Ca veut dire quoi, Aimer ?, par Héloïse

9 juin 2010

o-toi-lectrice

« Je n’ai jamais vraiment compris ce qu’était l’Amour. Aimer un bon plat, aimer aller au cinéma, ça j’ai compris. Mais Aimer un homme, ou une femme d’ailleurs, s’avère une autre paire de manche.

Ca veut dire quoi, Aimer ?

J’ai déjà été amoureuse, j’ai été amoureuse dès l’âge de 16 ans. Sans doute me dira-t-on que je n’étais pas vraiment amoureuse, qu’à 16 ans on ne sait pas ce qu’est l’Amour, qu’on ne peut pas le savoir déjà. J’aimerai réfuter cela, mais je ne sais pas si je le peux.

Parce qu’à 17 ans, j’ai à nouveau été amoureuse, d’un autre homme en l’occurrence. Le sentiment en question m’a semblé bien plus profond, bien plus puissant. Je n’ai certes jamais pensé que je n’étais pas amoureuse du premier homme de ma vie, mais je me suis dit que les sentiments devaient aller crescendo, au fil de l’âge et des histoires.

Cette histoire-ci a été parsemée de crises, mais Dieu qu’elle a été passionnée ! Elle s’est elle aussi terminée pourtant, et avec elle est né le sentiment, à 20 ans, d’être trop jeune pour vivre l’Amour, trop jeune pour m’imaginer vivre avec un homme, trop jeune pour m’imaginer finir ma vie avec l’homme que j’aurai rencontré au lycée.

Voyez-vous, avoir 20 ans aujourd’hui, c’est entendre quasiment chaque jour qu’un mariage sur deux finit par un divorce. Que le taux de familles monoparentales explose. Entendre cela, alors que l’on a soi-même des parents divorcés, c’est penser que l’Amour Toujours n’existe que dans les dessins animés estampillés Disney.

Il y a certes des résistants, des amis à moi qui y croient, en un couple qui dure, qui peut durer jusqu’à la mort. Je les envie en un sens, je les envie parce que moi, je n’y arrive pas tellement. Sans doute parce que mes parents sont les premiers à me rappeler la précarité du sentiment amoureux. Je ne peux pas leur en vouloir. Lorsque j’y réfléchis, je sais bien qu’au jour de leur rencontre, à 20 ans, ils se sont aimés au moins autant que j’ai pu aimer ou que j’aime actuellement. Mais alors, pourquoi un couple finit-il par se séparer ? Manque de communication ? Changement des deux protagonistes au fil des années ? Absence de compromis ?

Parce qu’aujourd’hui, j’ai rencontré un homme qui croit en l’éternité du sentiment amoureux, qui croit en nous. Moi aussi, j’aimerais y croire. Mais j’ai bien peur que nous finissions nous aussi par nous séparer, parce que je ne saurai pas faire les efforts aptes à maintenir mon couple à flot. Parce que je ne l’aimerai plus, parce qu’un jour je le réaliserai, et que j’estimerai qu’à mon âge, il ne sert à rien de faire des efforts. Parce que des hommes, il y en a masse dehors, et que je trouverai celui qui ne m’imposera aucun compromis envers moi-même. Mais ne serait-ce pas là une utopie ?

Mes grands-parents vivent encore ensemble, après plus de 60 ans de vie commune. Ils m’émeuvent, parce que je trouve ça extrêmement beau, cette façon d’être si soudés, cette complicité.

Alors, je me demande ce qui est le mieux, s’il faut prendre sur soi et accepter la différence de son Autre, ou bien s’il est normal de le quitter s’il ne nous satisfait plus comme au premier jour.

Je suis jeune, j’ai 21 ans, j’ai sans doute la vie devant moi pour y répondre. Mais cette question me turlupine, je dois l’avouer. Je ne sais pas ce qu’est l’Amour, tout du moins je ne sais pas ce que cela implique vraiment, et je suis triste de voir que je suis loin d’être la seule aujourd’hui.

Signé : Héloïse »

62 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

62 commentaires

  • #1 Pidou le 9 juin 2010 à 8 h 53 min

    Ton texte est très bien écrit et merci de partager cela avec nous.

    Ma principale réaction est : c’est normal de se poser des questions et d’avoir peur (on est humains après tout) MAIS si tu ne tentes pas, tu ne sauras jamais si ça aurait pu marcher non ?
    Et puis si ça doit ne pas durer … tu en auras appris quelque chose sur toi et sur ton relationnel à l’autre forcément, donc ce n’aura pas été vain.
    Pour moi le sentiment d’Amour évolue et grandit avec nous (que ce soit avec le même partenaire ou au fur et à mesure de nos expériences – mauvaises ou non).
    Tant que tu ne t’oublies pas Toi pour le Lui ou le Vous exclusif …

    « C’est en montant en selle qu’on apprend à faire du vélo »
    :-))))

  • #2 Mam’selle Cat le 9 juin 2010 à 8 h 59 min

    Bonjour à toi & à toutes les girls,

    Personnellement, je ne me suis jamais posée autant de question que toi (je viens d’avoir 22ans). Je suis avec mon Homme depuis bientôt 4ans. On vit en concubinage depuis plus d’un an. Et je peux te dire que j’ai du en faire des sacrifices et lui aussi. Y’a pas mal de choses qui me déplaisent chez lui, mais je les accepte car je l’aime et je sais que c’est l’Homme de ma vie. On a eu des disputes mémorables (et on en aura encore fort heureusement), pourtant même pendant les grosses disputes, aucun de nous 2 ne pense à quitter l’autre.

    Dans un couple il faut savoir faire des conccessions, écouter l’autre, prendre ces demandes en considérations, en moins mot, communiquer. C’est ça le plus important.

    Tu dis être en couple  » Mais j’ai bien peur que nous finissions nous aussi par nous séparer, parce que je ne saurai pas faire les efforts aptes à maintenir mon couple à flot. » Pourtant, c’est des efforts que tu devras plus ou moins fournir avec n’importe quel autre homme (du moins c’est mon avis). Mon Homme & moi pensons pareils, agissons pareils, on a le même vision des choses (en gros c’est vraiment mon idéal) néanmoins je dois quand même faire des efforts pour supporter certaines de ces manies…

    C’est un sujet fort intéressant et j’ai hate de lire les commentaires de toutes les filles & courage dans ta quête du savoir ma Belle ;-)

  • #3 isa13687 le 9 juin 2010 à 9 h 13 min

    Coucou Héloïse, ton texte m’a beaucoup touché parce que moi aussi je me suis posée toutes ces questions et que par moment, quand je ne suis pas assez en forme pour me montrée positive dans la vie, je me les pose à nouveau… un mariage sur deux fini en divorce… pour ma part je ne connaît que des couples divorcés, et je ne fais qu’entendre à longueur de journée que quoi que je fasse, peut importe avec qui je suis, ça ne durera pas… je trouve ça dur comme propos, parce qu’à 23 ans, on a envi d’y croire, on espère que l’on arrivera à construire notre vie sans reproduire celle de nos parents, mais ce genre de propos casse tout… comme toi, j’ai peur, de ne pas savoir aimer suffisamment, de ne pas savoir faire durer mon couple au fil des ans, et il y a des jours où je préférerai tout arrêter que d’imaginer faire souffrir l’autre, ou de me faire souffrir… mon compagnon est très compréhensif là dessus et très patient aussi, il essaye de me montrer chaque jour que l’on pourra arriver à faire durer cet amour si on maintient le dialogue, si on évite qu’une routine trop monotone s’insinue dans notre couple… le fait qu’il me rassure au quotidien, m’a permis d’évoluer par rapport à toutes les questions que je me posais… je ne suis pas encore convaincue à 100%, mais j’ai fait un bon bout du chemin… peut-être qu’en discuter plus ouvertement avec ton compagnon t’aidera t-il ,comme ça m’a aidé, à vaincre tes peurs et à répondre à tes questions…
    C’est un sujet très intéressant et je te remercie de nous faire partager ton expérience.

  • #4 Sandrinette le 9 juin 2010 à 9 h 24 min

    Thème délicat mais ô combien passionnant et important.

    J’ai un peu plus de 10 ans de plus que toi et je continue à me poser ces questions et je pense que je continuerais à me les poser jusqu’à la fin de ma vie.
    C’est la relation suivante qui te donne des éléments de comparaison sur la/les relation(s) précédente(s), sur le ressenti du moment ou de l’époque.

    Je pense que l’on est dans une société de surconsommation qui nous pousse et nous conditionne à vouloir, à exiger d’avoir tout tout de suite.
    Et à aller voir ailleurs si l’on ne trouve pas puisque la concurrence existe et joue assez bien son rôle. ;-(
    On est habitué à procéder comme cela et à ne plus faire de compromis.
    Et je pense que l’on fait un copié-collé avec les sentiments.

    Tu parles de tes grands-parents, regarde et compare ces deux époques: la leur et la notre.

    Avant, une femme devait trouver un homme. Le mariage était arrangé et l’amour venait après, quand il venait.
    Ca ne se faisait pas de se séparer.

    Ensuite, les couples se choisissaient et s’adaptaient à l’évolution personnelle de l’autre. Ils évoluaient ensemble et faisaient beaucoup plus de concessions que nous de nos jours.

    Nous aujourd’hui, on abandonne un peu vite sans laisser de chance au couple de se construire et d’évoluer à son rythme propre mais aussi au rythme de l’évolution des deux personnalités.
    Après l’amour vient l’habitude du couple. La tendresse et la complicité prennent souvent le pas sur le désir et l’intensité du début. Mais ça reste de l’amour.
    Et c’est là que certains vont tout abandonner ou voir ailleurs pour retrouver cette excitation du début qui leur donne ce sentiment d’exister parce qu’ils voient le désir dans le regard de l’autre.

    Tes questions en amènent une autre: combien d’Amour existe-t’-il dans une vie?
    Combien de Grand Amour ou d’âmes soeurs pouvons-nous avoir dans une vie?

    Laissons le temps au temps.
    Laissons les choses se faire d’elles même.

    Et je suis d’accord avec Pidou, chaque expérience est bonne à prendre et te permet de mieux te connaître, de mieux cerner tes attentes, de savoir ce que tu veux et surtout ce que tu ne veux pas ou plus.

    Je crois beaucoup au destin et au fait que chaque chose n’arrive pas par hasard, que si ça doit se faire, alors ça se fera, et inversement.

    En tout cas, je te souhaite beaucoup de bonheur et de trouver tes réponses. ;-)

  • #5 Maya le 9 juin 2010 à 9 h 24 min

    Aimer quelqu’un et vivre avec, c’est du boulot, tous les jours. Loin des images à l’eau de rose qu’on inculque aux filles à grands coups de contes de fées. Ce qui suppose que les DEUX fassent le boulot. Comme on dit, dans le mariage, ce sont les 80 premières années les plus difficiles…

  • #6 dRine le 9 juin 2010 à 9 h 33 min

    Mon impression à moi, c’est que oui, il faut faire des compromis, mais pas si cela te semble trop gros et que tu penses qu’il te le demandera toujours.
    S’il t’agace trop souvent, peut-être faut-il remettre en question ta relation (ne me tuez pas les filles, je ne fais que donner mon avis … en espérant aider Héloise à prendre la meilleure décision !)
    Moi je sais que mon homme, au début, il m’agaçait parfois un peu, mais seulement ponctuellement, et je me disais qu’un jour j’allais vraiment tout casser juste à cause de ça… Mais en fait non, je pense qu’on a fait, inconsciemment, un compris : il a un peu arrêté d’être « comme ça » et je me suis habituée à lui. Il a tellement de qualités que je peux bien lui laisser un ou deux défauts !
    Enfin voilà, ce n’est peut-être pas très constructif, je m’en excuse, c’est un sujet difficile !

  • #7 Atchoum le 9 juin 2010 à 9 h 35 min

    Très belle plume !
    J’ai quelques années de plus que toi et je me suis posée les mêmes questions ! Etait-ce pour moi l’Amour avec un grand A ? Le voulais-je ? Le méritais-je ? Existe-t-il vraiment d’abord ? J’avais été amoureuse, de (trop) nombreuses fois, mais je ne croyais pas en l’infini du sentiment, « un truc de film » comme je me complaisais à dire… Et puis un jour, un regard. Les mois passent, les sentiments se renforcent et surtout la méfiance de mes sentiments s’atténue. Les années passent et c’est de plus en plus fort. Et maintenant, j’y crois :-)
    La vie est courte, enjoy it !

  • #8 saeko le 9 juin 2010 à 9 h 36 min

    un couple qui divorce est-il forcément un couple échec?
    la durée est -elle l’unique qualité de jugement de la valeur d’un couple?

    il fût un temps j’aurais répondu OUI mais aujourd’hui à 29 ans, maintenant que je suis mariée depuis 8 ans et que nous avons 3 enfants, ma réponse sera différente.
    L’on peut décider de se quitter par honnêteté envers le fameux « nous ». En quoi cela serait-il un échec? Ce que l’on a vécu de beau, ce que l’on a ressenti de beau ne disparait pas dans les oubliettes, il est durablement logé dans notre caractère et notre évolution personelle.
    « dés-aime »-t-on une personne que l’on a sincèrement aimé et qui nous a accompagné un bout de chemin?
    je suis de celles qui se pensent entières, je ne resterai pas avec quelqu’un (même le père de mes enfants) si notre couple n’est plus la base de notre famille, si les sentiments ne sont plus du tout là. Certes, je ne partirai pas à la première difficulté mais je ne crois plus en l’éternité apathique, ni d’un « nous » ni d’un « moi » photographé, gélé dans l’instant T.
    cela rend-il mon histoire d’amour moins belle que les autres? pas du tout elle la rend plus authentique.
    Je connais des couples qui sont mariés depuis plus de 10 ans et restent en couple que pour les enfants, (ce qui est à mon avis une excuse et un beau sac à dos pour les dits-enfants pour plus tard), par habitude, par peur de tout simplement vivre. Ils dorment sur leur propre vie en rêvant les yeux ouverts leur idéaux disparus.
    Sont-ils plus chanceux que ceux qui divorcent? cette chance là je n’en veux pas. Pour moi, pour lui, pour nous.

  • #9 Pidou le 9 juin 2010 à 9 h 47 min

    saeko: il y a même encore pire (selon moi) => faire un enfant pour « relancer » le couple voire même l’Amour !
    Je trouve ça hypocrite au possible et vraiment cruel pour l’enfant à venir qui n’a rien demandé

  • #10 Angélique le 9 juin 2010 à 9 h 49 min

    Bonjour,
    Et bien moi je vais avoir 27 ans, et je suis avec mon homme depuis l’âge de 16.
    Etrangement, quand on est sorti ensemble, je n’étais pas plus amoureuse que ça (comme souvent à cet âge-là…), il me plaisait, c’est tout…
    Et puis la vie a continué, doucement, avec des éloignements (son père obligé de muter)… On ne pouvait pas se voir souvent : mes parents étaient très sévères, et ne voulaient pas que j’ai un garçon avant mes 18ans, alors on se voyait tous les 4-5 mois, on s’appelait un peu, le tout en cachette.
    Et puis le jour de l’attentat du 11 septembre, tous les journaux disaient qu’il y allait y avoir une guerre… Et là je me suis rendue compte que je ne supporterais pas s’il devait partir, lui arriver qqch… (et oui, quand on est ado, on pense souvent à plein de trucs, parfois farfelus…)
    Et là je me rendis que, subrepticement, j’étais devenue amoureuse de lui ! (oui je sais, c’est nul comme manière de commencer une histoire)
    Puis nous avons traversé une époque pleine de questionnements, de remises en cause, avec une crise assez grave notamment… puisqu’on avait décidé de se séparer, le jour de mes 20ans… On se donnait un dernier week-end, pour prendre le temps de s’expliquer…
    Mais bon, avec du dialogue, ça s’est progressivement arrangé, et nous nous sommes mariés l’an dernier, pour nos 10 ans ensemble !!
    Tout ça pour te dire que l’Amour n’a pas forcément le visage qu’on croit, ce n’est pas facile, ça ne se passe pas comme dans un conte de fée. Il est très difficile d’évoluer ensemble, d’accepter que l’autre nous « change » en qq sorte (car le contact des autres nous change toujours), comme on le change nous aussi.
    Je suis d’accord avec la Miss plus haut, qui dit que de nos jours les gens n’acceptent plus de faire de concessions ; mais de nos jours toute critique, concession ou question est prise de manière négative ; alors que parfois même si on change, ce n’est pas parce que l’autre veut nous tirer vers le meilleur de nous-même ?
    Je pense avoir eu de la chance, et sa présence m’a permis de m’améliorer, j’en suis sûre.
    Maintenant ça fait bientôt 11ans, et je sais que c’est lui, pour la vie (et pourtant on m’aurait demandé plus jeune, j’aurais dit jamais de la vie !), je ne me pose plus de questions.
    Mais oui, il existe des gars biens, plus qu’on croit, essaie de donner le meilleur de toi-même, et tu verras où la vie te mène !
    Bises à toutes !

  • #11 Sita le 9 juin 2010 à 9 h 50 min

    J’écris pour la première fois ici, simplement pour te dire que tu as su mettre par écrit ce que je ressens actuellement depuis plusieurs mois, et n’ai pas su expliquer clairement à l’Homme… Ceci dit, je n’ai que 22 ans moi même, donc je pense que nous avons toutes les deux du temps devant nous pour comprendre ce que c’est, ce fameux « Amour »… ;)

  • #12 camille strass le 9 juin 2010 à 10 h 00 min

    Bonjour,

    quand j’ai annoncé mon mariage, la plupart des gens, se croyant manifestement subtils et originaux, rétorquaient d’un air irrévocable : « un mariage sur deux finit par un divorce ».

    Jusqu’au jour où j’en ai eu marre et que j’ai pris l’habitude de répliquer que ça voulait quand même dire qu’un mariage sur deux finissait sa vie ensemble.

    Sur la longévité du couple, cela dit, il faut peut-être se dire qu’il est tout simplement difficile de vivre sur le long terme à deux. Pourquoi les gens ne divorçaient pas avant ? Parce que ça n’existait pas, ça ne se faisait pas (ou rarement). D’accord. Mais il faut voir aussi que, même il y a encore ne serait-ce que 75 ans, les historiens s’accordent à montrer qu’un ménage durait en moyenne 10-15 ans maximum. Il ne finissait pas par un divorce mais par le décès de l’un des deux : mortalité en couche, maladie, accident, mortalité à la guerre pour les nobles, etc.
    Les historiens sont parfois un peu cyniques et disent que le décès prématuré remplaçait le divorce d’aujourd’hui – qui se fait en moyenne au bout de 10-15 ans de mariage.

    Oui, c’est très dur de vivre ensemble et de rester uni. Mais la persévérance paye souvent :)

  • #13 hélène le 9 juin 2010 à 10 h 06 min

    Bonjour, j’ai 21 ans et je suis avec mon homme depuis 6 ans ! Eh oui je l’ai recontré à 15 ans, lui en avait 17. Nous ne nous sommes jamais séparés, nous n’avons jamais ressenti le besoin d’aller voir ailleurs, nous sommes bien ensemble, nous sommes pareils et en même temps très différents. Ces différences il faut les accepter et parfois il prendre sur soi, c’est pas facile tout les jours la vie de couple, loin de là, il est bien plus facile de vivre seul avec pour seul soucis ses envies à soi. Pour exemple, lui est un grand maniaque de l’ordre et du ménage et moi je suis une bordélique finie et je déteste nettoyer (bon je m’oblige ^^), c’est clair des disputes il y en a, c’est la vie, ca permet parfois de mieux se réconcillier après. Enfin pour nous tout va bien, on vient d’acheter une maison et les travaux y sont presque finis !

    Hélène, ton blog est vraiment super j’y viens tous les jours, bonne continuation.

  • #14 Debbienounette le 9 juin 2010 à 10 h 15 min

    Je pense que l’amour évolue avec l’âge, qu’on aime différemment à 16-20-25-30 ans etc.
    Après quelques relations je me suis rendue compte qu’il y aura toujours des choses qui me déplaisent et qui peuvent déplaire de moi. Chacun a sa part de concession à faire. Evidemment il y a des milliers d’hommes dehors, mais l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs…

    Il est bien de se poser parfois la question de savoir si on est vraiment bien avec la personne, est-ce qu’on l’aime ou est-ce qu’on est avec uniquement par peur de se retrouver seul.

    Ca m’arrive, et après je regarde mon homme, je l’observe et là je me dis « mais bon sang oui je l’aime, malgré tout, oui je l’aime! ».

    Quant au mariage, je reste sceptique aussi. L’amour éternel ? J’aimerais y croire… Mais pour le moment je me dis simplement qu’une histoire d’amour peut durer quelques années ou toute une vie peu importe, l’important c’est d’être bien soi-même, bien à deux et de se rendre heureux mutuellement. C’est peut-être simplement ça l’amour, être bien à deux, rire de petites bétises se comprendre sans même parfois se parler, voir les yeux de son amoureu briller..

  • #15 Diripouf le 9 juin 2010 à 10 h 17 min

    Ma modeste contribution: l’amour (au debut du moins), c’est l’evidence. Pour moi, hein ! Je pretends pas detenir la verite universelle ;)

    A un moment donne je me suis toujours dit « Ah ben oui, en fait, j’ai pas tellement le choix – c’est lui (ou elle) ».

    Et ensuite, c’est comme dans tout: il faut s’accrocher, essayer de ne pas laisser le quotidien etouffer tout ca, essayer de faire equipe plutot que le contraire, bref, adapter l’amour a la vie. C’est ca le plus gros challenge, c’est ca qui (moi) me fascine.

    Mais plus prosaiquement, je crois que l’histoire deAngélique est assez revelatrice. Souvent, on s’apercoit que l’on aime quelqu’un quand quelque chose de malheureux est susceptible de lui arriver. Soudain, on se rend compte que cela nous serait fondamentalement insupportable… et on realise qu’on l’aime.

    Et pour ce que dit saeko sur le couples qui divorcent: Amen !! Il y a beaucoup plus de courage a se separer « intelligement » en comprenant qu’on a vecu une belle histoire et qu’il vaut mieux arreter avant de se detester, que rester ensemble et ruiner ce qui avait rendu l’autre, a nos yeux, si special(e). J’ai beaucoup de respect pour les gens separes ou divorces qui voient leur histoire comme une belle histoire, et non comme un echec. J’espere bien faire partie de ceux-la :)

  • #16 Ôde le 9 juin 2010 à 10 h 40 min

    Si vous vous aimez, lance-toi dans cette histoire… Personne ne sait de quoi demain sera fait !! Tu peux te séparer dans 1 mois, 1 an, 10 ans ou bien qui sait, jamais ? Pourquoi pas ? Mais en tout cas, tu ne pourras le savoir qu’en essayant !!!
    Si tu aimes vraiment cet homme, tu feras les concessions nécessaires pour le garder et lui fera aussi les efforts nécessaires pour que tu restes… C’est peut-être ça finalement l’Amour : accepter l’Autre tel qu’il est, faire tout son possible pour le garder (tout en gardant sa dignité bien sûr !!) mais cela inclut une réciprocité des efforts…
    Pour que l’Amour dure, il faut s’en donner les moyens !!
    Donc, à ta place, j’y croirais, c’est la façon de savoir !!!
    Je te souhaite une belle vie à toi et à ton compagnon de route !!!

  • #17 Wazaka le 9 juin 2010 à 10 h 44 min

    Bonjour,
    Je comprends trés bien tes questions mais parfois il faut savoir arrêter de s’en poser et se lancer et vivre.
    Je me suis mariée une premiére fois à 18 ans, c’était une belle histoire forte et passionnelle mais nous avons perdu un enfant et nous n’avons pas réussi ensemble à surmonter cette épreuve qui reste pour moi la pire chose qui me soit arrivée. Nous avons divorcé quand j’avais 30 ans et je me suis encore plus qu’avant noyée/plongée dans le travail.

    Puis un jour lors d’une soirée banale à souhait j’ai rencontré un homme qu’au premier regard j’ai tout de suite détesté : hableur, dragueur, pas mal (il ressemble à Bruce Willis)….tout sauf mon type d’homme, marseillais, lisant l’Equipe, fan de l’OM,…..

    Comme le temps passait et que j’avais loupé l’heure du dernier métro, cet « abruti » m’a proposé d’aller boire un verre et de me ramener chez moi;;;;;on était en face des « Deux Magots », j’ai pris une coupe de champagne en terrasse et j’ai savouré l’instant et réalisé que le macho marseillais était un homme adorable……..Mariage un an plus tard, BB dans la foulée et aujourd’hui 15 ans aprés c’est toujours le grand amour !!!!

    En fait je l’ai pris comme il était (j’ai un peu exagéré les défauts plus haut), une intelligence rare, plein de passions communes et surtout la même conception de la vie et de l’amour plein, plein, plein.

    Le secret entre »  » c’est de ne pas essayer de changer l’autre, j’ai un côté farfelu pas toujours facile à vivre pour un homme d’affaires et lui a un côté parfois un peu trop binaire pour moi, mais à la maison il y a de l’ambiance et beaucoup d’amour et de rire.

  • #18 PCR le 9 juin 2010 à 10 h 45 min

    Après tant de commentaires tous plus fins et intelligents les uns que les autres, je me risque à apporter ma pierre à l’édifice car la question est particulièrement fondamentale.
    Je crois sincèrement que l’amour n’est pas quelque chose de figé dans l’instant, on le construit jour après jour, patiemment, et c’est ainsi qu’il prend toute sa mesure ; comme le dit mon mari pour rigoler, « le mariage est un combat de tous les jours ! ». Quant il m’a dit ça la première fois, j’ai grimpé aux rideaux, et puis je me suis dit qu’il avait raison, rien n’est gagné d’avance, c’est chaque jour qu’on doit se remettre en cause, ne pas se « reposer sur ses lauriers », et surtout garder le cap que l’on s’est fixé au début, malgré les coups de vent -et il y en a eu !- pour, au final, les enfants quasiment élevés maintenant, se retrouver seuls tous les deux -presque- comme au premier jour, sauf que notre amour a grandi, évolué, la passion du début s’est transformée, est devenue plus sage mais non moins intense. Et puis les concessions bien sûr ! c’est une constante du couple si on veut que la vie ensemble soit viable, cela suppose qu’on aime l’autre malgré ses défauts, mais qui n’en n’a pas ? savoir communiquer aussi avant que les petites rancoeurs s’enveniment… enfin voilà, je te souhaite plein de bonnes choses avec ton amoureux, et je te rassure : le fait de te poser ces questions est tout à fait naturel, je dirais même plus : c’est essentiel. Bonne route ensemble !

  • #19 chaton le 9 juin 2010 à 10 h 46 min

    Je ne me pose pas autant de questions sur ma vie sentimentale. Je marche dans un sens et il me tient la main. Pour moi c’est une évidence que je vais finir avec mon geek de copain (que l’on soit marié ou non) (le mariage c’est une autre affaire). On est malheureux comme des pierres quand l’autre est absent et loin de l’autre trop longtemps. Et on rigole tous les jours ensemble depuis 7 ans. Pour moi, c’est une marque suffisante d’amour. Je n’ai pas besoin de violon, de crises de nerf, de jalousie. C’est bon, j’ai donné.

    Je fais comme dans l’histoire du prisonnier russe qui s’est échappé d’un goulag en Sibérie et qui a réussi s’en sortir au bout de 3 ans en se donnant des buts atteignables – comme 20 pas dans le froid, puis à nouveau 20 pas.
    Ce qui me fait vraiment flipper ce sont les GRANDS objectifs ou trop loin dans le temps ou demandant trop de sacrifices, du genre « dans 1 an on achète un appart « / « on fait un gosse » / « on se marie  » / « j’invite ta mère à manger »/ « on ne couchera jamais avec personne d’autre ». C’est là que je me dis que je ne vais pas y arriver et que j’aurais mieux fait de ne pas y penser.

    Alors je décompose intuitivement les grandes étapes qui font peur en petites étapes accessibles .Puis finalement arrivée en haut, je contemple le chemin parcouru. et je me dis « Waouh, nous avons fait tout ça ensemble sans se friter. Ce n’était pas si dur en fait ».
    Il y a 7 ans, je n’aurais pas parié une cacahouète sur la durée de notre relation.

  • #20 Little Parisienne le 9 juin 2010 à 10 h 58 min

    Merci pour ton texte, Héloïse. Personnellement, je ne crois plus du tout à l’amour qui dure toujours, trop de claques prises durant cette petite décennie, et encore une cette semaine après deux années d’amour passionné, tendre et tout ce que l’on veut. Si tu es heureuse, ne te pose SURTOUT PAS plus de questions. Vis le moment présent à fond. Ne fais pas de plan sur la comète. Un être humain, c’est bien compliqué parfois… ca évolue dans le temps. Les sentiments aussi, parfois. Parfois non. Tu me parais déjà très mûre pour ton âge (je me permets de te dire ça car à ton âge je n’aurais jamais été capable de produire une analyse aussi fine de mes sentiments et de mes doutes). Le tout est d’être bien dans ta relation, de l’entretenir du mieux possible sans perdre ta personnalité, comme tu le dis si bien, de t’épanouir et de te réjouir d’être « bien », en ce moment. C’est tout ce qui compte, je crois, au final, surtout à 20 ans: profite. Profite. Profite.

  • #21 Hélène le 9 juin 2010 à 11 h 20 min

    Sita, hélène: soyez les bienvenues ;-)

    Diripouf: je fais partie de ceux-là (les séparés qui voient leur histoire passée comme une belle histoire), et effectivement c’est une grande force et une grande sérénité dans la vie.

  • #22 Diripouf le 9 juin 2010 à 11 h 25 min

    Hélène: Oui, je pensais (entre autres) a toi en ecrivant ca :) C’est un grand signe d’intelligence a mon avis :)

  • #23 Lilith le 9 juin 2010 à 11 h 26 min

    Ah l’amour, grande question pour l’éternel… Alors oui on s’aime passionnémént au début, on s’attache par la suite et on vit ensemble après. Oui c’est vrai mais il ne faut pas oublier que si une relation change au fil du temps, les sentiments aussi évoluent. L’amour se construit si on le veut. Peut-être que pour certains couples, ça se fait tout seul mais pour la plupart des gens il faut composer au fil du temps. Les caractères évoluent, on prend de l’assurance ou on la perd, on se forge une carapace ou on la laisse tomber au contraire. On se dévoile doucement ou on s’enferme dans ses certitudes… Je veux bien croire en l’amour éternel, je suis avec mon amoureux depuis 15 ans mais j’avoue que ce n’est pas facile tous les jours. Je navigue entre les cycles : je t’aime, je t’aime moins, j’en ai marre, je te re-aime comme une folle… C’est fatigant mais finalement c’est ce qui évite d’être dans la routine quotidienne. J’ai déjà songé à tout arrêter mais cette idée est toujours balayée par la certitude que malgré tout ce qui m’agace chez lui, je serais perdue sans lui et bien malheureuse. Souvenez-vous de la comptine que l’on dit quand on enlève les pétales d’une pâquerette : je t’aime, un peu beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout. C’est ça l’amour, on peut enlever les pétales d’une pâquerette chaque jour, ça ne sera jamais pareil !!

  • #24 sosyl le 9 juin 2010 à 11 h 37 min

    Héloïse, ton texte m’a beaucoup touchée.

    Je suis d’accord avec Diripouf et Saeko : un couple qui divorce n’est pas forcément signe d’un grave échec et l’histoire vécue ensemble peut rester une belle histoire.
    Je le dis d’autant plus facilement que je suis en train de me séparer de mon mari et qu’on le vit plutôt bien. Je pense qu’on s’est sincèrement aimés et que l’on s’aime toujours d’ailleurs, mais différemment, ce qui n’est pas suffisant pour continuer à vivre ensemble comme un couple. On aurait pu le faire, car on s’entend bien mais je pense que lui comme moi aurions eu l’impression de passer à côté de nos vies.

    Quand on s’est mariés, je pensais que ce serait pour la vie. Je le pense toujours. L’amour est un sentiment qui évolue, il faut l’entretenir, le questionner, le bichonner pour ne pas le laisser s’échapper.

  • #25 Hélène le 9 juin 2010 à 11 h 39 min

    sosyl: « Je pense qu’on s’est sincèrement aimés et que l’on s’aime toujours d’ailleurs, mais différemment, ce qui n’est pas suffisant pour continuer à vivre ensemble comme un couple » : je plussoie à mort.

  • #26 bibabeloulette le 9 juin 2010 à 13 h 12 min

    Sans trop gâcher la spontanéité nécessaire au truc, je trouve que c’est bien d’être conscient que toute histoire peut avoir un terme. Savoir que celui qu’on aime vraiment pendant des semaines ou des ans peut finir par ne plus inspirer que de la tendresse ou une amitié++, ou pire du dégoût, de la tristesse, du mépris dans les cas où l’histoire dérive bien loin de ce qu’elle a pu être.
    Après, il faut vivre et laisser une chance à tout. A quoi pense une jeune fille d’aujourd’hui quand elle se marie ou se pacse? A défier les statistiques?! Je ne crois pas.

  • #27 Beauté Ratée le 9 juin 2010 à 13 h 27 min

    Héloïse, j’ai 20 ans et je vis la même chose que toi, sans me poser autant de questions par contre. Juste parce que je me connais pas coeur. Ce qui est étonnant pr une fille de mon âge me direz-vous ? Je sais ce que je veux, et ce à quoi j’aspire. J’ai été amoureuse, j’ai eu des histoires, j’en vis une depuis 3 ans. Mais je ne suis pas faite pour être en couple, jamais. Les concessions, les sacrifices, faire sa vie par rapport à quelqu’un, ça ne me convient pas.

    Vous pensez certainement que je suis une égoïste. Peut-être… Mais vivre avec un homme, je crois que je ne serais jamais capable. Et je pense que les couples les plus heureux ne sont pas forcément ceux qui vivent ensemble. Je ne suis pas faîte pour ce genre de vie, la vie à deux, le mariage, les enfants. Ca me rebute complètement. Et si aujourd’hui, ça fait 3 ans que je suis avec le même, c’est justement parce qu’il ne demande rien, qu’il m’accepte comme ça, avec mon manque de démonstration, ma froideur, les distances. Et ça nous convient. Le jour où il demandera plus, si un jour il en a envie, et que je ne serais pas en mesure de lui donner, je partirai tout simplement.

    Mais je me dis que chaque personne trouve chaussure à son pied. Et que je trouverai forcément un homme un jour qui voudra vivre le même genre de relation que moi : légère, et sans complications.

  • #28 isa33 le 9 juin 2010 à 14 h 04 min

    vaste question….
    déjà la différence, c’est CE qui fait aimer, donc si on ne l’accepte pas, on est mal barré pour durer
    ce qui fait que le sentiment amoureux dure, c’est cette différence, cet inconnu des réactions de l’autre, qui fait qu’au bout de 20 ans tu ne sais toujours pas s’il va aimer ça ou ça
    bien sûr beaucoup de choses sont connues, mais l’autre reste encore une sorte de mystère…..

    je dirais aussi, dès le premier jour, ne pas attendre de l’autre qu’il « nous » satisfasse
    souvent on attend de « l’autre » toutes ces choses dont on a manqué : l’amour inconditionnel de nos parents, la compréhension, etc, etc
    on se met dans une situation impossible, on est hors-sujet

    moi j’ai rencontré l’amour à 20 ans et je ne l’ai pas reconnu au premier coup d’oeil d’ailleurs
    12 ans plus tard, dont les dernières à vivre ensemble 24/24, il reste encore un mystère, quand je pense à lui mon cœur palpite
    il me comble par certains aspects que je n’aurais jamais espérés parce qu’ils sont indéfinissables
    d’autres sont laissés en souffrance mais finalement c’est mieux car ça fait du bien de se prendre en charge

    en gros, pour faire cliché, l’amour c’est une aventure, et même l’une des plus belles, il faut prendre des risques, et il faut aussi savoir souffrir parfois sans en avoir une peur panique
    parce que ça fait partie du jeu, parfois, momentanément (surtout)

    et puis chacun le vit à sa façon, aussi c’est comme la maternité, il y a tellement, tellement de façons….

    je te souhaite de trouver la tienne, mais oui, l’amour peut durer toujours…… et c’est chouette d’ailleurs

    quant aux concessions, compromis ou tout ça, pour ma part ça n’a aucun sens, ce n’est pas quelque chose que j’ai l’impression de vivre
    jamais la vie à deux ne m’a semblée pesante en quelque aspect que ce soit
    mais j’imagine que ça doit être possible quand on emménage avec quelqu’un sans avoir derrière cette force incroyable qu’est l’Amour

    c’est un peu comme pour la maternité, s’il n’y a pas ce désir d’enfant, puis cet attachement, force incroyable qui se met en place dans les premiers jours, on ne supporterait pas une minute de passer des mois sans dormir, d’aliéner sa vie, etc, etc.
    la force que donne l’amour est incroyable, celle de dépasser les limites que l’on croyait les siennes

  • #29 LaPanthèreEnBlouseBlanche le 9 juin 2010 à 14 h 06 min

    Héloise, je n’ai que 3 ans de plus que toi, je te souhaite de trouver ce qu’est l’Amour, c’est quelque chose qui ne peut pas s’expliquer, c’est juste ce qui me fait vivre tous les jours! Quand tu auras ce sentiment tu n’auras plus de doute, c’est merveilleux!
    désolée je n’ai pas le temps de lire tous les commentaires!
    bonne journée à toutes!

  • #30 Martine le 9 juin 2010 à 14 h 07 min

    Coucou !

    Héloïse, Il est important de ne pas se nier et d’écouter son coeur….
    Ensuite il est bon de foncer !
    L’homme qui te correspondra se trouvera forcément un jour sur ton chemin…

    C’est très succint… mais si je réfléchis trop… je vais me dire qu’à 43 ans, il est temps que je tombe enfin sur le beau, grand, brun, musclé qui n’attend que moi !

    Sinon, Hélène, c’est la première fois que je comm… même si je suis régulièrement sur ton blog… j’en profite donc pour te dire un graaand bravo ! De l’humour, des conseils sympas, des idées que, mince alors pourquoi je les ai pas eu moi-même, et une fraîcheur très très sympa !
    Un bémol… c’est loin Paris ! (depuis l’Alsace).

    A bientôt. M

  • #31 Héloïse le 9 juin 2010 à 14 h 20 min

    Bonjour les filles,
    tout d’abord je voulais vous remercier de vos commentaires, et également Hélène pour avoir publié ce texte.
    Je vois que je ne suis pas la seule à me poser ce genre de question « métaphysique », et je dois dire que ça me rassure ! Ce n’est pas une interrogation qui me turlupine constamment en revanche, simplement de temps à autre, suite à certaines remarques de la part de proches ou autre, quant à mon couple ou la ma vision de celui-ci.
    Ce texte a été écrit il y a deux mois, et entre temps, comme la plupart d’entre vous me l’ont justement conseillé, j’ai « vécu » : j’ai profité de l’homme que j’ai rencontré il y a bientôt six mois, et des bons moments, qu’est-ce qu’on a eu !! Quasiment que ça, d’ailleurs… Aujourd’hui, je suis sûre de mon couple. Mon homme est à présent indispensable à ma vie, mais bref, je ne vais pas m’étaler là dessus, on sait toutes ce que c’est que d’être amoureuse :)
    Mes interrogations ont donc été reléguées au placard pour le moment : il y a eu effectivement comme une évidence à un certain moment, qu’on s’était trouvé. Alors non, je ne sais pas si je vais réellement finir ma vie avec lui, fonder une famille et tout cela, ms j’en ai vraiment envie (enfin pas tout de suite qd mm hein, on a le temps !!). Le fait que lui croit dur comme fer que je suis la femme de sa vie, sachant que c’est quelqu’un d’extrêmement réfléchi et posé, m’y a sans doute aidé. Et enfin, je suis prête à faire des compromis, comme on doit tous en faire dans un couple. Parce que tout simplement « nous » le valons bien !
    Mais je sais que les interrogations dont je parlais plus haut referont sans doute surface un jour ou l’autre. Ca doit être humain. Et là, saeko, j’adhère totalement à ta façon de penser : j’ai entendu parler de ces couples qui restent ensemble juste parce que voilà, il y a les enfants, la maison, le chien… Moi non plus je ne veux pas de ce couple là, et je te trouve très courageuse de l’annoncer haut et fort. Parce qu’effectivement, mieux vaut se séparer avant de se gâcher. Ma mère en a trouvé le courage également, et je trouve que c’est la preuve d’une grande force de caractère.

  • #32 le 9 juin 2010 à 14 h 31 min

    Magnifique texte, et je comprends les questions que tu te poses…. A 20 ans j’étais pareille!
    Puis au final j’ai rencontré mon copain, il se pose pas de questions, notre relation va à notre rythme, on est tombés amoureux au fil du temps, naturellement, on a emménagé ensemble parce qu’on en avait envie, sans se promettre l’éternité, on a décidé d’essayer d’avoir un enfant parce que c’était ce qu’on voulait tous les deux (et j’espère bien que ça aboutira bientot, mais on a le temps…), on savoure, on apprend, on fait des concessions, on rit, on se dispute, mais jamais bien longtemps, on vit le moment présent. ce que je n’ai jamais su faire, la tête pleine de questions, de doutes, de statistiques, de déceptions, de cicatrices.

    On se marie dans 2 mois et demi. Je ne sais comment on en est arrivés là, mais je n’ai pas peur. Je sais que ce n’est peut être pas pour la vie, mais moi je me vois déjà bien passer les 10 prochaines années de ma vie comme sa femme (entre autres, ça ne se résume pas à ça et heureusement!), et on verra bien où la vie nous porte.

    Pas besoin de se demander si on serait malheureux si on se quittait, si on peut s’engager, si ça vaut le coup (parce que ça le vaut, forcément), si on peut croire en cet amour, parce que c’est différent à chaque fois et qu’il suffit de se laisser porter, de faire ça à sa manière…

    Je te souhaite plein de bonheur!!

  • #33 Cécile de La Réunion le 9 juin 2010 à 14 h 55 min

    Je pense qu’on se pose toutes ces questions un jour dans notre vie. A ma première grosse déception sentimentale j’ai cru que c’était la fin pour moi, que tout s’écroulait, et que l’amour le vrai, je ne le rencontrerais qu’une seule fois.
    Hé bien je me suis trompée. J’ai eu d’autres expériences, acquis de la maturité, et trouver à nouveau l’amour. Eternel ? Je ne sais pas. On est heureux et bien aujourd’hui, c’est ce qui compte.
    Alors ne sois pas triste et vie ta vie intensément! ;)

  • #34 Charlotte des Plantes le 9 juin 2010 à 14 h 56 min

    Joli texte et très GROS questionnement…
    Je pense qu’il faut surtout savoir ce que l’on ressent soi, reconnaître ses envies profondes et faire ses choix en conséquence. Le compromis a ses limites et c’est egoïste comme raisonnement, mais je pense que c’est la clef du bonheur.

  • #35 Agnus le 9 juin 2010 à 15 h 02 min

    Bonjour à toutes!

    Je trouve un peu facile de dire qu »avant » le mariage était arrangé, qu’on s’aimait « après », que divorcer c’était pas dans les moeurs… etc. la question du mariage plus ou moins arrangé est vaste et franchement je n’ai ni l’envie ni vraiment le temps pour l’aborder (je préfère aller zieuter les vidéos d’Hélène :-) ) J’ai 24 ans, en couple avec mon Namoureux depuis bientôt 5 ans. Des brettes on a eu, des disputes, tirages de gueule aussi… je suppose qu’on ça ne s’arrêtera pas après s’être mariée. Ce que je remarque autour de moi c’est que l’ Amour est devenue une denrée de consommation, quand ça ne plaît plus on jette, puis on rachette et on rejette.. jusqu’à ce que l’on ai trouvé ce qui nous « convient ». je dis convient parce que ça revient de plus en plus à choisir sur catalogue.
    J’ai une amie qui a quitté son fiancé parce qu’il ne voulait pas que leur chambre sois peinte en rose (sic), elle n’a même pas cherché un terrain d’entente, puisqu’il refusait c’est qu’il ne l’aimait pas asser (sicsic) et ciao! Hé! Vous voulez quelqu’un pour vivre avec ou un accessoire? Ajoutons également à cela que nous vivons dans la vision de l’individu roi, il n’est plus question de vivre ensemble (au sens large).

  • #36 Hélène le 9 juin 2010 à 15 h 12 min

    Martine, Agnus: soyez les bienvenues ;-)

  • #37 Agnus le 9 juin 2010 à 15 h 20 min

    Merci hélène! Je suis fascinée par tes vidéos, c’est limite si je les regarde pas comme une série télé!

  • #38 Blanche/Paris le 9 juin 2010 à 15 h 39 min

    Chère Héloïse, toutes les girl’s qui ont commenté ici t’apportent vraiment des avis très éclairés… Ne compte pas sur moi pour en faire autant ! ;-) Mais j’ai quand même envie de te donner mon p’tit avis…
    J’ai 35 ans et je vis depuis 11ans avec mon compagnon. Je ne me sentais absolument pas prédestinée à vivre une relation aussi longue. Je n’ai pas été élevée dans le mythe du prince charmant. J’ai vu mes parents se « désaimer ». Je pensais que personne ne m’aimerait et que je n’aimerais personne. De plus j’étais très solitaire et ma « bulle » d’espace vitale prenait beaucoup de place… Je me croyais dans l’impossibilité d’y recevoir quelqu’un. Et pourtant, j’ai réussi, en n’ayant même pas l’impression d’avoir fait des concessions de quelque nature que ce soit. Et si ça finit demain, je sais que malgré la douleur et le chagrin, ça restera pour toujours une partie magnifique de ma vie.

    Je pense qu’une des choses primordiales et de ne pas se mentir à soi-même ; et pour cela, il faut savoir rester flegmatique avec tout ce que la société et notre entourage nous renvoie. Toi seule détient la clé de ce que tu ressens, ne te laisse pas envahir par les images que renvoient notre époque, car chaque histoire possède sa propre singularité.
    A titre personnel, je ne ressens rien dans la vie comme des échecs et cela s’applique donc à la séparation amoureuse. Peu importe si tu te sépares 36 fois ou si tu affiches un bonheur conjugal, tout ça n’est qu’une série d’images destinée à la société. Ce qui est important c’est d’Être, et non de Paraître. Quelques fois on se torture l’esprit par des questions qu’on croit existentielles alors qu’en fait elles relèvent simplement du problème de l’image qu’on va renvoyer. De plus, Madame Irma n’existe pas, on ne peut jamais savoir de quoi demain sera fait, la vie est si surprenante et soi-même on ne cesse jamais de se construire et d’évoluer. On dit bien qu’il faut « une vie pour faire une vie »…

  • #39 Olivier le 9 juin 2010 à 17 h 14 min

    salut,

    voila je me presente olivier 36 ans, et je fais parti d’un de ces couples qui divorcent sur une bonne entente. parce que ma femme avait besoin de liberté, de decouvrir de nouvelles choses, on a decidé de ce separer alors qu’on ne se detesté pas. mais parce que nos sentiments avaient changé.
    Quelle erreur, papa de 3 enfants aujourd’hui dont j’ai la garde. je vois leur mal etre au quotidient. Quelle enfance je donne à ces 3 bout de choux. ils ne comprennent pas ce qu’ils leur arrivent.
    tout ce que je veux dire c’est que cela peut etre à double tranchant, et je pense que meme si on essaye de bien faire avec mon ex …. les enfants en souffrent toujours.
    de mon coté je regrette enormement car quant je la revois je me dit que j’aurai du faire des effort por faire evoluer nos sentiments. mais aurais-je pu y arriver seul, si dans son cas les choses etaient deja decidées ?

  • #40 Hélène le 9 juin 2010 à 17 h 19 min

    Olivier: bienvenue à toi ;-)

  • #41 saeko le 9 juin 2010 à 17 h 54 min

    Olivier, j’aime bien dire qu’une relation est une écharpe dont les 2 bouts sont tenus par les deux protagonistes
    tu peux tenir autant que tu veux ton côté, mais tu ne peux pas le faire pour l’autre…
    j’espère que tout ira pour le mieux pour tes bouchons, une période difficile ne veut pas dire que tout sera toujours noir…courage

  • #42 Cléa le 9 juin 2010 à 17 h 56 min

    Bonjour,
    Je trouve ton texte très bien écrit! J’ai 22ans, et tu traduis vraiment ma façon de penser, je me pose aussi toutes ces questions. Je n’arrive pas à m’investir dans une relation ou prendre ça au « sérieux », car justement l’Amour c’est un thême bien complexe dont chacun a sa définition particulière. J’ai été amoureuse 1 fois (autant dire que j’en sais pas grand chose ;-) et je me suis aperçu avec lui, que ça ne m’étais jamais arrivé avant, tellement c’était particulier, beau et quelque chose d’inconnu. Je pense pour ma part que lorsque l’on Aime vraiment les petits sacrifices, sont …naturels, on accepte aussi les défauts (aussi gros soient-ils) ne dit-on pas que « l’amour rend aveugle », parce que on voit surtout les qualités de l’autre, et les défauts en sont atténués.
    Je crois que l’amour, le véritable, est rare, et si on le trouve, il faut juste profité de ce bonheur!!!

  • #43 Hélène le 9 juin 2010 à 18 h 09 min

    Cléa: sois la bienvenue ;-)

  • #44 Zaphyra le 9 juin 2010 à 18 h 42 min

    Héloise c’est un très joli texte sur un sujet des plus inétressants!
    Je dirais juste qu’on en peut pas prédire de quoi sera fait l’avenir. Que l’amour est un sentiment merveilleux et qu’il faut le vivre à fond quand on a la chance de le connaitre. J’aime à espérer que oui il peut durer pour toujours mais on ne peut pas présager du futur et de tout ce qui peut nous arriver!

    Olivier: Je peux t’assurer que ce n’est pas forcément la mauvaise décision. J’ai grandi dans un schéma parental « classique », c’est à dire que j’ai 25 ans aujourd’hui et mes parents sont toujours ensemble et même bien ensemble.
    Je suis avec mon homme depuis 2 ans et demi qui lui a grandi dans un schéma complètement différent: ses parents ont divorçé quand il avait 3 ans.
    A cause du schéma que je connaissais j’étais persuadée qu’il en avait souffert du divorce de ces parents car je n’arivais pas à le concevoir autrement. Et bien non, il se souvient peu de sa vie avec ses 2 parents car il était petit, mais il a juste toujours été habitué à ça, ce qui était devenu le schéma classique pour lui. Il allait chez son père un we sur 2 et très souvent en vacances. Ca ne l’a pas gêné encore moins traumatisé… Il sait juste ques ses parents l’aiment et il s’entend très bien avec les 2.

    Tout ça pour dire que ta situation est récente, et que pour des enfants le changement peut être difficile au départ (comme peut l’être un déménagement dans une autre ville car on quitte tous ses amis). Mais qu’au final il vaut mieux 2 parents heureux, aimant et séparés, qui fournissent un environnement équilibré à des enfants; que 2 parents ensemble mais qui ont l’impression d’être passés à coté de leur vie et se le feront payés un jour ou l’autre avec toutes les mauvaises conséquences que cela engendrent au niveau des enfants.

  • #45 Anne de Lille le 9 juin 2010 à 18 h 58 min

    Bonjour à toutes,

    Je suis très touchée par l’intervention d’Olivier…Je n’ai pas spécialement d’avis sur le Grand Amour, n’y ayant jamais cru (pourtant on ne peut pas vraiment dire que je sois terre à terre, simplement ce truc-là ne m’a jamais parlé). mais je comprends très bien en revanche le Should-I-Stay-Or-Should-I-Go-Concept !
    Ça dépend tellement de chacun, des situations, du contexte, des personnalités.. à mon avis, tu mets deux personnes dans une boîte, tu les remets à des endroits différents, à des jobs différents, à des moments de leur vie différents et la fin de l’histoire n’est pas la même. Alors oui pour se laisser vivre et suivre son cœur…
    Ce qu’Olivier apporte au moulin c’est quand même un peu d’amertume.. à ne pas négliger. C’est celle qu’on redoute, qui nous fait faire des cauchemars, c’est cette douleur (qu’on inflige, soyons clairs) qu’on veut éviter.
    Alors bien sûr, le sac à dos, bien sûr la confiance en soi, bien entendu ça n’est qu’une période pour les enfants.
    Mais bien noire tout de même, qui pèse dans la balance de la décision (et sur les épaules forever).

    J’aime beaucoup les choses nuancées, merci Olivier !

    (Je n’ai toujours aucun avis éclairé sur cette question si elle d’aventure elle se présentait à moi, Oeuf corse ! mais je ne peux pas nier à quel point le débat me fait réfléchir)

  • #46 Marie laure le 9 juin 2010 à 19 h 21 min

    ouch que de question à 20 ans!! …
    Dis toi qu’à 30 on se pose les même! ;)
    Une chose est sure on évolue avec le tps, nous changeons, lui aussi, il est donc naturel ou presque obligatoire de faire des efforts envers l’autre, sous peine de voir le couple clasher!

  • #47 Florilèges le 9 juin 2010 à 19 h 38 min

    J’ai trouvé des articles très intéressants sur ce sujet, sur le site http://www.psychologies.com dans la rubrique « Couple ».

  • #48 Olivier le 9 juin 2010 à 20 h 16 min

    En reponse à saeko,

    Je suis tout à fait d’accord avec toi…mais voila apres reflexion je pense qu’elle tenait les 2 bouts de l’écharpe. je renfermant sur elle meme, me cachant la verité sur ses sentiments pour finalement mieux prendre ses distances.
    j’ai beau relire ton post Saeko, tu as l’air fidele et honnete avec toi meme.. mais l’es-tu avec celui qui est à l’autre bout de ton écharpe? si difficulté ya dans ton couple lui dis tu tout ce que tu ressens ? car pour moi c’est cela qui a été le plus douloureux.
    Sentir que ca derape et etre si impuissant ya pas pire pour un homme.
    Mon conseil pour tous et toutes c’est tres bien d’etre honnete avec sois meme, il ne faut pas occulter son conjiont, la verité et la parole ne sont pas si dures à entendre quand on trouve les bons mots.

  • #49 Jeanne le 9 juin 2010 à 21 h 43 min

    je n’ai pas de définition du verbe aimer tant, à mon sens, il peut revêtir de nuances
    ce que je sais c’et que quand j’aime je suis mieux avec quelqu’un que sans
    et que lorsque je n’aime plus, c’est le contraire

    je me suis séparée du père de ma fille il y a 15 mois, après 5 ans chouettes et moins chouettes moments
    quand les moins chouettes ont pris le pas sur les autres, la vérité a fait surface

    et aujourd’hui je passe beaucoup de temps avec un homme sans qui la vie est moin sjolie, moins douce, moins exaltante

    mais je dirais qu’il en va de même pour l’amitié, le désir en moins: les amis sont ceux qui te rendent la vie plus douce et plus gaie, qui aident « la médecine à couler » comme dit Mary Poppins…

  • #50 Jeanne le 9 juin 2010 à 21 h 50 min

    pardon, je n’ai pas tout lu et je vois qu’il est question du « Grand Amour »

    si le grand amour c’est celui qui rend malheureux tant on se consume, alors merci bien je passe mon tour
    mon amour à moi est moins pyrotechnique, moins étincelant… soit… mais il a le mérite d’être réel
    j’ai mis du temps à le comprendre et je ne blâme en aucun cas les victimes du syndrome de Cendrillon… mais pour ma part, je l’ai attendu trop longtemps… quitte à passer à côté de l’amour tout court

    ne perdons pas de vue l’essentiel, les filles (et les gars)

  • #51 Hélène le 9 juin 2010 à 22 h 41 min

    Marie laure, Florilèges: soyez les bienvenues ;-)

  • #52 Lolo make-up-holic le 9 juin 2010 à 23 h 38 min

    Bonsoir, pour ma part je réagis à tes phrases: « Sans doute me dira-t-on que je n’étais pas vraiment amoureuse, qu’à 16 ans on ne sait pas ce qu’est l’Amour, qu’on ne peut pas le savoir déjà. J’aimerai réfuter cela, mais je ne sais pas si je le peux. »
    Et bien, si tu le peux! Mon premier amour je l’ai connu à 13 ans. j’ai toujours su que nous ne passerions pas notre vie ensemble, mais cet amour m’a habité et m’habite encore. Nous n’avons pas été ensemble longtemps mais je l’ai aimé pendant des années, à distance. Je rêve encore de lui, je pense régulièrement à lui, avec tendresse. Cet amour a participé à ma construction, et je ne le renierai jamais. Je l’ai aimé, avec un A majuscule. Il y a eu lui, et puis mon mari. Les autres, entretemps, n’ont été que des amourettes.

    Comme toi, avec 12 ans de plus, cette question de l’éternité de l’amour me semble illusoire. Encore aujourd’hui, je ne sais pas si je serai encore avec mon mari dans 10 ans.Alors j’avance au jour le jour et je profite de l’instant.

    Bon courage à toi et merci pour de nous avoir fait partager l’intimité de ton esprit.

  • #53 saeko le 10 juin 2010 à 8 h 58 min

    olivier

    crois moi c’est notre période remise en question (je crois que c’est dans l’air en ce moment tous ceux qu’on croise se séparent ou ne se sentent pas bien)…on s’est promis de se dire quand on ne se sent plus à l’aise et c’est ce que j’ai fait il y a 3 semaines…donc oui je suis honnête envers lui. Trop peut être. Blesser quelqu’un qu’on aime n’est pas facile à porter. J’ai justement dit je commence à me sentir partir mieux vaut en parler maintenant sinon je sens qu’il sera trop tard…je ne lui cache rien même si on a tous son jardin secret (des sentiments divers et variés que l’on ressent à l’instant T et que l’on garde pour soit) on procède à des changements. On s’écoute. et c’est pas simple.
    je n’ai pas dit qu’il valait mieux se séparer à tout prix. J’ai juste dit que la longévité d’un couple n’est pas le but principal à mon avis.
    je comprends ton sentiment d’impuissance, on en peut pas retenir l’autre s’il ne le souhaite pas et parfois on fait tous les efforts possibles et il s’envole quand même.

    « Mon conseil pour tous et toutes c’est tres bien d’etre honnete avec sois meme, il ne faut pas occulter son conjiont, la verité et la parole ne sont pas si dures à entendre quand on trouve les bons mots ». je suis on ne peut plus d’accord.

  • #54 Martine le 10 juin 2010 à 8 h 59 min

    Olivier:

    Je me permets de « rebondir » sur ton intervention.

    J’ai 43 ans, mes parents ne se sont jamais séparés, « pour les enfants », parce qu’ils se sentaient assez fort pour passer par dessus l’obstacle… et pourtant à l’époque de mon adolescence, il y a eu une sacrée crise et j’aurais préféré qu’ils le fassent !. Il n’y a pourtant jamais eu de cris, de querelles, non, rien de tout cela, mais la tension était palpable, les yeux étaient rougis quand même.
    En vieillissant, ils ont retrouvé une entente, ont évolué vers une autre sorte d’amour et ils ont fini leur vie ensemble (papa est décédé il y a peu….), heureux et sereins.

    Je suis séparée du père de ma fille, ai divorcé de mon mari (pas le père de ma fille), évolue de relations en relations (plus ou moins longues)sans « vivre » à 2. Mon frère et ma soeur ont à peu près le même parcours.

    Je me suis longtemps demandée si notre vie amoureuse chaotique (mais pas sans amour, passion ni sentiments très forts) ne venait pas de ce que nous avions vécu pendant notre adolescence ? En tout cas, il est certain qu’en moi est ancré une peur !

    Tout cela pour dire que la vie, la relation amoureuse n’est pas un long fleuve tranquille et qu’il est parfois bon d’emprunter un chemin différent de celui de sa compagne (ou compagnon).
    Le parler vrai, l’honnêteté est essentiel cela va de soi…. mais dans toute relation à 2, c’est tout de même seul avec soi-même que l’on prend la décision de changer, d’évoluer, de grandir et de se projeter dans le 2.
    Alors peut-être qu’il existe un temps pour intégrer seul l’idée d’une relation à 2, un temps d’introspection loin de la relation, pour pouvoir par la suite la vivre au présent de la meilleure façon qui soit ?
    Rien n’est définitif dans la vie…

  • #55 Olivier le 10 juin 2010 à 9 h 31 min

    pour conclure ,

    je dirai que je pense comme toi saeko. je te souhaite à toi aussi bcp de courage.
    mais si tu dit que blesser qqun qu’on aime est dur, c’est que c’est en bonne voie pour vous car tu dois l’aimait encore. differement du debut certe, mais cela reste quand meme de l’amour.

  • #56 Olivier le 10 juin 2010 à 9 h 38 min

    saeko,
    Quant au jardin secret, c’est tout à fait normal.nul besoin de culpabliser par rapport à cela.
    Comme moi je suis sur que ton homme a aussi son jardin secret.
    Comme nous tous d’ailleurs.

  • #57 olivier le 10 juin 2010 à 10 h 33 min

    martine,

    ton post me fait bcp reflechir, me poser des question?
    mais apres la reflexion sur soi-meme, l’envie de grandir doit-elle se faire forcement sans l’autre.
    l’autre ne peut-il pas etre un soutien ?
    oubien, sommes nous tous dans une belle société de consommation, ou l’amour est devenue un prépayé, sans engagement qu’on jette quant on pris le meilleur de l’autre pour se faire grandir ?
    la peur est normale, la facilté pour moi est de partir, l’affronter nous fera vraiment grandir…

  • #58 Mushroom le 10 juin 2010 à 10 h 37 min

    L’amour comme au premier jour (certains l’appellent passion, moi je n’ai pas tendance à aimer passionnément mais je vois tout de même une différence entre le premier jour et la quantrième année !) ne peut, par définition, pas durer. On n’est pas que des êtres culturels, on est aussi de gros animaux, et l’amour-fou animé par une grosse dose de désir a une raison d’être biologique : faire qu’on se reproduise (quoi qu’on fasse de cet objectif biologique). Du coup, la nature n’a aucun intérêt à ce que cet amour-fou dure dans le temps, elle voudrait plutôt nous voir papillonner régulièrement histoire de bien mélanger nos patrimoines génétiques.

    Mais on n’est pas que des gros animaux, on est aussi des êtres culturels ! Et on a envie d’autre chose, d’un couple qui s’inscrit dans le temps. Je crois que c’est possible, à condition d’accepter l’évolution du sentiment. On peut accepter de renoncer à la passion sans pour autant vivre quelque chose de plat ou de tiède avec son partenaire. On peut accepter l’évolution de son désir aussi sans pour autant ne plus faire l’amour du tout. A ce propos, je viens de lire un livre très intéressant : « Un désir si fragile » de la sexologue Ghislaine Paris http://www.amazon.fr/Un-d%C3%A9sir-fragile-ressorts-sexualit%C3%A9/dp/2848990260/ref=sr_1_2?ie=UTF8&s=books&qid=1276158536&sr=8-2

    Il s’agit du désir féminin (bah oui, vous avez remarqué que même au bout de quelques années la plupart des hommes sont toujours prêts pour la bagatelle, même après le boulot, même quand bébé pleure, même quand ils ont leur syndrôme prémenstruel – euh non) et du pourquoi du comment on a moins envie de l’autre après un certain temps, contrairement aux temps bénis des débuts où même le voir en train de se laver les dents nous mettait dans un état d’excitation difficilement maîtrisable.

    Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce livre, c’est qu’il n’aboutit pas à un constat « les femmes ont moins envie point barre », non. Les femmes et les hommes sont différents, et on peut s’enrichir de cette différence. Après avoir lu ce livre… je me suis moins sentie coupable d’être une femme et de ne pas être une maîtresse torride tous les soirs que Dieu fait. J’ai aussi (et c’est plus en rapport avec ce billet) entrevu que le couple durable et heureux était possible -jusqu’à quand, je ne sais pas, mais voilà.

    Ce que j’ai moins aimé, c’est le manque d’organisation de l’ensemble du bouquin, ainsi qu’un propos uniquement hétéro-centré (mais ça, c’est une généralité dans le discours actuel à propos de la sexualité). Elle vient de sortir « Faire l’amour pour éviter la guerre dans le couple » que j’ai commencé, mais qui est encore plus fouillis !

    Désolée pour l’apparent HS, mais je crois que le désir est intimement lié à cette problématique de la pérennité du sentiment amoureux.

  • #59 Sarah le 10 juin 2010 à 14 h 39 min

    Je crois qu’on s’est toutes posées ces questions là. Moi aussi j’ai 21 ans et ça fait maintenant plus de trois ans que je suis en couple après l’avoir été deux fois un an et demi avec d’autres et toutes les histoires d’amour commencent pareil, leur suite ne dépend que de la capacité de partager de chacun.
    Honnêtement je pense que l’on ne peut pas trouver quelqu’un avec qui vivre veut dire ne pas faire de compromis, à moins d’être malheureux car si toi tu n’en fais pas, c’est forcément lui qui en fera et cela te rendras t-il heureuse de voir ton homme se sacrifier pour toi ? Un couple qui fonctionne c’est deux personnes qui ont compris qu’en plus de s’aimer il faut que les deux fassent des compromis, renoncent à une partie de leur liberté pour vivre ensemble, les couples qui se séparent sont ceux où cet équilibre précisément n’est pas ou n’est plus. Le renoncement peut être plus ou moins grand, certains couples sont plus libres que d’autres, l’essentiel c’est qu’il soit le même pour chacun et c’est en cela qu’il est difficile de trouver la bonne personne, celle qui est prête à renoncer autant que vous mais pas plus non plus.
    C’est tout simplement l’être humain qui est fait de cette façon et comme en société pour pouvoir vivre ensemble il faut que chacun renonce un peu. Tout ça pour dire que je pense que pour qu’un couple dure, si ces conditions sont remplies, il suffit de continuer à le vouloir, de se souvenir pourquoi ces compromis et surtout de ne pas se dire peut être que je trouverais mieux ailleurs car c’est rarement le cas, ces mêmes problèmes indépendamment des sentiments, finissent toujours par revenir. Alors finalement je crois que la question c’est plutôt ça veut dire quoi être heureux ? Ne vivre qu’en fonction de soi ou savoir concéder aux autres pour qu’ils nous apportent en échange ce bonheur que l’on recherche toutes tant ?

  • #60 DiDoUxXxX le 12 juin 2010 à 17 h 50 min

    Sais-tu qu’on dit qu’Héloïse est l’inventrice de l’Amour? Je m’appelle aussi comme ça et l’Amour, j’y crois!
    Il me semble que je suis plus jeune que vous toute (mais je n’ai pas tout lu pour être honnête) du haut de mes 16ans je ne sais pas à quoi ressemble l’amour quand on en a 20, 30, 40, 50ans… Mais quand on est jeune on s’imagine plein de truc, on espère, on fonce car on ne connait pas encore la conséquence de tout et je trouve ça génial! On donne sans compter en fin de compte.
    Bien sur j’exclus les jeunes qui se mettent ensemble pour 1semaine, 1mois et demi ect… Mon copain, je l’ai rencontré quand j’avais 11ans, lui aussi avait cet âge là. Cela fait 2ans que nous sommes ensemble. Au début on se dit « Bien sûr que non! Je ne peux pas m’imaginer avec lui toute ma vie! » Et puis il y a le jour ou on se dit « Je sais, je l’aime, je l’aime j’en suis certaine », celui de la première engueulade, celui de la première fois, celui ou on se dit « Si il s’en va loin de moi, je serai plus rien »… et puis celui ou il vous dit « On se mariera, on aura des enfants, mais d’abord on va avoir notre appartement, et puis… On aura un chat, tu les aimes tellement! ». Ce jour là j’ai pensé « J’arrête, ça ne sert à rien de me pseudo protéger derrière des barrières, je suis heureuse, je dois profiter maintenant pour na pas regretter après. Je donne encore plus, je veux m’améliorer, je veux qu’il me trouve toujours plus belle, qu’il me pousse au delà de mes limites, je veux aller plus loin, découvrir d’autres sentiments! »
    Ce jour là, j’ai su que c’était lui pour la vie. Peut être que je me séparerai de lui, mais il y a quelque chose au fond de moi qui m’a fait comprendre que je n’aimerai jamais quelqu’un d’autre comme je l’aime lui.
    Je pense qu’à chaque âge, il y a quelque chose de différent; à l’adolescence on se découvre, on donne et on se prend des baffe, on murit. À 20ans on emménage ensemble. À 30 ans les enfants arrivent et on continue à vivre…

    Pour moi l’Amour c’est ça, se réveiller le matin et se dire « Oui! Encore une belle journée ou je vais tout faire pour qu’il reste avec moi à jamais! »

  • #61 Hélène le 12 juin 2010 à 17 h 53 min

    DiDoUxXxX: bienvenue à toi ;-)

  • #62 Sandrinette le 12 juin 2010 à 18 h 06 min

    DiDoUxXxX: wouaou!
    Ben du haut de tes 16 ans tu écris super bien et tu as une vision très mature et « intelligente » pour le peu de vécu que tu as.
    Je suis admirative devant ta prose, devant ta philosophie de vie
    Surtout ne change pas, je pense que tu as tout compris du haut de tes 16 ans comme tu dis. ;-))

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.