Bilan de compétences pour laurettebis

12 janvier 2007

« Bonjour les filles,

Je suis en pleine remise en question de ma vie professionnelle, je me pose beaucoup de questions.
Cela fait 5 ans que je suis dans la même boîte (c’est aussi mon premier job) et j’en ai ma claque.
J’ai fait le tour de mon poste, je sais qu’il n’y a pas d’évolution possible et j’éprouve un grand besoin de changer d’air.

J’ai 2 solutions : soit je continue dans la même voie et j’essaie de trouver un job similaire (dans lequel je ne m’éclate pas/plus), soit je change carrément de job.

Or bien sûr je ne peux pas reprendre d’études bicoz j’ai (comme tout le monde !!) des factures à payer et qu’un seul salaire (celui de l’Homme) ne suffira pas à nous faire vivre.

Les filles, si vous avez des conseils / témoignages, si vous avez vécu ou vivez la même chose que moi, je
suis preneuse !!

Merci d’avance !

Signé : laurettebis ».

54 commentaires Laisser un commentaire
Brol (divers ;-), Wanted !

Vous aimerez aussi

54 commentaires

  • #1 Kilis Sex Symbol le 21 janvier 2008 à 10 h 23 min

    Bonjour Laurettebis,

    Je suis responsable Formation Continue et valideuse VAE CNAM dans la vraie vie, alors si tu veux qu’on discute de ton parcours et de tes droits en formation, Hélène peut te transmettre mon mail.

    Les reconversions ne sont jamais faciles, mais sans passer par la case formation / validation des acquis, c’est galère de chez galère (j’expérimente en ce moment même ;-))

    Dans ton cas, vu que tu es embauchée, le plus simple est de négocier soit un changement de poste, soit une formation avec ton employeur actuel (voire ton départ). Les boites étant ce qu’elles sont (pas de polémique poujadiste), on recrute difficilement une personne dans un domaine où elle n’a pas fait ses preuves.

    La voie la moins étroite consiste à changer de job chez ton employeur (qui te connait et te fait déjà confiance, c’est pas si mal) puis à changer d’employeur en conservant le même job (comme ça tu as un CV étoffé). C’est moins risqué, mais plus long.

    Pour prendre un exemple perso, je suis diplomée de Marketing, mais on ne me propose que des postes en formation professionnelle :-))

    L’ANPE propose également des bilans de compétences, mais pour les demandeurs d’emploi.

    Pour les salariés ce sont des cabinets de conseil et de reclassement qui gèrent et c’est assez cher (plus qu’un entretien avec moi, en tous cas – vais songer à me faire payer, qu’en penses-tu? ;-))

    Bref, ça va se jouer avec ton employeur. Tu as contacté ton responsable RH?

    Bon courage, Kilis

  • #2 laurettebis le 21 janvier 2008 à 10 h 36 min

    Ah voui c’est aujourd’hui ! merci Hélène !

    Merci pour les conseils Kilis : je suis complètement paumée dans tout ce jargon, ce à quoi j’ai peut-être droit…

    En fait il n’y a pas de reclassement possible dans ma boîte (c’est une petite structure et – comment dire – la "négociation" est assez difficile avec mon boss) et je ne me retrouve plus ni dans les idées ni dans la politique de la maison.
    Tous mes collègues m’encouragent – pendant que je peux encore le faire – à changer de boîte. Eux mêmes çà fait souvent très très longtemps qu’ils sont là mais au jour d’aujourd’hui, ils ne se verraient pas rester dans cette boîte aussi longtemps et regrettent de n’avoir pas saisi d’autres opportunités quand ils le pouvaient.

    Un de mes problèmes c’est que j’ose pas. En fait j’ose pas demander de formation et si si éventuellement je demandais un CIF, j’aurais trop peur des "retombées" si je ne trouvais pas de job dans cette nouvelle voie…Ici c’est tout-à-fait le genre à te le faire "payer"…

    J’ai peur de m’enliser dans ce que je fais, et finalement de regretter de ne pas avoir tenté ma chance ailleurs…
    Beaucoup de personnes me disent "c’est qu’un job, çà te paye les factures"…je suis désolée mais dans la mesure où on y passe la plupart de notre temps, c’est imporant de s’y sentir bien…

  • #3 Kilis Sex Symbol le 21 janvier 2008 à 11 h 06 min

    En même temps, si tu t’enlises dans ton boulot, ça ne peut pas être pire :-) Tu risques quoi? un licenciement? sachant que tu veux partir?

    Pèse bien le pour et le contre. Souvent, la crainte vient d’une surestimation des arguments contre ;-)

    Je suis à ta disposition.
    Hélèèèène, tu fais quooiiii, là???? ;-))

  • #4 laurettebis le 21 janvier 2008 à 11 h 28 min

    merci Kilis, je veux bien, du coup, qu’Hélène nous mette en relation (je mets mon adresse mail dans le petit espace réservé à cet emploi) !!

    en fait une des autre question est effectivement de peser le pour et le contre…et effectivement sachant que de toute façon je veux partir je risque pas grand chose…quoique…

  • #5 Poumok le 21 janvier 2008 à 12 h 22 min

    Partir pour l’inconnu fait peur, et c’est un vrai courage, parce qu’on imagine toujours comme l’ailleurs pourrait être bancal…! Mais le changement a un côté "aventure", et une fois que tu es dans l’eau, tu nages, et tu t’aperçois que ce n’est pas si difficile que ça en avait l’air ! ;-)
    L’être humain est fait comme ça : on préfèrera toujours un "malheur" confortable plutôt que l’inconnu aussi prometteur soit-il…

    Alors bien sûr, le côté financier est délicat, et je n’y connais absolument rien au monde de l’entreprise, mais tout ce que j’aurais envie de te dire parce que ça je le connais, c’est "lance-toi !" Peut-être existe-t-il des formations que tu pourrais faire en parallèle à ton boulot actuel ? Ou changer de style d’entreprise, ton boulot peut peut-être devenir très différent…?

    Bon courage !

  • #6 Kilis Sex Symbol le 21 janvier 2008 à 12 h 49 min

    Le site du ministère du travail regorge d’infos ultra intéressantes :
    http://www.travail-solidarite.go...

    On y parle de tout : formation professionnelle, VAE, congés….

    Tu devrais y faire un grand tour.

  • #7 laurettebis le 21 janvier 2008 à 13 h 13 min

    merci Poumok ! c’est un tas de questions que je me pose en ce moment, un choix réfléchi que je ne dois pas prendre à la légère…je vais étudier toutes les possibilités.

    dès ce soir j’y vais faire un tour sur leur site, merci Kilis.

  • #8 et le monde sera meilleur le 21 janvier 2008 à 13 h 20 min

    Tiens, ça aurait pu être de moi, tous ces messages Laurettebis !
    Je suis également en recherche pour me reconvertir. je suis pour l’instant assistante dans une agence immobilière, mais comme toi j’ai fait le tour du job je pense. Moi ça fait environ 7 ans que je suis secrétaire (c’est ma 3è boîte actuellement) et j’en ai "ma claque" comme toi. Le problème aussi c’est que je ne peux pas me permettre de retourner à l’école et ne plus avoir de salaire ! J’ai trouvé une formation, encore faut il que ma patronne accepte le CIF et que le fongecif me finance parce que ça coûte entre 3 et 6000 € :( !

  • #9 laurettebis le 21 janvier 2008 à 14 h 02 min

    bienvenue au club alors Et le monde sera meilleur !
    moi çà fait seulement 5 ans que je travaille, cette boîte c’est mon premier job.
    j’adorerais me lever le matin en me disant "chouette, j’adore mon job, c’est cool…’ mais je me dis que c’est rare…en même temps si je ne fais rien pour que çà change, je ne saurais jamais comment çà pourrait être…(voire comm’ de Poumok…!!)

    Pour le CIF, d’après ce que je sais, ton employeur a le droit de te le refuser une seule fois et ensuite il est obligé de l’accepter…mais faut aller voir sur le site donné par Kilis, il doit y avoir un dossier sur çà…d’ailleurs je vais aller voir dès ce soir !

    Le pb c’est que je ne sais pas du tout vers quelle voie m’engager, quel métier me correspondrait plus…c’est pas facile hein !

  • #10 Mithra le 21 janvier 2008 à 15 h 14 min

    Je serais bien tentee de te dire comme Poumok.
    La relative securite que procure le terrain connu se paie tres cher… tu es bien trop jeune pour te scleroser dans un job bof-bof, pour une boite pas terrible ! 5 ans dans un premier job sans evolution c’est deja tres largement suffisant a mon sens.

    Le risque c’est que tu ne sais pas ce que tu voudrais faire d’autre. Mon petit conseil, qui vaut ce qu’il vaut, serait de travailler la-dessus *avant* de t’engager dans une formation ou de changer de domaine. C’est plus facile d’avancer quand on sait ou on va, et des zig-zags professionels d’un metier a un autre pourraient t’etre prejudiciables, surtout en France ou on valorise la stabilite plus que la prise de risque.
    En attendant, rien ne t’empeche de chercher ailleurs et d’avoir des pistes d’embauche en meme temps que tu demandes une evolution a ton employeur actuel. Comme ca si ta boite le prend mal et te vire ou te pousse a demissionner en te rendant la vie infernale (oui, c’est interdit mais helas oui, ca se fait), tu auras l’esprit plus libre.
    En plus avec un peu de chance tu aurais des perspectives d’avenir dans une autre boite et si vraiment c’est le metier qui ne ne te plait pas rien ne t’oblige a y rester des annees.

    Tu peux aussi contacter des gens qui font des boulots qui t’interessent (meme si c’est tres eloigne de ce que tu fais actuellement, qu’est ce que tu risques ?) pour discuter de la realite de leurs metiers. C’est souvent utile car on peut se faire de fausses idees, et aussi parce qu’une idee amene l’autre et que tu pourrais decouvrir des jobs insoupconnes dans des domaines qui t’interessent.
    Pour l’aspect financier (je parle en l’air car je ne connais rien de ta situation), es-tu sure qu’il t’est absolument impossible de reprendre des etudes ? Parfois en faisant ses calculs, en reduisant son train de vie la ou c’est possible, et/ou en bossant a temps partiel, on se rend compte que finalement, cet investissement, ca va etre dur mais on peut le faire. Ca necessite du temps, de l’energie et un soutien a 100% du conjoint (qui lui aussi va se retrouver avec moins de sous alors qu’il n’a rien demande) mais ca vaut le coup.
    Encore une fois je ne connais rien de ta vie, mais en toute franchise je trouve terrible qu’a ton age (que je devine jeune, puisque tu travailles depuis 5 ans) tu consideres deja que certaines portes te sont fermees pour toujours. As-tu envisage toutes les possibilites financieres ?

    Quant aux copines qui te disent "un boulot c’est un boulot, ca paye l’eclectricite, tu sais ce que tu perds pas ce que tu gagnes"… mouais. Y’en a aussi qui restent avec un mec qu’elles detestent pour ne pas vendre la baraque et la bagnole, question de nature. Attention a ne pas laisser les autres projeter leurs peurs sur toi…

  • #11 Hélène le 21 janvier 2008 à 15 h 21 min

    Mithra m’ote les mots de la bouche, laurettebis je te dis exactement la même chose qu’elle.

    Oui ça fait peur, oui c’est risqué, mais s’enterrer vivant c’est bien pire. En plus tu n’es pas seule au monde, tu vis en couple et dieu sait que ça aide infiniment dans ce genre de démarche.

    Comme dit toujours mon papa : "le pire des risques, c’est de ne pas en prendre".

    Et en effet il serait pas mal de commencer par chercher ce que tu aimes vraiment, ce qui te fait tripper.

    Vas-y, même si c’est lentement et avec trouille, mais vas-y, essaie de changer, on ne mérite pas de s’ennuyer à mourir toute sa vie.

  • #12 Kilis Sex Symbol le 21 janvier 2008 à 15 h 23 min

    @Mithra : il ne me semblait pas t’avoir parlé de mon mec, de ma voiture et de ma maison ;-))))

    Plus sérieusement, je plussoie avec le comm de Voisine.
    Si ton travail ne te va pas, mieux vaut en changer.
    Ta santé mentale vaut plus qu’un sacrifice financier de quelques mois.

    Je peux t’aider à faire le point sur tes aspirations (je n’ai rien à vendre, je précise : le bilan est gratuit et sans engagement) et t’orienter vers les organismes idoines.
    C’est à toi de cerner tes envies, tes motivations et les efforts que tu es prête à fournir.

    Souvent, le plus dur est de prendre une décision.
    Hold on!

  • #13 laurettebis le 21 janvier 2008 à 15 h 31 min

    merci Mithra, effectivement la première des questions à laquelle il faut que je trouve une réponse avant de faire quoique ce soit est : "qu’est-ce qui m’intéresse ?"
    ensuite je vois si c’est réalisable, comment, combien…

    j’ai envisagé éventuellement de prendre des cours par correspondance si jamais je trouve ma "voie"…au moins je peux continuer à travailler et ramener des sous sur le compte commun et étudier…

    J’ai 25 ans, je suis "assistante achats", en fait je m’occupe des imports dans cette société. J’ai fait des études de commerce international (BAC+3).
    Le côté international est plaisant mais le boulot lui, l’est de moins en moins…

    Bon je reviens vous voir ce soir les filles, j’ai du TAF et le boss sur le dos !
    En tout cas mille merci pour vos conseils !

  • #14 Mithra le 21 janvier 2008 à 15 h 53 min

    Hihi Kilis, je lis dans tes pensees… surtout quand tu penses a de la raclette fumee, je dois dire :-))

  • #15 Kilis Sex Symbol le 21 janvier 2008 à 16 h 19 min

    Raaah Voisine tu devrais avoir honte, j’avais fini par oublier ma pizza, et là tu relances mon intérêt….Pfff vais m’en réchauffer un morceau.

    Laurettebis je t’ai répondu sur ton mail perso.
    @++++

  • #16 Caramia le 21 janvier 2008 à 16 h 37 min

    Alors je te conseille de faire un Bilan de compétences.
    Si tu es en poste depuis 5 ans, tu devrais le faire financer sans trop de problèmes via un DIF : dans ce cas, il faudra que tu le fasses en dehors de tes heures de travail (= le soir après le boulot, en RTT ou en congés).
    Sinon on peut aussi le faire financer via le FONGECIF, auquel cas c’est effectué sur les heures de travail, mais c’est sur dossier et c’est le FONGECIF qui valide ou non ta demande.

    Un Bilan, ça permet de se poser, de faire le tour de ses compétences mais aussi de ses envies. Normalement ça débouche sur un projet concret, avec les étapes à franchir (formation, reconversion, discours autour du CV) pour y arriver.

    Si tu as des questions, n’hésite pas,; je termine le mien.
    Sinon un site récapitulatif :
    http://www.bilandecompetences.fr...

    Bon courage !

  • #17 laurettebis le 21 janvier 2008 à 18 h 47 min

    @ Kilis : je viens de t’envoyer un mail, je n’ai pas reçu le tiens !

    @ Hélène : ton papa a un super proverbe qui parle de lui-même !

    @ Caramia, merci de partager ton expérience et merci pour le site, je le note aussi pour aller le voir dès ce soir

    En tout cas merci pour vos réactions les filles, çà fait du bien et çà me fait réfléchir à certains aspects que je n’avais pas envisagés.
    Un (des) point(s) de vue extérieur(s) m’apportent beaucoup, c’est très intéressant car j’ai l’impression que mon entourage ne me comprendrais pas forcément (seuls mon homme et une amie proche sont au courant)…J’ai peur de décevoir ma famille (surtout les membres qui m’ont financé mes études) mais après tout si je dois changer de voie pour être plus heureuse, je crois qu’ils le seront autant que moi…

  • #18 Lea20 le 21 janvier 2008 à 19 h 25 min

    Je sais pas si mon expérience peut t’aider, mais dans le doute…

    Quand j’étais en seconde, au moment de l’orientation, je savais pas du tout ce que je voulais faire. Mes parents m’ont envoyée chez un type, psy de formation, qui propose des sortes d’entretiens pour cerner tes envies et tes compétences. Je ne sais pas du tout si ça correspond exactement à un bilan de compétences comme on l’entend dans le monde de l’entreprise. C’était cher (environ 600€), mais je ne le regrette toujours pas!!

    La partie entretien était très courte, c’était plus histoire de faire connaissance. Etant donné que j’étais TRES dubitative sur la méthode, je lui en ai dit le moins possible sur moi, mon niveau scolaire ou mes aspirations. Ensuite il y a eu une petite partie test QI, avec exercices de logique etc. Puis la partie la plus longue: il me montrait des cartes sur lesquelles étaient collées des photos, représentant tout et n’importe quoi (des fleurs, des gens qui rient….), et je devais les classer en "j’aime", "j’aime pas". Ca parait bete comme ça hein? Et ben ensuite le mec a disparu pendant 2h. Il est revenue avec une analyse de 50p. : d’abord un aperçu rapide de ce qui m’attirait, puis plein de choses sur mon caractère (timide ou non, angoissée ou non, traditionnelle ou non, créative ou non, etc, avec des niveaux dans chaque cas). Enfin une partie où il y avait tous les métiers qui m’interessaient, avec la formation correspondante et des exemples de boites. Tout était super vrai. Il a réussi à cerner que j’aimais (entre autres!!) d’un côté la cuisine, mais aussi la mode, et le commerce international (oui, j’étais jeune et indécise ^^). Le plus intéressant c’était les petits commentaires, du genre "j’aime le corps, la beauté, faire plaisir aux autres et les rendre beaux, mais pas le contact direct avec le corps". Ou encore, "j’ai les capacités scolaires et intelectuelles de faire prépas, mais émotionnellement ce serait trop dur"….

    Ca permet de mieux cerner ce qui nous convient. Il m’avait proposé de revenir gratuitement régulièrement refaire le test, puisque j’étais si jeune et que j’aillais évoluer.
    En tout cas, on n’a jamais regretter cet investissement, ça m’a permis de cerner ce que je voulais faire, de travailler sur mes défauts, etc.

    Mon frère l’a fait à la fin de ses études, à 25 ans, quand il s’est aperçu que son école ne correspondait pas à ce qu’il aimait… L’étude lui a aussi énormement servi, à partir de là bas il s’est dessiné un pseudo plan de début de carrière, qui lui permettait de se reconvertir sans avoir étudier pendant 7 ans pour rien ^^

    Voilàà!!!!!

  • #19 laurettebis le 21 janvier 2008 à 19 h 38 min

    merci pour ton témoignage Léa20.
    c’est intéressant comme approche…je n’avais pas envisagé le côté "psy" de la chose…
    Aussi çà me fait un peu peur, mais si çà peut aider à mieux se comprendre et se cerner soi-même…

  • #20 Lea20 le 21 janvier 2008 à 19 h 48 min

    Justement, c’est intéressant quand on sait pas où on va, pour peser le pour et le contre comme dit plus haut. Mon expérience est peut etre assez éloignée de la tienne, mais comme tu le vois celle de mon frère est plus proche…
    Enfin, ca te fait un outil en plus!
    Bon courage pour tout ca!

  • #21 Breizh’ le 21 janvier 2008 à 20 h 06 min

    Je viens de finir un bilan de compétences et grâce à ce que j’en ai retiré, j’attaque une formation en cours du soir au CNAM à la rentrée!!!

    Le bilan de compétence est vraiment ce que tu en fais et peut être hyper intéressant!!!

    Si tu veux que je t’explique comment je me suis fait financer ce bilan, demande mon mail à Hélène qui transmettra j’imagine…n’hésite pas!! :-)

  • #22 Breizh’ le 21 janvier 2008 à 20 h 15 min

    oups…ça parait un peu sec tout ça…sorry :-(
    Hélène…:-) merci, si tu veux bien diiiiiis, de transmettre mon mail à Laurettebis si elle le souhaite…:-D…ça te dérange pas?? :-D

  • #23 Hélène le 21 janvier 2008 à 20 h 25 min

    Moi aussi j’ai fait un bilan de compétences il y a deux ans quand j’ai arrêté le tourisme mais que je ne savais absolument pas quoi faire de ma peau, laurettebios : et bein ça m’a vachement aidée (je suis tombée sur une fille géniale, ça joue) : çça m’a donné "l’autorisation" de faire ce que j’aime profondément, en fait, et j’avais besoin de ça pour avancer.

    Bien sûr que non ça me dérange pas Breizh’, au contraire, c’est avec plaisir !

  • #24 Dorothée le 21 janvier 2008 à 21 h 02 min

    Hihi j’en ai fait plusieurs, des bilans de compétences, ça a toujours laissé les mecs perplexes, je suis faite pour tout et rien en particulier, ils avaient jamais vu ça!
    En revanche ils ont vu que je n’en faisais qu’à ma tête, mais que dès que je me lançais dans un truc, c’était avec passion (un peu trop).
    Le résultat c’est qu’il fallait que je bosse dehors, en binôme, dans les cosmétiques, la bouffe ou la finance. Bref cultiver des crèmes de beauté et des SICAV dans un potager ;-)
    Mais je dois être l’unique cas sur qui ça donne des résultats aussi barges ;-)

  • #25 Kilis Sex Symbol rougissante le 21 janvier 2008 à 21 h 34 min

    Moi je suis sure que mon bilan dirait seulement:
    "Personne totalement inapte au travail"

    :-)))))))

  • #26 laurettebis le 21 janvier 2008 à 21 h 36 min

    merci Dorothée !
    je veux bien en savoir plus sur le déroulement exact du bilan de compétences : je suis allée sur le site donné par Kilis, c’est très bien expliqué mais je voudrais bien savoir comment çà se passe réellement…
    combien de temps çà dure, comment çà se passe…
    Merci de nous mettre en relation Hélène (je remets mon adresse perso, c’est mieux ;-)))

    Merci les filles je suis preneuse de tous les conseils, attentive à toutes vos expériences, çà m’aide !

  • #27 laurettebis le 21 janvier 2008 à 21 h 40 min

    euh, sorry les filles j’ai plus les yeux en face des trous moi : Hélène, je veux bien que tu nous mette en relation Breizh’ et moi (merci Breizh’ ;-)))

    han, c’est pas gentil Kilis :-)))))))))))))))))

  • #28 Catherine-de-Nice le 21 janvier 2008 à 22 h 58 min

    Je te conseille aussi de faire un Bilan de compétences, ça convient exactement à ta situation. Et finalement, même si c’est sûrement mieux de tomber sur une fille géniale, la personne que tu vas avoir en face de toi n’est pas très importante : elle va te guider, mais le boulot, c’est toi qui vas le faire, et c’est fatiguant !

    Sinon, je suis d’accord avec ce qui a déjà été dit :
    – tu es trop jeune pour t’enfermer par confort dans un truc qui ne te plait pas
    – attention à l’entourage plus ou moins proche qui peut être un frein (comme si les autres se rendaient compte à ce moment-là de ce qu’ils auraient pu faire et que ça les rendait jaloux)
    – pour les gens vraiment proches que tu as peur de décevoir : ce genre de "révolution" passe beaucoup mieux que ce qu’on croit, on s’en fait une montagne mais ils te comprendront sûrement et te soutiendront.

    Bon courage !

  • #29 Elsonia le 22 janvier 2008 à 10 h 11 min

    5 ans dans une boîte sans évolution, je comprends que tu en aies assez surtout à ton âge… Maintenant faut pas hésiter à prendre des risques (c’est vrai que l’expression du papa d’Hélène est excellente).

    En effet, il y a 4 mois j’ai négocié mon départ d’une part car la boîte a été rachetée et sentait mauvais, d’autre part car plus de 2 ans et demi sans évolution mais plutôt régression et enfin je ne supportais plus ma super chef transformée en véritable c****** (Fallait faire sa place)…

    J’allais au boulot la boule au ventre, j’en suis sortie quelque fois en chialant : une horreur. Tout le monde me disait de me mettre en maladie mais c’était mieux reculer pour ne pas sauter.

    Alors j’ai vu le Directeur et lui ai demandé un arrangement de départ. Ce qu’il a accepté, cela fait 4 mois mais mon licenciement ne sera effectif qu’en fin de mois en raison de procédure dinausoresque. Aujourd’hui moralement je me sens beaucoup mieux et suis heureuse (sans boulot sans salaire mais heureuse, on se serre un peu la ceinture avec Chéri mais c’est supportable).

    Ceci dit je regrette une seule chose, j’étais dans un état tel que je n’ai pensé à faire une demande de CIF ainsi j’aurais pu quitter cette boîte momentanément et apprendre de nouvelles choses et prendre le temps de trouver un autre job.

    C’est pour cela que je te conseille de foncer pour faire toutes les démarches nécessaires pour te sentir mieux dans ton boulot. On a beau dire le boulot n’est pas une vie mais il occupe une grande partie de la vie.

    Oups ! désolée d’avoir été aussi longue…

  • #30 ORGANZA le 22 janvier 2008 à 10 h 21 min

    Je pense qu’il n’est jamais trop tard pour se remettr en question, surtout au point de vue professionnel, compte tenu du temps qu’on y passe

    Un boulot dans lequel tu t’épanouis est essentiel à un équilibre.

    Et si tu as des rêves pourquoi ne pas les exprimer.

    L’argent étant le nerf de la guerre, évidemment il faut compter avec….. mais on peut faire de la formation professionnelle tout en travaillant, en demandant un congé formation par exemple.

    J’ai quant à moi, un âge certain et je me remets totalement en question, je déménage dans quelques jours en ayant passé 10 ans en province à me morfondre dans une administration.

    J’ai 57 ans et je pense que tout est encore à faire.
    Evidemment ça demande de l’énergie, mais quand on veut, on peut !

    Alors je reviens sur Paris, ma région d’origine et j’avance…..

    Je te souhaite beaucoup de courage et ne lâche rien. L’avenir t’appartient, à toi rien qu’à toi.

    Bisous

  • #31 laurettebis le 22 janvier 2008 à 10 h 50 min

    @ Elsonia, Catherine de Nice et ORGANZA : merciiiiiiiii ;-))

    je n’ai pas dormi entre 4h00 et 7h00 du mat’ tellement je cogite en ce moment ! du coup çà me réveille !! vous en faîtes pas hein, çà me fait du bien de réfléchir et c’est le meilleur moment pour le faire, au calme !

  • #32 Hélène le 22 janvier 2008 à 10 h 54 min

    Breizh’ j’ai plus ton mail, il faut que tu le mettes dans la petite case sinon je ne peux pas vous mettre en contact, laurettebis et toi.

  • #33 siamoise cramoisie le 22 janvier 2008 à 11 h 10 min

    Laurettebis, je trouve ta position très courageuse et responsable,et je me permets de t’encourager à mort!!
    Regarder son job en face et se remettre en question, c’est bien difficile, mais très sain.
    Tous mes bons voeux de réussite dans ta démarche. C’est le moment de faire le plein d’énergie, et de virer ce qui t’en mange inutilement!

    :-)

  • #34 laurettebis le 22 janvier 2008 à 11 h 33 min

    merci Hélène !!

    merci pour tes encouragements Siamoise, j’espère bien avancer, doucement mais sûrement, Paris ne s’est pas fait en un jour et dans ses cas là, mieux vaut prendre le temps de bien faire les choses :-)))
    c’est çà qui me fait tenir et me lever tous les matins en ce moment, la pensée de devenir maître de ma vie professionnelle débutante !!

  • #35 kiko le 22 janvier 2008 à 15 h 42 min

    Hello,
    Je suis arrivée un peu en retard sur les échanges mais c’est un sujet qui m’intéresse beaucoup parce que moi aussi je suis en totale phase de stagnation à mon travail.
    Killis Sex Symbol, sans vouloir m’incruster, est-ce qu’il te serait possible de me donner à moi aussi quelques renseignements? Juste pour savoir ce qui existe en termes de VAE dans mon domaine (jusqu’à présent, je n’ai rien trouvé).
    Si ça te fais too much de commencer à renseigner toute la blogosphère, je comprendrai.
    Merci beaucoup.

  • #36 AureliedeParis le 22 janvier 2008 à 17 h 40 min

    Hello à toutes ,

    Je suis responsable marketing dans une ecole de commerce à Paris qui offre une partie de leur programme en formation continue.
    Si je peux aider certaines d’entre vous , ca sera avec grand plaisir!

  • #37 Hélène le 22 janvier 2008 à 18 h 24 min

    AureliedeParis sois la bienvenue, et merci pour ton aide !

  • #38 turquoise le 22 janvier 2008 à 18 h 53 min

    Laurettebis, je te trouve formidable de vouloir bouger alors que c’est si facile de rester à stagner en attendant que ça se passe !
    Je voulais juste te dire que des études, ça peut se reprendre à tout âge : suite à un licenciement, à 37 ans j’ai préparé une licence d’anglais, et je l’ai eue en un an au lieu de trois, parce que, mine de rien, je m’étais complètement imprégnée de cette langue dans la sté franco-anglaise où je travaillais – et je ne m’en étais pas rendu compte du tout . Comme quoi nous avons souvent des compétences que nous ne soupçonnons même pas ! un bilan t’aidera à en prendre conscience et te boostera … bon courage !

  • #39 kila le 22 janvier 2008 à 21 h 33 min

    Salut Laurettebis,
    j’ai pas lu tous les autres coms, désolée donc si y’a redondance.
    Je te fais part de mon parcours… je vais tenté de faire bref et de ne pas entrer dans les détails, y’en aurait pour des plombes.

    Aprés 8 ans dans le même jobs (responsable qualité en industrie) j’en ai eu marre (le mot est particuliérement faible!!), j’ai donc pris contact avec un organisme qui pratique les bilans de compétences. Tout a été pris en charge, même mes jours d’absences pour me rendre aux demi journées de bilan (environ 10 fois 4 heures).
    Ce bilan m’a permis de découvrir un métier inconnu pour moi avant : Educateurs de jeunes enfants.
    J’ai cogité sur le comment partir sans trop de perte (comprendre sans démissionner), et aprés de longs mois de reflexion (1 année) j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allée voir mon boss et lui ai expliqué la situation et ai demandé comment il pourrait me licencier.
    Il m’a dit "je comprends, je vais voir ce que je peux faire pour vous".

    J’ai attendu…. attendu….attendu… (2 ans en tout! c’est long, très long!)
    Et j’ai eu la chance que dans ma boite il y ait un plan de licenciement (mais sinon, le licenciement ça se négocie).

    Je suis donc partie en pouvant m’inscrire comme demandeurs d’emploi, et à partir de là j’ai pu passer le concours d’éduc’ (encore 1 ans de prépa), l’avoir (ouf ;-)) et là depuis début septembre je suis en formation, pour 3 ans. (Ca fait drôle!!)

    Je touche des indemnité comme si j’étais au chômage jusqu’à la fin de la formation.
    Les ASSEDICs indemnisent certaines formation dans lesquelles il y a de la demande. Renseigne-toi. Souvent social, médical, paramédical.

    Dans ma formation il a d’autres personnes qui ont elles aussi tous plaqué pour recommencer dans une nouvelle voie (dont 2 coiffeurs!!)

    Ce que je touche est bien moindre que mon salaire d’avant, sachant que lorsque j’ai passé le concours j’étais en couple, et l’autre moitié (du couple lol!) était censé aider…mais entre temps, le couple s’est cassé, je me retrouve donc, seule avec une toute petite indemnité, à 35 ans à reprendre mes études.

    Mais tu sais quoi? Pas une seule seconde je ne regrette ce choix. Je vis plus "chichement" certes, mais qu’est-ce que je suis heureuse!!!

    Franchement, mûri bien ton projet, fais un bilan de compétence (on y a tous droit après un certain temps en tant que salarié) et après quand tu auras bien posé ce que tu veux, tente le tout pour le tout avec ton boss. Si tu es convaincue ça devrait marcher.

    Le seule mot d’ordre : patience.
    Entre le moment où j’en ai eu marre et mon entrée en formation il s’est passé presque 4 ans…

    courage à toi ;-)

  • #40 Hélène le 22 janvier 2008 à 21 h 45 min

    Ca peut aussi être beaucoup plus rapide laurettebis, il m’est arrivé de demander un licnciement parce que je ne pouvais pas me permettre de démissionner, et que mon patron qui était génial dise oui tout de suite.
    Ca m’a vachement aidée, je lui en serai toujours reconnaissante.

  • #41 Kilis Sex Symbol le 22 janvier 2008 à 23 h 19 min

    @ Kiko,
    Je veux bien qu’Hélene te transmette mon mail.
    Pour pouvoir prétendre à une VAE il te faut 3 ans d’expérience dans le domaine considéré (en continu ou en discontinu).
    Je ne peux pas te répondre sans connaître un peu ton parcours, alors envoie-moi un mail ^^

    @Aurélie de Paris : j’aimerais bien qu’on se mette en relation aussi, si ça te dit.

  • #42 laurettebis le 23 janvier 2008 à 9 h 19 min

    Merci AureliedeParis, merci truquoise !

    Merci de nous avoir fait partager ton expérience Kila, c’est vrai que c’est vachement long ! je sais d’avance que je ne tiendrai pas si longtemps dans cette boîte ! je préfèrerais encore chercher un autre job similaire dans une autre boîte en attendant de trouver ma voie !! ce matin c’est particulièrement dur, il y a des jours comme çà hein !

  • #43 AureliedeParis le 23 janvier 2008 à 9 h 42 min

    Bonjour les filles ,

    Pas de problémes , je laisse mon email a Helene qui pourra vous le transmettre .
    Tu es ok Helene ?
    Tres bonne journée a toute.

  • #44 kiko le 23 janvier 2008 à 10 h 18 min

    @ Killis Sex Symbol: Je veux bien qu’Hélène me transmette ton mail, merci beaucoup.
    @ Hélène: Ça ne te dérange pas?

    Merci les filles pour cette solidarité.

  • #45 Tetelle le 23 janvier 2008 à 12 h 31 min

    Laurettebis, merci infiniment pour le problème soulevé qui est exactement le mien ! et mon cas ressemble beaucoup à celui de Etlemondeserameilleur, je suis assistante dans une boite de batiment/immobilier depuis 6 ans et je sens qu’il faut que j’y mette un terme rapidement avant d’aller dégraffer le postiche d’un de mes responsable ou de pousser du pied une collègue dans les escaliers !! (oui je suis à un stade de nervosité avancé en ce moment).
    Je ne me retrouve plus non plus dans ce que je fais, et aucune perspectives d’évolution ou de changement de poste possible dans ma boite (certaines s’y sont risquées en vain). Et comme dirait Catherine de Nice je m’enferme par confort dans un truc qui ne me plait plus !
    Mais effectivement, j’ai du mal à passer ce cap, la peur de l’inconnu (moi qui était intérimaire au départ !). On a pas trop parlé de l’aspect financier, mais très honnetement, c’est ce que je redoute aussi, j’ai peur de ne pas retrouver un salaire équivalent au mien aujourd’hui.

    Hélène je serais donc ravie et très très trrrrrrrrrès reconnaissante si tu pouvais transmettre mon adresse mail à qui voudra bien m’aider (Kilis Sex Symbol rougissante ou pas ? Caramia ? Breizh ?) pour avoir dans un premier temps quelques conseils sur les bilans de compétence, j’ai bien vu les sites que vous proposiez, mais je souhaite des infos/expériences plus perso sur le déroulement du bilan, comment ca se passe exactement…

    Organza, je suis admirative de cette energie positive.

    Bon QUAND je changerai (de boulot), je pourrais au moins me dire que je n’aurais pas tout perdu, j’y aurais connu mon cheri !

    Merci beaucoup !

  • #46 Hélène le 23 janvier 2008 à 12 h 53 min

    Bieng. J’ai envoyé à peu près 3 millions demails dans tous les sens, si l’une de vous a été oubliée qu’elle vienne se signaler ! ;-)

  • #47 laurettebis le 23 janvier 2008 à 13 h 05 min

    Bonjour tetelle, moi aussi il y aussi des jours où je ne supporte même plus mes collègues…
    bon courage à toi aussi !

    merci Hélène, tu es un ange de te démener comme çà pour nous !

  • #48 laurettebis le 23 janvier 2008 à 19 h 27 min

    Un grand merci à toutes, je ne pensais pas recevoir autant de conseils, d’encouragements !
    cette expérience est très enrichissante sur le plan humain, j’en reviens encore pas.

    Merci Hélène d’avoir publié mon "SOS" en quelque sorte, j’avais bien besoin d’aide, d’avis, de regards neufs et neutres…
    j’ai appris beaucoup de choses et çà me booste encore plus pour avancer dans ce projet, à me sortir de ce "train-train beurk".

    Bilan de compétences : à nous deux !!

  • #49 Hélène le 23 janvier 2008 à 21 h 02 min

    laurettebis si ça peut t’aider, rien ne peut me donner de plus grande joie.

    J’espère que tu vas pouvoir avancer sans trop d’insomnies (personnellemement ça fait 2 ans que je ne dors plus, en même temps je ne reprendrais mon ancien job pour rien au monde ;-), avec confiance, courage, énergie, audace…

    On n’a qu’une vie, on ne peut pas se permettre de la passer à se faire ch…

    C’est génial que tu te poses toutes ces questions aussi tôt dans ton parcours, pense à tous les gens qui se retournent à 50 ans sur leur vie et se disent "pfff, aucun intérêt".

    C’est hyper inconfortable de se poser des questions, de ne pas être dans la norme, mais c’est parfois ce qui fait qu’on se sent vivante et heureuse, et ça compense tout !!

    Oui ça fait super peur le changement, mais l’idée du truc fait toujours plus peur que le truc lui-même, ça vaut le coup de se le répéter de temps en temps ;-)

    On est avec toi, courage et confiance, et donne-nous des nouvelles ;-)

  • #50 valsud le 23 janvier 2008 à 22 h 09 min

    Bonsoir.
    J’ai lu avec attention ton avis de recherche, et je voudrais apporter ma petite pierre.. sur les enjeux du changement!
    j’ai 43 ans et j’ai effectué il y a 3 ans un virage à 180 degres: je suis passée d’un poste de chargée de marketing à un poste de prof . Ce que je voulais te dire, c’est que le changement doit se reflechir avant ( bilan, ou encore visite sur les expos ou salons genre forma pro par exemple, pour rencontrer des gens qui font d’autres métiers)
    mais le changement se gère aussi pendant: la première année j’ai bossé comme une dingue pour tout maitriser, au detriment de ma famille ( mari, enfants, qui en ont souffert). J’ai été à deux doigts d’abandonner plusieurs fois sous leur pression ( maman t’es là mais ta tête n’est pas là…tu t’occupes plus de tes éleves que de nous..etc).
    La culpabilisation, l’impression de se montrer égoiste sont des grands écueils à éviter! il faut foncer!
    maintenant tout va mieux, je suis enfin présente à 100% avec mes 3 enfants, et je m’éclate dans mon nouveau job.
    Bon courage, prends ton temps et quand le projet se forme avance à fond!

  • #51 laurettebis le 24 janvier 2008 à 9 h 08 min

    merci Hélène ;-)) je vous tiens au courant, pas de soucis !

    merci valsud ! dans la mesure où je n’ai pas encore d’enfants, je pense que c’est d’autant plus le moment d’en profiter pour se donner à fond dans ce projet sans pour autant que ma vie de couple n’en pâtisse. Mon homme est 100% avec moi et on a déjà abordé le fait que çà va prendre du temps, que çà va peut-être changer pas mal de choses dans notre vie…
    Merci en tout cas de nous avoir fait partager ton expérience ;-)

  • #52 Tetelle le 27 janvier 2008 à 19 h 25 min

    Juste un grand merci à Laurettebis pour le sujet abordé.
    Et surtout un GRAND merci à Kilis et Breizh qui m’ont apporté beaucoup en me transmettant leur expérience perso (qui ont pris de leur temps sur leur w-end pour me répondre – c’est ça la générosité – au secours on dirait un texte de Nikos aliagas mon truc).
    Brrrrref, 2 filles vraiment superr chez toi, Hélène…

  • #53 Hélène le 27 janvier 2008 à 19 h 37 min

    Il y a plein de filles super ici Tetelle, c’est pas pour rien que je tiens ce blog sans faillir depuis plus de 2 ans ;-)

  • #54 jwar le 30 janvier 2008 à 16 h 26 min

    Je me permets de rebondir en évoquant vite fait ma situation. J’ai un bac +5 d’éco internationale, un de Marketing et j’avais commencé une thèse d’éco anglaise. Pendant ce temps, j’étais prof (centre de formation + fac) pour financer mes études. Je n’étais qu’en vacation donc payée au lance-pierre.
    J’ai décidé de prendre le 1er job stable venu pour me stabiliser. Résultat, non seulement j’ai perdu 8 mois de ma vie comme assistante commerciale mais en plus je me retrouve lienciée économique au 29 février!
    Bon, il faut réagir là! Donc, je vais profiter de ma convention de reclassement pour faire de bilan de compétences et d’autres démarches. J’ai vraiment besoin de faire le point. Je n’ai que 27 ans, s’il faut retourner en formation, pas de souci. Je crois d’ailleurs que c’est la seule chose que j’aime, étudier, mais j’ai bien peur qu’étudiante ne soit pas un métier!
    Quelqu’un a fait l’expérience de la convention de reclasssement et pourrait me dire comment ça se passe?
    Merci!

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.