40 seulement ?? Pff, j’en ai bien plus que ça !

11 septembre 2007

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt le bouquin de Corinne Maier : No Kid, 40 raisons
de ne pas avoir d’enfant
.
C’est pas compliqué, j’aurais pu l’écrire moi-même tellement je suis d’accord avec ce qu’elle dit. Et j’aime beaucoup son style, hyper anti-politiquement correct et
hyper anti-langue de bois. Un peu provoc mais avec intelligence, jamais au ras
des pâquerettes, absolument sans masque et sans cinéma.
Cela dit je conçois que pour les gens qui n’ont pas le même type d’esprit et sont plus conformistes ou traditionnels dans leur façon de vivre et de penser, ce livre soit tout à fait insupportable.
Parce que la fille qui dit qu’avoir des enfants c’est complètement naze, en substance
(même si elle ne le dit pas comme ça), ça ne peut pas plaire à tout le monde ;-)
Au-delà du style assez provoc, et de la polémique inévitable que ce genre de bouquin ne peut manquer de soulever, je trouve ça réconfortant de voir qu’enfin on peut écrire ce genre de choses.
Eliette Abécassis a commencé avec Un heureux évènement, Marie Darieussecq avec Le bébé, elles sont de plus en plus nombreuses – et elles en ont, des enfants, elles savent de quoi elles parlent – à s’exprimer pour dire que non, la maternité n’est pas une vallée de roses.
Et ça, je trouve ça drôlement important : ça marque peut-être enfin une évolution dans la vision de la femme, pas obligatoirement mère.

PS : je vous engage à aller lire le très bon billet de Delph sur ce sujet, ça vaut vraiment la peine.
Et pour les nouvelles arrivantes, je vous signale que j’avais déjà évoqué cette question sur mon blog dans ce billet, comme ça vous avez tout l’histoirique ;-)

212 commentaires Laisser un commentaire
Malgré les apparences, je sais lire

Vous aimerez aussi

212 commentaires

  • #1 Hélène le 11 septembre 2007 à 10 h 41 min

    J’espère que ça ne pas dégénérer, ça m’obligerait à fermer les commentaires ;-)

  • #2 Hélène le 11 septembre 2007 à 10 h 51 min

    Je pense que si on n’est pas très sûre de son envie de pouponner, ce genre de bouquin peut vous détourner laurettebis, tant ce qu’elle décrit ne fait pas envie ;-)

    Et je suis d’accord avec vous sur le vrai problème que ça représente, pour ses enfants à elle, qu’elle ait dit et écrit en toutes lettres qu’elle aurait préféré ne pas en avoir…

  • #3 Hélène le 11 septembre 2007 à 11 h 05 min

    Ben c’est dans les tripes aussi, Lilimpro ;-) Perso j’aimerais mieux mourir que d’avoir des gosses ;-)

    LaHyèneBlonde sois la bienvenue ;-) Je pense comme toi, c’est juste tellement loin de moi, tout ça !

    Mithra en fait elle ne dit pas réellement « les enfants c’est nul », mais plutôt « voici comment votre vie sera transformée (pas en positif) par leur présence », ce qu’on ne dit pas si souvent.

  • #4 Hélène le 11 septembre 2007 à 11 h 09 min

    Moi aussi missdarj’ j’estime anormal d’avoir à me justifier, d’ailleurs quand on me dit "ben pourquoi tu veux pas d’enfants?", je réponds "ben pourquoi pas ?".

  • #5 Hélène le 11 septembre 2007 à 11 h 17 min

    Ben moi j’aime pas non plus les enfants des autres, j’aime pas les enfants en général, c’est absolument pas mon truc. Chacun ses goûts hein ;-)

  • #6 Hélène le 11 septembre 2007 à 11 h 20 min

    Ben non Mononoke, faut pas trop toucher, normalement ;-)

    Coraline ne te préoccupe pas des raisons objectives, il n’y en a pas, seul compte ton désir de vie ;-)

  • #7 Hélène le 11 septembre 2007 à 11 h 21 min

    Ehhhh oui Plastie, c’est d’ailleurs ce que je réponds aussi quand on me demande pourquoi, je dis "mais est-ce que je te demande à toi pourquoi tu en veux ?" ;-)

    Baboux je maintiens que malgré tout je me demande comment elle va gérer ça avec ses propres enfants, ça me paraît assez délicat…

  • #8 Hélène le 11 septembre 2007 à 11 h 34 min

    chiara ton commentaire fin et délicat me parle beaucoup, merci !

  • #9 Hélène le 11 septembre 2007 à 11 h 39 min

    Althéa sois la bienvenue ! C’est vrai que pour certaines femmes, l’envie d’enfant se fait ressentir avec un homme et un seul, ça me paraît d’ailleurs très sain.

    Funambuline ce que tu dis me touche énormément : "ce n’est pas juste une absence de ressenti, c’est un autre ressenti, un autre désir: je ne veux pas." Voilà, c’est tout à fait ça !

    Celimel j’espère aussi que tu pourras dire rapidement à ton compagnon ton sentiment sur la question, c’estimportant.

    Alice45 ça gêne dans les deux sens, perso les soirées avec les gamins dans les pattes, très peu pour moi, si mes amis ne font pas garder leurs enfants ils me voient moins…

  • #10 Hélène le 11 septembre 2007 à 11 h 45 min

    Merci pour ce témoignage Marie Laure, ça fait du bien d’avoir un autre son de cloche que celui de la maternité triomphante ;-)

  • #11 Hélène le 11 septembre 2007 à 11 h 48 min

    Oui, c’est plus une "volonté négative" (mais pas au sens péjoratifdu terme) qu’une" absence de volonté", en fait.

  • #12 Hélène le 11 septembre 2007 à 11 h 59 min

    Pfff, alors ça c’est aussi constrenant que les gens qui te regardent comme un monstre parce que tu n’en veux pas du tout, misschic. C’est très bien, un seul enfant aimé, ça vaut mieux que deux qui pèsent trop lourd ;-)

    Et bien tu vois LaHyèneBlonde, moi je ne peux pas comprendre celles qui en veulent. Je n’ai jamais pu. Ca m’est impossible, c’est trop loin de moi pour que la moindre compréhension puisse se faire ressentir. Je ne dis pas que je les juge ou quoi que ce soit de négatif, simplement ça m’échappe totalement.

  • #13 Hélène le 11 septembre 2007 à 12 h 03 min

    Glop je crois que pour les questions de "coup éditorial", il ne faut pas trop charger les auteurs, assez peu libres des choix de couvertures et de titres. L’éditeur est pour beaucoup là-dedans, souvent…

    Cec il ne faut pas trp se faire d’idées, ici on peut le dire tranquillement, mais bien des filles que je connais (et plus jeunes que moi) entendent encore les pires idioties dans leurs familles quand elles affirment ce choix…

  • #14 virgulle le 11 septembre 2007 à 10 h 27 min

    deuzzzzzzzzzz ?

  • #15 Grenouillette le 11 septembre 2007 à 10 h 29 min

    hum… Autant j’ai aimé et (presque) compris le bouquin d’Eliette Abécassis. Que là… bof. bref.
    Je me demande seulement comment ses enfants réagirons en lisant ce livre dans quelques années…

  • #16 Grenouillette le 11 septembre 2007 à 10 h 30 min

    oups la faute! : réagiront

  • #17 Coraline le 11 septembre 2007 à 10 h 30 min

    Ce bouquin, je l’ai dans ma bibliothèque.. Un pote me l’a offert à mon anniversaire (un peu étrange comme choix, surtout sachant que des enfants moi j’envisage d’en avoir un jour lol)… Je n’ai pas encore trouvé le temps de l’ouvrir mais je sens que je ne vais pas tarder, même si je sais pertinemment que je ne serai pas d’accord avec tout…
    Effectivement c’est intéressant de voir que ce n’est plus un sujet totalement tabou. Qu’on en souhaite ou non, chacun a le droit de faire ses choix et de les exprimer

  • #18 Hélène le 11 septembre 2007 à 12 h 34 min

    Moui Uranie, on a de la chance, mais il ne faut pas oublier que même en Farnce, certains médecins traînent les pieds pour pratiquer des avortements, quand ils ne refusent pas tout simplement. Oui, ça arrive.
    Le retour au Moyen Age n’est jamais loin, il faut être super vigilantes.

  • #19 virgulle le 11 septembre 2007 à 10 h 34 min

    J’écris vite mon commentaire , ça va partir en sucette et on ne pourra plus commenter . Ce livre est très bien , c’est important que les femmes qui ne sont pas faites pour la maternité n’aient pas d’enfant ! Qu’elles ne sentent pas obligées car la pression sociale est forte . Bon d’un autre coté avant d’avoir mon ainé je n’aimais pas les enfants alors j’ai bien fait d’essayer car ça m’a complètement éclaté ! Mais quand je vois des mamans qui n’ont manifestement aucun interet pour leurs enfants : je me demande pourquoi elles se sont plongées dans une galère pareille ? par méconnaissance de l’engagement : elles auraient du lire ce livre avant !

  • #20 allure le 11 septembre 2007 à 10 h 35 min

    en fait, le veritable souci, ce n’ est pas de ne pas vouloir d’ enfants, simplement ces femmes la trouvent ( quand elles ont de la chance ) des mecs qui partagent leurs opinions et qui n’ en veulent pas non plus, jusqu’ au jour où ces memes mecs depassent la quarantaine et se rendent compte…qu’ ils en veulent…et la, ces nenettes se retrouvent toutes seules…parce qu’ evidemment un mec ça peut decider a 50 piges d’ etre pere, ils ont ce luxe…

  • #21 porteverte le 11 septembre 2007 à 10 h 36 min

    Je le dis tout de suite avant que ça ne dégénère : mère de famille recomposée, et nombreuse, je suis hyper d’accord !!!

    On a le droit de ne pas vouloir d’enfants, on a le droit de le dire et de l’écrire, et, très important, de l’exprimer comme on le veut, y compris de manière provocatrice ; pourquoi serait-ce le seul domaine où la liberté d’expression n’aurait pas droit de cité ???

    Et quand on en a, on a aussi le droit de dire que ce n’est pas toujours forcément l’extase – oui, même si on les a choisi ;-))))

  • #22 patounettechatte le 11 septembre 2007 à 10 h 37 min

    Bon,

    Moi et mon chéri : pas d’enfants, c’est un choix !!! On nous regardes souvent comme des anormaux, des égoïstes ou des malheureux…. Ben non !!! On en veut pas c’est tout !!! On est pas les seuls : TANT MIEUX !!! C’est vrai que ce n’est plus un sujet tabou ENFIN !!! Bon j’ai pas lu le livre mais je l’avais remarqué…

  • #23 porteverte le 11 septembre 2007 à 10 h 37 min

    Choisis, pardon

  • #24 Hélène le 11 septembre 2007 à 12 h 39 min

    Merci à toi de me l’avoir fait découvrir, il est plus subtil et réfléchi que le mien, c’est intéressant d’avoir deux visions des choses ;-)

  • #25 segomaus le 11 septembre 2007 à 10 h 42 min

    J’ai un enfant et je ne partage pas ce sentiment de ne pas vouloir d’enfant, même si je ne voulais pas encore d’enfant à ce moment-là de ma vie. La maternité ne doit pas être une obligation, au contraire. Si elle l’est, c’est une mauvaise idée pour la mère et surtout pour les enfants. Chacune a le droit de choisir si elle veut ou non avoir des enfants. Tout en sachant que ce n’est pas tous les jours facile ni tout beau tout rose. Il y a les jours avec et les jours sans, comme dans tout.
    En entendant parler du livre, j’ai pensé aussi à ses enfants à elle et à leur réaction. Je crois qu’entendre ma mère dire qu’elle ne me voulait pas (ce qui a été dit dans une interview, si je ne me trompe pas), cela me blesserait pas mal.

  • #26 Cécile de Brest le 11 septembre 2007 à 10 h 43 min

    J’imagine qu’avec le temps ça deviendra banal d’"avouer" qu’on ne veut pas d’enfants.
    Comme pour l’homosexualité qui est de plus en plus avouée ouvertement (et même si certains ont encore des idées préconçues sur la question, mais ceci est un autre problème)

    Je ne vois pas pourquoi on serait obligée de devenir mère… Perso, j’ai 30 ans et deux enfants et il ne faut pas croire que c’est rose tous les jours. Et celles qui affirment le contraire sont des menteuses (ou alors il faudra qu’elles me donnent la recette!)

  • #27 Lilimpro le 11 septembre 2007 à 10 h 44 min

    Salut!

    ça m’intéresserais beaucoup de lire ce livre. Parce que c’est vrai que c’est une question qui n’est pas souvent posée, et qui commence seulement à avoir le droit d’exister: pourquoi choisir ou ne pas choisir d’avoir des enfants. Pour moi ça m’a toujours paru une évidence d’en avoir, et je pense que ça aurait été la même chose si j’avais éte un homme. Mais depuis quelques temps, je me dis: il faut que ce soit un vrai choix.

    Je vais acheter ce bouquin, mais en attendant, ceux qui font le choix de ne pas en avoir, pouvez-vous me dire pourquoi?

    Merci Hélène pour ton post super intéressant.

  • #28 Plastie & Cie le 11 septembre 2007 à 10 h 45 min

    J’ai, comme toi, largementtttt plus de 40 raisons de ne pas vouloir d’enfants mais ce bouquin (survolé seulement, pas "lu") j’l’ai trouvé un peu "facile" par son côté "j’enfonce des portes ouvertes"… J’ai vu cette fille il y a qq mois présenter ce bouquin sur LCI… Franchement elle n’était pas très crédible (elle a deux gosses c’est ça ?) et manquait un tantinet de répondant…

    Cependant, elle remarquait avec justesse qu’il est plus facile pour une "mère" de proner le no-kids que pour une fille comme toi ou moi (j’ai toujours en mémoire ton excellent billet sur ce sujet) qui devient vite une cible lors de diners de "parents"…

  • #29 Svetlana le 11 septembre 2007 à 10 h 45 min

    Les enfants, j’en veux, mais bon, là, dans l’immédiat, à 24 ans, y’a pas d’urgence non plus.

    Les gens qui n’en veulent pas ne me gênent pas, tant qu’on ne me fustige pas d’en vouloir : chacun son truc.

    Par exemple hier j’ai eu envie de mordre quand j’ai entendu une personne dire à une autre ? "3 enfants ?! non mais on est en 2007 !! Puis les avoir déjà tous à 33 ans ? Pfff".

    Comme partout quoi, j’aime bien qu’on laisse les gens penser ce qu’ils ont envie de penser – tant que ça ne fait de tort à personne, où est le souci ?

    Pour ce bouquin, suis pas sûre que je mettrai le nez dedans… ça s’apparenterait à du masochisme non ? Enfin, on verra, sait-on jamais ;-)

  • #30 laurettebis le 11 septembre 2007 à 10 h 45 min

    Je neconnais pas le bouquin, je ne crois pas que je lirai ces bouquins qui parlent de ce thème là…peut-être qu’inconsciemment j’ai peur que çà me "détourne" de mon désir d’enfants…mais bon quand on en a vraiment envie, normalement rien ne peut nous dissuader d’en avoir, si ?
    Ce qui est sûr c’est que je conçois pleinement que certaines femmes n’ai simplement pas envie d’enfants et tout ce que cela implique.
    Je ne suis pas sûre qu’il y ait des femmes "faites ou non pour la maternité", simplement çà ne fait pas partie de leurs désirs, ne correspond pas à leur style de vie peut-être…

  • #31 Milky le 11 septembre 2007 à 10 h 46 min

    Pour moi c’est toujours pareil : qu’on en désire ou pas, des enfants, ça ne me pose pas de problème (je n’ai toujours pas choisi mon camp d’ailleurs). Ce qui m’énerve, comme toujours, ce sont les prosélytes : si tu projettes d’avoir 12 enfants, tant mieux, mais n’agresse pas ceux qui n’en veulent pas !
    Et si tu ne veux pas t’encombrer de morveux, idem, tant mieux, mais n’insulte pas ceux qui en ont – et les aiment…
    That’s all folks !

  • #32 Anne Cé le 11 septembre 2007 à 10 h 48 min

    je trouve comme toi que c’est un progrès que l’on puisse désormais écrire en donnant une autre vision de la maternité.
    sauf que voilà, autant Abécassis et Darieussecq rentrent de la littérature (et la bonne littérature !), autant Corinne Maier m’a laissé une impression détestable. (je l’avais vue à la télé, peut être chez Ruquier ?).
    le sujet est suffisamment provocateur en soi, pas besoin d’en rajouter gratuitement !, au contraire, touchant à des questions pouvant être personnelles et sensibles, le sujet mérite d’être traité avec délicatesse !

  • #33 Poupoupinette le 11 septembre 2007 à 10 h 50 min

    Je faisais mes courses à Carrouf, moi d’un côté avec ma liste, mon homme du sien avec la sienne. D’un coup, il me met ce bouquin dans les mains. J’ai pilé avec mon caddie, je ne pouvais pous décoller du bouquin. Il nous le fallait. Je l’ai dévoré.
    Il est d’une telle vérité. Moi aussi, Hélène, j’aurai pu l’écrire. Ca me fait penser qu’il va falloir que j’achète son autre livre, qui a eu un grand succès : Bonjour paresse.
    J’espère que ça ne va pas partir en sucettes. Que ceux qui ont des enfants et aiment ça soient heureux. Et que ceux qui n’en ont pas vivent aussi des jours paisibles !

  • #34 Emma le 11 septembre 2007 à 10 h 55 min

    Bien sûr que non avoir des enfants c’est pas une vallée de roses, mais le couple non plus, alors on ne devrait plus avoir d’amoureux?!
    Et puis tant qu’on y est, la miss qui a écrit le bouquin, elle devrait aussi trouver le truc pour se débarrasser de tout ce qui l’emmerde dans sa petite vie bien confortable et (quelque peu ?!) egoïste: les parents quand ils deviennent vieux, les animaux quand c’est trop pénible de s’en occuper, les copains quand d’aventure ils ont besoin de votre aide etc…
    OK, le désir de maternité ça ne se discute pas, mais de là à écrire un bouquin pareil….franchement, vous avez pensé à ses mômes, ce qu’ils doivent en penser?!
    Et la miss, elle me parait bien instruite, c’est pas une môme de 16 ans qui vit en banlieue et qui n’a pas accés à la contraception, pourquoi donc avoir eu des enfants dans ce cas?
    Et franchement, il y en a encore qui pense qu’avoir des enfants, ça empêche de s’épanouir ou de faire des tas de trucs, non?!!

  • #35 lili le 11 septembre 2007 à 10 h 55 min

    Ce qui permet à cette volonté de s’accomplir, c’est la fiabilité des moyens de contraception découverts au XXe siècle. Vivent la pilule et le stérilet, vive le droit de s’en servir!

    Autrefois, les gens qui ne voulaient pas d’enfants devenaient nonnes ou moines.
    Ce qui secoue certains de nos jours, c’est qu’on revendique la vie sans enfants mais avec une vie amoureuse ou une vie sexuelle.
    Chacune fait ce qu’elle veut de sa vie, vas-y Hélène!

    A part ça, aucune vie n’est rose tous les jours, avec ou sans enfant, avec ou sans fric, avec ou sans métier, etc. La vie de mère, si on en a une, n’est qu’une des multiples vies qu’on vit, de toutes façons. La vie amoureuse ni la vie professionnelle ne sont davantage bordées de roses et de lis, y a les contes de fées pour ça, et encore, pas tous.

  • #36 mimisunny le 11 septembre 2007 à 10 h 56 min

    Maman d’un petit garçon de 4 ans, désiré, et tout et tout, je peux dire que c’est pas toujours rose. Mais je ne regrette pas. J’ai souvent eu droit à des grands yeux quand je disais que c’était pas rose d’avoir un enfant, que la maternité c’est dur et que parfois, on a envie de le coller ou mur. Ces yeux d’autres mères qui jugent, je supporte pas et pourtant je suis certaines qu’elles ont aussi ces sentiments… mais … c’est pas politiquement correct de les avouer tout haut.

    Personnellement, je trouve que c’est bien de pouvoir dire son non-désir d’enfants ou son désir d’enfants. Des livres comme ceux-la permettent à tous de peut-être voir plus clair dans le choix à faire et de se sentir moins seul(e). Chacun son choix, à chacun de respecter le choix de l’autre.

  • #37 Cec jeune mariée le 11 septembre 2007 à 10 h 56 min

    Bonjoru m’sieur dames !

    Tiens c’est drôle je pensais hier justement que ca allait revenir sur le blog ;)

    Je crois (mais je peux raconter des counneries hein..) qu’en fait, l’envie d’enfants pour une femme, soit elle est viscérale (c’est moua… j’ai les tripes à l’envers quand je vois un bébé, j’adooore les n’enfants – mais les bien élevés hein, les autres je les traumatise un peu…) ou alors, y’en a pas ! Et ca je peux bien le comprendre, et non je ne pense pas qu’une femme soit un monstre si elle ne veut pas être mère, c’est juste un état de fait !

    Moi je veux être mère, rester amante, amie, arriver à jongler avec tout ca, et je veux voir mon homme en papa ! C’est tout à fait maso vu la tonne d’emm… que ca va générer, mais j’y tiens…

    J’ai demandé à mon mari il y a peu, étant persuadée de connaitre sa réponse, s’il envisageait la vie sans enfant (je croyais qu’il était comme moi ;) ). Sa réponse m’a fait tout bizarre mais en fait j’ai aimé sa sincérité : il n’était pas sur de vouloir des enfants, dans l’absolu, mais il était sur de vouloir m’en donner et essayer avec moi ;)

    En résumé, chacun est liiibre, l’essentiel c’est d’avoir la chance de trouver un partenaire avec qui on peut s’entendre sur le sujet !!

  • #38 violette le 11 septembre 2007 à 10 h 56 min

    Je suis d’accord dans le sens où c’est vachement bien que fleurissent les articles et les bouquins sur le fait qu’avoir un enfant, ça peut parfois être chiant !

    D’ailleurs, même entre amies, les langues se délient, et on n’a plus honte de dire que parfois c’est vraiment épuisant et qu’on donnerait un bras pour qu’on nous les "kidnappe" le temps d’un week-end…

  • #39 mimisunny le 11 septembre 2007 à 10 h 57 min

    @ lili: j’aime beaucoup ton commentaire, très vrai ;o)

  • #40 funambuline le 11 septembre 2007 à 10 h 59 min

    Mon Homme vient de le terminer. Dès que possible c’est à mon tour de le lire.
    Il l’a trouvé intéressant… mais un peu "enfonceur de porte ouverte", quoiqu’en réfléchissant il m’ait tout de même dit qu’il était peut-être évident pour lui, étant tout à fait en accord avec ce non-désir, mais que probablement que ça méritait d’être écrit et que c’est symbolique de l’air du temps et des "rôles homme-femme" qui se décristallisent petit à petit.
    Bref, me réjouis de le lire!!!

  • #41 funambuline le 11 septembre 2007 à 11 h 01 min

    @ cec jeune mariée: plus tu commentes, plus je te trouves sympa. Un plaisir de te lire à chaque fois!!!

  • #42 Lilimpro le 11 septembre 2007 à 11 h 02 min

    Cec jeune mariée, c’est ça que je ressens aussi, que c’est dans mes tripes, et avant je croyais que c’était dans les tripes de tout le monde (je vous rassure ça n’est plus le cas), j’aimerais donc que vous me disiez, pour celles qui n’en veulent pas, ce que vous ressentez par rapport à ça…?

  • #43 laurettebis le 11 septembre 2007 à 11 h 02 min

    C’est ce que je pense Hélène et quand je vois mes amies ou collègues, je sais que ce n’est pas rose tout les jours.
    Je suis sûre de vouloir des enfants, mais dans pas dans l’immédiat (j’ai 26 ans et tout mon temps), avec mon zhom, on veut "profiter" avant, voyager, terminer notre maison…

  • #44 Mithra le 11 septembre 2007 à 11 h 02 min

    alors j’ai pas lu le bouquin, mais je donne mon avis quand meme :-)

    Autant je suis a 100% d’accord sur le fait que la maternite ca n’est pas l’epanouissement obligatoire ou le chemin oblige (puisque je n’ai jamais voulu d’enfant et que l’approche de la quarantaine n’a pas l’air de me faire changer d’avis), autant les gens qui revendiquent leur non-maternite ou paternite de facon militante m’enquiquinent. Je pense en plus qu’ils sont contre-productifs, surtout quand on verse dans la provoc avec pas grand chose derriere (la dame qui a ecrit ce bouquin n’est pas tres bonne pour le defendre en public en tous cas).

    On peut trouver toutes les raisons du monde pour ne pas enfanter (une bouche de plus sur cette Terre deja surpeuplee, les soucis a l’adolescence, le chomage, les seins qui tombent, que-sais-je), a mon avis ce sont des raisons qu’on se donne a posteriori pour intellectualiser et rationaliser quelque chose qui n’est pas rationnel : on a envie dans ses tripes de faire des gamins, ou pas.
    Et de la meme facon que les militants de la famille obligatoire m’ennuient avec leur pensee prete-a-l’emploi, je trouve les militants du no-kidding tout aussi penibles. Mais il faut dire que je n’ai pas la fibre militante pour deux ronds, je suis partisane du "vivre et laisser vivre".
    C’est bien en effet de pouvoir dire "je ne veux pas etre mere", mais a mon avis il y a moyen de le dire autrement qu’en disant "les gosses c’est nul"…

  • #45 LaHyèneBlonde le 11 septembre 2007 à 11 h 05 min

    kikou miss, je viens juste de découvrire ton blog.. mais cette article m’a interpellé.. faut absolument que jeme procure ce bouquin!!!!
    Je passe pour une extra terreste égoiste et sans coeur lorsque j’explique que je ne veux pas d’enfant. A la question: "ben pourquoi?", comme si c’était une tare de ne pas en vouloir, la seule réponse que je trouve c’est "ben parce que ca ne m’intéresse pas du tout, c’est comme le tricot, je trouve ça ennuyeux à mourrir…"
    Contente de découvrir que les mentalités commencent à changer…marre du règne de la maternité comme seul fin pour une femme!!!

  • #46 missdarjeeling le 11 septembre 2007 à 11 h 07 min

    Oh là là, eu égard au sujet, ce serait le diable si ce soir on ne dépasse pas les 250 commentaires… et les inévitables débats qui vont avec.

    Ce livre m’intéresse bigrement car je serais curieuse de connaître le point de vue d’une autre "extraterrestre" de la maternité – ce que je suis, restant fermement au fil des ans cramponnée à mon désir de NON-MATERNITE.

    Les années passant, j’en ai marre de me justifier face à des arguments plus ou moins spécieux et j’évite de relancer le débat. Non parce que j’ai honte de mon opinion – bien au contraire – mais parce que j’estime ANORMAL d’avoir à me JUSTIFIER…

  • #47 So’ le 11 septembre 2007 à 11 h 08 min

    J’ai vu Corine Maier sur la TSR (tv suisse romande) il y a qq mois de ça, en interview; c’était très intéressant. Ce que j’ai trouvé assez étonnant, c’est qu’elle a des enfants (deux, je crois)! Bon, je ne l’ai pas lu, donc je ne peux rien dire, mais je voulais juste souligner ça!

  • #48 Hélène le 11 septembre 2007 à 13 h 09 min

    Oui c’est sûr que ça fait pas envie, marion ;-))

  • #49 Anne Cé le 11 septembre 2007 à 11 h 09 min

    ah, Lili, Mithra, je suis vraiment complètement d’accord avec vous !

    Cec jeune mariée, j’aime beaucoup ton commentaire, je m’y retrouve un peu, et en particulier cette phrase de ton mari.

  • #50 Lilimpro le 11 septembre 2007 à 11 h 10 min

    Je sais bien que c’est dans les tripes, je voulais juste savoir ce qu’elles disaient ces tripes, mais avec la deuxième partie de ta phrase, j’ai eu une vision, et je crois que j’ai compris ;-)

  • #51 patounettechatte le 11 septembre 2007 à 11 h 10 min

    Puisque on nous demande pourquoi on ne veut pas d’enfants, je vais essayer de répondre… J’aime les enfants, je les trouve adorables !!! J’aime mon neveu : un rayon de soleil !!! Mais je les trouve adorables chez les autres, moi, je ne m’imagine pas en maman… Je vais avoir 39 ans, mon homme 45, je trouve que de toutes façons c’est un peu tard…. Peut-être si mon homme en avait voulu, mais il a toujours était clair sur le sujet : et cela ne m’a jamais traumatisée !!!

  • #52 Lilimpro le 11 septembre 2007 à 11 h 13 min

    Merci les filles pour vos réponses! Elles me parlent.

  • #53 Mononoke le 11 septembre 2007 à 11 h 14 min

    Je suis pas tout à fait d’accord avec le commentaire de Cec jeune mariée (la première partie, parce que j’aime beaucoup le témoignage) : que ce soit viscéral ou pas là du tout, que ce soit l’un ou l’autre. Personnellement, je suis pas du tout en extase quand je vois un bébé ou un enfant et pourtant j’envisage d’en avoir ; bon pas tout de suite donc je parle un peu dans le flou (24 ans, j’ai encore un peu de temps). Je trouve que ça peut très bien ne pas avoir de rapport. Peut-être que j’ai à fond intériorisé la pression sociale, remarquez, difficile à dire pour l’instant. En fait, j’ai l’impression que ça peut faire une grande différence selon que ce sont ses propres enfants ou ceux des autres (pour le coup de l’extase). Ce qui ne veut pas dire, bien sûr, que ses propres enfants ne sont pas super énervants parfois (ou souvent). Euh voilà, je sais pas si je suis très claire… Bonne journée.

  • #54 Poupoupinette le 11 septembre 2007 à 11 h 16 min

    Parfois, je fais des rêves, la nuit : J’ai un tout petit bébé. Et ça me remplit d’un bonheur intense. Avoir un tout petit être qui dépend entièrement de moi. Comme une poupée, mais en vrai.
    Parfois, je vois à la télé des tous petits bébés, qui viennent à peine de naître. Et je pousse du coude mon homme "Pourquoi on n’y aurait pas droit, nous aussi ?".
    Je connais déjà la réponse : parce que mon ventre ne veut pas, c’est tout. 7 ans sans contraception. 7 ans qu’il ne prend pas la petite graine.
    Mon ventre serait-il plus raisonnable que moi ?

  • #55 Coraline le 11 septembre 2007 à 11 h 18 min

    Je réfléchis depuis tout à l’heure et en fait, je suis certaine que cette lecture fera écho en moi. Car les raisons "objectives" et "intellectuelles" de ne pas avoir d’enfant (du genre : le monde cruel, le malheur, les soucis que cela engendrera forcément etc etc), je les tourne et retourne régulièrement.
    La peur de ne pas êtr eà la hauteur également. Car faire un enfant est une responsabilité si importante en cela qu’elle n’engage pas que soi et qu’elle engage toute sa vie…
    Alors oui il m’arrive de me demander si réellement je veux des enfants…
    Ca c’est mon cerveau

    Mais mon coeur et mes tripes me crient qu’un jour j’en aurai.
    Peut-être pas, mais je crois que j’ai cette envie ancrée en moi, malgré tous les doutes et questions

  • #56 Mononoke le 11 septembre 2007 à 11 h 18 min

    Pour changer de sujet et retomber sur le maquillage, j’ai une question : on peut se gratter ou se frotter normalement la joue/le nez… une fois qu’on a mis du fond de teint (et de la poudre et du blush) ou c’est fortement déconseillé sous peine de voir son maquillage avoir disparu au bout de 2h ? (j’ai pas non plus envie de me gratter toutes les 5 minutes, hein !)

  • #57 segomaus le 11 septembre 2007 à 11 h 18 min

    @ Cec, je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi. Enfant et ado, je me disais que j’aurais des enfants, c’était pour moi d’une logique sans faille. A 21 ans, j’ai affirmé haut et fort que je n’en aurais jamais. Quand je suis tombée enceinte 2 ans plus tard, j’ai hésité: gardera, gardera pas? Ce n’était pas le moment du tout mais je n’ai jamais regretté de l’avoir gardé (même en devenant maman solo peu de temps après). Je pense qu’il y a aussi donc des femmes qui se découvrent mères en le devenant. Je n’aurais pas cru que cela me rendrait aussi heureuse. J’avoue avoir un peu de mal à comprendre qu’on ne veuille pas d’enfants mais je respecte ce choix-là. Chacune est libre et c’est tant mieux.

  • #58 Plastie & Cie le 11 septembre 2007 à 11 h 20 min

    PS : C’est marrant qu’on demande QUARANTE façons de se justifier à qui ne veut pas d’enfants alors qu’à celles/ceux qui en veulent on n’en demande jamais UNE SEULE…………….

  • #59 Baboux le 11 septembre 2007 à 11 h 20 min

    Je n’ai pas d’enfants mais ce n’est pas un choix. C’est juste que la vie en a décidé autrement. Ce n’est pas vraiment un regret non plus, je pense qu’on peut être tout à fait heureuse et épanouie sans. Ce livre, tu me donnes envie de le lire à l’occasion, ça me plaît souvent ce genre de discours, ça me montre ce à quoi j’ai échappé!!! J’avais un peu un a priori, un titre comme ça, venant d’une maman… comment dire… je trouvais que c’était une confession écrite et publique, une sorte d’héritage un peu dur à transmettre à ses bambins… mais si tu dis que c’est bien, je vais peut-être tenter.

  • #60 Mononoke le 11 septembre 2007 à 11 h 25 min

    Oups !! Ok, merci Hélène… ;-)
    Ils sont super vos témoignages, les filles, j’ai un peu honte d’avoir posté un com’ aussi futile au milieu…

  • #61 chiara le 11 septembre 2007 à 11 h 25 min

    Je crois que c’est typiquement le genre de bouquins que je préfèrerai avoir lu avant d’en parler .. Je ne l’ai pas lu donc … En tout cas j’avais lu celui d’Eliette Abecassis car très sensibilisée sur le sujet et je l’ai trouvé remarquable. C’est bien qu’il y est des femmes qui évoquent ce sujet et que ce soit la fin des discours cucu la praline sur les enfants, la maternité etc ..Mais moi je sais que ce qui m’interesse c’est un vrai introspection sur le sujet, dans toutes ces contractions, mais pas spécialement un temoignage à charge … C’est pourquoi je ne suis pas sur d’avoir envie de lire ce livre, mais qu’à l’inverse le livre d’Abecassis était magnifique, et carrément d’utilité publique !

  • #62 Cec jeune mariée le 11 septembre 2007 à 11 h 25 min

    C’est clair que quand je lis tout ca sur les enfants, en avoir ou pas, je ne peux pas m’empécher de penser à tous ceux qui n’ont pas le choix, comme toi Poupoupinette… C’est injuste, et je me sens vachement inutile face à des femmes qui connaissent cette souffrance.

    Pour autant, je trouve ca vraiment bien, que ceux qui n’ont pas ce choix n’en fassent pas un argument d’obligation pour "ceux qui peuvent" ;)

    @funambuline : merci, c réciproque :)

    @Mononoke : je crois que ca devient viscéral à un certain âge seulement hein, d’après mon expérience et celle des coupines ;) suis BEAUCOUP plus vieille que toi du haut de mes 33 ans ;)

    En tous cas c’est cool de pouvoir lire tous ces commentaires sans langue de bois et sans militantisme non plus , ca aide à comprendre des points de vue différents !!

  • #63 Hélène le 11 septembre 2007 à 13 h 27 min

    Tu vois c’est ça que je trouve dur, c’est que tu n’aies pas pu en parler Marie Laure… Ca reste tabou, de dire des trucs négatif sur les enfants et la maternité…

    Lou tu fais bien de souligner les questions de contraception, en effet c’est aussi un problème.

  • #64 Coraline le 11 septembre 2007 à 11 h 27 min

    On me dit régulièrement que j’intellectualise trop mais c’est aussi, je pense, ce qui me permet de prendre du recul sur les choses.
    Me permettant de savoir ce que je veux moi, au fond, et de le distinguer de la "norme sociale" en vigueur

  • #65 Londoncam le 11 septembre 2007 à 11 h 31 min

    Coraline, tu as tres bien ecrit le commentaire que je voulais ecrire. Merci :-) ! Je veux des enfants. Ca me fait peur, c’est vrai, quand je pense a la realite et les emm*rdes, a l’education qu’il faudra leur donner… Mais je suis tres famille et j’ai envie de la prolonger cette famille et d’avoir un etre a elever et voir grandir.
    Par contre, je suis tout a fait d’accord que faire des enfants doit etre un choix personnel et ne doit pas dependre de la pression de la societe !

  • #66 Celimel le 11 septembre 2007 à 11 h 34 min

    Puisque certaines demandent ce qu’on ressent quand on ne veut pas d’enfants, je parlerai pour moi:

    j’aime beaucoup les enfants des autres… pour un après-midi, ou un week-end. Je les trouve gentils, mignons, tout ça, mais je n’ai aucun feeling, je ne sais pas leur parler, je ne sais pas jouer, en gros, je ne sais pas quoi en faire ! Si on me colle un bébé dans les bras, ben, je me sens toute bête après 10 secondes.
    J’ai du faire 3 fois du baby sitting dans ma vie, c’était les pires moments que j’ai vécus.

    En fait, c’est simple, je suis perdue face à un enfant. C’est une bête étrangère pour moi. Je comprends totalement les gens qui sont fous des enfants, la plupart de mes amis le sont, et me refont la scène du "oh, mais enfin, mais si, tu vas changer d’avis, c’est pas possible de ne pas vouloir d’enfants" à chaque fois que je leur dis que je préfère pour eux que pour moi.

    Seule angoisse pour l’ instant: je viens de rencontrer quelqu’un. Qui aime les enfants. Je ne sais pas comment lui dire que ce n’est pas avec moi qu’il en aura.

  • #67 funambuline le 11 septembre 2007 à 11 h 34 min

    @ Lili: effectivement c’est dans les tripes. J’adore mes neveux, certains (pas tous, certains m’insupportent carément!!!) enfants de mes amis. Mais je n’ai jamais ressenti "dans les tripes" l’envie d’en avoir, au contraire, je ressens bien une NON-ENVIE de tomber enceinte (et là viennent les questions à la con du genre: mais tu n’aimerais pas savoir quand même ce que ça fait? NON, aucune envie de prendre 20kg en 6 mois, d’avoir les chevilles qui gonflent des bouffées de chaleur, d’être hormonalement incontrôllable, et j’en passe et des meilleures), NON-ENVIE de pouponner (mais pourtant les bébés c’est si chou? NON, ça hurle, ça fait caca toutes les demi-heures, ça dort quand il faut pas et surtout pas la nuit et c’est complétement dépendant, on peu jamais être seule après ça) et NON, je n’ai jamais eu envie d’éduquer quelqu’un, sinon, je serais probablement prof.
    Je comprends pour quelqu’un qui en a envie "dans ses tripes" qu’on ait du mal à saisir qu’une absence d’envie se ressente aussi. C’est parce que ce n’est pas juste une absence de ressenti, c’est un autre ressenti, un autre désir: je ne veux pas.

    Sinon, je dois avouer que depuis qu’Hélène en a parlé la première fois, j’ose en parler beaucoup plus librement autour de moi, le fait de savoir que d’autres ressentent la même chose et que je ne suis pas une extra-terrestre m’a libérée. J’en ai d’ailleurs parlé beaucoup avec ma mère qui me dit que si elle avait mon âge aujourd’hui, elle penserait et ressentirait probablement la même chose que moi. Et j’en ai été très contente, soulagée d’être vraiment comprise (après de nombreuses discutions et le temps d’avaler le truc, hein, pas au bout de 20 minutes). Bref, tout ça pour dire que je pense que les enfants de cette auteure (et oui ça s’accorde, c’est bien ça Hélène?) ne devraient pas forcément le prendre mal, à partir du moment où elle explique. Et ce n’est pas parce qu’elle se rend compte après en avoir eu qu’elle n’en avait pas forcément envie qu’elle est pour autant une mauvaise mère!!!

  • #68 Millie le 11 septembre 2007 à 11 h 34 min

    enceinte de 8 mois, mon avis sur la question est plutot clair ;-)
    J’ai toujours voulu des bb, plein de bb, mon homme aussi, on s’est donc bien trouvé.

    Je suis par contre assez perplexe devant ce genre de revendications (comme devant toutes les revendications du genre d’ailleurs), et surtout je me met à la place des enfants de cette dame, ça doit pas être hyper facile à vivre pour eux… Je ne comprend pas vraiment la démarche de l’auteur en fait, à part faire un bouquin provoc’ pour vendre.
    Ce n’est pas un sujet tabou pour moi, mais à mon sens, le sujet devrait être traité avec plus de délicatesse.

  • #69 Althéa le 11 septembre 2007 à 11 h 35 min

    Bonjour à toutes !

    Je lis régulièrement ce blog fort instructif, ma foi !
    C’est la première fois que je commente : désir et non-désir d’enfant, ça m’interpelle ! Je voulais juste apporter mon témoignage car je n’ai jamais eu ce désir d’enfant, "dans les tripes" comme disent les commentaires précédents. Jusqu’à il y a peu, les enfants, très peu pour moi, merci bien… Et pourtant depuis quelques mois, le désir d’enfant s’impose à moi. Envie d’avoir un enfant avec mon homme, cet homme-là, précisément. C’est difficile à accepter, en fait, parce que depuis des années j’étais fermement convaincue que je n’aurai jamais d’enfants… Alors désir ou non-désir, l’important c’est de se laisser libre de changer d’avis !

  • #70 teatree le 11 septembre 2007 à 11 h 35 min

    exactement pareil que toi Londoncam!

  • #71 Hélène le 11 septembre 2007 à 13 h 35 min

    Il n’y a pas de "jeu", lily…
    Si tu ressens ce besoin dans ton parcours de vie, et que tu peux le compbler sainement, c’est le principal.

    Agnès je vais finir par y penser ;-)

  • #72 segomaus le 11 septembre 2007 à 11 h 37 min

    Celimel, ton commentaire m’a rappelé des souvenirs. J’ai toujours détesté le baby-sitting, les enfants des autres, pas forcément bien élevés, bouah!
    J’espère que tu trouveras le courage de dire à ton nouveau compagnon ce que tu ressens et qu’il aura l’intelligence de te comprendre. La maternité doit rester un choix. Bon courage.

  • #73 Alice45 le 11 septembre 2007 à 11 h 39 min

    Pour répondre à Emma, non ce n’est pas rose de vivre en couple c’est pourquoi il y a des millions de célibats choisis dans le monde. Je dis bien choisis. C’est pareil pour la maternité. Je ne veux ni copain ni enfants à moi pour diverses raisons (et moi aussi je dois en avoir plus de 40!). Peut-être qu’un jour j’adopterai mais ce n’est pas pour tout de suite. On fait ce qu’on veut. Si on veut se marier jeune et avoir 8 enfants ca ne me dérange pas du moment qu’on ne me "force" pas par pression et question déplacée à en faire autant. J’ai l’impression que le coup des gosses c’est comme le coup du copain. On dirait que ca gêne et dérange les gens qui sont en couple et ont des gosses de se retrouver avec des célib sans enfants. Pas tous mais certains.

  • #74 Hélène le 11 septembre 2007 à 13 h 41 min

    Oui Ménille, je comprends, mais justement je ne suis pas sûre que ce soit à ces femmes-là, précisément, que ce bouquin pose problème. Parce que si elles sont fermementt convaincues de leur choix et droit dans leurs bottes, ça ne devrait pas leur faire tellement d’effet, à mon sens.

    funambuline tu es adorable et je suis touchée (vraiment), mais pour le non-polémique, je ne suis pas sûre de tenir sur un bouquin entier ;-))

  • #75 Poupoupinette le 11 septembre 2007 à 11 h 42 min

    En fait, Cec jeune mariée, ce n’est pas vraiment une souffrance. J’aurais pu le prendre comme tel, mais à quoi bon ? Mieux vaut vivre heureuse que d’aller contre le courant, je crois.
    Et comme je veux tout faire donc pour être heureuse, mis à part quand le rêve et l’inconscient me submerge, ou cette foutue image de nouveau-né à la télé, je dévore tous les livres qui parlent de la croix d’être mère. Je me dis "C’est toujours une galère que je ne connais pas !". Youp la boum !

  • #76 Marie Laure le 11 septembre 2007 à 11 h 43 min

    J’avais écrit un commentaire long comme un jour sans mon blog de fille, puis je l’ai effacé j’avais peur de ne pas être claire.

    Juste un mot alors pour dire que je me trouve dans la situation entre les 2 qui est pas terrible puisqu’après 35 ans à clamer que je n’en voulais pas je me suis décidée à en faire un avec mon chéri.

    Alors je trouve ça moche puisque j’apporte de l’eau au moulin des gens qui ne comprennent pas ceux qui n’en veulent pas…puisque finalemnt je me suis "décidée"…
    Et qui ne comprennent pas non plus que bien que j’aime mon Troll je n’ai pas aimé être enceinte, accoucher c’est primitif et ça fait mal, et que non avoir un enfant ne fait pas de moi une femme "accomplie" enfin, et qu’il n’est pas la seule joie de ma vie!

    Sinon ça fait du bien de vous retrouver après quelques jours perdue en Ardèche où bien que le saucisson soit délicieux on s’ennuie ;)

  • #77 Hélène le 11 septembre 2007 à 13 h 45 min

    Oui je vois ce que tu veux dire Lilimpro, mais les enfants ont beau être des humains (sans aucun doute ;-)), ce ne sont pas des humaines comme les adultes, et je ne me sens aucune affinité avec eux.
    De temps en temps l’un d’eux me touche et me plaît, mais c’est très rare. Leur manière d’être, leur mode de communication, leur type de fonctionnement, tout ça m’est très étranger et ne m’attire absolument pas.

    PS : et funambuline a raison ;-)

  • #78 Lilimpro le 11 septembre 2007 à 11 h 47 min

    Merci Funambuline, j’allais justement recopier le passage qu’Hélène vient de citer, allez je le fais:
    "ce n’est pas juste une absence de ressenti, c’est un autre ressenti, un autre désir: je ne veux pas."
    c’est très parlant!!

  • #79 Hélène le 11 septembre 2007 à 13 h 48 min

    Quand je suis chez moi et que je peux le faire, oui, Agnès ;-)

    Diane de Lutèce je suis d’accord avec toi sur ce point, c’est terrible pour un enfant de savoir qu’il n’ pas été désiré, mais comme je l’ai dit plus haut, nous ne savons pas quels rapports Corinne Maier entretient avec les siens ni comemnt elle gère sa famille, donc il est difficile de porter un jugement sur elle…

    Clémtite j’ai toujours entendu ma mère dire : j’adore mes enfants, mais je ne suporte pas ceux des autes ! ;-))

    celia j’ai éclaté de rire en lisant ton commentaire ;-))

  • #80 Coraline le 11 septembre 2007 à 11 h 49 min

    Encore moi… Pour dire que justement en ce moment, je suis en train de lire un recueil de nouvelles qui s’appelle "Naissances", écrit par des auteures qui sont aussi mères…
    Je pensais lire des petits textes mignons sur la maternité et en fait les écrits (en tous cas les premiers que j’ai déjà lus) sont bien plus réalistes, sur l’accouchement et la période juste après. Pour le coup, je n’y ai pas du tout trouvé de conte de fée de la maternité mais plutôt la réalité brute vécue par quelques mères….

  • #81 mano29 le 11 septembre 2007 à 11 h 50 min

    Bonjour à toutes,
    J’ai 3 enfants, en age d’etre parents eux memes, et je souhaite avoir des petits enfants. Pour moi avoir des enfants était à l’époque la suite logique du mariage….. Mais je ne dis pas que ça a été rose tous les jours loin de là…. Je suis fille unique, et ravie d’avoir eu trois enfants. je trouve qu’il vaut mieux ne pas avoir d’enfants du tout que d’en avoir un seul.
    Ne culpabilisez pas les filles, pensez d’abord à vous et profitez bien.
    Je suis actuellement malade et ravie d’avoir mes enfants qui me soutiennent… chacun son tour!!!!!
    Pleins de bisous à vous toutes et merci Hélène

  • #82 funambuline le 11 septembre 2007 à 11 h 52 min

    Je cherchais d’autres exemple de "désir négatif"…
    "Je ne veux pas de ride du lion", "je ne veux pas de rouge dans les colorations pour cheveux"…
    :-)

  • #83 LaHyèneBlonde le 11 septembre 2007 à 11 h 53 min

    hélène je pense pareil.. quand je pense au faite d’avor un enfant, j’ai envie de pleurer.. j’suis bloquer.. j’peu pas….
    Par conrte je comprend parfaitement les personne qui en désire vraiment, je ne critiquerait jamais ca.. il faut de tout pour faire unmonde.. c’est plus que nécessaire

  • #84 misschic le 11 septembre 2007 à 11 h 54 min

    Moi j’ ai un souci different c’est plutot : a quand le deuxieme?
    mais voila, j’ en ai fait un, et maintenant je n’en veux plus. on change c’est comme ça.
    je ne vais quand meme pas me forcer.e t puis je suis fille unique et on en meurt pas. mais alors pas du tout. je dis ça parce que souvent, le fait d’ en avoir un seul peut paraitre aussi offensant pour certain que de ne pas en vouloir du tout, forcement c’est parce qu’ on est malade pour eux…ah lala.

  • #85 Hélène le 11 septembre 2007 à 13 h 58 min

    Merci Lilimpro ;-)

    Odile ça m’étonnerait beaucoup que tu fasses ce choix par conformisme, le conformisme c’est pas ton genre (dieu merci) ;-)

  • #86 Glop le 11 septembre 2007 à 11 h 59 min

    Bonjour!
    J’ai trouvé ce bouquin caricatural, un peu pauvret, c’est dommage car le sujet est très rafraîchissant! J’ai un enfant, il y a des moments durs mais aussi des moments totalement incroyables, magiques, ou juste chouettes…
    J’aime le bouquin de Darrieussecq car il montre bien ce double aspect des choses: à la fois, de temps à autres, un sentiment d’aliénation, mais aussi (en même temps!) une relation puissante, riche, surprenante avec l’enfant, son père.
    En lisant No Kid, j’ai eu l’iimpression que l’auteure était juste un peu coincée dans sa vie, avec une conception bornée de l’enfance qui induit des situations difficiles. Si elle n’avait pas d’enfants, ce serait autre chose qui l’empêcherait de faire ce qu’elle veut/voulait/aurait voulu vouloir. Il me semble… Et si ma propre mère avait écrit des choses pareilles avec l’ambition affichée (voir la couv… et la médiatisation, les propos "chocs") de faire un coup éditorial, j’aurais été très blessée. Lu dans le Nouvel Obs (il me semble) que si elle n’avait pas eu d’enfants elle n’aurait pas pu écrire ça. bof…. Certainement pas écrire "ça" (la description des moments de crises par ex) mais écrire sur le fait de ne pas avoir/vouloir d’enfants, j’aimerais bien avoir l’avis circonstancié d’une nokidienne justement! Là j’ai surtout celui d’une mère pas heureuse.
    Quand je râle que mon enfant m’empêche de faire ci ou ça, je sais bien au fond que ce n’est qu’à moitié vrai… Et qu’on déplace sur la maternité les difficultés qu’on n’a pas réglées avec soi-même. En même temps, elle a raison de défendre les nokidiennes: j’ai plusieurs amies dans ce cas et le regard porté sur elles est parfois odieux (enfin toutes proportions gardées: le regard d’un bel homme sur le ventre plat et musclé de ma copine au café du coin, je le veux bien aussi!). Il y a bcp de jalousie aussi là-dedans, envers elles.
    Moi ce que j’aimerais, c’est davantage de bouquins intelligents sur le fait d’être mère justement… Il n’y a pas grand-chose entre le traité de psychologie infantile de niveau doctoral et l’ouvrage de vulgarisation pour attardées.

  • #87 Christine le 11 septembre 2007 à 12 h 00 min

    Coucou, les filles ! C’est réjouissant de voir qu’on peut discuter tranquillement de tout sans que ça dérape dans l’insulte et le mépris :o)
    Perso, j’ai des enfants et j’en suis ravie (enfin, pas tous les jours !), mais le désir profond (et partagé par le couple, bien sûr, pas unilatéral) de ne pas en avoir, ça me semble pourtant parfaitement digne de respect … Ce n’est en rien une décision contre-nature, c’est un choix intime et visceral, et je trouve lamentable qu’on soit sans arrêt obligé (sommé ?) de s’en expliquer par les tenants intégristes de l’autre mode de vie !
    Je suis contente de voir qu’il n’en est rien ci :o)

  • #88 Glop le 11 septembre 2007 à 12 h 01 min

    Et je vis la même chose que Misschic et en effet c’est LOURD (mais c’est chouette aussi d’en avoir qu’un…. eh eh eh)

  • #89 Marie Laure le 11 septembre 2007 à 12 h 01 min

    Sans compter que quand on est enceinte on ne peut pas manger de saucisson ni de fromages au lait cru…;)

  • #90 Cec jeune mariée le 11 septembre 2007 à 12 h 02 min

    Ce que je toruve vraiment positif en lisant vos commentaires, c’est que aujourd’hui, les femmes se sentent libres de dire "j’en veux pas", mais se sentent aussi libre d’afficher leur choix clairement… et d’en changer sans culpabilité, et ca, c’est chouette :)

    C’est notre expérience qui nous fait évoluer au fur et à mesure, sans qu’on sente le poids d’obligation dictée par la société, la religion, ou que sais-je, ca fait du bien à lire :)

    Et j’ai compris que pour beaucoup ce n’est pas un manque d’nevie mais carrément un désir de NON enfant, ce que je ne savais pas !!

  • #91 lizou le 11 septembre 2007 à 12 h 06 min

    pff moi j’aimerai etre un papa mais pas une mère, c’est con.

  • #92 Hélène le 11 septembre 2007 à 14 h 09 min

    L’idée de l’avoir dans les tripes me semble un peu flippante, ça voudrait dire que la tête n’entre pas en ligne de compte, ce qui me fait toujours un peu peur ;-)

    Cécile de Brest c’est intéressant ce que tu dis : "A partir du moment où l’on ne porte préjudice à personne, chacun est libre" : justement, quand on fait un enfant on engage la vie de qqn d’autre et plus seulement la sienne propre.

  • #93 garance le 11 septembre 2007 à 12 h 11 min

    Moi non plus, pas lu, mais c’est bien que les choses changent… Dans le sens de la liberté!

  • #94 Tintamare le 11 septembre 2007 à 12 h 14 min

    J’ai un 1 enfant et je ne désire pas en avoir d’autres, et bien ça non plus les gens ne le comprennent pas.
    Je comprend les femmes qui ne désire pas avoir d’enfants. Je suis contente que ce tabou sort enfin. Désacraliser la maternité, non ce n’est pas un aboutissement, ni une finalité de la féminité, ou du bonheur à deux.

  • #95 Sarah le 11 septembre 2007 à 12 h 16 min

    J’adore ce genre de bouquin, ça me rappelle un peu les articles de Cosmo en plus détaillé…et plus intelligent
    (bon, j precise que je ne lis QUE le Cosmo US…ok, c’est pas forcement mieux mais bon,c est en anglais…)
    Tout ça pour dire que je n’ai pas d’enfant,
    aucune envie d’en avoir pour le moment…
    bon, pas de mec, donc…

    bisous

  • #96 Hélène le 11 septembre 2007 à 14 h 16 min

    Ou de le faire pour soi, comme ça arrive souvent Cécile de Brest… Parce que c’est de la vie de qqn, dont il s’agit…

  • #97 alex le 11 septembre 2007 à 12 h 21 min

    Oui je suis d’accord Cec mais le fait est, comme dit Hélène, de nos jours on peut choisir et "faire parti" des gens qui veulent pas d’enfant mais je trouve qu’en général ça soulève toujours des questions, comme si c’était un peu étrange, si quelqu’un ne veut pas d’enfant on lui dira presque systématiquement "Ah bon mais pourquoi?", que quelqu’un qui en veut limite on entendra même pas que dans la conversation il a dit qu’il en voulait, ça n’a rien d’extraordinaire, ça fait même parti de la logique et du normal…
    Voilà ; et puis pour parler de moi un peu ;) ben moi j’ai une petite fille de 4 ans que j’aime plus que tout c’est sur, j’ai adoré être enceinte j’en rêvais carrément, c’était génial, je me souviens presque même plus de la douleur de l’accouchement mais tout est très loin d’être rose, la vie change du tout au tout, tu n’as plus le droit et le choix d’être égoïste et de penser principalement qu’à toi… et tout ça il faut en avoir envie ; alors même si j’ai du mal à assimiler que quelqu’un ne désirera JAMAIS de toute sa vie avoir un enfant, ben au fond je crois que je comprends quand même.

  • #98 Hélène le 11 septembre 2007 à 14 h 25 min

    Lène je te remercie pour ce commentaire d’uen sincérité absolue, je n’avais jamais entendu aucune jeune mère dire tout ça, ça fait un bien fou de voir sauter ce couvercle des convenances et du non-dit ! Et sois la bienvenue, bien sûr !

    guessemma moi j’en ai entendu plein, des gens dire qu’ils faisaient des enfants par altruisme : c’est merveilleux de donner la vie, etc, ça c’est du pseudo altruisme. Parce que non, ce n’est pas toujours merveileux de donner la vie, et qu’il faut être honnête, les enfants on les fait pour soi.

  • #99 Uranie le 11 septembre 2007 à 12 h 27 min

    je refuse absolument d’être considérée comme une anormale!!!!! et je suis contente que sur ce blog, le sujet "femmes-qui-veulent-pas d’enfants" soit aussi bien traité. j’ai des amies à qui je n’ose même pas dire que je ne veux pas d’enfants tant ça fait partie intégrante de leurs vies. j’avoue que même si je comprends que des femmes aient envie d’être mères, ça me semble quand même un peu effrayant de concevoir que le bonheur passe forcément par le fait d’avoir des enfants; comme si les autres satisfactions qu’on pouvait avoir n’avait pas de valeur comparé à ça. je trouve ça triste.

    perso, je ne ferme pas complètement la porte à l’éventualité d’avoir des enfants. je suis encore jeune, alors… je pense que ça dépendra aussi de l’homme avec lequel je serais. tous les commentaires insistent sur le désir qu’on a dans les tripes ou pas. moi je pense que c’est pas vraiment un désir qu’on peut avoir toute seule; c’est un truc à deux: l’envie comme le choix.

    d’un point de vue plus général, il faut aussi dire qu’on a beaucoup de chance, nous les femmes, de vivre dans un pays ou la femme est assez libre d’elle-même et de son corps, même s’il y a encore des pressions sociales. toutes les filles de la terre n’ont pas la même possibilité que nous de se retrouver sur un blog pour parler de ces choses là avec autant de franchise.

  • #100 Hélène le 11 septembre 2007 à 14 h 33 min

    C’est vrai Diripouf, tu n’as pas tort… mais le côté tripal de la maternité me fait plus flipper que les autres, sans doute parce que ce n’est pas du tout mon truc…

  • #101 alex le 11 septembre 2007 à 12 h 34 min

    ça c’est sûr

  • #102 Delph le 11 septembre 2007 à 12 h 36 min

    Merci Hélène pour le lien vers mon article, cela me fait plaisir.

  • #103 Hélène le 11 septembre 2007 à 14 h 47 min

    Oui Carambouille, c’est ce qui m’a posé question dans ce bouquin, et qui reste une question pour moi, comment gérer ça avec ses propres enfants ? Pas évident du tout.

  • #104 annelise le 11 septembre 2007 à 12 h 47 min

    ben euh. Alors d’abord chuis hyper d’accord avec je sais plus qui, les pro-bébés sont aussi pénibles que les anti-enfants quand ils revendiquent de trop. Ce qui compte, c’est de laisser vivre. Et que chacun se mèle de ses fesses. Faut respecter les désirs de chacun, aussi bien de ceux qui en veulent que de ceux qui n’en veulent pas. Et personne ne devrait avoir à se justifier sur ses choix.

    Perso, j’ai rien contre les enfants, j’en garde de temps en temps. Mais actuellement, je ne sais pas si j’en veux. Cec Jeune mariée parle des tripes, et ben justement moi je bêtifie devant les toutous, pas devant les bébés. Ca me fait rien les bébés. Les enfants, ça me dérange pas, je joue avec eux s’ils sont là, je m’en occupe bien, sinon on me rappellerait pas pour les baby sitter si souvent. Mais j’ai pas ce truc des tripes.
    Alors ça veut dire quoi. Je sais pas. Que j’aime les enfants des autres, mais que enfanter ça me laisse de glace ? Y a un psy dans la salle ???? En gros, j’en suis au stade où je sais pô. Le z’homme a été un peu formaté, et au début disait qu’il en voudrait plus tard. Mais quand je l’ai vu en présence d’enfants, pas à l’aise du tout, comparé à certains de mes copains qui sont gagas, je lui ai posé la question de savoir s’il en voulait vraiment, ou si c’était pas juste parce qu’on lui avait seriné les oreilles, et la société, et bla bla bla, descendance, héritier, etc…. Parce que je le trouvais pas franchement gaga devant les bébés non plus. Du coup, ça l’a fait réfléchir aussi, et il sait plus non plus. ;-))) Malin, hein. Heureusement on a encore le temps de voir venir…:-)

  • #105 Murielle le 11 septembre 2007 à 12 h 47 min

    @ Celimel: je me retrouve tout à fait dans tes propos… je me suis toujours sentie maladroite avec les enfants. Par contre, j’ai tout de suite annoncé à mon compagnon que je ne voulais pas en avoir… par chance, lui non plus n’avait pas ce désir viscéral en lui.
    Je n’ai pas lu ce livre, je ne peux dire ce que j’en pense. Par contre, je trouve très bien qu’Hélène, sur son blog, ose aborder ce sujet.
    Ce que je peux dire, c’est que j’ai longtemps souffert du regard des autres qui me jugeaient comme "égoïste" (au mieux), voir comme un "monstre" et qui me demandaient de me justifier. Je pense que dans un sens comme dans l’autre, on ne devrait pas à avoir à justifier son choix (son désir). On en veut, on en veut pas, chacune doit pouvoir faire selon ce qu’elle ressent. Toutes mes amies autour de moi sont mamans, et je suis contente pour elles parce que c’est ce qu’elles voulaient… mais je sais que la plupart d’entre elles ne comprennent pas ma "non maternité".
    Tout au long des années, on m’a dit "tu verras, tu changeras d’avis"… "tu regretteras quand tu seras vieille"… aujourd’hui, j’ai 40 ans (pas encore vieille… mais plus une jeunette ), et je n’ai pas de regrets et toujours le même "non désir" d’enfant… et non, je n’ai pas l’impression d’être égoïste parce que j’ai fait ce choix. Pendant longtemps, ça m’était si pénible d’être jugée, que parfois, lorsque quelqu’un pensait que je n’en avais pas parce que je ne pouvais pas en faire, je le laissais croire… pour avoir la paix. Aujourd’hui, ça m’est égal, et j’assume mon choix de vie. Pourquoi faire un enfant si l’on a pas cette envie au plus profond de soi? A mon avis, ce n’est bon ni pour l’enfant, ni pour la mère.

  • #106 isabelle le 11 septembre 2007 à 12 h 51 min

    moi j’ai toujours pensé avoir des enfants sans réfléchir pourquoi….
    y’a pas de pourquoi, pas de rationnel là dedans
    maintenant que j’en ai une, je sais pourquoi j’en voulais…. car je vois les effets sur moi extrêmement positifs
    je suis donc d’accord avec celles qui disent qu’il n’y a pas lieu de rationnaliser, ni de se justifier, faut le sentir
    et si on le sent pas, c’est qu’on n’est pas prêtes, c’est tout et peut-être qu’on le sera jamais
    car c’est une pure folie de se lancer là-dedans si on n’en n’a pas envie!!!! ça c’est sûr!

  • #107 Claire le 11 septembre 2007 à 12 h 53 min

    Faut pas rêver, hélène, ce bouquin n’est qu’on coup éditorial… sans parler de la vacuité risible et inquiétante en matière de décervelation de la population que le représente celui d’Abécassis.

  • #108 isabelle le 11 septembre 2007 à 12 h 53 min

    je précise que je n’aime pas spécialement les enfants et que jamais je ne pourrais être assistante maternelle ou instit
    mais les siens c’est pas pareil, c’est pas le même rapport
    il ne s’agit pas d’aimer les enfants, c’est d’élever une personne en devenir
    parce qu’enfant, il le restera pas tellement longtemps au regard de sa vie
    faut savoir si on a quelque chose à transmettre à cette personne qu’on devra élever

  • #109 Uranie le 11 septembre 2007 à 12 h 54 min

    Hélène, c’est sûr qu’il faut toujours rester vigilante face aux tendances rétrogrades de la société, mais ce que je veux dire, c’est qu’on a quand même de la chance de voir qu’aujourd’hui, en france, on ose de plus en plus dire que la maternité n’est ni un acquis ni une évidence pour les femmes. j’avoue que quand je vois les lois sur l’avortement dans d’autres pays d’europe (dont certains sont tout proches de nous), c’est assez dingue de penser qu’on est en 2007, qu’il y a eu les mouvements pour les droits de la femme et tout ça… l’important c’est de ne pas accepter la fatalité de la norme.

  • #110 Hélène le 11 septembre 2007 à 14 h 59 min

    Roh oui segomaus, c’est rare, tu as du bol !

  • #111 Tintamare le 11 septembre 2007 à 12 h 59 min

    @misschic : désolée pour mon comm qui est venu en doublon au tien (pas eu le temps de tout lire à ce moment là), et étant fille unique aussi, je confirme que ça renforce l’incrompréhension totale des gens.

  • #112 marion le 11 septembre 2007 à 13 h 05 min

    on a la chance de pouvoir dire aujourd’hui : je ne veux pas d’enfants ou j’en veux, je veux un mec mais pas de môme, je veux un môme mais surtout pas de mec, j’ai des mômes mais j’avoue que j’en bave, et non, mon accouchement n’a pas été le plus beau jour de ma vie.
    Il est enfin révolu le temps où on crachait sur celle qui ne se "reproduisait" pas, qui n’était pas femme parceque non mère, même si tout ça reste encore très présent (j’entedns encore des patientes me dire "mais si, il faut faire des enfants si on ne veut pas vieillir tout seul")
    Moi j’en ai pris mon parti : pas de papa sérieux = pas de mômes, et puis si le papa sérieux ne se présente jamais, bah y’aura pas de mômes à l’horizon, c’est tout.
    je ne crois pas que je lirai ce livre, ça risque de m’horripiler rien qu’à lire les situations pénibles qu’elle doit décrire :))))))

  • #113 Lou le 11 septembre 2007 à 13 h 14 min

    Pour ce qui est de la contraception, rappelons aussi qu’en France, pour les "nullipares" (joli, non ?), c’est la croix et la bannière pour se faire prescrire autre chose chose que la pilule. Or, dans les autres pays européens par exemple, on offre le choix entre la pilule, le stérilet (oui, même si vous n’avez jamais eu d’enfant avant, la raison pour laquelle on refuse ça aux "non mères", c pas médical, c juste que si tu as déjà eu des enfants et que ça s’infecte parce que tu ne surveilles pas ta santé, et qu’ensuite, tu as des pbs de fertilité, c moins grave… sans commentaire, je pense), les spermicides et leurs accessoires…
    Et en France, la stérilisation des messieurs pour raison contraceptive est assimilée à une castration et est illégale (je crois, mes infos datent un peu, prenons des pincettes)… pas en Belgique, par exemple.

    Alors oui, soyons pro-choix, quel qu’il soit. :)

  • #114 Marie Laure le 11 septembre 2007 à 13 h 17 min

    A l’instant je viens de me souvenir de la pensée que j’ai eu au moment où mon chéri nous conduisait à la maternité : " ben ça y est on va plus être tous les 2" et j’avoue que j’ai eu un instant de panique comme si ce bébé allait m’enlever quelque chose…
    J’ai jamais osé en parler pour pas qu’on me réponde que c’était TELLEMENT formidable d’être 3 .

    Ce sentiment s’est vite effacé mais n’empêche que j’y ai pensé.

    Et non je ne veux pas de 2ème enfant, unique c’est bien non?

  • #115 Marie Laure le 11 septembre 2007 à 13 h 29 min

    j’ai pu en parler avec mon homme quand même et tant mieux , mais c’est vrai que c’est dur de ne pas pouvoir exprimer ce qu’on ressent sous peine d’être jugée.

  • #116 Agnès le 11 septembre 2007 à 13 h 34 min

    Etant une vraie "childfree" (à quand une expression équivalente en français?), j’ai jeté un coup d’œil sur ce livre. Quelle ne fût pas ma surprise de m’apercevoir que l’auteure était mère. Alors, oui, on lève le tabou de la-maternité-vallée-de-roses mais il faudrait un livre écrit enfin par une femme sans enfants et n’ayant pas le souhait d’en avoir. Tu pourrais le faire!! J’avais lu ton billet à ce propos et l’avais trouvé très bien fait.Je suis parisienne, 37 ans, mariée et je m’y étais tout à fait retrouvée.

  • #117 lily le 11 septembre 2007 à 13 h 34 min

    Jusqu’à 35 ans, j’étais "no kid" et assez radicale dans mon refus d’enfant.
    Mais après des gadins sentimentaux (avec des mecs qui justement ne voulaient ni enfant ni engagement), en arrivant également au bout d’une étape de ma carrière professionnelle et après le décès de mon père, j’ai complètement changé d’avis.
    Je fais aujourd’hui une demande d’adoption en célibataire. Parce que oui j’ai trouvé des raisons d’avoir un enfant : offrir à un autre ce que mes parents m’ont donné et que je ne pourrai jamais leur rendre (et c’est bien normal d’ailleurs). Avoir un enfant (qu’on le fabrique ou qu’on l’adopte), c’est accepter de se défaire de cette dette/cadeau et de la/le transmettre. C’est juste une logique de vie, de générosité.
    Désolée si mon commentaire heurte certaines, mais c’est le jeu non ?

  • #118 funambuline le 11 septembre 2007 à 13 h 38 min

    @ Lou: en ce qui concerne la contraception, je suis d’accord. J’ai vainement tenté de demander la pose d’un sterilet à 3 gynécos différents, mais étant nullipare (quelle mot atroce), aucun d’entre eux n’a voulu. Trop peur que j’ai des problèmes de stérilité et que je me retourne contre eux par la suite, même si je leur explique en long et en travers que je ne veux pas d’enfant. Je les ai tous menacé de leur envoyer ma facture d’IVG si ça devait m’arriver (ce qu’évidemment je ne souhaite pas, précision avant qu’il y ait des levées de boucliers parmi vous).

    Par contre, en ce qui concerne ces messieurs… en Suisse c’est aussi légal et possible. Mais pour en avoir discuter avec plusieurs amis, aucun d’entre eux, même en ayant aucune envie de n’avoir jamais des enfants, n’accepterait ce genre d’intervention, ils ont tous une sorte de blocage type "castration" là-dessus. Donc je suis pour le choix, mais je ne suis pas sûre que ce choix-là serve à grand’chose… eux ne veulent pas, c’est à nous de faire, encore une fois!!!

  • #119 Ménille Avénale le 11 septembre 2007 à 13 h 38 min

    J’ai lu ton post avec intérêt, Hélène, d’autant plus que je suis au courant de ce "non-désir d’enfant" dont tu as déjà fait part sur ce même blog. Je suis d’accord avec la désacralisation nécessaire de la maternité et de son association quasi-systématique à la féminité à partir d’un certain âge, comme si les femmes de plus de X ans n’étaient plus femmes que parce qu’elles sont mères (encore que ce type de pensée est en train de se décoincer de plus en plus).

    Cela dit, il y a une de tes phrases sur laquelle je tique :

    "Cela dit je conçois que pour les gens qui n’ont pas le même type d’esprit et sont plus conformistes ou traditionnels dans leur façon de vivre et de penser, ce livre soit tout à fait insupportable.
    Parce que la fille qui dit qu’avoir des enfants c’est complètement naze, en substance (même si elle ne le dit pas comme ça), ça ne peut pas plaire à tout le monde ;-)"

    Je ne crois pas que trouver ce livre insupportable soit un signe de conformisme ou de traditionnalisme, et cela me gêne que tu proposes cette équivalence. Il est évident qu’il ne peut pas plaire à tout le monde, et ce, pour une raison simple : il y a des femmes (je ne me classe pas dans le lot, en fait je n’ai pas encore abordé la question pour moi-même et je ne sais pas où je me situe sur ce sujet) pour lesquelles avoir un enfant est indispensable. Indispensable à leur épanouissement personnel, indispensable pour donner un sens à leur vie, pour des raisons qui leur appartiennent. Cela ne signifie pas pour autant qu’elles soient victimes du poids du conformisme ou de la tradition. C’est une question intime et personnelle qu’il appartient à chacune de trancher. Elles peuvent être tout à fait iconoclastes par ailleurs, mais considérer la maternité comme une étape essentielle de leur vie et ne pas apprécier un livre un peu provoc, bien que plein d’humour, sur la question, même si elles comprennent (rationnellement) les raisons qu’aurait eu l’auteur de l’écrire.

    Comprends-tu ce que je veux dire ?

  • #120 Camille-Ministre de Lyon le 11 septembre 2007 à 13 h 40 min

    Bon, je suis désolée, je n’ai pas pris le temps d elire TOUS les commentaires… Mais pour une fois, j’ai envie de commenter, et de dire ce que je pense aussi!
    c’est une coincidence, car hier, j’étais au resto avec une bande de copines, et je leur disais que je ne voulais pas avoir d’enfants. je ne crois pas avoir la patience, l’envie, etc d’élever moi même des enfants. j’aime les enfants, chez les autres, et à tres petite dose. Les pleurs, les cris, tout ça, c’est pas mon truc.
    alors, ces copines sont vite montées sur leurs grands chevaux, à vouloir à tout prix me persuader que, maintenant, c’est normal, je n’ai que 20 ans, je ne peux pas vouloird ‘enfants maintenant, mais tu verras, des que tu auras l’homme de ta vie, tu voudras des enfants, on parie? bref, j’en ai eu ras le bol de devoir me justifier. Parce que je pense que ce genre de choses là, c’est intime, et je sens que je n’en voudrais pas, d’enfants. Est ce que ça m’empeche d’être une femme, d’avoir un compagnon? je ne crois pas. Et ça ne fait pas de moi un monstre, ni une femme anormale. j’ai juste d’autres envies, et je ne pense pas que le fait d’enfanter soit l’aboutissement de la feminité.
    Mais chacune pense comme elle veut, evidemment.
    Ce livre, je veux le lire. Absolument. Même si, par ailleurs, j’en ai lu, des bouquins, qui font l’apologie de la maternité. Même si ça ne changera pas ma vision des choses!

  • #121 funambuline le 11 septembre 2007 à 13 h 40 min

    Comme Agnès, je t’y encourage vivement Hélène. ça manque, un point de vue non-polémique (comme tu sais le faire) et francophone. Je pense qu’il est vraiment temps!!!

  • #122 Lilimpro le 11 septembre 2007 à 13 h 42 min

    "Ben moi j’aime pas non plus les enfants des autres, j’aime pas les enfants en général, c’est absolument pas mon truc"
    Hélène, ça me fait un peu bizarre ce que tu dis là, parce que je comprends qu’on puisse ne pas vouloir d’enfants, je comprends qu’on ne trouve pas les enfants choux et mignons, par contre dire qu’on n’aime pas les enfants, ça me fait un peu comme si on disait "je n’aime pas les vieux", ce sont avant tout des etres humains… je vais peut-être un peu loin, mais pour moi c’est comme dire "je n’aime pas toute une partie de la population"… ? Les enfants ont aussi chacun une identité propre, et aussi des traits de caractère propres aux enfants, et qui sont très riches: leur spontanéité, leur imagination, leur capacité à s’émerveiller, leur naïveté.

  • #123 funambuline le 11 septembre 2007 à 13 h 44 min

    @ lilimpro: la "spontanéité / imagination / capacité à s’émerveiller / naïveté" on peut aussi la trouver chez certains adultes… et même la cultiver soi-même, non?

  • #124 Clématite le 11 septembre 2007 à 13 h 45 min

    Merci pour cet espace de partage qui permet d’enchainer les sujets futiles et sérieux.
    J’ai deux enfants de 4 ans et 8 mois et je les aime à la folie mais il n’empêche que le quotidien est parfois prise de tête.

    Le pire c’est que maintenant je ne peux pas dire que les enfants des autres m’insupportent car des enfants je suis censée comprendre !!
    Et bien quand j’ai payé la baby sitter pour aller au restaurant en tête à tête avec mon homme ça me fais sérieusement râler d’entendre des enfants chouiner !

    La seule à laquelle je peux le dire c’est ma copine qui n’en veux pas mais qui adore ceux des autres !!

  • #125 Diane de Lutèce le 11 septembre 2007 à 13 h 46 min

    La mère d’une de mes amies lui a un jour dit qu’elle n’était que le fruit d’un accident et que si ça n’avait été tenu qu’à elle, elle ne serait pas là. Je ne souhaite à personne et certainement pas aux enfants de l’auteur de se reconstruire après une phrase comme ça…
    Personnellement, j’ai du mal avec le militantisme de base et Corinne Maier me semble manquer de profondeur. Mais sans doute est-ce le propre des brulots.

  • #126 Agnès le 11 septembre 2007 à 13 h 46 min

    C’est la première fois que je suis le blog en direct. D’habitude, je passe à 2h du matin! C’est vraiment intéressant et impressionnant. Hélène, tu passes ta journée à l’animer? Si tu fais ce livre, je serai ravie de le lire. Bonne continuation.

  • #127 celia le 11 septembre 2007 à 13 h 47 min

    moi j’aimerai bien un jour etre enceinte mais pas avoir de gamin après

    à quand l’avortement au 9ème mois!?… c’est une blague hein n’allez pas me lyncher ….lol

    donc toujours pas d’envie d’avoir des enfants de rentrer dans cette norme qui pour l’instant me fait fuir

    ma soeur a eu un fils il y a 2 mois et ne parle que de ça au téléphone, on dirait qu’elle n’a rien d’autre dans la vie..je trouve ça tellement triste

    et j’avais du surement le dire mais tant que mes plantes creveront pas d’animaux domestiques et pas d’enfant…

    et en zieutant quelques commentaires plus haut j’en ai vu un qui parlait du sterilet et maintenant en france il le propose aux femmes n’ayant jamais eu d’enfants…

    bref no kids pour le moment…!

  • #128 Diane de Lutèce le 11 septembre 2007 à 13 h 52 min

    Désolée Hélène, je n’ai pas pu lire tous les commentaires! :-)

  • #129 Odile sans régime le 11 septembre 2007 à 13 h 52 min

    J’avais déjà repéré ce livre, mais je ne suis pas sûre de le lire. Non que j’aie peur d’être choquée, je pense au contraire que je pourrais être d’accord avec un certain nombre d’idées, et qu’à tout le moins ça me ferait rire (après tout, on peut bien prendre la chose avec humour !). Mais je sais que je veux avoir des enfants, sans que ce soit une envie viscérale.

    Je n’ai jamais été envieuse devant les mères avec les bambins, au contraire je mettais surtout en avant leurs cris, leurs pleurs, leurs caprices, l’engagement qu’ils demandent … Bref, je crois que je n’ai jamais été "gaga" devant les enfants, et pendant longtemps je disais même que je n’aimais pas les enfants, peut-être un peu par provocation, parce que j’en avais marre des sourires béats et des louanges faits aux enfants. Mais cela ne m’a pas empêchée de me dire que, un jour, j’aurais des enfants. Peut-être un brin de conformisme au fond, mais je pense que ce n’est pas la raison principale (j’espère en tout cas ! ;-)).

    Je me pose évidemment des questions par rapport à la maternité, à ce que cela changera dans ma vie, etc. Mais je n’ai pas vraiment peur, et à mon avis c’est parce que je ne me leurre pas, je n’idéalise pas, et je suis consciente (a minima en tout cas) de ce que ça peut être fatigant etc. Rien qu’avec un baby-sitting hebdomadaire pendant 6 mois, j’en sortais lessivée ;-) Enfin … le principal, comme tant d’autres l’ont fait remarquer, c’est tout simplement que l’on respecte les choix des uns et des autres :-)

  • #130 Plume le 11 septembre 2007 à 13 h 53 min

    Comment çà?! mais c’est telment beau la maternité! je me sens femme et épanouie dans ma vie que depuis la naissance de ma fille, il y a 2 ans.. comment aurais-je pu passé a coté d’un tel bonheur?!
    Sans blagues… tout çà pour dire que ya certaines personnes comme moi qui se fesait royalement chié dans une vie de célibat/couple sans enfants.

    Je conçois que y’en ai d’autre pour qui ce soit l’inverse!

    heureusement il y a un monde pour chacun! et dans lequel chacun s’épanouit à sa maniére!

  • #131 Lilimpro le 11 septembre 2007 à 13 h 54 min

    Hélène, oui je comprends ce que tu veux dire, ça me fait bizarre, mais je comprends. En fait, moi pendant un temps j’avais peur des enfants, parce qu’on est obligé de les aimer, vu que c’est chou, et sacré, et bla bla. Alors quand je n’arrivais pas à intéragir avec eux, je me sentais idiote. Mais j’ai eu, depuis, dans mon entourage, pas mal d’enfants, et des contacts extraordinaires, qui m’ont apporté autant que je leur ai apporté (alors qu’ils étaient tout petits!). Maintenant je me prends moins la tête… je les considère plus comme les autres êtres humains, il y a ceux que j’aime, et ceux que j’aime moins.

    Funambuline: évidemment!!!! Tu as raison. Je crois que je suis la première à le dire dans mon entourage (oui oui, tous les jours je dis "Funambuline a raison"), je veux juste dire que chez eux, c’est naturel, chez nous, ça l’est moins, mais heureusement qu’on peut conserver tout ça!

    Hélène, ça ferait du bien qu’une femme qui fait le choix de ne pas avoir d’enfants écrive sur ce sujet, et ta manière d’écrire changerait de ce livre (que je n’ai pas lu, mais apparemment il n’y a pas l’air d’y avoir la même sensibilité que la tienne dedans).

  • #132 Soeur Anne le 11 septembre 2007 à 13 h 57 min

    Et bien moi j’ai de la peine pour les enfants de cette dame !!
    En plus je trouve son livre plat et mal écrit, contrairement à celui d’Eliette Abécassis.

    En revanche, je ne pense pas que le désir d’enfant se construise à partir des réactions qu’on a vis-à-vis des enfants des autres. Je m’explique : Les enfants des autres ne m’ont jamais intéressée beaucoup, je n’ai jamais baby-sitté qui que ce soit, et les conversations exclusivement "enfants" m’ont toujours ennuyées. Je n’ai pas aimé être enceinte, c’est très incorfontable. Quand aux 3 premiers mois des enfants, avec leurs nuits sans sommeil, je maintiens que c’est un mauvais moment à passer. Sans compter tous ces gens qui me parlaient normalement avant et qui ne me parlaient plus que de bébés ! Eh oh, je n’ai pas perdu mes neurones en accouchant, hein !

    En revanche, je ne conçois pas de tenir mes enfants à l’écart si j’invite quelqu’un chez nous. C’est leur maison. Au nom de quoi les en ferais-je partir parce que l’invité du jour n’aime pas les enfants ? Quand je vais chez cette personne je ne lui demande pas de changer quelque chose à sa vie sous prétexte que moi ça me dérange !

    Ceci dit, je ne demande pas qu’on leur parle ou qu’on s’intéresse particulièrement à eux. (Répondre à leur bonjour, c’est tout) D’ailleurs en général, ils ne viennent "avec les grands" que pour se nourrir, et puis le soir, ils se couchent, hein. Mais je refuse la ségrégation, voilà tout.

    Quand à la question du "Pourquoi ne pas vouloir d’enfants", c’est vrai qu’elle doit être particulièrement énervante.

  • #133 Cécile de Brest le 11 septembre 2007 à 14 h 00 min

    Il y a un commentaire plus haut qui dit que c’est égoïste de ne pas vouloir d’enfant.

    Je ne comprends pas en quoi. Il n’y a rien de plus horrible que de faire des choses parce que c’est la norme sociétale. N’est-ce pas plus égoïste de faire des enfants et finalement de ne pas les aimer "comme il faut " ? (mon expression n’est pas terrible mais je n’ai pas trouvé mieux.) Egoïste par rapport à l’enfant que l’on aura fait juste pour ne pas être montré du doigt !

    Chacun fait ce qu’il veut de sa vie. A ce rythme-là, bientôt il va falloir justifier le choix de son métier ou de sa coupe de cheveux.

    A partir du moment où l’on ne porte préjudice à personne, chacun est libre.

  • #134 funambuline le 11 septembre 2007 à 14 h 00 min

    @ lilimpro: je suis positivement morte de rire!!!
    Moi j’ajoute souvent (*mode quinzième degré au moins on*) à "J’ai toujours raison!" (*mode quinzième degré off*) "tout est dans friends". Sauf que je me rends compte en écrivant ça aujour’dhui que c’est faux, même phoebe, qui sauvait la cause des childfree (malgré les triplés de son frère qu’elle a pondu), décide d’en faire avec Mike dans le tout dernier épisode, grosse déception que je suis en train de vivre. Snif.

    (un peu de légèreté dans ce débat primordial :-) )

  • #135 Plume le 11 septembre 2007 à 14 h 02 min

    Je suis plutot daccord avec toi Soeur Anne, j’ai un peu de mal avec les enfants des autres, enfaite ils ne m’attirent pas beaucoup plus que çà..

    Parcontre j’ai un rapport avec mon enfant, completement en admiration de chaque évolution! je l’adore, la papouille a longeure de journée, rien à voir !!

    Mais je reste cependant convaincu, qu’on sent la maternité en soi, et la femme qui ne le sent pas, a tout à fais raison de ne pas mettre au monde je pense.

  • #136 Diane de Lutèce le 11 septembre 2007 à 14 h 04 min

    J’aime beaucoup la diversité des avis exprimés, tant j’ai des difficultés à me faire une opinion claire sur le sujet. Il y a encore quelques années, je clamais "ah non, merci!". Maintenant, mon regard évolue, sans pour autant tomber dans l’idolâtrie que l’on voue parfois aux enfants et qui m’exaspère. Ce qui est intéressant, c’est que mon homme n’en voulait pas à la base et il remet tout cela en question depuis qu’on est ensemble. Le truc de dire "on l’a dans les tripes ou pas" m’est totalement inconnu; c’est plutôt un cheminement d’abord personnel et à deux ensuite. Mais j’enfonce probablement des portes ouvertes!

  • #137 Mattiou le PS le 11 septembre 2007 à 14 h 05 min

    Coucou

    et bien moi je veux des enfants mais je sais pas pourquoi…ca doit etre hormonal LOL

  • #138 dola le 11 septembre 2007 à 14 h 07 min

    Faut-il vraiment avoir des raisons pour vouloir des enfants ou non ? Avoir envie ou pas, ce n’est pas suffisant ? Puisque de toute façon c’est avec les tripes qu’on construit son choix …Et là tous les raisonnements du monde ne servent à rien.

    Quant au livre je ne l’ai pas lu, donc je me garde de juger (enfin j’essaie car je trouve la couverture racoleuse…même si c’est l’éditeur que l’a choisit, cela ne change rien, il y a bien un but : choquer pour vendre non ?!cela fait un peu magazine à sensation, mais bon cela ne change pas le contenu certes mais cela le met-il en valeur ? je m’interroge);

  • #139 Chroniques du Plaisir le 11 septembre 2007 à 14 h 07 min

    Un avis radicalement opposé sur la question et sur l’appréciation du bouquin de Corinne Maier sur le blog de Thomas Clément, paru fin juillet :

    clement.blogs.com/thomas_…

    Et je suis totalement d’accord avec lui sur le manque total d’humour dans ce bouquin (que, pour être honnête, je n’ai même pas terminé)…

  • #140 funambuline le 11 septembre 2007 à 14 h 07 min

    @ matthiou: attention, le saucisson et le gouda vieux peuvent créer de graves troubles hormonaux, fait gaffe!!!
    :-)

  • #141 Cécile de Brest le 11 septembre 2007 à 14 h 10 min

    @ Diane de Lutèce : je suis tout à fait d’accord avec toi. Je n’ai jamais spécialement eu envie d’avoir des enfants. C’est venu tout naturellement quand j’ai rencontré mon mari.

  • #142 guessemma le 11 septembre 2007 à 14 h 11 min

    J’ai l’impression que le problème, c’est moins les réactions idiotes qu’Hélène décris quant à ce sujet précis que la tendance générale qu’ont certains à vouloir absolument choisir la vie des autres, décider à leur place, convaincus de savoir ce qui est bien pour eux, alors que c’est totalement personnel, ce qui vous rend heureux. Le pire, c’est que ça part des fois d’une bonne intention. Ca me rappelle ma grand-mère, qui essaie de m’évangéliser depuis toujours, persuadée qu’il me manque quelque chose d’essentiel parce que je suis athée.

  • #143 Cécile de Brest le 11 septembre 2007 à 14 h 13 min

    Je suis d’accord avec toi, Hélène.
    Finalement quand on a un enfant, on engage la vie de trois personnes : celle de la mère, du père et de l’enfant. Pas anodin quand même ! Surtout que quand on a un enfant et contrairement à ce que j’entends dire souvent, on n’en prend pas pour 18 ans mais bien pour la vie entière !

    Alors c’est aberrant de le faire juste pour être comme tout le monde.

  • #144 Mlle Crapaud le 11 septembre 2007 à 14 h 15 min

    Les gens sourient toujours quand je dis que je ne veux pas d’enfants… "Mais si tu en auras, pourquoi tu dis ça, tu es pessimiste !"

    Je ne sais pas exactement ce que je désire, un enfant ou pas, un papa ou pas, un homme ou pas. Je préfère ne pas me projeter, et ainsi ne pas être déçue.
    Je ne veux pas avoir d’enfant, je n’en ressens pas le désir viscéral. Je n’ai pas envie de materner, de poupouner, d’élever. Je ne vois pas pourquoi je devrais en faire juste aprce que c’est la "suite logique de la vie". Je ne veux pas participer à aucune suite logique que je n’ai pas choisie. Si je dois un jour faire un/des enfants/s, ce sera avec un homme (ou deux, ou trois, enfin un par enfant au moins), ce sera parce que je le VEUX.

    Bon en même temps je me permets de parler alors que je n’ai lu aucun livre dont il est question ici^^

  • #145 mmarie le 11 septembre 2007 à 14 h 18 min

    Ouf ! tout lu, bien qu’un peu vite. Tout à l’heure, à 7 commentaires, le babyphone s’est manifesté ;-) me revoici après interruption et pendant une nouvelle sieste. (Je l’adore encore plus quand elle dort ;-)))
    Que dire ? je trouve cette "discussion" singulièrement sereine dans toute sa sensibilité.
    Cec jeune mariée ton commentaire (un de tes) a fait écho à mon cas, en sens inverse : j’ai plutôt eu moi la réaction de ton mari, alors que jusque-là, sans militantisme (et heureusement sans trop de pression de mon entourage), j’étais assez résolument dans le clan des no kid. Et puis, comme Althéa, il s’est agi de "cet homme-là".
    Pas lu le bouquin en question donc pas d’avis. "Naissances", le recueil dont parle Coraline, m’a infiniment touchée dans sa diversité, pas tout rose du tout. Des bouquins intelligents, ni pontifiants ni mièvres, sur la maternité, il y en a. Pour les débutantes intimidées, comme moi (à mon âge !! et moi aussi, avant disons d’avoir des neveux j’étais assez paralysée devant les enfants, sans savoir comment leur parler, entrer en contact), les livres de Philippe Gransenne chez Marabout sont décomplexants et instructifs et bienveillants. Et puis "Comment ne pas être une mère parfaite" de Libby Purves, drôle et vrai. Et une merveille qu’on m’a offert et que j’offre à tours de bras : "La première fois que je suis née", chez Gallimard jeunesse. Pour les enfants et les parents.
    Ceci était un commentaire sans jugement aucun sur celles qui veulent, celles qui ont, celles qui ne veulent surtout pas, celles qui se tâtent, celles qui voudront, celles qui ne peuvent pas (dire les choses – et non "avouer" ce qui supposerait une faute – sans se justifier, c’est si sain, merci Hélène), et en tout cas "long comme un jour sans mon blog de fille" (c) Marie Laure :-D

  • #146 Cécile de Brest le 11 septembre 2007 à 14 h 20 min

    @ Hélène : oui, c’est ce que je disais même si ce n’est pas très bien exprimé :-((
    Les vies de 3 personnes sont en jeu.

  • #147 Lène le 11 septembre 2007 à 14 h 21 min

    Salut les filles!
    ça fait un moment que je viens sur ce blog sans jamais laisser de commentaires. Ce matin (car je suis aux US, pour moi il n’est que 8h09), je tombe sur ce post et il m’intéresse particulièrement car je viens juste d’avoir un bébé (il a 8 semaines aujourd’hui). Je n’ai pas lu le bouquin car lire est maintenant pour moi un luxe inaccessible. Après avoir passé 4 semaines à déprimer complètement, je commence à peine à me dire que j’ai pas fait la pire connerie de ma vie MAIS ce que je voulais dire c’est que SI on n’a pas envie d’enfant, SURTOUT il ne faut pas en faire! Car oui c’est vrai c’est un enfer! Reviendrais-je en arrière si je le pouvais? NON jamais!! Conseillerais-je ça à une femme qui hésite? NON jamais non plus! Ca fait huit semaines que je ne me maquille plus, que j’ai le bide flasque, que je n’ai pas touché à mes lentilles (c’est vous dire! La branche droite de mes lunettes m’a creusé un sillon derrière l’oreille), que j’ai qqun pendu à mes seins 8h par jour et que ce n’est pas mon mari! Alors oui encore plus aujourd’hui, je peux comprendre sans leur poser la question pourquoi certaines femmes ne veulent pas d’enfant et je les respecte totalement! Je me dis même parfois que c’est elles qui ont tout compris à la vie… En même temps, si on en a fait, je sais pas si c’est bien de cracher dessus même si on est la mieux placée pour en parler… (bon entre nous qd même, il est trop mimi mon ptit).

  • #148 segomaus le 11 septembre 2007 à 14 h 23 min

    @ Plume (comm. 129), je suis complètement d’accord avec toi.

  • #149 guessemma le 11 septembre 2007 à 14 h 24 min

    En revanche je ne comprends pas très bien le débat sur l’égoïsme, dans l’un ou dans l’autre sens : je n’ai jamais entendu quelqu’un dire qu’il avait fait des gosses par altruisme. D’ailleurs depuis quelques siècles, l’altruisme n’existe plus, à en croire les moralistes : ce n’est l’apanage que de Dieu (si on y croit, hein).
    Ca me rappelle un truc assez triste, dans l’autre sens : je connais une nana dont le plus grand désir est d’avoir un bébé. Or elle a une maladie grave. Et son entourage fait tout pour la décourager, arguant que les gens malades doivent se raisonner, parce qu’ils n’auront pas grand-chose de joyeux à offrir à leur gamin. Facile de dire ça quand on est aimé, nanti et en bonne santé… A une époque, j’ai moi-même failli avoir un bébé. Les circonstances étaient difficiles, et j’ai trouvé terrible que, pour cette raison, mes proches n’envisagent pas une seconde cela comme un heureux évènement. On peut pas savoir si un enfant sera heureux ou pas, même quand toutes les conditions semblent réunies.

  • #150 Diripouf le 11 septembre 2007 à 14 h 26 min

    "L’idée de l’avoir dans les tripes me semble un peu flippante, ça voudrait dire que la tête n’entre pas en ligne de compte, ce qui me fait toujours un peu peur ;-)"

    Mais, Helene, les plus belles choses de la vie, on les sent dans les tripes, non ? L’amour qu’on porte a notre homme / nos parents, ce qu’on ressent en ecoutant la musique qu’on aime, tout ca… C’est dans les tripes… c’est ancre au fond de nous, c’est quelque chose qui nous fait vibrer.

    Non ?

  • #151 mmarie le 11 septembre 2007 à 14 h 28 min

    offertE, pardon.
    Hello Lène, je vois très bien de quoi tu parles ;-)) c’est terrible. Mais merveilleux. Et ça ne fait que commencer !! (Moi là ça fait cinq mois que je ne me maquille plus, j’aurais le temps pourtant, je le reprendrai un de ces jours, je me découvre juste… différente, et même pas si monstrueuse en fait. Des bisous à ton ptit mimi.

  • #152 alex le 11 septembre 2007 à 14 h 29 min

    Je ne sais même pas comment on peut faire pour faire des enfants pour être comme les autres, comment ça peut venir à l’esprit ?? On a envie ou pas, chacun sa vie quoi.

    Marie Laure => ça m’a fait comme toi, j’ai ptetre un peu honte de dire ça, bien que je devrais pas je sais pas.. mais le fait qu’on ne soit plus "que tous les deux" c’est une chose à laquelle j’ai pensé souvent, je l’explique pas c’est comme ça c’est évident pourtant que j’aime ma fille plus que tout et que j’en avais vraiment envie et que je ne regrette rien du tout.

  • #153 Mattiou le PS le 11 septembre 2007 à 14 h 30 min

    @ funambuline,

    mon psychiatre m’a surtout dit de ralentir les rillettes car il parait que ca rend schyzophrene (ca s’ecrit comme ca ?)

  • #154 alex le 11 septembre 2007 à 14 h 32 min

    Lène c’est vraiment génial ce que t’a marqué !!

  • #155 alex le 11 septembre 2007 à 14 h 33 min

    Matthiou=> et le sauciflard ? ça rend schyzo ?

  • #156 Lène le 11 septembre 2007 à 14 h 34 min

    @mmarie
    moi je me découvre différente mais c’est pas forcément dans le bon sens (dois-je parler de mon dernier petit haut, jeté au sale après avoir été porté une heure, une auréole autour du sein gauche et une tâche de vomi au milieu?…).
    Mais finalement c’est un défi: je me dis que si j’arrive à redevenir féminie, désirable et girlie après tout ça, eh ben là je serai VRAIMENT fière de moi!!
    @Hélène
    Merci de ton accueil!

  • #157 Poupoupinette le 11 septembre 2007 à 14 h 35 min

    Quand on a toujours pas d’enfant (voulu ou subi), on est coupé de l’immense fraction de la population qui elle, a des enfants. C’est comme ça que je me vois. On a beau dire qu’on peut avoir des sujets de conversation autres que les enfants, la planête "avec enfants" est préoccupée avant tout de ses enfants (ce qui est parfaitement normal).
    Je m’en rends compte dans l’ascenseur de mon immeuble. Une mère et son môme montent. Puis un père et son fils sur son tricycle. Tout de suite, une conversation s’engage entre eux. Ils se connaissent, parce qu’ils se cotoient : à l’école, pour des gouters d’anniversaires, à la piscine pour des cours de natation.
    Pourquoi je dis ça ? Pour rien. Histoire de rajouter un com de plus.

  • #158 funambuline le 11 septembre 2007 à 14 h 36 min

    @ matthiou: gaffe, c’est sûrement un charlatan!!!

    @ lene: merci pour ce comm. Ma soeur en étant à son deuxième, je reçois parfois des appels du genre: "échangerais volontiers deux trolls hurlant contre une soirée de célibataires, des amateurs". Elle ne peut échanger ce genre de chose qu’avec moi, ses autres copines-mamans la regardent horrifiées à chaque fois qu’elle se permet une réflexion un peu cynique sur ses enfants… j’ai plutôt tendance à l’encourager pour ma part… :-)

  • #159 funambuline le 11 septembre 2007 à 14 h 38 min

    avec un ? après "amateurs" c’est mieux!!!
    Pardon.

  • #160 celia le 11 septembre 2007 à 14 h 43 min

    et la surpopulation de la planète vous y avez pensé!!!??? …bande d’égoistes….!

    LOL

    (bref je blague encore, et j’ai pas envie de bosser….)

    franchement je pense qu’on peut trouver 40 raisons pour pas en avoir genre moi je veux sauver la planete donc je fais pas d’enfant ou pour en avoir genre moi je veux sauver la planete donc je fais des enfants….:-/

    le gros soucis c’est d’avoir à se justifier

  • #161 Carambouille le 11 septembre 2007 à 14 h 45 min

    Perso, je n’ai pas lu le livre, mais j’ai vu et entendu quelques interviews de l’auteure. Et c’est vrai qu’elle était très drôle et que ça donnait envie de lire le livre, qui je suppose doit au passage soulager quelques mère de voir qu’elles ne sont pas toutes seules à ne plus suporter leur progéniture des temps à autres, voir plus souvent ;-)

    Néanmoins je ne peut pas m’empécher de penser aux propres enfants de l’auteur (dont j’ai oublié l’âge) qui ont dû être blazés (ou le seront s’il sont trop petits auourd’hui) à la lecture du livre de leur mère. J’imagine bien qu’elle à certainement eut une discussion avec eux. Mais, si c’était ma mère qui avait écrit le livre, je pense que je ne saurait pas trop comment le prendre. :-)

  • #162 Mattiou le PS le 11 septembre 2007 à 14 h 46 min

    @Alex,

    le sauciflard, ca donne le cancer des poumons…c bien connu

  • #163 funambuline le 11 septembre 2007 à 14 h 49 min

    Tu as raison célia.
    Le gros soucis est d’avoir à se "justifier". Ce qui signifie qu’on fait quelque chose de mal.
    Par contre, je comprends, et trouve souvent légitime les questions (non jugeantes) de certaines personnes quand j’ennonce ma non-envie d’enfant. C’est souvent de la simple curiosité, pour certains, je suis la première qu’ils entendent parler de ça librement, sans revendication ni militantisme. Depuis que je me suis rendue compte de ça, j’en parle encore plus facilement autour de moi, quitte à essuyer de plus en plus de commentaires ou questions jugeantes, c’est pas très grave, je m’y habitue et commence à avoir un grand sens de la répartie à ce niveau-là. Par contre, j’ai vu plusieurs fois dans le regard de gens autour de moi une sorte d’étincelle du genre "enfin, quelqu’un qui ose dire ce que je ressens depuis si longtemps". Je me suis fait deux copines comme ça, qui étaient juste des connaissances, qui m’ont demandé mon numéro pour pouvoir en parlant sans les "jugeants" autour de nous.
    Comme ce blog, ses commentaires et témoignages, ont "libéré" ma parole, je me suis rendue disponible pour d’autres. C’est passionnant!

  • #164 sophie202 le 11 septembre 2007 à 14 h 51 min

    Salut les filles, sur ce coup je rejoins les comm de Mithra et surtout celui de Ménille Avénale.

    La tolérance c’est avec la gentillesse la valeur qui me tient le plus à coeur, je dirais même plus c’est fondamental. Chacun se mèle de son popotin c’est une règle qui n’a pas d’exception.

    On ne se justifie pas sur ses choix de vie, ses envie ou non envie d’enfant, de chien ou de pavillon en banlieu. La soeur d’un de mes copine est parti vivre dans une yourte sur le plateau du larzac… Ben c’est son choix.

    L’acceptation de l’envie c’est une chose que j’ai appris à décomplexer sur ce blog… Si j’ai envie d’enfant, de pavillon et de chien, ben m**de, ce qui est valable pour la décomplexation vis à vis de la nourriture ou des belles choses est tout aussi valable en ce qui concerne les choix de vie.

    Par contre comme Ménille je supporte assez mal qu’on confonde le désir d’une famille à du pur traditionalisme, et je trouve même ça franchement dérangeant comme assimilation!

  • #165 Lène le 11 septembre 2007 à 14 h 52 min

    Fait-on des enfants par altruisme? Pfff, la bonne blague!!
    Moi je pars du principe qu’on ne fait absolument RIEN pour les autres, c’est toujours pour soi. Les enfants, c’est pareil. D’ailleurs comment pourrait-on le faire pour eux puisque par définition, ils ne sont pas encore nés?! (je sais pas si je suis claire)
    @Poupoupinette
    Ne pas avoir le choix par contre doit être vraiment difficile… Et c’est vrai que les gens se séparent ensuite en deux catégories: les sans-enfants et les avec, et quand on n’a pas choisi délibérément sa catégorie, ben on doit se sentir étiqueté et jamais à sa place…

    @alex
    merci alex pour le compliment

    @funambuline
    déjà qu’on a des gosses, si en plus on ne peut pas être cynique mais que nous reste-t-il?

    Vous voyez les filles, là ça fait presque une heure que je suis sur le blog, eh ben je culpabilise parce que pendant ce laps de temps, j’aurais pu aller dormir un peu, prendre une douche, me maquiller tiens pourquoi pas, m’épiler (oh non faut pas rêver). Et pourquoi??? Parce que mon petit ange dort et qu’il va se réveiller bientôt et que je serai obligée d’être tous sourires, dévouée, aimante et formidable avec lui (bon finnalement c’est peut-être pas si mal que je me défoule avec vous… Merci Hélène pour cette opportunité! )

  • #166 segomaus le 11 septembre 2007 à 14 h 56 min

    C’est bizarre, moi, quand je dis à mes copines (mamans ou non), ma mère ou ma soeur, que quelque fois, j’ai bien envie de passer mon fiston par la fenêtre et bien je ne me suis jamais sentie incomprise ou considérée comme une dégénérée. Non, rien du tout. J’ai toujours pu dire que je l’adorais mais qu’il avait aussi des tendances fâcheuses à me gonfler/fatiguer… Je vis sur une autre planète??

  • #167 Coline le 11 septembre 2007 à 15 h 02 min

    Avoir des enfants ou pas, chacun son choix c’est évident! Mais ce livre ou plutôt son auteure m’a beaucoup choquée, je l’avais vue à la tv il y a quelques semaines et je l’ai trouvée limite agressive et pas vraiment crédible… Donc je crois que je ne le lirai pas! Pourtant j’ai beaucoup aimé celui de Eliette Abécassis, très bien écrit et très juste. C’est sur que d’avoir des enfants, ce n’est pas tout rose tous les jours, pourquoi est-ce que ça le serait? La vie n’est pas toute rose tous les jours non plus.
    J’ai plusieurs amies qui n’ont pas d’enfants, que ce soit par choix ou non, mais qui finalement le vivent très bien. Elles ont décidé de passer leur vie à autre chose qu’à s’occuper d’enfants et ça leur va très bien alors où est le problème? Chacun son choix après tout, c’est bien pour ça qu’on a inventé les moyens de contraception non? Pour pouvoir choisir.
    Quant à moi, j’ai toujours voulu des enfants, j’ai eu un petit frère très tard et j’ai adoré m’occuper de lui, ceci expliquant peut-être celà. Mais je voyais cette grossesse arriver sur le tard, je voulais pouvoir faire tout ce que j’avais envie avant sans géner personne… Quand il y a quelques mois j’ai cru que je ne pourrais jamais en avoir, ça a du réveiller quelque chose en moi parce que depuis j’y pense sans arrêt, ça m’obsède presque. Et comme Cec, mon chéri qui avait toujours dit ne pas être sur d’en vouloir, est prêt à essayer ça avec moi alors….

  • #168 Hélène le 12 septembre 2007 à 10 h 21 min

    Missdarj’ mes copines savent que je n’aime pas trop la compagnie des enfants, du coup elles proposent en général d’elle-même qu’on se voit seules.
    Sinon je dit gentiment, quand j’invite chez moi "tu n’auras pas de problème pour trouver une baby sitter ?"; et si la fille a l’air interloqué je dis que ça me ferait plaisir de l’avoir rien que pour moi ;-)

  • #169 Marie Laure le 12 septembre 2007 à 8 h 52 min

    Hier j’ai délesté mon compte pour l’achat d’un siège auto bébé…alors que celles qui n’ont pas d’enfant auraient pu acheter un sac à main de très belle qualité (et de marque!! ) avec la même somme ;)

  • #170 missdarjeeling le 12 septembre 2007 à 9 h 53 min

    Hélène ????

    Quand tu as des amies qui ont des gamins et que tu as envie de les voir sans leur gosse, comment fais-tu ? Tu leur demandes franchement ? Est-ce que cela ne suscite pas des réactions négatives ??

    Je m’explique : j’ai renoué avec une amie perdue de vue, qui entre-temps a eu une petite fille, qu’elle élève en mère célibataire (pas possible donc en secours de la confier au père…).

    Or, sa fille est insupportable. J’ai très envie de revoir mon amie mais SANS son monstre.

    Help, les girls, avez-vous une idée ???

    Je précise que toutes mes autres copines n’ont pas d’enfant (je me débrouille bien, non ?) et que je suis REFRACTAIRE à l’idée de supporter sa fille…

  • #171 sophie le 12 septembre 2007 à 10 h 01 min

    Moi je voulais juste ajouter que ce n’est pas parce qu’on ne vas pas aimer ce bouquin qu’on est conformiste et traditionnel, de la même façon que les femmes qui veulent avoir des enfants ne sont pas forcément conformistes et traditionnelles…

    Le débat est plus complexe que ça et il faut éviter les raccourcis…

    Bonne journée à toutes!

  • #172 missdarjeeling le 12 septembre 2007 à 10 h 34 min

    Ah, le coup du "j’aimerais bien t’avoir rien que pour moi", c’est à la fois très mignon et machiavélique !!!!!!!
    Je note, merci, merci…

    Honte sur moi : je sélectionne la plupart de mes copines en fonction de leur situation familiale… j’avoue.

  • #173 éliiiiiiiise le 12 septembre 2007 à 11 h 06 min

    Finalement je n’ai pas grand chose à ajouter, chacun est libre de ses choix !

    juste cette anecdote peut-être, j’ai une amie qui ne s’entend pas très bien avec sa moman en ce moment (deux fois moman-moment!!!) et quand elle a vu que sa mère lisait ce bouquin, elle l’a un peu mal pris, surtout quand la réponse à été plus ou moins "ah si je l’avais lu avant…"

    Enfin tout ça pour dire que heureusement qu’on peut choisir et si ça peut éviter de se rendre malheureux plus tard !

  • #174 Hélène le 12 septembre 2007 à 14 h 09 min

    J’allais le dire ;-)

  • #175 Lorjanne le 12 septembre 2007 à 12 h 17 min

    Moi, je suis entre deux eaux.
    J’ai eu un très fort désir d’enfant il y a longtemps, avec un homme que j’ai aimé très fort; envie d’un petit bout de chou qui soit le fruit de notre amour, qui tienne de lui et de moi en même temps, qui soit "nous" vous voyez, alors, je comprends ce désir d’enfant. Et puis on s’est séparé et depuis je n’ai plus jamais ressenti cette envie.
    Les enfants des autres m’énervent, la vie de mes amis avec enfants ne me fait pas envie.
    J’ai testé aussi la famille recomposée pdt 4 ans, j’ai donc été belle-mère, et je dois dire que ça m’a coupé l’envie d’avoir des enfants pour un moment !
    Aujourd’hui, j’ai 37 ans, célibataire depuis peu, et heureuse de ne pas avoir d’enfants. Ce qui ne m’empêche pas d’être 2 fois marraine et de gâter mes filleuls.
    Je suis d’accord qu’il faut de la tolérance. Que chacun s’occupe de sa vie et essaye de rendre le monde meilleur, chacun ses choix. J’aimerais aussi plutôt adopter pour donner du bonheur à un enfant qui n’a pas demandé de venir au monde et qui souffre. Je ne ressens pas le besoin d’enfanter. Mais j’ai beaucoup d’amour à donner, et je ne dis pas que je ne serai pas maman un jour. (vu l’âge que j’ai, c’est pas bien parti). En tout cas, je trouve ça bien que les choses changent et qu’on puisse dire, je ne veux pas d’enfants sans passer pour une détraquée égoïste.
    (P.S, j’ai 2 soeurs, l’une vit en couple depuis 15 ans et ne veut pas d’enfants, l’autre est enceinte de 4 mois !).

  • #176 Hélène le 12 septembre 2007 à 14 h 30 min

    frederique il n’y a aucun doute qu’en n’étant pas dans la norme on en prend plein la figure…
    En dehors de ça on ne sait pas pourquoi Corinne Maier a écrit ce livre (sans doute aprce qu’elle en avait envie et son éditeur aussi), et rien ne permet de supposer qu’elle l’ait fait dans un unique but commercial, aussi je trouve un peu dommage de se lancer dans ce type d’attaque à son égard.

  • #177 Marie Laure le 12 septembre 2007 à 12 h 55 min

    Pour ce qui est de voir les copines sans gosses je suis d’accord.
    Je mets moi même un point d’honneur à ne pas trimbaler le mien partout non mais!
    Récemment une copine m’a demandé lors d’une virée shopping pourquoi je ne prenais jamais le petit avec moi.
    J’ai du bien lui faire comprendre que c’était mon moment avec elle tranquille et que j’avais pas envie de gérer le gouter à une terrasse de café et le changement de couches où je peux hein?!

    Sinon avoir un gamin ne nous empêche pas de sortir et voir les copains, un gosse ça complique un peu les choses mais ça n’empêche rien (il faut dire que belle maman est à 2 pas ça aide pour la garde).

  • #178 kila le 12 septembre 2007 à 13 h 01 min

    Alors j’ai plusieurs choses à dire…

    Pour commencer, ce débat est super interressant, merci aux personnes qui parrticipent et à Hélène de nous laisser cette tribune (où on ne se bagarre pas, non!non!non! pas de ça ici!)

    Alors, moi j’adore les gosses, tous, même les mal élevés, ce que je deteste ce qont les parenst de ces derniers, et les petits me le rendent bien… Ca me positionne! Mais moi je n’en ai pas, bien malgré moi… Mais j’y reviendrai.

    Quand il s’agit de voir mes amies, voire de passer des vacances avec elles (et leur mômes), les choses sont claires dès le départ, c’est à dire que je supporte mal les enfants mal élevés (je les adore mais ne les supporte pas longtemps, nuance, vous saisissez?).
    Du coup elles savent très bien que si c’est pas elles qui disent STOP où mette le Holà, et bien ce sera moi qui le ferai. Contentes ou pas c’est pareil.
    Je vous jure que les enfants de mes amies m’adorent, sautent partout quand j’arrive, pourtant je ne suis pas tendre avec eux..
    J’ai un couple d’amis qui ne sait pas mettre de limite à ses 2 monstres et le prennent mal si je dois intervenir, et bien malheureusement, je ne souhaite plus trop les voir.

    Ensuite, à propos de l’envie d’avoir, de ne pas avoir etc… J’ai vécu 5 ans avec un homme qui, comme beaucoup d’entre vous, ne souhaite pas être parent. Pour tout un tas de raison, plus louables les unes que les autres.
    J’ai eu du mal à l’accepter au début, je croyais pouvoir le faire changer d’avis, parce que pour moi c’est viscérales, et puis, grace en partie à ce blog, j’ai commencé à comprendre pourquoi lui n’en voulait pas. J’ai aussi "entendu" que autant il ne pouvait pas m’obliger à ne pas en avoir, autant moi non plus je ne pouvais pas lui imposer cela.

    En adulte, on a simplement décidé de se séparer…

    Je connais des femmes pour qui le désir d’enfant n’a jamais existé, mais c’était y’a 40ans, et du coup elles en ont eu, c’est une catastrophe au niveau de ce qu’elles ont transmis (ou plutôt PAS transmis) à leurs enfants.

    Alors, oui franchement, toutes celles et ceux qui ne le sentent pas, ne doivent pas faire d’enfant. Pour le salut de l’humanité ;-) Merci!

    Perso, rien ne me fait peur, aucune des contraintes d’avoir des gnômes ne me repoussent, je suis faites pour ça, je le sais, je le sens, et les enfants aussi…
    Je suis sûre que ce livre ne me ferais même aps peur. Je suis lucide, un môme c’est pour la vie, c’est tout un tas d’emmerdes, de soucis, de nuits blanches, d’engueulade avec les proches… Pas grave, c’est plus fort que moi lol!
    Alors qu’on me laisse en faire 4 ou 5 (va falloir aller vite vu mon âge!!), et qu’on laisse celles qui n’en veulent pas mener leur vie. Comme ça ça fait l’équilibre et aussi probablement des enfants heureux et plus tard des adultes épanouis car …aimés et désirés.

    C’est super important de le dire et le redire pour que finalement ça passes dans les chaumières.

    A tchao..

  • #179 funambuline le 12 septembre 2007 à 13 h 03 min

    Vous me faites penser que ça fait maintenant 2 ans et demi que je n’ai pas vu ma soeur sans son/ses enfants. Je n’avais pas réalisé, j’ai donc vu la maman. Plus la femme…

  • #180 Hélène le 12 septembre 2007 à 15 h 13 min

    C’est très intéressant Bisou, je te remercie pour ce commentaire (et te souhaite la bienvenue, bien sûr).

    Ce n’est pas tellement que je ne "supporte pas la vue d’un enfant", mais plutôt que je sais que, si je vois les copines avec leurs petits, on n’aura pas une seconde pour se parler tranquilles, du coup je finis par avoir de moins en moins envie de les voir…

  • #181 Marie Laure le 12 septembre 2007 à 13 h 40 min

    Alors Funambuline il faut que tu retrouves la femme, sans compter que cela lui ferait du bien à elle aussi peut être…

  • #182 frederique le 12 septembre 2007 à 14 h 18 min

    Bonjour à tout le monde, je ne sais pas si j’ai déjà posté ici mais ce sujet … difficile de passer à côté. Je n’ai pas lu le livre mais il ne m’attire pas car l’auteure s’exprime mal en interview et surfe simplement sur une tendance. En effet, je constate, contrairement à ce que beaucoup semble penser, que c’est très tendance de ne pas vouloir d’enfant. Tout comme il est très tendance pour les stars de s’afficher avec leur smala tout en restant à la pointe de la séduction. Bien entendu, la plupart des gens qui ne désirent pas d’enfant ne se soumettent pas à la mode en cela, mais le fait de militer pour devient une démarche à la mode. C’est bien cela qui m’ennuie.

    Pour ma part j’ai 30 ans et 3 enfants, j’ai commencé bien tôt, et je n’ai jamais regretté, bien que la vie ne m’ait pas trop fait de cadeaux au début. Quand je lis la description de ce que Funambuline ne veut pas, je dois dire que ma maternité n’a strictement rien à voir avec ce qu’elle imagine. Elle n’est ni rose ni noire, ma relation avec mes enfants est extrêmement fusionnelle mais parfois nous sommes perdus aussi, je n’ai pas de mode d’emploi qui faciliterait bien des choses.

    Je précise aussi que les enfants des autres ne m’ont jamais attirée avant ma 1e grossesse ; comme beaucoup le racontent, j’ai aussi l’anecdote du bébé de 7 mois qu’on m’a collé dans les bras parce que vu que j’étais enceinte je devais forcément en avoir envie, et bien pas du tout, je ne savais qu’en faire ! Par la suite je suis devenue bien plus à l’aise et les enfants recherchent souvent ma compagnie désormais, c’est assez étrange.

    Concernant la grossesse, je dois dire que je ne l’ai jamais vécue comme un traumatisme, sauf peut être la 1e parce que j’étais jeune et isolée. En tous cas ça ne m’a jamais empêchée de manger du saucisson ou du fromage au lait cru, il faut arrêter avec les diktats stupides et les idées préconçues. Ne pas fumer, ne pas trop boire, d’accord, mais le reste, franchement … on ne peut pas vivre sans arrêt soumis au principe de précaution sinon on ne sort plus de chez soi de peur de se faire écraser (c’est bien plus plausible que la salmonellose). Il faut savoir qu’on peut aussi mener une grossesse épanouie en prenant moins de 12 kg, en ayant quand même un gros bébé, pas une crevette, et tout perdre ensuite en quelques semaines en allaitant. Comme pour l’éducation des enfants, tout est question de volonté et de sérénité, les gènes jouent très peu.

    En effet, mes enfants n’ont pas tous le même père, n’ont pas tous vécu leurs 1ers mois dans le même pays, ni dans les mêmes conditions matérielles ; pourtant ils ont tous fait leurs nuits vers 1 mois (et auparavant ils têtaient 1 fois dans la nuit et se rendormaient), je ne les ai jamais allaités + de 5 fois par 24h (quand je lis "une personne 8h par jour pendue à mes seins", moi j’en serais morte), ils ne m’ont jamais pourri la vie parce que je ne les aurais jamais laissé faire. Désormais "grands", ils sont polis, n’ont pas le droit de faire du bruit dérangeant autrui, sont couchés à 20h ce qui fait que les amis qui viennent à la maison ont tout juste le temps de leur dire bonsoir, et je ne les emmène pas, sauf en cas de force majeure, au restaurant car ce n’est pas leur place, me semble-t-il. Ils me paraissent parfois moins spontanés que leurs amis impolis et omniprésent, certes, mais je crois qu’ils gardent une bonne dose d’imaginaire – sans la télé ça aide – et sont mieux préparés à prendre leur place (sans piétiner les autres) dans la société.

    Tout ça pour dire que des enfants bien éduqués (avec tous leurs défauts quand même, car ce sont des personnes normales) ça ne détruit pas une vie, et que tous les problèmes qui viennent un jour ou l’autre, même s’ils sont liés aux enfants, ce sont nos problèmes, pas ceux de la maternité/paternité. On les aurait eus sous une autre forme, sans enfant. L’auteure du livre en question est certainement, comme dit plus haut, une mère malheureuse et surtout une femme malheureuse et frustrée.

    J’ajoute enfin que de mon côté je suis sans arrêt obligée de me justifier d’avoir des enfants, et autant, et si jeune, etc … Seule une de mes amies a un enfant (mais certaines fantasment sur les miens, comme s’ils étaient des sortes de jouets). Le pire : un type m’a sorti, lors de la soirée de mes 30 ans cet été (où j’ai dansé jusqu’à 7h du mat comme quoi c’est possible en étant mère), et dans un but de gentillesse manifeste : "j’espère que je serai comme toi quand j’aurai trois enfants". Ca veut dire que je suis forcément différente des autres parce que je suis mère ? Merci bien ! Je n’ai pas abdiqué ma personnalité, ni ma vie de femme, en accouchant.

    Bref, au cas où tout ça soit un peu long et confus : je déteste les prises de positions super provoc purement commerciales et parfois en décalage complet avec la réalité, et surtout je constate que dès qu’on n’est pas dans la norme on s’en prend plein la poire (enfants trop tôt, pas d’enfant, etc …). Pour être heureux, il faut savoir s’affirmer dans sa volonté propre face à la société. Alors hauts les coeurs, faites des enfants ou n’en faites pas, mais que ce soit votre choix !

  • #183 Hélène le 12 septembre 2007 à 16 h 54 min

    Hi hi, j’adore l’image du koala Seccotine ! ;-))

    funambuline je trouve pénible les femmes qui ne font rien sans leurs enfants, on dirait qu’elles n’existent plus, et en effet on finit par cesser de les voir…

    nastia sois la bienvenue ! Et merci pour ton commentaire, ça fait du bien de lire ça !

    Bisou je crois que tu as beaucoup de chance et que les enfants de tes amies sont particulièrement peu casse-pieds, je n’en connais pas de comme ça, hélas.

  • #184 Bisou le 12 septembre 2007 à 15 h 08 min

    Bonjour, moi aussi un premier commentaire, decidement, le sujet done envie a beaucoup de gens… :-)

    En fait je veux juste rebondir sur le fait de voir les enfants des copines ou pas. Alors je suis tout a fait d’accord avec vous qu’il faut preserver des moments sans l’enfant, pour le lien d’amitié, et pour faire un break a la maman aussi, sans compter l’exemple d’Helene qui ne verrai plus la personne sinon, ce qui serait dommage.

    Donc oui, c’est vrai. Sauf que la petite remarque que tu as faite a la fin de ton comm Marie-Laure, donc je cite: "il faut dire que belle maman est à 2 pas ça aide pour la garde". Juste entre parentheses, comme si c’etait anecdotique… eh non c’est la tout le probleme justement !

    Tu as cette chance, mais tout le monde ne l’a pas forcement… et le coup de la baby-sitter, il remonte vite a cher. Certains n’ont vraiment pas les sous pour ca. Donc il faudrait que ces filles ne voient plus leurs copines, parce que celles-ci ne supportent pas la vue d’un enfant? Donc elles se feraient enfermees dans leur role de mere justement, bien malgré elles.

    Et enfin, une autre pensee me traverse l’esprit : oui il ne faut pas oublier la femme qui est dans la mere, enfin meme plutot, qu’on est autant femme que mere (je ne le suis pas, c’est une generalité :-)). C’est primordial. Mais en ne voyant jamais les enfants de ses copines, en occultant toute cette part de leur vie, est-ce qu’on ne nie pas aussi une part de sa personnalité? Bah oui, une femme avec des enfants, c’est aussi une mere, et c’est en tant que telle qu’elle se construit aussi.

    Donc voila, je n’arrive pas a trouver de chute a ce comm, c’etaient juste des idees qui me sont venues comme ca… ;)

  • #185 Bisou le 12 septembre 2007 à 15 h 32 min

    Mais je comprends tout a fait ton point de vue aussi !! Enfin moi j’ai une copine qui a un mome, maintenant il a un an. Comme je n’habite plus a Paris je la vois pas tres souvent. Mais on a quand meme reussi a se choper a chaque fois que je passais. Jusque la, il etait petit, donc il dormait la moitié du temps qu’on parlait (j’allais chez elle, bah oui pour des questions de praticité, mais pour le coup ca ne me derange pas), et apres, il faisait un peu sa vie sur son tapis, ou il y avait juste la tété ou biberon.

    Et cette été on a fait un pique-nique, ce qui est assez pratique pour sortir le gamin, voir du monde de maniere sympathique et ne pas saouler les gens (comme dans un café). Il avait donc un an, et il a fait sa vie, mais tranquille quoi ! Il jouait avec tout ce qu’il trouvait (oui je vous rassure on faisait attention au couteau), il braillait pas, j’ai été agréablement surprise… alors peut-etre que j’ai de la chance, que c’est un gamin mignon et du coup je me rend pas compte de comment ca peut devenir insupportable d’avoir l’enfant dans les pattes… mais si ca se trouve, y’a des enfants que tu connais qui ne seraient pas si terribles ! ;)

  • #186 nastia le 12 septembre 2007 à 15 h 49 min

    J’ai juste parcouru les commentaires…Et c’est la première fois que j’en poste un, j’espère ne pas répéter en moins bien un comm’ précédent!
    J’ai deux enfants, mon métier est de les élever. Je les ai voulus, je compte même en faire un troisième, mais je trouve ça plus dur que d’aller au bureau tous les jours. Je ne compte plus le nombre de jeunes maman en craquage autour de moi, le budget resto en chute libre, le temps du maquillage proche du néant, le critère pour mes fringues du matin qui est devenu avec bave ou sans bave, hier soir je me suis écroulée à 21 heures les bras en croix sur le lit, bref, c’est dur.
    MAIS j’avais fait beaucoup de baby-sitting, et je savais que ce serait comme ça, pour avoir vu nombre de jeunes mamans finir en larmes devant moi.
    Le problème n’est pas tant pour moi kid ou no-kid (mes meilleures amies sont célibataires sans enfants, ouf!), mais celui de la lucidité au moment où on se lance.
    Une dernière chose: il m’est très facile d’expliquer les nuits sans sommeil, le statut absurde de parent d’élève, l’absence d’intimité dans le couple….mais je ne saurais vous dire ce que je ressens quand mon bébé se colle à moi pour un câlin.

  • #187 La Fée le 12 septembre 2007 à 15 h 49 min

    hummmmmmm, déjà lu ça quelque part moi !!!
    mais pas avec autant de commentaires ! comme quoi tout tient à la notoriété ! et pas au contenu des propos…………….

  • #188 funambuline le 12 septembre 2007 à 15 h 57 min

    J’vous l’fais pas dire les filles, faudrait… Mais c’est pas moi qui décide… c’est elle en l’occurence. Dès qu’elle fait qqch c’est avec ses "trolls" comme elle les appelle, c’est un choix de vie contre lequel je ne me prononce pas. Quand il seront plus grands, je retrouverai probablement ma soeur et pas la mère de mes neveux!!!
    :-(

  • #189 Delphinoid le 12 septembre 2007 à 16 h 00 min

    Ben j’ai rien à dire sur le sujet mais pour faire un commentaire constructif (hu hu), je voulais tout de même dire que je trouve vos commentaires super enrichissants les filles!

  • #190 Seccotine le 12 septembre 2007 à 16 h 07 min

    Juste un petit commentaire en passant (j’arrive après la bataille, tout ça tout ça ;o) pour dire que pour moi les enfants (et les mecs, allez hop, tous dans le même panier), c’est comme les koalas.
    Dans l’absolu je trouve ça super génial, mais j’en ramènerais pas un à la maison…

    Sinon, j’aime pas Corinne Maier. Ecris-nous un bouquin là-dessus, s’il te plaît, Hélène, celui-là, je le lirai, promis :o)

  • #191 funambuline le 12 septembre 2007 à 18 h 21 min

    Je suis d’accord Hélène.
    Mais là c’est Petite Soeur Chérie et mes neveux que je ne verrais pas souvent sinon… l’un dans l’autre, elle ne voit plus sa soeur non plus, mais la tante de ses neveux (ben ouais, s’ils sont là, j’interagis forcément aussi avec eux…).
    Sinon, les connaissant bien, elle, son cynisme et son besoin d’ndépendance, dès que le plus petit ira à la crèche et qu’elle travaillera… ça ira mieux et elle se languit… donc ça va (ce sera dans 4 mois!)…
    Mais c’est vrai qu’on ne se voit pas tant que ça, du coup… je ne suis pas du genre à "gagaifier" devant des petits. Un peu plus grands c’est différent on peut "faire" des choses!

  • #192 Fannyboogie le 12 septembre 2007 à 20 h 08 min

    Pureeeeeeee, sur la tete de tata Rachel, j’adore ton blog et autant l’avouer tout de suite c’est cette question de non maternite qui m’ a mene jusqu’a toi et ton blogue , essentiel pour toute femme d’aujourd’hui qui se respecte. Je suis ravie que tu reviennes sur le sujet parce qu’a l’epoque ou celui ci a ete aborde pour la premiere fois _ 2006 ?- j’etais dans ma phase bebepasbebenonouisansopinionquenenni? forte du soutien de mon mari (8 annees d’amuuuuur) qui ne supportait pas les enfants et revendiquait haut et fort "NOTRE liberte, nos weekends, nos plans bouffe ou shopping (ben ouais je connais un vrai metrosexuel et meme que je vis avec !)" le meme mari qui depuis bientot 3 mois me fait un nervous breakdown hormonal au cri de "faudrait peut etre commencer a penser a faire un enfant (enfant hein, pas gosse, p »tit con et j’en passe) la derniere crise datant soit dit en passant d’il y a 2 heures (la il est parti bosser) et l’avant derniere s’etant solde par des pleurs pour ma part, pas envie de tout assumer, peur que ca change Ma vie (ben oui on n’est pas qu’un couple mais bien 2 personnes). Le PIRE c’est que ca ne l’a pas empeche de raler haut et fort l’autre jour en plein milieu de l’allee 32, rayon 27 de chez Ikea apres des parents qui ne savaient comment calmer leur gamin en pleine crise de nerfs ou de me dire encore il y a 2 jours "on sera bien tous les 2 dans notre maison quand elle sera finie". Pour ma part je n’ai jamais ressenti ce desir d’enfant (j’ai 35 ans) mais je n’ai jamais non plus ressenti le besoin de me justifier, je crois aussi qu’on a le droit de changer d’avis, que chaque femme a son histoire et ses raisons de faire des enfants ou pas (hormones, envie, pas eu d’enfance, pas eu d’amour, peur de la vie, deces) et que la vie peut etre belle avec ou sans enfant. Ce que l’on ne peut que constater c’est que finalement les choses ne bougent pas pour la femme, on a toujours plus ou moins tout assume dans une societe machiste et je trouve ca normal qu’on s’interroge sur la maternite et qu’on n’accepte pas ce seul destin en tant que femme. On n’est pas les premieres a se poser la question, d’autres ont tergiverse et fait des choix avant nous, simplement aujourd’hui on communique sur le sujet, parfois un peu trop et parfois maladroitement;Je crois que ce fameux bouquin (un peu provocateur dans une societe francaise ou la femme est consideree comme une mere potentielle) tente de profiter un peu du phenomene de mode no kid et que meme s’il contient certainement quelques verites (je ne l’ai pas lu mais j’ai lu le Abecassis _plus subtil et serieux quoique un peu court a mon gout) les raisons des no kids sont les leurs, n’appartiennent qu’a elles et nous n’avons pas besoin d’un livre excessif qui quelquepart peut meme discrediter le mouvement. Je trouve ca incroyable dans cette societe de devoir se justifier d’etre nullipare, c’est comme de faire des gayprides ou des journees de la femme… Mais je m’emballe, pour ma premiere fois en commentaire sur un blog… Tout ca pour vous dire qu’apres 35 ans d’attitude no kid, je me retrouve face a un homme qui est l’homme de ma vie et a qui je n’aurais peut etre pas le courage de refuser un enfant, j’ai la trouille de donner la vie (pas seulement d’accoucher hein) mais encore plus la trouille de perdre l’homme que j’aime, vous me direz c’est ignoble et vous aurez peut etre raison, mais parfois aussi j’ai un debut de pointe d’emotion en voyant des bebes (en periode de regles generalement et oui comme quoi ce cote animal se fait ressentir malgre nos cerveaux tres evolues) m’enfin si ca doit arriver un jour je vous garantie que saucisson et fromage au lait cru (j’ai vecu dans le jura) seront de la partie, merci de votre ecoute, quelle richesse dans tous ces commentaires, les femmes sont formidables ! Et merci Helene pour tout ce bonheur !

  • #193 @deline le 12 septembre 2007 à 21 h 53 min

    Je suis contente que tu re-parle sur ce sujet car récemment cette question est revenue dans ma vie récemment.

    Je viens de perdre ma grand-mère qui à 92 ans continuait à dire qu’elle ne voulait pas d’enfant et qu’elle regrettait d’en avoir eu.
    Résultat : elle eu des jumelles et lorsqu’elle est décédée ça faisait 10 ans que je ne l’avais pas vu car si elle ne voulait pas d’enfants les petits-enfants, je vous laisse deviner…

    Je ne sais pas si c’est de vécu ou simplement le hasard mais moi non plus je n’ai jamais ressenti dans « mes tripes » l’envie d’enfant.
    Je ne suis pas attirée par les enfants et surtout leurs cris et leurs attitudes m’insupportent.

    Pourtant, j’ai toujours pensé que j’aurais dans ma vie des enfants car j’aime trop la famille pour passer à côté de la possibilité d’en construire une.

    Je suis intimement persuadée que c’est le désir d’enfants qui n’est pas naturel. Pour moi, c’est la décision de faire un enfant qui doit se justifier et non le fait de ne pas en vouloir !
    Après de longs échanges avec ma mère, j’ai enfin réussi à lui faire comprendre mais ce n’était pas gagné car à la différence de sa mère ce désir, elle l’a toujours eu.

    Pour ma part, je commence à construire tout doucement ce projet d’enfant mais ce n’est pas une route droite et facile :
    j’ai d’abord attendu d’être stabilisée dans ma vie professionnelle puis j’ai arrêté la pilule et je me suis mise aussitôt à la recherche d’un nouveau travail (peur inconsciente ?).
    actuellement je suis en train de changer de travail et j’ai recommencé à prendre ma pilule… pour la suite, Dieu seul sait ce qui va se passer mais mon chéri a très envie d’un bébé donc je pense que ça influencera ce que je vais faire…

    J’avoue que celles qui ont un désir inébranlable d’enfants sont un mystère pour moi mais dans un sens comme dans l’autre on ne doit pas juger.

    PS : pour le bouquin (sujet initial du post), j’ai vu son auteur dans « on n’est pas couché » est je l’ai trouvée vraiment nulle et sans arguments du coup même si le sujet m’interpelle, je crois que je ne le lirais pas.

  • #194 Hélène le 13 septembre 2007 à 0 h 11 min

    @deline je suis très frappée apr ta phrase "c’est la décision de faire un enfant qui doit se justifier et non le fait de ne pas en vouloir" : en effet pour moi VOULOIR un enfant et FAIRE un enfant ça n’a rien à voir !
    Le premier relève du désir égoïste, le second de la volonté de transmission et de partage.

    Fannyboogie sois la bienvenue, et merci pour ce commentaire très enrichissant. Je trouve comme toi que le statut de nulipare est assez proche par certains côtés de celui d’homosexuel…

  • #195 Bisou le 13 septembre 2007 à 0 h 22 min

    C’est cool, j’adore vous lire les filles, surtout sur ce type de sujet, c’est tres intéressant de lire tous ces points de vue différents et nuancés…

  • #196 Marie Laure le 13 septembre 2007 à 11 h 01 min

    @ Bisou : je viens juste de lire ton commentaire plus haut (182) où tu parles de la chance que j’ai de pouvoir faire garder le bébé par belle maman;

    Tout le monde n’a pas les moyens d’avoir une baby sitter je te l’accorde, mais ce qu’on fait avec mon homme, c’est qu’on s’accorde des moments pour sortir , lui avec les copains, seul, sans moi qui garde le lutin ( parce que si belle mamy est là et sympa, elle a quand même 76 ans et on ne veut pas abuser hein?! ), et inversement moi avec mes copines et lui reste à la maison.

    Car si ça fait du bien de passer une soirée sans bébé ça fait aussi du bien de sortir sans son homme (ou sa femme).

  • #197 Hélène le 13 septembre 2007 à 15 h 46 min

    "je lui ai mordu la main" : j’ai éclaté de rire Mouniou ! ;-)))
    Blague à part, merci pour ce commentaire ;-)

  • #198 Bisou le 13 septembre 2007 à 14 h 47 min

    @ Marie-Laure: Oui en effet, pour moi c’est un peu le systeme idéal ce que tu dis… je connais un couple qui fait ca. Comme tu dis, on a aussi besoin de sortir sans son homme (ou sa femme), mais aussi avec quand meme, et la se repose la question de la baby sitter… mais en alternant avec la solution que tu as dit, ca pose deja bien moins de probleme ! :)

  • #199 Mouniou le 13 septembre 2007 à 15 h 41 min

    J’avais envie de mettre mon grain de sel sur ce post, et….le temps passe.

    J’ai toujours adoré les bébés, surtout proche du nouveau-né.
    Lorsque toute petite fille je sortais avec ma grand’mère, je l’obligeais, lorsque nous croisions des femmmes avec des landeaux, à demander à ces dames à voir leur bébé. (Une fois cette grand’mère n’a pas voulu accéder à ma demande, je lui ai mordu la main…!)

    Adulte, je souhaitais faire des enfants ; et je trouve que je n’en ai pas assez fait.

    Et si j’aimais voir grandir et s’épanouir mes bébés ; (c’est si charmant une petite fille, une ado aussi a du charme je trouve), mon ironie était plus ou moins mal comprise lorsque je, disais "maintenant que j’ai fait des enfants je ne vois pas pourquoi les autres continuent à en faire".

    Et aussi j’ai du me faire bien voir lorsque sollicitée pour une aide à l’école de mes filles, j’ai dit "non": je n’aime pas les enfants, j’aime beaucouup les miens, c’est tout.

    Maintenant c’est un peu loin tout ça ; mais les enfants me bombent. A part si c’étaient mes petits enfants.

    C’est peut-être pour ces contrastes que j’ai des filles un peu folles ; ou plutôt que je le suis moi-même.

  • #200 Marie Laure le 13 septembre 2007 à 18 h 07 min

    Et puis les bébés, les enfants, ça grandit, et ça devient des ados et des adultes sympas :)

    Mais le hic c’est que quand mon lutin sera adulte…ben je serais une femme mure qui ne pourra même plus lire "votre beauté" …triste monde tragique ^^

    @ Bisou : un autre truc : refiler le môme à des copains qui ont déja des petits et sortir avec L’Homme en tête à tête ;)
    On va bien finir par trouver une solution non mais ^^

  • #201 Bisou le 13 septembre 2007 à 19 h 02 min

    Lol tu me fais rire Marie-Laure… oui y’a quand meme des solutions. Enfin moi je verrai ca plus tard, c’est pas pour maintenant. :)

  • #202 @deline le 13 septembre 2007 à 21 h 09 min

    Hélène, je crois que ma langue a fourché je suis tout à fait d’accord avec toi.

    "En effet pour moi VOULOIR un enfant et FAIRE un enfant ça n’a rien à voir !
    Le premier relève du désir égoïste, le second de la volonté de transmission et de partage."

    Tu as enfin réussi à résumer avec les mots justes ce que je pense au plus profond de moi mais que je n’arrivais pas à exprimer clairement depuis longtemps.

    Merci beaucoup :-))))

  • #203 Fulmi le 13 septembre 2007 à 23 h 54 min

    Ce livre, je suis jaloux d ene pas l’avoir écrit !

  • #204 Hélène le 14 septembre 2007 à 10 h 14 min

    Bienvenue Fulmi ;-) Il ne tient qu’à toi d’essayer aussi ;-)

    @deline merci à toi, çam e fait plaisir aussi d’être comprise !

  • #205 zoe rose le 14 septembre 2007 à 17 h 00 min

    J’ai 2 enfants de 10 ans et 17 mois. Je les aime, je ne regrette rien … MAIS il est évident qu’avoir des enfants doit rester un choix.
    Toutes ces pubs télé qui montrent des familles joyeuses dans des maisons d’une propreté clinique avec des "jolies mamans" … FOUTAISES !!!
    J’ai des jouets qui traînent dans chaque pièce de la maison (dès que je finis d’en ranger une mon dernier "monstre" (néanmoins adoré) s’attaque à une autre). Il adore marcher sur le sol qui vient d’être frotté donc mouillé, il hurle pour un rien (ça le fait rigoler !!!) à tel point que j’ai peur que mes voisins imaginent les pires choses …………… Et je vous épargne les frasques du "monstre" de 10 ans qui commence déjà à se prendre pour un homme ("beau gosse" de surcroit) et a une facheuse tendance à me traiter de vieille : j’ai 36 ans et je me trouve très bien conservée (des fois) car je me fous royalement de ces jeux vidéos ………….
    Alors à celles qui n’ont pas d’enfants : "PROFITEZ-EN LES MINETTES !!!!!" et à mes enfants "JE VOUS AIME DE TOUT MON AMOUR ………….."

  • #206 Hélène le 16 septembre 2007 à 20 h 00 min

    Idyllique bienvenue à toi ;-) Je ne sais pas si la vie est plus enrichissante sans enfants, en tout cas pour certains ce n’est pas envisageable autrement, et c’est important de pouvoir le dire.

  • #207 Idyllique le 16 septembre 2007 à 19 h 55 min

    J’ai acheté le livre, il est excellent ce bouquin !
    Dommage tout de même qu’il ait fallu qu’elle mette au monde deux bipèdes pour s’en rendre compte et écrire ce livre !

    Non, la maternité n’est pas une obligation ni une fatalité ! D’autres vies bien plus enrichissantes vous attendent ! et une vie cela passe vite !

    J’ai déjà 40 ans et je n’ai jamais eu envie de coloniser la planète et d’emmerder le monde avec une progéniture !

  • #208 aggiemac le 18 septembre 2007 à 13 h 41 min

    32 ans, plus de 10 ans que chaque jour me conforte dans l’idée que je ne veux pas d’enfant,que je n’ai pas l’instinct maternel,que cela ne me provoque aucun vide ni rien…bref, ce livre est une bénédiction, plus dans le fait même qu’il existe que dans son contenu pour ma part un peu trop provox-volonté de faire du chiffre…à lire quelque soit l’état d’esprit..au moins,aprés,il y a débat et rien que ça,c’est bien!

  • #209 suxy le 7 décembre 2007 à 11 h 42 min

    bonjour à toutes,
    J’ai 38 ans et depuis mon adolescence, je dis que je ne veux pas d’enfant, pas de mariage, bref pas d’engagement, vive la liberté !
    Je refuse de m’endetter pour 30 ans de surcroît, j’aime la tranquilité et pouvoir faire ce que je veux qd je veux…Je suis des études en relations humaines et je fais mon mémoire là dessus : "la peur de transmettre peut elle aliéner le désir d’enfants ?"alors tous ces témoignages m’intéressent merci !

  • #210 mamzellemucha le 8 août 2008 à 11 h 03 min

    je suis vraiment heureuse se trouver ici des filles qui, comme moi, ne veulent pas de gosses!
    ça me fait un bien fou, car c’est vrai qu’on se sent seules parfois dans ce monde stereotypé!
    mon cheri n’en veut pas non plus, mes parents ne sont pas de garnd parents frustrés désireux de pouponner, je n’ai pas cette « pression » qu’ont certaines nanas, mais je sais je la société dans son ensemble ne me voit pas d’un bon oeil.
    et quand on me parle d’egoisme, je reponds que le gosse n’a jamais demandé à vivre dans un monde aussi merdique, qu’on l’a obligé à naitre et à se debattre ici, juste pour satisfaire une envie de ses parents et c’est CA pour moi le pire des egoismes.
    mais bon, je ne me fais pas souvent comprendre…. en même temps, j’m’en fous un peu.
    elles veulent des gosses, qu’elles les fassent, je n’en veux pas, qu’on ne vienne pas me faire de leçon.
    en tous cas, je me sens vraiment bien sur MBDF, je le devore in extenso depuis quelques jours, je me régale!

  • #211 Hélène le 8 août 2008 à 11 h 18 min

    Dis donc mamzellemucha, on a de plus en plus de points communs !! ;-)

    suxy et aggiemac je vous souhaite la bienvenue, même si j’ai beaucoup de retard ;-)

  • #212 naimen le 16 avril 2012 à 0 h 17 min

    coucou mes cheres toutes
    moi j ai eu mon premier a 19 ans autant dire que pas le temps de chaumé ni de se poser des questions puis plus rien pendant 9 ans c etais j en veux pas enfin plus j avais la perfection car j ai divorcé de mon premier mari (oui oui) 3 moi apres la naissance du petit
    puis j ai rencontré mon mari actuel le 3 eme ( le deuxieme j en voulai pas avec lui et lui non plus d ailleur) apres 3 ans de no maternité bien encré une ivg bien assumé
    j ai fait une fausse couche et la j ai su que j en voulai avec cet homme la malgré les crainte de pas aimer cfutur bébé
    et ca ma redonné l envis de pouponé c est juste pour vous dire j ai une fille de 15 mois et je suis enceinte de 8mois et demi le 16/04/2012 donc just pour vous dire que no maman on peu changer d avis et assumé ses choix car a 20 ans c est pas 30 ans ou 40 aimez vous et soyez sur de vous les filles j ai pris 10 ans pour reflechir a un autre bébé du coup j en ai fait deux

  • Laisser un Commentaire

    Les commentaires de ce blog sont modérés.