Adoption, par Nadynette

23 avril 2008

tanjore_ecolieres.jpg« Il y a un peu plus de 25 ans une femme était « visiteuse de prison ». Elle écrivait à des prisonniers pour les soutenir pendant leur peine. Les détenus concernés n’avaient pas commis de délits très graves. Celui avec qui elle correspondait avait été condamné pour destruction de mobilier dans un bar alors qu’il était ivre, et récidives multiples. La femme tomba amoureuse de ce détenu, qui malheureusement était alcoolique. Elle pensait pourtant le sauver avec force d’amour et de persuasion.

Mais il ne changea pas, malgré deux cures de désintoxication. La femme pensait toujours le changer, d’autant plus qu’elle était enceinte. Elle gardait ce secret pour elle, car l’homme devenait peu à peu violent. Au cours d’une dispute, il brûla leurs photos, cassa du mobilier. Un soir, il la battit et tenta de la jeter par-dessus la rambarde du balcon. Sans réfléchir et pour sauver son enfant à naître, elle prit la fuite. Elle se réfugia chez ses parents car elle avait très peur.
L’homme la harcela longtemps, par téléphone, par lettres, en passant en voiture devant la maison. Puis, comme elle ne lui répondait jamais, il la laissa en paix. Elle n’entendit plus jamais parler de lui et ne su jamais s’il était au courant, pour l’enfant.

Longtemps, elle cacha sa grossesse. Mais elle avait des problèmes de santé et fut hospitalisée d’urgence à sept mois. Les mois qui suivirent l’accouchement prématuré furent longs et difficile, car l’enfant – une petite fille – dû rester en couveuse trois mois, sans certitude quant à sa viabilité. La femme venait la voir tous les jours à l’hôpital et lui donner des soins. Puis elle rentra chez ses parents. Sa mère s’occupait de sa petite fille tandis qu’elle travaillait.

Elle avait un désir : donner un père à son enfant. Elle consulta les petites annonces, et tomba sur celle d’un homme qui semblait être gentil. Il avait un travail stable, et acceptait de la prendre avec sa fille. Comble du bonheur pour la femme, il adopta même l’enfant.

Je suis cette petite fille. Ma maman ne m’a jamais caché mon origine.
Pendant un certain un temps mes rapports avec mon père adoptif furent tendus. Je me réclamais de mon père fantasmé, dessinateur tout comme moi, et qui devait sans doute être merveilleux. Je le voyais comme une sorte de pirate romantique, un artiste maudit, et il était certain qu’il était extraordinaire.
Bien sûr, j’occultais totalement le fait qu’il avait frappé ma mère, qu’il aurait pu la tuer.
A 18 ans, je décidais de rechercher cet homme merveilleux. A cette époque, je faisais des études. Dans mon école, il y avait une médiatrice, une prof qui aidait les élèves s’ils avaient des problèmes. Consciente qu’elle pouvait peut-être m’aider, j’allais lui parler et lui racontait mon histoire. Sa réponse ne fut pas tout à fait celle que j’attendais. Elle me mit devant la réalité que je ne voulait pas voir : mon père biologique était alcoolique, violent. Il y avait des chances infimes pour qu’il ait changé, puisque ma mère n’avait pas réussi.
Peut-être même était-il mort, tué par son addiction. Ou à nouveau en prison. Ou marié ailleurs, avec des enfants. Ou encore à la rue, abandonné de tous. Toutes ces hypothèses, je n’avais jamais voulu y penser. L’imaginer comme le déchet qu’il était peut-être devenu m’était insoutenable.
Il fallait bien se rendre à l’évidence : mon artiste maudit, mon pirate romantique n’existait pas. Que faire alors de cette envie de voir au moins celui qui m’avait permis de naître ?
Ma mère m’avait dit n’avoir plus aucune photo de lui, parce qu’il les avait toutes brûlées. Avec le temps, je décidais que celui qui m’avait élevée, aimée, permis de faire des études, offert tout ce dont l’autre n’aurait jamais été capable était mon « vrai » père. J’avais d’autant plus de chance qu’il m’avait choisie.
Qu’aurait été la vie avec un père alcoolique et prisonnier? J’avais eu la chance de ne pas connaître cela, il ne fallait pas la gaspiller. Par respect pour mes parents, je n’entamais donc pas mes recherches, même si ma mère me l’avait permis, contrairement à mon père, qui était très réticent.

Lorsque j’ai eu vingt ans, ma mère m’annonça qu’elle avait trouvé deux photos de mon père biologique en faisant du rangement, coincées entre les pages d’un livre. Elle les avaient mises dans une enveloppe et me laissait le choix de les voir ou pas. Le coeur battant, j’ouvris l’enveloppe et vit pour la première fois le regard de celui qui avait participé à ma création.
Je lui ressemble un peu, surtout le nez et le front.
Ce qui me frappe le plus, c’est qu’en définitive, je ressemble plus à mon père adoptif qu’à mon père biologique, tant physiquement que psychologiquement. J’ai certains de ses tics, sa façon de parler parfois. Les liens d’amour sont peut-être parfois plus forts que les liens du sang.
Enfin, j’avais pu voir d’où je venais. J’ai refermé le chapitre des questions.

Signé : Nadynette »

80 commentaires Laisser un commentaire
Ô toi, lectrice !

Vous aimerez aussi

80 commentaires

  • #1 La truffe 2 ! le 23 avril 2008 à 8 h 17 min

    Ce texte est superbe dans son écriture. L’histoire ne doit pas avoir été joyeuse mais tu la racontes avec tant de douleurs et de joie à la fois que le récit est beau.

    Tant mieux si tu as pu refermer le chapitre sans te retourner car l’essentiel est d’arriver à faire ce que l’on souhaite vraiment….. et oui…. nous sommes le fruit de notre éducation….

    Belle route à toi.

  • #2 Nadynette le 23 avril 2008 à 8 h 26 min

    Bonjour,

    Merci pour ce gentil commentaire, ça me touche beaucoup. En effet, l’histoire n’a pas été joyeuse, surtout pour ma maman qui a eu beaucoup de mérite. Nous sommes très soudées toutes les deux, on se protège mutuellement, je pense que ça vient de là.

    L’important c’est le futur, pas le passé, je suis bien d’accord.

    @ Hélène: je me suis permise de parler de cet article sur mon blog. Je peux je pense? (c’est le fin moment de demander, il est déjà publié…)

  • #3 Aliénor le 23 avril 2008 à 8 h 48 min

    Nadynette, ton texte m’a beaucoup plu, je suis au travail et je suis toute émue !

    Bonne route pour la suite.

  • #4 Caro Secret le 23 avril 2008 à 8 h 49 min

    Très beau texte ! Et longue route à toi :)

  • #5 mimisunny le 23 avril 2008 à 8 h 53 min

    Nadynette, ton texte est magnifique et touchant. Il me touche à plus d’un titre, tout d’abord parce qu’il parle d’un parcours de vie à la fois peu banal et beau dans son dénouement. Il me touche aussi beaucoup car ma meilleure amie va adopter bientôt un enfant et je luis transmettrai ta très belle phrase « Les liens d’amour sont peut-être parfois plus forts que les liens du sang ». Merci d’avoir éclairé ainsi mon début de journée. Très belle journée à toi

  • #6 lili le 23 avril 2008 à 9 h 02 min

    Comme tu fais bien partager ton histoire, merci.

    Et j’ajoute qu’entre parents et enfants biologiques aussi, il faut s’adopter. La prétendue voix du sang ne parle pas sans cette reconnaissance mutuelle, cette acceptation et ce don de l’un à l’autre.

    Bonne vie à toi sur ces bases solides!

  • #7 Sirelle le 23 avril 2008 à 9 h 07 min

    bonjour Nadynette, et merci à ta courageuse maman aussi, elle t’a donné par son expérience et son honnêteté un sacré enseignement…bravo à ta plume aussi, c’est tout plein de douceur . tu devrais laisser ce billet à ta maman et à beau-papa parce que c’est un aveu tout plein d’amour. merci à toi et bonne journée!

  • #8 Nadynette le 23 avril 2008 à 9 h 08 min

    @ Alinéor: merci!
    @ Caro: merci à toi aussi. La route est en bonne voie, en tout cas :-)
    @ Mimi: Je ne sais pas comment se passe l’adoption avec un enfant d’ailleurs (j’imagine que c’est le cas pour ta meilleure amie?), ça doit être d’autant plus difficile. Une voisine de mes parents a adopté deux Vietnamiens. Une dame à la pharmacie lui a dit un jour: »votre fils a tout à fait la tête de votre mari! » Comme quoi…
    @ Lili: Bien sûr qu’il faut aussi s’adopter dans la relation biologique. Disons simplement qu’en cas d’adoption, comme me le disait la médiatrice, on a un 3e hypothétique parent que l’on peut fantasmer à loisir, ce qui rend les relations un peu plus compliquées.

  • #9 Jollyjuly le 23 avril 2008 à 9 h 14 min

    Bonjour Hélène et Nadynette ; cette histoire très joliment racontée m’a beaucoup touchée, surtout parce que mon histoire y ressemble par certains côtés. Je me suis d’ailleurs permis de m’en servir pour raconter la mienne sur mon blog.

    Je ne l’ai pas encore publié, j’attends d’avoir ton avis et ton autorisation ; même si on est sur internet, id est, la plus grande place publique du monde, je pense que je ne peux pas me permettre de reprendre gratos une histoire si personnelle.

    En tout cas ça m’a rappelé des réflexions que j’avais eues et que j’ai encore de temps en temps, notamment celle à propos de ma chance insolente.

    Merci pour ce très beau texte en tout cas.

  • #10 Broutilles le 23 avril 2008 à 9 h 17 min

    Très beau texte, j’aime beaucoup ton écriture. L’histoire est douloureuse, certes, mais elle « finit » bien. Et je trouve bien aussi que ta maman n’ait pas fait un tabou de ce passé douloureux.

  • #11 Svetlana le 23 avril 2008 à 9 h 21 min

    Très joli texte… Merci pour le sourire et la douceur qu’il véhicule.
    Vous avez été très courageux, tous… Ta mère, qui a su te préserver, ton père, qui t’a acceptée, et toi, qui as ouvert les yeux et cessé de chercher… :)

    Et j’aime beaucoup cette phrase : « Les liens d’amour sont peut-être parfois plus forts que les liens du sang”.

    Concernant le fait que tu ressembles physiquement à ton père adoptif, j’ai eu l’occasion de vérifier ce genre de choses : une de mes amies a plusieurs frères et soeurs, dont la petite dernière, adoptée. Même en le sachant, j’ai du mal à le croire tellement elles se ressemblent… excepté l’âge (elles ont 5 ans de différence), elles pourraient être jumelles…

    Bonne journée

  • #12 Dorothée le 23 avril 2008 à 9 h 24 min

    Que d’intelligence et de justesse dans ce texte…

  • #13 sophie-alice le 23 avril 2008 à 9 h 26 min

    Mon compagnon a lui aussi été adopté par le second mari de sa mère. Son père l’avait abandonné alors qu’il n’avait que 4 ou 5 ans, n’avait jamais cherché à le revoir. La pire des ordures. Et le reste de la famille n’était pas mieux. Comment pouvait-on faire ça à un enfant. N’est-ce pas? Heureusement, le second mari est devenu un père, lui a donné son nom, son amour.
    Quand j’ai connu mon compagnon, il était plein de colère vis à vis de ce père biologique. Une colère mêlée à une très forte volonté de comprendre. Petit à petit, le besoin de savoir a été plus fort que la colère. Et il a retrouvé, il y a deux mois, la trace de cette famille biologique si lâche, si mauvaise… Une famille qui pourtant se souvenait chaque année de l’anniversaire de ce petit garçon si blond et si souriant qui un jour avait disparu sans que personne ne comprenne pourquoi. « On ne comprend pas pourquoi ta mère a voulu à ce point nous effacer de ta vie », racontait l’oncle de mon compagnon. En retrouvant cette famille, il a trouvé aussi une autre vérité : non, il n’y avait pas eu abandon, seulement un père qui n’assure pas le paiement de la pension car il n’a plus de travail et une mère qui en profite peu à peu pour l’éloigner de son fils. Son père avait tenté plusieurs fois de le retrouver, sans succès. C’était le sujet de conversation de toutes les réunions de famille. Il finissait toujours par partir en pleurant. Pour lui aussi, la blessure était immense. La mère, elle, a pensé bien faire. L’enfer est pavé de bonnes intentions. Les bonnes intentions ont séparés un père et son fils, pour toujours.
    Le père de mon compagnon est mort, il y a deux ans. Sans jamais avoir revu son fils. Il est enterré avec une photo de ce petit garçon souriant qui est aujourd’hui un adulte fort, courageux, et sensible…. et qui lui ressemble tant.
    Si mon compagnon a fait ces recherches c’était simplement pour savoir d’où il venait. Papa de 3 enfants, il lui semblait important de savoir ce qu’il leur transmettrait. Mais il est lucide : il sait qui l’a élevé et son amour pour son père adoptif n’a pas changé. Il est toujours immense.
    Simplement, il n’est plus en colère et il sait que son père biologique l’a cherché. C’est important pour un enfant de savoir qu’il a été aimé par ses 2 parents.
    Pardon pour ce texte si long. Je voulais juste montrer que, si les liens d’amour crées par une adoption sont immenses, ils n’empêchent en rien les liens du sang. Pourquoi les opposer? Et surtout, que l’important est de ne garder aucun ressentiment, pour personne.
    Belle route à toi Nadynette

  • #14 Nathouille le 23 avril 2008 à 9 h 27 min

    Merci Nadynette pour cette belle histoire (elle est belle non, tu as des parents qui t’aiment!) Cette petite fille c’est toi et c’est aussi ma fille, qui a 8 ans et que j’ai eu toute seule après que mon ex décide de ne pas s’en occuper quand je lui ai annoncé ma grossesse.
    Comme ta maman, je suis rentrée chez ma mère et j’ai mis cette enfant au monde seule. Et comme ta maman, j’ai rencontré celui qui allait devenir mon mari peu après. Nous nous sommes mariés et il l’a adoptée.

    Ma fille n’ignore rien de cette histoire et elle adore son papa. Pour l’instant, elle ne parle pas trop de son géniteur mais nous attendons ce moment avec un peu d’angoisse (j’ai gardé toutes les lettres et les photos)
    Elle ressemble beaucoup à son papa (mon mari) car, comme tu le dis, les enfants agissent par mimétisme et je reconnais chez ma fille, nombre de façon de se tenir, ou d’expression du visage qui lui viennent de son père. Je me rappelle que lorsqu’elle était toute petite et que nous allions au parc, on nous disait souvent que c’était le portrait de son père :-)

    Je pense que ma puce aura besoin une fois au moins de voir ce type qui lui a donné ses gênes, histoire de le désacraliser et de lui rendre son enveloppe de type tout à fait banal, mais qu’après on en restera là. Même à 8 ans, elle est capable de savoir que celui qui l’aime, c’est celui qui l’élève et pas l’autre…

    Félicitations à toi qui est donc dans l’acceptation totale de ce beau cadeau que la vie t’a donnée (une famille aimante) et merci beaucoup pour ce joli texte.

  • #15 Hélène du 31 le 23 avril 2008 à 9 h 32 min

    @sophie-alice : On est capable de bien des gâchis parfois… Ton texte m’a mis les larmes aux yeux…

  • #16 Jollyjuly le 23 avril 2008 à 9 h 34 min

    finalement j’ai publié mon texte sur mon blog ; si tu veux que j’en supprime l’introduction ou que je la remanie, Nadynette, dis le moi.

  • #17 patounettechatte le 23 avril 2008 à 9 h 40 min

    C’est magnifique ce récit !!!
    @ : J’ai les larmes aux yeux, c’est très triste cette histoire, pauvre père…..

  • #18 Coralie Marie le 23 avril 2008 à 9 h 40 min

    Histoire difficile… L’humanité est parfois déprimante, et en même temps, ça finit bien ! C’est toujours intéressant de voir comme le pire et le meilleur se côtoient dans la vie. Mais ton parcours est un bel exemple !
    Sophie-Alice, c’est très triste ce que tu racontes :’-(

  • #19 patounettechatte le 23 avril 2008 à 9 h 41 min

    Mon 2me commentaire était pour Sophie-Alice !!!!!!!

  • #20 loulou le 23 avril 2008 à 9 h 44 min

    Très beau comme texte.
    Les histoires de filiation sont toujours compliquées, qu’elles soient de sang ou pas…

  • #21 Mamzelle Maupin le 23 avril 2008 à 9 h 57 min

    Nadynette, quelle délicatesse, quelle sincérité …

    C’est vraiment très joli, j’ai été adoptée alors que j’étais adulte par celui qui m’avait élevée et c’est surement un des moments les plus forts de ma vie …

  • #22 Cawouète le 23 avril 2008 à 9 h 59 min

    Heureusement, les liens du coeur sont plus fort que ceux de sang.
    Très beau texte, merci de l’avoir partagé

  • #23 poupoupinette le 23 avril 2008 à 10 h 01 min

    Ca a du être terrible, l’instant juste avant d’ouvrir l’enveloppe. Quelle angoisse, quel stress ! Ton coeur a du certainement battre la chamade.

  • #24 Lou. le 23 avril 2008 à 10 h 03 min

    C’est très émouvant comme texte. Surtout à la fin, le passage sur les liens d’amour.

  • #25 Nancy le 23 avril 2008 à 10 h 05 min

    Je suis émue… c’est vraiment très beau ton article! Quel courage de nous raconter! Quel courage tu as eu dans ta vie! Toi et ta maman aussi!!
    Les liens du coeur, c’est plus que les liens du sang! Tu l’as compris…
    Bon courage plus loin!
    gros bec!

  • #26 Nadynette le 23 avril 2008 à 10 h 07 min

    @ Jollyjulie: quant à moi, tu as mon autorisation. Ainsi ton histoire ressemble à la mienne?
    @ Broutilles: oui, elle aurait aussi pu me le cacher.
    @ Svetlana: je n’ai pas été courageuse, j’en ai beaucoup fait baver à mon papa en ne me gênant pas de lui rappeler lors de nos différents  » de toute façon, t’es pas mon père ». J’imagine maintenant comme ça a dû le blesser, ça me gêne beaucoup
    @ Dorothée: merci!
    @ sophie-alice: ton histoire est beaucoup plus triste que la mienne. Mon père biologique ne sait certainement pas que j’existe. C’est mieux ainsi.
    @ Nathouille: ça n’a commencé de me travailler qu’à l’adolescence. Avant ça m’était assez indifférent… je trouve que c’est bien de donner le maximum d’informations à son enfant dans ce cas et surtout d’être sincère.
    @ Hélènedu31: bien d’accord avec toi
    @ Jollyjulie: je vais aller voir et je te mettrais un commentaire
    @pattounettechatte: j’avais bien compris :-)
    @ Coralie marie: c’est très juste ce que tu dis
    @ loulou: c’est vrai que ça comporte tellement de sentiments différents, de personnes, de liens entremêlés…
    @ Mamzelle Maupin: c’est une grande preuve d’amour que d’adopter un enfant qui n’est pas le sien…

  • #27 Nadynette le 23 avril 2008 à 10 h 10 min

    @ Cawouète: je me suis dite que ça pouvait intéresser du monde
    @ poupoupinette: c’est surtout quelque chose que je n’attendais plus… voir quelqu’un qui nous a fait mais qu’on ne connait pas, c’est très étrange comme sensation…
    @ Lou: je crois que c’est assez juste: les liens d’amour sont plus forts que tout
    @ Nancy: je n’ai pas eu tant de courage, comme je l’ai dit plus haut, j’en ai beaucoup fait baver à mon papa…

  • #28 Fran le 23 avril 2008 à 10 h 20 min

    Waouh … Nadynette !! Désolé de commencer comme cela, je suis émue. Tu as vraiment dû réflechir et prendre du recul par rapport à ton histoire pour l’avoir écrit si naturellement, si doucement, sans rancoeur.
    Merci pour nous avoir fait partager ton histoire.
    Merci Hélène.

  • #29 teatree le 23 avril 2008 à 10 h 21 min

    Nadynette, merci pour ce récit si bien écrit et qui peut aider tant de gens…
    et merci aussi à Sophie- Alice, pour cette histoire si poignante et importante.
    vraiment ces histoires montrent combien il est important de comprendre. la vérité est libératrice, finalement…
    mais que de souffrances aussi…

  • #30 Svetlana le 23 avril 2008 à 10 h 23 min

    Si j’ai bien compris, tu avais 20 ans lorsque tu as « trouvé la paix ».
    Tu as sûrement fait souffrir ton père, oui, mais tu étais une ado… Après, je comprends que cela te gêne, d’autant que c’est un peu plus particulier et que ça touche nettement plus qu’une simple crise d’ado, mais, au final, tu es encore là, tu as compris et accepté, c’est ce qui compte le plus.

  • #31 Jollyjuly le 23 avril 2008 à 10 h 28 min

    merci pour ton autorisation Nadynette, e tpour ton commentaire.

    Sophie-Alice, c’est une histoire autrement triste que tu nous racontes… merci pour ces témoignages qui montrent que tout dans la vie n’est pas tout blanc ou tout noir ; on a souvent tendance à l’oublier, cette vaste zone entre gris clair et gris foncé (merci Goldman).

  • #32 sophie-alice le 23 avril 2008 à 10 h 32 min

    @teatree : voilà, c’est ça, la vérité est libératrice, même si elle est dure, elle ouvre d’autres horizons, souvent plus cléments.
    @Nadynette : je ne sais pas si c’est mieux que ton père ne connaisse pas ton existence. Mieux pour toi ? Mieux pour lui ? J’ignore ton âge, mais peut-être qu’un jour, tu auras des enfants et ils se poseront peut-être des questions différentes des tiennes. C’est aussi pour ça que mon compagnon a fait des recherches, pour avoir quelque chose à répondre aux questions de ces enfants. Pour ne pas leur dire : je ne sais pas d’où vous venez génétiquement. et surtout surtout, pour ne pas leur mentir… et prolonger le mensonge de sa mère.
    Cela dit, je n’ai aucun conseil à te donner, je te parle juste de l’expérience que je connais. Ton choix est largement compréhensible, ton attitude est également très loyale envers ton père adoptif, quant à ta mère, je trouve qu’elle fait preuve de grande intelligence. Tu es bien entourée et je te sens pleine de courage. C’est une belle qualité!

  • #33 Nadynette le 23 avril 2008 à 10 h 51 min

    @ Teatree: Tu as raison, le plus important c’est que la vérité et la sincérité soient toujours présentes
    @ Svetlana: Oui j’avais 20 ans. C’est sûr, j’étais une ado mais c’est dur de se dire qu’on a prononcé des mots si blessant. De toute façon la vie continue, nos relations son aujourd’hui au beau fixe surtout depuis qu’il est grand-père. C’est ça le plus important: aujourd’hui et pas hier.
    @ sophie-alice: J’ai un enfant, encore trop jeune pour comprendre. Je ne sais pas encore si et comment je lui parlerais de la chose. Mieux pour moi et pour mes parents: mon père ne voulait pas trop que je le cherche parce que c’est un homme violent, alcoolique et dangereux. Peut-être nous aurait-il fait du mal? Demandé de l’argent? Je ne tiens pas à tester pour me dire que j’aurais mieux fait de ne pas essayer de chercher. Ma maman a essayé de le sauver et elle a échoué. Je n’y parviendrais sans doute pas mieux. Je trouve que l’histoire de ton compagnon est bien différente de la mienne. Son père a lui n’était pas dangereux comme le mien.

  • #34 Nancy le 23 avril 2008 à 10 h 55 min

    @ Nadynette : si tu as eu du courage. De continuer, de « passer » dessus et d’en être ou tu en es aujourd’hui.. .:-)
    gros bec!

  • #35 fanette le 23 avril 2008 à 11 h 04 min

    Mais quelle belle, belle histoire tout de même !!! Ta maman t’ a protégée, et même si cela n’a pas été facile, tu as surmonté cette situation, c’est formidable !!! Merci pour cette histoire, elle est très, très belle et forte. Je t’embrasse.

  • #36 sophie-alice le 23 avril 2008 à 11 h 13 min

    @Nadynette : c’est vrai que les deux histoires sont différentes. Ton père biologique est manifestement quelqu’un dont il faut se protéger. Mais dans cette histoire, ça n’est pas tellement à lui que je pense, et je m’en excuse. C’est à toi. Et ton enfant. Ta maman ne t’a jamais caché la vérité, elle t’a laissé le choix de le retrouver, elle t’a tout dit de lui, qu’elle l’avait aimé, qu’elle avait essayé de le sauver, et en ça elle a été très intelligente. C’est sûrement pour cette raison qu’aujourd’hui, tu peux décider, en toute liberté, de ne pas retrouver cet homme. Mais ton enfant aura peut-être droit à la même vérité. Dans mon histoire, c’est l’attitude de la mère de mon compagnon que je trouve… pas terrible. C’est l’histoire d’un immense gâchis.

  • #37 Nadynette le 23 avril 2008 à 11 h 55 min

    @ Nancy: si tu le dis alors :-)
    @ Fanette: On est très solidaires toutes les deux, je pense que ça vient entre autre de ça.
    @ sophie-alice: Excuse-moi j’avais mal compris alors. Je suis d’accord avec toi pour dire que l’attitude de la mère de ton compagnon est très discutable. Néanmoins, je ne sais pas encore ce que je dirais à mon petit… ma peur (quoique encore très lointaine) c’est de savoir trouver les mots pour ne pas provoquer de réaction négative. Enfin, il a 5 mois, j’ai encore le temps d’y penser. Ma maman m’a dit très vite les choses, et je trouve que c’est très bien.

  • #38 funambuline le 23 avril 2008 à 12 h 05 min

    @ Nadynette: le fait que tu assumes (et que ta mère l’ait aussi fait) montre, de manière très simple et concrète, que ton enfant n’aura pas à « assumer » ça, c’est passé, ça ne lui retombera pas dessus… au contraire exact des secrets de famille, d’où l’énorme importance que ta mère t’en ait parlé (malgré les non-dits que tu déplores avec raison).

  • #39 Nadynette le 23 avril 2008 à 12 h 49 min

    @ Funambuline: c’est bien possible. Je ne porte aucun secret à faire peser sur mon enfant. Mais justement, est-ce qu’il faut lui en parler? ça ne change rien à sa vie, son grand-père reste son grand-père… j’aurais tellement peur de mal faire!

  • #40 VanillAngel le 23 avril 2008 à 12 h 57 min

    Moi aussi je n’ai pas été élevée par mon père. je crois que ma mère m’a dit qu’il était mort. Mais j’étais petite je me rapelle plus très bien. Ptêt qu’elle m’a juste dit qu’il était parti. Enfin, le truc c’est qu’il est « revenu » vers mes 6 ans je crois. Ma mère était avec quelqu’un d’autre depuis quelques années, Moi je l’ai toujours aimé mon « père adoptif », que j’appelle touours par son prénom; c’est lui qui m’a élevé; c’est lui que je considère comme mon père.

    Mon « vrai » père s’était marié; moi je ne me suis pas posé de question, je l’ai appelé papa, et sa femme, je l’adore. J’allais chez eux un week end sur deux. j’avais gagné deux nouvelles familles.

    Mais aujourd’hui, je me pose des questions. Pourquoi il est parti, pourquoi personne de sa famille ne connaissait mon existence jusqu’à mes 6 ans, pourquoi il est venu me chercher tout d’un coup… je n’ai pas encore eu le courage de poser toutes ces questions, même si se sont déjà dévoilées de sombres histoires (ma mère venait d’une famille plutôt pauvre, apparemment ça a posé pas mal de problèmes à la mère de mon père. Qui m’aime beaucoup par ailleurs…). Bref, une histoire de famille bien compliquée, comme dans toutes les familes non? La question est maintenant de savoir si je veux vraiment faire ressurgir toutes ces histoires et risquer de destabiliser un semblant d’harmonie?

  • #41 Nadynette le 23 avril 2008 à 13 h 04 min

    @ VanillAngel: est-ce qu’on peut vraiment parler d’harmonie lorsque ça repose sur tant de non-dits? Je comprends ta crainte mais sois sûre que tes questions ne te lâcheront pas tant qu’elles n’auront pas de réponse.
    C’est juste mon avis, qui vaut ce qu’il vaut.

  • #42 Elsonia le 23 avril 2008 à 13 h 21 min

    Quel texte magnifiquement écrit ! Toutes ces interrogations ont dû être très difficiles, je suppose mais tu le dis si bien, l’amour triomphe toujours. Bravo d’être toi.

  • #43 sophie-alice le 23 avril 2008 à 13 h 39 min

    @Nadynette : tu as parfaitement raison : les questions de Vanillangel ne s’envoleront pas tant qu’elles n’auront pas de réponse. Et ton bébé peut parfaitement être Vanillangel plus tard(enfin, c’est une façon de parler, hein???). Et d’une façon ou d’une autre, découvrir l’existence de ce grand-père. Mon bébé à 9 mois, et avec des mots simples nous lui avons expliqué (oui, je sais ça paraît bizarre, mais maman Dolto est passée par là, grâce à Dieu!!) que son papa avait deux papas. Dans les moments d’émotion aigue, ça m’a semblé indispensable qu’elle sache ce qu’il se passait. Après tout, c’est son histoire aussi.
    Et puis dans ton histoire, il y a surtout de l’amour… c’est toujours bien de parler d’amour à un enfant, non?

  • #44 Nadynette le 23 avril 2008 à 14 h 05 min

    @ Elsonia: Merci :-)
    @ sophie-alice: c’est sûr, on peut voir tout ça sous différents angles.

  • #45 laurence le 23 avril 2008 à 14 h 08 min

    @Nadynette, ton histoire m’a beaucoup touchée, et pour cause, elle résonne en moi comme mienne.

    J’ai comme toi, une mère biologique, mais été principalement élevée par une « Maman » non bio ( non non ce n’est pas un ogm !) que j’aime profondement. Ma mère bio, m’a confié aux bons soins de mon père, qui a épousé par la suite ma Maman. L’histoire n’est pas de savoir comment ils en sont arrivés là. Juste que j’ai fait avec.

    Je n’ai pas eu de nouvelles de ma mère pendant de très longues années. Elle était totalement sortie de ma vie.

    Nous avons fait des tentatives de rapprochement par deux fois, et par deux fois ça a été un échec.

    Il y a quelques années, un juge m’a contacté, pour m’annoncer que ma mère était morte, seule, chez elle. Je ne m’en suis jamais remise.

    j’ai fait court, je n’aime pas en parler, et suis étonnée d’en faire part à autant de personnes à la fois… mais ton histoire, m’a vraiment beaucoup touchée.

  • #46 Nadynette le 23 avril 2008 à 14 h 11 min

    @ Laurence: désolée de remuer en toi tant de douloureux souvenirs… je suis infiniment désolée de ce qui t’es arrivé.

  • #47 Uranie le 23 avril 2008 à 14 h 18 min

    Un très beau témoignage, et une belle histoire. Je trouve ça formidable d’arriver à accepter d’aimer ses parents pour ce qu’ils sont (ou pas) en étant lucides. Dans ton cas, c’est formidable que tu es une vraie relation avec ton père adoptif: pas parce que c’est ton père et que c’est ce qu’on attend des enfants, qu’ils aiment leurs parents; mais parce que tu es capable de faire la part des choses, et de l’aimer pour tout un tas de bonnes raisons finalement. C’est une belle histoire d’amour en fait. merci de l’avoir partagé.

  • #48 laurence le 23 avril 2008 à 14 h 21 min

    @nadinette, il ne faut surtout pas être désolée, je ne suis pas triste du tout, mais en lisant ton billet, j’ai été vraiment touchée. Il est rare que les enfants  » comme nous » parlent.

    Les bb du bout du monde prennent de temps en temps la parole, leurs parents adoptifs très souvent, les autres rarement.

    j’ai maintenent des filles, que j’adore, et suis une Maman comblée. Ma mère ne l’était pas, mais je sais qu’elle le regrettait.

    Ma Maman non ogm, est géniale, je n’ai d’ailleurs plus qu’elle maintenant, puisque mon père est mort aussi. Elle m’a donné une petite soeur et nous formons une famille un peu bizarre, mais une famille tout de même !!! Ma mère est la seule personne à qui je dise TOUT, et elle est la seule m’aimer comme je suis. Une vraie Maman donc !

  • #49 Maman Crayon le 23 avril 2008 à 14 h 30 min

    @ Uranie: Merci, c’est un très beau compliment :-)

    @ Laurence: tu vois, les liens de l’amour tiennent toujours finalement. Je suis très contente si tu as pu trouver un équilibre. Tu sais, toutes les familles sont un peu bizarres ;-)

  • #50 Hélène le 23 avril 2008 à 14 h 35 min

    Nadynette (2) tu as super bien fait de parler de ce billet sur ton blog, ce texte t’appartient ;-)

    sophie-alice (13) je suis très touchée par ton témoignage.

    laurence (45) je suis très bouleveesée pour toi, je t’envoie ds ondes affectueuses.

  • #51 laurence le 23 avril 2008 à 14 h 39 min

    @Hélène merci pour les ondes……….. ça chatouille !!

  • #52 funambuline le 23 avril 2008 à 14 h 40 min

    @ Nadynette: je comprends ton angoisse de bien faire pour ton fils, elle est tellement légitime!!! Je ne suis pas sûre qu’il y ait UNE solution, ou UNE manière de faire. Il n’y aura que la tienne. J’ai tendance à penser (mais je suis un peu utopiste et optimiste parfois) que ça viendra quand ça viendra. Les liens familiaux sont complexes à comprendre, la question de « grand père est le père de ma maman » vient tard… et je suis persuadée que ta réponse viendra… toute seule, le moment venu. Tant que tu es claire avec toi-même… tu le seras certainement avec lui!!! Je n’en doute pas!!!

  • #53 Dorothée le 23 avril 2008 à 14 h 55 min

    Nadynette, je plussoie avec funambuline, totalement.

    Dans ma famille au sens le plus strict du terme chacun est « à sa place », mais sinon c’est le grand bordel de tous les côtés, du genre quinze remariages de chaque personne avec à chaque fois des personnes quinze fois veuves et des vraies/fausses adoptions, en fait on ne sait plus du tout qui fait « vraiment » partie de la famille ou pas, de même que certains en sont sortis complètement (j’ai rencontré un cousin pendant mes études, je pensais que c’était des amis de la famille, en fait c’étaient mes cousins!)….en fait au final c’est l’essentiel qui est resté, les liens du coeur, et même si l’arbre généalogique ressemble plus à une toile d’araignée qu’à un arbre on s’y retrouve. Parfois une québécoise débarque en France en nous conviant à une « réunion de famille » (???!!!) et pouf, une nouvelle branche s’ajoute :-) Et comme c’est le bordel généralisé, je remarque que ceux qui s’adaptent le mieux, ce sont les enfants, qui ne connaissent que les prénoms des gens, marient dans leur tête le frère et la soeur, mais les liens affectifs, eux, restent super forts (pour ceux qui le veulent). Je suis sûre qu’on a tous différentes infos sur les différentes personnes, du coup bien malin celui qui réussirait à transmettre la « vérité » à ses enfants;-) Donc chacun transmet ce qu’il peut, je crois que c’est l’essentiel….

  • #54 Marylène le 23 avril 2008 à 15 h 14 min

    L’alcoolisme et la violence sont les pires choses à vivre quand il s’agit d’un conjoint. Je trouve votre histoire très touchante, très courageuse, et je suis rassurée qu’elle ait une suite heureuse…je vous embrasse bien fort et la petite fille aussi…

  • #55 Nadynette (ou Maman Crayon :-) le 23 avril 2008 à 15 h 53 min

    @ Hélène: merci de m’être laissée m’exprimer!
    @ funambuline: parfois il faut laisser l’instinct faire… c’est le meilleur des guides. Bien d’accord!
    @ Dorothée: comme tu dis, les valeurs affectives sont les plus essentielles.
    @ Marylène: ma maman a eu beaucoup de courage, je le sais.

  • #56 fran (minuscule) le 23 avril 2008 à 16 h 02 min

    c’est une histoire superbe racontée avec talent.
    juste une petite anecdote : mon grand père a été adopté, et pourtant, on ne cessait de lui dire : « tu es tout le portait de ton père ».
    ca le faisait sourire.
    a vivre ensemble on fini par se ressembler.

  • #57 Tizou le 23 avril 2008 à 16 h 21 min

    Merci pour ce beau texte et bravo. Ce que tu dis sur les liens du coeur est encourageant.

  • #58 Nadynette (ou Maman Crayon :-) le 23 avril 2008 à 16 h 47 min

    @ fran: Je suis tout à fait d’accord avec toi.
    @ Tizou: Merci!

  • #59 mahalie18 le 23 avril 2008 à 18 h 51 min

    superbe texte rien a dire.Personnellement mon père était alcoolique est certes j’ai passé des moments très durs avec mon frère et ma mère qui a finit par le quitté, mais je suis toujours allé vers lui quand lui nous déléçait après le divorce, j’aurais pas pu vivre sans savoir ce qu’il était, ce qu’il devenait, comment il s’en sortait mais toujours en m’attendant au pire. Mais je cherchais l’amour d’un homme car je n’avais pas de beau père. Toi c’est bien différent.

  • #60 Tetelle le 23 avril 2008 à 19 h 37 min

    Ce billet me touche particulièrement.
    Mes 3 cousins ont été adoptés. Leurs pays d’origine pour 2 d’entre eux est la Colombie, et pour le 3ème les Antilles (donc La France). Mon oncle et ma tante, leur ont dés leur plus jeune age expliqué la réalité. Malgré tout, pour diverses raisons, ils n’auront pas l’occasion de retrouver leurs parents ou d’avoir des informations sur eux.
    Chacun vit son histoire différemment. L’un souhaite un jour retourner en Colombie pour découvrir ses origines, la seconde est totalement « étrangère » à tout ça et vis sa vie sans se poser de question, mon dernier cousin (adolescent) a beaucoup plus de difficultés à assumer tout cela (papa et maman sont blancs et lui est metisse).
    La question qui revenait souvent lors des repas en famille était : les ressemblances sont-elles dues aux genes, ou à l’éducation ? Aux 2 j’en suis sure…
    Tout ce que je sais, c’est que je suis bien plus proche d’eux que de mes cousins « biologiques ».
    Je voulais juste dire combien j’admirais les parents qui vivent cette aventure merveilleuse, pleine d’amour, et parfois avec son lot de difficultés.
    Pour ce qui est de mes cousins, on a pas le meme sang, mais on a le meme coeur eux et moi… Je les aime fort, c’est très perso mais je voulais le dire.

  • #61 Hélène le 23 avril 2008 à 19 h 41 min

    mahalie18 sois la bienvenue » !

    « on a pas le meme sang, mais on a le meme coeur » : c’est magnifique cette phrase Tetelle, et tellement vrai !!

  • #62 Delphinoid le 23 avril 2008 à 19 h 58 min

    Merci Nadynette pour ce splendide récit. J’ai été très touchée à la lecture du texte et de certains commentaires.

    Merci à toutes pour cette discussion si enrichissante!

  • #63 Nadynette (ou Maman Crayon :-) le 23 avril 2008 à 21 h 12 min

    @ Mahalie18: J’imagine que ce doit être difficile. Quoi qu’il en soit, on aime ses parents, peu importe comment ils sont!

    @ Je crois comme toi que la ressemblance est due aux deux. Pour parler de mon expérience, je ressemble beaucoup à mon papa adoptif et très peu à mon papa biologique.

    @ Delphinoid: merci pour ton commentaire!

  • #64 Violetine le 23 avril 2008 à 21 h 36 min

    Elle est belle ton histoire.. En fait, il parait que l’on ressemble bien plus à ceux qui nous ont élevé qu’à nos géniteurs.. Quand des couples stériles font appel à un don de sperme, la situation de l’enfant est un petit peu comme la tienne. Dans le sens que la maman est la maman biologique mais pas le papa.. Et souvent, les gens qui ne sont pas au courant trouvent que l’enfant ressemble beaucoup à son papa, qui n’est pourtant pas le père biologique..

  • #65 Mushi le 23 avril 2008 à 21 h 42 min

    Merci pour ces touchants témoignages.
    Nadynette, quelle belle écriture !

  • #66 Hélène le 23 avril 2008 à 22 h 04 min

    Nadynette pitié, arrête avec ce double pseudo, ça me rend complètement schyzo !! ;-))

  • #67 Nadynette le 23 avril 2008 à 22 h 08 min

    @ Violetine: c’est juste, on ressemble à ceux avec qui on vit!
    @ Mushi: oh pas tant que ça…
    @ Hélène: pardon pardon, mes données sont restées enregistrées, j’avais pas vu.

  • #68 Hélène le 23 avril 2008 à 22 h 13 min

    Ouf, merci ;-))

  • #69 magalie18 le 23 avril 2008 à 22 h 33 min

    dsl erreur de frappe, mahalie18 = magalie18 :s:s:s

    @ Nadynette : exactement, puis tout le monde a droit à l’erreur, même si certains en font de plus grosses que d’autres.

  • #70 Jenesaispasmemaquiller le 24 avril 2008 à 7 h 43 min

    Bravo pour ce superbe récit :)

  • #71 Hélène le 24 avril 2008 à 9 h 11 min

    Ah la la, si vous vous mettez à faire des fautes de frappe dans vos pseudos je vais rapidement être bonne pour le cabanon ;-))

  • #72 anne k le 24 avril 2008 à 15 h 36 min

    Pffiou, que de poignantes histoires, Nadynette et Sophie-Alice. Au fond, ce qui en ressort, c’est que les histoires (de manque) d’amour avec nos parents ou les générations qui nous ont précédées sont totalement tributaire d’une communication saine. Que de gâchis…

    D’ailleurs, je suis en plein dedans en ce moment sur fond de père absent, irresponsable et manipulateur et d’ancêtres immigrés qui n’ont jamais parlé de rien sur plusieurs générations. Je pense qu’il y a des liens

    A ce propos, est-ce que quelqu’un a déjà eu recours à la psychogénéalogie pour essayer de démêler ce que les générations précédentes ont tu / trafiqué / modifié ? (peut-être que ça pourrait plutôt figurer dans un « wanted » Hélène ?)

  • #73 soleada le 24 avril 2008 à 17 h 50 min

    Ma nièce est dans un cas similaire sauf qu’elle a 1an j’espére de tout coeur, qu’elle trouvera un (beau)père tel que le tien…
    Très touchant surtout à mes yeux de tatie inquiéte.

  • #74 Hélène le 24 avril 2008 à 17 h 55 min

    soleada sois la bienvenue !

  • #75 minute papillon le 24 avril 2008 à 19 h 09 min

    J’arrive bien tard, et ce que je vais dire l’a déjà été à plusieurs reprises, mais qu’importe, ce texte est beau et l’histoire est magnifique, tu m’as donné aujourd’hui une belle leçon de courage et d’intelligence. Bravo.

  • #76 magalie18 le 25 avril 2008 à 0 h 00 min

    @ anne k : je n’ai pas testé personnellement mais j’ai regardé une émission l’autre jour où une femme avait recours à la psychogénéalogie pour comprendre ses problèmes et apparemment ça a très bien marché pour elle.

  • #77 Hélène le 25 avril 2008 à 7 h 51 min

    Je ne connaissais pas l’existence de la psychogénéalogie, c’est intéressant !

  • #78 soleada le 25 avril 2008 à 9 h 41 min

    Merci (1er commentaire laissé:))

  • #79 Nicole le 25 avril 2008 à 10 h 40 min

    @Hélène: Il y a un très très bon livre sur la psychogénéalogie « Aie mes aieux », on comprends beaucoup de choses sur son histoire, l’histoire de la famille et les influences que ça a sur nous.
    Je le recommende!

  • #80 Hélène le 25 avril 2008 à 13 h 18 min

    Merci Nicole ;-)

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.