)s ne faisant pas partie de ces arrogant(e)s.
    Comme Sophie ci-dessus, 30 ans, mariée, un chat, j’ai en plus une grande maison (les voisins, 3 bambins, nous sont tombés dessus pour nous dire "qu’une grande maison comme ça sans enfants : c’est vraiment trop trop triste…" ) et je travaille depuis plusieurs mois maintenant à temps partiel ("ah bon, mais tu n’as pas d’enfants, qu’est-ce que tu fais alors?"…)
    La route vers la tolérance est encore longue!

  • #344 Pourtoujours le 18 février 2007 à 0 h 08 min

    Bon apparemment ceci a ete poster il y a longtemps.
    COMME TU M’AS SOULAGEE!
    TU AS TOUT DIT, A 100% TOUT CE QUE JE RESSENS!!!
    TOUTES CES QUESTIONS M’ONT ETE POSEES.
    Te rends-tu compte que quelqu’un au travail que je connais a peine m’a dit un jour "alors tu es mariee, c’est quand le premier bebe" et j’ai dit "ouhlala, c’est pas pour moi" et le type (un mec, en plus!) a ose me dire "mais t’es folle, et ton mari le sait???" et j’ai dit ironiquement "non bien sur, je lui cache ca" et le type m’a cru. LOL!!!
    J’aimerais t’ecrire tu m’as l’air tres interessante du coup!!! hahaha ou est-ce que je trouve ton email?
    A ++++

  • #345 La Cuiller En Bois le 18 février 2007 à 1 h 16 min

    Tu trouveras le mail d’Hélène sous l’affiche de "pas besoin de souffrir pour être belle", dans la colonne de gauche.

    :-)

  • #346 Pourtoujours le 18 février 2007 à 1 h 24 min

    Par contre j’ai une question.
    Je ne l’ai jamais dit a ma famille, surtout ma mere. Ma mere est un genre de Dictateur, d’ailleurs ce n’est pas la premiere chose que je ne lui ai jamais dit, pour echapper a ses manipulations…………… Alors je dit "rien". Le jour de mon mariage elle m’a fait une liste "tu attendras 3ans pour avoir des enfants, ensuite tu en auras 2, ensuite ils seront batises a notre Eglise, pas celle de ton mari, ect…". Je suis tres differente et elle le sait au fond d’elle et parfois elle me deteste pour ca. Mais c’est une autre histoire.

    J’ai fait mes choix toute ma vie sans la consulter. Et celui-la en est un autre, et j’en suis bien sure.

  • #347 Hélène le 18 février 2007 à 14 h 14 min

    Sois la bienvenue, Pourtoujours ;-) J’ai bien reçu ton mail, je te réponds dans les jours qui viennent.

  • #348 karine le 21 février 2007 à 11 h 42 min

    348e commentaire… je me sens beaucoup moins seule, tout à coup ! ça fait quelque temps que je lis ton blog (quasi) quotidiennement, et j’ai souvent eu envie de réagir. je m’identifie énormément à ce que tu écris (comme le truc sur les baumes pour les lèvres, par exemple !). et là, je me suis dit : allez, lance-toi ! donc merci pour ce post, qui m’a permis de voir que je n’étais pas un "cas isolé" !

  • #349 Gnondpomme le 23 février 2007 à 0 h 37 min

    Tout d’abord un grand merci Hélène pour ce blog que je lis depuis quelques temps déjà, et qui me fait souvent hurler de rire !

    Personnellement je suis plutôt dans la catégorie qui aimerait des enfants, mais je ne comprends pas qu’on puisse traiter avec autant de mépris les gens qui n’en veulent pas. Après tout c’est bien plus égoïste de mettre des enfants au monde et de ne pas s’en occuper correctement plutôt que de choisir de ne pas en avoir si ce n’est pas son truc !

    Une émission sur la télévision suisse romande diffusée hier parle justement de ce tabou, un peu dans la lignée de l’article d’Hélène. J’imagine que ça peut intéresser certaines lectrices, le sujet est disponible à l’adresse suivante : http://www.tsr.ch/tsr/index.html...

  • #350 funambuline le 23 février 2007 à 2 h 04 min

    Comme Gnondpomme, j’ai vu avec beaucoup d’intérêt l’émission "suisse" dont il (elle?) parle… assez particulier… intéressant… dérangeant surtout… du coup je me permets un autre lien… dérangeant… Hélène, n’hésite pas à l’enlever, vraiment, si tu as peur que ça dérive un peu trop!!!
    http://www.nokidding.net/

  • #351 Gnondpomme le 23 février 2007 à 11 h 01 min

    Pour funambuline, je suis une fille, c’est vrai que c’est parfois difficile à deviner sur internet !

  • #352 Hélène le 23 février 2007 à 11 h 36 min

    karine sois la bienvenue ! (puis-je te demander une mini modif de pseudo, bvous êtes plusieurs karine et je ne voudrais pas vous confonder ;-)

    Gnondpomme bienvenue à toi ! Merci beaucoup pour le lien, que je vais aller regarder avec intérêt.

    Funambuline il n’y a aucun problème avec nokidding, que je connais depuis des années et dont je cherche désespérément une branche francophone ;-)

  • #353 funambuline le 23 février 2007 à 11 h 44 min

    Oups, pardon mademoiselle Gnonpomme :-)

    Pour nokidding, je ne sais pas, j’ai trouvé (dans le reportage encore) certains d’entre eux vraiment trop grave, leur discours sur les "fous" qui décident d’avoir des enfants m’a vraiment dérangé. Que l’on respecte dans la société le choix de ne pas avoir d’enfants, ok, mais passer à l’extrême inverse, non merci…

  • #354 Gnondpomme le 23 février 2007 à 11 h 54 min

    C’est vrai que dans le reportage le discours des adeptes de nokidding était plutôt extrême. Mais c’est aussi la branche américaine, où souvent tout est plus extrême qu’en Europe. Par contre je comprends très bien qu’on puisse chercher à se faire de nouveaux amis qui eux aussi n’ont pas d’enfants.

  • #355 Hélène le 23 février 2007 à 12 h 11 min

    Oh oui Gnondpomme, si tu savais comme je flippe à chaque fois qu’une de mes amies fait des enfants, à l’idée de la perdre (yep ça m’est déjà arrivé)…

  • #356 funambuline le 23 février 2007 à 15 h 02 min

    C’est drôle, en zappant tout à l’heure je suis tombée sur l’émission (éminament débile) de Jean-Luc Delarue avec des témoignages de couples ne voulant pas d’enfants… la société bouge, le thème est à la mode… mais étonnament je ne me sens proche d’aucun de ceux qui racontaient leur choix.

  • #357 virgulle75 le 25 février 2007 à 19 h 17 min

    En même temps je lisais les réflexions des gens de tes diners … ça ne me priverais pas de faire du babysitting plutot que de passer la soirée avec des personnes si peu sympas .
    Franchement cette obligation sociale je ne l’ai jamais senti : pendant 25 ans j’ai dit que je n’aurai jamais d’enfant, après j’ai dit un seul car on a le droit de changer d’avis , puis 3 d’affilés tellement ça m’éclate …. par contre les enfants ça méclate VRAIMENT ! et tu vois ton blog m’explique pourquoi beaucoup de parents de l’école en ont tellement rien à carrer de leur moutard : en fait ils n’avaient pas de désir d’enfant , ils avaient une pression sociale : quand je vois comment ils sont heureux que je prenne leur gamin à dormir un samedi : alors qu’ils ne le voient pas de la semaine : ça me semblait bizare : comme c’est dommage pour eux : ils auraient été tellement heureux sans enfant . Il faut être apaisé avec cette décision pour ne plus se sentir touché par des commentaires désobligeant ….
    Tous les commentaires de cette discussion sont passionnant car ils montrent tellement de visions différentes de ce non désir : merci de l’avoir ouverte.
    Pourtoujours : ça fait tellement de peine cette relation avec ta mère : cette impossibilité de lui dire non ou c’est ma vie …. on finit toujours par se libérer de ce genre de mère : gagne du temps : fais le vite .

  • #358 La Cuiller En Bois le 26 février 2007 à 13 h 00 min

    A 14 h, sur France 2, aujourd’hui, l’émission de Delarue (toute une histoire, je crois) porte sur le choix de ne pas avoir d’enfants.

  • #359 funambuline le 26 février 2007 à 13 h 02 min

    Oui, je l’ai vue il y a quelques jours (ça passe avant sur la Télévision Suisse Romande), c’est affligeant!!! Intéressant, mais tellement caricatural que j’en suis sortie très troublée, avec surtout aucune envie qu’on ne me comparre à ces témoins-là!!!

  • #360 La Cuiller En Bois le 26 février 2007 à 13 h 06 min

    Cela va donc alimenter la thèse de "télé-poubelle" d’Hélène ?

    :-)

  • #361 funambuline le 26 février 2007 à 13 h 09 min

    Absolutly dear Gloria, absolutly :-)
    je dirais même plus:
    Absolutly dear Gloria, absolutly ;-)

  • #362 Archie le 28 février 2007 à 11 h 41 min

    Ne regrette rien.

    Si ça avait été à refaire, je n’aurai pas eu de môme, c’est usant pour les nerfs, contraignant au possible et une source de complications invraisemblables.

    D’autant que les orphelinats sont assez remplis comme ça sans aller rajouter une andouille de plus dans les ANPE et les Mac Dos.

    Les enfants je n’aime vraiment pas, le problème c’est que ça parle. Déjà que beaucoup d’adultes sont pénibles, alors un embryon d’adulte, c’est le top…

    Je n’ai jamais compris cette espèce de dévotion béate qui confine à l’aliénation de la plupart des gens qui gobent comme des autistes devant le premier morceaux de viande rose qui passe.

    Il y a de quoi s’extasier en effet, ça hurle, ça couine, c’est toujours en train de pigner sans raisons, ça fout le bordel dans tous les coins et il faudrait en plus mettre tout ce foutoir sur le compte de la sacro-sainte magie de l’enfance…

    Marre des représentant fanatiques du dogme, vos gamins ne sont ni les plus beaux ni les meilleurs, juste aussi gonflants que ceux des voisins.

    Et là j’entends déjà les cris d’horreur… Mais il a un môme LUI ?! Ben oui, pas choisi non plus faut dire, il était déjà en route quand je suis arrivé. Maintenant, faut pas dramatiser non plus, on peut très bien aimer son gamin et rêver secrètement de lui offrir un collier anti-aboiement, c’est pas du tout incompatible. Enfin vivement l’age adulte, qu’on commence à avoir des sujets d’échanges, les pokemons c’est pas mon truc.

  • #363 Hélène le 28 février 2007 à 11 h 47 min

    Sois le bienvenu Archie ;-) Je n’aurais peut-être pas osé exprimer les choses aussi crûment, mais ton commentaire m’a fait sourire et je m’y suis pas mal retrouvée ;-)

  • #364 pronto le 1 mars 2007 à 9 h 30 min

    je suis un homme et je tombe sur ton blog par hasard et un peu tard, en cherchant des avis concernant l’envie ou pas d’avoir des enfants. Je constate que cette question ne sensibilise que les femmes car je n’ai trouvé aucun site témoignant de ce sujet du point de vue masculin. Pourtant c’est aussi très délicat d’affirmer que nous ne voulons pas nous reproduire… Mon manque de maturité (j’ai 45 ans), ma difficulté à grandir, à devenir un homme, mon égoïsme, ma petite vie sans progéniture, mon inutilité sociale… Tout y passe, et je dois aujourd’hui affirmer d’une manière un peu véhémente mon choix pour éviter les discussions aussi cruelles qu’inutiles, puisque j’ai déjà résisté à un npmbre certain de femmes, vu mon âge… J’ai parfois la sensation d’être un hérétique refusant d’adhérer à la grande secte de l’Hommo Familia.
    Les critiques sont d’autant plus virulentes que je suis illustrateur… pour enfants ! Et j’ai beau dire à qui veut l’entendre que ma création, la vraie, c’est dans mes dessins que je la mets, peu le comprenne. Je suis même parfois obligé de cacher ma situation non familiale à mes clients éditeurs, car pour certain, comment puis-je bien faire mon métier, puisque d’après eux, je ne connais pas le public pour lequel je travaille…
    Aujourd’hui, je suis depuis 2 ans et demi avec une femme de 35 ans, qui évidemment commence à me tanner avec son désir de se reproduire avec mes spermatozoïdes, alors que je sais qu’elle n’est pas faite pour ça. Elle a envie de réorienter sa vie professionnelle dans un domaine qui n’autorise pas autre chose qu’une disponibilité totale, elle stress dès qu’une contrariété surgit, elle est flippée avec l’argent, pas radine mais toujours la peur d’en manquer. En plus, elle sait depuis l’origine de notre histoire que je ne suis pas le genre de mec à qui on parle de progéniture. Alors je pense que c’est cette peur de le regretter un jour qui la pousse à vouloir que je me clone avec elle.
    Au fond, elle non plus, elle n’a pas envie d’en avoir, et là, la boucle est bouclée, on enrevient à ton témoignage, et pour une femme, ce n’est pas facile à assumer.
    Pour conclure, car j’ai du boulot, et les journaux pour enfants n’attendent pas, j’aime aussi cette idée d’appartenir à une petite communauté résistante à tous les argutis de la société qui déplie tant d’énergie à tenter de nous endoctriner…
    Peux-tu me répondre pour me onner ton avis ?

    Merci beaucoup

  • #365 dola le 1 mars 2007 à 10 h 07 min

    Pronto tu permettras que je réponde même si je ne suis pas Hélène :-)).
    Je trouve ton message très touchant et surtout je crois qu’il vaut mieux rester sur ses positions plutôt que de céder à une pression qu’elle soit amoureuse, fiiale et/ou sociale.
    Pour moi, un couple se construit dans un désir d’avenir commun , après avec ou sans enfants chacun voit midi à sa porte.
    Je ne suis pas sûre qu’on puisse être de bons parents quand on fait un enfant sans désir.
    Car un enfant comme dirait une des mes collègues : "tu prends perpète" (je précise qu’elle en a 3 qu’elle a désirés).
    Je pense qu’on accepte mieux les contraintes que cela réprésente quand la joie de les porter, de les mettre au monde et de les élever vous remplit le coeur.

    @hélène, en survolant les commentaires j’ai vu que tu avais perdus des amies devenues mères. Je trouve que c’est triste quand lors de la venue de l’enfant on n’est plus que parents.
    Moi même mère de 2 petiots je m’efforce de rester une femme qui a ses ami(e)s, son job ses passions , son homme bien sûr etc. Bien sûr ce n’est pas toujours facile mais bon je m’organise et revois les priorités, le ménage par exemple n’en n’est pasune, un peu poussière n’a jamais tué personne :-)
    Je refuse de n’être qu’une mère et les conversations de square qui tournent autour des couches ne me passionnent guère. (une couche est une couche pas la peine d’en parler dix ans, ça n’intéresse que le pédiatre et encore si c’est anormal )

    Avec mes amis sans enfants on parle de pleins de choses et je ne les informe des progrès ( la marche, la parole et toutes ces choses qui rendent les parents gagas) que sur demande.

    Bon au boulot Pronto ma fille attends son magazine pour très bientôt :- D.

    A ce propos, je ne vois pas pourquoi il faudrait nécessairement des enfants pour dessiner pour eux, j’aurais plutôt tendance à croire qu’il faut avoir gardé un peu de fraîcheur de l’enfance avec tout ce que cela implique d’imagination et d’émerveillement.
    un enfant ce n’est pas seulement jouer ou raconter des histoires , ma tante qui ne souhaitait pas d’enfants est géniale de patience : elle peut jouer des heures aux cartes , aux petits chevaux etc mais ne souhaitait ni la responsabilité ni la disponibilité qu’impliquent un enfant. (et en plus elle est très douillette et aurait une peur panique de l’accouchement).
    Dans notre famille personne ne l’a jugée pour son choix.

  • #366 Hélène le 1 mars 2007 à 11 h 16 min

    Pronto sois le bienvenu ;-)

    Je pense qu’il est difficile de savoir si ton amie est réellement faite pour avoir des enfants ou pas, seule elle peut le savoir ; en revanche il est dangereux de rester avec qqn qui dit clairement ne pas en vouloir, comme tu le fais, en espérant le faire changer.
    Ton amie risque de se retrouver à 40 ans avec toujours pas d’enfants, et de t’en vouloir beaucoup, alors que la responsabilité de ce choix d’être avec un homme comme toi lui incombe entièrement…

    Pas facile, d’articuler son couple autour de ça, c’est évidemment bien plus simple quand les deux on les mêmes envies au départ !

  • #367 Archie le 3 mars 2007 à 0 h 05 min

    Hello Hélène, merci pour l’accueil.

    A l’attention de Pronto (d’ailleurs salut cher collègue, je suis illustrateur / graphiste…) quelques arguments de ne pas élever les mômes en batterie :

    1 – l’état économique de notre société :

    Inutile de rappeler que le marché de l’emploi est devenu une galère sans nom, une fosse aux lions usante.
    Alors devoir assumer plusieurs mômes dans ce cas, bonjour cauchemar…
    Parce que les gosses, ça coûte cher et que à moins d’être une pompe à allocations familiales (et encore) il faut arriver à assumer. Si je prend mon cas, avec ma femme nous n’avons pas les moyens d’offrir à notre fils des activités extra-scolaire vu nos ressources, on n’arrive déjà pas à payer les factures à l’heure, alors le superflus je n’en parle pas…
    Résultat ce sont mes parents qui ont offert la licence sportive pour l’année.
    Et je passe sur toutes les conneries inutiles dont la société de consommation crée le besoin qui ont amené le mot "non" au palmarès de mon vocabulaire le plus utilisé.
    Parce qu’un môme c’est fait comme ça, ça va vous démonter le tête pendant deux semaines pour une saleté en plastique qui couine avec laquelle il va jouer une journée pour finalement la laisser dans coin au profit d’une boite en carton. Au final on se retrouve avec un tas de bidules inutiles qui font amèrement regretter d’avoir ramé au boulot pour des clopinettes… Quand je vois toutes les conneries achetées ou offertes qui n’ont servi à rien (si ce n’est qu’à en faire un bon petit futur consommateur), je me dis que j’aurai pu offrir de sacrés week-end en amoureux à ma femme avec ça !

    Parce que outre ces considérations financières déplacées (ben voui, enfant roi oblige donc chuuut…) il faut penser aux études, au fait que maintenant les nouvelles générations de "Tanguy" s’incrustent jusqu’à 25 ans et plus. Que si la petite merveille ne trouve pas de boulot (qu’on ne me raconte pas que le boulot ira mieux dans l’avenir, je rigole !), faudra bien l’aider etc…
    Mon beau-frère qui a 20 ans est l’exemple vivant, aucune autonomie, appartement payé et une volonté à gagner son indépendance proche du zéro absolu.

    Faites des gosses je vous dis…

    2 – l’état de la planète : nous avons le privilège d’avoir transformé une démographie galopante en fléau écologique, trop d’andouilles qui remplissent les poubelles et pas de quoi les nourrir, bien joué.
    Et après cela il se trouve encore des hystériques qui prônent les vertus des familles nombreuses !
    Procréons, pour encore plus de déchets, de pollution, histoire d’être bien certains de finir de scier la branche sur laquelle on est assis. Mais bon, faut rien dire, le dogme de l’enfant sacré et obligé est bien ancré dans les neurones.

    Si les chinois ont tout à apprendre sur le sujet du respect de la vie et de la personne, leur politique de l’enfant unique devrait en inspirer plus d’un. Il se trouveraient bien quelques maniaques de l’élevage pour râler, et après…

    Ne pas avoir d’enfants, ou en avoir peu, c’est à mon sens une prise de conscience importante afin justement de ne pas hypothéquer l’avenir des futures générations.
    Et puis il faudrait se réveiller un peu, le temps où il fallait faire beaucoup d’enfants pour être sûr que le tiers arrive à l’âge adulte, il est révolu, faudrait vivre avec son temps !

    D’ailleurs, comme je l’ai déjà dit, les orphelinats sont pleins de pauvres gosses qui n’ont rien demandé. Alors avant de se reproduire, il faudrait peut-être commencer par s’occuper de ceux dont on n’a pas voulu ou qui n’ont pas pas eu de bol. Et je ne parlerai pas de ces crétins de candidats à l’adoption obsédés par le fait d’avoir des bébés, les plus âgés ne sentent pas le gaz, un gosse est adoptable à 10 ans également. Ou alors qu’ils s’achètent un caniche et qu’ils arrêtent d’emmerder le monde avec leurs lubies de layette, ça fera des vacances à la planète.

    Bon je file, je vais me faire frapper ;oP

  • #368 dola le 3 mars 2007 à 9 h 27 min

    Archie, je suis d’accord avec toi sur beaucoup de choses ( sauf la politique de l’enfant unique, c’est comme ça qu’on trouve des cimetières sauvages remplie de bb filles derrière les hopitaux en Inde ou ailleurs).

    Mais,le désir d’enfants est tout sauf raisonnable. pour ma part il est viscéral et ce depuis que je suis en âge de comprendre.
    Je ne suis pas sûre que je serais capable d’aimer un enfant d’orphelinat par exemple et je ne sais pas si stérile j’aurais entamé une démarche d’adoption…
    Et plus un enfant a un vécu derrière lui plus la "greffe "dans une famille est difficile et ce serait inconscient de nier ou de sous-estimer ces difficultés.
    Mais sur le principe je suis d’accord mais la pratique n’est pas si aisée..

    Dois-je lutter contre ce désir animal d’enfanter et d’élever au prix d’être malheureuse.
    oui et non, j’ai 2 enfants et pour les raisons évoquées plus hauts ( études, loisirs etc..), il est fort probable qu’il n’y en ai pas d’autres ensuite mais aucun non .

    Quand à la surconsommation et les jouets inutiles, je crois qu’il est possible d’y échapper. Mais ce n’est pas facile et c’est à nous parents se savoir dire stop.

  • #369 Hélène le 3 mars 2007 à 11 h 40 min

    Archie je te rejoins sur pas mal de chsoes, bien que ton commentaire soit dicté par la raison, et non les tripes.

    Perso si je ne veux pas d’enfants, ça n’est pour aucune de ces raisons, juste parce que c’est pas mon truc à un point inimaginable.

    L’avenir de la planète je m’en contrefous un peu, je dois dire, c’est pour moi que je ne veux pas d’enfants ;-)

  • #370 fla le 3 mars 2007 à 15 h 17 min

    Quelqu’un a vu ou lu Le Choix de Sophie recemment?
    Moi j’ai pleuré.
    On a tous de bonnes, d’excellentes raisons, pour faire, défaire ou ne pas faire certaines choses, et nos choix sont tous respectables, car il est sacro-saint notre libre arbitre à nous (surtout dans ces parages, il semblerait)! Là dessus pas de débat.
    Maintenant je vais vous dire, j’ai eu jusqu’à présent une vie plutôt bien remplie (dont je ne vais pourtant pas vous affliger le récit, on se connait à peine et tout n’a pas sa place dans le best of) et je vous jure que rien au monde, mais vraiment rien, et j’inclus toute expérience extatique telles que drogues, échanges sensuels harmonieux, soldes de tout compte, braderie chez Prada ou but de Trezeguet en finale de Championnat d’Europe (consulter l’Homme pour valider la réference), n’arrive au quart de la cheville d’un "Bonne nuit Papa" avec le bisou associé. Rien. Du tout. Qued.
    Et si je n’avais pas ça, eh bien je serais un pauvre type, je serais pitoyable, une vraie loque, je prendrais de la coke et peut être je me mettrai sous un train.
    De tous les fils auxquels est suspendu ma petite marionnette, seul celui-là m’anime. C’est le fil de la vie.
    Bon, sinon, faites toutes exactement comme vous voulez.

  • #371 Hélène le 3 mars 2007 à 15 h 32 min

    Merci fla pour ce beau commentaire. Vraiment. Je n’ai ni lu ni vu le Choix de Sophie, ça manque à ma culture (hop, sur ma liste de bouquins !).

  • #372 La Cuiller En Bois le 3 mars 2007 à 15 h 58 min

    J’ai lu ce livre il y a longtemps.
    J’y pense souvent.
    Je ne sais ce que j’aurai fait à la place de Sophie.
    Et surtout comment survivre. Quelque soit son choix.

    Je comprends (ou j’admet, ou j’entends …) les non-désirs d’enfant.
    Je les respecte.

    Mais j’ai mal quand je lis des avis comme celui d’Archie.
    Surtout s’il a effectivement des enfants.

    Oui, la vie avec des enfants n’est pas un sentier parsemé de pétales de rose, sous un ciel radieux, à la chaleur d’un soleil éternel.

    Oui la vie avec les enfants, ce sont les soucis (petits enfants, petits soucis, grands enfants, grand soucis).

    Oui, on fait des "sacrifices" car on ne peut pas tout avoir, élever ses enfants, parcourir le monde, s’offrir ce qui nous plairait etc …

    Oui, on ne peut pas toujours (souvent d’ailleurs) "offrir" à nos enfants ce qu’ils voudraient, ce qu’il faudrait … donc on ne fait des enfants que si on a du fric ?
    Moi je leur ai fait comprendre que l’argent ne pousse pas dans le jardin et qu’il faut savoir vivre avec ce qu’on a et non pas avec ce qu’on n’a pas ! Sans honte non plus !

    Oui nos enfants sont remuants, bruyants, vivants … devrait-on prier pour avoir des enfants lobotisés ? ou tellement bridés qu’ils en deviendront des adultes torturés ou infects ?

    Oui, nos enfants peuvent finir dans un Mac Do… et alors ? y a-t-il une déchéance en cela ? Ne fait-on un enfant que pour le voir en Polytechnique ?

    Oui, même lorsqu’ils sont partis de la maison, on s’inquiète pour eux.

    Mais comme le dit si bien fla … un sourire, un baiser et toute peine est effacée, n’existe plus.

    Je schématise bien sur, mais on ne peut (JE NE PEUX) mettre en balance le matériel et l’affectif.

    Je respecte le non-désir d’enfant. Qu’on respecte mon désir d’en faire, sans me faire passer pour une irresponsable débilisante.

  • #373 Archie le 5 mars 2007 à 22 h 30 min

    "Je respecte le non-désir d’enfant. Qu’on respecte mon désir d’en faire, sans me faire passer pour une irresponsable débilisante."

    C’est vilain de faire un procès d’intentions… Subjectivité quand tu nous tiens.

    Mac Do, ça donne le cancer, ça rend obèse, c’est saturé de graisses, de sucres, ça fait tomber les dents et les poils, c’est même pas bon ni nourrissant, c’est trop cher pour ce que c’est et c’est un repère pour clowns pervers.
    Vive un bon kébab dégoulinant de mayo avec des poils de nez du cuisinier dedans, ça renforce les défenses immunitaires.

    Et pour polytechnique, surtout pas, ça en fait des autistes, comme à l’ENA, ensuite ils ne peuvent pas s’empêcher de faire des promesses radieuses tout en faisant les poches des petites vieilles ;p

  • #374 Hélène le 6 mars 2007 à 9 h 07 min

    Ca va peut-être aller comme ça Archie ? Pas la peine non plus de tomber dans la provoc, ça ne passe pas bien à l’écrit ;-)

  • #375 Calicoba le 6 mars 2007 à 22 h 00 min

    Bonsoir à tout le monde !

    C’est la première fois que je poste un message. Je me présente un peu : je m’appelle Sophie, j’ai 29 ans et suis célibataire sans enfants (et n’en voulant pas). J’habite à Bruxelles. A propos, y-a-t-il d’autres Belges sur ce blog ?

    Pour commencer, je dis merci à Hélène d’avoir créé ce blog ! Vraiment du fond du coeur, merci ! Je me sens beaucoup moins seule à présent et cela me réconforte d’autant plus que j’ai une tendance à culpabiliser très vite…

    MERCI encore, Hélène.

    PS : Je serais ravie de faire plus ample connaissance avec toi. Possèdes-tu une adresse mail ?

    Bonne soirée à tout le monde et à bientôt

    Calicoba

  • #376 Hélène le 7 mars 2007 à 8 h 45 min

    Sois la bienvenue Calioba ! ;-) Pour me contacter c’est très facile, il suffit de cliquer sur « contacter l’auteure », juste sous le photo de mon bouquin, dans la colonne de gauche.

  • #377 Mellow le 19 mars 2007 à 0 h 20 min

    Et bien Archie, tu n’y vas pas par 4 chemins! Une pompe à allocations familiales, c’est fort. Tu imagines quoi que l’homme fait comme les castors, il construit sa maison avec sa "queue" Excusez-moi du terme. J’ai 4 enfants et si je me contentais des allocs, je ne ferais pas grand chose.
    Hélène, c’est ton choix, tes opinions, ta vie. C’est courageux de ta part ce billet.
    Alors je te dis, RESPECT.
    Bisous à tous.

  • #378 Miliange le 19 mars 2007 à 11 h 14 min

    Hello tout le monde!!!!ah ouiiiii moi aussi je me reconnais dans cet article!!!!que c’est enervant ces gens qui se permettent de juger mais HO c’est notre vie!!!!Moi aussi j’en ai marre d’entendre "tu changeras d’avis,patati patata…"J’ai 22ans et je ne veux pas avoir d’enfants, ce n’est pas que je n’aime pas les enfants loin de la je les adore!!!!!mais personellement je pense adopter pour moi dans le monde d’aujourd’hui c’est un acte magnifique d’aider les enfants qui sont seuls…je me vois pas mettre au monde un gamin dans un monde pareil je prefere rendre heureux ceux qui sont deja nés…MAIS ne croyez surtout pas que je juge ceux qui veulent en faire c’est super beau une madamzelle enceinte les ti bébés et tout!!!!!!…
    Gros bisous @+

  • #379 Lili le 20 mars 2007 à 19 h 43 min

    Bonjour Hélène et les-zôtres filles !!!

    J’ai découvert cette semaine ton témoignage dans Esprit femme et c’est celui qui m’a le plus marqué car le plus virulent… malgré toi, j’ai bien compris. Mais il résume bien mon état d’esprit quant à mon non-désir d’enfant.

    C’est vrai que l’on a l’impression de faire partie d’une minorité,… mais qu’est-ce que c’est bon !!! Ce désire de procréer à tout prix me semble absurde. Je n’ai pas besoin d’une descendance dans laquelle on me reconnaitre : je vis ici et maintenant. Je n’ai pas non plus besoin d’enfants qui me tiendront compagnie une fois vieille.
    Personnellement, cela me rebute d’abriter un corps étranger, une sorte d’Alien, dans mes entrailles. Je ne pense pas qu’il faille à tout prix porter un enfant pour le sentir sien. Le lien maternel est aussi possible vis-à-vis d’un enfant adopté.

    En plus de ne pas vouloir d’enfant, je suis végétarienne, alors imagine ce que l’on a pu me dire ou me laisse entendre.
    Il en ait même qui se sont dit que j’adoptais ces comportements pour me faire remarquer à tout prix… je veux bien quand on a 15 ans mais j’en ai 30 maintenant et bien que la Rebel attitude me plaise, c’est archi faux.

    Pour conclure, je voulais ajouter qu’à mon avis, ce n’est pas un choix de ne pas vouloir d’enfant. J’assimile cela plutôt à un état de fait. Comme l’orientation sexuelle quoi : on ne choisit ni d’être hétéro, ni d’être homo, ni d’être bisexuel.

    Voilou les miss.

    Bises et longue vie à ton blog Hélène (en fait je suis contente d’apprendre que c’est bien toi en photo dans Esprit femme. Je croyais qu’ils avaient recours à des tronches types pour ce genre de magazines…Et bien non ! J’avais tort! Gasp !!!).

  • #380 Lili le 20 mars 2007 à 22 h 48 min

    Euh, juste pour dire que je m’excuse pour les fautes d’orthographe dans mon message précédent. J’l’a pas fait exeuprès. C’est mes doigts qu’ont ripé sur le clavier…

  • #381 Hélène le 21 mars 2007 à 10 h 51 min

    Merci Lili ; je suis complètement d’accord avec toi sur la question du choix : ne pas vouloir d’enfants n’en a jamais été un, das mon cas, c’est uen évidence qui s’est toujorus imposée à moi. Et j’ai tendance à me sentir proche puor cette raison de la communauté homosexuelle, parce que les gens peuvent nous regarder de la même manière, comme des bêtes curieuses un peu « déviantes »…

  • #382 [email protected] le 23 mars 2007 à 16 h 54 min

    Contrairement à toi, je n’ai pas choisi de ne pas avoir d’enfants, mais l’inquisition des gens, je connais… Trop! Au boulot, en famille, en soirée…A croire que passé trente ans, ce qui ce passe ( ou plutôt ne se passe pas) dans le ventre d’une femme devient du domaine public.
    La barbe, c’est NOS entrailles merde!

  • #383 Hélène le 23 mars 2007 à 18 h 04 min

    Sois la bienvenue [email protected] ;-) C’est vrai que l’inquisition des gens est insupportable !

  • #384 Bon_sens le 23 mars 2007 à 18 h 17 min

    C’est tout de même étrange que ce débat ait lieu et je tombe des nues d’apprendre que tu (Hélène ou celles qui vivent la même chose) est sans cesse sommée de t’expliquer sur le fait de ne pas désirer d’enfants. Je suis très régulièrement atterrée de voir comment certaines (trop) se comporte avec leur enfant que je trouve bien plus sain de choisir de ne pas en faire qu’en on n’en a pas envie, tout simplement.
    J’ai l’impression que depuis un petit bout de temps, on fait des enfants comme on achète un chiot avec l’idée que cette petite chose nous aimera toute sa vie, sans infidélité, sans trahison, plein de gratitude… Les mêmes qui vous pointe du doigt intriguées par votre choix, font enfler le compte bancaire des psychologues pour enfants… Marrez vous les filles parce qu’il y a de quoi !
    Bises ;)

  • #385 funambuline le 25 mars 2007 à 17 h 59 min

    Citation de mon journal ce matin:
    "Certains croient que le génie est héréditaire. Les autres n’ont pas d’enfants."
    Marchel Achard

    Elle m’a fait sourire!
    :-)

  • #386 Hélène le 25 mars 2007 à 21 h 26 min

    Hi hi funambuline ;-))

  • #387 Stef-de-linotte le 7 avril 2007 à 2 h 04 min

    Bonjour à tous et toutes,

    C’est la première fois que je tombe sur ce blog, et la première fois aussi que je me sens inspirée pour laisser un commentaire.

    Cet article tombe pil poil à un moment pour le moins "crucial" de ma vie, puisque, après avoir abordé 10 milliards de fois la question d’un bébé avec Chéri… ce dernier vient de me dire que oui, il voulait bien faire un petit bébé avec moi… dingue. Je l’ai tellement attendue cette petite phrase. Complètement dingue. Le plus dingue étant qu’il avait l’air vraiment sincère (oui, oui) et que ça ne ressemblait pas à un "oui-pour-te-faire-plaisir-ma-chérie" (non, non).

    Sauf que.

    Ben oui, sauf que, passée la première journée à euphoriser comme une malade sur MSN avec ma copine (enceinte jusqu’aux yeux, pour l’anecdote), je me retrouve en prise avec des questions existencielles sur ce désir de bébé.

    Est-ce vraiment le MIEN? Ou bien suis-je seulement en train de succomber à la pression sociale qui tombe sur les femmes passé 25 ans, en couple et sans enfant (vilaines égoïstes)? Ou alors je me laisse peut-être influencer par la vague procréationnelle qui engloutit tour à tour toutes mes amies?

    C’est très difficile d’y voir clair je trouve, et je me sens coupable de tout. Coupable si je ne fais pas d’enfant (je suis égoïste, je ne pense qu’à moi et à de très improbables vacances exotiques avec Chéri…), coupable si je décide d’en faire (voyons donc, avec les problèmes environnementaux auxquels les générations futures devront faire face, c’est totalement immoral de mettre un enfant au monde!).

    Alors qu’est-ce que je fais moi?

    Pendant très longtemps, je n’ai absolument pas eu de désir d’enfant, l’envie d’être enceinte par contre, oui. Depuis très longtemps j’ai envie de ressentir cet état-là, de le vivre. De là à prendre la responsabilité de ce petit parasite qui va en sortir… c’est nettement plus récent. J’ai été comme "contaminée" de l’intérieur : ça a commencé avec mes tripes qui me réclamaient très fort un petit être… ça c’est propagé à mon cerveau, qui a très vite imaginé le bonheur que pourrait représenter ce petit être (oui, le cerveau est très sélectif, il ne retient que ce qui l’arrange)… pour ensuite totalement envahir mon coeur.

    Et là, alors que je suis si près d’arrêter de prendre la pilule, je me pose mille et une questions sur la légimité de ce désir, de ce choix… appelez ça comme vous le voulez.

    Je repecte totalement ces femmes qui ne veulent pas d’enfant, quelles que soient leurs raisons, après tout, en faire ou pas, c’est toujours une question égoïste d’après moi… Je respecte tout autant celles qui savent clairement qu’elles seront mères… et je respecte bien entendu celles qui, comme moi, se sentent un peu perdues et ne savent plus trop quelle est la bonne solution, si bonne solution il y a.

    Je trouve profondément injuste qu’on regarde avec autant d’intolérance les femmes qui n’ont pas ce désir… et j’éprouve un vrai malaise face au discours ambiant qui nous laisse croire qu’enfanter en 2007 est un acte complètement irresponsable et inconscient.

    Pas sûre de faire avancer le schmilblick, mais je suis bien contente de sentir que j’ai la liberté de m’exprimer sur ce blog.

    Merci de créer cet espace de libre expression.

    Stef

  • #388 Hélène le 7 avril 2007 à 15 h 56 min

    Merci à toi pour ce commentaire Stef-de-linotte, et sois la bienvenue !

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce que tu dis sur l’irresponsablité de mettre un enfant au monde aujourd’hui, ce n’est pas du totu ce que je ressens : regarde comme on glorifie la maternité et l’enfance, je ne sais pas si on a déjà atteint un stade pareil avant… et je trouve ça évidemment complètment hors de porportion, faire un enfant c’est une truc archi naturel, que des milliards de gens (et d’animaux) font depuis des siècles, il n’y a pas de quoi en faire un discours électoral ;-))

    Ce qui est dommage c’est que tu te sents coupable, de quelque côté que tu te tournes. Ca c’est vraiment la pression sociale, et c’est important de s’en défaire pour faire ses propres choix de vie en pleine connaissance de cause et avec un vrai désir.

  • #389 Lilith le 26 avril 2007 à 15 h 29 min

    Bonjour à toutes ! Encore un "merci à toi Hélène", pour avoir crée ce blog… je me reconnais beaucoup dans ton texte, je suis une jeune femme parisienne de 28 ans qui ne désire pas faire d’enfants… mais il y a cependant quelques différences dans nos parcours et points de vues… car moi, si je ne désire pas en "faire" (peur et degoût de la grossesse + accouchement), sans oublier mon soucis pour l’environnement (je te rejoins tout à fait, Archie !!!) cela ne veut pas dire pour autant que je ne désirai pas m’occuper d’un enfant… Je m’explique : je pense à l’adoption. Comme le dit si justement Archie, il y a déjà tellement de pauvres orphelins malheureux… je trouve le sort des enfants abandonnés ou dont les parents sont morts terriblement injuste et cruel. Et en plus, je sais très bien que je pourrai aimer un enfant qui n’ai pas été "fabriqué" par moi… quand on aime les enfants, on doit pouvoir les aimer tous, pas seulement les "made in moi"… mais bon, cette opinion n’engage que moi, bien sûr… mais donc voilà, tout ça pour dire que je refuse d’enfanter pour diverses raisons, mais par contre je me sens prête à donner plein d’amour à un petit(e) qui a tout perdu… En tout cas, quels que soient nos choix, vivons librement ! Vive la Tolérance. Les gens qui se font un honneur de fustiger les femmes (et les hommes) qui ne veulent pas d’enfants feraient mieux de tourner sept fois leur langue dans leur bouche avant de sortir de si grosses conneries ! Bises à tous et à toutes.

  • #390 epsilon le 9 mai 2007 à 22 h 30 min

    J’ai eu le plaisir de découvrir ce blog il y a 3 jours lors d’un petit coup de blues …je cherchais justement un sujet se rapportant à la cause de ce mal être qui me hante trop souvent ces derniers temps: pas d’enfant à l’aube de mes 30 ans et gros blocage à ce niveau là… J’ai 29 ans, tout pour être heureuse, un petit ami depuis plus de 2ans, mais je n’ai pas envie d’avoir des enfants… Mon copain a 2 ans de moins que moi et, militaire passionné par son travail, tout ceci ne le touche pas. Il voudrait des enfants mais pas avant un bon bout de temps et ne se sent pas concerné,ne voit pas le problème:Pas envie d’enfant et alors? Si on en a envie trop tard on adoptera… ça parait si simple dans l’absolu!… Tous vos messages (que j’ai lus attentivement durant les 3 dernières soirées) m’ont réconfortée dans le sens où je me sens moins seule dans ma non-envie… Néanmoins, j’ai l’impression d’en souffrir plus que je ne le devrais…ça devient difficile pour moi de ne pas m’énerver quand une collègue me demande quand je vais me décider… C’est intérieur et je garde tout ça en moi mais c’est dur… D’autant que nombre d’amies ou de femmes de militaires (car bizarre aussi que l’on n’ai pas prévu de se marier!… ça aussi on y a droit) tombent enceinte en ce moment et qu’elles sont plus jeunes que moi… Dès que j’apprends une nouvelle grossesse autour de nous, je n’arrive pas à me réjouir… ça me ramène tout de suite à mon état et au fait que je ne ressente rien par rapport à ça… J’aimerais tellement qu’on me donne l’envie d’en avoir envie! Il faudrait surtout que j’arrête d’y penser et que je sois assez forte pour que les commentaires, qustions, ou évolution de la vie des autres ne m’affectent plus… Plus facile à écrire qu’à faire… En tout cas, merci pour tous vos témoignages… Très agréables à lire…

  • #391 Hélène le 10 mai 2007 à 10 h 16 min

    Sois la bienvenue, epsilon !

    Si je comprends bien, tu voudrais en avoir envie, et être comme tout le monde ? C’est sûr que c’est pas facile de ne pas être au moule, mais essaye de t’imaginer à t’occuper d’un bébé, peut-être que ça t’aidera à accepter le fait que ça n’est pas ton truc pour le moment (et peut-être jamais) ?

  • #392 Epsilon le 11 mai 2007 à 21 h 43 min

    La vérité est peut-être que j’ai peur de ne pas apprécier les sensations procurées par le fait d’être enceinte et de sentir toutes ces métamorphoses physiques… avoir un petit être qui croît dans son ventre doit être vraiment spécial… en tout cas, cette idée est loin de me rendre vraiment euphorique… peut-être que si ça m’arrivait, je serais heureuse et sentirais poindre en moi un instinct maternel mais rien d’évident… De plus, je crains de perdre ce qui existe entre mon ami et moi aujourd’hui…comme l’une d’entre vous l’écrivait plus haut, "pourquoi changer une équipe qui gagne"? Beaucoup de mes amis me disent que leur relation avec leur conjoint avait changée depuis la naissance: Elles ne voient plus que leur progéniture et eux les perçoivent davantage comme mère que comme compagne… Bref, tout ça pour dire que cettte aventure à trois me paraît difficile…mais pas insurmontable dans la mesure où beaucoup sont passés par là…Le tout est d’être épaulée…et là aussi le bas blesse…Mon ami partant en mission, je serais souvent livrée à moi-même…Donc c’est réellement une décision à ne pas prendre à la légère… En fait il faudrait plutôt arrêter d’y réflechir et finir par faire un blocage à force d’y penser… mais on revient au sujet principal: ce sont les autres qui nous mettent la pression…

  • #393 Hélène le 11 mai 2007 à 22 h 46 min

    Oui en même temps si tu te poses toutes ces questions ça n’est pas pour rien Epsilon, c’est que fondamentalement ça ne t’est pas naturel, donc te forcer n’apporterait rien. Attendre et voir venir, comme disent nos amis les anglophones ;-)

  • #394 Dém le 18 mai 2007 à 18 h 20 min

    Salut,
    je suis un homme (heu, je me sens un peu seul ici…), et je pense comme vous ! Et si vous trouvez difficile la pression, ce n’est guère simple de tomber sur ces fameux 10%

    Pour info, voici une liste des "raisons" les plus communes d’avoir des enfants et quelques arguments (tout aussi juste) contre. A défaut de servir, ça remet un peu les choses en perspective pour celles (et ceux) qui succombent à la pression ou à leurs pulsions.

    http://www.vhemt.org/fbiobreed.h...
    (le reste du site est un peu trop extrème ;-)

  • #395 christine le 18 mai 2007 à 18 h 43 min

    Je découvre ce beau blog et ce sujet. Les enfants… Chacune est libre de disposer de sa vie comme il l’entends mais pas de celle de ces enfants! Il n’y a aucune bonne ou mauvaise raison pour faire des enfants. Ni de mauvais ou de bons contexte pour en faire… La seule chose qui soit radicale en la matière c’est le sentiment et les pensées qui naissent avec l’arrivée d’un enfant. C’est uniquement après une naissance que l’on sait ce que veut dire être maman (ou papa). Cela peut être la peur panique qui se transforme en regrêts pour une vie. Cela peut être le sentiment d’appartenir à l’univers et de ne plus être la même personne(ou bien tout autre chose). La vérité c’est qu’on ne connait tout cela sans l’avoir vecu. Il parait que cela à un nom en psycho ou en philo.

  • #396 marielle le 22 mai 2007 à 20 h 41 min

    c Marielle du coup je laisse un comm ici dans ma lancée du 1er que je t’ai laissé dans ton invitation de mettre des comm(oula je sais pas si j’ai étais clair!) tant pis…..
    Bref moi cela va faire 13ans que je suis mariée avec mon homme j’ai 35ans bientot 36(snif!!) et bien tout les 2 nous n’avons aucunes envies d’enfants on n’ait si bien comme sa,on part quand on veut, c la joie entre nous et pas une engueulade,
    des nuits bien completes,des week end en vadrouille,des soirées sympa,bref et on s’en fout complet des gens aigris qui nous critiques,et qui se demande si on ait pas des extraterrestres,bref j’adore ma vie,et je n’en changerai pour rien au monde!!!!!!!
    Au faite je suis assistante maternelle!!!(hihihi c grave docteur!!!!)et j’aime les enfants mais chez les autres!!!!!!!!

  • #397 Hélène le 22 mai 2007 à 20 h 55 min

    Ca c’est pas banal marielle, d’aimer les enfants des autres au point d’en faire son métier ! Je t’admire, j’en serais bien incapable, moi je ne les supporte pas 5 minutes ;-)

    christine sois la bienvenue ;-) Peux-tu ajouter un petit truc à ton pseudo pour que je ne te confonde pas avec Christine ? Merci !

    Dém tu es en effet un peu seul ici, mais tout à fait le bienvenu ;-) Merci pour le lien, très intéressant. J’ai particulièrement aimé cette phrase : "Considérez donc le droit des gens non conçus de le rester".

  • #398 cinderella le 30 mai 2007 à 15 h 02 min

    Bonjour,

    Alors là bravo! Tu as réussi à résumer en quelques lignes les questions indiscrètes et souvent crétines d’un entourage souvent peu délicat.
    Pour ma part, j’ai 32 ans et toujours pas d’enfant (oh!!!!!!!quelle horreur!!) Mon mari me bassine depuis des années mais je tiens bon après tout c’est lui qui veut des enfants (et oui Monsieur est gourmand il en veut plusieurs) et c’est moi qui vais me farcir la grossesse et l’après …alors non !
    Je constate en lisant les comms que je suis loin d’être la seule à pâtir de la situation. Après tout si je voulais être casse pieds, moi , je demanderais à certaines femmes pourquoi elles pondent des gamins les uns après les autres….(pour les allocs , peut-être) mais je ne le fais pas et je me garde bien de penser quoi que ce soit (il manquerait plus que je devienne comme elles!).En tout cas, merci, à présent je me sens moins seule et je vais enfin pouvoir continuer à affronter la société avec courage et sans remords. Parce qu’avant de te lire ça commençait à me travailler le cerveau dur dur. La pression du mari, de l’entourage(même si ça ne les regarde pas), de l’âge…tout ça commençait à me torturer un peu et je ne veux pas céder.
    Alors MERCI ENCORE !!
    Je me suis reconnue dans pas mal de comms et ça remonte super bien le moral!!

  • #399 Hélène le 30 mai 2007 à 18 h 01 min

    cinderella bienvenue à toi ;-) Etre mariée à un homme qui veut des enfants quand on n’en veut pas soi-même, cça doit être vraiment difficile à gérer…

  • #400 laetitia le 26 juin 2007 à 10 h 52 min

    perso, je souhaite avoir un enfant mais je ne supporte que l’on juge les femmes qui ne veulent pas en avoir. Mieux vaut ne pas en avoir et être bien dans ses baskets que d’en avoir et de se plaindre tout le temps. Certaines femmes, pas toutes, font des enfants et après se plaignent de devoir sacrifier leur temps etc et rendent coupables leurs enfants et disons le mot leur pourrissent la vie.
    Alors bravo pour ton courage !

  • #401 Valou64 le 28 juin 2007 à 16 h 10 min

    Je viens de découvrir ton blog. C’est super ! J’étais morte de rire !

    Moi, depuis toute petite, j’ai su que je ne voulais pas d’enfant. DU TOUT. Je n’ai jamais joué à la poupée, je lisais, non, je dévorais tous les livres que je trouvais….

    Je ne veut toujours pas denfant. Aucune envie, aucun intéret, les bébés ne me font pas du tout vibrer, et je n’ai aucune envie de perdre mon temps à obéir à des diktats que je trouve absurde.
    J’ai trouvé l’amour de ma vie, il n’en veut pas non plus. J’ai un boulot que j’aime.

    J’ai beaucoup été agressée par nombre de connes qui ne vivaient que par leur maternité et étaient offusquées de mon refus de vivre leur quotidien.
    Et quand je dis agressée, je ne parle pas de la fille qui s’informe de mon refus.
    Là, je m’explique et reste courtoise.
    Non, …des réflexions du style : ma pauvre, t’es pas une femme alors….

    Chaque fois je leur ai intimé sèchement de s’occuper de leur cul vergéturé et pas du mien, ce qui fait toujours un certain effet surtout dans le milieu professionnel.

    Je m’en fous. C’est MA vie et c’est une bonne façon d’éliminer de mes fréquentations les indésirables.

    Tu es super !!! Continue ! Courage ! Je lirais désormais ton blog de fille !

    Kashmere power !

  • #402 Hélène le 28 juin 2007 à 19 h 19 min

    Sois la bienvenue Valou64 ;-) Je comprends ta virulence, j’ai entendu tellement d’inepties que je n’ai pas toujours réussi à rester aimable non plus ;-))

  • #403 Djidane1 le 1 juillet 2007 à 14 h 28 min

    Salut à Toutes ( et de ce que j’ai lus j’ai pas vus d’hommes ^^) .

    Pour la petite histoire je suis étudiant, 18 ans pas d’instinct paternelle à l’horizon. :p

    De ce que j’ai pus lire les femmes sont presque "garces" entre elles des fois . C’est révoltant de critiquer des choix qui implique un tel changement de vie qui n’appartient qu’à soit . Moi je suis dans le cas où j’estime qu’à un certains Age on as beau avoir été concus on est pas pour autant la propriétés moral ou physique de ces parents alors quand je lit que certains pensent que ne pas avoir d’enfant sa peut rendre les grand-parents présumé, triste , je me dit qu’ils voient vraiment l’enfant comme un objet et non un être en devenir .

    Je ne vois pas quel besoin pathologique peut pousser quelqu’un à convaincre tout le monde d’avoir des enfants . Certes y a surement de bons cotés mais faire un enfant sa relève plus souvent d’une volonté de perpétuer sa vie et sa famille (vachement égoiste quand même parceque si le gosse répond pas aux attentes … ) que de vouloir que l’humanité se porte mieux avec un enfant de plus dans le monde ^^ .

    On aura beau dire un enfant c’est beaucoup d’attentions et, plus tard pour une majorité, de sang froid. Faire un enfant sans l’envie d’en élever un (remarque sa peut venir une fois que c’est là mais c’est un bien gros paris ) sa veut quand même dire des années à s’occupper de quelqu’un qu’on aimera certainement, mais qu’on ne pourra plus voir en peinture certains jours. Vous resteriez des années à supporter une personne autre que vôtre fils/fille si vous n’aviez pas le désir de le guider , protéger et tous le reste ?

    Un enfant c’est avant tout des responsabilités , tout le monde ne choisis déjà pas un bouleau qui l’intéresse et lui impose pourtant beaucoup c’est surement pas pour choisir d’assumer le devenir d’une personne pendant 18-25 ans sans même avoir la satisfaction de mener à bien un projet personnel .

    Voilà ma petite opinion ^^ . Certes à 18 ans rien ne m’empéche d’avoir la fibre paternel d’ici quelques années mais de là à penser qu’un enfant c’est merveilleux en toutes circonstance ou même que certains moment peuvent compenser tous le reste sans avoir voulus un enfant , faut arréter de prendre les gens pour des idéalistes ^^.

    Bon courage donc pour celles qui doivent combattre l’opinion général , moi les réflexions stupide comme "tu véra plus tard tu aimera/ tu en voudras une" je n’y est eu le droit que pour des choses comme l’alcool, la bouffe et la voiture ^^ . (jamais vérifié pour le moment, je suis toujours allergique à la bagnole ) .

  • #404 nokid le 1 juillet 2007 à 18 h 50 min

    Merci pour ton blog.

    Je suis heureuse de m’apercevoir que je ne suis pas la seule à penser comme ça.

    Pour moi l’enfant est synonyme d’emprisonnement, c’est la fin de l’indépendance et des libertés en tout genre.

    Je pose la situation : Je vis en couple depuis 3 ans. Je n’ai jamais ressenti le besoin de pouponner.
    Enfanter,changer les couches sales, allaiter, les rototos, leur donner leur repas et se retrouver avec les restes du même repas sur soi et sur les murs de la cuisine… Je trouve tout cela dégobillant.

    C’est pas tout : ils piquent des crises dans les magasins si on leur achète pas le dernier gadget à la con, résultat ils vous collent la honte devant tout le monde et on ne peut même pas leur filer une fessée sinon on passe pour une mère indigne.
    J’évite au maximum de fréquenter des couples qui ont des enfants et pour cause… Tous ceux que je connais ont engendré des gamins infects (hasard?).Je peux vous citer l’exemple de mes voisins qui ont 2 morveuses de 5 et 2 ans. Notre chambre jouxte celle de la cadette et pratiquement toutes les nuits c’est le même cirque (ça dure quand même depuis qu’elle est née), elle hurle comme un goret. La cloison n’étant pas bien isolée on en loupe pas une miette ! Ces cris me portent sur les nerfs, parfois je me lève le matin sans avoir fermé l’oeil de la nuit à cause de cette petite gorette.

    Autre exemple le neveu de mon copain. C’est un monstre. Il est mal élevé (pourtant ses parents sont des gens biens). Il n’hésite pas à vous insulter (genre t’es pas belle avec les cheveux détachés et encore je me plains pas sa mère a droit à des noms d’oiseaux qui sont plutôt prononcés par des adultes d’ordinaire) pour quelqu’un comme moi qui ne supporte pas le manque de respect c’est un véritable supplice, aussi j’ai une véritable boule au ventre quand je dois me rendre dans la famille de mon copain et quand j’en repars je suis écoeurée. Il n’hésite pas non plus à vous lever la main dessus voire vous donner des coups de pieds (si si à 4 ans !). Je vous passe tous les caprices et autres bêtises qu’il peut faire…Trop long !

    Avant je me disais "bah ! quelques cas isolés !" Mais plus ça va, plus je m’apperçois que c’est général. Le pire c’est les parents et grands parents. Ils leur trouvent toutes les excuses possibles. Même si à la fin de la journée le morveu a réussi à mettre les nerfs à tout le monde. J’ai l’impression que beaucoup de gens deviennent gâteux quand ils ont une progéniture.

    La pression dont tu parles vis à vis de l’entourage, je l’ai ressenti et c’est souvent un grand moment de solitude. Mon propre père a fait une allusion "il ne faudrait pas trop tarder", j’ai préféré faire comme si je n’avais rien entendu. Une autre fois la grand-mère de mon copain en plein repas de famille avec son air niais "alors quand est-ce que vous nous faîtes un petit ?". Sachant parfaitement mes convictions et ne voulant pas faire d’esclandre, là encore j’ai baissé la tête et fait comme si je n’avais rien entendu. Heureusement son autre grand-mère qui est intelligente a bien récupéré le coup en disant "laissez les tranquilles, ils sont jeunes, ils ont bien le temps". Pour cette fois-ci, j’étais sauvée, mais un jour le couvercle va sauter et je redoute ce jour là car je doute que ma belle famille soit en accord avec mes convictions.

    Je le redoute d’autant plus que mon copain serait tenté d’avoir des enfants (comble du désespoir pour moi). Quand je lui ai demandé les raisons, son principal argument c’est d’avoir une descendance pour transmettre son nom (banal me direz-vous) ou des trucs vaseux parce qu’en réalité c’est pour faire comme tout le monde. Quand je lui dit que je n’en veux pas, il fuit le sujet en me disant qu’on n’y est pas pour le moment, qu’on verra. Je pense qu’il ne veut pas voir la réalité en face et qu’au fond de lui il doit se dire que je changerai d’avis plus tard et que tout rentrera dans l’ordre. Mais moi je sais que non. Ca me désespère d’autant que je l’aime plus que tout et que c’est l’amour de ma vie. Aimer un homme c’est déjà beaucoup et je ne ressens pas le besoin d’aimer un enfant en plus. Malgré tout cet amour que je lui porte, je reste fataliste et je me prépare au fait qu’un jour ça ne lui suffira peut-être plus. Mais si c’est le prix à payer pour ma liberté et mon indépendance, alors tant pis.

  • #405 Hélène le 1 juillet 2007 à 19 h 00 min

    Je comprends nokid, ce que tu dis à propos de ton homme, je pense comem toi depuis toujours. Je te souhaite la bienvenue ;-)

    Djidane1 bienvenue à toi, et merci pour ce beau commentaire ouvert et intelligent !

  • #406 epsilon le 2 juillet 2007 à 21 h 58 min

    Si ce n’est pas trop indiscret, j’aurais aimé savoir l’âge de nokid, auteur de l’avant-dernier message…Pour ma part, j’aurai 30 ans dans quelques mois et je redoute le moment où mon ami va avoir sérieusement envie d’un enfant… J’ai la chance qu’il ait 2 ans de moins que moi et que ce désir ne soit pas encore trop vivace chez lui mais ça ne saurait tarder et tout ce que je souhaite c’est qu’il saura me convaincre et que je ne regretterai pas ma décision… En attendant, je relativise comme je peux face aux diverses remarques, qui sont quotidiennes, et souhaite bon courage à celles qui se trouvent dans une situation similaire à la mienne…

  • #407 nokid le 3 juillet 2007 à 11 h 32 min

    Pour répondre à epsilon, j’ai bientôt 29 ans et mon ami en a 28.
    Il ne veut pas d’enfant dans l’immédiat mais quand on se projette dans le futur il pense en avoir envie. Il m’a même dit qu’il serait prêt à s’arrêter de travailler pour s’en occuper. Pour moi ça ne change rien, car le soir quand je rentrerai du boulot crevée, je n’ai pas envie d’entendre un marmot me hurler dans les oreilles et encore moins la nuit. Je n’ai pas envie non plus quand je partirai en congé, d’avoir mes vacances gâchées.

    J’aime sortir, m’amuser, aller au resto (bref profiter de la vie) et je n’ai pas envie de faire une croix là-dessus. Je n’ai pas envie non plus de subir les remarques de la belle famille sur la façon d’élever un enfant (car je suis sûre qu’il y en aura).

    Je suis sûre de mon choix et malgré tout l’amour que je lui porte, je sais qu’il ne me fera jamais changer d’avis. Au contraire, plus on essaye de me forcer la main, plus je me braque. J’estime que c’est un choix qui n’appartient qu’à soi. J’aime ma vie telle qu’elle est, elle me satisfait entièrement. J’aime mon indépendance, pouvoir faire ce que je veux quand je veux, avec un enfant ce n’est plus possible.

    Je n’ai aucun manque à combler et je n’ai pas envie que l’arrivée d’un enfant vienne détruire cette sérénité et cet équilibre.

  • #408 epsilon le 9 juillet 2007 à 22 h 15 min

    Je respecte le choix de ligne de vie de chacun et soutiens que l’on ne s’épanouie qu’en ne faisant ce que l’on a envie de faire… Personne ne doit décider pour nous…
    Pour ma part, je m’interroge énormément (trop à mon goût) sur les portes à ouvrir et me remets sans cesse en question. Je me sens bien dans ma vie mais j’aime regarder ce qui se passe autour de moi afin de voir si elle ne pourrait pas prendre un tournant qui l’embellirait davantage. Si mes amies m’ont tour à tour décliné toutes les contraintes de la maternité, aucune ne la regrette et certaines (au départ réticentes aussi) ont même réitéré l’expérience.
    Je pense que ce qui me fait retarder l’échéance c’est davantage la peur du changement irrémédiable, la crainte de changer cette vie actuelle, qui me convient, et d’aller vers l’inconnu mais, d’après toutes mes connaissances, l’enfant y met une saveur qui demeure insoupçonnée avant son arrivée. Ce bonheur actuel ne serait peut-être donc pas à son apogée et n’en aurions-nous pas conscience?
    Un p’tit bout qui naîtrait de nous nous transformerait probablement en parents que nous considérerons, à notre tour, d’un autre oeil en vivant la même chose qu’eux.
    Quoi qu’il en soit, je tiens à conserver mon esprit de contradiction qui me fait avancer et rester dans cet esprit critique de ma propre existence et des remarques des autres. Tout en les prenant en considération, je garde une ligne de conduite et même si je me range dans la catégorie des parents, je compte bien toujours bannir le culte de l’enfant roi car je maintiens qu’un enfant bien éduqué est avant tout un enfant auquel on ne cède pas à tous les caprices et qui peut susciter l’envie de maternité… Il y a effectivement trop peu d’enfants bien élevés mais c’est justement ceux-ci qui me redonne espoir et qui me donne l’envie de sauter le pas…

  • #409 Hélène le 10 juillet 2007 à 10 h 47 min

    Merci pour ce commentaire epsilon, c’est très intéressant, et ta volonté de garder l’esprit ouvert et critique me parle beaucoup.

  • #410 Askor le 13 juillet 2007 à 17 h 44 min

    J’ai été dirigée sur ce post par quelqu’un du site madmoizelle parce que j’avais mis un commentaire à l’article sur "les seins, leur esthétique…":
    http://www.madmoizelle.com/forum...

    Moi je ne veux pas d’enfant non plus. Par contre j’ai à peine 19 ans et je vais bientôt me marier. Et en ce moment c’est vraiment mais alors vraiment pénible. J’assume mon choix de me marier à 100% et aussi celui de demeurer nullipare. Mais je dois sans cesse me justifier pour ces deux choix très personnels qui ne rentrent pas "dans le moule".
    Ce que pensent les gens (tout haut, même si je préférerai qu’ils se la ferment): puisque je vais me marier, c’est certain je vais avoir un bébé dans les mois qui suivent.
    Encore plus pénible: j’habite chez mes parents ces mois-ci et nous venons de déménager. On a sorti du grenier les couffins, poussettes et autres parcs pour mioches datant des premières années de ma soeur agée de sept ans. Et les gens qui sont là pour aider au déménagement ne peuvent pas s’empêcher de dire "aaaah ça va resservir" et se regardent avec des sourires entendus.
    Franchement ça paraît stupide mais j’en peux plus d’entendre ça presque tous les jours, et plus je l’entends et plus ça me révolte. Alors soit je garde tout ça pour moi soit, les jours de grande forme, je leur réponds clair et net que moi les nains ça me branche pas. Et là on me répond un très concluant "tu changeras d’avis", qui met tout le monde d’accord et clos le débat. Bonjour la modernité.

  • #411 Hélène le 13 juillet 2007 à 18 h 08 min

    Sois la bienvenue Askor ! C’est sûr que déjà, une femme qui ne veut pas d’enfants, les gens ont du mal, mais si en plus elle se marie, ils sont paumés, beaucoup pensant que le but principal du mariage est de fonder une famille…

  • #412 Sophie le 21 juillet 2007 à 9 h 28 min

    Bonjour Hélène,

    Je suis tombée par hasard sur ton blog ; quel plaisir de lire ton message sur le choix de rester "childfree", comme disent les Américains. Je fais partie de celles qui ne souhaitent pas se reproduire (tout en aimant les bouts de chou, ce n’est pas incompatible), et j’éprouve beaucoup de difficultés à l’assumer, notamment dans la vie professionnelle (cela dit cela ne regarde pas mes collègues, je n’ai pas à me justifier de mes choix auprès d’eux/elles). J’ai une amie qui, lorsqu’on lui demande si elle a des enfants, répond "non, merci", avec le sourire, ce qui lui évite le "oh…" désolé de l’interlocuteur/trice, l’attitude de commisération faisant partie de la pression sociale constamment exercée sur les femmes pour qu’elle procréent. C’est assez dur de résister je trouve, alors il est réconfortant de lire un message comme le tien. 10 % de nullipares en France, contre 18 ou 20 % en Allemagne et en Grande-Bretagne. Serait-ce que la France est moins tolérante avec la liberté des femmes à se reproduire ou pas , serait-ce que la misogynie est plus forte dans notre beau pays que chez nos voisins ?

  • #413 Hélène le 21 juillet 2007 à 10 h 38 min

    Sois la bienvenue Sophie ! Je pense en effet que la France, sans doute pour des raisons de religion catholique, est moins tolérante sur ce sujet que nos voisins protestants.

  • #414 Non mère le 22 juillet 2007 à 2 h 03 min

    Salut !
    J’ai découvert avec bonheur cet article de ton blog, et j’ai été agréablement surprise par les nombreux commentaires laissés, que j’ai rapidement parcourus.
    Moi non plus, je n’ai jamais voulu d’enfant, et cela ne me pose aucun problème. Je n’ai aucune honte à le dire, seuls les éventuels commentaires déplaisants que cela peut susciter m’ennuient.
    J’ai constaté cependant, en lisant des témoignages, que certaines femmes n’osent pas, ou plus en parler à cause de la pression sociale, familiale…
    Je viens de créer un blog sur la question : nonmere.skyrock.com/ , et cela me ferait plaisir que des personnes ne désirant pas d’enfant y laissent leur témoignage… afin que celles qui souffrent de cette pression sociale se sentent moins seules et voient que leur non-désir d’enfant est normal !
    J’espère que ce projet intéressera quelqu’un.
    Bonne continuation.

  • #415 Hélène le 22 juillet 2007 à 12 h 28 min

    Sois la bienvenue Non mère, et merci pour ton témoignage.

  • #416 Yayef le 30 juillet 2007 à 15 h 20 min

    J’arrive sur ton article par le biais d’un autre blog dont un ami m’a parlé, moi qui ne veux pas non plus avoir d’enfants, et qui l’assume parfaitement (enfin, nous l’assumons parfaitement, c’est un choix de couple). En fait je n’ai pas grand chose de plus à dire, tu as tout dit, et parfaitement. J’ai particulièrement aimé le passage où tu dis que tu ne t’es jamais permis de demander à une mère de justifier son désir d’enfant… je me suis fait exactement la même réflexion.

    Bref, nous ne sommes pas seules… et quand bien même je le serais, ça ne changerait rien à mon avis sur la question des enfants. Mais j’avoue que ça fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule à tenir le même discours. Et c’est agréable de se retrouver dans les propos d’une autre.

  • #417 Hélène le 30 juillet 2007 à 15 h 43 min

    Merci pour ce commentaire Yayef, et sois la bienvenue ;-)

  • #418 delphine le 31 juillet 2007 à 12 h 57 min

    Bonjour, je viens de lire l’article paru en avril consacré aux femmes qui ne veulent pas d’enfants, et je me suis tout de suite connectée sur ton blog.
    Tu ne peux pas savoir à quel point ça fait plaisir de lire ça ! Je suis d’accord à 600% avec toi. On passe pour des extra-terrestres quand on annonce la couleur. D’ailleurs, moi, je l’annonce rarement parce que j’en ai marre de me justifier. Marre d’entendre que je changerai d’avis, qu’une femme est obligée d’avoir des enfants pour s’épanouir, que je suis égoïste et patati et patata … Ras le bol de tout ça. Je n’ai jamais rencontré une femme "comme moi". Je sais que je ne suis pas seule, mais on est tellement peu nombreuses que la probabilité de faire connaissance avec une congénère reste faible !
    J’ai 32 ans, j’ai été mariée, et mon ex m’a tannée pour avoir des gosses. Résultat : divorce. Tout ce que je veux aujourd’hui, c’est être heureuse. Dans mon travail, avec un mec (que je n’ai pas encore, mais bon …). Point barre. Rien de plus.
    J’ai eu l’impression de me lire moi-même dans l’article : pour moi, les enfants sont une véritable corvée, des boulets, des empêcheurs de tourner en rond.
    Toutes mes copines ont des enfants, et on ne peut rien faire sans les prendre en compte : les emmener, les faire garder … Sans compter les conversations téléphoniques constamment parasitées par les mômes en question…
    Personnellement, je suis "libre"; diponible. Si j’ai envie de faire quelque chose, je ne me pose pas de question, je le fais. Mes amies, non. Faut toujours un temps de réflexion avant qu’elles me donnent leur réponse : "je sais pas, faut que je fasse garder les enfants" ou "je peux pas, j’ai les enfants". Et en plus elles culpabilisent si elles les laissent plus d’une fois dans la semaine … Ca m’énerve réellement.
    Je suis super extra contente de t’avoir "trouvée". Merci pour avoir témoigné, pour avoir "osé", surtout !! Merci d’avoir pris la parole en notre nom ! Bises !

  • #419 Hélène le 31 juillet 2007 à 13 h 03 min

    Merci à toi pour ton témoignage, et pour ton enthousiasme, delphine ! Sois la bienvenue ! Nous sommes plusieurs ici à ne pas faire rimer féminité avec maternité, j’espère que tu t’y sentiras bien et entourée. Reviens quand tu veux ;-)

  • #420 bubulle le 2 septembre 2007 à 18 h 28 min

    OUFFFF!!!! Enfin des comme moi qui osent le dire!!

    Ca fait du bien de voir qu’on est sur le même bateau! Du courage et une grande maturité il faut pour faire partie de cet équipage hors du commun
    Jamais je ne me suis vu avec des gosses. Une mère trop autoritaire, dévalorisante et humiliante. Maintenant j’ai pardonné depuis quelques années. J’ai 37 ans.
    Abusée sexuellement dans ma tendre jeunesse, j’ai eu des relations très cahotiques et rares avec les hommes. Aprés maintes batailles gagnées pour me sortir de l’état de "mort vivant" dans lequel on trouve plongée aprés un abus sexuel,maintenant je veux enfin gagner mon trophée de guerre qui sera une vie de couple réussie et bien remplie avec un homme que je mérite et qui me mérite.
    En espèrant de tout coeur que sont désir d’enfants sera lui aussi secondaire!
    J’attends avec impatience "ces réflexions" chiantes pour répéter à tout bout de
    champs mon non désir de gosse! Assumons nous à fond! VIVENT NOUS

  • #421 mebahel le 2 septembre 2007 à 19 h 26 min

    Ha, le choix de non-maternité!
    De quoi parler des heures.
    Pour avoir lu, entendu des tas de femes témoigner de ce ras-le-bol de la pression qu’on leur met à ce sujet, un jour j’avais été bien énervée de lire dans mon mensuel habituel un dossier à ce sujet…et j’avais fait ce texte:
    "La non-maternité est-elle pathologique ?"
    chiennesdegarde.org/artic…
    derrière lequel un long débat/témoignage d’une bonne vingtaine de pages a eu lieu depuis (mais le forum est fermé pour l’été).
    Je crois que cette pression ne fait que s’accentuer, être sexy ou mère et maintenant sexy et mère, mais… pas devant els enfants.; enfin si, devant el fils … car si vous regardez bien les pubs pour la saint glinglin des mamans, on en est là, maintenant.
    Dans les mags on lit, photos idéales à l’appui:
    une telle (comédienne, pdgère, ce que vous voudrez) "son plus beau rôle: maman"
    Rien que ça, ça vaut des tonnes de matraquage implicite dont nous sommes abreuvées depuis des lustres.
    Auquel s’ajoute depuis qqes années le: soyez une ‘bonne’ mère.
    La maternité serait, mythiquement, ce qui fait d’un être femelle un vrai individu femme, et en ce sens elle ne peut être qu’idéale, merveilleuse et ses petits ennuis (petits? mon œil!!) ne sont que de roupie de sansonnet dont nous devrions remerciez notre seigneur et maître (hum.. le père peut-être?) de nous en avoir gratifiées..
    Pour avoir aprlé aussi à de toutes jeunes mères, just en postnatal, le nombre de fois où j’ai entendu:
    si on m’avait dit que c’était ça une grossesse.. un accouchement..hé oui, seul le discours mythique reste… avec des "recettes’ dans les mags pour que les bobos passent… mais pas la réalité de ce que le corps et l’âme vivent en termes d’interrogations sans fins, souvent, d’angoisses parfois, de grande solitude: non seulement on est toujours tout seuld asnsa peau( comme dit le poète) mais en plus, notre peau devient celle d’un-e autre.
    Avez vous remlarqué, quand, enceinte, les gens vous disent bonjour, ils s’adressent, littéralement, à votre bidon?
    On peut en être fière certes.. trouver cela touchant.. mais au fond, qu’est-ce que cela veut dire?
    Que vous êtes dépositaires d’une vie plus importantre que la vôtre propre.
    Je dis bien dépositaire.
    Quelle femme dira non pas j’attends un enfant, mais bien: je fabrique un enfant?
    Nom de d’là c’est pourtant bien ça: il se fait pas tout seul, le baby, ses cellules se nourrissent des vôtres: c’est bien vous qui le fabriquez, rien de passif là dedans.
    Se réapproprier la maternité serait aussi se réapporprier le choix de la non maternité.
    Qui n’a pas à être justifié: les femems sont elles plus bêtes que les autres lorsquil s’agit de faire un choix personnel?Pourquoi devraient elles toujours trouver à légitimer leurs décisions, lorsque celles ci les concernent au premier chef? (ben ouais, c’est leur corps, d’abord, qui va œuvrer, et elles ensuite, vu le temps encore super égalitaire de partage des tâches …)
    Grmbl.
    Bon oui j’arrête.
    Mais c’est bien parce que c’est dimanche, hein!
    :-)

  • #422 Hélène le 2 septembre 2007 à 19 h 30 min

    Ton commentaire est très intéressant mehabel. Je pense que la bouquin de Corinne Maier te plairait, j’e lai beaucoup aimé.

    bubulle sois la bienvenue ! Je te souhaite de tout coeur de réussir à vivre une vie heureuse (et de tomber sur un mec qui ne veut pas d’enfants non plus, ça aide ;-) !

  • #423 mebahel le 2 septembre 2007 à 20 h 16 min

    Moui…j’avais aps particulièrement apprécié le personnage quand je ‘lavais vu causer je ne sais plus où…
    Sauf erreur: si la thèse centrale de son bouquin est que les enfant, c’est casse pied, ça ne fera pas avancer le pbme: on taxera les femmes d’égoïsme, de futilité et d’incapacité à devenir des adultes responsables qui assument leur destin, y compris social.
    Donc je pense que le jour où on aura un bouquin qui dit simplement que les femmes n’ont pas à justifier les choix qu’elles font pour leur propre corps (puisque c’est souvent à leur coprs sexué et sexualisé qu’on les ramène) , là on aura avancé.
    Car mettre le choix de la (non) maternité du côté du j’aime/j’aime pas les enfants, c’est contreproductif: on peut tout à fait aimer les enfants, les bisouiller les éduquer, tout ce que vous voudrez, mais ne pas vouloir en fabriquer soi-même ou en avoir "à soi".
    Bon j’ai pas lu le bouquin, qui a le grand mérite d’exister et de libérer une ‘parole de femme’ donc je vais m’arrêter là :-)

  • #424 serena le 10 septembre 2007 à 15 h 47 min

    Je vais jeter un pavé dans la marre de cet océan de félicité et d’approbation (un peu hypocrite à mon goût) mais je ne vois pas en quoi c’est une preuve de courage de ne pas vouloir d’enfants. A mon sens, le courage c’est plutôt de faire des enfants dans un monde aussi dingue !
    Très franchement, je pense que si des gens sur cette terre subissent les réflexions et les jugements des autres, ce sont bien les parents…..Donc, ne pas en faire, c’est s’épargner bien des jugements !
    Et autre chose qui m’énerve, c’est cette manie de dire que certaines personnes font des enfants sous la pression sociale et ne s’en occupent pas après. Désolée mais c’est loin très loin d’être la majorité des cas. Alors que majoritairement, les gens qui ne veulent pas d’enfants n’en veulent pas par hédonisme, choix que je respecte, ils ont le droit de faire se faire passer avant tout.

  • #425 serena le 10 septembre 2007 à 16 h 08 min

    par contre, generation68, je partage ton avis, si j’avais pu éviter la grossesse et l’accouchement ça aurait été avec le plus grand plaisir. Mais vous parlez des femmes qui ne veulent pas d’enfants, vous oubliez celles qui veulent une famille nombreuse. dans le bled où j’habite, 3 est un minimum. j’en ai deux, ça me suffit.

  • #426 Hélène le 10 septembre 2007 à 16 h 16 min

    « Mais vous parlez des femmes qui ne veulent pas d’enfants, vous oubliez celles qui veulent une famille nombreuse » : ben, c’est que justement on parle de eux qui n’en veulent pas, ici ;-)

    Et bienvenue à toi serena ;-)

  • #427 Asphodele le 14 septembre 2007 à 13 h 37 min

    Ah, ça fait vraiment du bien de vous lire toutes ! Rien à ajouter, tout a été dit. La vie est belle quand on agit suivant nos désirs, nos goûts et nos envies. Tant qu’on ne fait de mal à personne, je ne vois pas pourquoi on devrait se justifier et expliquer nos choix personnels. Il n’y a ni égoïsme, ni manque de maturité ou que sais-je encore, lorsqu’on ne veut pas d’enfants. L’égoïsme, ça me fait bien rire : et celle qui vient d’avoir un bébé, elle l’a fait pour ses voisins ou pour elle-même ?
    A croire que celle qui "s’évite" la vie d’emmerdes, sans fantaisie, sans aventure, métro-boulot-lolo, rappelle trop à celles qui la subissent qu’elles auraient pu faire autrement. Eclatons-nous, cultivons-nous, bougeons, avançons, aidons les autres, et surtout réfléchissons ! A bas les Simone de Bavoir. Encore merci pour ton opinion assumée et pour les riches commentaires qu’elle suscite !

  • #428 Hélène le 14 septembre 2007 à 13 h 43 min

    Merci à toi pour ton enthousiasme, Asphodele, et sois la bienvenue ! ;-)

  • #429 Catgeisha le 9 octobre 2007 à 19 h 31 min

    Bonjour Hélène et bravo pour ce billet et pour le blog que je découvre avec plaisir grâce à Ron…

    Ah, pas évident de nos jours de prendre du recul et d’assumer nos choix face aux normes issues du judéo-christianisme si prégnant dans notre société.
    Je me permets de te conseiller, au sujet de ce billet, et à moins que ce ne soit déjà fait, la lecture de Michel Onfray, La Puissance d’Exister, ou encore Théorie du corps amoureux, pour une érotique solaire, dans lesquels il développe sa vision hédoniste de la vie, mais aussi l’idée d’une "métaphysique de la stérilité volontaire" ou enfin une approche du féminisme ma foi très intéressante ! Je me dis que celà pourrait t’intéresser…
    Au plaisir de te lire !
    ;-)

  • #430 Catgeisha le 12 novembre 2007 à 21 h 50 min

    Et au fait Hélène, tu as déjà commencé La Puissance d’Exister ? Ou bien tu n’as pas encore eu le temps ? (ce que je comprendrais aisément)…
    Sa vision épicurienne des choses et de la vie est ma foi aussi pas mal pour les déprimes saisonnières je pense ! ;-)

  • #431 Dorothée le 13 novembre 2007 à 6 h 51 min

    J’avais pas vu que les commentaires continuaient à tomber aussi allègrement sur cet article, c’est excellent :-)

    Mon opinion, perso, c’est que chacun a le droit de faire ses choix sans être critiqué, que ce soit d’avoir douze enfants, deux ou zéro. J’ai la chance d’avoir un entourage (famille, amis) pas chiant pour ça, en même temps ils n’ont pas "besoin" de l’être puisqu’ils savent que j’en veux à fond. Mais pas au point d’accepter la demande en mariage de mon ex dont je sentais que le principal besoin était de se reproduire, et pas forcément de vivre de grandes choses avec moi. Un enfant, ça se fait à deux, mais je considère également que le choix de ne pas en avoir se fait à deux aussi. Et je suis assez surprise de voir que certaines femmes restent avec des mecs dont elles savent pertinemment qu’ils veulent des enfants alors qu’elles-mêmes n’en veulent pas. Il me semble que c’est un point important qui mérite qu’on en discute en couple cartes sur table. Si on veut que les autres respectent notre désir de ne pas avoir d’enfants, il faut aussi être capable de respecter celui de son conjoint d’en avoir. Non pas pour se forcer à en avoir bien entendu, mais pour décider ensemble du bout de chemin qu’on veut faire…ou pas. Un mec qui me dirait qu’il ne veut pas plus d’un enfant, je respecte, mais c’est pas ma vision des choses; donc si c’est irrévocable, j’entends bien en tirer les conclusions qui s’imposent, sans agressivité, mais il me semble nécessaire d’avoir un projet de couple entièrement partagé, sinon on se réserve pas mal de souffrances.

    Quant aux raisons d’avoir des enfants, je trouve ça blessant que certaines considèrent que c’est juste pour reproduire son nom ou je ne sais quoi. Bien sûr que le projet est vague quand on ne les connaît pas encore, ses futurs enfants; mais la relation qui s’instaure ensuite, sans être toujours facile ni de tout repos, me semble incroyablement intéressante. Ce qui n’en fait absolument pas une obligation, et heureusement; si c’est pour rendre ses enfants malheureux et ne pas s’épanouir dans cette relation vaut clairement mieux s’abstenir.

    Voilà pour mes réflexions au petit matin, pfffffff ça m’a épuisée, dodo ;-)

  • #432 klara le 11 décembre 2007 à 15 h 18 min

    Bonjour
    merci à tous d’avoir témoigné, cela permet de comprendre que le désir ou non d’enfant est une question personelle, tous les arguments se tiennent qu’ils soient pour ou contre.
    J’ai un problème déjà évoqué par certains ; mariée, 26 ans, lui 27, voulant des enfants, moi pas…
    Le post de Dorothée est très sensé mais difficile à mettre en pratique ! ainsi
    cette divergence n’est pas suffisante pour se séparer car chacun garde espoir que
    l’autre ou soi même changera d’avis.

    Toutes les raisons pour lesquelles je ne veux pas d’enfant ont déjà été évoqué, mais j’en ai une supplémentaire :

    raisons déjà évoquées :
    -les enfants ne m’attirent pas, ne m’attendrissent pas
    -j’ai une peur bleue de l’avenir de la planète (surpopulation, migrations dues au réchauffement climatique, pollution, pour moi le monde devrait s’eteindre d’ici deux à trois générations)
    -mon mari et moi avons des horaires de travail très chargés, pas de famille autour, donc je sais très bien que de retour de mon travail, c’est moi qui devrait me coltiner les enfants à s’occuper, de plus faire en enfant et le faire garder par quelqu’un d’autre à quoi bon ?
    -peur de faire un enfant handicapé
    -peur de l’accouchement
    -peur d’etre encore plus mal dans ma peau (grossesse, et surtout après : prise de poids etc chose que je n’ai jamais pu supporter car j’ai toujours su garder un controle de mon corps). Est ce égoiste ?

    raisons supplémentaires :
    -je ne suis pas résistante et sommeil très léger (si je me couche après 22h ou si je dors mal , le lendemain ma journée est improductive et gachée (irritabilité, mal a la tete, herpes et j’en passe) et je mets plusieurs jours à m’en remettre (sans exagéré).
    M’occuper d’un enfant me parait mission impossible, et j’ai peur d’en faire un malheureux (une mère tout le temps sur les nerfs en train de l’ attraper …)
    -mon caractère : nerveuse, anxieuse, impatiente : vous imaginez un gamin équilibré avec une mère pareil ! surtout si elle n’a pas assez dormi !

    Pour revenir au problème, mon mari veut des enfants.
    Ses parents lui ont inculqué qu’on ne pouvait être qu’heureux qu’avec des enfants donc c’est sur il ne changera pas d’avis. Sa mère a laché son travail pour élever ses 3 enfants, alors elle me met la pression. Son frère et sa soeur ont des enfants.

    Lorsque notre relation est devenue sérieuse, et avant notre mariage, j’ai bien expliqué à mon mari mon non -désir d’enfant. Au fond de lui je suis sure qu’il a espoir que je change d’avis, il pense qu’avec l’age j’en aurai envie et qu’on trouvera bien des solutions pour faire garder nos gamins. Du coup on est resté ensemble, on s’est marié.

    Un jour après m’avoir écouté, il m’a répondu : "c"est tres dommage", souvent il fait des allusions comme "quand nous aurons des enfants …"
    une autre fois, il m’a demandé : "si on ne peut pas avoir d’enfant, on en adoptera ?"

    et justement l’adoption me parait beaucoup plus envisageable, car ces enfants abandonnés sont là donc il faut bien les prendre en charge. Mais souvent les enfants adoptés sont malheureux car ils sont sans cesse en quete d’identité, il y a tant d’exemples ou cela c’est mal passé …

    mais si je me sens capable d’adopter c’est que la question "matérielle liée à mon physique peu résistant et à nos travails" n’est plus un problème, me direz vous, donc ce n’est pas la vraie raison :
    -D’un coté oui; je me dis que de toute facon que l’enfant soit gardé par une nounou ou par la dass, autant qu’il fasse partie d’une famille (soir, week end, vacances).

    -Mais d’un autre coté peut etre que j’ai tout simplement peur de l’accouchement et d’avoir un corps transformé négativement (pendant la grossesse mais surtout après);rien que d’y penser m’est insupportable.

    Je vous remercie de m’avoir lu , et en même temps j’espère avoir pu vous apporter une autre vision des choses.
    Je vous remercie par avance pour vos conseils concernant cette divergence de désir dans le couple : que dois je faire par rapport à mon mari ? Si d’autres sont dans le même cas, cela me réconforterai de savoir comment vous envisagez l’avenir.

    Enfin je voudrai ouvrir une parenthèse sur le mariage catholique : on fait écrire au couple qui se marie une lettre avec 4 topic dont l’un consiste à marquer qu’on va fonder une famille, avoir des enfants, donc c’est "normal" voire obligatoire de fonder une famille … ce qui explique les a priori négatifs de notre société (historiquement judéo-chrétienne) face au non désir d’enfant.

  • #433 Lilith le 20 décembre 2007 à 13 h 40 min

    Klara,

    Ton témoignage m’a beaucoup touchée, j’ai déjà réagit à cet article il y a quelques temps, mais je réitère car tes mots m’ont interpellée.
    Je comprends ta situation à 100%, je suis dans le même cas que toi, moi non plus je ne veux pas d’enfants pour les mêmes raisons. Je ne suis pas mariée, mais je suis en couple.

    Mon ami, au début de notre relation, était sûr lui aussi de ne pas vouloir d’enfants. Donc tout était nickel. Je précise que ça fait un peu plus de deux ans qu’on est ensemble, aujourd’ui il a 30 ans et moi j’arrive bientôt sur mes 29…
    Seulement voilà, il y a quelques temps il m’a dit qu’il ne serait "pas contre l’idée" d’en avoir… argh… du coup j’ai aussitôt réaffirmé ma non-envie à moi, que je ne changerai pas etc, et je pense qu’il a bien compris… depuis nous n’en avons pas reparlé.

    J’ai un peu peur… j’espère qu’il ne me quittera pas un jour pour se mettre en quête d’une compagne voulant des enfants ! enfin, je ne doute pas de l’amour qu’il me porte, qu’il tient à moi etc ; mais je ne mesure pas bien quel est son désir de paternité par rapport à tout ça… peut-être, au fond, que ce n’était pas si profond que ça, que l’idée lui a juste traversé l’esprit, comme ça, et qu’il l’oubliera.
    Je le souhaite de tout coeur en tout cas, car je l’aime et ne veux surtout pas le perdre !

    J’espère que pour toi ça ira, que ton mari et toi vous pourrez trouver un terrain d’entente à ce sujet. J’espère qu’il te comprend, malgré tout ce qu’on lui a "enseigné" quand il était plus jeune… De toutes façons, il ne peut pas te forcer.

    Quitte à avoir des enfants, je suis comme toi,je préfèrerai envisager l’adoption. Il y a en effet tellement de gosses malheureux ! pourquoi ne pas leur offrir une famille et de l’amour ?

    Je te souhaite beaucoup de bonnes choses en tout cas, j’espère que tout se passera bien avec ton mari. Passe de belles fêtes et une bonne fin d’années. Grosses bises à toi.

    Et grosses bises et belles fêtes à tous(tes) !

  • #434 Catgeisha le 20 décembre 2007 à 15 h 13 min

    Il faut distinguer le désir ou non désir d’enfant du désir ou non désir de grossesse…

    Ce que tu évoques Klara lorsque tu parles de ton besoin de maîtrise, de ton rapport au corps, de ta peur de l’accouchement me semble très intéressant !

    Car si je ne cautionne absolument pas le désir d’enfant comme quelque chose "allant de soi", "pour faire comme les autres", "parce que c’est comme ça", ou encore "parce que ne pas en vouloir c’est pas bien c’est mon curé qui le l’a dit";
    et que donc je respecte complètement les personnes qui n’en désirent pas, choix très personnel;
    je pense qu’il peut être intéressant de plus creuser cette question de volonté de maîtrise, cette question du rapport au corps, ou cette peur de l’accouchement qui renvoie souvent à des choses bien plus profondes et plus enfouies…
    (et je mets à part la question des normes sociales et judeo-chrétiennes, je ne parle pas de ça là !)

    C’est aussi la question du lâcher-prise, donc, puisque c’est aussi de cela qu’il s’agit, lâcher-prise sur la maîtrise, qui rejoint un peu le fait d’accepter l’Autre tel qu’il est, de ne pas chercher à le changer, de lâcher-prise par rapport à ce "fantasme" de changer l’autre, et qui est selon moi inhérent de l’amour.
    (C’est quand tu dis : "chacun garde espoir que l’autre ou soi même changera d’avis." que cela m’évoque ceci, même si je ne me permets pas de juger la force de votre amour ! Je parle juste de ma conception personnelle ! )

    C’est pour cela que je suis d’accord avec Dorothée qui pense que le couple doit avoir un projet commun partagé pour subsister…

    Je ne prétends pas faire de leçon de morale, attention, je livre juste ici quelques réflexions personnelles…

    Prends soin de toi.

  • #435 klara le 1 janvier 2008 à 17 h 00 min

    bonne année 2008 à tous et à toutes,

    merci Lilith pour ton témoignage et tes pensées, j’espère que ton ami ne reviendra pas sur cette question. Peut être qu’il remet cette question en cause du fait que des personnes de son entourage (à peu pres du même age) commencent presque tous à avoir des enfants. Peut-être voulait il simplement avoir confirmation de ton non-désir. Ou bien encore, il était certain de ton non-désir et en proposant ceci, vu ton refus, il se place en position de force.
    Je te souhaite bon courage. Tiens nous au courant s’il en reparle.

    Merci Catgeisha pour tes réflexions. Effectivement je pense que j’ai d’une part un non désir de grossesse du fait d’un mauvais rapport au corps, et d’autre part un non désir de mettre en vie une personne de plus (en dissociant la grossesse).

    Je vais suivre ton conseil concernant d’effectuer un approfondissement sur le rapport au corps.

    Peux tu stp expliciter le rapport entre le lacher prise sur la maîtrise et l’acceptation de l’autre tel qu’il est, car je n’ai pas bien saisi. Merci.

    hate de vous lire…

  • #436 mimou le 28 février 2008 à 12 h 38 min

    Bonjour à toutes!
    Moi ça me fait bien rire quand je répond tout simplement que je suis contre le fait de se marier et d’avoir des marmots. et les super réflexions qui vont avec, du genre "tu rates les plus beaux moments de la vie d’une femme…." (ah bon, les plus beaux moments pour moi ce n’est pas d’avoir autant de monde autour de moi qui se presse pour être avec moi… étant légèrement agoraphobe. je n’aime pas non plus être au centre des attentions c’est mon côté timide qui ressort) ou les "tu n’as jamais eu envie d’être une princesse un jour dans ta vie?" (ressembler à une meringue, chacun ses gouts mais moi c’est pas mon truc).
    J’ai une maman assistante maternelle (ce qui m’a convaincue de ne pas avoir d’enfants et m’a faite relativiser),
    et le mariage étant à 100% athée (et étant la seule de la famille vous voyez les discussions…), je n’en voit pas l’utilité (à par pour les impôts et encore si c’est pour ça autant se pacser).
    Pour autant je n’impose pas mon point de vue aux autres (chacun ses gouts c’est plutôt les autres qui, égoistement, essaient de me remettre dans le droit chemin!) et je vais même jusqu’à aider si mes proches en ont besoin (et après avoir aidé aux préparatifs de plusieurs mariages j’ai été définitivement vaccinée…)
    Maintenant, je changerai peut-être un jour d’avis…je n’ai que 22 ans!

  • #437 Hélène le 29 février 2008 à 19 h 07 min

    klara je suis désolée, je ne trouve ton commentair qu’aujourd’hui !! Sois la bienvenue, avec du retard ;-)
    Ta situation est en effet difficile, avec ton mari. Personne ne peut te dire ce que tu dois faire, hélas, il faudra que tu trouves les réponses en toi-même. J’espère que tu pourras le faire sans souffrir, du fond du coeur.

    Lilith c’est vrai que les dizaines sont souvent sources de remises en question, si ton ami vient d’avoir 30 ans ça joue beaucoup. Il se passe souvent des choses autour de la quarantaine, aussi.

    mimou quoi que tu fasses, ce qui compte c’est que tu le choissises pour toi avant tout ! ;-)

  • #438 Ann le 1 août 2010 à 20 h 33 min

    Je suis la maman de 2 enfants..je lutte chaque jour pour ne pas les manger tellement je les aime mais j’adhère à 100 % à l’article suivant:
    http://www.slate.fr/story/25253/enfants-pas-automatique
    ;-)

  • #439 Hélène le 1 août 2010 à 20 h 40 min

    Ann: merci pour ce lien, l’article est très intéressant !

  • #440 AnDroKtoNe le 29 août 2010 à 19 h 55 min

    Qu’est ce que je comprends tout ce que tu énumères.

    Personnellement ça m’arrive souvent que les gens soient étonnés que je n’ai pas d’enfant à 42 ans. La vie m’y a un peu aidé : lesbienne, jamais eu de boulot stable et puis surtout il me manque une partie de la machine à cloner et franchement ça m’arrange bien.

    Je n’ai jamais voulu d’enfant aussi loin que je m’en souviennes. Et quand j’ai pris conscience que je n’en aurai jamais (par la force des choses tout d’même), ça m’a sacrément arrangé.

    Par contre c’est vrai que c’est saoulant les yeux ébahis ou qui se froncent quand tu dis que t’en veux pas, pour détendre l’atmosphère je réponds d’un ton badin « j’peux pas en avoir » et alors là, les regards deviennent du style « oh la pauvre » et moi d’ajouter « mais ça tombe bien, j’en ai jamais voulu » ^^

    J’ajoute souvent par contre que je rentre dans le lard si on insiste à vouloir me faire dire que j’en voudrais mais que j’ose pas le dire. Ca me gave grave.

    Et puis notre bonne vieille planète a bien assez d’humains qui la pollue à qui mieux mieux, qui la détruise de plus en plus rapidement pour du fric et par égoïsme. Eh merde en plus y’a des millions d’orphelin(e)s/abandonné(e)s de par le monde, alors pourquoi en ajouter ? Y’a qu’à prendre ceux qui sont seul(e)s, ils (elles) seraient super heureux(ses) d’avoir des parents même adoptifs.

    Bon je m’égare et je dois saouler tout le monde.

    Désolée pour le langage mais il me ressemble, « brut de décofrage » et je me fous de ce qu’on pense de moi par contre je ne souhaite pas gêner les autres.

    Bises à touTEs.

  • #441 Sophia13 le 8 mars 2011 à 12 h 34 min

    Ce billet a 5 ans mais je ne peux m’empêcher de commenter tellement je comprends tout ce qui est dit que ce soit dans le billet lui-même ou dans les commentaires. J’ai bientôt 22 ans et je sais que je ne veux pas d’enfants depuis toujours: je n’en ai pas envie tout simplement.
    Le fait de devoir toujours se justifier par rapport à ce choix si intime est lassant et énervant. Les gens cherchent à comprendre alors qu’au fond il n’y a rien à comprendre justement et je pense que c’est ça qui les terrifie (et je n’exagère pas en employant ce terme). Le fait qu’une personne (que ce soit un homme ou une femme mais j’ai l’impression que c’est bien pire pour une femme) ne rentre pas dans le moule de la société occidentale (cad se marier, avoir des enfants, être propriétaire avant 40 ans, avoir une carrière stable, etc…) est quelque chose que la plupart des personnes n’arrivent pas à concevoir et à accepter. Il me semble que c’est dû au fait que beaucoup de gens (je ne dis pas tout le monde) croient choisir ce type de vie sans même réfléchir à ce qu’ils veulent réelement et que finalement ils se retrouvent piégés.
    Il me semble primordial dans la vie de se poser les BONNES questions et de faire un travail sur soi-même afin de connaître parfaitement nos propres besoins et désirs. J’ai toujours fait ce travail là et je sais aujourd’hui que tous les choix que je fais ne sont dictés que par ma propre volonté et donc je ne veux PAS avoir d’enfant,jamais!! Le fait d’avoir un enfant ne me rendrait pas heureuse, je ne vais donc sûrement pas me forcer à en faire un juste pour rassurer les personnes dans leurs propres choix.
    Voilà, désolée pour la longueur et la confusion du commentaire mais j’avais réelement besoin d’en parler…

  • #442 AnDroKtoNe le 8 mars 2011 à 12 h 46 min

    Tu as bien raison Sophia ;-)

  • #443 Belldandy le 8 mars 2011 à 13 h 08 min

    Sophia13: AnDroKtoNe: Merci les filles d’avoir attiré mon attention sur ce billet que je ne connaissais pas !
    Tout pareil, je me retrouve dans chacune des situations citées, mon Dieu que ça fait du bien de lire ça !! Il m’arrive souvent de bramer (pour de rire hein, avec des personnes que je connais) « foutez-moi la paix, je ne suis pas une matrice ! » (et je dis tout ça évidemment avec beaucoup de respect pour tous les parents ou tous ceux qui désirent l’être, mon « choix » n’est pas un jugement sur le leur, les enfants c’est précieux, c’est pour ça que moi je n’en ferai pas).
    Merci beaucoup Hélène, ça me touche toujours de rencontrer des « comme moi ». Et cela ne m’étonne pas de toi, mais il faut (malheureusement) encore de nos jours beaucoup de courage pour tenir ouvertement ces propos « contre-natures » (comme si qu’on n’avait pas de libre arbitre nous autres les sapiens !).

  • #444 Hélène le 8 mars 2011 à 13 h 45 min

    Ca me désole un peu de savoir que les filles de 20 ans entendent aujourd’hui les mêmes conneries que celles que j’ai entendues pendant 20 ans, j’espérais que la société avait un peu évolué là-dessus, en fait non…

  • #445 Belldandy le 8 mars 2011 à 14 h 18 min

    Hélène: C’est malheureusement comme ça pour beaucoup de choses, notamment lorsque cela concerne les femmes… On n’est pas sorties du bois les filles ! Mais on se démonte pas, on va tenir bon, un jour on deviendra forcément des gens comme tout le monde !

  • #446 Sophia13 le 8 mars 2011 à 14 h 33 min

    Belldandy: C’est sûr il ne faut pas se décourager même si ce n’est pas toujours facile d’être considéré(e) comme un(e) marginal(e) parce qu’on ne veut pas d’enfants. J’espère juste qu’un jour les personnes comme nous faisant ce genre de choix ne seront plus pointées du doigt.
    Hélène: En effet, « désolant » est le mot surtout que les remarques les plus violentes viennent souvent de filles de mon âge.

    Je suis en train de lire tous les commentaires (heureusement que je ne fais rien de spécial aujourdhui, ça va me prendre un bon ptit moment encore pour finir ;-) et ça m’enrichit vraiment.

  • #447 Emma le 8 mars 2011 à 14 h 52 min

    Je découvre également l’existence de cet article….Je ne vais pas raconter ma vie, mon vécu ici, mais merci Hélène pour ce billet très particulier. Je pense clairement qu’il y a des femmes qui ont besoin de passer par la maternité pour se sentir exister, et d’autres pas.

    Sophia13: Je ne veux pas te faire peur, mais tu es encore très jeune, et effectivement les gens doivent penser intimement « que tu changeras d’avis »……plus les années passent, et plus j’ai l’impression qu’on doit se justifier, c’est atroce (d’autant plus quand on se marie: le jour du mariage tu entends 40 fois la question « alors quand est-ce que vous nous faites un petit? »…)

    Bref, mon chéri et moi avons traversé l’an dernier une énorme crise, et après un gros bilan, il m’a convaincue d’en faire un (chose à laquelle je me suis toujours fermement opposée)….Nous avons essayé pendant plusieurs mois, et nous venons de mettre ça entre parenthèses d’un commun accord (car très prochainement, changement de région, de travail, etc). J’avoue que j’ai honte de me sentir rassurée……

  • #448 Sophia13 le 8 mars 2011 à 15 h 06 min

    Emma: Le pire c’est que je sais que je ne veux pas d’enfants depuis que j’ai 16 ans donc les remarques désobligeantes je connais. Même si je les comprenais mieux justement quand j’avais 16 ans et que je pouvais être considérée comme une gamine ne sachant pas ce qu’elle dit et qui changera d’avis en grandissant. Ce que je trouve « bizarre » c’est qu’on ne dise jamais à une gamine de 16 ans clamant haut et fort qu’elle veut 5 gosses qu’elle changera d’avis. Enfin bon… Maintenant je suis une adulte, je sais exactement ce que je veux et ne veux pas faire de ma vie, même si je suis jeune ;-)

    Ton message m’a beaucoup touchée, notamment ta dernière phrase. Je ne pense vraiment pas que tu devrais avoir honte de te sentir rassurée que ça n’ait pas marché car faire un enfant pour consolider un couple en crise ne me semble pas être le bon choix, surtout si tu n’en as jamais voulu! C’est une question un peu personnelle donc je comprendrais tout à fait que tu ne veuilles pas y répondre, mais as-tu parlé à ton compagnon de ce sentiment de soulagement?

  • #449 Emma le 8 mars 2011 à 15 h 48 min

    Sophia13 Je ne doute pas que malgré ton jeune âge, tu saches ce que tu veux faire de ta vie ;-)

    Après pour te répondre, c’est très compliqué….il sait que je n’ai jamais eu de désir d’enfants (pdt les 2 premières années de notre relation, je lui en parlais dès que j’avais l’occas), il sait que je ne suis pas du genre à m’extasier sur un bébé, que je ne ressens chez moi aucune « fibre maternelle »…..mais bon, on a tenté, et si je l’ai fait c’est par amour pour lui. Pas parce qu’on a connu une crise, et pas pour LUI faire plaisir. En fait, il m’a fait changé d’avis. Parce que c’est lui. Seule ou avec un autre, je suis persuadée que je n’aurai JAMAIS envisagé l’idée….Mais je l’aime énormément, il en a besoin et je me suis sentie soudain capable de faire ça…c’est très très difficile d’en parler comme ça par écrit…Je pense même qu’il est possible qu’en retente plus tard….Disons que l’amour m’a transformé au point envisagé cette chose inenvisageable plus tôt….Maintenant si cela ne devait pas se faire, je crois que cela ne me posera aucun problème. Je n’ai pas l’impression d’être née pour être mère, tout comme j’ai la conviction que je ne suis pas une personne faite pour vivre en couple :-)
    Voilà donc après il faut composer avec ce que l

  • #450 Emma le 8 mars 2011 à 15 h 52 min

    Oupsss, gros bug….
    Bref tout ça pour dire que la vie est compliquée, et qu’il faut composer avec ce qu’elle nous offre, nos désirs profonds….donc pour te répondre non, je ne lu en ai pas parlé et ne lui en parlerai pas dans l’immédiat.

  • #451 Emma le 8 mars 2011 à 15 h 55 min

    Oupsss, gros bug….
    Bref tout ça pour dire que la vie est compliquée, et qu’il faut composer avec ce qu’elle nous offre, nos désirs profonds….donc pour te répondre non, je ne lui en ai pas parlé et ne lui en parlerai pas dans l’immédiat. Je vais attendre de voir comment tournent les choses, et où j’en serai avec moi-même au moment où cela reviendra sur le tapis^^

  • #452 Emma le 8 mars 2011 à 16 h 08 min

    Sophia13: De toute façon si je n’avais qu’un conseil à te donner c’est de n’écouter que toi, tes envies, tes convictions…peu importe si l’entourage ne comprends pas ce genre de choix; qui que l’on soit et quoi que l’on fasse il y aura toujours des gens pour nous juger. Les gens jugent mais ne seront pas à ta place pour élever un enfant dont toi tu ne voudras pas. Il faut essayer de faire sa vie comme on l’entend, c’est ça le principal. :-)
    Et puis moi j’ai déjà pleins de bébés que j’aime (mes 2 ptites boules de poils, mes 50 sacs à main à qui j’hésite encore à donner un prénom,….!)

  • #453 Belldandy le 8 mars 2011 à 16 h 23 min

    Sophia13: Ben oui, c’est ça, personne ne demande jamais au gens « ah bon ? Tu veux des enfants ? Comment ça se fait ? », alors que la question devrait se poser, on fait pas des enfants comme on achète un clic-clac chez Ikéa à mon avis (encore que moi le clic-clac, c’est aussi un sujet de brain storming, mais bon).
    Tu es encore toute jeune, Sophia, je suis passée par là aussi, si ça peut te rassurer, moi je trouve quand même que plus tu avances en âge, moins les gens sont pressants, je pense qu’ils doivent se dire que si tu atteins l’âge de « l’horloge interne » sans broncher, c’est que ça sert plus à rien de t’embêter ! :)
    En revanche, il faut trouver le bon gynéco hein, parce que sinon c’est le parcours du combattant à base de « un implant ? A votre âge ? Mais vous allez vouloir être maman dans un an si ça se trouve », bref, tu vois le genre je pense ! Mais il y en a des biens !

    Emma: Ben t’as pas à avoir honte, comme te le dis Sophia !
    Si, à l’issue de la grosse discussion avec ton chéri, ça t’est apparu comme envisageable d’avoir un pioupiou, c’est sans doute que ça finira par se faire tranquillement, mais ça veut pas dire que ça fout pas les chocottes !
    Ce post va être un roman décidément…
    Mais je te raconte un truc qui, je l’espère, pourra te rassurer. Ma tante s’est vue coller un ultimatum par mon oncle vers 40-45 ans pour avoir un enfant sinon rupture (le truc horrible), elle en avait jamais voulu, bien dans son couple à deux tout ça… Bon. Moi je m’suis dit, c’est affreux la pauvre (et je trouve toujours le procédé épouvantable soit dit en passant). Je te passe les détails, mais adoption d’une mignonne, et là, ma tante, c’est LA mère supérieure, elle est top avec sa môme et hyper épanouie (et pourtant dieu sait qu’elle flippait).
    Laisse-toi donc le temps d’y voir plus clair, un délai te tombe dessus à point nommé, n’aie pas peur d’expliquer tes doutes au chéri, c’est important, sinon il peut pas deviner (c’est quand même qu’un garçon !), et fais-toi confiance, à un moment tu finiras bien par savoir ce que tu veux vraiment ! :)

    Ah oui ! Et on vous l’a fait le coup du « c’est diiingue, t’es vachement maternelle avec les petits, t’es sûre que t’en veux pas ? », Ben non, j’adore être tata (on a que le meilleur) mais ceci dit j’adore les lionceaux aussi, c’est pas pour ça que j’en veux un sur mon clic-clac Ikéa ! Y a quand même des fois où j’hallucine ! :)

  • #454 Hélène le 8 mars 2011 à 16 h 27 min

    Belldandy: « j’adore les lionceaux aussi, c’est pas pour ça que j’en veux » : parfait, tellement bien vu ;-))

  • #455 Belldandy le 8 mars 2011 à 16 h 31 min

    Emma: Ouh, je ne t’avais pas vue repasser ma belle ! Je suis extrêmement CHOQUEE Emma ! Comment se peut-il que tes sacs à main ne soient pas baptisés ?! Honteux ! :))
    Hélène: ;)

  • #456 AnDroKtoNe le 8 mars 2011 à 16 h 56 min

    Pareil, j’suis marraine de mon ‘ticouillon (Louis de son prénom) et quand on se voit c’est la fête pour tous les deux, mais j’suis très très contente de ne pas être sa mère, ce que la dite mère (ma meilleure amie en l’occurrence) sait parfaitement puisque je lui ai dit texto. ;-)

  • #457 Hélène le 8 mars 2011 à 16 h 58 min

    AnDroKtoNe: moi aussi je suis marraine d’un petit enfant que j’adore à la folie (et qui a l’air de me le rendre, toutes proportions gardées ;-), mais alors PLUTOT CREVER que d’avoir le même chez moi ;-))))

  • #458 AnDroKtoNe le 8 mars 2011 à 17 h 01 min

    Ça fait du bien de savoir que je suis pas la seule :D ^^

  • #459 Emma le 8 mars 2011 à 17 h 02 min

    Belldandy: Oui oui tu as tout à fait raison! De toute façon, j’en parle ici (car ça fait du bien j’avoue, toutes mes amies ont ou veulent des enfants), mais je le vis bien, je me laisse du temps…(juste un peu honte de parler de ça dans le dos de mon chéri car il ne sait pas du tout où j’en suis là-dessus).
    Alors le coup de l’ultimatum, je trouve ça ignoble! S’il me sortait ça, je me dirai qu’il désire davantage un enfant que rester avec moi et ma fierté me ferait remballer mes (très) nombreuses valoches et prendre la porte directe sans me retourner (quand on touche à mon amour propre je peux devenir très conne). Ceci dit, concernant ta tante, étant donné que je ne connais pas toute l’histoire je peux juste dire que c’est merveilleux qu’elle soit épanouie dans ce rôle là.
    Je pense que si une graine prend un jour (dans mon bidou), je serai infiniment heureuse (pour mon couple et mon cher et tendre) et affreusement paniquée en même temps. Par contre tu vois, j’ai « cédé » certes, mais lui et moi sommes bien d’accord: hors de question que je change une couche, ou que je change quoi que ce soit à ma vie actuelle si je ne le veux pas (genre virées shopping ou sorties quand je le souhaite, etc)….On est tout à fait en accord avec tout ça (il a même parlé de prendre un congé paternité, truc que je trouve excellent!)…
    Enfin on est loin d’en être là!^^ (très très loin même)

  • #460 AnDroKtoNe le 8 mars 2011 à 17 h 06 min

    Alors là le coup du congé paternité c’est excellent, il est bien ce gars ;)

  • #461 Belldandy le 8 mars 2011 à 17 h 19 min

    AnDroKtoNe: Ben tu m’étonnes que t’es contente d’être la marraine le fée !
    Vous avez remarqué les filles comme les piouious sont vachement plus sains que leurs parents souvent ? Tata Belldandy n’est pas une maman, so what ? On se marre bien avec elle et elle nous cause comme à des vrais gens, sans se forcer !
    Hélène: « PLUTOT CREVER que d’avoir le même chez moi » :)))))))))))))
    Emma: Ah, mais il a l’air super ton chum ! ça va bien se passer alors, j’en suis sûre !
    Et les blablas entre filles dans le dos du chéri, c’est pas très glorieux, certes, mais c’est quand même un peu la base, et parfois ça permet de vider son sac et de lui revenir plus apaisée au chéri susdit ! :)

  • #462 Emma le 8 mars 2011 à 17 h 28 min

    Hélène: :-))))))))))))))))
    Et merci vraiment pour cette page super intéressante^^

  • #463 Patricia le 8 mars 2011 à 17 h 34 min

    Je n’ai meme pas lu les réponses des autres filles tant je devais répondre IMMEDIATEMENT ….voilà 5 ans que tu as écris ce post….j’espère pour toi que tu n’as pas changé d’avis..

    j’ai toujours été une fille très indépendante et je pensais comme toi…exactement comme toi…sauf que moi à force d’entendre mon entourage me dire exactement tout ce que tu as écris dans ton post…) l’avenir de l’humanité…l’égoisme…le baton de vieillesse…les joies…)
    j’ai fini par tomber dans le panneau et j’ai fait un bébé….

    je vais écrire quelque chose que je pense très fort et je sais que certaines vont penser que je suis une mère indigne…eh bien c’est pas vrai et puis meme…je m’en fous!

    je regrette je regrette je regrette je regrette….chaque jour de ma vie!
    meme si j’aime mon enfant ( d’ailleurs ça n’a rien à voir) je crie HAUT ET FORT que je n’aurais pas du…je ne fais que penser à ma vie d’avant et c’est TERRIBLE!
    VOILà…JE L’AI DIT et je m’en fous de ce que penseront les bonnes mamans…
    Conclusion: Helen, ton choix est le meilleur qui soit.

  • #464 Sophia13 le 8 mars 2011 à 17 h 35 min

    Merci à toutes pour vos commentaires! Vous avez l’air d’avoir plus d’expériences que moi dans ce sujet donc je suis ravie de lire vos conseils avisés :-)
    Emma: Je trouve vraiment ton histoire très touchante et tu as l’air d’être une personne très courageuse pour oser remettre en cause des choses aussi profondes que le fait de vouloir un enfant pour l’homme que tu aimes. J’arrive à comprendre le fait que ce n’est pas pour lui faire plaisir (heureusement d’ailleurs sinon ce serait bien triste je trouve) mais plus parce que tu as l’air de l’aimer profondément. C’est vrai que la vie est bien compliquée et qu’on peut très bien tomber amoureuse d’un homme qui veut des enfants.
    Belldandy: J’adore le coup des lionceaux ;-))) C’est très vrai: j’ai un chien dont je suis absolument gaga et c’est pas pour autant que je veux un enfant, bien au contraire!! Le fait d’avoir un chien m’a confirmé le fait que je ne suis vraiment pas faite pour la maternité. Pour la gynéco je n’ai pas encore droit à ce type de remarques mais je pense que je ne pourrai pas y couper en approchant de la trentaine ;-)

  • #465 Deilema le 8 mars 2011 à 17 h 38 min

    Je crois que je n’avai pas relu ce billet depuis que j’ai eu un enfant.
    Il se passe un truc que je n’arrive pas à comprendre.

    Alors qu’avant je trouvais parfaitement déplacé qu’on ose faire des remarques sur le non-désir d’enfant,
    Mais là, à relire que tu n’en veux pas (et alors que je le sais depuis que je te connais et que je ne voyais pas jusque là en quoi cela pourrait poser un problème), ça me remue la tripaille comme je ne l’aurai jamais cru.
    Je ne me reconnais plus.

    Je pense qu’en effet tu as raison, l’enjeu pour la survie de l’espèce, ou l’instinct maternel ou je ne sais quoi d’animal qui reste en nous a un mal fou à concevoir cette idée et tente de le faire savoir.
    C’est totalement hallucinant.

    Mais évidemment, si cela peut expliquer les réactions bêtes ou violentes auxquelles tu as pu avoir droit, cela ne les excuse en aucun cas. Rien n’excuse jamais les propos blessants.

  • #466 Hélène le 8 mars 2011 à 17 h 41 min

    Patricia: comme tu pourras le voir dans mon commentaire n° 457, je suis loin d’avoir changé d’avis ;-)
    Et alors RESPECT pour ce que tu écris, ça fait un bien fou de voir une mère qui ose dire une chose pareille, vraiment chapeau !
    Et tu fais bien de souligner que ça n’a rien à voir avec le fait d’aimer son enfant.

    Deilema: sans aucun doute. Je suis certaine que ça a à voir avec un truc animal et atavique (qui est respectable mais effectivement n’excuse ne rien qu’on emmerde les autres pour autant ;-)).

  • #467 Deilema le 8 mars 2011 à 17 h 50 min

    Hélène: Une raison de plus pour ne pas faire d’enfants : ils te font abandonner tout libre arbitre !!!!!!!

    Patricia: Je pense sincèrement qu’il ne faut pas avoir honte de dire ce que l’on ressent.
    Je clame haut et fort que je suis ravie de laisser ma fille à la crèche tous les lundis et de retourner bosser (et effectivement, la dernière fois que j’ai dit ça, on m’a traitée de mère indigne).
    J’ai dit haut et fort que j’étais bien contente de bosser un peu pendant mon congé mat’ pour ne pas avoir l’impression d’avoir le cerveau en bouillie (et pareil, on m’a regardée comme une extra-terrestre).
    Tu regrettes d’avoir un enfant. C’est triste, certes, mais c’est ton droit le plus strict et il ne faut pas avoir honte de le dire.
    (bon, après, il faut peut être trouver une manière moins crue de l’annoncer à ton enfant, hein ;))) )

  • #468 Belldandy le 8 mars 2011 à 17 h 55 min

    Patricia: Ce que tu écris me remue complètement, je te tire mon chapeau d’oser extérioriser tout ça ! Comme tu l’as très bien dit, cela n’a rien à voir avec l’amour que tu portes à ton enfant, mais mon Dieu oui que c’est dur d’être mère et de ne plus être l’unique propriétaire de sa vie !
    Tu ne fais que dire tout haut ce que beaucoup n’osent même pas penser, alors qu’elles le ressentent très fort, je pense.
    J’ai pas mal de copines qui sont passées par là (et qui ont eu la bonne idée de le dire, ça fait toujours du bien), mais ça va mieux pour elles maintenant (très bien même pour la plupart). Je ne sais pas depuis combien de temps tu es maman, mais je crois que tu finiras par retrouver un peu ta vie d’avant (c’est ce que j’ai pu observer chez les copines en tout cas)… :)

  • #469 Cécile de Brest le 8 mars 2011 à 17 h 56 min

    Deilema: je te comprends tout à fait !

    Je suis contente quand mes enfants vont à l’école et même qu’ils restent à la cantine une fois par semaine et pourtant je ne travaille pas en extérieur donc je pourrais les récupérer.
    Je suis ravie aussi de pouvoir passer des moments sans eux. Tout simplement parce que je ne suis pas qu’une maman.
    Etre mère fait partie de mon identité mais pas que. Il y a un tas d’autres choses et je ne suis pas près de les laisser tomber et je ne vois même pas pourquoi je les sacrifierais !
    J’aime mes enfants de tout mon coeur mais je ne veux pas être réduite à être une maman et ça ne fait pas de moi une mère indigne (même si j’ai mis du temps à m’en persuader !)

  • #470 Hélène le 8 mars 2011 à 18 h 00 min

    Deilema: tu sais bien que ce n’est pas du tout ce que j’ai voulu dire ;-)

    Cécile de Brest: « je ne suis pas qu’une maman » : voilà, tu as tout dit.

  • #471 Sophia13 le 8 mars 2011 à 18 h 07 min

    Patricia: C’est vraiment très courageux de dire ça: j’ai l’impression que c’est ce que doivent ressentir beaucoup de mères mais qu’elles ne le disent jamais de peur d’être transformée instantanément en statue de sel ou je ne sais quoi. Bravo!

  • #472 Belldandy le 8 mars 2011 à 18 h 28 min

    Misère, je cause je cause moi aujourd’hui, déjà que d’habitude j’ai la langue bien pendue ! Mais c’est un sujet qui me touche beaucoup. Faut le dire hein si je suis soulante !?
    Deilema: « il faut peut être trouver une manière moins crue de l’annoncer à ton enfant, hein », c’est juste ! :)
    Deilema: Cécile de Brest: Je n’ai que mon point de vue d’ex-enfant, mais voilà. Je n’ai pas été désirée moi, et qualifiée d’accident souvent, c’est pas toujours facile à entendre et il faut y mettre les formes pour que l’enfant ne se sente pas responsable du malheur de ses parents alors qu’il n’y est pour rien. (diantre c’est un démarrage à faire pleurer dans les chaumières !) Ceci dit, le jour où je me suis sentie libérée de tout ça, c’est bien celui où ma maman a enfin repris sa vie de femme en main ( a fallu la pousser au derrière j’vous dis pas !), s’est repomponnée, et ressortie, et retombée amoureuse etc… Je crois que les enfants sont loin d’être cons et sont toujours plus épanouis quand leurs parents ont une « vraie » vie à côté et ne sont pas dans le saint martyre sacrificiel constant !
    Alors je suis désolée qu’on vous ai regardée comme des soucoupes volantes pour avoir osé apprécier vos moments à vous, mais je crois que c’est vous les « bonnes mamans » ! :)

  • #473 Hélène le 8 mars 2011 à 18 h 40 min

    Belldandy: bon sang ça me fait mal au bide de lire ça.
    Quand bien même on n’a pas désiré son enfant, au 20ème siècle il y avait dieu merci des moyens de faire autrement, donc s’il est là on l’assume ; et selon moi on ne lui dit pas qu’il n’a pas été désiré.
    Je trouve ça horrible.
    Pauvre gosse, il n’a déjà pas demandé à naître, on ne va pas en plus le lui reprocher !
    (excusez ma virulence, mais vous voyez, moi qui ne veut pas d’enfants, là j’ai mal pour les enfants…).

    Donc je trouve ça génial d’avoir le droit de dire « je regrette d’avoir fait un gosse » sans être lapidée, en revanche je trouve ça hyper dur de le dire au gosse lui-même.

    Cela dit j’en ai pas moi-même, je sais pas comment je gèrerais ça, et le mensonge n’est pas préférable… alors quoi faire ? Juste omettre prudemment le truc ? Je me pose la question pour de vrai, c’est un sujet énorme qui est soulevé là.

  • #474 Lullaby Septante-Sept le 8 mars 2011 à 19 h 07 min

    Patricia: Deilema: Hélène: oui je suis d’accord, on a le droit de ressentir du regret mais je trouve ça hyper dur de le dire à son enfant qui n’a pas demandé à venir au monde. Non mais vous vous imaginez si on vous avait répété toute votre vie qu’on regrettait de vous avoir eu?? Vous êtes bonne pour 10 ans d’analyse!!!
    Je crois que toutes les décisions en lien avec tout ça sont des décisions d’adulte, et qu’on n’a pas à en faire part à ses enfants. D’autant, comme dit Patricia, que ça ne veut pas dire qu’on ne les aime pas, mais il faut avoir beaucoup de maturité pour comprendre ce paradoxe et un enfant n’en est à mon avis pas capable.
    (Et je répète, Patricia, que je ne remets pas en question ton droit de ressentir ce que tu ressens, évidemment!)
    Pour moi c’est très clair, « toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire », en tous cas pas à n’importe quel âge.

  • #475 Belldandy le 8 mars 2011 à 19 h 12 min

    Hélène: Ouh ben crotte alors, je pensais pas déchainer les vents d’ouest !
    C’est vrai que ça fait un peu pathos dit en raccourci comme ça, mais ce ne fut pas si terrible, mes parents étaient très jeunes quand ils m’ont eu, ma maman a fait le choix de me garder, un vrai choix, et l’un comme l’autre ont complètement assumé leur rôle (d’une façon admirable d’ailleurs, vu d’où ils partaient les pauvres biquets !). Ils ont donc juste été maladroits parfois.
    Quant à omettre prudemment le truc, cela ne fonctionne pas, c’est même pire je pense (celles qui ont lu « un secret » de Grimbert en seront sans doute convaincues). Il y a manière. A mon avis (mais comme toi, n’étant pas mère, c’est plus facile à dire qu’à faire), il faut dire les choses, mais sans responsabiliser l’enfant. « TU es un accident » n’est pas une bonne formule, « ON n’avait pas prévu d’être parents à ce moment-là » me semble meilleure. :)

  • #476 Hélène le 8 mars 2011 à 19 h 19 min

    Lullaby Septante-Sept: +1. On n’est pas mariées pour rien ;-)

    Belldandy: ah non mais attends, y’a pas vents d’ouest, le sujet est HYPER intéressant.
    J’ai lu Grimbert et donc je comprends ce que tu veux dire, le déni ou l’omission peuvent être dévastateurs.
    Maintenant comme tu dis, il y a la manière. A mon avis un enfant doit se sentir aimé de façon inconditionnelle par ses parents pour pouvoir se construire, donc il leur faut trouver le moyen de dire les choses de façon à ce qu’au final, il n’en ressorte que du positif pour lui (dit la nullipare, donc).
    Il y a un adorable accident du type du tien très près de moi (parents tout jeunes etc), qui se porte aujourd’hui comme un charme et avance à grands pas dans la vie ; donc ça dépend vraiment de comment c’est vécu et dit par les parents.

  • #477 lilo2 le 8 mars 2011 à 19 h 34 min

    En cette journée de la femme, je trouve le sujet bien trouvé ! !

    J’ai été très surprise récemment d’entendre un homme (jeune) me tenir un discours tout à fait intolérant au sujet des femmes qui ne souhaitent pas avoir d’enfant. Il considérait que les femmes ne voulant pas d’enfant n’étaient pas normales (genre pas équilibrées) !!! J’ai tenté de faire valoir mon point de vue, à savoir, chacun fait ce qu’il lui plait (plait, plait….), que ce choix ne gène personne etc, et qu’il vaut mieux des femmes épanouies sans enfant que des mères, engendrant pour la pérennité de l’espèce, et malheureuses mais rien n’y a fait.
    Pourtant, il s’agissait d’une personne qui m’avait semblé tolérante sur d’autres sujets… Je ne pensais pas que cette question soit aussi sensible…

  • #478 BlueBoude le 8 mars 2011 à 19 h 37 min

    Hélène: Bonsoir, j’ai pas tout lu mais au moins la partie 2011. J’ai 29 ans, je viens de me marier et j’ai pas d’enfant. Evidemment, j’ai droit aux « c pour quand le petit » et là je réponds « quand j’en aurais envie », forcément j’ai droit à « mais faut pas tarder, t’approche des 30 ans » et ALORS ! Donc je dis pas que j’en veux pas mais déjà avec ça on me gonfle, c hyper intime un être vivant dans son ventre !!! De quoi se mêlent-ils ? Nous les femmes avons ce pouvoir de décider que je sache ?
    Sinon, pour le dernier problème soulevé, j’ai un exemple juste dans l’appart du dessous. Ils ont eu une petite dernière « par accident », ils me l’ont dit devant elle mais la façon de le dire était assez ironique (même si ct vrai), du coup, ça m’a interpellé mais pas choqué. les enfants comprennent-ils ce genre de degré d’ironie du moment qu’ils ne doute pas de l’amour qu’on leur porte ? Finalement, tout est dans le ton, le moment, ça doit rester rare mais pourquoi pas.

  • #479 nancy le 8 mars 2011 à 19 h 41 min

    Hélène:

    Je suis ravie de voir qu’on puisse parler librement de ce sujet ici, merci. Je suis également sans enfant, et je suis étonnée aussi qu’à notre époque c’est mal vu…je suis pour une certaine liberté du libre arbitre si je puis dire et ce n’est pas parcequ’on a décidé de ne pas avoir d’enfant, qu’on est égoïste ou qu’on ne les aime pas…j’ai des animaux mais je ne vais pas commencer à insinuer que ceux qui n’en ont pas ne les aime pas etc. Je vois bien le regard des gens qui me dénigre ou ne me trouve pas normale…ou me juge parceque je n’ai pas d’enfant, on pense aussi qu’on ne fout rien, parcequ’on a pas d’enfant, mais je réponds que je fais des tas de choses, du boulot, que je ne ferais pas si j’en avais eu…Quand je me suis mariée, c’était la première question que tout le monde posait « c’est pour quand les enfants » ? Eh oui, au bout de 8 ans de mariage, ça les étonnait…c’est fou ! Maintenant je suis veuve..donc, je passe dans la catégorie des rejetées car veuve et en plus sans enfant…beaucoup de gens jugent hélas. Certains catholiques pratiquants ont l’air de penser que des femmes comme moi deviennent inutiles, car ne contribuent pas à la nation si je peux dire. J’ai connu le mariage avec le grand amour, et pour moi, ça reste d’abord l’amour avant de décider d’avoir un enfant et non l’inverse de me marier pour avoir des enfants…Bref, chacun est libre et choisit en partie sa vie qui lui appartient et l’essentiel est que chacun soit heureux.

  • #480 Hélène le 8 mars 2011 à 19 h 41 min

    lilo2: merde.
    Si les mecs s’y mettent on n’est pas sorties du bois.

    BlueBoude: je crois que les enfants comprennent TOUT… et en plus leur sens de l’humour n’est pas le même que celui des adultes ; donc l’ironie n’est peut-être pas le meilleur moyen de leur faire passer des messages…

  • #481 Belldandy le 8 mars 2011 à 19 h 45 min

    Hélène: Ben oui, un « accident » ça peut devenir un « cadeau », tout dépend de la façon de le dire et de le vivre…
    Je reviens sur le sujet de départ, mais il me semble vraiment important aussi que les parents ne soient pas « sur-responsables », je veux dire que lorsque le poids de la responsabilité parentale est trop visible à l’enfant (sans être dite, hein, mais tangible), elle finit par incomber à l’enfant par rebond, dans la mesure où celui-ci fera son possible pour « décharger » ses parents et risque donc de s' »adultiser » un peu vite, ce qui peut aboutir à une confusion des places et des rôles dans la cellule familiale. La place de chacun bien définie, c’est primordial à mon sens.
    Lullaby Septante-Sept: Si, un enfant est capable de le comprendre (très bien même, c’était mon cas), mais pas de le digérer et de ne pas en tenir compte dans son comportement… Je n’ai pas fait dix ans d’analyse ceci dit (Comment ça vous vous en doutiez ?! :)))

  • #482 nancy le 8 mars 2011 à 19 h 47 min

    BlueBoude:

    Tout à fait d’accord avec toi, Blueboude. Celà s’est passé comme ça avec moi aussi, ça énerve et il ne faut pas justement ! Car, indirectement, ça nous culpabilise, et nous met « hors norme ». Tu as bien raison, de décider par toi-même, et parfois on change d’avis avec le temps, parfois non, tout détpend.

  • #483 BlueBoude le 8 mars 2011 à 19 h 49 min

    Hélène: Quand je dis ironie, c avec une très prudente ironie, genre accompagnée d’un regard doux, aimant et protecteur. Parce que je crois aussi que les enfants comprennent et surtout ressentent TOUT ;)Belldandy: Donc oui à l’ « accident/cadeau »

  • #484 BlueBoude le 8 mars 2011 à 19 h 52 min

    nancy: Et puis, je pense aussi à celles et ceux qui essaient d’avoir cet enfant et qui n’y arrive pas sans pour autant expliquer à la terre entière ce qui se passe dans leur vie de couple. Ce genre de remarque perpétuelle peut être très difficile à vivre. Bizarrement, si tu dis que tu essaies d’en avoir sans y arriver, les gens changent de sujet, c moins intéressant car déstabilisant.

  • #485 Hélène le 8 mars 2011 à 19 h 55 min

    Belldandy: tu as entièrement raison, pour l’ « adultisation précoce » ; et il n’est même pas besoin de ne pas avoir été désiré pour ça…

    BlueBoude: oh alors ça oui, ça doit être hyper pénible !!!

  • #486 Belldandy le 8 mars 2011 à 19 h 58 min

    BlueBoude: Ouh oui ! C’est vrai que c’est tellement indélicat cette question !

  • #487 nancy le 8 mars 2011 à 20 h 03 min

    BlueBoude:

    Exact, il y a aussi celles qui ne parviennent pas à en avoir et qui en souffre, ce fut mon cas pour aller jusqu’au bout des choses, à part que moi, je n’en souffrais pas, ce n’est pas absolu pour moi d’avoir un enfant, maintenant, je préfère ne pas en avoir, car j’aurais préféré l’avoir avec l’être que j’aime…bref, mais je compatis beaucoup avec les femmes qui en souffrent…et je sais qu’elles sont mal vues aussi, on les pointe du doigt.
    Ce qui m’exaspérait avant, je dis « avant » car maintenant, je réponds avec des arguments et je ne me laisse plus faire, c’est qu’on n’est rayé des conversations d’éducation ou autres , tout ce qui a en rapport avec les enfants, car on me balance à chaque fois  » Toi, tu ne peux pas comprendre…tu n’as pas d’enfants… » bien sûr, réponse facile quand on ne sait plus quoi dire, alors on balance ça à la personne sans enfant pour être tranquille…alors moi je réponds « toi, tu n’as pas perdu l’être cher, tu ne sais pas ce que c’est », et la liste peut être longue comme ça.

  • #488 Deilema le 8 mars 2011 à 20 h 05 min

    Hélène: Ah mais moi je le dis, avec un gosse, déjà tu ne fais pas ce que tu veux, mais en plus tu ne penses pas toujours ce que tu veux !

  • #489 Hécube le 8 mars 2011 à 20 h 47 min

    Bonsoir à toutes!

    Merci à Sophia13 d’avoir mis un coup de projecteur sur cet article.

    Je souhaitais aussi vous dire que le désir de « normalité » des gens est tel, que même lorsque vous avez un enfant, vous êtes sans cesse exposée aux remarques idiotes :
    « Alors? A quand le deuxième?????? »
    « Tu ne vas quand même pas la laisser sans petit frère ou petite soeur????? »
    « Et ce bébé de la quarantaine, c’est tellement extraodinaire, ça rajeunit! (Ah bon, j’aurais cru que les nuits blanches avaient tendances à être moins rajeunissantes qu’une bonne nuit de sommeil,) Tu nous le fais quand?????? »
    Et le meilleure pour la fin :
    « Et s’il lui arrive quelque chose? Tu n’en aura pas d’autres!!!!! Tu seras trop vieille!! »
    Rien à ajouter à tant de bêtise.
    Dans le même genre, pour l’anecdote, on avait dit à mes parents, alors que j’étais entre la vie et la mort : « ça va, vous êtes jeunes, vous en aurez d’autres! Gloups.. »

    Quant au cri du coeur de Patricia, il montre à quel point elle est très équilibrée dans sa tête. De nombreuses femmes ressentent les mêmes sentiments, les enfouissent et causent de gros dégâts sur leurs enfants.

    Moi-même, j’ai beau aimer à la folie ma fille, l’avoir désirée, je me suis arrêtée à un enfant car j’ai compris très vite quel boulet je m’étais mis au pied à vie. Hors de question d’en avoir un deuxième!

  • #490 Cécile de Brest le 8 mars 2011 à 21 h 31 min

    Hécube: ah ben voilà tout le problème comme tu le dis si bien, un enfant, c’est pour la vie, pas pour une durée limitée ! Et ce n’est pas parce qu’il grandit qu’il nous causera moins de soucis ou de sujets d’inquiétude.

    Bref, je pense franchement qu’un enfant ressent tout, même et surtout peut-être les non-dits (ce n’est pas pour autant que j’ai la solution-miracle). Et ce ressenti est démultiplié par rapport à celui d’un adulte.
    Et mon désir de troisième a fortement été remis en question et est définitivement réglé, je crois, après une conversation que j’ai eue avec l’une d’entre vous (coucou Hélène !), on ne fait pas un enfant pour soi, il ne faut pas être égoïste mais penser aussi à l’avenir et à ce qu’on sera en mesure de lui apporter ou pas, suivant l’âge auquel on l’a, le contexte économique familial, etc…

    Bref, je suis assez confuse (c’est l’heure) mais vraiment, je pense qu’ il ne faut pas faire un enfant pour faire comme tout le monde et surtout bien faire attention à la façon dont on lui présente les choses, ça peut marquer à vie…
    Et surout, surtout, chose primordiale, ne pas s’oublier dans la maternité (ni son couple d’ailleurs, ne pas se réduire à être juste des parents) sinon, on court au massacre.

  • #491 Hélène le 8 mars 2011 à 21 h 51 min

    Hécube: juste merci.

    Cécile de Brest: je suis touchée.

  • #492 nancy le 8 mars 2011 à 21 h 56 min

    Hécube:

    ça m’a fait sourire ton article, mais c’est tellement vrai…

  • #493 Hécube le 8 mars 2011 à 22 h 00 min

    Hélène: surtout merci à toi pour tout! :-))

  • #494 lili28 le 9 mars 2011 à 2 h 35 min

    pour ma part , je distingue le fait de ne pas vouloir d’enfant et celui de ne pas vouloir être  » mère  » . Je sais que la différence est subtil mais elle est évidente pour moi . Je ne me suis jamais posée la question de savoir si je voulais des enfants parce que j’ai toujours su que je ne voulais pas être maman . On dit qu’il y a 1000 raisons d’avoir des enfants et 1000 raisons de ne pas en avoir ! Je ne cherche même pas à me « justifier » auprès des autres , chacun sa vie et chacun ses choix .Cela dit , j’aime les enfants , beaucoup ! j’ai 40 ans et j’ai travaillé auprès d’eux pendant 20 ans .J’y serai encore si je n’avais pas dû changer d’orientation professionnelle pour des raisons de santé !! Vouloir ou pas des enfants n’a absolument rien à voir avec l’amour selon moi , mais plutôt à voir avec le désir d’être mère .

  • #495 Cécile de Brest le 9 mars 2011 à 7 h 46 min

    Hélène: c’est vrai, tu m’as fait prendre conscience de certains critères que je laissais de côté mais qui ont une énorme importance si l’on tient au bonheur et au bien-être de chacun.

  • #496 Belldandy le 9 mars 2011 à 8 h 32 min

    Juste une grand merci à toutes pour les discussions d’hier (ici et sur les billets journée de la femme), c’était hyper intéressant et enrichissant, et riche en émotions aussi je dois dire… Je suis plus que jamais contente de traîner ici avec des filles ouvertes, munies d’un cerveau plein de bon sens et d’un cœur qui fonctionne joliment bien ! Merci encore à toutes !

  • #497 Miss lipstick le 9 mars 2011 à 9 h 02 min

    Bonjour à toutes, cet article est vraiment super interressant et les commentaires encore plus.
    Je respecte fortement votre non désir d’enfant à toi héléne et aux lectrices qui en ont fait part.
    Même si je suis mal placée pour cela car je suis maman de ….4 enfants!!!!
    J’ai une amie qui n’a pas d’enfants et qui n’en veut pas.
    Je respecte son choix car un enfant c’est malgré tout toujours une contrainte et un sacrifice (même si ça peut être une contrainte positive, quand on le vit bien, c’est normal de faire passer son enfant avant)et si on ne se sent pas capable ou si on n’a pas envie de le vivre, autant s’abstenir;C’est un choix et en aucun cas une faute ni une tare!
    Tu parles de la réaction de la société par rapport aux femmes qui ont un non désir d’enfant affirmé.
    Je pourrais te parler de la réaction des gens face aux familles nombreuses, aux jumeaux (on les touche dans les magasins quand ils sont bébés, des fois que ça porterais bohneur)
    Une fois, dans un magasin, j’attendais mes jumeaux, une femme me dit « Oh, vous étes grosse(prends ça dans les dents)y’en a combien? »
    Moi « Deux »
    Elle « Oh, vous les avez fait comment? »
    Moi « Vous voulez vraiment que je vous raconte? »
    La bétise des gens on la vit au quotidien dès que l’on est pas dans la norme en fait…
    J’ai juste une petite réaction par rapport à Patricia qui dit « clamer haut et fort qu’elle regrette d’avoir eu un enfant même si elle l’aime »
    Il faut juste qu’elle évite de le faire ressentir à son enfant parce que ça peut être destructeur.
    Je suis née fille et ma mère n’aime pas les filles, elle me le disait toute mon enfance.
    Et même si elle m’aime, ça a pourri nos relations pendant pas mal de temps et j’ai eu du mal à bien le vivre.
    Un enfant n’a pas à savoir des choses comme ça, il n’est pas responsable ni titulaire de nos choix.
    Il ne faut pas lui faire porter une responsabilité qui n’est pas la sienne.
    Après comme disait Oscar Wilde « ces parents on les adore, après on les critique et à la fin on leur pardonne ».
    Puis les parents parfaits ça n’existe pas, on fait tous des erreurs avec nos enfants donc ne prends surtout pas ça comme uen critique Patricia mais juste comme un conseil d’une maman à une autre maman.
    Bonne journée

  • #498 Lullaby Septante-Sept le 9 mars 2011 à 9 h 28 min

    Belldandy: c’est comme ça que je l’entendais, pas capable de le « digérer ».

  • #499 Lureley le 9 mars 2011 à 9 h 45 min

    Je me permets d’intervenir car ce sujet me touche aussi. Pendant des années et des années, la perspective d’être un jour maman ne m’effleurait même pas. C’était : « on verra plus tard ». J’ai eu il y a quelques mois une phase « je veux un p’tit bout », parce que je suis gaga du neveux de mon chéri. Mais cette phase-là m’est passée. Je suis toujours gaga du petit bonhomme, j’adore jouer avec lui, ou aller le garder même, lui (qui a 3 ans 1/2) et sa soeur (de 6 ans); mais pas envie pour l’instant d’avoir MON enfant, celui dont est responsable H24, à vie (enfin presque).
    Mon chéri lui me tanne pour qu’on fasse un bébé. Mais c’est à l’heure actuelle totalement hors de question : j’ai 26 ans dans 2 semaines, je commence une thèse l’an prochain, NIET, bibi elle a d’autres trucs à faire avant. Il essaie de m’apitoyer avec des « je serai vieux » mais ça ne marche pas (il a à peine 30 ans, et un homme « vieillit moins mal » qu’une femme en ce qui concerne ce sujet). Moi j’ai plein de projets qui me tiennent à coeur pour l’instant et je veux pouvoir les vivre pleinement.
    Je suis tout à fait d’accord, une femme qui a des enfants n’est pas que « une maman » mais y’a quand même un moment, quand bébé est petit, où la maternité prend une part dominante. Moi je ne me sens pas en mesure d’assumer ça dans les 3 prochaines années, et je n’en ai tout simplement pas envie.
    J’ai encore besoin d’une liberté sans condition.

    d’ailleurs, un truc m’a fait rire l’autre jour (vous allez peut-être trouver la comparaison affreuse mais tant pis). Mon homme avait envie d’adopter un petit chien : je me suis renseignée auprès des SPA et tout ça, et nous avions trouvé un petit chien qui nous plaisait bien. Au début j’étais réticente, puis finalement l’idée me plaisait. Mais lui qui était demandeur a complètement paniqué et nous avons laissé tomber l’idée d’adopter un toutou (alors que nous l’avions réservé pour aller le chercher) : il avait soudain peur de la contrainte, de perdre de la liberté.
    Alors je lui ai dit « ah beh tu vois, moi c’est parce que j’ai peur de perdre de la liberté que je ne veux pas d’enfants pour l’instant ». Il m’a seulement répondu « pfff ça n’a rien à voir ». Mais il me semble bien, et certaines de vous l’ont dit, qu’on a beau adoré la chair de sa chair, y’a des jours où c’est une contrainte.

    Bref, je vais m’arrêter là, je suis désolée de ce pavé!!
    Bonne « non-journée de la femme » à vous!

  • #500 Hélène le 9 mars 2011 à 10 h 00 min

    Belldandy: tu m’enlèves les mots de la bouche, je voulais vous remercier pour tout ça, aussi ;-)

    Miss lipstick: merci pour ce beau commentaire.

    Lureley: pas mal le coup du chien ; si ton homme rélisait qu’un enfant c’est vachement plus de contraintes qu’un chien, il arrêterait peut-être de te tanner ;-)

  • #501 N’AlexX MonsTer le 9 mars 2011 à 10 h 37 min

    Moi et mon chéri (oui je suis un garçon et j’aime un garçon :D’) on en avait parlé et de une pour qu’on ai un enfant adopter il faudra 107ans et moi du haut de mes 19 ans je ne me sent de pouvoir assumer un enfant
    Déjà moi et les enfant sa fait deux et je trouve que les mentalité ne sont pas assez ouverte bien que mon chéri aimerais bien en avoir on verra bien ce qui se fera (dans un bon petit paquet d’année je pense)
    Mais je comprend ce que tu veux dire Hélène

  • #502 Hélène le 9 mars 2011 à 10 h 39 min

    N’AlexX MonsTer: ah ça c’est sûr, pour les couples homos c’est encore un autre problème…

  • #503 Estelle le 10 mai 2011 à 22 h 08 min

    Merci Hélène pour m’avoir conseillé cet article qui m’avait échappé. Tout d’un coup je me sens moins bizarre !

  • #504 Hélène le 10 mai 2011 à 22 h 32 min

    Estelle: 10 % de la population féminine française est « bizarre », dans ce cas ;-)

  • #505 Carine le 26 mai 2011 à 10 h 40 min

    Coucou Hélène,

    Je suis tombée sur ce sujet qui me donne envie de répondre. J’en reviens aux pressions des gens face à ton choix.

    Ici, c’est pas mieux. J’ai un petit garçon (que j’ai voulu du fond de mes trip) mais il sera le seul. Et bien misère, qu’est-ce que je fais pas là……

    J’ai eu aussi le droit à toutes les réflexions possibles et inimaginables sur les enfants uniques….et de la part de tout le monde. De la famille aux personnes que je ne connais pas, en passant par ceux qui déblatèrent sur les enfants uniques en ma présence et sans savoir que je n’en veux qu’un.

    C’est dur d’imposer son choix, ou plutôt son évidence, mais maintenant je suis tellement sûre de moi et directe, que mes interlocuteurs sont limites gênés et changent de conversation direct.

  • #506 La Chipie le 11 septembre 2011 à 1 h 37 min

    Tout pareil que toi. Nous sommes nombreuses, en fait, mais brimées ou montrées du doigt, ça oui!
    Bravo pour avoir aussi bien dépeint ce que je traverse depuis une dizaine d’années environ. Et par malheur, je n’ai ‘que’ 33 ans. J’ai donc régulièrement droit à :
    – « oh, mais tu as encore le temps! »
    – « tu peux encore changer d’avis. »
    – « de nos jours, on peut avoir des enfants sans risque jusqu’à 40 ans passés. »
    … et d’autres classiques. Et si les gens que notre choix gêne visiblement se contentaient de NOUS FOUTRE LA PAIX???

    Hum, désolée, ton billet est tellement bien, et il est un peu 1h30 du mat’, donc le coup de gueule est parti tout seul! :) Bravo pour ton courage d’avoir posté ce texte (c’est dingue d’ailleurs, que ça demande autant de courage! Dans quelle société vivons-nous, ma brave dame?)

  • #507 Hélène le 11 septembre 2011 à 10 h 38 min

    La Chipie: on m’a encore fait chier l’autre jour au vidéo club, et quand j’ai dit que j’avais 41 ans et donc peu de risques que ça me tombe dessus désormais, la nana s’est quand même acharnée. J
    J’ai finis par l’envoyer paître sèchement, il n’y a, hélas, souvent que ça à faire.

  • #508 chocochris le 14 avril 2012 à 8 h 39 min

    bonjour
    je découvre cet article bien tard… mais qu’il est vrai et beau !

    bravo de dire à la face du monde que l’on ne veut pas d’enfant.
    j’en ai eu un et j’ai vite compris que j’avais fait une grosse erreur, comme l’a dit patricia.. je regrette..
    parce que oui les enfants sont des boulets à vie, parce que les soucis de tous ordres… et j’en passe !

    la vie n’est plus la même lorsque l’enfant parait (pour reprendre le titre d’un livre de DOLTO) .
    et fini la liberté.. et on a qu’une vie!!

    la mienne va avoir 13 ans et je ne veux plus me sacrifier , j’ai fait ce que j’ai pu, mais à présent c’est pour moi le temps qu’il reste , je ne veux passer à côté de rien..
    et lorsque j’entends des gens dire « les enfants ce n’est que du bonheur » j’ai envie de leur sauter à la figure pour les griffer : moi aussi j’y ai cru et quel mensonge on nous « vend » avec cette phrase !!!
    et pourtant je l’ai désiré mon enfant, vraiment… mais la réalité est bien différente de ce que l’on voit dans les magazines..

    alors bravo heléne et les autres de ne pas vous conformer à un moule social profondément débile ! on fait ce que l’on veut avec son corps et on peut être parfaitement heureux sans enfant, peut être même plus …parce que la liberté n’a pas de prix !

  • #509 Camille le 29 juillet 2012 à 14 h 09 min

    A mon tour je découvre ce message un peu tard…Je trouve ça vraiment intéressant de mettre ce genre de sujets sur le tapis, car oui il y a bien une pression sociale pour faire des enfants ! Je suis maman d’un petit garçon de 3 ans et demi, mais mon histoire est ce qu’elle est, et il ne m’a jamais paru évident et obligatoire que j’aurais un enfant… A présent qu’il grandit, on me pose la question systématiquement : « A quand le 2e ??? » Réponse : JE NE SAIS PAS ! Et c’est vrai que tout le monde se permet de la poser, comme s’il ne s’agissait pas du tout, d’un sujet extrèmement personnel ! Toutefois je suis légèrement attérée par le message de Chococris – dont j’espère que sa fille ne le liras jamais – certes c’est difficile d’élever un enfant, mais de là à dire que les magazines nous vendent des mensonges en disant que ce n’est « que du bohneur » (ce qui pas vraiment le cas selon moi, où alors on ne doit pas lire les mêmes). Bref le débat n’est pas là, c’est bien de faire un enfant si c’est ce qu’un couple désire, mais je trouve que c’est formidable justement d’avoir le choix, et que personne ne devrait se mêler de ce genre de choix. J’admire les personnes qui l’assument, même si de mon côté j’en ai fait d’autres, qui me rendent aussi heureuse…

  • #510 Ginger le 1 septembre 2012 à 23 h 57 min

    Je découvre ce sujet bien des années après sa publication. Je ne désire pas non plus avoir des enfants. J’ai aussi entendu que je finirai par changer d’avis, mais personne ne s’est permis de me juger ou de me faire une remarque désobligeante à ce sujet. Du moins pas en face de moi, ni à ma connaissance. Le commentaire de chococris montre que effectivement, la maternité n’est pas forcément l’image d’épinal vendue par les magasines. Je me souviens avoir entendu dire qu’une femme qui n’a pas eu d’enfant est une femme qui a raté sa vie ou n’est pas une femme accomplie, quelque chose dans ce goût là. Ah bon, être une femme c’est forcément être mère ? Je ne crois pas non, chacune est libre de mener sa vie comme elle l’entend.

  • #511 flory le 20 septembre 2012 à 21 h 44 min

    Vi!vi!vi! et quand t’en as c’est:Pourquoi vous faites pas le deuxième?Pourquoi (il ou elle) pleure?Pourquoi (il ou elle) n’aime pas les légumes?Pourquoi grand dieu! (il ou elle) n’a pas encore de téléphone?Pourquoi (il ou elle) est encore collé(e)? Et…heu…pourquoi t’as l’air crevée? ;)

  • #512 Florence le 15 janvier 2013 à 18 h 24 min

    Tu as de la chance que ton mec soit de ton avis :D Dans mon couple, on est pas d’accord la dessus et il me le reproche. Et la pique favorite ? « Tu prends ton chien pour ton bébé ». Ah ben non, je le prend pour mon chien. Certes je l’adore et lui accordes du temps mais c’est mieux que de l’avoir juste par caprice.

  • #513 A_Makeup75 le 11 février 2013 à 1 h 52 min

    Je me reconnais parfaitement dans ton billet et je dois avouer que ça fait du bien.

  • #514 Velvet087 le 20 février 2013 à 13 h 04 min

    Bonjour j’ai 34 ans et moi l’envie ne vient pas… J trouve plus de points négatifs à avoir des enfants … À vrai dire je me laisse vivre et profite de la vie… Si ça vient c bien si ça vient pas j’en ferais pas une maladie… Quand je vois mes sœurs et mes nièces et mes neveux je suis ravie pour eux… Je les adorent et suis une tâta gâteuse!!!!je profite des meilleurs moments avec eux… Mais de la à avoir la même chose à la maison 24h/24 il y a un grd fosse!!! Moi j’assume je le dis haut et fort je n’en n’ai pas honte!!! Je me moque de ce que peuvent penser les autres!!!… alors la pression je la subie certe mais elle n m’empêche pas de vivre!

  • #515 liliebrunette le 9 octobre 2013 à 13 h 20 min

    merci pour cet article….

    je me retrouves totalement dans cet article et dans une bonne partie des commentaires.
    Curieusement j’ai compris il y a 1 an environ que je ne voudrais jamais d’enfant ca a été libérateur pour moi de le comprendre, et surtout d’assumer mon choix.

    merci de nous avoir fait partager ça (meme si je reagis tres en retard) je me sens moins seule tout d’un coup :)))

  • #516 AnDroKtoNe le 9 octobre 2013 à 16 h 59 min

    A propos de non désir d’enfant, le magazine ELLE dans son n°3534 (20 au 26/09/2013) comportait un article dont le titre était : « Des enfants, non merci ! ».
    Si vous n’arrivez pas à vous procurer ce magazine, j’ai fait un « scan » de l’article. :-)

  • #517 Pixie le 9 octobre 2013 à 17 h 33 min

    Un très joli billet que je découvre tardivement! Merci d’écrire sur ce genre de sujet, qui est plutôt « tabou » dans notre société.
    Malheureusement, en tant que femme j’ai l’impression que le monde entier veut se mêler de ce qui se passe dans notre utérus quoi qu’on décide d’en faire… Je veux un enfant, mais je suis atteinte d’une anomalie génétique que je transmettrais obligatoirement au rejeton que je fabriquerais « maison »… Voici un florilège des réaction auxquelles j’ai eu droit, même de la part de certains médecins:
    – Il FAUT que le l’allaites ton enfant, c’est tellement mieux pour lui! Quoi, tu dois prendre des traitements qui ne sont pas compatibles? Tu prendras sur toi écoute, tu peux bien souffrir un peu pour le bien-être de ton enfant!
    – Un don d’ovule? Ha non mais quelle horreur, prendre le matos génétique d’une inconnue, tu n’y penses pas…
    – Ne t’inquiètes pas, toi tu réussis bien à vivre avec ta maladie, lui il réussira aussi!

    Bref, tout ça pour dire que de nos jours le sujet « maternité » semble rendre les gens complètement débiles au point de leur faire dire des choses complètement aberrantes et surtout de se mêler de ce qui ne les regarde pas, qu’on décide de ne pas avoir d’enfants, d’en avoir un, ou d’en avoir plein (oui parce que les mères de familles nombreuses ne sont pas épargnées non plus, à croire qu’il ne faut pas s’éloigner de la sacro-sainte moyenne « 2 enfants »)

  • #518 bliblablou le 10 janvier 2014 à 23 h 35 min

    Hello Hélène,
    Comme beaucoup, je réagis à ce billet bien après la bataille mais c’est un sujet qui m’interpelle…
    J’ai 25 ans, et j’ai toujours dit que je ne voulais pas d’enfants. C’était des OVNI pour moi, je n’arrivais pas à m’attendrir comme mes copines sur le premier chérubin que je croisais en poussette. Je sortais pas mal, j’avais une p’tite vie sympa d’étudiante.
    Et le destin a voulu qu’à 24 ans je tombe enceinte « par accident », le ciel m’est tombé sur la tête…
    Et pourtant aujourd’hui, je remercie chaque jour le « destin » ou le « hasard » d’avoir mis ma fille entre mes mains.
    Je parle juste de mon expérience perso, et je n’ai aucune volonté de jouer les moralisatrices, chacun fait ce qu’il veut de son utérus, je ne comprends même pas que le fait de ne pas vouloir d’enfant soit un motif de « discrimination »…
    Mais je trouve ça super beau et fort, et je suis fière d’être maman. Un truc de ouf que je n’aurais jamais cru être capable de ressentir.
    Ca c’est mon côté Maman In Love qui parle.
    Mais on est d’accord, avoir un gosse, c’est beaucoup, que dis-je ENORMEMENT de concessions, de sacrifices… je ne sors plus autant qu’avant, je trouve moins facilement le temps de faire toutes les petites choses que j’aime au quotidien… Et on ne peut pas être qu’une mère, ne se remplir que de l’amour dévorant pour son bambin, qui un jour grandira, t’enverra gentillement chier et te renverra au vide de ta propre existence ;-)
    Donc voilà, tout est affaire d’équilibre. Je trouve que le fait d’être mère ajoute une corde à mon arc, me fait grandir et mieux comprendre comment nous fonctionnons tous. Mais j’essaye, malgré l’amour fusionnel que je ressens pour mon bébé, de garder à l’esprit qu’il faut en parallèle continuer à me construire en temps que FEMME, savoir mettre la distance quand il faut et faire en sorte d’être fière de ce que je suis, indépendamment de mon rôle de mère.
    Bon, c’est un peu MYLIFE.COM mais je trouve qu’il est important de montrer qu’il n’y a pas forcément de camp à choisir entre « rester une femme libre » et « devenir mère »…

  • #519 Pyce le 5 février 2014 à 21 h 40 min

    Bonjour Hélène,

    Je suis tombé « raide dingue » du blog et de ta chaîne depuis environ 6 mois et là, c’est un peu la cerise sur le gâteau ! Que ça fait du bien de voir qu’on est pas seule à faire ce choix !
    J’ai 25 ans et je ne souhaite pas avoir d’enfants (et ma décision est ferme) : ma façon de me réaliser et laisser une « trace » sur cette planète (aussi infime soit elle) serait plutôt d’obtenir mon doctorat et faire de la recherche toute ma vie ! Mon conjoint ne ressent pas non plus le besoin de perpétuer sa lignée. Et là, ça coince ! Mon Dieu, cette pression sociale que tu décris si bien ! Je n’en peux plus ! La plupart de mes anciennes « camarades » de classe sont maman, ont leur maison, chien… Enfin, le kit parfait de « ce que la société veut que tu sois » et leur jugement sur la façon d’envisager un mode de vie « différent » est assez cruel.
    Donc juste un grand Merci ! Et merci à toutes celles qui témoignent aussi.

    Ton blog est un bol d’air et de bonne humeur dans mes journées en tête à tête avec mes bouquins et mon chat (qui est d’ailleurs déjà une très grande responsabilité).

  • #520 Hélène le 5 février 2014 à 21 h 54 min

    Pyce: c’est clair que c’est une grande responsabilité, moi je ne veux même pas de chat (et pourtant dieu sait que j’adore ça ;-) !

  • #521 naimen le 6 février 2014 à 10 h 18 min

    Hélène:
    bonjour
    maintenant que j ai vu le poste comment je le comprend tu sais qu il y a pire de pas vouloir d enfants
    c est d en vouloir pleins , j ai 3 et je trouve NOTRE maison a nous famille personnelle vide j ai des enfants j en ai 3
    mais je trouve que c est pas assez j en veux plus
    ben la societé nous comprend pas , j ai meme entendu le mot  » cas soss »
    pourtant monsieur travail on gagne « très  » bien notre vie
    on a de cote pour les études au cas ou il faut les aidé , je suis pas fatigué des gosses , bref j ai une réponse a chaque soucis, qui se pressantent et pour l imprévu on avisera
    ben c est hyper dure de faire accepté notre choix a notre entourage le plus proche genre parents
    et comme je comprend les femmes qui en veulent pas , etle regarde dur des autres faut juste etre tres sur de soi, c est tout
    nous somme conscients que on fait pas d enfants pour nous , mais on veux une grande famille , une grande maison, avec du monde dedant et avoir le repos quand on veillira lol
    et tu sais albert camu a dit
    pour celui qui croi nul preuve a besoin
    celui qui croi pas aucune preve n est possible  » convaincante  » je me rapelle plus ^^
    donc croire en soi et ses choix c est l essencielle

  • #522 Hélène le 6 février 2014 à 11 h 58 min

    naimen: bien sûr, dès qu’on sort du moule, de quelque façon que ce soit, on pose un problème aux autres.

  • #523 Ornella le 6 février 2014 à 13 h 41 min

    Ben ça alors!

    Je n’avais jamais lu ce billet, par distraction ou que sais-je!
    Mais vraiment tu as raison quand tu dis que ça aide… Je ne veux pas d’enfants pour l’instant, car oui comme pour beaucoup d’autres choses, je pourrais changer d’avis je ne suis pas à l’abri de ça. MAIS à l’instant T je n’en veux pas, pour plein de raisons, notamment celles que tu cites plus haut et figure-toi qu’on me répond la même chose que tes exemples… C’est fou!

    Pire! Un jour j’expliquais que je ne voulais pas d’enfants parce que :
    – Je trouvais qu’on était beaucoup sur terre et que la surpopulation me faisait peur;
    – je voulais être sure de combler (que ce soit financièrement, psychologiquement, …) un enfant, d’avoir les bonnes réactions;
    – c’est une fameuse responsabilité vu comment la crise économique et sociale tourne
    – …..

    On m’a répondu : »oui mais quel est ton désir à toi? »
    Ben je pense que lorsque la vie de quelqu’un en dépend mon désir importe peu!
    J’ai trouvé ça très étonnant…. bien qu’effectivement le désir d’en avoir un peut être un indicateur, parmi tant d’autres, à être de bons parents, mais le problème c’est que nous n’avons pas de contrôle total sur le monde…

    Je me rends compte que je suis un peu confuse… J’espère que mon commentaire est compréhensible ;)

  • #524 Poppylarousse le 21 février 2014 à 14 h 09 min

    « Lapin Blanc » J’avais écrit un article il y a quelques années sur mon ancien blog, je n’en voulais pas, d’une part parce que mon angoisse persistante me ferait crever au bout de trois jours de grossesse à imaginer le pire et tout… d’autre part parce que je n’en ressens pas l’envie. Encore aujourd’hui au bout de 5 ans avec mon chéri, on en parle, on se dit bien sûr on en fera un. J’ai 29 ans, et quelque part mon horloge biologique me travaille, mais en même temps, je ne me sens pas prête. Des fois je me dis et si je n’en avais pas ? J’ai quand même peur de le regretter… Je me dis qu’il y aura toujours l’adoption si je suis trop vieille… Mais pour moi c’est vraiment LA question qui me vaut un mal de tête, parce que je ne sais pas quoi répondre… Après les gens qui te juge c’est exactement comme l’histoire de la péridurale, de l’allaitement, du mariage… il y aura toujours des gens pour juger d’après leur point de vue étriqué et qui n’arriveront pas à considérer qu’il n’y a pas UNE façon de faire et de voir les choses, mais que chacun fait comme il le sent… Je pense que même en 2050 on aura ce genre de regret…

  • #525 Poppylarousse le 24 février 2014 à 11 h 42 min

    Roh promis je vais pas en faire 36 comme ça, juste que ça me plait de partager avec toi et la communauté mon blog de fille, je partage cet article de 2008, qui va bien avec le thème du tien, je trouve ! Bisous Hélène.

    Je ne veux pas avoir d’enfants. Je sais pas pourquoi je pense à ça, mais en y réfléchissant, c’est ma façon de voir les choses bien sûr, mais je ne me sens pas en désir d’enfant, je pense pouvoir vivre et ne pas me sentir incomplète sans avoir d’enfants… Je suis jeune, c’est sûr qu’à mon âge c’est à peu près normal de penser ça, et je ne dis pas que je ne changerai jamais d’avis, mais quand je regarde autour de moi, ça ne me fait pas envie. J’adore les enfants, c’est pas le problème, le truc c’est que je suis ultra égoïste, du moins c’est ce que j’en ai déduis… Je vous explique : les enfants c’est un sérieux engagement, tu signes à vie, t’en prends pour perpète, tu t’inquiètes pu non seulement pour ta famille, tes amis, mais en lus de ça tu te fais du mauvais sang pour tes gosses ! Et voyant le monde dans lequel on vit, de pire en pire, je ne sais pas si j’ai envie de donner la vie sachant que je n’aime pas la mienne, vous voyez ce que je veux dire ? Les cancers, les accidents de voiture, la dictature, le chômage, la dépression, la suppression de la carte famille nombreuse par la SNCF… Le monde se barre en quenouille comme disait si bien M Alliot mon prof de Français au lycée, que j’ai commencé à apprécier une fois qu’il n’était plus mon prof… Bref, ne nous égarons pas, d’abord y a ce critère là, l’égoïsme, je me fais assez de soucis comme ça pour tout le monde pour avoir envie de rajouter des gosses là dessus !
    Deuxième raison, je suis cinglée, névrosée, je peux pas infliger ça à des gosses, je leur ferais porter des fringues en mousse genre bonhomme Michelin en permanence, vivre dans une maison à haute sécurité, pas de sortie avant 35 ans, manger bio, pas de sucreries… Ils me tueraient avant leur majorité…
    Troisième et dernier (je crois) point, je suis égoïste, et je veux profiter de la vie : des enfants ça t’empêche de faire ce que tu veux, tu es obligé de te casser la tête pour trouver une nounou, et une bonne, tu ne peux pas sortir en boîte ou te faire un resto entre potes sur un coup de tête… J’adore mes neveux par exemple, je m’en occupe, je les adore, je donnerais ma vie pour eux, mais j’apprécie le fait de pouvoir les rendre à leur parents à un moment donné…
    Suis-je quelqu’un d’horrible ? Je sais pas, et puis de toute façon la meilleure des raisons pour justifier tout ça c’est que jusqu’à preuve du contraire pour avoir un bébé faut être deux, et ce critère ne me correspond pas, comme me dit tout le monde, on verra quand tu auras trouvé la personne qu’il te faut, quelle rigolage !

  • #526 Lou le 29 août 2014 à 14 h 40 min

    Je suis d’accord, et qu’ils se mêlent de leurs affaires.

    et comme dirait Solange Te Parle : « Pourquoi donner la vie à quelqu’un qui ne l’a pas demandé ?  »
    Des bisouuuus Hélène, you are the best (parce que ça sonne un peu mieux en anglais quand même).

  • #527 Alison le 13 mars 2015 à 13 h 09 min

    Chère Hélène, je compatis. Malheureusement on vit dans une société où le mode de vie « prescrit » est d’être en couple et d’avoir des enfants. Si tu ne rentres pas dans ce moule, tu subis une forte pression sociale, même de la part de ta famille ou de tes amis. Les gens ne savent pas penser par eux-mêmes, les gens ne voient que par les yeux de cette « normalité » sociale qu’on leur a rabâché toute leur vie. Donc forcement dès que quelqu’un sort du cadre…ils te regardent avec des yeux comme des balles de tennis. C’est ta vie, ce n’est pas la leur. Si chacun s’occupait de sa propre vie, de régler ses propres soucis, sans se mêler des choix d’autrui qui n’ont en fin de compte aucune répercussion sur leur propre existence, le monde se porterait mieux.
    Personnellement j’aimerais avoir des enfants plus tard, mais je comprends et conçois que d’autres n’en veuille pas. Le plus choquant c’est de se faire traiter « d’égoïste » pour ça. Ce sont ces mêmes gens qui te disent ça, qui ne se rendent pas compte que s’il y a égoïsme, il vient d’eux. Ils ne se rendent pas compte de la pression ou de la lassitude qu’ils peuvent engendrer.

  • #528 Hélène le 13 mars 2015 à 13 h 57 min

    Alison: dieu merci, à presque 45 ans les gens me foutent enfin la paix ;-)

  • #529 Fabi le 18 mars 2015 à 14 h 48 min

    Bonjour Helene,
    Je suis tombée au hasard sur ce billet qui date un peu c’est vrai, je vous lis parfois, ou vous regarde, avec amusement et plaisir …
    Je n’ai jamais ressenti ce besoin viscéral d’enfant qu’il est de bon ton de ressentir quand on est une femme. Néanmoins vers 30 ans j’ai essayé avec mon mari, parce que c’était le moment ou jamais, parce que pourquoi pas essayer de donner vie à un mélange de deux personnes qui s’aiment … Ces tentatives se sont soldées par 7 fausses couches. Ça a été dur à vivre, ce sentiment d’impuissance … Mais ça ne vous aura pas échappé, sentiment d’impuissance pas de perte irrémédiable, de gouffre de solitude… Non. Et puis j’ai décidé sur je n’essaierais plus, sans peine, ni sensation de manque, parce que je ne ressens pas de manque ! Pas de besoin ! Et le nombre de personnes qui m’ont regardée comme une égoïste (quoi tu n’adoptes pas ? Comment vivre sans enfants ??? Et autres questions du même type que vous Hélène …). Taxée d’égoïsme et très forte incompréhension de mon entourage proche ou pas.
    Je ne sais pas si vous publierez cette note. Mais voilà : on ne fait pas d’enfant parce qu’il faut répondre à la pression sociale, on n’est pas contraintes d’être conformes aux modèles que d’autres nous imposent, on n’a pas à se justifier de ce qu’on ne ressent pas. On est ce qu’on est. Le vrai courage est de le rester. Et c’est aussi une vraie noblesse. Je souhaite tous les bébés et les bonheurs du monde aux femmes qui en veulent profondément. Ai je le droit au même respect ? Et bien oui. Je ne m’excuse pas pour ce que je suis.
    Merci Hélène pour ce billet, je vous suis reconnaissante d’avoir pris ce risque. Et jolie vie à vous.
    Fabi

  • #530 ShiraDest le 1 avril 2015 à 11 h 34 min

    Merci ! J’ai etté virulente ment critiqué pour avoir refusé d’avoir des enfants, mais pour moi, ce-est pas le bon chemin, avoir des enfants, et j’ai travaillé dur pour trouver des autres moyens de contribuer au monde.
    Cordialement,
    ShiraDest
    12015 èH (ère Holocène/Humaine)

  • #531 Khed le 26 octobre 2015 à 13 h 10 min

    Tiens je tombe par hasard sur LE sujet TABOU des FEMMES…ça fait du bien de le lire!!!!
    Merci de la voir fait.
    Quand on n’a pas d’enfants, on est la bête noire!!! Moi il y a eu une « belle »sœur (pas gentille dans la vie de toutes façons…) qui m’ a bien saoulé dans les repas de famille allant jusqu’à me demander, ouvrez vos oreilles, : »si j’ovulais bien »!!!!!! Devant toutes les autres femmes de la famille!!! (Parce qu’elle nous pond des gosses tous les deux ans…)

  • #532 Khed le 26 octobre 2015 à 13 h 12 min

    Fabi, j’apprécie beaucoup votre commentaire qui est très juste!!!

  • #533 claudie le 15 janvier 2016 à 18 h 33 min

    Merci, ça m’a fait du bien de te lire….
    J’en peux plus de me faire poser mille et une question a ce sujet.
    ça fait du bien de voir qu’on est pas seule…
    Merci encore!!

  • #534 Hélène le 15 janvier 2016 à 19 h 06 min

    claudie: grâce au ciel vers 40 ans on commence à te foutre la paix, partant du principe que tu es « périmée » ;-)) Quel soulagement !
    (et note que 10 % des femmes ne veulent pas d’enfants donc ça n’a rien d’inhabituel – en France, dans certains autres pays européens c’est plus élevé, en Allemagne par exemple).

  • #535 JessFin le 16 janvier 2016 à 10 h 47 min

    Hélène: C’est vrai que maintenant c’est plutôt quand ilLEs apprennent que je n’ai pas d’enfant c’est « Ah t’as pas d’enfant » comme si c’était grave/consternant/maladie/ouautretare (choisir la mention suivant la situation), pour info j’ai 47 ans maintenant.
    Et purée ce que j’apprécie de ne pas en avoir eu, je ne dis pas que c’est pas bien d’en avoir, mais chacunE ses goûts. :)

  • #536 Lilas le 16 janvier 2016 à 20 h 12 min

    Je tombe un peu sur le billet par hasard (vive les derniers commentaires)
    Alors j ai 35 ans…. Et je ne veux pas d enfant. Ca a toujours été tres tres clair dans mon esprit… Plus jeune, on m a toujours dit « oh mais tu es jeune, tu vas changer d avis »…. Ou pas les amis lol. Je savais que c était pas pour moi et pour des tas de raisons.
    Ma famille ne m a jamais enquiquine avec ca considérant que d une ils le savent depuis que j ai 16 ans que c est niet/nada/meme pas en reve et que deux ca ne concerne que moi ;-)
    J ai pas trop entendu le discours égoïsme, la vie est tellement merveilleuse avec des gnomes… mon entourage est plutôt bienveillant.
    quant aux autres on s en fiche royalement ;-)

  • #537 Hélène le 17 janvier 2016 à 11 h 47 min

    JessFin: oui moi aussi plus le temps passe et plus je suis confortée dans mes choix et heureuse de les avoir faits ;-)

    Lilas: ma famille non plus ne m’a jamais saoûlée avec ça, dieu merci. Par contre les quasi inconnus ne s’en sont pas privés, et ce pendant de looongues année.

  • #538 hamtaro le 1 février 2016 à 1 h 33 min

    Hello Hélène,

    Je suis tombée sur ce reportage arte qui m’a fait penser a cet ancien billet que tu avais écrit.
    Je me suis dit que ça pouvait peut-être t’interesser !
    http://www.arte.tv/guide/fr/050493-000-A/femmes-sans-enfant-femmes-suspectes?autoplay=1

  • #539 KARINE le 8 février 2016 à 12 h 52 min

    Bonjour Hélène

    J’ai deux enfants et pourtant je pense que tu as raison d’assumer ton choix. On est quand même libre d’en vouloir ou pas…….seulement c’est pas « politiquement correct » de le dire. J’ai une copine qui comme toi ne souhaite pas d’enfant et comme elle en a marre des reflexions et bien….maintenant elle dit qu’elle ne peut pas en avoir…….c’est bien triste de devoir mentir. Bravo les filles assumez c’est votre choix et surtout votre DROIT.

  • #540 Marie-Laure le 13 mars 2016 à 8 h 54 min

    Bonjour,
    Je ne suis pas là pour juger ou te sauter au coup, mais simplement pour partager mon avis.
    Personnellement, j’aspirais à une grande carrière professionnelle, et en bonne citadine que je suis, je souhaitais conserver mon train train (virée en ville, dîner entre amis, à l’affût de toutes nouvelles activités…).
    Puis s’est posée la question des enfants, m’enfin surtout de la vie de famille que je voulais avoir.
    Au début je ne voulais pas vraiment d’enfant, mais aujourd’hui je souhaite avoir la plus grande famille possible. Parce que je crois qu’une vie professionnelle, des amis ou une passion ne donneront jamais autant d’amour qu’un enfant. Et les questions que je me posais avant (vais-je bien les éduquer? Manqueront-ils de rien? Dans quel monde je vais les laisser? Etc). Ben finalement je me dis que mes enfants seront tout simplement heureux à hauteur de l’amour que je leur porte.
    Et les années passant, je crois que rien ne vaut un dimanche en famille avec des rires d’enfants. Et quand je serai âgée, ces rires seront remplacés par des rires de petits enfants. Et ça… C’est le bonheur!
    Voila la confession d’une femme qui veut 15 enfants lol.
    PS: en ce qui concerne la vie professionnelle, l’échange avec le monde extérieur, la reconnaissance sociale… J’ai laissé ça à mon mari. Vous doutez bien qu’avec la ribambelle que j’me traine je reste mère au foyer! ^^
    Ps2: je pense qu’une mère au foyer est beaucoup plus pointée du doigt qu’une femme qui ne veut pas d’enfant…

  • #541 Alexandra le 15 avril 2016 à 10 h 37 min

    Complètement d’accord avec toi. Tu n’es pas la seule mais l’une des rares à en parler. J’aimerais que beaucoup plus de femmes osent s’exprimer sur ce sujet. Merci :)

  • #542 Eloïse le 2 mai 2016 à 15 h 31 min

    Juste un petit article qui m’a fait repenser à ce post. Il pourrait en intéresser certaines qui ont pu être confrontées à ce genre de remarques débiles et d’autant plus absurdes qu’elles émanent de professionnels de santé.. :
    http://ecoledessoignants.blogspot.fr/2016/04/la-violence-verbale-des-professionnels.html

  • #543 Naomi Gironde le 10 mai 2016 à 17 h 31 min

    Merci beaucoup pour cet article. Je ne comprends pas pourquoi les gens te jugent sur ton choix. Apres tout, c’est le tien et pas le leur. C’est ta vie et pas la leure. Alors n’ecoute que toi et tes proches les plus proches.(Il fallait comme meme une pointe d’ironie dans ce commentaire !)
    Merci.
    Une de tes plus ferventes admiratrice.

  • #544 Bobaille le 27 août 2016 à 10 h 40 min

    Salut et bravo pour cette mise au point nécessaire.
    Je ne suis pas une femme (donc d’après mes calculs cela fait de moi un homme…?) mais je ne souhaite pas avoir d’enfants non plus. Ce qui m’interpelle le plus, quand le sujet est abordé avec d’autres personnes, c’est leur besoin chronique de penser que c’est un choix que j’ai fait. Je leur pose alors la question suivante :
    – Est-ce que tu crois qu’un homosexuel fait le choix d’être homosexuel ?
    La réponse leur parait évidemment être « Ben non ». Alors je leur dit que c’est pareil pour moi concernant mon non-désir d’enfant. Mais cette évidence semble subitement ne plus avoir de substance quand on revient au sujet des marmots… étrange phénomène s’il en est.

    Bref, j’ai arrêté de tenter de me justifier auprès des autres et je me sens très bien :)

  • #545 Rina le 28 août 2016 à 10 h 58 min

    Bonjour, et merci pour cet article. Quand je dis que je ne veux pas d’enfant, on me répond que je finirai sûrement par changer d’avis, sous entendu ce n’est pas normal de ne pas en vouloir. Que je suis égoïste. !!!! Selon moi, être égoïste c’est faire des enfants alors que la planète est pleine à craquer. Contribuer à la surpopulation alors qu’il n’y a plus assez de ressources pour tous, c’est ne pas penser à l’avenir de ses enfants. Faire des enfants juste parce qu’on en ressent le besoin et l’envie, sans penser à leur avenir et à celui de la planète, ça pour moi c’est égoïste. Oui j’aime les enfants de mon entourage, je les trouve mignons (mais pas plus de quelques heures), et non je n’ai pas été traumatisée dans mon enfance par mes parents pour faire ce choix (déjà entendu de la part d’une femme médecin qui me conseillais d’aller voir un psy car je devais être sacrément dépressive pour ne pas vouloir d’enfant!). C’est un choix réfléchi. Parfois je ressens ce besoin « animal » de me reproduire, mais comme j’ai un cerveau et quelques capacités de réflexion, je sais prendre de la distance par rapport à mes instincts. Et je me fiche complètement de ce que pensent les autres, qui voudraient remettre en cause mes convictions. J’ai en stock un tas d’arguments pour leur répondre. ;)

  • #546 Théa le 15 septembre 2016 à 22 h 40 min

    http://9gag.com/gag/a3jQe51/23-pics-that-are-too-true-for-people-who-choose-not-to-have-kids

    Tombée par hasard là-dessus… Ça pourrait te faire rire ;)

  • #547 AnDroKtoNe le 19 septembre 2016 à 10 h 34 min

    Excellent Théa :D

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.